Etude rétrospective de la myxomatose du lièvre d Europe (Lepus europaeus) par une approche syndromique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude rétrospective de la myxomatose du lièvre d Europe (Lepus europaeus) par une approche syndromique"

Transcription

1 Rapport interne ONCFS Etude rétrospective de la myxomatose du lièvre d Europe (Lepus europaeus) par une approche syndromique Réseau SAGIR / Anouk Decors Sommaire CONTEXTE 2 OBJECTIF 2 MATERIEL ET METHODES 2 RESULTATS 3 DISCUSSION 9 CONCLUSION 1 Tables des figures Figure 1 : Proportion de lièvres avec au moins un symptôme oculaire Figure2 : Nombre de lièvres collectés par le réseau SAGIR de 1993 à 28 (données 28 incomplètes) Figure 3 : Nombre de lièvres avec un syndrome oculaire par département... 5 Figure 4 : Nombre de lièvres avec un syndrome oculaire par mois... 5 Figure 5 : Etiologies par lésions (en nombre de cas) Figure 6 : Nombre de cas de syndrome oculaire par an, répartis par étiologie... 6 Figure 7 : Proportion des dominantes pathologiques du lièvre de 25 à Figure 8 : Pourcentage de lièvres par classe de lésion Figure 9 : Diagramme de Pareto représentant les organes les plus souvent touchés dans les cas «indeterminés» Figure 1 : Projection sur les deux premiers axes factoriels des variables «ORGANE lesion» Figure 11 : Tableau des contributions... 9 Page 1 sur 1

2 Contexte Dans quelques départements du nord de la France, plusieurs cas de lièvres d allure «myxomateux» ont été signalés. Ces lièvres sont parfois maigres, et présentent des yeux gonflés, larmoyants et parfois purulents. Nous avons donc décidé, en lien avec les ITD et les LDAV concernés de pousser les investigations sur le sujet. La maladie, bien que concernant plusieurs animaux dans quelques département, n a jamais pris la forme d une épizootie. Les premiers résultats histologiques et virologiques sont en faveur d un poxvirus. La littérature indique que le lièvre peut héberger le virus de la myxomatose mais qu il ne développe qu exceptionnellement la maladie (en cas d immunodépression par exemple).des investigations complémentaires sont en cours pour typer ce virus. Nous ne disposons pas d'éléments à l'heure actuelle pour affirmer qu il s agit du virus de la myxomatose. Objectif L objectif de cette étude rétrospective est d étudier l occurrence de la myxomatose chez le lièvre d Europe en France depuis 1993 par une approche syndromique. Nous étudierons donc en particulier l occurrence des syndromes oculaires en France chez le lièvre, d après les données de la base SAGIR. Cette étude permettra de recenser les différentes étiologies associées aux lésions oculaires et d apprécier si les syndromes oculaires constituent «un bruit de fond» ou si l on assiste en 21 à l «émergence de ce syndrome». Matériel et Méthodes Nous avons choisi d étudier la période , puisqu avant 1993, aucun cas de syndrome oculaire n a été enregistré dans la base de données SAGIR. Etant donné le retard dans la saisie des données, les données 29 n ont pu être extraites et les données 28 sont incomplètes. Nous avons converti la myxomatose en deux syndromes principaux, oculaire et cutané que nous avons recherchés séparément dans la base de données (la forme pulmonaire n a pas été investiguée car moins pathognomonique, aucune lésion viscérale n a été recherchée, considérée comme non spécifique). Pour cela, plusieurs requêtes ont été faites sur la base de données SAGIR. La recherche du syndrome oculaire est faite à partir des champs : «observation» et «signe particulier» de la table ORIGINE, et du champ «organe» de la table LESION. Les mots clés utilisés sont «*œil*» et «*yeux*». Pour l étude du syndrome cutané, aucune recherche n a été faite sur l organe «peau» car il n existe aucune précision sur la localisation de la peau lésée dans la base. En revanche une requête sur l organe «oreille» a été réalisée pour rechercher les lésions cutanées. Un cas suspect de forme oculaire de myxomatose est un lièvre présentant un larmoiement, et/ou du jetage oculaire mucopurulent et/ou un œil partiellement clos et/ou une conjonctivite. Tous les lièvres présentant des lésions similaires ont été inclus dans l échantillon à étudier. Page 2 sur 1

3 Les noms des lésions décrites dans la base de données, ont ensuite été homogénéisés pour faciliter le traitement des données en : abcès, cachexie, congestion, conjonctivite, croute, dépilation, diarrhée, fermeture, inflammation, inflammation purulente, larmoiement, œdème. Tous les cas associés à «kératite», «kératoconjonctivite», «crevé», «cataracte», «arraché», «cécité», «cyanose», «décoloration», «exorbité», «ictère», «malformation», «opacification», «perforation», «ulcère» ont été supprimés car ces lésions sont considérées soit comme des lésions pouvant être secondaires à l inflammation oculaire ou au grattage donc non spécifiques, soit comme non pathognomoniques. Parallèlement des recherches sur les tables AGENT et CAUSE DE LA MORT ont été réalisées pour recenser les suspicions et les cas confirmés de myxomatose. Des recherches ont ensuite été entreprises sur le web pour détecter des «commérages» sur la myxomatose du lièvre. Pour tester si l augmentation de la proportion de syndrome oculaire est significative d une année sur l autre, nous avons utilisé le test Khi-deux, sous l hypothèse nulle qu il n y a pas de différence entre les animaux avec syndrome et les animaux sans syndrome d une année sur l autre. Nous avons ensuite focalisé notre analyse sur les cas avec syndromes oculaires mais dont l (es) étiologie(s) sont restées indéterminées : pour cela nous avons approfondi chaque cas «indéterminé» grâce à une requête sur le numéro SAGIR. Nous avons spécifié les champs «lésion», «étendue lésion», «organe» de manière à avoir le tableau lésionnel complet des animaux et à pouvoir dresser un profil pathologique grâce à une Analyse des Correspondances Multiples (ACM) (Escoffier et Pagès 199 ; Lebart et al ; Saporta 199). Nous avons supprimé au préalable les modalités rares, c est à dire les couples lésion/organe pour lesquels il y avait moins de 2 individus. 48 individus ont été retenus pour l ACM. Résultats Entre 1993 et 28 inclus : il y a eu 5 recherches du virus de la myxomatose soit par «sérologie», soit par «génétique», soit par «histologie». 1 seul positif (méthode inconnue) a été déclaré le 26/9/1993 en Charente Maritime. Parmi les cas retenus, on note dans les observations des ITD, 2 épizooties : une dizaine de lièvres trouvés morts à partir de fin septembre jusqu au 17/1/24 en Vendée (1 animal analysé avec comme diagnostic : traumatisme et EBHS) 5 lièvres trouvés morts le 7/11/24 dans le Loiret, dont un analysé et présentant des lésions oculaires inflammatoires purulentes et une infection digestive. La recherche de lésions sur «oreille» a fourni quelques résultats mais tous les cas sont expliqués par une étiologie précise (présence de Psorotpes sp., etc.) et aucun cas n est associé à un problème oculaire. Nous les avons donc exclus de l étude pour n étudier finalement que les cas avec un syndrome oculaire. Nous avons trouvé par ailleurs une suspicion de 3 lièvres myxomateux en 1954 mais ne pouvons garantir la fiabilité de cette information Page 3 sur 1

4 169 individus présentent des lésions oculaires compatibles avec la myxomatose et ont été retenus pour l étude sur la période ,5 Proportion de lièvres avec syndrome oculaire 2 1,5 1, Figure 1 : Proportion de lièvres avec au moins un symptôme oculaire. La proportion de syndrome oculaire demeure très faible au regard de l échantillon de lièvres collectés chaque année. Le nombre de lièvres avec au moins un symptômes par an oscille entre 1 et 3. On note sur la figure 1 une évolution progressive de la proportion de syndromes oculaires de 2 à 27 et on observe une augmentation significative du nombre de cas en 27 (Chisquare test, p-value =.267) Figure2 : Nombre de lièvres collectés par le réseau SAGIR de 1993 à 28 (données 28 incomplètes). La figure 2 montre un pic de collecte en 24 et un pic de moindre amplitude en 27. Page 4 sur 1

5 2 NB N SAGIR Figure 3 : Nombre de lièvres avec un syndrome oculaire par département. Certains départements semblent avoir déclaré plus de cas : 37, 45, 51, 77, 79, 85 par exemple. 6 NB N SAGIR janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre Figure 4 : Nombre de lièvres avec un syndrome oculaire par mois. On note une déclaration de syndrome plus importante en octobre et novembre Page 5 sur 1

6 NB N SAGIR ABCES CACHEXIE CONGESTION CONJONCTIVITE CROUTE DEPILATION DIARRHEE FERMETURE INFLAMMATION INFLAMMATION PURULENTE LARMOIEMENT OEDEME Cause mort YERSINIA ENTEROCOLITICA TUMEURS MULTIPLES TULAREMIE TRAUMATISME TIQUE STREPTOCOCCIE STAPHYLOCOCCIE SEPTICEMIE PUCE PSEUDOTUBERCULOSE PSEUDOMONAS FLUORESCENS PASTEURELLOSE MYXOMATOSE INFECTION RESPIRATOIRE INFECTION GENITALE INFECTION DIGESTIVE INDETERMINEE ICTERE EBHS CORYNEBACTERIUM SP. COCCIDIOSE BACILLUS HEMOLYTIQUE Figure 5 : Etiologies par lésions (en nombre de cas). Plusieurs lésions décrites dans la base sont compatibles avec la myxomatose : abcès, cachexie, congestion, conjonctivite, croûte, dépilation, fermeture des yeux, inflammation [de la conjonctive], inflammation purulente [de la conjonctive], larmoiement et œdème. Les lésions les mieux représentées sont conjonctivite et conjonctivite purulente et les principales étiologies associées sont «indéterminée», «traumatisme», «pasteurellose», «EBHS» et germes de contamination tels que staphylococcoques et streptococcoques NB N SAGIR Cause mort YERSINIA ENTEROCOLITICA TUMEURS MULTIPLES TULAREMIE TRAUMATISME TIQUE STREPTOCOCCIE STAPHYLOCOCCIE SEPTICEMIE PUCE PSEUDOTUBERCULOSE PSEUDOMONAS FLUORESCENS PASTEURELLOSE MYXOMATOSE INFECTION RESPIRATOIRE INFECTION GENITALE INFECTION DIGESTIVE INDETERMINEE ICTERE EBHS CORYNEBACTERIUM SP. COCCIDIOSE BACILLUS HEMOLYTIQUE Figure 6 : Nombre de cas de syndrome oculaire par an, répartis par étiologie. Si l on étudie les étiologies associées au syndrome oculaire en fonction des années, on retrouve les étiologies principales décrites plus haut : «indéterminée», «traumatisme», Page 6 sur 1

7 «pasteurellose», «EBHS» et germe de contamination tels que staphylococcoques et streptococcoques. Le pic de cas de 27 est majoritairement associé à «indéterminé». En 24, le nombre de cas associés à «EBHS» est légèrement plus important. Evolution relative des dominantes pathologiques du lièvre de 25 à 28 % de lièvre atteints Année COCCIDIOSE COLIBACILLOSE EBHS INDETERMINE INFECTION RESPIRATOIRE PASTEURELLOSE PSEUDOTUBERCULOSE SEPTICEMIE TRAUMA TULAREMIE Figure 7 : Proportion des dominantes pathologiques du lièvre de 25 à 28. La figure 1 montre qu il y a un pic de cas avec syndrome oculaire en 27, dont la majeure partie est «indéterminée». L évolution des dominantes pathologiques montre également un «pic» d indéterminés en 27. Toujours d après la figure 7, la proportion de cas d EBHS augmente également légèrement en 27 mais cette augmentation n est pas ou peu reflétée sur la figure 6 (l EBHS étant un des diagnostic différentiel du syndrome oculaire). Il y a 52 cas avec lésions oculaires et étiologie de la mort ou de la maladie indéterminée. Après avoir repris un par un tous ces cas et étudié le tableau pathologique complet des animaux, nous avons observé que pour 36 % des animaux «indéterminés», le tableau pathologique se réduisait à une seule lésion (la lésion oculaire) NOMBRE LESIONS NB LIEVRES % DE LIEVRES , , , , , , , Figure 8 : Pourcentage de lièvres par classe de lésion. Page 7 sur 1

8 CONJONCTIVE OEIL FOIE INTESTIN POUMON PAUPIERE PLUSIEURS ORGANES RATE TRACHEE PEAU CORNEE REIN CARCASSE LEVRE PLEVRE ARTICULATION GANGLION MÉSENTÉRIQUE MEMBRE MUSCLE NEZ PÉRICARDE SINUS URINE Figure 9 : Diagramme de Pareto représentant les organes les plus souvent touchés dans les cas «indeterminés». La conjonctive est plus souvent touchée que l œil lui même, suivis tous deux du foie, des intestins et des poumons. Figure 1 : Projection sur les deux premiers axes factoriels des variables «ORGANE lesion». Page 8 sur 1

9 RS1 RS2 CONJONCTIVEinflammation CONJONCTIVEinflammation.purulente FOIEcongestion INTESTINdiarrhee OEILinflammation.purulente PAUPIEREinflammation PLUSIEURS.ORGANEScongestion POUMONcongestion RATEhypertrophie REINcongestion TRACHEEinflammation Figure 11 : Tableau des contributions. On observe une association entre «REINcongestion», «POUMONcongestion» et «FOIEcongestion». DISCUSSION Tous les résultats décrits dans ce rapport doivent être considérés avec toutes les réserves liées au mode de recrutement des cas par le réseau SAGIR. D autre part, de 1997 à 2, il y a eu un changement dans le mode de saisie et la proportion de lésions saisies pendant cette période est bien inférieure aux autres périodes de saisie. Les données collectées par le réseau permettent donc de dégager des tendances mais en aucun cas, ces résultats ne représentent l évolution des syndromes oculaires dans les populations de lièvres. Les résultats montrent clairement une augmentation du nombre de cas avec syndrome oculaire en 27, sans aucun lien apparent avec une augmentation de pression d observation ou une épizootie d EBHS. En revanche, en 24 le nombre de lièvres collectés a été plus important mais n a pas eu de répercussion apparente sur le nombre de syndrome oculaire observé. Par ailleurs si l on regarde de plus près les départements les plus concernés par l occurrence de syndrome oculaire, certain (comme le 77) ont déclaré en 21 des cas de lièvres d allure myxomateux. Par contre, il est difficile de discriminer si cette occurrence plus «forte» dans ces départements est liée à une prévalence plus forte, à une vigilance accrue ou à une densité de lièvres plus forte (donc une probabilité de découvrir la morbidité plus importante). On observe également une saisonnalité dans les cas, avec un prélèvement plus fort en octobre. Ce résultat pourrait certes être la conséquence d une augmentation de la pression d observation due à l activité de chasse, mais pas seulement car dans certains départements (comme le 79) la pression d observation est constante toute l année avec contribution importante des agriculteurs à la surveillance le printemps et l été. Dans la base de données, différentes étiologies sont associées au syndrome oculaire du lièvre : (sur)infection, pasteurellose, EBHS, traumatisme (etc.) Certaines se comprennent aisément comme le traumatisme facilité par un déficit de d acuité visuelle, la désorientation ou l état de faiblesse de l animal. Quant à la pasteurellose et l EBHS, ces étiologies font partie du diagnostic différentiel des pathologies oculaires du lièvre. D autre part, des Page 9 sur 1

10 maladies suraiguës telle que la tularémie sont souvent décrites avec une congestion généralisée des organes, la congestion des muqueuses oculaires dans ce cas est cohérente. Parmi les autres étiologies décrites par SAGIR, il y a des infections oculaires à staphylocoques et streptocoques, qui sont également des germes de surinfection. Bon nombre de cas reste d étiologie indéterminée. Et bien que le diagnostic différentiel comprenne également la myxomatose, cette étiologie n a pas ou que très peu été recherchée, probablement du fait de la très faible sensibilité du lièvre pour cette affection, décrite dans la littérature. On remarque d ailleurs que le nombre d étiologies indéterminées est très important en 27, année où la proportion de syndromes oculaires a augmenté significativement. Si l on s intéresse au tableau pathologique associé au syndrome oculaire dont l étiologie n a pas été déterminée, on s aperçoit qu il est relativement frustre puisque 36% des animaux n ont qu une seule lésion et cette lésion est oculaire. L analyse syndromique des 48 individus «indéterminés» fournit un tableau pathologique non pathognomonique avec congestion du foie, des reins et des poumons. Ces lésions pourraient être des lésions artéfactuelles liées à la congélation qui colore les organes en rouge et rend l interprétation lésionnelle difficile. En outre, l échantillon sur lequel nous avons travaillé est somme toute restreint. Aucun tableau lésionnel n a été mis en évidence par cette analyse, seulement une congestion généralisée, l hypothèse de la myxomatose reste donc pertinente. Conclusion Cette étude sous-tend donc qu il existe des syndromes oculaires non expliqués, qui varient au cours du temps et des suspicions de myxomatose ont déjà existé par le passé. Malgré tout, le nombre de cas reste faible mais les manifestations lésionnelles associée à la myxomatose du lièvres peuvent passer inaperçu (conjonctivite) ou ne pas avoir été déclarées. Le nombre de cas avec symptôme oculaire fruste peut être sous-estimé. Références bibliographiques Escofier, B. and J.P Pagès Analyse factorielle simple et multiple. Objectifs, Méthodes et Interprétation. Dunod Paris France, 274p. Lebart, L., A. Morineau and M. Piron Statistique exploratoire multidimensionnelle. 2ème édition. Dunod Paris France, 439p. Saporta, G Probabilités, analyse de données et statistiques. Techniques. Paris. France. 493p. Page 1 sur 1

Maladies émergentes et faune sauvage

Maladies émergentes et faune sauvage Utilisation des données de surveillance sanitaire de la faune sauvage pour la détection de phénomènes de santé émergents Académie Vétérinaire de France, le 02.04.2009 Eva WARNS-PETIT ISPV-FCPR École Nationale

Plus en détail

Signes cliniques. Reconnaître la peste porcine africaine 9 FIGURE 5

Signes cliniques. Reconnaître la peste porcine africaine 9 FIGURE 5 Reconnaître la peste porcine africaine 9 Signes cliniques Les signes cliniques apparaissent 5 à 15 jours après l infection naturelle par le virus de la PPA. Le premier signe est généralement l apparition

Plus en détail

Tuberculose des carnivores domestiques. Professeur D.P. PICAVET UP Pathologie infectieuse, Zoonoses, Législation sanitaire

Tuberculose des carnivores domestiques. Professeur D.P. PICAVET UP Pathologie infectieuse, Zoonoses, Législation sanitaire Tuberculose des carnivores domestiques Professeur D.P. PICAVET UP Pathologie infectieuse, Zoonoses, Législation sanitaire Introduction M. tuberculosis, M. bovis >> M.avium Importance: Hygiénique Source

Plus en détail

Trachée. Lobe crânial (ou apical) Lobe moyen (ou cardiaque) Lobe azygos. Lobe caudal (ou diaphragmatique) Poumon droit.

Trachée. Lobe crânial (ou apical) Lobe moyen (ou cardiaque) Lobe azygos. Lobe caudal (ou diaphragmatique) Poumon droit. Les affections respiratoires constituent une dominante pathologique de l élevage porcin. La plus fréquente est la pneumonie à Mycoplasma hyopneumoniae, souvent associée à d autres agents infectieux comme

Plus en détail

BILAN DES SOUS-RESEAUX FONCTIONNEMENT DU RESPE

BILAN DES SOUS-RESEAUX FONCTIONNEMENT DU RESPE déclarations par sous-réseaux Nombre total de déclarations 2016 BILAN DES SOUS-RESEAUX FONCTIONNEMENT DU Le compte 8 sous-réseaux : Syndrome Respiratoire Aigu (incluant les Maladies Virales respiratoires

Plus en détail

Rhino trachéite infectieuse bovine (IBR)

Rhino trachéite infectieuse bovine (IBR) -définition : Rhino trachéite infectieuse bovine (IBR) Maladie infectieuse, touche les bv. Maladie virale causée par un Herpes virus bovin de type 1 (bo HV 1) -manifestation : atteinte des voies respiratoires

Plus en détail

Codes diagnostics pour traitements ambulatoires

Codes diagnostics pour traitements ambulatoires Codes diagnostics pour traitements ambulatoires 1. Code principal A. Système cardio-vasculaire A 1 A 2 A 3 A 4 A 5 A 6 A 7 A 9 Vitiens cardiaques/ valvules cardiaques Maladies coronariennes, y compris

Plus en détail

Le contrôle des lésions respiratoires du porc à l abattoir Intérêt dans le suivi d élevage et mise en œuvre pratique

Le contrôle des lésions respiratoires du porc à l abattoir Intérêt dans le suivi d élevage et mise en œuvre pratique Le contrôle des lésions respiratoires du porc à l abattoir Intérêt dans le suivi d élevage et mise en œuvre pratique Les maladies respiratoires constituent une dominante pathologique de l élevage porcin,

Plus en détail

OMACAP OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES MALADIES CAPRINES. Caprinov 28 / 11 / 12

OMACAP OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES MALADIES CAPRINES. Caprinov 28 / 11 / 12 OMACAP OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES MALADIES CAPRINES Caprinov 28 / 11 / 12 Objectifs de l OMACAP: OMACAP Surveillance Vigilance Enquêtes Identification et caractérisation des dominantes : Prévalence Inter-élevages:

Plus en détail

SBV congénital : Situation épidémiologique Traitement 4 du 1 er mars 2013

SBV congénital : Situation épidémiologique Traitement 4 du 1 er mars 2013 SBV congénital : Situation épidémiologique Traitement 4 du 1 er mars 2013 Les résultats présentés ci-dessous sont issus du 4 ème traitement des données saisies au 1 er mars 2013 concernant les élevages

Plus en détail

Faculté de médecine. Document d accompagnement

Faculté de médecine. Document d accompagnement Faculté de médecine Document d accompagnement 2006 Document d accompagnement Lampe à fente et diagnostic différentiel de l œil rouge Veuillez remplir ce document lors du visionnement du module d autoapprentissage

Plus en détail

Dermatomyosite Juvénile

Dermatomyosite Juvénile www.printo.it/pediatric-rheumatology/lu_fr/intro Dermatomyosite Juvénile Version de 2016 1. QU'EST CE QUE LA DERMATOMYOSITE JUVÉNILE? 1.1 Quelle est cette maladie? La dermatomyosite juvénile (DMJ) est

Plus en détail

INFLUENZA AVIAIRE MALADIE DE NEWCASTLE. Quand doit-on les suspecter?

INFLUENZA AVIAIRE MALADIE DE NEWCASTLE. Quand doit-on les suspecter? INFLUENZA AVIAIRE MALADIE DE NEWCASTLE Quand doit-on les suspecter? MALADIE DE NEWCASTLE Paramyxovirus PMV1 d indice de pathogénicité intracérébrale IPIC supérieur à 0,7. Sensibilité des espèces Surtout

Plus en détail

Pierre DAMAS Service de Soins Intensifs Généraux C.H.U. - Liège. P. Damas, C.H.U.-Liège, 2 ème journée NSIH, 12/02/03

Pierre DAMAS Service de Soins Intensifs Généraux C.H.U. - Liège. P. Damas, C.H.U.-Liège, 2 ème journée NSIH, 12/02/03 Pierre DAMAS Service de Soins Intensifs Généraux C.H.U. - Liège Représente plus de 50 % des infections traitées aux soins intensifs Risque: altération du contrôle du carrefour aérodigestif manipulation

Plus en détail

Cas clinique Glaucome congénital chez un chiot berger allemand de 2 mois.

Cas clinique Glaucome congénital chez un chiot berger allemand de 2 mois. Cas clinique Glaucome congénital chez un chiot berger allemand de 2 mois. Auteur : Dr Slimani Khaled. Un rappel : Les glaucomes congénitaux sont rares chez les chiens. Ils sont la conséquence d anomalies

Plus en détail

Myxomatose. Fiches d information générale sur les maladies. Qu est-ce que la myxomatose?

Myxomatose. Fiches d information générale sur les maladies. Qu est-ce que la myxomatose? Myxomatose Fiches d information générale sur les maladies Qu est-ce que la myxomatose? La myxomatose est une maladie importante du lapin due au virus myxomateux appartenant à la famille des Poxviridae.

Plus en détail

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS

COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS COLLYRES ET AUTRES TOPIQUES ANTIBIOTIQUES DANS LES INFECTIONS OCULAIRES SUPERFICIELLES RECOMMANDATIONS INTRODUCTION Les traitements topiques ophtalmologiques comprennent des collyres, des pommades et des

Plus en détail

Les signes d alerte d une maladie oculaire

Les signes d alerte d une maladie oculaire Les signes d alerte d une maladie oculaire Certaines affections oculaires peuvent progresser très rapidement et causer la perte de la vision et/ou la perte de l œil. Cette fiche le point sur les signes

Plus en détail

MALADIES VIRALES DU CHIEN

MALADIES VIRALES DU CHIEN MALADIES VIRALES DU CHIEN Pathologie des maladies virales Chapitre 7 1 MALADIES VIRALES GÉNÉRALISÉES CHEZ LE CHIEN Pathologie des maladies virales, Chapitre 7.7. 2 La maladie de Carré Morbillivirus Virus

Plus en détail

INTERPRETATION SEMIOLOGIQUE DES PRINCIPAUX SYMPTOMES OCULAIRES

INTERPRETATION SEMIOLOGIQUE DES PRINCIPAUX SYMPTOMES OCULAIRES Ophtalmologie A2 : Sémiologie 1 INTERPRETATION SEMIOLOGIQUE DES PRINCIPAUX SYMPTOMES OCULAIRES Alain Regnier Département des Sciences Cliniques Les symptômes observés en ophtalmologie correspondent à 4

Plus en détail

Les yersinioses à Yersinia enterocolitica : une pathologie d avenir

Les yersinioses à Yersinia enterocolitica : une pathologie d avenir Les yersinioses à Yersinia enterocolitica : une pathologie d avenir Jean Beytout, Lorraine Letranchant, Florence Gourdon, Marc Ruyvard, Henri Laurichesse CHU de Clermont-Ferrand Maladies infectieuses et

Plus en détail

Les fondements de la démarche diagnostique des avortements en série dus au virus BVD

Les fondements de la démarche diagnostique des avortements en série dus au virus BVD Annexe 4 Les fondements de la démarche diagnostique des avortements en série dus au virus BVD Remarque générale : par sérologie on entend recherche sérologique par technique ELISA des anticorps anti P80

Plus en détail

Identification de différents phénotypes de psoriasis. Christiane Guinot, PhD, DSc et Julie Latreille, MSc (CE.R.I.E.S.)

Identification de différents phénotypes de psoriasis. Christiane Guinot, PhD, DSc et Julie Latreille, MSc (CE.R.I.E.S.) Identification de différents phénotypes de psoriasis Christiane Guinot, PhD, DSc et Julie Latreille, MSc (CE.R.I.E.S.) Sommaire Contexte et objectifs de l étude Questionnaire, patients et données Schéma

Plus en détail

Infection par Bordetella bronchiseptica,

Infection par Bordetella bronchiseptica, Fiche technique n 21 Infection par Bordetella bronchiseptica, la bordetellose féline Bordetella bronchiseptica est l agent responsable de la bordetellose féline. Il est fréquemment rencontré en collectivité.

Plus en détail

Les caliciviroses félines

Les caliciviroses félines Fiche technique n 2 2 ème édition Les caliciviroses félines Les calicivirus félins sont l une des causes du syndrome coryza* du chat, mais peuvent aussi être à l origine de symptômes trés variés. Etiologie*

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2014 En 2014, 1380 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Comparaison expérimentale de deux conduites d élevage de porcs en croissance

Comparaison expérimentale de deux conduites d élevage de porcs en croissance Comparaison expérimentale de deux conduites d élevage de porcs en croissance B. Lebret, M.C. Meunier-Salaün, P. Mormède, R. Cariolet, N. Guingand, P. Robin, M. Hassouna, E. Dransfield et J.Y. Dourmad INRA

Plus en détail

Que doit on attendre de l Anatomopathologie dans la MC:

Que doit on attendre de l Anatomopathologie dans la MC: Que doit on attendre de l Anatomopathologie dans la MC: Critères de diagnostic / le compte rendu H.AITKACI, MC. CHERID, N. TERKI CPMC Les maladies inflammatoires chroniques de l intestin (MICI) Ce terme

Plus en détail

Évolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à 2006 Catherine Hill, Françoise Doyon et Abdeddahir Mousannif

Évolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à 2006 Catherine Hill, Françoise Doyon et Abdeddahir Mousannif Maladies chroniques et traumatismes Évolution de la mortalité par cancer en France de 1950 à 2006 Catherine Hill, Françoise Doyon et Abdeddahir Mousannif Sommaire 1. Introduction 3 2. Matériel et méthodes

Plus en détail

2. Matériel et méthodes

2. Matériel et méthodes 2. Matériel et méthodes 2.1 Matériel 6 2.1.1 Nombre de décès par cancer 6 2.1.2 Choix des localisations 6 2.1.3 Populations 6 2.2 Méthodes 7 2.2.1 Taux bruts 7 2.2.2 Taux spécifiques par âge 7 2.2.3 Taux

Plus en détail

Règlement (CE) n 852/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires.

Règlement (CE) n 852/2004 du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires. Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire Circulaire relative aux obligations réglementaires des personnes formées en matière d examen initial du gibier chassé Appel à la vigilance vis-à-vis

Plus en détail

Pathologies du Cavalier King Charles & du King Charles Spaniel.

Pathologies du Cavalier King Charles & du King Charles Spaniel. «Il a loyalement et irrévocablement reconnu la supériorité de l homme et s est livré à lui corps et âme sans arrière pensée Il est le seul être vivant qui ait trouvé et reconnu un dieu indubitablement,

Plus en détail

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014

Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 Mises à jour et nouveau contenu prévus pour 2014 octobre 2014 Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles Le présent document décrit les principales modifications qui seront apportées

Plus en détail

ETUDE CYTOBACTERIOLOGIQUE DU PUS. 1- Généralités sur la genèse d un pus principales localisations Les germes en cause

ETUDE CYTOBACTERIOLOGIQUE DU PUS. 1- Généralités sur la genèse d un pus principales localisations Les germes en cause ETUDE CYTOBACTERIOLOGIQUE DU PUS 1- Généralités sur la genèse d un pus principales localisations Les germes en cause La formation d un pus est un des signes les plus caractéristiques d une infection. Le

Plus en détail

Fièvre, toux, jetage, Quand faut-il s inquiéter? Xavier d Ablon Novembre 2017

Fièvre, toux, jetage, Quand faut-il s inquiéter? Xavier d Ablon Novembre 2017 Fièvre, toux, jetage, Quand faut-il s inquiéter? Xavier d Ablon Novembre 2017 Sommaire Introduction Comment interpréter les signes cliniques? Quels prélèvements effectuer? Gestion des cas Que faire en

Plus en détail

Module 01 Le Vieillissement des Organes P.1. Oreille Moyenne

Module 01 Le Vieillissement des Organes P.1. Oreille Moyenne Module 01 Le Vieillissement des Organes P.1 Date : 19/10/04 Dr. Marble 1. Organes des sens : L OUIE: Oreille Externe Oreille Moyenne Oreille Interne Chez les personnes âgées : - Diminution de la sensibilité

Plus en détail

Monitoring de la température en temps réel pour la gestion des troubles respiratoires des jeunes bovins

Monitoring de la température en temps réel pour la gestion des troubles respiratoires des jeunes bovins Monitoring de la température en temps réel pour la gestion des troubles respiratoires des jeunes bovins Nathalie BAREILLE Bio-Agression, Epidémiologie et Analyse de Risque en Santé Animale Importance des

Plus en détail

Régime général tableau 93

Régime général tableau 93 Régime général tableau 93 Lésions chroniques du segment antérieur de l'oeil provoquées par l'exposition à des particules en circulation dans les puits de mine de charbon Date de création : 18 janvier 1995

Plus en détail

15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS

15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS 15 / 09 /2015 Dr Michel TIV Dr Jean Louis GROSS 2 Définition (1) Augmentation significative de la fréquence d'une maladie au-delà de ce qui est habituellement observé en un lieu et une période de temps

Plus en détail

Etude de cas : L eczéma dermatite atopique de l enfant

Etude de cas : L eczéma dermatite atopique de l enfant Etude de cas : L eczéma dermatite atopique de l enfant 10h00 : Vous travaillez en pédiatrie nourrisson Vous prenez en soins Léo, 4 mois hospitalisé, la veille à 21 h, pour un eczéma. Il présente également

Plus en détail

Inflammation des doigts

Inflammation des doigts Inflammation des doigts Ces deux patients consultent pour la même symptomatologie: Inflammation des doigts, placard rouge chaud sensible sans signes généraux, mais qui s étend progressivement. Quel est

Plus en détail

DEVOIR RECHERCHE CLINIQUE Plan d analyse d un essai thérapeutique

DEVOIR RECHERCHE CLINIQUE Plan d analyse d un essai thérapeutique DEVOIR RECHERCHE CLINIQUE Plan d analyse d un essai thérapeutique Pierre-François BUSSON M2 MSR Mars 2009 SOMMAIRE Contexte... 3 Critères de jugement principaux et secondaires... 4 Calcul du nombre de

Plus en détail

Cours d ophtalmologie

Cours d ophtalmologie Cours d ophtalmologie Institut de Formation en soins Infirmiers Docteur POMMIER Stephan Service d ophtalmologie Hôpital d Instruction des Armées LAVERAN MARSEILLE PLAN Rappel anatomique L examen ophtalmologique

Plus en détail

AVANT LE VOYAGE. - Quels sont les pays actuellement touchés par l épidémie de virus Zika?

AVANT LE VOYAGE. - Quels sont les pays actuellement touchés par l épidémie de virus Zika? VIRUS ZIKA *** QUESTIONS & REPONSES POUR LES VOYAGEURS AVANT, PENDANT ET APRES LE VOYAGE Recommandations écrites par les équipes des l Institut PASTEUR. Mise à jour le 16 février 2016 Depuis quelque temps

Plus en détail

Analyse critique d articles à visée diagnostique

Analyse critique d articles à visée diagnostique Analyse critique d articles à visée diagnostique Alain Venot UFR SMBH, Université Paris 13 LA RECHERCHE CLINIQUE A VISEE DIAGNOSTIQUE... 1 QUELLE METHODOLOGIE POUR DES ETUDES CLINIQUES A VISEE DIAGNOSTIQUE?...

Plus en détail

Infections cutanées à pyogènes

Infections cutanées à pyogènes Infections cutanées à pyogènes Un peu de sémantique Les pathologies dites d inoculation Les exanthèmes infectieux Les infections cutanées à pyogènes Primaires Secondaires Pathologies d inoculation : Pasteurellose

Plus en détail

Pathologie des paupières. Professeur Pierre Kaminsky

Pathologie des paupières. Professeur Pierre Kaminsky Pathologie des paupières Professeur Pierre Kaminsky Rappel anatomique Deux paupières plan antérieur cutanéomusculaire plan postérieur tarsoconjonctival tarse élément fibreux contient les glandes de Meibomius

Plus en détail

(...) ce patient est connu pour avoir une lithiase urinaire de. Une lithiase récidivante. 1,5 cm pour laquelle il a refusé d être traité.

(...) ce patient est connu pour avoir une lithiase urinaire de. Une lithiase récidivante. 1,5 cm pour laquelle il a refusé d être traité. Il s agit d une énorme lithiase urinaire dans la vessie datant depuis au moins 1998, année où il avait refusé d être traité. La candidémie est fort probablement secondaire à la surinfection de la pierre,

Plus en détail

Histoire Naturelle de la Maladie de Crohn à Alger

Histoire Naturelle de la Maladie de Crohn à Alger Laboratoire de Recherche sur les Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin Société Algérienne d Hépato gastroentérologie Sixième Rencontre autour des Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin

Plus en détail

Item 44 (item 33) : Suivi d'un nourrisson Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 44 (item 33) : Suivi d'un nourrisson Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 44 (item 33) : Suivi d'un nourrisson Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Introduction... 3 2. Rappel sur le développement de la vision de l'enfant...

Plus en détail

Chapitre 9 : Surface oculaire

Chapitre 9 : Surface oculaire Chapitre 9 : Surface oculaire 1. Sécheresse oculaire... 2 2. Allergie... 3 3. Conjonctivite aiguë... 4 4. Conjonctivite inflammatoire chronique... 4 1 Chapitre 9 : Surface oculaire Pré-requis Anatomie

Plus en détail

Données relatives aux toxi infections alimentaires collectives déclarées en France en 2008

Données relatives aux toxi infections alimentaires collectives déclarées en France en 2008 Données relatives aux toxi infections alimentaires collectives déclarées en France en 2008 Note: En 2008, le nombre de Tiac déclarées en France (Figure 1, 1085 foyers) a été stable par rapport à 2007 (1095).

Plus en détail

«la rhinotrachéite infectieuse»

«la rhinotrachéite infectieuse» Fiche technique n 4 2 ème édition L herpèsvirose féline, «la rhinotrachéite infectieuse» L herpèsvirus félin (agent de la rhinotrachéite infectieuse féline) fait partie des agents impliqués dans le syndrome

Plus en détail

U.E. 3.1 S2 C1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier

U.E. 3.1 S2 C1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier U.E. 3.1 S2 C1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier 1 Raisonnement et démarche clinique infirmière Le raisonnement clinique désigne l habilité du soignant à

Plus en détail

Contrôle sanitaire des piscines

Contrôle sanitaire des piscines Contrôle sanitaire des piscines Bilan 2015 Le Code de la santé publique (articles L1332-1 à 9 et D1332-1 à 13) prévoit que la personne responsable d une piscine est tenue de : s assurer que l installation

Plus en détail

CENTRE UNIVERSITAIRE D OPHTALMOLOGIE HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT. Demande de services Porte d entrée unique

CENTRE UNIVERSITAIRE D OPHTALMOLOGIE HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT. Demande de services Porte d entrée unique CENTRE UNIVERSITAIRE D OPHTALMOLOGIE HÔPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT Demande de services Porte d entrée unique Nous joindre : Du lundi au vendredi de 8 h 00 à 16 h 00 Tél. : 514 252-3878 Télec. : Après 16

Plus en détail

ERG MULTIFOCAL EXEMPLES CLINIQUES D INTERPRETATION

ERG MULTIFOCAL EXEMPLES CLINIQUES D INTERPRETATION ERG Multifocal. Exemples cliniques d interprétation. Page 1/21 ERG MULTIFOCAL EXEMPLES CLINIQUES D INTERPRETATION J. Charlier en collaboration avec Pr Jean-Claude Hache, Dr Sabine Defoort-Dhelemmes, Dr

Plus en détail

Une hérédité à part : les maladies mitochondriales

Une hérédité à part : les maladies mitochondriales Une hérédité à part : les maladies mitochondriales Docteur Marjolaine WILLEMS Génétique Médicale Centre de Référence Anomalies du Développement 06/12/2011 La mitochondrie Chromosomes (contiennent les gènes

Plus en détail

Agents immunomodulateurs :

Agents immunomodulateurs : Agents immunomodulateurs : Ustekinumab (STELARA ) STELARA Après la première injection, on injecte à nouveau STELARA après 4 semaines (1 mois) Après cette deuxième injection, on l injecte ensuite toutes

Plus en détail

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9%

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9% III- Cancer de la thyroïde Généralités Seules 2 tumeurs invasives de la thyroïde ont été diagnostiquées en 214, 3 chez des hommes et 17 chez des femmes. Le sex-ratio est de 18 hommes pour femmes (.18).

Plus en détail

I Evolution des déclarations enregistrées depuis 1991

I Evolution des déclarations enregistrées depuis 1991 I.3.1. Les cancers Source : rapport 22 du Registre du Cancer de Nouvelle-Calédonie (IPNC, Francine Baumann, janvier 24) L'article 5 de la délibération N 491 du 11 août 1994 a rendu obligatoire la déclaration

Plus en détail

Incidence et évolution des cancers de l adulte en France

Incidence et évolution des cancers de l adulte en France 1 Incidence et évolution des cancers de l adulte en France En l absence de données réelles d incidence observées sur l ensemble du territoire national, l évolution du nombre de cas de cancers en France

Plus en détail

intérêt et obligation de la déclaration

intérêt et obligation de la déclaration MINISTERE DES RESSOURCES ANIMALES ET HALIEUTIQUES DIRECTION DES SERVICES VETERINAIRES PROJET D AMELIORATION ET DE L HYGIENE PUBLIQUE VETERINAIRE (PASA-HPV) Principales maladies des porcins en Côte d Ivoire

Plus en détail

Rapport de surveillance de la grippe Mise à jour sur la situation et les enjeux Le 14 mars 2013

Rapport de surveillance de la grippe Mise à jour sur la situation et les enjeux Le 14 mars 2013 Rapport de surveillance de la grippe - 2012-2013 Mise à jour sur la situation et les enjeux Le 14 mars 2013 Le présent rapport est une mise à jour du rapport du 8 mars 2013. Du 5 au 11 mars 2013 (en fin

Plus en détail

Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes. A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée

Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes. A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée Douze ans de signalements externes d infections puerpérales à Streptococcus pyogenes A.Kervella, H. Sénéchal, M. Aupée 15/05/2014 Journée «Maternité» Infections puerpérales XVIIème siècle : introduction

Plus en détail

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature

Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Abcès du foie à germes pyogènes : à propos de 19 cas et revue de la littérature Dr L. BADAOUI,G.DABO,M.SODQI,L.MARIH,A.OULED LAHSEN,R.BENSGHIR,A.CHAKIB,K.MARHOUM EL FILLALI Service des Maladies Infectieuses

Plus en détail

Des germes et des hommes...

Des germes et des hommes... Des germes et des hommes... Infection / Colonisation / Transmission INFECTION 1. Pénétration et développement dans un être vivant de microorganisme qui peuvent provoquer des lésions en se multipliant,

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Publication : XX/2011 Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2010 En 2010, 1 032 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont

Plus en détail

La vaccination chez le chien

La vaccination chez le chien La vaccination chez le chien Pourquoi devrais-je faire vacciner mon chiot? La vaccination est un élément important pour favoriser la santé et le bien-être à long terme de votre animal. En effet, les vaccins

Plus en détail

Les hernies diaphragmatiques congénitales de révélation tardive.

Les hernies diaphragmatiques congénitales de révélation tardive. Les hernies diaphragmatiques congénitales de révélation tardive. UMM TO M. Habarek, M. Belhocine (m-habarek@ummto.dz) Service de Chirurgie générale C.H.U de Tizi ouzou Faculté de Médecine de Tizi ouzou

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les déclarations de médecin et de laboratoire 1

Ordonnance du DFI sur les déclarations de médecin et de laboratoire 1 Ordonnance du DFI sur les déclarations de médecin et de laboratoire 1 du 13 janvier 1999 (Etat le 30 décembre 2003) Le Département fédéral de l intérieur, vu l art. 3, al. 3, de l ordonnance du 13 janvier

Plus en détail

Tableau 1 : Nombre de morsures de tiques par province et région, exprimé en nombre absolu et par habitants, juillet-décembre 2015

Tableau 1 : Nombre de morsures de tiques par province et région, exprimé en nombre absolu et par habitants, juillet-décembre 2015 TiquesNet.be Résultats juillet-décembre 2015 Pour plus d informations : Institut scientifique de Santé publique Rue Juliette Wytsman 14 1050 Bruxelles T + 32 2 642 51 11 F + 32 2 642 50 01 tiquesnet@wiv-isp.be

Plus en détail

FORUM-ÉDITION. Le bulletin de recherche et d information de l ANEL

FORUM-ÉDITION. Le bulletin de recherche et d information de l ANEL Le bulletin de recherche et d information de l ANEL Volume 1, numéro 1 Avril 2013 La place du livre québécois dans les principaux quotidiens du Québec : janvier, février et mars 2013 Stéphane LABBÉ, délégué

Plus en détail

Laboratoire Régional de Suivi de la Faune Sauvage

Laboratoire Régional de Suivi de la Faune Sauvage Editorial Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Le Laboratoire Régional de Suivi de la Faune Sauvage vous présente le premier bulletin semestriel 2015 sur les activités du laboratoire effectué lors de

Plus en détail

08/10/2014. Sources. Plan de cours

08/10/2014. Sources. Plan de cours Ces supports de cours ont été construits dans le cadre d'un enseignement d'analyse de données et représentation cartographique à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sources Sources ayant servi à la

Plus en détail

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Dr Frank Tusseau Adresse du site : www.docvadis.fr/tusseau Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement rare et concerne généralement

Plus en détail

Pourquoi faut-il Investiguer devant un épisode épidémique?

Pourquoi faut-il Investiguer devant un épisode épidémique? Faculté de Médecine de Constantine SEMEP CHU Constantine Enseignante : Dr N. Atoui Maître assistante en Epidémiologie et Médecine Préventive L urgence épidémiologique Investigation d un épisode épidémique

Plus en détail

FOETOPATHIES INFECTIEUSES

FOETOPATHIES INFECTIEUSES FOETOPATHIES INFECTIEUSES SIGNES ECHOGRAPHIQUES S. Kessler DIU 2011/2012 INTRODUCTION Effets de la grossesse sur la maladie Effets de l agent infectieux sur la grossesse Conséquences éventuelles pour l

Plus en détail

Avis sollicité par le ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative le 19 août 2008

Avis sollicité par le ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative le 19 août 2008 Avis de la HAS pour la prise en charge à titre dérogatoire de certaines spécialités pharmaceutiques, produits ou prestations prévue à l article L. 162-17-2-1 LINEZOLIDE (n ayant pas d AMM en pédiatrie

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonie = pneumopathie = atteinte du parenchyme pulmonaire( bronchite)

Plus en détail

Se S ps p i s s i Pr P is i e e n c harge e t t c odage P M P S M I S Table des matières

Se S ps p i s s i Pr P is i e e n c harge e t t c odage P M P S M I S Table des matières Sepsis Prise en charge et codage PMSI Syndrome de réponse inflammatoire systémique Les infectiologues ont défini la notion de syndrome de réponse inflammatoire. Cette classification qui date de 1992 permet

Plus en détail

Les Carnets de Bords «Petits Carnivores»

Les Carnets de Bords «Petits Carnivores» Les Carnets de Bords «Petits Carnivores» Doubs (25). Bilan 2007 et analyse entre 1999 et 2007 Mars 2008 Virginie CROQUET Rédacteur : Relecture : Virginie CROQUET (Délégation régionale Bourgogne et Franche-Comté,

Plus en détail

A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009

A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009 Grippe A(H1N1) Irlande et Belgique 06 décembre 2009 A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009 Département International & Tropical Cette note décrit la situation épidémiologique

Plus en détail

TL. NGUYEN, C. BARBE, M. LOOCK, O. GRAESSLIN, C. MARCUS, C. HOEFFEL Hopital Robert Debré REIMS

TL. NGUYEN, C. BARBE, M. LOOCK, O. GRAESSLIN, C. MARCUS, C. HOEFFEL Hopital Robert Debré REIMS TL. NGUYEN, C. BARBE, M. LOOCK, O. GRAESSLIN, C. MARCUS, C. HOEFFEL Hopital Robert Debré REIMS Les abcès du pelvis sont dus à des étiologies digestives, gynécologiques ou postopératoires Facteurs favorisants:

Plus en détail

ASPERGILLOSE INVASIVE CHEZ UN PATIENT HORS HEMATOLOGIE. Bruno PHILIPPE. Pneumologie. Centre Hospitalier René Dubos. Pontoise

ASPERGILLOSE INVASIVE CHEZ UN PATIENT HORS HEMATOLOGIE. Bruno PHILIPPE. Pneumologie. Centre Hospitalier René Dubos. Pontoise ASPERGILLOSE INVASIVE CHEZ UN PATIENT HORS HEMATOLOGIE Bruno PHILIPPE Pneumologie Centre Hospitalier René Dubos Pontoise Femme de 56 ans Bronchite chronique post-tabac méconnue. 40 PA Alcoolisme modéré

Plus en détail

Professional exposure to pesticides and Parkinson disease. Elbaz et al, Ann Neurol, 2009 : 66:

Professional exposure to pesticides and Parkinson disease. Elbaz et al, Ann Neurol, 2009 : 66: Professional exposure to pesticides and Parkinson disease Elbaz et al, Ann Neurol, 2009 : 66: 494-504 Etude cas-témoin (225 cas, 557 témoins), sélectionnés parmi adhérents MSA, avec analyse détaillée de

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION 2 e version de la classification Version 2.3 de la fonction

Plus en détail

Le paramphistome, un parasite qui reste d actualité

Le paramphistome, un parasite qui reste d actualité Le paramphistome, un parasite qui reste d actualité Parmi les nombreux parasites potentiels des bovins, le paramphistome occupe une place de choix en Limousin en raison de sa présence quasi constante et

Plus en détail

K. Mühlethaler et Al. European Respiratory Journal Bérénice SOYEZ DES Pneumologie

K. Mühlethaler et Al. European Respiratory Journal Bérénice SOYEZ DES Pneumologie K. Mühlethaler et Al. European Respiratory Journal - 2012 Bérénice SOYEZ DES Pneumologie La pneumocystose pulmonaire est une pathologie de diagnostic difficile chez les patient immunodéprimés non VIH:

Plus en détail

CHOISIR SON CHIEN 15/12/2007 PONCET A.

CHOISIR SON CHIEN 15/12/2007 PONCET A. 3 ème ETAPE : Evaluation de l état de santé du chiot Cette étape ne remplace pas une visite chez le vétérinaire qu il est conseillé de faire après l acquisition du chiot. Cependant, elle permet d avoir

Plus en détail

MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION

MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION MANUEL DES GROUPES MÉDICOÉCONOMIQUES EN SOINS DE SUITE ET DE RÉADAPTATION 1 ère version de la classification Version 1.2 de la fonction groupage Volume 3 Arbre de décision Décembre 2013 SOMMAIRE DU VOLUME

Plus en détail

Syndromes Périodiques Associés À La Cryopyrine (CAPS)

Syndromes Périodiques Associés À La Cryopyrine (CAPS) www.printo.it/pediatric-rheumatology/fr/intro Syndromes Périodiques Associés À La Cryopyrine (CAPS) Version de 2016 1. SYNDROMES PÉRIODIQUES ASSOCIÉS À LA CRYOPYRINE 1.1 Qu'est-ce que c'est? Les Syndromes

Plus en détail

I. PHYSIOPATHOLOGIE SOMMAIRE

I. PHYSIOPATHOLOGIE SOMMAIRE CHAPITRE 7 HÉMATURIE OBJECTIF Devant une hématurie microscopique et macroscopique, argumenter les hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents. SOMMAIRE I. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Pathologies chirurgicales IFCS

Pathologies chirurgicales IFCS C est une folliculite profonde, nécrosante due au staphylocoque doré. La folliculite est l infection de l appareil pulo-cébacés. II) - Clinique : 1)- Signes locaux : Le début est marqué par une saille

Plus en détail

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI

TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM. Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DE l IRM Service d ORL/CCF Hôpital Central de l Armée : M. HAMIDA K. SALHI INTRODUCTION Les tumeurs parotidiennes représentent 3% des tumeurs cervicales et 80% des tumeurs

Plus en détail

Transmission et épidémiologie

Transmission et épidémiologie Transmission et épidémiologie L épidémiologie est l étude des facteurs qui influencent l apparition, la distribution, la prévention et le contrôle de maladies, au sein d une population (Dictionary of Science

Plus en détail