La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37"

Transcription

1 La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, Groupes de Teichmüller profinis (Discrétification et prédiscrétification) Soit π un groupe profini à lacets de type g, ν, T le Ẑ-module inversible de ses orientations. On suppose qu on est dans le cas anabélien, et on admettra qu alors (1) Centre(π) = {1}, plus généralement que le centralisateur dans π de tout sous-groupe ouvert de π est réduit à {1}. On aura donc encore une suite exacte canonique de groupes profinis (2) 1 π Aut lac (π) Autext lac (π) 1. On posera aussi (3) Autext lac (π) = ˆT(π), et on l appellera le groupe de Teichmüller étendu de π. On posera aussi Ŝ(π) = Aut lac (π), de sorte qu on peut écrire (2) comme (2 ) 1 π Ŝ(π) ˆT(π) 1. Appelons base de π un ensemble d éléments de π: (x i, y i ) 1 i g, (l j ) 1 j ν, les l j engendrant les différents groupes à lacets, satisfaisant (4) l ν l ν 1 l 1 [x g, y g ] [x 1, y 1 ] = 1, et tels que ceci soit une relation génératrice. Si on choisit dans π g,ν une base (discrète) (définition correspondante) (*), d où une base de ˆπ g,ν : on aura une bijection évidente (5) Bases(π) Isom lac (ˆπ g,ν, π). (*) ou encore on définit π g,ν comme le groupe discret de générateurs les x i, y i, l j et de relation de définition (4) 1

2 L ensemble des bases de π est un ensemble homogène sous Ŝ(π) = Aut lac (π). Si la base correspond à un isomorphisme u : ˆπ g,ν π, le groupe π 0 engendré par les x i, y i, l j n est autre que u(π g,ν ). Les sous-groupes de π qui peuvent s obtenir ainsi sont appelés les discrétifications de π. Celles-ci forment un ensemble homogène sous Ŝ(π) = Aut lac (π), canoniquement isomorphe au quotient du Ŝ g,ν -ensemble à droite Isom lac (ˆπ g,ν, π) par S g,ν 1 : (6) Discrét(π) Isom lac (ˆπ g,ν, π)/s g,ν. Les automorphismes (profinis à lacets) de π fixant une discrétification π 0 s identifient aux automorphismes du groupe discret à lacets π 0 : (7) Aut lac (π, π 0 ) Aut lac (π 0 ). La bijection (5) met sur l ensemble des bases de π une structure de bitorseur sous Ŝ(π), Ŝ g,ν, et la topologie correspondante en fait un ensemble profini. L ensemble des discrétifications de π, qui est un quotient de l ensemble précédent, hérite d une topologie quotient, qui n est autre que la topologie quotient du deuxième membre de (6). Cet espace n est pas séparé (S g,ν est toujours infini), car le groupe S g,ν Ŝ g,ν n est pas fermé. On désigne par Discrét (π) l espace topologique séparé associé, s identifiant à Isom lac (ˆπ g,ν, π)/s g,ν, où S g,ν désigne l adhérence de S g,ν dans Ŝ g,ν. On a d ailleurs un homomorphisme évident Ŝ g,ν Ŝ g,ν dont l image est S g,ν, nous admettrons qu il est injectif et identifierons S g,ν à Ŝg,ν. Ainsi (8) Discrét (π) Isom lac (ˆπ g,ν, π)/ŝg,ν. Un élément de Discrét (π) s appelle une classe de discrétifications de π (ou prédiscrétification de π). Si π 0 est une discrétification, on désigne sa classe par π 0. L ensemble des classes de discrétifications de π est un espace homogène sous Ŝ(π), le stabilisateur de π 0 s identifiant à l adhérence de S(π 0 ) = Aut lac (π 0 ) dans Ŝ(π), ou encore à Ŝ(π 0). Celle-ci contient toujours π. (9) Aut lac (π, π 0 ) Ŝ(π 0). 2 Pour toute [pré?]discrétification π 0, le sous-groupe de Ŝ(π) des automorphismes à lacets qui fixent π 0 est noté Ŝ(π 0 ). C est donc l image inverse d un sous-groupe de ˆT(π), noté ˆT(π 0 ). (*) On a donc une inclusion de structures d extensions: (*) NB. L ensemble des classes de discrétification de π se décrit en termes de groupes extérieurs définis par π comme Isomext lac (ˆπ g,ν, π) divisé par ˆT g,ν ; on a d ailleurs une application de degré 2 Isomext(ˆπ g,ν, π)/ˆt + g,ν Isomext(ˆπ g,ν, π)/ˆt g,ν, ce qui permet pour toute classe de discrétification de définir ses deux orientations et de parler des classes de discrétification orientées. 2

3 (10) 1 π Ŝ(π 0 ) ˆT(π 0 ) 1 1 π Ŝ(π) ˆT(π) 1. (On montre par voie arithmético-géométrique que l inclusion ˆT ˆT n est jamais un isomorphisme). On trouve ainsi une application (11) Discrét (π) sous-groupes fermés de ˆT(π), [π 0 ˆT(π 0 )] évidemment compatible à l action de Ŝ(π) (transport de structure) opérant à droite via ˆT(π) et ses automorphismes intérieurs sur lui-même. 3 On trouve ainsi une classe de conjugaison bien déterminée de sous-groupes fermés de ˆT(π), qu on appelle ses sous-groupes de Teichmüller géométriques. Il se pourrait d ailleurs que ˆT g,ν soit son propre normalisateur dans ˆTg,ν ce qui équivaut à l assertion que (11) est bijective: la donnée d une classe de discrétifications de π serait équivalente à celle d un sous-groupe de Teichmüller géométrique dans son groupe de Teichmüller étendu ˆT. (*) Notons qu on a des homomorphismes canoniques (12) ˆT χ Ẑ (13) ˆT S I (où I = I(π) est l ensemble des classes de conjugaison des sous-groupes à lacets de π), induisant sur ˆT(π 0 ) des homomorphismes correspondants d où la définition des sousgroupes ˆT!, ˆT+, ˆT!+ et de même pour ˆT. Notons que χ ne prend sur ˆT que les valeurs ±1. 4 Le sous-groupe ˆT + des automorphismes extérieurs du groupe à lacets profinis π, fixant une classe de discrétifications π 0 et de multiplicateur +1, joue un rôle très particulier. A l opposé de ce qu on peut conjecturer sur ˆT (dont ˆT + est un sous-groupe ouvert d indice 2), (*) c est complètement déconnant et ultra-faux; un moment d égarement! Cela apparaît clairement par la suite...la question judicieuse (avec laquelle j ai dû sur le coup confondre) c est si ˆT est invariant dans ˆT, i.e. si le normalisateur est ˆT tout entier. 3

4 on supposerait plutôt que ˆT + est invariant dans ˆT [voir note en bas de page précédente]. En tout état de cause, les sous-groupes ainsi définis dans ˆT via classes de discrétification de π (peut-être n y en a-t-il qu un seul et unique!) 5 s appelleront les sous-groupes de Teichmüller géométriques stricts. Le choix d un tel sous-groupe de ˆT est, en tout état de cause, un élément de structure nettement plus faible que celui d une classe de discrétification, et même que celui d un sous-groupe de Teichmüller géométrique (pas strict). Pour préciser les relations entre ces deux notions, rappelons d abord que ˆT + = Σ se déduit de ˆT comme noyau de χ ˆT : ˆT {±1}. D autre part (pour un sous-groupe de Teichmüller géométrique strict choisi ˆT + ), considérons (14) N Σ = N = NormˆT (Σ) où Σ = ˆT + ([N Σ est] peut-être toujours égal à ˆT tout entier), évidemment (si Σ provient d un ˆT) (15) Σ = ˆT + ˆT N Σ. Le groupe profini N /Σ associé à Σ se note IΓ Σ (si Σ est unique, on note IΓ π ), et les ˆT donnant naissance au même Σ correspondent à une classe de conjugaison d éléments d ordre 2 de IΓ Σ. Il est clair en tous cas qu on a une application injective {ensemble des sous-groupes de Teichmüller géométriques ˆT dans ˆT tels que ˆT+ = Σ} (16) {ensemble des éléments d ordre 2 dans IΓ Σ } et que son image est stable par conjugaison. Montrons que deux éléments de l image sont conjugués dans IΓ Σ. En effet, soient ˆT, ˆT Σ tels que Σ = ˆT + = ˆT +. Il existe g ˆT tel que ˆT = Int(g)ˆT, et on aura alors ˆT + = Int(g)ˆT +, i.e. g N, OK. Les éléments d ordre 2 ainsi obtenus dans IΓ Σ s appellent les involutions canoniques. On en donnera une interprétation conjecturale remarquable plus bas. L ensemble ˆT/N s identifie à l ensemble des sous-groupes de Teichmüller géométriques stricts (une fois choisi l élément origine Σ). 6 Plus intrinsèquement, on aura: {Ensemble des sous-groupes de Teichmüller géométriques stricts de ˆT(π)} (17) Isom lac (ˆπ g,ν, π)/n g,ν 4

5 où on pose, comme de juste, (18) N g,ν = NormˆTg,ν (ˆT + g,ν) (peut-être égal à ˆTg,ν tout entier!). Considérons maintenant le topos modulaire sur Q des courbes algébriques de type (g, ν), noté M g,ν,q ou simplement M g,ν. Si nous choisissons un revêtement universel M g,ν (d où un revêtement universel de Spec Q, i.e. une clôture algébrique Q de Q), on peut préciser le π 1 (M g,ν,q ) comme le groupe des M g,ν,q -automorphismes de ce revêtement et l appeler le groupe de Teichmüller arithmétique de type (g, ν) (relatif au choix de M g,ν,q ). On aura donc une suite exacte (19) 1 π 1 (M g,ν,q ) π 1 (M g,ν ) Gal(Q/Q) 1, (où Q et les points base sont explicités comme il a été dit). Notons que par la théorie transcendante de Teichmüller on a un isomorphisme (défini modulo l opération induite par π 1 (M g,ν ) sur π 1 (M g,ν,q ) ): (20) π 1 (M g,ν,q ) ˆT + g,ν (où ˆT + g,ν est le compactifié profini de T + g,ν). Considérons d autre part le schéma U g,ν sur M g,ν, courbe de type (g, ν) universelle. On a donc, en choisissant un revêtement universel Ũg,ν de celle-ci au-dessus du revêtement universel choisi M g,ν de M g,ν, un diagramme commutatif: 1 π π1 (U g,ν ) π1 (M g,ν ) 1 (21 22) 1 π Ŝ(π) ˆT(π) 1 et de même pour U g,ν,q M g,ν,q : (21 ) 1 π π 1 (U g,ν,q ) π 1 (M g,ν,q ) 1. On a bien sûr un isomorphisme de groupes à lacets (23) π ˆπ g,ν dont on voudrait déterminer l indétermination de façon précise. 7 5

6 C Notons M g,ν,c le topos modulaire de Teichmüller complexe, défini à l aide de la surface U g,ν ; il est muni du revêtement universel canonique M g,ν,c ( 21; M g,ν,c E g /A o g,ν) de groupe d automorphismes T + g,ν justement - U g,ν,c étant lui aussi muni d un revêtement universel au-dessus du précédent, (Ũ g,ν,c = E g /A o g,ν + 1). Ceci donne naissance aux suites exactes des groupes discrets (dans le contexte topologique général) 1 π g,ν S + g,ν T + g,ν 1 (24) 1 πg,ν Autlac (π g,ν ) Autextlac (π g,ν ) 1 (la première suite s envoyant dans la seconde par un isomorphisme de structures d extensions [avec les identifications] S + g,ν = π 1 (U g,ν,c ) et T + g,ν = π 1 (M g,ν,c )) qui par passage aux complétés profinis donne la suite exacte analogue pour les multiplicités algébriques sur C. 1 ˆπ g,ν Ŝ g,ν ˆT+ g,ν 1 (25) ˆπ g,ν Autlac (ˆπ g,ν ) Autextlac (ˆπ g,ν ) 1. Cette situation provient d ailleurs canoniquement d une situation analogue sur Q 0 = clôture algébrique de Q dans C, le choix de Ũ g,ν,c définissant un Ũ g,ν,q0, d où un M g,ν,q0. Pour définir un isomorphisme entre cette suite (25) et la suite exacte (21 ) (munie canoniquement de deux homomorphismes dans (22)) il faut 1) choisir un isomorphisme Q Q 0 l indétermination est dans Gal(Q/Q); ceci permet d identifier Q et Q 0 ; 2) Choisir un isomorphisme (sur Q = Q 0 ) de (Ũg,ν) 0 (construit par voie transcendant sur C et descendu à Q 0 ) avec Ũ g,ν,q l indétermination est dans π 1 (M g,ν,q ). En résumé, on a une classe d isomorphismes de (21) et (25), définie modulo automorphismes intérieurs dans le groupe profini π 1 (U g,ν ). Une fois choisi l isomorphisme Q Q 0, les isomorphismes correspondants transforment la classe de discrétifications orientée standard de ˆπ g,ν en exactement une classe de discrétifications orientée de π. Changeant le choix de l isomorphisme en son complexe conjugué, on trouve la quasidiscrétification orientée opposée. 8 On voit d autre part que l image de π 1 (M g,ν,q ) π 1 (M g,ν ) dans ˆT(π) n est autre que le ˆT + correspondant à une quelconque des classes de quasi-rigidification discrètes choisies le sous-groupe ne dépend pas du choix de cette classe ce qui ne fait qu exprimer que l image de π 1 (M g,ν,q ) dans ˆT(π), considérée comme sous-groupe de l image du groupe plus grand π 1 (M g,ν ), y est invariante ce qui résulte du fait que π 1 (M g,ν,q ) est invariant 6

7 dans π 1 (M g,ν,q ). Ainsi π est muni canoniquement (non d une quasi-rigidification discrète orientée, ce qui dépend du choix d un isomorphisme Q Q 0, i.e. d un plongement Q C), mais du moins d un groupe de Teichmüller géométrique strict Σ ˆT(π), à savoir l image de π 1 (M g,ν,q ) (isomorphe à [??]) 9 Ceci posé, on a un homomorphisme canonique d extensions de groupes 1 π1 (M g,ν,q ) π1 (M g,ν ) Gal(Q/Q) 1 (26) 1 Σ N Σ IΓ Σ 1, où N Σ = NormˆT(π) (Σ) et IΓ Σ est le groupe des automorphismes extérieurs arithmétiques de π (muni de Σ). Pour le choix d un isomorphisme Q Q 0, i.e. d un plongement Q C, l image de la conjugaison complexe de Gal(Q 0 /Q) n est autre que l élément d ordre 2 de IΓ Σ associé au sous-groupe de Teichmüller géométrique, associé à la quasi-discrétification (orientée, mais peu importe) canonique sur π (définie par Q Q 0 ). La conjecture naturelle ici, c est que (27) Gal(Q/Q) IΓ Σ du groupe de Galois vers les automorphismes extérieurs arithmétiques de (π, Σ) soit un isomorphisme. On peut la compléter par la conjecture, encore plus hardie, que de plus Σ est invariant dans ˆT(π) ( Σg,ν invariant dans ˆTg,ν ), ce qui signifierait donc que N Σ = ˆT, ou encore que (*) (28) π 1 (M g,ν ) ˆT(π) = Autextlac (π) et Gal(Q/Q) s identifierait au quotient arithmétique du groupe des automorphismes extérieurs à lacets de π. Soit maintenant U une courbe algébrique de type g, ν sur Q. Elle est définie par un point de M g,ν,q sur Spec Q, et comme fibre de U g,ν en ce point. Choisissons un revêtement universel de U, d où un groupe π(u), canoniquement isomorphe au groupe π ci-dessus, une fois choisi un isomorphisme entre Ũg,ν et le revêtement universel de U g,ν déduit de Ũ, ce qui donne une indétermination dans π 1 (U g,ν,q ) Ŝ+. Ainsi, une fois choisi un isomorphisme Q Q 0, on trouve sur π 1 (U) une quasi-discrétification orientée [voir 8 ] (évidente d ailleurs à définir directement, par voie transcendante), changée en son opposée par changement de l isomorphisme Q Q 0 par conjugaison complexe. D autre part, le sous-groupe ˆT + (*) conjectural! 7

8 de ˆT(π), correspondant à cette quasi-discrétification (orientée, peu nous chaut) ne dépend pas du choix de l isomorphisme en question Q Q 0, il est canoniquement associé à π en tant que groupe fondamental d un U sur un corps algébriquement clos (N.B. on pourrait prendre un corps algébriquement clos de caractéristique zéro quelconque, pas la peine que ce soit sur Q, cf. plus bas). Si la conjecture sur IΓ est vérifiée, il en résulterait que la donnée d un groupe profini à lacets π de type (g, ν), muni d un groupe de Teichmüller géométrique strict Σ ˆT(π) (ce qui peut-être n est pas une structure supplémentaire du tout Σ serait uniquement déterminé par π!) équivaudrait à la donnée d une extension algébriquement close Q de Q (dont le groupe de Galois serait NˆT(Σ)/Σ = IΓ Σ ) et le IΓ 0 -torseur Isom(Q, Q 0 ) s identifierait à l ensemble ( Isom(ˆπ g,ν, π)/ˆt g,ν) des quasi-rigidifications orientées donnant naissance à π...) et d un revêtement universel de U g,ν,q ou simplement d un revêtement universel Ũg,ν de U g,ν = U g,ν,q. (*) La donnée d un isomorphisme Q Q 0 revient donc à celle d une quasi-rigidification orientée sur π compatible avec Σ (condition peut-être automatiquement satisfaite...). Ceci dit, la donnée d une courbe algébrique de type g, ν sur un corps algébriquement clos Q, et d un revêtement universel de celle-ci reviendrait à la donnée d une donnée précédente (à savoir un revêtement universel d un M g,ν, plus un point de M g,ν,q sur Q définissant un revêtement universel) (**), et cette dernière donnée s identifierait à un germe de scindage dans l extension 1 π 1 (M g,ν,q ) π 1 (M g,ν ) π 1 (Q) 1. L interprétation profinie (en termes des groupes extérieurs à lacets π) est alors un (π, Σ), et un germe de scindage de 1 Σ N Σ IΓ Σ 1. Si on veut une courbe sur une sous-extension finie K de Q/Q, correspondant à un sousgroupe d indice fini Γ IΓ Σ, il s agira d un scindage partiel Γ N Σ. Mais sûrement, si cette description des courbes algébriques anabéliennes est pleinement fidèle, elle n est pas 2-fidèle, i.e. il faut des conditions sur ce scindage, qu il faudra examiner par la suite. La description d une courbe algébrique de type g, ν sur un corps fixé, de type fini sur Q, K quelconque, muni d une extension algébriquement close K (donc IΓ = Gal(K/K) IΓ 0 = Gal(Q/Q), où Q est la clôture algébrique de Q dans K), en termes de IΓ IΓ 0, (*) si on se donne seulement π comme groupe extérieur, avec Σ, ce qui revient à la donnée d un revêtement universel de M g,ν. (**) NB. Si on renonce à choisir Ũ, ceci revient à travailler avec les groupes à lacets extérieurs. 8

9 serait la suivante: donnée d un groupe extérieur à lacets π de type g, ν, d un sous-groupe de Teichmüller Σ dans ˆT(π), d un isomorphisme Q corps défini par cette situation (ayant comme groupe de Galois N Σ /Σ, de sorte qu on trouve un isomorphisme IΓ 0 N Σ /Σ), enfin d un relèvement de IΓ IΓ 0 (qui décrit une action arithmétiquement extérieure de IΓ sur (π, Σ)) en une action extérieur IΓ N Σ de IΓ sur (π, Σ) avec des conditions qu il faudra essayer de dégager (nécessaires et suffisantes conjecturalement) sur ce relèvement. Notons que tout plongement K C définit canoniquement sur le groupe extérieur π = π 1 (U K ) une quasi-discrétification orientée, remplacée par l opposée quand on remplace le plongement par le complexe conjugué. Je dis que ces quasi-discrétifications définissent toutes Σ comme groupe des automorphismes et que la quasi-discrétification définie par K C ne dépend que de sa restriction en Q C de façon plus précise, c est celle qu on définit directement à l aide de Q C, i.e. de Q Q 0. Mais il y a lieu d examiner aussi la façon d obtenir des discrétifications. Ainsi, si un U est défini sur Q 0, [c est] un π extérieur de type (g, ν), muni d une quasi-discrétification orientée π + 0, et d un germe de scindage de 1 Σ N Σ IΓ Σ 1, où Σ = Autext lac (π, π + 0 ), qui fait opérer extérieurement le noyau du groupe défini par IΓ Σ sur π, les points rationnels sur Q 0 correspondant aux classes de π-conjugaison des germes de relèvement de cette opération extérieure en une vraie opération. Supposons donc donné un tel point, i.e. on a un sous-groupe ouvert IΓ IΓ Σ qui opère bel et bien sur π, l opération définie mod automorphismes intérieurs (lui-même unique car π Γ = {1}!) Dans cette situation, il faudrait définir dans π π 1 (U P, P ) une discrétification orientée π 0 π, et pas seulement une quasi-discrétification orientée! (Bien sûr, elle doit être dans la classe qu on s est donnée d avance de discrétifications orientées, qu on avait justement notée π + 0. On y reviendra ainsi qu à la situation analogue sur un corps de base K de type quelconque...) Je réfère au début du suivant ( 27) pour le changement de terminologie, la quasidiscrétification devenant une prédiscrétification. Mais il y a lieu d introduire aussi une notion plus fine, correspondant au cas d un π 1 (profini) d une variété algébrique X définie sur un corps algébriquement clos K, quand on plonge K dans C: il y a une discrétification mod automorphismes intérieurs on l appellera une prédiscrétification stricte. Dans le cas d un π à lacets, l espace homogène sous ˆT(π) de celles-ci s identifie à Isom lac (ˆπ g,ν, π)/(ˆπ g,ν T g,ν ) Isomext lac (ˆπ g,ν, π)/t g,ν, et cette action également ne dépend que du groupe profini à lacets extérieur défini par π g,ν, et équivaut à celle d une base extérieure de π mod action de T g,ν, i.e. d un isomorphisme de π avec le ˆπ g,ν type, mod action de T g,ν. L application 9

10 Bases extérieures de π Prédiscrétifications de (π) fait donc du membre de gauche un torseur relatif à droite sur celui de droite, de groupe T g,ν. Une prédiscrétification de (π, Σ) correspond à un choix d un isomorphisme de la clôture algébrique Q (π,σ) = Q associé à (π, Σ), avec Q 0. Quand on se donne (π, Σ) comme correspondant à une courbe algébrique sur Q, i.e. qu on se donne un germe de relèvement de IΓ Σ dans N Σ ˆT(π), i.e. un germe d actions extérieures de IΓΣ sur π, toute prédiscrétification doit donner naissance à une discrétification stricte et même à une discrétification quand on remonte un germe d action ( admissible ) de IΓ Σ sur π Changement de type (g, ν) (a) Bouchage de trous Je vais changer de terminologie, en appelant prédiscrétification ce que j avais appelé (un peu péjorativement!) quasi-discrétification. En effet, on prévoit qu une prédiscrétification compatible avec Σ qui revient moralement au plongement (modulo la conjugaison complexe) dans C de la clôture algébrique Q de Q canoniquement associé à ( π, Σ( ˆT(π)) ), donne naissance, dès que l action extérieure arithmétique de IΓΣ = N Σ /Σ sur π est relevée en un germe d action sur π, à une vraie discrétification de π. Itou pour les prédiscrétifications orientées. Le groupe N Σ /Σ mérite aussi un nom je vais l appeler le groupe de Teichmüller arithmétique associé à (π, Σ) (*), et ses éléments seront appelés les automorphismes arithmétiquement extérieurs de π déduits d un automorphisme extérieur (normalisant Σ) en négligeant les automorphismes extérieurs géométriques (i.e. justement ceux dans Σ) comme les automorphismes extérieurs ordinaires étaient décrits en négligeant les automorphismes intérieurs de π. On fera attention que le caractère multiplicateur χ : ˆT(π) Ẑ est trivial sur Σ, par construction de Σ, et passe à IΓ Σ : χ Σ : IΓ Σ Ẑ. Bien sûr, ce caractère s appelera encore multiplicateur, ou caractère cyclotomique. Si notre conjecture fondamentale est vraie 1, ce caractère identifie (IΓ Σ ) ab à Ẑ. Par contre, si I = I(π), l homomorphisme canonique ˆT S I (*) moralement, Σ = ˆT +, mais il n y a pas de ˆT! 10

11 n est pas trivial sur Σ, mais induit un homorphisme surjectif: Σ S I, d où un sous-groupe Σ! tel que Σ/Σ! SI.( ) On voit de suite que tout γ ˆT qui normalise Σ normalise Σ! = Σ ˆT!, d où Σ! est aussi invariant dans N Σ. Soit N! Σ = N Σ ˆT!, on a un diagramme cartésien de sous-groupes de ˆT: (**) moralement, Σ! ˆT!+ 11

12 N! S I N IΓ Σ IΓ Σ Σ! S I Σ donnant un homomorphisme injectif N /Σ! N /N! N /Σ (ici N /N! = S I, N /Σ = IΓ Σ et Σ/Σ! N /N! S I ), dont on voit de suite qu il est bijectif N /Σ! N /N! N /Σ S I IΓ Σ, et on a par suite aussi N! /Σ! N /Σ = IΓΣ, i.e. le groupe IΓ Σ des automorphismes arithmétiquement extérieurs de (π, Σ) peut se décrire aussi via les automorphismes extérieurs induisant l identité sur I. Dans le cas (g, ν) = (0, 3), on a Σ! = {1}, donc Σ S 3. N est le normalisateur de S 3 dans ˆT, N! IΓ Σ est son centralisateur, et N s identifie au produit direct des deux. Soit maintenant I I, ν = card(i ), et considérons le groupe extérieur π déduit de π par bouchage de trous en I \ I, d où un homomorphisme π π. Considérons les bases de π pour lesquelles, les ν premiers l i soient dans des groupes à lacets L i (i I ) on les appelle adaptées à I ; elles forment un torseur Isom lac (ˆπ g,ν, π) sous le sous-groupe Ŝ g;(ν,ν ) de Ŝ g,ν = Aut lac (ˆπ g,ν ), formé des u Ŝ g,ν dont l image dans S I invarie l ensemble des ν premiers éléments (ou encore l ensemble complémentaire des ν ν derniers). Pour une telle base, on trouve une base correspondante de π. La donnée de (π, I ) équivaut à celle d un torseur sous Ŝ g;(ν,ν ), celle d un π à la donnée d un torseur sous Ŝ g,ν, et le passage de π à π est décrit par le changement de groupe d opérateurs Ŝ g;(ν,ν ) Ŝ g,ν.( ) Cet homomorphisme envoie Ŝg;(ν,ν ) dans Ŝg,ν, et même S g;(ν,ν ) dans S g,ν, aussi π dans π. Il s ensuit que toute prédiscrétification de π en définit une de π, de même pour les (*) D où aussi: toute base, toute discrétification, discrétification orientée de π en définit une de π, itou pour les classes de π, π conjugaison i.e. pour les prédiscrétifications (éventuellement orientées) strictes, et aussi pour les adhérences des classes i.e. pour les prédiscrétifications et prédiscrétifications orientées. Il n y a que le cas des arithmétisations qui demande une analyse plus fine. 12

13 prédiscrétifications strictes, discrétifications, bases extérieures adaptées à I. Enfin, si on a une préarithmétisation 2 de π, i.e. un Σ ˆT(π), en déduit-on une préarithmétisation de π i.e. (par exemple) si deux prédiscrétifications de π sont compatibles i.e. ont le même groupe Σ ˆT(π) d automorphismes extérieurs, en est-il de même de leurs images? Pour y voir plus clair, on va écrire sous forme de diagramme les ensembles remarquables associés à π, et ceci de deux façons, l une sans utiliser de structure particulière sur I = I(π), l autre en utilisant un ordre total, ce qui permet, dans le torseur Isom lac (ˆπ g,ν, π) sous Ŝ g,ν, de définir le sous-torseur sous Ŝ! g,ν qu on peut noter Isom! lac(ˆπ g,ν, π). 13

14 discrétifications orientées (π) S + g,ν Bases de (π) Isom lac (ˆπ g,ν, π) [Bases! (π) Isom! lac(ˆπ g,ν, π)] g,ν ˆπ Bases extérieures de π Isom lac (ˆπ g,ν, π)/s + g,ν Isom lac (ˆπ g,ν, π)/ˆπ g,ν Isom! lac(ˆπ g,ν, π)/s!+ g,ν Isomext lac (ˆπ g,ν, π) T g,ν discrétifications orientées strictes (π) Isom lac (ˆπ g,ν, π)/s + g,ν ˆπ g,ν Isomext lac (ˆπ g,ν, π)/t + g,ν Isom! lac(ˆπ g,ν, π)/s!+ g,ν ˆπ g,ν Isomext lac (ˆπ g,ν, π)/t!+ g,ν prédiscrétifications orientées (π) Isom lac (ˆπ g,ν, π)/ŝ+ g,ν Isomext lac (ˆπ g,ν, π)/ˆt + g,ν Isom! lac(ˆπ g,ν, π)/ŝ!+ g,ν Isomext! lac(ˆπ g,ν, π)/ˆt!+ g,ν IΓ Σ IΓ g,ν préarithmétisations de π Isom lac (ˆπ g,ν, π)/m g,ν 3 Isomext lac (ˆπ g,ν, π)/n g,ν Isom! lac(ˆπ g,ν, π)/m! g,ν Isomext! lac(ˆπ g,ν, π)/n! g,ν 14

15 NB: On pose ˆT!+ IΓ g,ν = N g,ν /Σ g,ν = N! g,ν/σ! g,ν (où Σ g,ν = ˆT + g,ν, Σ! g,ν = g,ν). On peut aussi le décrire comme le groupe IΓ Σ associé à un groupe extérieur profini à lacets π muni d une prédiscrétification orientée α (sans plus). Si on a deux tels couples (π, α), (π, α ), d où IΓ Σ et IΓ Σ (Σ = Autext lac (π, α), Σ = Autext lac (π, α )), on trouve en effet un isomorphisme canonique: IΓ Σ IΓΣ en prenant n importe quel isomorphisme extérieur à lacets u de π avec π transformant α en α et l isomorphisme associé IΓ Σ IΓ Σ ne dépend évidemment pas du choix de u. Ceci posé, les couples (π, Σ) d un groupe profini à lacets de type (g, ν), muni d une préarithmétisation, avec comme morphismes les isomorphismes arithmétiquement extérieurs (relatifs à Σ et Σ...), forment un groupoïde connexe Π g,ν, ayant un objet origine défini à isomorphisme unique près comme étant (ˆπ g,ν, Σ g,ν ), où au choix n importe quel (π, Σ α ) provenant d un (π, α) (α une prédiscrétification orientée de π), et dont le groupe des automorphismes est justement IΓ g,ν. On constate qu à l exception des deux espaces homogènes (sous Ŝ(π), mais pas nécessairement sous Ŝ(π, I ), voire sous Ŝ! (π)) Bases(π) et Bases ext(π), les quatre autres sont en fait des espaces homogènes sous Ŝ!, et s expriment comme quotients du Ŝ! g,ν-torseur Isom! (ˆπ g,ν, π), par les quatre sous-groupes S! g,ν, S! g,ν ˆπ g,ν, Ŝ! g,ν, M! g,ν (ce dernier défini comme image inverse de N! g,ν dans Ŝ g,ν, tout comme M g,ν est défini comme image inverse de N g,ν ). On trouve d autre part, si I = {i 0,..., i ν 1}, un homomorphisme Ŝ! g,ν Ŝ! g,ν, envoyant S! g,ν dans S! g,ν, en envoyant π g,ν dans π g,ν, donc ˆπ g,ν dans ˆπ g,ν, Ŝ! g,ν dans Ŝ! g,ν, et le sous-groupe S! g,ν ˆπ g,ν de Ŝ! g,ν dans le sous-groupe S! g,ν ˆπ g,ν. Enfin, comme Σ! g,ν s envoie dans Σ! g,ν, N g,ν! s envoie dans le normalisateur de Σ! g,ν ce n est autre que N g,ν!. Changeant de notation, ceci revient au Lemme: (*) N! Σ = NormˆT!(Σ! ) ( = NormˆT(Σ! ) ˆT!). de Ŝ! g,ν dans ˆT! g,ν, je dis que Evidemment on a N! Σ NormˆT(Σ! ) ˆT! ; inversement soit g ˆT! qui normalise Σ!, montrons qu il normalise Σ, i.e. qu il est N (donc N! = N ˆT! )... C est pas clair. J ai pourtant envie de prouver la (*) pas prouvé 15

16 Conjecture: L application canonique Prédiscrét + (π) Prédiscrét + (π ) est bijective. Pour que deux prédiscrétifications orientées α, β de π aient même groupe d automorphismes extérieurs Σ α = Σ β, il faut qu il en soit ainsi pour leurs images Σ α et Σ β, i.e. que Σ α = Σ β, de sorte que la bijection précédente induit une bijection Préarithmétisation(π) Préarithmétisation(π ). Enfin, les bijections précédentes sont compatibles avec l homomorphisme des groupes d opérateurs ˆT(π, I ) ˆT(π ) 4, a fortiori avec ˆT! (π) ˆT! (π ), ce qui implique qu elle induit (pour une préarithmétisation Σ ˆT(π) donnée de π, donnant Σ ˆT(π ) dans π avec Σ! Σ! ) 5 un homomorphisme N Σ! N Σ!, et l homomorphisme correspondant IΓ Σ = N! Σ/Σ! IΓ Σ = N! Σ /Σ! est un isomorphisme. Pour s en convaincre il suffit de regarder le cas où I = {i} (et si on note π = π g,ν, I réduit au dernier élément de I). On a alors un homomorphisme ˆT(π, i) Ŝ(π ) 6 (les automorphismes extérieurs à lacets de π fixant i définissent des automorphismes bien déterminés de π pas seulement extérieurs, i.e. Ŝ(π, i) Ŝ(π ) est trivial sur π, et passe donc au quotient en ˆT(π, i) Ŝ(π, i)). J admets, en analogie avec le cas discret, que cet homomorphisme est un isomorphisme, de sorte qu on a une suite exacte (*) 1 π ˆT(π, i) Ŝ(π, i) 1 ou encore 1 ˆπ g,ν 1 ˆTg;(ν,ν 1) Ŝ g,ν 1 1 qui contient la suite exacte 1 π g,ν 1 T g;(ν,ν 1) S g,ν 1 1 (*) rappelons qu on suppose π anabélien, i.e. 2g + ν 3 16

17 comme sous-suite exacte. Il est commode de travailler plutôt avec 1 πg,ν 1 T!+ g,ν S!+ g,ν ˆπ g,ν 1 ˆT!+ g,ν Ŝ!+ g,ν ˆπg,ν 1 ˆT! g,ν Ŝ! g,ν 1 1. L application Prédiscrét + (π) Prédiscrét + (π ) s identifie alors à ˆT! g,ν/ˆt! g,ν, on lit sur le diagramme que c est Ŝ! g,ν 1/Ŝ!+ g,ν 1, d où la bijectivité sur les ensembles de prédiscrétifications orientées. Dans le groupe ˆT! g,ν = T, on a un sous-groupe invariant ˆπ g,ν 1 = π, et un sous-groupe ˆT!+ Σ (= g,ν) entre π et T, donnant un sous-groupe Σ Ŝ!+ g,ν 1 dans T! = T/π ( Ŝ! g,ν 1), et on sait bien qu alors T/Σ T /Σ, et que le normalisateur N de Σ dans T est l image inverse du normalisateur N de Σ dans T, de sorte que N /Σ N /Σ, ce qui prouve ce qu on voulait. Corollaire: On a des isomorphismes canoniques: IΓ g,ν IΓg,ν 1 de sorte que si g 2, on a canoniquement IΓ g,ν IΓ g,0 ; d autre part IΓ 1,ν IΓ 1,1 (g = 1, ν 1), IΓ 0,ν IΓ 0,3 (ν 3). (*) NB: Le fait admis est loin d être évident même que ˆTg;(ν,ν 1) ˆTg,ν 1 soit surjectif ou que ˆTg;(ν,ν 1) Ŝ g,ν 1 soit injectif, est loin d être évident, et est peut-être tout à fait faux! Le fait admis revient à un énoncé d existence d un foncteur en sens inverse forage de trous qui en tout état de cause reste incompris. 28. Changement de type (g, ν) (suite): (b) passage à un revêtement fini Soit π un groupe profini à lacets de type (g, ν), anabélien comme toujours, π un sous-groupe d indice fini. On sait (ou on vérifie, par passage au cas discret) que muni des (*) On voit aussi que Σ invariant dans ˆT équivaut à Σ invariant dans ˆˆT. 17

18 traces sous π des sous-groupes à lacets de π, π est un groupe à lacets. Ses sous-groupes à lacets sont aussi les sous-groupes L tels que a) L = Centr π (L ) π b) L = Centr π (L ) est un sous-groupe à lacets dans π. On pose d(l ) = [L : L ], et on a ainsi une fonction d : I = I(π ) N, et une application I φ I, telles que i I, on ait: (1) i I i au dessus de i On aura la formule de Hurwitz d(i ) = n (où n = [π : π ]). (2) 2g 2 = n(2g 2) + ( d(i ) 1 ), i I où la somme à droite est égale à (n card(i) card(i )), i.e. (3) 2g 2 + card(i ) = n ( 2g 2 + card(i) ). (NB. 2g 2+card(I) est l opposé de la caractéristique d Euler-Poincaré à supports compacts de la courbe dont π est le groupe fondamental...). (*) De façon évidente, toute discrétification de π en définit une de π et il en est de même pour les discrétifications orientées, modulo un peu de cohomologie, ce qui revient à dire, dans le cas discret par exemple, que T H 2! (U, Z) H2! (U, Z) T peut s écrire sous la forme nθ 1, où θ est un isomorphisme bien déterminé (l isomorphisme trace) T T. Il n est pas clair pour moi à première vue si l application Discrét(π) Discrét(π ) est surjective, ou injective. L injectivité pour tout π d indice fini dans π signifierait que deux discrétifications π 0, π 0 de π qui sont commensurables, i.e. telles que π 0 π 0 soit d indice fini dans π 0 et dans π 0, sont égales. Supposons que π soit un sous-groupe invariant dans π, et posons G = π/π. Conjecture: L application Discrét(π) Discrét(π ) est injective, et son image est formée des discrétifications π 0 π telles que G Autext lac (π ) Autext lac (ˆπ 0) ˆT(ˆπ 0 ) se (*) NB. Dire qu on est dans le cas anabélien signifie que EP! [i.e. l opposé de la caractéristique d Euler-Poincaré à support compact] est 1, et cette relation est donc conservée par passage à un revêtement. L entier EP! mesure par sa positivité stricte le degré d anabélianité en quelque sorte.. 18

19 factorise par T(π 0) = Autext lac (π 0) (et en fait, même par T(π 0) + ). En d autres termes, g π, h π tel que Int(hg)(π 0) π 0, i.e. π π 0 = π, où π 0 est le normalisateur de π 0 dans π. La condition pour qu un π 0 soit dans l image est évidemment nécessaire. Montrons qu elle est suffisante, et que le π 0 donnant naissance à π 0 par π 0 π est unique. On a une action extérieure de G sur π 0, qui définit l action extérieure sur ˆπ 0 π, or π se récupère canoniquement à partir de cette dernière (car Centre(ˆπ ) = 1), et on voit que c est le complété profini de l extension π 0 de G par π 0, définie par l action extérieure de G sur π 0. On a donc bien une discrétification généralisée π 0 de π, au sens de la seule structure de groupe profini, et elle induit π 0 mais il faut voir qu elle est compatible avec la structure à lacets de π. Mais celle-ci s explicite, à partir de la structure à lacets de π, en prenant les sous-groupes à lacets L de π, et leurs centralisateurs dans π. Faisant itou pour π 0 π 0, on devrait trouver une structure à lacets sur π 0, donnant lieu aux mêmes d i. J ai l impression que ça ne doit pas être très vache à prouver ce serait comme si on savait déjà que toute extension sans torsion d un groupe fini par un groupe à lacets est de façon canonique un groupe à lacets... Corollaire: En tout cas, l application Discrét(π) Discrét(π ) est injective. NB: Elle ne doit pas toujours être bijective, car il doit y avoir une action extérieure d un G sur un ˆπ 0, i.e. un homomorphisme G ˆT(ˆπ 0 ), qui ne se factorise pas par T(π 0), et qui pourtant est aussi bonne du point de vue groupe profini que celles provenant d un π et d un sous-groupe invariant π. En fait, partons d une telle situation discrète π 0 π 0, d où G = π 0 /π 0 et G Autext lac (π 0) = T(π 0) ˆT(ˆπ 0 ), et conjuguons G par un élément γ de ˆT(π 0 ), de façon à trouver G ˆT(ˆπ 0 ) qui ne se factorise pas par T(π 0). On trouve une extension π de G par ˆπ 0, isomorphe à ˆπ 0 (en tant qu extension de G par ˆπ 0), donc la structure à lacets de ˆπ 0 en définit une sur π (de façon à être induite par cette dernière), mais pourtant la discrétification choisie π 0 de ˆπ 0 n est pas induite par une de π. Pour faire la construction, il suffit de trouver un élément γ ˆT(π 0 ) tel que Int(γ) G T i.e. tel que G ne stabilise pas γ 1 (π 0) ˆπ 0. Un tel γ existe toujours... Bien sûr, il n y a pas de raison, pour deux discrétifications π 0, π 1 de π, que si π 0, π 1 sont π-conjugués (i.e. définissent la même prédiscrétification stricte de π), il en soit de même pour π 0 et π 1 pour l action intérieure de π (il faudrait que π 0, π 1 soient conjugués par π, et pas seulement par π). Par contre, je présume que si π 0, π 1 sont adhérents l un à l autre dans l espace des discrétifications de π, i.e. s ils définissent une même prédiscrétification, 19

20 il en est de même pour π 0, π 1, et que l application (4) Prédiscrét(π) Prédiscrét(π ) qu on obtient ainsi, est encore bijective, et qu elle passe à son tour au quotient, pour définir une application bijective (5) Préarith(π) Préarith(π ), et que si Σ, Σ se correspondent par cette dernière, on a un isomorphisme canonique (6) IΓ Σ IΓ Σ, compatible avec les actions de ces groupes sur l ensemble P Σ des prédiscrétifications de π compatibles à Σ, et l ensemble P Σ des prédiscrétifications de π compatibles à Σ (qui sont respectivement des torseurs à gauche sous IΓ Σ, IΓ Σ ). En même temps, on trouvera donc que Σ est unique pour π, i.e. invariant dans ˆT(π), si et seulement si Σ est unique dans π, i.e. invariant dans ˆT(π ). En tout cas, la conjecture fondamentale qui interprète les IΓ g,ν comme IΓ 0 = Gal (Q 0 /Q) aurait au moins comme conséquence que l application Discrét + (π) Discré + (π ) passe au quotient de deux façons, pour donner un diagramme commutatif: Discrét + (π) Discrét + (π ) P = Prédiscrét + (π) P = Prédiscrét + (π ) A = Arithm(π) A = Arithm(π ) et que le carré inférieur est cartésien (sans préjuger de l injectivité ou de la bijectivité de l application A A ). Donc il faudrait que si π 0, π 1 sont deux discrétifications orientées de π, qui définissent la même prédiscrétification (orientée), alors il en soit de même pour leurs traces sur π, π 0 et π 1, relativement à π. Mais déjà si π 0 et π 1 sont π-conjugués (i.e. définissent la même discrétification orientée, stricte), ce n est pas tellement clair mais si, car on aura π = π π 0 donc si π 1 = int(u) π 0, écrivant u = u u 0 avec u π, u 0 π 0, on aura π 1 = int(u )int(u 0 )π 0 = int(u )π 0, donc π 1 = int(u )π 0 donc π 0 et π 1 sont conjugués. Tâchons de procéder de même dans le cas général d un u Ŝ(π 0) + tel que π 1 = u(π 0 ), en écrivant si possible u = u u 0, avec u Ŝ(π 0, π 0) +, et u 0 S(π 0 ) +, où on définit S(π 0, π 0) + comme le groupe des automorphismes discrets de π 0 qui stabilisent π 0, et Ŝ(π 0, π 0) + est son compactifié profini. On aurait alors π 1 = u (u 0 (π 0 )) = u (π 0 ), 20

Table des Matières de la Longue Marche à travers la théorie de Galois Première Partie: 1 à 37

Table des Matières de la Longue Marche à travers la théorie de Galois Première Partie: 1 à 37 Table des Matières de la Longue Marche à travers la théorie de Galois Première Partie: 1 à 37 Nous donnons ci-dessous la table des matières intégrale de l ouvrage, compilée par l auteur lui-même. La pagination

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE FRANÇOIS MAUCOURANT 1. Signature d une permutation Définition 1.1. Soit σ S n une permutations, k le nombre de σ-orbites. On définit la signature

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté.

Examen Partiel. Un soin particulier dans la rédaction est demandé. Les astérisques indiquent l importance des questions et non pas leur difficulté. UFR de Mathématiques, Université de Paris 7 DEA 1996/97 premier semestre Introduction à la cohomologie de de Rham des variétés algébriques A. Arabia & Z. Mebkhout Vendredi 6 décembre 1996 Examen Partiel

Plus en détail

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U

CHAPITRE V. de U U dans Hom(F, F ) est de classe C. b dans Hom(F,F ) est de classe C, l application b b. de U U CHAPITRE V FIBRÉS VECTORIELS 1. Fibrés vectoriels 1. Cartes et atlas vectoriels Soit B une variété différentielle. Considérons un B -ensemble, c est à-dire un ensemble M muni d une application p : M B.

Plus en détail

Structures Algébriques Groupes : exercices

Structures Algébriques Groupes : exercices Institut Galilée Université Paris XIII Structures Algébriques Groupes : exercices L3 semestre 5 2012-2013 Exercice 1 Soit (G, ) un ensemble muni d une loi de composition associative. Montrer que G est

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Théorème de Cayley Le (ou plutôt un des nombreux) théorème(s) de Cayley assure que tout groupe G s identifie de façon naturelle à un sous-groupe du groupe

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat

SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS. par. Stef Graillat SUR LA SIGNATURE DE L AUTOMORPHISME DE FROBENIUS par Stef Graillat Résumé. Dans cette note, nous calculons la signature de l automorphisme de Frobenius dans un corps fini. Nous serons amené pour cela à

Plus en détail

(ii) pour tout x X, on a e x = x.

(ii) pour tout x X, on a e x = x. COURS DE LICENCE 2014/15 4 Groupes agissant sur un ensemble Définition 4.1. Soit G un groupe, X un ensemble non vide, S(X) le groupe des bijections de X. Une action de G sur X ou une opération de G sur

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits.

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits. Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits 1 La qualité de la rédaction est un facteur important dans l appréciation

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f

Par contre, lorsque P est finie, l inclusion f(p ) P implique l égalité f(p ) = P car, f Université Lyon 1 Algèbre générale S.P. Groupes III I. Groupe symétrique et géométrie. On se donne un ensemble E (souvent un espace euclidien ou une partie de cet espace) et une bijection f : E E (souvent

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie Paris 6. École Doctorale Paris Centre. Thèse de doctorat. Discipline : Mathématiques.

Université Pierre et Marie Curie Paris 6. École Doctorale Paris Centre. Thèse de doctorat. Discipline : Mathématiques. Université Pierre et Marie Curie Paris 6 École Doctorale Paris Centre Thèse de doctorat Discipline : Mathématiques présentée par Nicolas Billerey Points de torsion des courbes elliptiques et équations

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces ISSN 1472-2739 (on-line) 1472-2747 (printed) 519 Algebraic & Geometric Topology Volume 1 (2001) 519 548 Published: 5 Octoberber 2001 ATG La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

Plus en détail

B03. Ensembles, applications, relations, groupes

B03. Ensembles, applications, relations, groupes B03. Ensembles, applications, relations, groupes Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 6 janvier 2006 Table des matières 1 Calcul propositionnel 2 2 Ensembles 5 3 Relations 7 4 Fonctions, applications

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015

Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016. Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas. Cours du 7 septembre 2015 Université Rennes 1, Master de Mathématiques, 2015-2016 Matthieu Romagny Introduction à la Géométrie Algébrique. Le langage des schémas Cours du 7 septembre 2015 Références [Pour la géométrie] [EH] D.

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Logique informatique 2013-2014. Examen

Logique informatique 2013-2014. Examen Logique informatique 2013-2014. Examen 30 mai 2013. Durée 3h. Tous les documents sont autorisés. Seuls les résultats du cours peuvent être utilisés sans démonstration. Le barême et la longueur des solutions

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Exo7. Lemme Chinois. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud

Exo7. Lemme Chinois. Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Énoncés : V. Gritsenko Corrections : J.-F. Barraud Exo7 Lemme Chinois Exercice 1 Soient A un anneau et I et J les idéaux de A tels que I + J = (1). Démontrer que I n + J m = (1) quels que soient entiers

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS

EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS EXERCICES : GROUPES, ANNEAUX, CORPS Dans les exercices suivants (G,.) est un groupe dont l élément neutre est noté e. 1. Soient x, y, z trois éléments de G tels que x 3 = y 2, y 3 = z 2, z 3 = x 2. (a)

Plus en détail

Cours d algèbre. M1 Mathématiques et applications. M1 Mathématiques et enseignement

Cours d algèbre. M1 Mathématiques et applications. M1 Mathématiques et enseignement Cours d algèbre M1 Mathématiques et applications M1 Mathématiques et enseignement 2012/2013 Table des matières Chapitre I. Quelques rappels sur les groupes 1 Chapitre II. Action d un groupe sur un ensemble

Plus en détail

Sur l algorithme RSA

Sur l algorithme RSA Sur l algorithme RSA Le RSA a été inventé par Rivest, Shamir et Adleman en 1978. C est l exemple le plus courant de cryptographie asymétrique, toujours considéré comme sûr, avec la technologie actuelle,

Plus en détail

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1

CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 Université Paris 7 U3MI36 CHAPITRE 4 FORMES NORMALES SYSTEMES COMPLETS DE CONNECTEURS 1 4.1 Formes normales Définitions : 1) Une formule F est sous forme normale disjonctive si et seulement si il existe

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Cours de Théorie des groupes Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 26 octobre 2015. Test 1

Cours de Théorie des groupes Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 26 octobre 2015. Test 1 Cours de Théorie des groupes Bachelor Semestre 3 Prof. E. Bayer Fluckiger 26 octobre 2015 Test 1 Exercice 1. (1) Donner la liste des sous-groupes de Z/24Z. Justifier. (2) Est-ce que Z/24Z a un sous-groupe

Plus en détail

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Préambule.................................... xv Bibliographie... xxi I L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Introduction...................................

Plus en détail

Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h

Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h École polytechnique X2013 INF412 Fondements de l informatique Fondements de l informatique: Examen Durée: 3h Sujet proposé par Olivier Bournez Version 3 (corrigé) L énoncé comporte 4 parties (sections),

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

en dimension finie Table des matières

en dimension finie Table des matières Maths PCSI Cours Algèbre linéaire en dimension finie Table des matières 1 Rappels d algèbre linéaire 2 1.1 Applications linéaires......................................... 2 1.2 Familles libres, génératrices

Plus en détail

Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures

Seul document autorisé : le polycopié du cours Examen du 3 juin 2009 Durée : 3 heures Université P. et M. Curie (Paris VI) Master de sciences et technologies ère année - applications Spécialité : Mathématiques Fondamentales code UE : MMAT4020 Mention : Mathématiques et MO : (2 ECTS) code

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Chapitre IV Applications linéaires Révisions Définition. Soient E, deux espaces vectoriels sur le même corps commutatif est dite linéaire si quels que soient x, y E et λ,. Une application f : E f x y f

Plus en détail

Exercices à savoir faire

Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2014 2015 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n o 2 Théorie des ensembles, applications Exercices à savoir faire Théorie des ensembles Exercice 1 Soit F l ensemble des femmes. Qu

Plus en détail

Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie

Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie Arithmétique modulaire et applications à la cryptographie Etant donné un entier n, l arithmétique modulo n consiste à faire des calculs sur les restes dans la division euclidienne des entiers par n. Exemples

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES DENIS-CHARLES CISINSKI Résumé. On démontre que pour toute petite catégorie A, le dérivateur HOT A associé à la théorie de l homotopie des préfaisceaux

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1

THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 THEORIE DES CORPS Cours de mathématiques pour Licence L3 et Master M1 Cours et Exercices corrigés 1 Michel Goze, Elisabeth Remm 1. Edité par Ramm Algebra Center 2 Introduction Ce cours s adresse aux étudiants

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F.

Espaces vectoriels 2006-2007. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle F. Agrégation interne de Mathématiques Département de Mathématiques Université de La Rochelle 2006-2007 Espaces vectoriels Convention 1. Dans toute la suite, k désignera un corps quelconque. Définition 2.

Plus en détail

Dimension de Krull explicite. Application aux théorèmes de Kronecker, Bass, Serre et Forster.

Dimension de Krull explicite. Application aux théorèmes de Kronecker, Bass, Serre et Forster. Dimension de Krull explicite. Application aux théorèmes de Kronecker, Bass, Serre et Forster. Henri Lombardi et Claude Quitté. Notes de cours. Juillet 2008, avec quelques changements de détails en 2012,

Plus en détail

1 Séancs du 14/21.11.08

1 Séancs du 14/21.11.08 1 1 Séancs du 14/21.11.08 1.1 Le rayon spectral Le spectre d un opérateur (ici, élément d une algèbre stellaire) est un compact non vide. La compacité est immédiate, car, pour z > u, u zi peut être inversé

Plus en détail

ESQUISSE D UN PROGRAMME. par Alexandre Grothendieck

ESQUISSE D UN PROGRAMME. par Alexandre Grothendieck ESQUISSE D UN PROGRAMME par Alexandre Grothendieck Sommaire: 1. Envoi. 2. Un jeu de Lego-Teichmüller et le groupe de Galois de Q sur Q. 3. Corps de nombres associés à un dessin d enfant. 4. Polyèdres réguliers

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Séminaire Tripode, ENS Lyon, Juin 2008. Stefaan Vaes 1/22 Sujet de l exposé 1 Introduction aux relations d équivalence dénombrables,

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées.

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées. Université Claude Bernard Lyon I Agrégation de Mathématiques : Algèbre & géométrie Année 2006 2007 Applications affines A ne pas rater Définition et caractérisations des applications affines, en particulier

Plus en détail

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD

Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : Accès à l'université chez DUNOD Les supports de cours suivants font référence au cours de Mr SOL et à son livre : "Accès à l'université" chez DUNOD Les supports de cours ne sont pas complets, ils ne contiennent ni les démonstrations,

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Leçon 1: les entiers

Leçon 1: les entiers Leçon 1: les entiers L ensemble N des entiers naturels Compter, dresser des listes, classer et comparer des objets interviennent dans de multiples activités humaines. Les nombres entiers naturels sont

Plus en détail

- Module M2 - Fondamentaux d analyse

- Module M2 - Fondamentaux d analyse - Module M - Fondamentau d analyse Cléo BARAS, cleo.baras@ujf-grenoble.fr IUT - Grenoble Département Réseau et Télécommunications DUT - ère année Année universitaire 9- Web : http ://iut-tice.ujf-grenoble.fr/gtr/mathm/inde.asp

Plus en détail