La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, 26-37"

Transcription

1 La Longue Marche à travers la théorie de Galois, Part Ib, Groupes de Teichmüller profinis (Discrétification et prédiscrétification) Soit π un groupe profini à lacets de type g, ν, T le Ẑ-module inversible de ses orientations. On suppose qu on est dans le cas anabélien, et on admettra qu alors (1) Centre(π) = {1}, plus généralement que le centralisateur dans π de tout sous-groupe ouvert de π est réduit à {1}. On aura donc encore une suite exacte canonique de groupes profinis (2) 1 π Aut lac (π) Autext lac (π) 1. On posera aussi (3) Autext lac (π) = ˆT(π), et on l appellera le groupe de Teichmüller étendu de π. On posera aussi Ŝ(π) = Aut lac (π), de sorte qu on peut écrire (2) comme (2 ) 1 π Ŝ(π) ˆT(π) 1. Appelons base de π un ensemble d éléments de π: (x i, y i ) 1 i g, (l j ) 1 j ν, les l j engendrant les différents groupes à lacets, satisfaisant (4) l ν l ν 1 l 1 [x g, y g ] [x 1, y 1 ] = 1, et tels que ceci soit une relation génératrice. Si on choisit dans π g,ν une base (discrète) (définition correspondante) (*), d où une base de ˆπ g,ν : on aura une bijection évidente (5) Bases(π) Isom lac (ˆπ g,ν, π). (*) ou encore on définit π g,ν comme le groupe discret de générateurs les x i, y i, l j et de relation de définition (4) 1

2 L ensemble des bases de π est un ensemble homogène sous Ŝ(π) = Aut lac (π). Si la base correspond à un isomorphisme u : ˆπ g,ν π, le groupe π 0 engendré par les x i, y i, l j n est autre que u(π g,ν ). Les sous-groupes de π qui peuvent s obtenir ainsi sont appelés les discrétifications de π. Celles-ci forment un ensemble homogène sous Ŝ(π) = Aut lac (π), canoniquement isomorphe au quotient du Ŝ g,ν -ensemble à droite Isom lac (ˆπ g,ν, π) par S g,ν 1 : (6) Discrét(π) Isom lac (ˆπ g,ν, π)/s g,ν. Les automorphismes (profinis à lacets) de π fixant une discrétification π 0 s identifient aux automorphismes du groupe discret à lacets π 0 : (7) Aut lac (π, π 0 ) Aut lac (π 0 ). La bijection (5) met sur l ensemble des bases de π une structure de bitorseur sous Ŝ(π), Ŝ g,ν, et la topologie correspondante en fait un ensemble profini. L ensemble des discrétifications de π, qui est un quotient de l ensemble précédent, hérite d une topologie quotient, qui n est autre que la topologie quotient du deuxième membre de (6). Cet espace n est pas séparé (S g,ν est toujours infini), car le groupe S g,ν Ŝ g,ν n est pas fermé. On désigne par Discrét (π) l espace topologique séparé associé, s identifiant à Isom lac (ˆπ g,ν, π)/s g,ν, où S g,ν désigne l adhérence de S g,ν dans Ŝ g,ν. On a d ailleurs un homomorphisme évident Ŝ g,ν Ŝ g,ν dont l image est S g,ν, nous admettrons qu il est injectif et identifierons S g,ν à Ŝg,ν. Ainsi (8) Discrét (π) Isom lac (ˆπ g,ν, π)/ŝg,ν. Un élément de Discrét (π) s appelle une classe de discrétifications de π (ou prédiscrétification de π). Si π 0 est une discrétification, on désigne sa classe par π 0. L ensemble des classes de discrétifications de π est un espace homogène sous Ŝ(π), le stabilisateur de π 0 s identifiant à l adhérence de S(π 0 ) = Aut lac (π 0 ) dans Ŝ(π), ou encore à Ŝ(π 0). Celle-ci contient toujours π. (9) Aut lac (π, π 0 ) Ŝ(π 0). 2 Pour toute [pré?]discrétification π 0, le sous-groupe de Ŝ(π) des automorphismes à lacets qui fixent π 0 est noté Ŝ(π 0 ). C est donc l image inverse d un sous-groupe de ˆT(π), noté ˆT(π 0 ). (*) On a donc une inclusion de structures d extensions: (*) NB. L ensemble des classes de discrétification de π se décrit en termes de groupes extérieurs définis par π comme Isomext lac (ˆπ g,ν, π) divisé par ˆT g,ν ; on a d ailleurs une application de degré 2 Isomext(ˆπ g,ν, π)/ˆt + g,ν Isomext(ˆπ g,ν, π)/ˆt g,ν, ce qui permet pour toute classe de discrétification de définir ses deux orientations et de parler des classes de discrétification orientées. 2

3 (10) 1 π Ŝ(π 0 ) ˆT(π 0 ) 1 1 π Ŝ(π) ˆT(π) 1. (On montre par voie arithmético-géométrique que l inclusion ˆT ˆT n est jamais un isomorphisme). On trouve ainsi une application (11) Discrét (π) sous-groupes fermés de ˆT(π), [π 0 ˆT(π 0 )] évidemment compatible à l action de Ŝ(π) (transport de structure) opérant à droite via ˆT(π) et ses automorphismes intérieurs sur lui-même. 3 On trouve ainsi une classe de conjugaison bien déterminée de sous-groupes fermés de ˆT(π), qu on appelle ses sous-groupes de Teichmüller géométriques. Il se pourrait d ailleurs que ˆT g,ν soit son propre normalisateur dans ˆTg,ν ce qui équivaut à l assertion que (11) est bijective: la donnée d une classe de discrétifications de π serait équivalente à celle d un sous-groupe de Teichmüller géométrique dans son groupe de Teichmüller étendu ˆT. (*) Notons qu on a des homomorphismes canoniques (12) ˆT χ Ẑ (13) ˆT S I (où I = I(π) est l ensemble des classes de conjugaison des sous-groupes à lacets de π), induisant sur ˆT(π 0 ) des homomorphismes correspondants d où la définition des sousgroupes ˆT!, ˆT+, ˆT!+ et de même pour ˆT. Notons que χ ne prend sur ˆT que les valeurs ±1. 4 Le sous-groupe ˆT + des automorphismes extérieurs du groupe à lacets profinis π, fixant une classe de discrétifications π 0 et de multiplicateur +1, joue un rôle très particulier. A l opposé de ce qu on peut conjecturer sur ˆT (dont ˆT + est un sous-groupe ouvert d indice 2), (*) c est complètement déconnant et ultra-faux; un moment d égarement! Cela apparaît clairement par la suite...la question judicieuse (avec laquelle j ai dû sur le coup confondre) c est si ˆT est invariant dans ˆT, i.e. si le normalisateur est ˆT tout entier. 3

4 on supposerait plutôt que ˆT + est invariant dans ˆT [voir note en bas de page précédente]. En tout état de cause, les sous-groupes ainsi définis dans ˆT via classes de discrétification de π (peut-être n y en a-t-il qu un seul et unique!) 5 s appelleront les sous-groupes de Teichmüller géométriques stricts. Le choix d un tel sous-groupe de ˆT est, en tout état de cause, un élément de structure nettement plus faible que celui d une classe de discrétification, et même que celui d un sous-groupe de Teichmüller géométrique (pas strict). Pour préciser les relations entre ces deux notions, rappelons d abord que ˆT + = Σ se déduit de ˆT comme noyau de χ ˆT : ˆT {±1}. D autre part (pour un sous-groupe de Teichmüller géométrique strict choisi ˆT + ), considérons (14) N Σ = N = NormˆT (Σ) où Σ = ˆT + ([N Σ est] peut-être toujours égal à ˆT tout entier), évidemment (si Σ provient d un ˆT) (15) Σ = ˆT + ˆT N Σ. Le groupe profini N /Σ associé à Σ se note IΓ Σ (si Σ est unique, on note IΓ π ), et les ˆT donnant naissance au même Σ correspondent à une classe de conjugaison d éléments d ordre 2 de IΓ Σ. Il est clair en tous cas qu on a une application injective {ensemble des sous-groupes de Teichmüller géométriques ˆT dans ˆT tels que ˆT+ = Σ} (16) {ensemble des éléments d ordre 2 dans IΓ Σ } et que son image est stable par conjugaison. Montrons que deux éléments de l image sont conjugués dans IΓ Σ. En effet, soient ˆT, ˆT Σ tels que Σ = ˆT + = ˆT +. Il existe g ˆT tel que ˆT = Int(g)ˆT, et on aura alors ˆT + = Int(g)ˆT +, i.e. g N, OK. Les éléments d ordre 2 ainsi obtenus dans IΓ Σ s appellent les involutions canoniques. On en donnera une interprétation conjecturale remarquable plus bas. L ensemble ˆT/N s identifie à l ensemble des sous-groupes de Teichmüller géométriques stricts (une fois choisi l élément origine Σ). 6 Plus intrinsèquement, on aura: {Ensemble des sous-groupes de Teichmüller géométriques stricts de ˆT(π)} (17) Isom lac (ˆπ g,ν, π)/n g,ν 4

5 où on pose, comme de juste, (18) N g,ν = NormˆTg,ν (ˆT + g,ν) (peut-être égal à ˆTg,ν tout entier!). Considérons maintenant le topos modulaire sur Q des courbes algébriques de type (g, ν), noté M g,ν,q ou simplement M g,ν. Si nous choisissons un revêtement universel M g,ν (d où un revêtement universel de Spec Q, i.e. une clôture algébrique Q de Q), on peut préciser le π 1 (M g,ν,q ) comme le groupe des M g,ν,q -automorphismes de ce revêtement et l appeler le groupe de Teichmüller arithmétique de type (g, ν) (relatif au choix de M g,ν,q ). On aura donc une suite exacte (19) 1 π 1 (M g,ν,q ) π 1 (M g,ν ) Gal(Q/Q) 1, (où Q et les points base sont explicités comme il a été dit). Notons que par la théorie transcendante de Teichmüller on a un isomorphisme (défini modulo l opération induite par π 1 (M g,ν ) sur π 1 (M g,ν,q ) ): (20) π 1 (M g,ν,q ) ˆT + g,ν (où ˆT + g,ν est le compactifié profini de T + g,ν). Considérons d autre part le schéma U g,ν sur M g,ν, courbe de type (g, ν) universelle. On a donc, en choisissant un revêtement universel Ũg,ν de celle-ci au-dessus du revêtement universel choisi M g,ν de M g,ν, un diagramme commutatif: 1 π π1 (U g,ν ) π1 (M g,ν ) 1 (21 22) 1 π Ŝ(π) ˆT(π) 1 et de même pour U g,ν,q M g,ν,q : (21 ) 1 π π 1 (U g,ν,q ) π 1 (M g,ν,q ) 1. On a bien sûr un isomorphisme de groupes à lacets (23) π ˆπ g,ν dont on voudrait déterminer l indétermination de façon précise. 7 5

6 C Notons M g,ν,c le topos modulaire de Teichmüller complexe, défini à l aide de la surface U g,ν ; il est muni du revêtement universel canonique M g,ν,c ( 21; M g,ν,c E g /A o g,ν) de groupe d automorphismes T + g,ν justement - U g,ν,c étant lui aussi muni d un revêtement universel au-dessus du précédent, (Ũ g,ν,c = E g /A o g,ν + 1). Ceci donne naissance aux suites exactes des groupes discrets (dans le contexte topologique général) 1 π g,ν S + g,ν T + g,ν 1 (24) 1 πg,ν Autlac (π g,ν ) Autextlac (π g,ν ) 1 (la première suite s envoyant dans la seconde par un isomorphisme de structures d extensions [avec les identifications] S + g,ν = π 1 (U g,ν,c ) et T + g,ν = π 1 (M g,ν,c )) qui par passage aux complétés profinis donne la suite exacte analogue pour les multiplicités algébriques sur C. 1 ˆπ g,ν Ŝ g,ν ˆT+ g,ν 1 (25) ˆπ g,ν Autlac (ˆπ g,ν ) Autextlac (ˆπ g,ν ) 1. Cette situation provient d ailleurs canoniquement d une situation analogue sur Q 0 = clôture algébrique de Q dans C, le choix de Ũ g,ν,c définissant un Ũ g,ν,q0, d où un M g,ν,q0. Pour définir un isomorphisme entre cette suite (25) et la suite exacte (21 ) (munie canoniquement de deux homomorphismes dans (22)) il faut 1) choisir un isomorphisme Q Q 0 l indétermination est dans Gal(Q/Q); ceci permet d identifier Q et Q 0 ; 2) Choisir un isomorphisme (sur Q = Q 0 ) de (Ũg,ν) 0 (construit par voie transcendant sur C et descendu à Q 0 ) avec Ũ g,ν,q l indétermination est dans π 1 (M g,ν,q ). En résumé, on a une classe d isomorphismes de (21) et (25), définie modulo automorphismes intérieurs dans le groupe profini π 1 (U g,ν ). Une fois choisi l isomorphisme Q Q 0, les isomorphismes correspondants transforment la classe de discrétifications orientée standard de ˆπ g,ν en exactement une classe de discrétifications orientée de π. Changeant le choix de l isomorphisme en son complexe conjugué, on trouve la quasidiscrétification orientée opposée. 8 On voit d autre part que l image de π 1 (M g,ν,q ) π 1 (M g,ν ) dans ˆT(π) n est autre que le ˆT + correspondant à une quelconque des classes de quasi-rigidification discrètes choisies le sous-groupe ne dépend pas du choix de cette classe ce qui ne fait qu exprimer que l image de π 1 (M g,ν,q ) dans ˆT(π), considérée comme sous-groupe de l image du groupe plus grand π 1 (M g,ν ), y est invariante ce qui résulte du fait que π 1 (M g,ν,q ) est invariant 6

7 dans π 1 (M g,ν,q ). Ainsi π est muni canoniquement (non d une quasi-rigidification discrète orientée, ce qui dépend du choix d un isomorphisme Q Q 0, i.e. d un plongement Q C), mais du moins d un groupe de Teichmüller géométrique strict Σ ˆT(π), à savoir l image de π 1 (M g,ν,q ) (isomorphe à [??]) 9 Ceci posé, on a un homomorphisme canonique d extensions de groupes 1 π1 (M g,ν,q ) π1 (M g,ν ) Gal(Q/Q) 1 (26) 1 Σ N Σ IΓ Σ 1, où N Σ = NormˆT(π) (Σ) et IΓ Σ est le groupe des automorphismes extérieurs arithmétiques de π (muni de Σ). Pour le choix d un isomorphisme Q Q 0, i.e. d un plongement Q C, l image de la conjugaison complexe de Gal(Q 0 /Q) n est autre que l élément d ordre 2 de IΓ Σ associé au sous-groupe de Teichmüller géométrique, associé à la quasi-discrétification (orientée, mais peu importe) canonique sur π (définie par Q Q 0 ). La conjecture naturelle ici, c est que (27) Gal(Q/Q) IΓ Σ du groupe de Galois vers les automorphismes extérieurs arithmétiques de (π, Σ) soit un isomorphisme. On peut la compléter par la conjecture, encore plus hardie, que de plus Σ est invariant dans ˆT(π) ( Σg,ν invariant dans ˆTg,ν ), ce qui signifierait donc que N Σ = ˆT, ou encore que (*) (28) π 1 (M g,ν ) ˆT(π) = Autextlac (π) et Gal(Q/Q) s identifierait au quotient arithmétique du groupe des automorphismes extérieurs à lacets de π. Soit maintenant U une courbe algébrique de type g, ν sur Q. Elle est définie par un point de M g,ν,q sur Spec Q, et comme fibre de U g,ν en ce point. Choisissons un revêtement universel de U, d où un groupe π(u), canoniquement isomorphe au groupe π ci-dessus, une fois choisi un isomorphisme entre Ũg,ν et le revêtement universel de U g,ν déduit de Ũ, ce qui donne une indétermination dans π 1 (U g,ν,q ) Ŝ+. Ainsi, une fois choisi un isomorphisme Q Q 0, on trouve sur π 1 (U) une quasi-discrétification orientée [voir 8 ] (évidente d ailleurs à définir directement, par voie transcendante), changée en son opposée par changement de l isomorphisme Q Q 0 par conjugaison complexe. D autre part, le sous-groupe ˆT + (*) conjectural! 7

8 de ˆT(π), correspondant à cette quasi-discrétification (orientée, peu nous chaut) ne dépend pas du choix de l isomorphisme en question Q Q 0, il est canoniquement associé à π en tant que groupe fondamental d un U sur un corps algébriquement clos (N.B. on pourrait prendre un corps algébriquement clos de caractéristique zéro quelconque, pas la peine que ce soit sur Q, cf. plus bas). Si la conjecture sur IΓ est vérifiée, il en résulterait que la donnée d un groupe profini à lacets π de type (g, ν), muni d un groupe de Teichmüller géométrique strict Σ ˆT(π) (ce qui peut-être n est pas une structure supplémentaire du tout Σ serait uniquement déterminé par π!) équivaudrait à la donnée d une extension algébriquement close Q de Q (dont le groupe de Galois serait NˆT(Σ)/Σ = IΓ Σ ) et le IΓ 0 -torseur Isom(Q, Q 0 ) s identifierait à l ensemble ( Isom(ˆπ g,ν, π)/ˆt g,ν) des quasi-rigidifications orientées donnant naissance à π...) et d un revêtement universel de U g,ν,q ou simplement d un revêtement universel Ũg,ν de U g,ν = U g,ν,q. (*) La donnée d un isomorphisme Q Q 0 revient donc à celle d une quasi-rigidification orientée sur π compatible avec Σ (condition peut-être automatiquement satisfaite...). Ceci dit, la donnée d une courbe algébrique de type g, ν sur un corps algébriquement clos Q, et d un revêtement universel de celle-ci reviendrait à la donnée d une donnée précédente (à savoir un revêtement universel d un M g,ν, plus un point de M g,ν,q sur Q définissant un revêtement universel) (**), et cette dernière donnée s identifierait à un germe de scindage dans l extension 1 π 1 (M g,ν,q ) π 1 (M g,ν ) π 1 (Q) 1. L interprétation profinie (en termes des groupes extérieurs à lacets π) est alors un (π, Σ), et un germe de scindage de 1 Σ N Σ IΓ Σ 1. Si on veut une courbe sur une sous-extension finie K de Q/Q, correspondant à un sousgroupe d indice fini Γ IΓ Σ, il s agira d un scindage partiel Γ N Σ. Mais sûrement, si cette description des courbes algébriques anabéliennes est pleinement fidèle, elle n est pas 2-fidèle, i.e. il faut des conditions sur ce scindage, qu il faudra examiner par la suite. La description d une courbe algébrique de type g, ν sur un corps fixé, de type fini sur Q, K quelconque, muni d une extension algébriquement close K (donc IΓ = Gal(K/K) IΓ 0 = Gal(Q/Q), où Q est la clôture algébrique de Q dans K), en termes de IΓ IΓ 0, (*) si on se donne seulement π comme groupe extérieur, avec Σ, ce qui revient à la donnée d un revêtement universel de M g,ν. (**) NB. Si on renonce à choisir Ũ, ceci revient à travailler avec les groupes à lacets extérieurs. 8

9 serait la suivante: donnée d un groupe extérieur à lacets π de type g, ν, d un sous-groupe de Teichmüller Σ dans ˆT(π), d un isomorphisme Q corps défini par cette situation (ayant comme groupe de Galois N Σ /Σ, de sorte qu on trouve un isomorphisme IΓ 0 N Σ /Σ), enfin d un relèvement de IΓ IΓ 0 (qui décrit une action arithmétiquement extérieure de IΓ sur (π, Σ)) en une action extérieur IΓ N Σ de IΓ sur (π, Σ) avec des conditions qu il faudra essayer de dégager (nécessaires et suffisantes conjecturalement) sur ce relèvement. Notons que tout plongement K C définit canoniquement sur le groupe extérieur π = π 1 (U K ) une quasi-discrétification orientée, remplacée par l opposée quand on remplace le plongement par le complexe conjugué. Je dis que ces quasi-discrétifications définissent toutes Σ comme groupe des automorphismes et que la quasi-discrétification définie par K C ne dépend que de sa restriction en Q C de façon plus précise, c est celle qu on définit directement à l aide de Q C, i.e. de Q Q 0. Mais il y a lieu d examiner aussi la façon d obtenir des discrétifications. Ainsi, si un U est défini sur Q 0, [c est] un π extérieur de type (g, ν), muni d une quasi-discrétification orientée π + 0, et d un germe de scindage de 1 Σ N Σ IΓ Σ 1, où Σ = Autext lac (π, π + 0 ), qui fait opérer extérieurement le noyau du groupe défini par IΓ Σ sur π, les points rationnels sur Q 0 correspondant aux classes de π-conjugaison des germes de relèvement de cette opération extérieure en une vraie opération. Supposons donc donné un tel point, i.e. on a un sous-groupe ouvert IΓ IΓ Σ qui opère bel et bien sur π, l opération définie mod automorphismes intérieurs (lui-même unique car π Γ = {1}!) Dans cette situation, il faudrait définir dans π π 1 (U P, P ) une discrétification orientée π 0 π, et pas seulement une quasi-discrétification orientée! (Bien sûr, elle doit être dans la classe qu on s est donnée d avance de discrétifications orientées, qu on avait justement notée π + 0. On y reviendra ainsi qu à la situation analogue sur un corps de base K de type quelconque...) Je réfère au début du suivant ( 27) pour le changement de terminologie, la quasidiscrétification devenant une prédiscrétification. Mais il y a lieu d introduire aussi une notion plus fine, correspondant au cas d un π 1 (profini) d une variété algébrique X définie sur un corps algébriquement clos K, quand on plonge K dans C: il y a une discrétification mod automorphismes intérieurs on l appellera une prédiscrétification stricte. Dans le cas d un π à lacets, l espace homogène sous ˆT(π) de celles-ci s identifie à Isom lac (ˆπ g,ν, π)/(ˆπ g,ν T g,ν ) Isomext lac (ˆπ g,ν, π)/t g,ν, et cette action également ne dépend que du groupe profini à lacets extérieur défini par π g,ν, et équivaut à celle d une base extérieure de π mod action de T g,ν, i.e. d un isomorphisme de π avec le ˆπ g,ν type, mod action de T g,ν. L application 9

10 Bases extérieures de π Prédiscrétifications de (π) fait donc du membre de gauche un torseur relatif à droite sur celui de droite, de groupe T g,ν. Une prédiscrétification de (π, Σ) correspond à un choix d un isomorphisme de la clôture algébrique Q (π,σ) = Q associé à (π, Σ), avec Q 0. Quand on se donne (π, Σ) comme correspondant à une courbe algébrique sur Q, i.e. qu on se donne un germe de relèvement de IΓ Σ dans N Σ ˆT(π), i.e. un germe d actions extérieures de IΓΣ sur π, toute prédiscrétification doit donner naissance à une discrétification stricte et même à une discrétification quand on remonte un germe d action ( admissible ) de IΓ Σ sur π Changement de type (g, ν) (a) Bouchage de trous Je vais changer de terminologie, en appelant prédiscrétification ce que j avais appelé (un peu péjorativement!) quasi-discrétification. En effet, on prévoit qu une prédiscrétification compatible avec Σ qui revient moralement au plongement (modulo la conjugaison complexe) dans C de la clôture algébrique Q de Q canoniquement associé à ( π, Σ( ˆT(π)) ), donne naissance, dès que l action extérieure arithmétique de IΓΣ = N Σ /Σ sur π est relevée en un germe d action sur π, à une vraie discrétification de π. Itou pour les prédiscrétifications orientées. Le groupe N Σ /Σ mérite aussi un nom je vais l appeler le groupe de Teichmüller arithmétique associé à (π, Σ) (*), et ses éléments seront appelés les automorphismes arithmétiquement extérieurs de π déduits d un automorphisme extérieur (normalisant Σ) en négligeant les automorphismes extérieurs géométriques (i.e. justement ceux dans Σ) comme les automorphismes extérieurs ordinaires étaient décrits en négligeant les automorphismes intérieurs de π. On fera attention que le caractère multiplicateur χ : ˆT(π) Ẑ est trivial sur Σ, par construction de Σ, et passe à IΓ Σ : χ Σ : IΓ Σ Ẑ. Bien sûr, ce caractère s appelera encore multiplicateur, ou caractère cyclotomique. Si notre conjecture fondamentale est vraie 1, ce caractère identifie (IΓ Σ ) ab à Ẑ. Par contre, si I = I(π), l homomorphisme canonique ˆT S I (*) moralement, Σ = ˆT +, mais il n y a pas de ˆT! 10

11 n est pas trivial sur Σ, mais induit un homorphisme surjectif: Σ S I, d où un sous-groupe Σ! tel que Σ/Σ! SI.( ) On voit de suite que tout γ ˆT qui normalise Σ normalise Σ! = Σ ˆT!, d où Σ! est aussi invariant dans N Σ. Soit N! Σ = N Σ ˆT!, on a un diagramme cartésien de sous-groupes de ˆT: (**) moralement, Σ! ˆT!+ 11

12 N! S I N IΓ Σ IΓ Σ Σ! S I Σ donnant un homomorphisme injectif N /Σ! N /N! N /Σ (ici N /N! = S I, N /Σ = IΓ Σ et Σ/Σ! N /N! S I ), dont on voit de suite qu il est bijectif N /Σ! N /N! N /Σ S I IΓ Σ, et on a par suite aussi N! /Σ! N /Σ = IΓΣ, i.e. le groupe IΓ Σ des automorphismes arithmétiquement extérieurs de (π, Σ) peut se décrire aussi via les automorphismes extérieurs induisant l identité sur I. Dans le cas (g, ν) = (0, 3), on a Σ! = {1}, donc Σ S 3. N est le normalisateur de S 3 dans ˆT, N! IΓ Σ est son centralisateur, et N s identifie au produit direct des deux. Soit maintenant I I, ν = card(i ), et considérons le groupe extérieur π déduit de π par bouchage de trous en I \ I, d où un homomorphisme π π. Considérons les bases de π pour lesquelles, les ν premiers l i soient dans des groupes à lacets L i (i I ) on les appelle adaptées à I ; elles forment un torseur Isom lac (ˆπ g,ν, π) sous le sous-groupe Ŝ g;(ν,ν ) de Ŝ g,ν = Aut lac (ˆπ g,ν ), formé des u Ŝ g,ν dont l image dans S I invarie l ensemble des ν premiers éléments (ou encore l ensemble complémentaire des ν ν derniers). Pour une telle base, on trouve une base correspondante de π. La donnée de (π, I ) équivaut à celle d un torseur sous Ŝ g;(ν,ν ), celle d un π à la donnée d un torseur sous Ŝ g,ν, et le passage de π à π est décrit par le changement de groupe d opérateurs Ŝ g;(ν,ν ) Ŝ g,ν.( ) Cet homomorphisme envoie Ŝg;(ν,ν ) dans Ŝg,ν, et même S g;(ν,ν ) dans S g,ν, aussi π dans π. Il s ensuit que toute prédiscrétification de π en définit une de π, de même pour les (*) D où aussi: toute base, toute discrétification, discrétification orientée de π en définit une de π, itou pour les classes de π, π conjugaison i.e. pour les prédiscrétifications (éventuellement orientées) strictes, et aussi pour les adhérences des classes i.e. pour les prédiscrétifications et prédiscrétifications orientées. Il n y a que le cas des arithmétisations qui demande une analyse plus fine. 12

13 prédiscrétifications strictes, discrétifications, bases extérieures adaptées à I. Enfin, si on a une préarithmétisation 2 de π, i.e. un Σ ˆT(π), en déduit-on une préarithmétisation de π i.e. (par exemple) si deux prédiscrétifications de π sont compatibles i.e. ont le même groupe Σ ˆT(π) d automorphismes extérieurs, en est-il de même de leurs images? Pour y voir plus clair, on va écrire sous forme de diagramme les ensembles remarquables associés à π, et ceci de deux façons, l une sans utiliser de structure particulière sur I = I(π), l autre en utilisant un ordre total, ce qui permet, dans le torseur Isom lac (ˆπ g,ν, π) sous Ŝ g,ν, de définir le sous-torseur sous Ŝ! g,ν qu on peut noter Isom! lac(ˆπ g,ν, π). 13

14 discrétifications orientées (π) S + g,ν Bases de (π) Isom lac (ˆπ g,ν, π) [Bases! (π) Isom! lac(ˆπ g,ν, π)] g,ν ˆπ Bases extérieures de π Isom lac (ˆπ g,ν, π)/s + g,ν Isom lac (ˆπ g,ν, π)/ˆπ g,ν Isom! lac(ˆπ g,ν, π)/s!+ g,ν Isomext lac (ˆπ g,ν, π) T g,ν discrétifications orientées strictes (π) Isom lac (ˆπ g,ν, π)/s + g,ν ˆπ g,ν Isomext lac (ˆπ g,ν, π)/t + g,ν Isom! lac(ˆπ g,ν, π)/s!+ g,ν ˆπ g,ν Isomext lac (ˆπ g,ν, π)/t!+ g,ν prédiscrétifications orientées (π) Isom lac (ˆπ g,ν, π)/ŝ+ g,ν Isomext lac (ˆπ g,ν, π)/ˆt + g,ν Isom! lac(ˆπ g,ν, π)/ŝ!+ g,ν Isomext! lac(ˆπ g,ν, π)/ˆt!+ g,ν IΓ Σ IΓ g,ν préarithmétisations de π Isom lac (ˆπ g,ν, π)/m g,ν 3 Isomext lac (ˆπ g,ν, π)/n g,ν Isom! lac(ˆπ g,ν, π)/m! g,ν Isomext! lac(ˆπ g,ν, π)/n! g,ν 14

15 NB: On pose ˆT!+ IΓ g,ν = N g,ν /Σ g,ν = N! g,ν/σ! g,ν (où Σ g,ν = ˆT + g,ν, Σ! g,ν = g,ν). On peut aussi le décrire comme le groupe IΓ Σ associé à un groupe extérieur profini à lacets π muni d une prédiscrétification orientée α (sans plus). Si on a deux tels couples (π, α), (π, α ), d où IΓ Σ et IΓ Σ (Σ = Autext lac (π, α), Σ = Autext lac (π, α )), on trouve en effet un isomorphisme canonique: IΓ Σ IΓΣ en prenant n importe quel isomorphisme extérieur à lacets u de π avec π transformant α en α et l isomorphisme associé IΓ Σ IΓ Σ ne dépend évidemment pas du choix de u. Ceci posé, les couples (π, Σ) d un groupe profini à lacets de type (g, ν), muni d une préarithmétisation, avec comme morphismes les isomorphismes arithmétiquement extérieurs (relatifs à Σ et Σ...), forment un groupoïde connexe Π g,ν, ayant un objet origine défini à isomorphisme unique près comme étant (ˆπ g,ν, Σ g,ν ), où au choix n importe quel (π, Σ α ) provenant d un (π, α) (α une prédiscrétification orientée de π), et dont le groupe des automorphismes est justement IΓ g,ν. On constate qu à l exception des deux espaces homogènes (sous Ŝ(π), mais pas nécessairement sous Ŝ(π, I ), voire sous Ŝ! (π)) Bases(π) et Bases ext(π), les quatre autres sont en fait des espaces homogènes sous Ŝ!, et s expriment comme quotients du Ŝ! g,ν-torseur Isom! (ˆπ g,ν, π), par les quatre sous-groupes S! g,ν, S! g,ν ˆπ g,ν, Ŝ! g,ν, M! g,ν (ce dernier défini comme image inverse de N! g,ν dans Ŝ g,ν, tout comme M g,ν est défini comme image inverse de N g,ν ). On trouve d autre part, si I = {i 0,..., i ν 1}, un homomorphisme Ŝ! g,ν Ŝ! g,ν, envoyant S! g,ν dans S! g,ν, en envoyant π g,ν dans π g,ν, donc ˆπ g,ν dans ˆπ g,ν, Ŝ! g,ν dans Ŝ! g,ν, et le sous-groupe S! g,ν ˆπ g,ν de Ŝ! g,ν dans le sous-groupe S! g,ν ˆπ g,ν. Enfin, comme Σ! g,ν s envoie dans Σ! g,ν, N g,ν! s envoie dans le normalisateur de Σ! g,ν ce n est autre que N g,ν!. Changeant de notation, ceci revient au Lemme: (*) N! Σ = NormˆT!(Σ! ) ( = NormˆT(Σ! ) ˆT!). de Ŝ! g,ν dans ˆT! g,ν, je dis que Evidemment on a N! Σ NormˆT(Σ! ) ˆT! ; inversement soit g ˆT! qui normalise Σ!, montrons qu il normalise Σ, i.e. qu il est N (donc N! = N ˆT! )... C est pas clair. J ai pourtant envie de prouver la (*) pas prouvé 15

16 Conjecture: L application canonique Prédiscrét + (π) Prédiscrét + (π ) est bijective. Pour que deux prédiscrétifications orientées α, β de π aient même groupe d automorphismes extérieurs Σ α = Σ β, il faut qu il en soit ainsi pour leurs images Σ α et Σ β, i.e. que Σ α = Σ β, de sorte que la bijection précédente induit une bijection Préarithmétisation(π) Préarithmétisation(π ). Enfin, les bijections précédentes sont compatibles avec l homomorphisme des groupes d opérateurs ˆT(π, I ) ˆT(π ) 4, a fortiori avec ˆT! (π) ˆT! (π ), ce qui implique qu elle induit (pour une préarithmétisation Σ ˆT(π) donnée de π, donnant Σ ˆT(π ) dans π avec Σ! Σ! ) 5 un homomorphisme N Σ! N Σ!, et l homomorphisme correspondant IΓ Σ = N! Σ/Σ! IΓ Σ = N! Σ /Σ! est un isomorphisme. Pour s en convaincre il suffit de regarder le cas où I = {i} (et si on note π = π g,ν, I réduit au dernier élément de I). On a alors un homomorphisme ˆT(π, i) Ŝ(π ) 6 (les automorphismes extérieurs à lacets de π fixant i définissent des automorphismes bien déterminés de π pas seulement extérieurs, i.e. Ŝ(π, i) Ŝ(π ) est trivial sur π, et passe donc au quotient en ˆT(π, i) Ŝ(π, i)). J admets, en analogie avec le cas discret, que cet homomorphisme est un isomorphisme, de sorte qu on a une suite exacte (*) 1 π ˆT(π, i) Ŝ(π, i) 1 ou encore 1 ˆπ g,ν 1 ˆTg;(ν,ν 1) Ŝ g,ν 1 1 qui contient la suite exacte 1 π g,ν 1 T g;(ν,ν 1) S g,ν 1 1 (*) rappelons qu on suppose π anabélien, i.e. 2g + ν 3 16

17 comme sous-suite exacte. Il est commode de travailler plutôt avec 1 πg,ν 1 T!+ g,ν S!+ g,ν ˆπ g,ν 1 ˆT!+ g,ν Ŝ!+ g,ν ˆπg,ν 1 ˆT! g,ν Ŝ! g,ν 1 1. L application Prédiscrét + (π) Prédiscrét + (π ) s identifie alors à ˆT! g,ν/ˆt! g,ν, on lit sur le diagramme que c est Ŝ! g,ν 1/Ŝ!+ g,ν 1, d où la bijectivité sur les ensembles de prédiscrétifications orientées. Dans le groupe ˆT! g,ν = T, on a un sous-groupe invariant ˆπ g,ν 1 = π, et un sous-groupe ˆT!+ Σ (= g,ν) entre π et T, donnant un sous-groupe Σ Ŝ!+ g,ν 1 dans T! = T/π ( Ŝ! g,ν 1), et on sait bien qu alors T/Σ T /Σ, et que le normalisateur N de Σ dans T est l image inverse du normalisateur N de Σ dans T, de sorte que N /Σ N /Σ, ce qui prouve ce qu on voulait. Corollaire: On a des isomorphismes canoniques: IΓ g,ν IΓg,ν 1 de sorte que si g 2, on a canoniquement IΓ g,ν IΓ g,0 ; d autre part IΓ 1,ν IΓ 1,1 (g = 1, ν 1), IΓ 0,ν IΓ 0,3 (ν 3). (*) NB: Le fait admis est loin d être évident même que ˆTg;(ν,ν 1) ˆTg,ν 1 soit surjectif ou que ˆTg;(ν,ν 1) Ŝ g,ν 1 soit injectif, est loin d être évident, et est peut-être tout à fait faux! Le fait admis revient à un énoncé d existence d un foncteur en sens inverse forage de trous qui en tout état de cause reste incompris. 28. Changement de type (g, ν) (suite): (b) passage à un revêtement fini Soit π un groupe profini à lacets de type (g, ν), anabélien comme toujours, π un sous-groupe d indice fini. On sait (ou on vérifie, par passage au cas discret) que muni des (*) On voit aussi que Σ invariant dans ˆT équivaut à Σ invariant dans ˆˆT. 17

18 traces sous π des sous-groupes à lacets de π, π est un groupe à lacets. Ses sous-groupes à lacets sont aussi les sous-groupes L tels que a) L = Centr π (L ) π b) L = Centr π (L ) est un sous-groupe à lacets dans π. On pose d(l ) = [L : L ], et on a ainsi une fonction d : I = I(π ) N, et une application I φ I, telles que i I, on ait: (1) i I i au dessus de i On aura la formule de Hurwitz d(i ) = n (où n = [π : π ]). (2) 2g 2 = n(2g 2) + ( d(i ) 1 ), i I où la somme à droite est égale à (n card(i) card(i )), i.e. (3) 2g 2 + card(i ) = n ( 2g 2 + card(i) ). (NB. 2g 2+card(I) est l opposé de la caractéristique d Euler-Poincaré à supports compacts de la courbe dont π est le groupe fondamental...). (*) De façon évidente, toute discrétification de π en définit une de π et il en est de même pour les discrétifications orientées, modulo un peu de cohomologie, ce qui revient à dire, dans le cas discret par exemple, que T H 2! (U, Z) H2! (U, Z) T peut s écrire sous la forme nθ 1, où θ est un isomorphisme bien déterminé (l isomorphisme trace) T T. Il n est pas clair pour moi à première vue si l application Discrét(π) Discrét(π ) est surjective, ou injective. L injectivité pour tout π d indice fini dans π signifierait que deux discrétifications π 0, π 0 de π qui sont commensurables, i.e. telles que π 0 π 0 soit d indice fini dans π 0 et dans π 0, sont égales. Supposons que π soit un sous-groupe invariant dans π, et posons G = π/π. Conjecture: L application Discrét(π) Discrét(π ) est injective, et son image est formée des discrétifications π 0 π telles que G Autext lac (π ) Autext lac (ˆπ 0) ˆT(ˆπ 0 ) se (*) NB. Dire qu on est dans le cas anabélien signifie que EP! [i.e. l opposé de la caractéristique d Euler-Poincaré à support compact] est 1, et cette relation est donc conservée par passage à un revêtement. L entier EP! mesure par sa positivité stricte le degré d anabélianité en quelque sorte.. 18

19 factorise par T(π 0) = Autext lac (π 0) (et en fait, même par T(π 0) + ). En d autres termes, g π, h π tel que Int(hg)(π 0) π 0, i.e. π π 0 = π, où π 0 est le normalisateur de π 0 dans π. La condition pour qu un π 0 soit dans l image est évidemment nécessaire. Montrons qu elle est suffisante, et que le π 0 donnant naissance à π 0 par π 0 π est unique. On a une action extérieure de G sur π 0, qui définit l action extérieure sur ˆπ 0 π, or π se récupère canoniquement à partir de cette dernière (car Centre(ˆπ ) = 1), et on voit que c est le complété profini de l extension π 0 de G par π 0, définie par l action extérieure de G sur π 0. On a donc bien une discrétification généralisée π 0 de π, au sens de la seule structure de groupe profini, et elle induit π 0 mais il faut voir qu elle est compatible avec la structure à lacets de π. Mais celle-ci s explicite, à partir de la structure à lacets de π, en prenant les sous-groupes à lacets L de π, et leurs centralisateurs dans π. Faisant itou pour π 0 π 0, on devrait trouver une structure à lacets sur π 0, donnant lieu aux mêmes d i. J ai l impression que ça ne doit pas être très vache à prouver ce serait comme si on savait déjà que toute extension sans torsion d un groupe fini par un groupe à lacets est de façon canonique un groupe à lacets... Corollaire: En tout cas, l application Discrét(π) Discrét(π ) est injective. NB: Elle ne doit pas toujours être bijective, car il doit y avoir une action extérieure d un G sur un ˆπ 0, i.e. un homomorphisme G ˆT(ˆπ 0 ), qui ne se factorise pas par T(π 0), et qui pourtant est aussi bonne du point de vue groupe profini que celles provenant d un π et d un sous-groupe invariant π. En fait, partons d une telle situation discrète π 0 π 0, d où G = π 0 /π 0 et G Autext lac (π 0) = T(π 0) ˆT(ˆπ 0 ), et conjuguons G par un élément γ de ˆT(π 0 ), de façon à trouver G ˆT(ˆπ 0 ) qui ne se factorise pas par T(π 0). On trouve une extension π de G par ˆπ 0, isomorphe à ˆπ 0 (en tant qu extension de G par ˆπ 0), donc la structure à lacets de ˆπ 0 en définit une sur π (de façon à être induite par cette dernière), mais pourtant la discrétification choisie π 0 de ˆπ 0 n est pas induite par une de π. Pour faire la construction, il suffit de trouver un élément γ ˆT(π 0 ) tel que Int(γ) G T i.e. tel que G ne stabilise pas γ 1 (π 0) ˆπ 0. Un tel γ existe toujours... Bien sûr, il n y a pas de raison, pour deux discrétifications π 0, π 1 de π, que si π 0, π 1 sont π-conjugués (i.e. définissent la même prédiscrétification stricte de π), il en soit de même pour π 0 et π 1 pour l action intérieure de π (il faudrait que π 0, π 1 soient conjugués par π, et pas seulement par π). Par contre, je présume que si π 0, π 1 sont adhérents l un à l autre dans l espace des discrétifications de π, i.e. s ils définissent une même prédiscrétification, 19

20 il en est de même pour π 0, π 1, et que l application (4) Prédiscrét(π) Prédiscrét(π ) qu on obtient ainsi, est encore bijective, et qu elle passe à son tour au quotient, pour définir une application bijective (5) Préarith(π) Préarith(π ), et que si Σ, Σ se correspondent par cette dernière, on a un isomorphisme canonique (6) IΓ Σ IΓ Σ, compatible avec les actions de ces groupes sur l ensemble P Σ des prédiscrétifications de π compatibles à Σ, et l ensemble P Σ des prédiscrétifications de π compatibles à Σ (qui sont respectivement des torseurs à gauche sous IΓ Σ, IΓ Σ ). En même temps, on trouvera donc que Σ est unique pour π, i.e. invariant dans ˆT(π), si et seulement si Σ est unique dans π, i.e. invariant dans ˆT(π ). En tout cas, la conjecture fondamentale qui interprète les IΓ g,ν comme IΓ 0 = Gal (Q 0 /Q) aurait au moins comme conséquence que l application Discrét + (π) Discré + (π ) passe au quotient de deux façons, pour donner un diagramme commutatif: Discrét + (π) Discrét + (π ) P = Prédiscrét + (π) P = Prédiscrét + (π ) A = Arithm(π) A = Arithm(π ) et que le carré inférieur est cartésien (sans préjuger de l injectivité ou de la bijectivité de l application A A ). Donc il faudrait que si π 0, π 1 sont deux discrétifications orientées de π, qui définissent la même prédiscrétification (orientée), alors il en soit de même pour leurs traces sur π, π 0 et π 1, relativement à π. Mais déjà si π 0 et π 1 sont π-conjugués (i.e. définissent la même discrétification orientée, stricte), ce n est pas tellement clair mais si, car on aura π = π π 0 donc si π 1 = int(u) π 0, écrivant u = u u 0 avec u π, u 0 π 0, on aura π 1 = int(u )int(u 0 )π 0 = int(u )π 0, donc π 1 = int(u )π 0 donc π 0 et π 1 sont conjugués. Tâchons de procéder de même dans le cas général d un u Ŝ(π 0) + tel que π 1 = u(π 0 ), en écrivant si possible u = u u 0, avec u Ŝ(π 0, π 0) +, et u 0 S(π 0 ) +, où on définit S(π 0, π 0) + comme le groupe des automorphismes discrets de π 0 qui stabilisent π 0, et Ŝ(π 0, π 0) + est son compactifié profini. On aurait alors π 1 = u (u 0 (π 0 )) = u (π 0 ), 20

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient

Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 2: Morphisme, sous-groupe distingué, quotient Exercice 1 Soient G, G deux groupes et f un homomorphisme de G dans G. Montrer que si A G, alors f( A )

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits.

Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits. Les calculatrices, téléphones, tablettes, ordinateurs et autres appareils électroniques similaires, ainsi que les documents sont interdits 1 La qualité de la rédaction est un facteur important dans l appréciation

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces ISSN 1472-2739 (on-line) 1472-2747 (printed) 519 Algebraic & Geometric Topology Volume 1 (2001) 519 548 Published: 5 Octoberber 2001 ATG La filtration de Krull de la catégorie U et la cohomologie des espaces

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES DENIS-CHARLES CISINSKI Résumé. On démontre que pour toute petite catégorie A, le dérivateur HOT A associé à la théorie de l homotopie des préfaisceaux

Plus en détail

ESQUISSE D UN PROGRAMME. par Alexandre Grothendieck

ESQUISSE D UN PROGRAMME. par Alexandre Grothendieck ESQUISSE D UN PROGRAMME par Alexandre Grothendieck Sommaire: 1. Envoi. 2. Un jeu de Lego-Teichmüller et le groupe de Galois de Q sur Q. 3. Corps de nombres associés à un dessin d enfant. 4. Polyèdres réguliers

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes

Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Algèbres de von Neumann et théorie ergodique des actions de groupes Séminaire Tripode, ENS Lyon, Juin 2008. Stefaan Vaes 1/22 Sujet de l exposé 1 Introduction aux relations d équivalence dénombrables,

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation

Plus en détail

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues

L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Préambule.................................... xv Bibliographie... xxi I L isomorphisme entre les tours de Lubin-Tate et de Drinfeld et applications cohomologiques par Laurent Fargues Introduction...................................

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab Cours d algèbre Maths1 LMD Sciences et Techniques Par M. Mechab 2 Avant Propos Ceci est un avant projet d un manuel de la partie Algèbre du cours de Mathématiques de premières années LMD Sciences et techniques

Plus en détail

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon

Premiers exercices d Algèbre. Anne-Marie Simon Premiers exercices d Algèbre Anne-Marie Simon première version: 17 août 2005 version corrigée et complétée le 12 octobre 2010 ii Table des matières 1 Quelques structures ensemblistes 1 1.0 Ensembles, relations,

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958. ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH. par Antoine DUCROS

Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958. ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH. par Antoine DUCROS Séminaire BOURBAKI Mars 2006 58ème année, 2005-2006, n o 958 ESPACES ANALYTIQUES p-adiques AU SENS DE BERKOVICH par Antoine DUCROS INTRODUCTION Le but de ce texte est de présenter les fondements, ainsi

Plus en détail

par Denis-Charles Cisinski & Georges Maltsiniotis

par Denis-Charles Cisinski & Georges Maltsiniotis LA CATÉGORIE Θ DE JOYAL EST UNE CATÉGORIE TEST par Denis-Charles Cisinski & Georges Maltsiniotis Résumé. Le but principal de cet article est de prouver que la catégorie cellulaire Θ de Joyal est une catégorie

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

Devoir à la maison : correction

Devoir à la maison : correction Calcul différentiel 2 Sous-variétés : bilan Devoir à la maison : correction Exercice 1. Un exemple de sous-variété : les structures complexes Soit E un R-espace vectoriel. Montrer que la donnée d une structure

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Ensembles et applications. Motivations. Exo7

Ensembles et applications. Motivations. Exo7 o7 nsembles et applications Vidéo partie 1. nsembles Vidéo partie 2. Applications Vidéo partie 3. Injection, surjection, bijection Vidéo partie 4. nsembles finis Vidéo partie 5. Relation d'équivalence

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

1 Première section: La construction générale

1 Première section: La construction générale AMALGAMATIONS DE CLASSES DE SOUS-GROUPES D UN GROUPE ABÉLIEN. SOUS-GROUPES ESSENTIEL-PURS. Călugăreanu Grigore comunicare prezentată la Conferinţa de grupuri abeliene şi module de la Padova, iunie 1994

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Groupes symétriques et alternés

Groupes symétriques et alternés Groupes symétriques et alternés Table des matières 1 Groupe S n 2 2 Cycles 4 2.1 Dénition.................................. 4 2.2 Décomposition d'une permutation..................... 5 3 Classes de conjugaison

Plus en détail

Cryptographie et fonctions à sens unique

Cryptographie et fonctions à sens unique Cryptographie et fonctions à sens unique Pierre Rouchon Centre Automatique et Systèmes Mines ParisTech pierre.rouchon@mines-paristech.fr Octobre 2012 P.Rouchon (Mines ParisTech) Cryptographie et fonctions

Plus en détail

Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle

Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle Chapter 2 Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle Sommaire 2.1 Tribu et événements........................................... 15 2.2 Probabilité................................................

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE. Pierre COLMEZ

ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE. Pierre COLMEZ ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE Pierre COLMEZ Pierre COLMEZ C.M.L.S., École Polytechnique, 91128 Palaiseau Cedex, France. ÉLÉMENTS D ANALYSE ET D ALGÈBRE Pierre COLMEZ TABLE DES MATIÈRES Vocabulaire Mathématique....................................................................

Plus en détail

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES

PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES Theory and Applications of Categories, Vol. 20, No. 17, 2008, pp. 605 649. PROPRIÉTÉS UNIVERSELLES ET EXTENSIONS DE KAN DÉRIVÉES DENIS-CHARLES CISINSKI Abstract. We prove that, given any small category

Plus en détail

Axiomatique de N, construction de Z

Axiomatique de N, construction de Z Axiomatique de N, construction de Z Table des matières 1 Axiomatique de N 2 1.1 Axiomatique ordinale.................................. 2 1.2 Propriété fondamentale : Le principe de récurrence.................

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Marches, permutations et arbres binaires aléatoires

Marches, permutations et arbres binaires aléatoires Marches, permutations et arbres binaires aléatoires Épreuve pratique d algorithmique et de programmation Concours commun des Écoles Normales Supérieures Durée de l épreuve: 4 heures Cœfficient: 4 Juillet

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE

Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2012 2013 Olivier Debarre TABLE DES MATIÈRES I. Extensions de corps......................................................................

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé

Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé Boletín de la Asociación Matemática Venezolana, Vol. X, No. 1 (2003) 21 Quelques remarques sur les d-webs des surfaces complexes et un problème proposé par D. Cerveau Ivan Pan Résumé On introduit une notion

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Temps et thermodynamique quantique

Temps et thermodynamique quantique Temps et thermodynamique quantique Journée Ludwig Boltzmann 1 Ensemble Canonique Distribution de Maxwell-Boltzmann, Ensemble canonique ϕ(a) = Z 1 tr(a e β H ) Z = tr(e β H ) 2 La condition KMS ϕ(x x) 0

Plus en détail

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bulletin de la SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bernard Host & Alejandro Maass Tome 135 Fascicule 3 2007 SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE Publié avec le concours du

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057. PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze]

Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057. PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze] Séminaire BOURBAKI Juin 2012 64ème année, 2011-2012, n o 1057 PERFECTOÏDES, PRESQUE PURETÉ ET MONODROMIE-POIDS [d après Peter Scholze] par Jean Marc FONTAINE INTRODUCTION Quiconque s est intéressé aux

Plus en détail

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!»

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» Corrigé Cours de Mr JULES v3.3 Classe de Quatrième Contrat 1 Page 1 sur 13 CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» «Correction en rouge et italique.» I. Les nombres décimaux relatifs.

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

RAPHAËL ROUQUIER. 1. Introduction

RAPHAËL ROUQUIER. 1. Introduction CATÉGORIES DÉRIVÉES ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE Trois exposés à la semaine «Géométrie algébrique complexe» au CIRM, Luminy, décembre 2003 1. Introduction On étudie dans un premier temps les propriétés internes

Plus en détail

Introduction à la Topologie

Introduction à la Topologie Introduction à la Topologie Licence de Mathématiques Université de Rennes 1 Francis Nier Dragoş Iftimie 2 3 Introduction Ce cours s adresse à des étudiants de Licence en mathématiques. Il a pour objectif

Plus en détail

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures

Anneaux, algèbres. Chapitre 2. 2.1 Structures Chapitre 2 Anneaux, algèbres 2.1 Structures Un anneau est un ensemble A muni de deux opérations internes + et et d éléments 0 A et 1 A qui vérifient : associativité de l addition : commutativité de l addition

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN

FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN FEUILLETAGES PAR VARIÉTÉS COMPLEXES ET PROBLÈMES D UNIFORMISATION LAURENT MEERSSEMAN Abstract. Ce texte est une introduction aux feuilletages par variétés complexes et aux problèmes d uniformisation de

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Mathématiques autour de la cryptographie.

Mathématiques autour de la cryptographie. Mathématiques autour de la cryptographie. Index Codage par division Codage série Code cyclique Code dual Code linéaire Corps de Galois Elément primitif m séquence Matrice génératrice Matrice de contrôle

Plus en détail

Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 )

Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 ) Séminaire de Géométrie Algébrique du Bois-Marie Cohomologie Étale (SGA 4 1 2 ) par P. Deligne avec la collaboration de J.F. Boutot, A. Grothendieck, L. Illusie et J.L. Verdier 1977 i Typesetters note This

Plus en détail

V- Manipulations de nombres en binaire

V- Manipulations de nombres en binaire 1 V- Manipulations de nombres en binaire L ordinateur est constitué de milliards de transistors qui travaillent comme des interrupteurs électriques, soit ouverts soit fermés. Soit la ligne est activée,

Plus en détail

CH.8 Décidabilité. Propriétés des langages récursifs : Fermés par complémentation, union et intersection. oui. non. oui M 1. non. oui M 2.

CH.8 Décidabilité. Propriétés des langages récursifs : Fermés par complémentation, union et intersection. oui. non. oui M 1. non. oui M 2. CH.8 Décidabilité 8.1 Les langages récursifs 8.2 La machine de Turing universelle 8.3 Des problèmes de langages indécidables 8.4 D'autres problèmes indécidables Automates ch8 1 8.1 Les langages récursifs

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Chapitre VI - Méthodes de factorisation

Chapitre VI - Méthodes de factorisation Université Pierre et Marie Curie Cours de cryptographie MM067-2012/13 Alain Kraus Chapitre VI - Méthodes de factorisation Le problème de la factorisation des grands entiers est a priori très difficile.

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924. LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE

Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924. LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE Séminaire BOURBAKI Novembre 2003 56ème année, 2003-2004, n o 924 LA CONJECTURE DE GREEN GÉNÉRIQUE [d après C. Voisin] par Arnaud BEAUVILLE 1. Énoncé de la conjecture La conjecture de Green est une vaste

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé Jusqu'à présent Nous avons déjà abordé Vers l'inni David Teller 23/01/2007 Les ensembles Le regroupement de valeurs caractérisées par des critères. Informatique Types. Physique Unités. Logique Domaines.

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Relation binaire. 2. Relations, fonctions et ordres. Exemples. Représentation d une relation binaire. Un couple est une paire ordonnée d éléments.

Relation binaire. 2. Relations, fonctions et ordres. Exemples. Représentation d une relation binaire. Un couple est une paire ordonnée d éléments. Relation binaire Un couple est une paire ordonnée d éléments. ex: les points (x,y) du plan de IN 2 ou de IR 2, les nom et prix d un produit, les instances d un objet en Java (à 2 attributs). 2. Relations,

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 HQ e 5 comme anneaux (avec centre Re 1 Re 2 Re 3 Re 4

Plus en détail

SEMINAIRE DE GEOMETRIE ALGEBRIQUE DU BOIS MARIE REVETEMENTS ETALES ET GROUPE FONDAMENTAL (SGA 1) Un séminaire dirigé par A.

SEMINAIRE DE GEOMETRIE ALGEBRIQUE DU BOIS MARIE REVETEMENTS ETALES ET GROUPE FONDAMENTAL (SGA 1) Un séminaire dirigé par A. Ceci est une version saisie en L A TEX2e du livre Revêtements Étales et Groupe Fondamental, Lecture Notes in Mathematics, 224, Springer-Verlag, Berlin-Heidelberg- New York, 1971, par Alexander Grothendieck

Plus en détail