GRAND GUIGNOL ET ALIÉNISME

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GRAND GUIGNOL ET ALIÉNISME"

Transcription

1 GRAND GUIGNOL ET ALIÉNISME Le Grand Guignol désigne à la fois un lieu et un genre. Le lieu «spécialisé dans la représentation de mélodrames horrifiants» selon la définition du Grand Robert de la langue française fut un théâtre parisien de 1897 à Par ailleurs, en tant que genre, Grand Guignol est un vocable signifiant souvent sanguinolent parfois à l excès, au point d atteindre le grotesque, mais plus fréquemment «fait divers». En 1897, Oscar Ménetier ( ), un «chien de commissaire» amené à assister les condamnés à mort dans leurs derniers instants, s installe dans une ancienne chapelle devenue atelier du peintre pompier Georges Rochegrosse ( ), spécialisé dans les scènes de massacres et de décapitations («L angoisse humaine», «La mort de Babylone») : le sang sorti des tubes de peinture devient alors celui des ampoules de carmin liquide des effets spéciaux du Grand Guignol sis dans une impasse sinistre de Pigalle, l impasse Chaptal, baptisée du nom d un médecin chimiste qui participa à l élaboration et à la commercialisation de l acide sulfurique (le vitriol). Oscar Ménetier déclare : Guignol va travailler et défendra de toutes ses forces la cause de la liberté de l art. Guignol certes mais Guignol qui a grandi : un Grand Guignol. Il faut rappeler que Laurent Mourguet ( ) crée à Lyon vers 1808 «Guignol» (le guign œil = louche), marionnette qui improvise sur l actualité du jour en se dressant contre les injustices dont sont victimes les pauvres et les petites gens, à tel point qu en 1852 un rapport de police témoigne de son caractère subversif et de son goût pour la grivoiserie. De la liberté de l art aux émotions de l âme, on ira alors selon René Wisten journaliste (1831) «au Grand Guignol lorsqu on aura besoin d émotions fortes comme on va aux Folies Bergères lorsqu on a envie de voir de jolies cuisses». Max Maurey ( ), second directeur de 1898 à1914, va faire du théâtre du Grand Guignol le théâtre de l épouvante, le lieu de l horreur, de la terreur et de la peur où on viole, on vitriole, on étrangle, on empoisonne, on coupe en morceaux, on tue. Dans une visée publicitaire, Max Maurey engage un médecin de service pour secourir les spectateurs défaillants, le succès d une pièce se mesurant au nombre d évanouissements provoqués. Le journal Le Rire peut alors dire «conformément à l ordonnance récente de M. Lépine [préfet de police de Paris de 1899 à1912] les médecins devront s assurer avant chaque soirée que les spectateurs sont indemnes de toutes maladies de cœur pouvant entraîner des conséquences mortelles». Psychiatries dans l histoire, J. Arveiller (dir.), Caen, PUC, 2008, p

2 432 Pierre Chenivesse Du beau fait divers angoissant, inquiétant, impressionnant, de l épouvante et du drame vont s offrir aux spectateurs témoins et éclater en vase clos. Le but du Grand Guignol n est pas de faire bel effet mais de faire de l effet. La soirée est ainsi savamment orchestrée et arrangée comme suit dans cette optique. 1. La douche écossaise. Le théâtre du Grand Guignol est conçu à cette image : on y meurt ainsi de rire et on y meurt de peur. Le principe d une alternance du drame et de la comédie bouffonne y est posé. La soupape de sécurité se trouve dans cette alternance, les deux registres étant clivés : pas de rire dans les drames sous peine qu ils ne tombent à plat, pas de drame dans le rire, mais le rire trouve sa raison d être par le drame : le spectateur doit se détendre avant de se tendre pour le clou de la soirée qui est le macabre et l effroi. Le Grand Guignol a donc deux visages : la terreur d un côté, le rire de l autre, la grivoiserie et l épouvante, la cuisse et le sang. La comédie de levée de rideau prépare le drame, celle qui suit détend le spectateur pour mieux le préparer à un nouveau drame, lui donnant ainsi l occasion de reprendre le dessus sur les situations et les émotions extrêmes mises en œuvre : la mort, la maladie, la folie. 2. Les comprimés de terreur. André de Lorde, dont nous reparlerons plus loin, proposait la formule suivante : Les pharmaciens sont arrivés à condenser de fortes doses de médicaments violents dans certains comprimés d un tout petit volume faciles à absorber, de même je m efforce de fabriquer des comprimés de terreur. Les pièces écrites sont ainsi courtes, ramassées en un acte, sans longueur, sans exposés inutiles, entrant immédiatement dans le sujet et dans l action. La brièveté est perçue comme garantie de succès, l entracte est supprimé pour ne pas laisser retomber la gradation qui fait passer le spectateur de l inquiétude à l angoisse puis à l épouvante. 3. L ambiance générale. Le Grand Guignol est un petit théâtre qui occupe le fond d une impasse à l atmosphère de coupe-gorge. À l extérieur, éclairage rouge et sombre, pavés irréguliers sur lesquels on trébuche. À l intérieur, une ambiance de chapelle avec un éclairage rempli d ombre, l œil accrochant du mystère partout, le frémissement de l imagination participant de la peur. Par ailleurs, une salle propice aux sensations étranges, toute en longueur, aux murs tendus d étoffes foncées et aux étroits tréteaux appelant un répertoire où les espaces sont confinés. Quand les trois coups ont frappé et que les lumières s éteignent, les nerfs doivent être à fleur de peau de telle façon que lorsque le rideau se lève le spectateur soit «à point», que le malaise s empare de celui-ci pour aller toujours croissant, l horreur n étant pas montrée d emblée mais annoncée, attendue, la création d un climat d inquiétude rendant prévisible un événement redoutable qui est retardé jusqu à la fin. Comme nous l avons rapidement évoqué, le répertoire du Grand Guignol est celui d espaces confinés. Celui-ci sera de fait dédié aux milieux dédaignés mais néanmoins inquiétants. Maisons de fous, hôpitaux, asiles, laboratoires, morgues Le Grand

3 Grand Guignol et aliénisme 433 Guignol s attache à une étude précise, «scientifique» de ces milieux par la mise en scène de cas médicaux. Il s agit du théâtre médical d A. de Lorde, théâtre dont il convient principalement de distinguer deux sortes : celle se rapportant au bistouri, au bloc opératoire et celle liée à la folie. La folie n y était généralement pas démonstrative à l opposé de l exubérance classique ou de la bouffonnerie attendue du fou. L on pourrait dire que la folie, en tant que telle, est reléguée au second plan, l aliéné étant avant tout considéré par rapport au danger, à la violence potentielle et à la menace qu il représente. La virtuosité du théâtre médical, théâtre d épouvante et de sang, réside ainsi dans sa capacité à relativiser la folie pour la rendre intelligible au grand public. A. de Lorde dira «quelle différence y a-t-il entre le fonctionnement normal d un cerveau et son altération? Quelle infime nuance sépare l aliéné d un homme sain?» Le proche peut devenir monstre. La limite est mouvante, incertaine, trompeuse. Elle n est pas définitive. À la fin du xix e siècle, une tendance marquée est d attribuer une efficacité certaine au roman dans la diffusion du savoir. A. de Latour, comte de Lorde ( ), le prince de la terreur, qui faisait peur en mettant notamment en scène le fou, orchestra une véritable campagne de propagande en faveur de la maladie mentale à travers un théâtre d épouvante en apparence incompatible avec la rigueur et le discours savant. Il situe ses écrits et plus particulièrement le théâtre médical qu il met au point dans cette littérature à mission savante, ayant pour mérite de faire pénétrer chez «le profane» une conception des troubles mentaux plus exacte que celle répandue couramment. Certes le Grand Guignol est a priori un théâtre du trouble, où ce qui est exalté, comme nous l avons déjà évoqué, sont les frontières, les limites et les seuils. Thèmes dont les échos auprès du spectateur sont l évanouissement, la perte de maîtrise, la panique Cependant, à travers le moyen qu il utilise, le Grand Guignol peut, par moments, poursuivre une double campagne : d une part pédagogique : montrer par l action ce que sont les maladies mentales, sans se perdre dans des détails savants. Sa fonction étant de révéler la vraie nature de la folie sur laquelle le public a une idée fausse ; d autre part civique : attirer l attention sur le corps médical et l administration, notamment au travers de ses abus et défaillances éventuels. La lumineuse idée d A. de Lorde fut de faire appel à de grands noms dont le message authentifia le caractère scientifique et sérieux des productions du Grand Guignol. Ainsi, de célèbres docteurs, d éminents professeurs eurent à intervenir en tant que critiques, préfaciers, conférenciers, voire à titre d auteurs. Ces prestigieuses références scientifiques dont s entourait A. de Lorde apportaient à son théâtre une crédibilité médicale, les faits divers, ceux qui avaient fait les gros titres de la presse à sensation, l ancrant dans la réalité. La caution d authenticité et de valeur scientifique de son œuvre et par là même du Grand Guignol, A. de Lorde la doit à la collaboration de ces différents scientifiques pour qui le théâtre était un tremplin, un moyen efficace assurant la diffusion du savoir et l éducation du public.

4 434 Pierre Chenivesse À travers quelques vignettes, nous allons maintenant évoquer les participations de divers «hommes de sciences», preuves de l intérêt suscité par ce genre de littérature. 1. Gilbert Ballet préface en 1913 La Folie au théâtre, recueil de pièces d A. de Lorde. Homme de sciences reconnu, il n hésite pas à cautionner ses textes : [ ] le lecteur estimera sans doute comme moi que celle-ci pouvait se passer de préface : l intérêt qui s en dégage à la lecture comme à la représentation constitue en même temps que la plus indispensable, la meilleure des recommandations. Puisque monsieur André de Lorde a fait l honneur de me solliciter j essaierai d autant moins de me dérober que j ai goûté comme elles méritaient de l être ses pièces à la scène. [ ] La mise en scène de la folie est l objectif principal. Celle-ci constitue alors le centre et le ressort premier de l action. On vise dans ce cas une façon de démonstration clinique qui peut être d autant plus émouvante que l optique du théâtre [ ] accuse mieux la physionomie des personnages. Plus loin, il affirme : [ ] des trois œuvres qui figurent dans ce livre, j ai un faible pour l homme mystérieux. J ai été séduit à la fois par son intérêt dramatique et par l exactitude et la précision de la documentation clinique. C est la classique aventure du persécuté méconnu auquel malgré l avis médical on s obstine à rendre la liberté et qui en use pour frapper celui-là même qui a exigé sa libération. [ ] L homme mystérieux est un tableau saisissant de vérité [ ] c est une des belles œuvres théâtrales qui est parue ces dernières années [ ] à elle seule cette pièce suffirait à légitimer le bon et grand renom que s est acquis Monsieur André de Lorde. L homme mystérieux donne une remarquable image de la paranoïa, de ses reflux, de ses recrudescences, de sa méfiance et enfin de l issue meurtrière. Problème épineux dont nous reparlerons plus avant : quels sont les critères permettant de mettre fin à une hospitalisation, le malade étant apparemment «guéri»? 2. La collaboration la plus proche fut celle d Alfred Binet ( ). À l occasion d une enquête sur les auteurs dramatiques, A. Binet s adressera à A. de Lorde. Il arrête alors sa recherche pour se mettre au théâtre et écrire avec lui plusieurs pièces : Obsession en 1905, Une leçon à La Salpêtrière en 1908, L Horrible Expérience en 1909 et L Homme mystérieux en Si A. de Lorde fut à l origine du théâtre médical, A. Binet et lui le mirent néanmoins tous deux au point, la distribution des rôles étant ainsi dessinée : à A. de Lorde les situations de drame, à A. Binet de donner aux personnages une rigueur nosographique et une précision psychologique. Cette collaboration est à prendre comme vulgarisation scientifique. Ainsi une fois le rideau levé, dans plusieurs pièces le spectateur pénètre dans l asile, lieu où plane l angoisse, mais il y est a priori guidé par le médecin, homme rassurant. Au cours de cette visite, il glane quelques informations sur les maladies mentales. L Obsession, pièce de 1905, est une critique du médecin et de son manque d intuition. Un homme consulte un célèbre aliéniste et lui décrit le cas de son beau-frère

5 Grand Guignol et aliénisme 435 qui souffrirait d obsession homicide. Il s agit bien entendu du cas du consultant qui de retour chez lui assassine son fils ; l aliéniste n a pu ainsi déceler le fou dangereux, l homme mystérieux qui cache sous une apparence normale, le comportement dangereux ; Une leçon à La Salpêtrière de 1908 est une critique de l expérimentation médicale : une jeune fille dont un bras est paralysé à la suite d une expérience retrouve l interne responsable de l opération et lui lance de l acide au visage. Alors qu il souffre atrocement, il sert de cobaye à ses confrères. Ce qui sous-tend ces pièces ce sont les thèmes suivants : a. Ce qui doit épouvanter le public, c est le fou dangereux en liberté dans la rue. Interné, il est paisible, raisonnable. La liberté qui lui est rendue peut faire reprendre le délire. L hospitalisation est ainsi une mesure de protection et de précaution. Ici est ouvert le débat de la loi de Si la loi autorise l internement, elle peut laisser des fous en liberté. Les aliénistes auront alors à cœur de révéler l existence d une folie non apparente : un fou peut-être dangereux bien qu il n en ait pas l air. Est alors prise la défense de l homme de la rue par la lutte contre les sorties prématurées des asiles. La question posée par A. de Lorde est alors : «que faire, vers qui se tourner?» Sa réponse sera : vers les hommes du savoir, les médecins auxquels il faut faire confiance. Les médecins n offrent pas toutes les garanties de sécurité, ils sont parfois inquiétants ou insuffisants [ ] s ils remplissaient jusqu au bout un rôle de protection il n y aurait pas de raison d avoir peur. L épouvante surgit de la défaillance médicale ou administrative, défaillance imputable aussi à la résistance de la société. La fonction éducative, pédagogique du Grand Guignol se limite à divulguer auprès du spectateur l existence des maladies mentales et les bienfaits de l internement. Par ailleurs, il sera affirmé que si les compétences de l aliéniste sont limitées, sa fréquentation quotidienne du fou permet d acquérir un savoir incommunicable fondé sur sa seule expérience qui lui permet de bien appréhender la folie. Même impuissant à agir sur celle-ci, il n en reste pas moins savant. b. L utilisation pernicieuse du savoir. Lors d usage dévoyé du savoir la fin est toujours «morale». On ne détourne pas impunément la connaissance. Les médecins diaboliques sont châtiés, ils subissent souvent ce qu ils ont pratiqué. Ainsi l interne est défiguré par l hystérique qu il a mutilée. Outre l écriture de pièces, A. Binet préface en 1919 Le Théâtre de la peur d A. de Lorde où il évoque leur activité de co-auteurs. J ai des goûts très analogues à ceux d André de Lorde, j aime passionnément ce théâtre d angoisse où l on attend le cœur serré quelque chose de terrible et surtout de mystérieux [ ] nous prenions feu pour le théâtre, on discutait le temps de la pièce, on en traçait les grandes lignes puis les détails et on se promettait de l écrire bien vite ensemble. André de Lorde nous a donné un théâtre dont le caractère est original et puissant.

6 436 Pierre Chenivesse 3. Joseph Babinski, sous un pseudonyme, passe en 1921 de la mesure scientifique à la démesure théâtrale dans la pièce Les Détraquées, initialement appelée Les Vicieuses, écrite par Olaf (Babinski) et Palau. Dans une école privée de jeunes filles, la directrice et un professeur de danse partagent les mêmes goûts et font subir à une élève les pires sévices jusqu à la mort. Olaf intervint par rapport au maniement d aiguilles au niveau des jeux de scènes avec celles-ci, car il explorait habituellement les réactions nerveuses avec des instruments pointus. Pierre Palau explique les raisons pour lesquelles il s est adjoint un médecin pour écrire sur les détraquées : Il me fallait corser le côté dramatique tout en restant dans l absolue vérité scientifique, le côté scabreux que j avais à traiter m y obligeait. Pour le mener à bien, j avais besoin de lumière que je ne possédais pas. Un ami me mit en relation avec l éminent J. Babinski qui voulut bien éclairer ma lanterne ce qui me permit de traiter sans erreur la partie pour ainsi dire scientifique du drame. On voit là un exemple de collaboration entre un littéraire comédien et auteur du Grand Guignol et un scientifique. Il est fait appel à un homme de l art (ici pour la manipulation d objets pointus) pour l élaboration de textes mais aussi pour la mise en scène qui exigeait le cumul des faits vrais menant plus sûrement à l épouvante. Pour finir nous évoquerons un souvenir que l on peut qualifier de tragique, de «Grand guignolesque». Georges Gilles de la Tourette avait accepté de présenter au public sous forme d une causerie scientifique La Dormeuse (1901). Une femme dans le coma depuis six mois fait l objet de la curiosité publique. Un jour elle ouvre les yeux. La servante évoque ses deux enfants dont la dormeuse ignorait la mort. Il faut rappeler que G. Gilles de la Tourette avait eu à étudier le cas de la Dormeuse de Thenelles. Le journaliste Paul Ginisty par ailleurs directeur du théâtre l Odéon évoque son souvenir dans cette présentation scientifique : C était un samedi à 17 heures. Soudain il sembla perdre les pieds, il s égara dans des digressions imprévues, il leva, comme un défi, le verre d eau de la table du conférencier. On s étonna puis les spectateurs ne devinant pas le drame qui bouleversait une belle et forte intelligence traduisirent leur surprise par des rires et s impatientèrent. Lui comme il ne s apercevait pas de l orage continuait à se lancer dans des divagations insensibles aux signes que je lui adressais. Ce fut un moment extrêmement pénible, sans qu il y ait eu moyen, il parlait devant le rideau [ ] d intervenir pour faire cesser cette scène. Après cette secousse cérébrale, il sembla retrouver sa lucidité mais peu de temps s était écoulé que, en Suisse, où il avait cherché le repos, la démence se déclarait et il ne devait pas tarder à succomber. André de Lorde en donne une version beaucoup plus courte : J attendais la fin dans les coulisses quand soudain j entends des rires, des murmures, des sifflets et je vois surgir le directeur qui déclare effaré : «mais qu est ce qu il a notre conférencier? Il raconte des choses folles qui n ont aucun rapport avec la pièce. Il déraille complètement», le terme hélas était exact. Ce grand savant venait de donner au public les premiers symptômes de la démence où il allait bientôt sombrer.

7 Grand Guignol et aliénisme 437 Ainsi, J. Babinski se cachait sous une fausse identité, A. Binet assistait aux premières de ses pièces sous une fausse barbe. G. Gilles de la Tourette se présente sous un masque où on ne l attendait pas Le Grand Guignol a mis l homme normal au contact avec le fou et la folie, en en présentant deux images : 1. La première, grand-guignolesque en apparence incompatible avec la rigueur et le discours scientifique : c est le théâtre de l épouvante, de la peur, ou de l horreur : meurtres, sévices, viols 2. La seconde, pédagogique pourrait-on dire, à visée de vulgarisation scientifique. Le médecin des fous, à la fois savant et ignorant, porteur d un pouvoir que lui procurait sa profession, y était situé comme intermédiaire qui doit protéger l homme de la rue. Son rôle devait assurer la tranquillité de la population en empêchant le fou d investir le quotidien. Un rôle digne de Guignol : celui de gendarme. Pierre Chenivesse 1 Références bibliographiques Antona-Traversi C. (1933), L histoire du Grand Guignol : théâtre de l épouvante et du rire, Paris, Librairie théâtrale. Europe (1998), n o spécial, n o , nov.-déc., Sade, le Grand Guignol. Glaser C. (1986), «Les médecins du Grand Guignol», Cahiers pour la littérature populaire, n o 7. Nichet J. (1966), Contribution à l histoire du Grand Guignol, DES, Institut d études théâtrales, Université de Paris IV Sorbonne, t. 1 (dactyl.). Pierron A. (éd.) (1995), Le Grand Guignol : théâtre des peurs de la Belle Époque, Paris, Robert Laffont. Pierron A. (2002), Les Nuits blanches du Grand Guignol, Paris, Seuil. Rivière F., Wittkop-Ménardeau G. (1979), Grand Guignol, Paris, H. Veyrier. 1.

8 438 Pierre Chenivesse

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT Activité pédagogique autour du roman, de Danielle Malenfant ISBN 978-2-922976-38-0 ( 2013, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités autour du roman RÉSUMÉ DU

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe - Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur Biographe Le Docteur une personne énigmatique à bien des égards. Peu de personne ont pu le voir, l approcher ou même voyager avec lui. Et s il

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Par: Bridget Clarke et Kathlyn Pascua

Par: Bridget Clarke et Kathlyn Pascua Par: Bridget Clarke et Kathlyn Pascua Anna Gavalda Née le 9 décembre 1970 à Boulogne- Billancourt Professeur de français Écrit pour le magazine de mode, Elle Bibliographie Nouvelles Je voudrais que quelqu

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Correction sujet type bac p224

Correction sujet type bac p224 Correction sujet type bac p224 Tragique : ne peut pas échapper à son destin. Pathétique : inspire la compassion, la pitié du lecteur envers le personnage. Poignant. Méthode : Pour la question, être synthétique,

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA Notes pour une allocution prononcée par M. Patrick Déry Surintendant de l encadrement

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant-

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- o Thème : o Objectifs pédagogiques : o Nievau : o Public : o Durée : o Matériel nécessaire : o Source : o Disposition de la classe : travail avec le livre Et si c

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS :

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : Tania Mouraud : Glamour-ing, 2000 C est un film vidéo qui montre un acteur de théâtre qui se maquille avant d aller sur scène. Ça se passe en Inde. L acteur

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

Marie Lébely. Le large dans les poubelles

Marie Lébely. Le large dans les poubelles Marie Lébely Le large dans les poubelles Prologue «La vitesse de conduction des fibres postganglionnaires est-elle du même ordre que celle des fibres nerveuses motrices du système nerveux somatique?» C

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement?

Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Appliquez-vous ces 4 éléments pour travailler plus efficacement? Ce livret vous a été remis en complément de la vidéo «4 éléments pour travailler plus efficacement». Visitez http://methode-prepa.com pour

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Voies de fait et autres infractions contre la personne n entraînant pas la mort

Conseil canadien de la magistrature Voies de fait et autres infractions contre la personne n entraînant pas la mort Conseil canadien de la magistrature Voies de fait et autres infractions contre la personne n entraînant pas la mort Table des matières Infraction 244...3 Décharge d une arme à feu avec intention (Art.

Plus en détail

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 DOSSIER DE PRESSE Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 What is that word known to all men, Huile sur toile, 150 x 90 cm, 2013 17, rue des Filles-du-Calvaire

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

C est dur d être un vampire

C est dur d être un vampire C est dur d être un vampire 1/6 Pascale Wrzecz Lis les pages 5 à 8. Tu peux garder ton livre ouvert. 1 Retrouve les mots dans ta lecture et complète les cases. C est une histoire de. Prénom du héros ;

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Dossier de presse. Les Créatures

Dossier de presse. Les Créatures Dossier de presse Les Créatures Spectacle hommage à Félix Leclerc Par Hélène MAURICE, Isabelle BAZIN et Marie MAZILLE www.facebook.com/mauricehelenemusic MAJ Mars 2012 1 Une œuvre qui résiste à l épreuve

Plus en détail

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 Les objectifs : - Comment percevons-nous les couleurs? Quel rôle joue le cerveau? - Comprendre les choix et les procédés de création

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME

COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME Toute personne ayant survécu à une catastrophe en ressort forcément profondément bouleversée ; en particulier les enfants, les personnes

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) - Le Médecin : ----------------------------------------------------------------------------- L ATELIER du COQUELICOT 1 «Spectacle marionnettes», juillet 2015 TOUS MALADES! (Texte de M.-A. Ard) Personnages : - Le Médecin : -----------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Liens entre la peinture et la poésie

Liens entre la peinture et la poésie Liens entre la peinture et la poésie Ophélie dans Hamlet Ophélie est un personnage fictif de la tragédie d Hamlet, une célèbre pièce de William Shakespeare. Elle partage une idylle romantique avec Hamlet

Plus en détail

WWW. toncorpsnestpasunepoubelle.com. Sortie Internationale France / Canada / Belgique / Suisse. Le 15 Octobre 2009

WWW. toncorpsnestpasunepoubelle.com. Sortie Internationale France / Canada / Belgique / Suisse. Le 15 Octobre 2009 DOSSIER PRESSE WWW. toncorpsnestpasunepoubelle.com Sortie Internationale France / Canada / Belgique / Suisse Le 15 Octobre 2009 Auteurs : Aline Bossi Florent Lamiaux Editions Le Courrier du livre Contact

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 14 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66762 Cassation partielle sans renvoi Dans un arrêt

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

Eclairage artificiel

Eclairage artificiel Eclairage artificiel Directions de lumière Effets de la source Mise en Scène Mise en Valeur Eléments de Projet Directions de lumière La composition lumineuse d une scène suppose la maîtrise des directions

Plus en détail

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule-

ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- ADIS, Barbezieux était une petite ville silencieuse et peu de voitures passaient boule- J vard Chanzy; vers midi, quelques grands personnages pleins de recueillemeiit, le procureur Lanata, le président

Plus en détail

IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze,

IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze, IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze, il avait les désillusions d un vieillard de soixante-dix-sept

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie 1 Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne

APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne APPEL A CANDIDATURE Projet artistique participatif à l échelle européenne La compagnie Zéotrope : Depuis 1999, la compagnie Zéotrope réinvente sans cesse le rapport spectateur(s) et comédiens(s), privilégiant

Plus en détail

N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011

N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011 N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : Es-tu plutôt roman, BD, conte ou poésie? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE Voici

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Quelle est situation durant sa vie?

Quelle est situation durant sa vie? Benjamin CHOPARD CM1 Avril 2008 Ecole de saint Blaise Briançon Vincent Van Gogh (1853 1890) Qui est Van Gogh? Vincent Van Gogh est né en Hollande ( au Pays-Bas) en 1853 à Groot- Zundert. C est le fils

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

Ce tutoriel, créé sans prétention artistique, à pour but de mettre en avant l une des nombreuses possibilités qu offre ce logiciel.

Ce tutoriel, créé sans prétention artistique, à pour but de mettre en avant l une des nombreuses possibilités qu offre ce logiciel. Ce tutoriel, créé sans prétention artistique, à pour but de mettre en avant l une des nombreuses possibilités qu offre ce logiciel. Prélude (pour ceux qui ne connaissent pas ou peux art rage) : Il serait

Plus en détail

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi NOUVEAUTÉ Entretien Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi Younil, L œil du chacal. Alger : Éditions Barzakh, 2000. Nous avons rencontré à Alger, où elle est née en 1965, où elle est allée à l

Plus en détail

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans

Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Connaissance et pratiques du «jeu du foulard» et autres jeux d apnée ou d évanouissement chez les enfants âgés de 6 à 15 ans Une étude Ipsos Public Affairs / A.P.E.A.S Janvier 01 Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs

Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice - Curatelle - Tutelle Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection des Majeurs Sauvegarde de justice : Pour qui : o patient majeur ayant besoin d une représentation temporaire

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

hôpital handicap Santé mutuelle aide médicale d urgence médecin de garde carte SIS maison médicale pharmacie planning familial

hôpital handicap Santé mutuelle aide médicale d urgence médecin de garde carte SIS maison médicale pharmacie planning familial carte SIS mutuelle aide médicale d urgence handicap planning familial maison médicale hôpital pharmacie médecin de garde Santé Je vis en Belgique. Ai-je droit aux soins de santé? En Belgique, tout le monde

Plus en détail

1 Le plus vieil ami du narrateur, dont les doigts sont atrophiés. 2 Regarde avec attention.

1 Le plus vieil ami du narrateur, dont les doigts sont atrophiés. 2 Regarde avec attention. Histoire des Arts La littérature, témoin du traumatisme des combattants La Chambre des Officiers de Marc Dugain, 1998 Ce roman évoque le quotidien d Adrien, «gueule cassée» de la Grande Guerre. Jeune ingénieur

Plus en détail

Une vraie boutique et plus encore. www.lafausseboutique.com

Une vraie boutique et plus encore. www.lafausseboutique.com Une vraie boutique et plus encore www.lafausseboutique.com 2014 DOSSIER DE PRESSE La Fausse Boutique est plus qu un simple espace de vente. Son originalité réside dans le rassemblement d ateliers de création,

Plus en détail

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck > Exposition L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck Entretien avec Chandra Rajakaruna de la fondation Mona Bismarck À l occasion des festivités organisées pour le 60 e anniversaire

Plus en détail

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a Epithète et Person a Marionnettes habitées et déshabitées. Epithète et Person a i!(mouton de vapeur) i! -Jeux de masque sur, dans, avec, contre le masque! -Corps qui «fait face»! -Personnages échappés

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1

Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 Nouvelle écrit par Colette lefebvre- Bernalleau 1 LE BRAQUEUR DU Crédit Lyonnais C est un matin comme tous les jours pierrent après un petit déjeuner vite pris part pour le journal où il travaille et comme

Plus en détail

Saisir les idées dans la phrase

Saisir les idées dans la phrase Leçon LA LECTURE 5 Enrichissement du sens par la subordination 1 EFFICACE Saisir les idées dans la phrase Leçon 5 Enrichissement du sens par la subordination Avertissement La présente leçon illustre comment

Plus en détail

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 JE CHLOÉ COLÈRE PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 Non, je ne l ouvrirai pas, cette porte! Je m en fiche de rater le bus. Je m en fiche du collège, des cours, de ma moyenne, des contrôles, de mon avenir!

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel "La Colline"

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel La Colline Compte-rendu du CONSEIL d ADMINISTRATION du Mardi 31 mars 2015 Présents : Excusés : Absents : Mesdames BEAUDENON, BEAUFORT-LANCELIN, COIFFIER, CUBERA, FRAIGNEAU, GAILLARD, HATTRAIT, OUDIN, PREVOT, ZAYANI

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. Journal d Anne Frank

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. Journal d Anne Frank REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE Journal d Anne Frank Réf. N 2008-42 PARTIE A - INFORMATIONS ESSENTIELLES 1. RÉSUMÉ Le Journal d Anne Frank porte l attention du monde entier l histoire de cette jeune fille.

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2 Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Dans le bureau du docteur Lanquette Secrétaire: Secrétaire: Je voudrais un rendez-vous pour voir le docteur, s il vous plait. Vous avez une

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Quizz s é c u r i t é

Quizz s é c u r i t é Quizz s é c u r i t é r o u t i è r e Selon vous, le nombre de personnes tuées sur les routes dans le monde chaque année représente environ : A. La population de l Estonie B. C. Les populations des villes

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS

Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS UN ÉVÉNEMENT Culture & Sport au cœur du 1 er arrondissement de PARIS CP02 - PARIS - SOUS EMBARGO JUSQU AU 2 AVRIL 2015 Culture Air Sports Tour Paris 2015 : Faire du 1 er Arrondissement de Paris le plus

Plus en détail