PUBLICATION DE L ÉTUDE SUR LE GASPILLAGE NON ALIMENTAIRE : MIEUX CONNAÎTRE LES INVENDUS NON ALIMENTAIRES POUR MIEUX LES GÉRER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PUBLICATION DE L ÉTUDE SUR LE GASPILLAGE NON ALIMENTAIRE : MIEUX CONNAÎTRE LES INVENDUS NON ALIMENTAIRES POUR MIEUX LES GÉRER"

Transcription

1 DOSSIERDEPRESSEAVRIL2014 PUBLICATIONDEL ÉTUDESURLEGASPILLAGENON ALIMENTAIRE: MIEUXCONNAÎTRELESINVENDUSNON ALIMENTAIRES POURMIEUXLESGÉRER Àl occasiondela DeuxièmeSemaineduDonenNature Du7au11avril2014 Uneétudedel AgenceduDonenNaturecopilotéeetcofinancée parl ADEMEainsiqueparActivaCapital,mécèned ADNdepuis sacréation. POURSENSIBILISERLESENTREPRISES AUDONDELEURSPRODUITSNEUFSINVENDUS Contactpresse:Agenceàfaire,àsuivre EmmadeLinières ManonSaint Ellier afaireasuivre.com afaireasuivre.com

2 À l occasion de ses 5 ans d existence et en cette année de luttecontrelegaspillage,l AgenceduDonenNaturepublie danslecadredelasemainedudonennature,uneétudesur lagestionetlarevalorisationdesinvendusdesentreprises. Comitédepilotage: ADEME:AntoineVernier ACTIVACAPITAL:CharlotteMetaireau AK2C INCOME:AlexisKryceve,GeorgesKryceve,FabriceDemarest,ThomasMarin AgenceduDonenNature:StéphanieGoujon,MathiasLeMatecat L ADEME L'ADEMEquiparticipeàlamiseenœuvredespolitiquespubliquesdansles domainesdel'environnement,del'énergieetdudéveloppementdurable s associeàlavolontédemobilisationdel AgenceduDonenNaturecontrele gaspillagenon alimentaire. L AGENCEDUDONENNATURE«MOINSDEGASPILLAGE,PLUSDEPARTAGE» L AgenceduDonenNaturecollectedesproduitsneufsnon alimentairesinvendus auprèsdesindustrielsetlesredistribueàdesassociationsluttantcontrel'exclusion partoutenfrance. DéléguéeGénérale:StéphanieGoujon DatedeCréation:2009 ADNestuneassociationreconnued intérêtgénéral Unréseaude450associations:ArméeduSalut,SecoursIslamique,SOSVillages d'enfants Plusde100entreprisesmécènes:L Oréal,P&G,Etam,Seb L actiond ADNauquotidienconsisteàidentifierlesbesoinsréelsremontésparson réseaud'associationsetredonnerdesproduitsneufsinvendusàplusde personnesdémunies. ACTIVACAPITAL ActivaCapital,mécèned ADNdepuissacréationestunesociétéindépendantedecapitalinvestissementquiapourvocationd accompagnerlespmefrançaises Page2

3 SOMMAIRE 1. Objectifsetméthodologiedel étude,secteursd activité 2. Leschiffresclés 3. Mieuxconnaîtrelesinvendus: Invendusbruts Invendusrésiduels Commentlesinvendussont ilsgérés? 4. Zoomsurcequiestdonné 5. Lesproduitsdétruits 6. LepotentieldeDon 7. L impactenvironnemental 8. L impactcarbonesecteurparsecteurs 9. Conclusion:leslevierspouragir Page3

4 1. Objectifsdel étudeetméthodologie Objectifs Évaluerlesdifférentscanauxdegestiondesinvendusennonalimentaire Évaluerladestructiondeproduits Identifierlesleviersd unegestiondurabledesinvendus ÉvaluerlepotentieldeDonenNature Méthodologie Basequalitative:44entretiensréalisés Basequantitative:390questionnairesréalisés Structuredel échantillonetsecteursétudiés 390personnesinterrogées: 32%defabricantsetgrossistes 60%dedistributeursspécialisésdont8%sontlesprincipalesenseignesdela grandedistributionetlesspécialistesdudéstockage. Les12secteursd activitédel étude: 28%Vêtements 25%chaussures 18%produitsd hygièneetsoins 14%sous vêtements 12%Jeuxetjouets 10%Vaisselleverrerie 9%Produitsdepuériculture,soinsbébé 7%Livresetproduitsculturels 7%Lingedemaisonetdécoration 5%Papierhygiène 5%Petitetgrosélectroménager 3%Produitsd entretienetdebricolage Cetterépartitionaétéétablieenfonctiondelatailledemarchédecessecteursetdudegré deconcentrationdeleursacteurs. Décisionnairesengestiondesinvendus 69%despersonnesinterrogéesontlamainpourdéciderdelagestiondesinvendus,mais unelargemajoritéd entreeuxreçoiventdesdirectivespourcettegestion. Page4

5 2. Leschiffresclés "Le fait le plus marquant de cette étude est qu'elle démontre que le don de produit est un levier pour valoriser les stocks dormants, et qu'il est aussi avantageux, voire plus, que d'autres canaux. L'Agence du Don en Nature espère ainsi faire connaître sa chaîne du don sécurisé, et mobiliser de nouvelles entreprises. Le potentiel est là, les chiffres de l'étude en témoignent! " Stéphanie Goujon, déléguée générale d ADN Page5

6 3. Mieuxconnaîtrelesinvendus Lanotiond invendus: Lesinvendusbruts: Ensembledesinvendusquin ontpaspuêtrevalorisésparl entreprisesoiteninterne, soitparlescanauxhabituelsdevalorisation(soldesetpromotions,magasinsd usine, centresdemarques,siteinternetdelamarqueoudel enseigne) Lesinvendusbrutsreprésententenmoyenne4,2%decequiestdistribué,avecde fortesdisparitéssuivantlessecteurs PourcentagedesInvendusbrutsparsecteur Invendusbrutsparsecteur Vêtements 9 Chaussures 3 Produitsd'hygièneetsoins 5 Sous vêtements 8 Jeuxetjouets 3 Vaissellerieverrerie 3 Produitsdepuériculture,soins bébé 1 Livresetproduitsculturels 10 Lingedemaisonetdécoration 3 Petitetgrosélectroménager 1 LesInvendusrésiduels: Invendusrestantaprèsrecoursauxdifférentscanauxdevalorisationdesinvendus (ventesprivées,soldeurs,grossistesendéstockage) Ilspeuventêtredonnés,détruits,recyclésoustockés(stockagedormant). Page6

7 Commentlesinvendussont ilsgérés? Lagestiondesinvendusparsecteur Destruction Ventesprivées Soldeurs Grossistes Dons Vêtements Chaussures Produitsd'hygièneetsoins Sous vêtements Jeuxetjouets Vaissellerieverrerie Produitsdepuériculture,soins bébé Livresetproduitsculturels Lingedemaisonetdécoration Petitetgrosélectroménager Page7

8 4. Zoomsurcequiestdonné Estimationdesdonsnonalimentaireseffectués (valeurmarchandeenmillionsd euros) 140millionsd eurossontdonnéschaqueannée soitl équivalentde4 donnéschaque secondeprincipalementenvêtements,hygiène beautéetéquipementdelamaison. Cequelesgestionnairesdesinvendusendisent: «Ledonc esttotalementneutreentermeséconomiquescarcelanerapportepasd argent maiscelan encoûtepasnonplus» «Donnerjusqu à1%denosvolumesc estenvisageable,carcelarestetoutdemême marginal au delàceneseraitpasadmissible» «Donnerc esttrèssimpleentermesd organisation:iln yaaucunenégociation,les produitssontenlevésdansnosentrepôts,c estrapide» «C estmotivantàtitrepersonnel(éthique,humain)maissoyonsréaliste,celapasseau secondplanderrièrel argumentéconomique.» Page8

9 5. Lesproduitsdétruits Les3grandesraisonsdedestruction,différenciéessuivantlessecteurs: - Produitsdéfectueux,périmésetnonconformesàlaréglementation: cettedestructionestessentiellementpratiquéedanslessecteurssuivants :vêtements,chaussures,sous vêtements,jeuxetjouets,hygiène beauté courante,électroménager,lingedemaisonetdécoration.cependant, certainsproduitsclasséscommedéfectueuxneprésententquedesdéfauts d aspectsetpourraientêtrereconditionnés. - Produitsutilisablesenl étatmaispouvantperturberlemarchéou abîmerl imagedelamarque:cettedestructionestmoinspratiquéeque parlepassé.ellerestefortedanslessecteursduluxe(acteursde l hygiène beautéetduvêtementdeluxe). - Produitsrecyclablesdesecteursayantunefortetraditiondu recyclage:livre,papierhygiène,vaisselle verrerie. Cequelesgestionnairesdesinvendusdisent: «Nousdétruisonsuniquementlesproduitsdestinésaumarchédesprofessionnels(produits d entretien)etquinepeuventêtrereconditionnéspourlegrandpublic,carcelacoûterait tropcher» «Onnedétruitquecequiestabîméetquinefonctionneplus» Page9

10 6. Lepotentieldedon Les6critèresprisencomptedanslechoixdegestiondesinvendus ÉCONOMIQUE&FISCAL:prixdeventedesproduitsouéconomied impôt trésoreriegénéréesousqueldélai? CONCURRENTIEL:lecanalutilisécrée t ildelaconcurrencepourles canauxtraditionnels impactàmoyentermesurlecaetlamarge? IMAGE:lecanalutilisécontribue t ilàl imagedelamarqueoudégrade t il sonimage? PRATICITÉ:lecanalest ilsimpleàutiliserougénère t ildenouveaux problèmesetprocessus? SOCIAL:lecanalutilisécontribue t ilàl améliorationdesconditionsdevie despopulationsbénéficiaires? ENVIRONNEMENTAL:l impactenvironnementalducanalutiliséest il neutreounégatif? Donnéescléssurledon: - Ladestructiondesinvendusgénèreentre5et20foisplus d émissionsdegazàeffetdeserrequeleurréutilisation. - Lapartdedonrestefaibleettrèsendessousdupotentielde défiscalisation(0,5%duca)quin estpaspleinementexploité. - Lapratiqueneconcerneque1entreprisesur3à1entreprisesur5en moyenne. - L unedesmargesdeprogressiondudonestl augmentationdu nombrededonateurs. - Lepotentieldedonestestiméà10foiscequiestdonnéaujourd hui. Page10

11 7. L impactenvironnemental Uninvenduestàl origineissud uneproductionetd unedistributionet stockédansunentrepôt.depuiscetentrepôtl étudecompareles différentscircuitsdegestiondecetinvendu. 1. Ladestruction:l invenduestenvoyédansuneusinedetraitement desdéchetsoùilestsoitmisendécharge(enfouissement)soit incinéréavecousansvalorisationénergétique.celaimpliqueune secondeproductionetdistributionpoursatisfairelebesoind un utilisateurfinal. 2. Lerecyclage:l invenduestenvoyédansuneusinederecyclagepuis ilestvalorisédansunesecondeproductionelle mêmedistribuée poursatisfaireunbesoin. 3. Laréutilisationparlebiaisde4canaux: a. Lesoldeurquiachètel invenduetlerenvoiedanssonréseau dedistribution. b. Legrossisteendéstockagequisoitexpédieàl export(europe del estouafriquegénéralement)soitrevendàrevendeurs intervenantsurlesmarchés. c. Lesventesprivéesquirécupèrentl invendupourlerevendre viainternetetl expédieviauncircuitdecolisclassique. d. LedonviauneplateformecentraliséedutypeADNqui récupèrelesinvendusetlesexpédieàsonréseaud associations partenaires. Page11

12 8. L impactcarbonesurlessecteurs Page12

13 Page13

14 Page14

15 9. Conclusion:Leslevierspouragir Page15

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

Le rôle des systèmes d information dans la modélisation de l organisation du travail

Le rôle des systèmes d information dans la modélisation de l organisation du travail 800 THÈME 2 > Information et intelligence collective 801 THÈME 2 > Information et intelligence collective 802 THÈME 2 > Information et intelligence collective 803 THÈME 2 > Information et intelligence

Plus en détail

Moins de gaspillage, plus de partage

Moins de gaspillage, plus de partage Moins de gaspillage, plus de partage Contenu Qui sommes-nous et que faisons-nous? Pourquoi et comment collaborer avec nous? La vision de Goods to Give (G2G) est de créer une passerelle de confiance et

Plus en détail

Activité du commerce de détail à fin octobre 2015

Activité du commerce de détail à fin octobre 2015 Activité du commerce de détail à fin octobre 2015 Ventilation par produit industriel et par mode de distribution Évolution par produit octobre Indice Indice Indice Tendance Variation(*) Indices et variations

Plus en détail

pour enfants pour enfants pour enfants pour enfants aucune taxe provinciale sure les chausseres aucune taxe provinciale sure les chausseres

pour enfants pour enfants pour enfants pour enfants aucune taxe provinciale sure les chausseres aucune taxe provinciale sure les chausseres plus la partie de la TVH sur les chaussures. plus la partie de la TVH sur les chaussures... plus la partie de la TVH sur les chaussures. plus la partie de la TVH sur les chaussures... payez plus la partie

Plus en détail

Comment utilisons-nous notre argent?

Comment utilisons-nous notre argent? Comment utilisons-nous notre argent? L'alimentation et le logement constituent les deux dépenses les plus importantes des ménages antillo-guyanais. C'est pour leur logement que les ménages dépensent le

Plus en détail

Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs

Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs Baromètre Direct Assurance des Cyberconsommateurs DIRECT ASSURANCE Baromètre Direct Assurance des cyberconsommateurs Février 2011 Paris Toronto Shanghaï Buenos Aires Connection creates value Méthodologie

Plus en détail

Technicien Spécialisé en Fabrication en Industrie Agroalimentaire

Technicien Spécialisé en Fabrication en Industrie Agroalimentaire en Fabrication en Industrie Agroalimentaire Le en Fabrication en Industrie Agroalimentaire est un professionnel chargé de la gestion et de l animation d un atelier de production dans le cadre des directives

Plus en détail

Chapitre 4: La stratégie m@rketing

Chapitre 4: La stratégie m@rketing Quelle stratégie adopter pour profiter d Internet? Quel impact aurait Internet sur les relations de l entreprise en amont et en aval? Quelles sont les étapes clés de la conduite d un projet Internet? Comment

Plus en détail

Comprendre Sur les marchés matures & émergents

Comprendre Sur les marchés matures & émergents Comprendre Sur les marchés matures & émergents Nobody s Unpredictable This proposal has been made in respect with the ISO 20252 norm Market, opinion and social research service requirements Un outil de

Plus en détail

Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde

Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde Marché de RUNGIS : Du village local au village Monde Un acteur économique résolument ouvert vers l extérieur Reconnu comme acteur majeur du commerce de produits frais au niveau international, le Marché

Plus en détail

Formation initiale des bénévoles

Formation initiale des bénévoles Formation initiale des bénévoles Le vieillissement normal et pathologique Les bénévoles vont découvrir / renforcer leurs connaissances liées au vieillissement des personnes en situation normale (manifestations

Plus en détail

L activité Golden Fashion Pro : Représenter la Centrale d achat des vêtements et accessoires auprès des professionnels de la mode

L activité Golden Fashion Pro : Représenter la Centrale d achat des vêtements et accessoires auprès des professionnels de la mode L activité Golden Fashion Pro : Représenter la Centrale d achat des vêtements et accessoires auprès des professionnels de la mode La Centrale d achat des vêtements & accessoires Vous Les professionnels

Plus en détail

jeu'rovélo Qu'est-ce que l'association V²O? Qui suis-je? Quel est ce projet? Projet d'antoine Dinomais en partenariat avec l'association

jeu'rovélo Qu'est-ce que l'association V²O? Qui suis-je? Quel est ce projet? Projet d'antoine Dinomais en partenariat avec l'association jeu'rovélo Projet d'antoine Dinomais en partenariat avec l'association Qu'est-ce que l'association V²O? V²O (l'odyssée des 2 Vélos) est une association loi 1901 créée en mai 2009 dans le but d'encourager

Plus en détail

E-assurance : quelles stratégies gagnantes sur Internet?

E-assurance : quelles stratégies gagnantes sur Internet? 20 Octobre 2011 Conférence E-assurance L Argus de l Assurance E-assurance : quelles stratégies gagnantes sur Internet? Intervention de Yves MASSON PDG de Direct Assurance Connection creates value Baromètre

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Tous concernés! La lutte contre le gaspillage alimentaire nous concerne tous. On estime qu un quart de la nourriture produite dans le monde est jetée

Plus en détail

L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans!

L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans! DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2009 L'association pionnière du mécénat de produits fête ses 5ans! Contacts presse Dons Solidaires 13 rue de Temara 78100 St Germain en laye Responsable Communication Danièle

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE CHAUSSURES

COMMERCE DE DÉTAIL DE CHAUSSURES COMMERCE DE DÉTAIL DE CHAUSSURES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE CHAUSSURES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE CHAUSSURES... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE CHAUSSURES...

Plus en détail

Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys

Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys Comment enfin gagner de l argent avec son SAV? Laurent Mellah, Cepheus Group Alain Bellange, Keonys Sommaire Keonys, votre partenaire PLM Le S.A.V avec Cepheus Group Conclusion Q & A 2 Conseil & intégration

Plus en détail

Commerce électronique et impact économique

Commerce électronique et impact économique Commerce électronique et impact économique 11 juin 2015 En collaboration avec : Croissance des ventes au détail La valeur des ventes au détail 2013 (en milliards) 2014 (en milliards) Total des ventes au

Plus en détail

Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques

Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques Suivi du marché 2012 des applications individuelles solaires thermiques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires thermiques 1 Juillet 2013 Sommaire Préambule

Plus en détail

ÉTUDE DU POTENTIEL DE DONS NON ALIMENTAIRES Rapport d étude. Etude copilotée et cofinancée par : Etude menée par :

ÉTUDE DU POTENTIEL DE DONS NON ALIMENTAIRES Rapport d étude. Etude copilotée et cofinancée par : Etude menée par : ÉTUDE DU POTENTIEL DE DONS NON ALIMENTAIRES Rapport d étude Etude copilotée et cofinancée par : Etude menée par : 1 Plan du rapport 1. Rappel des objec>fs et de la méthodologie 2. Structure de l échan>llon

Plus en détail

LES GUIDES SAGE POUR LA GESTION DE VOTRE ENTREPRISE. L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise des coûts

LES GUIDES SAGE POUR LA GESTION DE VOTRE ENTREPRISE. L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise des coûts LES GUIDES SAGE POUR LA GESTION DE VOTRE ENTREPRISE L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise des coûts TRÉSORERIE L optimisation de la trésorerie, un enjeu majeur de la maîtrise

Plus en détail

Moins de gaspillage, plus de partage

Moins de gaspillage, plus de partage Moins de gaspillage, plus de partage Contenu Qui sommes-nous et que faisons-nous? Pourquoi et comment collaborer avec nous? La vision de Goods to Give (G2G) est de créer une passerelle de confiance et

Plus en détail

LE FUTUR DU COMMERCE par

LE FUTUR DU COMMERCE par LE FUTUR DU COMMERCE par Présentation de OpinionWay Quelles sont les attentes des consommateurs Français? Suivez le débat sur Twitter avec le hashtag #ebayfdc Méthodologie Étude réalisée auprès échantillon

Plus en détail

Un outil clés en main pour les achats publics franciliens. www.maximilien.fr

Un outil clés en main pour les achats publics franciliens. www.maximilien.fr Un outil clés en main pour les achats publics franciliens www.maximilien.fr Regrouper l ensemble de la commande publique francilienne sur une seule et même plateforme, 100 % dématérialisée. Maximilien,

Plus en détail

NORMAN COHEN. Comment faire 20% de croissance en période de crise?

NORMAN COHEN. Comment faire 20% de croissance en période de crise? NORMAN COHEN Comment faire 20% de croissance en période de crise? 10 Décembre 2012 S U C C E S Sommaire 1982 Création du Concept MGC ouverture du 1 er magasin Passage de l industrie, 75010 1983-1 er magasin

Plus en détail

Un progiciel Intégré et orienté métier 1. Livraisons Matières Premières Une traçabilité compléte de votre chaîne de fabrication 7. Expédition 2. Stockage des Matières Premières 3. Fabrication 4.Emballage

Plus en détail

Comportements d achat des ménages

Comportements d achat des ménages Comportements d achat des ménages Consommation des ménages de la Communauté d Agglomération Rhône Alpilles Durance et de la commune de Sénas Animé par : Avec le soutien de : La consommation locale Le commerce

Plus en détail

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX!

BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! BAROMÈTRE : L ENTREPRISE RESPONSABLE, CE SONT LES SALARIÉS QUI EN PARLENT LE MIEUX! GREENWASHING CONTRAINTES PERFORMANCE SENS BIENVENUE AU BELUSHI S POURQUOI CE BAROMÈTRE? MODALITÉS DE RÉALISATION DU BAROMÈTRE

Plus en détail

Rencontres CXP du 09 septembre 2004

Rencontres CXP du 09 septembre 2004 Rencontres CXP du 09 septembre 2004 CRM : quelles solutions pour la gestion des e-mails Stéphanie Wailliez, Directeur de la Recherche CXP et les témoignages d ACCOR, du Club DIAL (Groupe Universal Music)

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE 2012

RAPPORT D ACTIVITE 2012 RAPPORT D ACTIVITE 2012 «Donner plutôt que détruire, n partager plutôt que gaspiller.» SOMMAIRE 1 LE MESSAGE DU PRESIDENT ET DE LA DELEGUEE GENERALE 3 2 PRESENTATION DE L ASSOCIATION 4 3 DONATEURS ET DONS

Plus en détail

L interprétation de données à l aide d un diagramme à bandes. Représentation des données à l aide d un diagramme à bandes

L interprétation de données à l aide d un diagramme à bandes. Représentation des données à l aide d un diagramme à bandes L évacuationd urgence Fiche MATHÉMATIQUES : RAISONNER ET COMMUNIQUER Compétence ciblée : Communiquer à l aide du langage mathématique Savoirs essentiels principalement mobilisés : Interprétation des données

Plus en détail

LES PROJETS CARITATIFS D ETW-FRANCE

LES PROJETS CARITATIFS D ETW-FRANCE LES PROJETS CARITATIFS D ETW-FRANCE Embracing The World ETW distribue 100 000 bourses pour des écoliers de milieu rural en Inde. INTERNATIONAL Embracing The World (ETW) est un réseau international d organisations

Plus en détail

Note commune N 27/ 2014

Note commune N 27/ 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 27/ 2014 Objet : Régime fiscal des opérations de distribution et de promotion des

Plus en détail

Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves. Organisation de la journée. Rappel des textes officiels.

Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves. Organisation de la journée. Rappel des textes officiels. Sciences àl école, culture humaniste Construire des repères pour les élèves Objectifs -Poser des repères pour confronter les élèves à la démarche scientifique, aux problèmes historiques et géographiques

Plus en détail

Étude réalisée auprès d un échantillon de 1009 personnes, représentatif de la population des internautes français âgés de 18 ans et plus.

Étude réalisée auprès d un échantillon de 1009 personnes, représentatif de la population des internautes français âgés de 18 ans et plus. Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon de 1009 personnes, représentatif de la population des internautes français âgés de 18 ans et plus. L échantillon a été constitué selon la méthode des

Plus en détail

OCP hôpital, l entité OCP au service des établissements de santé.

OCP hôpital, l entité OCP au service des établissements de santé. OCP hôpital, l entité OCP au service des établissements de santé. OCP hôpital, l entité dédiée à la distribution du médicament aux établissements publics et privés. Vocation Depuis 2005, OCP hôpital met

Plus en détail

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013.

Le centre de gestion a le plaisir de vous adresser les statistiques professionnelles élaborées à partir des dossiers de gestion 2013. Statistiques 2013 3, rue de Lyon B.P. 531 71010 MACON CEDEX Tél. 03.85.21.90.60 Télécopie 03.85.21.90.69 E-mail : contact@cgai-macon.fr Agrément de la Direction Régionale des Impôts n 1.02.710 du 6 mars

Plus en détail

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique

COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique COLLOQUE FEAD «L'AVENIR DE L'AIDE ALIMENTAIRE EN BELGIQUE» Atteindre efficacement notre groupe cible: la problématique de la logistique 28/4/2015 Level IT Introduction Level IT est un Centre de Recherche

Plus en détail

Generali Performance Globale PME

Generali Performance Globale PME Entreprises Generali Performance Globale PME Une démarche innovante pour sécuriser votre entreprise Programme Processus Qualité Progrès Document non contractuel à caractère publicitaire. Pour connaître

Plus en détail

Eco-conception de services Comment proposer des prestations de services à moindre impact environnemental?

Eco-conception de services Comment proposer des prestations de services à moindre impact environnemental? Atelier technique Eco-conception de services Comment proposer des prestations de services à moindre impact environnemental? Hôtellerie-restauration, informatique, commerce, imprimerie, formation, conseil,

Plus en détail

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE.

CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. CONSÉQUENCES LOGISTIQUES DU MARKETING ÉLECTRONIQUE. Jacques Picard School of Business Administration, Netanya Academic College École des Sciences de la Gestion, Université du Québec à Montréal I Introduction.

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8 LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Dépenser : se comporter en consommateur avisé Organiser Ajuster : réagir rapidement aux événements son Budget Sommaire Les supports proposés...2 Échéancier....3-6

Plus en détail

Quantification des Risques

Quantification des Risques Quantification des Risques Comment considérer les aléas dans une projection financière? PragmaRisk met à disposition des solutions et des méthodes permettant de considérer les aléas dans vos projections

Plus en détail

BAROMETRE PRÉ-KIDS' MIRROR. Les années Pré-school et Maternelle Terrain : Février 2014

BAROMETRE PRÉ-KIDS' MIRROR. Les années Pré-school et Maternelle Terrain : Février 2014 BAROMETRE PRÉ-KIDS' MIRROR Les années Pré-school et Maternelle Terrain : Février 2014 Objectifs de Pré-Kids Mirror : Mettre à jour les tendances et les chiffres clés de l'univers des 1-6 ans, dans le but

Plus en détail

PROJET DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL A BON AIR : INSERTION PAR LA CREATION D ACTIVITE

PROJET DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL A BON AIR : INSERTION PAR LA CREATION D ACTIVITE PROJET DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL A BON AIR : INSERTION PAR LA CREATION D ACTIVITE Groupe de travail : Direction Développement Economique : Brigitte DORSAN Tél : 0596 39 10 63 Service insertion

Plus en détail

Achats Industriels Efficacité et Sécurité

Achats Industriels Efficacité et Sécurité Achats Industriels Efficacité et Sécurité Mes domaines d intervention Achat de maintenance Achat investissement Achat de sous-traitance Mon expertise en achats industriels Elaboration de cahiers des charges

Plus en détail

Page 1 13 mars 2015. Innover 1

Page 1 13 mars 2015. Innover 1 Page 1 13 mars 2015 Innover 1 en mécanique Institut technologique de mécanique Piloté par les industriels mécaniciens sous la tutelle de l État Un acteur régional, national, international Le Centre d expertise

Plus en détail

Secteur agroalimentaire

Secteur agroalimentaire Secteur agroalimentaire isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur des IAA Selon la FAO*, les demandes en produits

Plus en détail

Étiquetage environnemental Secteur textile

Étiquetage environnemental Secteur textile Étiquetage Secteur textile Sandrine Pesnel Equipe de recherche GEMTEX (ENSAIT) du projet ACVTEX 28/04/2010 1 Le projet ACVTex Le projet : Partenaires : Débuté en 2008 projet de 4 ans Programme transfrontalier

Plus en détail

Approvisionnements et Logistique Auchan France

Approvisionnements et Logistique Auchan France Approvisionnements et Logistique Auchan France Les magasins Auchan, l organisation de la centrale d achats La chaîne globale de distribution et les flux de marchandises Les approvisionnements et la logistique

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

SANTÉ ET ENVIRONNEMENT LES ESPACES CITOYENS DU CPAS DE CHARLEROI. Journées d échanges de l ErE 2014

SANTÉ ET ENVIRONNEMENT LES ESPACES CITOYENS DU CPAS DE CHARLEROI. Journées d échanges de l ErE 2014 SANTÉ ET ENVIRONNEMENT LES ESPACES CITOYENS DU CPAS DE CHARLEROI Journées d échanges de l ErE 2014 Territoires des «Actions de quartier» du CPAS Quartiers ouest c est-à-dire : Dampremy Marchienne Docherie

Plus en détail

Qu est-ce que l effet de levier?

Qu est-ce que l effet de levier? EMPRUNTER POUR INVESTIR : CE N EST PAS POUR TOUT LE MONDE Qu est-ce que l effet de levier? L effet de levier consiste à investir en empruntant une partie ou la totalité des sommes. De cette façon, vous

Plus en détail

Agence du Don en Nature, Une passerelle de confiance entre le monde lucratif et non-lucratif.

Agence du Don en Nature, Une passerelle de confiance entre le monde lucratif et non-lucratif. Agence du Don en Nature, Une passerelle de confiance entre le monde lucratif et non-lucratif. Rapport d activité Responsable 2012: " SOUS LE SIGNE DE L INNOVATION SOCIALE " sommaire Le mot du Président

Plus en détail

SIMPLIFIEZ LA GESTION DE VOS NOTES DE FRAIS

SIMPLIFIEZ LA GESTION DE VOS NOTES DE FRAIS SIMPLIFIEZ LA GESTION DE VOS NOTES DE FRAIS FEAZY Pour en finir avec le temps perdu à gérer et stocker les notes de frais, tout en les maîtrisant durant tout le processus! 0 PAPIER! 30 SECONDES Grâce à

Plus en détail

Atelier A26. Sécurisation de la Supply Chain : Audit de l entreposage

Atelier A26. Sécurisation de la Supply Chain : Audit de l entreposage Atelier A26 Sécurisation de la Supply Chain : Audit de l entreposage Intervenants Grégoire MALLET Adjoint au directeur du département Audit et Conseils gregoire.mallet@cnpp.com Alain PETIT Directeur

Plus en détail

CRÉER SON ENTREPRISE AVEC L UMM

CRÉER SON ENTREPRISE AVEC L UMM CRÉER SON ENTREPRISE AVEC L UMM PLAN DE FINANCEMENT ET D AFFECTATION Le schéma de réponse ci-après vous permettra de préciser dans la première partie, la nature et le montant de vos investissements. Dans

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

COMMERCE DE GROS, Les enjeux de l'intermediation. Coordonne par Catherine Pardo et Gilles Fache. Preface de Hugues Pouzin Directeur General de la CGI

COMMERCE DE GROS, Les enjeux de l'intermediation. Coordonne par Catherine Pardo et Gilles Fache. Preface de Hugues Pouzin Directeur General de la CGI COMMERCE DE GROS, COMMERCE INTER-ENTREPRISES Les enjeux de l'intermediation Coordonne par Catherine Pardo et Gilles Fache Preface de Hugues Pouzin Directeur General de la CGI öditions MANAGEMENT & SOCIETE

Plus en détail

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma LA VISION SUPPLY CHAIN GLOBALE COMME ENJEU DE LA COMPÉTITIVITÉ

Plus en détail

N 482 - Mai 2013 Les Français face à la baisse de leur pouvoir d achat

N 482 - Mai 2013 Les Français face à la baisse de leur pouvoir d achat 1 N 482 - Mai 2013 Les Français face à la baisse de leur pouvoir d achat Les résultats présentés dans ce document sont issus d un échantillon de 1 332 individus, représentatif de la population française

Plus en détail

Etude : L impact des réseaux sociaux sur les entreprises.

Etude : L impact des réseaux sociaux sur les entreprises. Etude : L impact des réseaux sociaux sur les entreprises. Volet 1 : l usage marketing des réseaux sociaux - intégration au niveau des directions générales, e-réputation et marketing de l engagement. Etude

Plus en détail

Complément à la gestion des utilisateurs et des accès pour l application Smureg

Complément à la gestion des utilisateurs et des accès pour l application Smureg Complément à la gestion des utilisateurs et des accès pour l application Smureg service public fédéral SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Bucom Octobre 2009 Version 2.0

Plus en détail

Métro Cash and Carry France

Métro Cash and Carry France Métro Cash and Carry France Présentation de l unité commerciale Les quatre enseignes du groupe Métro Grossiste alimentaire CA 2010: 33 milliards d euros CA Metro Groupe: 68 milliards d euros Commerce électronique

Plus en détail

Web to. store. 3 ème édition du Baromètre. octobre 2015. Utilisateur : sala40 Mot de passe : eva. Florence Leveel - Mappy Erwan Lestrohan - BVA

Web to. store. 3 ème édition du Baromètre. octobre 2015. Utilisateur : sala40 Mot de passe : eva. Florence Leveel - Mappy Erwan Lestrohan - BVA 3 ème édition du Baromètre Web to store octobre 2015 CODE WIFI : Utilisateur : sala40 Mot de passe : eva INTERVENANTS : Florence Leveel - Mappy Erwan Lestrohan - BVA Mardi 13 octobre 2015 Dispositif méthodologique

Plus en détail

Baromètre SOFINCO Les Français et le marché de l occasion

Baromètre SOFINCO Les Français et le marché de l occasion Baromètre SOFINCO Les Français et le marché de l occasion Juin 2013 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Le Sofinscope - Baromètre OpinionWay

Plus en détail

2015-2016. Programmes des formations intra

2015-2016. Programmes des formations intra 2015-2016 1 Programmes des formations intra SECALI Hôtel d Entreprises 1 rue Ingénieur Jacques Frimot 29800 LANDERNEAU Tél : 02 98 30 35 07 Fax : 02 98 30 35 08 Courriel : sguillou@secali.com N déclaration

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

Techniques multiagents pour la réduction de l amplification de la demande dans une chaîne logistique : application à l industrie forestière

Techniques multiagents pour la réduction de l amplification de la demande dans une chaîne logistique : application à l industrie forestière 1/38 Techniques multiagents pour la réduction de l amplification de la demande dans une chaîne logistique : application à l industrie forestière Thierry Moyaux http://damas.ift.ulaval.ca/~moyaux Proposition

Plus en détail

H1402 - Management et ingénierie méthodes et industrialisation

H1402 - Management et ingénierie méthodes et industrialisation Appellations (Industrie - Management / Encadrement) H1402 - Management et ingénierie méthodes et industrialisation Responsable industrialisation Responsable méthodes et process Définition Conçoit, optimise

Plus en détail

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE

LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES MÉTAUX, RECYCLABLES ET RECYCLÉS, AU CŒUR DE L ÉCONOMIE CIRCULAIRE LES DÉCHETS MÉTALLIQUES, UNE SOURCE STRATÉGIQUE D APPROVISIONNEMENT Pour l industrie métallurgique, le recyclage a toujours fait partie

Plus en détail

S.BAYNAUD www.haccp.fr

S.BAYNAUD www.haccp.fr Les référentiels qualité et sécurité des aliments pour les IAA Qualité Sécurité Traçabilité des Aliments 2 bis rue Lamoricière CS 10402 44104 Nantes Cedex 4 Tél : 02 51 72 11 22 Fax 02 51 72 11 33 E.mail

Plus en détail

Catalogue Audit & Conseil 2015

Catalogue Audit & Conseil 2015 Catalogue Audit & Conseil 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue 3 solutions pour vous accompagner Audit : Mesure

Plus en détail

BRANCHE & ENTREPRISE

BRANCHE & ENTREPRISE BRANCHE & ENTREPRISE 1 Le commerce, une partie de l économie Agriculture et Industrie forestière Production industrielle Approvisionnement en énergie et en eau, assainissement et élimination des déchets

Plus en détail

Les factures fournisseurs électroniques. 62 ème Congrès de l Ordre des Experts Comptables

Les factures fournisseurs électroniques. 62 ème Congrès de l Ordre des Experts Comptables Les factures fournisseurs électroniques 62 ème Congrès de l Ordre des Experts Comptables Les factures fournisseurs électroniques La dématérialisation des échanges des flux administratifs liés à l exploitation

Plus en détail

SOMMAIRE 1/ PRÉSENTATION DE L ÉTUDE 2/ CARTE D IDENTITÉ 3/ DIGITAL MARKETING 4/ COMMERCE CONNECTÉ

SOMMAIRE 1/ PRÉSENTATION DE L ÉTUDE 2/ CARTE D IDENTITÉ 3/ DIGITAL MARKETING 4/ COMMERCE CONNECTÉ SOMMAIRE 1/ PRÉSENTATION DE L ÉTUDE 2/ CARTE D IDENTITÉ 3/ DIGITAL MARKETING 4/ COMMERCE CONNECTÉ PLACES DE MARCHÉ SOCIAL COMMERCE MOBILE COMMERCE 5/ BILAN 2012 ET PROJETS DE DEVELOPPEMENT 6/ CONCLUSION

Plus en détail

TELETRANSMISSION DES TITRES RESTAURANT Séance de Travail Groupe de Travail CNTR Réunion du Sous-Groupe «Juridique» 06.02.2009 ORDRE DU JOUR 1. Étude du document commun de travail - Présentation - Énoncé

Plus en détail

De l HACCP à l ISO 22000

De l HACCP à l ISO 22000 Préface La vulgarisation scientifique est une tâche noble et difficile qui nécessite une parfaite connaissance du sujet et des qualités pédagogiques indéniables. Olivier Boutou possède les deux et l exercice

Plus en détail

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement

méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement méthode Green Forward éco-conception et achats responsables accélérez le changement au-delà de l analyse du cycle de vie... L offre responsable, un levier de compétitivité Vous en êtes convaincus : une

Plus en détail

Les challenges de la transformation digitale des groupes d édition

Les challenges de la transformation digitale des groupes d édition Les challenges de la transformation digitale des groupes d édition A la veille d une accélération de l évolution physique / digitale du marché du livre, les groupes d édition ont déjà mené nombre d initiatives

Plus en détail

Livret 11. Département Tertiaire. Mise à jour février 2008. Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9

Livret 11. Département Tertiaire. Mise à jour février 2008. Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9 Élaborer mon étude de marché Livret 11 Choisir mes fournisseurs Mise à jour février 2008 Département Tertiaire Choisir mes fournisseurs Page 1 / 9 Avertissement au lecteur Le présent fascicule fait l'objet

Plus en détail

CAP Employé de vente spécialisé UNITES CONSTITUTIVES DU REFERENTIEL DE CERTIFICATION

CAP Employé de vente spécialisé UNITES CONSTITUTIVES DU REFERENTIEL DE CERTIFICATION UNITES CONSTITUTIVES DU REFERENTIEL DE CERTIFICATION 63 Unités constitutives du domaine professionnel (OPTION A) Correspondance entre le référentiel de certification et les unités du domaine professionnel

Plus en détail

Chantal Ledoux (co Fondatrice de Boa Concept) et Pierre Noel Luigi (co Fondateur d'oscaro.com).

Chantal Ledoux (co Fondatrice de Boa Concept) et Pierre Noel Luigi (co Fondateur d'oscaro.com). 17 janvier Les 3 lauréats Au terme d'une compétition qui s'est déroulée sur plusieurs mois, le dossier Oscaro.com/Boa Concept a remporté hier soir le 1er prix des pour la mise en place d'une plate forme

Plus en détail

«Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia

«Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia «Le baccalauréat professionnel RPIP : réalisation des produits imprimés et plurimédia Présentation du référentiel de formation et de certification JM DESPREZ IA IPR STI chargé de mission nationale pour

Plus en détail

Point de vue. Les enjeux de l intégration transversale de la chaîne de valeur de l entreprise. www.axys-consultants.fr

Point de vue. Les enjeux de l intégration transversale de la chaîne de valeur de l entreprise. www.axys-consultants.fr Juillet 2015 Point de vue Les enjeux de l intégration transversale de la chaîne de valeur de l entreprise Ambroise Boisivon, consultant sénior chez Axys Consultants, spécialiste de la fonction Achats présente

Plus en détail

BHC ENERGY 3 ÈME PÉRIODE DES CEE

BHC ENERGY 3 ÈME PÉRIODE DES CEE 66, Rue Escudier 92100 Boulogne-Billancourt BHC ENERGY 3 ÈME PÉRIODE DES CEE Par Pierre-Marie CLEMENT 13 NOV. 2014 1 SOMMAIRE BHC ENERGY EN BREF POINT SUR LA 3 ème période des CEE 2 QUI SOMMES-NOUS? BHC

Plus en détail

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma

Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés. Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma Enjeux d une vision supply chain globale et défis associés Yves Dallery Professeur à l Ecole Centrale Paris Associé au sein du cabinet Diagma LA VISION SUPPLY CHAIN GLOBALE COMME ENJEU DE LA COMPÉTITIVITÉ

Plus en détail

LES COMPORTEMENTS D ACHAT DES MONTRÉALAIS SONDAGE TÉLÉPHONIQUE

LES COMPORTEMENTS D ACHAT DES MONTRÉALAIS SONDAGE TÉLÉPHONIQUE LES COMPORTEMENTS D ACHAT DES MONTRÉALAIS SONDAGE TÉLÉPHONIQUE Octobre 2013 En collaboration avec Les comportements d achat des Montréalais - 2012 1 2 3 4 Perception de la situation économique Intentions

Plus en détail

Les cycles 2013. 16, 30 et 31 mai. 10, 24 et 25 juin. 14, 24, 25 et 26 juin. 21, 22, 23 et 24 mai. 19, 20 et 21 juin

Les cycles 2013. 16, 30 et 31 mai. 10, 24 et 25 juin. 14, 24, 25 et 26 juin. 21, 22, 23 et 24 mai. 19, 20 et 21 juin Les cycles 2013 DU Manager Animateur d Equipe (16 jours) 16, 30 et 31 mai 10, 24 et 25 juin 19 et 20 10 et 11 oct. + 1 jour à définir 21 et 22 nov. + 2 jours à définir 6 déc. DU Manager Responsable Opérationnel

Plus en détail

Altavia Communication sur le progrès pour le Global Compact Juin 2011

Altavia Communication sur le progrès pour le Global Compact Juin 2011 Altavia Communication sur le progrès pour le Global Compact Juin 2011 Altavia a adhéré au Pacte Mondial le 15 janvier 2008 Le Développement Durable est pour le groupe Altavia une démarche structurante,

Plus en détail

Monitoring e-commerce et médias sociaux

Monitoring e-commerce et médias sociaux 1 Monitoring e-commerce et médias sociaux Un projet pilote de la DG Animaux, Végétaux et Alimentation Philippe Mortier Directeur général 2 Que pensez-vous du e- commerce? 3 Nous connaissons aujourd hui

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

DECLARATION ANNUELLE : définitions et éléments attendus

DECLARATION ANNUELLE : définitions et éléments attendus DECLARATION ANNUELLE : définitions et éléments attendus Option zéro papier Version 2 1/6 Tous les opérateurs titulaires d une attestation de capacité au 31/12/09 doivent fournir leur déclaration annuelle

Plus en détail

CONFIDENTIEL PROJET : NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE :

CONFIDENTIEL PROJET : NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE : CONFIDENTIEL PROJET : Création Reprise NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : CP : Ville : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE : Nom du technicien consulaire : SOUTIENS SOLLICITES

Plus en détail

Raki Tex. Import - Export. Commerce de Textile Second Hand Clothing

Raki Tex. Import - Export. Commerce de Textile Second Hand Clothing Commerce de Textile Second Hand Clothing Chaussée de Ninove 221 1080 - Bruxelles-Belgique Tél: +32 2 414 82 96 Gsm: +32 475 95 78 68 Email: info@rakitex.com Qui sommes-nous? La société S.P.R.L. a été fondée

Plus en détail