AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES ISE. Option Économie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES ISE. Option Économie"

Transcription

1 AVRIL 22 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES ISE Option Économie CORRIGÉ DE LA ère COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Exercice Les symboles Ln et tan représentent respectivement le logarithme népérien et la tangente. On donne Ln 2 =,69. ) Comparer les intégrales A et B : / 4 A = / 4 B = Ln(cos dx Ln(cos(π/4 - ) dx En faisant dans B le changement de variable u = π/4 - x, on obtient directement A = B. / 4 2) Calculer l intégrale I = Ln( + tan dx On sait que cos(π/4 - = (cos x + sin / 2. + tan x = (cos x + sin /cos x Ln( + tan = Ln(cos x + sin Ln(cos = Ln 2 (cos(π/4 - ) Ln(cos = Ln 2. + Ln(cos(π/4 - ) Ln(cos D où, en passant à l intégrale et comme A = B, on a I ( 2) 4 Ln. Problème Le symbole Ln représente le logarithme népérien. ) Soit l application g : ], [ ], + [ R, définie par : g( Lnx Etudier très précisément les variations de g (dérivées, sens de variation, concavité, limites, asymptotes éventuelles, tableau de variation, graphe). Pour toute la suite du problème, on admettra l existence d une primitive G de g, qu on ne cherchera pas à calculer explicitement.

2 Il est évident que g est définie sur R +* sauf pour x =. Dérivée : g ( = - / (xln² <. Donc g est décroissante. De même, g ( = (2 + Ln/x²Ln 3 x qui s annule en x = e -2 Donc point d inflexion en x = e -2 et g(e -2 ) = - ½. Limites : Quand x, g tend vers. Quand x -, g tend vers - Quand x +, g tend vers + Quand x +, g tend vers. Asymptotes : x =, x = (vers + ) 2) On considère l ensemble D = ], /2 [ ], + [. On définit l intégrale J( par : J( = 2x x g( t) dt Montrer que J( existe pour tout x D. L intégrale n existe que si n est pas dans l intervalle (x, 2, soit < x ou > 2x, donc x < ½ ou x >, ce qui correspond à D. Avec la notation introduite en Q, J( = G(2 G(. 3) Soit l ensemble D + = [, ½ [ ], + [ = D + {} On définit l application f : D + R par : x D, f ( = J( f () = Montrer que f est dérivable sur D, et calculer f '. Etudier le signe de f ' et en déduire le sens des variations de f. Sur D, = G(2 G(, et donc, puisque G = g, on a : f '( existe et vaut : f '( = 2g(2 g( = Ln(x/2) /[(Ln (Ln2] Pour x < ½, f '( est <, donc f est décroissante. Pour x >, f '( est > si x /2 >, donc x > 2 ; de même, f '( < si x < 2, et on a f '( = si x = 2. On remarque aussi que la limite de f ' quand x tend vers est égale à.

3 4) Démontrer que, x D : x/ln(2 f ( x/lnx En déduire les limites de f ( et de f ( /x quand x. Etudier la continuité et la dérivabilité de f en. D après les accroissements finis appliqués à f, f ( = (2x g(c), x c 2x. Comme la fonction g est décroissante (question ), g( g(c) g(2, donc : x/ln(2 f ( x/lnx et /Ln(2 f (/x /Lnx On en déduit quand x tend vers : a) f ( tend vers b) f ( / x tend vers Donc on peut prolonger f par continuité en. De même, la limite de ( f ( f ())/(x ) = f ( /x est égale à, qui est aussi la limite de f en (remarque de la question 3), donc f est dérivable en. 5) Quelles sont les limites de f ( et de f ( /x quand x +? Toujours en utilisant la double inégalité de la question 4, on a : Quand x tend vers + : a) f ( tend vers + b) f ( / x tend vers 6) Soit l application h : ], ] R : u h(u) = Ln(u) 2u + 2 Montrer qu il existe un réel unique, noté α, < α < ½, tel que h(α) =. Montrer que u [α, ], on a Ln(u) 2u 2. En déduire que f ( est majorée, x [α, ½], par (Ln[(2x )/(x )])/2. Calculer la limite de f quand x ½.

4 En étudiant brièvement h(u) sur ], ], on voit que h est croissante de - à Ln2 lorsque u passe de à ½, admet un maximum égal à Ln2 en ½ et décroit ensuite jusqu à. Donc il existe un nombre α, compris entre et ½, tel que h(α) =. Pour u α, h(u) est positive ou nulle, donc Ln(u) 2u 2. Donc /Ln(u) /(2u 2). En reportant cette inégalité dans la définition de f, on voit que l intégrale : f ( x ) est majorée par 2x f ( x du/(2u 2) = (Ln[(2x )/(x )])/2. Quand x ½, (Ln[(2x )/(x )])/2 tend vers - et donc f aussi. 7) Montrer que, u, Ln(u) u. En déduire la limite de f quand x. Comme en Question 6, en étudiant les variations de v(u) = Ln(u) (u ), on trouve facilement que Ln(u) u quand u. On en déduit en minorant g( par /(u ) dans l intégrale que f ( Ln[(2x )/(x )] ; or Ln[(2x )/(x )] tend vers + quand x, donc f aussi. 8) Construire le tableau de variations de f. Donc, il résulte de tout ce qui précède, que : Pour x entre et ½ : f décroît de à - Et pour x : a) de à 2, f décroît de + au minimum m = J(2) = G(4) G(2), b) puis f croît de m à + pour x 2.

5 Problème 2 Soit l application f : ]-, +[ R, telle que : x f ( = ( x²) -/2 ) On veut montrer que f est indéfiniment dérivable sur ]-, +[ et que, n N, il existe un polynôme réel P n de la variable réelle, de degré n, tel que : x ]-, +[, f (n) ( = P n ( / ( x²) n+/2 a) Calculer les polynômes P, P, P 2, P 3. b) Montrer que f est indéfiniment dérivable sur sur ]-, +[ et exprimer P n+ sous la forme : (R) P n+ ( = a( P n ( + α(n) b( P n ( où a(, b( et α(n) sont respectivement des fonctions de x et n que l on explicitera. 2) Montrer que, x ]-, +[ : ( x²) f '( x f ( = 3) Rappel : Formule de Leibniz : on rappelle que la dérivée d ordre n du produit de deux fonctions u et v, notée (uv) (n), est donnée par la formule suivante : n (uv) (n) = k C k n u v ( k ) ( n k ) En utilisant les résultats des questions (2) et (), montrer que la suite de polynômes (P n ) vérifie la relation : (R2) P n+ ( (2n + )x P n ( n²( x²) P n- ( = 4) Etablir, n N*, que P n ( = n²p n- ( 5) En déduire que, pour tout n entier, n et n, on a la relation (R3) : (R3) n²p n ( (2n )x P n ( ( x²) P n ( = 6) Pour tout n entier, calculer P n () et P n () a) Des calculs simples conduisent à : P =, P ( = x, P 2 ( = 2x² +, P 3 ( = 6x 3 + 9x b) Procédons par récurrence. Soit la propriété «f est dérivable à l ordre n et x ]-, +[, f (n) ( = P n (/( x²) n+/2» La propriété est vraie au rang, avec P =.

6 Supposons la propriété vraie au rang n. P n ( / ( x²) n+/2 est dérivable, puisque P n ( et ( x²) n+/2 sont dérivables sur l intervalle ]-, +[,et donc f (n+) existe et : f (n+) ( = ( x²) -n-/2 P n ( + (2n + )x( x²) -n-3/2 P n ( f (n+) ( = ( x²) -n-3/2 [( x²)p n ( + (2n + )x P n (] D où la relation (R) recherchée avec P n+ ( = a( P n ( + α(n) b( P n (, et a( = ( x²), b( = x et α(n) = (2n + ). 2) f '( = x( x²) -3/2 = x f ( ( x²) - D où ( x²) f '( = x f ( 3) Partons de la relation ( x²) f '( x f ( =, et dérivons la n fois, avec d abord u = ( x²) et v = f ', puis avec u = x et v = f. On remarque que u = -2x, u = -2, puis u (k) = dès que k 3. v= f ', v (n) = f (n+), v (n-) = f (n), v (n-2) = f (n-). La contribution du terme ( x²) f '( sera donc ( x²) f (n+) 2nx f (n) n(n ) f (n-). De façon similaire, la contribution du terme x f ( sera x f (n) - n f (n-). D où : ( x²) f (n+) (2n+) x f (n) n² f (n-) =. Remplaçons respectivement f (n+), f (n) et f (n-) par leurs expressions issues de la question faisant intervenir P n+, P n, et P n-. ( x²) P n+ ( ( x²) -n-3/2 (2n+)x P n ( ( x²) -n-/2 n² P n- ( ( x²) -n+/2 =. Ou encore : P n+ ( ( x²) -n-/2 (2n+)x P n (( x²) -n-/2 n²p n- ( ( x²) -n+/2 =. Et en simplifiant par ( x²) -n-/2, on obtient la relation (R2) recherchée : (R2) P n+ ( (2n + )x P n ( n²( x²).p n- ( = 4) Cherchons à établir, n N*, que P n ( = n²p n- ( D après (R2), on a : P n+ ( (2n + )x P n ( = n²( x²) P n- ( Or, d après la question b, P n+ ( (2n + )x P n ( = ( x²) P n ( Il s en suit n²( x²) P n- ( = ( x²) P n (, et donc P n ( = n²p n- (.

7 5) Ecrivons la relation (R2) au rang n : P n ( (2n - )x.p n- ( (n-)²( x²) P n-2 ( = D après la question 4, P n- ( = P n (/n², et donc en dérivant encore une fois : P n- ( = P n (/n², Et d après la question 4, P n- ( = (n-)²p n-2 (= P n (/n². En remplaçant dans (R2), on obtient : P n ( (2n - )x P n (/n² ( x²) P n (/n² = Soit encore : n²p n ( (2n - )x P n ( ( x²) P n ( = 6) On sait que l on a P () = et P () =, P () = et P () =. D après la relation (R2) prise en x =, on a : P n+ () n² P n- () = De même, toujours avec la relation (R2) prise en x =, on a : P n+ () (2n + )P n () = Calcul de P n () : Pour n pair, n = 2p, P 2p+ () (2p)² P 2p- () =, qui va aller jusqu à P () =, donc P 2p+ () =. Pour n impair, n = 2p-, P 2p () (2p-)² P 2p-2 (), d où : P 2p () = (2p-)² (2p-3)² (2p-5)².. Calcul de P n () : P n () (2n - )P n- () = P n () = (2n - )(2n - 3)..

8 AVRIL 22 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES ISE Option Économie CORRIGÉ DE LA 2 ème COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Exercice Le paramètre a est un réel strictement positif, a >. Soit une application f : [, a] R continue, vérifiant pour tout réel x, x a, les deux conditions suivantes : f ( - f (. f ( a Calculer l intégrale I = On a : f ( = / f (a- a f ( x ) dx Donc /( + f () = f (a /( + f (a ) a ( /( + f()) a dx = f (a /( + f (a ) Dx En faisant le changement de variable u = a x, on a : a ( /( + f ()) dx = a a f (u)/( + f (u)) du = [ ( + f () /( + f()) dx]/2 = a/2 Problème (le thème commun porte sur les suites, mais les trois parties sont indépendantes) Partie A Soit la suite (u n ), n N, définie par : u >, u > () n N, u n+2 = (u n ² u n+ ) /3

9 ) Calculer le terme général de la suite u n. Indication : on pourra faire intervenir une autre suite (v n ), telle que v n = h(u n ), où h est une fonction mathématique simple, permettant de transformer l expression () en une expression ( ) liant de façon linéaire v n, v n+, v n+2. 2) Déterminer la limite de u n quand n tend vers +. ) En passant au logarithme (h = Ln) : Ln(u n+2 ) = 2/3. Ln(u n ) + /3 Ln(u n+ ) On pose v n = Ln(u n ) : v n+2 = 2v n /3 + v n+ /3 Avec v = Ln(u ) et v = Ln(u ) Equation associée : 3r² r 2 =, qui admet comme solutions et -2/3. La forme générale de v n est v n = a + b(-2/3) n v = a + b v = a 2b/3 a = (2v + 3v )/5 et b = 3(v v )/5 u n = exp[a + b(-2/3) n ] = exp[(2lnu + 3Lnu )/5 + (-2) n (Lnu Lnu )/(5.3 n- ) u n = (u ².u 3 ) /5 exp[(-2) n 3 -n Ln((u /u ) /5 ] 2) Quand n tend vers +, u n tend vers (u ²u 3 ) /5 Partie B Soit la suite (u n ), n N, définie par : u >, u > (2) n N, u n+2 = 2 u n u n+ / (u n + u n+ ) ) Calculer le terme général de la suite u n. Indication : on pourra faire intervenir une autre suite (v n ), telle que v n = h(u n ), où h est une fonction mathématique simple, permettant de transformer l expression (2) en une expression (2 ) liant de façon linéaire v n, v n+, v n+2. 2) Déterminer la limite de u n quand n tend vers +. ) On pose v n = h(u n ) = /u n : on obtient alors v n+2 = (v n + v n+ )/2 Equation associée : 2r² r =, qui admet comme solutions et -/2.

10 La forme générale de v n est v n = a + b(-/2) n v = a + b v = a b/2 d où : a = (v + 2v )/3 et b = 2(v v )/3 v n = /u n = (a + b(-/2) n ) u n = /(a + b(-/2) n ) = /[(/u + 2/u )/3 + 2(/u /u )/3.(-/2) n ) u n = /[(/u + 2/u )/3 + (-) n (/u /u )/3.(2) -n ) 2) Quand n tend vers +, (-/2) n tend vers, et u n tend vers /a = 3u u /(2u + u ) Partie C Soit la suite (u n ), n N, définie par : u = u = u 2 = (3) n N, u n+3 = ( + u n+2 u n+ ) / u n ) Calculer les premiers termes de (u n ), pour n = 3 à 8. 2) Montrer par récurrence que l on peut écrire la suite (u n ) sous la forme (4) : (4) n, u n+4 = a u n+2 + b u n où a et b sont des entiers que l on déterminera. 3) En déduire que n N, u n N*. ) On calcule simplement que u 3 = 2, u 4 = 3, u 5 = 7, u 6 =, u 7 = 26, u 8 = 4. 2) En écrivant u 4 = 3 = a + b et u 5 = 7 = 2a + b, on trouve a = 4 et b = -. Soit la relation : u n+4 = 4u n+2 u n Elle est vraie au rang. Supposons la relation vraie au rang n. Montrons que u n+5 = 4u n+3 u n+ D après la relation (3), u n+5 = ( + u n+4 u n+3 ) / u n+2 = ( + (4u n+2 u n )u n+3 ) / u n+2 u n+5 = ( + 4u n+2 u n+3 u n u n+3 ) / u n+2 Or u n+3. u n = + u n+2 u n+ D où u n+5 = ( + 4u n+2 u n+3 ( + u n+2 u n+ ))/ u n+2 = (4u n+2 u n+3 u n+2 u n+ ))/ u n+2 C est-à-dire u n+5 = 4u n+3 u n+ La relation est vraie au rang n+. 3) Il s en suit directement que u n N*.

11 Problème 2 Partie Soit A un réel non nul. Montrer que, pour tout n entier non nul, on peut déterminer une suite unique de n+ nombres réels (t, t,.. t n-, t n ) vérifiant les trois conditions suivantes : (i) (ii) (iii) t =, t n = A t < t <.. t n- < t n k {,..., n-} t k+ - t k = A/n On trouve immédiatement que t k = ka/n, pour k allant de à n. Partie 2 Soit la fonction f : [, ] R, continue et strictement positive. ) Montrer que, pour tout n entier non nul, il existe dans [, ] n+ une suite unique de n+ nombres réels (x, x,.. x n-, x n ) vérifiant les trois conditions suivantes : (i) x =, x n = (ii) x < x <.. x n- < x n n 2) Soit U(n) = n x k (iii) k {,..., n-} f ( t) dt n k f ( x k ). xk f ( t) dt Déterminer la limite L de U(n) quand n tend vers +. 3) Etudier le cas particulier de f ( = e x x ) Posons F( = f (t).dt, qui existe d après les hypothèses sur f ; en outre la dérivée F ( = f ( > donc F est strictement croissante sur [, ], et F est donc inversible. Posons t k = F(x k ), et A = f (t) dt.

12 On cherche une suite de n+ nombres entre et vérifiant les 3 conditions de la partie : (i) (ii) (iii) t =, t n = A t < t <.. t n- < t n k {,..., n-} t k+ - t k = A/n Donc t k = ka/n, pour k allant de à n. D où x k = F - (ka/n), pour k allant de à n. En outre, puisque F et donc F - sont strictement croissantes, les x k sont rangés en ordre croissant x < x <.. x n- < x n n 2) U(n) = [ k n f (x k )]/n = [ k f (F - (ka/n))]/n, qui converge vers : A A - f (F - (t) dt] = B/A A Où B = f (F - (t) dt] Faisons le changement de variable u = F - (t), ou t = F(u), dt = f (u) du B = f (u) f (u) du = f ²(u) du On en déduit que L = f ²(u) du / f (u) du 3) Un calcul simple donne A = e. De même, x k = Ln(k(e-)/n) B = (e² - )/2 et donc L = (e + )/2

13 AVRIL 22 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES ISE Option Économie CORRIGÉ DE L ANALYSE D UNE DOCUMENTATION STATISTIQUE Exercice. a. Importations du Burkina Faso (en milliards de francs CFA) On va réaliser notre prévision via un ajustement linéaire avec la méthode des moindres carrées.. b. Importations = 6,5 t + 87,8 avec t qui varie de à 6.

14 2. a. Importations du Burkina Faso (en milliards de francs CFA) On constate qu il a un effet saisonnalité : en l occurrence, le 4 ème trimestre donne toujours un chiffre plus élevé et à l inverse, le er trimestre est celui pour lequel les importations sont plus basses. Par ailleurs, le montant des importations annuelles augmente régulièrement. 2. b. t Importations () Estimation à partir du modèle (2) rapport ()/(2) 84,3 94,3, ,7 2,8, , 27,3, ,5 23,8, , 22,3, ,2 226,8,3 7 2,8 233,3, ,4 239,8,7 9 24,8 246,3, , 252,8,2 232,4 259,3, ,9 265,8, ,5 272,3, ,4 278,8, , 285,3, ,6 29,8,986

15 Le coefficient saisonnier du er trimestre s obtient en faisant une moyenne arithmétique des coefficients des trimestres concernés (points t=3, t=7, t=, t=5), soit,923. Le coefficient saisonnier du 2 ème trimestre s obtient en faisant une moyenne arithmétique des coefficients des trimestres concernés (points t=4, t=8, t=2, t=6), soit,9. Le coefficient saisonnier du 3 ème trimestre s obtient en faisant une moyenne arithmétique des coefficients des trimestres concernés (points t=, t=5, t=9, t=3), soit,4. Le coefficient saisonnier du 4 ème trimestre s obtient en faisant une moyenne arithmétique des coefficients des trimestres concernés (points t=2, t=6, t=, t=4), soit,63. La moyenne des 4 coefficients est bien de donc il n y a pas lieu de les corriger. On observe que le 4 ème trimestre a le plus fort coefficient et que celui du premier trimestre le plus faible. 3. a. Les montants sont exprimés en Mds de Francs CFA Estimation à t partir du modèle 9 3,3 2 37, , ,7 3. b. Les montants sont exprimés en Mds de Francs CFA Estimation à partir du modèle Estimation corrigée des variations saisonnières t 9 3,3 3,3/,923=337,3 2 37,8 37,8/,9=35, 2 324,3 324,3/,4=323, 22 33,7 33,7/,63=3, Exercice 2 Pas de corrigé type sauf qu il fallait évoquer le fait que certains pays ne donnaient que des séries brutes alors qu il y a des phénomènes de variations saisonnières : exemple du Sénégal où le 3 ème trimestre est toujours moins bon que le reste de l année. Il fallait aussi évoquer que les comparaisons étaient difficiles à faire compte tenu du fait que les années de base ne sont pas identiques.

Analyse 1 re année IUT GEA Notes de cours

Analyse 1 re année IUT GEA Notes de cours Analyse re année IUT GEA Notes de cours Jean-Marie Favreau Année 200 20 Remarque : l introduction de ce cours, présentée en quelques minutes, de manière interactive, permet de placer quelques rappels simples,

Plus en détail

Soit I une partie non vide de IN. On appelle suite réelle définie sur I, toute application U de I dans IR.

Soit I une partie non vide de IN. On appelle suite réelle définie sur I, toute application U de I dans IR. I Notion de suite réelle ) Définition : Soit I une partie non vide de IN. On appelle suite réelle définie sur I, toute application U de I dans IR. Le réel U(n) est noté U n il est appelé terme général

Plus en détail

Université Denis Diderot Paris 7 ( ) Devoir maison 2

Université Denis Diderot Paris 7 ( ) Devoir maison 2 Université Denis Diderot Paris 7 (03-04) Maths, Agro & Véto Devoir maison Exercice [Sujet Analyse 03] Soit la fonction d une variable réelle f définie sur D = [0,+ [ par f(x) = xe x +x. On appelle Cf la

Plus en détail

Fonctions réelles : rappels de lycée et compléments. () Fonctions réelles : 1 / 54

Fonctions réelles : rappels de lycée et compléments. () Fonctions réelles : 1 / 54 Fonctions réelles : rappels de lycée et compléments () Fonctions réelles : 1 / 54 1 Fonctions logarithmes et exponentielles Le logarithme népérien L exponentielle Logarithmes et exponentielles de base

Plus en détail

Intégration Encadrement d intégrale Exercices corrigés

Intégration Encadrement d intégrale Exercices corrigés Intégration Encadrement d intégrale Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : encadrer une intégrale Exercice 2 : donner un encadrement

Plus en détail

Formules de Taylor. Applications.

Formules de Taylor. Applications. CAPES 27 Décembre 27 Oral Analyse Formules de Taylor. Applications. Remarques Le niveau naturel de cette leçon est celui du Deug. Pré-requis. Continuité, dérivabilité, inégalité des accroissements finis,

Plus en détail

Corrigé du TD 2 : Fonctions simples

Corrigé du TD 2 : Fonctions simples Corrigé du TD : Fonctions simples Exercice : Fonctions élémentaires. Cas f(x) = Il est clair qu il n y a aucun problème de définition et que cette fonction est définie pour tout x réel. De plus, la fonction

Plus en détail

Commun à tous les candidats. Le graphique de l annexe sera complété et remis avec la copie. Soit la fonction f définie sur l intervalle [0; 2] par

Commun à tous les candidats. Le graphique de l annexe sera complété et remis avec la copie. Soit la fonction f définie sur l intervalle [0; 2] par EXERCICE (6 points ) Commun à tous les candidats Le graphique de l annexe sera complété et remis avec la copie Soit la fonction f définie sur l intervalle [0; ] par f(x) x + x + ) Etudier les variations

Plus en détail

Devoir Surveillé /Evaluation

Devoir Surveillé /Evaluation Lycée Pierre-Gilles de Gennes BCPST Mathématiques 4-5 Devoir Surveillé /Evaluation Le 4 septembre 4 Documents écrits, électroniques, calculatrices et téléphones portables interdits La plus grande attention

Plus en détail

Exercices : Suites réelles

Exercices : Suites réelles Exercices : Suites réelles Exercice : Démontrer par récurrence les résultats suivants : n+. n N, k k = n n+ + n. n N, (k +) = n. Soit a R + fixé, n N, (+a) n +na 4. n, n! n Analyse : Chapitre Exercices

Plus en détail

Devoir surveillé 5 mathématiques

Devoir surveillé 5 mathématiques Devoir surveillé 5 mathématiques BCPST 205-206 Exercice. Soit t un réel strictement positif. On définit la suite ( n N par la donnée de x 0 = t et la relation de récurrence : n N, + =.. (a Soit g la fonction

Plus en détail

LOGARITHME. Ph DEPRESLE. 29 juin Fonction logarithme népérien Définition Conséquences Propriétés algébriques 3

LOGARITHME. Ph DEPRESLE. 29 juin Fonction logarithme népérien Définition Conséquences Propriétés algébriques 3 LOGARITHME Ph DEPRESLE 9 juin 5 Table des matières Fonction logarithme népérien. Définition............................................... Conséquences............................................ 3 Propriétés

Plus en détail

FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION

FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION FONCTIONS NUMÉRIQUES : DÉRIVATION Ph DEPRESLE 30 septembre 05 Table des matières Dérivée en un point Continuité et dérivabilité 3 Fonction dérivée 4 Sens de variation d une fonction dérivable 3 5 Dérivées

Plus en détail

Fiche méthodologique Fonctions usuelles

Fiche méthodologique Fonctions usuelles Fiche méthodologique Fonctions usuelles BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: = Pelletier Sylvain On liste ici les fonctions à connaître et leur propriétés. Fonction puissance n-ième et racine n-ième { R R Fonction

Plus en détail

lim n + Kholle B2 Programme 1 25 septembre 2012 Sujet 1

lim n + Kholle B2 Programme 1 25 septembre 2012 Sujet 1 Kholle B Programme 5 septembre 0 Sujet Exercice de cours : Montrer que si (u n ) et (v n ) sont deux suites réelles à termes strictement positifs, équivalentes et ayant une ite différente de, alors ln(u

Plus en détail

Exercices : Fonctions Dérivables

Exercices : Fonctions Dérivables Exercices : Fonctions Dérivables Exercice Déterminez l ensemble de dérivabilité des fonctions suivantes et calculez leur dérivée. ) f : x x 2 + x 2 2) f : x x + cos( x ) 3) f : x arctan( xe x ) 4) f :

Plus en détail

La fonction Logarithme Népérien

La fonction Logarithme Népérien Terminale S, Logarithme népérien 1 La fonction Logarithme Népérien Existence Théorème: (admis) Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I de R, strictement monotone sur I à valeurs dans J. Alors

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions

CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions CHAPITRE 1 : Raisonnement par récurrence, suites et fonctions 1 Les suites numériques (rappel de première)... 4 1.1 Généralités... 4 1.2 Plusieurs méthodes pour générer une suite... 4 2 Exemples d algorithmes

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Eo7 Fonctions usuelles Eercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr Eercice **I * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile

Plus en détail

Des outils pour les suites

Des outils pour les suites Des outils pour les suites Suites arithmético-géométriques Définition : ppelle suite arithmético-géométrique toute suite récurrente de la forme : où a et b sont des nombres réels. Quelques cas particuliers

Plus en détail

EABJM Bac Blanc Novembre 2009 MATHÉMATIQUES

EABJM Bac Blanc Novembre 2009 MATHÉMATIQUES EABJM Bac Blanc Novembre 2009 MATHÉMATIQUES Terminales S - S2 N. Chiffot S. Coursaget J. Giovendo Durée : 4 heures. Nombre de pages : 7. L utilisation de la calculatrice est autorisée. Corrigé TS - TS2

Plus en détail

Formulaire des fonctions usuelles

Formulaire des fonctions usuelles Université d Orléans Formulaire des fonctions usuelles Licence 1 de Mathématiques Groupe 2 Baptiste Morelle 29/09/2008 Page 1 sur 28 Page 2 sur 28 Table des matières Fonctions particulières... 4 Fonction

Plus en détail

1 Fonctions trigonométriques : Formules à connaître.

1 Fonctions trigonométriques : Formules à connaître. Université de Provence Mathématiques Générales - Parcours PEI Fonctions Usuelles Fonctions trigonométriques : Formules à connaître. Formules de duplication. Pour tous x, y R, cos(x + y) = cos x cos y sin

Plus en détail

Mathématiques - ECS1. Dérivation. et accroissements finis. 30 avenue de Paris Versailles

Mathématiques - ECS1. Dérivation. et accroissements finis. 30 avenue de Paris Versailles Mathématiques - ECS 6 Dérivation et accroissements finis. Lycée La Bruyère 30 avenue de Paris 78000 Versailles c 06, Polycopié du cours de mathématiques de première année. 6 Dérivation et accroissements

Plus en détail

9 6 - x. On définit la suite (u n ) par u 0 = -3 et pour tout entier naturel n, u n+1 = f(u n ).

9 6 - x. On définit la suite (u n ) par u 0 = -3 et pour tout entier naturel n, u n+1 = f(u n ). Exercice 75 p 55 exercices sur les suites Symbole Belin 0 On s intéresse aux suites définies sur V et vérifiant la relation de récurrence u n+ = + u n². Une telle suite sera déterminée par son premier

Plus en détail

TD 3: Suites réelles

TD 3: Suites réelles Université Pierre et Marie Curie Année 2011/2012 LM115 TD 3: Suites réelles MIME Convergence des suites : Par définition, une suite (u n ) converge vers un réel l si : Pour tout ɛ réel strictement positif,

Plus en détail

Remise à Niveau Mathématiques

Remise à Niveau Mathématiques Mathématiques RAN - Fonctions Remise à Niveau Mathématiques Deuième partie : Fonctions Corrigés des eercices Page sur 0 RAN Fonctions Eercices corrigés - Rev 03 Mathématiques RAN - Fonctions DÉFINITIONS

Plus en détail

PCSI1-PCSI2 DNS n 07 - Pour le mardi 03 janvier Exercices ou premières questions d exercices posés à l oral des concours.

PCSI1-PCSI2 DNS n 07 - Pour le mardi 03 janvier Exercices ou premières questions d exercices posés à l oral des concours. Exercices ou premières questions d exercices posés à l oral des concours Exercice ENSEA-ENSAM [ Montrer que α, π ], cos 4 α) + sin 4 α) = 2 2 sin2 2α) puis que si a, b) R+) 2 alors a 2 cos 2 α) + b 2 sin

Plus en détail

a) ln(x + 1) ln(2 x) = 0 b) ln(x + 1) ln(2 x) 0 c) ln x + ln(3x + 2) > 0

a) ln(x + 1) ln(2 x) = 0 b) ln(x + 1) ln(2 x) 0 c) ln x + ln(3x + 2) > 0 Savoir calculer avec des logarithmes Simplifier les expressions suivantes : Fonction logarithme : Exercices Corrigés en vidéo avec le cours sur jaicompris.com a) ln 6 ln 2 b) ln e 2 c) ln 1 e x d) e ln

Plus en détail

Dérivabilité d une fonction numérique.

Dérivabilité d une fonction numérique. 34 Chapitre 6 Dérivabilité d une fonction numérique. 6.1 Taux d accroissement Définition : Soient f une fonction numérique et I D f un intervalle ouvert. Soit c I, on appelle taux d accroissement de f

Plus en détail

Fonction exponentielle

Fonction exponentielle Fonction exponentielle 1 Fonction exponentielle Définition et variation Théorème Définition Il existe une unique fonction définie et dérivable sur telle que et Cette fonction est appelée fonction exponentielle

Plus en détail

Fonction logarithme népérien

Fonction logarithme népérien Fonction logarithme népérien I) La fonction logarithme népérien : Définition 1) Définition de la fonction logarithme népérien Soit a un nomre réel strictement positif. On appelle logarithme népérien de

Plus en détail

Exercices et Annales Maths Terminale S

Exercices et Annales Maths Terminale S Stages intensifs Exercices et Annales Maths Terminale S www.groupe-reussite.fr contact@groupe-reussite.fr 1 Chapitre 1 Fonction exponentielle, logarithme népérien et logarithme décimal 1.1 Exercices préliminaires

Plus en détail

Fonctions trigonométriques - Corrigé. 2 2 cos 1

Fonctions trigonométriques - Corrigé. 2 2 cos 1 Exercice 1 : Fonctions trigonométriques - Corrigé 1. a. est dérivable sur comme somme de fonctions dérivables sur et =1 cos On sait que, pour tout réel et donc en particulier pour tout, cos 1 donc 0 et

Plus en détail

Limites, continuité, dérivabilité

Limites, continuité, dérivabilité Limites, continuité, dérivabilité (3) () Analyse 1 / 47 Plan 1 Un peu de vocabulaire 2 Limites 3 Opérations sur les limites 4 Relations de comparaison locale, notations de Landau 5 Continuité 6 Fonctions

Plus en détail

Exercices d entrainement pour le chapitre 02 (récurrence et suites)

Exercices d entrainement pour le chapitre 02 (récurrence et suites) Exercices d entrainement pour le chapitre 0 récurrence et suites 0. Énoncés Exercice. Démontrer l inégalité n > n pour tout entier naturel n. Exercice. On définit, pour tout entier n, le n ième nombre

Plus en détail

EXERCICES SUR LES SUITES VERIFIANT u n+1 = f(u n )

EXERCICES SUR LES SUITES VERIFIANT u n+1 = f(u n ) EXERCICES SUR LES SUITES VERIFIANT 1. Soit la fonction f définie sur R par f(x) = 1 2 (1+x2 ). Montrer que la suite (u n ) n 0 définie par la relation de récurrence est croissante quel que soit u 0 réel.

Plus en détail

I Exercices I I I I I I I I I I I I I-4

I Exercices I I I I I I I I I I I I I-4 Chapitre 6 Logarithme TABLE DES MATIÈRES page -1 Chapitre 6 Logarithme Table des matières I Exercices I-1 1................................................ I-1 2................................................

Plus en détail

LEÇON N 71 : Fonctions exponentielles

LEÇON N 71 : Fonctions exponentielles LEÇON N 71 : Fonctions onentielles Pré-requis : Notions de dérivabilité ; Une fonction dont la dérivée est nulle est constante ; Théorème de Cauchy-Lipschitz pour l existence d une solution d une équation

Plus en détail

Devoir non surveillé Équation différentielle, fonction définie par une intégrale

Devoir non surveillé Équation différentielle, fonction définie par une intégrale Devoir non surveillé Équation différentielle, fonction définie par une intégrale Pelletier Sylvain, BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: pour le 0 juin Eercice Résoudre l équation différentielle : E y y + 5y cos

Plus en détail

Fonctions trigonométriques

Fonctions trigonométriques Fonctions trigonométriques Jérôme Germoni Novembre 2 Première étude : par équation différentielle.. Définition On s inspire de la définition de l exponentielle vue en terminale. Théorème (admis) Il existe

Plus en détail

4.6 Application de la dérivée à l étude des fonctions

4.6 Application de la dérivée à l étude des fonctions 54 4.15. Théorème Règle de l Hôpital. f() Soit f et g deu fonctions telle que la limite lim est une forme indéterminée ( 0 0 ou f () 0 g() ). Alors si lim 0 g eiste (soit un nombre réel, soit + soit ()

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Suites numériques

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Suites numériques Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 9 avril 008 Document diffusé via le site wwwbacamathsnet de Gilles Costantini fredericdemoulin

Plus en détail

TS4 DS5 19/01/11. Démontrer que l équation g (x) = 0 admet sur [1 ; + [ une unique solution notée α.

TS4 DS5 19/01/11. Démontrer que l équation g (x) = 0 admet sur [1 ; + [ une unique solution notée α. Eercice 1: (7 points) Nouvelle-Calédonie novembre 2010 TS4 DS5 19/01/11 Soit la fonction définie sur l intervalle [1 ; + [ par ϕ() = 1+ 2 2 2 ln(). 1. a. Étudier le sens de variation de la fonction ϕ sur

Plus en détail

Etude des fonctions usuelles

Etude des fonctions usuelles Etude des fonctions usuelles 1. Introduction Soit f une fonction réelle de la variable réelle, on a vu que ces fonctions sont souvent définies par des formules, c est-à-dire définies par des epressions

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 5 [ ] [correction] Soient u 0 ]0, 1[ et pour tout n N,

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 5 [ ] [correction] Soient u 0 ]0, 1[ et pour tout n N, [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 0 juillet 04 Enoncés Suites récurrentes Exercice [ 0038 ] [correction] Etudier la suite définie par u 0 > 0 et pour tout n N, Exercice [ 00330 ] [correction] Soient

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S - Enseignement obligatoire

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S - Enseignement obligatoire Recueil d annales en Mathématiques Terminale S - Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 8 août 5 frederic.demoulin@voila.fr Tableau récapitulatif des exercices indique que cette

Plus en détail

Exercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis

Exercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis Eercices corrigés Théorème de Rolle, accroissements finis Enoncés Eercice Démonstration du théorème des accroissements finis Soit f : [a, b] R, continue sur [a, b], dérivable sur ]a, b[ En appliquant le

Plus en détail

Convexité. Plan du chapitre

Convexité. Plan du chapitre Convexité Plan du chapitre I - Parties convexes d un espace vectoriel...page Barycentres...... page Convexes.......page 3 -a Segments...... page 3 -b Parties convexes d un espace vectoriel....page 3 -c

Plus en détail

CORRECTION - FX 0. ab a b + 1 1

CORRECTION - FX 0. ab a b + 1 1 Lycée Thiers CORRECTION - FX 0 Exercice. Somme et produit... qui est le plus grand? On considère deux entiers a, b >. Comparer et ab. On constate que : ab a b + = a ) b ) > 0 Or, si p, q sont entiers,

Plus en détail

Les Développements Limités

Les Développements Limités Abderezak Ould Houcine, 003-004. Les Développements Limités Définition. Soit I un intervalle et f : I R une application. Soit x 0 un élément de I ou une extrémité de I (exemple : si I = ]a, b[ alors x

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle 1 et définition La fonction exponentielle Il existe une unique fonction f dérivable sur R telle que :.................. Définition Cette fonction est appelée............................ On note : Ainsi

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques. m = y B y A f(b) f(a)

UNIVERSITÉ DE CERGY Année U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques. m = y B y A f(b) f(a) 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre VII : Dérivation Notations : On reprend dans ce chapitre les notations

Plus en détail

SUITES - RECURRENCE - SOMMES

SUITES - RECURRENCE - SOMMES SUITES - RECURRENCE - SOMMES Chapitre 1 I Généralités sur les suites Définition I.1 Une suite réelle est une fonction d une partie A de N dans R. u : A R n u(n) := u n l intervalle de définition peut donc

Plus en détail

Les fonctions logarithmes

Les fonctions logarithmes DOCUMENT 34 Les fonctions logarithmes. Eistence des fonctions logarithmes.. L aspect algébrique. L idée de transformer les produits de nombres réels en sommes, afin de simplifier les calculs numériques,

Plus en détail

I. Equation et inéquation du second degré

I. Equation et inéquation du second degré I. Equation et inéquation du second degré Théorème : Soient a, b et c des nombres réels avec a non nul, on appelle discriminant et on note Δ le nombre b 2 4ac. L équation ax 2 + bx + c = 0, - admet deux

Plus en détail

Terminales S BAC BLANC Mathématiques Corrigé. Durée 4 heures. La calculatrice graphique est autorisée.

Terminales S BAC BLANC Mathématiques Corrigé. Durée 4 heures. La calculatrice graphique est autorisée. Terminales S BAC BLANC Mathématiques Corrigé Durée 4 heures. La calculatrice graphique est autorisée. Eercice (commun) A. Etude de f en ) On a : lim = et lim e = e =. Par composition, il vient alors :

Plus en détail

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures

Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Nombres réels, bornes supérieures et inférieures Exercice 1 : Si et sont des réels positifs ou nuls, montrer que Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Déterminer les ensembles suivants, mettre

Plus en détail

FONCTIONS USUELLES. 1 fonctions polynomiales et rationnelles. Cours PCSI 2

FONCTIONS USUELLES. 1 fonctions polynomiales et rationnelles. Cours PCSI 2 Cours PCSI Lycée Joffre FONCTIONS USUELLES 1 fonctions polynomiales et rationnelles fonction polynomiale : une fonction polynomiale sur R est une fonction f pour laquelle il existe un entier naturel d,

Plus en détail

I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION. 1) Du sens de variation au signe de la dérivée

I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION. 1) Du sens de variation au signe de la dérivée I- DÉRIVÉE ET SENS DE VARIATION 1) Du sens de variation au signe de la dérivée Théorème (admis) : soit f une fonction définie et dérivable sur un intervalle I. o Si f est une fonction croissante sur I,

Plus en détail

DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS

DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS Définitions et premières propriétés Définition. Développement limité Soient f une fonction définie au voisinage de a R (éventuellement non définie en a) et n N. On dit que f possède

Plus en détail

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES. ISE Option Économie. ORDRE GÉNÉRAL (Durée de l épreuve : 4 heures)

AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES. ISE Option Économie. ORDRE GÉNÉRAL (Durée de l épreuve : 4 heures) ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ENSEA ABIDJAN INSTITUT SOUS-RÉGIONAL DE STATISTIQUE ET D ÉCONOMIE APPLIQUÉE ISSEA YAOUNDÉ AVRIL 2012 CONCOURS INGÉNIEURS STATISTICIENS

Plus en détail

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003

MPSI 2 : DL 03. pour le 12 décembre 2003 MPSI : DL 03 pour le décembre 003 Problème L objet du problème est de calculer eplicitement la limite de la suite des moyennes arithmétiques-géométriques pour certaines valeurs initiales. On considère

Plus en détail

(ln x) 3 + x. x+ 1 x. xe 1 x

(ln x) 3 + x. x+ 1 x. xe 1 x Calculs et entraînement. Eercice 1. [limites ] Calculer les limites suivantes : 1. lim + e + ln. lim + (ln ) 3 + sin 3. lim + 1 + + 4. lim + e 1 sin + cos 7. lim + + 1 1 10. lim + 1 13. lim 5. lim e 1

Plus en détail

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis

Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis Limite, continuité, théorème des valeurs intermédiaires, dérivabilité, théorèmes de Rolle et des accroissements finis I Limites Continuités Exercice 1 : Soit ] [ la fonction définie par : Déterminer les

Plus en détail

Chapitre 4. Fonction exponentielle. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. propriétés numériques de la fonction exponentielle

Chapitre 4. Fonction exponentielle. Objectifs du chapitre : item références auto évaluation. propriétés numériques de la fonction exponentielle Chapitre 4 Fonction exponentielle Objectifs du chapitre : item références auto évaluation propriétés numériques de la fonction exponentielle propriétés de la fonction exponentielle calculs de ites avec

Plus en détail

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5

Suites réelles. I Rappels de vocabulaire. II Suites remarquables. Définition 5 I Rappels de vocabulaire Suites réelles Définition 1 Une suite réelle u est une application de I R où I est une partie de N. Au lieu de noter u(n), pour les suites on note u n l image de n par l application

Plus en détail

Chapitre 9. La fonction exponentielle

Chapitre 9. La fonction exponentielle Chapitre 9. La fonction exponentielle Le chapitre sur la fonction exponentielle est quasiment indissociable du chapitre suivant sur la fonction logarithme népérien. I. Définition de la fonction exponentielle

Plus en détail

Notes de cours : Chapitre II : Limites. 1 Limite d une fonction en + ou. 1.1 Limite infinie en l infini

Notes de cours : Chapitre II : Limites. 1 Limite d une fonction en + ou. 1.1 Limite infinie en l infini 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2013-2014 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie Finance et Gestion L1-S1 : MATH101 : Pratique des Fonctions numériques Notes de cours : Chapitre II : Limites Notations

Plus en détail

DÉRIVATION CHAPITRE 8. 1 Dérivée d une fonction. 1.1 Dérivabilité

DÉRIVATION CHAPITRE 8. 1 Dérivée d une fonction. 1.1 Dérivabilité CHAPITRE 8 DÉRIVATION Dans tout ce chapitre, sauf mention contraire, D, E, F désigneront des parties de R et I, J des intervalles de R On supposera donné, quand nécessaire, un repère du plan et l on notera

Plus en détail

Dérivabilité, dérivée,

Dérivabilité, dérivée, Ai-Marseille Université 2016-2017 Analyse I PLANCHE 3 : DÉRIVATION - DÉVELOPPEMENTS LIMITÉS Dérivabilité, dérivée, Eercice 1 [Opérations sur les dérivées] Soit a < b, ]a, b[ et f, g deu applications de

Plus en détail

Université MONTPELLIER 3 UFR 4. Notes de Cours. Mathématiques M1 MRHDS Laurent Piccinini. version du 5 octobre 2011.

Université MONTPELLIER 3 UFR 4. Notes de Cours. Mathématiques M1 MRHDS Laurent Piccinini. version du 5 octobre 2011. Université MONTPELLIER 3 UFR 4 Notes de Cours Mathématiques M1 MRHDS 2011-2012 Laurent Piccinini version du 5 octobre 2011. M1 MRHDS 1 Table des matières I Les suites numériques 2 I.1 Généralités..............................................

Plus en détail

LEÇON N 75 : 75.1 Extremums. Pré-requis : Notions de continuité et de dérivabilité ; Formule de Taylor-Young ; f continue m,m f([a,b]) [m,m].

LEÇON N 75 : 75.1 Extremums. Pré-requis : Notions de continuité et de dérivabilité ; Formule de Taylor-Young ; f continue m,m f([a,b]) [m,m]. LEÇON N 75 : Applications de la dérivation à l étude d extrémums éventuels d une fonction numérique d une variable réelle. Exemples. L exposé pourra être illustré par un ou des exemples faisant appel à

Plus en détail

Fonctions usuelles. Bestiaire du collège-lycée. I.1 Valeur absolue. Signe. I.2 Fonctions puissances (entières) Définition 1. 1 si x > 0 x 1 si x < 0

Fonctions usuelles. Bestiaire du collège-lycée. I.1 Valeur absolue. Signe. I.2 Fonctions puissances (entières) Définition 1. 1 si x > 0 x 1 si x < 0 Fonctions usuelles. I Bestiaire du collège-lycée I.1 Valeur absolue. Signe. Définition 1. R R{ La fonction signe est la fontion sg : 1 si x > 0 x 1 si x < 0. Définition 2. R R{ La fonction valeur absolue

Plus en détail

Devoir maison sur les suites - Exemples d application

Devoir maison sur les suites - Exemples d application 9- HKBL suites récurrentes u n+ = f(u n ) / 9 Devoir maison sur les suites - Eemples d application Voici la liste des eercices corrigés : Eercice : (niveau ) Étudier la suite (u n ) définie par u R et

Plus en détail

Analyse des fonctions usuelles

Analyse des fonctions usuelles Analyse des fonctions usuelles Viktoria HEU et Loïc TEYSSIER Dérivées et variations.1 Dérivée des blocs et opérations élémentaires.1.1 Axiomes de dérivation des blocs élémentaires Définition 1. On définit

Plus en détail

Dérivabilité, dérivée,

Dérivabilité, dérivée, Ai-Marseille Université 203-204 Analyse I PLANCHE 3 : DÉRIVATION Dérivabilité, dérivée, Eercice [Opérations sur les dérivées] Soit a < b, ]a, b[ et f, g deu applications de ]a, b[ dans R. On suppose que

Plus en détail

Chapitre I : LES SUITES

Chapitre I : LES SUITES Chapitre I : LES SUITES I- Généralités sur les suites 1) Définition et notations Définition 1 : 1) Définir une suite par une formule explicite, c est donner une relation entre le terme et l entier, pour

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Polynésie 10 juin 2010

Correction du baccalauréat S Polynésie 10 juin 2010 Correction du baccalauréat S Polynésie 0 juin 00 Exercice Commun à tous les candidats. Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal direct O, u, ) v. 5 points Prérequis Partie A - Restitution

Plus en détail

Terminale S Problème de synthèse n 5 Fonctions trigonométriques - Suites géométriques - Suites adjacentes - Intégrales

Terminale S Problème de synthèse n 5 Fonctions trigonométriques - Suites géométriques - Suites adjacentes - Intégrales Partie A a est un nombre réel appartenant à l intervalle [0 ;π]. On considère la suite géométrique (u n ) de premier terme u 0 cos a et de raison sin a. 1) Exprimer u n en fonction de n et déterminer la

Plus en détail

Correction du devoir surveillé n o 2

Correction du devoir surveillé n o 2 Correction du devoir surveillé n o EA 5 novembre 06 Questions diverses. ( pt.) Arithmétique : r R, n N, u n+ = u n + r. On a alors u n = u 0 + nr pour tout n N. Géométrique : q R, n N, u n+ = qu n. On

Plus en détail

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

DÉRIVABILITÉ. 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée. 1.1 Définitions et premières propriétés. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot DÉRIVABILITÉ 1 Dérivabilité en un point, fonction dérivée 1.1 Définitions et premières propriétés Définition 1.1 Dérivabilité en un point Soient f : I R une application et a I. On dit que f est dérivable

Plus en détail

Limite d une fonction en un point

Limite d une fonction en un point Limite d une fonction en un point Définiton Soit f une fct déf. sur un intervalle I de R, sauf p-ê en a I. l R est la limite de f en a si, quand x I se rapproche de a, f (x) se rapproche de l. Dans ce

Plus en détail

En particulier : x, y R, e x+y = e x e y et e x = 1 e x.

En particulier : x, y R, e x+y = e x e y et e x = 1 e x. I. Propriétés algébriques La fonction logarithme néperien est dérivable et strictement croissante de R + sur R. Le théorème de la bijection, qu on abordera au chapitre 7, permet de prouver l existence

Plus en détail

Polynômes de Legendre sur [0,1], quadratures de Gauss

Polynômes de Legendre sur [0,1], quadratures de Gauss Polynômes de Legendre sur [,1], quadratures de Gauss Énoncé Polynômes de Legendre sur [,1], quadratures de Gauss On définit les suites de polynômes (U n ) et (P n ) de la manière suivante : U = 1 n 1,

Plus en détail

T. D. n o 3 Suites numériques. Limite d une suite numérique.

T. D. n o 3 Suites numériques. Limite d une suite numérique. T. D. n o 3 Suites numériques. Limite d une suite numérique. Exercice : D après le concours d inspecteur du trésor, épreuve 2, 2004.. Étudier la fonction de la variable réelle x définie par : f(x) = ln

Plus en détail

Cours d analyse Brevet de Technicien Supérieur Conception et Réalisation en. Chaudronnerie Industrielle

Cours d analyse Brevet de Technicien Supérieur Conception et Réalisation en. Chaudronnerie Industrielle Cours d analyse Brevet de Technicien Supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Chapitre Fonctions de référence...3 I Fonctions affines...3 a) Signe d'une fonction affine...3 II

Plus en détail

Chap. 2 : Fonctions : limites, continuité, dérivabilité Mathématiques T S

Chap. 2 : Fonctions : limites, continuité, dérivabilité Mathématiques T S I Notion de continuité 1) Fonctions continues Définition 1 : Soit f une fonction définie sur un intervalle I contenant a. Remarques : On dit que f est continue en a si lim f(x) = f(a) On dit que f est

Plus en détail

PRATIQUE DES FONCTIONS NUMÉRIQUES

PRATIQUE DES FONCTIONS NUMÉRIQUES UNIVERSITÉ DE CERGY U.F.R. Economie et Gestion Licence d Économie et Gestion L1 - S1 PRATIQUE DES FONCTIONS NUMÉRIQUES EXAMEN PREMIÈRE SESSION - Janvier 01 - heures Les exercices sont indépendants et peuvent

Plus en détail

Fonctions de référence 1

Fonctions de référence 1 Fonctions de référence Les fonctions sinus et cosinus. Définitions Le plan étant muni d un repère orthonormé (O; I, J), on peut associer à tout réel x un unique point M sur le cercle trigonométrique. (voir

Plus en détail

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites

Bibliothèque d exercices L1 Feuille n 10. Suites Bibliothèque d exercices Énoncés L Feuille n 0 Suites Convergence Exercice Soit (u n ) n N une suite de R. Que pensez-vous des propositions suivantes : Si (u n ) n converge vers un réel l alors (u n )

Plus en détail

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES

(Q) non vide et majorée, alors il existe dans R un plus petit majorant de A, appelé la borne CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES CHAPITRE 1 R, BORNE SUPÉRIEURE ET CONSÉQUENCES 1.1. Propriétés de R On suppose connus N = {0, 1, 2, 3,...}, l anneau des entiers Z = {..., 2, 1, 0, 1, 2,...} et le corps des rationnels Q = { a a, b Z,

Plus en détail

(exercice : calculer u 2 puis u 5 )

(exercice : calculer u 2 puis u 5 ) Suites Prérequis : Division euclidienne Soient a et b deux entiers avec b 0. Il existe un unique couple (q, r) Z N tel que a = q b + r et 0 r < b. q s appelle le quotient de la division enclidienne de

Plus en détail

III Somme de deux séries entières, produit par un scalaire 5

III Somme de deux séries entières, produit par un scalaire 5 Séries entières I Généralités I.A Définition........................................... I.B Lemme d Abel........................................ 2 I.C Rayon de convergence d une série entière..........................

Plus en détail

Corrigé de E3A 2015 PC math 2. Partie I A. sin(x + π) cos(x + π) = sin(x)

Corrigé de E3A 2015 PC math 2. Partie I A. sin(x + π) cos(x + π) = sin(x) Corrigé de E3A 5 PC math Partie I A.. La fonction tan a pour période π puisque tan(x + π) sin(x + π) cos(x + π) sin(x) cos(x) tan(x).. La fonction tan est strictement croissante et impaire sur π, π [ et

Plus en détail

Fiche méthodologique Suites récurrentes réelles u n+1 = f(u n )

Fiche méthodologique Suites récurrentes réelles u n+1 = f(u n ) Fiche méthodologique Suites récurrentes réelles u n+1 = f(u n ) BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: = Pelletier Sylvain Tous les résultats donnés sur cette fiche sont à redémontrer au cas par cas. Le programme

Plus en détail

Math206 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1

Math206 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1 Université de Paris Sud 11 L MPI Mathématiques ème semestre 14/15 Math06 Equations aux Dérivées Partielles Feuille d Exercices 1 NB. Ces exercices, et les corrigés qui suivent, sont issus du site http://www.bibmath.net

Plus en détail

Cours de mathématique en TS d Eric ZERBIB, professeur au lycée Pardailhan à Auch,

Cours de mathématique en TS d Eric ZERBIB, professeur au lycée Pardailhan à Auch, Un peu d histoire La notion de dérivée a vu le jour au XVII e siècle dans les écrits de Leibniz et de Newton qui la nomme fluxion et qui la définit comme «le quotient ultime de deux accroissements évanescents».

Plus en détail

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle

Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle DOCUMENT 36 Une définition et des caractérisations des fonctions exponentielles à partir d une équation fonctionnelle Une propriété importante des fonctions exponentielles est qu elles sont solutions de

Plus en détail