Pour une problématique de l'environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour une problématique de l'environnement"

Transcription

1 Pr une problématique l'environnement Labattut J.L. La maîtrise s ressrces naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse : To cite this artic / Pr citer c artic Labattut J.L. Pr une problématique l' environnement. La maîtrise s ressrces naturel. Paris : CIHEAM, p (Options Méditerranéennes; n. 17)

2 1 Jean-Lis LABATTUT A, Pr lématique Il"environnement l Ces quelques notes constituent une tentative un questions méthodologiques e >>, à une possib d'en conceptuel s loppement. Tt une mise au point s'impose l'emploi signification ces ux dans une acceptation globa. La notion d'e >> ne dans sens qui est sien dans s systèmes (1) : ment n'est pas uniquement c (c exté- >) dont il compte mais quel système social pas socia en pollution justifie bien fondé mise au point. au sens en fait à ce que ns appel- que doit retions d'échauges systèmes sociaux. conception à fois quantitatives qualitatives, ss symboliques. Le bien dynamique du système social dans son ensemb. Le conceptuel que ns sons est donc tiques ux systèmes globaux à tant sociélé (en tant qu'ensemb s systèmes sociaux systèmes globaux niveaux ces ux systèmes globaux : La d'un côté comme constituée niveaux bien : : The systenzs Approach - A Book, and C" New Yves in - La Options méditerranéennes cyc bio-géochimiques s Cléments - - biologique s espèces. Si ces niveaux sont bien connus, sont beaucp moins, d'autant plus qu'el jent s espaces s temps suivant cyc, chaînes espèces. compxité s ainsi que cel s à écosystèmes dépend s élé- ment chimique dans cyc il est plus compxe dans qui mtent en jeu s espèces anima (accentuation du l'échange inen est même dans biologique s espèces, c... Les systèmes sociaux d'un côté doivent compxité en fonction but ( B du développement inégal s >> >>). Ce conceptuel global ns m déjà un d'implications méthodologiques 1) Ce sont s systèmes Ce ne sont pas systèmes dans globalité qui mais 2) Ces niveaux dans spécificité d'échange 3) Cte action mutel spécifiqueest liée, dans sa finalit6 son intensité, au système plus global dont cte active est un élément. 4) Comme ts niveaux sont dépendants, modification l'un ens modifications spécifiques ts 5) La sens ( finalité) que au système global. 27

3 si exemp, un animal agit << comme il avait un but (self awnress) ; but ne peut au système plus que (l'espèce). En qu'en cte ns avons à s causalités multip, qui sont gé& selon contre intuitives. Une s difficultés consistant, comme à avec agissantes Cte dépend du niveau s sciences 6cologiques d'une s sciences socia Une conception qui tient compte La en compte ces aspects se justifie : - El s sions s échanges un lois limites qui Cchanges. - El feed-back >> notion stabilisation) son utilisation systèmes sociaux dans développement. - El enfin l'ensemb s systèmes vivants, s écosystèmes s systèmes sociaux comme s systèmes verts.... On entend systèmes verts s systèmes susceptib en utilisant s quantités dont dispose e (au sens s systèmes). Une s'impose tunité l'emploi ces concepts. ont possibilité d'une équivance quantités quantités d'in- (2). faut cependant se e >> au sens biologique, e au sens quantité il ne faut pas une équivance pie, se que concepts mo-dynamique, sont quand on ceux quand on s messages. Ainsi, cas, il ne faut pas globa dans squel ces concepts peuvent Ns pvons maintenant (2) arzd - Scientific nvel conséquences méthodologiques : 1. - Chaque écosystème chaque chaîne peuvent du point vue l'échange ce point vue, en fonction du second il existe une une à chaque échange successif. Une ces peut stockce système global exemp, une infime 0,Ol %, est stockée ss La plus se dissipe ss inutilisab système exemp : il y a 90 % chaîne 2. - d'un bt à d'une il existe s mation à chaque niveau d'échange. Les se ment ss ss fond )> simp. existe ainsi une si si el est. c'est en uti système, non pas en elmême, obéit en eff au semb l'enque l'inne pas n'obéit pas à ce ; el man stockée 3. - vue s systèmes sociaux, une dépense peut qui d'apau système une quantité ma éga à cel qui a été dépensée du système, sa stabilisation L'ensemb est utilisé d'une d'un (à s en augmentant l'efficacité humaine (utilisation plus en plus puissantes). L'ensemb ( science) est utilisé globament, dans conditions (hygiène, mécine), augson efficacité (innovations technologiques) stabilité du système (sciences socia politiques) types peuvent distingués : - est il à mise en d'un feed-back Son sens est du social. assudu système ; - second est ductif, au sens où il ne pas,à du système, Options méditerranéennes

