LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION?"

Transcription

1 LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Anne PERRAUD (CRÉDOC) Phlppe MOATI (CRÉDOC Unversté Pars) Nadège COUVERT (ENSAE) INTRODUCTION Au cours des dernères années, de nombreux travaux, à la fos théorques et emprques, sont venus amélorer notre connassance de la démographe des entreprses. L élaboraton de bases de données ndvduelles sur des cohortes de créateurs d entreprses (à l mage de SINE en France 1 ) a perms de précser le profl des créateurs, mas auss de repérer les varables personnelles assocées à la surve des jeunes entreprses 2. Ces données permettent également de précser les détermnants sectorels de la vablté et de la crossance des entreprses nouvellement créées 3. Cette recherche vse à précser l mpact des terrtores d mplantaton sur la surve. Au cours d une recherche précédente 4, nous avons ms en évdence l nfluence des caractérstques terrtorales sur l ntensté des créatons d entreprses. Il nous état notamment apparu que la densté économque des terrtores exerce une certane nfluence sur le dynamsme entrepreneural, en partculer pour ce qu 1 SINE, Système d Informaton sur les Nouvelles Entreprses, est un dspostf d enquête élaboré par l INSEE qu permet de suvre, sur une pérode de cnq ans, une cohorte d entreprses nouvellement créées. Pour plus d'nformatons, se reporter aux annexes. 2 Vor, par exemple, Francoz et Bonneau [1995], Presendörfer et Voss [1990], cté par Brüderl et al. [1992], Cressy [1996], Brüderl et al. [1992] 3 Vor, entre autres, Audretsch [1995], Mata et Portugal [1994], Wagner [1994], Tveteras et Ede [2000]. 4 Moat, Perraud et Pouquet [2000]. 41

2 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? concerne les entreprses de plus de 10 salarés à la nassance, l ntensté des créatons de très pettes entreprses sur les terrtores parassant davantage lée à un ensemble de varables d nctaton et de fren à l ntatve ndvduelle. Le démarrage d une actvté ne garantssant en aucune manère sa pérennté, l est mportant de prolonger ce premer traval par une recherche sur la nature des caractérstques terrtorales qu sont susceptbles de rendre compte de l hétérogénété des taux de surve des jeunes entreprses parm les 348 zones d emplo qu composent le terrtore natonal. En partculer, l convent de tester dans quelle mesure la densté économque des terrtores est de nature à consttuer un facteur favorable, ou au contrare nusble, à la surve des jeunes entreprses. A cet égard, deux hypothèses contradctores peuvent être défendues. La compéttvté des entreprses (et en partculer des plus jeunes, qu sont souvent également les plus pettes) dépend pour parte des ressources qu leur sont accessbles à partr de leur terrtore d mplantaton : marché local, mas auss et surtout offre d nputs (qualfcatons du traval), dsponblté d nfrastructures (en partculer de transport), exstence d externaltés (notamment externaltés de connassances) et facltaton de la mse en réseau, en rason de l mportance de la proxmté pour la reconnassance des présomptons de complémentartés à l orgne d accords de coopératon, et pour la coordnaton des acteurs dans le cadre de ces accords. Les terrtores bénéfcant d une forte densté économque par une offre de ressources rche et dversfée devraent de ce pont de vue favorser la vablté des jeunes entreprses qu y sont mplantées. Mas, smultanément, une forte densté économque est susceptble d être à l orgne d une forte concurrence pour le partage du marché local et pour l explotaton des ressources terrtorales. Les terrtores les plus denses rsquent de se révéler comme des envronnements partculèrement sélectfs, d autant que comme nous l avons relevé lors de notre précédente recherche plus attractfs, ls tendent à se caractérser par une plus forte actvté de créaton d entreprses. La stratége de recherche retenue dans cette étude, afn de tenter de trancher entre ces deux hypothèses contradctores, est bâte en deux temps. Dans un premer temps, on cherchera à rendre compte de l hétérogénété des taux de surve à 3 ans parm les zones d emplo, par la prse en compte d un certan nombre de varables caractérsant la nature de l envronnement économque offert par chaque zone aux entreprses qu y sont mplantées. Dans un deuxème temps, en utlsant des données ndvduelles, nous nous ntéresserons aux détermnants de la surve des entreprses, en ntégrant des varables caractérsant les zones d emplo dans lesquelles elles sont mplantées. 42

3 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? 1. L HÉTÉROGÉNÉITÉ DES TAUX DE SURVIE AU NIVEAU DES ZONES D EMPLOI Les bases de traval utlsées ont été consttuées à partr du fcher SINE et de l atlas des zones d emplo édté par l INSEE. Le premer répertore les entreprses créées au cours du premer semestre 1994 et sgnale celles qu sont encore actves en Il fournt par alleurs les caractérstques ndvduelles des entrepreneurs et des entreprses, ans que la zone d emplo dans laquelle la nouvelle unté est mplantée. L atlas des zones d emplo répertore quant à lu un certan nombre de varables relatves aux caractérstques terrtorales des zones d emplo. Le traval mené sur les zones d'emplo utlse les données contenues dans l'atlas des zones d'emplo, auxquelles sont adjonts les taux de surve par zone d'emplo et les caractérstques de la populaton entrepreneurale de la zone. Ces varables supplémentares ont été obtenues par agrégaton des données présentes dans le fcher SINE. Enfn, les détermnants de la surve varant fortement selon l'orgne de la créaton (créatons pures ou créatons par reprse), nous avons chos de lmter notre analyse aux entreprses créées ex nhlo, celles-c consttuant l'essentel des créatons d'entreprses (79,1% des créatons du premer semestre 1994). Comme dans la plupart des travaux relatfs à la surve des entreprses, le taux de surve à j an(s) des entreprses de la génératon n mplantées dans le terrtore e est défn comme le rapport entre le nombre d'entreprses de la génératon n créées dans le terrtore e et actves lors de la j-ème année et le nombre d'entreprses créées au cours de l'année n dans le terrtore e. Ans, en notant S e nj le taux de surve à j an(s) des entreprses de la génératon n mplantées dans le terrtore e, e A nj le nombre d'entreprses de la génératon n mplantées dans le terrtore e et actves au cours de la j-ème année, et e C n le nombre d'entreprses de la génératon n (.e. créées au cours de l'année n) mplantées dans le terrtore e, on obtent la formule suvante : e S nj = e Anj e Cn Nous nous concentrerons dans cette étude sur l analyse du taux de surve à tros ans. 43

4 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? Taux de surve régonaux Taux de surve à tros ans 0,617 à 0,642 (2) 0,59 à 0,617 (7) 0,563 à 0,59 (6) 0,536 à 0,563 (3) 0,509 à 0,536 (3) Nombre de régons concernées ndqué entre parenthèses Régon Taux de surve régonaux Nombre de créatons pures d'établssements Taux de surve régonal * Bretagne ,2% Alsace ,5% Lmousn ,6% Potou-Charentes ,8% Basse-Normande ,1% Auvergne ,0% Franche-Comté ,5% Bourgogne ,3% Pays de la Lore ,2% Nord Pas-de-Calas ,6% Champagne-Ardenne ,3% Aqutane ,1% Centre ,7% Rhône-Alpes ,6% Lorrane ,1% Md-Pyrénées ,1% Pcarde ,5% Haute-Normande ,2% Languedoc-Roussllon ,5% Ile-de-France ,3% PACA ,9% * Le taux de surve régonal est calculé comme le rapport du nombre d'entreprses créées en 1994 dans la régon et encore actves en 1997 au nombre d'entreprses créées en 1994 dans la régon. (Source : CRÉDOC sur données INSEE) 44

5 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? On observe une forte hétérogénété des taux de surve entre les dfférentes régons françases. S, en moyenne, 58,0% des entreprses de la génératon 1994 sont toujours actves tros ans après leur créaton, le taux de surve présente un écart-type de 3,5. Tros régons affchent un taux nféreur à 54,0% tands que cnq présentent un taux de surve supéreur à 60,0%. L'hétérogénété observée au nveau des régons se retrouve au nveau des départements. Elle y est d'alleurs encore plus marquée. La moyenne (58,6%) est proche de celle calculée au nveau des régons. Cependant, l'écart-type (7,0) est deux fos supéreur à celu obtenu au nveau régonal et l'écart entre les extrêmes est encore plus marqué (76,9% pour le département des Landes contre 39,7% pour la Sene-Sant-Dens). Ans, sept départements affchent des taux supéreurs à 70,0% tands que treze présentent des taux nféreurs à 50,0%. Les taux de surve des départements composant une même régon sont par alleurs très négaux, et l est fréquent qu'un département se dstngue nettement au sen d'une régon par sa capacté à mantenr en ve les entreprses qu'l accuelle. Ans, dans la régon Rhône-Alpes, la Haute-Savoe affche un taux de surve de 70,1% tands que celu de la Drôme s'élève à 49,4%. Dstrbuton des taux de surve par zone d'emplo 50 Nombre de zones d'emplo % 26% 32% 38% 44% 50% 56% 62% 68% 74% 80% 86% 92% (Source : CRÉDOC sur données INSEE) Enfn, on retrouve une forte hétérogénété des taux de surve calculés au nveau des zones d'emplo. En moyenne, 59,5% des entreprses créées au cours du premer semestre 1994 ont attent leur trosème 45

6 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? annversare. Cette proporton vare de 23,1% (Maurenne) à 91,9% (Mont-de-Marsan Est-des-Landes), ce qu témogne, tout comme l'écart-type obtenu (11,7), d'une dsperson encore plus accentuée qu'aux nveaux régonal et départemental. La varablté des taux de surve dans les zones d'emplo à l'ntéreur des régons Pour les 21 classes Varablté En % Test-F Varablté nter-classes 0, ,0% Varablté ntra-classes 4, ,0% Varablté totale 4, ,0% 1,78 (0,0220) (Source : CRÉDOC sur données INSEE) La varablté des taux de surve dans les zones d'emplo à l'ntéreur des départements Pour les 94 classes Varablté En % Test-F Varablté nter-classes 1, ,0% Varablté ntra-classes 3, ,0% Varablté totale 4, ,0% 1,37 (0,0292) (Source : CRÉDOC sur données INSEE) L'analyse de la varance effectuée révèle par alleurs que seulement 34,0% de la varablté des taux de surve des zones d'emplo s'explque par l'appartenance départementale et 10,0% par l'appartenance régonale. Autrement dt, l'hétérogénété des taux de surve des zones d'emplo relèverat davantage des caractérstques ntrnsèques des zones d'emplo que de l'appartenance à une régon ou à un département en partculer. Ce résultat renforce l'observaton d'une grande varablté des taux de surve des zones d'emplo appartenant à un même département. 46

7 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? Régon Moyennes régonales* des taux de surve par zone d'emplo Nombre de zones d'emplo Moyenne Ecart-type Mnmum Maxmum Ile-de-France 26 53,9% 12,8 29,6% 78,6% Champagne-Ardenne 8 58,6% 8,5 42,2% 67,4% Pcarde 14 57,4% 15,1 26,7% 84,6% Haute-Normande 13 59,5% 12,2 37,5% 84,6% Centre 23 60,2% 12,6 37,5% 90,0% Basse-Normande 10 62,7% 7,8 44,4% 72,0% Bourgogne 18 58,8% 8,6 33,3% 75,6% Nord Pas-de-Calas 15 60,1% 10,3 47,6% 89,7% Lorrane 17 58,4% 7,3 46,3% 73,3% Alsace 12 69,0% 8,4 58,5% 81,8% Franche-Comté 13 54,5% 15,1 33,3% 82,1% Pays de la Lore 16 59,8% 8,7 50,0% 85,6% Bretagne 18 65,8% 9,8 50,2% 87,8% Potou-Charentes 13 61,4% 5,9 55,6% 73,7% Aqutane 23 60,3% 12,6 36,4% 91,9% Md-Pyrénées 18 63,3% 11,2 46,9% 91,7% Lmousn 8 59,8% 15,3 33,3% 80,6% Rhône-Alpes 27 57,9% 12,0 23,1% 83,3% Auvergne 16 63,8% 14,5 35,3% 87,5% Languedoc-Roussllon 11 52,8% 10,8 36,7% 72,7% PACA 22 55,6% 12,0 37,6% 82,4% * La moyenne régonale des taux de surve est calculée à partr des taux des zones d'emplo (Source : CRÉDOC sur données INSEE) 47

8 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? Département Taux de surve départementaux Nombre de zones d'emplo Nombre de créatons pures d'établssements Moyenne départementale des taux de surve (1) Taux de surve départemental (2) 40 LANDES ,7% 76,9% 53 MAYENNE ,9% 75,9% 15 CANTAL ,7% 75,0% 09 ARIEGE ,0% 74,2% 48 LOZERE ,7% 72,7% 56 MORBIHAN ,7% 70,1% 74 HAUTE SAVOIE ,2% 70,1% 35 ILLE ET VILAINE ,9% 69,5% 23 CREUSE ,7% 69,5% 52 HAUTE MARNE ,4% 66,7% 61 ORNE ,7% 66,1% 36 INDRE ,3% 66,0% 05 HAUTES ALPES ,5% 65,9% 50 MANCHE ,0% 65,7% 67 BAS RHIN ,5% 64,2% 90 TERRITOIRE DE BELFORT ,2% 64,2% 03 ALLIER ,9% 63,6% 46 LOT ,4% 63,4% 25 DOUBS ,0% 63,4% 01 AIN ,6% 63,4% 81 TARN ,9% 63,1% 19 CORREZE ,5% 62,9% 18 CHER ,5% 62,4% 68 HAUT RHIN ,4% 62,3% 58 NIEVRE ,8% 62,2% 55 MEUSE ,9% 62,0% 79 DEUX SEVRES ,5% 61,5% 65 HAUTES PYRENEES ,6% 61,1% 17 CHARENTE MARITIME ,0% 61,0% 95 VAL D'OISE ,5% 60,9% 22 COTES D'ARMOR ,4% 60,9% 86 VIENNE ,0% 60,5% 45 LOIRET ,2% 60,1% 16 CHARENTE ,7% 60,0% 24 DORDOGNE ,5% 59,9% 71 SAONE ET LOIRE ,7% 59,8% 89 YONNE ,7% 59,8% 85 VENDEE ,6% 59,6% 48

9 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? Département Taux de surve départementaux (sute) Nombre de zones d'emplo Nombre de créatons pures d'établssements Moyenne départementale des taux de surve (1) Taux de surve départemental (2) 80 SOMME ,7% 59,2% 72 SARTHE ,9% 59,2% 37 INDRE ET LOIRE ,1% 59,1% 77 SEINE ET MARNE ,1% 59,0% 69 RHONE ,6% 58,8% 08 ARDENNES ,4% 58,7% 62 PAS DE CALAIS ,4% 58,7% 92 HAUTS DE SEINE ,0% 58,6% 59 NORD ,1% 58,5% 11 AUDE ,0% 58,4% 49 MAINE ET LOIRE ,7% 58,2% 87 HAUTE VIENNE ,1% 57,9% 04 ALPES DE HAUTES PROVENCE ,0% 57,8% 70 HAUTE SAONE ,9% 57,7% 64 PYRENEES ATLANTIQUES ,1% 57,6% 63 PUY DE DOME ,2% 57,6% 21 COTE D'OR ,9% 57,4% 51 MARNE ,4% 57,3% 66 PYRENEES ORIENTALES ,2% 57,2% 44 LOIRE ATLANTIQUE ,1% 57,1% 78 YVELINES ,4% 56,8% 54 MEURTHE ET MOSELLE ,4% 56,8% 57 MOSELLE ,9% 56,8% 88 VOSGES ,1% 56,7% 10 AUBE ,6% 56,6% 12 AVEYRON ,7% 56,3% 29 FINISTERE ,1% 56,0% 33 GIRONDE ,4% 55,5% 27 EURE ,6% 55,3% 76 SEINE MARITIME ,5% 55,1% 38 ISERE ,4% 55,0% 14 CALVADOS ,8% 54,7% 60 OISE ,9% 54,6% 43 HAUTE LOIRE ,2% 54,4% 31 HAUTE GARONNE ,6% 53,4% 13 BOUCHES DU RHONE ,8% 53,4% 02 AISNE ,9% 53,4% 41 LOIR ET CHER ,7% 53,3% 49

10 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? Département Taux de surve départementaux (sute) Nombre de zones d'emplo Nombre de créatons pures d'établssements Moyenne départementale des taux de surve (1) Taux de surve départemental (2) 47 LOT ET GARONNE ,2% 53,2% 73 SAVOIE ,3% 52,7% 34 HERAULT ,0% 52,5% 42 LOIRE ,9% 52,0% 39 JURA ,3% 51,2% 06 ALPES MARITIMES ,8% 49,9% 30 GARD ,2% 49,8% 07 ARDECHE ,1% 49,7% 26 DROME ,0% 49,4% 75 PARIS ,0% 49,0% 28 EURE ET LOIRE ,5% 48,5% 84 VAUCLUSE ,3% 48,3% 82 TARN ET GARONNE ,2% 48,2% 91 ESSONNE ,3% 47,6% 83 VAR ,3% 46,9% 32 GERS ,9% 46,4% 94 VAL DE MARNE ,6% 45,9% 93 SEINE SAINT DENIS ,6% 39,7% (1) La moyenne départementale des taux de surve est calculée à partr des taux des zones d'emplo. (2) Le taux de surve départemental est calculé comme le rapport du nombre d'entreprses créées en 1994 dans le département et encore actves en 1997 au nombre d'entreprses créées en 1994 dans le département. (Source : CRÉDOC sur données INSEE) Toutes les zones d emplo ne sont donc pas "égales" en termes de taux de surve. La queston est de savor d où vent cette hétérogénété. Une premère explcaton possble renvoe à la spécfcté de la composton sectorelle de l ensemble des créatons d entreprses au sen de chaque zone d emplo. On sat, en effet, que la surve dépend fortement du secteur d actvté auquel appartent l entreprse : certanes actvtés (commerce, hôtellere restauraton ) exposent davantage les jeunes entreprses au rsque de cessaton que d autres. Or, chaque zone d emplo présente une composton sectorelle propre. Ans, toutes choses égales par alleurs, une zone d emplo marquée par une structure des créatons d entreprses basée en faveur de secteurs caractérsés par une forte snstralté tendra à affcher un taux de surve plus fable que la moyenne natonale, sans que les caractérstques ntrnsèques du terrtore ne soent drectement en cause. Cela pourra être le cas, par exemple, d une zone lttorale et tourstque, où de nombreuses entreprses sont créées chaque année dans les actvtés 50

11 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? sasonnères lées au toursme. L hétérogénété des taux de surve parm les zones d emplo est ans, pour parte, mputable à un effet de structure. Il est possble d évaluer l mportance de cet effet afn de pouvor mettre en évdence les effets des caractérstques propres aux zones d emplo sur la surve des entreprses. Pour cela, on a recours à une analyse structurelle-résduelle, dont le prncpe est présenté dans l encadré méthodologque. On calcule ans pour chaque zone d emplo l écart entre le taux de surve qu la caractérse et le taux de surve natonal. Cet écart est ensute décomposé en un écart structurel (écart lé à la structure sectorelle des créatons d entreprses dans chaque zone d emplo) et un écart résduel (écart censé être mputable aux caractérstques des zones d emplo). Ans, en solant l écart résduel, on se met en poston d étuder les détermnants proprement terrtoraux de la surve des entreprses. Encadré méthodologque : Analyse structurelle-résduelle Les taux de surve (à un, deux ou tros ans) calculés au nveau des zones d emplo sont sensbles à un "effet de structure" ntrodut par la composton sectorelle des actvtés. Afn de meux comprendre ce qu, dans les performances des zones d emplo, est attrbuable à un smple effet structurel ou ce qu dot être plutôt rattaché à un "effet zone d emplo" lé au dynamsme et aux caractérstques locales, l paraît donc essentel de pouvor corrger les taux observés des déformatons ndutes par la composton du tssu économque. La premère étape consste naturellement à s ntéresser à l écart global surve de la zone d emplo et le taux natonal moyen : E p = T p T FR E p observé entre le taux de T p : taux de surve de la zone d emplo p T FR : taux de surve natonal La méthode usuelle pour soler l effet structurel de l effet résduel "zone d emplo" passe alors par le calcul th T p d un taux de surve théorque, taux calculé lorsqu on applque à chaque secteur de la zone d emplo le taux de surve moyen observé au nveau natonal dans ce même secteur, sot : th 0 T = P, T, p FR j p FR T, : taux de surve du secteur j au nveau natonal 0 P p, j : part du nombre d entreprses de la zone d emplo p présentes ntalement dans le secteur j Ans, l écart global E = S + R où : p p p E p se décompose lu-même entre un effet structurel S p et un effet résduel R p : 51

12 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? l effet structurel mesure la dfférence entre le taux théorque de la zone d emplo et la moyenne th natonale : S = T T. Il représente l mpact de la composton sectorelle de la zone d emplo sur le p taux de surve ; p FR l effet résduel géographque mesure l écart entre le taux observé au nveau de la zone d emplo et son th taux théorque : R = T T. Il représente l mpact du dynamsme local et des caractérstques p p p propres de la zone d emplo sur la détermnaton du taux de surve. Dés lors, on peut dstnguer sx cas dans l analyse structurelle-résduelle à partr de l égalté : E = S + R. Le tableau suvant permet de récaptuler l ensemble des confguratons possbles pour p le cas p p E p >0, le cas E p <0 se tratant de façon symétrque : Cas où Ep>0 : Taux de surve plus élevé que la moyenne natonale Sp>0 Rp>0 Cet effet postf résulte à la fos de la composton sectorelle de la zone d emplo et de ses atouts propres Sp>0 Rp<0 Sp > Rp La zone d emplo pâtt d un manque de dynamsme local, mas cet effet négatf est contrebalancé par une répartton des secteurs d actvté favorable Sp<0 Rp>0 Sp < Rp La zone d emplo souffre d une composton sectorelle désavantageuse, mas cet effet est contrebalancé par un fort dynamsme local Décomposton des éléments consttutfs des écarts des taux de surve à la moyenne natonale Moyenne Ecart-type Mnmum Maxmum Ecart structurel 0, , , ,06605 Ecart global 0, , , , Ecart résduel 0, , , , (Source : CRÉDOC sur données INSEE) L analyse descrptve de l écart résduel fat tout d'abord apparaître que celu-c est, la plupart du temps, très proche de l écart global (entre le taux de surve de la zone d emplo et celu de la France entère). L écart global provendrat ans essentellement des caractérstques propres à chacune des zones d emplo. On constate par alleurs une mportante varablté, entre les zones d emplo, de cet écart résduel. Ces résultats vennent conforter les observatons précédentes : la capacté d'un terrtore à permettre aux entreprses mplantées sur son sol de subsster tent avant tout à ses caractérstques ntrnsèques. Ce résultat est cependant à relatvser compte tenu du fat que l évaluaton de la composante structurelle a été effectuée sur la base d un découpage sectorel en 8 macro-secteurs, sot le nveau le plus fn autorsé par les données en notre possesson. Il est clar, dans ces condtons, 52

13 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? qu une parte de l écart résduel est en réalté mputable à un effet de structure sectorel non prs en compte dans le calcul. La prochane secton est consacrée à l analyse des détermnants terrtoraux des écarts résduels des taux de surve observés au nveau des zones d emplo. 2. ANALYSE DES ÉCARTS DE TAUX DE SURVIE ENTRE LES ZONES D'EMPLOI Notre hypothèse prncpale concernant l nfluence du terrtore d mplantaton sur la surve des jeunes entreprses porte sur le rôle de la densté économque. La densté économque d un terrtore s appréce en rapportant un ndcateur d actvté économque à sa superfce. Les données dsponbles nous condusent à retenr le nombre d emplos par km 2, DENSEMP, comme ndcateur de densté économque des zones d emplo. Rappelons que, théorquement, la densté peut exercer deux nfluences de sens contrare sur la surve : une nfluence favorable par un effet d offre de ressources, une nfluence défavorable par un effet de concurrence. Afn d explorer la nature de la relaton entre le taux de surve à 3 ans et la densté économque de la zone d emplo d mplantaton, nous avons procédé au calcul du coeffcent de corrélaton smple entre l écart résduel des taux de surve et l ndcateur de densté économque pour chacune des 341 zones d emplo retenues pour l analyse. Le coeffcent est négatf mas très fable (-0,07, sgnfcatvté au seul de 15%). Ce résultat peut découler de l adopton d une mesure mparfate de la densté économque, car crconscrte à la seule zone d emplo. La zone d emplo n est pas une île déserte ; l entreprse qu y est mplantée peut, dans une certane mesure, bénéfcer des ressources (et souffrr des handcaps) des zones d emplo qu se trouvent à proxmté. Dans cette perspectve, une deuxème mesure de la densté de la zone d emplo a été construte. L ndcateur de "densté étendue", DENSEL, prend en compte non seulement la densté de la zone concernée (DENSEMP), mas également celle de chacune des 340 autres zones d emplo, pondérée par l nverse du carré du temps de transport nécessare pour jondre par route la vlle centre à celle de la zone d emplo étudée (DENSEMPT) (vor encadré méthodologque). 53

14 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? La prse en compte des effets de vosnage L'dentfcaton des dfférents détermnants de la surve des entreprses dans une are géographque donnée ne saurat se lmter aux caractérstques de la seule zone d'emplo concernée. A l'nverse, la prse en compte de l'envronnement géographque d'une zone d'emplo ne peut être appréhendée par l'ntroducton de la totalté des zones d'emplo vosnes, pour des rasons évdentes de sur-dentfcaton du modèle. La soluton adoptée consste à résumer l'nformaton portant sur un facteur explcatf en créant un ndcateur synthétque de sa valeur dans les zones d'emplo vosnes. Afn de tenr compte de l'atténuaton de son mpact avec son élognement, la constructon de l'ndcateur utlse un système de pondératon, foncton de la dstance à la zone étudée. Le modèle ntégrera la somme de l'effet de la varable dans la zone d'emplo consdérée effet moyen dans les zones d'emplo vosnes ~ X = j 1 X 2 d, j 1 d j 2, j j X ~. Le mode de calcul de ce derner est le suvant : X et de son L'effet des zones d'emplo vosnes est donc nversement proportonnel au carré de la dstance qu les sépare de la zone étudée. La présence du dénomnateur se justfe par la volonté de dsposer d'une varable rendant compte des effets de vosnage, exprmée dans la même unté que celle qu tradut les effets de la zone d'emplo. La constructon de ces ndcateurs pour la quas totalté des varables explcatves de la créaton d'établssements nécesste le recours à une matrce des dstances entre les vlles prncpales des 341 zones d'emplo métropoltanes. Ce dstancer exprmant la dstance klométrque pour les couples possbles a été obtenu auprès de CVN, socété spécalsée dans la fournture de servces aux entreprses de transport et de logstque. Le dstancer propose tros mesures alternatves de la dstance entre deux zones d'emplo : - la dstance à vol d'oseau, qu n'a pas été utlsée dans ce traval de recherche ; - la dstance routère, construte à partr d'un logcel spécfque fasant appel à une base de données du réseau router natonal, qu permet de tradure les trajets en dstance routère klométrque ; - la durée du trajet, calculée en foncton du parcours router retenu en applquant des vtesses moyennes des véhcules sur les dfférents types de voe routère (autoroute, route natonale ). Enfn, un ndcateur du coût logstque entre les vlles prncpales de deux zones d'emplo a été évalué, à partr de coeffcents proposés par le Comté Natonal Router, pour estmer les coûts du transport effectué par un véhcule utltare d'un PTAC de 12 tonnes. Ce calcul combne les effets du klométrage et ceux du temps de transport. Le coût du klomètre est évalué à 2,60 francs et correspond globalement aux fras de carburant et d'usure des pneumatques. D'autre part, l faut également ajouter un coût journaler d'utlsaton du véhcule de francs ntégrant les fras de personnel et le coût d'amortssement du véhcule. L'ndcateur de temps de trajet a été prvlégé dans les estmatons des modèles économétrques. 54

15 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? Le coeffcent de corrélaton de l écart résduel du taux de surve moyen sur les zones d emplo avec DENSEL progresse mas demeure modeste (-0,10, sgnfcatvté au seul de 6%). S l effet de concurrence semble domner l effet de ressources, force est de constater que, au total, la relaton entre la surve des entreprses et la densté économque de leur envronnement terrtoral apparaît comme assez ténue. L observaton du nuage de ponts semble cependant ndquer une relaton non lnéare entre densté et composante résduelle des écarts de taux de surve. Les zones d emplo caractérsées par une densté économque fable ou moyenne affchent une très forte hétérogénété de surve ; cette hétérogénété est beaucoup mons marquée concernant les zones d emplo à forte densté économque. Afn d explcter ce pont, nous avons décomposé l ensemble des zones d emplo entre zones à fable densté (279) et zones à forte densté (62), en retenant le seul de 60 emplos au km 2. L écart résduel du taux de surve est en moyenne sensblement plus fable dans les zones très denses (0,7 pont en moyenne, contre 4,6 ponts dans les zones à fable densté), et l écart de moyenne est très sgnfcatf. En outre, la dsperson est plus marquée parm les zones à fable densté. Caractérstques des écarts résduels des zones à fable et à forte densté Densté fable Densté forte Statstque Prob[x1=x2] Talle échantllons Moyenne 4,60 0,74 2,44 (0,015) Ecart-type 11,77 8,82 (Source : CRÉDOC sur données INSEE) Il découle de ces résultats que l effet de concurrence semble domner dans les zones à forte densté économque ; toutefos, la densté n est que peu prédctve de la surve des entreprses dans les zones d emplo à densté fable et moyenne, où la grande hétérogénété des stuatons locales semble appeler une prse en compte plus fne des caractérstques des terrtores. Nous avons donc construt un modèle économétrque explctant certanes des varables généralement assocées à la densté économque. Chacune de ces varables exogènes correspond à la somme de la varable assocée à la zone d'emplo et de l'ndcateur synthétque de sa valeur dans les 340 zones d'emplo vosnes. L'état des nfrastructures de transport accessbles à partr de chaque zone d'emplo dont la densté et la qualté apportent un souten décsf à la surve des entreprses a été appréhendé par quatre varables : 55

16 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? - PORTEL, TGVEL et AEROPEL prennent des valeurs d'autant plus élevées que la zone d'emplo se stue à proxmté d'un port martme de marchandses 5, d'une gare TGV ou d'un aéroport nternatonal 6. - TRANSEL mesure les effectfs employés dans les secteurs des transports routers de marchandses et des servces auxlares de transport. On s'attend à trouver une corrélaton postve entre l'écart résduel du taux de surve et les varables d'nfrastructures de transport. L'accès à la man-d'œuvre consttue un autre facteur permettant d'assurer la pérennté des entreprses. Nous l'avons appréhendé par les ndcateurs suvants permettant d approcher la structure du marché du traval local par qualfcaton : - PCAPEL : part des détenteurs d'un CAP ou d'un BEP dans la populaton actve. - PBACEL : proporton des dplômés à Bac + 2 ou plus dans la populaton actve. - PENCAEL : part des emplos d'encadrement dans l'emplo total. Les terrtores peuvent être producteurs d externaltés technologques dont proftent partculèrement les pettes entreprses 7. Ce phénomène sera prs en compte par le nombre d'établssements de recherche et développement pour mlle actfs (RDEL). Par alleurs, l'étendue du marché de consommaton dont on pense qu'elle devrat exercer une nfluence postve sur la surve pusqu'elle détermne l'mportance des débouchés de jeunes entreprses dont le rayonnement commercal est souvent local sera prse en compte par les ndcateurs suvants : - RIMPTEL : revenu mposable total de la zone d'emplo et de ses vosnes. - RIMPMEL : revenu mposable moyen de la zone d'emplo et de ses vosnes. - ACTOUREL : capacté d'accuel des hôtels et des campngs rapportée à la superfce des zones d'emplo. - TSECEL : rapport du nombre de résdences secondares sur celu des résdences prncpales. 5 Au total, 22 ports recensés. 6 Orly, Rossy, Lyon, Marselle, Toulouse, Bordeaux, Nce, Strasbourg. 7 Fadaro et Massard [2000]. 56

17 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? La pérennté des jeunes entreprses est dépendante de l ntensté de la concurrence qu elles se lvrent mutuellement. Celle-c est appréhendée par l ntensté des créatons d entreprses par créatons pures (TPUREL) et par reprses (TREPEL). L ntensté de la concurrence que dovent affronter les jeunes entreprses dépend également du degré "d encombrement" du tssu économque local. Celu-c est appréhendé par le nombre d'établssements au km² (DENSETEL). Une corrélaton négatve avec l'écart résduel du taux de surve est donc attendue. Dans un premer temps, nous avons régressé par la méthode des mondres carrés ordnares l'écart résduel du taux de surve 8 sur l'ensemble de ces varables. Régresson de l'écart ndvduel sur l'ensemble des varables terrtorales Varables exogènes Coeffcent T-stat Prob(β=0) Constante -0, ,252 (0,211) Proxmté d'un port -0, ,017 (0,310) Proxmté d'une gare TGV 0, ,463 (0,644) Proxmté d'un aéroport 0, ,092 (0,276) Effectfs du secteur des transport -1,5548E-05-1,273 (0,204) Proporton des CAP / BEP 0, ,931 (0,054) Proporton des Bac+2 ou plus -0, ,827 (0,409) Part des emplos d'encadrement 0, ,814 (0,417) Capacté d'accuel hôtels & campngs 0, ,513 (0,608) Nb de résdences secondares / Nb de résdences prncpales -0, ,116 (0,907) Revenu mposable total 1,50E-12 0,571 (0,569) Revenu mposable moyen 0, ,571 (0,569) Nombre d'éts de R&D pour 1000 actfs 4, ,426 (0,671) Densté des établssements -0, ,551 (0,582) Taux de créatons par reprse 0, ,329 (0,185) Taux de créatons pures -0, ,679 (0,094) n 341 R² 0,0818 F 1,929 (0,0199) (Source : CRÉDOC sur données INSEE) Le modèle obtenu, très nsatsfasant (R² ajusté = 0,0394, très peu de varables sgnfcatves), a été améloré en deux étapes. La premère a conssté à enlever les varables exogènes trop fortement 8 Plus précsément, l'écart résduel étant borné, la varable endogène correspond à une transformaton logarthmque bjectve et symétrque de l'écart résduel. 57

18 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? corrélées à d'autres exogènes (PBACEL, PENCAEL, ACTOUREL, RIMPTEL, RDEL). Pus nous avons successvement ôté les varables non sgnfcatves. A l'ssue de ce traval, nous obtenons le modèle suvant, robuste à l'hétéroscédastcté 9. Les résultats fourns par ce modèle sont de nouveau décevants. Seules tros varables sont sgnfcatves. Une forte proporton de man-d œuvre non qualfée est favorable à la surve. Ce résultat peut s nterpréter comme la conséquence d un effet de ressources (la majeure parte des jeunes entreprses exerce un actvté ntensve en man-d œuvre non qualfée). L ntensté des créatons pures d entreprses dans le terrtore d mplantaton exerce un effet négatf sur la surve, ce qu confrme l hypothèse d un effet de concurrence. Par contre, le taux de créatons par reprses ressort comme étant postvement lé à la surve, ce qu consttue un résultat contre-ntutf. Résultat des estmatons pour le modèle ncluant unquement les varables terrtorales Varables exogènes Coeffcent T-stat Prob(β=0) Constante -0, ,888 (0,375) Proporton des CAP / BEP 0, ,329 (0,020) Taux de créatons par reprses 0, ,52 (0,129) Taux de créatons pures -0, ,598 (0,010) n 341 R² 0,0685 F 8,262 (0,000) (Source : CRÉDOC sur données INSEE) La médocrté des résultats du modèle peut résulter de l mparfate prse en compte des caractérstques pertnentes du terrtore (le chox des varables ayant été fortement contrant par les sources dsponbles). Elle peut auss s nterpréter comme la manfestaton de la fable nfluence des caractérstques des terrtores d mplantaton sur les chances de surve des jeunes entreprses. Pluseurs études ont, par contre, réuss à mettre en évdence des lens forts entre la pérennté des jeunes entreprses et le profl de leur créateur 10. L hétérogénété des taux de surve au nveau des zones d emplo pourrat donc mons résulter des caractérstques économques des terrtores que de la spécfcté locale du profl des créateurs. De fat, on note des dfférences sgnfcatves quant à la structure de la populaton des créateurs d entreprses des dfférentes zones d emplo sur un certan 9 Le test de Whte ms en œuvre condut à l'acceptaton de l'hypothèse d'homoscédastcté au seul de 5%. 10 Pour une analyse à partr des données de SINE, vor Francoz et Bonneau [1995] et Moat, Lore, Mancent et Pouquet [2000]. 58

19 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? nombre de varables ndvduelles que l on sat être assocées à la surve. Par exemple, la proporton de créateurs ayant eu le statut d actf avant la créaton s élève en moyenne à 36,6% dans les 341 zones d emplo, mas dans 25% des zones d emplo cette proporton est nféreure à 28,6%, alors qu elle excède 43,9% dans le derner quartle. De même, dans 25% des zones d emplo, la proporton de créateurs pouvant se prévalor d une expérence de plus de tros ans au sen d'une entreprse de mons de 10 salarés, dans un secteur proche ou dans le même secteur, dépasse les 29%, alors que cette même proporton est nféreure à 17,6% dans le premer quartle. Afn d évaluer dans quelle mesure l hétérogénété des taux de surve au nveau des zones d emplo est mputable à la dfférencaton des populatons de créateurs, nous avons procédé à la constructon, pour chaque zone d'emplo, de varables décrvant les caractérstques agrégées des créateurs d'entreprses : - PAGE : proporton des créateurs de plus de 30 ans dans la populaton des entrepreneurs. Une corrélaton postve est attendue entre cet ndcateur et l'écart résduel du taux de surve. - PDIPLO : proporton des créateurs de nveau Bac et plus dans la populaton des entrepreneurs. Une corrélaton postve est attendue. - PREEXP : proporton des créateurs ayant eu une expérence de plus de tros ans au sen d'une entreprse de mons de 10 salarés dans un secteur proche ou dans le même secteur que celu de la créaton. Une corrélaton postve est attendue. - PACTIF : proporton des créateurs actfs occupés avant la créaton. Une corrélaton postve est attendue. - PCULT : part des entrepreneurs ayant des créateurs d'entreprses au sen de leur entourage amcal ou famlal. Une corrélaton postve est attendue. - PCREA : proporton des créateurs ayant donné jour à plus de deux entreprses. Une corrélaton négatve est attendue. - PMONT : part des créateurs ayant nvest plus de 99 kf dans leur projet. Une corrélaton postve est attendue. - PFIL : part des créateurs ayant créé une flale. Une corrélaton postve est attendue. - PAID : part des créateurs ayant perçu des ades publques. Une corrélaton postve est attendue. - PPRETBQ : proporton d'entrepreneurs ayant obtenu un prêt bancare. Une corrélaton postve est attendue. 59

20 La surve des entreprses dépend-elle du terrtore d'mplantaton? - PLOCA : proporton de créateurs s'mplantant dans une zone pour des rasons personnelles. Un coeffcent négatf est attendu. - La qualté de la préparaton du projet est prse en compte par la part des créateurs ayant eu recours à des consellers (PCONS), par celle des créateurs ayant réalsé une étude fnancère, technque ou concurrentelle (PETUD) et par celle des créateurs ayant suv une formaton préalable (PFORM). Une corrélaton postve est attendue. Enfn, la dversté des débouchés est appréhendée par la proporton de créateurs ayant plus de 10 clents. Une corrélaton postve est attendue. Le modèle reprend en outre l ensemble des varables terrtorales précédemment testées. La procédure d'estmaton a fat appel à l'estmateur de Whte, de manère à obtenr des résultats robustes à l'hétéroscédasctcté. Résultats des estmatons pour le modèle ncluant les varables terrtorales et les caractérstques agrégées des créateurs Varables exogènes Coeffcent T-stat Prob(β=0) Constante -0,9907-4,97 (0,000) Proporton des CAP / BEP 0, ,96 (0,050) Taux de créatons par reprses 0,0363 2,26 (0,024) Proporton des créateurs de plus de 30 ans 0,1775 1,69 (0,092) Proporton des créateurs ayant une expérence dans le secteur 0,1767 1,53 (0,126) Proporton de créateurs actfs occupés 0,345 3,55 (0,000) Part des créateurs ayant créé plus de 2 entreprses -0,2431-1,45 (0,148) Part des créateurs ayant nvest plus de 99 kf 0,3023 3,41 (0,001) Proporton des créateurs de flale 0,9138 4,27 (0,000) Proporton des créateurs ayant reçu des ades publques 0,3051 3,55 (0,000) Proporton des créateurs ayant obtenu un prêt bancare 0,1406 1,5 (0,133) n 341 R² 0,1785 (Source : CRÉDOC sur données INSEE) Les résultats sont globalement conformes à nos attentes pour la plupart des varables caractérsant la populaton des créateurs d entreprses. Les varables appréhendant les caractérstques économques des terrtores sont toujours auss peu performantes, pusque seuls la proporton de man-d œuvre peu qualfée et le taux de reprse ressortent comme sgnfcatfs. Ans, l hétérogénété terrtorale des taux de surve semble être davantage lée à la dfférencaton du profl des créateurs qu aux caractérstques économques du terrtore d mplantaton. Il reste ben sûr à évaluer le rôle des terrtores (et notamment 60

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Centre d Analyse Théorque et de Tratement des données économques CATT WP No. 5 Aprl 2013 TRANSFERT DE FONDS, EDUCATION ET TRAVAIL DES ENFANTS. UNE ANALYSE PAR SCORE DE PROPENSION Jamal BOUOIYOUR Amal MIFTAH

Plus en détail

Un nouveau regard sur la métropolisation : la localisation des fonctions d'entreprise face au développement durable

Un nouveau regard sur la métropolisation : la localisation des fonctions d'entreprise face au développement durable Mnstère de l'écologe, du développement durable et de l'énerge Mnstère de l'égalté des terrtores et du logement DGALN / Plan Urbansme Constructon Archtecture Programme de recherche : Localsaton des actvtés

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 total Total Mailing Emailing Phoning Mobile SMS TOTAL TANDEM 42038300 31662994 10824852 19596763 8685075 1987737 cod_civ Civilite Total Mailing

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante.

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. En quelques chiffres, une entreprise Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. FDV 60% Yves Ménardais 40% Initiatives et Finances The Call Machine «TCM» Télémarketing Capital 674 000 Chiffre d affaires

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi

GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi GATE Groupe d Analyse et de Théore Économque UMR 5824 du CNRS DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24 Préférences temporelles et recherche d emplo «Applcatons économétrques sur le panel Européen

Plus en détail

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide FICHES THÉMATIQUES 1.1 ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÂGÉE En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide des âges concernant les personnes âgées de 65 ans a fortement évolué : sa base s est élargie et

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production

Une Production sous VTOM. Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une production Distribuée En environnement Windows NT Une Production sous VTOM Qui sommes nous? L organisation du G.I.E. L environnement Technique L environnement de production Une Production sous VTOM

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin Impact de l assurance malade formelle sur l utlsaton des servces de santé au Bénn ZOUNMENOU Yédjannavo Alexandre, 06 BP : 3511 Cotonou Tél : (+229) 97 32 95 90 / 94 96 84 84 E-mal : zalexy007@yahoo.fr

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ

Prévost Kevin 1,2, Magal Pierre 1, Beaumont Catherine 2 RÉSUMÉ INTERET UN MOELE MATHEMATIQUE AN LA COMPARAION E L EFFICACITE E IFFERENTE TRATEGIE E PREVENTION UR LA REITANCE AU PORTAGE A ALMONELLA ENTERITII CHEZ LA POULE Prévost Kevn 1,, Magal Perre 1, Beaumont Catherne

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone Applcaton de modèles grande échelle à la problématque régonale : cas de l ozone Laboratore Central de Survellance de la Qualté de l Ar Conventon n 115/03 Cécle HONORÉ, Laure MALHERBE Unté Modélsaton et

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement Scorng sur données d entreprses : nstrument de dagnostc ndvduel et outl d analyse de portefeulle d une clentèle Mrelle Bardos Ancen chef de servce de l Observatore des entreprses de la Banque de France

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION EN COLOMBIE :

LES DETERMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION EN COLOMBIE : LS DTRMINANTS DU CHOIX D'OCCUPATION N COLOMBI : UN ANALYS MPIRIQU Gullaume DSTRÉ TAM, Unversté de Pars1 et CNRS, France Valentne HNRARD TAM, Unversté de Pars1 et CNRS, France Résumé À partr d'un échantllon

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU DAPPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton à l analyse des données Samuel AMBAPOUR BAMSSI I BAMSI B.P. 13734 Brazzavlle BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients

Quoi de neuf docteur? Une étude économétrique sur la recherche en ligne d informations médicales par les patients XXXIVè Journées des Économstes de la Santé Franças - 6 et 7 décembre 2012 à Rems Quo de neuf docteur? Une étude économétrque sur la recherche en lgne d nformatons médcales par les patents Myram Le Goff-Pronost

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès ranças d'acoustque Lyon, 1-16 Avrl 010 Imagere acoustque en soufflere SA Arnaud Ménoret 1, Nathale Gorllot, Jean-Luc Adam 3 1 Sgnal Développement, 1 Bld Chassegne, 86000 Poters, a.menoret@sgnal-developpement.com

Plus en détail

- Éléments de référence 2013 pour 2014 -

- Éléments de référence 2013 pour 2014 - - Éléments de référence 2013 pour 2014 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2013 L article 1636B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail