A u congrès de l American

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A u congrès de l American"

Transcription

1 Diabète de type 2 : pas de bénéfice à intensifier le traitement antihypertenseur et hypolipémiant Données de l étude ACCORD Marie VIRALLY Copyright 217 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de le 5/2/217. A u congrès de l American College of Cardiology (ACC) à Atlanta en mars 21, le volet «hypertension» de l étude ACCORD a été présenté lors de la première session de «Late Breaking Clinical Trials» par William Cushman du Centre médical des vétérans de Memphis et publié en même temps dans le New England Journal of Medecine [1,2]. Les résultats sont décevants et s ajoutent à ceux, déjà négatifs, du premier volet de l étude ACCORD publiés il y a deux ans, qui montraient qu intensifier le traitement hypoglycémiant non seulement n apportait pas de bénéfice mais augmentait la mortalité [3]. Cette partie de l étude impliquait patients sur les de l essai, qui étaient hypertendus au départ. Ils ont été randomisés entre un traitement antihypertenseur ajusté pour obtenir une baisse de la pression artérielle systolique en dessous de 14 mmhg, et un traitement intensifié pour arriver à faire baisser la pression systolique en dessous de 12 mmhg. À ce jour, les données des essais cliniques avaient montré le bénéfice de contrôler la pression systolique à 14 mmhg. Par ailleurs, il existe des recommandations avec un seuil à 13 mmhg pour les diabétiques, et des études observationnelles suggéraient qu en descendant encore plus chez les diabétiques, on pourrait diminuer encore le risque cardiovasculaire. Dans l étude ACCORD, le traitement intensif consistait à traiter d emblée par deux médicaments (un diurétique thiazidique et un IEC, ARA II ou bêta-bloquant), et augmenter les doses ou ajouter des médicaments pour descendre la pression artérielle systolique en dessous de 12 mmhg. Dans le groupe contrôle, les médecins pouvaient diminuer le traitement si la PAS descendait en dessous de 14 mmhg, pour rester à un niveau standard. Les données montrent que la pression systolique a été descendue à 119,3 mmhg en moyenne dans le groupe «intensif» et 133,5 mmhg dans le groupe «standard». Après un suivi proche de 5 ans, une légère baisse des événements cardiovasculaires a été obtenue, mais qui n était pas statistiquement significative. Dans le groupe intensif, 28 infarctus non fatals, accidents vasculaires cérébraux non fatals ou décès de causes cardiovasculaires (taux annuel de 1,87 %), contre 237 événements dans le groupe contrôle (2,9 % an) (RR =,88 ; IC :,73-1,6, p =,2). Le taux annuel des décès toutes causes est similaire dans les deux groupes (1,28 % vs 1,19 % an, p =,55) (figure 1). Les données montrent une baisse significative de 41 % des AVC, mais le nombre d AVC était globalement très faible (36 cas contre 62). William Cushing indique que même si la différence est significative, cela implique d intensifier le traitement chez 89 patients durant 5 ans pour éviter un AVC. Par ailleurs, une mise en garde est faite contre les effets secondaires sérieux liés au traitement intensif (3,3 % contre 1,3 % respectivement dans les groupes intensif et standard, p <,1), associant des hypotensions, syncope, trouble du rythme cardiaque, angiœdème et un risque d hypokaliémie. Cependant, ces risques restaient faibles (,2 à,7 %). Et l intérêt d ajouter une fibrate à une statine? Les résultats du volet «hypolipémiant» de l étude ACCORD ont été présentés par Henry Ginsberg de l université Columbia à New York. La stratégie thérapeutique consistait à intensifier le traitement, en comparant un traitement classique par statine à une association statine-fibrate, qui permet d agir sur les 3 composantes lipidiques (LDL-c, HDL-c et triglycérides) chez 5518 patients, différents de ceux évalués dans le volet «hypertension». Après 5,7 ans de suivi, l incidence des événements cardiovasculaires majeurs (IDM, AVC et mortalité vasculaire) était similaire dans les deux groupes : 291 événements dans le groupe simvastatine-fénofibrate (2,2 % an) et 31 (2,4 % an) dans le groupe statine seule (RR =,92, p =,32). L incidence annuelle de décès est similaire (1,5% vs 1,6 %, RR =,91, p =,33) (figure 2). Une analyse plus poussée des résultats suggère que les patients présentant à la fois les taux les plus bas de HDL-c (<,34 g/l) et les taux les plus hauts de triglycérides (> 2,4 g/l) pourraient tirer bénéfice de l association statine-fibrate (p =,57), mais ils ne représentaient que 17 % de la population étudiée. De plus, cette hypothèse nécessite une confirmation. Il semble y avoir une différence selon doi : /stv STV, vol. 22, n 4, avril 21

2 A Primary Outcome B Nonfatal Stroke 1,,2 1,,2,8,6,4,2 P =,2,1,,8,6,4,2 P =,8,1, Copyright 217 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de le 5/2/217., C Nonfatal Myocardial Infarction 1,,8,6,4,2, P =,25,2,1, les sexes. Les hommes ont tiré un bénéfice de l association (risque de 11,2 % vs 13,3 % respectivement dans les groupes statine-fibrate et statine seule, p =,1) alors que les femmes voyaient leur risque cardiovasculaire augmenter, passant de 6,6 % à 9 % avec l association. L association statine-fibrate n a pas été associée à une augmentation de complications. Les douleurs musculaires étaient fréquentes (4 %) mais similaires dans les deux groupes et les atteintes plus graves étaient très rares. Ces résultats vont dans le même sens que des études antérieures sur les fibrates, qui ne montraient pas de bénéfice global mais un possible intérêt chez les patients ayant des anomalies préférentielles du HDL et des triglycérides D Death from Cardiovascular Disease, 1,,8,6,4,2, P =,74,2,1, Figure 1. Survenue chez des diabétiques de type 2 dêévénements cardiovasculaires majeurs, dêavc, dêidm et mortalité vasculaire dans les groupes intensif et standard pour lêhypertension. Conclusion Les différents résultats de l étude ACCORD, de l intensification glycémique, tensionnelle et lipidique sont importants mais globalement décevants puisqu ils ne montrent aucun bénéfice à l intensification thérapeutique de ces trois volets. Cependant, ces données ne remettent pas en cause l importance d abaisser la glycémie, la pression artérielle et les lipides, mais ils ne montrent pas de bénéfice cardiovasculaire à forcer les recommandations actuelles. Interrogé lors d une conférence de presse sur ce qu on pourrait faire maintenant pour tenter d améliorer encore le devenir de ces patients, le Pr. Ginsberg souligne que «les modifications du mode de vie restent la clé». STV, vol. 22, n 4, avril

3 Copyright 217 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de le 5/2/217. A Primary Outcome 1 (%) C Death from Any Cause 1 (%) Références P =, P =, Effects of intensive blood pressure control in type 2 diabetes mellitus. The ACCORD study group. N Engl J Med 21, mars 14, 1.156/NEJMoa B Expanded Macrovasculaer Outcome 1 4 (%) D Death from Cardiovascular Causes (%) P =,3 P =, Figure 2. Survenue chez des diabétiques de type 2 dêévénements cardiovasculaires majeurs, de mortalité toutes causes et mortalité vasculaire dans les groupes traités par statine seule et statine plus fibrate. 2. Effects of combinaison lipid therapy in type 2 diabetes mellitus. The ACCORD study group. N Engl J Med 21, mars 18, 1.156/ NEJMoa Effects of intensive glucose lowering in type 2 diabetes mellitus. The ACCORD study group. N Engl J Med 28 ; 358 : STV, vol. 22, n 4, avril 21

4 L infarctus du myocarde est-il en voie de disparition? Jean-Michel JULIARD Copyright 217 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de le 5/2/217. U ne réduction de la mortalité d origine cardiovasculaire a été observée durant ces dernières années en France, grâce à la fois à une prévention secondaire renforcée mais également une prise en charge plus agressive des syndromes coronariens en phase aiguë. On s interroge également de façon légitime sur une prévention primaire plus optimale comme l interdiction de fumer dans les lieux publics et son possible impact sur l incidence des infarctus du myocarde. L enquête récente menée aux États-Unis sur les patients du registre Medicare (> 65 ans) nous apporte des données épidémiologiques riches d enseignement [1]. Aux États-Unis, entre 22 et 27, le taux annuel d hospitalisations pour infarctus du myocarde a diminué de 1131/1 bénéficiaires du registre Medicare à 866, soit une baisse relative de 23,4 % Si l on considère la population Medicare d environ 45 millions d individus en 27, cela représente 119 infarctus évités dans cette population cible (> 65 ans) par rapport à 22. Après ajustement sur les facteurs âge, sexe et race, ce taux a diminué de 5,8 % par an. Les réhospitalisations pour récidive d infarctus ont également chuté de 6,9 % en 22 à 5,1 % en 27. Globalement, le nombre d hospitalisations avec comme diagnostic une maladie coronaire a diminué de 1 744/1 bénéficiaires/an en 22 à 1 35 en 27 ( 25,2 %). En stratifiant par âge, cette baisse est constante quelles que soient les tranches d âge, 26 % entre 65 et 74 ans, 24,6 % entre 75 et 84 ans, 19,8 % au-delà de 85 ans. Entre 22 et 27 cette baisse relative est comparable entre les sexes : 24,3 % chez les hommes et 23,1 % chez les femmes Année Cette baisse du nombre d infarctus est également parallèle à la baisse de la mortalité d origine cardiovasculaire observée depuis une trentaine d années aux États-Unis (figure 1) [2]. Cette baisse du nombre d infarctus est-elle vraiment réelle? Il semble que l on puisse répondre par l affirmative si l on se réfère aux données du registre nord-américain entre 1965 et 26 portant à la fois sur les sujets jeunes (entre 45 et 64 ans) et plus âgés (> 65 ans) (figure 2). Ces tendances favorables sont probablement à mettre sur le compte de plusieurs facteurs. Une prévention secondaire médicamenteuse plus optimale et une correction plus drastique et plus large des facteurs de risque (HTA, cholestérol et tabac) ont été déterminantes. Dans l État du Minnesota, la proportion de patients (entre 65 et 74 ans) consommant des statines est passée de 22 à 27 % entre Décès en milliers (barres) Décès par 1 (ligne) Figure 1. Taux de décès sur les maladies cardiovasculaires aux États-Unis entre 1979 et STV, vol. 22, n 4, avril

5 16 14 Sujets de plus de 65 ans Sujets entre 45 et 64 ans Copyright 217 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de le 5/2/ Année aussi à long terme. Il faut suivre de près ces tendances favorables afin de voir si elles se confirment dans le futur compte tenu d une progression de l obésité et de la prévalence du diabète, afin de ne pas voir ces courbes s inverser dans 2 ans! Si ces progrès se confirment, il faudra redéfinir les besoins sanitaires (ainsi que leur répartition) en matière de prise en charge de la maladie coronaire Figure 2. Taux dêhospitalisation pour infarctus du myocarde aux États-Unis entre 1965 et et 27, et le taux de tabagisme a été réduit de 42,4 % à 19,8 % dans cette tranche d âge de la population. La prise en charge agressive des syndromes coronaires aigus (stratégies antithrombotiques à la fois plus efficaces et plus sûres, notamment en termes de risque hémorragique et de stratégies optimisées de reperfusion en phase aiguë) a été en partie responsable de la réduction de mortalité à la fois à court mais Références 1. Chen J, Normand SLT, Wang Y, et al. Recent declines in hospitalizations for acute myocardial infarction for medicare fee-for-service beneficiaries. Progress and continuing challenges. Circulation 21 ; 121 : Luepker RV, Berger AK. Is myocardial infarction disappearing? Circulation 21 ; 121 : STV, vol. 22, n 4, avril 21

L étude ADVANCE : méthodologie et résultats

L étude ADVANCE : méthodologie et résultats MISE AU POINT Hypertension artérielle et diabète Le diabétique : un patient à haut risque cardiovasculaire et rénal F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Etude ADVANCE : méthodologie et résultats Quels

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Épidémiologie cardiovasculaire

Épidémiologie cardiovasculaire Épidémiologie cardiovasculaire Epidémiologie Variation géographique: Taux de mortalité par accidents coronariens: Grande disparité Gradient nord sud: En Europe Dans le pays Prédominance dans les pays industrialisés

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé?

Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé? Faut-il prendre en charge l hypertension du sujet très âgé? DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES Evolution de la PA avec l âge La systolique augmente avec l âge La diastolique augmente jusqu à 60 ans puis se stabilise

Plus en détail

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique?

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? Congrès American College of Cardiology Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Lipides et diabète 1. Une dyslipidémie athérogène Les diabétiques de type

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

AVC Une maladie hétérogène

AVC Une maladie hétérogène AVC Une maladie hétérogène Pr. Jean-Louis MAS Journée Recherche et Santé AVC: de la clinique à la physiopathologie Paris, 24 novembre 2015 AVC: une maladie hétérogène Hémorragie méningée 5% 80% Infarctus

Plus en détail

51 e CONGRES DE L A.M.U.B.

51 e CONGRES DE L A.M.U.B. 51 e CONGRES DE L A.M.U.B. Traitement hypolipémiant en Gériatrie. Dr. E. SCHILS Gériatre Service de Gériatrie C.H.U. TIVOLI Session Actualités diagnostiques et thérapeutiques. Modérateurs : Drs A. FIRKET,

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Bande annonce ARTE Donc, 5 visiteurs sur 6 n ont visionné que la version négationniste Discours habituel du Dr De Lorgeril Le lundi 29 mars 2010 à 01:29, par Mario Desaulniers Bonjour M. de Lorgeril,

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

Revue critique du traitement de l hypertension artérielle chez le sujet âgé

Revue critique du traitement de l hypertension artérielle chez le sujet âgé Revue critique du traitement de l hypertension artérielle chez le sujet âgé Pr Xavier Girerd Pôle d Endocrinologie Unité de Prévention Cardio-Vasculaire Hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris Université

Plus en détail

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 M.Sakouhi (1), L.Bendaoud (2), A.Nadji (3), F.Z.Bengoreine (3). B.Boumesjed (4) (1) Service endocrinologie-diabétologie,

Plus en détail

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 2005 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude FIELD : un fibrate ou une statine pour la prise en charge de la dyslipidémie des diabétiques de type 2? Le diabétique

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu :

Parmi les dosages biologiques qui avaient été réalisés, on a retenu : Cas clinique relatif au module 9. Une femme de 56 ans est suivie pour Une hypertension artérielle évoluant depuis 10 ans, Un diabète de type II depuis sept ans. Son traitement médicamenteux habituel associe

Plus en détail

Epreuves Classantes Nationales Epreuve de Lecture Critique d Article MAI 2014

Epreuves Classantes Nationales Epreuve de Lecture Critique d Article MAI 2014 Epreuves Classantes Nationales Epreuve de Lecture Critique d Article MAI 04 Correction proposée par Karine Lacut Diminution rapide de la pression artérielle chez des patients présentant une hémorragie

Plus en détail

HTA du sujet âgé. Absence de lien d intérêt 8 ème Journée de cardiologie du 9 Juin Pr Eric Cailliez

HTA du sujet âgé. Absence de lien d intérêt 8 ème Journée de cardiologie du 9 Juin Pr Eric Cailliez HTA du sujet âgé Absence de lien d intérêt 8 ème Journée de cardiologie du 9 Juin 2016 Épidémiologie Prévalence de l HTA augmente avec l âge 70 % des sujets de plus de 80 ans sont hypertendus En France,

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

SYNDROME CORONARIEN AIGU. Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail

SYNDROME CORONARIEN AIGU. Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail SYNDROME CORONARIEN AIGU Un enjeu majeur de santé publique et de santé au travail 400 morts / jour = 147 000 morts / an 1 ère cause de mortalité chez les femmes et les + de 65 ans 2 millions de français

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Les nouveaux produits cardiovasculaires mis sur le marché. Professeur Atul PATHAK UF de Pharmacologie Cardiovasculaire et Autonome

Les nouveaux produits cardiovasculaires mis sur le marché. Professeur Atul PATHAK UF de Pharmacologie Cardiovasculaire et Autonome Les nouveaux produits cardiovasculaires mis sur le marché Professeur Atul PATHAK UF de Pharmacologie Cardiovasculaire et Autonome En complément De la lecture du BIP Des ASMR De la publication de certains

Plus en détail

APNET Corrigé LCA Janvier 2013

APNET Corrigé LCA Janvier 2013 APNET Corrigé LCA Janvier 0 Principaux items testés : Module ; Item 69 : l évaluation thérapeutique et les niveaux de preuve Module 9 ; item 0 : Hypertension artérielle de l adulte. Question Une stratégie

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Les différents traitements et interventions sur le RCV Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Traitements médicamenteux De l HTA Pour qui? C t? Du Diabète Comment?

Plus en détail

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS?

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? S. DEGHIMA, S. AOUICHE, K. MEZEGHRANI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ZENATI, N. ALOUI, R. HANNACHI, A.BOUDIBA.

Plus en détail

Y a-t-il un risque néoplasique des médicaments cardio-vasculaires?

Y a-t-il un risque néoplasique des médicaments cardio-vasculaires? Y a-t-il un risque néoplasique des médicaments cardio-vasculaires? Dr Benoît Rousseau, CCA Pharmacologie Clinique Oncologie médicale Hôpital Henri Mondor, APHP INSERM U955 Equipe 18 Nicolas Mignot, Isabelle

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ADULTES ATTEINTS D HTA ESSENTIELLE HAS 2005 La prise en charge du patient hypertendu repose à la fois sur les valeurs de la pression artérielle et sur le niveau de risque cardiovasculaire

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 23 juillet 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 23 juillet 2003 COZAAR 50 mg, comprimé enrobé sécable (B/28 ; B/50) COZAAR 100 mg, comprimé enrobé sécable (B/28 ; B/50) Laboratoires

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 16 mai 2001 (JO du 11 octobre 2001) ASASANTINE LP 200mg/25mg, gélule

Plus en détail

Au cours des années , le nombre annuel moyen de décès par cardiopathies ischémiques en Wallonie est de : 134 hommes et 93 femmes.

Au cours des années , le nombre annuel moyen de décès par cardiopathies ischémiques en Wallonie est de : 134 hommes et 93 femmes. Cardiopathies ischémiques Définition Les facteurs de risque des cardiopathies ischémiques (lésion des artères coronariennes) sont divers et peuvent se cumuler. Comme pour l ensemble des maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

Enseignement de la cardiologie DCEM 2 Lyon-Est Année universitaire

Enseignement de la cardiologie DCEM 2 Lyon-Est Année universitaire Enseignement de la cardiologie DCEM 2 Lyon-Est Année universitaire 2011-2012 Enseignants de la pathologie cardio-vasculaire à Lyon-Est Pr André-Fouët Pr Bozio Pr Chevalier Pr Delahaye (coordonateur) Pr

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire?

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire? Cas clinique n 2 Cas clinique N 2 Anne Wojtusciszyn CCA Maladies Endocriniennes CHU Lapeyronie Monsieur P. 72 ans, artisan à la retraite, vous consulte. Il vient d être dêtre grand père et voudrait se

Plus en détail

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU Grenoble 14es Assises du CNCHG, Paris, 2008 PAS

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HTA Ce qu il ne faut pas oublier. EL MENIA 2 Mai 2009

TRAITEMENT DE L HTA Ce qu il ne faut pas oublier. EL MENIA 2 Mai 2009 TRAITEMENT DE L HTA Ce qu il ne faut pas oublier Professeur M.TEMMAR Centre de Cardiologie le Télomère Ghardaia EL MENIA 2 Mai 2009 Significant regional differences in prevalence emerged SOUTH- EAST; 39,5

Plus en détail

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie Conséquences métaboliques de l hormonothérapie Dr Beuzeboc Institut Curie Cancer de prostate. Effets secondaires de la déprivation androgénique (ADT) Ostéoporose Modification corporelle Conséquences de

Plus en détail

URGENCES HYPERTENSIVES

URGENCES HYPERTENSIVES Touggourt le 08 /01/2016 URGENCES HYPERTENSIVES Formation intensive en hypertensiologie Touggourt 24-25-26 Décembre 2015 07-08-09 Janvier 2016 Facebook: Docteurbenaouda INDICATIONS SPECIFIQUES Accident

Plus en détail

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Secrétaire Général de la Société Française de Cardiologie Service de Cardiologie B, CHU de Toulouse 2 cet intervenant : a déclaré n avoir aucun lien

Plus en détail

Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol?

Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol? Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol? Auteurs : Caroline Huas, Rémy Boussageon, Denis Pouchain Résumé de la table ronde (durée 2h) par Aurélien Vandenameel et Maxence Stettner Objectifs : Présenter

Plus en détail

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot

Pr. Philippe ZERR Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Pr. Philippe ZERR docteurzerr@gmail.com Médecin généraliste Levallois-Perret Professeur associé au Département de medecine générale Paris-Diderot Tous droits réservés D.Rozenbaum, P.Zerr Dr David ROSENBAUM

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 6 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 6 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 6 novembre 2002 TAHOR 80 mg, comprimé Boîte de 28 et 50 Laboratoires PFIZER Atorvastatine Liste I Date de l'amm : 9 octobre 2000

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Dr Lotfi Boudali 27/11/2013 Chef pôle produits cardiovasculaire, thrombose, métabolisme et obésité Direction des médicaments en cardiologie,

Plus en détail

Optimisation du traitement antihypertenseur

Optimisation du traitement antihypertenseur Optimisation du traitement antihypertenseur Rappel d éd études importantes Mode d action d des produits Bien fondé des associations Cas particuliers Les recommandations Hypertension Optimal Treatment International

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 06 juin 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 06 juin 2007 PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés B/28 (CIP 347 945.7) B/50 (347 946.3) PLAVIX 75 mg, comprimés pelliculés sous plaquette thermoformées B/28 (CIP 350 644.4)

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2005 ; 17, n 7 : 390 7 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.204.175

Plus en détail

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres?

Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vous Votre patient Quel pourcentage de malchance de toucher les verres? Vide Enfermement Feu Gravité Vulnérabilité Incertitudes Craintes Comment passer d une conception scientifique à une appropriation

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

Nutrition et pression artérielle. Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003

Nutrition et pression artérielle. Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003 Nutrition et pression artérielle Pr Thierry Pepersack Hôpital Erasme, Bruxelles La gérontologie au quotidien 24 janvier 2003 Framingham Study Blood pressure and age BP (mmhg) 160 150 Systolic BP 140 130

Plus en détail

ATACAND 4 mg, 8 mg et 16 mg, comprimé sécable Rapport public d évaluation (avril 2006)

ATACAND 4 mg, 8 mg et 16 mg, comprimé sécable Rapport public d évaluation (avril 2006) ATACAND 4 mg, 8 mg et 16 mg, comprimé sécable Rapport public d évaluation (avril 2006) INTRODUCTION Le 23 mai 2005, sur la base des résultats des études CHARM-Alternative et CHARM-Added, une extension

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016

PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE CORONAIRE STABLE DOCTEUR JEAN PIERRE NGUYEN HUU SFTG FÉVRIER 2016 Au cours des vingt dernières années, la mortalité cardiovasculaire a considérablement baissé dans les pays

Plus en détail

Facteurs de risque cardiovasculaire

Facteurs de risque cardiovasculaire Facteurs de risque cardiovasculaire 20/11/2008 Dr STIN Caroline Définition Un facteur de risque cardio-vasculaire se définit comme un facteur pour lequel l exposition d une personne à ce facteur augmente

Plus en détail

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme

Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Cas pratique Session 1 Cardiologie et métabolisme Une femme qui veut améliorer son hygiène de vie... Alain Wajman Things we knew, things we did Things we have learnt, things we should do 2 Vidéo Françoise

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE Bernard CHAMONTIN Service de Médecine Interne et Hypertension Artérielle Pole Cardiovasculaire et Metabolique CHU Rangueil TOULOUSE Toulouse le 27 mai 2011 Women s

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail

LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE

LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE LE PATIENT HYPERTENDU EN MÉDECINE GÉNÉRALE BUM : HTA Introduction Le contexte : l HTA c est : Une prévalence extrêmement élevée Une préoccupation de soins primaires

Plus en détail

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN

DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN DÉPISTAGE DES HYPERCHOLESTÉROLÉMIES CHEZ LES ADULTES EN PRÉVENTION PRIMAIRE I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. III. SOURCE Recommandations ANAES : «Modalités de

Plus en détail

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Risque relatif de mortalité induit par une MC (maladie coronarienn Risque relatif de mortalité induit par une MC 5 4.5 4 3.5 3 2.5 2 1.5 1 0.5

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel)

Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel) Un nouveau regard sur les stratégies antihypertensives (le risque résiduel) Pr P. Lantelme Lyon L HTA : Un facteur de risque cardio-vasculaire majeur Lewington et al. 22 1 L HTA : Les succès de la prise

Plus en détail

L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2

L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2 L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2 par Manuel Dolz Décembre 2016 Mohammedi K, et al ; ADVANCE Collaborative

Plus en détail

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque?

CAS N 1. données ci-dessus. Quelle stratégie thérapeutique en découle? préconisez-vous pour réduire ce risque? CAS N 1 Monsieur Henri T, 57 ans, vient pour contrôler sa TA. En effet, celle-ci a déjà été mesurée à 3 reprises à la médecine du travail et par vous-même à 155/90 dans les 3 mois précédents. Il fume 5

Plus en détail

Annexe III Amendements à apporter aux résumés des caractéristiques du produit et aux notices

Annexe III Amendements à apporter aux résumés des caractéristiques du produit et aux notices Annexe III Amendements à apporter aux résumés des caractéristiques du produit et aux notices Note: Les présentes modifications du résumé des caractéristiques du produit et de l étiquetage sont valides

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU

HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU HYPERTENSION ARTERIELLE : PRISE EN CHARGE INITIALE DU PATIENT HYPERTENDU ÂGÉ DE MOINS DE 65 ANS ET NON DIABÉTIQUE I. PROMOTEUR Agence Nationale d Accréditation et d Évaluation en Santé. II. SOURCE Recommandations

Plus en détail

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global ANAES Septembre 2004 Prédire le Risque Cardio-Vasculiare global pour les sujets qui n ont aucune pathologie cardiovasculaire cliniquement exprimée

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE

PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE PRISE EN CHARGE DE L HYPERTENSION ARTERIELLE QUELLES NOUVEAUTES EN 2013? Dr Olivier DUBREUIL Hôpital st Luc St Joseph LYON Premières recommandations ESC en 2003 Secondes recommandations ESC en 2007 Mise

Plus en détail

Risque cardiovasculaire. Infection par le VIH

Risque cardiovasculaire. Infection par le VIH Risque cardiovasculaire Infection par le VIH Risque cardiovasculaire Le risque cardiovasculaire fait référence à une probabilité de survenue d un événement cardiovasculaire, défini par (1) : - une maladie

Plus en détail

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Introduction Bien que les statines aient

Plus en détail

Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en France, Royaume-Uni, Pologne, Canada et Singapour.

Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en France, Royaume-Uni, Pologne, Canada et Singapour. Sensibilisation des médecins généralistes au Syndrome métabolique, en, Royaume-Uni,, et February 2004-1 Fréquence de l évaluation des risques cardiovasculaires Q1 : dans votre pratique quotidienne, sur

Plus en détail

Education thérapeutique après un infarctus du myocarde

Education thérapeutique après un infarctus du myocarde UNITE DE PREVENTION SECONDAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DANS LES LANDES Expérience d une équipe soignante dans les Landes Education thérapeutique après un infarctus du myocarde UNITE DE PREVENTION

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA HTA (1) PAS >= 140 mmhg et/ou PAD >= 90 mmhg, au cabinet et confirmée, 2 mesures par consultation, au cours de 3 consultations en 3 à 6 mois (hors diabète ou insuffisance rénale, HTA si >= 130/80). HTA

Plus en détail

Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international

Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international Janvier 2013 José Labarère 1. Quel est l objectif de cette étude? Comparer

Plus en détail

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 2008 2014 Mortalité CV:30% 29% Cas cliniques: prise en charge identique? PF, un cadre d entreprise,

Plus en détail

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (actualisation) Recommandations de bonne pratique (synthèse)

Traitement médicamenteux du diabète de type 2 (actualisation) Recommandations de bonne pratique (synthèse) Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2007 ; 19, n 3 : 152-9 Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.205.197 le 11/08/2017. Traitement médicamenteux du diabète de

Plus en détail

Evaluation par classe des médicaments antihypertenseurs

Evaluation par classe des médicaments antihypertenseurs EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Evaluation par classe des médicaments antihypertenseurs Synthèse Mars 2013 Service de l évaluation économique et de la santé publique Service

Plus en détail

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer?

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Médecins de Famille Genève 3 avril 2014 Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Dr Cédric Vuille Nyon et Service de Cardiologie, HUG Cas clinique Patient asymptomatique de 65 ans. HTA à 140/90 sous

Plus en détail

Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN

Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN Epidémiologie des Accidents Vasculaires Cérébraux CHU TLEMCEN 2011-2012 Dr S. BENBEKHTI Epidémiologiste Service de Prévention Générale Direction de Santé et Population Wilaya de TLEMCEN E-mail: samira_med2010@hotmail.fr

Plus en détail

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011?

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011? Un homme de 55 ans vous consulte pour un bilan de santé. Aucune plainte. Connu pour une hypertension artérielle traitée par lisinopril et thiazide. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio-

Plus en détail

Bulletin épidémiologique hebdomadaire Journée mondiale du diabète, 10 Novembre 2015

Bulletin épidémiologique hebdomadaire Journée mondiale du diabète, 10 Novembre 2015 Bulletin épidémiologique hebdomadaire Journée mondiale du diabète, 10 Novembre 2015 Coordination scientifique : Sandrine Fosse Edorh Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France Suivi du diabète

Plus en détail

EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI

EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI EVALUATION de la Fonction Rénale Cockroft MDRD ou CKD/EPI COCKROFT GAULT HOMME 1.23 x poids x 140 âge / créatininémie (µmols/litre) FEMME 1.04 x poids x 140 âge / créatininémie (µmols/litre) MDRD LA MOINS

Plus en détail

Les recommandations de prévention cardiovasculaire

Les recommandations de prévention cardiovasculaire MISE AU POINT Risque cardiovasculaire Histoire naturelle de la rupture de plaque Impact des lipoprotéines athérogènes sur les composants cellulaires de la paroi artérielle K. WAHBI, C. SPAULDING Service

Plus en détail

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI DIABÈTE DE TYPE 2 : ETUDES D INTENSIFICATION conséquences pratiques Dr (Mougins) J ai entendu dire que trop baisser la glycémie était dangereux chez le diabétique de type 2!!!!???? Contrôle g glycémique:

Plus en détail

L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de

L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de L infarctus du myocarde est enfin reconnu dans sa réalité et dans ses critères diagnostiques par la 3 ème conférence de consensus qui définit de façon universelle l infarctus du myocarde. «L infarctus

Plus en détail

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie Démences et dyslipidémies Epidémiologie Démences et dyslipidémies: plan Epidémiologie -Cholestérol et risque de MA: 3 -Apport de graisses et MA: 4 -HDL bas et LDL élevé et risque de MA: 4 -ApoA1 et MA:

Plus en détail

BLOOD PRESSURE CANADA PRESSION ARTÉRIELLE CANADA

BLOOD PRESSURE CANADA PRESSION ARTÉRIELLE CANADA 2009 BLOOD PRESSURE CANADA PRESSION ARTÉRIELLE CANADA 1 Programme éducatif canadien sur l hypertension Recommandations 2008 2 Qu est-ce que la pression artérielle? La pression artérielle est la force exercée

Plus en détail

Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients)

Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients) Évaluation de la prise en charge des patients diabétiques de type 2 en ambulatoire (à propos de 318 patients) S. DEGHIMA, S. AOUICHE, N. ZENATI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ALOUI, K. MEZEGHRANI, R.

Plus en détail