CHOISIR LE MEILLEUR MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHOISIR LE MEILLEUR MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR"

Transcription

1 - - CHOISIR LE MEILLEUR MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR Chisir un mde de prductin de chaleur cmbinant un bn rendement énergétique et un faible impact envirnnemental. PRINCIPES DEMARCHE Avec la qualité de la distributin, l efficacité de la régulatin et le chix du crps de chauffe, le chix du mde de prductin de chaleur cnstitue un des 4 éléments intervenant dans la qualité de l installatin de chauffage. Les systèmes de prductin de chaleur se distinguent par leur rendement et par leur vecteur énergétique : mazut, gaz, électricité u bimasse (bis, huiles végétales, céréales, etc.). Le chix du mde de prductin dit permettre de limiter au maximum la cnsmmatin d énergie primaire et la prductin de plluants. Le tableau ci-dessus mntre la quantité de plluants émis par différents types de chaudières : S0 2 NO x C x H y CO CO 2 Puss ières Chaudière fiul 0,504 0,144 0,036 0,180 0,280 0,018 Chaudière gaz naturel 0 0,144 0,018 0,180 0,187 0 Chaudière charbn 1,224 0,252 0,036 16,20 0,374 0,216 Chaudière à bis bûches ancienne Chaudière à bis bûches mderne Chaudière à bis déchiqueté (plaquettes) 0,036 0,180 3,600 21,60 0 * 0,252 0,036 0,151 0,032 1,318 0 * 0,050 0,036 0,162 0,007 0,058 0 * 0,014 Surce : Fndatin Rurale de Wallnie * Les émissins de CO2 snt nulles si l n cnsidère que le bis est prduit dans le cadre d une gestin durable des frêts, et en négligeant les émissins prduites lrs de la transfrmatin et le transprt du cmbustible. Cette dernière hypthèse est également prise pur les cmbustibles fssiles. En intégrant ces émissins, la base de dnnées eurpéenne GEMIS4.5 prpse les valeurs suivantes : 46kg/kWh final pur les pellets, 22kg/kWh final pur les buches, 232kg/kWh final pur le gaz naturel et 305kg/kWh fina l d électricité. PAGE 1 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

2 OBJECTIFS A éviter : Du fait du rendement médicre du réseau de prductin électrique, l utilisatin du chauffage électrique par effet jule (cnvecteurs directs u à accumulatin) est à prscrire. Exemple d appareil de chauffage électrique par accumulatin Minimal : Parmi les systèmes fnctinnant aux cmbustibles fssiles, les chaudières gaz à cndensatin se détachent du lt : en utilisatin finale, la cmbustin du gaz émet mins de CO 2 que la cmbustin du fiul et la technique de la cndensatin permet les meilleurs rendements. Respecter les exigences PEB s appliquant que brûleurs (vir plus bas sectin «Dans la pratique / dssier d exécutin» Cnseillé : La pmpe à chaleur air/eau : à cnditin d avir un bn SPF (cefficient de perfrmance saisnnier), peut avir un bilan d émissin de CO 2 et une cnsmmatin d énergie primaire plus favrable qu une chaudière gaz à cndensatin. C est d autant plus intéressant que la prprtin de l énergie destinée au chauffage est plus élevée que celle destinée à la préparatin d eau chaude sanitaire. Il s agit dnc d une technlgie qui se justifie tut à fait quand n ne peut pas avir accès au gaz. Optimum : Le raccrdement à un réseau de chaleur alimenté par une technlgie très perfrmante d un pint de vue envirnnemental cmme une cgénératin, une géthermie u lcalement la valrisatin d excédents de chaleur d une industrie. Par ailleurs, d autres technlgies se dévelppent, dnt la pertinence reste aujurd hui limitée pur les petits bâtiments : Les techniques de cgénératin applicables aux petits immeubles snt actuellement frt peu dévelppées (dnc chères). On peut les cnsidérer cmme applicables à plus lng terme. Le chauffage slaire, s applique, lui, difficilement au chauffage des bâtiments car il demande des installatins de trp grandes tailles, dnc trp chères en rapprt à PAGE 2 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

3 l énergie récupérable (c est quand n a le plus besin de chaleur qu il y a le mins de sleil). Le chauffage par pmpe à chaleur eau/eau qui est au niveau envirnnemental tujurs plus intéressant que les chaudières à cndensatin à cnditin de bien régler l installatin. Cependant, cette technique n est pas encre rentable écnmiquement (vir plus bas). Enfin, mentinnns le cas particulier du chauffage à la bimasse, ntamment les chaudières à granulés (pellets) qui nt un bilan d émissin de CO 2 extrêmement réduit. On peut parler d un cmbustible renuvelable, pur autant que la frêt dnt le bis est issu sit gérée de manière durable. Néanmins, la cmbustin de bimasse génère plus de pussières et de SO 2 que celle du gaz. En cas de généralisatin de ce mde de chauffage, l impact sur la qualité de l air en ville purrait être significatif. C est dnc une technlgie intéressante mais dnt les principales applicatins ne devraient pas être en ville. Nus dévelppns néanmins dans cette fiche quelques infrmatins sur cette technlgie : ELEMENTS DE CHOIX ASPECTS TECHNIQUES > Cntraintes liées à l applicatin des différentes alternatives Les chaudières à cndensatin au gaz Une chaudière à cndensatin s applique quasiment à tut type d installatin. Elle sera d autant plus perfrmante que les émetteurs de chaleur qu elle alimente snt surdimensinnés (chauffage par le sl, radiateurs surdimensinnés). Mais elle se justifie aussi tut-à-fait dans une installatin équipée de radiateurs traditinnels (par exemple dans une installatin existante). Dans ce cas, la chaudière purra cndenser durant plus de 80 % de la saisn de chauffe. D un pint de vue installatin, la chaudière devra être raccrdée à une évacuatin de fumée qui peut être verticale u hrizntale (système à ventuse). Une évacuatin des cndensats vers l égut dit également être prévue. Une neutralisatin des cndensats n est pas nécessaire. Les chaudières aux granulés de bis La chaudière bis permet une facilité de gestin équivalente à une chaudière au fiul (alimentatin autmatique au départ d un stckage).les pêles aux granulés par cntre nécessitent une alimentatin régulière et sernt dnc limités à des applicatins dans des bâtiments basse énergie dnt la demande de chaleur est réduite ; ainsi le réapprvisinnement est limité. Les pêles également demandent un chargement PAGE 3 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

4 manuel ptentiellement cntraignant. Ils peuvent néanmins être installés dans tut type de bâtiment, jusqu aux bâtiments passifs. On veillera alrs à chisir un pêle qui peut furnir une faible puissance de chaud pur éviter l incnfrt dû à la surchauffe (certains pêles descendent à près de 2kW). On veillera également à l étanchéité à l air du pêle qui est suvent assurée par la fermeture d un clapet étanche au niveau de l extractin lrs de l arrêt du pêle. Pur qu une chaudière aux granulés de bis ffre la même facilité d utilisatin qu une chaudière au gaz u au fiul, elle dit être équipée d une alimentatin autmatique et accmpagnée d un espace de stckage des granulés (30 m³ pur une chaudière de 60 kw u 7 à 8 m³ pur une maisn individuelle), accessible pur la livraisn par camin suffleur. Ntns que les pêles aux granulés demandent, eux, un apprvisinnement manuel tus les 2 à 3 jurs. Une évacuatin des fumées est évidemment à prévir également. Les pmpes à chaleur Exemple de sil de stckage de pellets. (Surce : Valbim). En tant que chauffage électrique, la pmpe à chaleur ne demande ni cheminée ni amenée d air. Sa perfrmance dépend entre autres de la surce fride dans laquelle elle puise sa chaleur. Cncrètement, plus la température de la surce fride est élevée, plus la perfrmance de la pmpe est efficace (par exemple, il est plus efficace de puiser de la chaleur dans de l eau à 12 C plutôt que dans de l air à 5 C). Etant dnné que la température du sl est en hiver et en myenne plus élevée que la température de l air, la perfrmance des pmpes géthermiques est plus élevée que celle des pmpes air/eau. De plus, les cefficients d échange thermique snt meilleurs entre le sl et les sndes qu entre l air et l échangeur (il y a un meilleur «cntact» dans le premier cas PAGE 4 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

5 que dans le secnd. Ceci participe également à la meilleure perfrmance des échangeurs géthermiques. Il existe deux types de pmpes géthermiques : La première slutin, la plus intéressante est celle des sndes géthermiques. Il s agit d un u plusieurs frages de 50 à 150 m de prfndeur (env.15 m par kw) dnt le cût dépend de la nature du sl et de l accessibilité du site. La secnde slutin est la nappe de cnduite hrizntale enterrée à 1,5-2 m de prfndeur (env W par m²). Une pmpe à chaleur est un chauffage fnctinnant à l électricité, ce qui signifie qu à priri, le bâtiment n est pas raccrdé à une distributin de cmbustible. La prductin d eau chaude sanitaire se fait également avec la pmpe à chaleur et la cuissn est suvent électrique. > Les perfrmances Les chaudières à cndensatin au gaz Une chaudière à cndensatin permet un gain d énergie d une dizaine de purcents par rapprt à une chaudière traditinnelle. Sn rendement annuel, sur PCI (puvir calrifique inférieur), dépasse dnc les 100 %. La perfrmance atteinte dépend de la qualité de la chaudière, mais aussi de sn intégratin dans le circuit hydraulique et de sa régulatin : la chaudière dit, en fnctin des besins, travailler à la température la plus faible pssible et le circuit hydraulique de l installatin u le circuit interne de la chaudière ne devrait pas cmprendre de by-pass entre le départ de l eau chaude et le retur vers la chaudière et être équipé d un circulateur à vitesse variable. Les chaudières aux granulés de bis Principe d une chaudière à cndensatin La perfrmance d une chaudière bis dépend de la qualité de la chaudière et de la qualité du cmbustible et de sn stckage (variatin d humidité des granulés). Une variatin dans celle-ci risque de rendre difficile le réglage crrect de la cmbustin et entraîner une augmentatin des émissins de plluants. Le rendement annuel d une bnne chaudière au granulé de bis est de l rdre de 80 %. PAGE 5 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

6 Les pmpes à chaleur sl-eau Une pmpe à chaleur sl-eau a les meilleures perfrmances si elle alimente des émetteurs fnctinnant à basse température (3 % de gain par C en mins). On raccrdera dnc de préférence une pmpe à chaleur à un chauffage par le sl. L intérêt d une pmpe à chaleur d un pint de vue énergétique et financier dépend de sa perfrmance sur l ensemble de l année (à ne pas cnfndre avec les chiffres cnstructeurs mesurés dans des cnditins standard nn représentatives de l année de chauffe). Des mesures sur site réalisées par l université de Mns indiquent que ces systèmes puisant la chaleur dans le sl atteignent des cefficients de perfrmance (COP) de 2,9. L utilisatin de systèmes avec frage permet certainement d augmenter encre cette perfrmance. Cmme il est difficile de savir si les chiffres annncés par les furnisseurs snt «utilisables», travaillns à l envers et estimns le SPF minimum qu il faut atteindre pur être cmpétitif par rapprt à une chaudière gaz à cndensatin, au niveau des émissins de CO 2, de la cnsmmatin en énergie primaire, et au niveau financier (sur une péride de 17 ans, durée de vie myenne d une pmpe à chaleur). Ces valeurs devrnt être cmparées aux chiffres cnstructeurs pur juger du réalisme de l installatin prpsée. Principe de fnctinnement d une pmpe à chaleur sl-eau Objectif : équivalence avec une chaudière gaz à cndensatin SPF minimal nécessaire Cmmentaire Energie primaire Emissins de CO 2 > 4,3 > 1,3 > 2,7 Un tel SPF est très difficile à atteindre Pssible avec tutes les pmpes à chaleur Cût glbal Pssible avec une PAC air/eau si elle ne prépare pas l eau chaude sanitaire (ce qui a peu de sens en si) ; Nécessite dnc une pmpe sl - eau perfrmante PAGE 6 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

7 ASPECTS ENVIRONNEMENTAUX > Bilans Cmparaisn avec la Emissins* chaudière gaz à cndensatin kgco 2 /an gain / perte Cnsmmatin* kwh primaire** / an gain / perte Chaudière fiul 0, % 1, % Chaudière gaz traditinnelle Chaudière gaz à cndensatin Chaudière à granule de bis Pmpe à chaleur sl-eau (COP>2,7) 0, % 1, % 0,281-1,119-0, % 1, % 0, % 0, % * pur 1 kwh furni au bâtiment. ** en tenant cmpte d un rendement myen de centrale de 38 %. Le bis est un cmbustible renuvelable. Le bilan d une chaudière à granulés est dnc de lin la technlgie entraînant le mins d émissin de CO 2 ayant un impact sur l effet de serre. Les autres émissins liées à la cmbustin du bis, cmme mentinné précédemment, pussent à la prudence lrs d utilisatin en milieu urbain. La généralisatin du chauffage bis purrait avir un impact significatif sur la qualité de l air en ville à cause des émissins de pussière et de SO 2. La pmpe à chaleur sl-eau est également plus intéressante au niveau des émissins de CO 2 que les chaudières, vu qu un SPF de 1.3 peut être atteint par tutes les pmpes à chaleur. Avec un SPF de 2.7, ces émissins snt réduites de presque 60%. Mais ce bilan psitif est entre autre dû au taux de prductin nucléaire de ntre parc. > Les chaudières bis : vers la destructin des frêts? Bien que très curante chez ns visins, le marché de la chaudière bis est encre minritaire chez nus. Néanmins, les furnisseurs et installateurs d équipement snt déjà nmbreux, de même que les distributeurs de cmbustible (en sacs u par camins suffleurs). Et si tut le mnde se chauffait au bis? Dans ce cas, n dépasserait les pssibilités de gestin renuvelable des ressurces. On estime généralement à 10 % la cuverture pssible des besins de chauffage par du cmbustible bis. De même, si tut le mnde se chauffait au bis en Régin bruxellise, la pllutin atmsphérique augmenterait en ville du fait d émissins spécifiques (CO, NOx, suies) plus grandes pur les chaudières bis que pur les chaudières au gaz. Mais n est très lin d avir atteint ces limites actuellement ASPECTS ECONOMIQUES > Dispnibilité sur le marché L asbl Valbim (Valrisatin de la bimasse) reprend sur sn site la liste des prfessinnels belges du dmaine du chauffage au bis, ainsi que la liste des marques présentes sur le marché. PAGE 7 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

8 Il est nécessaire, dans le cadre du chauffage au bis, de veiller à la capacité d apprvisinnement en cmbustible. Par sécurité, dans les grandes installatins, n chisira des chaudières capables de fnctinner avec différents cmbustibles, pur être mins dépendant de l apprvisinnement. Dans les années 80, bn nmbre de pmpes à chaleur nt été installées. Peu de celles-ci fnctinnent encre de ns jurs, faute d un suivi perfrmant. La filière de la pmpe à chaleur est de ns jurs bien rganisée pur assurer une pérennité au système. Une liste de fabricants de pmpes à chaleur est dispnible sur le site du CSTC : > Cût d investissement et sur la durée de vie Il n existe pas de dnnées neutres permettant de différencier la durée de vie des différents équipements présentés ici. Par cntre, il est pssible de classer les installatins en fnctin de leur cût d investissement. La chaudière gaz à cndensatin est de lin la slutin perfrmante la mins chère.. En cas d installatin d une chaudière à cndensatin dans un immeuble existant, une adaptatin de la cheminée dit être réalisée (tubage 100 à 150 /m u srtie en façade via une srtie à ventuse). Ntns que le remplacement d une ancienne chaudière par une chaudière gaz à cndensatin sera rentabilisé entre 8 et 15 ans (15 à 25% d écnmie) en fnctin de la perfrmance de l installatin existante. Cmpte tenu de l espace de stckage nécessaire, une installatin au bis cûtera 3 fis plus qu une installatin avec chaudière gaz à cndensatin. La rentabilité de ce surcût dépendra du prix du cmbustible. Celui-ci est extrêmement variable en fnctin du furnisseur. Il est dnc imprtant de négcier avec sn furnisseur ptentiel au préalable du prjet. Le cût d entretien des chaudières bis est équivalent à celui des slutins au mazut. Il est un peu plus élevé que pur les installatins au gaz. En si, une pmpe à chaleur cûte 3 à 4 fis le prix d une chaudière gaz cndensatin (hrs cheminée, raccrdement au gaz ), sans cmpter le prix d un éventuel frage géthermique (de l rdre de 50 /m u 750 /kw). Etant dnné le différentiel de prix entre l électricité et le gaz (en début 2010, l électricité cûtait au minimum 3 fis plus que le gaz), il est impssible de remburser le surinvestissement sur la durée de vie de l équipement. ASPECTS SOCIAUX ET CULTURELS > Les chaudières à cndensatin au gaz : fausses cryances Les chaudières à cndensatin snt très répandues sur le marché. Certains installateurs restent cependant craintifs vis-à-vis de cette technlgie purtant épruvée. Ils décnseillent par exemple cette technlgie en rénvatin arguant que les crps de chauffe n nt pas été prévus pur. Ceci est faux cmme mentinné ci-dessus. Une chaudière à cndensatin est perfrmante même avec d anciens radiateurs. Attentin aux rendements annncés par les fabricants : il s agit de rendements instantanés dans des cnditins de labratire. Avec celui-ci, tutes les chaudières nt l air aussi perfrmantes les unes que les autres. Le rendement annuel de l installatin est différent. Il tient cmpte de l hydraulique interne de la chaudière, de sn intégratin dans l installatin et de sa régulatin. C est lui qui va cnditinner la cnsmmatin finale. PAGE 8 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

9 Signalns enfin que le label HR Tp n est pas un gage de meilleure perfrmance. Tutes les chaudières à cndensatin au gaz dispse du label. Il ne permet pas de départager les meilleures chaudières des autres (les exigences de rendement snt celles nécessaires à l btentin du marquage «CE»). Pur cela nus renvyns le lecteur vers les Guides-cnseil à la cnceptin énergétique et durable pur le lgement cllectif, édités par Bruxelles Envirnnement - IBGE. > Les pmpes à chaleur et la climatisatin La pmpe à chaleur, c est parfis la prte uverte à la climatisatin en été. Il suffit d inverser le fnctinnement de la pmpe à chaleur pur en faire une machine frigrifique. Cela ne dit pas faire ublier un des enjeux actuels de la cnceptin durable des bâtiments : assurer un cnfrt d été sans recurir au refridissement mécanique et dnc à une cnsmmatin énergétique d été. Les pmpes à chaleur réversibles snt dnc à prscrire. ARBITRAGE > Exemple cncret Pur synthétiser ce qui précède, vici un exemple chiffré. Les hypthèses snt : Puissance de chauffage : 25 kw Besins énergétiques : kwh/an Prix myen actuel des vecteurs énergétiques : 0,06 /kwh gaz, 0,14 /kwh électrique, 0,04 /kwh bis, 0,050 /kwh fiul. Type de prductin Chaudière fiul Chaudière gaz. cnd. Chaudière granule bis Pmpe à chaleur sleau Cnsm. kwh prim /an Facture /an Emissin kgc0 2 /an Invest. kgco 2 /an/ investi kwh prim /an/ investi * * 2,9 3, ** 1, *** 0,4 0,4 DANS LA PRATIQUE * évacuatin des fumées cmprise. ** stckage de 23 m³ cmpris. *** frage géthermique cmpris. Des mesures divent être prises aux différentes phases de dévelppement et de réalisatin de prjet : ESQUISSE Si chauffage au bis : prévir un vlume de stckage suffisant et accessible par un camin suffleur Si pmpe à chaleur géthermique: vérifier que l n dispse d une surface de terrain dispnible pur l installatin des capteurs enterrés en nappes (c.à.d. envirn deux fis la surface à chauffer) u que l n peut frer des puits pur les sndes. DOSSIER D EXECUTION Les exigences PEB relatives aux différents types de brûleurs snt synthétisées dans le tableau ci-dessus. Ces exigences s appliquent aux brûleurs chauffant de l eau destinée à une PAGE 9 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

10 installatin de chauffage central et/u destinées à la préparatin d eau chaude sanitaire, en cas de cnstructin neuve et de rénvatin lurde (sur les chaudières nuvellement placées et celles réutilisées). Les brûleurs mixtes, à savir ceux puvant fnctinner avec un cmbustible liquide u gazeux divent répndre à tutes les exigences spécifiques à ces deux cmbustibles. Type/puissance de chaudière Brûleur équipant une chaudière gaz à cndensatin Tut brûleur de chaudière atmsphérique fnctinnant au cmbustible gazeux équipant une chaudière de puissance nminale >= 100 kw Bruleur à air pulsé fnctinnant au cmbustible gazeux u liquide équipant une chaudière de puissance nminale > 150kW Brûleur équipant une chaudière de puissance nminale >= 1000kW Brûleur équipant une chaudière de puissance nminale >= 2000kW Type de brûleur exigé Mdulant Sit 2 allures Sit mdulant Sit 2 allures Sit mdulant Sit 3 allures Sit mdulant Mdulant Définitin de la petite allure u de la plage de mdulatin Pas d exigence sur la plage de mdulatin La petite allure dit être située à maximum 80% de la puissance à pleine allure Pas d exigence sur la plage de mdulatin La petite allure dit être située entre 50 et 65% de la puissance à pleine allure Mdulable dans une plage d au mins 50% de la puissance nminale de la chaudière Pas d exigence sur la définitin des allures Mdulable dans une plage d au mins 65% de la puissance nminale de la chaudière Mdulable dans une plage d au mins 65% de la puissance nminale de la chaudière En utre, les exigences suivantes snt d applicatin dans tus les cas : Le dispsitif de régulatin qui pilte un brûleur à 2 allures u mdulant est cnçu de manière telle que le fnctinnement à la petite allure u à tute psitin intermédiaire dans la plage de mdulatin (pur le brûleur mdulant) dépend uniquement de la charge de la chaudière. En utre, il ne peut en aucune manière cnstituer une phase transitire dans le temps (tujurs répétitive) avant d atteindre systématiquement la pleine allure u les 100% de plage de mdulatin. La grandeur physique qui pilte la régulatin est la plus représentative de la puissance demandée de chaleur (charge). Tus les paramètres de régulatin du brûleur peuvent être réglés in situ indépendamment les uns des autres. Pur tute nuvelle chaudière : Le brûleur, la chaudière et la cheminée divent être cmpatibles sur le plan physique (par exemple, tirage crrect, risque de cndensatin, étanchéité, etc.) La régulatin de l extracteur mécanique des fumées et la régulatin du brûleur divent être cmpatibles entre elles et ne pas détérirer les perfrmances intrinsèques de la chaudière en matière de rendement énergétique et émissin. Tut brûleur à air pulsé équipant une chaudière, indifféremment de la puissance de celle-ci et pur tut type de mdulatin, est équipé d un clapet d air écnmiseur évitant tut balayage d air dans la chaudière à l arrêt du brûleur. Ce clapet est cnfrme aux nrmes en vigueur. En cas de réutilisatin des brûleurs existants dans le cadre des rénvatins lurdes, tut brûleur existant qui ne respecte pas les exigences prévues peut être réutilisé sur une nuvelle chaudière, pur autant : Qu il ne sit pas un brûleur équipant les nuvelles chaudières à cndensatin PAGE 10 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

11 ENTRETIEN Qu il n excède pas 5 ans d âge à la date d entrée en vigueur de l arrêté (juillet 2008) Qu il répnde aux exigences de l arrêté ryal du 8 janvier 2004 réglementant les niveaux d émissins des xydes d azte et du mnxyde de carbne pur les chaudières de chauffage central et les brûleurs alimentés en cmbustibles liquides u gazeux dnt le débit calrifique nminal est égal u inférieur à 400 kw. Les chaudières bis, tut cmme celles au mazut u au gaz, divent faire l bjet d un entretien annuel (réglage du brûleur par le chauffagiste et ramnage de la cheminée). Le ramnage est estimé à Une évacuatin des cendres tus les 2-3 mis peut également être nécessaire pur les chaudières à chargement autmatique. INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES AUTRES ELEMENTS A GARDER A L ESPRIT Vici une liste de fiches dnt les thématiques crisent celles du chix de la prductin de chaleur : ENE00 - Prblématique et enjeux de l énergie ENE15 - Réguler efficacement l'installatin de chauffage ENE16 - Optimiser le réseau de distributin de chauffage ENE17 - Chisir un crps de chauffe adéquat Fiche Bâtiment Exemplaire cmparatif des systèmes de chauffage et ECS pur les maisns individuelles et les immeubles à appartements en cnceptin passive et rénvatin basse énergie, MATRIciel pur l IBGE, juin BIBLIOGRAPHIE Infrmatins générales sur les systèmes de chauffage : Guides-cnseil à la cnceptin énergétique et durable pur le lgement cllectif, Bruxelles Envirnnement - IBGE, 2006 : Guide énergétique des installatins, Bruxelles Envirnnement : Energie+ : Ecntec, Ptentiel de réductin des émissins de CO2 en Régin de Bruxelles- Capitale à l hrizn Rapprt Final, Bruxelles Envirnnement - IBGE, Infrmatins sur le chauffage au bis et la bimasse : Valbim asbl. : ODE Vlaanderen Organisatie vr duurzame energie : PAGE 11 SUR 11 CHOISIR LE BON MODE DE PRODUCTION DE CHALEUR JUILLET 2010

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE - - INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE Chauffer une partie de l eau chaude au myen d une installatin slaire thermique. PRINCIPES DEMARCHE La cnsmmatin d énergie pur le chauffage de l eau peut être réduite

Plus en détail

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE

PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Pur décuvrir la nuvelle versin 2016 du Guide Bâtiment Durable en ligne, Rendez-vus sur: http://www.guidebatimentdurable.brussels - - PROBLEMATIQUE ET ENJEUX DE L ENERGIE Impact énergétique du secteur de

Plus en détail

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT

CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT - - CHOISIR UN CORPS DE CHAUFFE ADEQUAT PRINCIPES DEMARCHE Chisir un mde d émissin de chaleur efficace et écnme. Avec le mde de prductin de chaleur, la qualité de la distributin et l efficacité de la régulatin,

Plus en détail

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE

OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - OPTIMISER LE RESEAU DE DISTRIBUTION DE CHAUFFAGE Amélirer le rendement glbal de l installatin de chauffage en assurant

Plus en détail

Tous droits strictement réservés. Reproduction ou communication à des tiers interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation écrite du

Tous droits strictement réservés. Reproduction ou communication à des tiers interdite sous quelque forme que ce soit sans autorisation écrite du SOMMAIRE 1 - VOLET TECHNIQUE... 3 1.1 - LES GRANDS AXES DE RENOVATION ENERGETIQUE DANS L EXISTANT ANCIEN... 3 1.2 - DEFINITION INSTALLATION PRODUCTION COLLECTIVE BIOMASSE GRANULES... 4 1.3 - LE COMBUSTIBLE...

Plus en détail

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE»

GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» - - GERER AU MIEUX LA «VENTILATION MANUELLE» Savir quand et cmbien de temps aérer les lcaux en l abscence de ventilatin hygiénique rganisée. PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dépend de la cncentratin

Plus en détail

AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE

AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - AMELIORER LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE Chauffer, distribuer et puiser de l eau chaude sanitaire en tenant cmpte

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P. INSTALLATION DE CHAUDIÈRES PÉDAGOGIQUES & PRODUCTION SOLAIRE D EAU CHAUDE SANITAIRE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P. INSTALLATION DE CHAUDIÈRES PÉDAGOGIQUES & PRODUCTION SOLAIRE D EAU CHAUDE SANITAIRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES C.C.T.P. MARCHE ADAPTÉ A PROCÉDURE ADAPTÉE ÉTABLI EN APPLICATION DU CODE DES MARCHES PUBLICS RELATIF A : INSTALLATION DE CHAUDIÈRES PÉDAGOGIQUES & PRODUCTION

Plus en détail

REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE

REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE - - REGULER EFFICACEMENT L INSTALLATION DE CHAUFFAGE La régulatin du système de chauffage dit permettre une crrespndance idéale entre le besin d énergie et la quantité de chaleur effectivement prduite.

Plus en détail

Atelier : la maitrise des charges de chauffage

Atelier : la maitrise des charges de chauffage Atelier : la maitrise des charges de chauffage Thibaut Debeauvais, chargé de prjets «eau, énergie et rénvatin», ARC 19/10/2015 1 L Assciatin des Respnsables de Cprpriété 14 000 cprpriétés adhérentes Une

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE

GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE GUIDE PRATIQUE DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE Qui smmes nus? Nus smmes une petite sciété artisanale implantée sur Cuers. Ntre démarche est de prmuvir les énergies renuvelables. Nus essayns à travers ce guide de

Plus en détail

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse :

CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE. Concerne : Nom du Bâtiment Adresse : Entre : Nom Client Adresse : CONTRAT D ENTRETIEN ET DE GESTION DES ENERGIES PETIT BATIMENT - VERSION SIMPLIFIEE Cncerne : Nm du Bâtiment Entre : Nm Client Ci-après dénmmé «CLIENT» ET : Nm sciété Ci-après dénmmé «EXPLOITANT» Il a été

Plus en détail

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments.

Une cheminée est un conduit vertical pouvant être installé dans différents types de bâtiments. Une cheminée est un cnduit vertical puvant être installé dans différents types de bâtiments. Sa fnctin est d évacuer les gaz et fumées txiques prvqués par le feu brulant à l intérieur de la cheminée, dans

Plus en détail

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique

Eco-conditionnalité des aides publiques : Formation obligatoire pour accéder aux marchés de la rénovation énergétique Circulaire N 3 0007/2014 du 20/06/2014 Ec-cnditinnalité des aides publiques : Frmatin bligatire pur accéder aux marchés de la rénvatin énergétique Dès lrs que l éc-cnditinnalité entrera en vigueur, les

Plus en détail

Détail des qualifications OPQIBI bénéficiant de la reconnaissance «RGE»

Détail des qualifications OPQIBI bénéficiant de la reconnaissance «RGE» Détail des qualificatins OPQIBI bénéficiant de la recnnaissance «RGE» (01/01/15) 1. Qualificatins liées à la perfrmance énergétique des bâtiments 1.1. Qualificatins existantes mises à jur 1.1.1. Qualificatin

Plus en détail

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE»

Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» Obj100 APPEL A PROJETS «BÂTIMENT EXEMPLAIRE» SOMMAIRE Dans le cadre de la mise en œuvre du PRERURE, la Régin Guadelupe et l ADEME lancent un appel à prjets prtant sur des bâtiments à perfrmances exemplaires.

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2

GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8. Sommaire. Introduction 2 GUIDE DE LECTURE DU REFERENTIEL PAPIER TOILETTE BP X30-323-8 Smmaire Intrductin 2 Cntexte 2 Principes de l affichage envirnnemental 2 Objectif du guide de lecture 2 Présentatin du prduit cncerné par le

Plus en détail

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs

Guide de projet solaire thermique pour les bâtiments collectifs Avec le sutien de : Avec le sutien de : Guide de prjet slaire thermique pur les bâtiments cllectifs Ce guide vus explique : dans quel cntexte se dévelppe le slaire thermique cmment ça marche ses usages

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE

NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE NOTE DE CADRAGE SUR LE CONTENU CO 2 DU KWh PAR USAGE EN FRANCE 14 janvier 2005 1. Le cntexte Le calcul du cntenu en carbne de l électricité représente en France un enjeu imprtant pur l évaluatin des actins

Plus en détail

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting

FROID EFFICACE EN LR. FROID et AGROALIMENTAIRE. en Languedoc-Roussillon. Paul Rivet AF Consulting FROID EFFICACE EN LR FROID et AGROALIMENTAIRE en Languedc-Russilln Paul Rivet AF Cnsulting FROID et AGROALIMENTAIRE en LANGUEDOC-ROUSSILLON Réunin du 2 ctbre 2009 - Mntpellier Rappel des bjectifs de l

Plus en détail

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations

Note à l attention des agents de droit public et des salariés sous statut CANSSM de la Caisse des dépôts et consignations www.caissedesdepts.fr DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 03 SEPTEMBRE 2009 DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Pôle gestin Administrative DHGA30 secteur du temps, des absences De la maladie et des accidents de service

Plus en détail

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie Cabinet LUTZ Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY La Chaufferie La résidence de Lattre de Tassigny 200 lgements «haut de gamme» cnstruits en 1972 Une cnversin fiul / gaz en 1987 Depuis une demande de cnfrt

Plus en détail

Comprendre sa facture d e lectricite

Comprendre sa facture d e lectricite Cmprendre sa facture d e lectricite Décmpsitin de la facture d électricité française La structure du prix payé par le client se décmpse en deux parts : une part fixe, qui crrespnd à un abnnement, exprimé

Plus en détail

CHOISIR UN MODE DE VENTILATION ENERGETIQUEMENT EFFICACE

CHOISIR UN MODE DE VENTILATION ENERGETIQUEMENT EFFICACE - - PRINCIPES CONTEXTE CHOISIR UN MODE DE VENTILATION ENERGETIQUEMENT EFFICACE Assurer la qualité de l air au mindre cût énergétique. Pur assurer la qualité de l air, il est nécessaire de mettre en place

Plus en détail

FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE

FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE FORMATIONS A LA MAITRISE DE L ENERGIE Frmatin «Référent Energie» PACK 1 : «Efficacité énergétique liée au prcess» PACK 2 : «Efficacité énergétique liée au bâti» 4 Jurs 3 Jurs 3 Jurs PACK 3 : «Efficacité

Plus en détail

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE

INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE - - INSTALLER UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE Chauffer une partie de l eau chaude au myen d une installatin slaire thermique. PRINCIPES DEMARCHE La cnsmmatin d énergie pur le chauffage de l eau sanitaire peut être

Plus en détail

Maîtriser les charges d'eau en copropriété

Maîtriser les charges d'eau en copropriété Maîtriser les charges d'eau en cprpriété Bastien Willet, chargé de prjets «eau, énergie et rénvatin» Assciatin des Respnsables de Cprpriété Intrductin Répartir les charges au prrata des cnsmmatins Principe

Plus en détail

Le CAHIER NORMATIF pour les travaux de construction. 4. Mécanique 4.4 Ventilation

Le CAHIER NORMATIF pour les travaux de construction. 4. Mécanique 4.4 Ventilation Le CAHIER NORMATIF pur les travaux de cnstructin 4. Mécanique 4.4 Ventilatin Le 18 nvembre 2013 TABLE DES MATIÈRES 4. Mécanique... 1 4.4 Ventilatin... 1 4.4.1 Prescriptins générales... 1 4.4.2 Salle de

Plus en détail

FONCTION MISE EN OEUVRE : ETUDE DU PANNEAU SOLAIRE

FONCTION MISE EN OEUVRE : ETUDE DU PANNEAU SOLAIRE FONCTION MISE EN OEUVRE : ETUDE DU PANNEAU SOLAIRE 1 - BUT Ce TP a pur but de mettre en œuvre une installatin électrique alimentée par un panneau slaire. Cette étude cmprendra : L analyse du besin en énergie

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Syndicat Intercmmunal de Chauffage de Sannis, Ermnt et Francnville -- En mairie de Francnville 11 rue de la Statin BP 90043 95132 FRANCONVILLE cedex

Plus en détail

Détail des qualifications OPQIBI bénéficiant de la reconnaissance «RGE» à compter du 1 er janvier 2015

Détail des qualifications OPQIBI bénéficiant de la reconnaissance «RGE» à compter du 1 er janvier 2015 Détail des qualificatins OPQIBI bénéficiant de la recnnaissance «RGE» à cmpter du 1 er janvier 2015 (30/10/2014) 1. Qualificatins liées à la perfrmance énergétique des bâtiments 1.1. Evlutin des qualificatins

Plus en détail

KDJHU HQHUJ\ manuel de l'xwlolvdteur tebis

KDJHU HQHUJ\ manuel de l'xwlolvdteur tebis manuel de l' teur tebis SOMMAIRE SOMMAIRE Page 1. PRESENTATION GENERALE DU SITE HAGER-ENERGY... 2 2. CONNEXION AU SITE... 3 3.... 4 3.1 COMPTE... 4 3.2 PAGE D ACCUEIL... 5 3.3 APPAREILS... 5 3.4 MON LOGEMENT...

Plus en détail

Détail des qualifications OPQIBI relevant des dispositifs «RGE» et «audit énergétique réglementaire» pour lesquelles des instructeurs sont recherchés

Détail des qualifications OPQIBI relevant des dispositifs «RGE» et «audit énergétique réglementaire» pour lesquelles des instructeurs sont recherchés Détail des qualificatins OPQIBI relevant des dispsitifs «RGE» et «audit énergétique réglementaire» pur lesquelles des instructeurs snt recherchés (20/01/15) 1. Qualificatins relevant du dispsitif «RGE»

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots

Cahier des Clauses Techniques Particulières commun à tous les lots MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Syndicat Intercmmunal de Chauffage de Sannis, Ermnt et Francnville -- En mairie de Francnville 11 rue de la Statin BP 90043 95132 FRANCONVILLE cedex

Plus en détail

Energie et bâtiments (3)

Energie et bâtiments (3) Energie et bâtiments (3) L islatin des paris une rentabilité surprenante! Dans le précédent article des NUG (le dernier numér mis à part puisque exceptinnellement cnsacré à un sujet d actualité le certificat

Plus en détail

OUI OUI OUI. 50% des coûts éligibles de la facture

OUI OUI OUI. 50% des coûts éligibles de la facture PRIME ÉNERGIE C4 POMPE À CHALEUR (PAC) Décisin du 24 ctbre 2013 du Guvernement de la Régin de Bruxelles-Capitale d apprbatin du prgramme d exécutin relatif à l ctri d aides financières en matière d énergie

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES

ACTIONS GLOBALES ACTIONS ENVIRONNEMENTALES FICHE ACTIONS CRUARD Charpente-Cnstructin bis ACTIONS GLOBALES Maintien et prgrès de la démarche du dévelppement durable par la réductin des impacts envirnnementaux, le respect des enjeux techniques, écnmiques

Plus en détail

RESPECTS DES EXIGENCES

RESPECTS DES EXIGENCES RESPECTS DES EXIGENCES DE LA RT 2012 Les perfrmances de L envelppe SOMMAIRE Cntexte réglementaire Perfrmances de l envelppe Les enjeux réglementaires de demain 2 CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE Evlutin de la réglementatin

Plus en détail

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP

Certification de bâtiments passifs à usage d habitation FFCP Certificatin de bâtiments passifs à usage d habitatin FFCP La certificatin est destinée aux entreprises : adhérentes à la Fédératin Française de la Cnstructin Passive à jur de ctisatin frmées à la cnstructin

Plus en détail

LIMITER LES PONTS THERMIQUES

LIMITER LES PONTS THERMIQUES - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire Financer le transprt en cmmun dans le Grand Mntréal Smmaire Mémire de la Sciété de transprt de Laval, en cllabratin avec la Ville de Laval Présenté à la cmmissin du transprt de la Cmmunauté métrplitaine

Plus en détail

Table des matières. Liste des figures. Figure 1 : Localisation potentielle de grilles de ventilation du parking du bloc C... 8.6. Liste des tableaux

Table des matières. Liste des figures. Figure 1 : Localisation potentielle de grilles de ventilation du parking du bloc C... 8.6. Liste des tableaux Table des matières 8. Qualité de l air... 8.1 8.1. Aire gégraphique... 8.1 8.2. Situatin existante et future (sans prjet)... 8.1 8.3. Situatin prjetée : analyse des incidences du prjet... 8.2 8.3.1. Estimatin

Plus en détail

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ

Politique Environnement du groupe GDF SUEZ Plitique Envirnnement du grupe GDF SUEZ Cmme tute rganisatin humaine, le grupe GDF SUEZ est en interactin avec l Envirnnement. Le présent dcument précise les principaux enjeux de cette interactin ainsi

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Qu attendez-vous pour le faire?! Solutions Datacenter Management. Vous ne nous connaissez pas encore?

DOSSIER DE PRESSE. Qu attendez-vous pour le faire?! Solutions Datacenter Management. Vous ne nous connaissez pas encore? DOSSIER DE PRESSE Slutins Datacenter Management Vus ne nus cnnaissez pas encre? Qu attendez-vus pur le faire?! Cntact presse : Cntact presse : Jérémy Martin Damien NICOLLE 03.66.72.03.42 03.66.72.20.24

Plus en détail

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen

Non-papier Mise en place d un corridor de prix dans le cadre du marché carbone européen Nn-papier Mise en place d un crridr de prix dans le cadre du marché carbne eurpéen Le marché carbne eurpéen (EU ETS) a jusqu ici rempli avec succès sn rôle de plafnner près de la mitié des émissins de

Plus en détail

Convention de prestations de services pour l accompagnement à l efficacité énergétique du patrimoine

Convention de prestations de services pour l accompagnement à l efficacité énergétique du patrimoine Cnventin de prestatins de services pur l accmpagnement à l efficacité énergétique du patrimine N La cnventin suivante est passée entre : La Cmmune/Cllectivité de représentée par dûment habilité(e) à la

Plus en détail

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment Dérulement de la certificatin énergétique PEB de vtre bâtiment La certificatin énergétique de vtre habitatin se dérulera en 2 étapes : visite de vtre habitatin et relevé de ses caractéristiques ensuite,

Plus en détail

UNE CHAUDIÈRE ACIER À ÉQUIPER FIOUL AVEC LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE.

UNE CHAUDIÈRE ACIER À ÉQUIPER FIOUL AVEC LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE. Chaudières fiul MUTINE ÉVOLUTION N OUVELLE MUTINE MUTINE ÉVOLUTION UNE CHAUDIÈRE ACIER À ÉQUIPER FIOUL AVEC LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE. un design élégant et mderne, un cnfrt eau chaude

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE

CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE CAHIER DES CHARGES ADEME D'UN DIAGNOSTIC ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE INTRODUCTION Dans le cadre de la relance de la plitique de maîtrise de l énergie, l ADEME suhaite inciter les acteurs industriels à

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Infrmatique Business & High Technlgy Chapitre 7 : Supply Chain Management (SCM) Smmaire Intrductin... 1 Finalités de SCM... 1 Les

Plus en détail

Label guide Version: 11 2014

Label guide Version: 11 2014 Label guide Versin: 11 2014 Le ClimatePartner Label guide 2 Sur ClimatePartner ClimatePartner est l'un des furnisseurs leaders en matière de slutins d'entreprises pur la prtectin du climat et aide les

Plus en détail

SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE

SYSTÈME TOUT AIR, À DÉBIT CONSTANT, MONO-GAINE TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installatins Cmpétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technlgie des installatins frigrifiques Séquence

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

d un assainissement non collectif

d un assainissement non collectif Service Public d Assainissement Nn Cllectif Cmmunauté de cmmunes de Sablé-sur-Sarthe Place Raphaël Elizé BP 129 72305 Sablé-sur-Sarthe Cedex SPANC de la Cmmunauté de Cmmunes de Sablé sur Sarthe Cahier

Plus en détail

Comprendre le registre de pénibilité

Comprendre le registre de pénibilité Cmprendre le registre de pénibilité Le cadre réglementaire Dans quel(s) dispsitif(s) se situer? La pénibilité : préccupatin nuvelle? Dans le cadre de la réfrme des retraites du 9 nvembre 2010, la créatin

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs 1 2

Règlementation Thermique des Bâtiments Neufs 1 2 Fiche d applicatin : Systèmes saisnniers de prductin d eau chaude sanitaire Date Mdificatin Versin 1 er mars 2013 Versin initiale 1 1/7 Préambule Cette fiche d applicatin présente la méthde de prise en

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 28 avril 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Rapprt annuel 2016, dû au titre de l article 24 de la Directive Efficacité Énergétique (DEE) Le présent rapprt a pur bjet, cnfrmément à la directive eurpéenne

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014)

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie+ (Validées par le CA du 3 juin 2014) 1. Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS NEUFS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL effinergie (Validées par le CA du 3 juin 2014) Les présentes Règles Techniques établies par l assciatin

Plus en détail

LIMITER LES PONTS THERMIQUES

LIMITER LES PONTS THERMIQUES - - LIMITER LES PONTS THERMIQUES Cncevir des détails assurant la cntinuité de l islatin thermique, assurer leur mise en œuvre crrecte sur chantier et remédier aux pnts thermiques existants PRINCIPES DEMARCHE

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

Charte Afpa des déplacements responsables

Charte Afpa des déplacements responsables Mdalités d rganisatin des déplacements Annexe Charte Afpa des déplacements respnsables Préambule Les déplacements liés à l activité d une entreprise cmme l Afpa snt nmbreux. Trajets dmicile /travail, trajets

Plus en détail

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt

Programme de suivi et contrôle des factures publiques d électricité. Appel à manifestation d intérêt Prgramme de suivi et cntrôle des factures publiques d électricité Appel à manifestatin d intérêt Mars 2011 1 TABLE DES MATIERES 1 JUSTIFICATION DU PROGRAMME...3 2 DEFINITION DU PROGRAMME...4 2.1 LE CONTENU

Plus en détail

Directive relative au concept énergétique de bâtiment

Directive relative au concept énergétique de bâtiment RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE Département de la sécurité, de la plice et de l'envirnnement Service de l'énergie Versin n 1 Validée le 5 aût 2010 Directive relative au cncept énergétique de bâtiment Cntenu

Plus en détail

INSTALLER DES CELLULES PHOTOVOLTAIQUES

INSTALLER DES CELLULES PHOTOVOLTAIQUES GUIDE PRATIQUE POUR LA CONSTRUCTION ET LA RENOVATION DURABLES DE PETITS BATIMENTS - - PRINCIPES CONTEXTE INSTALLER DES CELLULES PHOTOVOLTAIQUES Prduire de l électricité au myen de cellules phtvltaïques.

Plus en détail

Politique de Service à la clientèle

Politique de Service à la clientèle Plitique de Service à la clientèle Ntre engagement : Innver et aller au-delà de vs attentes! Révisée aût 2009 Table des matières 1. Missin de l entreprise 2. Clientèle et services distinctifs 3. Départements

Plus en détail

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE

PROFIL / UTILISATION FIXE MOBILE NOMADE PC de bureau vs. PC prtable : lequel chisir? C est certainement la questin que se pse n imprte quel utilisateur achetant sn premier rdinateur u vulant le renuveler : dis-je acheter un PC de bureau u un

Plus en détail

Comment suivre mes informations RSE?

Comment suivre mes informations RSE? Cmment suivre mes infrmatins RSE? Intervenant : sarah GUEREAU 21 nvembre 2014 Smmaire Définitin de la Respnsabilité Sciétale des Entreprises Purqui se lancer? Analyse du marché Rapprt RSE et publicatins

Plus en détail

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique

Partie 1. Demande d autorisation d exploiter. Résumé non technique GROUPE HOSPITALIER PUBLIC DU SUD DE L OISE GHPSO SITE DE CREIL (60) Partie 1 Demande d autrisatin d expliter Résumé nn technique RENOUVELLEMENT DE LA DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER LES INSTALLATIONS

Plus en détail

TITRE 6 DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE HACHUREE

TITRE 6 DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE HACHUREE TITRE 6 DISPOSITIONS APPLICABLES EN ZONE HACHUREE C'est une zne qui crrespnd aux débrdements des eaux de crue, dans la partie urbaine de la Ville de Saint Etienne, du fait des capacités insuffisantes des

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU PRODUCTEUR D ELECTRICITE

GUIDE PRATIQUE DU PRODUCTEUR D ELECTRICITE GUIDE PRATIQUE DU PRODUCTEUR D ELECTRICITE Qui smmes nus? Nus smmes une sciété artisanale implantée sur Cuers. Ntre démarche est de prmuvir les énergies renuvelables. Nus essayns à travers ce guide de

Plus en détail

Municipalité 19 mai 2008

Municipalité 19 mai 2008 Municipalité 19 mai 2008 PR08.22PR RAPPORT AU CONSEIL COMMUNAL D'YVERDON-LES-BAINS POUR une demande de crédit d'investissement de fr. 1'300'000.- pur la cnstructin d un canal de récupératin et d une installatin

Plus en détail

ASSURER LA QUALITE DE L AIR

ASSURER LA QUALITE DE L AIR - - ASSURER LA QUALITE DE L AIR Eviter les plluants et prévir un renuvellement d air suffisant pur assurer la qualité de l air PRINCIPES CONTEXTE La qualité de l air dans les bâtiments est suvent mins

Plus en détail

Projet de domaine Center Parcs Le Rousset / Saône-et-Loire. Etude d opportunité pour l approvisionnement énergétique 17-06-2015.

Projet de domaine Center Parcs Le Rousset / Saône-et-Loire. Etude d opportunité pour l approvisionnement énergétique 17-06-2015. Prjet de dmaine Center Parcs Le Russet / Saône-et-Lire 17-06-2015 Etude d pprtunité pur l apprvisinnement énergétique Réf Date Auteur V1 27/05/2015 ELAN V2 03/06/2015 ELAN V3 05/06/2015 ELAN V4 11/06/2015

Plus en détail

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012

Municipalité de La Pêche Procédure de municipalisation d un chemin privé PMCP 04-07-2012 PMCP 04-07-2012 Aût 2012 Réslutin 12-425 Table des matières 1. Faire signer une pétitin-requête par des prpriétaires, résidents et bénéficiaires des travaux... 1 2. Dépôt de la pétitin au cnseil... 2 3.

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Proposition de services. ZAC de la Tuque Tél. 05 53 68 52 66 Fax 05 53 67 57 26 www.da47.fr

Proposition de services. ZAC de la Tuque Tél. 05 53 68 52 66 Fax 05 53 67 57 26 www.da47.fr Prpsitin de services ZAC de la Tuque Tél. 05 53 68 52 66 Fax 05 53 67 57 26 www.da47.fr 1 Smmaire DA 47 Distributin Autmatique Histrique Parc et Références Clients Engagements Ntre prestatin de service

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE

OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE OFFRE DE SERVICE TECHNICO-AGRONOMIQUE SPÉCIALISÉ EN SERRES par Grupe Hrticle Ledux Inc. DESCRIPTION DU BESOIN Ntre ffre permet de cuvrir les besins nn jurnaliers mais habituellement requis en serres pur

Plus en détail

Crédit Habitation Souple

Crédit Habitation Souple Crédit Habitatin Suple Annexe Syllabus crédit habitatin BNP Paribas Frtis Last update : 12/08/2014 Erik Haezebruck 1 Cntenu Table des matières Page Descriptin 3 I. Suplesse au début du crédit 1. Le taux

Plus en détail

Changez pour Gas Natural Fenosa en toute liberté et en toute simplicité

Changez pour Gas Natural Fenosa en toute liberté et en toute simplicité Changez pur Gas Natural Fensa en tute liberté et en tute simplicité Savez-vus que depuis 2004 vus puvez chisir vtre furnisseur de gaz naturel? Le marché du gaz naturel pur les prfessinnels a été libéralisé

Plus en détail

Dmtique et Nrme X10: Un myen de cmmander les appareils de la maisn sans câblage supplémentaire Intrductin Tut le mnde rêve de puvir autmatiser plusieurs fnctins de sa maisn (allumer la lumière, uvrir la

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

Présentation des outils de maitrise de l énergie à disposition des DSG CONSEIL INGENIERIE ENERGIE

Présentation des outils de maitrise de l énergie à disposition des DSG CONSEIL INGENIERIE ENERGIE Présentatin des utils de maitrise de l énergie à dispsitin des DSG CONSEIL INGENIERIE ENERGIE Immbilier Durable Energie Carbne Frmatin Sinte Statut Sinte est un cabinet de cnseil et d ingénierie spécialisé

Plus en détail

ENVISAGER UNE CONSTRUCTION PASSIVE

ENVISAGER UNE CONSTRUCTION PASSIVE - - ENVISAGER UNE CONSTRUCTION PASSIVE Pusser les mesures d écnmie d énergie jusqu à ne plus avir besin d un système de chauffage cnventinnel. PRINCIPES DEMARCHE La qualité de l envelppe des bâtiments

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

Madame A. XXXX XXXX XXXX

Madame A. XXXX XXXX XXXX Madame A. Paris, le 21 février 2013 Dssier suivi par : Tél. : Curriel : recmmandatins@energie-mediateur.fr N de saisine : N de recmmandatin : 2013-0207 Objet : Recmmandatin du médiateur sur vtre saisine

Plus en détail

GT énergie et patrimoine communal n 8 Compte rendu de la réunion du 16 juin 2014

GT énergie et patrimoine communal n 8 Compte rendu de la réunion du 16 juin 2014 GT énergie et patrimine cmmunal n 8 Cmpte rendu de la réunin du 16 juin 2014 1. RAPPEL ORGANISATION ET ORDRE DU JOUR 1.1 ORGANISATION Date de la réunin 17 juin 2014 Hraire 09h30-12h00 Lieu de la réunin

Plus en détail

Virtual Data : réalisation d une salle informatique mutualisée

Virtual Data : réalisation d une salle informatique mutualisée Virtual Data : réalisatin d une salle infrmatique mutualisée Histrique du prjet Réalisatin de la salle Bilan Etat/fnctinnement actuel Au-delà Histrique (1) Plan campus : déménagement de u-psud sur le plateau

Plus en détail

Quels indicateurs pour l analyse de la consommation foncière?

Quels indicateurs pour l analyse de la consommation foncière? Sessin : Territires cherchent indicateurs pertinents Quels indicateurs pur l analyse de la cnsmmatin fncière? Pierre ALBERT pierre.albert@amenis.fr 12 juin 2013 Plan de l interventin Un rappel du cntexte

Plus en détail

Décapage de revêtements par induction Méthode RPR

Décapage de revêtements par induction Méthode RPR Décapage de revêtements par inductin Méthde RPR Le système innvant et breveté de décapage par inductin RPR repse sur un prcédé très écnmique et extrêmement efficace, permettant de décaper les revêtements

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021)

Plan d accessibilité pluriannuel (2014-2021) Intrductin Ce plan pluriannuel expse les grandes lignes de la stratégie des Services à l enfance Grandir ensemble pur prévenir et éliminer les bstacles à l accessibilité afin de répndre aux exigences actuelles

Plus en détail

Partie administrative

Partie administrative CAHIER DES CHARGES FOURNITURE ET POSE DE CLIMATISEURS LABORATOIRE D HYDROLOGIE DE NANCY Partie administrative Les cnditins particulières prévalent sur les cnditins générales. Drit applicable Le présent

Plus en détail

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures :

l aspect purement technique de la pose de vitrages dans des feuillures : Envirnnement réglementaire Intrductin Dans le cadre des réglementatins relatives à l applicatin de prduits verriers dans le bâtiment, il faut principalement tenir cmpte de deux éléments: l aspect purement

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15 Audits énergétiques Entreprises Règlementatin et perspectives Méthdlgie Février15 Présentatin générale Qui smmes-nus? Bureau d études techniques Energies renuvelables et Maitrise de l Energie Actinnariat

Plus en détail

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009

COMPTE-RENDU de la réunion des ACMO de l UPMC. Réunion du 15 septembre 2009 COMPTE-RENDU de la réunin des ACMO de l UPMC Réunin du 15 septembre 2009 Le 30/09/2009 Présents : Les ACMO : 79 ACMO Campus Jussieu et Sites parisiens Les représentants du Service Hygiène et Sécurité (SHS)

Plus en détail

Le Bois énergie et la qualité de l air. Note de synthèse

Le Bois énergie et la qualité de l air. Note de synthèse Le Bis énergie et la qualité de l air Nte de synthèse 17 juillet 2009 Smmaire PREFACE 3 1 ETAT DES LIEUX 5 1.1 LES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 5 1.2 LES EMISSIONS ATMOSPHERIQUES DE LA COMBUSTION

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail