, AU MrNrsr-, "r rl*il1#"r?y"urt#f"d DE LA GEsrroN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ", AU MrNrsr-, "r rl*il1#"r?y"urt#f"d DE LA GEsrroN"

Transcription

1 AESEIEVE I}E BTOSPEDBN IDE LA IPENTI}JART."J;;:.**:.,i_"-"$tig?i+;3*.&sf ssfsx*d BP 3 32 Tafgui ta TCI./iaxr23a3ors4.Enlsihavt No 022,/201sru_AtacRrF/CAlSE Tanguidta, le 6 Awil2015, AU MrNrsr-, "r rl*il1#"r?y"urt#f"d DE LA GEsrroN DES chancements crrmatrqu_es, nü ni'riöü.eirnrväde LA prorecrron DEs REssouRCEs mrünrrrrs Ei-ebüirä^r, ou "r"rr.r Obiel: Crise sur la cogestion alans L R6serve de Biosphöre de Ia Perdjari Monsieur ie Ministre, Je viens par la presen(e, tout d.abord. s öj,tr,,:ä,ffii:ffi tn i;mi#"';1frf",llj $','"'iij:i;:i:ä::,f i:::r:".:ttt,i:li j""[ ::s: :m**igrnri$nj:ly#j*i"t,'"j:"ä*'f1""1:är :,x{rmr"{ä:{:, äli Monsieur Ie Ministre, suite au m6mor, i#.$if f ',#${ilär.r"'r,";ff :*:!uft ;*i}hä::lf #.;-{*[;f#":..""'ji:l Pour la petite histoire, le Secretaire E ii"*;ii*hi**-1{}i#:ifl*il,il:ä-:iii;'i.,j'".iirjj""l,"j'ifri#'t3:'11*cequ'iadie songroupe se seraienr mor-;;;;il#oo?t"l"rll.ff'rtj'."ä1,flil:::t^ffjl:"ü:ji,i'lrui-:lnx; ;{HT*,'ffiru,ä,Äi,iteäffi +;i*',',,:.*ä;; l;li?i,hfrxf.i:trä: +ffi ;xi"";?::; ;:m**;;i;* i"j:;;il" qui'inr.,,n"ie",-affi i Le 30 aoüt 20 I4, une lettre est produite tl 5it"tr"TJ:"x",:ä :ijjil*jä H:lfu #äf;l::{::äiy,i"ö"n' ff:,;t"t;:: fl1ii sitff; n:n:r:::r,lrd'l',::tt l1"'d.,i[lt##;h':j-:"m:rux,*$*:";,*ji:"tj Jlf '#:1:',Hr,';Tll'ffi;J :':*T;fr,11-"'ise r.e crime.des AVT.REF c'esr d a ff lä,":n:',,',;;;;,i",fi -":"'"::t*m,"*;l ji:ij;#:i,f ldj";#äfff l#ä ;'"1ii, if*'#ä# ;r**i##nti"tr*n"1:hätr*äifälf*fti;ätt;fu i*

2 1. Les arrötes d s mair s I a communication ddveloppe par rapport au, de Tangur.dta T6t6l,q::y1*. et de Mat6ri fait croire qu,ils visaient ä attdnuer Ia tension qui existerait entre Ies AVIGREF. k faire insi est un taux fuyant. t-orsqj;une cn'se jntervient au sein d'une association, la rdaction d'une autoritd semit d'ecouter toutes les iarties a eritarner la ndgociation en se basant su res textes de radite association. Mais, au rieu de cette ddmarche, le uai." de Tanguidta adutöt pris partie et s'est engagd dans une logique de destiuction des AVIGREF. r.a -r." piu* d'un.comit6 Transitoire de cogestion, composd des disiidents AVIGREF, a accentu6 ra crise *nru"r" "n ru soission des AVIGREF supportdes par le Maire. Nous avons adressd une plainre sans su.te "t au pretet de i'atacora pour rdclalner l'arnulation de ces arctds au regard des textes de Ia ddc ntralisation. Ces axr6tds sont une preuve que la crise n'est pas au sein des AVIGREF. En outre, Ie contenu de Ia rettret de Ia Direcfice Gdnörare du cenagref, en reponse ä cere du maire de Tanguiöta montre crairement ra compricig du.ena.ref au d.mantölement du systeme de cogestion mis en place au niveau de Ia pendjari. En effet, elre dit ( qu'erle soutient le Maire de ianguidta dans ri-i." "" pr"., des structures de cogestion et q,e re prircipe de mise de fonds ä ra disposition des ÄvrcRlr es ilegal >. 'üse pose un problöme de qui coordonne la cogestion au B6nin? La respo;sabilit. du aenagret,r*ä 0".gJ. toutes les instances de d.cisions et de concertation du.enagref tca, codir diargr, etc..1 pour une relecture des rextes juidiques et lcgislatifs du pays pour une conformitö. i ne."vient pas, ä mon,*", e * ""t"r, d'interprdfer un texlc, surtout en sa faveur avec la caution du coordonnateü drisystöme. ll est clair et connu ar'rjourd'hui-que Ie CE_NAGREF joue comme.un.acteur latent pou.l'6chec de Ja cogestron arors qu,e e est re fondement de sa creation et malgrd les acquis inddniables du sysgme. 2. Place des diff6rents acteurs de la cosestion Les textes de la decentraiisation, tout comme la constifution du B6nin, indiquent que ( ra commune vei e ä la protection de l'environnement ) (articre 94). En la matiöre, les domaines soni crairäment döfinis er les parcs ne sont pas du domaine communal. Ils rerövent du domaine crassd de I'Etar et < sont gerös par ladministration charg6e de la faune ) conformdment ä ra loi N' du 1g octobre 2014 portant dgime de ra Faune en llp-l!.ligry du B6nin (articte 5t). Tout fois, depuis fövrier 2005, sous l,initiative de la DpNp et de i,u- AVIGREF, un stelier a 6td organisö en vue d'int grer le nouvel acteur de la decentralisation. t-". p;n"if". a" bas de la cogestion ont 6te d6finis. Le plan d'aminagement et de G".tion a" iu,ea".u" u prdvu un comit. de Ddveloppement de la R6serve au sein duquel se retrouvent les maires, Ie DpNp et I,'_AVIGREF. Avant toute Assembrde G6n6rale de I''-AVIGREF ir est p6vu que tous les documents deva.nt y he prdsentes (Birans d'activites et,financier, rapport viande, plan de travail a;nuel et budgeq rapport des commiss*", uu* "o.pro, soient.prdalablemenl analysös par ledit comite. ce comit apporte ü; l; ;end;ments jug6s utites a intägrei avant leur prdsentation ä l'assemblee G6n6rare. comment un maire peut-ir, aprös cette 6tape, dire qu'rt n'"st!as au courant de ce que fait I'U-AVIGREF? Tout comme le comit citd ci-dessus, pour-l'efücacite de la surve rance, ir y s 6t6 mrs en prace un comitö de survellance suite aux murtiples at liers sur la reüudescence du braconnage. ö" *,ni " "a, "o,npoaö entre autres des chefs.des anondissements- d9 Dassari, Tangui ta et Tanougou. c "oäit6, "u* äo" oo "a"uset de d.cisions, demeure tout de m6me-un cadre pe concefation devant faire des propositions d,am.liontion de ra surveilrarce äflä:'ff':n ff:jiff d'arronpissements devant rendre compte aux maires, comment peuvenr-irs.voquer 3. Chrotrologie des v6nements Depuis la fin du mois de d cembr 2014' Ia cogestion de la Rösewe de Biosphöre de la pendjari connait des difücurtds. Par anet.s des 29 et 30 d4c _mbre10r4 r"" [aa;.". ä" r*g-uiä-i L rrau,".i ont suspendu res acrivitds- des- A ssoc iations vijrageoises d gestion de_ Rdserv" a" n "i" lavicnef) sur reuß territoires respectifs' slite ä ces arr6tds, un recol's_a dt6 ua."s"e.u pieret au alpart"xentlar l'union des AVIGREF pour montrer leur ilidgalite. A cejour, Ie prefet n'a donnö aucuoe suite a ü requete aä j,union aes AVIGREFT. I'e 20 janvier 2015, par un autre aret6. re maire de Targuiöta clee un comitd Transitoire de cogestion de la R6::rv: d: lgsphöre de la pendjari. Ce comitd est comtosd des dissidents äes AVIGREF. Ce qui mortre le parti pris du Maire de Tansuidra. ' r"n.u N. oryrslcrmeaef/o6zacveo du 2slanü.r Ct Af.&as der man.s du 29 ddembß 2or4 pour rancuiata d du 30 3 d.ted05hivi.r2o1s

3 fi,,ii.üiläli3lj;',?,8ffifl::"l",fn:,,;',f""#?ff[.t';"'""*:::f"uä?ff;1"";;;g1**,"0*,," filü+"dff fltj:qf#ä+xl;*tr l:"ittii:""-:r;j:tffi1*tfi '1;,_y,[t"jlT:,:f:f :: jä ;,',T.:ff:ä;:i:li i""x'hä L::. p91de ä ra connaissance des prf ä co,onou re 4 revrier 20rs ro,s }jäh"".ä*ä j::?f*::a*:$#":i1ili:fi:il::".#,ä':fi: ;:":ni::.lj ;.*#.J rl ä';trjl"lf ##i#dxi":l:äü:,ii:1;:',""'"',ff ffi är#ö*:[tnäru'h: ;1'ä:Tl?lf,n*,ä::1.,#lill1"I$."1.:",.rv:#f i,:"_i",i#";j,9,**rml,:jällil,.l,lfl ;r*[ti*.ä:l'ilä::lf ;ä:tt:*: yö::i"ü:"'fi i'*y,l3lhnl;.:x,"":* y*hä;j $'gf#xfix"lii"ffi"':$;;:i:ltlar-voüs avec. res A'I.REF, res rnaires. ra DG du.enagref, ;;#;;;"6ä{;"ää;T#;ä:ff,r"."#ä:i;:::"'i"H.J[:"j"1j;,'"'.,j::T."jtXl*],*"i A c tte question du Ministre et conhe toure attente les avis sont restds contra.dictoiaes : D',un cötö tes autoritds du CENAGREF ;.,*"J:J::#JT#';; :;;;'!""," iiiäll",äiäßffi]'::';i"ff Tä:;,nil$ ::,':#äf: ::i Quant aux reprdsentants des AVICREF tri::ä""5:ää'':fäftt'*# qf"'"rui{! :firyä :#:*Ti#:J" v'".rr' ** ra rdserve i carcasses d'animaux uu"rrur-erepr-,r, 'nll*1le Ja,situation d-t l; ö"'1il;*nfffil:"r*::#''ä :'*:ffi:gffil""ffii*h.ffi ""JXil,;#i; i;; "jiii:"tf :ä;.,l$l:ffi :;"#*a;h*t Face ä toutes ces contradictions ei qui croire? PouI Ies premi rs : DG /CENAGREF e rmrj,..1:_rl,rät"lffi :"1i{fij:,3&:T:.[:itT:1ilJ.:jät:",i]. i 3"ätä"" T: a.un ae ses airecreursiä;",ö fi,""ll,",ät.;,f"i,.1,"ö?jfftrji ffi1;nl;ru;ll;j:*ir;* fri"::äi:j:, f"r1u.enagref de Idpoque a ete aemis a" r"' i."i,i""lp"* rncomp.rencei (cr re\ Pour les seconds : riverains, AVIGREF el lu,l":;*,"1ii*i:::",":l",l:ä,f,:"ä:::tä:l:r#[ä:".,".j,1,:x.gi:ää:*:iä,tiffä:: Votre rdsürnd ä la sdance a mis un accent l:lm*:l*;*rug:,,ä""ffi'"j"i+ätri1{i lr j{ijtli?'ffi ;; uuun"o''" ouo"*uon, gesuoo pourpr.venir re. ";r".",r"*uooolllt" t'"* a' p*' iru:ä';:ll'"äältx.ijlär1'"ltlf:i: I,a crise d 2012 qui a connu une mobilis{ Itffil* ;.::äk it#*l{i,j{l$ili''fi:üi:ii,hfr on'! eres ben noises au,our de,a e sonie de crise. q".""i i.j, i..iiäiä""j;ft"tf"t;^".ä,t,t,i; {d. N.003/1slcENA RFF/DG/Rcr/aD du 06 jlivier Ct Le Cluotidien te du 02 awit 2014

4 Direction gin raie du cenägref de c m.rnorandum? N'existe-t-ir pas d'aubes instruments capabres d,aider ;,l1iffflflrlx'#::,ffi1[f,":::i:',11111l""dj" fö;ä i"äi,ä, o" ouu"roooeme't mis en pourraient rcpoidre ä c*,ü;;;;;; lf; ä::',;:f;t,.d;"iffffi:::,x"j::,j;l:i%f,n: il n:: cenacref par de murtiores ou-brications, a don"e a.i i"ro.rni.". riii*"ä",,i. ou,o*rf. Jusque-rä, une seule cloche e$ entendue er I.U-AVIGREF uora*i ai* *""ir..ljiäi. "* " " 4. ks cotrs6quences de c tte situation de crise l-a surveillanc actuellement mise en Dla( re rogo esr pas,e p- JÄ ;,l;,ä'üt'"1j::li!fiü:öi""""'"il!:i::* i.ll:j :[? f; j3i:],1],j.#: n'est qu'une surveiltance militadsie qui esr I; -nt uir" a" inru-jirüj;;ääil. la systöme de surveillance de Ia DpNp r,existant plus pratiquemen! rdsuttars cette dronnants surveill, car mrxte res actes ne peut de braconnaae;;;,';;;.';*"'::::^::te avoir de ^survcxrarc ete reguieremeniinlorm:;;ä;;ffiää::::1äj,:xäläi{::ts dera rdserve et ra di'*'i- a, pää ff"6jitjfi#:t: la mise en cause des inta ts des differents acteüs, surrout les popuiations riveraines. ri - des activitds des projets de ddveloppement et d'activitds 6n'.atrices de rcvenus au profit des dverains; - la suspension des Iinancemenrs par les panenaires tect,niiues er nnanciers,.,, - L irosion de ta conrance entre ie cenicn'er..." i*"ir"i_"ä'i"r'pioiä,i.*, - Ia gestion de la viande sans docum l:#3j::",::#;,ffi:f;:äff:,x1t;:::ä,.::fi",ä";:l";i:l:it;.,lu"nu,,,"" u",iuid, d" En tout Ctat de cause les communautds :ly:e:t-t-liej,nent par.la. prdsente ä alefter l,opinion nationale et ä5ff[1ti:,:il""",%ilfi"1":::il::".. entretenue er;ouhai;ait une corüun,cation saine pour ün Veuillez croirg Monsieur Io Ministre- ä Jt*p*:r,:l de ma ianche l'utilisation collaboration durables pour des ta ressources conservation de la Rdserve et A" Uiosphe.e ae fa f"noiaril ". Pour le Conseil d.administration de l.union des Associatjons Villageoises de Cestion des Rösenes de Faune (U-AVIGREF) de AhpliatioN : - Prösidence de ta Repubtique - Assembl e Narionate coop6.arion altemande (ciz er K_FWI Banque Mondiate Union Europdane - Milldnium Chslt nae Accounr ::T31q" l"?"*nrion sur ra Diversiß Biorogique - reqetl4ar de la Convmrion RAMSAR - Se. tanardu prcbrmme M^B-INESCOptu : Fägrd*'s;"ä:il:lä.;;:;ffäfflme AiRs Prot4sdcs utcn Prosr'mme MIKF LrcN - RCseau Satem - Rdseau d s ONc de proredion de l,environneniqr

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Déclaration de la Commission sur les conséquences de cet été caniculaire

Déclaration de la Commission sur les conséquences de cet été caniculaire SPEECH/03/379 Michel Barnier Commissaire européen responsable de la politique régionale et de la réforme des institutions Déclaration de la Commission sur les conséquences de cet été caniculaire Parlement

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

Formation des agents de la fonction publique dans le contexte de l'internationalisation

Formation des agents de la fonction publique dans le contexte de l'internationalisation Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1996), «Formation des agents de la fonction publique dans le contexte de l'internationalisation», Documents SIGMA, No. 3, Éditions

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, fv'ilnistere DU DEVELOPPEMENT A LA BASE, DE L'ARTISANAT, DE LA JEUNESSE ET DE L'EMPLOI DES JEUNES MINISTERE DE L'ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DES COLLECTIVITES LOCALES REPUBLIQUE

Plus en détail

La résolution des conflits entre Etat central et entités dotées du pouvoir législatif par la Cour constitutionnelle

La résolution des conflits entre Etat central et entités dotées du pouvoir législatif par la Cour constitutionnelle La résolution des conflits entre Etat central et entités dotées du pouvoir législatif par la Cour constitutionnelle Rapport du Tribunal fédéral suisse présenté par M. le Juge fédéral Heinz Aemisegger,

Plus en détail

LA CRAINTE EST-ELLE FONDÉE?

LA CRAINTE EST-ELLE FONDÉE? LA CRAINTE EST-ELLE FONDÉE? UTILISATION ET APPLICATION DE L INFORMATION SUR LES PAYS DANS LA PROCÉDURE D ASILE Analyse de l application en Belgique des principes et règles européennes par rapport aux Informations

Plus en détail

Pour l'an II de la Démocratie

Pour l'an II de la Démocratie Rapport à la ministre des Affaires sociales et de la Santé Pour l'an II de la Démocratie sanitaire 14 février 2014 Rapport présenté par Claire COMPAGNON en collaboration avec Véronique GHADI «Dans une

Plus en détail

L office national de l eau et des milieux aquatiques (ONEMA) : une transformation mal préparée, une gestion défaillante

L office national de l eau et des milieux aquatiques (ONEMA) : une transformation mal préparée, une gestion défaillante L office national de l eau et des milieux aquatiques (ONEMA) : une transformation mal préparée, une gestion défaillante PRESENTATION L Office national de l eau et des milieux aquatiques (ONEMA) est un

Plus en détail

Textes de référence : articles 314-76 et 325-6 du règlement général de l AMF SOMMAIRE

Textes de référence : articles 314-76 et 325-6 du règlement général de l AMF SOMMAIRE Position recommandation AMF n 2013-10 Rémunérations et avantages reçus dans le cadre de la commercialisation et de la gestion sous mandat d instruments financiers Textes de référence : articles 314-76

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Circulaire relative à la négociation dans la fonction publique NOR : BCRF1109888C

Circulaire relative à la négociation dans la fonction publique NOR : BCRF1109888C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Circulaire relative à la négociation dans la fonction publique NOR : BCRF1109888C Le 22

Plus en détail

Paris, le 12 octobre 2012

Paris, le 12 octobre 2012 DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES Sous-direction des élus locaux et de la fonction publique territoriale Bureau de l emploi territorial et de la protection sociale (FP3) N 12-016379-D Paris,

Plus en détail

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités

Qui peut être élu conseiller municipal, devenir maire ou adjoint? Les règles d inéligibilités et d incompatibilités Département Administration et gestion communale JM/JR/MK Note n 78 Affaire suivie par : Judith MWENDO (tél. 01 44 18 13 60) et Julie ROUSSEL (tél. 01 44 18 51 95) Paris, le 8 août 2013 Qui peut être élu

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes. (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité)

Journal officiel des Communautés européennes. (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité) 17.4.2001 L 106/1 I (Actes dont la publication est une condition de leur applicabilité) DIRECTIVE 2001/18/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 12 mars 2001 relative à la dissémination volontaire d'organismes

Plus en détail

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée

Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Qu est-ce qu un avis éthique pour le Comité d éthique de santé publique? sa structure, sa portée Septembre 2003 Analyse et rédaction Lynda Bouthillier Agente de recherche et de planification socioéconomique

Plus en détail

PROTOCOLE PORTANT STATUT DE LA COUR AFRICAINE DE JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME

PROTOCOLE PORTANT STATUT DE LA COUR AFRICAINE DE JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME PROTOCOLE PORTANT STATUT DE LA COUR AFRICAINE DE JUSTICE ET DES DROITS DE L'HOMME 1 TABLE DES MATIERES PROTOCOLE PREAMBULE Chapitre I : Fusion de la cour africaine des droits de l'homme et des peuples

Plus en détail

Guide de création d une entreprise de travail temporaire

Guide de création d une entreprise de travail temporaire Guide de création d une entreprise de travail temporaire I préambule... p.3 II L objet d une entreprise de travail temporaire... p.4 Une définition contractuelle Une définition légale Modèle d objet social

Plus en détail

Écrire pour être lu. Comment rédiger des textes administratifs faciles à comprendre?

Écrire pour être lu. Comment rédiger des textes administratifs faciles à comprendre? Écrire pour être lu Comment rédiger des textes administratifs faciles à comprendre? Les textes de cette brochure ont été rédigés par Michel Leys, Directeur du Bureau de conseil en lisibilité du Ministère

Plus en détail

COMPTE RENDU DE REUNION. Assises du développement des îles du Sud. Commission : Insertion par l activité économique.

COMPTE RENDU DE REUNION. Assises du développement des îles du Sud. Commission : Insertion par l activité économique. 2009 MERCREDI 06 MAI Assises du développement des îles du Sud Commission : Insertion par l activité économique COMPTE RENDU DE REUNION Présidée par Monsieur Jacques CORNANO Maire de Saint-Louis de Marie-Galante

Plus en détail

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme :

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Demande d autorisation de construire, d aménager ou de modifier un établissement recevant du public (ERP) Cette demande vaut également demande d approbation d un Agenda

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Plan Santé au travail

Plan Santé au travail Plan Santé au travail 2005-2009 Plan Santé au travail 2005-2009 Le plan santé au travail est issu d un travail collectif. Il a été élaboré, sous l autorité du Ministre délégué aux relations du travail,

Plus en détail

Revue Gambettes mai juin 2012 publiée par «Liaisons Arts Bourgogne» www.le-lab.info

Revue Gambettes mai juin 2012 publiée par «Liaisons Arts Bourgogne» www.le-lab.info Revue Gambettes mai juin 2012 publiée par «Liaisons Arts Bourgogne» www.le-lab.info Le 14 octobre 2011, le lab vous proposait une journée consacrée à la réforme des collectivités territoriales et à l Agenda

Plus en détail

Conditions Générales Livret 10-12

Conditions Générales Livret 10-12 1 - Ouverture et détention du Livret 10/12 1.1 - Conditions d ouverture et de détention Toute personne physique mineure de nationalité française ou étrangère, représentée par son représentant légal, âgée

Plus en détail

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction PROCEDURE D ACCUEIL 1 Introduction Le processus d accueil d un nouvel arrivant est un processus clé du département des ressources humaines et qui malheureusement est souvent sous-estimé par ce dernier.

Plus en détail

Royaume du Maroc Cour des comptes. Rapport sur. La gestion déléguée des services publics locaux

Royaume du Maroc Cour des comptes. Rapport sur. La gestion déléguée des services publics locaux Royaume du Maroc Cour des comptes Rapport sur La gestion déléguée des services publics locaux Octobre 2014 Délibéré Vu l article 148 de la Constitution ; Vu les dispositions de la loi n 62-99 formant

Plus en détail

CIRCULAIRE PPB-2007-6-CPB-CPA relative aux attentes prudentielles de la CBFA en matière de bonne gouvernance des établissements financiers

CIRCULAIRE PPB-2007-6-CPB-CPA relative aux attentes prudentielles de la CBFA en matière de bonne gouvernance des établissements financiers Politique prudentielle Bruxelles, 30 mars 2007 CIRCULAIRE PPB-2007-6-CPB-CPA relative aux attentes prudentielles de la CBFA en matière de bonne gouvernance des établissements financiers Madame, Monsieur,

Plus en détail

Février 2013. Le crédit à la consommation

Février 2013. Le crédit à la consommation Février 2013 Le crédit à la consommation SOMMAIRE 2 Avant-propos Cette brochure contient des explications sur la législation belge relative au crédit à la consommation. Elle ne peut cependant pas se substituer

Plus en détail

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 06/10/2012 09:56:23

Copyright DGAFP - http://bjfp.fonction-publique.gouv.fr - 06/10/2012 09:56:23 MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE Paris, le 9 août 2011 Circulaire modifiée par Circulaire du 9 novembre 2011, NOR : MFPF1130836C Direction générale de l administration et de la fonction publique B9 n

Plus en détail