ETUDE DE LA RENTABILITE FINANCIERE DES EXPLOITATIONS MARAICHERES DE GRAND-POPO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE DE LA RENTABILITE FINANCIERE DES EXPLOITATIONS MARAICHERES DE GRAND-POPO"

Transcription

1 République du Bénin &&&& Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche (MAEP) &&&&&&&& Institut National des Recherches Agricoles du Bénin (INRAB) &&&&&& Programme Analyse de la Politique Agricole (PAPA) BP 128 Porto-novo Tél : E-maïl : &&&& ETUDE DE LA RENTABILITE FINANCIERE DES EXPLOITATIONS MARAICHERES DE GRAND-POPO Patrice ADEGBOLA Florentin AKPLOGAN Alphonse SINGBO Janvier 2004

2 Remerciements Au terme de ce rapport nous avons le devoir de remercier tous ceux qui de près ou de loin, ont contribué au bon déroulement de cette étude. Nos sincères remerciements vont à l endroit du Programme Appui aux Programmes Régionaux de la Recherche Agricole (APRRA) qui a apporté son concours financier pour la réalisation de cette étude. Nous tenons à remercier les stagiaires Sogbossi Marie-Josée, Afodégon Wilfrid, Mensah Armel, Adjibi Vincent et Agbodoyètin Aurore pour leur précieux concours. Nous remercions aussi Messieurs Tovilodé Désiré et Hinnou Léonard pour les nombreux sacrifices consentis lors du déroulement des enquêtes. Nous remercions également Monsieur Zinsou Jacques du Programme Analyse de la Politique Agricole (PAPA) qui s est occupé des analyses statistiques de l étude. Nos remerciements vont également à l endroit des agents du Secteur Grand-Popo, particulièrement Messieurs Adjovi Raoul et Viaho Christian pour tout le soutien qu ils nous ont apporté lors des travaux de terrain. Que le personnel du Programme Analyse de la Politique Agricole trouve ici l expression de notre profonde gratitude. i

3 Résumé A Grand-Popo environ 2500 personnes sont impliquées dans le maraîchage. Cet effectif dénote des atouts que présente le maraîchage, et son importance dans la régulation des problèmes inhérents aux différentes populations qu'il sollicite. Toutefois, il demeure une stratégie de gestion efficace des terres dans ces régions où le problème foncier est très préoccupant. Il en ressort une utilisation de quantités énormes de pesticides et d'engrais chimiques pour la production des cultures maraîchères. A partir de ce moment, il est nécessaire de s'interroger sur la rentabilité de ces exploitations. La typologie réalisée à cet effet montre que les exploitations maraîchères de Grand-Popo peuvent être regroupées en cinq (05) classes en se basant sur les variables discriminantes que sont : situation géographique de l'exploitation, la formation ou non par les organismes d'intervention, le type de système d irrigation utilisé, la situation matrimoniale du maraîcher, la quantité totale de main d'œuvre allouée à chaque culture, les consommations intermédiaires, la valeur ajoutée, la superficie totale exploitée, et la proportion de la main d'œuvre familiale dans le total pour chaque culture. En fonction de ces variables les classes distinguées sont : gros producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe ; producteurs moyens du littoral, utilisateurs de pompe Naguézé ; petits producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe ; petits producteurs, formés en maraîchage ; producteurs moyens situé hors du littoral à système d irrigation manuel. Les résultats montrent que pour la culture de piment que les classes Petits producteurs, formés en maraîchage et Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel ont les coûts de production et les résultats nets d exploitation les plus faibles. Par contre les exploitations des classes Gros producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe, Producteurs moyens du littoral utilisateurs de pompe Naguézé et Petits producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe ont les coûts de production et les résultats nets d exploitation les plus élevés. Pour la culture de tomate, les coûts de production des classes Petits producteurs, formés en maraîchage et Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel sont les plus faibles et les exploitations des classes Gros producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe, Producteurs moyens du littoral utilisateurs de pompe Naguézé et Petits producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe ont les coûts de production les plus élevés. Les classes des Gros producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe, Producteurs moyens du littoral, utilisateur de pompe Naguézé, Petits producteurs, formés en maraîchage et Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel ont les résultats d exploitation les plus faibles. Par contre les exploitations de la classe Petits producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe ont les résultats nets d exploitation les plus élevés et sont les plus performantes. Pour les cultures d oignon et de carotte le coût de production de l oignon et le résultat net d exploitation ne varie pas d une classe à l autre. Pour le groupe de culture oignon, piment, tomate et carotte les coûts de production augmentent selon que l on considère dans l ordre les associations de classes Petits producteurs, formés en maraîchage - Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel ; Petits producteurs formés en maraîchage - Producteurs moyens du littoral, utilisateurs de pompe Naguézé ; Gros producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe - Producteurs moyens du littoral utilisateurs de ii

4 pompe Naguézé. Pour le résultat net d exploitation la classe des Petits producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe dégage le meilleur résultat. iii

5 Table des matières REMERCIEMENTS...I RESUME...II TABLE DES MATIERES...IV LISTE DES TABLEAUX...VI CHAPITRE INTRODUCTION GENERALE PROBLEMATIQUE OBJECTIFS HYPOTHESES... 1 CHAPITRE METHODOLOGIE CHOIX DE LA ZONE D ETUDE ECHANTILLONNAGE TECHNIQUES DE COLLECTE DES DONNEES METHODES D ANALYSE DES DONNEES LIMITES DES DONNEES... 4 CHAPITRE RESULTATS ET ANALYSE TYPOLOGIE DES EXPLOITATIONS MARAICHERES DE GRAND-POPO Les variables les plus discriminantes Caractéristiques des différentes classes RENTABILITE FINANCIERE DE LA PRODUCTION DES PRINCIPALES CULTURES MARAICHERES A GRAND-POPO Rentabilité financière de la production du piment Coût de production du piment par les différentes classes Valeur ajoutée, résultats d exploitation et ratios de rentabilité par classe pour la culture de piment Rentabilité financière de la production de tomate Coût de production de la tomate par les différentes classes Valeur ajoutée, résultats d exploitation et ratios de rentabilité par classe pour la culture de tomate Rentabilité financière de la production de l oignon Coût de production de l oignon par les différentes classes Valeur ajoutée, résultats d exploitation et ratios de rentabilité par classe pour la culture d oignon Rentabilité de la production de la carotte Coût de production de la carotte par les différentes classes Valeur ajoutée, résultats d exploitation et ratios de rentabilité par classe pour la culture de carotte iv

6 3.2.5-Rentabilité de la production du groupe de culture oignon, piment, tomate carotte Coût de production du groupe de culture oignon, piment, tomate carotte par les différentes classes Valeur ajoutée, résultats d exploitation et ratios de rentabilité par classe pour pour le groupe de culture oignon, piment, tomate et carotte CONCLUSION RECOMMANDATIONS REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXE...28 v

7 Liste des Tableaux TABLEAU 1 : PRESENTATION DE LA ZONE D ETUDE... 2 TABLEAU 2 : VARIABLES LES PLUS DISCRIMINANTES... 6 TABLEAU 3 : COMPOSITION DES CLASSES... 7 TABLEAU 4: CARACTERISTIQUES DES DIFFERENTES CLASSES... 9 TABLEAU 5 : DENOMINATION DES CLASSES TABLEAU 6 :COUT DE PRODUCTION DU PIMENT DANS LES DIFFERENTES CLASSES TABLEAU 7: PART OCCUPEE PAR CHAQUE COUT DANS LES COUTS VARIABLES TOTAUX PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE PIMENT TABLEAU 8: VALEUR AJOUTEE, RESULTATS D EXPLOITATION ET RATIOS DE RENTABILITE PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE PIMENT TABLEAU 9: COUT DE PRODUCTION DE LA TOMATE DANS LES DIFFERENTES CLASSES TABLEAU 10 : PART OCCUPEE PAR CHAQUE COUT DANS LES COUTS VARIABLES TOTAUX PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE TOMATE TABLEAU 11 VALEUR AJOUTEE, RESULTATS D EXPLOITATION ET RATIOS DE RENTABILITE PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE TOMATE TABLEAU 12: COUT DE PRODUCTION DE L OIGNON DANS LES DIFFERENTES CLASSES TABLEAU 13 : PART OCCUPEE PAR CHAQUE COUT DANS LES COUTS VARIABLES TOTAUX PAR CLASSE POUR LA CULTURE D OIGNON TABLEAU 14: VALEUR AJOUTEE, RESULTATS D EXPLOITATION ET RATIOS DE RENTABILITE PAR CLASSE POUR LA CULTURE D OIGNON TABLEAU 15 : COUT DE PRODUCTION DE LA CULTURE DE CAROTTE DANS LES DIFFERENTES CLASSES TABLEAU 16: PART OCCUPÉE PAR CHAQUE COÛT DANS LES COÛTS VARIABLES TOTAUX PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE CAROTTE TABLEAU 17: VALEUR AJOUTEE, RESULTATS D EXPLOITATION ET RATIOS DE RENTABILITE PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE CAROTTE TABLEAU 18: PROPORTION DE LA SUPERFICIE OCCUPEE PAR L OIGNON LE PIMENT, LA TOMATE ET LA CAROTTE DANS LE TOTAL ALLOUE AUX CULTURES MARAICHERES PAR CLASSE TABLEAU 19 : COUT DE PRODUCTION DU GROUPE DE CULTURE OIGNON, PIMENT, TOMATE ET CAROTTE DANS LES DIFFERENTES CLASSES TABLEAU 20 :PART OCCUPEE PAR CHAQUE COUT DANS LES COUTS VARIABLES TOTAUX PAR CLASSE POUR LE GROUPE DE CULTURE CULTURE OIGNON, PIMENT, TOMATE ET CAROTTE TABLEAU 21: VALEUR AJOUTEE, RESULTATS D EXPLOITATION ET RATIOS DE RENTABILITE PAR CLASSE POUR POUR LE GROUPE DE CULTURE OIGNON PIMENT, TOMATE CAROTTE vi

8 1.1-Problématique Chapitre 1 INTRODUCTION GENERALE L'insuffisance de l'approvisionnement de la population en denrées alimentaires, aussi bien du point de vue quantitatif que du point de vue qualitatif, constitue encore aujourd'hui pour bon nombre de pays tropicaux et subtropicaux l'un des problèmes les plus pressants. Or la plupart des pays africains dépendent de l agriculture et il est partout proclamé par les politiciens et autres dirigeants que l agriculture est la base de leur développement. Pourtant, les investissements dans l agriculture ne reflètent pas son importance toujours claironnée (Oniang o, 1999 ). Le relèvement de ce défi est devenu une priorité au Bénin. Ainsi, des actions d'amélioration de la performance du secteur agricole occupe une place de choix dans les actions de développement. Dès lors une attention particulière mérite d'être portée à l'endroit des acteurs de ce secteur et notamment des exploitations maraîchères. En effet, au Bénin, la production maraîchère constitue une source importante d emploi dans les milieux urbains, périurbains et surtout les rives des fleuves et/ou les vallées de certaines zones (Tiamiyou, 1995). Par conséquent, elle devient une source de revenu monétaire pour de nombreux producteurs de ces zones spécifiques. De plus, les cultures maraîchères représentent une source alimentaire variée qui complètent bien les besoins des populations béninoises dont l alimentation de base est composée essentiellement de glucides, principaux aliments énergétiques (Amoussougbo, 1993). A Grand-Popo environ 2500 personnes sont impliquées dans le maraîchage. Cet effectif dénote des atouts que présente le maraîchage et de son importance dans la régulation des problèmes inhérents aux différentes populations qu'il sollicite. Toutefois, il demeure une stratégie de gestion efficace des terres dans ces régions où le problème foncier est très préoccupant et où les caractéristiques du sol sont défavorables aux cultures traditionnelles (maïs, niébé etc.). De même il est noté une diversité dans les pratiques de production.a partir de ce moment, il est nécessaire de s'interroger sur les meilleures alternatives du point de vu financier surtout qu aucune étude sur la rentabilité de ces exploitations n est encore menée jusqu'à ce jour. La présente étude vise alors à évaluer la rentabilité financière des exploitations maraîchères dans la Commune de Grand-Popo en partant d une typologie Objectifs L'objectif de la présente étude est d'évaluer la rentabilité financière des différents types d'exploitation maraîchère dans la Commune de Grand-Popo Hypothèses Les coûts de production et les marges des cultures maraîchères varient d une exploitation à une autre. 1

9 2.1- Choix de la zone d étude Chapitre 2 METHODOLOGIE L étude a été menée dans les six (06) arrondissements sur les sept (07) que compte la commune. Il s agit des arrondissements de Adjaha, Agoué, Djanglanmè, Gbéhoué, Grand-Popo et Sazoué. L arrondissement d Avlo n a pas été retenu compte tenu de son sol salé peu favorable aux cultures maraîchères. De même dans l arrondissement de Gbéhoué, les villages d Adimado, Gbéhoué-Ouatchi, Gbéhoué- Pédah, Sohon et Zogbédji n ont pas été retenus pour pour les mêmes raisons. Les différents arrondissements de même que les villages retenus sont présentés dans le tableau 1. Tableau 1 : Présentation de la zone d étude Arrondissement Village Adjaha Conho, Cotocoli, Kpovodji, Seho-Condji, Todjonoukouin, Tokpa-Aïzo Agoué Agoué 1, Agoué 2, Ayiguinnou, Hilla-Condji, Nicoué-Condji, Zogbédji Djanglanmè Djanglanmè, Dévikanmè, Gountoéto, Hanmlangni, Kpatchacondji, Tomadjihoué, Tolèbakpa Gbéhoué Kpablè Grand-Popo Ewé-Condji, Houndjohoundji, Hèvè, Hounsoukoé, Onkuihoué, Yodo-Condji Sazoué Adankpé, Gnito, Sazué, Vodomè 2.2- Echantillonnage Dans ces différents villages, il a été retenu six (06) maraîchers par village, avec un total de 177 maraîchers enquêtés Techniques de collecte des données Deux techniques essentielles sont utilisées: les entretiens structurés, les entretiens semi et non structurés. - les entretiens semis et non structurés ont été utilisés lors de la phase exploratoire dans trois villages. Il s agit des villages Ewécondji dans l arrondissement de Grand-Popo, Ayiguinnou et Agoué2 dans l arrondissement d Agoué. Ainsi, quinze exploitations ont été sélectionnées au hasard dans chaque village à partir d une liste existante ou à défaut établie. Cinq personnes ressources ayant une bonne connaissance des exploitations agricoles de leur milieu ont été identifiées par village pour aider à l exécution de cette phase. Les entretiens semis et non structurés ont été également utilisés tout au long de la recherche sur le terrain. Ils ont permis de vérifier et de compléter certaines informations obtenues par les enquêteurs. - Les entretiens structurés : ils ont été réalisés à l aide d un questionnaire adressé aux maraîchers retenus dans les différents villages. 2

10 2.4- Méthodes d analyse des données La phase exploratoire a été réalisée dans trois villages de la commune. Afin de parvenir à une typologie basée sur les perceptions paysannes, la méthode du classement par niveau de prospérité de Barbara Grandin a été utilisée. Quinze exploitations ont été sélectionnées au hasard dans chaque village à partir d une liste existante ou à défaut établie. Cinq personnes-ressources ayant une bonne connaissance des exploitations agricoles de leur milieu ont été identifiées par village. Les critères déterminants la richesse d une exploitation maraîchère telle que perçue dans le village ont été abordés. Ces critères ont été ensuite hiérarchisés par chaque personne ressource. Après cette phase chaque personne ressource classe les exploitations maraîchères de son village. Les caractéristiques des classes ainsi constituées sont décrites. Pour analyser les résultats le test W de Kendall a été utilisé pour tester la concordance de la hiérarchisation des critères dégagés par les différentes personnes ressources. Les critères ainsi dégagés ont servi à l élaboration d un questionnaire. L analyse multivariée a été effectuée à cette étape. Elle a permis de tester la validité de la typologie qualitative. Par ailleurs à partir des informations contenues dans le questionnaire, l analyse de rentabilité a été faite au niveau des différentes classes identifiées. Au niveau de l analyse financière, plusieurs indices ont été calculés pour faire la comparaison entre les différentes classes. Les indices estimés sont le produit brut, la valeur ajoutée, le résultat brut d exploitation, le résultat net d exploitation et la productivité du travail. Tous ces indicateurs ont été ramenés à l hectare. En désignant par Q la quantité de produit maraîcher récoltée sur une planche et PU le prix de vente d une planche, le produit brut (PB) est donné par : PB=Q*PU La valeur ajoutée (VA) correspond à la différence entre le produit brut et la valeur des consommations intermédiaires (CI). Les consommations intermédiaires représentent les consommations en semences, en fumure minérale et organique, en pesticide en carburant, et l entretien des moteurs. Selon Fabre (1994), sa formule peut s écrire : VA=PB-CI Le résultat brut d exploitation (RBE), est donné par la formule (Fabre 1994): RBE=VA- (Rémunération du travail +Frais financiers+ Taxes) Pour estimer le RBE, il a été considéré uniquement la main d œuvre salariée. Le résultat net d exploitation (RNE) correspond au solde du RBE diminué de la valeur de l amortissement. Sa formule est donnée par (Fabre 1994) : RNE= RBE-Amortissement Pour Fabre (1994), le RBE exprime le gain (ou la perte) économique de l agent une fois acquittées toutes les charges d exploitation courantes. Le RNE, exprime le gain (ou la perte) économique compte tenu des investissements effectués préalablement. 3

11 La productivité du travail familial (PT) est donnée par le rapport entre RNE + amortissement et la quantité de travail familiale réellement engagée dans le processus de production. Elle a pour formule : PT= (RNE+Amortissement)/MOF 2.5- limites des données Dans la zone située hors du Littoral, où les cultures maraîchères sont associées aux cultures vivrières traditionnelles (maïs, niébé etc.), l étude a été faite en considérant seulement la présence des cultures maraîchères. 4

12 Chapitre 3 RESULTATS ET ANALYSE 3.1- Typologie des exploitations maraîchères de Grand-Popo Les variables les plus discriminantes Les variables qui permettent principalement de faire la distinction entre les exploitations maraîchères de Grand-popo sont sont présentées dans le tableau 2. Il s agit de: - situation géographique de l'exploitation, en effet les exploitations maraîchères à Grandpopo peuvent être réparties en deux groupes en considérant la situation géographique de l exploitation. Ainsi, certaines exploitations sont situées le long du Littoral de part et d autre de la voie bitumée qui traverse la commune et d autres vers le Nord de la commune. Les exploitations situées sur le littoral opèrent sur sol sableux et les autres sur sol argileux. -formation par les organismes d'intervention, en effet dans la commune les maraîchers peuvent également être répartis en deux groupes en prenant en compte le critère formation en maraîchage. Ainsi une première catégorie a été formée par les structures d intervention que sont le Programme d intervention pour la sécurité alimentaire (PILSA), Born Fonden, Programme d appui aux maraîchers du Littoral (PAML), le Service de Protection des Végétaux (SPV), le CARDER, etc. -utilisation de la pompe Naguézé ; En effet, les exploitations maraîchères utilisent différents systèmes d irrigation. Il existe six (06) types de systèmes d irrigation dans la zone. Il s agit des systèmes composés de : forage, motopompe, tuyaux PVC souterrains, et de raccords ; forage ou puits, motopompe, tuyaux PVC (installés au-dessus du sol), citerne et d arrosoirs ; forage ou puits, pompe Naguézé, tuyaux PVC (installés au-dessus du sol), citerne et d arrosoirs ; puits, citerne et d arrosoirs ; marécage, bassine et bol ; et le système pluvial. Ces différents systèmes ont été regroupés en se basant sur la présence ou l absence des composants principaux à savoir la motopompe, et la pompe Naguézé. De ces deux éléments celui qui fait surtout la différence est la pompe Naguézé. - situation matrimoniale ; les maraîchers de Grand-Popo peuvent être répartis en deux catégories : les mariés et les célibataires. - la quantité totale de main d'œuvre allouée à chaque culture, les consommations intermédiaires, valeur ajoutée. En effet les différentes exploitations n utilisent pas la même quantité de main d œuvre, ni le même niveau de consommations intermédiaires pour la même culture en considérant une unité de surface donnée. De même ils ne dégagent pas les mêmes recettes de leurs activités, ce qui conduit à une différence au niveau de la valeur ajoutée. - superficie totale exploitée, proportion de la main d'œuvre familiale dans le total pour chaque culture ; en effet les différentes exploitations n exploitent pas des mêmes superficies et disposent de différentes quantités de main d œuvre. 5

13 Tableau 2 : Variables les plus discriminantes Variables Partial R- F Value Pr > F Wilks'Lambda Pr <Lambda Square Situation géographique de < <.0001 l exploitation Formation par les < <.0001 organismes d'intervention Utilisation de la pompe < <.0001 Naguézé Situation matrimoniale < <.0001 Quantité totale de main < <.0001 d'œuvre allouée au piment Consommation < <.0001 intermédiaire pour piment Quantité totale de main < <.0001 d'œuvre allouée à la carotte Valeur Ajoutée tomate < <.0001 Proportion main d'œuvre < <.0001 familiale dans total pour oignon Quantité totale de main <.0001 d'œuvre allouée à la tomate Valeur Ajoutée piment <.0001 Valeur Ajoutée oignon <.0001 Superficie totale exploitée <.0001 Proportion main d'œuvre <.0001 familiale dans total pour piment Age de l exploitant <.0001 Niveau d instruction <.0001 primaire Quantité totale de main <.0001 d'œuvre allouée à la tomate Part du revenu issu du <.0001 maraîchage La proportion de chaque classe dans l effectif total est présentée dans le tableau 3. Ce tableau montre que la classe 1 comporte la plus forte proportion des maraîchers (30%) et la classe 4 la plus faible (10%). Les classes 2, 3, et 5 ont des proportions intermédiaires. De même le pourcentage des individus bien classés a été déterminé. Les résultats de cette analyse sont présentés en annexe (tableau 22). 6

14 Tableau 3 : Composition des classes Classe Fréquence Proportion Caractéristiques des différentes classes Les caractéristiques des différentes classes figurent dans le tableau 4. Ces caractéristiques sont : - zone : les exploitations maraîchères de la classe1 sont toutes situées sur le Littoral, tandis que celles de la classe 5 sont toutes situées dans la zone Nord de la commune. De même de fortes proportions des exploitations des classes 2 et 3 sont situées sur le Littoral. Aussi, environ 60% des exploitations de la classe 4 sont issues du Littoral. - formation en maraîchage : les exploitations de la classe 4 ont toutes reçu une formation en maraîchage, contrairement à leurs homologues de la classe 5. Les autres classes ne renferment que de très faibles proportions d exploitants formés. - situation matrimoniale : les exploitations des classes 1 et 4 sont constituées uniquement de mariés. De même les exploitations des classes 3 et 5 sont constituées en majorité de mariés, alors que ceux de la classe 2 sont composés dans les mêmes proportions de mariés et de célibataires. - genre du chef d'exploitation, dans toutes les classes les exploitants maraîchers sont en majorité des hommes, avec de très fortes proportions dans les classes 3 et 4. Cette situation serait liée à la pression démographique, le peu de terre existant étant partagé entre les hommes. - âge du maraîcher ; l age moyen des maraîchers dans toutes les classes oscille entre 38 et 46 ans. La jeunesse relative de ces acteurs s expliquerait par le fait que le maraîchage nécessite une importante dépense en énergie musculaire et occupe les maraîchers sur toute la longueur de la journée. - expérience en maraîchage ; les exploitations de la classe 5 ont une longue expérience en maraîchage. Il est à signaler que ces exploitants sont situés en dehors du littoral et pratique le maraîchage surtout en système d irrigation pluvieux dans les mêmes conditions que les cultures vivrières habituellement cultivées au Sud-Bénin à savoir le maïs, le niébé, etc. Le nombre moyen d année d expérience au niveau des autres classes varie entre 7 et 12 ans. -niveau d'instruction ; dans toutes les classes la majorité des exploitants ont le niveau primaire ou secondaire. Dans la classe 4, 65 % des exploitants ont le niveau secondaire. Cependant la classe 4 étant constituée uniquement d exploitants formés en maraîchage, on pourrait conclure que la formation est orientée prioritairement vers les jeunes déscolarisés. -part du revenu issu du maraîchage ; les maraîchers de Grand-Popo, toutes classes confondues tirent la majorité de leur revenu du maraîchage. Cette situation pourrait 7

15 s expliquer par le fait que le littoral qui, constitue une zone marginale pour les cultures vivrières traditionnelles se prête beaucoup plus au maraîchage. De même la proximité de la nappe phréatique de la surface du sol dans la zone et le marché d écoulement que constitue la ville de Lomé serait des atouts qui expliquent le développement de cette activité dans la zone. Ainsi dans la zone située hors du littoral, la présence de nombreux bas-fonds et la pratique du maraîchage dans la période de décrue du fleuve Mono explique la part élevée (66%) du revenu tiré du maraîchage par ces exploitants. -membre de groupement; de faibles proportions de ces exploitants se sont réunis en groupement. Cette situation pourrait témoigner d un manque de vie au niveau des groupements existants. -emblavure pour oignon; les exploitations de la classe 1 allouent plus de superficie à la culture d oignon que les autres exploitations. Les exploitations de la classe 5 (situées hors du littoral) ne cultivent pas l oignon. Cette situation serait liée aux qualités de leur sol. Aussi les exploitations de la classe 4 cultivent-elles l oignon sur une petite superficie. -emblavure pour piment ; La culture du piment est pratiquée dans toutes les classes et sur une plus grande superficie au niveau des classes 1 et 2. -emblavure pour carotte; les exploitations de la classe 1 allouent plus de superficie à la culture de la carotte que les autres exploitations comme la situation notée au niveau de celle de l oignon. Aussi, les exploitations de la classe 5 (situées hors du littoral) ne cultivent pas la carotte. -emblavure pour tomate ; A l instar de la culture du piment, la culture de tomate est pratiquée dans toutes les classes. Cependant contrairement à la situation notée au niveau des autres cultures les exploitation de la classe 1 allouent une très petite superficie à la culture de la tomate. -superficie totale ; les exploitations de la classe 1 exploitent une grande superficie (0,76ha) par rapport aux autres. Elles exploitent avec les exploitations des classes 2 et 5 plus d un demi-hectare contrairement à celles des classes 3 et 4 qui emblavent moins. 8

16 Tableau 4: Caractéristiques des différentes classes Désignation Classe Modalité Littoral Zone (%) Autre Formation en maraîchage (%) Utilisation de Naguezé (%) Système d'irrigation Utilisation de motopompe (%) Autre système d'irrigation (%) Marié Situation matrimoniale (%) Célibataire Genre du chef d'exploitation Homme Femmes Age du maraîcher (an) Expérience en maraîchage 7,13 7,29 8,32 12,12 18,42 Primaire (%) Niveau d'instruction Secondaire(%) Aucune instruction (%) Part du revenu issu du maraîchage (%) Membre de groupement Emblavure pour oignon (ha) 0,27 0,14 0,18 0,09 0 Emblavure pour piment (ha) 0,16 0,17 0,12 0,11 0,11 Emblavure pour carotte (ha) 0,26 0,07 0,03 0,01 0 Emblavure pour tomate (ha) 0,07 0,22 0,05 0,2 0,47 Superficie totale (ha) 0,76 0,60 0,38 0,41 0,59 PAPA/INRAB2003 Le tableau 5 présente la dénomination des classes. En se rapportant aux caractéristiques des différentes classes, elles ont été nommées. Ainsi : - la classe 1 dont les exploitations sont toutes situées sur le littoral, emblavent une grande superficie (0,76ha) par rapport aux autres et utilisent en majorité la motopompe (66%) est dénommée Gros producteur du littoral, utilisateur de motopompe - la classe 2 qui est celle des exploitations qui occupent la deuxième position en terme d emblavure (0,60ha), qui sont situés en majorité sur le littoral (90%), et qui utilisent surtout la pompe Naguézé (65%) est dénommée producteur moyen du littoral, utilisateur de pompe Naguézé - classe 3 qui est celle de l une des exploitations qui emblavent moins d un demi-hectare (0,38 ha), qui sont situés en majorité sur le littoral (97%), et qui utilisent surtout la motopompe (68%) est dénommée petits producteurs du littoral, utilisateur de motopompe. 9

17 - classe 4 qui est celle de l une des exploitations qui emblavent moins d un demi-hectare (0,41ha), et qui ont toutes reçu une formation en maraîchage est dénommée petits producteurs, formés en maraîchage - classe 5 qui est celle de l une des exploitations qui emblavent plus d un demi-hectare (0,59 ha), qui utilisent exclusivement le système d irrigation manuel (68%) et qui sont situées toutes hors du littoral est dénommée : producteur moyen expérimenté à système d irrigation manuel situé hors du littoral. Tableau 5 : Dénomination des classes Classe Dénomination Sigles 1 Gros producteurs du littoral, utilisateurs de GPLM motopompe 2 Producteurs moyens du littoral, utilisateurs PMLN de pompe Naguézé 3 Petits producteurs du littoral, utilisateurs de PPLM motopompe 4 Petits producteurs, formés en maraîchage PPFM 5 Producteurs moyens situés hors du littoral PMHLSM à système d irrigation manuel 3.2- Rentabilité financière de la production des principales cultures maraîchères à grand-popo Rentabilité financière de la production du piment Coût de production du piment par les différentes classes Le coût de production du piment par les différentes classes est présenté dans le tableau 6. Le test d analyse de variance (voir annexe) montre que le coût de production varie d une classe à l autre. Ainsi le test d homogénéité (voir annexe) montre que les coûts de production des classes Gros producteurs du littoral utilisateurs de motopompe, Producteurs moyens du littoral utilisateurs de pompe Naguézé et Petits producteurs du littoral utilisateurs de motopompe sont différents de celles des classes Petits producteurs formés en maraîchage et Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel. En effet les classes Petits producteurs formés en maraîchage et Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel ont les coûts de production les plus faibles. Cette situation s explique par le fait qu elles utilisent un système d irrigation léger, induisant un amortissement faible. Aussi ont-elles un niveau de consommation intermédiaire faible et utilisent peu de main d œuvre. Par contre les exploitations des classes Gros producteurs du littoral utilisateurs de motopompe, Producteurs moyens du littoral utilisateurs de pompe Naguézé et Petits producteurs du littoral utilisateurs de motopompe ont les coûts de production les plus élevés. En effet elles utilisent pour la plupart un système d irrigation lourd, ce qui implique un amortissement élevé. Elles ont également un niveau de consommation intermédiaire élevé lié au semences qu elles utilisent, au carburant utilisé pour faire tourner les motopompes, à la grande quantité d engrais organique et minérale qu elles utilisent en liaison avec le sol sableux qu elles exploitent, et les pesticides utilisés. 10

Projet Légumes de qualité. Etude des perceptions sur les légumes dans les zones urbaines et périurbaines

Projet Légumes de qualité. Etude des perceptions sur les légumes dans les zones urbaines et périurbaines INSTITUT INTERNATIONAL D AGRICULTURE TROPICALE (IITA) ORGANISATION BENINOISE POUR LA PROMOTION DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE (OBEPAB) INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE AGRICOLE DU BENIN (INRAB) Projet Légumes

Plus en détail

Principaux résultats INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER

Principaux résultats INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER INVESTISSEMENT DU SECTEUR PRIVE POUR RENFORCER LA RESILIENCE CLIMATIQUE DANS LE SECTEUR AGRICOLE DU NIGER Introduction des systèmes d'irrigation améliorée et les semences résilientes au changement climatique

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude :

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude : Contexte de l étude : LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 accueil@wanadoo.fr MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE CIVAM Bio 53 02-43-53-93-93 civambio53@wanadoo.fr SARTHE

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION

REFFRENTIEL TECHNICO -ECONOMIQUE DES DÉMONSTRATIONS EN IRRIGATION MINISTERE DE L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU MALI PROGRAMME COMPETITIVITE Un Peuple un But une Foi ET DIVERSIFICATION AGRICOLES (PCDA) COORDINATION REGIONALE DE SEGOU GROUPEMENT AGRERGID BP : 327 Ségou Tel

Plus en détail

ETUDE DIAGNOSTIC DES FILIERES MARAICHERES DE LA VALLEE DU FLEUVE NIGER

ETUDE DIAGNOSTIC DES FILIERES MARAICHERES DE LA VALLEE DU FLEUVE NIGER UNIVERSITE D ABOMEY-CALAVI ~~~~~~~~~~~~~~ FACULTE DES SCIENCES AGRONOMIQUES ~~~~~~~~~~~~~~ CENTRE D APPUI AU DEVELOPPEMENT (CAD/FSA/UAC) ~~~~~~~~~~~~~~ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

ESSAI DE TYPOLOGIE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES AXEE SUR LE FINANCEMENT DE LA PRODUCTION AGRICOLE AU BENIN

ESSAI DE TYPOLOGIE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES AXEE SUR LE FINANCEMENT DE LA PRODUCTION AGRICOLE AU BENIN ESSAI DE TYPOLOGIE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES AXEE SUR LE FINANCEMENT DE LA PRODUCTION AGRICOLE AU BENIN Par SOSSOU Comlan Hervé, LEBAILLY Philippe & HINNOU Cossi Léonard Communication à présenter aux

Plus en détail

Enquêtes de structure des exploitations agricoles de la zone pilote de la petite agriculture à caractère familial et social (PACFS)

Enquêtes de structure des exploitations agricoles de la zone pilote de la petite agriculture à caractère familial et social (PACFS) Institut de recherche pour le développement Enquêtes de structure des exploitations agricoles de la zone pilote de la petite agriculture à caractère familial et social (PACFS) Cas de la délégation de Haffouz

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO Juillet 2011 1 SIGLES ET ABBREVIATIONS APIPAC BRS FCFA IAGU-BAU PMA PROFAUP RUAF URCPO

Plus en détail

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI RAPPORT JUILLET 2013 Données collectées du 15 au 29 mai 2013 1 SOMMAIRE I.

Plus en détail

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles.

FICHE SYNOPTIQUE. Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. ONG AIP-Togo Assistance aux Initiatives Privées FICHE SYNOPTIQUE TITRE DU PROJET : Projet de création de banques de céréales et d appui aux groupements agricoles. LOCALISATION : Cantons de KPELE et AKATA

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE (FAO) Groupe de Commercialisation des produits agricoles, AGSF de l organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Centre de Gestion et d Économie Rurale de la Vallée

Centre de Gestion et d Économie Rurale de la Vallée 1 C GERV Centre de Gestion et d Économie Rurale de la Vallée LE CONSEIL DE GESTION À L EXPLOITATION FAMILIALE, 3 ANNÉES D EXPÉRIENCE DU CGER DANS LA VALLEE DU FLEUVE SENEGAL Editorial Avec l année internationale

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER)

METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE METHODOLOGIE DE COLLECTE DE DONNEES dans le cadre de l enquête «Prévision et Estimation des Récoltes» (EPER) 2 I/ ENQUETE PREVISION ET ESTIMATION

Plus en détail

Etude d un système hydraulique en cours de transformation: le canal El Resqa, delta du Nil Directeur de recherche: Thierry RUF

Etude d un système hydraulique en cours de transformation: le canal El Resqa, delta du Nil Directeur de recherche: Thierry RUF Université d Agriculture du Caire au sein du «Center for Rural Development Research and Studies» Etude d un système hydraulique en cours de transformation: le canal El Resqa, delta du Nil Directeur de

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

création d un réseau d alimentation en eau

création d un réseau d alimentation en eau Association)Talam)Léman (Cervens, France) Groupement)d Intérêt)Economique)Tagazt)) (Agadez,)Niger)) ) du Chablais au Sahara. des partenariats solidaires création d un réseau d alimentation en eau ) Pré-projet

Plus en détail

Diffusion de forages à faible coût

Diffusion de forages à faible coût agridoc Diffusion de forages à faible coût Zone géographique Afrique de l ouest, Niger, zones où l eau est peu profonde (moins de 7 m) Mots clés Petite irrigation, Equipements, Vulgarisation Echelle d

Plus en détail

ETUDE DU SYSTEME DE COMMERCIALISATION DU BEURRE DE KARITE AU BENIN

ETUDE DU SYSTEME DE COMMERCIALISATION DU BEURRE DE KARITE AU BENIN REPUBLIQUE DU BENIN ~~~~~~~~~~~~~~~~ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE (MAEP) ~~~~~~~~~~~~~~~~ INSTITUT NATIONAL DES RECHERCHES AGRICOLES DU BENIN (INRAB) ~~~~~~~~~~~~~~~~ CENTRE

Plus en détail

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul.

- 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat. Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. - 09 - Les ratios d'analyse de l'activité et du résultat Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o Méthodologie et interprétation des ratios. Etre capable de retrouver les éléments de calcul. Définition

Plus en détail

Plus de production avec moins d eau

Plus de production avec moins d eau Equipe du projet : Le fondateur et le gérant de l entreprise Chahtech SA est le Dr. Pr. Chahbani Bellachheb qui est aussi l inventeur du diffuseur enterré. Il a quitté son poste d enseignant chercheur

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

GENRE ET SECURITE ALIMENTAIRE. Par Léontine PRINCE-AGBODJAN

GENRE ET SECURITE ALIMENTAIRE. Par Léontine PRINCE-AGBODJAN GENRE ET SECURITE ALIMENTAIRE Par Léontine PRINCE-AGBODJAN 1 INTRODUCTION L un des problèmes auquel le monde est confronté est la sécurité alimentaire avec son corollaire d extrême pauvreté et de la faim.

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

De l'analyse de la diversité des systèmes d'activités et des stratégies paysannes à la conception de systèmes de culture durables

De l'analyse de la diversité des systèmes d'activités et des stratégies paysannes à la conception de systèmes de culture durables Atelier de clôture du projet RAP Phase 1 (2009-2010) 2010) 7 au 9 décembre 2010 De l'analyse de la diversité des systèmes d'activités et des stratégies paysannes à la conception de systèmes de culture

Plus en détail

ETUDE SUR LES REFERENTIELS TECHNICO ECONOMIQUES : DIFFUSION DES TECHNOLOGIES D IRRIGATION ET DE PRODUCTION ( DTIP- PCDA )

ETUDE SUR LES REFERENTIELS TECHNICO ECONOMIQUES : DIFFUSION DES TECHNOLOGIES D IRRIGATION ET DE PRODUCTION ( DTIP- PCDA ) MINISTERE DE L AGRICULTURE ----------------- SECRETARIAT GENERAL ----------------- UNITE DE COORDINATION DU PROGRAMME COMPETITIVITE ET DIVERSIFICATION AGRICOLE PCDA REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple- Un But-

Plus en détail

coopérative féminine pour la lutte contre la pauvreté en milieu rural

coopérative féminine pour la lutte contre la pauvreté en milieu rural ACTIVITE D ASSISTANCE ANNUELLE AUX ENFANTS ET AUX FEMMES SESSION DE SEPTEMBRE 2012 Identité du responsable du projet : COULIBALY NAINELMAN PRESIDENT Type d assistance demandée (cochez les cases correspondantes):

Plus en détail

La ferme expérimentale de l ADRAO

La ferme expérimentale de l ADRAO La ferme expérimentale de l ADRAO ADRAO/WARDA 01 B.P. 2551 Bouaké 01 Côte d Ivoire Téléphone : (225) 31 63 45 14 Télécopie : (225) 31 63 47 14 Page web: http://www.warda.cgiar.org/ Création et localisation

Plus en détail

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable»

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» «Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» Workshop Luxembourg, le 01 décembre 2006 A. TURLOT et B. DUQUESNE FAO Introduction Selon la FAO, les femmes rurales

Plus en détail

Méthode du coût d usage Lignes Directrices

Méthode du coût d usage Lignes Directrices Programme de Comparaison Internationale Méthode du coût d usage Lignes Directrices Matériel Opérationnel Table des matières I. Introduction... 3 II. Stock des logements occupés par leurs propriétaires...

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Communication. Thème : Alphabétisation durable et production économique : agricole, artisanale et industrielle

Communication. Thème : Alphabétisation durable et production économique : agricole, artisanale et industrielle Communication Thème : Alphabétisation durable et production économique : agricole, artisanale et industrielle «De nos jours, un Homme qui ne sait ni lire ni écrire (en français, arabe, anglais, chinois,

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L AGRICULTURE POUR LE QUÉBEC Préparée pour l Union des producteurs agricoles 31 octobre 2014 Siège social : 825, rue Raoul-Jobin, Québec (Québec) Canada, G1N 1S6

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Kpadonou, Rivaldo A. B.; Adegbol, Patrice Y.; and Tovignan, Silvère D. Poster presented at the Joint 3 rd African Association of Agricultural

Kpadonou, Rivaldo A. B.; Adegbol, Patrice Y.; and Tovignan, Silvère D. Poster presented at the Joint 3 rd African Association of Agricultural Application de la Programmation Stochastique Discrète à l évaluation de l impact de la contrainte de crédit sur le revenu et la production agricoles dans la basse vallée de l Ouémé By Kpadonou, Rivaldo

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Requête Présentée par

Requête Présentée par République du Sénégal ------------ Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de rétention et des Lacs Artificiels Direction de l Environnement et des Etablissement classés

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE Institut Africain de Gestion Urbaine Bureau Agriculture Urbaine INITIATIVE «PROMOTION DES FILIERES AGRICOLES URBAINES PORTEUSES» (PROFAUP) RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE

Plus en détail

PROJET DE SOUTIEN AUX INITIATIVES DE DEVELOPPEMENT DANS LA VALLEE DU LOGONE (PSID)

PROJET DE SOUTIEN AUX INITIATIVES DE DEVELOPPEMENT DANS LA VALLEE DU LOGONE (PSID) Association de Promotion Humaine dans la Vallée du Logone B. P 61 Yagoua, Cameroun. Tel : 00 237 229 64 75 Cel : 00 237 9540051 PROJET DE SOUTIEN AUX INITIATIVES DE DEVELOPPEMENT DANS LA VALLEE DU LOGONE

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

ATLAS DE LA VULNÉRABILITÉ DANS LE GUERA 2 EME PARTIE PROFILS STRUCTURELS DES CANTONS DU GUERA

ATLAS DE LA VULNÉRABILITÉ DANS LE GUERA 2 EME PARTIE PROFILS STRUCTURELS DES CANTONS DU GUERA PASISAT Projet d Appui à l Amélioration du Système d Information sur la Sécurité Alimentaire au Tchad ATLAS DE LA VULNÉRABILITÉ DANS LE GUERA 2 EME PARTIE PROFILS STRUCTURELS DES CANTONS DU GUERA Mars

Plus en détail

Grille d analyse et ratios de décision.

Grille d analyse et ratios de décision. 1 LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE PAR LES BANQUES ET LES ETABLISSEMENTS DE MICROFINANCE EN AFRIQUE Méthodologie d évaluation prévisionnelle des activités agricoles, technique d analyse et de financement

Plus en détail

ANALYSE DES RESULTATS DE L ENQUETE MARAICHERE CAMAPGNE 1996 à 1997

ANALYSE DES RESULTATS DE L ENQUETE MARAICHERE CAMAPGNE 1996 à 1997 BURKINA FASO Unité-Progrès-Justice MINISTERE DE L4 AGRICUTURE DE L HYDRAULIQUE ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES ------------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

Guide des questionnaires sur la production agricole : N13 et N14

Guide des questionnaires sur la production agricole : N13 et N14 Objectifs L objectif de cette série des questionnaires est de suivre les détails de la production agricole de l UPA dans une manière permettant le calcul des coûts de production et la valeur de la récolte

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 2. Économie avicole, calculations 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

L'OBSERVATOIRE DE FARAFANGANA

L'OBSERVATOIRE DE FARAFANGANA L'OBSERVATOIRE DE FARAFANGANA ménages Pr in cip ale s activité s s e co n d air e s pêc he préparateur (pois son) ouvrier agric ole Pr in cip ale s cu ltu r e s c af é banane girof le manioc patate douc

Plus en détail

Chapitre IV Habiter le monde rural

Chapitre IV Habiter le monde rural Chapitre IV Habiter le monde rural 1 e Leçon Y a-t-il beaucoup d agriculteurs dans les campagnes des pays riches? Ex : l Amérique du Nord Projection de la vidéo Galilée : un paysage rural du Middle West

Plus en détail

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE I. Aperçu général Financement de la culture du bananier à MUYINGA Financement de l élevage bovin à GITEGA Au BURUNDI, il existe un nombre

Plus en détail

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION

2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2. METHODE ET LIMITES DE L EVALUATION 2.1. Méthode et outils d analyse 2.1.1. Méthode générale L'étude a été organisée en quatre phases, structuration de l'étude, observation, analyse et évaluation, décrites

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future Thierry Eggerickx " 1. La définition des territoires ruraux en Wallonie 2. Diversité et évolution démographique récente

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

Une ferme maraîchère biologique viable sans motorisation? Le cas d une approche holistique inspirée par la permaculture

Une ferme maraîchère biologique viable sans motorisation? Le cas d une approche holistique inspirée par la permaculture Une ferme maraîchère biologique viable sans motorisation? Le cas d une approche holistique inspirée par la permaculture K. Morel 1, C. Guégan 2 and F. Léger 3 1INRA, UMR 1048 SAD-APT, France ; 2 Ferme

Plus en détail

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement

THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement THEME : NOURRIR L HUMANITÉ TP1 : Agriculture, santé et environnement Une population de neuf milliards d'humains est prévue au XXIème siècle. Nourrir la population mondiale est un défi majeur qui ne peut

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Termes de référence pour le recrutement de quatre (4) consultants dans le cadre du Projet «Modules d initiation à la statistique à l attention

Plus en détail

Structures et budgets des organisations nationales du tourisme

Structures et budgets des organisations nationales du tourisme Structures et budgets des organisations nationales du tourisme 2004 2005 Copyright 2008 Organisation mondiale du tourisme Calle Capitán Haya, 42 28020 Madrid, Espagne Structures et budgets des organisations

Plus en détail

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : photo Ile DE Pâques p 188, exemple d une civilisation effondrée en raison d une mauvaise gestion de ses ressources

Plus en détail

Développer un Système Durable de Collecte et de Diffusion des Statistiques Rizicoles en Afrique. Sommaire

Développer un Système Durable de Collecte et de Diffusion des Statistiques Rizicoles en Afrique. Sommaire Développer un Système Durable de Collecte et de Diffusion des Statistiques Rizicoles en Afrique Dr Aliou Diagne Chef de Programme Politiques / Impact Centre du Riz pour l Afrique (AfricaRice) «Renforcement

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Chitou Fatahi Bruno Magloire Nouatin

Chitou Fatahi Bruno Magloire Nouatin CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES 3 ET STATUT DES ENQUETE(E)S Chitou Fatahi Bruno Magloire Nouatin L analyse des caractéristiques socio-démographiques des enquêtés revêt un caractère important du fait

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

Salaires versés à la main-d oeuvre agricole extrafamiliale. Printemps 2000

Salaires versés à la main-d oeuvre agricole extrafamiliale. Printemps 2000 Salaires versés à la main-d oeuvre agricole extrafamiliale Printemps 2000 Brugg, juillet 2000 La reproduction de la brochure ou de parties de celle-ci est interdite sans l autorisation de l éditeur. Union

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDES «DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT SPÉCIFIQUE»

FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDES «DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT SPÉCIFIQUE» MINISTERE DE L ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PECHE FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDES «DISPOSITIF D'ACCOMPAGNEMENT SPÉCIFIQUE» Cadre communautaire temporaire pour les aides d'état destinées à favoriser

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI

ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI Organisation Internationale pour les Migrations ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI Janvier 2014 Copyright : IOM - GC RESUME L analyse présentée dans ce rapport est tirée

Plus en détail

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB)

COMMUNICATION PRESENTEE PAR : Adrien T. DOSSOU, Directeur Général de la Société Nationale des Eaux du Bénin (SONEB) REPUBLIQUE DU BENIN -------------------- MINISTERE DE L ENERGIE, DES RECHERCHES PETROLIERES ET MINIERES, DE L EAU ET DU DEVELOPPEMENT DES ENERGIES RENOUVELABLES -------------------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

N 2015-XX. Les études de l emploi cadre

N 2015-XX. Les études de l emploi cadre DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 4 MARS À 00 h 01 LES ÉCARTS DE SALAIRE HOMMES-FEMMES ÉDITION 2015 Les études de l emploi cadre N 2015-XX Mars 2015 Composantes de la rémunération des cadres Méthode employée

Plus en détail

Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE CANTAL CANTAL CANTAL

Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE CANTAL CANTAL CANTAL Agreste Auvergne N 120 - mai 2013 Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces Plus de la moitié des 23 700 régionales cultive des céréales, des oléagineux ou des protéagineux

Plus en détail

NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL. Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE

NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL. Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE INTRODUCTION Questions pratiques pour lutter contre la pauvreté qui est pauvre? de quoi il est pauvre? Différence des

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. Edgard Yves DIDAVI

CURRICULUM VITAE. Edgard Yves DIDAVI Page 1 sur 5 CURRICULUM VITAE Edgard Yves DIDAVI Lot 4528 I Avotrou Cotonou Téléphone Domicile:(229)21 33-31-18 (229)21 07-20-92/ 97 48 85 54 Service: (229) 21 30-02-89 / 95 05-96-71 Cotonou Email : didaviedgard@yahoo.fr

Plus en détail

Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante

Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante ANNEXES Annexe 1: Coût estimatif détaillé du projet par composante Annexe 2: Cadre logique du projet Annexe 3: Fiches analytiques de la rentabilité des filières Annexe 4: Tableau d analyse des filières

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Hubert Verreault, Agence métropolitaine de transport Daniel Bergeron,

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

PRÉSENTATION DES PROJETS DE RECHERCHE EN COURS AU CRA-AGONKANMEY

PRÉSENTATION DES PROJETS DE RECHERCHE EN COURS AU CRA-AGONKANMEY MAEP PRÉSENTATION DES PROJETS DE RECHERCHE EN COURS AU CRA-AGONKANMEY AGONKANMEY Prof. Dr Ir. Guy Apollinaire MENSAH Maître de Recherche (CAMES) Chercheur Enseignant à l INRAB 5 Projets de recherches exécutés

Plus en détail

Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale

Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale La publication des Nations Unies : «Statistiques de comptabilité nationale : principaux agrégats et tableaux détaillés»

Plus en détail

Renforcer les compétences des personnes chargées de la promotion du développement économique local - Bénin

Renforcer les compétences des personnes chargées de la promotion du développement économique local - Bénin Centre International GCentre International de Développement de Développement et de Recherche et de - Recherche CIDR Publication UNGANA 1541 CIDR Tous droits de reproduction réservés Renforcer les compétences

Plus en détail

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL

Expérience de la mise en œuvre du système CountrySTAT en Côte D Ivoire GROUPE TECHNIQUE DE TRAVAIL MTF/GLO/345/BMG «Renforcement du système CountrySTAT dans 17 pays d Afrique sub-saharienne UTF/UEM/002/UEM «Appui a la mise en œuvre et au développement du système CountrySTAT en Guinée Bissau, au Niger,

Plus en détail

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale )

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) Le contexte Depuis les années 1980 suite aux programmes d ajustement

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2

CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2 CARACTÉRISTIQUES DES MÉNAGES 2 Sani OUMAROU et Abdoullahi BEIDOU Ce chapitre porte sur les caractéristiques sociodémographiques de la population des ménages (structure par âge et sexe, taux de fréquentation

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

Figure 1 : Evolution du nombre d adhérents à la SICA Révia

Figure 1 : Evolution du nombre d adhérents à la SICA Révia 300 250 Figure 1 : Evolution du nombre d adhérents à la SICA Révia 244 246 247 248 200 150 100 50 176 91 85 116 128 126 124 123 120 130 118 0 1995 2000 2001 2002 2003 total engraisseurs naisseurs Source

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail