Peut-on prendre soin d un réseau? (1)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Peut-on prendre soin d un réseau? (1)"

Transcription

1 Peut-on prendre soin d un réseau? (1) Alain VERNET, Psychologue Assistant de Pôle Diplômé de philosophie morale & droit médical Président du Réseau Emeraude58 (réseau de soins palliatifs de la Nièvre) Pôle Médico-Psychologique de l Enfant et de l Adolescent Centre hospitalier George Sand Bourges Remplaçant devant vous, d une manière presqu impromptue, le Docteur Hénin, Médecin- Chef du Pôle, je demande par avance votre indulgence pour l indigence toujours possible, voire même plus que probable, de mes propos, pour leur caractère inabouti, leur aspect partiel et parcellaire, et, de ce fait, nécessairement partial. La demande qui m a été transmise est celle d une intervention théorique, ce qui m installe dans une posture de sujet supposé savoir, possiblement émetteur d arguments d autorité même si vous saurez les interroger par vos questionnements et les critiquer par vos remarques -, pour laquelle je n ai pas, en tout cas pas plus que quiconque ici, de titre naturel, évident, incontesté, qui me permettrait de l occuper d aisance. D ailleurs toutes vos communications, toutes les expériences rapportées depuis ce matin, ces situations in vivo que vous nous livrez, avec leurs doutes, hésitations, questionnements, interrogations, tâtonnements, approximations, essais et erreurs (mais peut-on penser qu il existe une vérité en ces domaines? sinon peut-être un consensus et encore! -, qui ne peut être que contextuel, car il en est de bien des consensus comme l eau du fleuve dans lequel le philosophe Héraclite pourrait se baigner : ce n est jamais la même eau!; qui ne serait donc qu un plus grand commun dénominateur, pour un temps, plus ou moins limité!), constituent en soi une théorie de la pratique, articulée avec la clinique, inspirée d elle, émanant d elle, qui, ce faisant, démontre, hic et nunc, sa vivacité, sa fécondité, sa richesse, et donc sa nécessité, clinique du soin psychologique et psychiatrique qui considère encore l homme dans son unité, son intégralité, sa possibilité d intentionnalité, sa globalité, par conséquent, à la fois produit d une macro et d une micro-histoire (ses mythes ou romans familiaux), de ses déterminations inconscientes, de ses désirs, de ses défenses, son Etre, qui fait qu il soit étant, c est-à-dire pensée, conscience, effort vers une rationalité, mais aussi actions, valeurs, motivations et comportements, qui inscrivent une existence dans un contexte social et relationnel. A travers vos observations incarnées dans la matière des faits, pétries d humanité, - puisqu elles parlent des Etre des patients, à la fois leurs Etant et les hypothèses à propos de ce qui pourrait faire qu ils soient comme ils sont et ce qu ils sont -, inscrites dans la pâte des interactions transférentielles, la clinique, et donc le sujet, dans sa singularité, sa totalité, son épaisseur, s imposent, à la fois noumène et phénomène, dans une epoché, cette suspension du jugement évaluatif, cette mise entre parenthèses momentanée du regard catégorisant, comme une révélation, apocalypse (c est-à-dire une métaphore dévoilant les fins dernières) dont vous êtes en

2 quelque sorte les témoins, plus donc que spectateurs agissants, puisque possiblement martyrs (témoins en grec, c est-à-dire ceux pour qui la contemplation est mise en danger ; et peut-on être soignant sans mise en danger, implication de tout son être, ce dont on se défend, malgré tout, à travers des mécanismes de contre-transfert) -, surgissant telle une photographie à partir de son négatif, et ainsi demeurent vivants, car résistants, inaliénables malgré toutes les tentatives d altération, qu elles viennent de la psychose qui cherche à dissocier et dissoudre, qu elles viennent de la pression sociale qui pousse à la conformité, à la norme, à la norme, au conforme, permettant finalement que nos patients subsistent dans leur humanité, sujets et habitants de la cosmopolis, malgré les entreprises réductionnistes, séparatistes, atomisantes, distinguant, classant, évaluant, répartissant, dissociant, déstructurant, ramenant l homme à des qualificatifs, des attributs, des qualités, qui jamais ne le définissent pleinement, ne le résument complètement, ne le saisissent totalement, tant il est vrai que l humanité ne peut qu être une entité, un tout, insécable, général, universel, qu un «homme sans qualités» pour reprendre le titre d un roman de Robert Musil. Par conséquent n ayant pas, personnellement, plus que quiconque ici, à avoir la prétention de m installer dans la posture du théoricien, l aurais-je plus au titre du service d où je viens : l unité adolescent du pôle médico-psychologique de l enfant et de l adolescent du Centre hospitalier George Sand à Bourges, établissement intercommunal de santé mentale du Cher. Nous ne sommes pas un service universitaire, mais un service de secteur psychiatrique desservant le département du Cher, ce qu on appelait un intersecteur de psychiatrie infanto-juvénile. Nos outils, nos moyens, nos méthodes, n ont donc rien de particulièrement spécifiques, même si nous essayons de réfléchir aux indications proposées à partir de ce que nous avons conceptualisé comme «une stratégie du détour», c est-à-dire une réponse qui ne s inscrive pas directement, terme à terme, dans le symptôme, ne s y confronte pas, dans une sorte de bras de fer qui ne pourrait que le cristalliser, le rigidifier, mais qu elle respecte cette défense, dans une alliance qui ne soit pas pure empathie, fascination, mais qu elle cherche à l assouplir par la mise en jeu de l inattendu, de l imprévisible, de la surprise, dans l optique dans lâcher-prise, qui reconstruise avec et non contre. Ce service dispose, comme habituellement, de différents CMP, CATTP, hôpital de jour ; il dispose, ce qui est déjà plus rare, surtout en région Centre, d une unité d hospitalisation temps plein de 8 lits ce qui n a pas que des avantages, car ceci induit un risque de facilité, en freinant le recours à des alternatives à l hospitalisation, ainsi qu en témoigne une EPP réalisée sur la pertinence des admissions dans cette unité, qui démontre que 30% des admissions ne sont pas pertinentes, même si, parmi celles-ci, certaines peuvent être justifiées par suite de la carence des autres dispositifs -, mais aussi, depuis peu, d une équipe mobile en direction des adolescents, afin de tenir compte de la ruralité de notre département, de sa situation de relative précarité sociale, et pour contourner la non demande souvent fréquente des adolescents. Ce dispositif alternatif, qui se veut une réponse rapide mais non une réponse à l urgence (ce n est pas un SAPU Service d Aide Psychiatrique d Urgence-), est aussi une manière de traiter en amont celle-ci, afin d éviter des situations dépassées pour lesquelles il n est plus d autre recours qu une hospitalisation temps plein réalisée alors dans les plus mauvaises conditions, et se veut donc une réponse à cette non pertinence d 1/3 des admissions en unité d hospitalisation complète démontrée par notre EPP. Mais ce faisant, derrière ce qui peut se présenter comme un dispositif innovant, nous n inventons rien ; nous ne faisons que remettre au goût du jour ce qui s est pratiqué en psychiatrie sous le nom de «secteur psychiatrique», dispositif qui peu à peu s est vidé de sa substance, et n avait plus le soutien des pouvoirs publics. Avant

3 l heure, et sans le dire, le secteur : maillage de terrain, dispositif à l interaction des autres structures, ouvert vers la cité, inscrit dans la géographie, mettait en place une politique de réseau. Là encore on n invente rien, on ne fait que nommer différemment. Mais les mots, nous le savons, ne sont pas neutres, ils construisent, ou déconstruisent les choses, ils les inventent en quelques sortes. On devrait, dès lors, s interroger sur cette disparition du terme de secteur, et cette apparition de celui de réseau. Le secteur a un aspect actif, il découpe, tranche, cartographie, ce qui en fait un outil militant, ayant vocation à transformer, changer l ordonnancement des choses, alors que le réseau a un aspect passif, qu on emprunte, qui permet, qu on consomme, dont l objectif n est pas de produire un quelconque changement. Aussi la terminologie de réseau correspond bien mieux que celle de secteur à l idéologie libérale dominante, qui est consumériste. Ceci étant, la question posée : «peut-on prendre soin d un réseau?», aborde deux notions, celle du prendre soin, et celle du réseau. Qui dit réseau dit communication, circulation, connexion, interaction, mobilité ; somme toute décentration, position centrifuge, qui va vers l autre, considère son point de vue, se fait donc modeste, en acceptant une forme de mise en danger, de confrontation au pluriel ; plutôt que position centripète, qui ramène à soi, attitude égocentrée faites de certitudes et d affirmations. Le réseau c est considérer les situations de manière horizontale, le poids de chacun des interlocuteurs étant identique, parole partagée qui circule, plutôt que de manière verticale, pyramidale et hiérarchique, parole délivrée qu on écoute (pour l accepter ou la refuser). C est l alternative entre l avec et le pour et contre. La structure verticale (tayloriste et bureaucratique) définit a priori les situations rencontrée, dans une tentative pour les prévoir ainsi que les manières de les traiter, créant finalement un système de règles et de normes, tandis que la structure horizontale, qui résulte d un accord des volontés définit plutôt des obligations contractuelles. Le système pyramidal (celui d un certain management à la française), dont les services publics français étaient une sorte de parangon, relevait d un système régalien, qu on aurait pu considérer comme aristocratique (le savoir et la connaissance détenus par quelques-uns), alors que le système horizontal avait un caractère plus démocratique, reposant sur une fiction de l égalité de savoirs partagés, de l autonomie des volontés, du contrat librement formé par l accord des parties, plus proche sans doute de modèles du droit anglo-saxon. On pourrait penser qu une telle analyse formelle est très éloignée de notre propos. Pourtant si l on admet que ce changement de paradigme, passage d un modèle de fonctionnement aristocratique à un modèle de fonctionnement démocratique, qu on pourrait penser comme un progrès, - une amélioration de la qualité du service rendu (au client et non plus à l usager, ce qui indique bien qu on se trouve dans une logique contractuelle), pourrait-on dire selon la terminologie en usage actuellement -, on ne peut que s interroger sur ses soubassements : le désengagement de l Etat, même nommé mutualisation, et le recours à l initiative individuelle (associative ou commerciale) dans le domaine de la santé mentale. Prendre soin d un réseau n est-ce pas aussi essayer d aller au-delà des évidences, tenter d en comprendre tous les enjeux, pour retrouver un libre-arbitre, une véritable autonomie des volontés, éclairée cette fois? Ceci étant la notion de réseau, (sous cet aspect d échange, d articulation, de contrat) n est pas nouvelle dans le domaine de la santé. S il est aujourd hui des réseaux précarité, des réseaux

4 périnatalité, et compte non tenu de ce que fut le «secteur psychiatrique», il semble qu ils firent leur apparition dans le domaine des soins palliatifs, qui en ont souvent été les promoteurs et les précurseurs. Que s agissait-il alors de mettre en place? Il s agissait d articuler autour de situations complexes les différents acteurs de terrain et le patient et sa famille, pour les faire se connaître, parler, échanger. Il s agissait de faire circuler la parole à propos d une situation. J emploie à dessein la formule à propos plutôt que la préposition sur ; car le sur pèse, il indique une puissance, et toujours un risque de toute-puissance, une toujours possible prise de pouvoir, sachant que tout pouvoir suscite des prises de pouvoir, qui font de la parole un enjeu, de la rétention ou de la monopolisation de celle-ci une arme, empêchant de ce fait sa circulation. La préposition sur indique par conséquent une position dominante, à coup sûr par rapport au patient. Cette préposition sur peut donc avoir un caractère totalitaire. Cet aspect totalitaire accompagne souvent une idéologie de la transparence (un sur qui englobe l intégralité de la perspective, du champ de vision, à force de se situer par-dessus), avec l idée que le réseau va donner un caractère exhaustif à l information, et que chacun saura tout de tout, et sur tout. Le risque n est-il pas qu alors chacun devienne interchangeable? L inter-dit, justement, dit nettement qu il s agit d une voie privée, d un chemin réservé, et qu il faut cette part d intimité, de réserve, de retenue, disons le mot, de pudeur, pour que circule une parole qui soit signifiante, et qui distingue l essentiel de l accessoire. Après tout, les réseaux ont tous des déperditions, qu ils soient d eau, d électricité, ou des bouchons, des engorgements, qu ils soient routiers ou d évacuation. Il n y a pas avec le sur rencontre, échange, mais accaparement. A l inverse l à propos additionne une multiplicité de rencontres, les juxtapose, passe de l une à l autre, sans en détenir aucune. Il cohabite, coexiste, s approche, quand le sur domine. Il s agit donc d une posture plus modeste, faite d humilité du soignant, qui sans s effacer se périphérise, pour redonner au patient une place centrale, une forme d initiative, une capacité d action : être celui par qui et grâce auquel les rencontres se produisent et les paroles s énoncent. Il devient pivot autour duquel s organisent, s articulent, s agrègent les intervenants. Il est celui d où tout provient, qui distribue les positions des uns et des autres autour de lui ; qui de patient peut devenir impatient, détenteur du rythme de l agrégat et du précipité qui s opèrent autour de lui, de façon à retrouver une manière de s appartenir, cesser d être la propriété de tels ou tels professionnels, pour redevenir l initiateur de sa propre histoire. Qui dit initiation dit bien que c est le patient qui guide le soignant, et non le discours soignant qui cause, construit, invente le patient ; cause est ici à entendre dans les deux sens, le sens littéral : qui c est y qui cause?, qui parle, au sens de discours ; au sens aristotélicien : l homme est puissance d être, qui peut et doit donc être causé, c est-à-dire révélé à lui-même, initialisé, à partir d un moment zéro, qui délimite un avant et un après ; au sens donc de parcours, et comme dirait Ricoeur de «Parcours de la reconnaissance» ; ce qui apparaît exemplairement dans le conte de «la belle et la bête» ; c est le regard de la belle sur la bête, l amour qu elle lui porte, qui fait de la bête un homme, ce que Bachelard exprime par «le Moi s éveille par la grâce du Toi». Cette multiplicité des regards autorise que le patient à n être pour chaque soignant qu une apparition-disparaissante (pour utiliser ici un concept de Vladimir Jankélévitch), pas tout à fait le même, pas tout à fait un autre, une juxtaposition de vérités fragmentaires, qui n en sont pas moins vérité de chaque rencontre, dont jamais aucune synthèse ne parviendrait à rendre compte, sauf à créer une fiction, peut-être opérante, mais qui ne sera qu une illusion d apparence rationnelle, saisissant au mieux, une situation qui sera figée, «un Etre déjà là», mais qui ne sera déjà plus là. Le réseau ne peut donc être qu un contenant, celui par qui se révèle

5 l individu, qu on accueille, qu on supporte, qu on étaye, qui permet qu il soit, et qu il soit pour autrui, sans être un contenu, qui ne serait alors que cette information réifiée, figée, cristallisée, telle qu on l inscrit dans les synthèses, reflet, image, transcription, peut être de la vie, mais qui n en est pas une, qui n en est plus une, qui parle d un autre, mais nullement de cet être de chair dont je contemple le visage, lequel, selon Lévinas, m installe d emblée dans une position éthique, c est à dire qu à travers lui, j accède à l humanité de tout un chacun. Finalement le travail en réseau, qui réinstalle le patient au centre des décisions qui le concerne (c est à dire littéralement qu il prend avec d autres), le place en position d acteur, moteur, effecteur, de son histoire, c est à dire comme doué d une liberté, celle de l imprévu, de l inattendu, de la surprise, du pas de côté, celle de n être pas parfaitement là où l on aurait voulu qu il soit, ou l on aurait voulu le mettre, à la place qu on aurait voulu lui assigner, ce qu aucune procédure ne saurait à tout coup prévoir, et qui est le propre de l homme, une possibilité d entrevoir l indépendance, l autonomie, de n être pas complètement déterminé, de conserver, au moins à titre d hypothèse, «un je ne sais quoi» qui met en verve et met en vie, cet eudemonium (lot de vie) dont Aristote nous dit qu il s agit de l aspiration fondamentale inscrite au cœur de tout homme, et qui fonde sa vertu, sa possibilité d agir d une manière vertueuse, comme un Etre moral, qui le fait différend de la bête, et par conséquent capable de sentiments, de tristesse, de colère, d indignation. Pour ce «peu, cet impondérable, qui fait qu on croit à l incroyable» comme le chante un poème d Aragon, on pourrait convenir qu il ne serait pas complètement inutile de prendre tous moyens pour que les réseaux existent ; et même qu ils dysfonctionnent un peu, qu ils restent imparfaits, toujours insatisfaisants ; ce qui rend nécessaire alors qu on s intéresse à leur fonctionnement, leur nécessité, leur finalité ; ce qui peut être une autre façon, ou une manière, de prendre soin d eux. Le «prendre soin» est à la mode. C est le care anglais, soin passif, -ou de confort, ou nursingpar opposition au cure, soin actif. Ceci va devenir en français la bientraitance, et même «l humanitude». il est d autant plus à la mode que Martine AUBRY l avait un temps utilisé pour définir ce qui aurait pu inspirer une politique socialiste, en quelque sorte «un laisser-care» socialiste par opposition à un «laisser-faire» libéral. C est-à-dire non plus un désir radical de transformation de la société dans ses structures économiques, sociales, mentales, mais un souci, une sollicitude, d adapter les plus fragiles à celle-ci, finalement le remplacement d une logique révolutionnaire par une logique orthopédique. Il est toujours intéressant de voir d où proviennent les concepts? Il provient des mouvements féministes qui en font l essence de la femme, et il sera théorisé par la psychologue Carol Gilligan, dans son livre «In a different voice», pour qui c est là une spécificité féminine, radicalement inaccessible aux hommes (en tant que mâles), et une de leur caractéristique, cruciale pour le développement de la personne, qui permet, notamment à l enfant, de se construire harmonieusement (on pourrait dire dans un attachement sécure), que les sociétés de domination masculine ont chercher à étouffer (au profit de modèles agonistes, mettant le conflit, la guerre, la compétition, comme moteur du développement humain), mais qui pourrait permettre de fonder d autres rapports sociaux. C est la reprise de la distinction opérée par les philosophes des sentiments moraux, en particulier Adam Smith, pour qui l homme était poussé par deux forces : d une part des

6 instincts égoïstes poussant à la jouissance individuelle et au développement de l esprit de conquête, d autre part des instincts altruistes dotant l individu d un sens moral inné, et permettant à celui-ci de vivre en société, instincts altruistes auxquels il semble que Jean-Jacques Rousseau ne croyait pas trop, puisqu un contrat social passé entre les hommes, certes librement consenti, était indispensable au développement de tels sentiments, sauf à retomber sous la tyrannie, le despotisme, le désir de puissance et l esprit de conquête de quelques uns. A l homme l esprit de conquête, ce que Nietzsche pourrait appeler la volonté de puissance (encore qu il en fasse d abord un élan vital général et universel), à la femme l instinct altruiste ; les uns et les autres se distinguant par des qualités spécifiques, particulières, des qualités différentielles, qu on a ou pas, ce qui, poussé à l extrême, peut justifier tous les relativismes, tous les communautarismes, toutes les exceptions, et finalement toutes les exclusions et toutes les ségrégations. C est là une justification rationnelle des inégalités, qui, certes partant d un constat de terrain, en fait un système, des normes, un idéal, qui corrode tout esprit de changement. C est aussi, dès l instant où l on va établir des qualités différentielles entre les hommes, et les définir d abord par ces qualités (leur particularismes, qu ils soient sexuels, culturels, etc), accepter le risque qu il y ait une échelle, une gradation, entre ces qualités, et donc qu elles fassent l objet d un commerce ; c est donc le risque toujours possible de définir des sous-hommes et des sur-hommes, de considérer comme essentielles (comme définissant l humanité) ces qualités, de vouloir les distinguer, les rendre visibles, d en faire des attributs (qu ils soient décorations, insignes de grades, étoile jaune). C est une atteinte à l universalisme des lumières, à l universalisme kantien, qui considérait que l homme était en soi, indépendamment de tout contexte, car porteur de la loi morale, cette disposition d intentionnalité, fut-elle mauvaise, perverse, le différenciant radicalement de l animal, quelles que soient la misère de ses conduites et la misère de ses conditions, quels que soient les lieux où il pouvait vivre. C est une remise en cause du principe d autonomie, au profit d hétéronomies diverses (religieuses ou autres), mais qui, somme toute, hypothèque la responsabilité de tout un chacun dans les actes qu il pose. C est risquer de ne plus reconnaître dans le visage indifférencié de l autre, l homme lui-même, porteur de plus que lui-même, de toute l histoire de l humanité, mais aussi de son destin, de son avenir, et risquer aussi de m y perdre, en ne m y reconnaissant plus, pour revenir à un chaos, à un magma indifférencié. C est risquer à trop vouloir ne considérer que les qualités comme définition de l autre, de n être plus ni lui, ni moi, et, dès lors, de rendre impossible cette rencontre, et cette reconnaissance, plus petit commun dénominateur, sans lequel il n est pas de relation soignante. Alors, peut-on prendre soin du réseau? Faut-il même prendre soin du réseau? ou faut-il faire en sorte qu il reste un lieu d insatisfaction perpétuelle, qui fasse échanger, qui mette en mouvement l un vers l autre, qui fasse qu il reste des moments d irritation de l un envers l autre, ce prurit de la vie, qui, parce qu il est, témoigne que tout n est jamais fini, que jamais le grain ne meurt, qu à la nuit succédera toujours la «promesse de l aube», et que, malgré les difficultés, des procédures qui contraignent, des protocoles qui enferment, de la psychopathologie qui dévitalise, l éminente dignité du soignant est de mettre en pratique, quoiqu il arrive, cette dernière phrase écrite par Vladimir Jankélévitch à la fin du premier tome du «le je ne sais quoi et le presque rien» : «ne manquez pas votre matinée de printemps!». (1) Intervention au Colloque organisé par le Centre Oreste de Tours et le centre hospitalier de Chinon le 19 octobre 2012, sur le thème : «Partenariat et alliance thérapeutique : dé-liaison dangereuse ou des liaisons heureuses?».

7

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Écrire la clinique : le pari littérature

Écrire la clinique : le pari littérature 92 Filigrane, numéro 2, 1993, pages 92 à 99 Écrire la clinique : le pari littérature claude spielmann L auteur livre ses réflexions à propos des enjeux impliqués dans l écriture de la clinique. Celle-ci

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

La dynamique du pouvoir ou Comment influencer les autres acteurs pour atteindre ses objectifs politiques? Pierre Lainey HEC Montréal

La dynamique du pouvoir ou Comment influencer les autres acteurs pour atteindre ses objectifs politiques? Pierre Lainey HEC Montréal La dynamique du pouvoir ou Comment influencer les autres acteurs pour atteindre ses objectifs politiques? Pierre Lainey HEC Montréal OBJECTIFS Au terme de la conférence : vous serez en mesure d influencer

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N.

Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE. Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Module 1 Question 9 MODALITES D HOSPITALISATION EN PSYCHIATRIE Rédaction commune : JP Lépine, S Arbabzadeh-Bouchez, N. Lafay, JL Senon Les modalités d hospitalisation en milieu psychiatrique sont régies

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

LE STAGE DANS LA FORMATION UNIVERSITAIRE DU PSYCHOLOGUE CLINICIEN : UNE PSYCHOLOGIE CLINIQUE EN DEVENIR? UN APERÇU DES RÉALITÉS DU TERRAIN

LE STAGE DANS LA FORMATION UNIVERSITAIRE DU PSYCHOLOGUE CLINICIEN : UNE PSYCHOLOGIE CLINIQUE EN DEVENIR? UN APERÇU DES RÉALITÉS DU TERRAIN LE STAGE DANS LA FORMATION UNIVERSITAIRE DU PSYCHOLOGUE CLINICIEN : UNE PSYCHOLOGIE CLINIQUE EN DEVENIR? UN APERÇU DES RÉALITÉS DU TERRAIN Par M. Duffar, G. Madre, N. Zottner Ce texte a été publié dans

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Déontologie, une définition. Thierry Desbonnets. www.cadredesante.com. Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie!

Déontologie, une définition. Thierry Desbonnets. www.cadredesante.com. Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie! Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie! Thierry Desbonnets www.cadredesante.com Descriptif : La déontologie se pose de plus en plus comme une des figures imposées des professions. Au delà

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque régional d orthophonie, 28 février 2014

Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque régional d orthophonie, 28 février 2014 Présentation du Service de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent et du Centre de Référence des Troubles du Langage et des Apprentissages du CHU de Clermont-Ferrand Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Définition de la maltraitance En 1987, le Conseil de l Europe

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel*

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Lola López La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Dans la «Préface à l édition anglaise du Séminaire XI», Lacan convoque la satisfaction comme ce qui «marque» la conclusion

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur

Qui a peur du virtuel? ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005. L architecture à l époque du temps pur ISASLB 5 e architecture Damien CLAEYS 2004-2005 Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du temps pur Défense orale du mémoire de fin d études Qui a peur du virtuel? L architecture à l époque du

Plus en détail

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L annonce est un service rendu Importance d un travail d équipe Importance de la temporalité Importance dans la justesse des mots employés Une annonce

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LE DROIT DE FAMILLE DANS LE PROJET DE CODE CIVIL ARGENTIN DE 2012. Graciela Medina

LE DROIT DE FAMILLE DANS LE PROJET DE CODE CIVIL ARGENTIN DE 2012. Graciela Medina 1 LE DROIT DE FAMILLE DANS LE PROJET DE CODE CIVIL ARGENTIN DE 2012 Graciela Medina 1 Introduction Le projet de Code Civil et Commercial Argentin 2012 contient de profondes modifications du droit de famille.

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Intégrer et renforcer les sciences humaines et sociales à la formation. des professionnels de santé.

Intégrer et renforcer les sciences humaines et sociales à la formation. des professionnels de santé. Intégrer et renforcer les sciences humaines et sociales à la formation des professionnels de santé. Marie Cauli (Univ Artois France), Lamine Gueye (UGB Sénégal), Ibrahima Diagne (UGB Sénégal), Ousmane

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Plaidoyer pour une éthique du «placement»

Plaidoyer pour une éthique du «placement» Plaidoyer pour une éthique du «placement» Pascal Poli Gériatre, Fondation Le Bon Sauveur d Alby (Albi), Groupe de réflexion «Éthique et Sociétés - Vieillesse et vulnérabilités», Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

L l espace où l âme se déploie ; c est de lui que provient toute vraie

L l espace où l âme se déploie ; c est de lui que provient toute vraie E silence est à la fois la base et le but de la méditation, ainsi que L l espace où l âme se déploie ; c est de lui que provient toute vraie parole, que ce soit sur la méditation ou sur l âme. Devant ce

Plus en détail

Cognitivo-comportementale

Cognitivo-comportementale Approches psycho-sexuelles Cognitivo-comportementale Cette thérapie qui porte sur les cognitions (manière de penser), mais aussi sur les sensations et les comportements, apprend à modifier sa manière de

Plus en détail

Théories des soins infirmiers : de l identité professionnelle à la santé août 2008, par serge cannasse

Théories des soins infirmiers : de l identité professionnelle à la santé août 2008, par serge cannasse 1 Théories des soins infirmiers : de l identité professionnelle à la santé août 2008, par serge cannasse Il ya actuellement une montée en puissance de la revendication des infirmières à être reconnues

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Le temps de consentir à vivre en institution

Le temps de consentir à vivre en institution Le temps de consentir à vivre en institution Véronique Lefèbvre des Noettes Géronto-psychiatre, centre hospitalier Émile Roux AP-HP, membre du conseil scientifique de l EREMA Mécanismes de défenses et

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE

LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE LA PHILOSOPHIE À L ÉCOLE PRIMAIRE RESSOURCES OBJECTIF Maîtrise de la langue/palier 2 : S exprimer à l oral comme à l écrit, dans un vocabulaire approprié et précis, en respectant le niveau de langue adapté.

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

L'ANALYSE DE LA DEMANDE DANS LA RELATION

L'ANALYSE DE LA DEMANDE DANS LA RELATION L'ANALYSE DE LA DEMANDE DANS LA RELATION D ACCOMPAGNEMENT 1. INTRODUCTION. Le présent article fait suite à une intervention de Guy Amoureux, directeur associé du cabinet Initiales Réseau Pluridis et professeur

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE LE NOUVEAU RÔLE DU MARKETING

PREMIÈRE PARTIE LE NOUVEAU RÔLE DU MARKETING PREMIÈRE PARTIE LE NOUVEAU RÔLE DU MARKETING 1 LE MARKETING DANS L ENTREPRISE ET DANS L ÉCONOMIE Le marketing est une discipline de gestion qui comprend un système de pensée, d analyse et d action. L

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

ÉPREUVE D'ADMISSIBILITÉ POUR L'ACCÈS À LA FORMATION DE CADRE DE SANTÉ

ÉPREUVE D'ADMISSIBILITÉ POUR L'ACCÈS À LA FORMATION DE CADRE DE SANTÉ CENTRE DE LA FORMATION ET DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES SERVICE CONCOURS ET FORMATION DIPLÔMANTE ÉPREUVE D'ADMISSIBILITÉ POUR L'ACCÈS À LA FORMATION DE CADRE DE SANTÉ Mercredi 16 mars 2011 COMMENTAIRE

Plus en détail

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges Centre Hospitalier Esquirol de Limoges La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges 18 JUIN 2015 Mars 2015 2005 2015: 10

Plus en détail

Santé mentale. lien. créent du. Soins. Respect. Les Établissements MGEN. Quand. les soins. Aides. Psychiatrie. Dépistage.

Santé mentale. lien. créent du. Soins. Respect. Les Établissements MGEN. Quand. les soins. Aides. Psychiatrie. Dépistage. Dépistage Soins Respect Orientations Éducation thérapeutique Quand les soins créent du lien Aides Séjours personnalisés Santé mentale Les Établissements MGEN Relais Équipes soignantes Qualité de soins

Plus en détail

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale! Tout médecin qui soigne perçoit que des liens particuliers se nouent entre les patients et lui.! Ces

Plus en détail

Catalogue des formations 2014

Catalogue des formations 2014 Catalogue des formations 2014 Institut de Formation en Soins Infirmiers du Centre Hospitalier de Compiègne Code NAF: 851 A - N SIRET 200 034 650 00040 - N existence: 22.60.02.715.60 Sommaire des formations

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Théâtre-action, création participative et politique

Théâtre-action, création participative et politique Photographie : Théâtre de la Communauté. ANALYSE DE L IHOES N 131-18 NOVEMBRE 2014 Théâtre-action, création participative et politique Par Jean-Pierre Nossent La présente analyse a pour point de départ

Plus en détail

Écouter pour ne pas s écouter parler

Écouter pour ne pas s écouter parler À PROPOS DU CONSEIL 01 Écouter pour ne pas s écouter parler Imaginez-vous entrer chez un caviste pour acheter du champagne, et qu au lieu de vous demander ce que vous voulez, le sommelier vous vante les

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Table des matières. Introduction xi PARTIE I L ACHAT DE PRESTATIONS INFORMATIQUES 1. Les besoins de l acheteur 3. Conclusion du contrat 17

Table des matières. Introduction xi PARTIE I L ACHAT DE PRESTATIONS INFORMATIQUES 1. Les besoins de l acheteur 3. Conclusion du contrat 17 Table des matières Introduction xi PARTIE I L ACHAT DE PRESTATIONS INFORMATIQUES 1 Chapitre 1 Les besoins de l acheteur 3 1.1 Définition des besoins de l acheteur 4 1.2 Méthodologie 7 1.3 Formalisation

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

Diplôme Universitaire

Diplôme Universitaire Création : Plan Créatif Corporate - Réalisation : Pellicam productions - Impression : Grenier - Avril 2013 Crédits photo : Jean Moulin, Didier Adam, Diane Grimonet. Diplôme Universitaire Le Diplôme universitaire

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Là où le désir fait corps, et fait corps dans quelque chose de beau,

Là où le désir fait corps, et fait corps dans quelque chose de beau, Tout comme le Taoisme aborde l Art du Chat merveilleux, Peut-il y avoir l Art du Coaching merveilleux?!... Acceptez, si vous le voulez bien, que je me situe, au cœur de là réponse que j ai faite, concernant

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur

Modèle de règlement intérieur Modèle de règlement intérieur Article 1 er : Objet Le présent règlement est destiné à organiser la vie et les conditions d exécution du travail dans la collectivité. Il est complété, le cas échéant, par

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Intervenant Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

26.05.15 26.05.15. Philippe Svandra Le care : Une éthique, une pratique, une résistance?

26.05.15 26.05.15. Philippe Svandra Le care : Une éthique, une pratique, une résistance? Philippe Svandra Le care : Une éthique, une pratique, une résistance? «le travail du care doit s effacer comme travail: de son invisibilité dépend son succès.» Pascale Molinier 1 Un moment du soin? 1 Penser

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale

Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Le développement du micro crédit personnel (MCP) : une contribution à l insertion sociale Résumé de l étude France Bénévolat pour la Caisse des dépôts (FCS) Auteur : Jean Beaujouan Décembre 2007 1 Présentation

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir

Victime D Anorexie, Elle A Failli Mourir VICTIME D ANOREXIE, Alors que le nombre de personnes souffrant d obésité ne cesse de croître dans la société nord-américaine, certaines personnes sont atteintes d un trouble alimentaire qui se situe à

Plus en détail

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE

25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE 25 PROPOSITIONS POUR UNE RÉPUBLIQUE LAÏQUE AU XXI ÈME SIÈCLE Fidèle aux exigences de Liberté, d Égalité et de Fraternité qui le fondent, le Grand Orient de France a pour principe essentiel la liberté absolue

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer

La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer La performance d un hôpital gériatrique de 320 lits et places : l organiser, la mesurer, l améliorer Evelyne Gaussens Directrice générale de l HPGM (91) 24/05/2013 Présentation de l Hôpital gériatrique

Plus en détail

Conférence Les deuils situationnels

Conférence Les deuils situationnels Conférence Les deuils situationnels Sylvie Dufresne, psychothérapeute Les étapes de résolution du deuil Choc Négation déni Expression des émotions Prise en charge des tâches liées au deuil Découverte d

Plus en détail

Les enjeux éthiques et psychosociaux de la réception de l aide l soins palliatifs

Les enjeux éthiques et psychosociaux de la réception de l aide l soins palliatifs Les enjeux éthiques et psychosociaux de la réception de l aide l en soins palliatifs Éric Pilote Ph.D. t.s. Professeur en travail social Université du Québec à Chicoutimi France Sirois, bac. en psycho,

Plus en détail

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives

Master européen en analyse et innovation en pratiques sociales et éducatives Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Master européen en analyse et innovation en

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Questionnaire diffusé aux adhérents Printemps 2012. Dépouillement par le Comité d Ethique Juin-Septembre 2012

Questionnaire diffusé aux adhérents Printemps 2012. Dépouillement par le Comité d Ethique Juin-Septembre 2012 Questionnaire diffusé aux adhérents Printemps 2012 Dépouillement par le Comité d Ethique Juin-Septembre 2012 1/ Texte intégral du dépouillement et de l analyse du questionnaire en vue d une communication

Plus en détail

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr

Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Peut-on faire confiance à une personne démente? olivier.drunat@brt.aphp.fr Actualités en Médecine Gériatrique, Paris 17 juin 2015 Conflit d intérêt Remerciements au Dr O. Faraldi Une réponse triviale?

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia

Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia Séminaire 2014-2015. Poièsis & oikonomia IX. Séminaire : la relation «Nous espérons que notre formule désintéressement plus admiration vous séduira» Marcel Broodthaers, Département des Aigles, lettre du

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Rédaction du document : Comité d éthique clinique. Mise en forme du document : Nicole Côté Secrétaire du comité

Rédaction du document : Comité d éthique clinique. Mise en forme du document : Nicole Côté Secrétaire du comité GUIDE POUR ANIMER UNE DÉMARCHE DE RÉFLEXION ÉTHIQUE EN SITUATION CLINIQUE Rédaction du document : Comité d éthique clinique Mise en forme du document : Nicole Côté Secrétaire du comité INSTITUT UNIVERSITAIRE

Plus en détail

«phénomènes élémentaires, et psychose»

«phénomènes élémentaires, et psychose» Département Psychanalyse et psychiatrie (Ville-Evrard) Propédeutique à la Section clinique de Paris-Ile-de-France INSTITUT DU CHAMP FREUDIEN UFORCA UNIVERSITÉ POPULAIRE JACQUES LACAN Déclaration d agrément

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail