Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments"

Transcription

1 Gestion durable de l eau dans le bâtiment F. Derrien Division Eaux et Bâtiments 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 1

2 Plan de l exposé _ Textes réglementaires et normatifs Lois, décrêts, arrêtés, circulaires Guides techniques Normes, DTU _ Economies d eau Les sources d économie Utilisation d eau pluviale Recyclage des eaux grises Comptage individuel Toitures végétalisées _ Réseau d eau sanitaire durable Principes de base Choix des matériaux Lutte contre la corrosion et l entartrage Maintien en bon état sanitaire Maintenance des installations _ Diagnostics Nécessité Certification 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 2

3 Textes réglementaires et normatifs Lois, décrets, arrêtés, circulaires _ Loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbain n du 13 décembre 2000 Article 93 : les bailleurs ont la possibilité d opter pour l individualisation des contrats de fourniture d eau _ Décret (transposition en France de la Directive Européenne sur l eau potable) Définit la qualité de l eau au robinet de l usager Article 1 : son interprétation par les autorités sanitaires en France est restrictif, elles demandent que les eaux destinées aux usages domestiques respectent les critères de potabilité Décret repris dans le code de la Santé Publique, Art. L ; L à L : dispositions concernant les eaux potables ; Art. R à R et annexes 13-1, 13-2 et 13-3 _ Arrêté du 30 novembre 2005 limitant la température aux robinets des salles de bain à 50 C _ Arrêté du 29 mai 1997 modifié relatif aux matériaux et objets utilisées dans les installations fixes de production, de traitement et de distribution d eau destinée à la consommation humaine _ Circulaire du 22 avril 2002 relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements de santé 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 3

4 Textes réglementaires et normatifs Guides techniques Chap 1 = Cadre réglementaire et normatif Chap 2 = Organisation et conception des réseaux Chap 3 = Branchements et interconnexions Chap 4 = Schémas d installation des équipements des réseaux intérieurs Chap 5 = Règles de protection dans les réseaux intérieurs Chap 6 = Mise en oeuvre des canalisations Chap 7 = Mise en service et livraison des réseaux Annexes 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 4

5 Textes réglementaires et normatifs Guides techniques Chap 1 = Terminologie SECTION 1 : RESEAUX COLLECTIFS Chap 2 = Responsabilités et compétences Chap 3 = Management de la maintenance Chap 4 = Procédures de maintenance préventive Chap 5 = Procédures d actions correctives et curatives Chap 6 = Procédures de maintenance des dispositifs de protection anti-retour SECTION 2 : RESEAUX PRIVATIFS Annexes Chap 7 = Guide de maintenance des réseaux privatifs 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 5

6 Textes réglementaires et normatifs Normes, DTU DTU (Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire et des installations d évacuation des eaux pluviales) DTU 60.1 (Travaux de bâtiment Plomberie sanitaire pour bâtiments à usage d habitations cahier des charges) Additif 4 (février 1977) et 5 (décembre 1979) : utilisation des tubes d acier DTU 60.5 : Travaux de bâtiment Canalisations en cuivre Distribution d eau chaude et froide sanitaire, évacuation d eaux usées, d eaux pluviales, installations de génie climatique Cahier des clauses techniques DTU : Travaux de bâtiment Canalisations en chlorure de polyvinyle non plastifié Eau froide avec pression Cahier des charges 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 6

7 Textes réglementaires et normatifs Normes, DTU NF EN à 5 - Protection des matériaux métalliques contre la corrosion Recommandations pour l évaluation du risque de corrosion dans les installations de distribution d eau Guides pour la conception des installations de distribution d'eau et l'analyse des sinistres ou dysfonctionnements. Passent en revue, pour chaque matériau (cuivre, acier galvanisé, acier inoxydable, fonte et aciers non alliés) les types de corrosion possibles, ainsi que les facteurs facilitant le développement des corrosions. NF A : Produits sidérurgiques Aciers pour galvanisation à chaud Définit des classes d acier galvanisable en fonction de la teneur en silicium et phosphore NF A : Tubes en acier Galvanisation à chaud Spécification du revêtement des tubes Masse surfacique de zinc en moyenne de 4 g/dm 2 simple face à l intérieur et à l extérieur du tube NF EN 1057 : Tubes et alliages de cuivre Tubes ronds sans soudure en cuivre pour l eau et le gaz dans les applications sanitaires et le chauffage carbone résiduel < 0,2 mg/dm 2 NF P : Repérage du plomb dans les réseaux d eau potable 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 7

8 Economies d eau Les sources d économie _ Détection des fuites dans les réseaux _ Appareils hydro-économes Réducteurs de pression Aérateurs, mousseurs Mitigeurs à butée Chasse d eau à double volume _ Récupération d eau Utilisation d eau pluviale Recyclage des eaux grises 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 8

9 Economies d eau Utilisation d eau pluviale Gouttières et descentes 2. Filtre 3. Cuves de stockage 4. Trop plein 5. Eau potable 6. Pompe 7. Points de puisage mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 9

10 Economies d eau Utilisation d eau pluviale _ Intérêt Aspect économique Eviter le gaspillage de la ressource Ecologique (lutte contre le ruissellement en cas de fortes précipitations) _ Aspect sanitaire Double réseau, encore non autorisé en France Risques de piquages accidentels Suivi régulier de la qualité de l eau Impossibilité d étendre à tous les usages _ Cible HQE 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 10

11 Economies d eau Utilisation d eau pluviale _ En individuel, augmentation des ventes de cuves Arrosage du jardin Lavage des voitures _ En collectif, installations expérimentales d alimentation des toilettes _ Les usages (par ordre d importance décroissante) : Sanitaires d établissements scolaires Logements collectifs Tertiaire Espaces culturels Hébergement touristique Garages Industries 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 11

12 Economies d eau Recyclage des eaux grises _ Eau grise _ Cibles Définition : soit eau issue de la salle de bain, soit toute eau sauf eau vanne Enjeu de traitement important Hôtels en zone touristique (et une expérimentation à Berlin) Pas d expérience connue en France Désinfection par UV Bac de récupération Traitement biologique multi-étages Bac de sédimentation Pompe Bac de distribution 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 12

13 Economies d eau Comptage individuel _ Avantages attendus Contrat direct entre prestataire et usager Amélioration des suivis Responsabilisation de l usager Equité _ Difficultés de mise en oeuvre Problèmes techniques plusieurs colonnes montantes accessibilité Difficulté d accès aux compteurs Part importante de l abonnement Coûts d installation et de facturation 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 13

14 Gestion de l eau Toiture végétalisée _ Contribution à la régulation des ruissellements urbains _ Effet retardateur évident 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 14

15 Réseau d eau sanitaire durable Principes de base _ Un bon réseau Bonne circulation d eau Température suffisante en tout point Pas de corrosion, ni d entartrage _ Importance de la conception Choix des matériaux et matériels Respect des réglementations, certifications et normes Protections anti-retour _ Importance de la mise en oeuvre Respect du cahier des charges Bonne réalisation des assemblages 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 15

16 Réseau d eau sanitaire durable Choix des matériaux Acier galvanisé Dans certaines eaux seulement, sinon traitement d eau Assemblage par filetage ou soudure Influence de la qualité de la galvanisation Cuivre Bon comportement quelles que soient les eaux potables Marque NF de qualité Acier inoxydable Bien choisir la nuance (attention aux chlorures) Assemblage par soudure par personnel spécialisé Matériaux de synthèse PCV, PE, PER, PB, PP, PVCC Assemblage par soudure ou mécanique Eviter les sources de chaleur, d UV ou la proximité de solvants 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 16

17 Réseau d eau sanitaire durable Lutte contre la corrosion et l entartrage Corrosion Dépôts ralentissant le débit favorables au développement de bactéries Production d éléments nutritifs pour les bactéries pouvant polluer les eaux résiduaires Lutte par Bon choix des matéruax Bonne conception et mise en oeuvre Eventuellement traitement d eaux Entartrage Se produit sur tous matériaux et favorise l accrochage du biofilm Lutte par Adaptation des tempéatures Adoucissement ou traitements physiques de l eau 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 17

18 Réseau d eau sanitaire durable Maintien en bon état sanitaire _ Nettoyage A base de produits acides, suivis d une passivation Respecter la compatibilité avec les matériaux Désinfection Réseau hors service Addition des produits chimiques Produits libérant du chlore libre Peroxyde d hydrogène avec acide peracétique ou stabilisé aux sels d argent Choc thermique 70 C pendant 30 minutes sur chaque poste utilisateur Produits libérant du chlore libre Peroxyde d hydrogène avec acide peracétique ou stabilisé aux sels d argent Lutte contre la prolifération des bactéries Réseau en service Nature des produits (produits libérant du chlore libre) et dosage définis par une circulaire du Ministère de la Santé 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 18

19 Réseau d eau sanitaire durable Maintenance des installations _ Chasse et désinfection lors de la mise en route _ Contrôle des composants de l installation (mise sous pression, disconnexion, adoucisseurs) _ Observation des tubes témoins _ Chasses et purges _ Vérification de la composition de l eau _ Remplacement des certains équipements (éléments filtrants, anodes sacrificielles) _ Suivi du traitement d eau 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 19

20 Diagnostic Nécessité _ Apparition de pathologies humaines dues au mauvais état sanitaire de certaines installations _ Nécessité de faire des économies d eau _ Transfert des responsabilités depuis le distributeur d eau vers les acteurs du bâtiment _ Demande de meilleures performances (débit, température) 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 20

21 Diagnostics Certification _ Certification : atteste les compétences d une société _ Deux niveaux : Constat : anti-pollution et organisation des réseaux Expertise Spécialiste - Technique (corrosion, hydraulique et entartrage) - Risque sanitaire (légionelle, brûlure et plomb) - Economie d eau et d énergie 14 mars 2006 Entreprises et Contruction Durable F. Derrien Page 21

L EAU DANS L HABITAT. Table ronde avec le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment

L EAU DANS L HABITAT. Table ronde avec le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment L EAU DANS L HABITAT Table ronde avec le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment Les consommations d eau dans l habitat 125 litres / personne / jour soit 42 m 3 / personne / an (340 jours) 95 litres

Plus en détail

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles

L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles L importance de la conception des réseaux d eau sanitaire dans la lutte contre les légionelles INTRODUCTION Les facteurs de risques Installation surdimensionnée Circuit de grande taille Complexité des

Plus en détail

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits

Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe spécialisé n 19 Traitement des Eaux Procédés de traitement des eaux chaudes sanitaires par addition de produits Cahier des prescriptions techniques

Plus en détail

PRESSION. SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET. pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire

PRESSION. SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET. pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire PRESSION SYSTEM o UN SYSTÈME COMPLET pour la distribution de l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire Un système complet pour l Eau Chaude et l Eau Froide Sanitaire Tube HTA La solution pour les réseaux

Plus en détail

Eau pluviale ou eau de pluie?

Eau pluviale ou eau de pluie? Récupération et utilisation de l eau de pluie : Réalités et perspectives Eau pluviale ou eau de pluie? Eau de pluie : Eau issue des précipitations atmosphériques non encore chargée de matières de surface.

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : PLOMBERIE ET RACCORDEMENTS

SOMMAIRE PARTIE 1 : PLOMBERIE ET RACCORDEMENTS 5 SOMMAIRE PARTIE 1 : PLOMBERIE ET RACCORDEMENTS AUX APPAREILS... 7 Chapitre 1 : Domaine d application...9 1. Présentation...9 2. Terminologie...9 Chapitre 2 : Cadre réglementaire et normatif...13 1. Réglementation

Plus en détail

CSTB - janvier /8 Référentiel technique de certification "Bâtiments Tertiaires - Démarche HQE " Bureau et Enseignement - Partie III : QEB

CSTB - janvier /8 Référentiel technique de certification Bâtiments Tertiaires - Démarche HQE  Bureau et Enseignement - Partie III : QEB QUALITE SANITAIRE DE L EAU CSTB - janvier 2005 1/8 INTRODUCTION Lorsque l on parle de qualité sanitaire de l eau, on entend par là l eau destinée à la consommation humaine. Par conséquent, une eau est

Plus en détail

Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME

Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME Sommaire 1. Legionella et Légionellose 2. La réglementation 3. La

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR.

CE QU IL FAUT RETENIR. Juin 2014 Professionnels de l hébergement de tourisme LEGIONELLE ET LEGIONELLOSE : CE QU IL FAUT RETENIR. Délégation Territoriale de l Essonne 6/8 rue Prométhée -Tour Lorraine - 91035 - Evry Cedex Standard

Plus en détail

Maîtrise des risques sur une installation d eau existante

Maîtrise des risques sur une installation d eau existante Gestion du risque bactérien dans les réseaux d eau sanitaire Le carnet de suivi sanitaire Outil de la maîtrise des risques sanitaires OFIS 109, rue du 1 er mars 1943 69100 VILLEURBANNE Tél.: 04 37 91 69

Plus en détail

Production instantanée d ECS

Production instantanée d ECS Production instantanée d ECS Par Jean-Marc DUFOUR 28/01/2016 61 Sommaire Principe de la production instantanée Les variantes: Production instantanée directe Production instantanée indirecte Avec échangeur

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire Un système complet pour l eau froide et l eau chaude sanitaire Tube HTA La solution pour les réseaux d eau

Plus en détail

S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS

S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS Sommaire S O M M A I R E RÉSEAUX COLLECTIFS I - Généralités Termes employés dans ce guide................... 2 Risques et maintenance........................... 5 II - Réseaux collectifs : responsabilités

Plus en détail

Fiche 9. La récupération des eaux de pluie collectées sur les toits, une technique qui doit être complétée par une solution alternative SOMMAIRE :

Fiche 9. La récupération des eaux de pluie collectées sur les toits, une technique qui doit être complétée par une solution alternative SOMMAIRE : La récupération des eaux de pluie collectées sur les toits, une technique qui doit être complétée par une solution alternative Fiche 9 SOMMAIRE : 1 - Les principes de fonctionnement 3 2 - La conception

Plus en détail

Art. R du Code de la Santé Publique

Art. R du Code de la Santé Publique Bâtiment et santé Réseaux d eau destinée à la consommation humaine à l intérieur des bâtiments Partie Guide technique de conception et de mise en œuvre Ministère de la Santé, de la Famille et des Handicapés

Plus en détail

Sommaire Annexe 18 Chauffage ventilation climatisation... 2 Installations de chauffage des locaux... 2 Installations de ventilation...

Sommaire Annexe 18 Chauffage ventilation climatisation... 2 Installations de chauffage des locaux... 2 Installations de ventilation... Sommaire Annexe 18 Chauffage ventilation climatisation... 2 Installations de chauffage des locaux... 2 Exigences relatives aux installations de chauffage... 2 Limitation de la température du chauffage...

Plus en détail

CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE

CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE CARNET D ENTRETIEN DES RESEAUX D EAU CHAUDE SANITAIRE Edition 2014 Acteur de l efficience énergétique TEC 313 - Thorax Nancy 0044535 La personne responsable de la production ou de la distribution d'eau

Plus en détail

FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU

FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU FICHE I CONCEPTION ET MAINTENANCE DES INSTALLATIONS DE DISTRIBUTION D EAU La circulaire DGS n 97/311 du 24 avril 1997 relative à la surveillance et à la prévention de la légionellose précise les mesures

Plus en détail

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.

carnet sanitaire des installations d eau ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S. 1 ACADEMIE DE LILLE CARNET SANITAIRE DES INSTALLATIONS D EAU ET D EAU CHAUDE SANITAIRE (E.C.S.) (pour les établissements scolaires et les bâtiments administratifs) 1 2 2 Contexte réglementaire : Règlements

Plus en détail

Prévention du risque LEGIONELLOSE

Prévention du risque LEGIONELLOSE Prévention du risque LEGIONELLOSE Réunion ATEE 28 SOMMAIRE 1. LA LEGIONELLOSE 2. CONCEPTION DE L INSTALLATION 3. EXPLOITATION DE L INSTALLATION 4. RETOUR D EXPERIENCE 5. MESURES CORRECTIVES LA LEGIONELLOSE

Plus en détail

RESSOURCE EN EAU. CATEGORIE constructions neuves. ETUDES DE CAS Plateforme technique de l Arbois

RESSOURCE EN EAU. CATEGORIE constructions neuves. ETUDES DE CAS Plateforme technique de l Arbois RESSOURCE EN EAU RESSOURCE EN EAU CATEGORIE constructions neuves Aujourd hui un français consomme en moyenne 130 L d eau par jour, tout usage confondu. Sur cette eau seul 7% destiné à l alimentation nécessite

Plus en détail

Sommaire Annexe 17 installations de gaz... 2 Installations domestiques de gaz individuelles ou collectives... 2

Sommaire Annexe 17 installations de gaz... 2 Installations domestiques de gaz individuelles ou collectives... 2 Sommaire Annexe 17 installations de gaz... 2 Installations domestiques de gaz individuelles ou collectives... 2 Exigences applicable aux transformations et à l'habitat ancien... 2 Généralités... 2 Etat

Plus en détail

Point sur les cas de légionellose en France

Point sur les cas de légionellose en France ARLIN 26 mars 2009 PREVENTION DU RISQUE LEGIONELLE OU COMMENT RE-INVENTER L EAU CHAUDE Dr S LELIMOUZIN Médecin Hygiéniste CHBA Vannes 26 mars 2009 Réunion de l'arlin Bretagne - Vannes 1 Point sur les cas

Plus en détail

PROBIO. Vu pour enregistrement le 1 er mars 2007

PROBIO. Vu pour enregistrement le 1 er mars 2007 Avis Technique 19/06-76 Traitement des eaux Water treatment Wasseraufbereitung Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique que les procédés mis en œuvre par une société certifiée, marque CSTBat Service,

Plus en détail

G.E.I. Techniques Spéciales S.A.

G.E.I. Techniques Spéciales S.A. G.E.I. Techniques Spéciales S.A. N d'entreprise : 0867.754.872 Banque : ING 310-1781890-86 Banque : Fortis 001-4426550-31 Amadeus Square Téléphone 02/340.84.50 Avenue W.A.Mozart, 4 Téléfax 02/340.84.56

Plus en détail

Cahier des Prescriptions Techniques

Cahier des Prescriptions Techniques Annexe n 1 : Individualisation des contrats de fourniture d eau dans les immeubles collectifs ou les ensembles immobiliers de logement Cahier des Prescriptions Techniques Conformément au décret n 2003-408

Plus en détail

CONCEPTION ET EXPLOITATION DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ALIMENTES EN GPL

CONCEPTION ET EXPLOITATION DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ALIMENTES EN GPL CONCEPTION ET EXPLOITATION DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ALIMENTES EN GPL DUREE : 3 JOURS PROGRAMME : 1er jour : Caractéristiques des GPL - Alimentation en gaz d un réseau : Vaporisation naturelle Vaporisation

Plus en détail

Sommaire. Avant-propos Introduction... 9

Sommaire. Avant-propos Introduction... 9 Sommaire Avant-propos... 7 Introduction... 9 Partie I Les textes de référence... 11 1. Exigences réglementaires... 13 1.1 Exigences générales... 13 1.2 Exigences applicables aux réseaux de distribution

Plus en détail

Diagnostic des installations d eau potable et d assainissement Rapport de visite et de préconisations

Diagnostic des installations d eau potable et d assainissement Rapport de visite et de préconisations Diagnostic des installations d eau potable et d assainissement Rapport de visite et de préconisations Mai 2012 Enfants Sourds du Cambodge Sébastien LOUCHE - Ingénieur Protocole Diagnostic en 3 points:

Plus en détail

Fondations superficielles. Dallages Conception, calcul et exécution. Travaux de cuvelage. Cloisons en maçonnerie de petits éléments

Fondations superficielles. Dallages Conception, calcul et exécution. Travaux de cuvelage. Cloisons en maçonnerie de petits éléments Liste des DTU Documents techniques unifiés DTU 13 - Fondations DTU 13.11 DTU 13.12 DTU 13.2 DTU 13.3 DTU 14 - Cuvelage DTU 14.1 DTU 20 - Maçonnerie DTU 20.1 Fondations superficielles Règles pour le calcul

Plus en détail

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire 1 LES SOURCES Les principales sources de risques sont : les circuits d eau chaude sanitaire

Plus en détail

Terminologie - Alimentation. Compteur. Branchement : canalisation entre le réseau public et le compteur. Terminologie - Alimentation

Terminologie - Alimentation. Compteur. Branchement : canalisation entre le réseau public et le compteur. Terminologie - Alimentation Compteur Vanne d isolement Clapet anti - retour Robinet purgeur Réseau public Clapet anti-retour Branchement : canalisation entre le réseau public et le compteur Colonne montante : tuyauterie verticale

Plus en détail

GUIDE MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES

GUIDE MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES REUNION MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES COLLECTIVES A LA REUNION REDACTION DE DOCUMENTS TYPES GUIDE MAINTENANCE DES INSTALLATIONS SOLAIRES ERIC MICHEL - VINCENT BAYETTI ACD2 THOMAS AILHAUD - HELIOTROPIC

Plus en détail

Code du bâtiment de l'ontario de 2012 Division B, partie 7 Règlement de l'ontario 332/12

Code du bâtiment de l'ontario de 2012 Division B, partie 7 Règlement de l'ontario 332/12 Code du bâtiment de l'ontario de 2012 Division B, partie 7 Règlement de l'ontario 332/12 Avis Ce module d'apprentissage en ligne donne des renseignements généraux seulement. Il ne fait que souligner certaines

Plus en détail

Mémento. Plan de l installation. Nom du propriétaire de l installation... Adresse de l installation... Installation mise en service par

Mémento. Plan de l installation. Nom du propriétaire de l installation... Adresse de l installation... Installation mise en service par RÉCUPÉRATION DES EAUX PLUVIALES RÉCUPÉRATION DES EAUX PLUVIALES Mémento Plan de l installation Nom du propriétaire de l installation.....................................................................................................

Plus en détail

RECUPERATION ET UTILISATION DE L EAU DE PLUIE

RECUPERATION ET UTILISATION DE L EAU DE PLUIE RECUPERATION ET UTILISATION DE L EAU DE PLUIE REGLEMENTATION et RISQUES SANITAIRES Ecole Nationale Supérieure d Architecture de Paris la Villette Collectif Démarche Durable 6 Février 2009 Pierre CHANTREL

Plus en détail

1 Alimentation générale eau potable

1 Alimentation générale eau potable Poste Désignation U Qté unitaire Avertissement aux Entreprises soumissionnaires La remise des offres de prix devra être établie suivant le cadre de décomposition ci-après, de manière à ce que l'appréciation

Plus en détail

Maître d'ouvrage : Association "Les Maisons du Monde" Opération : Construction d'une crèche associative "LEI MINOTS"

Maître d'ouvrage : Association Les Maisons du Monde Opération : Construction d'une crèche associative LEI MINOTS 2.6.5 Renseignements et documents à fournir Plans de réservation, plans de recollement, d'execution, schémas de principe, notes de calcul, dossier DOE Ens 1 2.6.10 Contrôles et essais Sous-Total Poste

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Traitement des eaux water treatment Wasseraufbereitung Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique que les procédés mis en œuvre par une société certifiée, marque CSTBat Service, dont la liste à

Plus en détail

JCE 22 Mai La rénovation optimisée = une programmation intelligente. Adaptation du système dans le temps

JCE 22 Mai La rénovation optimisée = une programmation intelligente. Adaptation du système dans le temps La rénovation optimisée = une programmation intelligente Adaptation du système dans le temps Cas des boucles à eau chaude Pompe à variation de vitesse Par Frédéric Massip La rénovation optimisée = une

Plus en détail

Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie pour des usages professionnels

Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie pour des usages professionnels Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie pour des usages professionnels Plan de l intervention Contexte Installation et mise en œuvre, Réception et mise en service de l installation. 1. Contexte

Plus en détail

Travaux de Plomberie 2017

Travaux de Plomberie 2017 Travaux de Plomberie 27, Route Sidi Mansour Km 6 Bordereaux des Prix Lot 1 : Douche de sécurité N Désignation des travaux Qté Prix Uni HT Prix Total HT Douche de sécurité Fourniture et pose de douche de

Plus en détail

Équipements. d un fonctionnement perturbé par des bouches condamnées. de la perméabilité à l air de l enveloppe mal maîtrisée.

Équipements. d un fonctionnement perturbé par des bouches condamnées. de la perméabilité à l air de l enveloppe mal maîtrisée. Équipements E.3 1/5 VMC simple flux Domaine d application Cette fiche traite des interfaces rencontrées dans les installations de ventilation mécanique contrôlée (VMC) simple flux en bâtiment tollectif

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires .. 15 décembre 2005 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 36 sur 158 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Arrêté du 30 novembre 2005 modifiant

Plus en détail

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Yohann PAMELLE DREAL PACA SOMMAIRE Principes de fonctionnement et types de Tours Aéroréfrigérantes La réglementation

Plus en détail

La gestion durable de l eau Sommaire. Sommaire

La gestion durable de l eau Sommaire. Sommaire Sommaire 1 Sommaire Économiser l eau... 5 1. Les «économies d eau» : de quoi parle-t-on?... 6 1.1 Économies d eau et maîtrise des consommations... 6 1.2 Économies d eau et substitution de l eau potable...

Plus en détail

POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL. P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL 08/12/2016

POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL. P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL 08/12/2016 1 POINT DE VUE DU RESPONSABLE TECHNIQUE DANS LA PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX ENVIRONNEMENTAL P. DI MAJO, Ingénieur Technique, CHAL Un partenaire incontournable 2 Une réalité: Le conditionnement de l

Plus en détail

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION

LLes TECAMPING. C Au delà de 60 C 60 DESTRUCTION. 45 Entre 25 et 45 C 30 PROLIFÉRATION TECAMPING températures trop faibles (< 50 C) dans le réseau d eau chaude, ainsi que le manque d entretien des équipements (robinetterie, filtres ) peuvent entraîner le développement de légionelles. C Au

Plus en détail

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Réglementations 14/204 Eau destinée à la consommation humaine : la directive 98/83 et sa transposition Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Code de la santé publique Livre III - Titre

Plus en détail

SURVEILLANCE ET MAINTENANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DE GAZ COMBUSTIBLES SOMMAIRE 1. - DOMAINE D APPLICATION NORMES DE REFERENCE...

SURVEILLANCE ET MAINTENANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DE GAZ COMBUSTIBLES SOMMAIRE 1. - DOMAINE D APPLICATION NORMES DE REFERENCE... CAHIER DES CHARGES AFG SURVEILLANCE ET MAINTENANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DE GAZ COMBUSTIBLES RSDG 14 Rev2 Mars 2017 SOMMAIRE 1. - DOMAINE D APPLICATION... 2 2. - NORMES DE REFERENCE... 3 3. - OUVRAGES

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel Qui sont

Plus en détail

Page 1 of 6 Plomberie sanitaire, dimensionnement, réseaux d'alimentation d'eau potable, eau chaude sanitaire, recyclage et bouclage d'eau, débit de base, débit de simultanéité. English site Accueil Thématique

Plus en détail

CHE - CHANTIER À FAIBLES NUISANCES

CHE - CHANTIER À FAIBLES NUISANCES Organisation, pilotage et évaluation PARTIE ORGANISATION DU PROFESSIONNEL CHE - CHANTIER À FAIBLES NUISANCES Objectif : La rubrique CHE est obligatoire dans le cadre de la certification d opérations HQE

Plus en détail

AQUABION : DETARTREUR - ANTITARTRE ANTICORROSION AUTONETTOYANT

AQUABION : DETARTREUR - ANTITARTRE ANTICORROSION AUTONETTOYANT AQUABION : DETARTREUR - ANTITARTRE ANTICORROSION AUTONETTOYANT Procédé : Ion à anode active de zinc autonettoyant Certification : RW TÜV N 1573/03 & 1574/04 Iso 9001 Licence Internationale : WIPO N 816127

Plus en détail

Apports d'eau retenus (m3 / mois)

Apports d'eau retenus (m3 / mois) Nbre de baigneurs Apports d'eau retenus (m3 / mois) ratio l/ baigneur janvier 4 022 1 093 272 février 5 746 670 117 mars 6 299 715 114 avril 4 902 575 117 mai 5 695 650 114 juin 4 851 757 156 juillet 6

Plus en détail

Agence régionale de santé PACA. Document de vulgarisation sur l hydraulique des réseaux d eau chaude sanitaire. Version du 29 juillet 2011

Agence régionale de santé PACA. Document de vulgarisation sur l hydraulique des réseaux d eau chaude sanitaire. Version du 29 juillet 2011 Conseil, études et formations dans le domaine de la distribution des eaux 27 rue Titon 75011 Paris Tel : 01 43 48 89 31 Fax : 01 43 73 25 28 contact@aquafluence.fr www.aquafluence.eu Agence régionale de

Plus en détail

NOUVEAU ENCORE+ FACILE À INSTALLER CHAUFFE-EAU TOUT EN UN

NOUVEAU ENCORE+ FACILE À INSTALLER CHAUFFE-EAU TOUT EN UN NOUVEAU ENCORE+ FACILE À INSTALLER CHAUFFE-EAU TOUT EN UN Conçu pour durer Conception optimale : l ensemble de la cuve est doté d un revêtement en émail. Protection permanente : équipé du système 100 %

Plus en détail

SURVEILLANCE ET MAINTENANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DE GAZ COMBUSTIBLES SOMMAIRE 1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES DOMAINE D APPLICATION 2

SURVEILLANCE ET MAINTENANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DE GAZ COMBUSTIBLES SOMMAIRE 1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES DOMAINE D APPLICATION 2 CAHIER DES CHARGES AFG SURVEILLANCE ET MAINTENANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION DE GAZ COMBUSTIBLES RSDG 14 Rev1 2 décembre 2005 SOMMAIRE 1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. - DOMAINE D APPLICATION 2

Plus en détail

BTS CRCI BTS CRCI Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

BTS CRCI BTS CRCI Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle BTS CRCI Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Activités en conception 1 Exemples de réalisations 2 Activités, compétences et savoirs 3 Exemples d activités 1 Exemples de réalisations

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION Installations de gaz Règles techniques et de sécurité applicables aux installations de gaz > Arrêté du 2 août 1977 modifié > Normes NF DTU 61.1 - NF DTU 24.1 > Cahier des charges

Plus en détail

MARQUE NF ANTIPOLLUTION DES INSTALLATIONS D EAU

MARQUE NF ANTIPOLLUTION DES INSTALLATIONS D EAU CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT Organisme certificateur mandaté par AFNOR Certification 84 avenue Jean Jaurès CHAMPS-SUR-MARNE F - 77447 MARNE LA VALLEE CEDEX 2 www.cstb.fr MARQUE NF ANTIPOLLUTION

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE AVIS

CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE AVIS CONSEIL SUPERIEUR D'HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE Section des Eaux SEANCE DU 5 SEPTEMBRE 2006 _ POSITION RELATIVE AUX ENJEUX SANITAIRES LIES A L'UTILISATION D'EAU DE PLUIE POUR DES USAGES DOMESTIQUES AVIS

Plus en détail

Afth. L utilisation de l acier inoxydable sur les installations de distribution d eau thermale. matériaux / retours d expérience. Panorama critique :

Afth. L utilisation de l acier inoxydable sur les installations de distribution d eau thermale. matériaux / retours d expérience. Panorama critique : inoxydable sur les installations de distribution d eau thermale AFTH DAX le 26/11/2009 M. LIRONCOURT HYDROTHERM INGENIERIE Pourquoi l acier inoxydable dans le thermalisme? Dans le thermalisme : Exigences

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : L EAU

Formation Bâtiment Durable : L EAU Formation Bâtiment Durable : L EAU Bruxelles Environnement Utilisation rationnelle de l eau Benoît THIELEMANS ARCHITECTE Objectif(s) de la présentation Minimiser la consommation d eau Optimiser la conception

Plus en détail

Hoval Modul-plus Préparateur d ECS à hautes performances pour chauffage fioul ou gaz

Hoval Modul-plus Préparateur d ECS à hautes performances pour chauffage fioul ou gaz Préparateur d ECS à hautes performances pour chauffage fioul ou gaz Description Préparateur d ECS Hoval Modul-plus Préparateur d ECS en acier inoxydable Manteau d eau de chauffage en acier Echangeur de

Plus en détail

Notice technique. Installations de ventilation : interfaces avec les autres métiers. Objectif et introduction définition des interfaces

Notice technique. Installations de ventilation : interfaces avec les autres métiers. Objectif et introduction définition des interfaces Schweizerisch-Liechtensteinischer Gebäudetechnikverband Association suisse et liechtensteinoise de la technique du bâtiment Associazione svizzera e del Liechtenstein della tecnica della costruzione Associaziun

Plus en détail

PLATEFORME FORMATION & EVALUATION. Les clés de la réussite d'un projet d eau chaude solaire collective

PLATEFORME FORMATION & EVALUATION. Les clés de la réussite d'un projet d eau chaude solaire collective PLATEFORME FORMATION & EVALUATION Les clés de la réussite d'un projet d eau chaude solaire collective guillaume.pradier@ines-solaire.org 22 juin 2017 1 2 Programme Présentation INES / SOCOL Schémas solaire

Plus en détail

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures.

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures. Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures 21 novembre 2013 La légionelle Bactérie ubiquitaire Hydrotellurique (présente dans

Plus en détail

Recommandations agroalimentaire, pharmaceutique et cosmétique : 2015

Recommandations agroalimentaire, pharmaceutique et cosmétique : 2015 Recommandations relatives à la conception et à la fabrication d équipements destinés aux industries agroalimentaire, pharmaceutique et cosmétique Partie G GÉNÉRALITÉS 1 G1 Objet et domaine d application

Plus en détail

Normes techniques pour les équipements sous pression 1

Normes techniques pour les équipements sous pression 1 Loi fédérale sur la sécurité d installations et d appareils techniques (LSIT) Normes techniques pour les équipements sous pression 1 En vertu de l art. 4a de la loi fédérale du 19 mars 1976 (modifiée le

Plus en détail

CONSTRUCTION D UNE ÉCOLE PRIMAIRE À NOAILLES

CONSTRUCTION D UNE ÉCOLE PRIMAIRE À NOAILLES Ets COUDRE Marcel SARL au capital de 68 000 - Siret : 393 391 545 00026 Imp Antoine DUBAYLE - 19 100 Brive-La-Gaillarde T E L E P H O N E : 05 55 88 99 99 - F AX : 05 55 88 99 90 e mail : COUDRE@wanadoo.fr

Plus en détail

RÉUSSIR L ÉQUILIBRAGE DU BOUCLAGE

RÉUSSIR L ÉQUILIBRAGE DU BOUCLAGE FOCUS TECHNIQUE RÉUSSIR L ÉQUILIBRAGE DU BOUCLAGE INTRODUCTION L équilibrage d un bouclage d Eau Chaude Sanitaire (ECS) est encore mal appréhendé par la profession. Ce constat découle d une autre constation

Plus en détail

DISCONNECTEUR TYPE CA

DISCONNECTEUR TYPE CA Page 1 / 6 Le disconnecteur est un dispositif antipollution permettant le remplissage d une installation de chauffage tout en interdisant le retour d eau polluée vers l installation d eau potable. Obligatoire,

Plus en détail

OPAC DE L AUBE LOGEMENTS ETUDIANTS UTT A ROSIERES PRES TROYES (10) TOTAL foncière

OPAC DE L AUBE LOGEMENTS ETUDIANTS UTT A ROSIERES PRES TROYES (10) TOTAL foncière OPAC DE L AUBE LOGEMENTS ETUDIANTS UTT A ROSIERES PRES TROYES (10) PARAMETRES SIGNIFICATIFS Date obtention PC Date livraison 01/11/2005 Distribution des logements 70 log.col. PLI / PLS THPE 2000 / H&E

Plus en détail

Qualité Environnementale

Qualité Environnementale La Haute Qualité Environnementale Un enjeu majeur pour le développement durable EB 03/12/04 Le développement durable : Définition : Un mode de développement qui satisfait les besoins des populations d

Plus en détail

Classe : Technologie : production ECS électrique en habitat individuel. Production ECS en habitat individuel

Classe : Technologie : production ECS électrique en habitat individuel. Production ECS en habitat individuel Production ECS en habitat individuel 1. Généralités Pourquoi produire de l eau chaude sanitaire? Pour avoir de l eau chaude au différents point de puisage d une habitation (lavabo, évier, douche, baignoire...)

Plus en détail

Anodes galvaniques. Pour le traitement de la corrosion des armatures dans le béton CROA. Saint-Nazaire, Le 31 mai B. Thauvin, CETE de l Ouest

Anodes galvaniques. Pour le traitement de la corrosion des armatures dans le béton CROA. Saint-Nazaire, Le 31 mai B. Thauvin, CETE de l Ouest CROA Saint-Nazaire, Le 31 mai 2012 Anodes galvaniques Pour le traitement de la corrosion des armatures dans le béton B. Thauvin, CETE de l Ouest Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

( LYCEE PROFESSIONNEL ERIC TABARLY

( LYCEE PROFESSIONNEL ERIC TABARLY LYCEE PROFESSIONNEL ERIC TABARLY Performances environnementales à l issue de 3 ans de fonctionnement Lycée certifié «NF Bâtiments tertiaires Démarche HQE» à la construction Version simplifiée Consommations

Plus en détail

Ballons d Eau Chaude Sanitaire R2DC 200, 250 et R2DC 300 Solaire-Bois.fr

Ballons d Eau Chaude Sanitaire R2DC 200, 250 et R2DC 300 Solaire-Bois.fr Manuel d installation et d utilisation Ballons d Eau Chaude Sanitaire R2DC 200, 250 et R2DC 300 Table des matières 1 Description de l équipement... 3 1.1 Gamme... 3 1.2 Protection du ballon ECS... 3 1.3

Plus en détail

DTU (Documents Techniques Unifiés)

DTU (Documents Techniques Unifiés) DTU (Documents Techniques Unifiés) Composition des DTU Un DTU peut se composer des documents suivants : Le cahier des clauses techniques (CCT) qui définit les conditions à respecter dans le choix et la

Plus en détail

Osmoseurs professionnels

Osmoseurs professionnels Osmoseurs professionnels De 15 à 600 mètres cubes par jour Gammes d osmoseurs professionnels, fiables, simples et économiques, conçus pour les utilisations les plus exigeantes, les navires professionnels

Plus en détail

Outils d étude du biofilm: eau potable et eau chaude sanitaire

Outils d étude du biofilm: eau potable et eau chaude sanitaire Centre de Recherche sur l Eau - Anjou Recherche Outils d étude du biofilm: eau potable et eau chaude sanitaire Sandrine OBERTI Colloque AQUATECH Limoges, 17 octobre 2007 Introduction Biofilm : lieu de

Plus en détail

PROCÉDÉ EXELO TRAITEMENT DE L EAU

PROCÉDÉ EXELO TRAITEMENT DE L EAU PROCÉDÉ EXELO TRAITEMENT DE L EAU Un procédé simple faisant passer l eau sur des zéolithes optimisées pour plus d efficacité PROCÉDÉ ANTI TARTRE - ANTI CORROSION DÉTARTRAGE DÉSOXYDATION FILTRATION L eau

Plus en détail

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Journées de formation/séminaire - Gestion des risques sanitaires et industriels 21 novembre 2013 Dr Laure

Plus en détail

Performance énergétique et thermique des bâtiments

Performance énergétique et thermique des bâtiments Performance énergétique et thermique des bâtiments recueil sur CD-ROM Référence : 3135311CD ISBN : 978-2-12-135311- Année d édition : 2010 Analyse Un diagnostic de Performance Energétique (DPE) est désormais

Plus en détail

Au service de l'eau!

Au service de l'eau! R IE UE SS IQ DO HN C TE Au service de l'eau! DETARTREUR ANTITARTRE ANTICORROSION AUTONETTOYANT ANTIPASSIVATION 1 La gamme Efinode est la plus large du marché: du DN15 au DN1000, elle permet de traiter

Plus en détail

S 7 LES SCIENCES APPLIQUÉES

S 7 LES SCIENCES APPLIQUÉES S 7.1 Les constituants des aliments 7.1.1 Nature des constituants et rôles nutritionnels identifier les différents constituants d'un produit alimentaire à partir d'un étiquetage. # protides # glucides

Plus en détail

L OPAC DE CHALONS EN CHAMPAGNE

L OPAC DE CHALONS EN CHAMPAGNE L OPAC DE CHALONS EN CHAMPAGNE LA COLOMBIERE A CHALONS EN CHAMPAGNE (51) PARAMETRES SIGNIFICATIFS Date obtention PC 01/07/2004 Date livraison début 2007 Distribution des logements 9 log. col. PLUS SH :

Plus en détail

Waterclean Protège du risque légionelles, pseudomonas et autres bactéries. system. traitement d'eau chaude et froide. Production et.

Waterclean Protège du risque légionelles, pseudomonas et autres bactéries. system. traitement d'eau chaude et froide. Production et. u n i v e r s a l p e r f o r m a n c e Production et traitement d'eau chaude et froide à usage sanitaire Waterclean Protège du risque légionelles, pseudomonas et autres bactéries system N08.149A Eaux

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2005

La Réglementation Thermique 2005 La Réglementation R Thermique 2005 Le contexte et les enjeux Le contexte et les enjeux Les ressources naturelles s épuisent. Les prix s envolent. Le climat se dérègle. Le bâtiment consomme beaucoup trop

Plus en détail

VISTRON V120 C.RM VISTRON V150 C.RM. Notice d exploitation pour le professionnel autorisé. 06/2004 art. no

VISTRON V120 C.RM VISTRON V150 C.RM. Notice d exploitation pour le professionnel autorisé. 06/2004 art. no VISTRON V120 C.RM VISTRON V150 C.RM Notice d exploitation pour le professionnel autorisé 06/2004 art. no 12 033 997 Table des matières Table des matières.. 2 Généralités... 3 Mise en place 3 Installation..

Plus en détail

SYSTÈME ANTI-CALCAIRE

SYSTÈME ANTI-CALCAIRE SYSTÈME ANTI-CALCAIRE Les problèmes occasionnés par le calcaire : LE TARTRE LA CORROSION LES LÉGIONELLES Les problèmes de calcaire, de corrosion et de légionelles Pourquoi et comment traiter l'eau calcaire?

Plus en détail

Le suivi des installations d eau potable

Le suivi des installations d eau potable Le suivi des installations d eau potable Journée d échanges et d information du 8 novembre 2011 Direction de l Economie & du Développement Durable Service De l Eau 1 Le suivi des différents ouvrages L

Plus en détail

DISTRIBUTION EAU FROIDE ET EAU CHAUDE SANITAIRE

DISTRIBUTION EAU FROIDE ET EAU CHAUDE SANITAIRE DISTRIBUTION EAU FROIDE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Cet aide-mémoire s appuie sur le D.T.U. 60.11 du 10 août 2013 Il développe les calculs concernant les installations de plomberie sanitaires Installations

Plus en détail

Lot n 11 CHAUFFAGE CLIMATISATION VMC PLOMBERIE SANITAIRE. Cadre de bordereau CONSTRUCTION D'UNE GENDARMERIE ET DE 7 LOGEMENTS.

Lot n 11 CHAUFFAGE CLIMATISATION VMC PLOMBERIE SANITAIRE. Cadre de bordereau CONSTRUCTION D'UNE GENDARMERIE ET DE 7 LOGEMENTS. CONSTRUCTION D'UNE GENDARMERIE ET DE LOGEMENTS Le champ Coudray 00 CERILLY MAITRE D'OUVRAGE MOULINS HABITAT rue de la fraternité BP 00 MOULINS cedex Lot n CHAUFFAGE CLIMATISATION VMC PLOMBERIE SANITAIRE

Plus en détail

Prises en charge pour tuyaux en PVC-U et PEHD

Prises en charge pour tuyaux en PVC-U et PEHD FTA 60/05-C Page 1 sur 5 FICHE TECHNIQUE FTA/60/05-C Prises en charge pour tuyaux en PVC-U et PEHD Date d approbation : 24 janvier 2013 Nombre de pages : 5 NOTES PRELIMINAIRES 1) S'il est fait mention

Plus en détail

II - L ÉCONOMIE GÉNÉRALE DES PROJETS DANS UNE DÉMARCHE DE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

II - L ÉCONOMIE GÉNÉRALE DES PROJETS DANS UNE DÉMARCHE DE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Guide de l achat public durable - MEDAD - Février 2008 Qualité environnementale dans la construction et la réhabilitation des bâtiments publics I - LES RAISONS DE RÉALISER UNE CONSTRUCTION DE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

Plus en détail

TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT

TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT MISE EN CONTEXTE DE LA FORMATION La formation vise à appuyer les personnes impliquées de près ou de loin dans leurs activités professionnelles dans le domaine des programmes d entretien des tours de refroidissement

Plus en détail

Contrôle du risque légionelle en réseau d eau chaude sanitaire par une maîtrise de l hydraulique et de la température L. KIÉNÉ, P.

Contrôle du risque légionelle en réseau d eau chaude sanitaire par une maîtrise de l hydraulique et de la température L. KIÉNÉ, P. JIE 2008 POITIERS Conférence n 67 Thème : Biofilm légionelles - réseaux Contrôle du risque légionelle en réseau d eau chaude sanitaire par une maîtrise de l hydraulique et de la température L. KIÉNÉ, P.

Plus en détail

ATTESTATION D'ASSURANCE Contrat Multirisque Professionnelle

ATTESTATION D'ASSURANCE Contrat Multirisque Professionnelle ATTEST01 ATTESTATION D'ASSURANCE Contrat Multirisque Professionnelle ENTREPRISE ARTISANALE SAS 287 ROUTE DES CREUSES 74600 SEYNOD Valable * pour la période du 01/01/2017 au 31/12/2017 Contrat Multirisque

Plus en détail