Question 1 : Pourquoi la Terre est-elle aussi appelée la planète bleue?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Question 1 : Pourquoi la Terre est-elle aussi appelée la planète bleue?"

Transcription

1 Question 1 : Pourquoi la Terre est-elle aussi appelée la planète bleue? - Parce que vue de l espace, la Terre est bleue. - En hommage aux schtroumpfs. - Parce que sa surface est à 70% recouverte d eau. Réponse : L eau occupe 70% de la surface de notre planète Terre. Elle vient des mers, des océans, des rivières, des lacs et des nappes souterraines. C est parce que l eau est largement majoritaire à la surface de la Terre que, vue de l espace, la planète Terre apparaît bleue aux astronautes qui la regardent. Objectif : Comprendre l importance de l eau sur Terre ainsi que le paradoxe entre l abondance de l eau et la rareté de l eau douce. L eau est à la base de toute vie sur Terre. Nous l imaginons abondante dans la mesure où elle coule à flot de nos robinets mais il faut bien avoir conscience que cette denrée n est pas acquise pour tous. L abondance ou la rareté de l eau sur un territoire détermine pour beaucoup sa prospérité car elle conditionne notamment son développement économique et la santé de sa population L eau est un bien précieux et rare dans beaucoup de régions à travers le monde mais elle est encore plus rare à l échelle du système solaire et de la galaxie. Pour montrer la rareté de l eau dans notre système solaire, nous pouvons présenter brièvement les différentes planètes qui le composent. C est aussi l occasion d apprendre l ordre des planètes. La proximité des planètes par rapport au Soleil peut être apprise grâce à la phrase mnémotechnique suivante : «MERCredi, Viendras-Tu MAnger avec Jean Sur Une Nappe Propre?» (Mercure, Venus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton.) En les observant, on se rend vite compte que l eau est très rare dans le système solaire, et d autant plus lorsqu on cherche de l eau douce sous forme liquide. La Terre a la chance d être recouverte à 70% d eau. A cela s ajoute l eau souterraine «non visible» et celle qui se trouve dans les différents éléments. On peut lancer un débat en classe énumérant les différents types de réservoirs d eau sur Terre : océans, mers, fleuves, rivières, canaux, nappes phréatiques, lacs, glaciers, neige, nuage, pluie, marécages, mangroves, tourbières, marais, plaines d inondations On peut alors en préciser les définitions et les différentes caractéristiques de pureté, de salinité, de disponibilité et d accessibilité. Pour prendre conscience que l eau est très présente, on pourra créer un dialogue en classe consistant à donner le nom des mers, océans, rivières, fleuves ou lacs existants sur la planète, puis à les replacer sur une carte. On peut familiariser l élève avec plusieurs espaces, échelles et projections en réalisant cet exercice à l aide de différentes cartes. On constatera que la majorité de l eau liquide se trouve dans les mers et océans : c est de l eau salée impropre à la consommation directe. L eau est donc omniprésente sur Terre, néanmoins, une infime partie des ressources en eau potable est accessible aux hommes et à la nature. L eau douce qui sert à notre alimentation et à notre hygiène est très rare : il faut la protéger! Pour aller plus loin : Dans certaines régions du monde, l eau douce de surface ou souterraine ne suffit pas à combler les besoins croissants d une population en pleine expansion démographique et/ou industrielle. Il devient alors intéressant de développer des techniques permettant de dessaler l eau de mer et donc de produire de l eau douce potable ou utilisable pour l irrigation des terres agricoles. Parmi ces techniques, deux procédés sont particulièrement intéressants pour séparer l eau du sel. Le premier consiste à faire évaporer l eau de mer pour ensuite condenser la vapeur d eau ainsi purifiée

2 et consommable. Ce procédé permet aussi de récupérer sous forme de chaleur l énergie utilisée pour l évaporation. Ainsi on peut coupler la production d eau douce avec une autre activité industrielle réutilisant la chaleur dégagée par la vapeur d eau lorsque celle-ci se condense. Le second utilise une membrane extra-fine permettant de filtrer l eau de mer et retenant toutes les impuretés qu elle contient, y compris le sel. Ces technologies sont de plus en plus abouties et sont utilisées par exemple dans les îles Canaries qui en dépendent à 100% pour leur production d eau potable.

3 Question 2 : Sous quel(s) état(s) l eau existe-t-elle? - Liquide - Solide - Gazeux Réponse : Les trois réponses sont bonnes! L eau existe sous trois états : liquide (la pluie ), solide (les glaciers, la neige ) et gazeux (la vapeur d eau contenue dans l air ). Objectif : Le terme «eau» renvoie souvent à la notion de liquide ; il est ici question d y assimiler les états gazeux et solide. L eau passe d un état à un autre en fonction des variations de température. A température ambiante, l eau est liquide et constitue un «solvant universel» car une majorité de composés chimiques sont solubles dans l eau. Ainsi l eau n est jamais vraiment pure dans le milieu naturel. Le volume occupé par une même quantité d eau est différent selon les états de la matière : l eau se dilate lorsqu elle passe à l état gazeux ou à l état solide (à la différence de la plupart des autres composés chimiques). L eau trouve sa densité maximale à 4 C. La salinité et la pression influencent aussi les conditions des changements d état de l eau : l eau de mer gèle et bout à des températures inférieures à respectivement 0 C et 100 C. Ces changements d état découlent de mécanismes précis qui, à l échelle planétaire, s illustrent ainsi : Cycle de l eau : Précipitation ruissellement infiltration stockage évaporation condensation précipitation etc. Comme disait le chimiste Lavoisier : «Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme!» et il en va ainsi depuis la formation de la Terre. La Terre a 4,5 milliards d années. Au début, elle était sèche et entourée de gaz brûlants. Au fur et à mesure, ces gaz se sont mélangés. En refroidissant, ils se sont transformés et ont précipité en pluies diluviennes qui ont ainsi formé lacs, nappes phréatiques, fleuves, rivières, mers, océans

4 La température a alors progressivement chuté, au point de faire apparaître l'eau à l'état solide et ainsi de faire naître les glaciers! Le volume total d eau sur Terre s appelle l'hydrosphère. Il est estimé à millions de km 3 dont 39,2 millions de km 3 d'eau douce. La répartition de l eau sur Terre est très inégale. D après l institut hydrologique d état et l UNESCO, l eau douce ne représente que 3% de l eau sur Terre. Sur ces 3%, on estime que près de 70% de l eau douce est stocké à l état solide (notamment dans les calottes polaires et les neiges persistantes). Des 30% d eau douce restant à l état liquide, moins de 0,3% sont en surface. Au final seulement 0,01% de l eau sur Terre est liquide, douce et accessible à l homme. Pour aller plus loin : Il faut savoir que c est l eau et ses changements d état qui ont déterminé l échelle de Celsius. En effet, cette échelle a été créée par l astronome suédois Anders Celsius ( ) et est définie par la température de solidification de l eau et sa température d ébullition. Les états de l eau pure Solide Liquide Gazeux T C < 0 C 0 C < T C < 100 C 100 C < T C On peut aussi introduire l existence des autres échelles de température que sont les systèmes de Newton, Rohmer, Fahrenheit, Réaumur, Delisle Centigrade, Rankine, Kelvin et Leyden.

5 Question 3 : Quelle est la proportion d eau dans notre corps? - 30 % - 40 % - 65 % Réponse : 65% de notre corps est constitué d eau. L eau est essentielle à la vie! Objectif : Réaliser que l eau a un rôle clef dans l apparition et le maintien de la vie sur Terre. L eau rentre dans la composition des êtres humains, de la faune et de la flore, en proportion plus ou moins importante selon les espèces. Pour prendre conscience de l importance de l eau, on peut faire deviner les pourcentages d eau existants chez des animaux et végétaux dont voici quelques exemples : Pomme de terre : 79 %, laitue : 97 %, tomate : 93 %, concombre : 96 %, méduses : 95 %, fromage : 35 à 50 %, pâtes : 35 %, pain : 34 %, fruits secs : 20 % En moyenne, le corps d'un adulte se compose de 60 % d'eau, c'est-à-dire environ 42 litres d'eau pour une personne de 70 kg. Mais en fait, la teneur en eau du corps humain diminue avec l'âge : 97% chez le foetus de deux mois, 75% chez le nourrisson, cette proportion se réduisant à 55% chez la personne âgée. C'est le cerveau qui contient le plus d'eau avec un taux de 80 %! L eau perdue, rejetée par le corps humain, représente 3 litres par jour. Pour se réhydrater et maintenir constante la proportion d eau dans le corps, il faut boire au minimum 1,5 L d eau, les aliments pris au repas faisant le reste. La déshydratation peut avoir de graves conséquences sur la santé si elle n est pas arrêtée rapidement par une prise d eau. On considère que la quantité d eau journalière nécessaire est de 40 ml par kg de masse corporelle. La moitié est apportée par les aliments et l'autre moitié par les liquides. Donc, il faut boire 20ml d eau par kg. Il faut rajouter à cela 1 litre par heure d'exercice physique soutenu. Exemple : Je suis joueur de tennis et mon poids est de 60 kg : je dois boire 1,2 litre minimum par jour et si je joue durant 2 heures, je devrais boire 3,2 litres en tout. Toujours dans l optique de rendre l élève acteur de la formation, il peut être intéressant de faire passer le diplôme du «buveur d eau» en posant plusieurs questions sur les habitudes de consommation de chacun avec un système de points. (Prévoir le maximum de point pour les solutions entre parenthèses) : - Quand as-tu envie de boire? (Dès que l eau coule) - Quel est ton fruit préféré? (Pastèque, melon ) - Combien de verres d eau bois-tu dans une journée? (4 à 5 minimum) - Que prends-tu quand tu pars faire une marche à pied? (Une gourde d eau) - Lorsque tu vas à la piscine, qu emportes-tu? (Une bouteille d eau) On peut expliquer pourquoi l eau est indispensable à la vie en énumérant les différentes voies de circulation de l eau dans le corps humain. Chez les mammifères, l eau a plusieurs fonctions : hydratation des organes et tissus vitaux, élimination des déchets (transpiration, urine), constitution du sang et de la lymphe Chez les végétaux : l eau intervient dans l évapotranspiration (moteur de l absorption des nutriments par les racines), la constitution de la sève, la turgescence des végétaux souples En plus d être source de vie, l eau est aussi un espace de vie. Elle permet aux êtres aquatiques de respirer grâce à l oxygène qu elle transporte. L eau est aussi à l origine de l apparition de la vie sur Terre. Les premiers êtres vivants étaient aquatiques et aujourd hui encore les mers et les océans offrent une grande biodiversité. Bien qu encore mal connue, il est indispensable de protéger la biodiversité marine. Les pollutions et la surexploitation des réserves halieutiques sont néfastes à court et long terme pour les écosystèmes, seuls garants de la pérennité de cette diversité biologique.

6 Pour aller plus loin : L eau est constituée d hydrogène et d oxygène. Elle peut se former spontanément, mais seulement sous certaines conditions difficiles à réunir : - des quantités suffisantes d'oxygène et d'hydrogène ; - une température pas trop élevée (pas plus de à C) ; - un rayonnement ultraviolet pas trop important. Dans l'univers, il y a 90 % d'hydrogène contre «seulement» 0,1 % d'oxygène : cela ne facilite pas la création spontanée d eau. En l'état actuel de nos connaissances, la Terre est la seule planète du système solaire comprenant de l'eau liquide. Mais de l eau sous forme solide a été décelée dans notre galaxie sur la Lune et sur Mars (en plus de la Terre).

7 Question 4 : D où vient l eau que nous buvons? - des mers et des océans - des nuages - des glaciers - des rivières - des nappes phréatiques Réponse : L eau que nous buvons est rendue potable. On la pompe dans les rivières et les nappes phréatiques. Objectif : Visualiser le circuit de l eau, des sources jusqu au robinet. Les stocks d eau douce de la planète sont répartis entre les glaciers, les calottes polaires, les eaux souterraines, les zones humides, les lacs, les réservoirs et les fleuves. L eau souterraine est la plus abondante et constitue (d après l UNESCO) 90% des sources d eau accessibles. La répartition des eaux de surface à travers le monde ainsi que des débits des cours d eau est inégale. L UNESCO estime que 50% des lacs sont au Canada alors que les débits les plus importants seraient attribués à l Afrique. L eau souterraine est plus protégée des pollutions que les eaux de surface parce qu elle est progressivement filtrée par le sol au fur et à mesure qu elle rejoint les profondeurs par la terre, les roches, etc. (Voir l expérience «nettoyer de l eau») Elle nécessite donc moins de traitement pour la rendre potable. En revanche, aller chercher l eau en profondeur a un coût plus important. C est l inverse pour les eaux de surface : moins de coûts pour y avoir accès mais plus de traitement. Dans les deux cas, l eau pompée doit passer par une usine d eau potable pour être purifiée et rendue consommable. Le circuit suivi par l eau depuis le point de pompage, c est-à-dire une rivière ou une nappe phréatique, jusqu au point de rejet, c est-à-dire une rivière, en passant par nos habitations peut être représenté par le schéma suivant : Voyage de l eau en milieu urbain : Prélèvement (pompage) traitement à l usine d eau potable distribution aux habitations consommation par les ménages rejet dans les égouts traitement des eaux usées rejet dans le milieu naturel prélèvement etc. Les autres réservoirs d eau, comme les mers, les nuages et les icebergs, peuvent être utilisés dans certains pays pour obtenir de l eau potable. Cependant ces techniques nécessitent des traitements onéreux comme pour le dessalement de l eau de mer et le transport d icebergs ou sont difficiles à mettre en place comme c est le cas des filets à nuage. On peut réfléchir avec les élèves au cheminement et au traitement de l eau du milieu naturel jusqu à nos robinets, et vice-versa. On notera que ce circuit est un cycle, et que l eau que nous utilisons sera d abord traitée pour pouvoir être rejetée dans l environnement, puis de nouveau pour être rendue potable. On peut aussi revenir sur l histoire des techniques d acheminement de l eau : aller à la rivière, aller au puit, acheter aux porteurs d eau, construire des aqueducs, construire des châteaux d eau, construire les

8 premiers égouts et les premières canalisations, etc. Cela peut être illustré avec des réalisations en classe de réseaux simples permettant la visualisation des variations de la pression avec la hauteur ou la mise en évidence du principe des vases communicants. On peut proposer aux élèves de fabriquer eux-mêmes le système d observation de ce principe avec 2 bouteilles en plastique transparent dont on aura coupé le fond et un tuyau souple et transparent reliant les 2 bouteilles par leur goulot. Après avoir versé de l eau dans le système à l équilibre (les 2 bouteilles étant au même niveau), on marque avec un stylo le niveau initial de l eau. Ensuite, on peut faire varier la hauteur relative des 2 bouteilles et observer ce que fait l eau. Marquer le niveau de l eau sur les bouteilles, des 2 côtés du tuyau, pour chaque état du système permettra de mieux visualiser et mémoriser le phénomène. Pour aller plus loin : Essayer d imaginer comment vivre sur une île déserte. - Quels sont les objets primordiaux à emmener? (Un couteau, une gourde, une couverture...) - Quelle est la première chose à rechercher sur l île? (une source d eau douce, un abri ) - Si l eau ne semble pas potable, comment la rendre consommable? (la filtrer, la faire bouillir, la désinfecter avec un agent chloré ) On peut aussi réfléchir à des techniques comme celle qui consiste à tendre un drap, avec des pierres, au-dessus d un trou dans lequel on aura placé au préalable une gamelle pour recueillir l eau.

9 Question 5 : Quelle quantité d eau, en moyenne, un Français utilise-t-il chaque jour? - 20 L (Soit 15 bouteilles d eau) - 50 L (Soit 33 bouteilles d eau) L (Soit 100 bouteilles d eau) Réponse : En comptant toutes les utilisations de l eau dans la journée, on estime qu un Français utilise chaque jour 150 L d eau! C est trop! Objectif : Comprendre que chacun d entre nous utilise et pollue les ressources en eau de la planète. Chacun doit être conscient de sa consommation en eau et appréhender les manières de la réduire. Afin de situer sa consommation, il faut savoir qu un Américain consomme en moyenne 600 litres d eau par jour et un Africain 50. Le Rwanda affiche une moyenne de 10 litres d eau par jour et par habitant Aujourd hui, 1,4 milliards d individus n ont pas accès à l eau potable. Alors que certains consomment sans réaliser les enjeux, d autres vivent pleinement le manque. Ces chiffres ne sont pas toujours évidents à visualiser. Sur la totalité des précipitations que reçoit la France chaque année, 61 % s'évaporent, 16 % alimentent nos cours d'eau (rivières, fleuves, lacs...) et 23 % s'infiltrent dans le sol pour reconstituer nos réserves souterraines. Les consommations nettes de l eau alimentant nos cours d eau et réserves souterraines se répartissent entre les différents secteurs de la façon suivante : - Agriculture : 68 % - Eau potable: 24 % - Industrie : 5 % - Energie : 3 % La consommation d eau potable représente ici l utilisation domestique. On peut alors proposer aux élèves de lister tous les usages de la maison (eau de boisson, préparation des repas, lave-linge, vaisselle, WC, bains, douches, arrosage des jardins et lavage de voiture, etc.) et essayer d estimer sa propre consommation à partir des fourchettes suivantes : - Vaisselle à la main : de 10 à 12 litres - Lave-vaisselle : de 25 à 40 litres par lavage (20 à 25 litres pour les plus récents) - Lave-linge : de 70 à 120 litres par lessive (40 à 90 litres pour les plus récents) - Chasse d'eau : de 6 à 12 litres à chaque utilisation - Chasse d'eau double-commande : de 3 à 6 litres à chaque utilisation - Toilette au lavabo : 5 litres environ - Douche de 4 à 5 minutes : de 60 à 80 litres - Bain : de 150 à 200 litres - Lavage de la voiture : 200 litres - Arrosage du jardin : de 15 à 20 litres par m2 - Remplissage d'une piscine : de à litres Quelques conseils pour réduire notre consommation quotidienne peuvent être proposés : Il est préférable de choisir un lave-vaisselle économique (les meilleurs étant ceux de classe A++) qui utilise moins d eau, moins d énergie et dose la quantité de détergents. Pour les toilettes, il faut équiper notre chasse d eau d un système économiseur d eau à deux boutons. En attendant, il est bien de mettre un objet volumineux et lourd dans le réservoir de la chasse d eau (brique, bouteille d eau pleine ). Pour le lavage du corps, un bain consomme beaucoup d eau, il est préférable de prendre une douche. Et n oublions pas de couper l eau quand on se savonne sous la douche, quand on se brosse les dents ou qu on se lave les mains!

10 Le graphique ci-dessous représente la répartition quotidienne de la consommation en eau en fonction des différents usages des foyers français : On remarque que seulement 7% de notre consommation en eau sont destinés à notre alimentation (boisson et cuisine) alors que 93% servent pour l hygiène et le nettoyage. Ainsi, les usages vitaux pour la boisson et l alimentation sont très peu consommateurs. Au contraire, certains usages comme la toilette du corps et les WC consomment beaucoup par rapport aux besoins réels. Il faut prendre conscience aussi que des utilisations non essentielles comme l arrosage des jardins ou le lavage des voitures pourraient être effectuées avec de l eau non potable Il faut donc rechercher des moyens de consommer moins et plus intelligemment. Pour aller plus loin : La loi permet de bénéficier de crédits d impôt pour les particuliers qui installeront un système de récupération d eau de pluie avant l année Ainsi, récupérer l eau de pluie permet à la fois d économiser de l eau, des produits de traitement, mais aussi de l argent (sur la facture et sur les impôts).

11

12

13

14

15 Question 8 : Comment fait-on pour nettoyer les eaux usées? - avec du savon - avec des robots - avec des produits chimiques - avec des bactéries Réponse : Les eaux usées sont nettoyées avec l association de produits chimiques et de bactéries. Il ne faut donc pas qu elles soient rejetées directement dans la nature! Objectif : Mettre en avant l importance du traitement des eaux usées. Les eaux usées sont des eaux qui ont été utilisées dans le cadre d activités humaines. Elles ont été salies par une utilisation domestique ou industrielle ou agricole. Elles sont impropres à la consommation et nécessitent un traitement dépolluant avant d être réintroduites dans le milieu naturel afin de ne pas le contaminer. En ce qui concerne les eaux usées par une utilisation domestique, il existe plusieurs techniques pour nettoyer l eau en fonction du lieu de résidence. A la campagne, où les habitations ne sont généralement pas connectées à un réseau de collecte, les eaux sales d une maison sont emmenées dans une fosse septique enfouie dans le sol. C est une installation autonome d assainissement, elle a la même fonction que les stations d épuration des villes. Elle reçoit soit les eaux vannes (provenant des sanitaires), soit l ensemble des eaux vannes et ménagères (cuisine et lavage). Elle utilise les bactéries présentes naturellement dans les eaux usées pour dégrader les matières polluantes. Il faut bien calculer la capacité de la cuve en fonction de la taille de l habitation et prévoir une aération pour aspirer les gaz de fermentation. Ce processus ne constitue qu un pré-traitement et la fosse ne détruit que 30% de la pollution carbonée. L eau s écoule alors dans des tuyaux percés qui la déversent dans le sol qui retient et dégrade la pollution résiduelle. Il faut donc que le sol ait une perméabilité suffisante mais pas excessive pour éviter un transfert trop rapide vers la nappe phréatique, et donc permettre l achèvement préalable de la dépollution de l eau. A la ville, toutes les eaux usées des maisons sont mélangées et conduites dans une usine à dépolluer par les égouts (Les égouts, inventés par les romains durant l antiquité, ont une histoire ainsi que leur musée et de nombreux sites Internet leur sont consacrés). Différentes techniques sont alors associées pour traiter les eaux usées. Dans certaines villes, les eaux sales sont mélangées avec des eaux de pluie pouvant entraîner sables, cailloux, feuilles, branches et autres résidus. La première étape est alors le dégrillage : l eau traverse une grille qui retient les éléments les plus grossiers, les éléments les plus fins étant dissous ou en suspension dans l eau. Une succession de traitements, consistant à séparer l eau des polluants en les attirant vers le fond ou la surface de l eau, sont mis en œuvre après le dégrillage. Pour faire tomber les polluants, il faut ajouter des produits chimiques qui s accrochent à la pollution et la rendent plus lourde. Les boues formées peuvent alors être raclées avec un râteau. Pour faire remonter la pollution à la surface, des appareils font des bulles d air ou d oxygène. Ces bulles s accrochent aux polluants et les entraînent vers la surface. Les polluants peuvent ainsi être ramassés avec une raclette. A ce stade, beaucoup de polluants sont encore présents dans l eau. Le dernier traitement consiste à injecter dans l eau des bactéries et d autres organismes microscopiques qui se nourrissent de la pollution. Ces bactéries sont très sensibles aux produits toxiques (peintures, vernis, solvants, détergents ), il faut donc en rejeter le moins possible dans les éviers ou WC pour permettre un traitement des eaux usées efficace.

16 Pour aller plus loin : L eau est rare et la population mondiale de plus en plus importante. Il est indispensable de l économiser et de la traiter au mieux pour limiter les pénuries. De grandes réflexions sont menées sur le thème de l eau et notamment, depuis 1993, la journée mondiale de l eau a lieu, chaque année, le 22 mars. En 2007 le thème fut «Faire face à la pénurie d eau» sous l'égide de l'organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). On peut proposer aux élèves de réaliser un exposé en vue de la prochaine journée mondiale de l eau (thème pour 2008 : les installations sanitaires)

17

18

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Aujourd hui : 99% des foyers français sont desservis en eau potable et 86 % en moyenne dans le monde.

Aujourd hui : 99% des foyers français sont desservis en eau potable et 86 % en moyenne dans le monde. Le dossier du CME : Le circuit de l eau potable Aujourd hui, il nous suffit d ouvrir le robinet pour profiter à volonté d une eau de qualité. Après avoir été traitée, et stockée, l eau est distribuée grâce

Plus en détail

Sauvons notre planète

Sauvons notre planète présente Economisez l eau Dans des conditions de fosses septiques normales, toute l eau utilisée dans votre maison est alimentée par le biais de trappes àgraisse, de gravières et ensuite gaspillée. Avec

Plus en détail

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC.

LES EAUX USÉES. L évacuation des eaux usées. Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. L évacuation des eaux usées Les eaux vannes (EV) : eaux provenant des cuvettes de WC. Les eaux ménagères (EM) : eaux provenant de la cuisine (évier, lave-vaisselle) et de la salle de bains (lavabo, baignoire,

Plus en détail

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel?

Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Quel Sont les 7 couleurs de l arc en ciel? Rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet Pourquoi a on défini 7 couleurs pour l arc an ciel A cause de l'analogie entre la lumière et le son, la gamme

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE

GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE GUIDE TECHNIQUE : LA RÉCUPÉRATION D EAU DE PLUIE Préface p. 3 1. Le cadre réglementaire p. 4 2. Le champ d application p. 5 3. Les avantages p. 5 4. Le principe de conception p. 6 5. Le dimensionnement

Plus en détail

Les usages de l eau. 1. Le cycle de l eau domestique. 1. Le prélèvement de l eau dans le milieu naturel. Chapitre

Les usages de l eau. 1. Le cycle de l eau domestique. 1. Le prélèvement de l eau dans le milieu naturel. Chapitre 1. Le cycle de l eau domestique Avant d arriver au robinet, l eau doit être traitée pour être rendue potable, c est-à-dire sans danger pour la consommation humaine. Ces traitements varient suivant l origine

Plus en détail

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour Astuces pour! dépenser moins 2 >>> ÉDITO eau est une ressource précieuse, indispensable dans nos logements, que ce soit pour l alimentation, la préparation des L repas, l hygiène ou tout simplement notre

Plus en détail

Le traitement des eaux usées

Le traitement des eaux usées GALDIN 4 B Anaïs SNE Le traitement des eaux usées La station d épuration de Lacer Mr Lamarque, technicien du service des eaux et responsable de la station d épuration du Mézinais, est venu nous expliquer

Plus en détail

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr Économisons l eau Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne Des économies faciles à réaliser Á confort égal, économiser 30% d eau avec des petits équipements adaptables, rentabilisés en moins d

Plus en détail

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Si vous ne pouvez pas être relié au réseau du tout-à-l égout, vous devez disposer d un système d assainissement autonome pour traiter vos eaux

Plus en détail

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est :

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : 1 Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : POSTE DE REFOULEMENT RESEAU D ASSAINISSEMENT - 6150 mètres de tuyau gravitaire en grès - 1600 mètres de tuyau de refoulement

Plus en détail

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE Questionnaire Lycée Ce musée vous offre une approche de l Eau dans toute sa grandeur. A vous de faire connaissance avec cet élément naturel. 1) Origine de l eau SALLE DES EAUX DU MONDE Vous vous aiderez

Plus en détail

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif

ANNEXES. Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des délibérations Quelques points clés des Filières d Assainissement Non Collectif Communauté d Agglomération de Marne et Gondoire Commune de LESCHES Zonage d assainissement EU Notice d enquête publique ANNEXES Annexe 1 : Annexe 2 : Annexe 3 : Plans de zonage des Eaux Usées Extrait des

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

EDUCATION A L ENVIRONNEMENT QUALITE DE L EAU

EDUCATION A L ENVIRONNEMENT QUALITE DE L EAU DOCUMENT D AIDE A LA PREPARATION DE LA CLASSE Plan de Rénovation de l Enseignement des Sciences et de la Technologie A l école au cycle 3. EDUCATION A L ENVIRONNEMENT QUALITE DE L EAU Groupe sciences Isère

Plus en détail

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE

1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE 1 LA STATION DE DEPOLLUTION DU SIARE La station d épuration du SIARE (Syndicat Intercommunal d Assainissement de la Région d Etampes), inaugurée en 003, s intègre parfaitement dans le paysage de la vallée

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Se protéger contre la contamination par les micro-organismes. Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs 0193 exe TOTAL A5 contamination_mise en page 1 20/09/11 15:41 Page1 Se protéger contre la contamination par les micro-organismes Gazole, gazole non routier et fioul domestique Cuves de stockage et réservoirs

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE Eau France Le 17 mars 2015 À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE SUEZ environnement s engage pour gérer durablement la ressource Préserver la ressource en eau représente pour SUEZ environnement plus qu

Plus en détail

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ

VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS MISE EN CONFORMITÉ DE L ASSAINISSEMENT INTÉRIEUR D UNE PROPRIÉTÉ Ce document regroupe, sous forme de fiches, les informations nécessaires à la réalisation des travaux de

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS

BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS BRANCHEMENT AUX RÉSEAUX COLLECTIFS Ou comment raccorder son habitation pour traiter les eaux usées et évacuer les eaux pluviales. www.grandtoulouse.fr Grand Toulouse - Direction Assainissement 1, place

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

ANNEXE 1: Entretien de la filie re

ANNEXE 1: Entretien de la filie re ANNEXE 1: Entretien de la filie re 1 A ) ENTRETIEN DE LA COLLECTE DES EAUX USEES : Objectif : assurer un bon écoulement des eaux usées. Vérifier le bon écoulement par les tés ou regards de visite Nettoyer

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Principes de fonctionnement de l assainissement

Principes de fonctionnement de l assainissement l assainissement Principes de fonctionnement de l assainissement L installation de l assainissement non collectif peut se décomposer en 5 parties : la ventilation Elle permet l évacuation des gaz de fermentation

Plus en détail

Soyez. Pour un logement

Soyez. Pour un logement Soyez Pour un logement Sommaire LE CHAUFFAGE 2 LA VENTILATION 2 LES EQUIPEMENTS MENAGES 3 L ECLAIRAGE ET L ELECTRICITE 4 L EAU 4 TRIE DES DECHETS 5 LA CONSOMMATION DURABLE 6 LE TRANSPORT 7 Ce guide va

Plus en détail

de votre installation

de votre installation GUIDE D UTILISATION et d entretien de votre installation d assainissement non collectif Communauté de Communes du Pays de Pont-Château - Saint Gildas des Bois Vous venez de réaliser une installation d

Plus en détail

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11 L eau est une ressource essentielle partagée par tous. Elle est indispensable à l équilibre des écosystèmes, au développement durable et à notre survie même. L eau fait partie des préoccupations prioritaires

Plus en détail

PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES

PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES Le présent document est établi afin d être présenté lors de 4ème conférence des Pays moins développés des

Plus en détail

écoles nature et éco-citoyennes Mon école agit pour la Terre L eau

écoles nature et éco-citoyennes Mon école agit pour la Terre L eau écoles nature et éco-citoyennes Mon école agit pour la Terre L eau L eau Table des matières 1. Pour en savoir plus... 4 1.1. Composition de l eau 4 1.2. L eau : vitale 5 1.3. Types d eaux - répartition

Plus en détail

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif sommaire 1) Pourquoi assainir? 2) Les lois et les obligations. 3) Technique de l ANC. 4) Déroulement de la visite. 1) Pourquoi assainir? Pour restituer

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL Bureau d Etudes TEST INGENIERIE 14, rue Gambetta 77 400 THORIGNY Tél. : 01.60 07 07 07 www.testingenierie.fr

Plus en détail

Guide branchement Eaux usées

Guide branchement Eaux usées Guide branchement Eaux usées Description du branchement Le raccordement au réseau public d assainissement collectif consiste à mettre en place un branchement d assainissement, allant de la limite de votre

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

GUIDE D ENTRETIEN. de votre dispositif d Assainissement Non Collectif SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif Décider, construire et vivre le Saulnois SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif GUIDE D ENTRETIEN de votre dispositif d Assainissement Non Collectif Sommaire Introduction p 3 Les ouvrages

Plus en détail

LES DIFFERENTS TYPES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTS

LES DIFFERENTS TYPES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTS LES DIFFERENTS TYPES D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF EXISTANTS Fosse + épandage souterrain dans le sol en place Cette installation nécessite un sol adapté au traitement et à l évacuation des eaux usées

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

A.2 FOSSES SEPTIQUES ET CITERNES POUR EAU DE PLUIE

A.2 FOSSES SEPTIQUES ET CITERNES POUR EAU DE PLUIE A.2 FOSSES SEPTIQUES ET CITERNES POUR EAU DE PLUIE A.2.1 PLACEMENT AU SABLE STABILISE (RONDE) D E G A C F (1) VOLUME A C D E F G Kg SP/RW 1.000 L 1.260 1.015 500 1.085 110 1.065 30 SP/RW 1.500 L 1.570

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

Développement durable

Développement durable Développement durable Parcours élèves Correction Jusqu à la 4 è D E V E L O P P E M E N T 2 0 1 5 U R A B L E Département éducation formation Avenue Franklin D. Roosevelt 75008 Paris www.palais-decouverte.fr

Plus en détail

Dossier pédagogique. Bon voyage, l eau. Avec le soutien de la Wallonie

Dossier pédagogique. Bon voyage, l eau. Avec le soutien de la Wallonie Dossier pédagogique Bon voyage, l eau Avec le soutien de la Wallonie Bon voyage, l eau Dossier pédagogique AQUAWAL est l Union professionnelle des opérateurs publics du cycle anthropique de l eau. Elle

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Toute installation d un dispositif d assainissement non collectif doit faire l objet

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

Dossier pédagogique Destiné aux enseignants et aux professionnels de l éducation s adressant à un public âgé de 8 à 14 ans

Dossier pédagogique Destiné aux enseignants et aux professionnels de l éducation s adressant à un public âgé de 8 à 14 ans Dossier pédagogique Destiné aux enseignants et aux professionnels de l éducation s adressant à un public âgé de 8 à 14 ans Bon voyage, l eau Conforme aux référentiels pédagogiques et agréé par la Commission

Plus en détail

EXEMPLES D'ACTIONS EN MATIÈRE DE GESTION DE L'EAU EN ENTREPRISE

EXEMPLES D'ACTIONS EN MATIÈRE DE GESTION DE L'EAU EN ENTREPRISE EXEMPLES D'ACTIONS EN MATIÈRE DE GESTION DE L'EAU EN ENTREPRISE Dernière révision du document : août 2013 INTRODUCTION L'étape préalable nécessaire à la mise en place d'actions d'économies d'eau en entreprise

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10.

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10. COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage en pente: Cette

Plus en détail

La Terre mise en scène

La Terre mise en scène Objectif La pièce peut servir d «évaluation des performances» et offrir aux élèves la possibilité de montrer de manière créative ce qu ils ont appris sur la Terre en tant que système. Vue d ensemble La

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER

GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER Mars 2011 GUIDE TECHNIQUE DE RÉALISATION DU BRANCHEMENT PARTICULIER 2/10 SOMMAIRE I. PRÉAMBULE...3 II. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ET COMPOSITION

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Branchements : eau potable & assainissement

Branchements : eau potable & assainissement Branchements : eau potable & assainissement Henri RENAUD Nouvelle édition 2012 Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13296-0 1. Assainissement autonome 1.1. Désignation usuelle L assainissement autonome,

Plus en détail

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable

«Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod. ECO GESTES AU QUOTIDIEN - Mercredi du Développement Durable «Le peu, le très peu que l on peut faire, il faut le faire quand même» Théodore Monod «La terre n appartient pas à l homme, c est l homme qui appartient à la terre» Sitting Bull L habitat est le premier

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes

A savoir. > Les déchets de l ensemble de la restauration française représentent 10 % de la production de déchets ménagers, soit 2,5 millions de tonnes Déchets > 1 tonne de verre recyclé = 660 kg de sable + 100 kg de fioul économisé > 1 tonne de plastique recyclé = entre 600 et 800 kg de pétrole brut économisé > 670 canettes valorisées = 1 vélo > 19 000

Plus en détail

Tout connaître. sur l assurance et les dommages causés par l eau

Tout connaître. sur l assurance et les dommages causés par l eau Tout connaître sur l assurance et les dommages causés par l eau Les dommages causés par l eau : première cause de réclamation en assurance habitation Les dommages causés par l eau représentent environ

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique

L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF. Guide Technique L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Guide Technique L Assainissement non collectif Aujourd hui, du fait de l obligation d arriver à un bon état écologique des masses d eau en 2015, il faut impérativement que

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Les renseignements demandés dans ce document permettront au Service Public d assainissement Non Collectif

Plus en détail

Schéma type de branchement Réseau séparatif. Conduite de branchement (domaine public).

Schéma type de branchement Réseau séparatif. Conduite de branchement (domaine public). Schémas techniques Assainissement collectif > Raccordement Schéma type de branchement Réseau séparatif Dispositif permettant le raccordement au collecteur public. Conduite de branchement (domaine public).

Plus en détail

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries

CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS. Distribué par AEDES. Développé, breveté et produit par AB7 Industries Bio7 Curage CURAGE BIOLOGIQUE DES COLONNES E.U. et E.V. DES IMMEUBLES COLLECTIFS Distribué par AEDES Développé, breveté et produit par AB7 Industries www.aedes.fr 1 PRINCIPE ACTIF Dans tous les pays du

Plus en détail

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3

Fiche de données de sécurité Selon l Ochim (ordonn. produits chim.) du18.05.2005, paragr.3 Nr. Article- Produit : 48785 Page: Page 1 En cas d urgence appeler le Centre Suisse d information toxicologique, Freiestr. 16, 8032 Zürich; Tél. des Urgences: ( jour et nuit) 145 ou +41 (0)44 251 51 51.

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE ET D UTILISATION. Complément à la notice Fleck 5000 SXT. ADOUCISSEURS Mono bloc Classic Bi-bloc Bi-mono

NOTICE DE MONTAGE ET D UTILISATION. Complément à la notice Fleck 5000 SXT. ADOUCISSEURS Mono bloc Classic Bi-bloc Bi-mono NOTICE DE MONTAGE ET D UTILISATION Complément à la notice Fleck 5000 SXT ADOUCISSEURS Mono bloc Classic Bi-bloc Bi-mono VANNE Volumétrique Electronique Adoucisseurs d eau entièrement automatiques AQUAMAGASIN

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse

Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse Page Lessives poudres 4 Lessives liquides 5 Lessives spéciales 6 7 Aides au lavage 8 Adoucissants 9 Nettoyants ménagers 10 11 Nettoyants vaisselle

Plus en détail

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique Téléchargez l'intégralité des supports du programme technique du congrès 2007 sur www.experts-comptables.org/62/ De l'0rdre des Experts-Comptables Votre expert-comptable vous accompagne dans cette thématique

Plus en détail

- Réalisation de salle de bain complète (carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant)

- Réalisation de salle de bain complète (carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant) - Réalisation de salle de bain complète (carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant) - Réalisation de Cuisines (meubles, carrelage, sanitaire, doublage placo: 1 seul intervenant) - VMC (Ventilation

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système

1.0 SYSTÈME BIONEST MD. 1.1 Description et fonctionnement du système 1.0 SYSTÈME BIONEST MD 1.1 Description et fonctionnement du système Le système de traitement BIONEST utilise un procédé biologique au moyen d'une culture microbienne fixée sur un support synthétique appelé

Plus en détail

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas

Les clés pour entretenir facilement votre spa. SpaTime la gamme d entretien pour les spas Les clés pour entretenir facilement votre spa SpaTime la gamme d entretien pour les spas Equilibre de l eau Votre spa est un lieu de détente et de bien-être par excellence. Il est donc essentiel que l

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime

Le SPANC. Communauté de communes des Versants d Aime Le SPANC Communauté de communes des Versants d Aime Créé en 2012, le Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) de la communauté de communes des Versants d Aime est un service industriel et

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique toutes

Plus en détail

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships.

LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Les pneus sont dangereux dans des piles, pas dans des Earthships. les pneus sont sécuritaires LES PNEUS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT? Réutiliser un vieux pneu dans un Earthship, où il devient une ressource utile et passe le reste de son temps dans

Plus en détail

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES

REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES Ain Angillon Malvaux REGLEMENT DU SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) DES EAUX USEES DOMESTIQUES REGISSANT LES PRESTATIONS DE CONTROLE ET D ENTRETIEN DES INSTALLATIONS (arrété du 6 mai

Plus en détail

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes:

Notice Technique. Cette filière est adaptée aux terrains qui répondent aux caractéristiques suivantes: SYNDICAT INTERCOMMUNAL ALEX LA BALME DE THUY DINGY SAINT CLAIR Mairie de Dingy Saint Clair 74230 DINGY SAINT CLAIR Tél. : 04.50.02.06.27 Fax : 04.50.32.12.55 Notice Technique Filière Fosse septique - Lit

Plus en détail

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE

Usage personnel uniquement. 2008 R. BALDERACCHI Page 1 DICTIONNAIRE DES TERMES UTILISES EN SCIENCES PHYSIQUES AU COLLEGE Abscisse : dans un graphique, l abscisse est l axe parallèle au bord inférieur de la feuille ou au horizontal au tableau. On représente généralement le temps sur l abscisse. Air : l air est un mélange

Plus en détail

Microstation AQUAMÉRIS

Microstation AQUAMÉRIS Microstation AQUAMÉRIS à culture fixée gamme de 5 à 21 Équivalents Habitants AGRÉMENT MINISTÉRIEL 2012-030 Modèles 5, 8 et 10 Équivalents Habitants Les microstations sont conformes à la norme CE 12566-3

Plus en détail

Produits pour hygiène en cuisine nettoyage de bâtiments détergents pour textiles

Produits pour hygiène en cuisine nettoyage de bâtiments détergents pour textiles Produits vaisselle HalaGastro F11 Détergent pour lave-vaisselle avec chlore actif. Concentration d'utilisation: 0.3 0.5%, ph à 1.0%: 11.7 10600410-0002 10600410-0004 10600410-0007 Bidon 12 kg Bidon 25

Plus en détail

Le petit livre. des toilettes. Les égouts ne sont pas des poubelles!

Le petit livre. des toilettes. Les égouts ne sont pas des poubelles! Le petit livre des toilettes Les égouts ne sont pas des poubelles! Editeur responsable : B. ANTOINE AIVE Drève de l Arc-en-Ciel 98 6700 ARLON Tél. 063 23 18 11 www.aive.be infoligne@idelux-aive.be janvier

Plus en détail

Interaction entre l homme et son environnement Cycle 2

Interaction entre l homme et son environnement Cycle 2 Thème en référence au programme : Interaction entre l homme et son environnement Cycle 2 Objectifs généraux : - Existence de stations d épuration pour laver les eaux usées de la maison - Connaître les

Plus en détail

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE DE CONTROLE DE BONNE EXECUTION D UN DISPOSITIF D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) ZAC des Terrasses de la Sarre 3, Terrasse Normandie BP 50157 57403 SARREBOURG CEDEX Téléphone 03 87 03 05 16 Télécopie 03 87 03 83 49 DEMANDE DE CONTROLE

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Règlement du service Assainissement non collectif

Règlement du service Assainissement non collectif I E S A G U Canton Î de T E R S Règlement du service Assainissement non collectif Chapitre 1 : Dispositions générales Article 1 : Assainissement non collectif Par assainissement non collectif, on désigne

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie

BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie BLUBOX Système de récupération des eaux de pluie La gestion responsable des eaux pluviales : UNE SOLUTION ACTUELLE POUR UN AVENIR DURABLE L eau est une ressource essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Plus en détail

ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite. Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09

ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite. Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09 ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09 Exemple d une filière ZEOMOP avec relevage Rejet de la filière en conformité avec la réglementation en vigueur.

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE

MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE MISE EN OEUVRE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF A.N.C. GUIDE PRATIQUE Page 1 sur 15 L assainissement non collectif. L'assainissement vise à assurer l'évacuation et le traitement des eaux usées en minimisant

Plus en détail