La mondialisation économique comporte-t-elle des risques?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mondialisation économique comporte-t-elle des risques?"

Transcription

1 Séance plénière 1 La mondialisation économique comporte-t-elle des risques? Conférence : Felix ROHATYN, ambassadeur des Etats-Unis en France Débat : Antoine BERNHEIM, associé commanditaire de Lazard Frères et cie, Jacques BLONDEAU, président-directeur général de la Scor, Henri DE CASTRIES, directeur général du groupe Axa, Antoine JEANCOURT-GALIGNANI, président des AGF Animateur : Erik IZRAELEWICZ, rédacteur en chef au Monde Conférence de Felix ROHATYN La globalisation, une réalité positive Le sujet de la globalisation, souvent perçu en Europe comme celui de l américanisation, doit être un des grands sujets de débat, en Europe, aux Etats-Unis et dans les pays en voie de développement. Pour moi, la globalisation n est certainement pas une politique, et certainement pas une politique américaine, c est une réalité, née de la technologie, de la chute du mur de Berlin, de la capacité des capitaux et des idées d aller autour du monde à la vitesse de la lumière. Cette globalisation a été, pour vous comme pour nous, un grand succès. Dans les pays développés, l ouverture des marchés, la transparence des technologies, des idées et des capitaux ont créé des millions d emplois et des milliards de richesses. Ce n est malheureusement pas compris ainsi, mais je crois que c est là la réalité. Le risque de Seattle, ce n est pas le risque que la globalisation se renforce, mais celui qu elle commence à faire des pas en arrière. Les conséquences de la conférence de Seattle Seattle, vu de très loin et mal interprété, risque de devenir la victoire du bien contre les forces du mal. Ce qui s est passé à Seattle était très compliqué. Il n y a pas eu une raison à son échec car Seattle a été un échec mais une combinaison d effets, en particulier les intérêts conflictuels entre l Union européenne et les Etats-Unis, les intérêts Nord- Sud ; s il y a un gagnant à Seattle, c est la nécessité de regarder de beaucoup plus près le dialogue Nord-Sud. La capacité pour l Organisation mondiale du commerce (OMC), 1

2 organisation faible et récente, de mettre dans une chambre 135 pays, avec les organisations non gouvernementales, et d arriver à une décision unanime sur une période très restreinte, pour des intérêts extraordinairement compliqués, est presque irréalisable. Il y a eu aussi quelque chose de nouveau : la politique globale de l Internet. Les organisations non gouvernementales (ONG) étaient organisées et animées par la globalisation de l Internet. Ce qui aurait dû être relativement simple une conférence internationale qui ne réussit pas, cela arrive souvent est devenu, à cause de ce qu on a vu à la télévision, des manifestations qui n ont pas été bien contrôlées et de l image de la police de Seattle, extrêmement négatif. Nous n avions pas vu à la télévision américaine des images de tels événements survenus en Amérique depuis le Vietnam et la Convention de Chicago de Cela est donc apparu comme une bataille de la société civile contre la globalisation. Il n est d ailleurs pas étonnant de voir ces réactions. La globalisation est vue comme un phénomène américain. L un des plus récents sondages que j ai vus faisait apparaître que 52 % des Américains trouvent que la globalisation est dangereuse. Il est nécessaire de commencer à regarder logiquement la nature et les résultats de la globalisation. Il y a certainement des risques, mais, pour des pays développés, et surtout pour les pays sous-développés ou en développement, rater la globalisation est beaucoup plus risqué que d essayer de prendre l avantage et de dominer ce que la globalisation nous apporte. Les risques politiques Un danger supplémentaire, après la bataille qui semble avoir défait cet «ogre» qu est l OMC, qui ne menace personne avec ses 80 millions de dollars de budget, est que soient visées d autres organisations internationales comme le Fonds monétaire international (FMI), vu comme la colonie financière des grands pays pour exploiter le reste du monde. Il est tout à fait logique de croire que les grandes organisations internationales comme le FMI vont être défiées, et peut-être aussi la Banque mondiale, mais je crois que M. Jim Wolfensohn a eu un dialogue constant avec les ONG, et a agi d une façon très intelligente et positive. Chez nous, l opposition à l ouverture des marchés se fait surtout au niveau de la pression sur les salaires. Les syndicats qui ont manifesté à Seattle ne sont pas philosophiquement opposés aux marchés ouverts, mais à l un des effets de la globalisation, qui est la pression sur les salaires, à cause de la compétition et des importations. Beaucoup parlent avec enthousiasme des marchés ouverts en pensant seulement aux exportations et en oubliant que, dans un marché ouvert, il faut importer autant qu exporter. Si on ne fait pas très attention, notre déficit commercial de 300 milliards de dollars par an peut, après Seattle, devenir un problème politique. Les risques sociaux Un autre perdant a été le débat en Europe sur le capitalisme populaire : l actionnariat des employés, les fonds de pension, l investissement étranger, les stock-options. Ce sont les instruments dont nous nous servons pour combler d une façon ou d une autre un des grands problèmes de la mondialisation : les grands écarts de richesse et de revenus, que nous essayons de contrôler en faisant participer autant que possible les employés au capital des sociétés, et en poussant au maximum la croissance et l éducation. C est une illusion de croire qu on peut faire marcher une économie moderne mondiale dans un climat où l objectif est l égalité : malheureusement ou heureusement, l économie moderne est une méritocratie, où la combinaison de la technologie, de l éducation, de 2

3 l intellect et de la capitalisation que les marchés boursiers donnent à des sociétés de ce genre amène inévitablement à de grandes différences. Nous avons reconnu le fait que les transferts de richesse allaient trop loin du travail vers le capital, et nous traitons ces questions en créant autant de capitalistes que possible parmi les employés des sociétés. Le risque d ajustement à la globalisation pour une société moderne, c est le risque social de la dislocation du travail. La seule façon de traiter ce risque, ce sont une croissance très forte et une éducation de l employé presque permanente. Nous avons créé environ 20 millions d emplois au cours des dix dernières années, ou plutôt, nous en avons créé 38 millions et perdu 18 millions. Inévitablement, cela entraîne des dislocations et des problèmes auxquels il faut faire face. Le risque d une crise financière L autre risque est naturellement la crise financière, avec les inventions sans limites de nouveaux instruments financiers par les diplômés des écoles de commerce. Une économie moderne à l heure de la globalisation demande des services de réglementation et une transparence aussi totale que possible. L idée que l économie moderne est une économie de marché pure, sans gouvernement, est totalement absurde. Plus on a des marchés ouverts, plus il faut des gouvernements intelligents et actifs pour réguler le système, qu il s agisse de la santé, des capitaux ou de la science. Je reviens sur les grandes différences de richesse. Le fondement le plus important de notre économie, c est la science et la technologie, et l idée que c est quelque chose de nouveau aux Etats-Unis est fausse : Silicon Valley remonte à Ce que nous voyons chez nous, c est le résultat d une cinquantaine d années d investissements cumulatifs, avec un réinvestissement très important : les profits sont réinvestis dans la recherche. C est assez unique dans le phénomène de la globalisation pour les pays développés : notre culture du risque est très avancée. Sans la capacité d investir et de devenir très riche ou de faire faillite, il est très difficile de faire dominer cette culture. La question du risque et de la manière de le traiter concerne non seulement l assurance, mais également la politique, par exemple pour ce qui est des risques de la science. Nous le voyons en Europe à propos du bœuf anglais, et précédemment sur les organismes génétiquement modifiés et le bœuf américain. Ce sont des questions compliquées, mais il faudra arriver à se mettre d accord sur la régulation du risque : lesquels sont raisonnables? Il est évident que le secteur politique doit y participer, mais je crois qu il est important de trouver une sorte de Federal Drug Administration (FDA) européenne, qui puisse, avec les Américains et d autres systèmes régulateurs, arriver à des conclusions aussi scientifiques que possible. Le risque dans les pays en voie de développement Dans les pays en développement, les risques sont un peu différents. Adopter la mondialisation trop vite avant d avoir les institutions légales et réglementaires risque d ouvrir des marchés et des flux de capitaux avant que les pays soient capables de les absorber. Cela pourrait amener à des crises financières, qui, je l espère, seront de plus en plus contrôlables par les efforts de la communauté financière internationale. Les pays qui n ont pas les institutions dont disposent les grandes démocraties développées depuis très longtemps doivent faire plus attention à la façon dont ils s ouvrent à la globalisation. 3

4 Seattle, un pas en arrière Seattle, c est un pas en arrière, dont nous sommes les perdants. L Europe est perdante. Les pays les plus pauvres sont les grands perdants. Pour nous tous, la grande question du XXI e siècle sera : que faire dans un monde où, sur 6 milliards de personnes, 5 sont pauvres? Peut-être que Seattle va mettre cette question en avant. Cela devrait être le grand sujet du dialogue Est-Ouest du XXI e siècle : comment faire en sorte que le dialogue Nord-Sud aille plus vite et que l on fasse quelque chose pour les trois quarts de l humanité qui vivent à des niveaux très en dessous des nôtres? Débat Erik IZRAELEWICZ : Monsieur l Ambassadeur, je souhaiterais vous poser une question d actualité, un peu provocatrice par rapport à votre propos. Vous avez présenté Seattle comme un échec. Est-ce que ce n est pas en réalité une victoire des Etats-Unis? L administration américaine n a jamais été très favorable à de grandes structures internationales. La perspective de voir l OMC devenir une structure importante n était peut-être pas dans ses souhaits. Par ailleurs, vous avez souligné qu aux Etats-Unis une grande partie de la population a peur de la mondialisation. Dans une perspective électorale, n était-il pas bon pour l administration américaine de montrer qu elle savait résister à cette mondialisation? Enfin, le résultat de Seattle est que les discussions vont reprendre à Genève, sur l agriculture et les services commerciaux, dans un cadre bilatéral, dans lequel les Etats-Unis se trouvent en position de force. Est-ce que l AFL-CIO, le grand syndicat ouvrier américain, n a pas gagné? Est-ce que l hyperpuissance américaine ne va pas maintenant imposer sa loi sans avoir à se préoccuper de ce forum trop large? Felix ROHATYN : Vous nous créditez d un machiavélisme beaucoup trop sophistiqué. Si nous avions organisé chez nous, à Seattle, une réunion de l OMC, que nous avons beaucoup soutenue, en vue d un échec, cela serait la preuve d une intelligence et d un machiavélisme dont nous ne sommes pas capables. La globalisation, cela veut dire discuter. Je suis toujours étonné de voir la globalisation présentée comme une politique à figure américaine. Je reconnais que nous sommes maintenant l un des grands gagnants de la mondialisation, mais on ne disait pas cela il y a dix ans, quand on croyait que le Japon et l Allemagne allaient dominer le monde. On oublie les problèmes que nous avons eus dans les années 80, avec les licenciements, les grandes entreprises qui ont voulu changer de méthode de gestion. Nous avons travaillé très dur. En règle générale, l Amérique croit que l ouverture des marchés et des investissements est bonne non seulement pour ellemême, mais aussi pour le monde. Erik IZRAELEWICZ : Le président Clinton, après deux ou trois jours de discussions, a indiqué qu il envisageait l introduction de sanctions commerciales pour les pays qui ne respecteraient pas les droits des travailleurs. On a dit que c était le chiffon rouge 4

5 agité par le président américain pour s assurer d un échec à Seattle. En disant cela, plus aucun pays en voie de développement ne pouvait s asseoir à la table. Felix ROHATYN : Il n y avait rien de nouveau au fait que nous désirions, avec les Européens d ailleurs, un groupe de travail sur les normes sociales et sur l environnement. Personnellement, dire que nous trouvons qu il n est pas bon que des enfants de 14 ans travaillent dans des usines ne me semble pas un principe dont nous devrions avoir honte. Si je dis qu il faut examiner le dialogue Nord-Sud, c est non seulement pour évoquer des questions comme le travail des enfants, mais aussi pour pouvoir aider ces pays : quand on leur dit que les enfants ne doivent pas aller à l usine, il faut leur donner la possibilité de mettre ces enfants dans les écoles. Cela demande davantage qu un constat : une politique de développement. Nous avons malheureusement dû attendre chez nous l incendie d une usine et la mort de 150 enfants pour avoir, en 1915, une loi qui défende cela. C est un principe qui me semble tout à fait louable. Erik IZRAELEWICZ : Monsieur Bernheim, voulez-vous réagir aux idées centrales de l intervention de M. Rohatyn? M. Rohatyn nous a convaincus que la globalisation n était pas l américanisation ; il nous a dit ce qui l inquiétait : un risque de remise en question de la globalisation, des risques de dislocation sociale, de crise financière. Comment appréciez-vous ces risques? Antoine BERNHEIM : Il est très difficile pour moi de parler juste après M. Rohatyn, qui est un ambassadeur extraordinairement éminent et très favorable au monde occidental et à l Europe. L échec de Seattle est dû pour une très large part à la recrudescence de sentiments nationalistes et au développement d une certaine forme de protectionnisme. La globalisation est un état de fait. La puissance économique américaine n est pas dominatrice : elle a démontré depuis bien longtemps qu elle était une puissance salvatrice des libertés humaines. Heureusement que, dans bien des circonstances, les Etats-Unis ont existé et ont accepté de défendre la liberté dans des pays où elle était menacée, voire bafouée. Les autres acteurs sont les géants de l Asie. Je n ai jamais cru que le Japon serait l initiateur d une crise formidable. Je crois que le Japon peut, grâce à des méthodes économiques et à une politique sociale plus élaborées, être un acteur très puissant de la vie économique mondiale. Enfin, il y a l Europe. Ce que nous voulons, c'est une Europe suffisamment forte pour équilibrer la puissance américaine et la future puissance asiatique. Cela est indispensable : actuellement, nous vivons la révolution des technologies de l information. Ici, nous sommes dans le secteur des assurances. L assurance est un produit essentiellement vendu par des intermédiaires : les agents généraux, les courtiers, les réseaux spécialisés. Les technologies de l information vont bouleverser, dans tous les pays, les corps intermédiaires. Nous sommes peut-être à la veille de certains troubles sociaux qui viseront les classes moyennes. Les grandes sociétés d assurances, avec ces nouvelles technologies, devront modifier toutes leurs méthodes de gestion. Il faudra des communications très fortes entre tous les pays et une suppression des particularismes nationaux. Dans cette hypothèse, alors que les sites Internet peuvent être connus par tous, on est obligé d être mondialiste. Cette situation a un caractère mondial. Il n est pas possible d y survivre dans un cadre nationaliste. Les éléments 5

6 secondaires comme le bœuf aux hormones ou le poulet aux antibiotiques ne devraient pas remettre en question la politique mondiale. Mais les politiques nationalistes, étatiques particulières telles qu on les constate en Europe, et notamment en France, constituent une régression de l idée européenne, et par conséquent de l idée mondialiste. Peut-être que sur les plans humain et social, c est très bien, mais sur le plan mondial, ce n est pas bon. Il est indispensable que nous ayons une harmonisation des dispositions fiscales et sociales. Sans elle, il y aura un déséquilibre constant entre les nations où circule l euro, qui a montré sa fragilité et risquera d être remis en question. On ne parlera plus alors de mondialisation, mais de nouveaux particularismes nationaux, et ce sera une régression totale de l humanité. Erik IZRAELEWICZ : Monsieur l Ambassadeur, voyez-vous dans le monde une montée des politiques nationalistes ou des signes de comportements protectionnistes? En dépit de l «échec» de Seattle, le commerce mondial va progresser cette année de 9 %, donc cela ne va pas si mal sur le plan des échanges. Felix ROHATYN : Jusqu à maintenant, non. Mais je suis d accord avec M. Antoine Bernheim sur la transparence, que nous pratiquons tous. Erik IZRAELEWICZ : Monsieur Blondeau, comment réagissez-vous à ces multiples risques? Nous avons pour l instant une vision assez sombre de la globalisation. Jacques BLONDEAU : Je suis toujours très étonné qu on puisse exprimer le débat sous la forme de la question : êtes-vous pour ou contre la mondialisation? Cela me paraît extraordinairement naïf, car le fait est que la mondialisation est là. Comme l a rappelé M. l Ambassadeur, la vraie question est : qu est-ce qu on en fait? Accroît-on ou diminue-t-on les risques? Je crois, comme lui, que l échec de Seattle est un échec pour tout le monde. On associe au concept de mondialisation une idée libérale déchaînée où on laisse les marchés faire n importe quoi, alors que ce dont on a besoin aujourd hui et cela peut être l un des objectifs de l OMC c est d essayer d apporter à tout cela un minimum d ordre et de méthode, de réglementation et de régulation. Pour ma part, je regrette beaucoup que Seattle se soit passé ainsi. Il faudra aller au-delà et ne pas être trop négatifs : il y aura d autres Seattle. Nous n étions qu au lancement d une conférence mondiale. Comme réassureurs, nous avons une expérience privilégiée : nous sommes dans un métier qui a toujours été globalisé. Je voudrais émettre une opinion entièrement personnelle : je crois que la mondialisation entraîne une croissance des risques presque exponentielle. Cela concerne les risques systémiques : on l a vu au moment de la crise financière de 1997 en Asie, où personne n avait imaginé qu une petite crise en Thaïlande allait avoir un effet de dominos aussi prononcé. Pour parler en termes d assureurs, il y a risque de cumul : la plupart des grands groupes industriels et des grands groupes d assurances implantés dans de nombreux pays y sont exposés. Il y a aussi des risques qui viennent de la spécialisation : avec la globalisation, nous allons avoir des pays spécialisés dans un certain nombre de domaines. Environ 15 % de la capacité 6

7 mondiale de production de composants électroniques se trouve à Taïwan. Si vous y ajoutez 10 à 15 % supplémentaires en Corée du Sud, cela fait, sur deux pays très exposés aux catastrophes naturelles, une part très importante de la capacité mondiale de composants essentiels. D autres risques tiennent à la mondialisation des marques. Je rappellerai le petit incident qui a touché Coca-Cola au cours de l été, où un microproblème à la frontière franco-belge a créé un problème remarquable, d ailleurs remarqué par tout le monde. C est notre rôle d assureurs de gérer et de protéger ces risques. C est peut-être même une très belle occasion pour nous. Pourquoi s en plaindre? Il faut néanmoins que tout le monde ait bien conscience de cette croissance des risques. Il peut y avoir des organisations supranationales qui vont essayer de les limiter, mais cela laisse encore un champ considérable aux assureurs pour les couvrir. Je voudrais rappeler deux chiffres qu il faut toujours garder à l esprit, pour aller tout à fait dans le sens de ce que disait M. l Ambassadeur au sujet de cette mondialisation présentée comme une sorte de complot américain : au sortir de la guerre, l économie américaine représentait le tiers de l économie mondiale ; aujourd hui, cette part est de 25 %. Malheureusement pour vous, monsieur l Ambassadeur, vous êtes en régression. Erik IZRAELEWICZ : Monsieur l Ambassadeur, vous avez évoqué le mot de régulation, que M. Blondeau vient de reprendre. Qu est-ce qu on entend par là? Tout le monde est pour le marché, mais il faut le réguler. La Banque mondiale ou d autres organisations internationales, comme le Bureau international du travail, sont-elles des modèles en la matière? Ou faut-il, comme l avait suggéré il y a quelques années M. Jacques Delors, créer une sorte de conseil de sécurité économique auprès de l Onu? Felix ROHATYN : Je parlais d abord de régulation interne. Les crises internationales sont réduites au minimum si la majorité des gouvernements et des Etats ont des conduites économiques et financières saines : des endettements pas trop élevés, des déficits limités et un équilibre politique et social. Pour arriver à ces résultats je ne parle pas pour élever le drapeau américain, mais pour exposer ce que nous faisons chez nous dans ce domaine, il faut une régulation sur les grands sujets : la finance, la santé, l environnement, les impôts. Il faut une culture de respect de la loi. Le respect de la démocratie et de la loi est fondamental pour l économie mondiale. Dans le domaine international, en ce qui concerne les grandes organisations comme la Banque mondiale ou les grandes banques centrales, se pose le problème de la séparation entre la souveraineté et la réglementation internationale, qui varie d un sujet à l autre. En ce qui concerne la finance internationale, les grandes banques centrales et le FMI ont travaillé et travaillent toujours ensemble pour limiter le risque et donner de plus en plus de transparence à ces questions. Erik IZRAELEWICZ : Henri de Castries, on a parlé d une croissance des risques, et notamment des risques financiers. La globalisation n accroît-elle pas le risque financier dans lequel nous nous trouvons? 7

8 Henri DE CASTRIES : Je voudrais d abord réagir à ce qui a été dit par tous les orateurs depuis le début. La mondialisation, c est un état de fait, dont on regarde l effet sur notre métier d assureur. La question qu on doit se poser est de savoir si cela accélère la croissance. Il me semble que oui. Et comme la croissance augmente la richesse, donc la matière assurable, c est une très bonne chose pour nous, avec un certain nombre de réserves. En matière financière, est-ce que cela nous permet de mieux gérer nos actifs? Oui, cela nous permet de les gérer de manière plus fluide et plus diversifiée. Néanmoins, certains risques apparaissent. A cette mondialisation est associée une volatilité bien plus forte : les gens réagissent beaucoup plus vite et beaucoup plus dans le même sens. Des chiffres sont assez éloquents : la capitalisation boursière de Microsoft est à peu près égale à la capitalisation boursière de toutes les Bourses moyennes d Asie ; une seule valeur, Nokia, représente plus de la moitié de la capitalisation du marché sur lequel elle a son siège social. Si l on ajoute le fait qu il y a de moins en moins d investisseurs individuels, mais de plus en plus d investisseurs intermédiaires, qui ont tendance à réagir dans le même sens, on voit bien que les marchés sont en train de changer de nature et que les réactions peuvent être plus brutales. Nous sommes dans une situation où la croissance est plus forte que par le passé, la volatilité aussi, et, comme les technologies vont beaucoup plus vite que les gouvernements, la régulation n a pas encore trouvé ses nouvelles formes d expression. Le rythme de développement de la richesse est en train de s accélérer. Le vrai souci pour nous est que cette richesse s accumule de manière de plus en plus inégale. Je me demande si, au fond, le vrai risque grave à très long terme n est pas le risque Nord-Sud. Si on regarde l histoire de l humanité, il n y a pas d exemple d accumulation de richesses qui, si elle n a pas été partagée équitablement, ne se soit terminée avec les barbares aux portes et un désastre. Il faut avoir une vraie réflexion sur la manière d accélérer la croissance, non seulement pour nous, mais aussi pour un certain nombre de pays qui y ont un accès moins facile. Erik IZRAELEWICZ : Monsieur l Ambassadeur, vous avez été banquier d affaires, je ne résiste pas à vous poser la question du vertige de Wall Street. N y a-t-il pas un risque majeur à ce que l ensemble de l économie mondiale soit tirée par l économie américaine, elle-même tirée par la santé insolente de Wall Street? Le poids des investisseurs institutionnels n est-il pas un peu inquiétant? Felix ROHATYN : Je croyais que devenir ambassadeur allait me protéger du risque de devoir faire des prédictions sur les marchés américains! Mais, de toute façon, je n ai jamais prédit les marchés, même lorsque j étais banquier Ce n est un secret pour personne : les marchés financiers aux Etats-Unis sont à des niveaux uniques. Il y a un marché additionnel, qui est celui de toutes les technologies nouvelles. Il faut reconnaître que nous avons créé un capitalisme très large, avec une participation très importante de la population américaine et des salariés. Les salariés des entreprises américaines sont aujourd hui propriétaires d environ 10 % du capital de toutes les entreprises. Cela crée une stabilité politique, économique et financière du pays assez nouvelle. Par ailleurs, je crois que nous sommes dans une nouvelle phase économique du point de vue de la productivité, de la croissance et de l inflation, qui justifie un changement des niveaux de base. Antoine et moi avons grandi dans un monde où 12 à 14 fois les bénéfices constituaient un ratio très respectable. 8

9 Avons-nous un risque au niveau des marchés aux Etats-Unis? Certainement. Il est tout à fait possible que la Bourse américaine ait une défaillance temporaire, mais je ne crois pas à une catastrophe économique et financière. On a peur des marchés élevés, mais on a encore plus peur des marchés bas. Erik IZRAELEWICZ : Monsieur Jeancourt-Galignani, comment réagissez-vous à cette somme de risques que nous venons d étudier? Antoine JEANCOURT-GALIGNANI : Il y a les risques dans les pays en voie de développement et nos risques. La crise asiatique nous a enseigné qu il y avait un vrai risque de libéralisation forte des échanges de biens, de capitaux, de techniques dans les pays en voie de développement, sans l accompagnement des disciplines de marché auxquelles nous sommes habitués : droit commercial, transparence, intégrité, division des fonctions. Quand un groupe comme Daewoo, dont la dette est sans doute aujourd hui proche de 100 milliards de dollars, a pu développer cette dette sans jamais présenter de documents comptables vraiment complets, quand on voit comment l industrie s est développée en Indonésie autour de la famille du président, dont les interventions définissaient les nouveaux secteurs, on se dit qu il y avait un dynamisme extraordinaire, mais sans les disciplines nécessaires à son développement. C est un enseignement somme toute positif. Il n y a pas de progrès économique sans progrès d organisation et sans progrès moral. Dans ces pays, il n y aura pas de progrès économique sans transparence, et il n y a pas de transparence sans démocratie. Il faut que nous, les Occidentaux, soyons à l avenir moins complices que nous ne l avons été de ces abus et de ces dérapages. Les opérateurs économiques, les banques, les industriels ont dit : c est comme ça, on le sait, c est corrompu Cela se retourne contre nous. Quand nos gouvernements veulent ignorer ces carences pour signer un contrat ou deux, ils ne mènent pas un combat utile. Il y a vraiment là un risque de mondialisation : il n y a pas de développement de la liberté économique sans une forme de régulation politique. Chez nous, le risque de mondialisation, c est de la refuser. Refuser la mondialisation revient à tromper nos concitoyens sur ce qu elle est, leur faire croire qu on peut s en protéger, qu elle n est pas inéluctable, et leur faire croire que les inconvénients à moyen terme sont plus grands que les avantages, ce qui est faux. Voilà le risque dans le domaine économique, technologique et peut-être culturel et agricole, même s il est politiquement incorrect de le dire. Refuser la mondialisation, c est aussi refuser la flexibilité qu elle impose, par une législation beaucoup trop contraignante sur la durée du travail au moment où la mondialisation est à nos portes, où elle est une fantastique occasion de développer l emploi, si l on accepte à la fois des créations et des destructions d emplois. Erik IZRAELEWICZ : Monsieur l Ambassadeur, je vous demanderai de conclure en réagissant à ce dernier point. Comment voyez-vous l attitude des Français et des Européens par rapport à la mondialisation? Avez-vous le sentiment que les élites la refusent et que la population y est réticente? Felix ROHATYN : Il est pour moi plus facile de parler de la France, où je réside depuis deux ans et demi. Au cours de mes voyages, j ai d ailleurs le privilège de voir l ensemble 9

10 du pays, et pas seulement Paris. Je crois que le secteur privé français est tout à fait concurrentiel. Les grandes entreprises françaises sont gérées de façon moderne, avec une technologie mondiale et une gestion mondiale. L attitude des gérants des grandes sociétés françaises est tout à fait remarquable, tout comme la performance de l économie française à l heure de la mondialisation. C est pourquoi je m étonne de voir une attitude craintive face à la mondialisation dans un pays qui réussit brillamment. Dans les villes de province, par exemple Toulouse, capitale de l aéronautique européenne, on rencontre une ouverture en ce qui concerne l économie mondiale et la concurrence. Dans la grande majorité des cas, je trouve que le pays a évolué extraordinairement depuis quinze ou vingt ans et est aujourd hui très ouvert. Il y a sans doute, dans certains milieux intellectuels, médiatiques et gouvernementaux, un rejet de la globalisation et de l ouverture des marchés, ainsi que du modèle capitaliste américain. Il n y a rien de mal à rejeter un modèle, d autant que la France et l Europe n ont aucunement besoin d un modèle autre que le leur. Nous avons des philosophies assez différentes. La base de beaucoup de ces différences se situe entre égalité et opportunité, entre risque et sécurité. Mais nous abordons là des sujets profonds, qui dépassent la réaction que l on peut avoir concernant la mondialisation. 10

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière

QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière 16/11/1999 QUELQUES REFLEXIONS SUR L EVOLUTION DU SYSTEME FINANCIER INTERNATIONAL par Jacques de Larosière Concours du Meilleur Mémoire Financier - 1999 Paris, Novembre 1999 Ayant assisté, depuis plus

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

«La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique»

«La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique» PREMIER FORUM DES AFFAIRES DE LA CEDEAO ACCRA, 21-29 octobre 2007 =========================================== «La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique» Communication du Président

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 21 septembre 2012 Les conditions d une synthèse entre le modèle comptable européen et les normes IFRS --------------- Intervention de Jérôme Haas,

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?»

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?» Département fédéral de justice et police DFJP Secrétariat général SG-DFJP Service d'information DFJP Embargo: 01.06.2007, 11.00 h Discours / Exposé: Tant le discours prononcé que la version écrite font

Plus en détail

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C.

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. J GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE ASSOCIATION

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements?

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? Intervention de M hammed GRINE Membre du Bureau Politique du Parti du progrès et du Socialisme du Maroc Le Parti du Progrès et du Socialisme

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

M. Marc André Poirier

M. Marc André Poirier Les entretiens du China Institute Entretien avec M. Marc André Poirier Senior Country Officer de Crédit Agricole CIB au Japon, Ex Chief Executive Officer de Société Générale en Chine Entretien avec M.

Plus en détail

L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer

L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer New York, 14 juin 2006-06-29 L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer Discours prononcé par Jean-Cyril Spinetta, Président-Directeur Général d AIR FRANCE

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Un nouveau départ pour servir l économie nationale

Un nouveau départ pour servir l économie nationale LA PROFESSION COMPTABLE ALGERIENNE : LA LOI 10/01 DU 29 JUIN 2010 Un nouveau départ pour servir l économie nationale Ali MAZOUZ, Expert Comptable et Commissaire aux Comptes. La loi sur la profession comptable

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

«La mondialisation et les institutions internationales»

«La mondialisation et les institutions internationales» «La mondialisation et les institutions internationales» Intervention le 18/01/2006 à l Auberge de jeunesse de Namur dans le cadre du cycle de formation de Oxfam-magasins du monde Toile de fonds : montée

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

C est un mode de calcul

C est un mode de calcul Merci d être sur le plateau de BFM TV. Vous êtes gouverneur de la Banque de France, président de l Autorité de Contrôle Prudentiel, c est-à-dire ce qui supervise toutes les banques en France. Alors, évidemment,

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie Allocution de M. Yvon Bolduc, Président-directeur général Fonds de solidarité FTQ Montréal, le lundi

Plus en détail

Productivité, croissance économique, emploi (1)

Productivité, croissance économique, emploi (1) 1 http://www.asmp.fr - Académie des Sciences morales et politiques Productivité, croissance économique, emploi (1) Pierre Tabatoni de l Institut Les variations de la productivité jouent un rôle clef dans

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Les marchés font-ils

Les marchés font-ils Le marché, la crise, l austérité et la croissance 5 Pascale-Marie Deschamps Les marchés font-ils la loi? Réponses aux idées reçues et aux solutions toutes faites Entretiens avec Pierre de Lauzun et Philippe

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

LE COMPORTEMENT BOURSIER EN TEMPS DE CRISE

LE COMPORTEMENT BOURSIER EN TEMPS DE CRISE Avril 2011 Vol. 11 n o 2 Jean-François G. Labbé, M.B.A. C.F.A. Planificateur financier jfglabbe@sympatico.ca Sylvain Fortier Conseiller en sécurité financière fortiersylvain@sympatico.ca www.investiafinance.com

Plus en détail

La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité

La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité La solution n est pas le socialisme, mais le capitalisme associé à une meilleure répartition des bénéfices de la révolution de la productivité Robert Reich 6 mai 2012 La victoire de François Hollande n

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

1 von 5 07.05.2013 11:59. Vie numérique Dimanche5 mai 2013

1 von 5 07.05.2013 11:59. Vie numérique Dimanche5 mai 2013 1 von 5 07.05.2013 11:59 Vie numérique Dimanche5 mai 2013 Par Propos recueillis par Mehdi Atmani «Je pars en guerre contre le Big Data» Le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence,

Plus en détail

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006 INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE OBSERVATIONS DE LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE SUR LES ÉTATS FINANCIERS DU GOUVERNEMENT DU CANADA DE L EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2006 Dans ces observations, j aimerais expliquer certains

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT 1 Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence?

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Patrick Belser Salaires moyens La crise financière et économique a approximativement réduit de moitié la croissance des salaires à l échelle mondiale

Plus en détail

L UNION EUROPÉENNE, SYSTÈME LE PLUS SOPHISTIQUÉ AU MONDE POUR CONSTRUIRE UNE CIVILISATION PAR LE MARCHÉ

L UNION EUROPÉENNE, SYSTÈME LE PLUS SOPHISTIQUÉ AU MONDE POUR CONSTRUIRE UNE CIVILISATION PAR LE MARCHÉ 1 L UNION EUROPÉENNE, SYSTÈME LE PLUS SOPHISTIQUÉ AU MONDE POUR CONSTRUIRE UNE CIVILISATION PAR LE MARCHÉ Jacques Nikonoff Ce qui est appelé la «construction» européenne repose en réalité sur la marchandisation

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 «L euro nous a protégés des crises financière successives» Le taux de rémunération

Plus en détail

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande

9.2.7.1.2.1 Déséquilibres entre l offre et la demande 9.2.7 Message concernant l Accord international de 2001 sur le café du 9 janvier 2002 9.2.7.1 Partie générale 9.2.7.1.1 Condensé L Accord international de 2001 sur le café a été approuvé au cours de la

Plus en détail

Journée de l assurance

Journée de l assurance Journée de l assurance Excellences Mme la Vice-Présidente de la Chambre des Députés M. le Ministre Madame, Messieurs les Députés Mesdames, Messieurs les Conseillers d Etat Mesdames, Messieurs, Chers Amis

Plus en détail

Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards!

Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards! Louis GILL professeur et économiste, Dép. des sciences économiques, UQÀM (10 janvier 2006) Huit ans de réduction de la dette fédérale: coût, 63 milliards; économies de frais d intérêt, 24 milliards! Un

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

Bref, on a, à l égard de l éducation, la critique facile.

Bref, on a, à l égard de l éducation, la critique facile. Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Le partenariat entre les systèmes d éducation et les entreprises Au personnel de la Direction

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion des consultations du ministère des Finances :

Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion des consultations du ministère des Finances : Commentaires de l Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada) à l occasion Consultations prébudgétaires en direct pour le budget de 2006 et par la suite 19 avril 2006 800 1188

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises Gérard Rameix, Médiateur du crédit > Commission système financier et financement de l économie 7 novembre 2011 Sommaire 1. La Médiation du crédit au service des entreprises

Plus en détail

Innovation & Internationalisation (I²)

Innovation & Internationalisation (I²) Partenariats d intérêt mutuel bien compris, tout azimut Les inter-pme panafricaines et internationales réalisées massivement Innovation & Internationalisation (I²) L Afrique se tire elle-même du marécage

Plus en détail

INTRODUCTION Au sortir de la 1ere guerre mondiale, le traumatisme laisse place à une période d insouciance et de vie facile durant les années 20, en

INTRODUCTION Au sortir de la 1ere guerre mondiale, le traumatisme laisse place à une période d insouciance et de vie facile durant les années 20, en LA FRANCE DES ANNEES 30 INTRODUCTION Au sortir de la 1ere guerre mondiale, le traumatisme laisse place à une période d insouciance et de vie facile durant les années 20, en France. Cette période est caractérisée

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Qu est-ce que cela veut dire de vivre dans un monde de mondialisation?

Qu est-ce que cela veut dire de vivre dans un monde de mondialisation? Français Qu est-ce que cela veut dire de vivre dans un monde de mondialisation? Équipe 2 Il n y a pas assez d éducation du public sur ce qui se passe par rapport à la mondialisation. On n est pas informé,

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Notion de droit administratif.

Notion de droit administratif. Introduction 1 Notion de droit administratif. De prime abord, le droit administratif peut se définir comme l ensemble des règles relatives à l organisation et à l action de l administration, la branche

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 1. Reprise économique et croissance Compte tenu du climat d austérité budgétaire actuel au sein du gouvernement fédéral

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

DEBATS DU DEUXIEME PANEL

DEBATS DU DEUXIEME PANEL DEBATS DU DEUXIEME PANEL Modérateur : Abashi Shamamba L Économiste L APSF réclame un milliard de dirhams à l ex-doti qui ne veut pas les lui payer, pourquoi? D abord, ce n est pas la DRPP qui doit de l

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE 1 «Je n ai pas le temps de m arrêter pour penser à ma retraite. Je dois continuer à avancer pour ne pas tomber!» LE FUNAMBULE En équilibre au-dessus du vide! Le type funambule a devant lui un rêve lointain,

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET L ECONOMIE : INTERET, PERCEPTION ET COMPREHENSION

LES FRANÇAIS ET L ECONOMIE : INTERET, PERCEPTION ET COMPREHENSION LES FRANÇAIS ET L ECONOMIE : INTERET, PERCEPTION ET COMPREHENSION Synthèse de l enquête quantitative Novembre 2008 Contacts TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Brice Teinturier / Fabienne Simon

Plus en détail

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel.

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel. Discours de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l innovation et l'economie numérique, en ouverture du colloque 2012 de l ARCEP sur «Les territoires du numérique» 25 septembre 2012 Mesdames, et

Plus en détail

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs. COMMUNICATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DU COMMERCE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA «CONFERENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR» - Monsieur le Premier Ministre ; - Excellences

Plus en détail

Finances et trésorerie : Étude Points de vue de BDC

Finances et trésorerie : Étude Points de vue de BDC Finances et trésorerie : Étude Points de vue de BDC Décembre 2011 Intelligence de marchés (Marketing) à BDC Sommaire Financement collectif Processus de planification Dette et incertitude économique Moins

Plus en détail

9. Dans le cadre plus large de l accord sur les forêts, on attend du FNUF qu il:

9. Dans le cadre plus large de l accord sur les forêts, on attend du FNUF qu il: Décembre 2003 F ATELIER SUR LA CONSOLIDATION DE L ACTION RÉGIONALE MISE EN ŒUVRE DES PROPOSITIONS D ACTION GIF/FIF EN AFRIQUE Accra, Ghana, 16 18 février 2004 MISE EN ŒUVRE DES PROPOSITIONS D ACTION GIF/FIF

Plus en détail

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements 2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs Revoir la notion des placements Un message de Blake C. Goldring, m.s.m., ll.d., cfa PRÉSIDENT DU CONSEIL ET CHEF DE LA DIRECTION, LA SOCIÉTÉ DE

Plus en détail

Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance

Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance Le moment pour les assureurs de repenser leur relation client Forum International de l'assurance Casablanca 18 avril 2013 Enquête globale

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

CAPITALISME CONTRE CAPITALISME. Michel Albert

CAPITALISME CONTRE CAPITALISME. Michel Albert Séminaire de Stratégie et Concurrence Internationale Prof. Dembinsky Stefano Grino Christophe Chatriand Raphaël Monnet CAPITALISME CONTRE CAPITALISME Michel Albert Janvier 2000 L AUTEUR L auteur de ce

Plus en détail

Investir dans la prospérité future du Canada. Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Investir dans la prospérité future du Canada. Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Investir dans la prospérité future du Canada Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 12 août 2011 Aperçu Depuis quelques années, notre pays s

Plus en détail

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables (approuvée par le 100 ième Comité Exécutif de la FEM Luxembourg, les 7 et 8 juin 2005) 1. Ces dernières

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

Le risque en investissement : un grand inconnu!

Le risque en investissement : un grand inconnu! Le risque en investissement : un grand inconnu! Mario Lavallée Ph.D. CFA Vice-président principal Plan de la présentation Introduction La volatilité et le levier Il y a des risques moins connus dans le

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail