3 thèses : Problématique :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3 thèses : Problématique :"

Transcription

1 LA CONSCIENCE Problématique : 3 thèses : Thèse 1 : L âme est une substance. A. L âme est une substance individuelle. B. La conscience comme substance pensante une et indivisible. Thèse 2 : La conscience n est pas une substance. A. L identité c est la mémoire. B. La conscience dépend surtout de ce qu elle oublie. Thèse 3 : L identité de la conscience c est la liberté. A. La conscience est face à ses responsabilités B. L existence précède l essence. CONCLUSION

2 Problématique : Nous avons tous vécu ce que l on nomme un cas de conscience : cette expérience témoigne du fait que nous avons un pouvoir de décision qui peut à tout moment avoir besoin de se déterminer malgré des circonstances peu favorables. Ainsi si je suis forcé de porter un faux témoignage sous peine de mort, malgré ces terribles circonstances, je sais néanmoins que je dois faire un choix. On peut se demander toutefois dans quelle mesure la conscience n est pas en vérité déterminée à son insu et si en vérité tout choix n est pas qu une illusion? Que ce soit par son histoire ou par ses pulsions primaires inconscientes ou même par le simple instinct de survie, tout porte à croire que l individu n a en vérité que bien peu de pouvoir sur les choses. Se pose alors la question de savoir si la conscience est véritablement quelque chose, une et indivisible, substance indépendante de la nature ou bien si elle n est qu une forme déterminée de la nature qui aurait juste l illusion d être indépendante. Avons-nous une identité intérieure immuable et indépendante? La conscience est-elle source de certitude ou bien source d erreurs et de préjugés, à commencer par le préjugé de notre identité, de notre indépendance et de notre liberté? 3 thèses : Thèse 1 : La conscience existe par elle-même, elle se détermine seule face à la nature. Elle est donc SUBSTANCE, c'est-à-dire la seule cause de ses actes (cause première). Elle est donc libre et responsable d elle-même. Thèse 2 : La conscience est la source de nos préjugés, elle n en finit pas de douter. Nous sommes déterminés par nos habitudes, par nos traditions, par notre culture et par nos origines sociales. La liberté n est donc elle-même qu une illusion. Thèse 3 : La conscience est fondamentalement néantisation ou négation de la nature et de toute forme de déterminisme. L existence précède l essence.

3 Thèse 1 : L âme est une substance. La conscience existe par elle-même, elle se détermine seule face à la nature. Elle est donc SUBSTANCE, c'est-à-dire la seule cause de ses actes (cause première). Elle est donc libre et responsable d elle-même. A. L âme est une substance individuelle. - Si la conscience existe par elle-même, indépendamment de toute autre chose et si elle n est donc déterminée que par elle-même, alors elle est ce qu on nomme une substance. C est pourquoi selon Aristote l âme est une substance individuelle qui fait se mouvoir notre corps, et qui fait exister les êtres vivants que nous sommes. Tout être vivant a une âme, mais l homme est doué de raison : il doit délibérer pour agir. La thèse d Aristote semble donc défendre l idée que nous sommes fondamentalement libres, puisque nous devons délibérer, décider par nous-mêmes. Seulement par ailleurs selon Aristote nous sommes soumis à un ordre universel qui nous dépasse et qu il faudrait pourtant pouvoir saisir afin de prendre des décisions justes. Donc si notre devoir est de contempler les principes universels afin de toujours prendre les bonnes décisions, malheureusement nous devons objecter ceci : - Ces principes peuvent sembler si lointains et difficiles à mettre en évidence, qu on se demande alors si la raison n est pas fondamentalement défaillante. Or puisque la liberté c est la capacité à délibérer selon la raison, alors nous ne sommes pas libres. Or s il existe des substances qui ne sont pas libres, il reste que ce qui est libre est forcément substance. Donc dans ce cas l âme n est pas une substance, elle n est rien en vérité. - Quand bien même aurions-nous tous la capacité de nous élever au plus haut niveau de contemplation, nous n aurions plus alors aucune délibération à conduire car nous serions tous spontanément raisonnables et donc heureux dans la soumission à l ordre divin 1 et donc la conscience n aurait jamais à s éprouver comme, par exemple, dans le cas de conscience. - Aristote présuppose l existence d un ordre universel, alors que cet ordre c est justement ce qu il cherche. Il place au début de ses recherches ce qu il veut trouver en conclusion. Notons toutefois qu il est le premier à avoir montré que c était une erreur logique. 2 Il semble donc que la conscience soit très peu assurée de ses propres questionnements et l on voit mal alors comment la définir ainsi comme une substance : car une substance c est ce qui existe par soi-même. - Par conséquent rien ne nous garantit que tout n est pas chaotique (sans ordre) dans la nature et que l ordre n est pas qu une projection de notre propre façon de vivre selon une certaine organisation politique et hiérarchique. La conscience est alors d abord une source de préjugés. 1 Au passage on notera que du même coup la liberté devient seconde par rapport à la science, puisque la finalité de la science serait de démontrer que tout est nécessairement déterminé et donc... qu il n y a pas en vérité de liberté. 2 N oubliez pas qu un philosophe doit toujours en venir tôt ou tard à assumer le problème du commencement de la connaissance. Cette contradiction est donc la marque de notre tragique ignorance : faut-il pour autant céder au scepticisme d un philosophe comme Pyrrhon ( 4 ème sicle av. JC.) selon lequel il n y a pas de vérité universelle?

4 B. La conscience comme substance pensante une et indivisible. Toutefois on ne peut pas retirer le fait que la conscience est toujours conscience d ellemême. C est pourquoi, même si toutes les recherches d Aristote nous laissent sur un doute que l on pourrait reconduire à l infini, selon Descartes nous pouvons sortir du doute à partir du moment où nous comprenons que la pensée est nécessairement substance pensante. Arguments : Que puis-je dire de ma pensée sinon que Je pense? Je peux dire beaucoup de choses d un morceau de cire, de la nature, des hommes, des animaux, de l âme, de Dieu, bref de tout ce que je perçois, crois, imagine et sens. Mais de ma pensée, hormis le fait qu elle pense, je ne peux rien dire de plus. C est pourquoi elle est toujours UNE au sens d IDENTIQUE à elle-même. Afin de renforcer cette démonstration Descartes prend l exemple d un morceau de cire qu il perçoit en face de lui. Ce dernier est d abord solide, puis il est fondu. Lorsqu il est solide il est dur, il sent encore l odeur du nectar des fleurs d où il a été extrait, il renvoie un bruit quand je tape dessus. Lorsqu il est fondu, toutes ses caractéristiques ont changé. En somme : en lui-même, d après mes sens, il n est pas UN, mais plusieurs aspects différents. Pourtant je dis que c est le MEME morceau cire. Pourquoi? Parce que ma pensée est identique à elle-même : elle n est rien d autre que de la pensée. La preuve est faite, selon Descartes, que la conscience est d abord IDENTITE. Or puisque l identité est le un principe de toute connaissance, la connaissance trouve son fondement dans la nature même de notre conscience. 3 L identité c est la conscience et la conscience c est l identité. Toutefois cette argumentation de Descartes peut sembler peu convaincante face à quelques arguments décisifs : - lorsque je suis insomniaque, ma pensée n est pas une, elle vogue seule et sans aucune cohérence. Alors que suis-je lorsque ma pensée n est plus cohérente? A ce moment là la pensée ne peut pas être qualifiée de substance et donc elle n est pas du tout identique à ellemême car elle change d un instant à l autre sans aucune liaison. - La notion d identité n est-elle pas simplement le résultat de mes expériences passées et donc le fruit de ma mémoire? Pourrais-je seulement être conscient sans mémoire? 3 Penser aussi à l exemple du bateau de Thésée qui était perpétuellement réparé et dont les sophistes d Athènes se demandaient, au fur et à mesure que les pièces en étaient modifiées ou remplacées, s il s agissait encore du même bateau.

5 Thèse 2 : La conscience n est pas une substance. La conscience est la source de nos préjugés, elle n en finit pas de douter et elle est déterminée par son environnement, sa mémoire et par son histoire individuelle. A. L identité c est la mémoire. a. Hume VS Descartes : Nous n avons aucune certitude sur l identité de notre conscience. L identité est un principe que nous construisons sur la base de la fréquence et de la répétition de nos expériences sensibles. Ce qui permet de dire que la cire est UNE c est tout simplement notre mémoire. b. La conscience n a pas la moindre preuve qu elle est une et indivisible. En vérité nous nous déterminons d abord dans la différence, et non dans l identité. Je ne suis pas le même selon l endroit où je suis, selon la personne avec laquelle je parle. Dans un hôpital de borgnes je suis une personne qui a deux yeux, à l école je suis l élève Chaprot, à la maison je suis l enfant et au travail je serai M. Chaprot, directeur des exportations de patates frites. c. La pensée n a pas d unité : quand nous réfléchissons honnêtement et rigoureusement, nous nous trouvons face au doute, nous nous apercevons que rien n est acquis, que tout peut changer d un instant à l autre : il se pourrait que demain je sois un nazi, comme tous ces hommes qui, se croyant bons, sont pourtant devenus méchants. Quand nous ne réfléchissons pas, alors nous commençons à avoir des certitudes : ce sont en fait des illusions issues de notre orgueil. Cela permet aussi de rendre la vie plus supportable. Remarque amusante et limitation : pour Hume tout philosophe qui pense avoir découvert quelque chose de ferme et de constant, se comporte en vérité tel l idiot qui croit que ses opinions sont véritables. Il n y a pas de différence entre ce genre de philosophe et n importe quel imbécile. Autre remarque amusante et limitation : Hume est donc un imbécile, selon ses propres dires, puisqu il se croit certain de ce qu il affirme c est toujours le même problème avec les sceptiques : ils prétendent pouvoir affirmer universellement qu il n y a pas d universel. Afin d échapper à cet inévitable échec de toute thèse sceptique nous pouvons toutefois conserver de Hume l idée que la conscience se structure selon une histoire individuelle grâce à sa mémoire. Seulement, cela va de soi, non seulement nous ne pouvons pas tout retenir, mais de surcroît nous ne retenons que ce qui nous arrange pour pouvoir vivre en société. Seulement il apparaît que ce que nous refoulons est tout aussi déterminant que ce que nous retenons. Ainsi la conscience n est pas seulement déterminée par sa mémoire, mais aussi par ce qu elle oublie.

6 B. La conscience dépend surtout de ce qu elle oublie. Nous n avons accès qu à l aspect le plus superficiel de notre existence et celui-ci est déterminé en profondeur par notre histoire. Seulement, afin de pouvoir vivre en société, la partie la plus déterminante de notre identité est cachée : il s agit de nos pulsions primaires ou, plus largement, du désir. (voir cours sur le désir). Cependant nous avons cette capacité à refouler tout désir incompatible avec un libre épanouissement dans un monde fait de culture et non de simples rapports de force primaires. Toutefois il est évident que les pulsions primaires sont toujours déterminantes et à notre insu. De ce point de vue on peut rapprocher Freud avec Spinoza : En effet selon Spinoza la liberté n existe pas vraiment car nous faisons partie d un monde où tout est déterminé : ce n est pas parce que je suis conscient d agir que mon action est déterminée par cette même conscience. Toutefois nous pouvons augmenter nos connaissances afin de maîtriser ce qui nous détermine à notre insu. Donc il y a une liberté à conquérir par la connaissance de soi. Or ce que propose Freud avec la psychanalyse, c est un moyen de mieux se connaître soi-même. Difficulté : Si pour vivre en société il faut savoir refouler dans l inconscient nos pulsions primaires, comment ne pas risquer de devenir insociables si on va trop fouiller dans notre inconscient? Y a-t-il une ignorance nécessaire? Faut-il admettre que tout n est pas bon à savoir? Mais alors nous sommes condamnés à limiter notre capacité à nous connaître et donc à nous auto-déterminer? Spinoza est de ce point de vue plus intéressant que Freud car il offre une solution : notre conscience n est certes pas fondamentalement libre, mais puisqu elle a la capacité de progresser dans l ordre de la connaissance elle peut se rapprocher de l être libre qu est Dieu. Du coup il n est pas nécessaire d aller chercher dans notre inconscient ce qui nous détermine, c'est-à-dire dans nos pulsions primaires. Il faut au contraire comprendre le fonctionnement général de l univers afin de mieux agir pour soi-même : se connaître soi-même, cela passe d abord par la connaissance du monde et de Dieu. Toutefois avec Freud comme avec Spinoza nous perdons définitivement toute idée d une souveraineté de la conscience sur elle-même. Or la conséquence morale d une telle perte c est l échec du principe de responsabilité : comment être tenu pour responsable si, de toute façon, tout est déterminé, que ce soit par la structure du monde créé par Dieu ou par notre histoire individuelle et notre inconscient? La conscience n est-elle pas d abord et avant tout cette pensée qui de toute façon se refuse à se laisser déterminer? Est-ce que le simple fait de pouvoir dire NON n est pas la marque de notre capacité immanente à nier en nous toute forme de déterminisme?

7 Thèse 3 : L identité de la conscience c est la liberté. La conscience est fondamentalement néantisation ou négation de la nature et de toute forme de déterminisme. A. La conscience est face à ses responsabilités Sartre s est opposé à Freud pendant toute sa vie. Il s est aussi opposé à toute conception transcendante (Divine) de la conscience. Pour lui en effet la conscience n existerait pas si nous n étions pas fondamentalement libres, c'est-à-dire absolument déterminés uniquement par nous-mêmes : c'est-à-dire sans aucun déterminisme pour excuser nos actes. La psychanalyse n étudie que des mécanismes qui n ont aucun rapport avec la conscience mais simplement avec notre corps. Elle n est qu une technique médicale. Par ailleurs la foi et la recherche de Dieu n est qu un moyen pour s oublier soi-même et oublier en vérité le monde face auquel nous sommes et face auquel nous devons agir concrètement (donc on abandonne tout espoir de contemplation et d élévation de l âme au niveau de Dieu). La conscience n est ni déterminée par Dieu ni par la Nature ni par quoi que ce soit d autre qu elle-même. Elle se détermine toujours par une négation de la nature : être conscient c est toujours faire abstraction des choses elles-mêmes. Percevoir CE stylo ce n est pas la même chose que le voir. S il est sur la table mais que je n y prête aucune attention particulière, alors je ne fais que le voir : l information arrive dans mon cerveau, mais je n y prête guère attention. De même si je marche dans la rue et que je vois ce poteau, je l évite, machinalement : à ce moment là je ne suis pas différent de mon chat, je fais partie des choses. Mais si je commence à désigner ce stylo, à en parler ou si je regarde le poteau et que je dis «c est un poteau électrique», là je suis plus simplement dans le voir. A ce moment là je donne à l objet une fonction et une place tout en le désignant par un nom. Je distingue donc le poteau de moi-même et de tous les autres objets (et je ne fais donc plus partie des choses), alors que lorsque je marchais, je n y pensais même pas. B. L existence précède l essence. La conscience n est donc ni identité ni simplement différence car elle se détermine toujours en fonction de ce à quoi elle fait attention ou pas. JE suis donc uniquement ce que JE fais. Si je vole le stylo, c est d abord parce que je suis capable de l appréhender comme objet de valeur appartenant à quelqu un et donc parce que je me reconnais moi-même comme n étant pas une simple chose déterminée. Donc je sais toujours ce que je fais et j en suis pleinement responsable parce que je ne suis déterminé que par moi-même. C est pourquoi «L existence précède l essence», selon Sartre : mon essence, c est ce que je fais dans mon existence. Le lâche qui prétend être, tout au fond de lui, un homme courageux, confirme en vérité sa lâcheté : il n assume pas ses actes. On ne peut pas concevoir

8 la responsabilité des individus si l on croit que l on est déterminés par une identité intérieure, une histoire ou même une structure de pulsions ancestrales 4. NB : Sartre ne dit pas que les pulsions n existent pas et que nous ne sommes jamais déterminés par la nature. Il dit simplement que lorsque nous sommes déterminés par la nature ou par nos pulsions c est nous-mêmes qui avons décidé de nous laisser porter dans l insouciance et l irresponsabilité, l absence de conscience. CONCLUSION La conscience existe uniquement par elle-même car ce qui la caractérise c est d être consciente d elle-même. Bien sûr elle peut se tromper et même le plus souvent elle est dans l erreur ou dans l illusion car elle se crée bien plus de croyances qu elle n a de véritable certitude. Mais quoi que l on en dise, il semble impossible de réfuter une chose : nous sommes certains d être conscients de nous-mêmes. Du coup la conscience est libre. Mais cette liberté est si grande qu elle peut aussi bien se nier elle-même : je peux m abrutir en faisant un footing pendant des heures jusqu à devenir l équivalent d un hamster dans sa cage. Du coup la conscience n est pas une substance, c'està-dire quelque chose qui perdure dans le temps. On peut même dire qu elle n existe que dans sa capacité à agir dans le temps, à prendre des décisions et même à se tromper bien souvent parce qu elle n a d accès au réel que distant et médiat. Certes nul ne peut nier que nous sommes déterminés, que ce soit par la nature ou bien par notre culture, notre éducation et par notre inconscient et nos pulsions primaires. Toutefois tout ceci n est déterminant que lorsque nous ne sommes plus vigilants, attentifs, c'est-à-dire lorsqu à proprement parler nous faisons un effort de prise de conscience de ce que nous sommes en train de faire. Dès que nous portons notre attention aux choses, dès que nous décidons de devenir vigilants et attentifs, par exemple aux conséquences de nos actes pour les autres, alors nous sommes face à la nécessité de faire un choix (libre) : soit nous nous laissons porter par la nature, soit nous agissons autrement dans tous les cas nous sommes seuls à décider de notre identité, de ce que nous devenons, de notre destin. 4 Qui remontent à la petite enfance.

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html Page 1 sur 5 PHILOCOURS.COM Accueil Cours Corriges Methode Dossiers Liens Aide Perso Fiches Bac Newsletter Contact Programmes Accueil > Les Fiches du Bac > Autrui page 1 2 3 4 Autrui page créée le 01/01/2003

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit?

Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? Chacun peut-il penser ce qu il veut? - Chacun : concerne l individu, pas la collectivité - Peut-il : a) a-t-il la capacité? b) a-t-il le droit? - Penser : a) avoir des idées, des opinions b) raisonner,

Plus en détail

Suis-je toujours le même?

Suis-je toujours le même? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Suis-je toujours le même? Introduction Avant de répondre à la question, il faut comme toujours en philosophie bien en comprendre le problème. Le " je suis " fait

Plus en détail

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot.

Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. 1 Conférence Bertrand Vergely. 17 juin 2015 à Allériot. Depuis les années 70, les intellectuels font l éloge du droit à la différence. Derrida : «la différance» ; Deleuze : «Différence et répétition»,

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

«La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu»

«La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu» Journée diocésaine de Formation du 22 novembre 2012 «La chance de croire, recherche des hommes et don de Dieu» Intervention de Robert SCHLOTUS : «Croire est un acte anthropologique» Introduction C est

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

APPROCHE PHILOSOPHIQUE DE LA CONFIANCE. Ce qu elle est Pourquoi nous en manquons En quoi elle est vitale

APPROCHE PHILOSOPHIQUE DE LA CONFIANCE. Ce qu elle est Pourquoi nous en manquons En quoi elle est vitale APPROCHE PHILOSOPHIQUE DE LA CONFIANCE Ce qu elle est Pourquoi nous en manquons En quoi elle est vitale DES PHILOSOPHES POUR BIEN VIVRE La confiance? La confiance est le sentiment qui me porte à me fier

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

L action, 3. Philosophie des SCHS séance 7

L action, 3. Philosophie des SCHS séance 7 L action, 3 Philosophie des SCHS séance 7 M. Cozic 3. le causalisme et ses difficultés analyse causaliste de l action intentionnelle un événement E est une action s il existe une description de E sous

Plus en détail

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com

PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6. www.conceptpasserelles.com PASSERELLES VERS DIEU TRANSCRIPTION DES INTERVENTIONS BIBLIQUES 2/6 www.conceptpasserelles.com 2 ème Intervention : Dieu, moi, et le sens de la vie 1 Genèse 1.1-4, 26, 28, 31 ; 2.15-17 Bienvenue à chacun

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès.

Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès. Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès. Qu il s agisse de trouver ou de garder un emploi ou encore d optimiser votre évolution professionnelle, il apparaît que le succès est lié

Plus en détail

COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES

COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES APPENDICE COMMENT VENIR A BOUT DES DIFFICULTES Les difficultés créées par celui ou celle que l on souhaiterait conduire à Christ se révèlent sous forme de questions, d excuses, d objections et d arguments

Plus en détail

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com

POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? Masson Alexis - www.epistheo.com POURQUOI DIEU PERMET-IL LE MAL? 1 Pourquoi Dieu permet-il le mal? Brève initiation au problème du mal MASSON Alexis Philosophie de la Religion www.epistheo.com 2 Première Partie UN SERIEUX PROBLEME 3 1

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52.

Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52. Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52. La météo ou le climat? «Comme ils parlaient ainsi, Jésus fut présent

Plus en détail

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questionsdestyle/print.php?dossier=seminaires&file=04devarieux.xml Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 Anne Devarieux Université de Caen Basse-Normandie

Plus en détail

Là où le désir fait corps, et fait corps dans quelque chose de beau,

Là où le désir fait corps, et fait corps dans quelque chose de beau, Tout comme le Taoisme aborde l Art du Chat merveilleux, Peut-il y avoir l Art du Coaching merveilleux?!... Acceptez, si vous le voulez bien, que je me situe, au cœur de là réponse que j ai faite, concernant

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Pour s affirmer dans son bénévolat. Cahier d exercices. Préparé par Louise Gravel et Linda Mastrovito

Pour s affirmer dans son bénévolat. Cahier d exercices. Préparé par Louise Gravel et Linda Mastrovito Pour s affirmer dans son bénévolat Cahier d exercices Préparé par Louise Gravel et Linda Mastrovito EXERCICE 1 RÉALISATIONS ET RÊVES 1. Une réalisation dont je suis fièr(e) : 2. Un rêve que je souhaite

Plus en détail

J aide mon enfant à développer son estime de soi

J aide mon enfant à développer son estime de soi Bruno Hourst J aide mon enfant à développer son estime de soi Illustrations de Jilème, 2012 ISBN : 978-2-212-55221-8 Chapitre 1 Qu est-ce que l estime de soi? Définir l estime de soi Le concept d estime

Plus en détail

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 21 septembre 2012 Les conditions d une synthèse entre le modèle comptable européen et les normes IFRS --------------- Intervention de Jérôme Haas,

Plus en détail

Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts

Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts Investir dans la science représente l avenir de la société Le fait qui témoigne de la réputation de nos académiciens, c

Plus en détail

Faut-il tout démontrer?

Faut-il tout démontrer? Faut-il tout démontrer? Introduction et énoncé du problème L acte de démontrer consiste à mettre en ordre logique, à disposer de façon rationnelle et déductive des propositions afin d assurer que la conclusion

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Lauriane T., Belge, étudie à l Université de Strasbourg (La Psychologie). 2) L (les) école(s) européenne(s) que

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

Introduction à l analyse de concept. Cogmaster - Quinzaine de rentrée

Introduction à l analyse de concept. Cogmaster - Quinzaine de rentrée Introduction à l analyse de concept Cogmaster - Quinzaine de rentrée L art de la distinction Une partie de la philosophie consiste à faire des distinctions pour éviter que soient confondues des entités

Plus en détail

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps.

Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Identifier des présupposés en situation d habileté : dans un premier temps. Dans un premier temps, nous mettons davantage l accent sur les présupposés que peuvent contenir les questions des participants.

Plus en détail

FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012. Espoir dans la cité. Les groupes d entraide et de soutien

FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012. Espoir dans la cité. Les groupes d entraide et de soutien TÉMOIGNAGE FORUM SUR L ENTRAIDE DE MONTRÉAL 2012 Espoir dans la cité Les groupes d entraide et de soutien C est avec enthousiasme et fébrilité que je viens témoigner de ma pratique et de ma passion pour

Plus en détail

Animer et Diriger une Equipe Séance 3

Animer et Diriger une Equipe Séance 3 SUIVI DE FORMATION - SEANCE 3 Animer et Diriger une Equipe Séance 3 VERSION MARS 2009 PARTIE I : DEROULEMENT DE LA SEANCE 3 1. POUR ACCEDER A LA SEANCE DE SUIVI Ce document est imprimé. Vous êtes dans

Plus en détail

Introduction Individus ou groupes, nous sommes faits de lignes

Introduction Individus ou groupes, nous sommes faits de lignes «L éclair par exemple se distingue du ciel noir, mais doit le traîner avec lui, comme s il se distinguait de ce qui ne se distingue pas.» Gilles Deleuze, Différence et répétition Introduction Individus

Plus en détail

Comment trouver du sens dans une société en perte de repères?

Comment trouver du sens dans une société en perte de repères? Comment trouver du sens dans une société en perte de repères? Christine Lemaire, dans le cadre du colloque de la Simplicité volontaire 2013, Québec, 3 novembre 2013 Ma première réaction à la question posée

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES

LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES Bonjour, Ce document présente les mémoires akashiques et les séances de lecture. Les mémoires sont un puissant outil de développement personnel et d évolution. Je fais

Plus en détail

Codépendance. Le classeur. Chapitre 7

Codépendance. Le classeur. Chapitre 7 Le classeur Chapitre 7 Codépendance 1. L'entourage du malade dépendant : un interlocuteur essentiel 2. La codépendance 3. Vivre avec un conjoint alcoolo-dépendant LA CODEPENDANCE Premier mécanisme La

Plus en détail

Le pouvoir de l Amour

Le pouvoir de l Amour Le pouvoir de l Amour Bonjour, Je vais aborder avec vous aujourd hui le plus grand des pouvoirs, celui de l Amour! En effet l Amour peut tout transformer, aider, guérir, soulager, éveiller et pardonner

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Rencontres AFSCET 2008 "Systèmes symboliques" Paris, 3 avril 2008

Rencontres AFSCET 2008 Systèmes symboliques Paris, 3 avril 2008 Introduction à la science de l esprit et de la conscience Rencontres AFSCET 2008 "Systèmes symboliques" Paris, 3 avril 2008 Richard VITRAC Ingénieur ENSERG Membre de l'afscet contact@richard.vitrac.fr

Plus en détail

L histoire du changement

L histoire du changement Fellow Ashoka Belgique Ashoka : Et si vous commenciez par me parler un peu de votre famille et de l endroit où vous avez grandi? Marjan : J ai grandi dans un petit village de la Flandre occidentale. C

Plus en détail

Stratégie Générale du Succès en Ligne. Livret de travail

Stratégie Générale du Succès en Ligne. Livret de travail Stratégie Générale du Succès en Ligne Livret de travail Par Dushan Jancik Remarque : Ce livret est un outil de travail utilisé dans les coachings en stratégie Internet proposés par Dushan Jancik. Vous

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

Lutter contre le sentiment d impuissance

Lutter contre le sentiment d impuissance ANALYSE 2010 Lutter contre le sentiment d impuissance Publié avec le soutien de la Communauté française Lutter contre le sentiment d impuissance Les phénomènes sociétaux et les conflits qui font l actualité

Plus en détail

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance.

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance. DANS CE CADRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Épreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du candidat

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation Biographie Formation de base en sciences appliquées, biologie médicale et moléculaire, diplôme d ingénieure chimiste Expérience

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Peut-on se mentir à soi-même?

Peut-on se mentir à soi-même? Peut-on se mentir à soi-même? Reformulations : - Est-il concrètement possible de se dissimuler à soi-même, volontairement et consciemment, une vérité que l on connaîtrait? - Si cela est possible, avons-nous

Plus en détail

Société Française de Coaching Compte rendu de conférence

Société Française de Coaching Compte rendu de conférence CONFERENCE SFCoach du 22 septembre 2003 Paris Le coaching dans tous ses états Conférence pilotée par Jean-Yves ARRIVE (JYA) Intervenants : Jane TURNER (JT) : coach, auteur du livre «le Manuel du Coaching»

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Prendre soin des enfants nécessiteux

Prendre soin des enfants nécessiteux Chapitre 25 Prendre soin des enfants nécessiteux Les orphelins Plus d un père qui est mort dans la foi, confiant en l éternelle promesse de Dieu, a quitté ses bien-aimés pleinement assuré que le Seigneur

Plus en détail

Sommaire L IRONIE SOCRATIQUE 17

Sommaire L IRONIE SOCRATIQUE 17 Sommaire INTRODUCTION 13 L IRONIE SOCRATIQUE 17 L ironie est une forme détournée d humour 18 Socrate est le maître de l ironie 19 L ironie comme méthode philosophique 19 L ironie romantique 20 L ironie

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

Ô ma joie, Christ est ressuscité!

Ô ma joie, Christ est ressuscité! 1/5 Ô ma joie, Christ est ressuscité! I ère Partie : Introduction «Si le Christ n est pas ressuscité, notre foi est vaine!» (I Co. XV, 17) La foi en la résurrection est essentielle, centrale dans notre

Plus en détail

Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe

Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe Po/Gi Blessure : LA TRAHISON - Masque : de contrôlant Structure de caractère : Psychopathe 1. Trahison Cesser d être fidèle à quelqu un ou à une cause ; livrer quelqu un. 2. Réveil de la blessure Entre

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres,

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Prières de confession et assurance du pardon Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Pour toutes les fois où nous étions trop fatigués pour nous préoccuper de nos

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

Mots clés. Résumé. J. P. Sartre (1905 1980) ; liberté ; être en soi ; être pour soi ; conscience ; nécessité ; libre arbitre.

Mots clés. Résumé. J. P. Sartre (1905 1980) ; liberté ; être en soi ; être pour soi ; conscience ; nécessité ; libre arbitre. Cevriye Demir Güneş Sur la nature nécessaire de la liberté chez Jean-Paul Sartre Sur la nature nécessaire de la liberté chez Jean Paul Sartre Cevriye Demir Güneş Département de Philosophie, Faculté des

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

L élégance de l intérieur

L élégance de l intérieur L élégance de l intérieur 1. L apparence compte pour beaucoup mais n est pas grande richesse. 2. Pas toujours facile voire difficile de vraiment s aimer soi-même. 3. Le plus souvent tout semble toujours

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde

«Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde «Vivre est ce qu il y a de plus rare au monde. La plupart des gens existent, c est tout.» Oscar Wilde Nous sommes tous en quête de bonheur et de plénitude et souvent profondément insatisfaits de notre

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique Collège des Bernardins, Séminaire sur l Altérité Département Judaïsme et Christianisme Séance du 13 janvier 2011 Intervenant et compte rendu : Sophie NORDMANN Sujet de la séance Le rapport au prochain

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte Paroles et gestes au quotidien Intervenante : Marilyne TEXIER : Educatrice de jeune enfant. Formatrice à L Ecole des Parents 74 + Médiatrice familiale.

Plus en détail

ÉPREUVE D'ADMISSIBILITÉ POUR L'ACCÈS À LA FORMATION DE CADRE DE SANTÉ

ÉPREUVE D'ADMISSIBILITÉ POUR L'ACCÈS À LA FORMATION DE CADRE DE SANTÉ CENTRE DE LA FORMATION ET DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES SERVICE CONCOURS ET FORMATION DIPLÔMANTE ÉPREUVE D'ADMISSIBILITÉ POUR L'ACCÈS À LA FORMATION DE CADRE DE SANTÉ Mercredi 16 mars 2011 COMMENTAIRE

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Les enjeux existentiels du dirigeant

Les enjeux existentiels du dirigeant La complexité, tout simplement Les rencontres Trajectives Les enjeux existentiels du dirigeant S accomplir pour mieux diriger la transformation Qui sommes-nous? Un cabinet avec 10 années d expérience et

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

L «éducation» du bouvier

L «éducation» du bouvier L «éducation» du bouvier Si le terme éducation est mis entre guillemets dans cet article, c est qu il ne convient pas tout à fait dans le domaine canin ni animalier de façon générale. En effet, éduquer

Plus en détail

La Sainte Trinité Evangile : Saint Jean 16 12 15

La Sainte Trinité Evangile : Saint Jean 16 12 15 N 21 26 mai 2013 La Sainte Trinité Evangile : Saint Jean 16 12 15 - Qui pourrait prétendre étreindre dans son étroit cerveau les richesses des Connaissances humaines? Je ne sais le tout de rien Je ne sais

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Vous pensez probablement que vous réfléchissez bien la plupart des personnes le croient. Peut-être, au contraire, êtes-vous convaincu que rien ne sortira jamais de vos réflexions. Ou encore

Plus en détail

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27 Une méditation évangélique pour des personnes engagées dans une action au service d un dun monde plus juste et solidaire Marc 10, 17 27 Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 10, 17 22) Jésus se

Plus en détail

Dieu ne peut qu aimer Lettre 2003

Dieu ne peut qu aimer Lettre 2003 Dieu ne peut qu aimer Lettre 2003 Traduite en 58 langues (dont 23 d Asie), cette lettre, écrite par frère Roger, de Taizé, a été publiée lors de la rencontre européenne de jeunes à Paris. Elle sera reprise

Plus en détail

Formation Coaching N 4

Formation Coaching N 4 Formation Coaching N 4 JOUIR DE SA VIE Association Jouir de sa Vie. jouirdesavie.com Aparté personnelle Il n y a pas de délai dans ce Coaching Chacun est libre de juger ce qui est bon pour lui Vous êtes

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

L exigence éthique et la nécessité du recours à l animal

L exigence éthique et la nécessité du recours à l animal La recherche médicale à l aube du XXI e siècle : recherche médicale et modèle animal Medical research at the dawn of the 21st century: medical research and animal models 2002 Éditions scientifiques et

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Leçon n 2 : «Nationalité, citoyenneté française et citoyenneté européenne»

Leçon n 2 : «Nationalité, citoyenneté française et citoyenneté européenne» Leçon n 2 : «Nationalité, citoyenneté française et citoyenneté européenne» Introduction : La nation est une communauté d hommes et de femmes qui partagent une même culture et affirment leur volonté de

Plus en détail

La foi est inutile. L audace, le courage de tenter l expérience, voilà ce qu il faut. Le tantrisme est pure science. Vous pouvez vous transformer et

La foi est inutile. L audace, le courage de tenter l expérience, voilà ce qu il faut. Le tantrisme est pure science. Vous pouvez vous transformer et LE LIVRE DES SECRETS de Bhagwan Shree Rakneesh (Osho) Anciens textes sacrés de l Inde : Vigyana Bhairava Tantra (112 méthodes de transformation de l énergie sexuelle vers des états de conscience et des

Plus en détail