L imputabilité dans le droit de la responsabilité internationale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L imputabilité dans le droit de la responsabilité internationale"

Transcription

1 UNIVERSITÉ DE STRASBOURG École doctorale Droit, Science Politique et Histoire L imputabilité dans le droit de la responsabilité internationale Essai sur la commission d un fait illicite par un Etat ou une organisation internationale François FINCK Thèse pour l obtention du doctorat en droit de l Université de Strasbourg Droit international public Soutenance publique 1 er juin 2011 Jury : M. Hervé ASCENSIO, Professeur à l Université Paris-I Panthéon-Sorbonne (rapporteur) M. Syméon KARAGIANNIS, Professeur à l Université de Strasbourg M. Christian MESTRE, Professeur à l Université de Strasbourg, ancien Président de l Université Robert Schuman (directeur de thèse) M. Yves PETIT, Professeur à l Université de Nancy (rapporteur) 1

2 2

3 Je remercie Kasia pour son soutien et ses encouragements 3

4 4

5 Principaux sigles utilisés Périodiques : ACDI : Annuaire de la Commission du droit international AFDI : Annuaire français de droit international AIDI : Annuaire de l Institut du droit international AJIL: American Journal of International Law BYBIL: British Yearbook of International Law EJIL: European Journal of International Law HRLR: Human Rights Law Review ICLQ: International and Comparative Law Quarterly ILM: International Legal Materials ILR: International Law Reports Melbourne JIL: Melbourne Journal of International Law NJW : Neue Juristische Wochenschrift NYIL: Netherlands Yearbook of International Law NYUJILP: New York University Journal of International Law and Politics RBDI : Revue belge de droit international RCADI : Recueil des cours de l Académie de droit international RDILC : Revue de droit international et de législation comparée RGDIP : Revue générale de droit international public RSA : Recueil des sentences arbitrales 5

6 RTDE : Revue trimestrielle de droit européen RTDH : Revue trimestrielle des droits de l homme Organisations internationales, Etats, juridictions, et autres : ACP (Etats) : Afrique, Caraïbes, Pacifique ALENA : Accord de libre-échange Nord-américain AOI : Arab Organization for Industrialization ARDE : Alliance révolutionnaire démocratique (mouvement rebelle nicaraguayen) ASE : Agence spatiale européenne CAEM : Conseil d assistance économique mutuelle CDH : Comité des droits de l homme CDI : Commission du droit international CE : Conseil d Etat CECA : Communauté européenne du charbon et de l acier CFDT : Confédération française démocratique du Travail CIE : Conseil international de l Etain CIJ : Cour internationale de Justice CIRDI : Centre international de règlement des différends relatifs à l investissement CJCE : Cour de justice des Communautés européennes CJUE : Cour de justice de l Union européenne CMP : Conseil de mise en œuvre de la paix 6

7 ComEDH : Commission européenne des droits de l homme CourEDH : Cour européenne des droits de l homme CPJI : Cour permanente de justice internationale CSCE : Conférence pour la sécurité et la coopération en Europe FDN : Force démocratique nicaraguayenne (mouvement rebelle nicaraguayen) FINUL : Force intérimaire des Nations Unies au Liban FNUOD : Force des Nations Unies chargée d observer le désengagement FORPRONU : Force de protection des Nations Unies FUNU : Force d urgence des Nations Unies HV : Forces armées de la République de Croatie HVO : Forces armées croates de Bosnie IDI : Institut du Droit international ILA : International Law Association JNA : Forces armées de la RSFY KFOR : Kosovo Force MINUK : Mission d administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo MLC : Mouvement de Libération du Congo OAS : Organisation de l Armée secrète OMC : Organisation mondiale du Commerce ONU : Organisation des Nations Unies ONUC : Opération des Nations Unies au Congo 7

8 ONUSOM : Opération des Nations Unies en Somalie OTAN : Organisation du Traité de l Atlantique Nord RDC : République démocratique du Congo RFA : République fédérale d Allemagne RFY : République fédérale de Yougoslavie RMT : République moldave de Transniestrie RS : «Republika Srpska», République serbe de Bosnie RSFY : République socialiste fédérative de Yougoslavie RTCN : République turque de Chypre du Nord TPIY : Tribunal pénal international pour l ex-yougoslavie TUE : Traité sur l Union européenne UE : Union européenne URSS : Union des Républiques socialistes soviétiques VJ : Forces armées de la RFY VRS : Forces armées de la République serbe de Bosnie 8

9 9

10 10

11 Sommaire Sommaire Introduction générale 1 ère Partie L imputabilité d un fait illicite à l Etat Titre 1. L imputabilité du comportement de personnes en fonction de leur possession du statut d organe de jure de l Etat. Chapitre 1. L imputabilité du comportement de personnes possédant le statut d organe de l Etat adopté en cette qualité Chapitre 2. L imputabilité du comportement de personnes étrangères à l appareil d Etat Titre 2 : L imputabilité du comportement de personnes ne faisant pas formellement partie de l appareil d Etat : De l imputabilité de faits de particuliers à l autonomisation de la base d imputabilité «organe de facto Chapitre 1. Du fait de particuliers agissant «pour le compte» de l Etat à l organe de facto Chapitre 2 L organe de facto 2 ème partie. La problématique de l imputabilité d un comportement contraire au droit international à une organisation internationale ou à ses Etats membres Titre 1. La responsabilité de l Etat à raison du comportement d une organisation dont il est membre Chapitre 1. La responsabilité internationale de l organisation, raison de l exclusion de principe de celle de ses membres. Chapitre 2. Les cas de responsabilité de l Etat à raison d un fait de l organisation dont il est membre Titre 2. La détermination de la responsabilité de l organisation internationale à raison d un fait illicite Chapitre 1. L imputabilité du comportement des agents et organes de l organisation, ainsi que des organes mis à sa disposition Chapitre 2. L attribution de la responsabilité à raison du fait d Etats membres agissant en application d une autorisation ou d une décision de l organisation Conclusion générale Bibliographie Table de la jurisprudence citée Table des matières 11

12 12

13 Introduction générale La responsabilité est la colonne vertébrale de tout ordre juridique. Elle est une condition de la juridicité d un système donné. Cependant, si la responsabilité est «l épicentre d un système juridique» 1, sa magnitude découle des principes gouvernant l imputabilité et notamment de leur adéquation à la réalité de la pratique des sujets de droit. L effectivité du droit de la responsabilité internationale dépend de sa capacité à appréhender la réalité de l activité des sujets du droit international au travers de l imputabilité. L imputabilité, élément fondamental de la théorie de la responsabilité internationale, est un sujet d étude classique du droit international. 2 C est également un sujet toujours en mouvement, qui fait l objet de développements permanents, parallèles et soumis à des influences réciproques, entre la pratique, la jurisprudence, l œuvre de codification et la doctrine. Ces développements sont dus aux besoins nouveaux que révèle la pratique 1 Pierre-Marie DUPUY, Le fait générateur de la responsabilité internationale des Etats, RCADI 1984-V, p De nombreuses recherches ont été menées sur la responsabilité internationale. Parmi les plus notables, on retrouve les œuvres classiques de Dionisio ANZILOTTI, La responsabilité internationale des Etats à raison des dommages soufferts par des étrangers, RGDIP 1906, pp. 5 et 285 ; d André DECENCIERE-FERRANDIERE, La responsabilité internationale des Etats à raison des dommages subis par des étrangers, Paris, Rousseau, 1925 ; de Leo STRISOWER, Rapport sur la responsabilité internationale des Etats à raison des dommages causés sur leur territoire à la personne ou aux biens des étrangers, AIDI, 1927 ; de Clyde EAGLETON, The Responsibility of States in international law, New York University Press, 1928 ; de Roberto Ago, qui a exposé ses vues dans son cours à l Académie de droit international avant d avoir la possibilité de les mettre en pratique à la Commission du droit international, Roberto AGO, le délit international, RCADI 1939 II, p La responsabilité internationale a également été le thème de cours à l Académie de la Haye, notamment de Constantin Th. EUSTATHIADES, Les sujets du droit international et la responsabilité internationale Nouvelles tendances, RCADI 1953 III, p. 397, de Francisco V. GARCIA-AMADOR, State responsibility: some new problems, RCADI 1958 II, de Hildebrando ACCIOLY, Principes généraux de la responsabilité internationale d après la doctrine et la jurisprudence, RCADI 1959 I, p. 353, de Bernhard GRAEFRATH, Responsibility and damages caused : relationship between responsibility and damages, RCADI 1984 II, p. 9 et de Pierre-Marie DUPUY, op. cit. Parmi les ouvrages spécifiquement consacrés à la problématique de l imputabilité, Luigi CONDORELLI, L imputation à l Etat d un fait internationalement illicite : solutions classiques et nouvelles tendances, RCADI 1984 VI, p. 9, ainsi que Patrick JACOB, L imputation d un fait à l Etat en droit international de la responsabilité, Thèse, 2010, Rennes I. 13

14 internationale, notamment dans le cadre des relations entre un Etat et des personnes susceptibles d être qualifiées d agents ou d organes de fait, ainsi qu à travers la question de la responsabilité des organisations internationales. L imputabilité dans le contexte de la responsabilité des Etats a également été traitée par la Commission du droit international (CDI) dans le cadre de son travail de codification. La question de l imputabilité, notamment du comportement de personnes ne faisant pas formellement partie de l appareil d Etat, a fait l objet de développements essentiels dans la jurisprudence de la Cour internationale de Justice et a donné lieu à des divergences avec le Tribunal pénal international pour l ex-yougoslavie, exemple fameux de «fragmentation» du droit international. 3 Cette problématique est également apparue dans la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme et dans la pratique internationale. Ces divergences, engendrées par une pratique internationale récente et complexe, mettent en évidence la difficulté de prendre en compte la diversité des modes d action des Etats. Comme l a observé le professeur Paul Reuter, «la responsabilité est au cœur du droit international, ( ) elle constitue une partie essentielle de ce que l on pourrait considérer comme la constitution de la Communauté internationale». 4 La responsabilité a, en effet, un rôle central dans tout système juridique ; elle permet de marquer la différence entre le comportement conforme au droit et celui qui ne l est pas en définissant les effets juridiques qui vont s attacher au second comportement. En l absence de responsabilité, «il faudrait sans doute s interroger sur la nature du système que l on étudie» 5 ; son caractère juridique serait remis en cause. En d autres termes, comme l a énoncé la Cour internationale de Justice, «[l]a responsabilité est le corollaire nécessaire du droit.» 6 Tout ordre juridique prévoit que des 3 A ce sujet, v. Benedetto CONFORTI, «Unité et fragmentation du droit international : «Glissez, mortels, n appuyez pas!», Revue générale de droit international public, 2007, pp. 5-18, estime que des divergences d interprétation entre juridictions internationales sont rares et ne sont pas forcément des catastrophes. La fragmentation serait davantage «un signe évident de la vitalité du droit international». 4 Paul REUTER, «Trois observations sur la codification de la responsabilité internationale des Etats pour fait illicite», in Le droit international au service de la paix, de la justice et du développement, Mélanges Michel Virally, Paris, Pédone, 1991, p Gilles COTTEREAU, «Système juridique et notion de responsabilité», in La responsabilité dans le système international, colloque du Mans de la SFDI, Paris, Pedone, 1991, p. 3 6 CIJ, Affaire de la Barcelona Traction, Light and Power Company, limited (Belgique c. Espagne), deuxième phase, arrêt du 5 février 1970, Rec. 1970, p

15 conséquences légales sont attachées au manquement à la règle de droit 7, à plus forte raison l ordre juridique international caractérisé par l égale souveraineté des Etats 8, dans lequel «la responsabilité internationale ( ) apparaît comme le mécanisme régulateur essentiel et nécessaire des rapports mutuels» des sujets de droit. Le principe selon lequel tout comportement d un Etat contraire au droit international entraîne la responsabilité de cet Etat n a pas besoin d être justifié ou déduit d autres principes, car «il est expressément reconnu, ou du moins clairement présupposé, par une pratique unanime». 9 Il est une conséquence de l existence d un droit international. Comme l exprime l article premier des articles de la CDI sur la responsabilité des Etats, «[t]out fait internationalement illicite d un Etat engage sa responsabilité internationale.» Le principe selon lequel «[t]out fait internationalement illicite d une organisation internationale engage sa responsabilité internationale» est fondé sur les mêmes bases. Son acceptation a toutefois été plus tardive ; la possibilité d une responsabilité des organisations internationales passe en effet nécessairement par la reconnaissance de leur personnalité juridique internationale. Si celle-ci est acquise, sa portée et ses conséquences font toujours l objet de débats qui ont une influence certaine sur la question de leur responsabilité ainsi que celle de leurs Etats membres. 10 La responsabilité internationale est un des thèmes les plus importants à avoir occupé la Commission du droit international. Ses travaux, et en particulier ceux ayant abouti aux articles sur la responsabilité de l Etat, sont indispensable à une bonne compréhension du sujet. Les travaux de la CDI constituent une base importante à l étude de questions liées à la responsabilité internationale, qu il faut néanmoins confronter aux développements récents dans la pratique et la jurisprudence internationales. Les articles de la CDI sur la responsabilité de l Etat ont servi de source d inspiration précieuse, notamment pour les juridictions internationales, bien avant leur adoption finale. De nombreuses références avaient déjà été faites à la première partie, adoptée au courant des années 1970 suite aux rapports de Roberto Ago. Les dispositions relatives à l imputabilité ont également été citées à de nombreuses occasions depuis l adoption de la version finale des articles. L interprétation qui leur a été donnée a cependant varié selon les juridictions 7 Pierre-Marie DUPUY, Droit international public, Paris, Dalloz, 9 ème éd., 2008, p Alain PELLET, Patrick DAILLIER, Mathias FORTEAU, Droit international public, 8 ème éd., L.G.D.J., Paris, 2009, n Roberto AGO, Troisième rapport sur la responsabilité des Etats, ACDI 1971, vol. II, 1 ère partie, p V. 2 ème partie, Titre 1, 1 er chapitre 15