4 mais à stabilisation s cia. B mise en sod'un feed-back stabilisation. Sa fonction est du système social. A ces ux types ponnt Science : - d'une el s'analyse comme une potentiel. El a, puis début du développement s sociétés humaines, jé, soit en tant que soit en tant qu'ensemb médiation genèse s innovations techniques l'efficacité du humain ; - el tend à - peuvent aussi au niveau s systèmes vivants adaptation au milieu oiseaux avec saisons). Ces ux types tionnels ont conau stabilisation globa s s éco-systèmes. un développeinent s systèmes sociaux dans sens d'me plus gran compxité culturel. Ce mvement dont sembnt : - Un mvement stabilisation potentiel dans où el base aux feed-back s systèmes sociaux. Ces stabilisation s systèmes ns mtent maintenant quelques Cléments d'analyse du d'cchanges écosystèmes systèmes sociaux. Une systèmes systèmes ciaux... so- Cte peut à s points suivants : Une tendarzce généra ct'évolution structnrel s écosystèmes eux-mêmes (indépendanment s systèmes sociaux). - Cte évolution a jé dans sens d'une plus d'une augmentation du s tions sssystèmes - Cte multiplication s pendances a eu conséquence d'aug stabilité globa l'ensemb s - La chaque niveau, chaque ss-système, se ment s miques, ss feed-back (i s'agit bien vie s socia s'accompagnant d'un plus en plus compxe d'échanges, d'un plus en plus aux échanges mationnels. - Un mvement Q tion >>, au niveau individuel, dans où décisionnels, ajtée à méconnaissance s conséquences socia ces une sensation individuel non maîtrise du développement social. - Au niveau cation, liée au se une <c >> distinction fondamenta Centre exemp, pays du constituent globament une zone aux c~ ' cen- >> (U.S.A., du ce se s phéno dépendance Cco- nomique - Cependant, ce mvement dés'accompagne d'un dans où but social du sys- tème global tend à à l'ensemb s du à à d'une tendance à du mo type capitaliste. Options méditerranéennes

5 L'évolution historique s retions entre systèmes sociaux écosystknzes. A chaque moment société en compte que échanges signifiants el en fonction l'état s du mo social exemp 1. - celui du bois : bois a été comme cte tion a changé avec économique socia. Avec familia coopél'obj c bois était à fois fonte s métaux) : maisons, meub, tils). Avec mo capitaliste plus puissantes, bois tend plus en plus à que comme ce (meub, cons pâte à Si aévolué,cen'épuisepas avec l''échange c'est signification socia cte qui a 6volué : - dans s pites unités ; bois est sociament multip besoins ; il a donc une socia considémais son exploitation loca n'est s - dans s unités type capitaliste, signification socia l'obj bois est cament modifiée. En tant que pâte à peuvent locament exploitées façon systématique. écologiques peuvent ainsi seu logique smission l'échange à développement social Un exemp est significatif : celui s en dans collines exemp, Sud Ces un avantage : - el étaient moins smises que en pine aux au moment s multip ; - el convenaient du sol, exposition). bien à ; - el fois dépense du dation s sols Ainsi, du même cp, à suite d'une connaissance fique, on maximisait en minimisant à l'état s ce système était optimal. point vue écologique, il était aussi tenu s nécessités puisqu'il minìmisait A suite ces ux exemp, ns s l'évolution s société bios- Le db nzorwement domirzatiorz simplification. Les systèmes sociaux se sont développés (tt au moins en ce gui civilisation occinta) B d'une logique a d'une idéologie domination. ne sa essence quv d'une domination socia Ns ne vlons pas ici jugement cte conception mais un conséquences. Cte logique domination a tendu à l'ensemb s d'échanges s sociétés avec,éco-systèmes aux buts à logique du développement social, c'estaux Ce mvement s'est fait en sens in logique du développement dans sens d'une simplification dans celui d'une diminution stabilité. Cte s'est accentuée avec l'efficacité s massification s socia. El s'est accompagnée enfin d'un passage d'une type scientifique )) à une connaissance type << scientifique )) mais plus Cte évolution du mo en compte système social ses d'échange avec éco-systèmes ns invite!à socialisation l'acquis scientifique. L'évolution production socialisation l'acquis pré-scientifique scientifique. Avant mo s connaissances Options méditerranéennes

6 aux ciaux avec &o-systèmes : - il d'une longue d'un C acquis non avec conditions loca ; il pvait même sans ; - cte jait plus un socia mais pvait à diffusion nvel connaissances techniques ; - il est que cemo connaissance bien que non pvait sp, nuancé. En ce sens, il savait compte globament d'un ensemb compxes que il n'expliquait pas. cas du e compost maintenant dans conceptions base biologique. ne pas l'ensemb s biologiques compxes mais ils ment conditions que taient un compost un sol,épuisé Ainsi, n',étaient pas dans d'une plus B plus mais conditions géné compxe pnte du sol. C'est ainsi que socialisation l'acquis unifiait types feed-back qui sont maintenant : - feed-back du système social ; - feed-back stabilisation (mo socia mission l'acquis) ; - feed-back stabilisation en compte s conditions génédu fonctionnement s éco-systèmes). Les conditions actuel duction socialisation l'acquis dissocient ts ces feed-back ne lisent qu'une unité en smtant à logique du développement social. La science est globament dëux niveaux El dépend d'une gés conceptuels s dans ttes sciences. Ce lien est sp diffus mais son existence n'est pas dteuse. fend à ce suj une tendance déà l'unification bases méthodologiques e l'éppistémologie génétique El dépend s choix sociaux en menta, ces choix sont fonda dominants s socia exemp, budg s U.S.A. en se décompose suivante l'année 1969 : 50 % vont à défense, 25 % à l'espace, 12 % à l'atome, 134 % tion s conditions vie) (3). En ce qui socialisation l'acquis genèse s innovations techniques qui conditions du système social), cte dépendance aux dominants est sans dte plus Une innovation ne peut que si el s'inclut dans développement unit& multinationa) si el est d'une solution d'un blème social quelconque. Les conséquences ces mo en compte s que (<c >>) avec écosystèmes sont suivantes : - type- scientifique est analytique, donc commence à peine à s analyses plus globa ; - ce mvement est lié à une exigence s 6léments qualitatifs (dans comptabilités socia dans conceptions d'une pnification écologique) (4) ; (3) Cf. Le du , cité dans un )>, N" , intitulé La s Scientifiques. (4) une plmification in - No 13. Options méditerranéennes

7 - ces tentatives sont d'un feedback logique du développement social. On peut cependant que cte 6vocompte s du mo en avec éco-systèmes ait dû que société se pose question nvel eau, qualité s sols, c.). Le cas s systèmes sociaux L'évolution que ns vs avons indiquée mais avec s dont est dis simp s connaissances s gé- Ces connaissances constituent un ensemb qui se m sans médiation d'un Le stockage. On peut ce phénomène à du d'espèces végéta connues successives Tunisiens dans une zone Tunis : peuvent ' 500 d'un âge moyen adocents lycéens une centaine.à peine une quinzaine. Ce phénomène que sociétés ne maî- pas un duction scientifique En conséquence, el se dans une situation dépendance Cco- nomique aux soci&% du Centre. Cte dépendance à question s technologiques >>. canaux s multinationa médiation s Etats, ont à développement en s techniques On connait exemp posés dans pays l'avance du : économique titué & tt un d'une conslongue n'a pas été suivie une base d'ap techniques scientifiques, liée à une connaissance globa s conditions s 'éco-systèmes locaux C'est ce type qui ns semb seul susceptib développement s sociétés compte tenu s imposées s éco-systèmes locaux. A moins d'un développement scientifique utopique qui un mon susceptib ciel, développement s systèmes ne peut pas à ind6- pendamment en compte ses aux écosystèmes. Cte en compte ne peut plus (sauf dans popution mondia) ; el ne peut que scientifique. science a besoin conséquences son analytique d'une que il s'agit ici d'exigences plus globa. - s'agit çons connaissances ci- l'exemp qui tiennent compte d'ensemb compxes, vent non pas dans but d'en mécanismes d'action mais tions qui condià ces mécanismes ; - s'agit ensuite ce mo connaissance façon 'à en fonction s s systèmes locaux (conditions géoclimatiques exemp) ; - il s'agit enfin en l'adoptant 1% l'état s suivant systèmes sociaux. Ces ce qui appelé c conditions gé technologies dces au développement s socia >>. Ns sommes conscients s conflits avec l++ dominants ces mais ns savons aussi que conflits sont au diactique socia. 32 guise conclz~sion : diactique science développement s systèmes sociaux, concept technologie dce. = Options méditerranéennes

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen La conception d'une architecture d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen Milieu vie, mo vie Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 13 1972 pages 94-102 Artic avaib on line / Artic disponib

Plus en détail

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables

Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture et une économie durables Caractérisation morphobiologique écologique d'une espèce pastorale de Tunisie présaharienne (Periploca angustifolia Labill.). Implications pour l'amélioration pastorale Ferchichi A. Systèmes sylvopastoraux.

Plus en détail

UN MOT DEUX PASSES. Mireille Scemama. Toulouse, décembre 2005.

UN MOT DEUX PASSES. Mireille Scemama. Toulouse, décembre 2005. UN MOT DEUX PASSES Mireille Scemama Toulouse, décembre 2005. Freud et Lacan sont morts. La psychanalyse, elle, reste. La psychanalyse se transmet. Mais seule la pratique ne suffit pas à justifier son existence.

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 16/07/2015 En attente d approbation REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Technicien(ne)

Plus en détail

Préambule : Sous le patronage de :

Préambule : Sous le patronage de : Sous le patronage de : Association reconnue d utilité publique Université Paris VI Laboratoire d Anatomie comparée 2 place Jussieu 75005 PARIS http://www.societeherpetologiquedefrance.com Préambule : L

Plus en détail

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013

Conseil National de la Comptabilité. Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 Conseil National de la Comptabilité Restitution des travaux sur la comptabilité générale de l Etat (CGE) Libreville, le 06 septembre 2013 1 Sommaire Introduction Principales évolutions de la CGE depuis

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Les diverses formes de groupements agricoles en France

Les diverses formes de groupements agricoles en France Les diverses formes groupemts agrico France Terrier N. Agriculture groupe Paris : CIHEAM Options Méditerranénes n. 6 1971 pages 48-53 Article avaible on line / Article disponible ligne l adresse : http://om.ciheam.org/article.php?idpdf=ci010359

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS ", que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS , que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du N/Réf. : GO835701 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de l'association " Comité des fêtes de PAMIERS ",

Plus en détail

Astuce N 1 : Consulter mon catalogue articles en mode liste puis en mode fiche : recherche du prix d une référence, consultation du stock.

Astuce N 1 : Consulter mon catalogue articles en mode liste puis en mode fiche : recherche du prix d une référence, consultation du stock. Sage 100 Etendue Sujet mis en avant : «Outre sa déclinaison sur Smartphone, Sage 100 Etendue est également disponible sur tablette tactile. Mise en avant des fonctionnalités clés du profil commercial sur

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

REFERENTIEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 1989 04 74 0027 (Cte fiche d identité, annule remplace, à compter du 12 juin 2008, la précédente fiche d identité) REFERENTIEL

Plus en détail

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la

Le nombre de morts sur la route. en fonction des évolutions de la réglementation. Rapport adressé à AutoPlus. par la Société de Calcul Mathématique, S. A. Algorithmes et Optimisation Le nombre de morts sur la route en fonction des évolutions de la réglementation Rapport adressé à AutoPlus par la Société de Calcul Mathématique

Plus en détail

Projet de loi de finances pour 2015 Deuxième partie Mission «Outre- mer» Intervention de Guillaume Arnell

Projet de loi de finances pour 2015 Deuxième partie Mission «Outre- mer» Intervention de Guillaume Arnell Projet de loi de finances pour 2015 Deuxième partie Mission «Outre- mer» Intervention de Guillaume Arnell M. le Président, Madame la Ministre, Mmes et MM. les Rapporteurs spéciaux et Rapporteurs pour avis,

Plus en détail

Le retour d'expérience : une méthode, une grille

Le retour d'expérience : une méthode, une grille Les fiches En Lignes de La lettre du CEDIP fiche n 51 décembre 2011 Le retour d'expérience : une méthode, une grille Sommaire : Présentation de la grille----------------p. 1 Grille REX----------------------------------p.

Plus en détail

EPOS POUR PARTENAIRES

EPOS POUR PARTENAIRES EPOS POUR PARTENAIRES EPOS POUR PARTENAIRES NOTRE SOLUTION EPOS.UP POUR PARTENAIRES PROPOSE UN SYSTÈME INTÉGRÉ À LA POINTE À UN PRIX ABORDABLE. 02 / 03 SOMMAIRE SOMMAIRE La gestion d une activité Retail

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Paris, le 22 septembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-219 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

LE COMITE "ECOLOGIE ET GESTION DU PATRIMOINE NATUREL"

LE COMITE ECOLOGIE ET GESTION DU PATRIMOINE NATUREL LE COMITE "ECOLOGIE ET GESTION DU PATRIMOINE NATUREL" Placé auprès du Secrétaire d'etat chargé de l'environnement, le Comité EGPN est l'un des groupes consultatifs du SRETIE. Composé de scientifiques,

Plus en détail

La MSA Picardie élabore une stratégie de recrutement avec les acteurs régionaux de l'emploi des personnes handicapées Comment recruter à bac+2?

La MSA Picardie élabore une stratégie de recrutement avec les acteurs régionaux de l'emploi des personnes handicapées Comment recruter à bac+2? La MSA Picardie élabore une stratégie de recrutement avec les acteurs régionaux de l'emploi d Fin 2008, l'organisme de protection sociale picard se fixe pour objectif de recruter 15 travailleurs handicapés

Plus en détail

Les contraintes d appel d offre

Les contraintes d appel d offre RESUME Ce document propose une liste, des contraintes d appel d offre s plus standards. ont un objectif doub : définir s attentes du client sur la démarche d acquisition et préparer la contractualisation

Plus en détail

Le tourisme international : un état de fait colonial

Le tourisme international : un état de fait colonial Le tourisme international : un état fait colonial Zarka C. Tourisme et mon rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 3 1970 pages 26-29 Artic availab on line / Artic disponib en ligne l adresse

Plus en détail

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux

SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux Foire aux questions SAP Learning Hub, édition User Adoption SAP Learning Hub, édition User Adoption Accès dans le cloud à tout moment à des formations pour utilisateurs finaux SAP Learning Hub est une

Plus en détail

Une Nouvelle Approche du Marketing Politique sur les Campagnes Electorales Mexicaines CHAPITRE 2 METHODOLOGIE

Une Nouvelle Approche du Marketing Politique sur les Campagnes Electorales Mexicaines CHAPITRE 2 METHODOLOGIE CHAPITRE 2 METHODOLOGIE 2.1 Importance de l étude Dans le monde politique des Etats-Unis, la «vente» des candidats politiques sur le marché, gérée par les stratégies de marketing est un phénomène commun.

Plus en détail

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu L'écation pour certains groupes ou formation tout un milieu Foreuil F. Formation Développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 21 1973 pages 77-81 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse

Plus en détail

THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES

THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES THEME: RÔLE DU PARLEMENT ET SON INTERACTION AVEC LES AUTRES ACTEURS DANS L ELABORATION ET LA MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES PUBLIQUES Présenté par Monsieur Grégoire LAOUROU Président de la commission des

Plus en détail

RAPPORT PERSONNEL PROJET IFT785

RAPPORT PERSONNEL PROJET IFT785 U N I V E R S I T E D E S H E R B R O O K E, C A N A D A, Q C RAPPORT PERSONNEL PROJET IFT785 PROGRAMMATION AGILE (XP) SERVEUR D ÉVÉNEMENTS DOMUS Table des Matières Table des Matières...1 Le projet...

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

Modification des Statuts de la Société Française d Immunologie

Modification des Statuts de la Société Française d Immunologie Novembre 2010 N 122 Société Française d Immunologie Modification des Statuts de la Société Française d Immunologie La modification des statuts de la Société Française d Immunologie a eu pour origine le

Plus en détail

Agence Nationale de l Artisanat (ANA), Congo. Mission de compagnonnage artisanal vannerie. Sommaire

Agence Nationale de l Artisanat (ANA), Congo. Mission de compagnonnage artisanal vannerie. Sommaire ASSEMBLÉE PERMANENTE DES CHAMBRES DE MÉTIERS - GUILDE EUROPÉENNE DU RAID - PROGRAMME COSAME Agence Nationale de l Artisanat (ANA), Congo Mission de compagnonnage artisanal vannerie «Il faut continuer le

Plus en détail

Modification du Plan de Prévention des Risques d'inondation de la vallée de la Seine sur la commune de Saint-Fargeau- Ponthierry

Modification du Plan de Prévention des Risques d'inondation de la vallée de la Seine sur la commune de Saint-Fargeau- Ponthierry Modification du Plan de Prévention des Risques d'inondation de la vallée de la Seine sur la commune de Saint-Fargeau- Ponthierry NOTICE DE PRESENTATION Complément au dossier de PPRI de la vallée de la

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

SIMPLIFIEZ LA GESTION DE VOS NOTES DE FRAIS

SIMPLIFIEZ LA GESTION DE VOS NOTES DE FRAIS SIMPLIFIEZ LA GESTION DE VOS NOTES DE FRAIS FEAZY Pour en finir avec le temps perdu à gérer et stocker les notes de frais, tout en les maîtrisant durant tout le processus! 0 PAPIER! 30 SECONDES Grâce à

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 31 MARS 2008 DELIBERATION N CR-08/18.069 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Personnels décentralisés Services Techniques Portuaires - Fonds de concours relatifs au transfert des indemnités de

Plus en détail

Fenêtre Ouverte sur le Climat 29 mars 2016

Fenêtre Ouverte sur le Climat 29 mars 2016 Fenêtre Ouverte sur le Climat 29 mars 2016 En 2015, Les Petits Débrouillards en partenariat avec l'association There is Alternative ont démarré un projet autour du Climat avec 2 classes de collégiens et

Plus en détail

La firme cherche les qtés q, K et L, solutions du programme d équilibre suivant :

La firme cherche les qtés q, K et L, solutions du programme d équilibre suivant : Chapiitre 8 :: La fonctiion d offre Ce chapitre analyse l objectif d une firme qui ne produit qu un seul produit, fourni en qté q, avec 2 facteurs de production K et L. On écrit : q = F (K,L) On suppose

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 26 janvier 2011. Présentation du nouveau service IDELIS

DOSSIER DE PRESSE 26 janvier 2011. Présentation du nouveau service IDELIS DOSSIER DE PRESSE 26 janvier 2011 Présentation du nveau service IDELIS Contacts : IDELIS Frédéric Clec h Véronique DUFOURCQ tél. : 05 59 14 15 29 v.dufrcq@reseau-idelis.com Le réseau de bus du Syndicat

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Astuce N 1 : Consulter mon catalogue articles en mode liste puis en mode fiche : recherche du prix d'une référence, consultation du stock

Astuce N 1 : Consulter mon catalogue articles en mode liste puis en mode fiche : recherche du prix d'une référence, consultation du stock Produit concerné : Sage 100 Etendue (déclinaison mobile) Sujet mis en avant : Les fonctionnalités clés du profil commercial sur Smartphone Sage Etendue bénéficie désormais d une déclinaison sur terminaux

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Fimalac. N 8 Octobre 2001. Message du Président. La lettre aux Actionnaires

Fimalac. N 8 Octobre 2001. Message du Président. La lettre aux Actionnaires N 8 Octobre 2001 Fimalac La lettre aux Actionnaires Message du Président Madame, Monsieur, Cher actionnaire, Après le drame du 11 septembre dernier, FIMALAC tient à s'associer à la douleur du peuple américain

Plus en détail

L EXPERIENCE DU DEPLOIEMENT ET DE L UTILISATION D UN OUTIL DE CRM A COGEDIS FIDEOR Benoit Poulain

L EXPERIENCE DU DEPLOIEMENT ET DE L UTILISATION D UN OUTIL DE CRM A COGEDIS FIDEOR Benoit Poulain L EXPERIENCE DU DEPLOIEMENT ET DE L UTILISATION D UN OUTIL DE CRM A COGEDIS FIDEOR Benoit Poulain L EXPERIENCE DU DEPLOIEMENT ET DE L UTILISATION D UN OUTIL DE CRM A COGEDIS FIDEOR Le Mans, le 14 mars

Plus en détail

La démarche d assistance à maîtrise d ouvrage en sélection de progiciels

La démarche d assistance à maîtrise d ouvrage en sélection de progiciels La démarche d assistance à maîtrise d ouvrage en séction logiciel La démarche d assistance à maîtrise d ouvrage en séction de progiciels RESUME Ce document propose une méthodologie d assistance à la maîtrise

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 29 NOVEMBRE DELIBERATION N CR-10/15.476 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL 'VERS L'EXCELLENCE ENVIRONNEMENTALE' Stratégie régionale de préservation du patrimoine naturel Programme

Plus en détail

MINISTERE DE L AGRICULTURE, ET DE LA PECHE

MINISTERE DE L AGRICULTURE, ET DE LA PECHE ORDRE DE SERVICE Direction générale de l alimentation MINISTERE DE L AGRICULTURE, Ss-direction de la santé et de la protection animales Bureau de la santé animale Adresse : 251, rue de Vaugirard 75732

Plus en détail

Exercice 2.22. Problèmes et solutions. Question 1

Exercice 2.22. Problèmes et solutions. Question 1 Date : Août 004 Exercice. Question Jean Sétout, votre beau-frère, est l unique actionnaire d une entreprise de distribution de matériel informatique nommée Informatique Expert inc. Mordu d informatique

Plus en détail

Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé

Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé Modèles de l évaluation et formation des professionnels de la Santé Michel Vial UMR ADEF En introduction, je vais situer de quelle évaluation on parle ici et rappeler à grands traits ce qui la caractérise.

Plus en détail

SOMMAIRE. Animations CP... p 4. Animations CE1/CE2... p 5/7. Le tri sélectif Le compostage La prévention. Animations CM1/CM2...

SOMMAIRE. Animations CP... p 4. Animations CE1/CE2... p 5/7. Le tri sélectif Le compostage La prévention. Animations CM1/CM2... Du CP au CM2 1 2 Toutes nos animations sont gratuites! * SOMMAIRE Animations CP...... p 4 Animations CE1/CE2... p 5/7 Le tri sélectif Le compostage La prévention Animations CM1/CM2... p 8/10 Le tri sélectif

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Les aspects de droit comptable

Les aspects de droit comptable LES OPÉRATIONS SUR CAPITAL À LA SUITE DE LA LOI DU 10 JUIN 2009 : Regards croisés de l administrateur de s.a. et du réviseur d entreprises agréé Les aspects de droit comptable Contexte et objectif Règle

Plus en détail

Les catégories du passé. Remémoration, anamnèse ou commémoration? 1

Les catégories du passé. Remémoration, anamnèse ou commémoration? 1 Les catégories du passé. Remémoration, anamnèse ou commémoration? 1 À propos de La culture de la mémoire, d Éric Méchoulan, Presses de l'université de Montréal, 2008. Dominique Scarfone Si j ai bien compris,

Plus en détail

Edmond Cissé. URÆUS Consult Ingénierie & Sécurité des Données www.uraeus-consult.com. edcisse@uraeus-consult.com 04 93 95 52 10

Edmond Cissé. URÆUS Consult Ingénierie & Sécurité des Données www.uraeus-consult.com. edcisse@uraeus-consult.com 04 93 95 52 10 Edmond Cissé URÆUS Consult Ingénierie & Sécurité des Données www.uraeus-consult.com edcisse@uraeus-consult.com 04 93 95 52 10 1 Historique du BI Depuis 20 ans, le marché BI est stable et maintenu dans

Plus en détail

Codage des nombres. Eric Cariou. Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique. Eric.Cariou@univ-pau.fr

Codage des nombres. Eric Cariou. Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique. Eric.Cariou@univ-pau.fr Codage des nombres Eric Cariou Université de Pau et des Pays de l'adour Département Informatique Eric.Cariou@univ-pau.fr 1 Représentation de l'information Un ordinateur manipule des données Besoin de coder

Plus en détail

Fiche FOCUS. Les téléprocédures. Opter pour l'accès sans certificat hors espace professionnel

Fiche FOCUS. Les téléprocédures. Opter pour l'accès sans certificat hors espace professionnel Fiche FOCUS Les téléprocédures Opter pour l'accès sans certificat hors espace professionnel Dernière mise à jour : avril 2015 Table des matières 1. Présentation...3 1.1 Objet de la fiche...3 1.2 A qui

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après "la LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/5 Avis n 35/2011 du 21 décembre 2011 Objet : mention de l'identité d'un donneur d'alerte dans une communication interne via e-mail ainsi que dans le procès-verbal de la réunion du conseil d'administration

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

Philippe QUINTON. Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'école-polytechnique 75005 Paris

Philippe QUINTON. Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'école-polytechnique 75005 Paris Philippe QUINTON Design graphique et changement Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'école-polytechnique 75005 Paris L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lk9 Collection Communication

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL. durable.

BULLETIN OFFICIEL. durable. N 6240 l8 joumada l 14135 (2ï)-3 20i4} 2496 Dahir n 1-14-09 du 4 joumada l 1435 (6 mars 2014) portant promulgation loi cadre n 99-12 portant charte nationale l environnement du développement renforcer

Plus en détail

Questionnaire de consultation à l intention des personnes ayant déjà administré une petite succession en Ontario

Questionnaire de consultation à l intention des personnes ayant déjà administré une petite succession en Ontario Simplification des procédures pour l administration des petites successions Questionnaire de consultation à l intention des personnes ayant déjà administré une petite succession en Ontario La Commission

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Site web : www.tedxpiloteariana.com Adresse e-mail: tedxpiloteariana@yahoo.fr Lina Zrelli : 22748819 Wassim Marrakchi : 40280697

Site web : www.tedxpiloteariana.com Adresse e-mail: tedxpiloteariana@yahoo.fr Lina Zrelli : 22748819 Wassim Marrakchi : 40280697 1 Tunis, le../../. A l aimable attention de Monsieur/Madame le/la Directeur(trice).., Objet : Demande de médiatisation pour l événement TEDxPiloteAriana 2 ème édition Nous, soussignés Lina Zrelli & Wassim

Plus en détail

Naissance des fantômes

Naissance des fantômes Marie Darrieussecq Naissance des fantômes Roman P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e Elle était en train de promener autour d elle son regard à la recherche de quelque moyen de s enfuir, et elle

Plus en détail

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE

ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE ANIMER, CONDUIRE ET ACCOMPAGNER SON EQUIPE MANAGEMENT INTERMEDIAIRE Intégrer concrètement une équipe en tant que responsable Se positionner par rapport à l équipe et à la hiérarchie Prendre conscience

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales

Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales Conseil Consultatif Régional pour les Eaux Occidentales Septentrionales AVIS en appui de la position de l Association Européenne des Organisations de Producteurs de Pêche (AEOP/EAPO) relatif aux mesures

Plus en détail

CESH - Centre Européen de Santé Humanitaire. La fenêtre JOHARI. Dynamique du groupe. Professeur Dominique BAUDON Directeur du CESH

CESH - Centre Européen de Santé Humanitaire. La fenêtre JOHARI. Dynamique du groupe. Professeur Dominique BAUDON Directeur du CESH CESH - Centre Européen de Santé Humanitaire La fenêtre JOHAR Dynamique du groupe Professeur Dominique BAUDON Directeur du CESH Doc. n 73/CESH/ENS/DB/2004 1 2 - DEFNTON DE LA FENETRE JOHAR - C'est un schéma

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

Page 1 sur 5. JESUS DANS LES TEXTES DE L'ANCIEN TESTAMENT JÉSUS TOUT-PUISSANT DOSSIER n 1

Page 1 sur 5. JESUS DANS LES TEXTES DE L'ANCIEN TESTAMENT JÉSUS TOUT-PUISSANT DOSSIER n 1 Page 1 sur 5 JÉSUS, TOUT-PUISSANT "Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre." (Genèse 1.1) I. L'emploi du mot "Elohim" pour désigner Dieu : Dans le premier verset de la Bible (cf. le texte original),

Plus en détail

Permettez à un jeune de consolider sa formation professionnelle à l international dans le domaine de l humanitaire, +

Permettez à un jeune de consolider sa formation professionnelle à l international dans le domaine de l humanitaire, + Valorisez votre entreprise en devenant mécène pour orphelins sida international! Michel JONASZ «Le temps de la solidarité est venu. Il n est plus possible de croire que l on peut vivre heureux sans se

Plus en détail

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE I - DE LA CONVENTION DE LA PERMANENCE DES METHODES La convention de la permanence des méthodes exige que

Plus en détail

NOUVELLES FINANCIERES APPEL DE COTISATIONS AUX MEMBRES DE LA SOCIETE DES ETUDES LATINES

NOUVELLES FINANCIERES APPEL DE COTISATIONS AUX MEMBRES DE LA SOCIETE DES ETUDES LATINES NOUVELLES FINANCIERES APPEL DE COTISATIONS AUX MEMBRES DE LA SOCIETE DES ETUDES LATINES CHOIX DES COTISATIONS ET ABONNEMENTS POUR MEMBRES DE LA SOCIETE DES ETUDES LATINES ET POUR ABONNES NON MEMBRES INFORMATIONS

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

Aide-mémoire MSST ys/gk/février 2004

Aide-mémoire MSST ys/gk/février 2004 Aide-mémoire MSST ys/gk/février 2004 REFERENCES Qu'est-ce que la MSST? Depuis le 1 er janvier 2000, la sécurité et la santé du travailleur et de la travailleuse sont garanties et renforcées par la loi.

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

Déploiement d ESUP-ECM à l Université de Valenciennes. Retour fonctionnel d expérience

Déploiement d ESUP-ECM à l Université de Valenciennes. Retour fonctionnel d expérience Déploiement d ESUP-ECM à l Université de Valenciennes. Retour fonctionnel d expérience 1. Situation de départ Utilisation de l outil intranet pour l ensemble du personnel dans 2 cadres différents : - Intranets

Plus en détail

Fiche FOCUS. Les téléprocédures

Fiche FOCUS. Les téléprocédures Fiche FOCUS Les téléprocédures Créer un espace professionnel simplifié et adhérer aux services (accessible avec une adresse électronique / un mot de passe) Dernière mise à jour : avril 2015 Sommaire 1.

Plus en détail

LES ETUDES D AMENAGEMENT FORESTIER EN TUNISIE

LES ETUDES D AMENAGEMENT FORESTIER EN TUNISIE Projet AGORA Atelier de concertation avec les parties prenantes Rabat-ENFI le 1 er et 2 juin 2010 LES ETUDES D AMENAGEMENT FORESTIER EN TUNISIE Présenté par : MOKHTAR Ameur Sous Directeur des Aménagements

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Mon ERP est-il accessible?

Mon ERP est-il accessible? Mon ERP -il accessib? Oui Non Je transmets une attation d accessibilité à Préfecture avant 1 er mars 2015 Art L111-7-3 et R111-19-33 (III) Je dois déposer un agenda d accessibilité programmée avant 27

Plus en détail

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB 5B112] Références du document 5B112 5B1121 Date du document 01/09/99 SECTION 2 Personnes domiciliées en France SOUS-SECTION 1 Personnes concernées A. DÉFINITION

Plus en détail

Jeudi 17 janvier. 17h30 19h30 à GAP

Jeudi 17 janvier. 17h30 19h30 à GAP Jeudi 17 janvier 17h30 19h30 à GAP «Valoriser les savoir-faire en adaptant le système d'information à l'activité» Régis BOUCHACOURT / Renaud Zigmann MIT-CONSEIL - Xsalto Jeudi 17 janvier 2013 1 Une entreprise,

Plus en détail

DOMOTIQUE et CONFORT. 4Ci1- Comment le contexte historique et géographique influe-t-il sur la conception?

DOMOTIQUE et CONFORT. 4Ci1- Comment le contexte historique et géographique influe-t-il sur la conception? CONNAISSANCES / Historique et géographie des solutions techniques (doc.1/3) 4EVOT-Ci1 / Associer l utilisation d un objet technique à une époque, à une région du globe. Les évolutions des objets techniques

Plus en détail

Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage

Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage Situation de l exploitation en matière de gestion des effluents d élevage (en lien avec une demande d aide à la construction, à la rénovation et à l aménagement des bâtiments d élevage) Etat des lieux

Plus en détail

13Y Lvis. Q Autorisation de financement à obtenir et source de financement proposée: os os. LI Financement déjà autorisé par: Ville de

13Y Lvis. Q Autorisation de financement à obtenir et source de financement proposée: os os. LI Financement déjà autorisé par: Ville de ,résolution Vil de 13Y Lvis Direction généra LI Comité exécutif FICHE DE PRISE DE DÉCISION Fiche de prise de décision : POL-2015-029 Direction Service de police Objet: Entente de colboration à intervenir

Plus en détail

Appel à propositions d'actions pour le Plan Local Pour L'Insertion et l'emploi de La Rochelle. Année 2014 ANNEXE 1

Appel à propositions d'actions pour le Plan Local Pour L'Insertion et l'emploi de La Rochelle. Année 2014 ANNEXE 1 Appel à propositions d'actions pour le Plan Local Pour L'Insertion et l'emploi de La Rochelle Année 2014 ANNEXE 1 THEME 1 Cahier des charges de la relation entreprise. MISSION DE PROSPECTION ET PLACEMENT

Plus en détail

Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis,

Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Allocution de S.A.S. le Prince Centenaire de l Institut Océanographique de Paris 21 juin 2011 Monsieur le Président, Excellences, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs, Chers amis, C est

Plus en détail

Adjoint-e au chef de service de la gestion administrative du personnel Avis de vacance

Adjoint-e au chef de service de la gestion administrative du personnel Avis de vacance Catégorie 5 Adjoint-e au chef de service de la gestion administrative du personnel Avis de vacance Filière Administrative Modalités Poste à prvoir en CDI par voie de recrutement interne externe par voie

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 25 SEPTEMBRE 2009 DELIBERATION N CR-09/05.441 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie de pérennisation des emplois et des savoir-faire

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LES NOUVEAUX PRODUITS CHIMIQUES

QUESTIONNAIRE SUR LES NOUVEAUX PRODUITS CHIMIQUES QUESTIONNAIRE SUR LES NOUVEAUX PRODUITS CHIMIQUES Tunisie Est-ce que votre pays utilise ou produit un ou plusieurs chimiques, est-il donc concerné par modifications de la Convention? En ce moment il n'est

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests génétiques et risques professionnels : impact sur la prévention

Plus en détail

CONSULTATION POUR L AGENCEMENT / L AMENAGEMENT. sis. 91 C route des Romains 67200 STRASBOURG

CONSULTATION POUR L AGENCEMENT / L AMENAGEMENT. sis. 91 C route des Romains 67200 STRASBOURG CONSULTATION POUR L AGENCEMENT / L AMENAGEMENT sis 91 C route des Romains 67200 STRASBOURG 1. Présentation de l activité Libre objet accueille des personnes en contrats aidés. Ils réalisent en petite série

Plus en détail

Les objectifs sont quasiment les mêmes que les mois passés à quelques nuances près : I. Du remboursement et placement de quelques groupements :

Les objectifs sont quasiment les mêmes que les mois passés à quelques nuances près : I. Du remboursement et placement de quelques groupements : RAPPORT D ACTIVITES MENSUEL, MAI 2011 Voilà comme à l accoutumée, et cela, pour le cinquième mois consécutif, le rapport mensuel d activités du mois. A l instar des mois précédents, ce mois a connu quelques

Plus en détail

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Employé service RH

LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL. Employé service RH LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé service RH EVALUATION GDI DU SALARIE Employé service RH NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule : Date de l'entretien : Préambule à l'entretien Ce que

Plus en détail