1.1. Le flux optique : son role lars du controle du deplacement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1.1. Le flux optique : son role lars du controle du deplacement"

Transcription

1 1. LES DEPLACEMENTS VEHICULAIRES 1.1. Le flux optique : son role lars du controle du deplacement Daniel MESTRE Docteur en Psychologie de l'universite de Provence Charge de Recherche au CNRS Principaux themes de recherche: ContrOle visuel du deplacement Ad. : Universite d'aix.marseiiie II Cognition et Mouvement, URA CNRS 1166 IBHOP, Traverse Charles Susini MARSEILLE cedex 13 William H. WARREN, Jr. Professeur, Ph.D University of Connecticut Principaux themes de recherche: Perception visuelle, controle visuel de l'action Ad. : Departments of Psychology and Cognitive and Linguistic Sciences, Drown University Providence, RI 02912, U.S.A. SUMMARY Gibson (1950) proposed that a moving obsetver could perceive his/her headillg (or direction of locomotion) from radial pattems of optical flow. However previous studies have found mean envrs of 5-10 degrees ill pointillg tasks and radial outflow pattems only occur with obselver translatioll. With cutvifinear movement, the flow field is "cwved': with no focus of outj7ow that specifies heading. We examined the perception of heading dwing both translational and cllil'ilinear movement, using a discn mination task. Subjects judged whether it looked like they were heading to the right or the left of a target. These expeliments show that, contrmy to previous repolts, optical flow pattems provide a sufficient basis for heading judgments dwing pure translational and in a large range of curvilinear paths. INTRODUCTION Lorsqu'un sujet se deplace dans l'environnement, l'ensemble de sa scene visuelle se transforme. Cette transformation est due a la modification des relations spatiales entre l'observateur et les objets de l'environnement. Ce mouvement visuel n'est en general pas per<;u par Ie sujet qui se sent en mouvement dans un environnement stable. On doit a des chercheurs tels que Helmholtz (1896) et Mach (1886) d'avoir, parmi les premiers, compris que les transformations de la scene visuelle dues aux deplacements de l'observateur ne sont pas une nuisance qui doit etre ignoree, mais au contraire une riche source d'informations concernant Ie monde qui l'entoure. Ainsi Helmholtz (1896) remarquait que Ie mouvement visuel des objets de l'environnement (la parallaxe de mouvement) est inversement proportionnel a leur distance a l'observateur et que des conclusions "sures" pouvaient done etre tin~es a propos de leur distance a partir de leur vitesse angulaire dans Ie champ visuel. Gibson (1950) a montre que les deplacements d'un observateur dans l'espace creent une transformation de l'ensemble de sa scene visuehe, qu'il a nommc j7w( optique. Gibson et col. (1955) ont demontre que Ie flux optique est lie de maniere univoque au deplacement de l'observateur et a la structure de l'environnement. En retour, ils proposent que "(... ) [la perception du flux optique] a toujours une composante subjective aussi bien qu'unc composante objective, c'est-a.-dire qu'ehe specifie la position, Ie mouvement et la direction [du mouvement] de l'observatcur, aussi bien qu'ellc specifie Ia position, I'inclinaison et la forme [des surfaces de l'environnement] (... )" (Gibson et coi., 1955, page 383). Ceci revient a noter une dualite fonctionnclle de l'information contenue dans Ie flux optique. - Cctte information a un caract ere exteroceplif: ellc renseigne Ie sujet sur les proprietes de l'environnement. Ceci correspond au role classique attri- Psychologie Fran~aise N 34-1, Mars 1989, 5-11.

2 -- 6 Daniel Mestre et William H. Wan'en bue a Ia perception visuelle. Mais Gibson (1966) propose que Ie flux optique remplit aussi une fonction proprioceptive: il renseigne Ie sujet sur Ies proprletes de son propre deplacement. LA PROPRIOCEPI'ION VISUELLE Notre interet pour Ie flux optique est motive par deux types d'evidences experirnentales. Une premiere serle de travaux a montre, d'une maniere generale, Ie role fondamental de Ia perception visuelle du mouvement pour la connaissance de la structure de l'environnement (i.e., Wallach & O'Connell, 1953). 11 s'agit la d'une mise en evidence d'une fonction exteroceptive assuree par Ie flux optique (et Ie mouvement visuel en general). De maniere plus centrale ici, Mach (1875) notait qu'une illusion de deplacement de soi pouvait survenir en presence de mouvements d'objets de l'environnement. II en va ainsi de l'illusion dite "du train", dans laquelle un voyageur croit que c'est son train qui part, alors qu'il s'agit en fait d'un autre train (per~u par la fenetre) qui se deplace sur une voie adjacente. On appelle vection cette sensation qu'a un sujet de se deplacer 10rsqu'iI est soumis a un mouvement de parties importantes de l'environnement (cf. Andersen, 1986, pour une revue de la question). Les travaux experirnentaux les plus anciens datent de Mach (1875), et ont trait a une sensation de rotation visuellement induite (vection circulaire). Brandt et collaborateurs ont etudie plus systematiquement ce pmnomene (Brandt, Dichgans & Koenig, 1973 ; Dichgans & Brandt, 1978). C'est la stimulation de zones periph6riques du champ visuel qui produit la vection circulaire, alors que la stimulation de zones centrales conduit it la perception (objective) du mouvement de l'environnement. Ces donnees sont cohcrentes avec l'hypothese d'une dualite fonctionnelle du systeme visuel, compose en periphcrie d'un systeme ambient, sous-tendant l'orientation spatialc et en vision centrale d'un systeme focal servant a la reconnaissance et it l'identification des objets (Ingle, 1967 ; Schneider, 1968 ; Trevarthen, 1968). Des resultats similaires ont etc obtenus it propos de la sensation d'un mouvement lincaire de soi en presence d'un mouvement de translation de l'environnement (vec/ion lineaire, cf. Pavard et Berthoz, 1976). Neanmoins de rccents travaux d'an~ersen et Braunstein (1985) remettent en qu~stton cette con~lusion. lis montren! en parliculler que des silmulations en vision centrale peuvent induire des sensations de vection lorsqu~ la structure du flux est radiale (figur~ 1) et correspond au dcplacement d'un observateur dans un espace tridimensionnel (c'est-a.-dire possedant de la profondeur). La structure du flux pourrait donc etre importante, a cote de sa position dans Ie champ visuel de l'observateur. Une autre serie de travaux montrant Ie role proprioceptif du flux optique concerne les reactions posturales induites par un mouvement de l'environnement. Dans ce cas un sujet (debout) tend it modifier sa posture (inconsciemment) de maniere a retablir une immobilite visuelle du monde environnant (Berthoz, Lacour, Soechting & Vidal, 1979 ; Lee et Lishman, 1975 ; Delorme & Martin, 1986). Stoffregen (1985, 1986) a montre que des flux radiants (figure 1) ne donnent lieu a aucune reaction posturale 10rsqu'iIs sont presentes en vision perlpherique. Ceci revient a mettre encore l'accent sur l'importance de la structure du flux optique, indissociable de sa position dans Ie champ visuel de l'observateur. CONTROLE DU DEPLACEMENT Les travaux presentes ci-dessus illustrent donc une fonction proprioceptive assuree par Ie flux optique. En d'autres termes, ils montrent que Ie sujet tend a interpreter Ie mouvement de parties importantes de son environnement visuel comme dg a son propre deplacement. Nous n'essaierons pas ici de rendre compte de cette habilete, mais nous tenterons de montrer comment Ie flux optique peut fournir au sujet des informations relatives aux caracteristiques spatiales de son deplacement., On do it en particulier remarquer que la plupart des modcles qui ont ete proposes pour la conduite de vehicules montrent la necessite du controle de la direction du deplacement et de la position du vehicule dans l'environnement. Cependant, les bases perceptives cette information spatiale ne sont pas abordees. Differcnts travaux dans ce domaine permettent cependant de penser que cette information pourrait avoir des bases perceptives relativement simples (Mestre, 1987, 1988) et d'une manicre plus generale que Ie flux optique peut permetlre un controle precis du dcplacement (Warren, 1988). Nous essaierons ici de montrer comment Ie flux optique permet au sujet de connaitrc la direction de son deplacement. 1. Deplacement rectilineaire On doit a Gibson et col. (1955) d'avoir les premiers donne une formalisation et une representation cohcrentes du nux optique, dans des situations appliquces a la conduite acrienne. lis ont etudic Ie seul cas de mouvements de translation

3 Role du flux optique lois du controle du deplacement 7 rectilineaire, dans lesquels Ie flux optique est semblable a celui qui est represente sur la figure 1. Dans ce cas, Ie mouvement visuel des points representant la surface du sol est un mouvement de radiation a partir d'un lieu unique dans l'environnement, qui correspond a la direction du deplacewent de l'observateur. Ce point a ete nomme focus d'expansion du flux optique (Gibson, 1950). Cette structure radiante du flux optique est complf~tement determinee par Ie deplacement de l'observateur, independamment de la structure de l'espace (Koenderink, 1986). It s'agit done a priori d'une information purement proprioceptive, contenue dans Ie flux optique. Une premiere experience a done ete realisee, pour tester les capacites de sujets a percevoir la direction de leur deplacement a partir de flux optiques resultant de deplacements rectilineaires (Warren, Morris & Kalish, 1988). Ce travail etait motive par deux questions : Premierement, la perception depend-eue de la structure globale du flux optique ou de la localisation du focus d'expansion, specifiee par un element immobile dans la scene visuelle? De recents resultats de travaux psychophysiques (Regan & Beverley, 1979) et physiologiques (Saito, Masao, Tanaka, Hisosaka, Fukada & Iwai, 1986) suggerent l'existence de voies du systeme visuel specialisees pour Ie traitement de la radiation. La deuxieme motivation de ce travail etait de reconsiderer les resultats des precedents travaux psychophysiques qui montraient que la perception de la direction du deplacement de soi a partir du flux optique est relativement imprecise. Ceci avait conduit a remettre en question l'utilite fonctionnelle du flux optique pour Ie controle du deplacement. Les erreurs angulaires moyennes de l'identification de la position du focus d'expansion etaient de l'ordre de 5 a 10 degres (Llewellyn, 1971 ; Johnston, White & Cumming, 1973 ; R. Warren, 1976), alors que Cutting (1986) demontre qu'une precision de l'ordre de 1 degre est necessaire pour permettre au sujet de contraler efficacement son deplacement dans un environnement peuple d'obstacles. On avait cependant de bonnes raisons de penser que ces travaux presentaient des deficiences. Premierement Llewellyn (1971) et Johnston, White et Cumming (1973) ont simule l'approche du sujet vers une surface verticale (mur), qui represente un cas particulier d'approche vers un obstacle. Deuxiemement, dans les etudes de Regan et Beverley (1984) et de Cutting (1986), la surface etait materialisee par des barres verticales. Le flux optique est alors degenere, ne presentant que la composante horizontale du mouvement visuel. Enfin, meme dans la seule etude portant sur Ie deplacement de l'observateur par rapport au plan du sol (R. Warren, 1976), la tache etait une tache de pointage, dans laquelle Ie sujet devait identifier la position du focus d'expansion ou la direction de son deplacement. Une tache de discrimination perceptive a done ete developpee ici, similaire a celle utilisee par Regan et Beverley (1984), qui peut etre consideree a priori eomme plus approprice qu'une tache d'identification. On a simulc un deplacement de l'observateur en ligne droite par rapport au plan du sol, reprcsente par des points aleatoirement repartis (figure 1). Figure 1. Representation statique du flux oprique auquel etaient soumis les slljets. On simule ici un de placement rectilineaire de I'obselvaleur, parallele a la sulface plane du sol. Cette slllface est seu/ement matbialisee par des points aieato;rement,.epa/tis, et les traits qui en pa/tent rep,.esentent la consequence visuelle du de placement de l'obselvafeur. On notera que Ie mouvement visuel des points de la slllface est un mouvement de radiation a panir d'un lieu unique (situe dans ce cas surla ligne d'horizon) qui con-espond a la direction du de placement de l'obselvatelll: Ce point a be nomme focus d'expansion du flux optique (Gibson, 1950).

4 8 Daniel Mestre et William H. Wan-en Concretement, Ies sujets (12 etudiants bien voyants) etaient a,ssis et voyaient (sur un ecran graphique) te flux optique correspondant a un pur mouvement de translation rectilineaire pendant 3.7 secondes. La vitesse de deplacement du sujet allait d'une marche lente a une course rapide. Lorsque Ie mouvement s'arretait, une cil:1le verticale apparaissait sur la ligne d'horizon, et les sujets devaient decider s'ils passeraient a droue ou a gauche de la cible, en continuant sur la meme trajectoire. La precision de la perception de la direction du deplacement a ete estimee en faisant varier la distance angulaire entre la cible et la direction du deplacement. Le principal facteur qui a ete varie ici est Ie nombre de points materialisant la surface (63, 27, 10 et 2 points). La precision des sujets est bien plus grande que celle qui avait ete trouvee lors des travaux precedents. En prenant comme seuil perceptif un pourcentage de choix corrects egal 11 75%, on trouve des seuils perceptifs egaux ou inferieurs a 1.2 degres pour des nombres de points superieurs ou egaux a 10. Neanmoins, il existe une elevation significative des seuils perceptifs pour deux points, Ie seuil etant alors egal a 3.2 degres. Ce resultat est coherent avec I'hypothese selon laquelle la perception de la direction du deplacement depend du pattern global de flux optique, plutot que que de la parallaxe locale de mouvement creee par deux elements dans Ie champ visuel. De plus, l'acuite des sujets avec seulement dix points aleatoirement repartis sur la surface suggere qu'ils ne localisent pas un point immobile correspondant au focus d'expansion. 2. Deplacement curviiineaire A partir de l'hypothese de la perception de la structure giobale du flux optique pour la connaissance de la direction du deplacement, nous avons alors etudie Ie cas de deplacements curvilineaires de l'observateur. Dans ce cas il n'existe plus de focus d'expansion dans Ie champ visuel de l'observateur (figure 2). Le seul point immobile est Ie centre de courbure de la trajectoire de l'observateur (Gordon, 1966), qui n'est pas visible dans nos conditions de simulation. On peut par ailleurs remarquer que la "courbure" du flux optique est directement dependante de la courbuie de la trajectoire (un petit rayon de courbure correspondant a une courbure importante, c'esta-dire un virage "serrc"). Nous avons donc utilise la methodologie presentee ci-dessus pour tester I'effet de la courbure du deplacement sur la perception de la direction du deplacement. Dans une premiere experience, nous avons utilise des rayons de courbure allant de 80 a 320 metres, pour une hauteur (des yeux) du sujet au-dessus du sol de 1.6 metres (cette derniere valeur correspond a une trajectoire qui est tres proche d'une trajectoire rectilineaire). On obtient un effet significatif de la valeur du rayon de courbure. Les seuils perceptifs moyens sont de 1.2, 1.3, 1.6 et 1.8 degres, pour des rayons de courbure de 320, 160, 120 et 80 metres, respectivement. Les seuils perceptifs sont comparables a ceux obtenus pour une trajectoire rectilineaire, pour des "grands" rayons de courbure de 160 et 320 metres. Cependant, il existe un effet modeste Figure 2. Representation du flux optique dans /e cas d'un deplacement culvilineail-e de /'obselvatelll~ para/fete au plan du sol, materialise par des points aleatoirement repal1is. Les slljets devaient decider s'ils passeraient a droite ou a gauche de /a cible veltica/e posee sur Ie sol, alof's qu'ils se deplac;aient vers une trajectoire dont-ie rayon de courbure bait constant.

5 Role du flux optique lars du controle du de placement 9 mais significatif des "petits rayons", tel que la precision du jugement decroit pour les courbes "serrees". Ce premier resultat nous a conduits a realiser une deuxieme experience dans laquelle les rayons de courbure utilises etaient plus petits (32, 48, 64 et 80 metres). lci encore, on observe un effet significatif de la valeur du rayon de courbure (Mestre et ai., 1988). Les va leurs moyennes des seulls perceptifs etaient alors de 1.6, 2.3, 3 et 5.2 degres, pour des rayons de 80, 64, 48 et 32 metres, respectivement. On observe donc que la precision du jugement des sujets est severement affectee lorsque la courbure du deplacement est elevee (petit rayon de courbure). Cela semble remettre en question l'habilete des sujets a percevoir la direction de leur deplacement a partir du flux optique pour des trajectoires possedant des courbures elevees. Des elements d'explication de la deterioration de la performance sont fournis par l'existence d'un biais de reponse des sujets. Dans les conditions de l'experience, il y avait autant d'essais ou la trajectoire courbe du sujet passait effectivement a I'interieur ou a I'exterieur de la cible par rapport au centre de courbure. Cependant, on s'aper~oit que les sujets choisissent l'exterieur dans plus de 50 % des cas pour les petits rayons. Ce biais "exterieur" pourrait correspondre a une tendance des sujets a se percevoir sur une trajectoire dont la courbure est moindre que celle de la trajectoire effectivement simulee. II reste alors a expliquer si ce biais est un biais decisionnel dq a une diminution generale de la qualite de la perception, ou s'il existe reellement un biais perceptif, dll a la structure du flux, pour les petits rayons de courbure. CONCLUSION Le present travail montre Ie role fonctionnel du flux optique pour Ie controle du deplacement. D'une maniere generale, les sujets sont cap abies de percevoir precisement la direction de leur deplacement sur une pure base visuelle. Les resultats sont de plus coherents avec l'hypothese selon laqueue les sujets utilisent la structure globale du flux optique, plutot que Ie focus d'expansion, specifie par un clement immobile dans Ie champ visue!. Cette derniere hypothese est ecartee par Ie fait que les sujets peuvent encore percevoir la direction de leur deplacement lorsqu'il y a seulement dix clements dans Ie champ, et lors de mouvements curvilineaires, ou il n'y a pas de focus d'expansion dans Ie flux optique. La mauvaise performance observce en presence de seulement 2 points permet de montrer que les sujets n'utilisent pas la parallaxe locale de mouvement creee par les mouvements relatifs de deux elements dans Ie champ visuel. Cependant, on observe une chute de la performance dans Ie cas de trajectoires dont la courbure est elevee. L'analyse des resultats suggere que les seuils perceptifs eleves pourraient etre dus a un biais perceptif : les sujets tendent a se percevoir sur une trajectoire dont la courbure est moindre que celle qui a ete simulee. II existe plusieurs hypotheses pour expliquer ce biais vers l'exterieur de la trajectoire. Premierement, il pourrait etre du a une tendance des sujets a percevoir la direction de leur deplacement deviee vers Ie centre de l'ecran. Ce serait une consequence directe de la methodologie utilisee dans ce type d'experiences (simulation graphique des effets visuels du deplacement), qui a deja ete notee lors de travaux precedents (Gibson, 1947 ; Llewellyn, 1971 ; Johnston, White & Cumming, 1973). Cette hypothese est rcfutee par deux observations : il n'existe pas de biais lors de trajectoires rectilineaires et on observe un biais inverse (une tendance des sujets a se percevoir sur une trajectoire plus courbee) dans Ie cas de deplacement par rapport a une surface verticale (Warren, Mestre, Blackwell & Morris, 1988). Ce dernier resultat permet aussi de refuter une hypothese selon laquelle une sous-estimation de la courbure de la trajectoire pourrait etre due a un manque de stimulation labyrinthique associce norma1ement aux mouvements curvilineaires (les sujets etaient immobiles). II semble alors approprie de considerer que la structure du flux optique pourrait expiiquer ces resultats. Si on compare les figures 1 et 2, on peut noter des differences importantes entre les patterns resultant de dep1acements recti1ineaires (figure 1) et curvilineaires (figure 2). D'abord, 10rs d'un deplacement rectilineaire, Ie flux optique est symetrique de chaque cote de la trajectoire. 11 est asymetrique lors d'un mouvement curvilineaire. Si on admet que l'observateur regarde approximativement dans la direction de son dep1acement, la vitesse angulaire des points est moindre dans l'hcmichamp qui correspond a la direction de 1a courbure de 1a trajectoire. Sauvan et Bonnet (ce numero) montrent I'existence d'illusions de mouvement de soi sur une trajectoire curvi1ineaire lorsqu'on stimule dichoptiquement les champs visuels peripheriques d'un sujet avec des patterns se depla<rant a des vitesses differentes. On peut alors faire l'hypothese que la perception de la direction du dcplacement lors d'un deplacement curvilineaire requiert la perception de vitesses differentes dans Ie champ visue!. Une autre difference entre les patterns de flux optique resultant de dcplacements rectilineaires et curvilineaires est que dans

6 10 Daniel Mestre et William H Wmren Ie premier cas la direction du mouvement d'un point est constante, alors que darts Ie second cas la trajectoire visuelle d'un point est courbe. La precision du jugement pourrait dependre de la perception de cette courbure du mouvement des points dans Ie champ visuel. Enfin, d'une maniere plus generale, il faut noter que Ie flux optique ne peut se reduire a un simple champ de vitesse visuelle des objets de l'environnement. Comme Ie remarquent Verri et Poggio (1987)et Horn (1986), Ie flux optique est la variation temporelle d'un pattern de luminance dans la scene visuelle du sujet. 11 est en general different d'un pur champ de mouvement. L'utilisation future d'environnements definis par des surfaces eclairees et continues devrait permettre une meilleure evaluation de la perception du flux optique. 11 apparait deja que les flux optiques utilises dans ce travail, definis par des points lumineux sans dimension, prouvent leur utilite pour Ie controle du deplacement. NOTE Ce travail a ete realise dans Ie cadre d'une allocation de recherche du Ministere Francais de la Recherche attribuee au premier auteur et d'un contrat de recherche obtenu aupres du National Institute of Health des Etats-Unis par Ie second auteur, sur Ie theme Vision et Vieillissement. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Andersen, G.J. (1986). Perception of self-motion: Psychophysical and computational approaches, Psychological Bulletin, 99 (1), Andersen, G.J., & Braunstein, M.L. (1985). Induced self-motion in central VISIon. Journal of Experimental Psychology: Human Perception and Performance, 11, Berthoz, A, Lacour, M., Soechting, J.F., & Vidal, P.P. (1979). The role of vision in the control of posture during linear motion. Progress in Brain Research, 50, Brandt, T., Dichgans, 1., & Koenig, E. (1973). Differential effects of central versus peripheral vision on egocentric and exocentric motion perception. Experimental Brain Research, 23, Cutting, J.E. (1986). Perception with an eye for motion. Cambridge: MIT Press. Delorme, A., & Martin, C. (1986). Roles of retinal ~ riphery and depth periphery in linear vectionand VIsual control of standing in humans. Canadian. Journal of PsycholoiJYJ 40 (2), Dlc.hgans,!., & Brandt, T. (1978). Visual-vestibular interactions and motion perception. 1n R. Held, H.W. Leibowitz & H.L. Teuber (Eds.), Handbook of sensory physiology, Vol. VIII' Perception. Berlin: Springer Verlag. Gibson, J.J. (1947). Motion picture testing and research. AA.F. Aviation Psychology Research Report N. 7. Washington, DC: Government Printing Office. Gibson, J.J. (1950). The perception of the visual world. Boston: Houghton Mifflin. Gibson, J.J. (1966). The senses considered as perceptual systems. Boston: Houghton Mifflin. Gibson, J.J., Olum, P., & Rosenblatt, F. (1955). Parallax and perspective during aircraft landings. American Journal of Psychology, 68, Gordon, D.A (1966). Perceptual mechanisms in vehicular guidance. Public Roads, 34, Helmholtz, H. Von (1896). Physiological Optics. Hamburg: Voss (translated by J. Southall, New York: Dover, 1925). Horn, BKP. (1986). Robot VLSion. Cambridge, MA: MIT Press. Ingle, D. (1967). Two visual mechanisms underlying the behavior of fish. Psychologische Forschung, 31, Johnston, I.R, White, G.R & Cumming, RW. (1973). The role of optical expansion patterns in locomotor control. American Journal of Psychology, 86, Koenderink, J.J. (1986). Optic flow. Vision ResearCh, 26 (1), Lee, D.N. & Lishman, J.R (1975). Visual proprioceptive control of stance. Journal of Human Movement Studies, 1, Llewellyn, K.R (1971). Visual guidance of locomotion. Journal of Experimental Psychology, 91, Mach, E. (1875). Grundlinien der Lehre von den Bewegungs-empfindungen (Basic Principles for the Study of Motion Perception). Leipzig: Engelmann. Mach, E. (1886). The analysis of sensations. (English translation, New York: The Optical Society of America, 1962). Mestre, D. (1987). Contrale visuel du deplacement : L'exemple du pilotage portuaire. Doctorat de Psychologie. Universite de Provence Aix-Marseille I. Mestre, D. (1988). Vehicle control described as a tracking task: The role of visual information. Actes de la VIle Conference Europeenne Annuelle "Prise de Decision et Contrale Manuel", Paris, Octobre Mestre, D., Warren, W.H., & Blackwell, & AW. (1988). Perception of heading from optical flow. Spring Meeting of the International Society for Ecological Psychology, Yellow Springs, Ohio, USA, May Pavard, B., & Berthoz, A (1976). Perception du mouvement et orientation spatia Ie (Revue bibliographique). Le Travail Humain, 39 (2), Regan, D., & Beverley, K.I. (1979). Visually guided locomotion: Psychophysical evidence for a neural mechanism sensitive to flow patterns. Sciencc, 205, Regan, D., & Beverley, K.I. (1984). Psychophysics of visual flow patterns and motion in depth. In L. Spillman & B.R Wooten (Eds.), ScnsOlY Expcrience, Adaptation and Perception. Festschrift for 11'0 Kohler (pp ). Hillsdale, NJ: Erlbaum. Saito, H., Masao, Y., Tanaka, K., Hisosaka, K., Fukada, Y., & Iwai, E. (1986). Integration of direction

7 Role du flux optique lors du controle du de placement 11 signals of image motion in the superior temporal sulcus of the Macaque monkey. Journal of Neuroscience, 6, Schneider, G.E. (1967). Contrasting visuo-motor functions of tectum and cortex in the golden hamster. Psyclwlogische Forschung, 31, Stoffregen, T A. (1985). Flow structure versus retinal location in the optical control of stance. lournal of Experimental Psyclwlogy: Human Perception and Performance, 11 (5), Stoffregen, T.A. (1986). The role of optical velocity in the control of stance. Perception and Psyclwphysics, 39 (5), Trevarthen, C.B. (1968). Two mechanisms of vision in primates. Psyclwlogische Forschung, 31, Verri, A., & Poggio, T. (1987). Against quantitative optical flow. Proceeedings of the First International Conference on Computer Vision, London, June Wallach, H., & O'Connell, D.N. (1953). The kinetic depth effect. Journal of Experimental Psyclwlogy, 52 (5), Warren, R (1976). The perception of egomotion. Journal of Experimental Psyclwlogy: Human Perception and Performance, 2, Warren, W.H. (1988). Action modes and laws of control for the visual guidance of action. In o. Meijer & K. Roth (Eds.), Movement behavior: The motor-action controversy. Amsterdam: North Holland. Warren, W.H., Mestre, D., Blackwell, A.W., & Morris, M.W. (1988). Perception of curvilinear heading from optical flow. Manuscrit non pub lie. Warren, W.H., Morris, M.W., & Kalish, M. (1988). Perception of translational heading from optical flow. Journal of Experimental Psychology: Human Perception and Performance, 14 (4), RESUME Gibson (1950) a plvpose qu'un obselvateur en mouvement pollvait percevoir la direction de son de placement a paltir de la stlucture radiale du fll.lx optique. Cependant, des etudes precedentes Ollt tlvuve des erreurs moyennes de I'ordre de 5-10 degres lors de taches de pointage et des patterns radiants existent seulement lors de mouvemellts rectilineaires. Lors de mouvements cuivilineaires, Ie flux optique est "collrbe'~ et il n y a pas de focus d'expallsion polir specifier directemellt la direction du de placement. NOLis avons etudie la perception de la direction du de placement lors de trajectoires rectilineaires et cuivilineaires, en utilisant line tache de discrimination, dans laque//e les sujets devaient decider s'ils a//aient passer a dlvite Oll a gallche d'une cible. Ces experiences montrellt que les patterns de flux optiques foumissent une base sufftsante pour Ie jllgement de la direction du deplacement lors de trajectoires rectilineaires et lors de la p/uparl des trajectoires cuivilineaires.

Décodage de l activité neuronale

Décodage de l activité neuronale Décodage de l activité neuronale Neurophysiologie et neuro-prosthétique Musallan et al, 2004 Utiliser les signaux physiologiques pour activer des prothèses distantes, plus ou moins intelligentes Neurophysiologie

Plus en détail

UE SC1 Apprentissage et adaptation des habiletés motrices

UE SC1 Apprentissage et adaptation des habiletés motrices Master 1 Sciences du Sport et du Mouvement Humain UE SC1 Apprentissage et adaptation des habiletés motrices 48H CM 12H TD contrôle terminal écrit (2H) contrôle continu (TD) 1 Présentation générale Apprentissage

Plus en détail

Introduction à la Vision 3D

Introduction à la Vision 3D à la Vision 3D David Fofi Le2i UMR CNRS 6306 IUT Le Creusot Les applications présentées sont le fruit d une collaboration entre le Le2i et le laboratoire VICOROB de l Université de Gérone (Espagne). Les

Plus en détail

Incidence du type de véhicule croisé sur le comportement perceptivo-moteur de l automobiliste en Réalité Virtuelle

Incidence du type de véhicule croisé sur le comportement perceptivo-moteur de l automobiliste en Réalité Virtuelle Incidence du type de véhicule croisé sur le comportement perceptivo-moteur de l automobiliste en Réalité Virtuelle Encadrement : Catherine BERTHELON (directrice de recherche) Laboratoire Mécanismes D Accident,

Plus en détail

2. Stimulations sensorielles

2. Stimulations sensorielles 2. Stimulations sensorielles 2.1. Introduction Position spatiale et orientation «Route» map «Survey» map Trajet défini Exécution motrice 2.1. Introduction Mémoire spatio-temporelle du trajet Position spatiale

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

MSHU052 : Déterminants psychologiques de la motricité. 14 h CM

MSHU052 : Déterminants psychologiques de la motricité. 14 h CM MSHU052 : Déterminants psychologiques de la motricité 14 h CM Mots clés : - Intégration multisensorielle; - Illusions perceptivo-spatiales; - Navigation spatiale - Environnements immersifs - Perturbations

Plus en détail

Cours 11 : Homogénéité de la variance et transformations non linéaires

Cours 11 : Homogénéité de la variance et transformations non linéaires Cours 11 : Homogénéité de la variance et transformations non linéaires Table des matières Section 1. Régularité de la nature et effets linéaires... 2 Section 2. Homogénéité des variances... 2 Section 3.

Plus en détail

NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition)

NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition) NORMES BIBLIOGRAPHIQUES DE L AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA, 6 ème édition) PUBLICATION MANUAL OF THE AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION, SIXTH EDITION. (2009). Lorsque vous tapez un texte, utilisez

Plus en détail

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel LE CHAMP VISUEL DU SUJET NORMAL INFLUENCE DES METHODES D'EVALUATION Jacques CHARLIER U279 INSERM, LILLE INTRODUCTION La connaissance du champ visuel du sujet normal, de ses variations intra et interindividuelles

Plus en détail

Modélisation d une véranda et de sa protection solaire dans l environnement TRNSYS

Modélisation d une véranda et de sa protection solaire dans l environnement TRNSYS Modélisation d une véranda et de sa protection solaire dans l environnement TRNSYS Jean Brau, Harry Boyer, Jean Jacques Roux To cite this version: Jean Brau, Harry Boyer, Jean Jacques Roux. Modélisation

Plus en détail

Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique

Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique Direction Générale des Études Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l informatique Design graphique Mejdi BLAGHGI m.blaghgi@gmail.com Introduction

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

mations présentées et peut servir de base à l'élaboration de votre synthèse (camembert, courbes...).

mations présentées et peut servir de base à l'élaboration de votre synthèse (camembert, courbes...). FM 8 ANALYSE & EXPLOITATION D UN GRAPHIQUE 1/ Comprendre et étudier un graphique : La logique de l'analyse d'un graphique ressemble à celle utilisée pour l'analyse d'un tableau (en partie parce qu'une

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ETUDE DU POINTAGE LOCOMOTEUR - APPLICATION AU SAUT EN LONGUEUR ET AU SAUT D'OBSTACLE EN EQUITATION.

CONTRIBUTION A L ETUDE DU POINTAGE LOCOMOTEUR - APPLICATION AU SAUT EN LONGUEUR ET AU SAUT D'OBSTACLE EN EQUITATION. M. LAURENT Centre de Recherche de l'u.e.r.e.p.s. Marseille. J. PAILHOUS Laboratoire de Psychologie de l'apprentissage - I.B.H.0.P. Marseille. CONTRIBUTION A L ETUDE DU POINTAGE LOCOMOTEUR - APPLICATION

Plus en détail

Théorie écologique de la perception - J.J. Gibson. Affordances. Le processeur humain (Card, Moran & Newell) Plan

Théorie écologique de la perception - J.J. Gibson. Affordances. Le processeur humain (Card, Moran & Newell) Plan IHM: Un peu de psychologie Olivier Chapuis chapuis@lri.fr IHM: Un peu de psychologie O. Chapuis 2 Action - Perception - Cognition Psychologie classique (approche cognitiviste): Perception Cognition Action

Plus en détail

IMN459 - Fondements de la vision par ordinateur

IMN459 - Fondements de la vision par ordinateur IMN459 - Fondements de la vision par ordinateur Chapitre 1 Introduction 1. Acquisition IMN117 2. Traitement IMN259 Scène 3D Caméra optique Une ou plusieurs images 2D Caractéristiques bas niveaux (contours,

Plus en détail

Models of Evidence Integration in Rapid Decision Making Processes

Models of Evidence Integration in Rapid Decision Making Processes Models of Evidence Integration in Rapid Decision Making Processes THÈSE N O 4967 (2011) PRÉSENTÉE le 23 février 2011 À LA FACULTÉ INFORMATIQUE ET COMMUNICATIONS LABORATOIRE DE CALCUL NEUROMIMÉTIQUE (IC/SV)

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Transport in quantum cascade lasers

Transport in quantum cascade lasers Diss. ETH No. 20036 Transport in quantum cascade lasers A dissertation submitted to ETH ZURICH for the degree of Doctor of Sciences presented by ROMAIN LÉON TERAZZI Diplôme de Physicien, Université de

Plus en détail

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés P. J. COBELLI a, P. PETITJEANS a, A. MAUREL b, V. PAGNEUX b,c a. Laboratoire de Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes, UMR CNRS 7636 Ecole

Plus en détail

Méthode de Fast Marching pour des équations de HJB:

Méthode de Fast Marching pour des équations de HJB: Méthode de Fast Marching pour des équations de HJB: - dépendance en u, - fonction coût de signe arbitraire, - Application au Shape From Shading. Emmanuel Prados SÉMINAIRE DE CALCUL SCIENTIFIQUE DU CERMICS

Plus en détail

ambiance lumineuse 4

ambiance lumineuse 4 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL www.ergonomie.chups.jussieu.fr Directeur du diplôme Docteur

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

NOUVELLES REGLEMENTATIONS

NOUVELLES REGLEMENTATIONS Vision et Conduite Permis B Permis Professionnels NOUVELLES REGLEMENTATIONS X. ZANLONGHI T. BIZEAU - C. GRIMAUD Centre Basse Vision de la Clinique Sourdille Laboratoire d Explorations Fonctionnelles de

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19)

Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) THÈME 1 : REPRÉSENTATION VISUELLE Chapitre 2 : Les mécanismes optiques de l œil (p. 19) Savoir-faire : Reconnaître la nature convergente ou divergente d une lentille. Représenter symboliquement une lentille

Plus en détail

La déficience visuelle

La déficience visuelle 1. Définitions La déficience visuelle La déficience visuelle est une perte, une malformation, un manque au niveau du fonctionnement des yeux ou de la vision, qui est non-améliorable par les moyens conventionnels

Plus en détail

Schedae. Prépublications de l Université de Caen Basse-Normandie

Schedae. Prépublications de l Université de Caen Basse-Normandie Schedae Prépublications de l Université de Caen Basse-Normandie Fascicule n 1 2010 Rehabilitation: the contribution of virtual reality Rééducation : contribution de la réalité virtuelle Presses universitaires

Plus en détail

Conférences invitées

Conférences invitées Conférences invitées The Process of Process Modeling Barbara Weber University of Innsbruck, Austria Barbara.Weber@uibk.ac.at ABSTRACT. Business process models have gained significant importance due to

Plus en détail

Cognition Animale et Psychologie Humaine Licence de Psychologie 2ème Année S4UE6 UE Libre

Cognition Animale et Psychologie Humaine Licence de Psychologie 2ème Année S4UE6 UE Libre Cognition Animale et Psychologie Humaine Licence de Psychologie 2ème Année S4UE6 UE Libre Cognition sociale chez l animal 1. Introduction à la cognition animale 2. Reconnaissance de soi et des congénères,

Plus en détail

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services

Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services 69 Vers une approche Adaptative pour la Découverte et la Composition Dynamique des Services M. Bakhouya, J. Gaber et A. Koukam Laboratoire Systèmes et Transports SeT Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

L ANALYSE TECHNIQUE. TradingCity.biz

L ANALYSE TECHNIQUE. TradingCity.biz L ANALYSE TECHNIQUE Initiation TradingCity.biz 1 Analyse Technique " L analyse technique est l étude de l évolution d un marché principalement sur base de graphique, dans le but de prévoir les futures

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

2011-01 NOTE TECHNIQUES DES INCENDIE

2011-01 NOTE TECHNIQUES DES INCENDIE TECHNICAL INSPECTION SERVICES Department of Public Safety 460 Two Nations Crossing, Suite 100 Fredericton, NB E3A 0X9 Phone: (506) 444-4493 2011-01 FIRE TECHNOTE Fax: (506) 457-7394 NOTE TECHNIQUES DES

Plus en détail

La sélection collaborative de pages Web pertinentes

La sélection collaborative de pages Web pertinentes Environnements Informatiques pour l Apprentissage Humain, Montpellier 347 La sélection collaborative de pages Web pertinentes Jérôme Dinet Université de Metz Equipe Transdisciplinaire sur l Interaction

Plus en détail

SES-Colibri. (Version 2.0)

SES-Colibri. (Version 2.0) SES-Colibri.doc 19/09/2013 1/9 SES-Colibri (Version 2.0) Vous vous intéressez à la taille des effets : - lors d une recherche personnelle, - lors de la lecture d un article, Mais vous ne disposez que du

Plus en détail

Le matériel nécessaire au cours sera disponible sur WEBCT

Le matériel nécessaire au cours sera disponible sur WEBCT ANALYSES QUANTITATIVES EN PSYCHOLOGIE 2 Le matériel nécessaire au cours sera disponible sur WEBCT Coordonnées Hiver 2009 Professeure Geneviève A. Mageau, Ph.D. Département de psychologie Université de

Plus en détail

Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées.

Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées. Sélection de variables groupées avec les forêts aléatoires. Application à l analyse des données fonctionnelles multivariées. Baptiste Gregorutti 12, Bertrand Michel 2 & Philippe Saint Pierre 2 1 Safety

Plus en détail

Caméras, Vision et Mobilités ou Vision par ordinateur et Mobilités. Christophe CUDEL, Laboratoire MIPS

Caméras, Vision et Mobilités ou Vision par ordinateur et Mobilités. Christophe CUDEL, Laboratoire MIPS Caméras, Vision et Mobilités ou Vision par ordinateur et Mobilités Christophe CUDEL, Laboratoire MIPS Sommaire Vision par Ordinateur? Vision par ordinateur et mobilités Quelques projets : Mobilités Vision

Plus en détail

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201

UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 UQÀM UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ÉCOLE DES SCIENCES DE LA GESTION DOCTORAT CONJOINT EN ADMINISTRATION MÉTHODES DE RECHERCHE EN GESTION ADM 9201 Plan de cours Cataldo Zuccaro, MBA, Ph.D. Département

Plus en détail

L USAGE DES TABLETTES NUMÉRIQUES : ÉVALUATION ERGONOMIQUE

L USAGE DES TABLETTES NUMÉRIQUES : ÉVALUATION ERGONOMIQUE L USAGE DES TABLETTES NUMÉRIQUES : ÉVALUATION ERGONOMIQUE Thierry BACCINO & Valérie DRAI-ZERBIB Université Paris VIII Laboratoire CHART/LUTIN - EA 4004 Cet article, tiré d une conférence donnée lors du

Plus en détail

ANNEXE 1 : L addition et la soustraction de vecteurs Renseignements pour l'élève

ANNEXE 1 : L addition et la soustraction de vecteurs Renseignements pour l'élève LA MÉCANIQUE Physique ANNEXE 1 : L addition et la soustraction de vecteurs Renseignements pour l'élève Nom : Date : Les grandeurs vectorielles sont des valeurs qui comprennent un nombre, une unité et une

Plus en détail

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation Atelier : Formation Rapport du Groupe 1 Brainstorming Formation actuarielle 1. Système de formation Formation universitaire ou Système examens (système anglo-saxon) Conciliation entre les deux: Formation

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

IMAGERIE MÉDICALE ET SIMULATION

IMAGERIE MÉDICALE ET SIMULATION IMAGERIE MÉDICALE ET SIMULATION NUMÉRIQUE DE L HÉMODYNAMIQUE INTRA-CARDIAQUE Franck Nicoud Institut Montpelliérain Alexander Grothendieck Université de Montpellier UN TRAVAIL COLLABORATIF o R. Moreno (physicien

Plus en détail

Visualisation d information

Visualisation d information Master SIAD 1 année Visualisation d information Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine/ Master SIAD 1 année Visualisation d information Chapitre 1.0 Introduction Quand voir, c est comprendre

Plus en détail

Modulation de l activité cérébrale pendant une tâche de tapping après exposition àun champ magnétique de 3000 μtà60 Hz

Modulation de l activité cérébrale pendant une tâche de tapping après exposition àun champ magnétique de 3000 μtà60 Hz Modulation de l activité cérébrale pendant une tâche de tapping après exposition àun champ magnétique de 3000 μtà60 Hz Alexandre Legros alegros@lawsonimaging.ca Bioelectromagnetics Group, Imaging Program,

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

PROGRAMMATION MOTRICE ET STRATÉGIES COGNITIVES DANS UNE TÂCHE DE SYNCHRONISATION

PROGRAMMATION MOTRICE ET STRATÉGIES COGNITIVES DANS UNE TÂCHE DE SYNCHRONISATION PROGRAMMATION MOTRICE ET STRATÉGIES COGNITIVES DANS UNE TÂCHE DE SYNCHRONISATION Catherine Auxiette, C. Gerard To cite this version: Catherine Auxiette, C. Gerard. PROGRAMMATION MOTRICE ET STRATÉGIES COG-

Plus en détail

Électromagnétisme et Optique Physique

Électromagnétisme et Optique Physique Électromagnétisme et Optique Physique Dr.R.Benallal DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE École Préparatoire en Sciences et Techniques de Tlemcen Physique 4 Fevrier-Juin 2013 Programme du module I Électromagnétisme

Plus en détail

Jean-René Duhamel. Institut des Sciences Cognitives CNRS - Université Claude-Bernard Lyon

Jean-René Duhamel. Institut des Sciences Cognitives CNRS - Université Claude-Bernard Lyon Jean-René Duhamel Institut des Sciences Cognitives CNRS - Université Claude-Bernard Lyon Neurophysiologie des fonctions visuelles supérieures 1. Introduction 2. Le système visuel cortical 3. Perception

Plus en détail

Intellectica, 1991/1, 11, pp. 7-13 INTRODUCTION

Intellectica, 1991/1, 11, pp. 7-13 INTRODUCTION 1 Intellectica, 1991/1, 11, pp. 7-13 INTRODUCTION L'étude psychologique du raisonnement concerne deux vastes domaines situés à des niveaux d'analyse différents. Le premier niveau est celui de la macrostructure

Plus en détail

Psychoacoustique. VI. Localisation. VI.2 Latéralisation: différences temporelles (ITDs) VI.1 Position du problème. VI.

Psychoacoustique. VI. Localisation. VI.2 Latéralisation: différences temporelles (ITDs) VI.1 Position du problème. VI. Psychoacoustique VI. I. Rappels d acoustique II. Méthodes psychophysiques III. Anatomie et fonctionnement du système auditif IV. Caractéristiques élémentaires V. Attributs perceptifs VI. VII. VI.1 Position

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

revue de littérature - corpus comparables

revue de littérature - corpus comparables revue de littérature - corpus comparables Julie Roy April 23, 2015 Université de Montréal Introduction Matière première MT : corpus parallèles. Intérêt des corpus comparables : corpus parallèles et dictionnaires

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS Projet EPICEA Etude Pluridisciplinaire des Impacts du Changement climatique à l Echelle de l Agglomération parisienne Rapport

Plus en détail

Etude des auteurs Sciences de l'information et de la Communication

Etude des auteurs Sciences de l'information et de la Communication SUAREZ PIERRE Master 2 Documentation Enseignement (2012-2013) Etude des auteurs Sciences de l'information et de la Communication Fiche de lecture : Titre : Le langage silencieux Titre original : The silent

Plus en détail

Chapitre 2. Les mécanismes optiques de l œil

Chapitre 2. Les mécanismes optiques de l œil Manuel pages 19 à 34 Choix pédagogiques Les conditions de visibilité d un objet étant posées et la présentation de l œil réalisée, il s agit d étudier maintenant les mécanismes optiques de fonctionnement

Plus en détail

Evaluation et gestion du risque des champs radiofréquences: Une perspective de l'oms

Evaluation et gestion du risque des champs radiofréquences: Une perspective de l'oms Evaluation et gestion du risque des champs radiofréquences: Une perspective de l'oms Dr E. van Deventer HSE/PHE/IHE 239 Le Projet International EMF Etabli en 1996 Coordonné au siège de l'oms Un effort

Plus en détail

Force explosive, Elasticité musculaire, Endurance Evaluation des effets du Bol d Air Jacquier

Force explosive, Elasticité musculaire, Endurance Evaluation des effets du Bol d Air Jacquier Force explosive, Elasticité musculaire, Endurance Evaluation des effets du Bol d Air Jacquier Professeur Andrea Lino, Médecin et chirurgien, Professeur associé de Physiologie humaine, Spécialiste de médecine

Plus en détail

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction

TECH. INFOTECH # 34 Solvabilité 2 : Le calcul du capital économique dans le cadre d un modèle interne. Introduction INFO # 34 dans le cadre d un modèle interne Comment les méthodes d apprentissage statistique peuvent-elles optimiser les calculs? David MARIUZZA Actuaire Qualifié IA Responsable Modélisation et Solvabilité

Plus en détail

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002

Séance de TP 4 Lentilles minces. Romain BEL 3 janvier 2002 Séance de TP 4 Lentilles minces Romain BEL 3 janvier 2002 1 Table des matières 1 Lentilles minces, stigmatisme, relations de conjugaison 3 1.1 Lentilles minces............................. 3 1.2 L'approximation

Plus en détail

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation URSI-France Journées scientifiques 26/27 mars 2013 Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation All Dielectric Superstrate to Control the Half-Power-BeamWidth

Plus en détail

Interaction Personne-Machine

Interaction Personne-Machine Interaction Personne-Machine Techniques d Interaction 1 Techniques d Interaction La mise en place d interactions peut se faire dans une démarche organisée, dans laquelle on s appuie sur trois niveaux bien

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

Vision par ordinateur

Vision par ordinateur Vision par ordinateur Introduction au domaine Applications Frédéric Devernay Qu'est-ce que la vision? Le monde a une structure 3D et est composé d'objets L'être humain sait parfaitement décrire et interpréter

Plus en détail

Le lecteur cartographe ou comment utiliser le webmapping interactif pour connaître la carte la plus adaptée à chacun : cas des plans d'évacuation

Le lecteur cartographe ou comment utiliser le webmapping interactif pour connaître la carte la plus adaptée à chacun : cas des plans d'évacuation Gaëtan PALKA gaetan.palka@univ-tours.fr Le lecteur cartographe ou comment utiliser le webmapping interactif pour connaître la carte la plus adaptée à chacun : cas des plans d'évacuation La carte : qu est-ce

Plus en détail

Capteurs de position et de déplacement

Capteurs de position et de déplacement Chapitre 5 Capteurs de position et de déplacement I] Introduction : La mesure de la position et du déplacement est indispensable dans des nombreux domaines : Machine à outils Robotique.. Et la mesure de

Plus en détail

Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) Option MP

Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) Option MP Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) ption MP Première partie : Caméra de contrôle des plaques d immatriculation A / Propagation de la lumière A1. Question de cours : position de Bessel La position de Bessel

Plus en détail

Banc d optique, source lumineuse, écran, lentille convergente sur trépied 2.

Banc d optique, source lumineuse, écran, lentille convergente sur trépied 2. PHYSQ 130: Lentilles 1 LENTILLES MINCES 1 But L utilisation des lentilles minces est multiples en physique moder-ne et en génie. Les lentilles sont utilisées pour former des images dans plusieurs instruments

Plus en détail

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ

DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ DANGERS DE L ÉLECTRICITÉ 1 Introduction...2 2 Risques électriques...3 2.1 Pour les personnes...3 2.2 Pour les équipements...3 3 Liens entre les risques et les paramètres électriques...3 3.1 Tension...3

Plus en détail

UNE APPROCHE FONCTIONNELLE EN VISION PROTHETIQUE : ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CONTEXTE DE LA MOBILITE

UNE APPROCHE FONCTIONNELLE EN VISION PROTHETIQUE : ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CONTEXTE DE LA MOBILITE UNE APPROCHE FONCTIONNELLE EN VISION PROTHETIQUE : ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CONTEXTE DE LA MOBILITE Auteurs : Abstract : Ces travaux s inscrivent dans le cadre plus général de la réalisation d une prothèse

Plus en détail

CHAPITRE 5. Capteurs de position et de déplacement

CHAPITRE 5. Capteurs de position et de déplacement CHAPITRE 5 Capteurs de position et de déplacement PLAN INTRODUCTION POTENTIOMETRES RESISTIFS CAPTEURS INDUCTIFS CAPTEURS CAPACITIFS CAPTEURS ULTRASONORE CAPTEURS OPTIQUES CAPTEURS DIGITAUX CONCLUSION INTRODUCTION

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Article sélectionné par : CapLine com.

Article sélectionné par : CapLine com. Article sélectionné par : CapLine com. [KNOWLEDGE MANAGEMENT] Le KM est une aventure à la fois personnelle et collective qui rassemble des individualités autour des valeurs et vision d'une organisation.

Plus en détail

Petit lexique de l'ergonomie des interfaces

Petit lexique de l'ergonomie des interfaces Petit lexique de l'ergonomie des interfaces Cet article a pour objectif de dessiner ce qu'est l'ergonomie des interfaces à travers les termes clés employés dans ce domaine. Il s'agit à la fois de donner

Plus en détail

Calcul d'un flux de particules, émises par une source ponctuelle isotrope, à travers une surface plane et application à un radiamètre cylindrique

Calcul d'un flux de particules, émises par une source ponctuelle isotrope, à travers une surface plane et application à un radiamètre cylindrique Radioprotection 01 Vol 47, n 3, pages 375 à 385 DOI: 101051/radiopro/01006 Article Calcul d'un flux de particules, émises par une source ponctuelle isotrope, à travers une surface plane et application

Plus en détail

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009 ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 28/29 DS Commande robuste - - 19 janvier 29 Nom Prénom Signature ATTENTION: Mettre votre nom et répondre directement sur les feuilles de l énoncé. Justifiez vos

Plus en détail

2 - La télédétection optique

2 - La télédétection optique Introduction à la télédétection 2 - La télédétection optique OLIVIER DE JOINVILLE Table des matières I - Principes d'acquisition des images 5 A. Acquisition d'une image...5 1. 2. 3. 4. Le scanner...6 Le

Plus en détail

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE

ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE ANGULAR JS AVEC GDE GOOGLE JUIN 2015 BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY 2015 SERIAL QUI SUIS-JE? ESTELLE USER EXPERIENCE DESIGNER BUSINESS ANALYST BRINGING THE HUMAN TOUCH TO TECHNOLOGY SERIAL.CH 2

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE

FORMULAIRE DE DEMANDE English version follows Instructions de la demande FORMULAIRE DE DEMANDE Les établissements canadiens doivent faire la demande au nom du candidat. Le formulaire de demande en ligne doit être rempli et

Plus en détail

RECONNAISSANCE DE LA MAIN POUR LES INTERFACES GESTUELLES

RECONNAISSANCE DE LA MAIN POUR LES INTERFACES GESTUELLES RECONNAISSANCE DE LA MAIN POUR LES INTERFACES GESTUELLES Sébastien Marcel Olivier Bernier Daniel Collobert France Telecom - CNET DTL / DLI / TNT 2 avenue Pierre Marzin 22307 Lannion FRANCE Les interfaces

Plus en détail

05/08/2008. Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.

05/08/2008. Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu. Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL o p t i o n 1 Ergonomie

Plus en détail

La perspective à point de fuite

La perspective à point de fuite La perspective à point de fuite 1. L'expérience de Brunelleschi C'est à l'architecte, ingénieur et sculpteur florentin Filippo Brunelleschi (1377-1446) que revient le mérite d'avoir démontré les principes

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

TP n 3 : Œil réduit - Défauts et corrections

TP n 3 : Œil réduit - Défauts et corrections TP n 3 : Œil réduit - Défauts et corrections Plan: 1 Construction d'un œil réduit : 1.1Maquette de l œil : 1.2A retenir : 2. La vision : 2.1 Formation de l'image : 2.2 Accommodation du cristallin : 2.3

Plus en détail

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F

BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F BA (Hons) French with Translation Studies F/T SH 322F 1. Rationale With the advent of globalization, translation studies have become an imperative field to be taken on-board by department of languages.

Plus en détail

la souri Mini projet Réalisé par HANAA CHAKIR Et MEHDI FERRAE

la souri Mini projet Réalisé par HANAA CHAKIR Et MEHDI FERRAE la souri Mini projet Réalisé par HANAA CHAKIR Et MEHDI FERRAE Plan du projet: Présentation de la souris Connecteur de souris Utilisation de la souris Fonctionnement de la souris Types de souris Avantage

Plus en détail

S y l l a b u s RECONNAISSANCE DES FORMES : CLASSIFICATION ET REGROUPEMENT IFT-64321 A

S y l l a b u s RECONNAISSANCE DES FORMES : CLASSIFICATION ET REGROUPEMENT IFT-64321 A RECONNAISSANCE DES FORMES : CLASSIFICATION ET REGROUPEMENT IFT-64321 A S y l l a b u s Jean-Marie Beaulieu Département d'informatique Téléphone: 656-2131 poste 2564 Courriel: jean-marie.beaulieu@ift.ulaval.ca

Plus en détail

Psychologie 12 e année. Programme d études : cadre manitobain des résultats d apprentissage

Psychologie 12 e année. Programme d études : cadre manitobain des résultats d apprentissage Psychologie 12 e année Programme d études : cadre manitobain des résultats d apprentissage PSYCHOLOGIE 12 e ANNÉE Programme d études : cadre manitobain des résultats d'apprentissage 2011 Éducation Manitoba

Plus en détail

Résolution des systèmes optiques et Maple

Résolution des systèmes optiques et Maple BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 1003 Résolution des systèmes optiques et Maple par Professeur de physique-chimie en PT 25, Leonie Hill Road # 2202 Grangeford - Singapore 239196 rbouffan@hotmail.com

Plus en détail