ETUDE DE LA RENTABILITE FINANCIERE DES EXPLOITATIONS MARAICHERES DE GRAND-POPO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE DE LA RENTABILITE FINANCIERE DES EXPLOITATIONS MARAICHERES DE GRAND-POPO"

Transcription

1 République du Bénin &&&& Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche (MAEP) &&&&&&&& Institut National des Recherches Agricoles du Bénin (INRAB) &&&&&& Programme Analyse de la Politique Agricole (PAPA) BP 128 Porto-novo Tél : E-maïl : &&&& ETUDE DE LA RENTABILITE FINANCIERE DES EXPLOITATIONS MARAICHERES DE GRAND-POPO Patrice ADEGBOLA Florentin AKPLOGAN Alphonse SINGBO Janvier 2004

2 Remerciements Au terme de ce rapport nous avons le devoir de remercier tous ceux qui de près ou de loin, ont contribué au bon déroulement de cette étude. Nos sincères remerciements vont à l endroit du Programme Appui aux Programmes Régionaux de la Recherche Agricole (APRRA) qui a apporté son concours financier pour la réalisation de cette étude. Nous tenons à remercier les stagiaires Sogbossi Marie-Josée, Afodégon Wilfrid, Mensah Armel, Adjibi Vincent et Agbodoyètin Aurore pour leur précieux concours. Nous remercions aussi Messieurs Tovilodé Désiré et Hinnou Léonard pour les nombreux sacrifices consentis lors du déroulement des enquêtes. Nous remercions également Monsieur Zinsou Jacques du Programme Analyse de la Politique Agricole (PAPA) qui s est occupé des analyses statistiques de l étude. Nos remerciements vont également à l endroit des agents du Secteur Grand-Popo, particulièrement Messieurs Adjovi Raoul et Viaho Christian pour tout le soutien qu ils nous ont apporté lors des travaux de terrain. Que le personnel du Programme Analyse de la Politique Agricole trouve ici l expression de notre profonde gratitude. i

3 Résumé A Grand-Popo environ 2500 personnes sont impliquées dans le maraîchage. Cet effectif dénote des atouts que présente le maraîchage, et son importance dans la régulation des problèmes inhérents aux différentes populations qu'il sollicite. Toutefois, il demeure une stratégie de gestion efficace des terres dans ces régions où le problème foncier est très préoccupant. Il en ressort une utilisation de quantités énormes de pesticides et d'engrais chimiques pour la production des cultures maraîchères. A partir de ce moment, il est nécessaire de s'interroger sur la rentabilité de ces exploitations. La typologie réalisée à cet effet montre que les exploitations maraîchères de Grand-Popo peuvent être regroupées en cinq (05) classes en se basant sur les variables discriminantes que sont : situation géographique de l'exploitation, la formation ou non par les organismes d'intervention, le type de système d irrigation utilisé, la situation matrimoniale du maraîcher, la quantité totale de main d'œuvre allouée à chaque culture, les consommations intermédiaires, la valeur ajoutée, la superficie totale exploitée, et la proportion de la main d'œuvre familiale dans le total pour chaque culture. En fonction de ces variables les classes distinguées sont : gros producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe ; producteurs moyens du littoral, utilisateurs de pompe Naguézé ; petits producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe ; petits producteurs, formés en maraîchage ; producteurs moyens situé hors du littoral à système d irrigation manuel. Les résultats montrent que pour la culture de piment que les classes Petits producteurs, formés en maraîchage et Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel ont les coûts de production et les résultats nets d exploitation les plus faibles. Par contre les exploitations des classes Gros producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe, Producteurs moyens du littoral utilisateurs de pompe Naguézé et Petits producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe ont les coûts de production et les résultats nets d exploitation les plus élevés. Pour la culture de tomate, les coûts de production des classes Petits producteurs, formés en maraîchage et Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel sont les plus faibles et les exploitations des classes Gros producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe, Producteurs moyens du littoral utilisateurs de pompe Naguézé et Petits producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe ont les coûts de production les plus élevés. Les classes des Gros producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe, Producteurs moyens du littoral, utilisateur de pompe Naguézé, Petits producteurs, formés en maraîchage et Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel ont les résultats d exploitation les plus faibles. Par contre les exploitations de la classe Petits producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe ont les résultats nets d exploitation les plus élevés et sont les plus performantes. Pour les cultures d oignon et de carotte le coût de production de l oignon et le résultat net d exploitation ne varie pas d une classe à l autre. Pour le groupe de culture oignon, piment, tomate et carotte les coûts de production augmentent selon que l on considère dans l ordre les associations de classes Petits producteurs, formés en maraîchage - Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel ; Petits producteurs formés en maraîchage - Producteurs moyens du littoral, utilisateurs de pompe Naguézé ; Gros producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe - Producteurs moyens du littoral utilisateurs de ii

4 pompe Naguézé. Pour le résultat net d exploitation la classe des Petits producteurs du littoral, utilisateurs de motopompe dégage le meilleur résultat. iii