16 concernées ; il semble qu elles ont plus été considérées comme des bases de réflexion, que l expression stricte du droit coutumier. En ce sens, les articles ont une influence très importante sur le développement du droit international tout en conservant une certaine souplesse. En effet, le thème de la responsabilité des Etats n a pas fait l objet d une convention de codification. L approche «souple» retenue par l Assemblée générale des Nations Unies 11 avait pour objet d éviter les risques et écueils d une conférence visant à préparer une convention internationale sur le sujet. En particulier, la crainte qu un faible nombre de ratifications risque d avoir un effet déstabilisant, voire «dé-codifiant» sur le thème de la responsabilité des Etats a contribué au choix de cette solution. 12 En outre, les articles sur la responsabilité des Etats peuvent avoir plus d efficacité concrète en conservant leur forme actuelle. Ils sont souvent cités par les juridictions internationales, les tribunaux arbitraux, les gouvernements, ce qui traduit leur influence importante sur le développement du droit international. 13 Cette valeur des articles en tant que source d inspiration «informelle» n est généralement pas mise en doute, même si leur adoption par des organismes internationaux sans le recul nécessaire a été redoutée. 14 Ils ne doivent pas être considérés comme un traité de codification, même s ils en ont l apparence. 15 Pour le professeur Luigi Condorelli, l ensemble des principes relatifs à l imputation «constitue un portrait fidèle du droit international en vigueur». 16 Il est utile de se pencher sur la question de savoir si c est toujours le cas. Un point particulièrement intéressant à cet égard est l évolution respective tant des articles que de la jurisprudence internationale ou de la pratique des Etats, qui ont été marqués par des influences réciproques. En ce sens, l imputabilité fournit une bonne illustration du processus complexe de la formation du droit international, marqué par des influences croisées entre la pratique des Etats, le droit coutumier, notamment tel qu il est énoncé par la jurisprudence internationale, et tel qu il est 11 L Assemblée générale a pris note des articles par la résolution 56/83 du 12 décembre James CRAWFORD, Les articles de la CDI sur la responsabilité de l Etat, Paris, Pedone, 2003, p. 69 ; Quatrième Rapport sur la responsabilité des Etats, A/CN.4/517, V. les commentaires du Royaume-Uni, cités par Alain PELLET, «The ILC s Articles on state responsibility for internationally wrongful acts and related texts», in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON (eds), The law of international responsibility, Oxford University Press, 2010, p Ainsi par David D. CARON, The ILC Articles on State Responsibility : The Paradoxical Relationship Between Form and Authority, American Journal of International Law 2002, p Ibid., p Luigi CONDORELLI, op. cit., p

17 codifié par la Commission du droit international. Le droit international est créé par un processus complexe ; sa formation n est pas due à un facteur explicatif unique. Ainsi, comme la codification par la CDI a pris la forme d articles, une forme quasi-conventionnelle, qui formule des règles claires, et donc prêtes à être appliquée, elle a une grande influence sur les juges ou arbitres. Le travail de codification de ce qui est censé être en grande partie le droit existant a une influence directe sur l application, l interprétation, la formulation et donc également la création de ce même droit par les organes juridictionnels, voire par les Etats euxmêmes qui s appuient sur les principes énoncés par la CDI. La réponse à la question de l adéquation des articles au droit coutumier tient dans une certaine mesure de la prophétie auto-réalisatrice, puisque les acteurs du droit international (ministères des affaires étrangères, arbitres, juges, etc.) vont les invoquer afin de justifier leurs décisions ou leur argumentation, permettant par là leur mise en œuvre concrète. Celle-ci n est cependant pas homogène, ni toujours fidèle au texte du projet. L adéquation entre les articles de la CDI et la réalité de la pratique et de la jurisprudence internationales est constamment remise en cause par l apparition de situations inédites et de besoins nouveaux qui nécessitent l adaptation des principes adoptés en Il est cependant indéniable que les articles de la CDI sur la responsabilité des Etats ont acquis une valeur importante en droit international positif. Les dispositions relatives à l imputabilité sont presque systématiquement citées par les décisions de juridictions internationales, même si leur interprétation s éloigne parfois considérablement du texte. Les articles relatifs à la responsabilité des organisations internationales n ont pas encore acquis une telle portée. Ils sont en effet plus récents, adoptés en première lecture en Certaines dispositions relatives à l imputabilité ont toutefois déjà été citées par des juridictions internationales, par exemple la Cour européenne des droits de l homme dans des affaires relatives à diverses opérations internationales en ex-yougoslavie, avant même leur adoption en première lecture. Cela traduit un besoin de règles reconnues, dans une matière caractérisées par l incertitude et la complexité. Cependant, là encore, référence ne signifie pas nécessairement respect de la substance du projet de la CDI. La conformité de la jurisprudence internationale au projet semble en général moins importante dans le cas du projet d articles sur la responsabilité des organisations internationales que dans le cas de la responsabilité des Etats. Dans ce dernier cas, les principes sont bien établis et reconnus par tous les acteurs, même si des divergences d interprétation existent, alors que le cas de la responsabilité des organisations internationales se traduit par une plus grande incertitude due à une pratique plus clairsemée et plus récente. 17

18 Par ailleurs, un certain nombre d articles du projet sur la responsabilité des organisations internationales n est justifié que par une pratique et une jurisprudence éparse, ou concernant des situations spécifiques à certaines organisations. Ces dispositions ne sont pas nécessairement transposables à toutes les organisations internationales, ou semblent difficiles à mettre en œuvre de façon concrète. Ces observations n empêchent paradoxalement pas de relever que l autorité reconnue en théorie aux projets de la CDI en matière tant de responsabilité des Etats que des organisations internationales est grande. En effet, même si l interprète s en libère dans le cas concret, il tient à s y référer, dans l intention de renforcer l acceptabilité de sa décision. La codification du droit de la responsabilité internationale est le fruit d un travail de longue haleine, qui a trouvé sa forme contemporaine sous l impulsion de Roberto Ago, rapporteur spécial du projet sur la responsabilité des Etats entre 1963 et La CDI s est alors lancé dans la codification des seules règles relatives au droit de la responsabilité internationale, et non des normes dont la violation est susceptible d engager la responsabilité de l Etat. La nécessité de concentrer son étude sur «la détermination des principes qui régissent la responsabilité des Etats pour faits illicites internationaux, en maintenant une distinction rigoureuse entre cette tâche et celle qui consiste à définir les règles mettant à la charge des Etats les obligations dont la violation peut être cause de responsabilité» a été reconnue par la Commission. 17 Cette distinction entre règles primaires et règles secondaires que caractérise la «révolution Ago» 18 était nécessaire pour arriver à un projet réalisable 19, même si cette approche a été critiquée pour son caractère prétendument trop général ou abstrait. 20 Cependant, adopter une position contraire, prenant en compte les règles «primaires» serait revenu à codifier l ensemble du droit international. 21 Cette approche a permis à la Commission du droit international de mener à bien son projet après l impulsion définitive donnée par son dernier rapporteur spécial sur le sujet, James Crawford. La 17 Rapport de la Commission à l Assemblée Générale sur les travaux de sa 22ème session, ACDI 1970, vol. II, p. 327, 66c 18 Expression d Alain PELLET, op. cit., in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON, op. cit., p Rapport de la Commission à l Assemblée Générale sur les travaux de sa 22ème session, ACDI 1970, vol. II, p. 327, 66c. v. également James CRAWFORD, op. cit., pp. 16s 20 V. les critiques énumérées par Luigi CONDORELLI, op. cit., pp Ibid., p

19 distinction entre règles primaires et secondaires est essentiellement de nature technique, et à ce titre peut paraître artificielle 22 ; elle n a pas toujours été strictement respectée. 23 La même approche a été suivie par la Commission dans son projet sur la responsabilité des organisations internationales, qui s est largement inspirée du projet sur la responsabilité des Etats. Une distinction stricte entre règles «primaires» et «secondaires» n a pas toujours été réalisée; ainsi une disposition 24 du projet sur la responsabilité des organisations internationales, qui s inspire de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l homme, met à la charge des Etats une obligation de due diligence en regard des activités des organisations internationales auxquelles ils ont transféré des compétences. 25 Les Etats doivent garantir que leurs obligations ne seront pas violées par l organisation dans le cadre de ses activités. La portée de cette obligation en droit international général est toutefois sujette à caution. 26 Les éléments constitutifs de la responsabilité internationale ont été énoncés par l article 2 du projet d articles sur la responsabilité des Etats, qui dispose : «Il y a fait internationalement illicite de l Etat lorsqu un comportement consistant en une action ou une omission : a) Est attribuable à l Etat en vertu du droit international ; et b) Constitue une violation d une obligation internationale de l Etat.» Les deux éléments retenus par la Commission du droit international sur la proposition de Roberto Ago traduisent l objectivation de la responsabilité internationale ; la responsabilité naît uniquement de la violation d une de ses obligations internationales par l Etat. Le projet d articles sur la responsabilité des organisations internationales reprend cette disposition 22 Eric DAVID, Primary and Secondary Rules, in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON, op. cit., pp. 27s 23 Ibid., p Article 60 du projet sur la responsabilité des organisations internationales adopté en première lecture. 25 V. Pierre KLEIN, Attribution of Conduct to International Organizations, in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON, op. cit., pp Cf. 2 ème partie, Titre 1, chapitre 2, s.2, 2 19

20 mutatis mutandis dans son article 4 relatif aux éléments du fait internationalement illicite d une organisation internationale. Le fait internationalement illicite n a que deux éléments constitutifs, même si l existence d un préjudice ou d un dommage peut être importante en ce qui concerne l invocation de la responsabilité par un autre Etat, ou la forme et l étendue de la réparation. 27 Ces deux éléments constitutifs du fait internationalement illicite font l objet d une jurisprudence constante de la Cour internationale de Justice, et sont bien ancrés dans le droit international général. L imputabilité du fait précède logiquement l examen de sa licéité. 28 En effet, le second élément cité par la CDI, la violation d une obligation internationale de l Etat, est dépendant du premier. Les normes du droit international ne s adressant par définition qu aux sujets de ce droit, un comportement donné ne peut être considéré comme une violation du droit international que s il est imputable à un de ses sujets. Comme l a écrit le professeur Pierre-Marie Dupuy, «la violation du droit international ne sera établie que si elle peut être considérée comme ayant été commise par un sujet relevant de cet ordre et agissant en tant que tel.» 29 En ce qu elle permet de définir les faits qui peuvent être considérés comme ayant été commis par un sujet de droit international, l imputabilité occupe une place centrale dans la théorie de la responsabilité internationale. L imputabilité est définie comme la «caractéristique de comportements d individus ou de groupes qui peuvent ou doivent être rattachés à un Etat ou à une organisation internationale», tandis que l imputation désigne l action de rattacher le comportement d une personne ou d un groupe de personnes à un sujet du droit international. 30 Le terme «attribution» a une signification similaire à «imputation» ; son usage a été préféré par la CDI afin d éviter les «interprétations erronées» auxquelles le terme «imputation» aurait pu donner lieu du fait de son usage dans certains droits internes. 31 Le rapporteur spécial Roberto Ago s est rallié à l avis d utiliser le terme plus neutre d attribution plutôt qu imputation, tout 27 James CRAWFORD, op. cit., p. 14. Pour une critique de l abandon du dommage comme élément constitutif de la responsabilité internationale, v. Gilbert GUILLAUME, «Overview of Part One of the Articles on State Responsibility», in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON, op. cit., p V. James CRAWFORD, op. cit., p Pierre-Marie DUPUY, op. cit., p Jean SALMON (dir.), Dictionnaire de droit international public, Bruylant, Bruxelles, ACDI 1973, vol. II, p. 187, 14 20

21 en relevant que «les mots n ont de sens que celui qu on leur donne.» 32 Il est utile de souligner que ces deux termes ont une signification équivalente en droit international, et sont souvent utilisés alternativement. Ainsi, pour Anzilotti, imputer «signifie l attribution d un acte à un sujet donné» 33 ; d après le dictionnaire de Jules Basdevant, imputer signifie «attribuer un fait à un sujet de droit, le rattacher à celui-ci en vue de lui en faire supporter les conséquences juridiques.» 34 L imputabilité peut être entendue comme la détermination des conditions dans lesquelles un comportement donné, adopté par une personne ou un groupe de personnes, est susceptible d être considéré comme un fait d un sujet de droit international (Etat ou organisation internationale) d après le droit international. Dans les termes de Roberto Ago, les règles relatives à l imputabilité permettent de préciser «quels sont les «comportements» que le droit international considère comme «faits de l Etat» aux fins d établir l existence éventuelle d un fait internationalement illicite», en d autres termes d indiquer «quand, d après le droit international, c est l Etat qui doit être considéré comme agissant.» 35 L attribution signifie l «opération du rattachement à l Etat d une action ou omission donnée» 36 ; elle consiste à attribuer des actes nécessairement commis par une personne physique à une personne morale 37 ; il s agit de l «opération qui permet de reconnaître les auteurs» des faits juridiques. 38 L imputabilité est un des deux éléments constitutifs d un fait illicite d après le droit international. La violation d une règle primaire du droit international, pour être constituée, doit être imputable à un Etat ou à une organisation internationale. Le comportement illicite «doit être susceptible d être rattaché non pas à l individu ou au groupe d individus qui l a matériellement eu, mais à l Etat en sa qualité de sujet du droit international.» 39 A travers les définitions de l imputabilité se définissent ses problématiques, au cœur du système de la 32 ACDI 1973, vol. I, p. 53, 8 33 Dionisio ANZILOTTI, op. cit., p Jules BASDEVANT, Dictionnaire de la terminologie du droit international, Sirey, ACDI 1973, vol. II, p. 192, 1 et 3 36 James CRAWFORD, op. cit., p Brigitte STERN, The Elements of an Internationally Wrongful Act, in. James CRAWFORD, Alain PELLET, Simon OLLESON, op. cit., p Luigi CONDORELLI, op. cit., p ACDI 1971 vol. II, 1 ère partie, p

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

Vos questions sur. la Cour de justice de l Union européenne. la Cour AELE. la Cour européenne des Droits de l Homme. la Cour internationale de Justice

Vos questions sur. la Cour de justice de l Union européenne. la Cour AELE. la Cour européenne des Droits de l Homme. la Cour internationale de Justice Vos questions sur la Cour de justice de l Union européenne la Cour AELE la Cour européenne des Droits de l Homme la Cour internationale de Justice la Cour pénale internationale CJUE COUR DE JUSTICE DE

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON FICHE PEDAGOGIQUE UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication Code EPS : 713005U32D1 Section(s) : RP Prérequis : CESS (français) ACTIVITE : Notions de droit appliqué au domaine

Plus en détail

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur

Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur Erpyleva Natalia La contrariété d une sentence arbitrale étrangère a l ordre public comme motif de refus de l exequatur L une des questions les plus importantes de l arbitrage commercial international

Plus en détail

Introduction générale. La naissance et l évolution des institutions internationales. Partie I. L Etat

Introduction générale. La naissance et l évolution des institutions internationales. Partie I. L Etat LICENCE II. MENTION SOCIOLOGIE POLITIQUE LICENCE III. MENTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE ET SOCIALE - OPTION ECHANGES INTERNATIONAUX PREMIER SEMESTRE 2011-2012 INSTITUTIONS INTERNATIONALES COURS DE MME

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques

Avis No 19. Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques C.N.E. Avis No 19 délivré le 22 décembre 2005 Bref Avis sur le projet de loi n 5448 relatif aux tissus et cellules humains utilisés à des fins thérapeutiques Commission Consultative Nationale d Ethique

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général

Texte révisé d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac présenté par le Président et débat général Conférence des Parties Organe intergouvernemental de négociation d un protocole sur le commerce illicite des produits du tabac Troisième session Genève (Suisse), 28 juin-5 juillet 2009 Point 4 de l ordre

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/SC.3/2003/10/Add.1 4 août 2004 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

L interprétation du droit fiscal (cours)

L interprétation du droit fiscal (cours) L interprétation du droit fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I L interprétation du droit fiscal par le juge... 4 L absence de techniques impératives d interprétation...

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER - 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER Principes généraux Article premier Responsabilité de

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES

P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES LA COUR C ON S T I T U T I O N N E L LE D E B E LG I QU E P L ACE ROYAL E 7 1 0 00 BRUXEL L ES 2014 3 TABLE DES MATIERES 1 1. DE LA COUR D ARBITRAGE À LA COUR CONSTITUTIONNELLE 5 a) Création de la Cour

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka VERIFIER A L AUDITION LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka Monsieur le Président, ceci est le troisième rapport du Comité de rédaction, au sujet des

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11

Table des matières. CHAPITRE I Introduction générale... 11 Table des matières CHAPITRE I Introduction générale... 11 1. Caractère d ordre public... 13 1.1. Application territoriale... 13 1.2. Principe de faveur... 14 1.2.1 Types de clauses... 15 1.2.2 Institution

Plus en détail

FÉVRIER 2003. Le Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale (CIRDC)

FÉVRIER 2003. Le Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale (CIRDC) Coopérer aux enquêtes et poursuites impliquant la Cour pénale internationale : Un guide introductif destiné au personnel du système de justice pénale des États FÉVRIER 2003 Le Centre international pour

Plus en détail

LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : Introduction

LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : Introduction LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : SA CREATION, SA DYNAMIQUE ET SON ACTUALITE EN DROIT INTERNATIONAL Introduction Leticia Sakai 1 La question de contrôle et exploitation

Plus en détail

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative

Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Responsabilité de l agent immobilier et absence de garantie locative Actualité juridique publié le 03/04/2014, vu 558 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s intéresser à deux jurisprudences

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : (13 points)

PREMIERE PARTIE : (13 points) MINISTERE DE L ENSEIGEMENT SUPERIEUR UNIVERSITÉ CENTRALE PRIVEE EXAMEN DE NORMES ET PRINCIPES COMPTABLES Classes : TQCF 2 Année universitaire 2009/2010 Session principale Durée : 2 Heures - L examen comporte

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP)

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) (Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) Exposé écrit présenté par le Secrétaire général de l ONU au Tribunal international

Plus en détail

CAPELO - Compléments au dossier de carrière

CAPELO - Compléments au dossier de carrière CAPELO - Compléments au dossier de carrière Instructions administratives aux employeurs 01/01/2013 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Introduction. Une exonération consacrée par la jurisprudence. L arrêt «La Costa» : exonération fiscale des revenus d immeubles situés en France

Introduction. Une exonération consacrée par la jurisprudence. L arrêt «La Costa» : exonération fiscale des revenus d immeubles situés en France L arrêt «La Costa» : exonération fiscale des revenus d immeubles situés en France Stéphan LE GOUEFF 1 et Eric JUNGBLUT 2 Luxembourg Introduction Le 23 avril 2002, la Cour administrative Luxembourgeoise

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN

RESUME. Julia REDENIUS-HOEVERMANN RESUME La responsabilité des dirigeants de sociétés anonymes en droit allemand et droit français Julia REDENIUS-HOEVERMANN La responsabilité civile des dirigeants de sociétés anonymes, tant en droit allemand

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012) Direction Protocole Service P1.1 NOTE CIRCULAIRE LE STATUT PRIVILEGIE DES CONJOINT(E)S ET DES PARTENAIRES LEGAUX (LEGALES) NON-MARIE(E)S DES MEMBRES DU PERSONNEL DES POSTES CONSULAIRES (3 septembre 2012)

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

LES SOURCES DU DROIT

LES SOURCES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES SOURCES DU DROIT 1. QU EST-CE QUE LE DROIT? Le droit est constitué de l ensemble

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT Document de référence pour la conception et la rédaction des Rapports de Stage effectués en milieu professionnel pour l obtention du Master

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT

Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT Conférence des Notariats de l Union Européenne LIVRE VERT SUR LA TRANSFORMATION DE LA CONVENTION DE ROME DE 1980 SUR LA LOI APPLICABLE AUX OBLIGATIONS CONTRACTUELLES EN INSTRUMENT COMMUNAUTAIRE AINSI QUE

Plus en détail

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 30 août 2007 N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 août 2007. PROJET DE

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE LA HAUTE REPRÉSENTANTE DE L'UNION POUR LES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ Bruxelles, le 21.5.2015 JOIN(2015) 24 final 2015/0110 (NLE) Proposition conjointe de DÉCISION

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

Propos liminaires Un manuel de droit international de l investissement : pourquoi, comment?... 5

Propos liminaires Un manuel de droit international de l investissement : pourquoi, comment?... 5 Propos liminaires Un manuel de droit international de l investissement : pourquoi, comment?... 5 1. Pourquoi ce manuel?... 5 2. Présentation de la structure du présent manuel... 7 Chapitre préliminaire.

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers.

Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Instruction relative à l application de l ancien article 9,3 et de l article 9bis de la loi sur les étrangers. Certaines situations «humanitaires» spécifiques peuvent justifier l octroi d une autorisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

L influence de la crise financière sur le choix de résolution des différends internationaux : vision française et européenne

L influence de la crise financière sur le choix de résolution des différends internationaux : vision française et européenne Caroline Kleiner Professeure (Université de Strasbourg) Table ronde 25-26 octobre 2013 (Paris) L influence de la crise financière sur le choix de résolution des différends internationaux : vision française

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

PARTIE I. L accès à l arbitre international pour le règlement des différends relatifs aux contrats de joint ventures sino-étrangères

PARTIE I. L accès à l arbitre international pour le règlement des différends relatifs aux contrats de joint ventures sino-étrangères Table des matières Remerciements.................................................................. 7 Préface........................................................................ 9 Principales abréviations..........................................................

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) PROGRAMME DE DROIT CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1. Les orientations générales L enseignement de droit est centré sur la maîtrise des mécanismes juridiques fondamentaux et

Plus en détail

N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 2725 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole

Plus en détail

Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention

Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention Traité entre la Principauté de Liechtenstein la Confédération suisse sur la protection conférée par les brevets d invention (Traité sur les brevets) Conclu à Vaduz le 22 décembre 1978 Entré en vigueur

Plus en détail

LE RATTACHEMENT A LA PESC DES ACCORDS DE TRANSFERT DE L UNION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE PIRATERIE MARITIME

LE RATTACHEMENT A LA PESC DES ACCORDS DE TRANSFERT DE L UNION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE PIRATERIE MARITIME LE RATTACHEMENT A LA PESC DES ACCORDS DE TRANSFERT DE L UNION EUROPÉENNE EN MATIÈRE DE PIRATERIE MARITIME Professeure de droit public à l Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis Depuis maintenant

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Liste récapitulative de mise en œuvre. Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for

Liste récapitulative de mise en œuvre. Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for conférence de la haye de hague droit conference international private privé international law Liste récapitulative de mise en œuvre Convention de La Haye du 30 juin 2005 sur les accords d élection de for

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant n 6 entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens

Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens Les États Parties à la présente Convention, Considérant que les immunités juridictionnelles des États et de

Plus en détail