Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer"

Transcription

1 Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

2 Plan de l intervention 1. La chaufferie : mise en œuvre et réglementation 2. Mise en œuvre du condenseur 3. Mise en œuvre de l open buffer 4. Optimisation de la chaufferie avec open buffer Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

3 1. Les équipements de chauffage Chaque chaufferie doit être adaptée : - aux besoins spécifiques propres à chaque serre et à son environnement énergétique, - à la présence ou non d une cogénération, - àla stratégie de l exploitant, - aux caractéristiques géographiques et climatiques du lieu. Elle doit satisfaire des critères de conception, d exploitation, d entretien et de réglage. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

4 1. Les équipements de chauffage Le rendement de la combustion : C est le réglage de combustion pour un excès d air minimum et pas d imbrûlés. La performance thermique : C est rejeter les fumées à la température la plus basse possible et au niveau de condensation de la vapeur d eau des gaz de combustion. La souplesse : C est répondre aux besoins le plus rapidement possible et sur la plage de fonctionnement la plus étendue. La fiabilité/la sécurité La longévité Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

5 1. Les équipements de chauffage Maîtrise de l hydraulique - connaissance des pertes de charge, des débits d eau des différents circuits et des pressions, - schéma synthétique d ensemble affiché en permanence en chaufferie, - bon équilibrage des différents réseaux, - quantification des appoints d eau compensant les fuites / traitement de l eau, - maintien en pression des réseaux d eau, en évitant les vases d expansion à l air libre. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

6 1. Les équipements de chauffage Choix du brûleur - Caractéristiques : type de combustible, plage de fonctionnement, type de brûleur, - Bonne adéquation chaudière / brûleur et puissance installée / besoins des serres, - Brûleur modulant : permet d optimiser la puissance en fonction des besoins en serre, - Augmentation de la performance du brûleur avec l acquisition d une sonde à oxygène qui améliore la combustion par régulation de la teneur en oxygène dans le foyer. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

7 1. Les équipements de chauffage Amélioration du rendement de la chaudière - Régler la combustion avec un excès d air minimum et peu d imbrûlés. Rendement moyen CO 2 récupérable Gaz Naturel Propane Fioul lourd Fioul domestique 90 à 95 % 90 à 95 % 85% 88 % Oui : 1 m 3 1,8 kg Oui : 1 m 3 5,7 kg Bois 60 à 85% Charbon 70 à 80 % Non Non Non Non Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

8 1. Les équipements de chauffage Amélioration du rendement de la chaudière - 1% de rendement en moins engendre pour une même puissance utile allant en serre une augmentation de l énergie primaire consommée. Chaudière de 100 KW 1 % de rendement en moins Soit pour un fonctionnement annuel de 5000 h (~ 6 mois) Gaz Naturel Propane Fioul lourd Fioul domestique 3,32 c /h 5,60 c /h 3,20 c /h 5,30 c /h Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

9 1. Les équipements de chauffage Importance du calorifugeage Perte par conduction Calorifuge Eau Bien calorifuger son réseau, c est éviter des déperditions de 1000 W/m et cela permet de réaliser une économie d énergie d environ 3 %. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

10 1. Les équipements de chauffage Optimisation de la production d énergie - Ballon de stockage d eau chaude Déconnecter consommation de chaleur et de CO 2 - Cas particulier : open buffer Déconnecter production et consommation de chaleur - Logiciel spécifique de gestion Adapter la production de chaleur au contrat d approvisionnement en énergie Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

11 1. La chaufferie : rappel de la réglementation Les installations de combustion relèvent de la rubrique 2910 de la nomenclature des installations classées pour la protection de l environnement (ICPE). Cette rubrique définit les seuils de déclaration et d autorisation selon la puissance de l installation. A partir de 2 MW Déclaration A partir de 20 MW Autorisation Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

12 1. La chaufferie : rappel de la réglementation Contrôles et opérations d entretien Le décret n du 11 septembre 1998 relatif aux rendements minimaux et à l équipement des chaudières de puissance nominale comprise entre 400 kw et 50 MW impose de calculer au moins tous les 3 mois pendant la période de fonctionnement, et à chaque remise en route, le rendement caractéristique de la chaudière. Les résultats doivent être consignés dans un livret de chaufferie. Puissance en MW Fioul domestique Fioul lourd Combustibles gazeux Chaudières neuves 0,4<P< Chaudières existantes 0,4<P< <P< <P< Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

13 1. La chaufferie : rappel de la réglementation Contrôles et opérations d entretien Éléments de contrôle obligatoires (décret n du 11 septembre 1998) Puissance 400 kw < P 2 MW 2 MW < P 10 MW 10 MW < P 50 MW T C (fumées) Analyseur des Gaz de Combustion : % CO 2 ou % O 2 Déprimomètre (sauf si foyer en surpression) Indicateur Portatif Indicateur Enregistreur Automatique Fonctionnement Indicateur d allure de fonctionnement Indicateur de débit de combustible ou de fluide caloporteur Pression de vapeur - Enregistreur T C (fluide caloporteur) Indicateur Enregistreur Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

14 1. La chaufferie : rappel de la réglementation Contrôles et opérations d entretien Le décret n du 16 septembre 1998 impose pour les installations de 1 MW et plus, une visite tous les 3 ans par un organisme agréé par le Ministère de l industrie. Objectif des visites : - calcul du rendement caractéristique des chaudières, - vérification des appareils de contrôle, - contrôle du bon état de l installation de distribution, - vérification de la qualité de combustion, - contrôle de la tenue du livret. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

15 1. La chaufferie : rappel de la réglementation Valeurs limites d émission (arrêté du 25 juillet 1997 pour les installations soumises à déclaration) Gaz naturel Combustibles Catégorie Gaz de pétrole liquéfiés Fioul domestique Autres combustibles liquides Combustibles solides Biomasse Oxydes de soufre Oxydes d azote P<10 MW P>10 MW Nouvelle 150* Existante 225* 150 Nouvelle 200* Existante 300* 225 Nouvelle * 150 Existante 170 ( en 2008) 300* 225 Nouvelle 550* Existante 825* 750 Nouvelle 550* 2000 Existante 825* Nouvelle Existante 750 Poussières P<4 MW 4<P<10 MW P>10 MW * * * Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

16 1. La chaufferie : rappel de la réglementation Autres points (rubrique n 2910 ICPE) : - hauteur de cheminée, - bâtiment de chaufferie (implantation, accès, ventilation, comportement au feu des bâtiments, équipements ), - stockage des combustibles. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

17 1. La chaufferie : diagnostic, contrôles et maintenance Le diagnostic énergétique de sa chaufferie permet d améliorer les performances de son installation et d identifier des pistes d économie d énergie. Des contrôles réguliers des températures d eau et de fumées permettent de vérifier le bon fonctionnement de son installation. Le nettoyage des corps de chauffe du côté «eau» et du côté «fumées» permet d optimiser l échange thermique. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

18 2. Mise en oeuvre du condenseur Principe - Associé à une chaudière traditionnelle utilisant des combustibles gazeux (gaz naturel, propane, butane), - Permet de récupérer de l énergie rejetée par les produits de combustion sous forme de chaleur sensible et latente en abaissant la température des fumées. Cette énergie sert à produire de l eau à une température de 40 à 60 C. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

19 2. Mise en oeuvre du condenseur Principe - La quantité de chaleur récupérée permet d augmenter le rendement de la chaudière et ainsi d atteindre des rendements proches de 105 % sur le PCI, - Pour atteindre le rendement optimal, il convient d avoir une température de retour de chauffage inférieure à 50 C. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

20 2. Mise en oeuvre du condenseur Optimisation Température de retour Chauffage Rendement sur PCI % 50 C 97,5 40 C 101,5 DT= 10 C Perte de 4 % Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

21 3. Mise en oeuvre de l open buffer Principe - Permet le découplage total de la production de chaleur et de sa distribution dans la serre. - Le fonctionnement du brûleur à régime constant relativement faible optimise le rendement de combustion et maximise la production de CO 2 sur de longues périodes en phase avec les besoins des plantes. - Un fonctionnement à régime constant permet également d écrêter les pics de consommation de combustible. - Présente un intérêt particulier pour les chaudières à biomasse. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

22 3. Mise en oeuvre de l open buffer Comparaison système traditionnel (classique) et Open Buffer Ballon de stockage Ballon de stockage Stockage traditionnel Stockage type Open Buffer Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

23 3. Mise en oeuvre de l open buffer Aménagements - Chaudière pour produire de la chaleur à température constante grâce à un brûleur modulant et à une pompe de charge à débit variable. - Pompes à débit variable au niveau des réseaux d alimentation des serres, de manière à permettre une bonne maîtrise de la température des eaux de retour, afin d obtenir une bonne stratification des températures verticales dans le ballon de stockage (90 à 95 C en haut 40 à 45 C en bas). Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

24 3. Mise en oeuvre de l open buffer Aménagements - Remplissage du ballon piloté par un outil informatique en fonction de consignes fixes ou d une modélisation des besoins thermiques des serres. - Capacité du ballon de stockage plus importante qu un ballon classique : environ m 3 /ha installé. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

25 4. Optimisation de la chaufferie avec open buffer 1. Présentation de l étude menée sur le site du Ctifl de Carquefou 2. L open buffer 3. Le condenseur 4. Le ballon de stockage 5. L injection de CO 2 Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

26 4.1. Analyse d une serre instrumentée Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

27 4.1.Un ensemble mis sous surveillance Compt. Compt. Temp Fumées vers atmosphère Temp Fumées vers atmosphère Temp CO2 Gaz de Combustion CO2 Vers Compt. Temp Régulateur Régulateur Temp Départ Eau Chaude Temp Variateur de fréquence Départ Eau Chaude Temp position 90 C 90 lateur 1116 kw 1116 kw positio Temp x m3 Economiseur position Brûleur gaz naturel Comptage gaz naturel Temp position Eau de recyclage position comptage gaz naturel Brûleur gaz naturel position Temp position Eau de recyclage Temp Evacuation de l'eau condensée des gaz de combustion 65C Temp Compt. Compt. 180 voies de mesures, par pas d acquisition de 10, Temp Pour des semaines types, Différentes configurations. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

28 4.1. Les cas de fonctionnement 100 DJU semaine = différence de température entre la serre et l'extérieur Temps froid Temps moyen Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel Temps doux Temps doux sans Open Buffer Temps chaud mode nivellement mo d e co nso mmat io n Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

29 4.2. Comparaison des rendements «moyens» 102,5% Rendement chaudière 102,0% 101,5% 101,0% 100,5% 100,0% 99,5% 99,0% 98,5% Temps froid Temps moyen Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode nivellement Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode co nso mmat io n Temps doux Temps doux sans Open Buffer Temps chaud Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

30 4.2. Analyse des différences de rendements On constate 2 à 5 % de différence de rendement dus à différents effets cumulatifs qui sont principalement : un fonctionnement plus régulier évitant ainsi les arrêts et démarrages, une combustion mieux maîtrisée avec un excès d air optimisé hors allure réduite, une température d eau alimentation du condenseur plus basse. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

31 4.2. Comparaison des débits de gaz appelés dans la semaine Fonctionnement moyen avec open buffer Fonctionnement moyen sans open buffer kwhpcs Gaz 1+Gaz 2 kwhpcs Gaz 1+Gaz /04 04/04 05/04 06/04 07/04 08/04 09/04 10/04 11/04 12/04 Temps doux AVEC open buffer /04 16/04 17/04 18/04 19/04 20/04 21/04 22/04 23/04 24/04 Temps doux SANS open buffer Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

32 55 50 Température alimentation ( C) 4.3. Le condenseur Température retour eau vers condenseur Rendement moyen % 100.0% 100.5% 101.0% 101.5% 102.0% 102.5% Temps froid pilotage manuel Temps moyen Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode nivellement Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode Temps doux Temps doux sans Open Buffer Temps chaud Serres horticoles et énergie, quel avenir? consommation 30 et 31 janvier

33 Tem pératures des niveaux du Ballon de stockage Evolution des températures dans le ballon de stockage Temp B1 Temp B2 Temp B3 Temp B4 Temp B5 Temp B6 Temp B7 Temp B8 Temp B9 Temp B10 Temp B11 Temp B12 Tem pérature moyenne Temps chaud /mai 0:00 21/mai 0:00 22/mai 0:00 23/mai 0:00 24/mai 0:00 25/mai 0:00 26/mai 0:00 27/mai 0:00 28/mai 0:00 29/mai 0:00 Tem pératures des niveaux du Ballon de stockage 100 Temp B1 Temp B2 Temp B3 Temp B4 Temp B5 Temp B6 Temp B7 Temp B8 Temp B9 Temp B10 Temp B11 Temp B12 T em pérature m o yenne Temps moyen /mars 12 :0 0 29/mars 0:00 Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier /mars 12 :0 0 30/mars 0:00 30/mars 12 :0 0 31/mars 0:00 31/mars 12 :0 0 01/avr 0:00 0 1/avr 12 :0 0 02/avr 0:00 02/avr 12 :0 0 03/avr 0:00 03/avr 12 :0 0 04/avr 0:00 04/avr 12 : /avr 0:00 0 5/avr 12 :0 0

34 4.4. Stratification des températures dans le ballon de stockage /mars 29/mars 29/mars 30/mars 30/mars 31/mars 12:00 0:00 12:00 0:00 12:00 0:00 31/mars 12:00 01/avr 0:00 Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

35 4.4. Le Ballon de stockage 76 Température moyenne ballon Temps froid pilotage manuel Temps moyen Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode nivellement Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode consommation Temps doux Temps doux sans Open Buffer Temps chaud Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

36 60% 4.4. Le Ballon de stockage Part du ballon dans la fourniture d'énergie 50% 40% 30% 20% 10% 0% Temps froid Temps moyen Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode nivellement Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode consommation Temps doux Temps doux sans Open Buffer Temps chaud Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

37 80% 4.4. Le Ballon de stockage Taux d'activité du ballon 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Temps froid Temps moyen Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode nivellement Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode consommation Temps doux Temps doux sans Open Buffer Temps chaud Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

38 4.5. L injection de CO 2 en serres 80% Taux de récupération de CO 2 dans la journée par rapport aux émissions de la chaudière 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Temps froid Temps moyen Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode nivellement Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode consommation Temps doux Temps doux sans Open Buffer Temps chaud Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

39 4.5. L injection de CO 2 en serres 120 MWh PCS pour la semaine Temps froid Temps moyen Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode nivellement Temps moyen Open Buffer avec consignes logiciel mode consommation Temps doux Temps doux sans Open Buffer Temps chaud Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

40 4.5. L injection de CO 2 en serres 800 ppm moyen de CO Temps froid Temps moyen Temps moyen Temps moyen Temps doux Temps doux Temps chaud Open Buffer Open Buffer sans Open avec consignes avec consignes Buffer logiciel mode logiciel mode nivellement consommation Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

41 Quelques points de bonne gestion Compter l énergie dépensée, Calculer les ratios en fonction de la surface, de la température moyenne extérieure et de l ensoleillement, Comparer avec ce qui se fait de mieux dans le secteur, Vérifier les appoints d eau, Agir si la moindre dérive est constatée, Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

42 Quelques points de bonne gestion Solliciter un œil extérieur qui ne verra pas la même chose que vous, Vérifier la combustion régulièrement par du personnel compétent, Ne pas hésiter à faire effectuer des équilibrages hydrauliques à l aide d instruments de mesures, Travailler la stratification des ballons, Ne pas hésiter à dédier des circuits basses températures aux condenseurs. Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

43 Conclusions Les points à retenir : 1. S informer et se former, 2. Garder son esprit critique et se méfier des situations dites «normales», 3. Ne pas hésiter à s entourer de «spécialistes», 4. Conserver son bon sens et se méfier des utopies thermiques, 5. Prendre son temps avant l action, 6. Agir. Merci de votre attention Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

44 Ctifl Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier

PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES DANS LES IAA ENERGIES FLUIDES

PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES DANS LES IAA ENERGIES FLUIDES PRINCIPALES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ENERGIES FLUIDES Sommaire: - Réglementation sur les chaudières: Décret 2009-648 - Installations soumises à déclaration et autorisation ICPE 2910 - Equipements sous

Plus en détail

Pistes d économies en Chaufferies Industrielles

Pistes d économies en Chaufferies Industrielles Mardi 12 mars 2013 Pistes d économies en Chaufferies Industrielles Pascal LEBOIS Ingénieur Conseil Procédés Industriels Pôle Grands Comptes Direction Commerciale - GRTgaz 1 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE

UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE UTILISATION DES RÉSERVOIRS D'HYDRO-ACCUMULATION POUR LE CHAUFFAGE DE SERRE RÈGLES ET FONCTIONNEMENT DE BASE Présenté par: Marco Girouard, ing. CIDES 1 AVIS Les informations contenues dans ce document Les

Plus en détail

LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES

LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES Roger Cadiergues MémoCad ml21.a LA REGLEMENTATION DES CHAUDIÈRES SOMMAIRE ml21.1. Les éléments de base ml21.2. Les chaudières de 4 à 400 kw ml21.3. Les chaudières de 0,4 à 20 MW : rendements et équipements

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

L INSPECTION DES CHAUDIÈRES ET DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE

L INSPECTION DES CHAUDIÈRES ET DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE Roger Cadiergues MémoCad mj82.a L INSPECTION DES CHAUDIÈRES ET DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE SOMMAIRE mj82.1. Les éléments de base mj82.2. Les inspections mj82.3. Le cadre des inspections mj82.4. Annexe

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

Chaudière MURALE gaz condensation

Chaudière MURALE gaz condensation chaudières murales gaz Idra Condens Chaudière MURALE gaz condensation Technologie CONDENSATION haut rendement de 109,3% Confort SANITAIRE sur mesure Idra Condens Idra Condens System IdraEco Condens Micro

Plus en détail

IDRA CONDENS CHAUDIÈRE MURALE GAZ CONDENSATION TECHNOLOGIE CONDENSATION HAUT RENDEMENT JUSQU À 109,3% CONFORT SANITAIRE SUR MESURE

IDRA CONDENS CHAUDIÈRE MURALE GAZ CONDENSATION TECHNOLOGIE CONDENSATION HAUT RENDEMENT JUSQU À 109,3% CONFORT SANITAIRE SUR MESURE CHAUDIÈRE MURALE GAZ ATION TECHNOLOGIE ATION HAUT RENDEMENT JUSQU À 09,% CONFORT SANITAIRE SUR MESURE IdraEco Condens Idra Condens IdraEco Condens Idra Condens System Micro Idra Condens Micro IdraEco Condens

Plus en détail

RAPPORT D INSPECTION : CONTROLE PERIODIQUE DE L EFFICACITE ENERGETIQUE DES CHAUDIERES.

RAPPORT D INSPECTION : CONTROLE PERIODIQUE DE L EFFICACITE ENERGETIQUE DES CHAUDIERES. RAPPORT D INSPECTION : CONTROLE PERIODIQUE DE L EFFICACITE ENERGETIQUE DES CHAUDIERES. Client : exploitant Lieu d'intervention : CTMV La forêt de Roland 33570 LUSSAC CTMV La forêt de Roland 33570 LUSSAC

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

La cogénération et PAC

La cogénération et PAC Bruxelles Environnement Service du Facilitateur Bâtiment Durable «Remplacement des chaudières dans les immeubles à appartements» La cogénération et PAC Yves LEBBE Spécialiste Cogénération 7 octobre 201

Plus en détail

Chaudière à condensation fioul WTC-OW

Chaudière à condensation fioul WTC-OW Chaudières à condensation fioul murales Thermo Condens WTC-OW Chaudière à condensation fioul WTC-OW Echangeur très performant en Si/Al Brûleur fioul Premix Le fonctionnement silencieux et l utilisation

Plus en détail

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux 1 «CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux Dans le cadre de la réhabilitation d une chaufferie d un bâtiment tertiaire

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT D UNE COGÉNÉRATION BIOMASSE

DIMENSIONNEMENT D UNE COGÉNÉRATION BIOMASSE DIMENSIONNEMENT D UNE COGÉNÉRATION BIOMASSE Jacques Haushalter Responsable Commercial France et Suisse, Correspondant pour la Belgique francophone Wärtsilä France sas - Power 1 rue de la Fonderie BP1210

Plus en détail

Livret de chaufferie

Livret de chaufferie Livret de chaufferie Edition 2011 Livret de chaufferie ÉTABLI LE ADRESSE DE LA CHAUFFERIE CACHET Apave P R É A M B U L E La tenue de ce livret est demandée par la réglementation sur l utilisation de l

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

Vendredi 24 septembre 2010

Vendredi 24 septembre 2010 Vendredi 24 septembre 2010 HALL/PAVILLON 6 ATELIER 8 SALLE ORANGE - 10 h 15 / 11 h 00 Premiers enseignements de l entretien obligatoire des chaudières Premiers enseignements de l entretien obligatoire

Plus en détail

Entretien de la chaudière : Kesako?

Entretien de la chaudière : Kesako? L'entretien : une affaire de spécialiste Entretien de la chaudière : Kesako? Les chauffagistes sont des techniciens professionnels formés et agréés par les régions, seuls ceux-ci sont habilités à réaliser

Plus en détail

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement.

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement. Streamline Chaudière gaz à condensation murale 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash MHG Mieux, tout simplement. Streamline Streamline : technique et rendement au meilleur prix Avec la série Streamline,

Plus en détail

ATLAS D Condens Unit Chaudière fioul à condensation 32 kw

ATLAS D Condens Unit Chaudière fioul à condensation 32 kw ATLAS D Condens Unit Chaudière fioul à condensation 32 kw Chauffage seul ou ECS accumulée Ne choisissez plus entre confort et économies d énergie > Les meilleures performances pour plus d économies > Le

Plus en détail

I Hydrocarbures simplifiés

I Hydrocarbures simplifiés Gaz et fioul 1/5 Données communes : Composition volumique de l air est de 21 % de O2 et 79 % de N2. Chaleur latente de vaporisation de l eau : L f = 2 250 kj/kg. Eléments Carbone Hydrogène Oxygène Azote

Plus en détail

La chaudière multi-énergie «tout-en-1» Pellematic Smart

La chaudière multi-énergie «tout-en-1» Pellematic Smart La chaudière multi-énergie «tout-en-1» Pellematic Smart Récompenses 24 25 Puissances 3,9 kw 6 kw 7,8 kw Tout-en-1 : chauffage, eau chaude instantanée, solaire, ballon tampon sur seulement 1,5 m 2 Chaudière

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

Babcock Wanson. Bienvenue. L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie

Babcock Wanson. Bienvenue. L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie Babcock Wanson Bienvenue L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie BABCOCK WANSON INTERNATIONAL L expertise thermique au service de l environnement dans l industrie Le Groupe

Plus en détail

CHAUDIÈRES COLLECTIVES

CHAUDIÈRES COLLECTIVES CHAUDIÈRES COLLECTIVES 32 ) 01 46 83 60 80 CESC, organisme de formation déclaré sous le n 52 85 01378 85 Cet enregistrement ne vaut pas agrément de l Etat GUIDE DE CHOIX VOUS SOUHAITEZ MAÎTRISER LES ESSENTIELS

Plus en détail

CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR

CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR CHAUDIÈRES DOMESTIQUES, POÊLES ET POMPES À CHALEUR Sommaire CHAUDIÈRES DOMESTIQUES ET POÊLES VOUS SOUHAITEZ INSTALLER UNE CHAUDIÈRE OU UN POÊLE Choisir,

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Fabrice DERNY ICEDD Le Complexe Sportif du Blocry 3 ans 18 5 m² et 19 salles de sports (occupées de 9 à 23h 36 j/an) 9 terrains de tennis couverts (bulles)

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Durée : 5 jours Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Réf : (Therm.01) - Permettre au personnel ayant la pratique, d'exploiter une installation comportant des générateurs

Plus en détail

AXEO CONDENS CHAUDIÈRE FIOUL À CONDENSATION CHAUFFAGE SEUL OU AVEC ECS ACCUMULÉE PRODUIT TOUT INTÉGRÉ RENDEMENT JUSQU À 103%

AXEO CONDENS CHAUDIÈRE FIOUL À CONDENSATION CHAUFFAGE SEUL OU AVEC ECS ACCUMULÉE PRODUIT TOUT INTÉGRÉ RENDEMENT JUSQU À 103% CHAUDIÈRE FIOUL À CONDENSATION CHAUFFAGE SEUL OU AVEC ECS ACCUMULÉE PRODUIT TOUT INTÉGRÉ RENDEMENT JUSQU À 103% SOLUTION REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE AVEC... Qu est ce que l Axeo Condens?

Plus en détail

AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION AGMC

AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION AGMC FABRICANT D AEROTHERMES, ROOF-TOP, GENERATEURS D AIR CHAUD, TUBES RADIANTS N Constructeur : AQP 0027 AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION Performances et Rendements Elevés (jusqu à 105%) Pas d émission

Plus en détail

REGLAGE ET DEPANNAGE DES CHAUDIERES DOMESTIQUES GAZ

REGLAGE ET DEPANNAGE DES CHAUDIERES DOMESTIQUES GAZ REGLAGE ET DEPANNAGE DES CHAUDIERES DOMESTIQUES GAZ DUREE : 2 x 2 JOURS PROGRAMME : Les gaz combustibles - Rappels sur les unités - Classification des gaz distribués La combustion - Principe Le pouvoir

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Chaudières traditionnelles

Chaudières traditionnelles Gamme Chaudières Traditionnelles et Récupérateur à condensation TOTALECO Chaudières traditionnelles ATLANTIC GUILLOT offre une large gamme de chaudières acier à équiper de brûleur gaz ou fioul pour une

Plus en détail

ELIDENS CHAUDIÈRE GAZ AU SOL À CONDENSATION ECONOMIES D ÉNERGIE RESPECT DE L ENVIRONNEMENT CONFORT EN EAU CHAUDE SANITAIRE

ELIDENS CHAUDIÈRE GAZ AU SOL À CONDENSATION ECONOMIES D ÉNERGIE RESPECT DE L ENVIRONNEMENT CONFORT EN EAU CHAUDE SANITAIRE ELIDENS CHAUDIÈRE GAZ AU SOL À CONDENSATION ECONOMIES D ÉNERGIE RESPECT DE L ENVIRONNEMENT CONFORT EN EAU CHAUDE SANITAIRE UN MAXIMUM DE PERFORMANCES DANS UN MINIMUM D ESPACE LES 6 POINTS CLÉS DE L INNOVATION

Plus en détail

Ecoconception : Bannir du marché les produits les moins performants

Ecoconception : Bannir du marché les produits les moins performants En 2015, en aout et septembre, les mesures des règlements européens pour l écoconception et l étiquetage énergétique d appareils de chauffage, de production d eau chaude et de stockage de l eau entrent

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur SOMMAIRE 11... IINSSTALLATIIONSS ACTUELLESS... 2 22... PERFORMANCESS ACTUELLESS... 11 22...11. Ennrreeggi iisst trreemeennt tss... 11 22...22. Reennddeemeennt tss eet t vvaal lleeuurrss ccaarraacct téérri

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

Le monitoring. Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith. André Servais, Stadtwerke St-Vith

Le monitoring. Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith. André Servais, Stadtwerke St-Vith Le monitoring Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith André Servais, Stadtwerke St-Vith SITUATION DE DEPART 5 biens fonciers: o Puissance totale installée: o Consommation annuelle: 4.950 kw / 12 chaudières

Plus en détail

Energétique du bâtiment

Energétique du bâtiment Energétique du bâtiment Chaudières à combustibles Pompes à chaleur E. Gnansounou Oxydation du combustible Notion de combustion C +O 2 CO 2 12 g+32 g 44 g+ 393 kj Exemple du méthane CH 4 + 2 O 2 + 2 ( 3,76

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

Chaudières sol gaz à condensation

Chaudières sol gaz à condensation Condens 8000 F Chaudières sol gaz à condensation La première solution de rénovation 100 % interchangeable. Flexible, compatible, évolutive... La conception de la Condens 8000 F repose sur une capacité

Plus en détail

MARCHE TYPE MTI MAI 2015

MARCHE TYPE MTI MAI 2015 MARCHE DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES POUR LA FOURNITURE DU COMBUSTIBLE (P1) ET POUR LA CONDUITE ET L ENTRETIEN (P2) DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE ET DE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE DU LYCEE

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

GVX 124 SUN CONDENS CHAUDIÈRE AU SOL À SYSTÈMES COMBINÉS GAZ CONDENSATION ET E.C.S. SOLAIRE

GVX 124 SUN CONDENS CHAUDIÈRE AU SOL À SYSTÈMES COMBINÉS GAZ CONDENSATION ET E.C.S. SOLAIRE CHAUDIÈRE AU SOL À SYSTÈMES COMBINÉS GAZ CONDENSATION ET E.C.S. SOLAIRE Chauffage et production d eau chaude sanitaire avec préparateur solaire intégré, puissance 6 à 24 kw LA COMBINAISON GAGNANTE DU CHAUFFAGE

Plus en détail

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE

CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE Condensol Chaudière sol gaz à condensation CHAUFFERIE COMPACTE RÉGULÉE 3 MODÈLES DE 24, 28 ET 34 KW CHAUFFAGE AVEC EAU CHAUDE SANITAIRE INTÉGRÉE VERSION VENTOUSE/CHEMINÉE* CONDENSATION GARANTIE 3 ANS *

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes de production de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie

Les installations de brûleurs de Zantingh. La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie Les installations de brûleurs de Zantingh La certitude d un chauffage écologique et économique en énergie You Zantingh fabrique des brûleurs au gaz sous son propre nom depuis 1970. Au cours des années,

Plus en détail

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014

Cofely Services et la condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Journée technique CIBE ATEE Lorraine Forbach-Farébersviller 1 er avril 2014 Condensation biomasse Journée technique CIBE ATEE Lorraine Cofely Services Le choix de la condensation biomasse Fonctionnement

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie

Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Travaux permettant de réaliser des économies d'énergie Espace Info Energie de la CoVe eie.carpentras@aere-asso.com 0490362509 Avec le soutien de : Isolation par l'intérieur des murs extérieurs Isolation

Plus en détail

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT 1 - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. - DESCRIPTION DU SITE. - BILAN DES MESURES DEPUIS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 janvier 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

>> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Rendement et eau chaude ***

>> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Rendement et eau chaude *** SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ MS CHAUDIÈRE MURALE GAZ CLASSIQUE PROJECT Le confort à budget mini! >> Performante et compacte >> Simple et polyvalente >> Rendement et eau chaude ***

Plus en détail

Perfinox. Perfinox 4024 BVI R - 4028 BVI R - 4034 BVI R. Perfinox 4024 VI R - 4034 VI R CHAUDIÈRE GAZ À CONDENSATION

Perfinox. Perfinox 4024 BVI R - 4028 BVI R - 4034 BVI R. Perfinox 4024 VI R - 4034 VI R CHAUDIÈRE GAZ À CONDENSATION CHAUDIÈRE GAZ À CONDENSATION Perfinox CHAUDIÈRE GAZ À CONDENSATION MODULANTE Perfinox 4024 BVI R - 4028 BVI R - 4034 BVI R Chauffage et production d eau chaude sanitaire accumulée (ballon ACI 105 ou 131

Plus en détail

Installation en cascade De 2 à 4 chaudières jusqu à 256 kw. www.okofen.fr

Installation en cascade De 2 à 4 chaudières jusqu à 256 kw. www.okofen.fr Installation en cascade De 2 à 4 chaudières jusqu à 256 kw www.okofen.fr Installation en cascade Les avantages Cascade, le choix de la performance Cette solution technique permet de monter en puissance,

Plus en détail

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE FICHE EXPLICATIVE SUR LES CHAUDIÈRES

CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE FICHE EXPLICATIVE SUR LES CHAUDIÈRES Fiche explicative n FE01 Chaudières à combustible (type basse température àcondensation) Fiches d opérations standardisées concernées: Bâtiments résidentiels : BAR-TH-06 : Chaudière individuelle à condensation

Plus en détail

aurocompact Chaudière murale gaz condensation mixte Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire

aurocompact Chaudière murale gaz condensation mixte Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire Chaudière murale gaz condensation mixte aurocompact Pourquoi Vaillant? Pour une solution de chauffage compacte qui combine condensation et solaire aurocompact les avantages d une solution 2 en 1 Compacité

Plus en détail

Modèle d attestation de contrôle d un générateur de chaleur en application de l arrêté du Gouvernement wallon du 29 janvier 2009 1

Modèle d attestation de contrôle d un générateur de chaleur en application de l arrêté du Gouvernement wallon du 29 janvier 2009 1 Modèle d attestation de contrôle d un générateur de chaleur en application de l arrêté du Gouvernement wallon du 29 janvier 2009 1 A quoi sert ce modèle? Ce modèle d attestation contient les informations

Plus en détail

Cas pratique d une installation de cogénération. Introduction Rappel principes de base cogénération

Cas pratique d une installation de cogénération. Introduction Rappel principes de base cogénération Cas pratique d une installation de Introduction Rappel principes de base Circuit de valorisation thermique (intégration hydraulique) Organes de régulation hydrauliques (dimensionnement, ) et équipements

Plus en détail

Une chaudière VARINO, en version standard, module en puissance de façon autonome à partir d une consigne de température affichée sur son thermostat.

Une chaudière VARINO, en version standard, module en puissance de façon autonome à partir d une consigne de température affichée sur son thermostat. Gamme VARINO VARINO GRANDE La gamme se décline en trois versions : - les VARINO d allure verticale de 65 kw à 300 kw (huit modèles) - les VARINO GRANDE d allure horizontale de 350 kw à 600 kw (six modèles)

Plus en détail

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Table des Matières A. Utilisations de la vapeur et terminologie Chaleur latente,chaleur sensible La boucle vapeur Le prix de la vapeur B. Optimisation de

Plus en détail

Chaleur bienveillante

Chaleur bienveillante C 256-01 made in Italy Groupe thermique à condensation combiné avec ballon accumulateur et solaire Chaleur bienveillante FR Groupe thermique à condensation combiné avec ballon accumulateur PERFORMANCES

Plus en détail

Chaudière à granulés. La fiabilité accessible à tous. Licensed by ÖkoFEN

Chaudière à granulés. La fiabilité accessible à tous. Licensed by ÖkoFEN Chaudière à granulés La fiabilité accessible à tous Licensed by ÖkoFEN Le confort sans compromis Avec la chaudière à granulés Easypell vous profitez d un chauffage central confortable et simple d utilisation.

Plus en détail

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Nouvelles exigences Entretien annuel des chaudières dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kw 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie, en premier lieu, à partir

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Varino et Varino Grande

Varino et Varino Grande Varino et Varino Grande Chaudières gaz à condensation modulantes de 8 % à 100 % Très Bas NOx De 65 kw à 600 kw Varino et Varino Grande L excellence en matière de chauffage La VARINO, comme la VARINO GRANDE,

Plus en détail

La gestion efficiente des chaudières à condensation : pour une performance accrue

La gestion efficiente des chaudières à condensation : pour une performance accrue La gestion efficiente des chaudières à condensation : pour une performance accrue Présenté par : Simon Mandeville Directeur technique, division chauffage ENVIROAIR Industries Lundi 11 novembre 2013 Agenda

Plus en détail

Chaudière Colónia II

Chaudière Colónia II 74 COLONIA CHAUDIÈRES INDUSTRIELLES Chaudière Colónia II Principales caractéristiques Température maximale de sortie d'eau chaude: 90ºC. Éléments de fonte et trois pas de fumées offrant un excellent transfert

Plus en détail

Rapport technique. Exploitation du pouvoir calorifique

Rapport technique. Exploitation du pouvoir calorifique Rapport technique Dipl.-Ing. Matthias Raisch, Bosch Industriekessel GmbH Exploitation du pouvoir calorifique L utilisation de la technique de condensation permet aux exploitants des installations à vapeur

Plus en détail

>> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout

>> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout solaire bois pompes à chaleur Condensation fioul/gaz Kaliko CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE EASYLIFE L air, source d eau chaude >> 70% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa

Plus en détail

Journée technique Forbach-Farebersviller, 1 er avril 2014. Condensation des fumées sur des installations bois énergie

Journée technique Forbach-Farebersviller, 1 er avril 2014. Condensation des fumées sur des installations bois énergie Journée technique Forbach-Farebersviller, 1 er avril 2014 sur des installations bois énergie Jean-Pierre TACHET, Conseiller technique du CIBE, animateur de la commission «REX» Comité Interprofessionnel

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon tampon Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon Tampon BT Ballon tampon avec isolation, pour couplage avec chaudière bois, 4 départs, 4 retours, 4 raccordement sonde/thermomètre,

Plus en détail

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES LES CONTRATS D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE CVC: MISE EN ŒUVRE D UN PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES RQE du 26 octobre 2012 -Nantes

Plus en détail

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements Législation Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements arrêté royal du 6 janvier 1978 tendant à prévenir la L pollution atmosphérique lors du chauffage de bâtiments à l aide de combustibles

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie

Liste des opérations d'économies d'énergie du début de la 3 ème période des certificats d'économies d'énergie AGRI-TH-101 Dispositif de stockage d'eau chaude de type "Open Buffer" AGRI-TH-102 Dispositif de stockage d'eau chaude AGRI-TH-103 Pré-refroidisseur de lait 30/03/2015 AGRI-TH-104 Système de récupération

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE

LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Arrêté du Gouvernement Wallon du 29 janvier 2009 tendant à prévenir la pollution atmosphérique

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

EcoStar Hybride Chaudière fioul à condensation avec Pompe à chaleur intégrée

EcoStar Hybride Chaudière fioul à condensation avec Pompe à chaleur intégrée EcoStar Hybride Chaudière fioul à condensation avec Pompe à chaleur intégrée MHG Mieux, tout simplement. EcoStar Hybride Le meilleur de deux mondes Votre installation fioul date d une autre époque? Avec

Plus en détail

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol :

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Page : 1 de 6 Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Référence article 058.01.250: VX18 Référence article 058.01.251: VX20 Référence article 058.01.252: VX30 Chaudière spéciale à gazéification

Plus en détail

>> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout

>> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Kaliko CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE EASYLIFE L air, source d eau chaude >> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.14

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.14 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.14 Equipements sous pression et chaudières Décret n 99-1046 du 13 décembre 1999 relatif aux équipements sous pression Arrêté du 15 mars 2000 relatif à l exploitation

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Bien choisir sa chaudière La chaudière est le moteur de votre chauffage central. Chaudière au gaz, au fioul, à bois, ou au GPL, il y en a pour tous les goûts et toutes les

Plus en détail

Le nec plus ultra en termes de centrales de traitement d air : combustion directe et combustion indirecte

Le nec plus ultra en termes de centrales de traitement d air : combustion directe et combustion indirecte KLIMAT Le nec plus ultra en termes de centrales de traitement d air : combustion directe et combustion indirecte Mark possède une série de centrales de traitement d air qui peuvent être utilisées dans

Plus en détail

>> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout

>> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa place partout SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Kaliko CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE EASYLIFE L air, source d eau chaude >> 65% d eau chaude gratuite >> Couvre les besoins d une famille >> Trouve sa

Plus en détail

40% >> Economies d énergie garanties >> Eau chaude à volonté >> Très compacte. << easylife.dedietrich-thermique.fr >> 10 min.

40% >> Economies d énergie garanties >> Eau chaude à volonté >> Très compacte. << easylife.dedietrich-thermique.fr >> 10 min. NOUS VOULONS ÉCONOMISER L ÉNERGIE JE VEUX UNE SOLUTION PRATIQUE POUR MA MAISON Des factures en nette diminution grâce à la condensation. Très compacte, la chaudière trouve sa place partout. Des rendements

Plus en détail

INDICATEURS TECHNIQUES

INDICATEURS TECHNIQUES Réseau REAGRI Groupe «Agriculture et Energie» Novembre 2006 La chaudière polycombustible Ex : bois-déchiqueté ATOUTS CONTRAINTES o Forte réduction de la facture énergétique. o Confort d utilisation. o

Plus en détail

La solution chauffage naturellement intelligente

La solution chauffage naturellement intelligente Genia Hybrid Compact Genia Hybrid Universel hybride Systèmes hybrides La solution chauffage naturellement intelligente La première solution bi-énergie qui garantit simplicité et économie Critère de confort

Plus en détail

Les labels énergétiques des bâtiments

Les labels énergétiques des bâtiments Document n 2010-06-25, BBC Les labels énergétiques des bâtiments 1 Sommaire Introduction Rappels Les critères évalués Les repères énergétiques Exemple de réalisation RT 2005 Les exigences De la RT 2005

Plus en détail

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet 1 Ordre du jour La comptabilité énergétique en entreprise - Définition - Objectif / Enjeux

Plus en détail

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT

BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT BUTANE ET PROPANE UNE ÉNERGIE PERFORMANTE ET COMPÉTITIVE UNE GARANTIE POUR L ENVIRONNEMENT Les gaz butane et propane sont des énergies propres, respectueuses de l environnement. Leur combustion est d excellente

Plus en détail