5 Table des matières REMERCIEMENTS...I RESUME...II TABLE DES MATIERES...IV LISTE DES TABLEAUX...VI CHAPITRE INTRODUCTION GENERALE PROBLEMATIQUE OBJECTIFS HYPOTHESES... 1 CHAPITRE METHODOLOGIE CHOIX DE LA ZONE D ETUDE ECHANTILLONNAGE TECHNIQUES DE COLLECTE DES DONNEES METHODES D ANALYSE DES DONNEES LIMITES DES DONNEES... 4 CHAPITRE RESULTATS ET ANALYSE TYPOLOGIE DES EXPLOITATIONS MARAICHERES DE GRAND-POPO Les variables les plus discriminantes Caractéristiques des différentes classes RENTABILITE FINANCIERE DE LA PRODUCTION DES PRINCIPALES CULTURES MARAICHERES A GRAND-POPO Rentabilité financière de la production du piment Coût de production du piment par les différentes classes Valeur ajoutée, résultats d exploitation et ratios de rentabilité par classe pour la culture de piment Rentabilité financière de la production de tomate Coût de production de la tomate par les différentes classes Valeur ajoutée, résultats d exploitation et ratios de rentabilité par classe pour la culture de tomate Rentabilité financière de la production de l oignon Coût de production de l oignon par les différentes classes Valeur ajoutée, résultats d exploitation et ratios de rentabilité par classe pour la culture d oignon Rentabilité de la production de la carotte Coût de production de la carotte par les différentes classes Valeur ajoutée, résultats d exploitation et ratios de rentabilité par classe pour la culture de carotte iv

6 3.2.5-Rentabilité de la production du groupe de culture oignon, piment, tomate carotte Coût de production du groupe de culture oignon, piment, tomate carotte par les différentes classes Valeur ajoutée, résultats d exploitation et ratios de rentabilité par classe pour pour le groupe de culture oignon, piment, tomate et carotte CONCLUSION RECOMMANDATIONS REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXE...28 v

7 Liste des Tableaux TABLEAU 1 : PRESENTATION DE LA ZONE D ETUDE... 2 TABLEAU 2 : VARIABLES LES PLUS DISCRIMINANTES... 6 TABLEAU 3 : COMPOSITION DES CLASSES... 7 TABLEAU 4: CARACTERISTIQUES DES DIFFERENTES CLASSES... 9 TABLEAU 5 : DENOMINATION DES CLASSES TABLEAU 6 :COUT DE PRODUCTION DU PIMENT DANS LES DIFFERENTES CLASSES TABLEAU 7: PART OCCUPEE PAR CHAQUE COUT DANS LES COUTS VARIABLES TOTAUX PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE PIMENT TABLEAU 8: VALEUR AJOUTEE, RESULTATS D EXPLOITATION ET RATIOS DE RENTABILITE PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE PIMENT TABLEAU 9: COUT DE PRODUCTION DE LA TOMATE DANS LES DIFFERENTES CLASSES TABLEAU 10 : PART OCCUPEE PAR CHAQUE COUT DANS LES COUTS VARIABLES TOTAUX PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE TOMATE TABLEAU 11 VALEUR AJOUTEE, RESULTATS D EXPLOITATION ET RATIOS DE RENTABILITE PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE TOMATE TABLEAU 12: COUT DE PRODUCTION DE L OIGNON DANS LES DIFFERENTES CLASSES TABLEAU 13 : PART OCCUPEE PAR CHAQUE COUT DANS LES COUTS VARIABLES TOTAUX PAR CLASSE POUR LA CULTURE D OIGNON TABLEAU 14: VALEUR AJOUTEE, RESULTATS D EXPLOITATION ET RATIOS DE RENTABILITE PAR CLASSE POUR LA CULTURE D OIGNON TABLEAU 15 : COUT DE PRODUCTION DE LA CULTURE DE CAROTTE DANS LES DIFFERENTES CLASSES TABLEAU 16: PART OCCUPÉE PAR CHAQUE COÛT DANS LES COÛTS VARIABLES TOTAUX PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE CAROTTE TABLEAU 17: VALEUR AJOUTEE, RESULTATS D EXPLOITATION ET RATIOS DE RENTABILITE PAR CLASSE POUR LA CULTURE DE CAROTTE TABLEAU 18: PROPORTION DE LA SUPERFICIE OCCUPEE PAR L OIGNON LE PIMENT, LA TOMATE ET LA CAROTTE DANS LE TOTAL ALLOUE AUX CULTURES MARAICHERES PAR CLASSE TABLEAU 19 : COUT DE PRODUCTION DU GROUPE DE CULTURE OIGNON, PIMENT, TOMATE ET CAROTTE DANS LES DIFFERENTES CLASSES TABLEAU 20 :PART OCCUPEE PAR CHAQUE COUT DANS LES COUTS VARIABLES TOTAUX PAR CLASSE POUR LE GROUPE DE CULTURE CULTURE OIGNON, PIMENT, TOMATE ET CAROTTE TABLEAU 21: VALEUR AJOUTEE, RESULTATS D EXPLOITATION ET RATIOS DE RENTABILITE PAR CLASSE POUR POUR LE GROUPE DE CULTURE OIGNON PIMENT, TOMATE CAROTTE vi

8 1.1-Problématique Chapitre 1 INTRODUCTION GENERALE L'insuffisance de l'approvisionnement de la population en denrées alimentaires, aussi bien du point de vue quantitatif que du point de vue qualitatif, constitue encore aujourd'hui pour bon nombre de pays tropicaux et subtropicaux l'un des problèmes les plus pressants. Or la plupart des pays africains dépendent de l agriculture et il est partout proclamé par les politiciens et autres dirigeants que l agriculture est la base de leur développement. Pourtant, les investissements dans l agriculture ne reflètent pas son importance toujours claironnée (Oniang o, 1999 ). Le relèvement de ce défi est devenu une priorité au Bénin. Ainsi, des actions d'amélioration de la performance du secteur agricole occupe une place de choix dans les actions de développement. Dès lors une attention particulière mérite d'être portée à l'endroit des acteurs de ce secteur et notamment des exploitations maraîchères. En effet, au Bénin, la production maraîchère constitue une source importante d emploi dans les milieux urbains, périurbains et surtout les rives des fleuves et/ou les vallées de certaines zones (Tiamiyou, 1995). Par conséquent, elle devient une source de revenu monétaire pour de nombreux producteurs de ces zones spécifiques. De plus, les cultures maraîchères représentent une source alimentaire variée qui complètent bien les besoins des populations béninoises dont l alimentation de base est composée essentiellement de glucides, principaux aliments énergétiques (Amoussougbo, 1993). A Grand-Popo environ 2500 personnes sont impliquées dans le maraîchage. Cet effectif dénote des atouts que présente le maraîchage et de son importance dans la régulation des problèmes inhérents aux différentes populations qu'il sollicite. Toutefois, il demeure une stratégie de gestion efficace des terres dans ces régions où le problème foncier est très préoccupant et où les caractéristiques du sol sont défavorables aux cultures traditionnelles (maïs, niébé etc.). De même il est noté une diversité dans les pratiques de production.a partir de ce moment, il est nécessaire de s'interroger sur les meilleures alternatives du point de vu financier surtout qu aucune étude sur la rentabilité de ces exploitations n est encore menée jusqu'à ce jour. La présente étude vise alors à évaluer la rentabilité financière des exploitations maraîchères dans la Commune de Grand-Popo en partant d une typologie Objectifs L'objectif de la présente étude est d'évaluer la rentabilité financière des différents types d'exploitation maraîchère dans la Commune de Grand-Popo Hypothèses Les coûts de production et les marges des cultures maraîchères varient d une exploitation à une autre. 1

9 2.1- Choix de la zone d étude Chapitre 2 METHODOLOGIE L étude a été menée dans les six (06) arrondissements sur les sept (07) que compte la commune. Il s agit des arrondissements de Adjaha, Agoué, Djanglanmè, Gbéhoué, Grand-Popo et Sazoué. L arrondissement d Avlo n a pas été retenu compte tenu de son sol salé peu favorable aux cultures maraîchères. De même dans l arrondissement de Gbéhoué, les villages d Adimado, Gbéhoué-Ouatchi, Gbéhoué- Pédah, Sohon et Zogbédji n ont pas été retenus pour pour les mêmes raisons. Les différents arrondissements de même que les villages retenus sont présentés dans le tableau 1. Tableau 1 : Présentation de la zone d étude Arrondissement Village Adjaha Conho, Cotocoli, Kpovodji, Seho-Condji, Todjonoukouin, Tokpa-Aïzo Agoué Agoué 1, Agoué 2, Ayiguinnou, Hilla-Condji, Nicoué-Condji, Zogbédji Djanglanmè Djanglanmè, Dévikanmè, Gountoéto, Hanmlangni, Kpatchacondji, Tomadjihoué, Tolèbakpa Gbéhoué Kpablè Grand-Popo Ewé-Condji, Houndjohoundji, Hèvè, Hounsoukoé, Onkuihoué, Yodo-Condji Sazoué Adankpé, Gnito, Sazué, Vodomè 2.2- Echantillonnage Dans ces différents villages, il a été retenu six (06) maraîchers par village, avec un total de 177 maraîchers enquêtés Techniques de collecte des données Deux techniques essentielles sont utilisées: les entretiens structurés, les entretiens semi et non structurés. - les entretiens semis et non structurés ont été utilisés lors de la phase exploratoire dans trois villages. Il s agit des villages Ewécondji dans l arrondissement de Grand-Popo, Ayiguinnou et Agoué2 dans l arrondissement d Agoué. Ainsi, quinze exploitations ont été sélectionnées au hasard dans chaque village à partir d une liste existante ou à défaut établie. Cinq personnes ressources ayant une bonne connaissance des exploitations agricoles de leur milieu ont été identifiées par village pour aider à l exécution de cette phase. Les entretiens semis et non structurés ont été également utilisés tout au long de la recherche sur le terrain. Ils ont permis de vérifier et de compléter certaines informations obtenues par les enquêteurs. - Les entretiens structurés : ils ont été réalisés à l aide d un questionnaire adressé aux maraîchers retenus dans les différents villages. 2

10 2.4- Méthodes d analyse des données La phase exploratoire a été réalisée dans trois villages de la commune. Afin de parvenir à une typologie basée sur les perceptions paysannes, la méthode du classement par niveau de prospérité de Barbara Grandin a été utilisée. Quinze exploitations ont été sélectionnées au hasard dans chaque village à partir d une liste existante ou à défaut établie. Cinq personnes-ressources ayant une bonne connaissance des exploitations agricoles de leur milieu ont été identifiées par village. Les critères déterminants la richesse d une exploitation maraîchère telle que perçue dans le village ont été abordés. Ces critères ont été ensuite hiérarchisés par chaque personne ressource. Après cette phase chaque personne ressource classe les exploitations maraîchères de son village. Les caractéristiques des classes ainsi constituées sont décrites. Pour analyser les résultats le test W de Kendall a été utilisé pour tester la concordance de la hiérarchisation des critères dégagés par les différentes personnes ressources. Les critères ainsi dégagés ont servi à l élaboration d un questionnaire. L analyse multivariée a été effectuée à cette étape. Elle a permis de tester la validité de la typologie qualitative. Par ailleurs à partir des informations contenues dans le questionnaire, l analyse de rentabilité a été faite au niveau des différentes classes identifiées. Au niveau de l analyse financière, plusieurs indices ont été calculés pour faire la comparaison entre les différentes classes. Les indices estimés sont le produit brut, la valeur ajoutée, le résultat brut d exploitation, le résultat net d exploitation et la productivité du travail. Tous ces indicateurs ont été ramenés à l hectare. En désignant par Q la quantité de produit maraîcher récoltée sur une planche et PU le prix de vente d une planche, le produit brut (PB) est donné par : PB=Q*PU La valeur ajoutée (VA) correspond à la différence entre le produit brut et la valeur des consommations intermédiaires (CI). Les consommations intermédiaires représentent les consommations en semences, en fumure minérale et organique, en pesticide en carburant, et l entretien des moteurs. Selon Fabre (1994), sa formule peut s écrire : VA=PB-CI Le résultat brut d exploitation (RBE), est donné par la formule (Fabre 1994): RBE=VA- (Rémunération du travail +Frais financiers+ Taxes) Pour estimer le RBE, il a été considéré uniquement la main d œuvre salariée. Le résultat net d exploitation (RNE) correspond au solde du RBE diminué de la valeur de l amortissement. Sa formule est donnée par (Fabre 1994) : RNE= RBE-Amortissement Pour Fabre (1994), le RBE exprime le gain (ou la perte) économique de l agent une fois acquittées toutes les charges d exploitation courantes. Le RNE, exprime le gain (ou la perte) économique compte tenu des investissements effectués préalablement. 3

11 La productivité du travail familial (PT) est donnée par le rapport entre RNE + amortissement et la quantité de travail familiale réellement engagée dans le processus de production. Elle a pour formule : PT= (RNE+Amortissement)/MOF 2.5- limites des données Dans la zone située hors du Littoral, où les cultures maraîchères sont associées aux cultures vivrières traditionnelles (maïs, niébé etc.), l étude a été faite en considérant seulement la présence des cultures maraîchères. 4

12 Chapitre 3 RESULTATS ET ANALYSE 3.1- Typologie des exploitations maraîchères de Grand-Popo Les variables les plus discriminantes Les variables qui permettent principalement de faire la distinction entre les exploitations maraîchères de Grand-popo sont sont présentées dans le tableau 2. Il s agit de: - situation géographique de l'exploitation, en effet les exploitations maraîchères à Grandpopo peuvent être réparties en deux groupes en considérant la situation géographique de l exploitation. Ainsi, certaines exploitations sont situées le long du Littoral de part et d autre de la voie bitumée qui traverse la commune et d autres vers le Nord de la commune. Les exploitations situées sur le littoral opèrent sur sol sableux et les autres sur sol argileux. -formation par les organismes d'intervention, en effet dans la commune les maraîchers peuvent également être répartis en deux groupes en prenant en compte le critère formation en maraîchage. Ainsi une première catégorie a été formée par les structures d intervention que sont le Programme d intervention pour la sécurité alimentaire (PILSA), Born Fonden, Programme d appui aux maraîchers du Littoral (PAML), le Service de Protection des Végétaux (SPV), le CARDER, etc. -utilisation de la pompe Naguézé ; En effet, les exploitations maraîchères utilisent différents systèmes d irrigation. Il existe six (06) types de systèmes d irrigation dans la zone. Il s agit des systèmes composés de : forage, motopompe, tuyaux PVC souterrains, et de raccords ; forage ou puits, motopompe, tuyaux PVC (installés au-dessus du sol), citerne et d arrosoirs ; forage ou puits, pompe Naguézé, tuyaux PVC (installés au-dessus du sol), citerne et d arrosoirs ; puits, citerne et d arrosoirs ; marécage, bassine et bol ; et le système pluvial. Ces différents systèmes ont été regroupés en se basant sur la présence ou l absence des composants principaux à savoir la motopompe, et la pompe Naguézé. De ces deux éléments celui qui fait surtout la différence est la pompe Naguézé. - situation matrimoniale ; les maraîchers de Grand-Popo peuvent être répartis en deux catégories : les mariés et les célibataires. - la quantité totale de main d'œuvre allouée à chaque culture, les consommations intermédiaires, valeur ajoutée. En effet les différentes exploitations n utilisent pas la même quantité de main d œuvre, ni le même niveau de consommations intermédiaires pour la même culture en considérant une unité de surface donnée. De même ils ne dégagent pas les mêmes recettes de leurs activités, ce qui conduit à une différence au niveau de la valeur ajoutée. - superficie totale exploitée, proportion de la main d'œuvre familiale dans le total pour chaque culture ; en effet les différentes exploitations n exploitent pas des mêmes superficies et disposent de différentes quantités de main d œuvre. 5

13 Tableau 2 : Variables les plus discriminantes Variables Partial R- F Value Pr > F Wilks'Lambda Pr <Lambda Square Situation géographique de < <.0001 l exploitation Formation par les < <.0001 organismes d'intervention Utilisation de la pompe < <.0001 Naguézé Situation matrimoniale < <.0001 Quantité totale de main < <.0001 d'œuvre allouée au piment Consommation < <.0001 intermédiaire pour piment Quantité totale de main < <.0001 d'œuvre allouée à la carotte Valeur Ajoutée tomate < <.0001 Proportion main d'œuvre < <.0001 familiale dans total pour oignon Quantité totale de main <.0001 d'œuvre allouée à la tomate Valeur Ajoutée piment <.0001 Valeur Ajoutée oignon <.0001 Superficie totale exploitée <.0001 Proportion main d'œuvre <.0001 familiale dans total pour piment Age de l exploitant <.0001 Niveau d instruction <.0001 primaire Quantité totale de main <.0001 d'œuvre allouée à la tomate Part du revenu issu du <.0001 maraîchage La proportion de chaque classe dans l effectif total est présentée dans le tableau 3. Ce tableau montre que la classe 1 comporte la plus forte proportion des maraîchers (30%) et la classe 4 la plus faible (10%). Les classes 2, 3, et 5 ont des proportions intermédiaires. De même le pourcentage des individus bien classés a été déterminé. Les résultats de cette analyse sont présentés en annexe (tableau 22). 6

14 Tableau 3 : Composition des classes Classe Fréquence Proportion Caractéristiques des différentes classes Les caractéristiques des différentes classes figurent dans le tableau 4. Ces caractéristiques sont : - zone : les exploitations maraîchères de la classe1 sont toutes situées sur le Littoral, tandis que celles de la classe 5 sont toutes situées dans la zone Nord de la commune. De même de fortes proportions des exploitations des classes 2 et 3 sont situées sur le Littoral. Aussi, environ 60% des exploitations de la classe 4 sont issues du Littoral. - formation en maraîchage : les exploitations de la classe 4 ont toutes reçu une formation en maraîchage, contrairement à leurs homologues de la classe 5. Les autres classes ne renferment que de très faibles proportions d exploitants formés. - situation matrimoniale : les exploitations des classes 1 et 4 sont constituées uniquement de mariés. De même les exploitations des classes 3 et 5 sont constituées en majorité de mariés, alors que ceux de la classe 2 sont composés dans les mêmes proportions de mariés et de célibataires. - genre du chef d'exploitation, dans toutes les classes les exploitants maraîchers sont en majorité des hommes, avec de très fortes proportions dans les classes 3 et 4. Cette situation serait liée à la pression démographique, le peu de terre existant étant partagé entre les hommes. - âge du maraîcher ; l age moyen des maraîchers dans toutes les classes oscille entre 38 et 46 ans. La jeunesse relative de ces acteurs s expliquerait par le fait que le maraîchage nécessite une importante dépense en énergie musculaire et occupe les maraîchers sur toute la longueur de la journée. - expérience en maraîchage ; les exploitations de la classe 5 ont une longue expérience en maraîchage. Il est à signaler que ces exploitants sont situés en dehors du littoral et pratique le maraîchage surtout en système d irrigation pluvieux dans les mêmes conditions que les cultures vivrières habituellement cultivées au Sud-Bénin à savoir le maïs, le niébé, etc. Le nombre moyen d année d expérience au niveau des autres classes varie entre 7 et 12 ans. -niveau d'instruction ; dans toutes les classes la majorité des exploitants ont le niveau primaire ou secondaire. Dans la classe 4, 65 % des exploitants ont le niveau secondaire. Cependant la classe 4 étant constituée uniquement d exploitants formés en maraîchage, on pourrait conclure que la formation est orientée prioritairement vers les jeunes déscolarisés. -part du revenu issu du maraîchage ; les maraîchers de Grand-Popo, toutes classes confondues tirent la majorité de leur revenu du maraîchage. Cette situation pourrait 7

15 s expliquer par le fait que le littoral qui, constitue une zone marginale pour les cultures vivrières traditionnelles se prête beaucoup plus au maraîchage. De même la proximité de la nappe phréatique de la surface du sol dans la zone et le marché d écoulement que constitue la ville de Lomé serait des atouts qui expliquent le développement de cette activité dans la zone. Ainsi dans la zone située hors du littoral, la présence de nombreux bas-fonds et la pratique du maraîchage dans la période de décrue du fleuve Mono explique la part élevée (66%) du revenu tiré du maraîchage par ces exploitants. -membre de groupement; de faibles proportions de ces exploitants se sont réunis en groupement. Cette situation pourrait témoigner d un manque de vie au niveau des groupements existants. -emblavure pour oignon; les exploitations de la classe 1 allouent plus de superficie à la culture d oignon que les autres exploitations. Les exploitations de la classe 5 (situées hors du littoral) ne cultivent pas l oignon. Cette situation serait liée aux qualités de leur sol. Aussi les exploitations de la classe 4 cultivent-elles l oignon sur une petite superficie. -emblavure pour piment ; La culture du piment est pratiquée dans toutes les classes et sur une plus grande superficie au niveau des classes 1 et 2. -emblavure pour carotte; les exploitations de la classe 1 allouent plus de superficie à la culture de la carotte que les autres exploitations comme la situation notée au niveau de celle de l oignon. Aussi, les exploitations de la classe 5 (situées hors du littoral) ne cultivent pas la carotte. -emblavure pour tomate ; A l instar de la culture du piment, la culture de tomate est pratiquée dans toutes les classes. Cependant contrairement à la situation notée au niveau des autres cultures les exploitation de la classe 1 allouent une très petite superficie à la culture de la tomate. -superficie totale ; les exploitations de la classe 1 exploitent une grande superficie (0,76ha) par rapport aux autres. Elles exploitent avec les exploitations des classes 2 et 5 plus d un demi-hectare contrairement à celles des classes 3 et 4 qui emblavent moins. 8

16 Tableau 4: Caractéristiques des différentes classes Désignation Classe Modalité Littoral Zone (%) Autre Formation en maraîchage (%) Utilisation de Naguezé (%) Système d'irrigation Utilisation de motopompe (%) Autre système d'irrigation (%) Marié Situation matrimoniale (%) Célibataire Genre du chef d'exploitation Homme Femmes Age du maraîcher (an) Expérience en maraîchage 7,13 7,29 8,32 12,12 18,42 Primaire (%) Niveau d'instruction Secondaire(%) Aucune instruction (%) Part du revenu issu du maraîchage (%) Membre de groupement Emblavure pour oignon (ha) 0,27 0,14 0,18 0,09 0 Emblavure pour piment (ha) 0,16 0,17 0,12 0,11 0,11 Emblavure pour carotte (ha) 0,26 0,07 0,03 0,01 0 Emblavure pour tomate (ha) 0,07 0,22 0,05 0,2 0,47 Superficie totale (ha) 0,76 0,60 0,38 0,41 0,59 PAPA/INRAB2003 Le tableau 5 présente la dénomination des classes. En se rapportant aux caractéristiques des différentes classes, elles ont été nommées. Ainsi : - la classe 1 dont les exploitations sont toutes situées sur le littoral, emblavent une grande superficie (0,76ha) par rapport aux autres et utilisent en majorité la motopompe (66%) est dénommée Gros producteur du littoral, utilisateur de motopompe - la classe 2 qui est celle des exploitations qui occupent la deuxième position en terme d emblavure (0,60ha), qui sont situés en majorité sur le littoral (90%), et qui utilisent surtout la pompe Naguézé (65%) est dénommée producteur moyen du littoral, utilisateur de pompe Naguézé - classe 3 qui est celle de l une des exploitations qui emblavent moins d un demi-hectare (0,38 ha), qui sont situés en majorité sur le littoral (97%), et qui utilisent surtout la motopompe (68%) est dénommée petits producteurs du littoral, utilisateur de motopompe. 9

17 - classe 4 qui est celle de l une des exploitations qui emblavent moins d un demi-hectare (0,41ha), et qui ont toutes reçu une formation en maraîchage est dénommée petits producteurs, formés en maraîchage - classe 5 qui est celle de l une des exploitations qui emblavent plus d un demi-hectare (0,59 ha), qui utilisent exclusivement le système d irrigation manuel (68%) et qui sont situées toutes hors du littoral est dénommée : producteur moyen expérimenté à système d irrigation manuel situé hors du littoral. Tableau 5 : Dénomination des classes Classe Dénomination Sigles 1 Gros producteurs du littoral, utilisateurs de GPLM motopompe 2 Producteurs moyens du littoral, utilisateurs PMLN de pompe Naguézé 3 Petits producteurs du littoral, utilisateurs de PPLM motopompe 4 Petits producteurs, formés en maraîchage PPFM 5 Producteurs moyens situés hors du littoral PMHLSM à système d irrigation manuel 3.2- Rentabilité financière de la production des principales cultures maraîchères à grand-popo Rentabilité financière de la production du piment Coût de production du piment par les différentes classes Le coût de production du piment par les différentes classes est présenté dans le tableau 6. Le test d analyse de variance (voir annexe) montre que le coût de production varie d une classe à l autre. Ainsi le test d homogénéité (voir annexe) montre que les coûts de production des classes Gros producteurs du littoral utilisateurs de motopompe, Producteurs moyens du littoral utilisateurs de pompe Naguézé et Petits producteurs du littoral utilisateurs de motopompe sont différents de celles des classes Petits producteurs formés en maraîchage et Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel. En effet les classes Petits producteurs formés en maraîchage et Producteurs moyens situés hors du littoral à système d irrigation manuel ont les coûts de production les plus faibles. Cette situation s explique par le fait qu elles utilisent un système d irrigation léger, induisant un amortissement faible. Aussi ont-elles un niveau de consommation intermédiaire faible et utilisent peu de main d œuvre. Par contre les exploitations des classes Gros producteurs du littoral utilisateurs de motopompe, Producteurs moyens du littoral utilisateurs de pompe Naguézé et Petits producteurs du littoral utilisateurs de motopompe ont les coûts de production les plus élevés. En effet elles utilisent pour la plupart un système d irrigation lourd, ce qui implique un amortissement élevé. Elles ont également un niveau de consommation intermédiaire élevé lié au semences qu elles utilisent, au carburant utilisé pour faire tourner les motopompes, à la grande quantité d engrais organique et minérale qu elles utilisent en liaison avec le sol sableux qu elles exploitent, et les pesticides utilisés. 10

Projet Légumes de qualité. Etude des perceptions sur les légumes dans les zones urbaines et périurbaines

Projet Légumes de qualité. Etude des perceptions sur les légumes dans les zones urbaines et périurbaines INSTITUT INTERNATIONAL D AGRICULTURE TROPICALE (IITA) ORGANISATION BENINOISE POUR LA PROMOTION DE L AGRICULTURE BIOLOGIQUE (OBEPAB) INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE AGRICOLE DU BENIN (INRAB) Projet Légumes

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin

Etude sur le financement de la commercialisation des produits agricoles au Bénin ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE (FAO) Groupe de Commercialisation des produits agricoles, AGSF de l organisation des Nations Unies pour l Alimentation et l Agriculture

Plus en détail

ESSAI DE TYPOLOGIE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES AXEE SUR LE FINANCEMENT DE LA PRODUCTION AGRICOLE AU BENIN

ESSAI DE TYPOLOGIE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES AXEE SUR LE FINANCEMENT DE LA PRODUCTION AGRICOLE AU BENIN ESSAI DE TYPOLOGIE DES EXPLOITATIONS AGRICOLES AXEE SUR LE FINANCEMENT DE LA PRODUCTION AGRICOLE AU BENIN Par SOSSOU Comlan Hervé, LEBAILLY Philippe & HINNOU Cossi Léonard Communication à présenter aux

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

ANALYSE DES RESULTATS DE L ENQUETE MARAICHERE CAMAPGNE 1996 à 1997

ANALYSE DES RESULTATS DE L ENQUETE MARAICHERE CAMAPGNE 1996 à 1997 BURKINA FASO Unité-Progrès-Justice MINISTERE DE L4 AGRICUTURE DE L HYDRAULIQUE ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES ------------------------- SECRETARIAT GENERAL ------------------------- DIRECTION GENERALE

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 2. Économie avicole, calculations 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

ANALYSE D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER

ANALYSE D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER ANALYSE D'INVESTISSEMENT IMMOBILIER 9 NOVEMBRE 2009 PRÉPARÉ PAR : 9, rue Chayer, Mascouche Québec, J7L 3H9 s.gariepy@devimo.ca 514-282-6669 DEVIMO inc. 16plex Montréal, Québec Sommaire 16plex, Montréal

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Termes de référence pour le recrutement de quatre (4) consultants dans le cadre du Projet «Modules d initiation à la statistique à l attention

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 -

Indicateurs du Recensement Général de la Population et de l Habitation - 1 - INDICATEURS DU RECENSEMENT GENERAL DE LA POPULATION ET DE L HABITATION BENIN 2002 CHITOU FATAHI Intitulé ETAT DE LA POPULATION Effectif de population par sexe Densité de population Taille moyenne des ménages

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

672ZA Auxiliaires d'assurances

672ZA Auxiliaires d'assurances STATISTIQUES PROFESSIONNELLES 23 672ZA Auxiliaires d'assurances EVOLUTION ANNEES 23 / 22 / 21 23 22 21 CHIFFRE D'AFFAIRES 88 62 Nombre d'entreprises 53 8 Ratios Ratios Ratios CHIFFRE D'AFFAIRES 1,, 1,

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN SDAGE 2010-2015 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT n 2 Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN)

CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN) CONSEIL DE CONCERTATION DES RIZICULTEURS DU BENIN (CCR-BENIN) 1. Le contexte de la riziculture dans le pays Bref aperçu de la filière riz au Bénin Le riz représente actuellement au niveau national, au

Plus en détail

Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution

Proposition d un mécanisme d approvisionnement et de distribution REPUBLIQUE DU BENIN --------------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PÊCHE ----------------------------- OFFICE NATIONAL DE STABILISATION ET DE SOUTIEN DES PRIX DES PRODUITS AGRICOLES

Plus en détail

Renforcement des Organisations des Producteurs par l Aménagement Hydro Agricole (ROPAHA) dans le Mono/Couffo RAPPORT FINAL

Renforcement des Organisations des Producteurs par l Aménagement Hydro Agricole (ROPAHA) dans le Mono/Couffo RAPPORT FINAL UNION REGIONALE DES PRODUCTEURS DU MONO ET DU COUFFO Renforcement des Organisations des Producteurs par l Aménagement Hydro Agricole (ROPAHA) dans le Mono/Couffo RAPPORT FINAL Co-financement : Commission

Plus en détail

«Enquête sur la valorisation des bas-fonds au Bénin

«Enquête sur la valorisation des bas-fonds au Bénin INSTITUT DE HAUTES ETUDES INTERNATIONALES ET DU DEVELOPPEMENT «Enquête sur la valorisation des bas-fonds au Bénin Etude de cas sur les logiques paysannes et les dynamiques locales dans la commune de Djidja»

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France

Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Étude des résultats des investisseurs particuliers sur le trading de CFD et de Forex en France Le 13 octobre 2014 Autorité des marchés financiers 17, place de la Bourse 75082 Paris cedex 02 Tél. : 01 53

Plus en détail

La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement

La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement La diversification de la mise en valeur traditionnelle des bas-fonds en zone de savane humide du Togo et les conséquences sur l environnement Soklou Worou To cite this version: Soklou Worou. La diversification

Plus en détail

Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest

Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest Etude au Bénin, Burkina, Mali et Niger Avril 2011 Présentation à Nyeleni, Mali, novembre

Plus en détail

Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme

Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme Version du 9 mai 2006 La rentabilité économique de l huile de colza est calculée, en prenant en compte les hypothèses

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

454DB Serrurerie et menuiserie métallique

454DB Serrurerie et menuiserie métallique 5DB Serrurerie et menuiserie métallique EVOLUTION ANNEES 2003 / 2002 / 2001 2003 2002 2001 CHIFFRE D'AFFAIRES 17 15 182 Nombre d'entreprises 181 1 59 Ratios Ratios Ratios CHIFFRE D'AFFAIRES 100,00 100,00

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Village de TIABOLI (Commune de FATOMA, Cercle de MOPTI, MALI)

Village de TIABOLI (Commune de FATOMA, Cercle de MOPTI, MALI) Village de TIABOLI (Commune de FATOMA, Cercle de MOPTI, MALI) BILAN de PROJET 1 Bilan du projet «TIABOLI» Ce projet s inscrit dans le Programme 2010-2014 d aide au développement économique et à l amélioration

Plus en détail

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT Le présent guide a pour vocation, de fournir aux entreprises, aux PME/PMI, aux Etats, aux collectivités locales et aux entreprises publiques (dans

Plus en détail

23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS)

23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS) 23 ème Edition de la Commission des Statistiques Agricoles pour l Afrique (AFCAS) Rabat (Maroc) du 04 au 07 décembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION (1/2) La description du 4 ème RNA; La méthodologie utilisée;

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

Canevas d'accompagnement destiné au paysan-essaimeur

Canevas d'accompagnement destiné au paysan-essaimeur Canevas d'accompagnement destiné au paysan- Version 1-9 février 2012 Association des AMAP du Nord Pas-de-Calais Maison des paysans 40 avenue Roger Salengro 62223 St Laurent Blangy Tél 03.21.23.00.53 @

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Analyse de la performance des chaînes de valeurs de l ananas au Bénin

Analyse de la performance des chaînes de valeurs de l ananas au Bénin Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche (MAEP) ~~~~~~o~~~~~~ Institute National des Recherches Agricoles du Benin (INRAB) ~~~~~~o~~~~~~ Programme Analyse de la Politique Agricole (PAPA)

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

Lot 1: Développement Rural et Sécurité Alimentaire. Pays Bénéficiaire : Niger

Lot 1: Développement Rural et Sécurité Alimentaire. Pays Bénéficiaire : Niger COMMISSION EUROPEENNE OFFRE DE SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA COOPERATION RELATIF AU: Lot 1: Développement Rural et Sécurité Alimentaire Contrat Cadre N IB/AMS/451 Pays Bénéficiaire : Niger Demande de

Plus en détail

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES

UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES UN ESSOR CONTRASTÉ DES FORMES SOCIÉTAIRES Des formes sociétaires globalement en progression En 2010, le statut individuel d exploitant agricole demeure la forme juridique choisie par 70 % des exploitations.

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Une vue d ensemble du Programme de crédit de taxes foncières agricoles

Une vue d ensemble du Programme de crédit de taxes foncières agricoles Une vue d ensemble du Programme de crédit de taxes foncières agricoles en vigueur depuis le 1 er janvier 2007 Mars 2008 1 Plan du document Qu est-ce que le Programme de crédit de taxes foncières agricoles?

Plus en détail

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES

17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES 17/04/2014 LE PARTAGE DES REVENUS DE LA MUSIQUE ENREGISTREE VRAIS CHIFFRES ET CONTREVERITES Partage des revenus de la musique enregistrée : Les vrais chiffres Pour définir exactement la réalité du partage

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

MEET AND GREET A KORHOGO

MEET AND GREET A KORHOGO Organisé par : MEET AND GREET A KORHOGO En collaboration avec : L ONG Jeunes Volontaires pour l Environnement Côte d Ivoire Page 1 sur 12 Novembre 2012 Table des matières Table des illustrations... 3 Remerciements...

Plus en détail

Qu est-ce qu un service rendu?

Qu est-ce qu un service rendu? Evaluation économique des services rendus par les écosystèmes Place des inondations Économie et politiques publiques Paris Yann Laurans info@ecowhat.fr Previrisq 2 Comment s évaluent économiquement les

Plus en détail

Analyse Coût-bénéfice des Technologies du Niébé : Une Application de la Matrice d Analyse des Politiques (MAP)

Analyse Coût-bénéfice des Technologies du Niébé : Une Application de la Matrice d Analyse des Politiques (MAP) ReNSE ReNSE Réseau Nigérien de Suivi Evaluation BP 11207 - Niamey Niger Tel +227 734700 ; Fax +227 723630 Coordinateur national: Jean-Charles Rouge Email : jean-charles.rouge@undp.org Internet: www.ird.ne/rense

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

ANALYSE ECONOMIQUE SUR L EAU EN MARTINIQUE LA RECUPERATION DES COUTS SYNTHESE

ANALYSE ECONOMIQUE SUR L EAU EN MARTINIQUE LA RECUPERATION DES COUTS SYNTHESE ANALYSE ECONOMIQUE SUR L EAU EN MARTINIQUE LA RECUPERATION DES COUTS SYNTHESE 30 septembre 2013 ODE - Martinique SOMMAIRE 1. PREAMBULE... 4 2. LE RECOUVREMENT DES COUTS DES SERVICES LIES A L EAU... 4 2.1

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

DSE / COMIT: Cours de gestion des projets de developpment page 109

DSE / COMIT: Cours de gestion des projets de developpment page 109 DSE / COMIT: Cours de gestion des projets de developpment page 109 10 INDICATEURS 10.1 Définitions: Un indicateur est un paramètre qualitatif/quantitatif qui expose en détail la mesure dans laquelle l'objectif

Plus en détail

Résumé. Mots-clés : EIE Périmètres maraîchers Dimension environnement Durabilité. Introduction

Résumé. Mots-clés : EIE Périmètres maraîchers Dimension environnement Durabilité. Introduction Résumé PRÉSENTATION POWER POINT Lutte contre la pauvreté au Bénin : le programme filière maraîchère et son impact sur l environnement urbain Par Georges LANMAFANKPOTIN Secrétaire à l Information et à la

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

COMMENT ARRIVER A L EFFET/IMPACT dans un état fragile en voie de développement? Étude de cas: bassin de MousGque HaïG

COMMENT ARRIVER A L EFFET/IMPACT dans un état fragile en voie de développement? Étude de cas: bassin de MousGque HaïG COMMENT ARRIVER A L EFFET/IMPACT dans un état fragile en voie de développement? Étude de cas: bassin de MousGque HaïG Julien Deroy Jeudi 16 octobre 2014 Contexte d HaïG 76% de la popula,on: < 2$US/jr Importa,ons

Plus en détail

Évaluation, caractérisation et

Évaluation, caractérisation et Évaluation, caractérisation et élargissement de la gamme du matériel végétal de plantation de l'anacardier en cours de sélection au Bénin CRA-Centre/INRAB 2013-1014 Financement: GIZ/iCA 2/ Cashew Fund

Plus en détail

Étude sur la caractérisation des marchés publics du Québec. Sommaire exécutif

Étude sur la caractérisation des marchés publics du Québec. Sommaire exécutif Sommaire exécutif 1. Introduction Fondée en 2005, l Association des marchés publics du Québec a pour objectif de faire la promotion des marchés publics du Québec comme moyen alternatif de mise en marché

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

BURKINA FASO MINISTERE DE L'AGRICULTURE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION

BURKINA FASO MINISTERE DE L'AGRICULTURE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION BURKINA FASO MINISTERE DE L'AGRICULTURE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PLANIFICATION Carte 22 : Production céréalière (en tonne) TOTAL : 3 109 093 tonnes limites des provinces 0 50 KOSSI

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques Michael Andrade 1INCE FARMERS) L agriculture en Inde 10 % tranche supérieure Progressif & inclus Plus grand groupe d exploitants Exploitants

Plus en détail

Développement d un modèle de simulation des coûts de production

Développement d un modèle de simulation des coûts de production ARBORICULTURE 2010 A10 PACA / 10 (fiche action 3.02.02.21 AB) Développement d un modèle de simulation des coûts de production Remco SCHREUDER, Peter ROELFOS (LEI, Wageningen), François WARLOP (GRAB), Esther

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail