pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications"

Transcription

1 7 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Le théorème de division euclidienne et les sous-groupes de (Z, +) sont supposés connus. Pour tout entier relatif n, on note : nz = {n q q Z} l ensemble de tous les entiers relatifs multiples de n et : D n = {d N d divise n} l ensemble de tous les diviseurs positifs de n (pour n 0, on a D n N ). 7.1 Plus grand commun diviseur La caractérisation des sous-groupes de (Z, +) peut être utilisée pour définir le pgcd de deux ou plusieurs entiers relatifs, non tous nuls. Théorème 7.1 Soient a, b deux entiers relatifs non tous deux nuls. Il existe un unique entier naturel δ tel que : az + bz = δz. Cet entier s écrit δ = au + bv avec (u, v) Z 2 et c est le plus grand entier naturel qui divise a et b. Démonstration. az + bz étant un sous groupe de (Z, +), le théorème 6.5 nous dit qu il existe un unique entier naturel δ tel que az + bz = δz. Comme δ δz = az + bz, il existe (u, v) Z 2 tel que δ = au + bv. De az δz et bz δz, on déduit que δ un diviseur commun à a et b. Si d N est un diviseur commun à a et b, il divise aussi δ = au + bv et d δ (a et b n étant pas tous les deux nuls, on a δ 0). Donc δ est bien le plus grand entier naturel qui divise a et b. On peut donc donner la définition suivante. Définition 7.1 Soient a, b deux entiers relatifs non tous deux nuls. On appelle plus grand commun diviseur de a et b le plus grand entier naturel qui divise a et b. On le note pgcd (a, b) ou a b. La relation a b = au + bv avec (u, v) Z 2 est l identité de Bézout. 145

2 146 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Exercice 7.1 Soient a, b deux entiers relatifs non tous deux nuls et D a D b l ensemble des diviseurs communs à a et b dans N. Montrer que a b est le plus grand élément pour l ordre de la division dans N de D a D b et que D a D b = D a b. Solution 7.1 On sait déjà que δ = a b divise a et b, donc δ D a D b et tout entier d D a D b divisant a et b va diviser δ = au + bv. Comme tout d D a D b divise δ, on a D a D b D δ et comme tout d D δ divise δ qui divise lui même a et b, d va diviser a et b, soit d D a D b. On a donc D a D b = D a b. On peut aussi donner une définition de pgcd (a, b) sans référence directe aux sous-groupes de Z comme indiqué dans l exercice suivant. Exercice 7.2 Montrer, sans référence directe aux sous-groupes de Z, que l ensemble D a D b défini à l exercice précédent admet donc un plus grand élément δ (δ est alors le plus grand diviseur communs à a et b). Solution 7.2 L ensemble D a D b est non vide car il contient 1. Comme a et b ne sont pas tous deux nuls, cet ensemble est fini puisqu un entier relatif non nul n a qu un nombre fini de diviseurs dans N. L ensemble D a D b est donc non vide et majoré dans N, il admet donc un plus grand élément δ N qui est bien le plus diviseur communs à a et b. Théorème 7.2 La fonction pgcd vérifie les propriétés suivantes : (a, b) Z 2 {(0, 0)}, a b N ; a Z, a 0 = a a = a ; a Z, a 1 = 1 ; (a, b) Z 2 {(0, 0)}, a b = a b = a b = a b ; (a, b) Z 2 {(0, 0)}, a b = b a (commutativité du pgcd) ; pour b Z et a Z, on a a b = b si, et seulement si, b divise a ; (a, b) Z 2 {(0, 0)}, c Z, (ac) (bc) = c (a b) ; si d Z est un diviseur commun de a et b non tous deux nuls, alors a d b d = a b ; d pour a, b, c non tous nuls dans Z, on a a (b c) = (a b) c (associativité du pgcd). Démonstration. Laissée au lecteur. Exercice 7.3 Soient a, b deux entiers naturels non nuls. Montrer que : { (a b) b si a b a b = a (b a) si b > a En déduire un algorithme simple de calcul de a b. Solution 7.3 Si a = b, alors a b = a a = a = 0 a. Si a > b, on note δ = a b et δ = (a b) b. Comme δ divise a et b, il divise a b et b, donc il divise leur pgcd δ. De même δ qui divise a b et b va diviser a = (a b) + b et b, il divise donc δ et δ = δ. Pour a < b, on a a b = b a = a (b a). Un algorithme simple de calcul de a b, pour a, b entiers relatifs est donc le suivant : Début Lecture de a et b ; a = a ; b = b ;

3 Plus grand commun diviseur 147 Tant que a b Faire Début Si a > b Alors remplacer a par a b ; Sinon remplacer b par b a ; Fin si ; Fin ; pgcd = a ; Fin. Par exemple, pour (a, b) = (128, 28), on a : a b = = = = = = 4 12 = 4 8 = 4 4 = 4. Cet algorithme n est évidemment pas très performant, il sera amélioré par l algorithme d Euclide au paragraphe 7.3. Exercice 7.4 Soient a et b deux entiers relatifs non tous deux nuls. Montrer que : a b = a (a + b) = b (a + b). Solution 7.4 On remarque que si (a, b) (0, 0), alors (a, a + b) (0, 0) et (b, a + b) (0, 0). En notant δ = a b et δ = a (a + b), on a : donc δz δ Z et : δ = au + bv = a (u v) + (a + b) v az + (a + b) Z = δ Z δ = au + (a + b) v = a (u + v ) + bv az + bz = δz donc δ Z δz et donc δz = δ Z, ce qui équivaut à δ = δ. On peut aussi dire que comme δ divise a et b, il divise a et a + b, donc il divise leur pgcd δ. De même δ qui divise a et a + b va diviser a et b = (a + b) a, il divise donc δ et δ = δ. On a donc, en permutant les rôles de a et b : a b = a (a + b) = b (a + b). On définit de manière analogue le pgcd d une famille a 1,, a p formée de p entiers non tous nuls comme le plus grand des diviseurs communs à a 1,, a p. On le note pgcd (a 1,, a p ) ou a 1 a 2 a p et c est un entier supérieur ou égal à 1. Cette définition est justifiée par le théorème suivant. Théorème 7.3 Soient a 1,, a p des entiers relatifs non tous nuls. Il existe un unique entier naturel δ tel que : a 1 Z + + a p Z = δz. p Cet entier s écrit δ = u k a k avec (u 1,, u p ) Z p et c est le plus grand entier naturel qui divise a 1,, a p.

4 148 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Démonstration. Analogue au cas où p = 2. Comme dans le cas où p = 2, on vérifie que a 1 a p est aussi le plus grand élément pour l ordre de la division dans N de l ensemble des diviseurs positifs communs à a 1,, a p. p L égalité δ = u k a k est l identité de Bézout. La notation a 1 a 2 a p ne pose pas de problème du fait de la commutativité et l associativité du pgcd (elle est indépendante de l ordre des a k ). 7.2 Nombres premiers entre eux. Les théorèmes de Bézout et de Gauss On a vu que, par définition du pgcd, on a a b = au + bv avec u, v entiers relatifs, mais en général la réciproque est fausse, c est-à-dire que si δ est entier naturel tel que δ = au + bv avec u, v entiers relatifs, il n y a aucune raison pour que δ soit le pgcd de a et b. Par exemple 2 = ( 2) et 3 2 = 1. Mais pour δ = 1, cette réciproque est vrai et ce résultat est très souvent utilisé. Définition 7.2 Soient (a, b) Z 2 {(0, 0)}. On dit que a et b sont premiers entre eux (ou étrangers) si leur pgcd est égal à 1. De manière équivalente, on peut dire que a et b sont premiers entre eux si, et seulement si, 1 et 1 sont leurs seuls diviseurs communs de a et b. Exercice 7.5 Soient (a k ) 1 k p et (b k ) 1 k q deux suites finies d entiers relatifs non nuls. Montrer que si n = p a k et m = q b k sont premiers entre eux, alors chaque a k, pour k compris entre 1 et p, est premier avec chacun des b j, pour j compris entre 1 et q. Solution 7.5 Soit δ = a k b j où 1 k p et 1 j q. Comme δ est un entier naturel non nul qui divise a k et b j, il divise n et m et vaut nécessairement 1. De manière plus générale, on peut donner la définition suivante. Définition 7.3 Soient a 1,, a p des entiers relatifs non tous nuls. On dit que a 1,, a p sont premiers entre eux dans leur ensemble si leur pgcd est égal à 1. Exercice 7.6 Est-il équivalent de dire a 1,, a p sont premiers entre eux dans leur ensemble et a 1,, a p sont deux à deux premiers entre eux? Solution 7.6 On vérifie immédiatement que la réponse est négative en considérant le triplet (2, 3, 8). Théorème 7.4 Soient (a, b) Z 2 {(0, 0)} et δ = a b. Il existe deux entiers p et q premiers entre eux tels que a = δp et b = δq. Démonstration. Comme δ divise a et b il existe deux entiers p et q tels que a = δp et b = δq. Le pgcd δ = p q est un diviseur de p et q, donc l entier naturel δδ divise a = δp et b = δq et nécessairement δδ δ, soit δ (1 δ ) 0 avec δ > 0. On a donc δ 1. Mais δ est supérieur ou égal à 1 comme tout pgcd qui se respecte. En définitive, on a δ = 1, c est-à-dire que p et q sont premiers entre eux. De manière plus générale, on a le résultat suivant.

5 Nombres premiers entre eux. Les théorèmes de Bézout et de Gauss 149 Théorème 7.5 Soient a 1,, a p des entiers relatifs non tous nuls. et δ = a 1 a 2 a p. Il existe des entiers a 1,, a p premiers entre eux dans leur ensemble tels que a k = δa k pour tout k compris entre 1 et p. Démonstration. Analogue au cas où p = 2. Exercice 7.7 Déterminer tous les couples (a, b) d entiers naturels non nuls tels que a b = 3 et a + b = 12. Solution 7.7 On a a = 3p, et b = 3q où p, q sont des entiers naturels non nuls premiers entre eux et a + b = 12 équivaut à p + q = 4. Réciproquement si a = 3p, b = 3q où p, q sont des entiers naturels non nuls premiers entre eux tels que p + q = 4, alors a b = 3 et a + b = 12. Les seuls couples (p, q) possibles sont (1, 3) et (3, 1). Donc (a, b) = (3, 9) ou (a, b) = (9, 3). Exercice 7.8 Soient a, n deux entiers naturels non nuls. Montrer que : (a + 1) n 1 a Solution 7.8 On remarque d abord que : a = a n. n 1 (a + 1) n 1 = a (a + 1) k est divisible par a, donc (a + 1)n 1 est un entier. a Soit δ = (a + 1)n 1 a. Pour tout k 0, on a : a k=0 (a + 1) k 1 (mod a) (pour k = 0, c est clair et pour k 1, on utilise la formule du binôme) et donc : b = (a + 1)n 1 a n 1 = (a + 1) k n (mod a) k=0 de sorte que δ qui divise a et b divise aussi n = b pa (p Z). Il en résulte que δ divise δ = a n. Comme δ divise a et n, il divise aussi b = n + pa et en conséquence δ divise δ. On a donc bien δ = δ. Exercice 7.9 On se donne un entier naturel a 2 et on définit la suite (u n ) n N par : n N, u n = a 2n Montrer que : 2. Montrer que : n N, u n+1 = (u n 1) n n N, u n+1 = (a 1) u k + 2. k=0

6 150 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications 3. Montrer que, pour n m dans N, on a : { 1 si a est pair u n u m = 2 si a est impair 4. Calculer u p n u p m pour n m dans N et p dans N. Solution On a : 2. On procède par récurrence sur n 0. Pour n = 0, on a : u n+1 = a 2n = ( a 2n) = (un 1) u 1 = a = ( a 2 1 ) + 2 = (a 1) u En supposant le résultat acquis pour n 1 0, on a : 3. Supposons que m > n. On a : n 1 u n+1 = u n (u n 2) + 2 = u n (a 1) u k + 2 = (a 1) k=0 m 1 m 1 u m = (a 1) u k + 2 = (a 1) u n k=0 k=0 k n n u k + 2. k=0 u k + 2 = qu n + 2 Le pgcd de u n et u m divise alors 2 et il vaut 2 ou 1. Si a est pair, alors u n est impair et δ = 1 puisqu il divise u n, ce qui signifie que u n et u n sont premiers entre eux (pour a = 2, c est le cas des nombres de Fermat). Si a est impair, alors tous les u n sont pairs et δ vaut En utilisant le résultat de l exercice 8.5, on a : { u p n u p m = (u n u m ) p 1 si a est pair = 2 p si a est impair Théorème 7.6 (Bézout) Deux entiers relatifs a et b non tous deux nuls sont premiers entre eux si et seulement si il existe deux entiers relatifs u et v tels que au + bv = 1. Démonstration. On sait déjà, par définition, que la condition est nécessaire. Réciproquement s il existe deux entiers relatifs u et v tels que au + bv = 1 alors δ = a b est un entier naturel qui divise a et b, il divise donc 1 = au + bv et δ = 1, c est-à-dire que a et b sont premiers entre eux. Remarque 7.1 La relation de Bézout au + bv = 1 implique que u et v sont aussi premiers entre eux. On a aussi a b = a b = a b = a b = 1. Ce théorème peut se généraliser comme suit.

7 Nombres premiers entre eux. Les théorèmes de Bézout et de Gauss 151 Théorème 7.7 (Bézout) Des entiers relatifs a 1, a 2,, a p non tous nuls sont premiers entre eux dans leur ensemble si et seulement si il existe deux entiers relatifs u 1, u 2,, u p tels que p u k a k = 1. Démonstration. On sait déjà, par définition, que la condition est nécessaire. p Réciproquement s il existe deux entiers relatifs u 1, u 2,, u p tels que u k a k δ = a 1 a 2 a p est un entier naturel qui divise tous les a k, il divise donc 1 = δ = 1, c est-à-dire que a 1, a 2,, a p sont premiers entre eux dans leur ensemble. = 1 alors p u k a k et Corollaire 7.1 Soient a, b, c des entiers relatifs non nuls. Si c est premier avec a alors a b = a (bc) (le pgcd de deux entiers est inchangé si on multiplie l un d eux par un nombre premier avec l autre). Démonstration. Soient δ = a b et δ = a (bc). Comme δ divise a et b, il divise a et bc ainsi que leur pgcd δ. De au + cv = 1, on déduit que abu + bcv = b et δ qui divise a et bc va diviser a et b ainsi que leur pgcd δ. On a donc δ = δ. Corollaire 7.2 Soient a 1, a 2,, a p et c des entiers relatifs non nuls. Si c est premier avec p chacun des a k, pour k compris entre 1 et p, il est alors premier avec leur produit a k. Démonstration. En utilisant le corollaire précédent, on a : ( ) p p p c a k = c a k = c puisque a 1 est premier avec c et par récurrence finie, on déduit que : c p a k = c a 1 p a k = c k=2 k=2 k=2 a k p a k = = c a p = 1 puisque chaque a k, pour k compris entre 1 et p, est premier avec c. Une conséquence importante du théorème de Bézout est le résultat suivant. Théorème 7.8 (Gauss) Soient a, b, c des entiers relatifs non nuls. Si a divise bc et a est premier avec b alors a divise c. Démonstration. Comme a et b sont premiers entre eux, il existe deux entiers u, v tels que au + bv = 1 et pour tout entier c, on a acu + bcv = c, de sorte que si a divise bc, il va diviser c = acu + bcv. Ce résultat peut être utilisé pour donner une unique représentation des nombres rationnels non nuls. k=3 Corollaire 7.3 Tout nombre rationnel non nul r s écrit de manière unique r = p q et q N premiers entre eux. avec p Z

8 152 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Démonstration. Un nombre rationnel non nul r s écrit r = a b avec (a, b) dans Z N. En notant δ = a b on a a = δp, b = δq et r = p q avec p et q premiers entre eux. Si r = p q = p q avec (p, q), (p, q ) dans Z N tels que p q = p q = 1, on a alors pq = p q avec q premier avec p et q qui divise pq, donc q divise q d après le théorème de Gauss. De manière analogue, on voit que q divise q. On a donc q = q (q, q sont des entiers naturels non nuls) et p = p. L écriture est donc unique. Corollaire 7.4 Si un entier relatif non nul n est divisible par des entiers a 1, a 2,, a p deux à deux premiers entre eux, il est alors divisible par leur produit. Démonstration. On procède par récurrence sur p 2. Supposons que n soit divisible par a 1 et a 2 premiers entre eux. On a alors n = a 1 q 1 et a 2 divise n en étant premier avec a 2, il va donc diviser q 1 (théorème de Gauss), c est-à-dire que q 1 = q 2 a 2 et n = a 1 a 2 q 2 est divisible par a 1 a 2. En supposons le résultat acquis au rang p 1 2, soient a 1, a 2,, a p deux à deux premiers entre eux qui divisent n. L hypothèse de récurrence nous dit que n est divisible par a = p 1 a k. Comme a p est premier avec chacun des a k, pour k compris entre 1 et p 1, il est premier avec leur produit a (corollaire 7.2) et n qui est divisible par a et a p est aussi divisible par leur produit p a k. 7.3 L algorithme d Euclide Le lemme qui suit permet de déduire du théorème de division euclidienne un algorithme de calcul du pgcd de deux entiers positifs. C est l algorithme d Euclide. Cet algorithme permet également de déterminer des entiers u et v tels que au + bv = a b. Théorème 7.9 Soient a, b deux entiers naturels non nuls et r le reste dans la division euclidienne de a par b. On a alors a b = b r. Démonstration. Par division euclidienne, on a a = bq + r avec 0 r < b. L entier naturel δ = a b qui est un diviseur commun à a et b va diviser r = a bq, c est donc un diviseur commun à b et r et δ δ = b r. L entier naturel δ = b r qui est un diviseur commun à b et r va diviser a = bq + r, c est donc un diviseur commun à a et b et δ δ. On a donc bien δ = δ. Le principe de l algorithme d Euclide est le suivant pour a > b dans N (par symétrie, on peut supposer que a b et pour a = b, on a a a = a). On note r 0 = b et on désigne par r 1 le reste dans la division euclidienne de a par b. On a alors 0 r 1 < r 0 et d après le lemme précédent : a b = r 0 r 1. Si r 1 = 0 alors r 0 r 1 = r 0 = b et c est terminé. Si r 1 0 on désigne alors par r 2 le reste dans la division euclidienne de r 0 par r 1 et on a 0 r 2 < r 1 et : a b = r 0 r 1 = r 1 r 2. Si r 2 = 0 alors r 1 r 2 = r 1 et c est terminé. Sinon on continu. On définit donc ainsi une suite d entiers (r n ) n 0 par :

9 L algorithme d Euclide 153 r 0 = b ; r 1 est le reste dans la division euclidienne de a par b ; on a donc 0 r 1 < b ; pour n 2, si r n 1 = 0 alors r n = 0 et sinon r n est le reste dans la division euclidienne de r n 2 par r n 1 et on a 0 r n < r n 1. Dans tous les cas on r n r n 1 l égalité étant réalisée si et seulement si les deux termes sont nuls. La suite (r n ) n 1 ainsi construite est donc une suite décroissante d entiers positifs, elle est donc stationnaire à partir d un certain rang. Précisément il existe un entier p 1 tel que r p = 0 < r p 1 < < r 1 < r 0 et : a b = r 0 r 1 = = r p 1 r p = r p 1. C est à dire que a b est le dernier reste non nul dans cette suite de divisions euclidiennes. Par exemple pour calculer le pgcd de a = 128 et b = 28, on procède comme suit : a = 128 = = q 1 r 0 + r 1 r 0 = 28 = = q 2 r 1 + r 2 r 1 = 16 = = q 3 r 2 + r 3 (7.1) r 2 = 12 = = q 4 r 3 + r 4 r 4 = 0, r 3 = 4 = On peut utiliser un tableau pour effectuer la suite des calculs. Sur la deuxième ligne, on place d abord a et b, puis sur la première ligne on place au dessus de b le quotient q 1 et sur la troisième ligne, on place au dessous de a le reste r 1, ce même reste r 1 étant aussi placé en deuxième ligne après b. On recommence alors avec le couple (b, r 1 ). Sur la première ligne apparaissent les quotients successifs sur la troisième les restes successifs. Le dernier reste non nul, qui apparaît en fin de deuxième ligne, donne alors le pgcd. q 1 q 2 q 3 q 4 a b r 1 r 2 r 3 r 1 r 2 r 3 r 4 = r 4 = 0 On a donc construit, avec l algorithme d Euclide, deux suites d entiers (r n ) 0 n p et (q n ) 1 n p de la manière suivante : a = q 1 r 0 + r 1 (0 < r 1 < r 0 = b) r 0 = q 2 r 1 + r 2 (0 < r 2 < r 1 ) r 1 = q 3 r 2 + r 3 (0 < r 3 < r 2 ). r p 3 = q p 1 r p 2 + r p 1 (0 < r p 1 < r p 2 ) r p 2 = q p r p 1 + r p (r p = 0) On vérifie alors, par récurrence finie sur n {0, 1,, p 1}, qu il existe des entiers u n et v n tels que r n = au n + bv n. Pour n = 0 et n = 1 on a : r 0 = b = a 0 + b 1, r 1 = a 1 + b ( q 1 ). En supposant le résultat acquis jusqu à l ordre n 1 pour 0 n 1 p 2 on a : r n = q n r n 1 + r n 2 = q n (au n 1 + bv n 1 ) + au n 2 + bv n 2 = a (u n 2 q n u n 1 ) + b (v n 2 q n v n 1 ) = au n + bv n.

10 154 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications En particulier pour n = p 1 on a a b = r p 1 = au p 1 + bv p 1 = au + bv. Un tel couple d entiers (u, v) n est pas unique puisque si (u, v) est une solution, pour tout entier λ, le couple (u, v ) = (u + λv, v λa) est aussi solution. On a en effet : a (u + λb) + b (v λa) = au + bv = a b. Une équation dans Z de la forme au + bv = δ, où a, b, δ sont donnés et u, v sont les inconnues est une équation diophantienne. Ce type d équation est étudié plus en détails au paragraphe Les suites (r n ) 0 n p 1 (u n ) 0 n p 1 et (v n ) 0 n p 1 vérifient la même relation de récurrence : avec les conditions initiales : x n = x n 2 q n x n 1 (2 n p 1) (r 0, r 1 ) = (b, 1), (u 0, u 1 ) = (0, 1), (v 0, v 1 ) = (1, q 1 ) où q 1, r 1 sont, respectivement, le quotient et le reste dans la division euclidienne de a par b. On peut donner une interprétation matricielle de ces calculs comme suit. On a : ( ) ( ) ( ) xn qn 1 xn 1 = (2 n p 1) 1 0 et : ( xp 1 x p 2 x n 1 x n 2 ) ( ) ( qp 1 1 qp 2 1 = ( ) x1 = A p 1. x 0 Pour l exemple précédent, la suite de calculs (7.1) donne : ) ( q p 1 = 3, (q 1, q 2, q 3 ) = (4, 1, 1) ) ( x1 x 0 ) et : ( ) ( q3 1 q2 1 A 3 = ( ) 2 1 = 1 1 ) = ( ) ( ) d où : ( u3 u 2 ( v3 v 2 ) ( ) ( ) ( ) ( ) u = A 3 = =, u ) ( ) ( ) ( ) ( ) 2 1 q = = = ( 9 5 ) soit (u, v) = (u 3, v 3 ) = (2, 9). Si on veut se passer du calcul matriciel, on peut procéder comme suit. Les divisions successives : a = q 1 r 0 + r 1 r 0 = q 2 r 1 + r 2 r 1 = q 3 r 2 + r 3 r 2 = q 4 r 3

11 Plus petit commun multiple 155 donne : a b = r 3 = r 1 q 3 r 2 = r 1 q 3 (r 0 q 2 r 1 ) = r 1 (1 + q 3 q 2 ) q 3 r 0 = (a q 1 r 0 ) (1 + q 3 q 2 ) q 3 r 0 = (a q 1 b) (1 + q 3 q 2 ) q 3 b = au + bv (on commence par la fin), soit pour les valeurs particulières 128 et 28 : 128 = = = = 3 4 qui donne : = 4 = = 16 (28 16) = = 2 ( ) 28 = = ua + vb 7.4 Plus petit commun multiple La caractérisation des sous-groupes de (Z, +) peut aussi être utilisée pour définir le ppcm de deux ou plusieurs entiers relatifs, non tous nuls. Théorème 7.10 Soient a, b sont deux entiers relatifs. Il existe un unique entier naturel µ tel que : az bz = µz. Si a = 0 ou b = 0, alors µ = 0. Si a 0 et b 0, alors µ est le plus petit entier naturel non nul multiple de a et de b. Démonstration. az bz étant un sous groupe de (Z, +), l existence et l unicité de µ se déduit du théorème 6.5. Si a = 0 ou b = 0, on a µz 0Z = {0} et µ = 0. Si a 0 et b 0, de µz az et µz bz, on déduit que µ est multiple de a et b. Si m N est un multiple commun à a et b, il est dans az bz = µz et c est donc un multiple de µ, ce qui implique m µ. Donc, µ est bien le plus petit entier naturel non nul multiple de a et de b. On peut donc donner la définition qui suit. Définition 7.4 Soient a, b deux entiers relatifs. On appelle plus petit commun multiple de a et b le plus petit entier naturel multiple de a et b. On le note ppcm (a, b) ou a b. Remarque 7.2 La définition de ppcm (a, b) peut aussi se justifier directement sans référence directe aux sous-groupes de Z. Pour ce faire, on utilise l ensemble az bz des multiples communs à a et b. Si a 0 et b 0, alors l ensemble az bz N des multiples communs à a et b qui sont strictement positifs est non vide car il contient ab, il admet donc un plus petit élément µ qui est bien plus petit commun multiple de a et b. Pour a = 0 ou b = 0, on a az bz = {0} et µ = 0.

12 156 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Remarque 7.3 Le ppcm de a et b est aussi le plus petit élément pour l ordre de la division dans Z de l ensemble az bz N des multiples communs à a et b qui sont strictement positifs. En effet, a b est un multiple de a et b et tout multiple commun m à a et b qui est dans az bz N = µz est un multiple de a b. On vérifie facilement les propriétés suivantes. Théorème 7.11 La fonction ppcm vérifie les propriétés suivantes : (a, b) (Z ) 2, a b N ; a Z, a 1 = a a = a ; (a, b) Z 2, a b = a b = a b = a b ; (a, b) Z 2, a b = b a (commutativité du ppcm) ; pour b Z et a Z, on a a b = b si, et seulement si, b est multiple de a ; (a, b, c) Z 3, (ac) (bc) = c (b a) ; si d Z est un diviseur commun de a et b, alors a d b d = a b ; d pour a, b, c non tous nuls dans Z, on a a (b c) = (a b) c (associativité du ppcm). Démonstration. Laissée au lecteur. On définit de manière analogue le ppcm d une famille a 1,, a p formée de p entiers non tous nuls comme le plus petit des multiples communs à a 1,, a p. On le note ppcm (a 1,, a p ) ou a 1 a 2 a p et c est un entier supérieur ou égal à 1. Cette définition est justifiée par le théorème suivant. Théorème 7.12 Soient a 1,, a p des entiers relatifs non tous nuls. Il existe un unique entier naturel µ tel que : a 1 Z a p Z = µz. µ est le plus petit entier naturel divisible par a 1, a 2, et a p. Démonstration. Analogue au cas où p = 2. La notation a 1 a 2 a p ne pose pas de problème du fait de la commutativité et l associativité du ppcm (elle est indépendante de l ordre des a k ). Comme dans le cas où p = 2, on vérifie que a 1 a p est aussi le plus petit élément pour l ordre de la division dans N de l ensemble des multiples positifs communs à a 1,, a p. Lemme 7.1 Soient a, b deux entiers relatifs premiers entre eux. On a alors : a b = ab. Démonstration. Du fait que ab est un multiple de a et b on déduit que µ = a b divise ab. D autre part il existe deux entiers k, k tels que µ = ka = k b et comme a est premier avec b et divise k b, il divise k (théorème de Gauss). Ce qui donne µ = k ab et ab divise µ. D où l égalité µ = ab. Nous verrons que la réciproque du résultat précédent est vraie. Théorème 7.13 Soient a, b deux entiers relatifs. On a alors : (a b) (a b) = ab.

13 Plus petit commun multiple 157 Démonstration. On note δ = a b et on a a = δa, b = δb avec a et b premiers entre eux. Ce qui donne : µ = a b = (δa ) (δb ) = δ (a b ) = δa b et δµ = δa δb = ab. Du lemme et du théorème précédent, on déduit que : a b = 1 a b = ab. On a donc pour a, b dans Z a b = ab a b. On peut donc définir de manière naturelle le ppcm de deux entiers relatifs non tous deux nuls par : a b = ab a b. On peut aussi utiliser cette relation pour calculer le ppcm de deux entiers. On calcule d abord le pgcd en utilisant l algorithme d Euclide, puis on divise ab par ce pgcd. Exercice 7.10 Montrer que si a 1,, a p sont des entiers relatifs non nuls deux à deux premiers entre eux alors a 1 a p = a 1 a p. Ce résultat est-il encore valable si on suppose que a 1,, a p sont premiers entre eux dans leur ensemble. Solution 7.10 On sait déjà que si a 1 et a 2 sont premiers entre eux alors a 1 a 2 = a 1 a 2. Supposons le résultat acquis pour p 1 2 et soient a 1,, a p deux à deux premiers entre eux. Les entiers a 1 a p 1 et a p sont alors premiers entre eux (corollaire 7.2) et en utilisant l associativité du ppcm, on a : a 1 a p = (a 1 a p 1 ) a p = a 1 a p 1 a p = a 1 a p. Ce résultat n est plus valable si on suppose seulement que les a k sont premiers entre eux dans leur ensemble comme le montre l exemple suivant : = = 24 Exercice 7.11 A-t-on (a 1 a p ) (a 1 a p ) = a 1 a p dans Z? Solution 7.11 La réponse est non pour n 3 comme le montre l exercice précédent. Exercice 7.12 Peut-on trouver des entiers a, b tels que a b = 7 et a b = 36. Solution 7.12 Comme a b = 7 divise a et b, il divise a b et a b = 36 est alors impossible. Exercice 7.13 Déterminer tous les couples (a, b) d entiers naturels non nuls tels que a b = 3 et a b = 12. Solution 7.13 De a b = 12 on déduit que a, b sont des diviseurs de 12 donc dans {1, 2, 3, 4, 6, 12}. de a b = 3, on déduit que a et b sont multiples de 3, donc dans {3, 6, 12}. De ab = (a b) (a b) = 36, on déduit que : a = 3 [resp. b = 3] donne b = 12 [resp. a = 12] et (3, 12), (12, 3) sont deux solutions possibles ; a = 6 [resp. b = 6] donne b = 6 [resp. a = 6] et a b = 6 3.

14 158 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications En définitive, (a, b) {(3, 12), (12, 3)}. Exercice 7.14 On se propose de montrer que pour tout entier naturel n 2, on a : 1. Montrer le résultat pour n = 2 et n = Pour tout entier naturel n, on, note : (a) Montrer que : µ n = ppcm (1, 2,, n) 2 n 2. I n = 1 0 x n (1 x) n dx. n N, 0 < I n 1 4 n. (b) Montrer que, pour tout n N, il existe un entier naturel non nul a n tel que I n = a n µ 2n+1. (c) En déduire que : n N, µ 2n+1 2 2n. (d) En déduire le résultat annoncé (On peut en fait montrer que µ n 2 n pour tout n 7). Solution On a : 2. µ 2 = ppcm (1, 2) = 2 1 et µ 3 = ppcm (1, 2, 3) = 6 2. (a) Pour 0 < x < 1, on a 0 < x (x 1) sup x (1 x) = 1, ce qui donne le résultat. [0,1] 4 (b) On a : I n = 1 ( n ) x n Cn k ( 1) k x k dx k=0 n 1 = Cn k ( 1) k x n+k dx 0 k=0 = n k=0 et en réduisant au même dénominateur I n = (c) On a alors µ 2n+1 I n = a n 1 et : (d) Pour n N, on a : C k n µ 2n+1 1 I n 4 n = 2 2n. 0 ( 1) k n + k + 1 a n µ 2n+1, où a n N. µ 2n+2 = µ 2n+1 (2n + 2) 2 2n. On a donc montré que µ n 2 n 2 pour tout n 4. On peut en fait montrer que µ n 2 n pour tout n 7.

15 Applications Applications Les théorème de Bézout, de Gauss et l algorithme d Euclide peuvent être utilisés pour étudier les équations diophantiennes ax + by = c ou ax b (n) Équations diophantiennes ax + by = c Soient a, b, c trois entiers relatifs, avec a et b non nuls. On s intéresse ici à l équation diophantienne dans Z 2 : ax + by = c (7.2) En notant δ le pgcd de a et b, on a a = δa, b = δb avec a et b premiers entre eux. Lemme 7.2 L équation diophantienne (7.2) a des solutions entières si, et seulement si, δ divise c. Démonstration. Si c n est pas un multiple de δ, comme δ divise ax + by pour tous entiers x, y, l équation (7.2) n a pas de solutions. Si c = δc est un multiple de δ, en écrivant que δ = au 0 + bv 0 avec u 0, v 0 dans Z (théorème de Bézout) on déduit que (x 0, y 0 ) = (u 0 c, v 0 c ) est une solution de (7.2). Théorème 7.14 Si c est multiple de δ, alors l ensemble des solutions de (7.2) est : où (x 0, y 0 ) est une solution particulière. S = {(x 0 kb, y 0 + ka ) k Z} Démonstration. Si (x, y) est une solution de (7.2), on a alors : { ax0 + by 0 = c, ax + by = c, ce qui donne par soustraction : et divisant par δ, on obtient : a (x 0 x) = b (y y 0 ) a (x 0 x) = b (y y 0 ). Avec le théorème de Gauss on en déduit alors que a divise y y 0. On a donc y y 0 = ka avec k Z, ce qui entraîne a (x 0 x) = b ka et x 0 x = kb. En définitive on a : (x, y) = (x 0 kb, y 0 + ka ) avec k Z. Réciproquement on vérifie que pour tout k Z, (x 0 kb, y 0 + ka ) est bien solution de (7.2). En effet on a : ax + by = ax 0 + by 0 + k (a b ab ) = c + kδ (a b a b ) = c. L algorithme d Euclide nous permet d obtenir une solution particulière (x 0, y 0 ) = ( c u 0 δ, v 0 c δ ).

16 160 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications Exemple 7.1 Soit à résoudre l équation : 370x + 45y = 15. Le pgcd de 370 et 45 est égal à 5 qui divise 15. On cherche tout d abord une solution particulière de 74x + 9y = 1. En utilisant l algorithme d Euclide, on a : et donc : 74 = = = = 9 4 (74 8 9) = 74 ( 4) Le couple ( 12, 99) est solution de 74x + 9y = 3 et de 370x + 45y = 15. D un point de vue géométrique l ensemble des solutions de (7.2) est formé de la suite de points de Z 2 définie par : ( ) x0 M 0 =, x 0 ( ) b M k = M 0 + k, k Z. Les points M k sont sur la droite passant par M 0 et dirigée par le vecteur v = ( b a ou encore par le vecteur colinéaire v = ( ) a u =. b a ( b ). Ces vecteurs sont orthogonaux au vecteur a ) Exercice 7.15 Résoudre dans Z 2 l équation diophantienne : 128x + 28y = 8. Solution 7.15 En notant (a, b) = (128, 28), c = 8 et δ = a b, on a vu au paragraphe précédent que : δ = 4 = = au 0 + bv 0 ( c et (x 0, y 0 ) = u 0 δ, v c ) 0 = (4, 18) est une solution particulière de notre équations. Toutes les δ solutions étant données par : où k décrit Z. (x, y) = (x 0 kb, y 0 + ka ) = (4 7k, k)

17 Applications Équations ax b (n) Voir le paragraphe Soient n un entier supérieur ou égal à 2, a un entier supérieur ou égal à 1 et b un entier relatif. On veut résoudre dans Z l équation diophantienne : On s intéresse tout d abord au cas où b = 1. ax b (n) (7.3) Lemme 7.3 Soient n un entier supérieur ou égal à 2, a un entier supérieur ou égal à 1. L équation ax 1 (n) (7.4) a des solutions dans Z si et seulement si a est premier avec n. Démonstration. Le théorème de Bézout nous dit que a est premier avec n si, et seulement si, il existe des entiers relatifs x et k tels que ax kn = 1, ce qui équivaut à dire que x Z est solution de (7.4). Si a et n sont premiers entre eux alors l algorithme d Euclide nous permet de trouver une solution x 0 Z de (7.4). Et pour tout autre solution x Z l entier a (x x 0 ) est divisible par n. Comme n est premier avec a, le théorème de Gauss nous dit que nécessairement n divise x x 0. Il est clair que réciproquement pour tout k Z, x 0 + kn est solution de (7.4). En définitive, l ensemble des solutions de (7.4) est : où x 0 est une solution particulière de (7.4). S = {x 0 + kn k Z} Remarque 7.4 Si a et n sont premiers entre eux alors il existe une unique solution de (7.4) dans {1,, n 1}. En effet, si S est l ensemble des solutions de (7.4) alors S N est non vide et donc admet un plus petit élément x > 0. Si x n on a alors x = qn + r avec q 1 et 0 r < n. Comme ar ax 1 modulo n, on a r S N et nécessairement r = 0. Mais x = qn entraîne ax 0 modulo n en contradiction avec x S. On a donc x < n. On s intéresse maintenant au cas où les entiers a et n sont premiers entre eux et b est un entier relatif. Dans ce cas on peut trouver une solution x 0 de l équation (7.4) et pour tout entier relatif k, x = bx 0 + kn est solution de (7.3). Réciproquement si x est solution de (7.3) alors a (x bx 0 ) est divisible par n avec n premier avec a. Le théorème de Gauss nous dit alors que x bx 0 est divisible par n. En définitive, pour a et n premiers entre eux, l ensemble des solutions de (7.3) est : S = {bx 0 + kn k Z} où x 0 est une solution particulière de (7.3). Considérons maintenant le cas où δ = a n n est pas nécessairement égal à 1 et b est un entier relatif. On a alors a = δa, n = δn et si l équation (7.3) admet une solution x Z alors δn divise δa b, donc δ divise δa b et δ divise b. En conclusion si b n est pas un multiple de δ alors l équation (7.3) n a pas de solution dans Z. On suppose donc que b est un multiple de δ, soit b = δb. Si x Z est solution de (7.3) alors x est solution de : a x b (n )

18 162 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications avec a et n premiers entre eux. On sait alors que x est de la forme x = b x 0 + kn où x 0 est une solution de a x 1 modulo n et k est un entier relatif. Réciproquement on peut vérifier que pour tout entier k Z, x = b x 0 + kn est solution de (7.3). En effet on a : ax = a x 0δb + a kδn = (1 + k n ) δb + a kn = b + n (k b + ka ) b (n). En définitive, si b = δb où δ = a n, alors l ensemble des solutions de (7.3) est : S = {b x 0 + kn k Z} où x 0 est une solution particulière de a x 1 modulo n, où a = δa, n = δn Le théorème Chinois Voir le paragraphe Éléments inversibles de Z n = Z nz Théorème 7.15 Soit a un entier relatif. Les propriétés suivantes sont équivalentes : 1. a est inversible dans Z n ; 2. a est premier avec n ; 3. a est un générateur de (Z n, +). Démonstration. Voir le théorème 9.5 (on utilise le théorème de Bézout) Générateurs d un groupe cyclique Théorème 7.16 Soit G = g un groupe cyclique d ordre n. Les générateurs de G sont les g k, où k est un entier compris entre 1 et n 1 premier avec n Démonstration. Voir le théorème 2.5 (on utilise le théorème de Bézout) n est irrationnel si n est sans facteurs carrés Théorème 7.17 Si n 2 est un entier sans facteur carré, n est alors irrationnel. Démonstration. Voir l exercice 8.15 (on utilise le théorème de Gauss) Le théorème de Fermat pour n = 2 et n = 4 On s intéresse aux solutions dans N 3 de l équation de Fermat : x n + y n = z n pour n = 2 et n = 4.

19 Applications 163 Théorème 7.18 Les solutions dans N 3 de l équation de Fermat : sont les triplets d entiers naturels de la forme : ou : où δ N et n, m sont premiers entre eux. x 2 + y 2 = z 2 (7.5) (x, y, z) = ( 2δnm, δ ( n 2 m 2), δ ( n 2 + m 2)) (x, y, z) = ( δ ( n 2 m 2), 2δnm, δ ( n 2 + m 2)) Démonstration. Soit (x, y, z) une solution de (7.5). Si (x, y) = (0, 0), on a alors z = 0. On suppose que (x, y) (0, 0) et on note δ 1 = x y, δ 2 = y z et δ 3 = x z. On a δ 1 0 puisque (x, y) (0, 0) et avec a 2 b 2 = (a b) 2 (exercice 8.5) et a b = a (a + b) (exercice 7.4), on déduit que : et : δ 2 3 = x 2 z 2 = x 2 ( x 2 + y 2) = x 2 y 2 = δ 2 1 δ 2 2 = y 2 z 2 = y 2 ( x 2 + y 2) = y 2 x 2 = δ 2 1 ce qui donne δ 1 = δ 2 = δ 3 puisque tous ces entiers sont positifs. En notant δ ce pgcd commun, on peut alors écrire x = δx, y = δy, z = δz avec x, y, z deux à deux premiers entre eux et l équation (7.5) avec δ 0 nous donne (x ) 2 + (y ) 2 = (z ) 2. Les entiers x, y sont alors nécessairement de parités différentes. En effet : si x et y sont impairs, (z ) 2 est pair, donc z est pair et (z ) 2 0 mod (4) est incompatible avec (x ) 2 + (y ) 2 2 mod (4) ; et comme x, y sont premiers entre eux, ils ne peuvent être tous deux pairs. Comme x et y jouent des rôles symétriques, on peut supposer que x est pair et y impair, soit x = 2a, y = 2b + 1 et : (z ) 2 = 4a 2 + (2b + 1) 2 ce qui impose z impair. On définit donc des entiers en notant u = y + z, v = z y et on a y = u v, z = u + v. 2 2 Le pgcd de u et v divisant y et z divise aussi leur pgcd qui vaut 1, donc u v = 1. On a alors : uv = (z ) 2 (y ) 2 = (x ) 2 = a les entiers u et v étant premiers entre eux, ce qui impose que ces entiers sont des carrés. En effet, si u n est pas un carré, il est différent de 1 et sa décomposition en facteurs premiers nous donne u = p 2α+1 q avec p premier ne divisant ni q ni v (u et v sont premiers entre eux), ce qui donne a 2 = p 2α+1 r avec p ne divisant pas r, ce qui est impossible. On a donc u = n 2 et v = m 2 avec n, m premiers entre eux puisque 1 = n 2 m 2 = (n m) 2. On a donc : y = u v = n 2 m 2, z = u + v = n 2 + m 2, (x ) 2 = 4a 2 = 4uv = 4n 2 m 2 avec x 0, ce qui donne : x = 2nm, y = n 2 m 2, z = n 2 + m 2

20 164 pgcd, ppcm dans Z, théorème de Bézout. Applications où n, m sont des entiers naturels premiers entre eux et : Pour x impair et y pair, on obtient : (x, y, z) = ( 2δnm, δ ( n 2 m 2), δ ( n 2 + m 2)) (x, y, z) = ( δ ( n 2 m 2), 2δnm, δ ( n 2 + m 2)) Réciproquement, on vérifie facilement que ces triplets d entiers naturels sont bien solutions de notre équation. En effet, on a : et δ = 0 nous donne la solution triviale. 4δ 2 n 2 m 2 + δ 2 ( n 2 m 2) 2 = δ 2 ( n 2 + m 2) 2 Théorème 7.19 L équation : n a pas de solution dans (N ) 3. x 4 + y 4 = z 4 (7.6) Démonstration. Il suffit de montrer que l équation : x 4 + y 4 = z 2 (7.7) n a pas de solution dans (N ) 3. S il existe des solutions dans (N ) 3, on en choisit une telle que z soit minimal dans N. Dans ces conditions les entiers x, y, z sont deux à deux premiers entre eux. En effet, s il existe un diviseur premier p de x et y [resp. de x et z, ou ( de y et z], p 4 va diviser x z 2 [resp. p 2 va diviser y 4, ou x 4 ] donc p va diviser z [resp. y ou x] et p, y p, z ) est une autre p 2 solution avec 1 z < z, ce qui contredit le caractère minimal de z. p2 En reprenant la démonstration du théorème précédent, on peut supposer x pair (x et y jouent des rôles symétriques) et il existe des entiers naturels non nuls u, v premiers entre eux tels que : ( x 2, y 2, z ) = ( 2uv, u 2 v 2, u 2 + v 2) Si u est pair, v est nécessairement impair et y 2 = u 2 v 2 1 mod (4), ce qui est impossible puisqu un est congru à 0 ou 1 modulo 4. On a donc u impair et v pair. Comme (u, v, y) est solution de v 2 + y 2 = u 2 avec u, v, y deux à deux premiers entre eux (u v = 1 et u 2 + y 2 = v 2 nous dit qu un diviseur premier de y et v va diviser u et un diviseur premier de y et u va diviser v), il existe des entiers naturels non nuls r, s premiers entre eux tels que : (v, y, u) = ( 2rs, r 2 s 2, r 2 + s 2) ce qui nous donne : ( x 2, y 2, z ) = (4rs ( r 2 + s 2), ( r 2 s 2) 2, ( r 2 + s 2) 2 + 4r 2 s 2 ) En particulier, on a x 2 = 4rs (r 2 + s 2 ) avec r, s, r 2 + s 2 deux à deux premiers entre eux, ce sont donc tous des carrés, c est-à-dire qu il existe des entiers strictement positifs a, b, c tels que r = a 2, s = b 2 et r 2 + s 2 = c 2 et on a a 4 + b 2 = c 2 avec c c 2 = r 2 + s 2 = u < u 2 + v 2 = z, ce qui contredit le caractère minimal de z. D où le résultat annoncé.

Division euclidienne dans Z

Division euclidienne dans Z 23 Division euclidienne dans Z 23.1 L anneau Z des entiers relatifs On désigne par Z l ensemble des entiers relatifs, soit : Z {, n,, 2, 1, 0, 1, 2,, n, }. On note Z l ensemble Z privé de 0. On rappelle

Plus en détail

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n.

Deux éléments quelconques de Z sont comparables (l ordre est total). C est-à-dire que pour n, m dans Z on a soit n m soit m n. 6 Arithmétique dans Z 6.1 L anneau Z des entiers relatifs On désigne par Z l ensemble des entiers relatifs, soit : Z = {, n,, 2, 1, 0, 1, 2,, n, }. On note Z l ensemble Z privé de 0. On rappelle que l

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : PGCD - Théorème de Bézout. Théorème de Gauss.

Terminale S Spécialité Cours : PGCD - Théorème de Bézout. Théorème de Gauss. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître l identité et le théorème de Bézout. savoir calculer les coefficients de Bézout par «descente» ou par remontée de l algorithme d Euclide.

Plus en détail

Cours : Théorème de Bézout. Théorème de Gauss. Ainsi, au moins l un des deux nombres a ou b est non nul, par exemple a.

Cours : Théorème de Bézout. Théorème de Gauss. Ainsi, au moins l un des deux nombres a ou b est non nul, par exemple a. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître l identité et le théorème de Bézout. savoir calculer les coefficients de Bézout par «descente» ou par remontée de l algorithme d Euclide.

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 6. Arithmétique dans Z Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 6 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Combien 15! admet-il de diviseurs? Exercice 2 Trouver le reste de la division par 13

Plus en détail

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne

Exo7. Arithmétique dans Z. 1 Divisibilité, division euclidienne Exo7 Arithmétique dans Z 1 Divisibilité, division euclidienne Exercice 1 Sachant que l on a 96842 = 256 375+842, déterminer, sans faire la division, le reste de la division du nombre 96842 par chacun des

Plus en détail

Définition Soient a et b deux entiers non tous nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est le PGCD de a et b. On le note PGCD (a ; b) ou a b.

Définition Soient a et b deux entiers non tous nuls. Le plus grand diviseur commun à a et b est le PGCD de a et b. On le note PGCD (a ; b) ou a b. PGCD de deux entiers naturels Diviseurs communs à deux entiers naturels Soient a et b deux entiers naturels non tous les deux nuls. L ensemble des diviseurs communs à a et b est une partie de Z non vide

Plus en détail

Ex 1 : Montrer que pour tout entier naturel n, 9 divise 10 n 1. En déduire que pour tout entier naturel n, 9 ne divise pas 10 n + 1.

Ex 1 : Montrer que pour tout entier naturel n, 9 divise 10 n 1. En déduire que pour tout entier naturel n, 9 ne divise pas 10 n + 1. Fiches méthodes arithmétique Comment traiter un problème de divisibilité? Méthode : Pour les problèmes de divisibilité dans N ou dans Z, on se ramène à la définition de la divisibilité : b divise a signifie

Plus en détail

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé

Olympiades Françaises de Mathématiques Envoi Numéro 3 Corrigé Olympiades Françaises de Mathématiques 2012-2013 Envoi Numéro 3 Corrigé 1 Exercices Juniors Exercice 1. On appelle diviseur propre d un entier n un diviseur positif de n qui est différent de 1 et de n.

Plus en détail

Terminale S Spécialité

Terminale S Spécialité A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : savoir déterminer si un entier est premier en utilisant le nombre minimal de divisions par la suite des nombres premiers. savoir décomposer un entier

Plus en détail

PGCD et PPCM de deux entiers :

PGCD et PPCM de deux entiers : PGCD et PPCM de deux entiers : Table des matières I Plus grand commun diviseur de deux entiers :................................ 1 II Détermination du PGCD par l algorithme d Euclide............................

Plus en détail

La division euclidienne est la division avec reste des entiers naturels. On rappelle ce qui la caractérise.

La division euclidienne est la division avec reste des entiers naturels. On rappelle ce qui la caractérise. Chapitre 1 Arithmétique Ce texte est une liste d exercices avec un résumé succinct des principaux résultats et définitions du cours. Il ne remplace donc pas le cours! Pour le contenu du chapitre Arithmétique,

Plus en détail

Master Enseignement Mathématiques

Master Enseignement Mathématiques Master Enseignement Mathématiques Eric Edo Leçons d Arithmétique à l oral du CAPES. Il y a cinq leçons d arithmétique à l oral du CAPES : L12. Multiples, diviseurs, division euclidienne. L13. PGCD, PPCM

Plus en détail

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices

Congruences. DOMAINE : Arithmétique. NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Nicolas SÉGARRA NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 014 CONTENU : Cours et exercices Congruences Commençons par trois exercices permettant de rappeler ce qui a été vu

Plus en détail

2 Plus grand commun diviseur

2 Plus grand commun diviseur 2 Plus grand commun diviseur PGCD DE DEUX ENTIERS NATURELS Définition Soit deux nombres entiers naturels a et b non nuls. Un nombre entier naturel δ qui divise chacun de ces nombres est appelé diviseur

Plus en détail

Opérations élémentaires et déterminants

Opérations élémentaires et déterminants 10 Opérations élémentaires et déterminants On note toujours K le corps de réels ou des complexes On se donne un entier n 1 et M n (K désigne l espace vectoriel des matrices carrées d ordre n à coefficients

Plus en détail

Entiers relatifs. 1 Définition

Entiers relatifs. 1 Définition Entiers relatifs 1 Définition On définit, sur l ensemble N N, la relation binaire R par : (a, b)r(c, d) a + d = b + c On vérifie sans peine que R est bien une relation d équivalence : La réflexivité découle

Plus en détail

PGCD - PPCM. 1 Plus grand diviseur commun de deux entiers. 1.1 Dé nition - Exemples

PGCD - PPCM. 1 Plus grand diviseur commun de deux entiers. 1.1 Dé nition - Exemples 1 PGCD - PPCM 1 Plus grand diviseur commun de deux entiers 1.1 Dé nition - Exemples Dé nition 1 Soient a et b deux élément de Z. az + bz est un sous-groupe de Z donc il existe 2 N tel que az + bz = Z.

Plus en détail

ARITHMETIQUE. Exercice 4 :

ARITHMETIQUE. Exercice 4 : ARITHMETIQUE Exercice 1 : Étant donnés cinq nombres entiers consécutifs, on trouve toujours parmi eux (vrai ou faux et pourquoi) : 1. au moins deux multiples de 2. 2. au plus trois nombres pairs. 3. au

Plus en détail

La division euclidienne

La division euclidienne DOCUMENT 2 La division euclidienne La division euclidienne joue un role central en arithmétique. Comme c est l un des tous premiers résultats que l on démontre, il est important de savoir exactement ce

Plus en détail

COURS ARITHMÉTIQUE Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako

COURS ARITHMÉTIQUE Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako COURS ARITHMÉTIQUE Site MathsTICE de Adama Traoré Lycée Technique Bamako Ensemble N des entiers naturels I Propriétés de N: - Propriétés de l addition dans N: L opération est une loi de composition interne

Plus en détail

Exercices d arithmétiques

Exercices d arithmétiques Exercices d arithmétiques 18 janvier 2014 Exercice 1. 1. Montrer que si n est somme des carrés de deux entiers consécutifs alors 2n 1 est le carré d un entier. 2. Montrer que si 2n 1 est le carré d un

Plus en détail

Arithmétique modulaire pour la cryptographie

Arithmétique modulaire pour la cryptographie Université de Limoges, XLIM-DMI, 123, Av. Albert Thomas 87060 Limoges Cedex France 05.55.45.73.10 pierre-louis.cayrel@xlim.fr Licence professionnelle Administrateur de Réseaux et de Bases de Données IUT

Plus en détail

Étude de N et Z ( Spécialité Maths) Terminale S

Étude de N et Z ( Spécialité Maths) Terminale S Étude de N et Z ( Spécialité Maths) Terminale S Dernière mise à jour : Jeudi 22 Novembre 2007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2007-2008) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document

Plus en détail

1. Cours 1: Arithmétique dans Z

1. Cours 1: Arithmétique dans Z 1. Cours 1: Arithmétique dans Z 1.1. Divisibilité: Soient a, b deux entiers ( a; b 2 Z) On dit que b divise a, s il exite q 2 Z tel que a = qb Exemple 1: 1 divise tout entier a En e et: a = a:1 Exemple

Plus en détail

1 Arithmétique : nombres premiers et division euclidienne

1 Arithmétique : nombres premiers et division euclidienne 1 Arithmétique : nombres premiers et division euclidienne 1. MULTIPLES ET DIVISEURS D'UN ENTIER 1.1. Définition Soit a et b deux entiers relatifs. Dire que b divise a signifie qu'il existe un entier relatif

Plus en détail

I. Divisibilité dans Z

I. Divisibilité dans Z 1 I. Divisibilité dans Z Définition : Soit a et b deux entiers relatifs. a divise b s'il existe un entier relatif k tel que b = ka. On dit également : - a est un diviseur de b, - b est divisible par a,

Plus en détail

TERMINALE S DIVISIBILITÉ ET NOMBRES PREMIERS. I Divisibilité dans Z. Mathématiques, enseignement de spécialité

TERMINALE S DIVISIBILITÉ ET NOMBRES PREMIERS. I Divisibilité dans Z. Mathématiques, enseignement de spécialité TERMINALE S Mathématiques, enseignement de spécialité DIVISIBILITÉ ET NOMBRES PREMIERS I Divisibilité dans Z 1 Division euclidienne dans Z. Soient a un nombre entier relatif et b un entier naturel non

Plus en détail

V. Quelques équations diophantiennes

V. Quelques équations diophantiennes V. Quelques équations diophantiennes V. Quelques équations diophantiennes Philippe TILLEUIL Le Monde Perdu S.B.P.M. 27 août 2014 1 / 37 V. Quelques équations diophantiennes L équation du premier degré

Plus en détail

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE

EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE EXERCICES SUR L ORDRE EN ARITHMÉTIQUE Igor Kortchemski N.B. Certains exercices utilisent le théorème Lifting the exponent (LTE). - Rappels de cours - On considère a Z et n 1 des entiers premiers entre

Plus en détail

La division euclidienne et ses conséquences

La division euclidienne et ses conséquences Chapitre 1 La division euclidienne et ses conséquences 1.1 La division euclidienne Division euclidienne pour les entiers positifs Théorème 1.1.1. Pour a N, b N, il existe un unique couple d entiers (q,

Plus en détail

Exo7. Polynômes. 1 Opérations sur les polynômes. 2 Division, pgcd. Corrections de Léa Blanc-Centi.

Exo7. Polynômes. 1 Opérations sur les polynômes. 2 Division, pgcd. Corrections de Léa Blanc-Centi. Exo7 Polynômes Corrections de Léa Blanc-Centi. 1 Opérations sur les polynômes Exercice 1 Trouver le polynôme P de degré inférieur ou égal à 3 tel que : P(0) = 1 et P(1) = 0 et P( 1) = 2 et P(2) = 4. [000427]

Plus en détail

PGCD - PPCM Théorèmes de Bézout et de Gauss

PGCD - PPCM Théorèmes de Bézout et de Gauss DERNIÈRE IMPRESSION LE 15 juillet 2016 à 11:11 PGCD - PPCM Théorèmes de Bézout et de Gauss Table des matières 1 Plus grand commun diviseur 2 1.1 Définition................................. 2 1.2 Nombres

Plus en détail

Multiples. Division euclidienne. Congruence

Multiples. Division euclidienne. Congruence DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 septembre 2014 à 12:26 Multiples. Division euclidienne. Congruence Table des matières 1 Avant propos 2 2 Multiples et diviseurs dans Z 2 2.1 Déition.................................

Plus en détail

Cours de mathématiques M.P.S.I.

Cours de mathématiques M.P.S.I. Cours de mathématiques M.P.S.I. D'après les cours de M. De Granrut Henriet Quentin Ausseil Lucas Perard Arsène Philipp Maxime Arithmétique dans Z 1. Multiples et diviseurs Soient a,b Z. On dit que a divise

Plus en détail

LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ Congruences dans Z (n N, n 2)

LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ Congruences dans Z (n N, n 2) LEÇON N 14 : Congruences dans Z. Anneau Z/nZ. Pré-requis : Relation d équivalence ; Définitions d un groupe, d un anneau, d un corps ; Division euclidienne dans Z, notation d un cardinal ( ) ; Nombres

Plus en détail

Fonction exponentielle

Fonction exponentielle Fonction exponentielle 1 Fonction exponentielle Définition et variation Théorème Définition Il existe une unique fonction définie et dérivable sur telle que et Cette fonction est appelée fonction exponentielle

Plus en détail

Chapitre 2. Introduction aux matrices

Chapitre 2. Introduction aux matrices L1 2012-2013 Université Paris 13 Algèbre linéaire Chapitre 2 Introduction aux matrices Référence: Liret-Martinais [2], chapitre 4 Nous avons déjà rencontré des tableaux de nombres, ou matrices Nous allons

Plus en détail

PGCD ET NOMBRES PREMIERS

PGCD ET NOMBRES PREMIERS 1 PGCD ET NOMBRES PREMIERS I. PGCD de deux entiers 1) Définition et propriétés Vidéo https://youtu.be/sc2ipy27ym0 Tous les diviseurs de 60 sont : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 10, 12, 15, 20, 30, 60 Tous les diviseurs

Plus en détail

( ) 2 = n( n 3 + 2n) +1. ( ) 2 et ( n 3 + 2n) sont premiers entre eux.

( ) 2 = n( n 3 + 2n) +1. ( ) 2 et ( n 3 + 2n) sont premiers entre eux. Exercices : PGCD et nombres entiers premiers entre eux Exercice 1 Si on divise 4294 et 3521 par un même entier positif, on obtient respectivement 10 et 11 comme reste. Quel est cet entier? Exercice 2 Les

Plus en détail

CAPES session 2015 Épreuve 2. Problème n o 1

CAPES session 2015 Épreuve 2. Problème n o 1 CAPES session 2015 Épreuve 2 Problème n o 1 A. P. M. E. P. Problème n o 1 Notations On note N l ensemble des entiers naturels, N l ensemble des entiers naturels non nuls et Z l ensemble des entiers relatifs.

Plus en détail

Division euclidienne. 5.1 Anneaux euclidiens

Division euclidienne. 5.1 Anneaux euclidiens 5 Division euclidienne Les anneaux considérés dans ce chapitre sont commutatifs et intègres. On notera respectivement 0 A, 1 A (ou 0 et 1 quand l'anneau est xé et qu'il n'y a pas d'ambiguïté) les éléments

Plus en détail

Développements décimaux des nombres réels

Développements décimaux des nombres réels 1 Développements décimaux des nombres réels 1. Rappels sur les nombres décimaux. Rappelons qu un nombre décimal est un rationnel qui admet une écriture fractionnaire de la forme avec a Z et n N. Le lecteur

Plus en détail

grand commun diviseur (PGCD)

grand commun diviseur (PGCD) 2 Plus A grand commun diviseur (PGCD) Objectifs du chapitre À travers des problèmes de pavages, nous allons revoir la notion de PGCD déjà vue en classe de troisième. B Pour débuter Activité 1 Carrelage

Plus en détail

Leçon n 14 : Multiples, diviseurs, division euclidienne

Leçon n 14 : Multiples, diviseurs, division euclidienne Leçon n 14 : Multiples, diviseurs, division euclidienne (En bleu : ce qui n'est pas projeté) Introduction / Programmes - Ces notions d'arithmétiques sont introduites dès l'école primaire, où les élèves

Plus en détail

Quelques exercices d arithmétique (divisibilité, division euclidienne)

Quelques exercices d arithmétique (divisibilité, division euclidienne) Quelques exercices d arithmétique (divisibilité, division euclidienne) Exercise.1 Si on divise 4 294 et 3 521 par un même entier positif on obtient respectivement pour restes 10 et 11. Quel est ce nombre?

Plus en détail

Chapitre 9. Polynômes. 1 Généralités. 1.1 Définitions

Chapitre 9. Polynômes. 1 Généralités. 1.1 Définitions Chapitre 9 Polynômes Dans tout le chapitre K désigne R ou C. 1 Généralités 1.1 Définitions Définition 1 Polynôme Une fonction P : K K est une fonction polynôme (ou plus simplement un polynôme) à coefficients

Plus en détail

4.1 Définitions et notations 1 CHAPITRE 4. Matrices Définitions et notations

4.1 Définitions et notations 1 CHAPITRE 4. Matrices Définitions et notations 4 Définitions et notations CHAPITRE 4 Matrices 4 Définitions et notations On désigne par K un des deux ensembles R ou C et par n et p deux entiers strictement positifs 4 Matrices Définition On appelle

Plus en détail

Problème 1 : puissances de matrices

Problème 1 : puissances de matrices Rappels et notations Problème 1 : puissances de matrices Étant donnés deux entiers naturels non nuls p et q, M p,q (C) désigne l ensemble des matrices à p lignes et q colonnes, à coefficients complexes

Plus en détail

PGCD. d est le dernier reste non nul : d = pgcd (945 ; 882) = Les diviseurs de 63 sont : 1, 3, 7, 9, 21, 63. Problème

PGCD. d est le dernier reste non nul : d = pgcd (945 ; 882) = Les diviseurs de 63 sont : 1, 3, 7, 9, 21, 63. Problème CHAPITRE 2 PGCD Théorème de Bézout Théorème de Gauss SÉQUENCE 1 PGCD de deux entiers naturels (page 40) RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Problème 1 1. 945 = 882 + et 882 = 14. Donc PGCD (945 ; 882) = car d doit

Plus en détail

Module M33 : Arithmétique et Compléments d Algèbre

Module M33 : Arithmétique et Compléments d Algèbre L2 Maths-Info Université Evry Val d Essonne Module M33 : Arithmétique et Compléments d Algèbre 2016-2017 TD d Arithmétique 1 Divisibilité Exercice 1. Faire la liste de tous les diviseurs positifs de 12.

Plus en détail

Arithmétique dansn. Philippe Barlier. 22 janvier Rappels La division euclidienne dans N Nombres premiers...

Arithmétique dansn. Philippe Barlier. 22 janvier Rappels La division euclidienne dans N Nombres premiers... Arithmétique dansn Philippe Barlier 22 janvier 2015 Avertissement: K désigne ici R ou C. Table des matières 1 Rappels 1 1.1 Propriétés fondamentales de N...................................... 1 1.2 La

Plus en détail

> 1 ère partie : > 2 e partie : Nombres premiers dans. Congruence dans. Séquence 3 MA03. Cned Académie en ligne

> 1 ère partie : > 2 e partie : Nombres premiers dans. Congruence dans. Séquence 3 MA03. Cned Académie en ligne > 1 ère partie : Nombres premiers dans > 2 e partie : Congruence dans 1 Partie 1 : Nombres premiers dans Chapitre 1 > Définition et propriétés... A AB Définition Propriétés Chapitre 2 > Méthode de recherche

Plus en détail

Chapitre I : Divisibilité dans Z, division euclidienne, Congruences

Chapitre I : Divisibilité dans Z, division euclidienne, Congruences Terminale S (Spécialité) Chapitre I : Divisibilité dans Z, division euclidienne, Congruences 2015/2016 I) Divisibilité dans Z : La notion de diviseur d'un entier a déjà été rencontrée au collège (classe

Plus en détail

Exercice On vérifient simplement que AB. CD = 0, donc (AB) et (CD) sont orthogonales.

Exercice On vérifient simplement que AB. CD = 0, donc (AB) et (CD) sont orthogonales. Corrigé Baccalauréat S National 26 Exercice 1 1. Les coordonnées des trois A, B et C vérifient bien l équation 2x + 2y z 11 =. De plus, ces trois points ne sont pas alignés et définissent donc bien un

Plus en détail

Divisibilité et congruences

Divisibilité et congruences CHAPITRE Divisibilité et congruences SÉQUENCE Divisibilité et division euclidienne (page 8) RÉSOLUTION DE PROBLÈMES Problème A. a) Le numéro du premier samedi 0 est 7 ; celui du deuxième samedi est 4 ;

Plus en détail

Arithmétique. Divisibilité dans Z. 1) Diviseurs et multiples

Arithmétique. Divisibilité dans Z. 1) Diviseurs et multiples Arithmétique I Divisibilité dans Z 1) Diviseurs et multiples Exercice 1 : trouver tous les diviseurs des nombres 20, 36, 80, 120, 150, 157, 185, 230, 700, 1440 et 2048 Exercice 2 : un nombre entier est

Plus en détail

DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES

DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES 1 DIVISIBILITÉ ET CONGRUENCES I. Divisibilité dans! Définition : Soit a et b deux entiers relatifs. a divise b s'il existe un entier relatif k tel que b = ka. On dit également : - a est un diviseur de

Plus en détail

ENTIERS, RATIONNELS, DECIMAUX

ENTIERS, RATIONNELS, DECIMAUX Université Blaise Pascal, Préparation au CAPES de Mathématiques Année 2005 ENTIERS, RATIONNELS, DECIMAUX Document de travail pour la préparation au CAPES François DUMAS 1. Z comme anneau euclidien 1. Notion

Plus en détail

ELEMENTS D ARITHMETIQUE DANS L ENSEMBLE DES ENTIERS NATURELS

ELEMENTS D ARITHMETIQUE DANS L ENSEMBLE DES ENTIERS NATURELS ELEMENTS D ARITHMETIQUE DANS L ENSEMBLE DES ENTIERS NATURELS I. Multiples et diviseurs 1. Multiples d un nombre entier naturel Définition Un nombre entier naturel a est multiple d un nombre entier naturel

Plus en détail

Arithmétique. Chapitre 10 DIVISIBILITÉ. Sommaire. 1) La propriété fondamentale

Arithmétique. Chapitre 10 DIVISIBILITÉ. Sommaire. 1) La propriété fondamentale Chapitre 10 Arithmétique Sommaire I Divisibilité................................................ 92 1) La propriété fondamentale................................... 92 2) La division euclidienne.....................................

Plus en détail

RSA - bases mathématiques

RSA - bases mathématiques RSA - bases mathématiques Jang Schiltz Centre Universitaire de Luxembourg Séminaire de Mathématiques 162A, avenue de la Faïencerie L-1511 Luxembourg Luxembourg E-mail:schiltzj@cu.lu 1 Divisibilité Définition

Plus en détail

Méthodes directes de résolution du système linéaire Ax = b

Méthodes directes de résolution du système linéaire Ax = b Chapitre 3 Méthodes directes de résolution du système linéaire Ax = b 3.1 Introduction Dans ce chapitre, on étudie quelques méthodes directes permettant de résoudre le système Ax = b (3.1) où A M n (R),

Plus en détail

Nombres premiers. Résolution de problèmes

Nombres premiers. Résolution de problèmes Nombres premiers Résolution de problèmes 1 Le nombre de diviseurs positifs d un entier 1. Non : 4 a 3 diviseurs et 5 n en a que. 1 a un seul diviseur. 60, 7, 84, 90 et 96 ont 1 diviseurs.. a. Ils sont

Plus en détail

Chapitre 1. Divisibilité dans Z

Chapitre 1. Divisibilité dans Z Chapitre 1 Divisibilité dans Z I Divisibilité dans Z Définition 1: Multiple diviseur d un nombre Soit a et b deux entiers relatifs On dit que a est un multiple de b ( ou que b est un diviseur de a ) s

Plus en détail

Divisibilité. La divisibilite dans Z pour 4è annee

Divisibilité. La divisibilite dans Z pour 4è annee Divisibilité : Divisibilité La divisibilite dans Z pour 4è annee Dans ce module d introduction à l arithmétique, retour sur les notions connues depuis le collège que sont la division euclidienne, les nombres

Plus en détail

NOMBRES ENTIERS ET RATIONNELS. N Les entiers relatifs, -3; -2; -1; 0; 1; 2,

NOMBRES ENTIERS ET RATIONNELS. N Les entiers relatifs, -3; -2; -1; 0; 1; 2, NOMBRES ENTIERS ET RATIONNELS I Les ensembles de nombres Désignation Exemples Notation Les entiers naturels 0; 1; 2... N Les entiers relatifs, -3; -2; -1; 0; 1; 2, Z Les nombres décimaux : Un nombre décimal

Plus en détail

Exposé 11 : PGCD et PPCM de deux entiers naturels. Nombres premiers entres eux. Applications. Illustration avec la calculatrice.

Exposé 11 : PGCD et PPCM de deux entiers naturels. Nombres premiers entres eux. Applications. Illustration avec la calculatrice. Exposé 11 : PGCD et PPCM de deux entiers naturels. Nombres premiers entres eux. Applications. Illustration avec la calculatrice. Prérequis 1 : -Notion de diviseur multiple et de nombre premier -Division

Plus en détail

On considère l'application T dans le plan qui, à un point M(x ; y), associe le point M ' (x' ; y') définie par le { ( 2)+1=3 , M 3 1 2= 1.

On considère l'application T dans le plan qui, à un point M(x ; y), associe le point M ' (x' ; y') définie par le { ( 2)+1=3 , M 3 1 2= 1. Classe: TS spé Maths Bac blanc spécialité jeudi 7 février 04 Partie I- Matrices et systèmes. Le plan est muni d'un repère orthonormal (O; u, v. On considère l'application T dans le plan qui, à un point

Plus en détail

Exercices d arithmétique

Exercices d arithmétique DOMAINE : Arithmétique AUTEUR : Antoine TAVENEAUX NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2012 CONTENU : Exercices Exercices d arithmétique - Énoncés - Exercice 1 Montrer qu un nombre est divisible par

Plus en détail

PGCD ET PPCM. Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs.

PGCD ET PPCM. Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs. PGCD ET PPCM I. Plus grand commun diviseur Par convention, dans ce paragraphe, lorsque l on parlera de diviseurs d un entier naturel, il s agira toujours des diviseurs positifs. 1. Diviseurs communs à

Plus en détail

Droites et plans de l espace - Vecteurs

Droites et plans de l espace - Vecteurs Chapitre 8 Droites et plans de l espace - Vecteurs Objectifs du chapitre : item références auto évaluation étude de la position relative de droite(s) et de plan(s) vecteurs de l espace formules dans un

Plus en détail

QUELQUES RAPPELS ET COMPLÉMENTS

QUELQUES RAPPELS ET COMPLÉMENTS QUELQUES RAPPELS ET COMPLÉMENTS 1. RELATION D ÉQUIVALENCE, RELATION D ORDRE 1.1. Définitions. Définition 1.1. Soit E un ensemble et E E le produit cartésien. Une relation binaire (ou correspondance binaire)

Plus en détail

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat

2 PGCD, PPCM, petit théorème de Fermat Université de Paris-Sud, année 2012/2013 Filière Math/Info-L2 Maths 209 Feuille d exercices de soutien 1 Congruences et arithmétique sur Z Exercice 1. a) Soit n un nombre entier. Combien de valeurs peut

Plus en détail

ARITHMETIQUE L.KAYRIDINE JANOURA. MR : AMMAR BOUAJILA GSM : éme MATHS SERIE N 13

ARITHMETIQUE L.KAYRIDINE JANOURA. MR : AMMAR BOUAJILA GSM : éme MATHS SERIE N 13 L.KAYRIDINE JANOURA ARITHMETIQUE MR : AMMAR BOUAJILA GSM :92 741 567 4 éme MATHS SERIE N 13 EXERCICE 1 On se propose de montrer qu il existe une infinité de nombres premiers de la forme 4k +3. On raisonne

Plus en détail

Multiples. Division euclidienne Congruence Algorithme

Multiples. Division euclidienne Congruence Algorithme dernière impression le 15 septembre 2014 à 10:52 Multiples. Division euclidienne Congruence Algorithme Multiples et diviseurs Exercice 1 Dresser la listes des diviseurs de : 150 et 230 Exercice 2 Déterminer

Plus en détail

Cours de Terminale S - Spécialité /PGCD et nombres premiers entre eux. E. Dostal

Cours de Terminale S - Spécialité /PGCD et nombres premiers entre eux. E. Dostal Cours de Terminale S - Spécialité /PGCD et nombres premiers entre eux E. Dostal juin 2015 Table des matières 3 PGCD et entiers premiers entre eux 2 3.1 PGCD de deux entiers......................................

Plus en détail

Nombres réels. Définition On définit également le produit de deux suites u et v de S comme le produit terme à terme : u v = (u n v n ) n N

Nombres réels. Définition On définit également le produit de deux suites u et v de S comme le produit terme à terme : u v = (u n v n ) n N Nombres réels 1 Suites de rationnels Définition Une suite de rationnels (ou suite rationnelle) est une application u : N Q. Notation : Pour tout entier n, on note u n l image u(n) de l entier n par l application

Plus en détail

1 Quelques rappels sur les polynômes.

1 Quelques rappels sur les polynômes. Polynômes et fractions rationelles Dans ce chapitre, on ne considère que des polynômes à coefficients réels ou complexes. On notera R[X] l ensemble des polynômes à coefficients réels et C[X] l ensemble

Plus en détail

M = b d. a b ou M =. b a

M = b d. a b ou M =. b a Ce texte est extrait du cours optionnel de géométrie de l année universitaire 1999/2000. B.Ingrao Étude du groupe orthogonal dans le cas du plan. Dans ce qui suit, l espace est de dimension 2 ; en conséquence

Plus en détail

les racines carrées :

les racines carrées : les racines carrées : 1) Introduction : il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 4 c est 2. il existe un et un seul nombre positif dont le carré est 9, c est 3. Existe il un nombre positif

Plus en détail

L ARITHMETIQUE DE Z[i]

L ARITHMETIQUE DE Z[i] Agrégation interne. Arithmétique. Cours P. Caldero. L ARITHMETIQUE DE Z[i] Dans la peau de Johann Carl Friedrich Gauss L idée de ce cours est de visiter les méthodes de l arithmétique à travers des équations

Plus en détail

a p a [p] " e: Montrez que p est premier si et seulement si pour tout r {1 ; 2 ;... ; p - 1}, on a r p-1 1 [p]

a p a [p]  e: Montrez que p est premier si et seulement si pour tout r {1 ; 2 ;... ; p - 1}, on a r p-1 1 [p] EXERCICES D ARITHMETIQUE EXERCICE1 Guesmi.B Nombres de Mersenne: a: Montrez que pour tout n entier naturel > 2, si 2 n - 1 est premier alors n est premier b: Montrez que 2 11-1 n'est pas premier EXERCICE2

Plus en détail

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Exercice 1 : Si et sont des réels positifs ou nuls, montrer que Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Déterminer les ensembles suivants, mettre

Plus en détail

Exercices du chapitre 8 avec corrigé succinct

Exercices du chapitre 8 avec corrigé succinct Exercices du chapitre 8 avec corrigé succinct Exercice VIII.1 Ch-Exercice7 Soient les deux lois définies sur R de la manière suivante. Étant donnés deux couples (x, y) et (x, y ) de R, on pose : (x, y)

Plus en détail

Chapitre III : PGCD, Théorème de Bézout, Théorème de Gauss

Chapitre III : PGCD, Théorème de Bézout, Théorème de Gauss Terminale S (Spécialité) Chapitre III : PGCD, Théorème de Bézout, Théorème de Gauss Année scolaire 2015/2016 I) PGCD de deux entiers naturels : 1) Définition : Soient a et b, deux entiers naturels non

Plus en détail

NOMBRES PREMIERS I) DEFINITION ET PROPRIETES IMMEDIATES. 1) Définition

NOMBRES PREMIERS I) DEFINITION ET PROPRIETES IMMEDIATES. 1) Définition NOMBRES PREMIERS Les nombres premiers ont un rôle fondamental en arithmétique. L étude des propriétés des nombres entiers naturels impose souvent la décomposition en facteurs premiers. Les nombres premiers

Plus en détail

La formule de Taylor et les développements limités

La formule de Taylor et les développements limités La formule de Taylor et les développements ités I) La formule f de Taylor 1.1 ) Formule de Taylor avec reste intégral On considère une fonction de classe (c est-à-dire 1 fois dérivables et à dérivées continues,

Plus en détail

CHAPITRE 3 : CONGRUENCES ET ARITHMÉTIQUE MODULAIRE

CHAPITRE 3 : CONGRUENCES ET ARITHMÉTIQUE MODULAIRE CHAPITRE 3 : CONGRUENCES ET ARITHMÉTIQUE MODULAIRE 1. Congruences Définition 1.1. Soit m, a, b entiers. On dit que a est congru à b modulo m si m divise a b. (On dit aussi que a et b sont congrus modulo

Plus en détail

iii. Soit N, on a : = 1, donc il existe N tel que =, à savoir = 1, ce qui montre que : est un diviseur de. Remarquons que l on exige 0 puisque on ne p

iii. Soit N, on a : = 1, donc il existe N tel que =, à savoir = 1, ce qui montre que : est un diviseur de. Remarquons que l on exige 0 puisque on ne p Troisième DEMONSTRATIONS Arithmétique Séquence 1 : division euclidienne Définition du quotient et du reste d une division euclidienne Soient et deux nomres entiers naturels, 0. Poser la division euclidienne

Plus en détail

Principe de l extremum

Principe de l extremum DOMAINE : Combinatoire AUTEUR : Noé DE RANCOURT NIVEAU : Débutants STAGE : Montpellier 2012 CONTENU : Cours et exercices Principe de l extremum - 1. Principe du minimum. - Axiome 1 (Principe du minimum).

Plus en détail

Géométrie dans les espaces préhilbertiens

Géométrie dans les espaces préhilbertiens 13 Géométrie dans les espaces préhilbertiens Pour ce chapitre (E, ) est un espace préhilbertien et est la norme associée. 13.1 Mesures de l angle non orienté de deux vecteurs non nuls L inégalité de Cauchy-Schwarz

Plus en détail

Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2.

Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2. Chapitre 3 Les angles 3.1 Angles orientés de vecteurs du plan 3.1.1 Groupe des rotations Dans tout ce qui suit, on se place dans un espace vectoriel euclidien E de dimension 2. Définition 3.1 On appelle

Plus en détail

Représenter graphiquement (sur un même schéma) ces trois ensembles.

Représenter graphiquement (sur un même schéma) ces trois ensembles. PCSI DEVOIR SURVEILLÉ de MATHÉMATIQUES n 4 07/1/001 Durée : 4 heures EXERCICE 1 : Calculatrices interdites Dans le plan complee rapporté au repère orthonormal (O; e 1, e, on définit une transformation

Plus en détail

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u)

Matrices symétriques réelles. Exercice 2 Le produit de deux matrices symétriques réelles est-il symétrique? R n = ker (u) Im (u) Matrices symétriques réelles 1 Préliminaires On se place dans (R n, ) euclidien, le produit scalaire canonique étant défini par : (x, y) R n R n, x y = t x y = x k y k On note : M n (R) l algèbres des

Plus en détail

Objectifs du chapitre. 1. Principe du chiffrement. division euclidienne par 26, on obtient

Objectifs du chapitre. 1. Principe du chiffrement. division euclidienne par 26, on obtient 3 Entiers A premiers entre eux Objectifs du chapitre En utilisant un nouveau système de chiffrement, nous allons étudier la notion d entiers premiers entre eux. B Pour débuter Activité 3 Chiffrement de

Plus en détail

Congruences et théorème chinois

Congruences et théorème chinois Chapitre 3 Congruences et théorème chinois Dans ce chapitre, nous présentons les théorèmes d Euler, de Fermat et des restes chinois. Ces théorèmes trouvent de nombreuses applications, notamment en cryptographie.

Plus en détail

CHAPITRE 1 Nombres Entiers

CHAPITRE 1 Nombres Entiers CHAPITRE 1 Nombres Entiers Relations et opérations Sous-ensembles remarquables Sommaire A) L'ensemble N des nombres entiers "naturels" 1) Propriétés de l addition 2) Propriétés de la multiplication 3)

Plus en détail

Chapitre 13. Calcul matriciel. Mathématiques PTSI. Mathématiques PTSI (Lycée Déodat de Séverac) Calcul matriciel 1 / 44

Chapitre 13. Calcul matriciel. Mathématiques PTSI. Mathématiques PTSI (Lycée Déodat de Séverac) Calcul matriciel 1 / 44 Chapitre 13 Calcul matriciel Mathématiques PTSI Lycée Déodat de Séverac Mathématiques PTSI (Lycée Déodat de Séverac) Calcul matriciel 1 / 44 On note K = R ou C Mathématiques PTSI (Lycée Déodat de Séverac)

Plus en détail

Chapitre 9. Les polynômes. Définitions et structures. I.1 Définitions. K sera le corps R ou C.

Chapitre 9. Les polynômes. Définitions et structures. I.1 Définitions. K sera le corps R ou C. Chapitre 9 Les polynômes Motivation : Les polynomes sont les seules fonctions dont on sache calculer les images des rationnels. K sera le corps R ou C. I Définitions et structures I.1 Définitions Définition

Plus en détail