L imputabilité dans le droit de la responsabilité internationale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L imputabilité dans le droit de la responsabilité internationale"

Transcription

1 UNIVERSITÉ DE STRASBOURG École doctorale Droit, Science Politique et Histoire L imputabilité dans le droit de la responsabilité internationale Essai sur la commission d un fait illicite par un Etat ou une organisation internationale François FINCK Thèse pour l obtention du doctorat en droit de l Université de Strasbourg Droit international public Soutenance publique 1 er juin 2011 Jury : M. Hervé ASCENSIO, Professeur à l Université Paris-I Panthéon-Sorbonne (rapporteur) M. Syméon KARAGIANNIS, Professeur à l Université de Strasbourg M. Christian MESTRE, Professeur à l Université de Strasbourg, ancien Président de l Université Robert Schuman (directeur de thèse) M. Yves PETIT, Professeur à l Université de Nancy (rapporteur) 1

2 2

3 Je remercie Kasia pour son soutien et ses encouragements 3

4 4

5 Principaux sigles utilisés Périodiques : ACDI : Annuaire de la Commission du droit international AFDI : Annuaire français de droit international AIDI : Annuaire de l Institut du droit international AJIL: American Journal of International Law BYBIL: British Yearbook of International Law EJIL: European Journal of International Law HRLR: Human Rights Law Review ICLQ: International and Comparative Law Quarterly ILM: International Legal Materials ILR: International Law Reports Melbourne JIL: Melbourne Journal of International Law NJW : Neue Juristische Wochenschrift NYIL: Netherlands Yearbook of International Law NYUJILP: New York University Journal of International Law and Politics RBDI : Revue belge de droit international RCADI : Recueil des cours de l Académie de droit international RDILC : Revue de droit international et de législation comparée RGDIP : Revue générale de droit international public RSA : Recueil des sentences arbitrales 5

6 RTDE : Revue trimestrielle de droit européen RTDH : Revue trimestrielle des droits de l homme Organisations internationales, Etats, juridictions, et autres : ACP (Etats) : Afrique, Caraïbes, Pacifique ALENA : Accord de libre-échange Nord-américain AOI : Arab Organization for Industrialization ARDE : Alliance révolutionnaire démocratique (mouvement rebelle nicaraguayen) ASE : Agence spatiale européenne CAEM : Conseil d assistance économique mutuelle CDH : Comité des droits de l homme CDI : Commission du droit international CE : Conseil d Etat CECA : Communauté européenne du charbon et de l acier CFDT : Confédération française démocratique du Travail CIE : Conseil international de l Etain CIJ : Cour internationale de Justice CIRDI : Centre international de règlement des différends relatifs à l investissement CJCE : Cour de justice des Communautés européennes CJUE : Cour de justice de l Union européenne CMP : Conseil de mise en œuvre de la paix 6

7 ComEDH : Commission européenne des droits de l homme CourEDH : Cour européenne des droits de l homme CPJI : Cour permanente de justice internationale CSCE : Conférence pour la sécurité et la coopération en Europe FDN : Force démocratique nicaraguayenne (mouvement rebelle nicaraguayen) FINUL : Force intérimaire des Nations Unies au Liban FNUOD : Force des Nations Unies chargée d observer le désengagement FORPRONU : Force de protection des Nations Unies FUNU : Force d urgence des Nations Unies HV : Forces armées de la République de Croatie HVO : Forces armées croates de Bosnie IDI : Institut du Droit international ILA : International Law Association JNA : Forces armées de la RSFY KFOR : Kosovo Force MINUK : Mission d administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo MLC : Mouvement de Libération du Congo OAS : Organisation de l Armée secrète OMC : Organisation mondiale du Commerce ONU : Organisation des Nations Unies ONUC : Opération des Nations Unies au Congo 7

8 ONUSOM : Opération des Nations Unies en Somalie OTAN : Organisation du Traité de l Atlantique Nord RDC : République démocratique du Congo RFA : République fédérale d Allemagne RFY : République fédérale de Yougoslavie RMT : République moldave de Transniestrie RS : «Republika Srpska», République serbe de Bosnie RSFY : République socialiste fédérative de Yougoslavie RTCN : République turque de Chypre du Nord TPIY : Tribunal pénal international pour l ex-yougoslavie TUE : Traité sur l Union européenne UE : Union européenne URSS : Union des Républiques socialistes soviétiques VJ : Forces armées de la RFY VRS : Forces armées de la République serbe de Bosnie 8

9 9

10 10

11 Sommaire Sommaire Introduction générale 1 ère Partie L imputabilité d un fait illicite à l Etat Titre 1. L imputabilité du comportement de personnes en fonction de leur possession du statut d organe de jure de l Etat. Chapitre 1. L imputabilité du comportement de personnes possédant le statut d organe de l Etat adopté en cette qualité Chapitre 2. L imputabilité du comportement de personnes étrangères à l appareil d Etat Titre 2 : L imputabilité du comportement de personnes ne faisant pas formellement partie de l appareil d Etat : De l imputabilité de faits de particuliers à l autonomisation de la base d imputabilité «organe de facto Chapitre 1. Du fait de particuliers agissant «pour le compte» de l Etat à l organe de facto Chapitre 2 L organe de facto 2 ème partie. La problématique de l imputabilité d un comportement contraire au droit international à une organisation internationale ou à ses Etats membres Titre 1. La responsabilité de l Etat à raison du comportement d une organisation dont il est membre Chapitre 1. La responsabilité internationale de l organisation, raison de l exclusion de principe de celle de ses membres. Chapitre 2. Les cas de responsabilité de l Etat à raison d un fait de l organisation dont il est membre Titre 2. La détermination de la responsabilité de l organisation internationale à raison d un fait illicite Chapitre 1. L imputabilité du comportement des agents et organes de l organisation, ainsi que des organes mis à sa disposition Chapitre 2. L attribution de la responsabilité à raison du fait d Etats membres agissant en application d une autorisation ou d une décision de l organisation Conclusion générale Bibliographie Table de la jurisprudence citée Table des matières 11

12 12

13 Introduction générale La responsabilité est la colonne vertébrale de tout ordre juridique. Elle est une condition de la juridicité d un système donné. Cependant, si la responsabilité est «l épicentre d un système juridique» 1, sa magnitude découle des principes gouvernant l imputabilité et notamment de leur adéquation à la réalité de la pratique des sujets de droit. L effectivité du droit de la responsabilité internationale dépend de sa capacité à appréhender la réalité de l activité des sujets du droit international au travers de l imputabilité. L imputabilité, élément fondamental de la théorie de la responsabilité internationale, est un sujet d étude classique du droit international. 2 C est également un sujet toujours en mouvement, qui fait l objet de développements permanents, parallèles et soumis à des influences réciproques, entre la pratique, la jurisprudence, l œuvre de codification et la doctrine. Ces développements sont dus aux besoins nouveaux que révèle la pratique 1 Pierre-Marie DUPUY, Le fait générateur de la responsabilité internationale des Etats, RCADI 1984-V, p De nombreuses recherches ont été menées sur la responsabilité internationale. Parmi les plus notables, on retrouve les œuvres classiques de Dionisio ANZILOTTI, La responsabilité internationale des Etats à raison des dommages soufferts par des étrangers, RGDIP 1906, pp. 5 et 285 ; d André DECENCIERE-FERRANDIERE, La responsabilité internationale des Etats à raison des dommages subis par des étrangers, Paris, Rousseau, 1925 ; de Leo STRISOWER, Rapport sur la responsabilité internationale des Etats à raison des dommages causés sur leur territoire à la personne ou aux biens des étrangers, AIDI, 1927 ; de Clyde EAGLETON, The Responsibility of States in international law, New York University Press, 1928 ; de Roberto Ago, qui a exposé ses vues dans son cours à l Académie de droit international avant d avoir la possibilité de les mettre en pratique à la Commission du droit international, Roberto AGO, le délit international, RCADI 1939 II, p La responsabilité internationale a également été le thème de cours à l Académie de la Haye, notamment de Constantin Th. EUSTATHIADES, Les sujets du droit international et la responsabilité internationale Nouvelles tendances, RCADI 1953 III, p. 397, de Francisco V. GARCIA-AMADOR, State responsibility: some new problems, RCADI 1958 II, de Hildebrando ACCIOLY, Principes généraux de la responsabilité internationale d après la doctrine et la jurisprudence, RCADI 1959 I, p. 353, de Bernhard GRAEFRATH, Responsibility and damages caused : relationship between responsibility and damages, RCADI 1984 II, p. 9 et de Pierre-Marie DUPUY, op. cit. Parmi les ouvrages spécifiquement consacrés à la problématique de l imputabilité, Luigi CONDORELLI, L imputation à l Etat d un fait internationalement illicite : solutions classiques et nouvelles tendances, RCADI 1984 VI, p. 9, ainsi que Patrick JACOB, L imputation d un fait à l Etat en droit international de la responsabilité, Thèse, 2010, Rennes I. 13

14 internationale, notamment dans le cadre des relations entre un Etat et des personnes susceptibles d être qualifiées d agents ou d organes de fait, ainsi qu à travers la question de la responsabilité des organisations internationales. L imputabilité dans le contexte de la responsabilité des Etats a également été traitée par la Commission du droit international (CDI) dans le cadre de son travail de codification. La question de l imputabilité, notamment du comportement de personnes ne faisant pas formellement partie de l appareil d Etat, a fait l objet de développements essentiels dans la jurisprudence de la Cour internationale de Justice et a donné lieu à des divergences avec le Tribunal pénal international pour l ex-yougoslavie, exemple fameux de «fragmentation» du droit international. 3 Cette problématique est également apparue dans la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme et dans la pratique internationale. Ces divergences, engendrées par une pratique internationale récente et complexe, mettent en évidence la difficulté de prendre en compte la diversité des modes d action des Etats. Comme l a observé le professeur Paul Reuter, «la responsabilité est au cœur du droit international, ( ) elle constitue une partie essentielle de ce que l on pourrait considérer comme la constitution de la Communauté internationale». 4 La responsabilité a, en effet, un rôle central dans tout système juridique ; elle permet de marquer la différence entre le comportement conforme au droit et celui qui ne l est pas en définissant les effets juridiques qui vont s attacher au second comportement. En l absence de responsabilité, «il faudrait sans doute s interroger sur la nature du système que l on étudie» 5 ; son caractère juridique serait remis en cause. En d autres termes, comme l a énoncé la Cour internationale de Justice, «[l]a responsabilité est le corollaire nécessaire du droit.» 6 Tout ordre juridique prévoit que des 3 A ce sujet, v. Benedetto CONFORTI, «Unité et fragmentation du droit international : «Glissez, mortels, n appuyez pas!», Revue générale de droit international public, 2007, pp. 5-18, estime que des divergences d interprétation entre juridictions internationales sont rares et ne sont pas forcément des catastrophes. La fragmentation serait davantage «un signe évident de la vitalité du droit international». 4 Paul REUTER, «Trois observations sur la codification de la responsabilité internationale des Etats pour fait illicite», in Le droit international au service de la paix, de la justice et du développement, Mélanges Michel Virally, Paris, Pédone, 1991, p Gilles COTTEREAU, «Système juridique et notion de responsabilité», in La responsabilité dans le système international, colloque du Mans de la SFDI, Paris, Pedone, 1991, p. 3 6 CIJ, Affaire de la Barcelona Traction, Light and Power Company, limited (Belgique c. Espagne), deuxième phase, arrêt du 5 février 1970, Rec. 1970, p

15 conséquences légales sont attachées au manquement à la règle de droit 7, à plus forte raison l ordre juridique international caractérisé par l égale souveraineté des Etats 8, dans lequel «la responsabilité internationale ( ) apparaît comme le mécanisme régulateur essentiel et nécessaire des rapports mutuels» des sujets de droit. Le principe selon lequel tout comportement d un Etat contraire au droit international entraîne la responsabilité de cet Etat n a pas besoin d être justifié ou déduit d autres principes, car «il est expressément reconnu, ou du moins clairement présupposé, par une pratique unanime». 9 Il est une conséquence de l existence d un droit international. Comme l exprime l article premier des articles de la CDI sur la responsabilité des Etats, «[t]out fait internationalement illicite d un Etat engage sa responsabilité internationale.» Le principe selon lequel «[t]out fait internationalement illicite d une organisation internationale engage sa responsabilité internationale» est fondé sur les mêmes bases. Son acceptation a toutefois été plus tardive ; la possibilité d une responsabilité des organisations internationales passe en effet nécessairement par la reconnaissance de leur personnalité juridique internationale. Si celle-ci est acquise, sa portée et ses conséquences font toujours l objet de débats qui ont une influence certaine sur la question de leur responsabilité ainsi que celle de leurs Etats membres. 10 La responsabilité internationale est un des thèmes les plus importants à avoir occupé la Commission du droit international. Ses travaux, et en particulier ceux ayant abouti aux articles sur la responsabilité de l Etat, sont indispensable à une bonne compréhension du sujet. Les travaux de la CDI constituent une base importante à l étude de questions liées à la responsabilité internationale, qu il faut néanmoins confronter aux développements récents dans la pratique et la jurisprudence internationales. Les articles de la CDI sur la responsabilité de l Etat ont servi de source d inspiration précieuse, notamment pour les juridictions internationales, bien avant leur adoption finale. De nombreuses références avaient déjà été faites à la première partie, adoptée au courant des années 1970 suite aux rapports de Roberto Ago. Les dispositions relatives à l imputabilité ont également été citées à de nombreuses occasions depuis l adoption de la version finale des articles. L interprétation qui leur a été donnée a cependant varié selon les juridictions 7 Pierre-Marie DUPUY, Droit international public, Paris, Dalloz, 9 ème éd., 2008, p Alain PELLET, Patrick DAILLIER, Mathias FORTEAU, Droit international public, 8 ème éd., L.G.D.J., Paris, 2009, n Roberto AGO, Troisième rapport sur la responsabilité des Etats, ACDI 1971, vol. II, 1 ère partie, p V. 2 ème partie, Titre 1, 1 er chapitre 15

16 concernées ; il semble qu elles ont plus été considérées comme des bases de réflexion, que l expression stricte du droit coutumier. En ce sens, les articles ont une influence très importante sur le développement du droit international tout en conservant une certaine souplesse. En effet, le thème de la responsabilité des Etats n a pas fait l objet d une convention de codification. L approche «souple» retenue par l Assemblée générale des Nations Unies 11 avait pour objet d éviter les risques et écueils d une conférence visant à préparer une convention internationale sur le sujet. En particulier, la crainte qu un faible nombre de ratifications risque d avoir un effet déstabilisant, voire «dé-codifiant» sur le thème de la responsabilité des Etats a contribué au choix de cette solution. 12 En outre, les articles sur la responsabilité des Etats peuvent avoir plus d efficacité concrète en conservant leur forme actuelle. Ils sont souvent cités par les juridictions internationales, les tribunaux arbitraux, les gouvernements, ce qui traduit leur influence importante sur le développement du droit international. 13 Cette valeur des articles en tant que source d inspiration «informelle» n est généralement pas mise en doute, même si leur adoption par des organismes internationaux sans le recul nécessaire a été redoutée. 14 Ils ne doivent pas être considérés comme un traité de codification, même s ils en ont l apparence. 15 Pour le professeur Luigi Condorelli, l ensemble des principes relatifs à l imputation «constitue un portrait fidèle du droit international en vigueur». 16 Il est utile de se pencher sur la question de savoir si c est toujours le cas. Un point particulièrement intéressant à cet égard est l évolution respective tant des articles que de la jurisprudence internationale ou de la pratique des Etats, qui ont été marqués par des influences réciproques. En ce sens, l imputabilité fournit une bonne illustration du processus complexe de la formation du droit international, marqué par des influences croisées entre la pratique des Etats, le droit coutumier, notamment tel qu il est énoncé par la jurisprudence internationale, et tel qu il est 11 L Assemblée générale a pris note des articles par la résolution 56/83 du 12 décembre James CRAWFORD, Les articles de la CDI sur la responsabilité de l Etat, Paris, Pedone, 2003, p. 69 ; Quatrième Rapport sur la responsabilité des Etats, A/CN.4/517, V. les commentaires du Royaume-Uni, cités par Alain PELLET, «The ILC s Articles on state responsibility for internationally wrongful acts and related texts», in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON (eds), The law of international responsibility, Oxford University Press, 2010, p Ainsi par David D. CARON, The ILC Articles on State Responsibility : The Paradoxical Relationship Between Form and Authority, American Journal of International Law 2002, p Ibid., p Luigi CONDORELLI, op. cit., p

17 codifié par la Commission du droit international. Le droit international est créé par un processus complexe ; sa formation n est pas due à un facteur explicatif unique. Ainsi, comme la codification par la CDI a pris la forme d articles, une forme quasi-conventionnelle, qui formule des règles claires, et donc prêtes à être appliquée, elle a une grande influence sur les juges ou arbitres. Le travail de codification de ce qui est censé être en grande partie le droit existant a une influence directe sur l application, l interprétation, la formulation et donc également la création de ce même droit par les organes juridictionnels, voire par les Etats euxmêmes qui s appuient sur les principes énoncés par la CDI. La réponse à la question de l adéquation des articles au droit coutumier tient dans une certaine mesure de la prophétie auto-réalisatrice, puisque les acteurs du droit international (ministères des affaires étrangères, arbitres, juges, etc.) vont les invoquer afin de justifier leurs décisions ou leur argumentation, permettant par là leur mise en œuvre concrète. Celle-ci n est cependant pas homogène, ni toujours fidèle au texte du projet. L adéquation entre les articles de la CDI et la réalité de la pratique et de la jurisprudence internationales est constamment remise en cause par l apparition de situations inédites et de besoins nouveaux qui nécessitent l adaptation des principes adoptés en Il est cependant indéniable que les articles de la CDI sur la responsabilité des Etats ont acquis une valeur importante en droit international positif. Les dispositions relatives à l imputabilité sont presque systématiquement citées par les décisions de juridictions internationales, même si leur interprétation s éloigne parfois considérablement du texte. Les articles relatifs à la responsabilité des organisations internationales n ont pas encore acquis une telle portée. Ils sont en effet plus récents, adoptés en première lecture en Certaines dispositions relatives à l imputabilité ont toutefois déjà été citées par des juridictions internationales, par exemple la Cour européenne des droits de l homme dans des affaires relatives à diverses opérations internationales en ex-yougoslavie, avant même leur adoption en première lecture. Cela traduit un besoin de règles reconnues, dans une matière caractérisées par l incertitude et la complexité. Cependant, là encore, référence ne signifie pas nécessairement respect de la substance du projet de la CDI. La conformité de la jurisprudence internationale au projet semble en général moins importante dans le cas du projet d articles sur la responsabilité des organisations internationales que dans le cas de la responsabilité des Etats. Dans ce dernier cas, les principes sont bien établis et reconnus par tous les acteurs, même si des divergences d interprétation existent, alors que le cas de la responsabilité des organisations internationales se traduit par une plus grande incertitude due à une pratique plus clairsemée et plus récente. 17

18 Par ailleurs, un certain nombre d articles du projet sur la responsabilité des organisations internationales n est justifié que par une pratique et une jurisprudence éparse, ou concernant des situations spécifiques à certaines organisations. Ces dispositions ne sont pas nécessairement transposables à toutes les organisations internationales, ou semblent difficiles à mettre en œuvre de façon concrète. Ces observations n empêchent paradoxalement pas de relever que l autorité reconnue en théorie aux projets de la CDI en matière tant de responsabilité des Etats que des organisations internationales est grande. En effet, même si l interprète s en libère dans le cas concret, il tient à s y référer, dans l intention de renforcer l acceptabilité de sa décision. La codification du droit de la responsabilité internationale est le fruit d un travail de longue haleine, qui a trouvé sa forme contemporaine sous l impulsion de Roberto Ago, rapporteur spécial du projet sur la responsabilité des Etats entre 1963 et La CDI s est alors lancé dans la codification des seules règles relatives au droit de la responsabilité internationale, et non des normes dont la violation est susceptible d engager la responsabilité de l Etat. La nécessité de concentrer son étude sur «la détermination des principes qui régissent la responsabilité des Etats pour faits illicites internationaux, en maintenant une distinction rigoureuse entre cette tâche et celle qui consiste à définir les règles mettant à la charge des Etats les obligations dont la violation peut être cause de responsabilité» a été reconnue par la Commission. 17 Cette distinction entre règles primaires et règles secondaires que caractérise la «révolution Ago» 18 était nécessaire pour arriver à un projet réalisable 19, même si cette approche a été critiquée pour son caractère prétendument trop général ou abstrait. 20 Cependant, adopter une position contraire, prenant en compte les règles «primaires» serait revenu à codifier l ensemble du droit international. 21 Cette approche a permis à la Commission du droit international de mener à bien son projet après l impulsion définitive donnée par son dernier rapporteur spécial sur le sujet, James Crawford. La 17 Rapport de la Commission à l Assemblée Générale sur les travaux de sa 22ème session, ACDI 1970, vol. II, p. 327, 66c 18 Expression d Alain PELLET, op. cit., in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON, op. cit., p Rapport de la Commission à l Assemblée Générale sur les travaux de sa 22ème session, ACDI 1970, vol. II, p. 327, 66c. v. également James CRAWFORD, op. cit., pp. 16s 20 V. les critiques énumérées par Luigi CONDORELLI, op. cit., pp Ibid., p

19 distinction entre règles primaires et secondaires est essentiellement de nature technique, et à ce titre peut paraître artificielle 22 ; elle n a pas toujours été strictement respectée. 23 La même approche a été suivie par la Commission dans son projet sur la responsabilité des organisations internationales, qui s est largement inspirée du projet sur la responsabilité des Etats. Une distinction stricte entre règles «primaires» et «secondaires» n a pas toujours été réalisée; ainsi une disposition 24 du projet sur la responsabilité des organisations internationales, qui s inspire de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme, met à la charge des Etats une obligation de due diligence en regard des activités des organisations internationales auxquelles ils ont transféré des compétences. 25 Les Etats doivent garantir que leurs obligations ne seront pas violées par l organisation dans le cadre de ses activités. La portée de cette obligation en droit international général est toutefois sujette à caution. 26 Les éléments constitutifs de la responsabilité internationale ont été énoncés par l article 2 du projet d articles sur la responsabilité des Etats, qui dispose : «Il y a fait internationalement illicite de l Etat lorsqu un comportement consistant en une action ou une omission : a) Est attribuable à l Etat en vertu du droit international ; et b) Constitue une violation d une obligation internationale de l Etat.» Les deux éléments retenus par la Commission du droit international sur la proposition de Roberto Ago traduisent l objectivation de la responsabilité internationale ; la responsabilité naît uniquement de la violation d une de ses obligations internationales par l Etat. Le projet d articles sur la responsabilité des organisations internationales reprend cette disposition 22 Eric DAVID, Primary and Secondary Rules, in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON, op. cit., pp. 27s 23 Ibid., p Article 60 du projet sur la responsabilité des organisations internationales adopté en première lecture. 25 V. Pierre KLEIN, Attribution of Conduct to International Organizations, in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON, op. cit., pp Cf. 2 ème partie, Titre 1, chapitre 2, s.2, 2 19

20 mutatis mutandis dans son article 4 relatif aux éléments du fait internationalement illicite d une organisation internationale. Le fait internationalement illicite n a que deux éléments constitutifs, même si l existence d un préjudice ou d un dommage peut être importante en ce qui concerne l invocation de la responsabilité par un autre Etat, ou la forme et l étendue de la réparation. 27 Ces deux éléments constitutifs du fait internationalement illicite font l objet d une jurisprudence constante de la Cour internationale de Justice, et sont bien ancrés dans le droit international général. L imputabilité du fait précède logiquement l examen de sa licéité. 28 En effet, le second élément cité par la CDI, la violation d une obligation internationale de l Etat, est dépendant du premier. Les normes du droit international ne s adressant par définition qu aux sujets de ce droit, un comportement donné ne peut être considéré comme une violation du droit international que s il est imputable à un de ses sujets. Comme l a écrit le professeur Pierre-Marie Dupuy, «la violation du droit international ne sera établie que si elle peut être considérée comme ayant été commise par un sujet relevant de cet ordre et agissant en tant que tel.» 29 En ce qu elle permet de définir les faits qui peuvent être considérés comme ayant été commis par un sujet de droit international, l imputabilité occupe une place centrale dans la théorie de la responsabilité internationale. L imputabilité est définie comme la «caractéristique de comportements d individus ou de groupes qui peuvent ou doivent être rattachés à un Etat ou à une organisation internationale», tandis que l imputation désigne l action de rattacher le comportement d une personne ou d un groupe de personnes à un sujet du droit international. 30 Le terme «attribution» a une signification similaire à «imputation» ; son usage a été préféré par la CDI afin d éviter les «interprétations erronées» auxquelles le terme «imputation» aurait pu donner lieu du fait de son usage dans certains droits internes. 31 Le rapporteur spécial Roberto Ago s est rallié à l avis d utiliser le terme plus neutre d attribution plutôt qu imputation, tout 27 James CRAWFORD, op. cit., p. 14. Pour une critique de l abandon du dommage comme élément constitutif de la responsabilité internationale, v. Gilbert GUILLAUME, «Overview of Part One of the Articles on State Responsibility», in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON, op. cit., p V. James CRAWFORD, op. cit., p Pierre-Marie DUPUY, op. cit., p Jean SALMON (dir.), Dictionnaire de droit international public, Bruylant, Bruxelles, ACDI 1973, vol. II, p. 187, 14 20

21 en relevant que «les mots n ont de sens que celui qu on leur donne.» 32 Il est utile de souligner que ces deux termes ont une signification équivalente en droit international, et sont souvent utilisés alternativement. Ainsi, pour Anzilotti, imputer «signifie l attribution d un acte à un sujet donné» 33 ; d après le dictionnaire de Jules Basdevant, imputer signifie «attribuer un fait à un sujet de droit, le rattacher à celui-ci en vue de lui en faire supporter les conséquences juridiques.» 34 L imputabilité peut être entendue comme la détermination des conditions dans lesquelles un comportement donné, adopté par une personne ou un groupe de personnes, est susceptible d être considéré comme un fait d un sujet de droit international (Etat ou organisation internationale) d après le droit international. Dans les termes de Roberto Ago, les règles relatives à l imputabilité permettent de préciser «quels sont les «comportements» que le droit international considère comme «faits de l Etat» aux fins d établir l existence éventuelle d un fait internationalement illicite», en d autres termes d indiquer «quand, d après le droit international, c est l Etat qui doit être considéré comme agissant.» 35 L attribution signifie l «opération du rattachement à l Etat d une action ou omission donnée» 36 ; elle consiste à attribuer des actes nécessairement commis par une personne physique à une personne morale 37 ; il s agit de l «opération qui permet de reconnaître les auteurs» des faits juridiques. 38 L imputabilité est un des deux éléments constitutifs d un fait illicite d après le droit international. La violation d une règle primaire du droit international, pour être constituée, doit être imputable à un Etat ou à une organisation internationale. Le comportement illicite «doit être susceptible d être rattaché non pas à l individu ou au groupe d individus qui l a matériellement eu, mais à l Etat en sa qualité de sujet du droit international.» 39 A travers les définitions de l imputabilité se définissent ses problématiques, au cœur du système de la 32 ACDI 1973, vol. I, p. 53, 8 33 Dionisio ANZILOTTI, op. cit., p Jules BASDEVANT, Dictionnaire de la terminologie du droit international, Sirey, ACDI 1973, vol. II, p. 192, 1 et 3 36 James CRAWFORD, op. cit., p Brigitte STERN, The Elements of an Internationally Wrongful Act, in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON, op. cit., p Luigi CONDORELLI, op. cit., p ACDI 1971 vol. II, 1 ère partie, p

CHAPITRE 16.3. LES PERSONNES PRIVEES Olivier de FROUVILLE

CHAPITRE 16.3. LES PERSONNES PRIVEES Olivier de FROUVILLE CHAPITRE 16.3 LES PERSONNES PRIVEES Olivier de FROUVILLE 1. En droit international, l opération intellectuelle d attribution remplit une double fonction dans la théorie de la responsabilité. La première

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER - 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER Principes généraux Article premier Responsabilité de

Plus en détail

Application de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. (Croatie c. Serbie).

Application de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. (Croatie c. Serbie). COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE Palais de la Paix, Carnegieplein 2, 2517 KJ La Haye, Pays-Bas Tél : +31 (0)70 302 2323 Télécopie : +31 (0)70 364 9928 Site Internet : www.icj-cij.org Communiqué de presse

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Le Kosovo, nouvel Etat? Oppositions juridiques entre Etats à propos de l avis de la Cour internationale de justice (CIJ) du 21 juillet 2010

Le Kosovo, nouvel Etat? Oppositions juridiques entre Etats à propos de l avis de la Cour internationale de justice (CIJ) du 21 juillet 2010 1 Le Kosovo, nouvel Etat? Oppositions juridiques entre Etats à propos de l avis de la Cour internationale de justice (CIJ) du 21 juillet 2010 Traiter de la question du Kosovo en tant que nouvel Etat, suppose

Plus en détail

ANNEXE. L obligation d extrader ou de poursuivre («aut dedere aut judicare») en droit international. Observations préliminaires. (Zdzislaw Galicki)

ANNEXE. L obligation d extrader ou de poursuivre («aut dedere aut judicare») en droit international. Observations préliminaires. (Zdzislaw Galicki) ANNEXE L obligation d extrader ou de poursuivre («aut dedere aut judicare») en droit international Observations préliminaires (Zdzislaw Galicki) I. Introduction générale du sujet 1. L expression «extrader

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET Le respect de la règle du conflit d intérêts est un des principes essentiels de la déontologie de l avocat français. 1. La règle Elle est énoncée par l article

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION DIPLOMATIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION DIPLOMATIQUE... TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... VII PRÉFACE....IX LISTE DES ABRÉVIATIONS... XXVII INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

LE ROYAUME DE BELGIQUE

LE ROYAUME DE BELGIQUE ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES LE ROYAUME DE BELGIQUE, dénommé

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION

QUELLES PERSPECTIVES POUR UNE MEILLEURE REPARATION CRPMDTR110 077 B4 CONFERENCE DES REGIONS PERIPHERIQUES MARITIMES D EUROPE CONFERENCE OF PERIPHERAL MARITIME REGIONS OF EUROPE 6, rue Saint-Martin, 35700 RENNES - FR Tel. : + 33 (0)2 99 35 40 50 - Fax :

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre du droit de l entreprise, EA 3397 de l'université Strasbourg 3 avril 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS La République Portugaise et le Royaume du Maroc, désignés ci-après:

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE

MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL / TRAVAIL TEMPORAIRE L Allemagne est n 1 mondial au plan de la technologie industrielle, machines et équipement, automobile etc L économie allemande manque de ressources

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel

La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel La prévention des risques hors du cadre professionnel habituel Sommaire 1- La responsabilité du chef d établissement à l égard de l organisation des missions en France ou à l étranger 2- La responsabilité

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Strasbourg, le 10 juin 2013 47+1(2013)008rev2

Strasbourg, le 10 juin 2013 47+1(2013)008rev2 Strasbourg, le 10 juin 2013 47+1(2013)008rev2 CINQUIÈME RÉUNION DE NÉGOCIATION ENTRE LE GROUPE DE NÉGOCIATION AD HOC DU CDDH ET LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L ADHÉSION DE L UNION EUROPÉENNE À LA CONVENTION

Plus en détail

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1

ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA. Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 ASSOCIATION DES COMPTABLES GÉNÉRAUX ACCRÉDITÉS DU CANADA Norme de formation Professionnelle continue Version 1.1 Association des comptables généraux accrédités du Canada 100 4200 North Fraser Way Burnaby

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Table des matières. 1 Le droit de la responsabilité : le domaine de la voirie... 7

Table des matières. 1 Le droit de la responsabilité : le domaine de la voirie... 7 Table des matières 1 Le droit de la responsabilité : le domaine de la voirie........................ 7 Ann-Lawrence DURVIAUX professeur à l U.Lg., avocate Benoît KOHL professeur à l U.Lg., avocat Damien

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 1 LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 Michel Menjucq Professeur à l Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne Grâce à la communautarisation

Plus en détail

Introduction : Droit commerciale Pr Abdelaziz SQUALLI page : 20 année 2004-2005 2. Répertoire numérique de Dalloz 1

Introduction : Droit commerciale Pr Abdelaziz SQUALLI page : 20 année 2004-2005 2. Répertoire numérique de Dalloz 1 Introduction : L entreprise est une entité économique qui implique la mise en œuvre des moyens humains et matériels en vue de la production ou de la distribution des richesses. Certes, étant une structure

Plus en détail

Comité de coordination de l OMPI

Comité de coordination de l OMPI F WO/CC/70/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 22 JUILLET 2014 Comité de coordination de l OMPI Soixante-dixième session (45 e session ordinaire) Genève, 22 30 septembre 2014 STATUT ET RÈGLEMENT DU PERSONNEL :

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

1995 : DEA de droit européen. Sujet du mémoire : «Le Comité des Représentants Permanents» (COREPER).

1995 : DEA de droit européen. Sujet du mémoire : «Le Comité des Représentants Permanents» (COREPER). BOTOKO CLAEYSEN Catherine 6 mars 1972 Mariée, deux enfants cbotoko@univ-paris1.fr Tél professionnel : 01 44 07 77 66 Ingénieur en analyse de sources, Bap D FORMATION : 14 janvier 2000 : admission au grade

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

La compétence du juge administratif

La compétence du juge administratif La violation des règles de l intérim a pour conséquence la substitution de l utilisateur, en sa qualité d employeur, à l entreprise de travail temporaire. Dans cette logique, le Tribunal des conflits vient

Plus en détail

0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements

0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements Texte original 0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements Conclu le 17 décembre 1985 Entré en vigueur

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE 1 LICENCE 2 ième année DROIT COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE SECTION 1 - L'OTAN, ORGANISATION

Plus en détail

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ

1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Importance d un programme de sécurité et de santé 1. IMPORTANCE D UN PROGRAMME DE SÉCURITÉ ET DE SANTÉ Raison d être d un programme de sécurité et de santé Un bon programme de sécurité et de santé dans

Plus en détail

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014

Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 Droit de la consommation : Bilan des nouveautés de 2014 La fin de l année approche et avec elle ses bilans et autres rétrospectives. Pour l ULC, c est l occasion de faire le point et d informer les consommateurs

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014 United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux ALLOCUTION (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non officiel.)

Plus en détail

Vous êtes marié avec un conjoint de

Vous êtes marié avec un conjoint de Divorce et résidence à l étranger Quel tribunal peut-on saisir? Les époux peuvent-ils choisir la loi applicable à leur divorce? Sous quelle forme? À défaut, quelle sera la loi applicable au divorce? Quels

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Vienne, 2010 Résolutions

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 6. LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER Les erreurs de gouvernance commises par les administrateurs de fondation sont rares au Canada. Celles

Plus en détail

L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892

L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892 L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892 Guide juridique et pratique pour les interventions publiques sur terrains privés Généralités La loi du 29 décembre 1892

Plus en détail

La résolution des conflits entre Etat central et entités dotées du pouvoir législatif par la Cour constitutionnelle

La résolution des conflits entre Etat central et entités dotées du pouvoir législatif par la Cour constitutionnelle La résolution des conflits entre Etat central et entités dotées du pouvoir législatif par la Cour constitutionnelle Rapport du Tribunal fédéral suisse présenté par M. le Juge fédéral Heinz Aemisegger,

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

La succession d Etats en matière de biens et de dettes

La succession d Etats en matière de biens et de dettes JUSTITIA ET PACE INSTITUT DE DROIT INTERNATIONAL Session de Vancouver - 2001 La succession d Etats en matière de biens et de dettes (Septième Commission, Rapporteur : M. Georg Ress) (Le texte français

Plus en détail

POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS AMWAY

POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS AMWAY BIEN- ÊTRE MAISON BEAUTÉ VOTRE ACTIVITÉ VOTRE ACTIVITÉ MAISON BEAUTÉ BIEN- ÊTRE VOTRE ACTIVITÉ MAISON BEAUTÉ POLITIQUE EUROPÉENNE APPLIQUÉE AUX BIEN- ÊTRE SITES INTERNET DES ENTREPRENEURS INDÉPENDANTS

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties ICC-ASP/6/INF.3 Distr.: générale 4 décembre 2007 FRANÇAIS Original: Anglais Sixième session New York 30 novembre - 14 décembre 2007 Conférence de

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS «Charbonnier est maître chez soi. Nous traiterons comme nous l'entendons nos

Plus en détail

FAILLITES TRANSFRONTALIERES

FAILLITES TRANSFRONTALIERES FAILLITES TRANSFRONTALIERES : Règlement communautaire no 1346/2000 du 29/5/2000 relatif aux procédures d insolvabilité, par Me Serge WORTHALTER, Avocat au Barreau de PARIS Membre de la section internationale

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM

AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM CCA 34 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR DES CLAUSES RELATIVES A LA CHARGE DE LA PREUVE DANS DES ASSURANCES OMNIUM Bruxelles, le 20 novembre 2013 2 Avis sur des clauses relatives à la charge de

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge

Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge La relève Maximiser l utilisation des pertes lorsqu on jette l éponge À l occasion du congrès de l Association de planification fiscale et financière tenu le 5 octobre 2012, l Agence du revenu du Canada

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun.

AVANT-PROPOS. Victime d une agression. La victime sera indemnisée selon le droit commun. AVANT-PROPOS Force est de constater que nous vivons dans une société indemnitaire. Toute personne ayant subi un dommage veut obtenir réparation de celui-ci. L indemnisation du dommage corporel est au cœur

Plus en détail

Numéro du rôle : 5866. Arrêt n 62/2015 du 21 mai 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 5866. Arrêt n 62/2015 du 21 mai 2015 A R R E T Numéro du rôle : 5866 Arrêt n 62/2015 du 21 mai 2015 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 46, 1er, 7, de la loi du 10 avril 1971 sur les accidents du travail, lu ou non

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

du 12 août 2015 2015... 1

du 12 août 2015 2015... 1 Rapport explicatif concernant le projet destiné à la consultation relatif à la modification de la loi sur l harmonisation des impôts directs des cantons et des communes (mise en œuvre de la motion 13.3728,

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail