# 7 : Lundi 13 janvier 2014 «HANNAH ARENDT EST-ELLE UNE NAZIE?»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "# 7 : Lundi 13 janvier 2014 «HANNAH ARENDT EST-ELLE UNE NAZIE?»"

Transcription

1 Université populaire de Caen Basse-Normandie Année Contre-histoire de la philosophie par Michel Onfray Conférence N 240 # 7 : Lundi 13 janvier 2014 «HANNAH ARENDT EST-ELLE UNE NAZIE?» 1./ QUELLE JUIVE EST HANNAH ARENDT? a) «Hannah Arendt est-elle une nazie?» Titre du Nouvel Observateur, 1966 : Lors de la parution de la traduction française de Eichmann à Jérusalem, Gallimard. Titre de la double page de réactions de lecteurs. b) Lettre à Gershom Scholem (20 juillet 1963) : 1) Dit être juive comme elle est femme : Sans que ça lui pose problème 2) Récuse l idée qu il lui faudrait, parce que juive, manifester un particulier «amour du peuple juif ou Ahavat (sic) Israel» (Ecrits Juifs, 645). 3) Souhaite obtenir de Gershom Scholem des informations sur cette notion : Ahavath Eretz Israël : «Amour de la Terre d Israël» Ahavath Am Israël : «Amour du Peuple Juif» De quand date-t-elle? Quel rôle a-t-elle joué dans le judaïsme? Qui l utilise la première fois? Quand? Où? Dans la littérature hébraïque? 4) «Vous avez tout à fait raison : je n ai jamais «aimé» de toute ma vie quelque peuple ou quelque collectivité que ce soit ni le peuple allemand, ni le peuple français, ni le peuple américain, ni la classe ouvrière, ni quoi que ce soit du même genre. Je n aime effectivement que mes amis et je suis absolument incapable de tout autre amour. En second lieu, étant donné que je suis moi-même juive, cet amour des Juifs me paraîtrait trop suspect. Je ne m aime pas moi-même, et je n aime pas ce que je sais faire d une certaine manière partie de ma propre substance» (646). 5) Rapporte une conversation avec Golda Meir : Hannah Arendt déplore l absence de séparation en Israël entre Etat et Religion. Golda Meir répond : «Vous comprendrez qu en tant que socialiste je ne crois pas en Dieu, je crois dans le peuple juif» (646) Une déclaration «effroyable» selon Hannah Arendt. Imagine ce qu elle aurait du répondre : «La grandeur de ce peuple est venue un jour de ce qu il a cru en Dieu, et qu il a cru en Lui de telle manière que sa confiance et son amour pour Lui surpassaient sa crainte. Et voici qu à présent ce peuple ne croirait plus qu en lui-même? Que peut-il en sortir? Et bien, c est en ce sens que je n «aime» pas les Juifs et que je ne «crois» pas en eux ; mais il va de soi, et c est un fait, que je fais partie de ce peuple» (646). 6) Etre juif ne donne pas des droits, mais des devoirs : 1

2 «L injustice commise par mon propre peuple m émeut naturellement plus que l injustice commise par d autres peuples» «La peine que j éprouve ainsi n est pas destinée à être proclamée, même si elle commande, au plus secret de moi-même, certaines actions et certaines attitudes» (647). 7) Concernant Eichmann : «Ce qui vous déconcerte, c est que mes arguments et ma manière d aborder les questions sont imprévisibles. En d autres termes, c est le fait que je suis indépendante. J entends par là, d une part, que je n appartiens à aucune organisation et que je ne parle jamais qu en mon propre nom ; et, d autre part, que je ne tire profit que du Selbstdenken, (MO : penser par soi-même, une invite faite par Lessing) si bien que, quelles que soient vos objections quant aux résultats, vous-même ne les comprendrez que si vous réalisez qu ils sont vraiment de mon cru et de celui de personne d autre» (649). 2./ LE SIONISME D EICHMANN (MAUVAISE FOI I) a) Eichmann à Jérusalem a été mal compris : Y est-elle pour quelque chose? b) Dans sa lettre à Scholem, s étonne qu on puisse croire qu elle a fait de lui un sioniste : «Si vous n avez pas saisi l ironie de cette phrase, qui est en outre on ne peut plus clairement au style indirect, c est-à-dire qui explique la manière dont Eichmann se présentait lui-même, je n y peux vraiment rien» (647). Ironie? Elle écrit que son supérieur hiérarchique, Von Mildenstein, «lui enjoignit de lire Der Judenstaadt de Theodor Herzl, le grand classique de la littérature sioniste qui convertit Eichmann, immédiatement et pour toujours, au sionisme. Il semble que ce fut là le premier livre sérieux qu il ait jamais lu et il en fut durablement marqué» (1057). c) On peut être sioniste et nazi Eichmann travaille plusieurs années à un projet de déplacement des Juifs à Madagascar Projet soutenu par les nazis jusqu à Wansee (1942). d) Hannah Arendt écrit que Eichmann souhait alors (selon son expression) : «Mettre un peu de terre ferme sous les pieds des juifs» (1057). e) Un chapitre intitulé : «Un spécialiste de la question juive» Montre la cohésion sioniste de Eichmann de 1933 à 1942 Souscrit à l extermination par obéissance plus que par idéologie Cette obéissance illustre la banalité du mal. f) Elle écrit : «Il peut être utile de mentionner qu en 1939 encore il semble avoir protesté contre ceux qui profanaient la tombe de Herzl à Vienne et certains comptes-rendus font état de sa présence, en civil, à la commémoration du trente-cinquième anniversaire de la mort de Herzl» (1057) Autrement dit : le 3 juillet g) Poursuit sa démonstration que Eichmann était sioniste : Fait des conférences sur le sionisme Etudie scrupuleusement l organisation du mouvement sioniste Est en contact avec des responsables juifs sionistes Fait savoir qu il aime chez les Juifs «leur idéalisme» (1058) A savoir : la cohérence de leur engagement : 2

3 Ils vivent les idées auxquelles ils croient Dit sa préférence pour les Juifs sionistes : */ Aux Juifs assimilationnistes Ils diluent leur identité dans un peuple qui n est pas le leur */ Aux Juifs orthodoxes : Qui l ennuient. Apprend l hébreu, Mais juste pour lire un journal en yiddish, Un ancien dialecte allemand écrit en langue hébraïque compréhensible par n importe quel allemand Lit un livre de Böhm, mais le confond avec celui de Herzl. h) Portrait d Eichmann Capacités intellectuelles limitées Mélange ses mots à l oral : Fait rire le tribunal par ses fautes d expression Orateur qui juxtapose les clichés Piètre sujet sans mémoire : Confond Madagascar et l Ouganda (1092) Incapable de construire une phrase : En fait «un cas bénin d aphasie» (1064) Signale son «incapacité à penser» (1065). Ne lit pas les livres de la bibliothèque familiale Ne lit que les journaux. Conclusion : «Tout le monde pouvait voir que cet homme n était pas un monstre ; mais il était vraiment difficile de ne pas présumer que c était un clown» (1071). 3./ UN CLOWN SIONISTE ET KANTIEN a) Hannah Arendt dénie qu il puisse se dire kantien Lors de son procès, Eichmann «déclara soudain qu il avait vécu toute sa vie selon les préceptes moraux de Kant, et particulièrement selon la définition kantienne du devoir. A première vue, c était faire outrage à Kant et c était aussi incompréhensible, dans la mesure où la philosophie morale de Kant est étroitement liée à la faculté humaine de jugement qui exclut l obéissance aveugle» (1149). b) Pourtant : c) L un des juges lui demande ce qu il en est de son rapport à Kant : «A la stupéfaction générale Eichmann produisit une définition approximative, mais correcte de l impératif catégorique : «Je voulais dire, à propos de Kant, que le principe de ma volonté doit toujours être tel qu il puisse devenir le principe des lois générales». (Ce qui n est pas le cas pour le vol, ou le meurtre, par exemple, car il est inconcevable que le voleur, ou le meurtrier, puisse avoir envie de vivre sous un système de lois qui donnerait aux autres le droit de le voler ou de l assassiner). Interrogé plus longuement, il ajouta qu il avait lu la Critique de la raison pratique de Kant» (1150). Difficile, pour Hannah Arendt, de pouvoir écrire en même temps, du même homme «qui, de son propre aveu, avait toujours été complètement réticent à lire quoi que ce fût, à part les journaux, et qui, au grand désespoir de son père, n avait jamais profité des livres de la bibliothèque familiale» (1058). 3

4 4./ UN KANTIEN CHEZ LES NAZIS (MAUVAISE FOI II) a) Dans Conférences sur la philosophie politique de Kant (1970) Affirme que, contrairement à Platon, Aristote, Augustin, Thomas, Spinoza, Hegel et autres, Kant «n a jamais écrit une philosophie politique» (21) La philosophie de l histoire? La politique «y est traitée comme un thème secondaire» (21) Le projet de paix perpétuelle? Kant ne le «prenait pas trop au sérieux» (22). La Doctrine du droit? «Si vous la lisez, passablement ennuyeuse et pédante -, il est difficile de ne pas être de l avis de Schopenhauer : «Tout se passe comme si ce n était pas l œuvre de ce grand homme, mais ce qui est sorti de la médiocre pensée d un homme du commun»» (22). Or la Doctrine du droit aborde dans sa II partie : La question du «Droit public» «Le droit politique», Les droits du souverain, «Du droit de punir et de gracier» : Eloge de la peine de mort Casuistique de l infanticide et du duel «Du rapport juridique du citoyen avec la patrie et avec l étranger» : Eloge de la «déportation» (Vrin, 221) Interdiction de l insurrection (223) Fidélité au serment «Le droit des gens» : Sur le droit de la guerre «Le droit cosmopolitique» b) Eichmann a lu Kant, incité par son père : La Critique de la raison pratique Qui sauve le christianisme : les postulats de la raison pure. c) Arendt ne veut pas qu Eichmann ait pu être kantien : «A première vue (sic), c était faire outrage à Kant et c était aussi incompréhensible, dans la mesure où la philosophie morale de Kant est étroitement liée à la faculté humaine de jugement qui exclut l obéissance aveugle» (1149). Pourquoi pas dans un second temps? d) Compatibilité kantisme & nazisme : A. Dans La Doctrine du droit : 1. Distingue et sépare moralité et légalité 2. Invite le citoyen à se soumettre à la loi Parce que c est la loi Pour sa forme, et non son contenu Parce qu elle cristallise la souveraineté «Obéissez à l autorité qui a puissance sur vous» parce qu elle a puissance sur vous. Hitler arrive légalement au pouvoir Il incarne la souveraineté. 3. En politique : légalité = moralité Le souverain bien = l Etat dans lequel règne l ordre juste 4. Interdit l insurrection : 4

5 Kant interdit au peuple de résister aux «abus» et à «l insupportable» commis par un tyran : «Le principe du devoir du peuple de supporter un abus, même donné comme insupportable, de la part du pouvoir suprême, réside en ce que sa résistance contre la législation suprême ne peut jamais être considérée que comme illégale, voire même comme détruisant toute constitution légale. Une modification de la constitution (mauvaise) de l Etat peut bien parfois être nécessaire, mais elle ne peut être accomplie que par le souverain lui-même au moyen d une réforme, et non par le peuple, donc par une révolution» B. Dans Qu est-ce que les lumières? 1. Kant : «Il serait très dangereux qu un officier à qui un ordre a été donné par son supérieur, voulût raisonner dans son service sur l opportunité ou l utilité de cet ordre ; il doit obéir». Transposons dans la configuration du procès de Jérusalem : «Il serait très dangereux que l officier Eichmann à qui un ordre a été donné par son supérieur Müller, voulût raisonner dans son service sur l opportunité ou l utilité de cet ordre ; il doit obéir». 2. Distingue usage privé et usage public de la raison Le fonctionnaire peut trouver une décision de l Etat injuste Mais il doit lui obéir. C. Il manque, chez Kant, les droits de : 1. désobéir (à l arbitraire), 2. refuser (l injustice), 3. résister (à l oppression), 4. se rebeller (contre l iniquité), 5. dire non à la loi (inique), 6. récuser le droit (de classe ou de caste), 7. contester les règles (despotiques). 5./ «L IMPENSABLE BANALITE DU MAL» a) Hannah Arendt a brossé le portrait d un être : Vil, veule, vantard, menteur, inculte, illettré, ignare, quasi demeuré Elle sous-titre : un Rapport sur la banalité du mal. Il lui faut donc un homme banal, aux franges de la pathologie : Incapable de communiquer, n ayant pas le sens d autrui, clos sur lui-même, protégé par des mécanismes de défense, déconnecté de la réalité (1065). b) Son analyse se veut une «longue étude sur la méchanceté humaine» Conclut en invoquant «la leçon de la terrible, de l indicible, de l impensable banalité du mal» (1262). Où y a-t-il banalité? Pas de démoniaque, pas de mal absolu Mais «la mesquinerie de cet assassinat collectif sans conscience de culpabilité, et (dans) la médiocrité dépourvue de pensée de son prétendu idéal : les meurtriers ont tué non pas pour tuer, mais parce que cela faisait partie du métier» (Ecrits Juifs, 669). Quand y a-t-il banalité? Journal de pensée (avril 1953) : «Le mal radical existe, mais pas le bien radical. Le mal radical naît toujours lorsqu on espère un bien radical» (I.371). c) Malentendu terrible : On a cru qu elle avait banalisé le criminel de guerre, donc le crime de guerre 5

6 Qu elle avait minimisé la catastrophe de la Shoah Or elle a voulu aborder le mal non comme essence Mais comme fait. d) Les essentialistes voulaient Le mauvais Nazi et le bon Juif Un bourreau coupable et des victimes innocentes. e) Au lieu de cela, elle présente : Eichmann comme : Un clown grotesque, un pitre, un raté, une pauvre type Le personnage d une comédie pitoyable Le jouet d une parodie de procès théâtralisée «Cet homme n était pas un monstre» (1070). Les Juifs comme co-responsables d une partie de leur destin. 6./ LE ROLE DES CONSEILS JUIFS a) Car il y eut des «Conseils Juifs» (1130), Judenräte, Puis une «police spéciale juive» (id), Constitués exclusivement de Juifs qui collaboraient avec le régime nazi et aidaient à la déportation des leurs. b) Hannah Arendt : «Eichmann attendait et reçut, à un degré absolument extraordinaire leur coopération» (1131). c) «Si les juifs n avaient pas aidé au travail de la police et de l administration j ai déjà mentionné comment la rafle ultime des juifs à Berlin fut l œuvre exclusive de la police juive il y aurait eu un chaos complet, ou il aurait fallu mobiliser une main d œuvre dont l Allemagne ne pouvait se passer ailleurs» (1131). «Pour un juif, le rôle que jouèrent les dirigeants juifs dans la destruction de leur propre peuple est, sans aucun doute, le plus sombre chapitre de toute cette sombre histoire» (1132). d) Que faisaient les Conseils Juifs à Berlin, Amsterdam, Varsovie et dans d autres grandes villes d Europe? 1. Dresser la liste des personnes à déporter et de leurs biens, 2. Obtenir d elles les fonds avec lesquels elles paieraient les frais de leur déportation, puis de leur extermination, 3. Remettre en main propre au nazi les sommes ainsi obtenues, 4. Recenser les appartements vides, 5. Fournir les forces de police qui contribuent aux arrestations, 6. Faire monter les juifs dans les trains de la mort, 7. Distribuer les étoiles jaunes, (l occasion d un commerce lucratif car les brassards en toile étaient de moins bonne qualité que les versions plastifiées donc lavables ) e) Les choix effectués par les Conseils validaient des distinctions nazies entre : Juifs allemands & Juifs polonais, Juifs anciens combattants décorés & «Juifs ordinaires», Juifs aux familles implantées depuis longtemps en Allemagne & Juifs récemment naturalisés, Juifs éminents & Juifs sans réputation. f) La police juive ne fut pas plus douce Mais plus brutale, moins corruptible. g) «Les nazis considéraient la coopération des juifs comme la pierre angulaire même de leur politique juive» (1138). 6

7 Aucun membre de ces Conseils n a été appelé à la barre à Jérusalem. h) Certains Juifs travaillaient à l extermination Couper les cheveux Arracher les dents Creuser les tombes Effacer les traces i) Des techniciens construisaient les chambres à gaz à Teresienstadt Hannah Arendt oublie qu ils sont dans les camps, Elle les trouve aussi responsables que ceux qui sont à l extérieur L amalgame a pu blesser 7./ LA SERVITUDE VOLONTAIRE a) «Partout où les juifs vivaient, il y avait des dirigeants juifs, reconnus comme tels, et cette direction presque sans exception, a coopéré d une façon ou d une autre, pour une raison ou une autre, avec les nazis. Toute la vérité est que, si le peuple juif avait vraiment été non organisé et dépourvu de direction, le chaos aurait régné, il y aurait eu beaucoup de misère, mais le nombre total des victimes n aurait pas atteint quatre et demi à six millions» (1139). b) Pulvérise une autre idée reçue : il n y a pas eu d opposition de gauche La gauche ne s opposait pas à Hitler : «Par principe (elle) n accordait aucune signification aux problèmes moraux et encore moins à la persécution des Juifs - une pure «diversion» destinée à faire oublier la lutte des classes qui, aux yeux de la gauche, dominait toute la scène politique» (1112). c) La construction des camps et la politique de réarmement restaure le plein emploi La gauche est déstabilisée L opposition : démoralisée par «la tactique du Parti Communiste qui invitait à rejoindre les rangs du parti hitlérien afin de s y installer tel un Cheval de Troie» (1112). d) Ni les communistes, Ni les socialistes : «il n y eut aucune résistance socialiste organisée en Allemagne pendant la guerre» (1113) Ni les non juifs, Ni même les Juifs, donc, n ont résisté L administration, l armée, l Etat-Major, l université, la magistrature, le monde des affaires, les intellectuels, tous ont collaboré 8./ POUVAIT-ON RESISTER? a) Oui répond Hannah Arendt Des SS ont refusé et n ont pas été tués Pas un seul document du procès de Nuremberg ne fait état d une seule exécution (Ecrits juifs, 648) Eichmann n encourait donc pas la cour martiale, mais le tribunal de police et de SS. b) Lettre à Scholem concernant les Juifs qui ont collaboré : «Il n y avait aucune possibilité de résistance, mais il y avait la possibilité de ne rien faire. Et pour ne rien faire, il n était pas nécessaire d être un saint ; il suffisait de dire : je ne suis qu un simple Juif et je ne désire pas autre chose». Puis : «En outre, ces gens n étaient pas soumis à la pression immédiate de la terreur, mais seulement à une pression indirecte. Je sais à quoi m en tenir en ce qui concerne les différences de degrés à ce sujet. Il existait toujours un espace pour la liberté de décision et d action. ( ) Etant donné qu en politique nous avons affaire à des hommes 7

8 et non à des héros ou à des saints, cette possibilité de non-participation est décisive pour porter un jugement sur l individu, et non sur le système» (Ecrits juifs, 648). CONCLUSION a) Dans la fin de Eichmann à Jérusalem : Les nazis on effacé leurs traces : Mais l oubli n a pas été possible b) La leçon de cette histoire? «Politiquement, elle est que, dans des conditions de terreur, la plupart des gens s inclineront, mais que certains ne s inclineront pas ; de même, la leçon que nous donnent les pays où l on a envisagé la Solution finale, est que «cela peut arriver» dans la plupart d entre eux, mais que cela n est pas arrivé partout. Humainement parlant, il n en faut pas plus, et l on ne peut raisonnablement pas en demander plus, pour que cette planète reste habitable pour l humanité» (1243). BIBLIOGRAPHIE : Hannah Arendt, Ecrits juifs, Fayard Hannah Arendt, Gershom Scholem, Correspondance, Seuil Hannah Arendt et Joachim Fest, Eichmann était d'une bêtise révoltante, Fayard Hannah Arendt, Juger, Points Seuil Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem, Folio Kant, Doctrine du droit, Vrin Michel Onfray, Le songe d'eichmann, Galilée Hannah Arendt (le film), Margarethe von Trotta (2012) 8

1942-2012 LA SHOAH, 70 APRÈS

1942-2012 LA SHOAH, 70 APRÈS AUSCHWITZ EICHMANN 1942-2012 LA SHOAH, 70 APRÈS SAMEDI 3 ET DIMANCHE 4 NOVEMBRE 2012 En janvier 1942, Adolphe Hitler décide, lors de la conférence de Wansee, de mettre en application ce qu il appelle «la

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Première Sa Evaluation Histoire La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Sujet classique mais attention à ne pas tomber dans un récit chronologique du conflit, ce qui serait horssujet. Réfléchir

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion

La liberté de religion des enfants et des adolescents. Thomas, ses parents et leur religion La liberté de religion des enfants et des adolescents Thomas, ses parents et leur religion Mise en situation Tu es un avocat qui travaille en droit familial depuis bientôt 15 ans. Tu participes également

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

Identifier l antisémitisme et le racisme

Identifier l antisémitisme et le racisme 47 29 ANNExE A2 Identifier l antisémitisme et le racisme Glossaire sur l Holocauste Exemple de représentation graphique Coupons de mots reliés à l Holocauste Glossaire de l élève Centre commémoratif de

Plus en détail

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents Corrigé du Brevet blanc janvier 2008 Partie histoire : La Shoah Etude de documents Doc.1 : P.V de la conférence de Wannsee, tenue à Berlin en 1942, et réunissant secrètement la haute hiérarchie nazie.

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Eichmann à Jérusalem

Eichmann à Jérusalem Hannah Arendt Eichmann à Jérusalem I Le rôle d Eichmann dans la solution finale En 1961 Hannah Arendt assiste comme envoyée spéciale du New Yorker au procès d Adolf Eichmann à Jérusalem. Son reportage

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème DU REGIME DE VICHY AU RETOUR DE LA REPUBLIQUE DE LA DECLARATION DE GUERRE A LA DEFAITE DE LA FRANCE PAGES 4-5 Les documents ci-dessous évoquent les premiers mois

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit pénal Les crimes et la police Qu est-ce que le droit pénal? Le droit pénal rend illégal tout actes qui mènent à la blessure ou la mort de quelqu un à la main de quelqu

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Lectures, citations. Calel Perechodnik, «Suis-je un meurtrier?»

Lectures, citations. Calel Perechodnik, «Suis-je un meurtrier?» Ed. Liana Lévy, 1995. Par Katia Szwec Lectures, citations Calel Perechodnik, «Suis-je un meurtrier?» Présentation L ouvrage paru sous le titre «Suis-je un meurtrier?» est le témoignage de Calel Perechdonik

Plus en détail

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2 Supports Documentaire Le cahier de Susi, de Guillaume Ribot, en intégralité à l exception du prologue, et les documents d archives intégrés au DVD. Fac-similé du Cahier de Susi et présentation de Guillaume

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

LE GENOCIDE EXTREME : L EXTERMINATION DES JUIFS D EUROPE

LE GENOCIDE EXTREME : L EXTERMINATION DES JUIFS D EUROPE Lycée cantonal de Porrentruy Examens de baccalauréat 2005 Option complémentaire HISTOIRE Examen écrit : Étude de documents LE GENOCIDE EXTREME : L EXTERMINATION DES JUIFS D EUROPE Consignes - Analysez,

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

Auschwitz!... Que faire après?

Auschwitz!... Que faire après? Auschwitz!... Que faire après? L exposition «Auschwitz!... Que faire après?» n a pas pour objectif d expliquer le fonctionnement du système d extermination nazi mais de permettre une réflexion sur la mémoire

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

L EXTERMINATION DES JUIFS D EUROPE

L EXTERMINATION DES JUIFS D EUROPE L EXTERMINATION DES JUIFS D EUROPE Liens vers les témoignages et documents LES EINSATZGRUPPEN Documentaire de France 2 réalisé à partir de témoignages : http://ma-tvideo.france2.fr/video/ilyrooafmjbr.html

Plus en détail

Correction brevet blanc n 2 Avril 2013

Correction brevet blanc n 2 Avril 2013 Correction brevet blanc n 2 Avril 2013 Première partie histoire 13 points 1.Questions 1. Quand et où sont apparues les premières civilisations? 1 point Les premières civilisation sont apparues : - En Mésopotamie

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah»

Dossier de presse. Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Exposition «Les Juifs de Corrèze dans la Shoah» Dossier de presse Reprenant et complétant l exposition «Les Juifs de France dans la Shoah», réalisée en 2012 par l ONAC et le Mémorial de la Shoah, cette

Plus en détail

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique Collège des Bernardins, Séminaire sur l Altérité Département Judaïsme et Christianisme Séance du 13 janvier 2011 Intervenant et compte rendu : Sophie NORDMANN Sujet de la séance Le rapport au prochain

Plus en détail

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris

En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris 1 En mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition 15 décembre 2011, Maison de l Unesco, Paris Kaj Falkman : Dag Hammarskjöld et le respect de la parole Dag Hammarskjöld fut Secrétaire Général

Plus en détail

I Mémoire et réconciliation : texte Ricoeur

I Mémoire et réconciliation : texte Ricoeur Notes présentation a Burnet Remarques préliminaires La réconciliation c est le rétablissement des liens du vivre ensemble qui ont été rompus par une violence passée. Cette rupture est maintenue par la

Plus en détail

1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?...

1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?... Table des matières Préface, Clémentine Autain... 9 Préambule... 13 1. Aurais-je une dette, une promesse à honorer?... 19 Implication et prise de distance, comment faire?... 24 Que faire de la vie sauve?...

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

Requête n o 8439/09. présentée par Marco Walter TINNER. contre la Suisse. introduite le 6 février 2009 EXPOSÉ DES FAITS

Requête n o 8439/09. présentée par Marco Walter TINNER. contre la Suisse. introduite le 6 février 2009 EXPOSÉ DES FAITS 21 décembre 2009 PREMIÈRE SECTION Requête n o 59301/08 présentée par Urs Friedrich TINNER contre la Suisse introduite le 14 novembre 2008 Requête n o 8439/09 présentée par Marco Walter TINNER contre la

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT

CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT CONVENTION...... DES DROITS... DE L ENFANT 3 LA CONVENTION DES DROITS DE L ENFANT Les articles de cette Convention ont été rédigés plus simplement pour les enfants par le Cofrade (Conseil français des

Plus en détail

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne.

LECTURE. Lecture et analyse de la page intérieure de titre et de l illustration qui l accompagne. Séance 1 : Travail sur la 1 ère et la 4 ème de couverture, mise en évidence d un récit encadré et lecture/analyse du récit cadre. Objectifs : - lire et analyser la 1 ère et la 4 ème de couverture, le récit

Plus en détail

Leçon n 5 : «La sûreté : un droit de l Homme»

Leçon n 5 : «La sûreté : un droit de l Homme» Leçon n 5 : «La sûreté : un droit de l Homme» Introduction : Longtemps la sûreté n a pas été garantie équitablement aux français. Mais c est aujourd hui un des droits de l Homme qui permet l exercice de

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Portraits Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Marjolaine

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

L AUTORITE. Un acte éducatif?

L AUTORITE. Un acte éducatif? L AUTORITE Un acte éducatif? Vos motivations pour ce sujet Pour vous, l autorité c est Introduction Des éclairages théoriques - Interrogeons le concept - Autorité et éducation Des réflexions - Punir :

Plus en détail

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris

Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Hommage du Barreau de Paris Au Président GASTON MONNERVILLE (1897-1991) Ancien Président du Sénat, ancien avocat au Barreau de Paris Paris le 14 avril 2008 Egalité sociale, égalité politique Intervention

Plus en détail

Les phases de la Seconde Guerre mondiale

Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Le monde en 1942 La politique antisémite

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy

Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy Compte-rendu de l atelier autour de Verte de Marie Despléchin Anne Roy 1 Ecrire pour mieux lire : ce qu en comprennent les collègues, rapide tour de table En général : - Prendre une posture d écrivain

Plus en détail

«La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu»

«La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu» Journée diocésaine de Formation du 22 novembre 2012 «La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu» Intervention de Robert SCHLOTUS : «Croire est un acte anthropologique» Introduction C est

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

Vers une nouvelle catégorisation?

Vers une nouvelle catégorisation? Vers une nouvelle catégorisation? Selon Jean-Michel Chaumont, expert sur la question des génocides, il faut donc repenser le concept de génocide, en faisant particulièrement la différence entre ethnocide

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Lauriane T., Belge, étudie à l Université de Strasbourg (La Psychologie). 2) L (les) école(s) européenne(s) que

Plus en détail

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Nina Bonche et Camilia Gaied. Lycée Jacob Holtzer, Firminy

LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME. Pour le meilleur et surtout pour le pire. Nina Bonche et Camilia Gaied. Lycée Jacob Holtzer, Firminy LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME Pour le meilleur et surtout pour le pire Nina Bonche et Camilia Gaied Lycée Jacob Holtzer, Firminy 25 «Il me répétait sans cesse que j étais la femme de sa vie, qu à tout

Plus en détail

4 - LA DISCRIMINATION BLANC/NOIR, UNE PEUR ENFANTINE? LA DISCRIMINATION CHRÉTIEN/MUSULMAN, UNE AFFAIRE DE FAMILLE?

4 - LA DISCRIMINATION BLANC/NOIR, UNE PEUR ENFANTINE? LA DISCRIMINATION CHRÉTIEN/MUSULMAN, UNE AFFAIRE DE FAMILLE? Cycle d audioconférences Lutter contre les discriminations Présentée par le CAFOC de Besançon 4 - LA DISCRIMINATION BLANC/NOIR, UNE PEUR ENFANTINE? LA DISCRIMINATION CHRÉTIEN/MUSULMAN, UNE AFFAIRE DE FAMILLE?

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

Rwanda 1994-2014 : du pardon négocié à une réconciliation tourmentée

Rwanda 1994-2014 : du pardon négocié à une réconciliation tourmentée DOCUMENT DE TRAVAIL DU CHERPA Rwanda 1994-2014 : du pardon négocié à une réconciliation tourmentée Agathe Plauchut Trent University, Canada Mai 2014 agathe.plauchut@gmail.com Introduction Le génocide comme

Plus en détail

Prendre soin des enfants nécessiteux

Prendre soin des enfants nécessiteux Chapitre 25 Prendre soin des enfants nécessiteux Les orphelins Plus d un père qui est mort dans la foi, confiant en l éternelle promesse de Dieu, a quitté ses bien-aimés pleinement assuré que le Seigneur

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

A u t e u r : P e r s o n n a g e s :

A u t e u r : P e r s o n n a g e s : Damien L. 3éme1 Auteur : Anne Frank Livre de poche. Edition Définitive. Personnages : - Anne Frank - Mr Otto Frank ou Pim : son père - Mme Frank ou Edith Hollander : sa mère - Margot : sa soeur - Mr Van

Plus en détail

Au XVIIIe siècle, comment est gouverné la France? Quels sont les pouvoirs du roi de France? De qui détient-il son pouvoir?

Au XVIIIe siècle, comment est gouverné la France? Quels sont les pouvoirs du roi de France? De qui détient-il son pouvoir? Au XVIIIe siècle, comment est gouverné la France? Quels sont les pouvoirs du roi de France? De qui détient-il son pouvoir? REGNE PERSONNEL DE LOUIS XIV (1661-1715) REGNE PERSONNEL DE LOUIS XV (1723-1774)

Plus en détail

Analyse d une planche de bande dessinée

Analyse d une planche de bande dessinée Analyse d une planche de bande dessinée Titre de la B.D. : Thèmes : Date de Parution :. Auteur :. Lecture et compréhension de la planche p.26 et 27 du tome 2 : Pourquoi les souris sont-elles soulagées

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir.

Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. Ce livret parle de la plus grande des promesses jamais faites, et de ce que Dieu a fait pour la tenir. 2 Dieu vous aime et il tient ses promesses. Depuis que Dieu a fait le monde, il a promis de prendre

Plus en détail

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL REUNION DU BUREAU DE L ASSEMBLEE DES ETATS PARTIES AU

Plus en détail

Jésus un homme rempli de l Esprit

Jésus un homme rempli de l Esprit Jésus un homme rempli de l Esprit L Esprit, qui habite en Jésus, l aide à accomplir sa mission par ses dons Comment Jésus vit et transmet les dons de l Esprit durant sa vie publique? Jésus a répandu les

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

ACCUSÉ D UN CRIME COMMENT OBTENIR LE MEILLEUR RÉSULTAT POSSIBLE?

ACCUSÉ D UN CRIME COMMENT OBTENIR LE MEILLEUR RÉSULTAT POSSIBLE? ACCUSÉ D UN CRIME COMMENT OBTENIR LE MEILLEUR RÉSULTAT POSSIBLE? *Veuillez noter que la forme masculine utilisée dans ce livrel désigne aussi bien les femmes que les hommes. Le genre masculin est utilisé

Plus en détail

La Convention Internationale des Droits de l'enfant

La Convention Internationale des Droits de l'enfant La Convention Internationale des Droits de l'enfant Texte adapté aux enfants dès 10 ans La Convention a été adoptée par les Nations Unies (ONU) le 20 novembre 1989 pour protéger les droits des enfants

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication DU MÊME AUTEUR Naissances de la politique moderneþ: Machiavel, Hobbes, Rousseau, Payot, 1977, rééd. Gallimard, «ÞTelÞ», 2007. Tocqueville et la nature de la démocratie, Julliard, 1982, rééd. Gallimard,

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits

PASSEPORT pour tes droits Conseil de l Europe. pour tes droits Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 1 Conseil de l Europe PA S S E P O R T pour tes droits 2 3 Bienvenue à bord On t a certainement déjà dit qu il y a des choses que tu n as pas le droit

Plus en détail

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona Guide de lecture Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona 1 1. Introduction et contextualisation. 2. Pourquoi lire ce livre? 3. Questions et activités

Plus en détail

JE SUIS. Voici la dernière partie de cette entrevue houleuse :

JE SUIS. Voici la dernière partie de cette entrevue houleuse : JE SUIS Le chapitre huit de l Évangile selon Jean rapporte une très vive conversation qui oppose Jésus aux pharisiens jaloux de lui et impatients de le perdre. Leur propos est de le prendre en flagrant

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte

Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte 1 04.02.2014 16:49 Psychiatrie Mercredi 03 juillet 2013 Pédophilie: l Allemagne expérimente la prévention du passage à l acte Par Frédéric Lemaître, Le Monde En Allemagne, dans plusieurs grandes villes,

Plus en détail

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Les faits, les enjeux des lieux visés, le contexte international, la réponse de l Etat français, le rôle des médias. Que s est-il passé? (Les faits) Le bilan

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

Susan Moller Okin, Justice, genre et famille, Paris, Flammarion, 2008 (traduction de Justice, Gender and the Family,1989)

Susan Moller Okin, Justice, genre et famille, Paris, Flammarion, 2008 (traduction de Justice, Gender and the Family,1989) Compte rendu Ouvrage recensé : Susan Moller Okin, Justice, genre et famille, Paris, Flammarion, 2008 (traduction de Justice, Gender and the Family,1989) par Christine Daigle Philosophiques, vol. 37, n

Plus en détail