Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena avril 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena. 28-30 avril 2015"

Transcription

1 Deuxi ème jour Premier jour Jour 0 Programme du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation à l Hôtel KEMPINSKI N Djamena avril 2015 Date Heure Activité Veille du forum (Hôtel KEMPINSKI) Arrivée des délégations 9h00-15h30 Inscriptions et remise des dossiers aux participants arrivés à N Djamena Session ouverture officielle / Séances introductives 7h 30-8h30 inscription et remise des dossiers aux participants (suite) 8h30-8h45 Mise en place terminée 8h45-9h Arrivées et Installation des délégations officielles Cérémonie d ouverture sous la présidence de Son Excellence Idriss DEBY ITNO, Président de la République, Chef de l Etat - Présentation du programme de la cérémonie d ouverture par le Maître de Cérémonie 9h-10h - Allocution du Ministre de la Santé - Allocution du Représentant désigné des Partenaires Techniques et Financiers - Discours d ouverture de Son Excellence Idriss DEBY ITNO, Président de la République, Chef de l Etat 10h -10h30 Première séance plénière Mise en Place du Présidium Introduction des invités internationaux ; 10h30 13h Présentation des objectifs du forum Présentation de la Politique nationale CNNTA 13h-14h 30 14h30-17h 17h-17h30 8h 30-9h 9h-13h - Le document de politique nationale de Nutrition et d alimentation ; - Le plan d action multisectorielle Débats à la fin de ces présentations Pause déjeuné Deuxième séance plénière Présentation sur les mouvements et initiatives internationaux en Nutrition : SUN, REACH, AGIR et NEPAD La Contribution des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) UNICEF, PAM, UE, OCHA, FAO, OMS ; UNHCR Débriefing : Président + les Rapporteurs des plénières+ le Rapporteur Général + les Facilitateurs + le Facilitateur Général du Forum Synthèse de la première journée Troisième séance plénière Présentation des acteurs de développement et humanitaire Session Nutrition

2 Troisième jour 13h-14h 30 14h30-17h 17h -17h30 8h 30-9h 9h-13h 13h-14h 30 14h 30-15h 15h-17h Situation nutritionnelle au Tchad (CNNTA) o Rappel du cadre institutionnel o Situation épidémiologique o Prise en charge malnutrition o Prévention de la malnutrition Vue Globale du domaine de la nutrition et partage des meilleures pratiques Vue Globale du domaine de la nutrition et partage des meilleures pratiques (suite) Pause déjeuné Session Sécurité Alimentaire Vue Globale du domaine de la Sécurité Alimentaire et partage des meilleures pratiques Vue Globale du domaine de la Sécurité Alimentaire et partage des meilleures pratiques (suite) Débriefing : Présidents + les Rapporteurs des plénières + le Rapporteur Général + le Facilitateur Général du Forum Synthèse de la deuxième journée Quatrième séance plénière Session Recherches - Thème1 : Contribution de la spiruline pour prévenir la malnutrition - Thème2 : Morenga : vertu et valeur nutritionnelle Session Recherches (suite) - Thème 3 : Lait et produits laitier - Thème 4 : Perception de la prise en charge de la malnutrition aigüe sévère au Tchad: Centre de santé versus niveau communautaire - Thème5 : Incorporation de la farine de taro dans la fabrication de biscuit - Thème6 : Avitaminose A, anémie, parasitose intestinal et malnutrition en milieu pastoral - Thème7 : L eau du chari : Contamination physicochimique à Ndjamena - Thème8 : Le diabète: Propriété anti hyperglycémiant des grains de Bosias senegalensis, - Thème 9 : Analyse des points critiques dans la production de la laitue Pause déjeuné Finalisation de la Synthèse du Rapport Général, de la Déclaration finale du Forum et des Motions Business meeting (table ronde des bailleurs) Cérémonie de clôture sous la présidence de Son Excellence Idriss DEBY ITNO, Président de la République, Chef de l Etat - Lecture de la Synthèse du Rapport Général, de la Déclaration finale du Forum et des Motions ; - Discours de clôture de Monsieur le Ministre de la santé Cocktail/Banquet offert par le Ministre de la Santé Publique (Hôtel KEMPINSKI)

3 TERMES DE REFÉRENCE DU FORUM NATIONAL SUR LA NUTRITION ET L ALIMENTATION AU TCHAD I - CONTEXTE ET JUSTIFICATION Au Tchad, le secteur rural est réaffirmé comme moteur de la croissance économique. C est le principal potentiel en matière de garantie pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle afin d améliorer les conditions de vie des populations, dans un contexte marqué de crise économique mondiale, de changements climatiques rapides, d une démographie galopante 1 et d insécurité alimentaire et nutritionnelle à l échelle de la planète. Les jeunes, les femmes, les personnes âgées, malades et pauvres constituent les couches sociales les plus vulnérables. Dans ce contexte, le profil démographique tchadien est marqué par des populations de plus en plus nombreuses à nourrir : 3,3 millions d habitants en 1964 à d habitants en Les jeunes de moins de 20 ans représentent plus de 50 % et constituent désormais la catégorie sociale majoritaire avec 78, 3 % de population rurale. La pauvreté touche 55% de la population dont 87 % vivent en milieu rural. En effet, l alimentation et la nutrition constituent des défis majeurs pour les États et les Agences Internationale. Au Tchad, un potentiel en ressources naturelles riches et diversifiées existe. Mais, la sécurité alimentaire et nutritionnelle évoluent en dent de scie selon les précipitations annuelles. D une manière globale, 44,2% de la population vivent dans l insécurité alimentaire et la malnutrition aigüe atteint le seuil critique de 15% dans la plupart des régions : près de 40% des enfants souffrent de la malnutrition chronique sans que cette proportion donne des signes de diminution notable depuis les 1 La population totale du Tchad passera de 10, 1543 Millions d habitants en 2008, à 30, 082,4 Millions en Le pourcentage des populations urbaines et le ratio Ruraux /Urbains passeront respectivement de 26,8% à 53,7 % et de 2,7/1 à 0,9/1. Les jeunes de moins de 20 ans représentent, plus de 50 %

4 années Cette forme de la malnutrition à des conséquences non seulement psychique et motrice irréversible chez les enfants mais retarde de 8% l économie du pays avec le handicap mental et physique qu elle engendre. La malnutrition dans sa globalité participe directement ou indirectement à plus de 50% des causes de mortalité chez les enfants dans les pays en développement. Au Tchad le niveau de mortalité des enfants de moins de 5 ans demeure inacceptable (160/10000). Les causes de la malnutrition sont multiples : insécurité alimentaire chronique, mauvaise nutrition du nourrisson et du jeune enfant, accès limité à l eau et à l assainissement, facteurs socioculturels, maladies comme le paludisme, la diarrhée ou le VIH/sida, accès insuffisant aux soins et aux services sociaux de base en particulier pour les femmes et les enfants. D une manière générale cet état d insécurité alimentaire et nutritionnelle est exacerbé par le faible volume de production lié à une forte dépendance des aléas climatiques, au faible niveau d équipements agricoles, la baisse de la fertilité de sols et de la production animale. Le fort taux d analphabétisme constitue également un handicap (ECOSIT 2 2 ). Aussi, le niveau élevé de pauvreté du monde rural et l instabilité sociale causée par les conflits armés avec leur cortège de personnes déplacées et de réfugiés de guerre venus des pays voisins, aggravent le tableau déjà sombre. Nonobstant, la sécurité alimentaire qui se définit comme un état où «tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires, pour mener une vie saine et active», est une combinaison de facteurs, non seulement menaçante pour les couches sociales les plus vulnérables, mais également pour le développement du pays. En définitif, ces réalités interrogent à la fois sur la garantie de la sécurité alimentaire et la qualité de vie des populations urbaines et rurales, qui continueront à croître. Conscient de cette problématique majeure, le Gouvernement de la République du Tchad et les parties prenantes ont développé d importantes stratégies, en matière de lutte contre la malnutrition. En 2013, enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère ont été pris en charge, dans les 11 régions de la bande sahélienne du Tchad, à travers 502 unités de nutrition intégrées dans les formations sanitaires du 2 ECOSIT 2 : Enquête sur la Consommation et le Secteur Informel Tchad, phase II, , citée dans la DSCRP page 10

5 Ministère de la Santé Publique. Aussi, le Tchad, a adhéré en 2012 et 2013 à l initiative REACH, AGIR et au mouvement «Scaling-Up Nutrition» et une plateforme multisectorielle a été mise en place dont les membres conduisent des actions avec le réseau des parlementaires sur la nutrition. Puis le Gouvernement de la république du Tchad, les partenaires et les différentes catégories d acteurs concernés, ont élaboré la Politique Nationale de Nutrition et d Alimentation (PNNA), validé techniquement à N Djaména, en novembre Le Plan d Action Intersectoriel de Nutrition et d Alimentation (PAINA), assorti du PNNA, a été élaboré et budgétisé. Dans la perspective d assurer la promotion durable de la Politique Nationale de Nutrition et d Alimentation (PNNA) et la mise en œuvre efficace et efficiente du Plan d Action Intersectoriel de Nutrition et d Alimentation (PAINA), les acteurs concernés doivent en avoir une compréhension partagée et renforcer simultanément, leurs capacités de proposition et de négociation des ressources requises. Tels sont les centres d intérêt et la justification de l Organisation du Forum National sur la Nutrition et l Alimentation au Tchad. 2 Objectifs et résultats attendus Objectifs Objectif général : Permettre aux participants d avoir une compréhension partagée de l importance de la nutrition et de l alimentation dans le développement socio-économique du Tchad et d échanger leurs expériences en la matière à valoriser dans la définition des conditions optimales pour la mise en œuvre efficace et efficiente du PAINA de la PNNA objectifs spécifiques Obtenir une compréhension partagée de l importance de la nutrition et de l alimentation dans le développement socio-économique d un pays

6 Faciliter les échanges et les partages d expérience entre participants sur la base des présentations axées sur les acquis, les faiblesses, les menaces, les contraintes, les opportunités et les perspectives. Définir les conditions optimales de mise en œuvre efficace et efficiente du PAINA de la PNNA Résultats attendus La compréhension de l importance de la nutrition et de l alimentation dans le développement socio-économique d un pays est partagée Les échanges et les partages d expérience entre participants sur la base des présentations axées sur les acquis, les faiblesses, les menaces, les contraintes, les opportunités et les perspectives, sont facilités. Les conditions optimales de mise en œuvre efficace et efficiente du PAINA de la PNNA sont définies 3 - Méthodologie de mise en œuvre Les participants Le forum regroupera pendant trois jours environ 350 participants : décideurs politiques, partenaires techniques et financiers, experts, chercheurs, cadres techniques, acteurs régionaux et locaux du développement rural, des industriels de transformation agroalimentaire, des associations de consommateurs, des représentants des ONGs et organisations de la société civile, impliqués dans la lutte contre l insécurité alimentaire et nutritionnelle Processus de mise en œuvre Etape 1 : Préparation

7 La préparation du Forum a commencé avec : La Mise en place des commissions techniques issue de la plate-forme multisectorielle qui a conduit l élaboration de la PANNA et du PAINA l élaboration des draft des TDR, du Budget et du Chronogramme La mise en place du comité d organisation du Forum Le recrutement de deux consultants facilitateurs ; L identification des participants, l organisation des cérémonies Etape 2 : Réalisation Le Forum est mis sous le haut patronage de son Excellence Monsieur le Président de la République qui assure l ouverture et la clôture du Forum. Le déroulement du forum sera modéré par deux facilitateurs. La séance d ouverture sera marquée par les discours et les allocutions des officiels. Ensuite seront présentés les grandes orientations de la politique nationale de la nutrition et de l alimentation suivi du plan d action intersectoriel. Puis les autres thématiques retenues sur la nutrition, l alimentation, la technologie alimentaire et sécurité alimentaire. La clôture sera marquée par la présentation des synthèses des travaux et les recommandations. Des stands d expositions et des posters seront présentés pendant les poses café Etape 3 : valorisation A la fin du Forum, Un rapport final et les actes du forum seront élaborés et diffusés

Deuxième Conférence internationale sur la nutrition. Rome, 19-21 novembre 2014. Document final de la Conférence: Déclaration de Rome sur la nutrition

Deuxième Conférence internationale sur la nutrition. Rome, 19-21 novembre 2014. Document final de la Conférence: Déclaration de Rome sur la nutrition Octobre 2014 ICN2 2014/2 Deuxième Conférence internationale sur la nutrition Rome, 19-21 novembre 2014 Document final de la Conférence: Déclaration de Rome sur la nutrition Nous félicitant de la participation

Plus en détail

SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BURKINA FASO PLAN CADRE DES NATIONS UNIES POUR L AIDE AU DEVELOPPEMENT UNDAF 2011 2015

SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BURKINA FASO PLAN CADRE DES NATIONS UNIES POUR L AIDE AU DEVELOPPEMENT UNDAF 2011 2015 SYSTEME DES NATIONS UNIES AU BURKINA FASO PLAN CADRE DES NATIONS UNIES POUR L AIDE AU DEVELOPPEMENT UNDAF 2011 2015 26 Mars 2010 AVANT PROPOS Au cours de ces dernières décennies, le Burkina Faso a incontestablement

Plus en détail

PLAN DE SUIVI ET EVALUATION DE LA LUTTE CONTRE LA MALNUTRITION A MADAGASCAR 2012-2015

PLAN DE SUIVI ET EVALUATION DE LA LUTTE CONTRE LA MALNUTRITION A MADAGASCAR 2012-2015 REPOBLIKAN I MADAGASIKARA FITIAVANA TANINDRAZANA FANDROSOANA PLAN DE SUIVI ET EVALUATION DE LA LUTTE CONTRE LA MALNUTRITION A MADAGASCAR 2012-2015 2012 Office National de Nutrition : Lot III M39 Anosy,

Plus en détail

3 The Millennium Development Goals: Report 2010. Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014. asdf NATIONS UNIES

3 The Millennium Development Goals: Report 2010. Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014. asdf NATIONS UNIES 3 The Millennium Development Goals: Report 2010 Objectifs du Millénaire pour le développement Rapport 2014 asdf NATIONS UNIES Le présent rapport est fondé sur un ensemble de données compilées par le Groupe

Plus en détail

notamment de la filière alimentaire, pour améliorer l action du PAM en matière de nutrition. Des discussions initiales ont été tenues avec des ONG

notamment de la filière alimentaire, pour améliorer l action du PAM en matière de nutrition. Des discussions initiales ont été tenues avec des ONG WFP! " #! "$" Nos connaissances sur la faim et la nutrition ont fortement évolué au cours des dix dernières années. Des données scientifiques récentes ont montré qu il n existe qu un créneau restreint

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 27.2.2013 COM(2013) 92 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS UNE VIE

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ RAPPORT SUR LES MECANISMES DE MISE EN ŒUVRE ET DE SUIVI DU DSRP -----------------

REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ RAPPORT SUR LES MECANISMES DE MISE EN ŒUVRE ET DE SUIVI DU DSRP ----------------- REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ RAPPORT SUR LES MECANISMES DE MISE EN ŒUVRE ET DE SUIVI DU DSRP ----------------- SOMMAIRE AVANT PROPOS... 3 LISTE DES SIGLES... 4 INTRODUCTION...

Plus en détail

Plan d action 2008-2013 pour la Stratégie mondiale de lutte contre les maladies non transmissibles

Plan d action 2008-2013 pour la Stratégie mondiale de lutte contre les maladies non transmissibles tabagisme Œuvrer en partenariat pour lutter contre les quatre maladies non transmissibles maladies cardio-vasculaires, diabète, cancers, affections respiratoires chroniques et les quatre facteurs de risque

Plus en détail

Phase VI (2014-2018) du Réseau européen des Villes-santé de l OMS : objectifs et conditions

Phase VI (2014-2018) du Réseau européen des Villes-santé de l OMS : objectifs et conditions Réseau européen des Villes-santé de l OMS Phase VI (2014-2018) du Réseau européen des Villes-santé de l OMS : objectifs et conditions RÉSEAU EUROPÉEN DES VILLES-SANTÉ DE L OMS Phase VI (2014-2018) du

Plus en détail

EXAMEN PÉRIODIQUE UNIVERSEL

EXAMEN PÉRIODIQUE UNIVERSEL GUIDE PRATIQUE EXAMEN PÉRIODIQUE UNIVERSEL Plan de mise en œuvre des recommandations et des engagements Produit par la Direction de la paix, de la démocratie et des droits de l Homme Directeur : Christophe

Plus en détail

Plan Santé au travail

Plan Santé au travail Plan Santé au travail 2005-2009 Plan Santé au travail 2005-2009 Le plan santé au travail est issu d un travail collectif. Il a été élaboré, sous l autorité du Ministre délégué aux relations du travail,

Plus en détail

Cadre d action de Dakar

Cadre d action de Dakar mondial sur Forum l éducation Dakar, Sénégal du 26 au 28 avril 2000 Cadre d action de Dakar L Éducation pour tous : tenir nos engagements collectifs Adopté par le Forum mondial sur l éducation Dakar, Sénégal,

Plus en détail

RECUEIL DES RAPPORTS NATIONAUX SUR LA MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME D ACTION DE BRUXELLES POUR LA DÉCENNIE 2001 2010

RECUEIL DES RAPPORTS NATIONAUX SUR LA MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME D ACTION DE BRUXELLES POUR LA DÉCENNIE 2001 2010 IV RECUEIL DES RAPPORTS NATIONAUX SUR LA MISE EN OEUVRE DU PROGRAMME D ACTION DE BRUXELLES POUR LA DÉCENNIE 2001 2010 Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Comment réduire le gaspillage alimentaire au sein de sa restauration collective?

Comment réduire le gaspillage alimentaire au sein de sa restauration collective? Comment réduire le gaspillage alimentaire au sein de sa restauration collective? Eléments de méthode & recueil de pratiques auprès des CPIE Avec le soutien de : Préface Comment réduire le gaspillage alimentaire

Plus en détail

Manuel de détermination et de mise en place d un Système d information pour la sécurité alimentaire et l alerte rapide (SISAAR)

Manuel de détermination et de mise en place d un Système d information pour la sécurité alimentaire et l alerte rapide (SISAAR) Manuel de détermination et de mise en place d un Système d information pour la sécurité alimentaire et l alerte rapide (SISAAR) ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE ROME,

Plus en détail

PLAN MONDIAL CONTRE LE DIABÈTE 2011-2021 FÉDÉRATION INTERNATIONALE DU DIABÈTE

PLAN MONDIAL CONTRE LE DIABÈTE 2011-2021 FÉDÉRATION INTERNATIONALE DU DIABÈTE PLAN MONDIAL CONTRE LE DIABÈTE 2011-2021 FÉDÉRATION INTERNATIONALE DU DIABÈTE «La prévention et le traitement du diabète sont efficaces et rentables» (OMS, 2005) La prévention du diabète et de ses complications

Plus en détail

PLAN NATIONAL DE MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DE STOCKHOLM SUR LES POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS À SAO TOME ET PRINCIPE

PLAN NATIONAL DE MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION DE STOCKHOLM SUR LES POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS À SAO TOME ET PRINCIPE République Démocratique de São Tomé et Principe MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT, DES INFRASTRUCTURES ET DES RESSOURCES NATURELLES CABINET DE L ENVIRONNEMENT (Unité Discipline Travail) PLAN NATIONAL DE MISE

Plus en détail

LES ENFANTS D HAÏTI : DEUX ANS APRÈS. Qu est-ce qui change? Qui participe au changement?

LES ENFANTS D HAÏTI : DEUX ANS APRÈS. Qu est-ce qui change? Qui participe au changement? LES ENFANTS D HAÏTI : DEUX ANS APRÈS Qu est-ce qui change? Qui participe au changement? Children of Haiti: Two Years After What is changing? Who is making the change? 1 Avant-propos Sa ou plante se sa

Plus en détail

Déclaration et Programme d action de Beijing 1

Déclaration et Programme d action de Beijing 1 Déclaration et Programme d action de Beijing 1 La quatrième Conférence mondiale sur les femmes, S étant réunie à Beijing du 4 au 15 septembre 1995, 1. Adopte la Déclaration et le Programme d action de

Plus en détail

La contribution de l UE au vieillissement actif et à la solidarité intergénérationnelle

La contribution de l UE au vieillissement actif et à la solidarité intergénérationnelle La contribution de l UE au vieillissement actif et à la solidarité intergénérationnelle Financé par la Ni la Commission européenne ni aucune personne agissant au nom de la Commission ne sont responsables

Plus en détail

Rapport du Sommet mondial pour le développement durable

Rapport du Sommet mondial pour le développement durable ** Nations Unies Rapport du Sommet mondial pour le développement durable Johannesburg (Afrique du Sud), 26 août-4 septembre 2002 ** Rapport du Sommet mondial pour le développement durable Johannesburg

Plus en détail

Guide méthodologique. L accès aux services pour les personnes handicapées. Direction des Ressources Techniques Décembre 2010 GM 05

Guide méthodologique. L accès aux services pour les personnes handicapées. Direction des Ressources Techniques Décembre 2010 GM 05 Guide méthodologique L accès aux services pour les personnes handicapées Direction des Ressources Techniques Décembre 2010 GM 05 Auteurs Diana Chiriacescu Maryvonne de Backer Rozenn Botokro Recueil des

Plus en détail

stratégique2010 plan du Ministère de la Santé et des Services sociaux

stratégique2010 plan du Ministère de la Santé et des Services sociaux stratégique2010 plan 2015 du Ministère de la Santé et des Services sociaux 2010 2015 du Ministère de la Santé et des Services sociaux plan stratégique Édition La Direction des communications du ministère

Plus en détail

Étude sur l enseignement supérieur dans les pays de l UEMOA

Étude sur l enseignement supérieur dans les pays de l UEMOA Étude sur l enseignement supérieur dans les pays de l UEMOA PHASE 1 SYNTHÈSE ET OPTIONS D APPUI Pour une nouvelle vision de l enseignement supérieur : Rapport final Novembre 2004 TABLE DES MATIÈRES AVANT

Plus en détail

DOCUMENT PROVINCIAL DE STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE (DSRP PROVINCIAL) :

DOCUMENT PROVINCIAL DE STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE (DSRP PROVINCIAL) : REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO PROVINCE DU BASCONGO UPPE/DSRP COMITE TECHNIQUE PROVINCIAL DE LA STRATEGIE DE REDUCTION DE LA PAUVRETE. M A T A D I DOCUMENT PROVINCIAL DE STRATEGIE DE REDUCTION DE LA

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE SUIVI DE LA PERFORMANCE

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE SUIVI DE LA PERFORMANCE ROYAUME DU MAROC PROGRAMME DE RÉFORME DE L ADMINISTRATION PUBLIQUE GUIDE MÉTHODOLOGIQUE DU SUIVI DE LA PERFORMANCE NOVEMBRE 2006 Préparé par : Gérald Collange, Pierre Demangel, Robert Poinsard SOMMAIRE

Plus en détail