Ce que peut faire le médecin généraliste. devant une pathologie oculaire. Pr. André MATHIS Service d Ophtalmologie Hôpital Rangueil

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ce que peut faire le médecin généraliste. devant une pathologie oculaire. Pr. André MATHIS Service d Ophtalmologie Hôpital Rangueil"

Transcription

1 Ce que peut faire le médecin généraliste devant une pathlgie culaire Pr. André MATHIS Service d Ophtalmlgie Hôpital Rangueil I. Cnnaître les signes d appel nécessitant une cnsultatin spécialisée en urgence : baisse de visin brutale, mais aussi : mydéspsies d apparitin récente (sensatin de «muches vlantes» u de «crps flttants») qui peuvent être un signe de début de décllement de rétine, métamphrpsies de survenue brutale (visin défrmée des bjets), qui peuvent crrespndre à une frme exsudative (= névascularisée) de dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA), duleurs intenses, altératins du champ visuel. II. Mesurer l acuité visuelle, qui dit être chiffrée séparément pur chaque œil et avec la crrectin ptique éventuellement prtée par le patient : l acuité visuelle mesurée sans crrectin ptique n a aucune valeur. La mesure de l acuité visuelle est effectuée : de lin, avec une échelle de type Mnyer, de près, avec un test de Parinaud. III. Pratiquer un examen du segment antérieur (cnjnctive et crnée) : examen de la cnjnctive bulbaire (cnjnctive recuvrant le glbe culaire) : elle peut être le siège d une hyperhémie cnjnctivale sit diffuse, sit lcalisée autur de la crnée (cercle périkératique), évquant une kératite u une uvéite antérieure. examen du cul-de-sac inférieur : une rugeur prédminant à sn niveau, ±assciée à des sécrétins évque une cnjnctivite. examen de la cnjnctive palpébrale inférieure et supérieure (l examen de cette dernière nécessite de returner la paupière supérieure). examen de la crnée ; n peut pratiquer : un examen direct, qui peut mntrer une diminutin de transparence diffuse (œdème crnéen) u lcalisée (kératite), un examen après instillatin d un cllyre à la flurescéine, au mieux en s aidant d une lumière bleue : tute ulcératin crnéenne, même très superficielle, va cntrairement à la crnée nrmale avec un épithélium intact s imprégner de flurescéine et devenir aisément recnnaissable. n peut enfin examiner le réflexe phtmteur (RPM) : un RPM bien cnservé est en faveur d une affectin bénigne, alrs qu un réflexe phtmteur diminué est plus en faveur d une atteinte du segment antérieur, kératite u uvéite antérieure

2 IV. Prendre en charge une cnjnctivite bactérienne : signes fnctinnels : sensatin de gêne superficielle, de sable dans les yeux,sans duleurs vraies ; sécrétins cnjnctivales épaisses, avec des «yeux cllés le matin au réveil» ; pas de sensatin de baisse de visin. examen : rugeur cnjnctivale prédminant au niveau du cul-de-sac cnjnctival inférieur, sécrétins cnjnctivales dans le cul-de-sac inférieur ; RPM cnservé, transparence crnéénne nrmale, pas d ulcératin crnéenne visible après instillatin de flurescéine. traitement d une semaine par un cllyre et une pmmade antibitiques à large spectre type Rifamycine u Gentamycine en évitant en première intentin les antibitiques de dernières génératins type quinlnes. Par exemple : Gentamycine cllyre 4 à 6 fis par jur Gentamycine pmmade le sir au cucher Durée du traitement huit jurs Dans tus les cas, revir le patient u lui demander de rappeler u de revenir en l absence d améliratin en envirn tris jurs ++++ les cnjnctivites virales dnnent un tableau prche des cnjnctivites bactériennes, mais avec des sécrétins claires ; dans les cas typiques, n peut bserver des fllicules dans le cul-de-sac cnjnctival inférieur et une adénpathie prétragienne, dans un cntexte épidémique (cnjnctivites à adénvirus). Le traitement n est pas très différent : antibithérapie lcale pendant cinq jurs pur prévenir une surinfectin bactérienne (par exemple, Gentamycine cllyre x 3 et Gentamycine pmmade le sir). les cnjnctivites allergiques, prurigineuses, s accmpagnent suvent d un imprtant œdème cnjnctival (chemsis) ; elles s asscient le plus suvent à une rhinite dans le cadre d une rhincnjnctivite allergique, ntamment pllinique. Le traitement repse sur un cllyre antihistaminique cmme traitement de la crise aigue, type Levphta pendant une semaine, un cllyre anti-dégranulant mastcytaire type Chrmbak cmme traitement de fnd pendant la durée d expsitin à l allergène. V. Recnnaître une kératite : signes fnctinnels : baisse d acuité visuelle assciée à des duleurs culaires superficielles mais intenses accmpagnées d une phtphbie et d un blépharspasme. Examen (qui peut être facilité par l instillatin, nn répétée, d une gutte de cllyre anesthésique type xybupracaïne u tétracaïne) : pupille en mysis avec diminutin du RPM, cercle périkératique, diminutin de transparence de la crnée suvent lcalisée au niveau de l ulcératin chambre antérieure d aspect nrmal, après instillatin de flurescéine, visualisatin de la u des ulcératins crnéennes : kératite pnctuée superficielle : petites ulcératins disséminées sur l ensemble de l éphithélium crnéen ; elle succède à certaines cnjnctivites virales à adénvirus : «kérat-cnjnctivite épidémique» très cntagieuse, assciée à une adénpathie prétragienne. kératite herpétique : ulcératin de frme arbrescente («kératite dendritique»). kératite bactérienne : ulcératin assciée à une plage blanche d infiltratin crnéenne ; elle s bserve ntamment à la suite d une ulcératin traumatique u d une ulcératin survenue sus une lentille de cntact (+++). tute ulcératin crnéenne, ntamment les kératites herpétiques, peut être aggravée de façn sévère par une crticthérapie lcale, d ù la règle pur un médecin généraliste de ne jamais utiliser un cllyre crticïde (+++). VI. Evquer une uvéite antérieure Le diagnstic est difficile, mais n peut l évquer devant une baisse d acuité visuelle et des duleurs prfndes mdérées, une crnée de transparence nrmale, une pupille en mysis et parfis une irrégularité pupillaire due à des adhérences irid-cristalliniennes, ntamment si ce tableau survient dans un cntexte évcateur, en particulier une SPA

3 VII. Autres causes d œil ruge : 1. hémrragie sus-cnjnctivale spntanée : rugeur cnjnctivale lcalisée, en nappe ; régresse spntanément en quelques semaines ; traitement facultatif par un cllyre type Angiphtal. 2. glaucme aigu par fermeture de l angle : affectin très rare cntrairement au glaucme chrnique : signes fnctinnels : baisse de visin brutale, très imprtante, accmpagnée de duleurs très prfndes, irradiant dans le territire du trijumeau, suvent assciées à des nausées et/u des vmissements examen : diminutin diffuse de la transparence de la crnée, due à l œdème crnéen secndaire à l hypertnie culaire, pupille en mydriase aréflectique, glbe culaire «dur» à la palpatin bidigitale à travers la paupière supérieure. traitement en urgence : cllyre mytique (Pilcarpine ) injectin intraveineuse de Diamx VIII. Recnnaître et traiter un chalazin le chalazin est un granulme inflammatire dévelppé dans le tarse palpébral par cclusin du canal d évacuatin d une glande intrapalpébrale (glande de Meibmius). il se présente cmme une tuméfactin bien limitée, visible sur la face antérieure de la paupière e/u sur la cnjnctive palpébrale, situé à distance du brd libre de la paupière. sn traitement repse sur la crticthérapie ; c est le seul cas ù le médecin généraliste est en drit de prescrire une crticthérapie lcale, après avir vérifié la transparence nrmale de la crnée ; n prescrit une pmmade antibitique + crticïde type Sterdex u Maxidrl pmmade, par exemple Sterdex tris fis par jur pendant deux semaines. En cas d échec du traitement, le seul traitement est alrs une excisin chirugicale en milieu spécialisé. l rgelet réalise un tableau visin mais est beaucup plus rare ; il s agit d une infectin d un fllicule pileux du brd libre de la paupière ; cntrairement au chalazin, il siège sur le brd libre lui-même au niveau duquel surd un peu de pus, spntanément u à la presssin. Le traitement repse sur l ablatin du cil et la prescriptin d une pmmade antibitique type Gentamycine. IX. Prendre en charge un traumatisme : l «phtalmie des neiges» et le «cup d arc» nt une symptmatlgie bruyante par l intensité des duleurs ; ils crrespndent à une kératite pnctuée superficielle secndaire au phttraumatisme ; ils guérissent en 48 heures mais nécessitent un traitement assciant : pmmade antibitique, à la fis à visée antalgique et pur prévenir une surinfectin bactérienne, pansement cclusif, au mins sur l œil le plus dulureux, antalgiques par vie générale. l ulcératin traumatique (cup d ngle, branche d arbre) est facilement recnnue par le cntexte et par sa visualisatin après instillatin de flurescéine (et au besin d une gutte de cllyre anesthésique). On peut prescrire un traitement cicatrisant type vitamine B 12, d efficacité très discutée, mais il faut surtut prescrire un traitement antibitique pur prévenir une surinfectin bactérienne (par ex. Gentamycine cllyre x 3 et Gentamycine pmmade au cucher pendant cinq jurs) ; un pansement cclusif n est pas nécessaire, sauf en cas de duleurs imprtantes. Tujur penser à une plaie du glbe culaire (crnéenne et/u sclérale) devant un traumatisme plus imprtant avec des signes du segment antérieur et/u une hémrragie sus-cnjnctivale : en particulier, devant une hémrragie sus-cnjnctivale traumatique d allure banale peut se cacher une plaie sclérale : examen spécialisé en urgence. X. Traiter un crps étranger superficiel : grain de meule chez les sujets ne prtant pas de prtectin ; le crps étranger peut être visible sur la crnée, la cnjnctive bulbaire u palpébrale ; il peut être nécessaire de returner la paupière supérieure pur le mettre en évidence. les crps étrangers cnjnctivaux et palpébraux peuvent êre retirés très facilement, après instillatin d un cllyre anesthésique, par exemple avec un ctn-tige. les crps étrangers crnéens, s ils ne datent pas de plus de 48 heures, peuvent être enlevés eux aussi après instillatin d un cllyre anesthésique à l aide d une aiguille u du cin d une feuille de papier repliée. n prescrit de la même façn que précédemment une antibithérapie lcale pendant cinq jurs

4 À l inverse des crps étrangers superficiels peuvent être bservés, beaucup plus graves, des crps étrangers intraculaires : il divent tujurs être suspectés chez un patient qui décrit des circnstances évcatrices (tus les actes de briclage u prfessinnels utilisant un util métallique [ex : marteau] cntre un bjet métallique [ex : clu]). Dit faire demander un examen radilgique de la face «Recherche de crps étranger rbitaire» en urgence. XI. Traiter un syndrme sec mdéré : fréquent chez les sujets agês, favrisé par les traitements antidépresseurs, il est secndaire à la diminutin de prductin de larmes par les glandes lacrymales et se traduit par une sensatin permanente de sable dans les yeux. La diminutin de la sécrétin lacrymale peut être cnfirmée par le test de Schirmer. Le traitement repse sur la prescriptin plusieurs fis par jur de substituts des larmes ; par rdre d efficacité crissante : substituts aqueux (sérum physilgique à ph tampnné) type Refresh, substituts fluides type Unifluid u Artelac, substituts visqueux type Celluvisc, gels type Gel Larmes. XII. Dépister un strabisme et/u une amblypie de l enfant Le rôle du généraliste est capital dans le dépistage du strabisme et de l amblypie, pssible dès quelques mis par des gestes simples : recherche d un strabisme par l étude des reflets crnéens, nrmalement centrés sur les deux pupilles, recherche d une amblypie en masquant séparément et successivement les deux yeux à la recherche d un réflexe de défense. LES POINTS IMPORTANTS Cnnaître les signes d appel nécessitant une cnsultatin spécialisée en urgence. N utiliser les cllyres anesthésiques qu à visée diagnstic (examen d un œil dulureux, test de Schirmer) u à visée thérapeutique (ablatin d un crps étranger superficiel) ; ne jamais prescrire un cllyre anesthésique, dnt l instillatin répétée peut prvquer un ulcère crnéen grave. Ne jamais prescrire de cllyres crticïdes. Tujurs prescrire un cllyre et une pmmade antibitiques de «cuverture» dans le traitement d une ulcératin traumatique u après l ablatin d un crps étranger superficiel. Penser à une plaie du glbe culaire même devant une hémrragie sus-cnjnctivale d allure banale. Penser à un crps étranger intraculaire après des circnstances évcatrices. Pratiquer régulièrement chez l enfant, dès l âge de six mis, un examen simple de dépistage du strabisme et de l amblypie

5 Figure 1. Schéma du glbe culaire Figure 2. Paupières et cnjnctive - 5 -

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur :

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : Service de chirurgie plastique. Hôpital Saint-Luis, Paris. www.hpitalsaintluis.rg REPRISE CHIRURGICALE Fiche de cnsentement éclairé Juin 2006 CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au dcteur : Je sussigné(e) : né(e)

Plus en détail

Les publications du Québec, La santé des enfants en services de garde éducatifs, Collection Petite Enfance, Publications du Québec, 2009, 271 pages.

Les publications du Québec, La santé des enfants en services de garde éducatifs, Collection Petite Enfance, Publications du Québec, 2009, 271 pages. Les publicatins du Québec, La santé des enfants en services de garde éducatifs, Cllectin Petite Enfance, Publicatins du Québec, 2009, 271 pages. Germactin Inc préventin des infectins, www.germactin.cm

Plus en détail

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur :

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : Service de chirurgie plastique. Hôpital Saint-Luis, Paris. www.hpitalsaintluis.rg RHINOPLASTIE Fiche de cnsentement éclairé CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au dcteur : Je sussigné(e) : né(e) le : désire me

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age La Dégénérescence Maculaire Liée à l âge u DMLA est la première cause de cécité de la ppulatin de plus de 55 ans des pays ccidentaux. Rien qu aux Etats Unis, plus

Plus en détail

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Traitement médicamenteux

Info. Ligue contre l Epilepsie. Epilepsie. Traitement médicamenteux Ligue cntre l Epilepsie Ligue Suisse cntre l Epilepsie Schweizerische Epilepsie-Liga Lega Svizzera cntr l Epilessia Swiss League Against Epilepsy Inf Epilepsie Traitement médicamenteux FAUT-IL ABSOLUMENT

Plus en détail

SAISON 2010/11 FICHE MEDICALE DIAGNOSTIQUER UNE BLESSURE

SAISON 2010/11 FICHE MEDICALE DIAGNOSTIQUER UNE BLESSURE SAISON 2010/11 FICHE MEDICALE DIAGNOSTIQUER UNE BLESSURE Mieux analyser les blessures que peuvent encurir ns jueurs lrs d'un entraînement u d'un match, permet suvent de mieux prévenir d'une blessure plus

Plus en détail

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur :

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : Service de chirurgie plastique. Hôpital Saint-Luis, Paris. www.hpitalsaintluis.rg NYMPHOPLASTIE DE REDUCTION Fiche de cnsentement éclairé Juin 2006 CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au dcteur : Je sussignée

Plus en détail

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur :

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : Service de chirurgie plastique. Hôpital Saint-Luis, Paris. www.hpitalsaintluis.rg LIPOASPIRATION Fiche de cnsentement éclairé CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au dcteur : Je sussigné(e) : né(e) le : désire

Plus en détail

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur :

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : Service de chirurgie plastique. Hôpital Saint-Luis, Paris. www.hpitalsaintluis.rg LIFTING CERVICO- FACIAL Fiche de cnsentement éclairé CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au dcteur : Je sussigné(e) : né(e) le

Plus en détail

Staffer une randonnée roller

Staffer une randonnée roller Staffer une randnnée rller Queue de rand Tête de rand Eclaireur / Vlant Directin de la rand Chef sécu 1) Les 4 rôles pssibles d un staffeur : Chef de randnnée : (chasuble jaune avec brassard) Le chef de

Plus en détail

SOMMAIRE. Chapitre 2 - Génétique et embryologie - Génétique - Embryologie. Chapitre 4 - Cornée et sclère : tuniques externes - Cornée - Limbe - Sclère

SOMMAIRE. Chapitre 2 - Génétique et embryologie - Génétique - Embryologie. Chapitre 4 - Cornée et sclère : tuniques externes - Cornée - Limbe - Sclère SOMMAIRE Partie I : ANATOMIE Marilyn C. Kincaid Chapitre 1 - Intrductin - Questins à résudre - Tissu transparent mais vivant - Cllecte d infrmatins - Tris disciplines étritement liées Anatmie et histlgie

Plus en détail

A : Diagnostiquer les principales hyperlipidémies primaires et secondaires

A : Diagnostiquer les principales hyperlipidémies primaires et secondaires Circulatin Métablismes. Item N 08.220 : Dyslipidémie. Référentiel A : Diagnstiquer les principales hyperlipidémies primaires et secndaires 1. Etre capable de définir une dyslipidémie primaire Les dyslipidémies

Plus en détail

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur :

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : Service de chirurgie plastique. Hôpital Saint-Luis, Paris. www.hpitalsaintluis.rg PM de REDUCTION Fiche de cnsentement éclairé CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au dcteur : Je sussignée : née le : désire me

Plus en détail

REFLEXIONS sur l accompagnement de «FIN DE VIE» du sujet âgé

REFLEXIONS sur l accompagnement de «FIN DE VIE» du sujet âgé REFLEXIONS sur l accmpagnement de «FIN DE VIE» du sujet âgé OBJECTIFS 1) Amélirer la prise en cmpte de la fin de vie dans les EHPAD, répndant en cela à l bligatin légale qui leur est faite depuis le décret

Plus en détail

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur :

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : Service de chirurgie plastique. Hôpital Saint-Luis, Paris. www.hpitalsaintluis.rg Fiche de cnsentement éclairé CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au dcteur : Je sussignée : née le : désire me faire pérer pur

Plus en détail

Compte-rendu réunion du CCRPA

Compte-rendu réunion du CCRPA Cmpte-rendu réunin du CCRPA Thème : «Cmment amélirer l accès à la santé?», Nantes, le 13 Décembre 2013 Méthde de travail : la jurnée a été rganisée en 4 temps, autur de la présentatin de différentes prpsitins

Plus en détail

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat.

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat. Une fis la prductin écrite et la synthèse du TPE rendus, il faut préparer la sutenance rale! Pur t aider, nus avns demandé à Carl, une prfesseure de SVT qui fait partie chaque année d un jury de TPE, de

Plus en détail

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ Service de chirurgie plastique. Hôpital Saint-Luis, Paris. www.hpitalsaintluis.rg DOIGT A RESSAUT Fiche de cnsentement éclairé Juin 2006 CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ Destiné au dcteur : Je sussigné(e) : né(e)

Plus en détail

Objectifs. Rappels. Page : 1 / 5

Objectifs. Rappels. Page : 1 / 5 Cnduite à tenir pur la maîtrise des infectins respiratires aigües dans les établissements médic-sciaux Versin 1 Page : 1 / 5 Objectifs Limiter l émergence et/u l expansin d épidémie au sein de l établissement

Plus en détail

Les urgences ophtalmologiques en médecine générale. Céline Deprieck

Les urgences ophtalmologiques en médecine générale. Céline Deprieck Les urgences ophtalmologiques en médecine générale Céline Deprieck Quel est le rôle du généraliste? Soulager la douleur Reconnaître les vraies urgences ophtalmo Gagner du temps sur la prise en charge spécialisée

Plus en détail

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur :

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : Service de chirurgie plastique. Hôpital Saint-Luis, Paris. www.hpitalsaintluis.rg CHIRURGIE PLASTIQUE Fiche de cnsentement éclairé CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au dcteur : Je sussigné(e) : né(e) le : cnsent

Plus en détail

1 POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE :

1 POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE : INTERVENTION DE Pierre LARNAUDIE, Médecin anesthésiste des hôpitaux de l Assistance Publique L Assemblée Générale de l Assciatin crématiste de Vichy, ses envirns et Mulins s est terminée le 7 avril 2013,

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 93 page 1 Copyright CMIT ITEM N 93 : INFECTIONS URINAIRES DE L ENFANT ET DE L ADULTE. LEUCOCYTURIE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 93 page 1 Copyright CMIT ITEM N 93 : INFECTIONS URINAIRES DE L ENFANT ET DE L ADULTE. LEUCOCYTURIE OBJECTIFS TERMINAUX Mdule 7 - Editin 2008 - Item 93 page 1 Cpyright CMIT ITEM N 93 : INFECTIONS URINAIRES DE L ENFANT ET DE L ADULTE. LEUCOCYTURIE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnstiquer une infectin urinaire chez le nurrissn,

Plus en détail

Les indications Le choix de l implant Les techniques de pose La position de l implant La surveillance post-implantatoire Les contre-indications et

Les indications Le choix de l implant Les techniques de pose La position de l implant La surveillance post-implantatoire Les contre-indications et Les indicatins Le chix de l implant Les techniques de pse La psitin de l implant La surveillance pst-implantatire Les cntre-indicatins et effets indésirables La matérivigilance L affaire PIP et les recmmandatins

Plus en détail

o 2 asthme rhinite allergique Je prépare ma prochaine consultation Date : / /201 à h J apporte ce document à mon médecin

o 2 asthme rhinite allergique Je prépare ma prochaine consultation Date : / /201 à h J apporte ce document à mon médecin Je prépare ma prchaine cnsultatin Date : / /201 à h J apprte ce dcument à mn médecin Exemples de questins à pser à mn médecin Cmment savir à qui je suis allergique? Serai-je allergique tute ma vie? Puis-je

Plus en détail

Recommandations de L AFSSAPS pour les enfants (résumé) et les adultes (résumé).

Recommandations de L AFSSAPS pour les enfants (résumé) et les adultes (résumé). Table des matières PATHOLOGIE RHINO-SINUSIENNE AIGUË...2 Rhinites aiguës...2 Sinusites aiguës...2 L'ethmïdite aiguë de l'enfant...5 PATHOLOGIE RHINO-SINUSIENNE CHRONIQUE...7 Classificatin des pathlgies

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL. Questionnaire consultation destiné à tous les habitants : la santé à Bonneuil

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL. Questionnaire consultation destiné à tous les habitants : la santé à Bonneuil CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL Questinnaire cnsultatin destiné à tus les habitants : la santé à Bnneuil La ville est engagée, avec l Agence réginale de Santé, sur la mise en place d un Cntrat Lcal

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

SOINS INFIRMIERS AUPRES D UNE PERSONNE PRESENTANT UNE PHLEBITE

SOINS INFIRMIERS AUPRES D UNE PERSONNE PRESENTANT UNE PHLEBITE Le 22-02-05 Sins Infirmiers aux persnnes atteintes d affectins cardi-vasculaires Mme BOURDAIRE SOINS INFIRMIERS AUPRES D UNE PERSONNE PRESENTANT UNE PHLEBITE Objectifs Dnner la définitin et le mécanisme

Plus en détail

o 2 asthme rhinite allergique Pollens dans ma région Collection MSD/Asthme du Professeur Michel AUBIER, Hôpital Bichat, Paris

o 2 asthme rhinite allergique Pollens dans ma région Collection MSD/Asthme du Professeur Michel AUBIER, Hôpital Bichat, Paris Cllectin MSD/Asthme et asthme rhinite allergique Pllens dans ma régin sus la directin scientifique du Prfesseur Michel AUBIER, Hôpital Bichat, Paris 2 La santé passe par l infrmatin Appel Gratuit : 0800

Plus en détail

RISQUES EN ASSISTANCE MEDICALE LA PROCREATION (AMP)

RISQUES EN ASSISTANCE MEDICALE LA PROCREATION (AMP) RISQUES EN ASSISTANCE MEDICALE LA PROCREATION (AMP) INTRODUCTION : Cnfrmément à la réglementatin, nus vus infrmns sur les risques liés à vtre inclusin en Assistance Médicale à la Prcréatin. Ces risques

Plus en détail

Grippe H1N1 (grippe porcine chez l être humain) et grippe saisonnière Administrateurs d'école

Grippe H1N1 (grippe porcine chez l être humain) et grippe saisonnière Administrateurs d'école 2009-2010 Numér 1 Grippe H1N1 (grippe prcine chez l être humain) et grippe saisnnière Administrateurs d'écle Table des matières Lignes directrices pur la gestin de la grippe dans les écles.3 Renseignements

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

212 - ŒIL ROUGE ET/OU DOULOUREUX. Ce qu il faut savoir. - douloureux, avec ou sans baisse de l acuité visuelle,

212 - ŒIL ROUGE ET/OU DOULOUREUX. Ce qu il faut savoir. - douloureux, avec ou sans baisse de l acuité visuelle, 212 - ŒIL ROUGE ET/OU DOULOUREUX œil rouge et/ou douloureux Ce qu il faut savoir 1. Connaître les gestes à faire et à ne pas faire. 2. Savoir énumérer les étiologies d un œil rouge : - douloureux, avec

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

Chap.5 Instruments d optique (Cours - TD)

Chap.5 Instruments d optique (Cours - TD) Chap.5 Instruments d ptique (Curs - TD) 1. Mdèle ptique de l eil 1.1. Quelques éléments d anatmie de l eil 1.2. Phénmène d accmmdatin 1.3. Défauts de l eil 1.4. Taille apparente d un bjet vu par l eil

Plus en détail

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur :

CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au docteur : ANESTHÉSIE LOCALE Fiche de cnsentement éclairé CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ destiné au dcteur : Je sussigné(e) : né(e) le : cnsent à l'interventin suivante : J'ai bien reçu les dcuments intitulés "exérèse d'une

Plus en détail

LENTILLES CORNÉENNES SOUPLES EN SILICONE HYDROGEL (enfilcon A) (hydrophiles) Port quotidien et remplacement fréquent

LENTILLES CORNÉENNES SOUPLES EN SILICONE HYDROGEL (enfilcon A) (hydrophiles) Port quotidien et remplacement fréquent LENTILLES CORNÉENNES SOUPLES EN SILICONE HYDROGEL (enfilcn A) (hydrphiles) Prt qutidien et remplacement fréquent IMPORTANT : Veuillez lire attentivement cet avis d'accmpagnement et le cnserver pur une

Plus en détail

aaéta Quoi de neuf en HGE Le Havre

aaéta Quoi de neuf en HGE Le Havre Fie et paracétaml aaéta Qui de neuf en HGE Le Havre 3 ctbre 2013 Intrductin Une des mlécules les plus utilisées en France sur prescriptin médicale et en aut médicatin Risque hépat txique 1- Cytlyse mdérée

Plus en détail

Les étapes du deuil. L accompagnement des personnes en deuil Conférence de Mme Rosette Poletti 14 janvier 2012 Sion Aula François-Xavier Bagnoud

Les étapes du deuil. L accompagnement des personnes en deuil Conférence de Mme Rosette Poletti 14 janvier 2012 Sion Aula François-Xavier Bagnoud Les étapes du deuil Les étapes du deuil L accmpagnement des persnnes en deuil Cnférence de Mme Rsette Pletti 14 janvier 2012 Sin Aula Françis-Xavier Bagnud On s intéresse beaucup actuellement au deuil,

Plus en détail

Réseaux de santé Gérontologiques : de l EGS au PPS.

Réseaux de santé Gérontologiques : de l EGS au PPS. Réseaux de santé Gérntlgiques : de l EGS au PPS. Plan Persnnalisé de Sins : définitin, bjectif, myens Quel supprt? Quelle diffusin? 2 È M E R E N C O N T R E N AT I O N A L E D E S R É S E A U X D E S

Plus en détail

SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE

SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE Enseignement de sémiologie 2 ème année Pharmacie Pr. Jean-Pierre DUBOIS Département de médecine générale Université Claude Bernard LYON I SEMIOLOGIE DES TROUBLES DE L APPAREIL OCULAIRE Mars 2008 Les troubles

Plus en détail

URGENCES OPHTALMOLOGIQUES

URGENCES OPHTALMOLOGIQUES N de version: 01 Date d'application: 6/10/2011 Réf.: CMUB-36 Pagination : 1 de 8 Rédacteurs Date 10/2011 Validation Approbation COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 036 Dr Minerva FADDOUL,

Plus en détail

Item 187 Anomalies de la vision d apparition brutale

Item 187 Anomalies de la vision d apparition brutale Item 187 Anmalies de la visin d apparitin brutale I. Dnnées de l interrgatire et de l examen II. Anmalie de visin unilatérale III. Anmalie de visin bilatérale Objectifs pédaggiques Natinaux Diagnstiquer

Plus en détail

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif Prgramme de surveillance : Dévelppement prfessinnel Dcument explicatif DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Questinnaire d aut-inspectin«(qai) Plan d atteinte des standards (PAS) Plan de prise en charge du patient

Plus en détail

SPEDIFEN 400 mg, comprimé pelliculé Ibuprofène

SPEDIFEN 400 mg, comprimé pelliculé Ibuprofène SPEDIFEN 400 mg, cmprimé pelliculé Ibuprfène Veuillez lire attentivement cette ntice avant d'utiliser ce médicament. Elle cntient des infrmatins imprtantes pur vtre traitement. Ce médicament peut être

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

CONSIGNES POST-OPÉRATOIRES APRÈS UNE CHIRURGIE VITRÉO-RÉTINIENNE. À lire ou à vous faire lire.

CONSIGNES POST-OPÉRATOIRES APRÈS UNE CHIRURGIE VITRÉO-RÉTINIENNE. À lire ou à vous faire lire. CENTRE D EXPLORATION ET DE TRAITEMENT DE LA RÉTINE ET DE LA MACULA Dr DOMINGUEZ - Dr FOURMAUX - Dr ROSIER - Dr VELASQUE 68, rue du Palais Gallien 33000 Brdeaux Tel. 05 56 00 68 68 cntact@retinegallien.cm

Plus en détail

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données.

L ensemble de la population devra respecter strictement les consignes données. PANDEMIE GRIPPALE : COMMENT LES ENTREPRISES DOIVENT SE PREPARER Le nuveau virus grippal A H1N1, apparu au Mexique et aux Etats-Unis, cntinue à se répandre très rapidement à travers le mnde. L Organisatin

Plus en détail

Expériences de physique

Expériences de physique Expériences de physique Lumière Cmment allumer une bugie par magie Attentin, cette expérience de physique amusante est très facile à réaliser mais il faut la faire avec la présence d un adulte (manipulatin

Plus en détail

Réunions de territoires Parentalité Juin 2014 Compte rendu

Réunions de territoires Parentalité Juin 2014 Compte rendu Le Cmité de piltage du Réseau Parentalité Reaap de la Drôme, cmpsé de la directin départementale de la chésin sciale, la Caf, le Cnseil général, la Msa et l Udaf, a rganisé, en cmplémentarité des rencntres

Plus en détail

Centre de réadaptation

Centre de réadaptation Centre de réadaptatin Cmment passer d une pratique clinique d expert à celui d une pratique clinique d accmpagnateur par des actes cliniques et administratifs cncrets? Intrductin Plusieurs recherches et

Plus en détail

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement.

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement. NOTICE ANSM - Mis à jur le : 18/07/2011 Dénminatin du médicament HEXARHUME, cmprimé Bicltyml/Maléate de chlrphénamine/chlrhydrate de phényléphrine Encadré Veuillez lire attentivement cette ntice avant

Plus en détail

APPEL À PROJETS APPROCHES DIAGNOSTIQUES ET THÉRAPEUTIQUES

APPEL À PROJETS APPROCHES DIAGNOSTIQUES ET THÉRAPEUTIQUES APPEL À PROJETS APPROCHES DIAGNOSTIQUES ET THÉRAPEUTIQUES Échéance : 15 septembre 2015 Vus suhaitez faire bénéficier les patients de vtre recherche? La SATT Lutech vus accmpagne dans cette démarche et

Plus en détail

Comite de suivi de la reforme de la politique du handicap Groupe d appui technique n 5 «emploi-ressources» Document de synthèse des travaux du groupe

Comite de suivi de la reforme de la politique du handicap Groupe d appui technique n 5 «emploi-ressources» Document de synthèse des travaux du groupe Cmite de suivi de la refrme de la plitique du handicap Grupe d appui technique n 5 «empli-ressurces» Dcument de synthèse des travaux du grupe 1 er Thème abrdé : L allcatin aux adultes handicapés (AAH)

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP»

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» Département de la frmatin et de la sécurité Service de l'enseignement Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» 2 Table

Plus en détail

Comment gérer les irrégularités dans les crédits documentaires?

Comment gérer les irrégularités dans les crédits documentaires? Cmment gérer les irrégularités dans les crédits dcumentaires? 1 Cmment gérer les irrégularités dans les crédits dcumentaires? 1. Les irrégularités relevées par la banque Tut d abrd, le lecteur dit savir

Plus en détail

77. Addictions comportementales

77. Addictions comportementales 77. Addictins cmprtementales Objectifs : Diagnstiquer, évaluer le retentissement des principales addictins cmprtementales (jeu de hasard et d argent, sexe, internet, achats, exercice physique) et les principes

Plus en détail

nictitante Path ol ogi e de I a membrane / COURS / Seformer

nictitante Path ol ogi e de I a membrane / COURS / Seformer COURS Sefrmer OPHTALMOLOGIE DEs CARNIVORES DOMESTIOUES Path l gi e de I a membrane fexamen attentif de la membrane est essentiel. ll peut mettre en évidence des anmalies de psitin, un crps étranger, une

Plus en détail

CONSIGNES DE SECURITE GENERALES A ADOPTER EN CAS D ALERTE ORANGE OU ROUGE VAGUES-SUBMERSION

CONSIGNES DE SECURITE GENERALES A ADOPTER EN CAS D ALERTE ORANGE OU ROUGE VAGUES-SUBMERSION CONSIGNES DE SECURITE GENERALES A ADOPTER EN CAS D ALERTE ORANGE OU ROUGE VAGUES-SUBMERSION CONSIGNES DE SECURITE AVANT UNE CRISE EN CAS D ALERTE ORANGE «Les services de Mété France une émis une carte

Plus en détail

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC THERAPIE PAR ONDES DE CHOC 3 SOULAGEMENT RAPIDE ET EFFICACE DE LA DOULEUR Slutin unique et nn-invasive pur les pathlgies assciées au système muscul-squelettique Seulement tris à quatre traitements nécessaires,

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. TRIELLA, comprimé. Noréthistérone/Ethinylestradiol

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. TRIELLA, comprimé. Noréthistérone/Ethinylestradiol NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR TRIELLA, cmprimé Nréthistérne/Ethinylestradil Veuillez lire attentivement l intégralité de cette ntice avant de prendre ce médicament. Gardez cette ntice, vus purriez

Plus en détail

Centre de santé René-Laborie Audiens

Centre de santé René-Laborie Audiens Centre de santé René-Labrie Audiens CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un nuveau cncept Cahier des charges : Mise en œuvre d un nuveau cncept Smmaire 1 Cntexte 3 2 Descriptin de l existant 3 Descriptin

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009 COMPTE-RENDU de la réunin des ACMO de l UPMC Réunin du 15 septembre 2009 Le 30/09/2009 Présents : Les ACMO : 79 ACMO Campus Jussieu et Sites parisiens Les représentants du Service Hygiène et Sécurité (SHS)

Plus en détail

Sémiologie des yeux. Prof. Michel Hoebeke U.C.L. Tournai 17 novembre 2007 ECU-UCL

Sémiologie des yeux. Prof. Michel Hoebeke U.C.L. Tournai 17 novembre 2007 ECU-UCL Prof. Michel Hoebeke U.C.L. Cliniques universitaires U.C.L.. de Mont-Godinne Tournai 17 novembre 2007 ECU-UCL ou comment aider le médecinm de famille à mieux orienter un diagnostic sans moyen technique

Plus en détail

Accompagnement. des projets d investissement

Accompagnement. des projets d investissement Accmpagnement des stratégies Dévelppement internatinal Assistance technique - Organisatin Accmpagnement des prjets d investissement Viabilité écnmique et financière BK CONSULTANTS 2002-2014 NECESSITE D

Plus en détail

La puberté, UN MONDE DE CHANGEMENTS! CAHIER D ANIMATION. Mon corps en changement RENCONTRE 1

La puberté, UN MONDE DE CHANGEMENTS! CAHIER D ANIMATION. Mon corps en changement RENCONTRE 1 La puberté, UN MONDE DE CHANGEMENTS! RENCONTRE 1 Mn crps en changement CAHIER D ANIMATION NOTE À L INTERVENANT Ce dcument a été dévelppé pur sutenir les intervenants sclaires dans l animatin de la rencntre

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 1 ère partie : La notion de licenciement pour motif économique Mieux cnnaître le licenciement écnmique 1 ère partie : La ntin de licenciement pur mtif écnmique «Cnstitue un licenciement pur mtif écnmique le licenciement effectué par un emplyeur pur un u plusieurs

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL ET ERGONOMIE. «Analyse de la situation de travail Méthodes et techniques» COURS A3 LEÇON 1

PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL ET ERGONOMIE. «Analyse de la situation de travail Méthodes et techniques» COURS A3 LEÇON 1 PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL ET ERGONOMIE «Analyse de la situatin de travail Méthdes et techniques» COURS A3 LEÇON 1 (Dispensée en 1985 par Alain Wisner) TRAVAIL, CONDITIONS DE TRAVAIL, ERGONOMIE, SOCIOTECHNIQUE,

Plus en détail

Dossier de presse. Juge aux affaires familiales. Divorce. Autorité parentale

Dossier de presse. Juge aux affaires familiales. Divorce. Autorité parentale Dssier de presse Juge aux affaires familiales Divrce et Autrité parentale 11 mai 2016 13, Rue Erasme Adresse pstale : Téléphne: (+352) 247-84518 E-mail: inf@mj.public.lu L-1468 Luxemburg L-2934 Luxemburg

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Versin 001-04/10 Dénminatin du médicament Encadré NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR AMLOR 10 mg, gélule Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette ntice avant de prendre ce médicament. Gardez

Plus en détail

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI

ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET O RIENTATIONS APPROCHE D INTERVENTION 1. CONTEXTE 2. OFFRE DE SERVICE POUR LES PERSONNES EN EMPLOI APPROCHE D INTERVENTION ANNEXE 8 RÉORIENTATION DES PERSONNES EN EMPLOI ET SANS EMPLOI DANS L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI-QUÉBEC O RIENTATIONS 1. CONTEXTE Des éléments nt permis d btenir un psitinnement cncernant

Plus en détail

La capture d écran intégrée sous Mac

La capture d écran intégrée sous Mac Psted 18 mai 2012 by Marc La capture d écran intégrée sus Mac Mac Os X dispse deux systèmes de capture d écran l une n est accessible que par les raccurcis clavier l autre est un lgiciel à part entière

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire Financer le transprt en cmmun dans le Grand Mntréal Smmaire Mémire de la Sciété de transprt de Laval, en cllabratin avec la Ville de Laval Présenté à la cmmissin du transprt de la Cmmunauté métrplitaine

Plus en détail

Le Pôle Santé, Sécurité des Soins. Le Médiateur de la République. Saisine. Pôle Santé, Sécurité des Soins Médiateur de la République

Le Pôle Santé, Sécurité des Soins. Le Médiateur de la République. Saisine. Pôle Santé, Sécurité des Soins Médiateur de la République Le Pôle Santé, Sécurité des Sins Pôle Santé, Sécurité des Sins Médiateur de la République Dr Brun LANDI Médecin crdnnateur Pôle Santé, Sécurité des Sins Médiateur de la République Nvembre 2009 DIALOGUER,

Plus en détail

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre

Fiche pratique N 5. «Elaboration des outils d évaluation des compétences» De quoi s agit-il? 1. Démarche de mise en œuvre Fiche pratique N 5 «Elabratin des utils d évaluatin des cmpétences» De qui s agit-il? 1 Evaluer des cmpétences cnsiste, en un instant T, à apprécier le niveau d acquisitin u de maîtrise des cmpétences

Plus en détail

PROGRAMME FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

PROGRAMME FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL PROGRAMME FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL Pré-requis : aucun Encadrement : La frmatin est dispensée au minimum par un frmateur SST rattaché à : Un rganisme de frmatin habilité pur la

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE LA PLONGEE LIBRE

LES ACCIDENTS DE LA PLONGEE LIBRE LES ACCIDENTS DE LA PLONGEE LIBRE LES BAROTRAUMATISMES page 2 - L reille p.2 - Les pumns p.4 - Les sinus p.5 - Le placage de masque p.6 - Les dents p.6 LA SYNCOPE ANOXIQUE page 8 LE TARAVANA page 11 Les

Plus en détail

Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin

Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin CAS CLINIQUE OPH 1 Une femme de 62 ans vient consulter pour troubles visuels au niveau de l œil droit. La padente raconte avoir déjà eu une baisse

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. CILEST, comprimé. Norgestimate/Ethinylestradiol

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. CILEST, comprimé. Norgestimate/Ethinylestradiol NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR CILEST, cmprimé Nrgestimate/Ethinylestradil Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette ntice avant de prendre ce médicament. Gardez cette ntice, vus purriez

Plus en détail

Item 330 : Purpura chez l'enfant et chez l'enfant et chez l'adulte

Item 330 : Purpura chez l'enfant et chez l'enfant et chez l'adulte Item 330 : Purpura chez l'enfant et chez l'enfant et chez l'adulte Cllège Natinal des Enseignants de Dermatlgie Date de créatin du dcument 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 2 I Recueillir les éléments

Plus en détail

FIEVRE PROLONGEE INEXPLIQUEE &SYNDROME INFLAMMATOIRE

FIEVRE PROLONGEE INEXPLIQUEE &SYNDROME INFLAMMATOIRE EPU95 Mntmrency Médecine Interne Mise à jur du 13 Mai 2007* FIEVRE PROLONGEE INEXPLIQUEE &SYNDROME INFLAMMATOIRE Pr. P. Vinceneux Chef de Service de Médecine Interne - l Hôpital Luis Murier - Bis-Clmbes

Plus en détail

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES 1. SYNTHESE : Au terme de la 3 ème cnférence frmatin tenue à Alger les 12 et 13 décembre 2006, les pratiques

Plus en détail

CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07)

CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07) CHARTE DES BENEVOLES A L HÔPITAL ET A LA MAISON DE RETRAITE DE MOZE Saint Agrève (07) Article 1 Préambule. Les bénévles snt emblématiques de l aspect «fraternel» de l engagement cityen. A cet effet, ils

Plus en détail

PLAN DE MESURES D URGENCE DU COLLÈGE D ALMA GUIDE À L INTENTION DU PERSONNEL NUMÉROS DE TÉLÉPHONE D URGENCE (9) 418 720-8277

PLAN DE MESURES D URGENCE DU COLLÈGE D ALMA GUIDE À L INTENTION DU PERSONNEL NUMÉROS DE TÉLÉPHONE D URGENCE (9) 418 720-8277 PLAN DE MESURES D URGENCE DU COLLÈGE D ALMA GUIDE À L INTENTION DU PERSONNEL NUMÉROS DE TÉLÉPHONE D URGENCE (9) (418 668-2387 pste 275) sinn (9) 418 818-0346 u 911 La Directin générale FUITE DE GAZ (CODE

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées concernant la propagation, les symptômes, le traitement et la prévention de la maladie à virus Ebola

Réponses aux questions fréquemment posées concernant la propagation, les symptômes, le traitement et la prévention de la maladie à virus Ebola MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALE, DE LA SANTE ET DES DROITS DES FEMMES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Département des urgences sanitaires Répnses aux questins fréquemment psées cncernant la prpagatin, les

Plus en détail

Cahier des charges GPEC Territoriale Script Emploi National : Métier de la relation client Novembre 2015. Eléments de contexte. Qui sommes-nous?

Cahier des charges GPEC Territoriale Script Emploi National : Métier de la relation client Novembre 2015. Eléments de contexte. Qui sommes-nous? Cahier des charges GPEC Territriale Script Empli Natinal : Métier de la relatin client Nvembre 2015 Eléments de cntexte Qui smmes-nus? Le Fnds d Assurance Frmatin du Travail Tempraire (FAF-TT), OPCA (Organisme

Plus en détail

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels

Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participation de la personne protégée destiné aux mandataires individuels Guide de remplissage de la fiche individuelle de calcul de la participatin de la persnne prtégée destiné aux mandataires individuels 1 ) Présentatin Générale Cette fiche permet de calculer autmatiquement

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

* Loi du 13 juillet 1983 (droits et obligations des fonctionnaires)

* Loi du 13 juillet 1983 (droits et obligations des fonctionnaires) LA FONCTION DE L ORTHOPHONISTE EN PEDOPSYCHIATRIE Dans le cadre d'un secteur de pédpsychiatrie, l'exercice de l'rthphnie truve sa particularité dans la spécificité de la structure qui a sn prpre cadre

Plus en détail

Lignes directrices aux fins d octroyer une aide financière aux OBNL locataires dans des immeubles non résidentiels imposables œuvrant dans les

Lignes directrices aux fins d octroyer une aide financière aux OBNL locataires dans des immeubles non résidentiels imposables œuvrant dans les Lignes directrices aux fins d ctryer une aide financière aux OBNL lcataires dans des immeubles nn résidentiels impsables œuvrant dans les dmaines de l art et de la culture, du dévelppement scial et cmmunautaire

Plus en détail

Travaux de maintenance

Travaux de maintenance Travaux de maintenance La cmmunicatin cncernant la campagne Des cntacts nt été pris avec BEMAS qui regrupe de nmbreuses entreprises de la maintenance, mais sans succès. L annnce de la campagne s est faite

Plus en détail

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT FORMATION INNOVATION MANAGEMENT Atelier de 3 jurs «Réinventer sn activité» à destinatin de chefs d entreprises Dates : 24/11, 08/12 et 09/12 Lieu : Chambre de Cmmerce du Luxemburg Frais d'inscriptin :

Plus en détail

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité Cnditins auxquelles un médecin dit répndre pur acquérir et maintenir la qualité d'accrédité (Texte appruvé par le Grupe de directin de l accréditatin du 15 février 2006) 1. Médecin bientôt agrée u récemment

Plus en détail

Club informatique Mont-Bruno Séances du 5 et du 10 février 2016 Présentateur : Michel Gagné

Club informatique Mont-Bruno Séances du 5 et du 10 février 2016 Présentateur : Michel Gagné Club infrmatique Mnt-Brun Séances du 5 et du 10 février 2016 Présentateur : Michel Gagné Cntenu de la séance Drpbx Le téléchargement et l installatin La sauvegarde des fichiers La récupératin des fichiers

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 avril 2014 Perspectives d évlutin du réseau cnsulaire Nrd de France : un établissement public unique avec des délégatins territriales frtes et respnsables. Plan de cpératin 2014-2020

Plus en détail

Les caractéristiques. physiques

Les caractéristiques. physiques Les caractéristiques radi-électriques Anne Claire LEPAGE Enseignant-Chercheur à Télécm ParisTech Caractéristiques des antennes Il existe 2 grandes familles de caractéristiques pur une antenne utilisée

Plus en détail