# 7 : Lundi 13 janvier 2014 «HANNAH ARENDT EST-ELLE UNE NAZIE?»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "# 7 : Lundi 13 janvier 2014 «HANNAH ARENDT EST-ELLE UNE NAZIE?»"

Transcription

1 Université populaire de Caen Basse-Normandie Année Contre-histoire de la philosophie par Michel Onfray Conférence N 240 # 7 : Lundi 13 janvier 2014 «HANNAH ARENDT EST-ELLE UNE NAZIE?» 1./ QUELLE JUIVE EST HANNAH ARENDT? a) «Hannah Arendt est-elle une nazie?» Titre du Nouvel Observateur, 1966 : Lors de la parution de la traduction française de Eichmann à Jérusalem, Gallimard. Titre de la double page de réactions de lecteurs. b) Lettre à Gershom Scholem (20 juillet 1963) : 1) Dit être juive comme elle est femme : Sans que ça lui pose problème 2) Récuse l idée qu il lui faudrait, parce que juive, manifester un particulier «amour du peuple juif ou Ahavat (sic) Israel» (Ecrits Juifs, 645). 3) Souhaite obtenir de Gershom Scholem des informations sur cette notion : Ahavath Eretz Israël : «Amour de la Terre d Israël» Ahavath Am Israël : «Amour du Peuple Juif» De quand date-t-elle? Quel rôle a-t-elle joué dans le judaïsme? Qui l utilise la première fois? Quand? Où? Dans la littérature hébraïque? 4) «Vous avez tout à fait raison : je n ai jamais «aimé» de toute ma vie quelque peuple ou quelque collectivité que ce soit ni le peuple allemand, ni le peuple français, ni le peuple américain, ni la classe ouvrière, ni quoi que ce soit du même genre. Je n aime effectivement que mes amis et je suis absolument incapable de tout autre amour. En second lieu, étant donné que je suis moi-même juive, cet amour des Juifs me paraîtrait trop suspect. Je ne m aime pas moi-même, et je n aime pas ce que je sais faire d une certaine manière partie de ma propre substance» (646). 5) Rapporte une conversation avec Golda Meir : Hannah Arendt déplore l absence de séparation en Israël entre Etat et Religion. Golda Meir répond : «Vous comprendrez qu en tant que socialiste je ne crois pas en Dieu, je crois dans le peuple juif» (646) Une déclaration «effroyable» selon Hannah Arendt. Imagine ce qu elle aurait du répondre : «La grandeur de ce peuple est venue un jour de ce qu il a cru en Dieu, et qu il a cru en Lui de telle manière que sa confiance et son amour pour Lui surpassaient sa crainte. Et voici qu à présent ce peuple ne croirait plus qu en lui-même? Que peut-il en sortir? Et bien, c est en ce sens que je n «aime» pas les Juifs et que je ne «crois» pas en eux ; mais il va de soi, et c est un fait, que je fais partie de ce peuple» (646). 6) Etre juif ne donne pas des droits, mais des devoirs : 1

2 «L injustice commise par mon propre peuple m émeut naturellement plus que l injustice commise par d autres peuples» «La peine que j éprouve ainsi n est pas destinée à être proclamée, même si elle commande, au plus secret de moi-même, certaines actions et certaines attitudes» (647). 7) Concernant Eichmann : «Ce qui vous déconcerte, c est que mes arguments et ma manière d aborder les questions sont imprévisibles. En d autres termes, c est le fait que je suis indépendante. J entends par là, d une part, que je n appartiens à aucune organisation et que je ne parle jamais qu en mon propre nom ; et, d autre part, que je ne tire profit que du Selbstdenken, (MO : penser par soi-même, une invite faite par Lessing) si bien que, quelles que soient vos objections quant aux résultats, vous-même ne les comprendrez que si vous réalisez qu ils sont vraiment de mon cru et de celui de personne d autre» (649). 2./ LE SIONISME D EICHMANN (MAUVAISE FOI I) a) Eichmann à Jérusalem a été mal compris : Y est-elle pour quelque chose? b) Dans sa lettre à Scholem, s étonne qu on puisse croire qu elle a fait de lui un sioniste : «Si vous n avez pas saisi l ironie de cette phrase, qui est en outre on ne peut plus clairement au style indirect, c est-à-dire qui explique la manière dont Eichmann se présentait lui-même, je n y peux vraiment rien» (647). Ironie? Elle écrit que son supérieur hiérarchique, Von Mildenstein, «lui enjoignit de lire Der Judenstaadt de Theodor Herzl, le grand classique de la littérature sioniste qui convertit Eichmann, immédiatement et pour toujours, au sionisme. Il semble que ce fut là le premier livre sérieux qu il ait jamais lu et il en fut durablement marqué» (1057). c) On peut être sioniste et nazi Eichmann travaille plusieurs années à un projet de déplacement des Juifs à Madagascar Projet soutenu par les nazis jusqu à Wansee (1942). d) Hannah Arendt écrit que Eichmann souhait alors (selon son expression) : «Mettre un peu de terre ferme sous les pieds des juifs» (1057). e) Un chapitre intitulé : «Un spécialiste de la question juive» Montre la cohésion sioniste de Eichmann de 1933 à 1942 Souscrit à l extermination par obéissance plus que par idéologie Cette obéissance illustre la banalité du mal. f) Elle écrit : «Il peut être utile de mentionner qu en 1939 encore il semble avoir protesté contre ceux qui profanaient la tombe de Herzl à Vienne et certains comptes-rendus font état de sa présence, en civil, à la commémoration du trente-cinquième anniversaire de la mort de Herzl» (1057) Autrement dit : le 3 juillet g) Poursuit sa démonstration que Eichmann était sioniste : Fait des conférences sur le sionisme Etudie scrupuleusement l organisation du mouvement sioniste Est en contact avec des responsables juifs sionistes Fait savoir qu il aime chez les Juifs «leur idéalisme» (1058) A savoir : la cohérence de leur engagement : 2

3 Ils vivent les idées auxquelles ils croient Dit sa préférence pour les Juifs sionistes : */ Aux Juifs assimilationnistes Ils diluent leur identité dans un peuple qui n est pas le leur */ Aux Juifs orthodoxes : Qui l ennuient. Apprend l hébreu, Mais juste pour lire un journal en yiddish, Un ancien dialecte allemand écrit en langue hébraïque compréhensible par n importe quel allemand Lit un livre de Böhm, mais le confond avec celui de Herzl. h) Portrait d Eichmann Capacités intellectuelles limitées Mélange ses mots à l oral : Fait rire le tribunal par ses fautes d expression Orateur qui juxtapose les clichés Piètre sujet sans mémoire : Confond Madagascar et l Ouganda (1092) Incapable de construire une phrase : En fait «un cas bénin d aphasie» (1064) Signale son «incapacité à penser» (1065). Ne lit pas les livres de la bibliothèque familiale Ne lit que les journaux. Conclusion : «Tout le monde pouvait voir que cet homme n était pas un monstre ; mais il était vraiment difficile de ne pas présumer que c était un clown» (1071). 3./ UN CLOWN SIONISTE ET KANTIEN a) Hannah Arendt dénie qu il puisse se dire kantien Lors de son procès, Eichmann «déclara soudain qu il avait vécu toute sa vie selon les préceptes moraux de Kant, et particulièrement selon la définition kantienne du devoir. A première vue, c était faire outrage à Kant et c était aussi incompréhensible, dans la mesure où la philosophie morale de Kant est étroitement liée à la faculté humaine de jugement qui exclut l obéissance aveugle» (1149). b) Pourtant : c) L un des juges lui demande ce qu il en est de son rapport à Kant : «A la stupéfaction générale Eichmann produisit une définition approximative, mais correcte de l impératif catégorique : «Je voulais dire, à propos de Kant, que le principe de ma volonté doit toujours être tel qu il puisse devenir le principe des lois générales». (Ce qui n est pas le cas pour le vol, ou le meurtre, par exemple, car il est inconcevable que le voleur, ou le meurtrier, puisse avoir envie de vivre sous un système de lois qui donnerait aux autres le droit de le voler ou de l assassiner). Interrogé plus longuement, il ajouta qu il avait lu la Critique de la raison pratique de Kant» (1150). Difficile, pour Hannah Arendt, de pouvoir écrire en même temps, du même homme «qui, de son propre aveu, avait toujours été complètement réticent à lire quoi que ce fût, à part les journaux, et qui, au grand désespoir de son père, n avait jamais profité des livres de la bibliothèque familiale» (1058). 3

4 4./ UN KANTIEN CHEZ LES NAZIS (MAUVAISE FOI II) a) Dans Conférences sur la philosophie politique de Kant (1970) Affirme que, contrairement à Platon, Aristote, Augustin, Thomas, Spinoza, Hegel et autres, Kant «n a jamais écrit une philosophie politique» (21) La philosophie de l histoire? La politique «y est traitée comme un thème secondaire» (21) Le projet de paix perpétuelle? Kant ne le «prenait pas trop au sérieux» (22). La Doctrine du droit? «Si vous la lisez, passablement ennuyeuse et pédante -, il est difficile de ne pas être de l avis de Schopenhauer : «Tout se passe comme si ce n était pas l œuvre de ce grand homme, mais ce qui est sorti de la médiocre pensée d un homme du commun»» (22). Or la Doctrine du droit aborde dans sa II partie : La question du «Droit public» «Le droit politique», Les droits du souverain, «Du droit de punir et de gracier» : Eloge de la peine de mort Casuistique de l infanticide et du duel «Du rapport juridique du citoyen avec la patrie et avec l étranger» : Eloge de la «déportation» (Vrin, 221) Interdiction de l insurrection (223) Fidélité au serment «Le droit des gens» : Sur le droit de la guerre «Le droit cosmopolitique» b) Eichmann a lu Kant, incité par son père : La Critique de la raison pratique Qui sauve le christianisme : les postulats de la raison pure. c) Arendt ne veut pas qu Eichmann ait pu être kantien : «A première vue (sic), c était faire outrage à Kant et c était aussi incompréhensible, dans la mesure où la philosophie morale de Kant est étroitement liée à la faculté humaine de jugement qui exclut l obéissance aveugle» (1149). Pourquoi pas dans un second temps? d) Compatibilité kantisme & nazisme : A. Dans La Doctrine du droit : 1. Distingue et sépare moralité et légalité 2. Invite le citoyen à se soumettre à la loi Parce que c est la loi Pour sa forme, et non son contenu Parce qu elle cristallise la souveraineté «Obéissez à l autorité qui a puissance sur vous» parce qu elle a puissance sur vous. Hitler arrive légalement au pouvoir Il incarne la souveraineté. 3. En politique : légalité = moralité Le souverain bien = l Etat dans lequel règne l ordre juste 4. Interdit l insurrection : 4

5 Kant interdit au peuple de résister aux «abus» et à «l insupportable» commis par un tyran : «Le principe du devoir du peuple de supporter un abus, même donné comme insupportable, de la part du pouvoir suprême, réside en ce que sa résistance contre la législation suprême ne peut jamais être considérée que comme illégale, voire même comme détruisant toute constitution légale. Une modification de la constitution (mauvaise) de l Etat peut bien parfois être nécessaire, mais elle ne peut être accomplie que par le souverain lui-même au moyen d une réforme, et non par le peuple, donc par une révolution» B. Dans Qu est-ce que les lumières? 1. Kant : «Il serait très dangereux qu un officier à qui un ordre a été donné par son supérieur, voulût raisonner dans son service sur l opportunité ou l utilité de cet ordre ; il doit obéir». Transposons dans la configuration du procès de Jérusalem : «Il serait très dangereux que l officier Eichmann à qui un ordre a été donné par son supérieur Müller, voulût raisonner dans son service sur l opportunité ou l utilité de cet ordre ; il doit obéir». 2. Distingue usage privé et usage public de la raison Le fonctionnaire peut trouver une décision de l Etat injuste Mais il doit lui obéir. C. Il manque, chez Kant, les droits de : 1. désobéir (à l arbitraire), 2. refuser (l injustice), 3. résister (à l oppression), 4. se rebeller (contre l iniquité), 5. dire non à la loi (inique), 6. récuser le droit (de classe ou de caste), 7. contester les règles (despotiques). 5./ «L IMPENSABLE BANALITE DU MAL» a) Hannah Arendt a brossé le portrait d un être : Vil, veule, vantard, menteur, inculte, illettré, ignare, quasi demeuré Elle sous-titre : un Rapport sur la banalité du mal. Il lui faut donc un homme banal, aux franges de la pathologie : Incapable de communiquer, n ayant pas le sens d autrui, clos sur lui-même, protégé par des mécanismes de défense, déconnecté de la réalité (1065). b) Son analyse se veut une «longue étude sur la méchanceté humaine» Conclut en invoquant «la leçon de la terrible, de l indicible, de l impensable banalité du mal» (1262). Où y a-t-il banalité? Pas de démoniaque, pas de mal absolu Mais «la mesquinerie de cet assassinat collectif sans conscience de culpabilité, et (dans) la médiocrité dépourvue de pensée de son prétendu idéal : les meurtriers ont tué non pas pour tuer, mais parce que cela faisait partie du métier» (Ecrits Juifs, 669). Quand y a-t-il banalité? Journal de pensée (avril 1953) : «Le mal radical existe, mais pas le bien radical. Le mal radical naît toujours lorsqu on espère un bien radical» (I.371). c) Malentendu terrible : On a cru qu elle avait banalisé le criminel de guerre, donc le crime de guerre 5

6 Qu elle avait minimisé la catastrophe de la Shoah Or elle a voulu aborder le mal non comme essence Mais comme fait. d) Les essentialistes voulaient Le mauvais Nazi et le bon Juif Un bourreau coupable et des victimes innocentes. e) Au lieu de cela, elle présente : Eichmann comme : Un clown grotesque, un pitre, un raté, une pauvre type Le personnage d une comédie pitoyable Le jouet d une parodie de procès théâtralisée «Cet homme n était pas un monstre» (1070). Les Juifs comme co-responsables d une partie de leur destin. 6./ LE ROLE DES CONSEILS JUIFS a) Car il y eut des «Conseils Juifs» (1130), Judenräte, Puis une «police spéciale juive» (id), Constitués exclusivement de Juifs qui collaboraient avec le régime nazi et aidaient à la déportation des leurs. b) Hannah Arendt : «Eichmann attendait et reçut, à un degré absolument extraordinaire leur coopération» (1131). c) «Si les juifs n avaient pas aidé au travail de la police et de l administration j ai déjà mentionné comment la rafle ultime des juifs à Berlin fut l œuvre exclusive de la police juive il y aurait eu un chaos complet, ou il aurait fallu mobiliser une main d œuvre dont l Allemagne ne pouvait se passer ailleurs» (1131). «Pour un juif, le rôle que jouèrent les dirigeants juifs dans la destruction de leur propre peuple est, sans aucun doute, le plus sombre chapitre de toute cette sombre histoire» (1132). d) Que faisaient les Conseils Juifs à Berlin, Amsterdam, Varsovie et dans d autres grandes villes d Europe? 1. Dresser la liste des personnes à déporter et de leurs biens, 2. Obtenir d elles les fonds avec lesquels elles paieraient les frais de leur déportation, puis de leur extermination, 3. Remettre en main propre au nazi les sommes ainsi obtenues, 4. Recenser les appartements vides, 5. Fournir les forces de police qui contribuent aux arrestations, 6. Faire monter les juifs dans les trains de la mort, 7. Distribuer les étoiles jaunes, (l occasion d un commerce lucratif car les brassards en toile étaient de moins bonne qualité que les versions plastifiées donc lavables ) e) Les choix effectués par les Conseils validaient des distinctions nazies entre : Juifs allemands & Juifs polonais, Juifs anciens combattants décorés & «Juifs ordinaires», Juifs aux familles implantées depuis longtemps en Allemagne & Juifs récemment naturalisés, Juifs éminents & Juifs sans réputation. f) La police juive ne fut pas plus douce Mais plus brutale, moins corruptible. g) «Les nazis considéraient la coopération des juifs comme la pierre angulaire même de leur politique juive» (1138). 6

7 Aucun membre de ces Conseils n a été appelé à la barre à Jérusalem. h) Certains Juifs travaillaient à l extermination Couper les cheveux Arracher les dents Creuser les tombes Effacer les traces i) Des techniciens construisaient les chambres à gaz à Teresienstadt Hannah Arendt oublie qu ils sont dans les camps, Elle les trouve aussi responsables que ceux qui sont à l extérieur L amalgame a pu blesser 7./ LA SERVITUDE VOLONTAIRE a) «Partout où les juifs vivaient, il y avait des dirigeants juifs, reconnus comme tels, et cette direction presque sans exception, a coopéré d une façon ou d une autre, pour une raison ou une autre, avec les nazis. Toute la vérité est que, si le peuple juif avait vraiment été non organisé et dépourvu de direction, le chaos aurait régné, il y aurait eu beaucoup de misère, mais le nombre total des victimes n aurait pas atteint quatre et demi à six millions» (1139). b) Pulvérise une autre idée reçue : il n y a pas eu d opposition de gauche La gauche ne s opposait pas à Hitler : «Par principe (elle) n accordait aucune signification aux problèmes moraux et encore moins à la persécution des Juifs - une pure «diversion» destinée à faire oublier la lutte des classes qui, aux yeux de la gauche, dominait toute la scène politique» (1112). c) La construction des camps et la politique de réarmement restaure le plein emploi La gauche est déstabilisée L opposition : démoralisée par «la tactique du Parti Communiste qui invitait à rejoindre les rangs du parti hitlérien afin de s y installer tel un Cheval de Troie» (1112). d) Ni les communistes, Ni les socialistes : «il n y eut aucune résistance socialiste organisée en Allemagne pendant la guerre» (1113) Ni les non juifs, Ni même les Juifs, donc, n ont résisté L administration, l armée, l Etat-Major, l université, la magistrature, le monde des affaires, les intellectuels, tous ont collaboré 8./ POUVAIT-ON RESISTER? a) Oui répond Hannah Arendt Des SS ont refusé et n ont pas été tués Pas un seul document du procès de Nuremberg ne fait état d une seule exécution (Ecrits juifs, 648) Eichmann n encourait donc pas la cour martiale, mais le tribunal de police et de SS. b) Lettre à Scholem concernant les Juifs qui ont collaboré : «Il n y avait aucune possibilité de résistance, mais il y avait la possibilité de ne rien faire. Et pour ne rien faire, il n était pas nécessaire d être un saint ; il suffisait de dire : je ne suis qu un simple Juif et je ne désire pas autre chose». Puis : «En outre, ces gens n étaient pas soumis à la pression immédiate de la terreur, mais seulement à une pression indirecte. Je sais à quoi m en tenir en ce qui concerne les différences de degrés à ce sujet. Il existait toujours un espace pour la liberté de décision et d action. ( ) Etant donné qu en politique nous avons affaire à des hommes 7

8 et non à des héros ou à des saints, cette possibilité de non-participation est décisive pour porter un jugement sur l individu, et non sur le système» (Ecrits juifs, 648). CONCLUSION a) Dans la fin de Eichmann à Jérusalem : Les nazis on effacé leurs traces : Mais l oubli n a pas été possible b) La leçon de cette histoire? «Politiquement, elle est que, dans des conditions de terreur, la plupart des gens s inclineront, mais que certains ne s inclineront pas ; de même, la leçon que nous donnent les pays où l on a envisagé la Solution finale, est que «cela peut arriver» dans la plupart d entre eux, mais que cela n est pas arrivé partout. Humainement parlant, il n en faut pas plus, et l on ne peut raisonnablement pas en demander plus, pour que cette planète reste habitable pour l humanité» (1243). BIBLIOGRAPHIE : Hannah Arendt, Ecrits juifs, Fayard Hannah Arendt, Gershom Scholem, Correspondance, Seuil Hannah Arendt et Joachim Fest, Eichmann était d'une bêtise révoltante, Fayard Hannah Arendt, Juger, Points Seuil Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem, Folio Kant, Doctrine du droit, Vrin Michel Onfray, Le songe d'eichmann, Galilée Hannah Arendt (le film), Margarethe von Trotta (2012) 8

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche

Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) Dates : 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Histoire Leçon 15 La marche vers la guerre ( 1938 / 1939) 1936 : remilitarisation de la Rhénanie 1938 : Anschluss de l Autriche Septembre 1939 : début de la deuxième guerre mondiale Anschluss : annexion

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

A u t e u r : P e r s o n n a g e s :

A u t e u r : P e r s o n n a g e s : Damien L. 3éme1 Auteur : Anne Frank Livre de poche. Edition Définitive. Personnages : - Anne Frank - Mr Otto Frank ou Pim : son père - Mme Frank ou Edith Hollander : sa mère - Margot : sa soeur - Mr Van

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste

27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste 27 Janvier : Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste "Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel) Quand ils ont arrêté les communistes,

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Le monde a besoin de paix en Palestine

Le monde a besoin de paix en Palestine ANALYSE 2007 Le monde a besoin de paix en Palestine Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Le monde a besoin de paix en Palestine

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé)

Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Fiche de travail n 1 : la mise en place des régimes totalitaires (corrigé) Activité n 1 : compléter la chronologie en s appuyant sur les extraits de K7 vidéo Le MONDE L URSS L Italie L Allemagne 1914 Début

Plus en détail

Exercices Objectifs Points obtenus

Exercices Objectifs Points obtenus Français I LE FAIT DIVERS 8P Exercices Objectifs Points obtenus Seuil de réussite LA STRUCTURE D UN FAIT DIVERS Connaître les divers éléments qui constituent un fait divers /17 /12 1 Différencier un titre

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Cours morale et politique: «peut-on désobéir aux lois?» 1

Cours morale et politique: «peut-on désobéir aux lois?» 1 Cours morale et politique: «peut-on désobéir aux lois?» 1 On peut d abord partir d une définition très générale du mot de «droit» : le droit c est la latitude de liberté que vous laisse la loi à l intérieur

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs,

Traduction. Madame la Haut-Commissaire, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames, Messieurs, Traduction Discours de Monsieur Joachim Gauck, président de la République fédérale d Allemagne, au Conseil des droits de l homme des Nations Unies le 25 février 2013 à Genève Madame la Haut-Commissaire,

Plus en détail

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT Activité pédagogique autour du roman, de Danielle Malenfant ISBN 978-2-922976-38-0 ( 2013, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités autour du roman RÉSUMÉ DU

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

N 45 Du 15 avril au 19 avril 2013

N 45 Du 15 avril au 19 avril 2013 N 45 Du 15 avril au 19 avril 2013 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE 19 avril 2013 à 10:39 par Muriel Valin Est-ce bientôt la fin de l écriture à la main? LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE

Plus en détail

Hier, Mathilde rencontrer son professeur. A pu A pue. Les animaux.malades pendant une courte période. Sont été Ont été Sont étés

Hier, Mathilde rencontrer son professeur. A pu A pue. Les animaux.malades pendant une courte période. Sont été Ont été Sont étés Hier, Mathilde rencontrer son professeur. A pu A pue Les animaux.malades pendant une courte période. Sont été Ont été Sont étés Le facteur.le paquet à la vieille dame. Est monté A monté Marie 7 ans la

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales 18 Mai 2012 Site web : www.cedhd.org 1 L administration de la défense

Plus en détail

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste?

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? Extrait du film de propagande réalisé par Leni Riefenstahl, Le Triomphe

Plus en détail

Analyse d une expérience contemporaine de souffrance à partir de l ouvrage de Primo Levi, Si c est un homme. Travail présenté par Léandre ZÉFACK

Analyse d une expérience contemporaine de souffrance à partir de l ouvrage de Primo Levi, Si c est un homme. Travail présenté par Léandre ZÉFACK Analyse d une expérience contemporaine de souffrance à partir de l ouvrage de Primo Levi, Si c est un homme. Travail présenté par Léandre ZÉFACK 1 Si c est un homme 1 aborde la lancinante question du mal

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres,

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Prières de confession et assurance du pardon Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Pour toutes les fois où nous étions trop fatigués pour nous préoccuper de nos

Plus en détail

Glossaire 3 : 3 Ressources :

Glossaire 3 : 3 Ressources : Le vocabulaire concernant l extermination des Juifs d Europe par les nazis Le régime nazi a, de 1941 à 1945, mis en œuvre sa décision planifiée de destruction des populations juives d Europe. L objectif

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Emmanuel, Dieu avec nous

Emmanuel, Dieu avec nous Emmanuel, Dieu avec nous Jésus, un homme comme nous, dans une chair de péché Texte : Matthieu 1:18-23 (Ce que croit les Ad7J, p. 103, 55) Connaissez-vous la généalogie de Jésus? Luc 3:31 - Fils de David

Plus en détail

De 8 à 50 joueurs à partir de 14 ans. OU Éliminer le plus grand nombre de joueurs, OU les deux à la fois (c est encore mieux!).

De 8 à 50 joueurs à partir de 14 ans. OU Éliminer le plus grand nombre de joueurs, OU les deux à la fois (c est encore mieux!). UN JEU D EMMANUEL VIAU & CÉLINE DEVILLERS De 8 à 50 joueurs à partir de 14 ans MATÉRIEL : 53 cartes «Mission», 4 cartes «Règle». BUT DU JEU : Être le dernier en jeu, OU Éliminer le plus grand nombre de

Plus en détail

La politique d'extermination nazie. Les ghettos

La politique d'extermination nazie. Les ghettos La politique d'extermination nazie Les ghettos Le regroupement des Juifs dans les ghettos (ici : le ghetto de Varsovie) Vivre dans le ghetto de Varsovie Les plus pauvres ne pouvaient se protéger du froid

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

Une guerre juste est-elle possible?

Une guerre juste est-elle possible? Pseudonyme : Colombine Nombre de mots : 1942 mots Une guerre juste est-elle possible? 8000 traités de paix ont été dénombrés jusqu à aujourd hui 1. C est dire qu au moins 8000 guerres ont façonné l histoire.

Plus en détail

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Pourquoi la Seconde guerre mondiale est-elle une guerre d anéantissement? I. Un affrontement planétaire A. Les grandes phases de la guerre ...................... 1

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Nous sommes tous coupables

Nous sommes tous coupables Nous sommes tous coupables Jean-Marie Muller* «Chacun de nous est coupable devant tous pour tous et pour tout.» Dostoïevski Les Frères Karamazov Je termine mon texte sur les crimes perpétrés par Mohamed

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

Les rapports du chrétien avec les autres

Les rapports du chrétien avec les autres Leçon 13 Les rapports du chrétien avec les autres C était le moment des témoignages, lors de notre rencontre du lundi matin, à la chapelle de l Ecole biblique. Une jeune fille nommée Olga se leva pour

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

MAUS par Art SPIEGELMAN

MAUS par Art SPIEGELMAN HISTOIRE DES ARTS MAUS par Art SPIEGELMAN I. IDENTIFIER ET PRESENTER L ŒUVRE L œuvre présentée ici est une bande-dessinée intitulée Maus, l intégrale, un survivant raconte réalisée par Art Spiegelman en

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze,

IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze, IL AVAIT TOUJOURS SEMBLÉ à Antoine avoir l âge des chiens. Quand il avait sept ans, il se sentait usé comme un homme de quarante-neuf ans ; à onze, il avait les désillusions d un vieillard de soixante-dix-sept

Plus en détail

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas

Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas Brève histoire de l Holocauste aux Pays-Bas La présence juive aux Pays-Bas En 1579, l abolition de l Inquisition par la République hollandaise fait de ce pays une terre d accueil par excellence pour les

Plus en détail

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

1er sept. 1939 Les troupes allemandes... C'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Le contexte historique : la France pendant la Seconde Guerre mondiale Complétez la chronologie suivante. Vous pouvez vous référer au site http://www.e-chronologie.org/monde/ww2.php 1er sept. 1939 Les troupes

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

La culture L épreuve du Bac

La culture L épreuve du Bac L épreuve du Bac Synthèse des concepts rencontrés dans les textes... 80 Sujets de dissertation... 81 Méthode d analyse d un sujet de dissertation... 82 Sujet 1 Méthode d analyse d un texte : texte de Freud...

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE CONCEPTS ET LANGAGE T H È S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Discipline : LINGUISTIQUE Présentée et soutenue par : Zeina EL HELOU

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce Monsieur

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

LE PROCÈS DE MACHIAVEL

LE PROCÈS DE MACHIAVEL LE PROCÈS DE MACHIAVEL II. L INTENTION POLITIQUE DE BOCCALINI Boccalini était-il antimonarchiste et républicain ou n était-il qu un observateur résigné, sarcastique, sceptique? Deux raisons principales

Plus en détail

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale.

Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Documents et pistes d utilisation sur le thème «les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale. Approfondissement en accompagnement personnalisé T L / ES. Il s agit de deux journaux de la Résistance et d un

Plus en détail

5 à 8 ans. N oublie pas de te laver les dents! de Philippe Corentin. Amorce

5 à 8 ans. N oublie pas de te laver les dents! de Philippe Corentin. Amorce 5 à 8 ans Amorce «Ça a quel goût, une petite fille? demande le bébé crocodile. Écœurant et sucré», lui répond son papa Pour en être certain, bébé croco part en expédition chez sa jeune voisine. Elle est

Plus en détail

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs

L antisémitisme et les premières actions contre les juifs L idéologie nazie Basée sur l idée d une race aryenne supérieure, l idéologie nazie s imposera à tous les niveaux dans l état allemand. Le parti nazi se base sur toute une série de principes. L ensemble

Plus en détail

Ouvrages de références et objectifs

Ouvrages de références et objectifs Valise pédagogique Ouvrages de références et objectifs MESSAGE IMPORTANT: Prendre le temps de bien lire les histoires et d explorer la valise, ses activités et ce guide. Ouvrages de références Activités

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail