Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique"

Transcription

1 PROCEDURE HYGIENE CAT Version 1 Direction des soins Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose Page 1/4 Janvier 2005 Contenu de la procédure Ce document décrit les mesures à prendre en cas de suspicion ou de diagnostic de légionellose nosocomiale acquise dans l'établissement Structures concernées Tous les services de soins et le service technique Supports matériels utilisés Fiche alerte légionelles Fiche d événements indésirables Fiche de notification spécifique Documentations associées Procédures : Maladies à déclaration obligatoire Déclaration d une infection nosocomiale Fonction Directeur - Coordonnateur des soins - Cadres supérieurs de santé - Cadres de santé - Médecins IDE - Président du CLIN - IDE hygiéniste Responsable laboratoire Adjoint technique Gestionnaire des risques Commentaires Rédaction : Nom : C. CONTART IDE hygiéniste Visa : Vérification : Nom : D. NOULETTE Coordonnateur des Soins Visa : Approbation : Nom : Dr P. de TAURIAC Président du CLIN Visa :

2 CONDUITE A TENIR EN CAS DE SUSPICION OU DE DIAGNOSTIC DE LEGIONELLOSE DEFINITION : La légionelle (Maladies des légionnaires) : bactérie d'origine hydrique, est l'un des agents responsable de pneumopathie d'origine nosocomiale. Son mode principal de transmission est l'inhalation de micro gouttelettes d'aérosols contaminés provenant des réseaux d'eau.(douches, vapeur.) La période d'incubation de la maladie s'étend en moyenne sur 2 à 10 jours. Les signes : le premier signe est une dissociation entre la fièvre souvent élevée et un pouls ralenti. Les signes de début sont ceux d'une grippe banale avec des céphalées, des myalgies une sensation de malaise général. Puis survient une toux d'abord sèche, et rapidement productive D'autre part, des facteurs de risque liés au patient ont été identifiés, notamment l'âge avancée, l'immunodépression et le tabagisme CIRCUIT D'ALERTE : La suspicion diagnostique est posée par le laboratoire sur le résultat : De l'antigène urinaire (Legionella pneumophila sérogroupe 1 = Lp1) ou De la culture de légionelle ou Sur la sérologie légionelle ATTENTION: En cas de non renvoi rapide des résultats par le laboratoire, le cadre de santé et/ou l'infirmière du service doit s'assurer et vérifier que les résultats soient retournés par le laboratoire ATTENTION si antigène urinaire positif faire systématiquement la sérologie légionelle Le laboratoire contacte le médecin référent en charge du patient pour confirmation du diagnostic Ce dernier, si le diagnostic est confirmé, entreprend les actions suivantes : Prioritairement démarche liée à une maladie à déclaration obligatoire (procédure spécifique), Informe le Président du CLIN et l IDE hygiéniste, Transmet une fiche d événements indésirables et informe le gestionnaire des risques qui en collaboration avec le Président du CLIN engage les actions liées au signalement d une infection nosocomiale. 2

3 Le gestionnaire des risques organise et coordonne les mesures techniques prises avec le cadre supérieur de santé du secteur concerné et l adjoint technique. CONDUITE A TENIR : A- LE PATIENT : La procédure de déclaration sera la même pour le patient connu à l'entrée atteint de la maladie et le patient qui a acquis la maladie au cours de l'hospitalisation. Traitement curatif sur prescription médicale. Formulaire de Maladie à déclaration obligatoire à remplir par le médecin du service Signalement externe par le président du CLIN (en collaboration avec le gestionnaire des risques) à la DDASS (Déclaration obligatoire des infections nosocomiales). (DO déclaration obligatoire CNR centre national de référence EWGLINET réseau européen IN infection nosocomiale) B- LE SERVICE : (l ensemble de ces actions s effectue sous le contrôle du gestionnaire des risques) Vérifier le parcours du patient au sein de l établissement Arrêt des douches et des bains (Que si le caractère nosocomiale est confirmé ) L' infirmière hygiéniste contactera le plus rapidement possible l'institut Pasteur pour effectuer les prélèvements de points d'eau à la recherche de légionellose puis remplira la partie la concernant de la fiche d'alerte légionelles Demander au laboratoire de faire un sérogroupe de l eau en cas de diagnostic de légionellose, pour pouvoir comparer les 2 souches cliniques patient / eau 3

4 Faire une recherche de légionelles (antigène urinaire et sérologie) chez les patients présentant une symptomatologie pulmonaire.(sur prescription médicale) Le dépistage pourra être étendu à tous les patients du service si d'autres cas étaient identifiés. Une étude environnementale est indispensable, même si le cas est isolé : rechercher une exposition à des soins "à risque"( humidificateurs d'oxygénothérapie, aérosols.) vérifier la maintenance des réseaux d'eau chaude sanitaires et des éventuelles fontaines à eau avec le service technique surveiller la contamination microbiologique du circuit d'eau chaude sanitaire desservant le service concerné Un rapport de l'enquête devra être adressé à la DDASS pour compléter les données de déclaration obligatoire. C- LA DECLARATION OBLIGATOIRE : Le médecin référent du patient remplit la fiche de notification de déclaration obligatoire de la légionellose selon la procédure maladies à déclaration obligatoire) D- LA DECLARATION OBLIGATOIRE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES : (Procédure de déclaration d une infection nosocomiale) Si le caractère nosocomial est confirmé, le médecin référent du patient transmettra la déclaration au président du CLIN qui est chargé du signalement auprès de la DRASS et du CCLIN Paris Nord. Il en informera le directeur de l'établissement et le gestionnaire des risques, qui organiseront l information des personnels. REFERENCES : Circulaire DGS/SD7A/SD5C-DHOS/E4 n 2002/243 du 22/4/02 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements de santé. Circulaire DHOS/E2-DGS/SD5C n 21 du 22/1/04 relative au signalement des infections nosocomiales et à l'information des patients dans les établissements de santé. Décret n du 6 Mai 99 fixant la liste des maladies faisant l'objet d'une transmission obligatoire des données individuelles à l'autorité sanitaire et modifiant le code de la santé publique. Circulaire DGS/VS2 n du 24/04/97 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose. MTAS 97/22 p (abroge la circulaire DGS/PGE/IC n 238 du 28 mars 1989). 4

5 FICHE ALERTE ENVIRONNEMENTALE LEGIONELLES PARTIE : 1 ALERTE Date de prélèvement : Lieu(x) concernés(s) : Joindre résultats de laboratoire Préconisations du CLIN Décision d'actions de la DIRECTION Actions immédiates du service technique Retrait des bras morts éventuels Demande validée Bras morts retirés Commentaires : Montée température Demande validée Température montée Commentaires : Stopper douches et bains Demande validée Autre, décrire : Demande validée Information au(x) service(s) donnée Nom et Signature : Nom et Signature : Nom et Signature : 5

6 PARTIE 2 : CONTRÔLE DES RESULTATS Date de nouveau prélèvement : Lieu(x) concernés : Nouveau prélèvement Résultats : Persistance de la non conformité : rédiger une nouvelle fiche Conformes : Reprise des douches Reprise de la distribution Commentaires : Nom et signatures Ce document est archivé dans les locaux des service techniques dans le carnet sanitaire, la durée de circulation de la partie 1 de la fiche est de 1 jour maximum 6

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

La légionellose en Haute-Normandie

La légionellose en Haute-Normandie La légionellose en Haute-Normandie Situation épidémiologique Gestion des déclarations obligatoires par la DDASS Situation épidémiologique Cire de Haute-Normandie - DDASS de Seine Maritime Réunion régionale

Plus en détail

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé 20 septembre 2012 Journée Signalement CCLIN- OUEST Mme Cécile ROBERT- Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX LA BACTERIE

Plus en détail

La légionellose en France Données épidémiologiques 2011

La légionellose en France Données épidémiologiques 2011 La légionellose en France Données épidémiologiques 2011 Mise à jour Mai 2012 Légionellose Généralités Système de surveillance en France Bilan des cas survenus en France en 2011 Légionellose Pneumopathie

Plus en détail

Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME

Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME Sommaire 1. Legionella et Légionellose 2. La réglementation 3. La

Plus en détail

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire.

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire. Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire Réglementation et rôle de l autorité sanitaire 19 mars 2015 Contexte 1976 : 1 ère description de la maladie - Congrès annuel

Plus en détail

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER :

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER : PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE Page 1/7 ACTIONS A REALISER : I. ALERTE : Le Bactériologiste, prévient sans délai : - Le médecin du patient infecté, - Le Président du CLIN, le médecin

Plus en détail

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015 La légionellose Agent infectieux, épidémiologie Coclinor 16 juin 2015 1 LA LEGIONELLOSE Historique 1976 Philadelphie réunion de 4 500 anciens combattants 149 participants et 72 spectateurs du défilé atteints

Plus en détail

Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD

Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD Questions-réponses autour d un cas de légionellose en EHPAD Hygiène Risque et Qualité chez la personne âgée Jeudi 24 Septembre 2009 Lyon espace tête d or Nathalie ARMAND Pharmacien Hygiéniste Guillaume

Plus en détail

Cas groupés de légionellose en EHPAD

Cas groupés de légionellose en EHPAD PRENDRE SOIN Cas groupés de légionellose en EHPAD Août 2012 Sandra INDJEIAN, Directrice d EHPAD Marie-Claire JOUAN, Cadre de santé ARLin 14 février 2013 Présentation de l EHPAD 92 chambres simples - Rez-de-chaussée:

Plus en détail

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD» Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 18/11/2010 Plan de l exposé La légionellose Description

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T6.2 : Analyser l installation, diagnostiquer Compétence C1.1-10 : Identifier des règles d'hygiène Thème : S4 : Approche scientifique et technique

Plus en détail

15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS

15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS 15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS 2 Définition (1) Augmentation significative de la fréquence d'une maladie au-delà de ce qui est habituellement observé en un lieu et une période de temps

Plus en détail

Investigation de cas groupés de légionellose

Investigation de cas groupés de légionellose Investigation de cas groupés de légionellose Montpellier, juillet août 2003 Florian Franke 1, Marie-Pierre Allié 2, Jeanne Claudet 2, Sophie Jarraud 3, Martine Bourdiol 2, Alexis Armengaud 1, Laurence

Plus en détail

PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE

PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE Soirée thématique Risque infectieux environnemental PRÉSENTATION D UNE PROBABLE RECHUTE DE LÉGIONELLOSE CHEZ UN PATIENT AGÉ POLYPATHOLOGIQUE Dr Pol BRULLIARD Pharmacien hygiéniste Hôpitaux Du Pays du Mont

Plus en détail

Prévention en unité de soins

Prévention en unité de soins 38èmes Journées Régionales d Hygiène Hospitalière Mars 2016 LA LÉGIONELLOSE ASSOCIÉE AUX SOINS Prévention en unité de soins Véronique PEDRON IDE Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux 1 Contexte (1/2)

Plus en détail

Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot. Emmanuelle Annic - 19/01/06

Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot. Emmanuelle Annic - 19/01/06 Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot Emmanuelle Annic - 19/01/06 La Réglementation (1) La circulaire du 31 décembre 1998 demande que chaque responsable doit détenir un dossier régulièrement actualisé comportant

Plus en détail

NOR : MESP C (Texte non paru au Journal officiel)

NOR : MESP C (Texte non paru au Journal officiel) Direction générale de la santé Sous-direction de la veille sanitaire Bureau VS 4 Circulaire DGS/VS 4 n 98-771 du 31 décembre 1998 relative à la mise en oeuvre de bonnes pratiques d'entretien des réseaux

Plus en détail

Légionelles, un nouveau

Légionelles, un nouveau Légionelles, un nouveau défi Le Laboratoire Départemental d Analyses et de Conseil de la Nièvre vous propose de faire le point Risques et enjeux Qu est ce que la légionellose? Culture de légionelles En

Plus en détail

PROCEDURE UTILISATION DE LA BALNEOTHERAPIE DES VERGERS

PROCEDURE UTILISATION DE LA BALNEOTHERAPIE DES VERGERS Page : 1 de 5 CREATION N version : OBJET DOMAINE D APPLICATION Bonnes pratiques d utilisation de la Personnels concernés : ensemble des utilisateurs de la des Vergers PLAN 1. ACCES A LA BALNEOTHERAPIE...

Plus en détail

CIRCULAIRE DGS n 97/311 du 24 avril 1997 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose.

CIRCULAIRE DGS n 97/311 du 24 avril 1997 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose. DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Sous-direction de la veille sanitaire DGS/VS2/VS4 Le ministre du travail et des affaires sociales R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E Paris, le à Mesdames et Messieurs

Plus en détail

XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière

XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière Catherine Faure, Béatrice Croze, Christia Gheno, Nathalie Armand, Marie-Claude Derbier, Mireille Roche, Joseph Hajjar. Lyon, 10 juin 2011. Centre

Plus en détail

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Réglementations 14/204 Eau destinée à la consommation humaine : la directive 98/83 et sa transposition Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Code de la santé publique Livre III - Titre

Plus en détail

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire St Pierre et Miquelon QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION

Plus en détail

Un nouveau guide pour les EHPA

Un nouveau guide pour les EHPA Un nouveau guide pour les EHPA Groupe indépendant Eau des établissements pour personnes âgées : Maîtrise des risques sanitaires Delphine Verjat-Trannoy Pharmacien hygiéniste CCLIN Paris-Nord Membre du

Plus en détail

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010.

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Le présent document est destiné aux hôtels, campings et résidences de tourisme. Il a pour objectif

Plus en détail

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention?

exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 1 Légionellose quels risques? quelle prévention? exe salmo 23/12/08 17:44 Page 2 Le risque lié aux légionelles Un problème de santé publique de premier plan Où sont les légionelles?

Plus en détail

Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1)

Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1) Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1) 19 mai 2009 En parallèle de l identification des cas importés de grippe à nouveau virus, une recherche de cas groupés

Plus en détail

Gestion du risque infectieux en EHPAD

Gestion du risque infectieux en EHPAD Gestion du risque infectieux en EHPAD Expérience d un médecin coordonnateur Dr Nadine CHAUVEAU-ALMAYRAC APLEIN ARLIN Nantes 24 mars 2009 Résidence de la Fontaine du jeu 262 résidents dont 15 accueils temporaires

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Prélèvement pour recherche de Légionelles Pré requis Laboratoire accrédité pour le paramètre légionelles par le Comité Français d accréditation (COFRAC)

Plus en détail

Hygiène Stérilisation

Hygiène Stérilisation Formation des correspondants en hygiène hospitalière Répondre aux exigences de la circulaire DGS/DH n 6454 du 29 décembre 2000 relative à la prévention des infections nosocomiales dans les établissements

Plus en détail

Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux

Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux Dr Zoher KADI Responsable ARLIN Picardie Définitions Contamination Colonisation Infection Infection Associée aux Soins Formation des Référents

Plus en détail

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE I - Objet : PROCEDURE : Page 1/6 Cette procédure a pour objet de décrire les règles à suivre lors d un ou plusieurs cas de Clostridium difficile. II - Diffusion : Service Action / Info Date TOUS LES SERVICES

Plus en détail

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence POITIERS CEDEX

POLYCLINIQUE DE POITIERS - 1 rue de la Providence POITIERS CEDEX SOMMAIRE Page 1 sur 7 1. QUALITE DE L EAU CHAUDE SANITAIRE 2. QUELS SONT LES ACTES À RISQUE? 3. COMMENT REPERER LES PATIENTS A RISQUE? 3.1 La fiche de dépistage 3.2 Rappel de définition 4. NOTION DE SECTEUR

Plus en détail

La progression des actions dans le risque Légionelle

La progression des actions dans le risque Légionelle La progression des actions dans le risque Légionelle Isabelle Devie Gestion des Risques Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de REIMS Avec le concours de Mr J. Naitychia, Isagua Concept 1 Les Légionelles

Plus en détail

LA LÉGIONELLOSE EN 2010

LA LÉGIONELLOSE EN 2010 LA LÉGIONELLOSE EN 2010 INTRODUCTION 1976 : Découverte de la maladie dans un congrès international de légionnaires à Philadelphie. Maladie mortelle posant des problèmes de santé publique. Evolution des

Plus en détail

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010 Le 24 février 2010 ARRETE Arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire NOR: SASP1002960A

Plus en détail

PROCEDURE SIGNALEMENT A L EOHH DES PATIENTS NECESSITANT UN ISOLEMENT INFECTIEUX OU UNE INVESTIGATION EPIDEMIOLOGIQUE

PROCEDURE SIGNALEMENT A L EOHH DES PATIENTS NECESSITANT UN ISOLEMENT INFECTIEUX OU UNE INVESTIGATION EPIDEMIOLOGIQUE Page : 1 de 5 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Annule et remplace la version V1 du 18/04/2006 OBJET Décrire les modalités de signalement des patients présentant

Plus en détail

Systèmes de climatisation, Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles. Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie

Systèmes de climatisation, Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles. Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie , Tours aéro-réfrigérantes et Risque légionelles Colloque UGECAM 15 octobre 2004 DRIRE et DDASS/DRASS Basse- Normandie Le Contexte Développement des systèmes de climatisation et de réfrigération Usages

Plus en détail

de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire

de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire Gestion des risques liés aux légionelles : de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire D. Lecointe Dr. en Pharmacie, Dr. de l Université Paris

Plus en détail

Outils pour la gestion des IRA dans les établissements médico-sociaux

Outils pour la gestion des IRA dans les établissements médico-sociaux Outils pour la gestion des IRA dans les établissements médico-sociaux Liliane HENRY ARLIN Basse-Normandie Jeudi 7 novembre 2013 Centre des congrès -CAEN- Contexte Au niveau national o Instruction N DGS/RI1/DGCS/2012/433

Plus en détail

KIT AES Optimisation de la prévention et de la prise en charge des AES en EMS en Franche-Comté

KIT AES Optimisation de la prévention et de la prise en charge des AES en EMS en Franche-Comté KIT AES Optimisation de la prévention et de la prise en charge des AES en EMS en Franche-Comté Journée des EMS en Franche-Comté 3 Novembre 2015 Dr Adeline FOLTZER Coordonnatrice médicale COREVIH Franche-Comté

Plus en détail

Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes

Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes Dr J-M GUERIN Hôpital Lariboisière Paris Qu est ce que la gestion des risques? Connaissance et identification

Plus en détail

Plan d action de prévention des légionelloses

Plan d action de prévention des légionelloses Ministère de l écologie et du développement durable Ministère de la santé et de la protection sociale Plan d action de prévention des légionelloses 2004 2008 Le constat La légionellose est une infection

Plus en détail

Légionellose : caractéristiques épidémiologiques des cas déclarés en 2012 et 2013 en Wallonie

Légionellose : caractéristiques épidémiologiques des cas déclarés en 2012 et 2013 en Wallonie Légionellose : caractéristiques épidémiologiques des cas déclarés en et en Wallonie En, le taux de déclaration fut de 29 cas alors que 56 cas furent déclarés en. Cela représente un taux de notification

Plus en détail

FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST

FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST réalisée Centre par l ARLIN de Formation Midi-Pyrénées des Professions CCLIN Sud-Ouest de Santé en partenariat avec la Formation Permanente des Professions

Plus en détail

Légionelloses : données épidémiologiques. JRHH Aquitaine 24 mars 2016 Dr AG Venier - CCLIN Sud-Ouest

Légionelloses : données épidémiologiques. JRHH Aquitaine 24 mars 2016 Dr AG Venier - CCLIN Sud-Ouest Légionelloses : données épidémiologiques JRHH Aquitaine 24 mars 2016 Dr AG Venier - CCLIN Sud-Ouest Epidémiologie mondiale Incidence mondiale inconnue Niveaux de surveillance différents selon les pays

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR.

CE QU IL FAUT RETENIR. Juin 2014 Professionnels de l hébergement de tourisme LEGIONELLE ET LEGIONELLOSE : CE QU IL FAUT RETENIR. Délégation Territoriale de l Essonne 6/8 rue Prométhée -Tour Lorraine - 91035 - Evry Cedex Standard

Plus en détail

Maîtrise du risque lié à l eau

Maîtrise du risque lié à l eau Maîtrise du risque lié à l eau Journée de Formation Médicale et Paramédicale CHU d Angers 20 novembre 2015 GROSBOIS Maguy IDE UPLIN 1 Maîtrise du risque lié à l eau Définition : -Elément essentiel au fonctionnement

Plus en détail

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Centre hospitalier de Valence

Plus en détail

Stratégie d antibiothérapie et prévention des résistances bactériennes en établissement de santé

Stratégie d antibiothérapie et prévention des résistances bactériennes en établissement de santé RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie d antibiothérapie et prévention des résistances bactériennes en établissement de santé Grilles d évaluation des pratiques professionnelles Avril 2008 1 Haute

Plus en détail

Expérience inter établissement mixte : Rôle de l infirmil

Expérience inter établissement mixte : Rôle de l infirmil Expérience du Réseau R inter établissement mixte : Rôle de l infirmil infirmière re hygiéniste C CLIN Ouest - 15 juin 2010 Journée inter-régionale - Rennes Prévention du risque infectieux en EHPAD J Le

Plus en détail

Epidémiologie de la légionellose en France

Epidémiologie de la légionellose en France Epidémiologie de la légionellose en France Christine Campèse Département des maladies infectieuses SympoLégio, Lyon, 26-27 Novembre 2013 Légionellose : définition de cas Cas = Pneumopathie associée à Confirmé

Plus en détail

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Dr Claire AUDINET-BYHET Gériatre Dr Stéphanie ROCHON-EDOUARD Praticien

Plus en détail

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010

Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Établissements de Santé et Environnement Jeudi 31 Mai 2012 Béatrice Bresson Ingénieur Biomédical Direction Qualité Performance Contexte et réglementation Arrêté du 1er février 2010 Plan d intervention

Plus en détail

2 textes fondateurs de l organisation actuelle

2 textes fondateurs de l organisation actuelle Organisation et Fonctionnement de la Cellule Régionale de Veille et de Gestion des Alertes Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes Dr Christine Godin Benhaïm Référente Infections Associées aux Soins pour

Plus en détail

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1

L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 L HYGIENE DE L ENVIRONNEMENT (prévention surveillance) L eau à l hôpital EOH_PSL_2012 1 QUEL ENVIRONNEMENT? EAU HYGIENE SURFACES AIR opourquoi? Parce qu ils sont tous des vecteurs potentiels EOH_PSL_2012

Plus en détail

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins La 1 ère Université Maghrébine d hygiène et de sécurité des soins Sousse, 2-5 septembre 2012 Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins M.ERB

Plus en détail

REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU

REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU Prévention de la légionellose REGISTRE DE SURVEILLANCE DE LA TEMPÉRATURE DE L EAU CHAUDE SANITAIRE OBJET DU REGISTRE, CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE & MODE D EMPLOI... page 2 Partie 1 : LISTE RÉCAPITULATIVE DES

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

Evaluation du Risque lié aux légionelles en EHPAD. Guide d utilisation des outils

Evaluation du Risque lié aux légionelles en EHPAD. Guide d utilisation des outils Evaluation du Risque lié aux légionelles en EHPAD Guide d utilisation des outils La légionellosel Gravité de cette pathologie : Létalité 10 à 25 % en communautaire Risque de légionellose augmente avec

Plus en détail

Prévention de la légionellose

Prévention de la légionellose Prévention de la légionellose Nouveau Règlement de la Régie du Bâtiment du Québec Jacques Murray T.P. CWT Vice-Président Applications & Technologies Produits Chimiques Magnus Ltée Présenté à L ASPE Québec

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR BALNEOTHERAPIE

REGLEMENT INTERIEUR BALNEOTHERAPIE I. HORAIRES ET FONCTIONNEMENT : Le secteur de balnéothérapie est situé au rez-de-jardin du bâtiment et identifié. Les horaires de fonctionnement sont de 9h00 à 12h00 et de 13h à 14h15, le lundi, mardi,

Plus en détail

MISE AU POINT Antibiothérapie de la Légionellose

MISE AU POINT Antibiothérapie de la Légionellose MISE AU POINT Antibiothérapie de la Légionellose Christian Chidiac, Infectiologue (Lyon) et J.D. Cavallo, microbiologiste (Paris), D. Ché, épidémiologiste (InVS), R. Cohen, pédiatre (Créteil), M. Garré,

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

Plan d actions pour le contrôle des infections à Clostridium difficile

Plan d actions pour le contrôle des infections à Clostridium difficile Plan d actions pour le contrôle des infections à Clostridium difficile Décembre 2006 Clostridium difficile est une bactérie responsable de diarrhées survenant après traitements antibiotiques. Elle est

Plus en détail

REALISATION D UN PRELEVEMENT D HEMOCULTURES CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE À DOMICILE

REALISATION D UN PRELEVEMENT D HEMOCULTURES CHEZ UNE PERSONNE SOIGNEE À DOMICILE 1- OBJET L objet de ce protocole est de permettre le prélèvement de sang en vue de la recherche de germes en évitant une contamination extrinsèque. 2- DOCUMENTS DE REFERENCE Décret n 2004-802 du 29 juillet

Plus en détail

Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial.

Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial. 13ème journée régionale de formation 25 novembre 2008 Une épidémie de Rougeoles à Reims : du communautaire au nosocomial. F. Bureau-Chalot 1, N. Oud 1, N. Lévêque 2, V. Brodard 2, O.Bajolet 1, C. de Champs

Plus en détail

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_-

TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- TAUX DE STAPHYLOCOCCUS AUREUS RESISTANT A LA METICILLINE ( Taux de SARM)_-à_- Réflexion sur les indicateurs du projet de tableau de bord: intérêts et difficultés E Martin, CHI Elbeuf-Louviers/Val de Reuil

Plus en détail

Données Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Agences régionales de santé

Données Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Agences régionales de santé Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Données 2007 Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation

Plus en détail

Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD

Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD Indications préalables au remplissage du questionnaire Ce questionnaire, auquel vous avez accepté de répondre, s inscrit

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Mercredi 4 décembre d IFSI Rennes Pierre GUILLAUMOT MISP ARS BRETAGNE CVAGS ARS BERTAGNE Risque infectieux en EHPAD: Contexte Les personnes âgées sont plus sensibles aux infections

Plus en détail

PR VST 02 Page 1 sur 6. relevant d une pharmacovigilance

PR VST 02 Page 1 sur 6. relevant d une pharmacovigilance PR VST 02 Page 1 sur 6 Indice de révision 03 Conduite à tenir en cas d effet indésirable relevant d une Date d application : 1 er septembre 2012 Objet de la procédure Structures concernées Fonctions impliquées

Plus en détail

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures.

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures. Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures 21 novembre 2013 La légionelle Bactérie ubiquitaire Hydrotellurique (présente dans

Plus en détail

Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience

Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Centre hospitalier

Plus en détail

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Journées de formation/séminaire - Gestion des risques sanitaires et industriels 21 novembre 2013 Dr Laure

Plus en détail

PROCEDURE ANNEXE PLAN BLANC

PROCEDURE ANNEXE PLAN BLANC Page : 1 de 5 CREATION OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS OBJET Conduite à tenir en cas de suspicion ou cas possible : Du virus émergent respiratoire DOMAINE D APPLICATION Personnel concerné

Plus en détail

Réglementation 1 ASPECTS GÉNÉRAUX Sur l organisation des vaccinations... 2

Réglementation 1 ASPECTS GÉNÉRAUX Sur l organisation des vaccinations... 2 Réglementation Les textes législatifs, réglementaires ainsi que les circulaires sur les vaccinations sont présentés selon une chronologie décroissante de la date de leur signature. 1 ASPECTS GÉNÉRAUX...

Plus en détail

3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI)

3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI) Qualité et prévention 3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI) Introduction Les infections acquises au sein de l établissement, d origine plurifactorielle, sont susceptibles de

Plus en détail

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE Direction Veille/Sécurité Sanitaire et Environnementale Département Veille et Alertes MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE La rougeole est surveillée par le réseau Sentinelles (Inserm U707) depuis 1985 et est

Plus en détail

Gestion des alertes BMR en ESSR. Marie claire Nonet Cadre supérieur de santé hygiéniste Géraldine Toursel IDE Hygiéniste _

Gestion des alertes BMR en ESSR. Marie claire Nonet Cadre supérieur de santé hygiéniste Géraldine Toursel IDE Hygiéniste _ Gestion des alertes BMR en ESSR Marie claire Nonet Cadre supérieur de santé hygiéniste Géraldine Toursel IDE Hygiéniste _ Le Centre de réadaptation de COUBERT Réadaptation Gérontologique Réadaptation Professionnelle

Plus en détail

LE POINT SUR... Foyer épidémique de légionelloses à Paris en juin et juillet 1998 : le point de la situation au 14/08/98

LE POINT SUR... Foyer épidémique de légionelloses à Paris en juin et juillet 1998 : le point de la situation au 14/08/98 Retour au sommaire des BEH de 1998 LE POINT SUR... Foyer épidémique de légionelloses à Paris en juin et juillet 1998 : le point de la situation au 14/08/98 A. Perrocheau 1, L. Guillotin 2, J. Etienne 3,

Plus en détail

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS DIAGNOSTIC HYGIENE 2007 Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL Réunion RRESO 13.12.2007 Valérie LE GRAND Infirmière hygiéniste LES OBJECTIFS Effectuer un bilan de l existant dans chaque service

Plus en détail

Légionelles. Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1

Légionelles. Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1 Légionelles Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1 Introduction Historique 1976: congrès de l American Legion à Philadelphie: épidémie de 182 malades, 16% de décès

Plus en détail

Contexte démographique

Contexte démographique Programme de prévention du risque infectieux en établissements d hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) Drôme Dr Philippe BURLAT DDASS de la Drôme Contexte démographique 21%> 60 ans 8 % > 75

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : Coordonnées des professionnels en charge des maladies à déclaration obligatoire (5.2.5)

Résumé des modifications intervenues : Coordonnées des professionnels en charge des maladies à déclaration obligatoire (5.2.5) Référence : PR/HYG/004-B Page :Page 1 sur 7 Objet : Définir les règles de signalement et de gestion des infections nosocomiales et des maladies à déclaration obligatoire. Alerter sur les phénomènes épidémiologiques.

Plus en détail

L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs

L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs SympoLegio 2013 Philippe Cantin, Ph.D., microbiologiste Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Plus en détail

LE SIGNALEMENT, LA DÉCLARATION OBLIGATOIRE

LE SIGNALEMENT, LA DÉCLARATION OBLIGATOIRE CIRCUIT DE SIGNALEMENT OBJECTIFS DU SIGNALEMENT Détecter et signaler pour agir et prévenir les risques d Analyser l évolution dans le temps des maladies et adapter les recommandations, les politiques de

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 08/2017 : 06/2016 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les principes de transmission et de communication des résultats

Plus en détail

Hémovigilance. La sécurité et le suivi transfusionnels au quotidien. Dr P.FRESSY, Coordonnateur régional d Hémovigilance Auvergne

Hémovigilance. La sécurité et le suivi transfusionnels au quotidien. Dr P.FRESSY, Coordonnateur régional d Hémovigilance Auvergne DRASS Auvergne Hémovigilance EFS Auvergne-loire La sécurité et le suivi transfusionnels au quotidien Dr P.FRESSY, Coordonnateur régional d Hémovigilance Auvergne Historique de l organisation transfusionnelle

Plus en détail

Maladies transmissibles La légionellose en Suisse: cas recensés de 2004 à 2008 (31 juillet 2008)

Maladies transmissibles La légionellose en Suisse: cas recensés de 2004 à 2008 (31 juillet 2008) Maladies transmissibles La légionellose en Suisse: cas recensés de 2004 à 2008 (31 juillet 2008) La légionellose est une infection pulmonaire due à une bactérie du genre Legionella. C est une maladie à

Plus en détail

Unité d onco-hématologie pédiatrique IT version n 1 page 1/5

Unité d onco-hématologie pédiatrique IT version n 1 page 1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique IT 3.1.8.1 version n 1 page 1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique Administrer les Cellules Souches Hématopoïétiques en onco-pédiatrie Codification du document :

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonie = pneumopathie = atteinte du parenchyme pulmonaire( bronchite)

Plus en détail

LES LEGIONELLOSES DECLAREES EN FRANCE EN 1998

LES LEGIONELLOSES DECLAREES EN FRANCE EN 1998 Retour au sommaire des BEH de 2000 LES LEGIONELLOSES DECLAREES EN FRANCE EN 1998 C. Campese, B.Decludt Institut de Veille Sanitaire! > ATTENTION : VEUILLEZ CONSULTER LE RECTIFICATIF DE SEPTEMBRE 2000 INTRODUCTION

Plus en détail

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes

Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Cours PCEM 2 Infections nosocomiales ou Infections associées aux soins et bactéries multirésistantes Anne-Laure Michon, AHU Laboratoire de Bactériologie, CHU de Montpellier, Université Montpellier I Objectifs

Plus en détail

TROD VIH: Test Rapide d Orientation Diagnostique. (CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 18 ) Indications :

TROD VIH: Test Rapide d Orientation Diagnostique. (CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 18 ) Indications : TROD VIH: Test Rapide d Orientation d Diagnostique (CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 18 ) 1 Indications : Risque sexuel supérieur à 3 mois. Tests à deux. Avant mise sous TPE (Traitement Post-Exposition)

Plus en détail

Rapport d activités EMH et Indicateurs EHPAD Bilan 2015

Rapport d activités EMH et Indicateurs EHPAD Bilan 2015 Rapport d activités EMH et Indicateurs EHPAD Bilan 2015 Dr Philippe BURLAT, Martine CHAPELLE, Dr Christine GODIN (ARS) Dr Pascal FASCIA, Nadine KHOUIDER (ARLIN) Journée d échanges EMH 30 Novembre 2016

Plus en détail

Épidémiologie des infections nosocomiales liés à l environnement

Épidémiologie des infections nosocomiales liés à l environnement Épidémiologie des infections nosocomiales liés à l environnement Risques et germes Travaux Risques Aspergillus Germes Humidificateurs, nébulisateurs Dispositifs médicaux Aérosols douche et bain Produits

Plus en détail

SYNDROME RESPIRATOIRE AIGU SEVERE (S.R.A.S.) SEVERE ACUTE RESPIRATORY SYNDROME (S.A.R.S.)

SYNDROME RESPIRATOIRE AIGU SEVERE (S.R.A.S.) SEVERE ACUTE RESPIRATORY SYNDROME (S.A.R.S.) SYNDROME RESPIRATOIRE AIGU SEVERE (S.R.A.S.) SEVERE ACUTE RESPIRATORY SYNDROME (S.A.R.S.) Réponses aux questions les plus fréquemment posées Document rédigé en fonction de l état des connaissances au 10/04/2003

Plus en détail

Protocole de l évaluation de la diffusion d une souche Enterobacter cloacae LSE dans les établissements de l inter région Ouest

Protocole de l évaluation de la diffusion d une souche Enterobacter cloacae LSE dans les établissements de l inter région Ouest Protocole de l évaluation de la diffusion d une souche Enterobacter cloacae LSE dans les établissements de l inter région Ouest Rapporteur : H. Sénéchal, CCLIN-Ouest, Rennes Mars 2012 Sommaire 1. Contexte

Plus en détail