Intégrer. 1 Espace mesuré. 1.2 Tribu engendré, tribu borélienne. 1.1 Espace mesurable. 1.3 Fonctions mesurables. Université de Strasbourg

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intégrer. 1 Espace mesuré. 1.2 Tribu engendré, tribu borélienne. 1.1 Espace mesurable. 1.3 Fonctions mesurables. Université de Strasbourg"

Transcription

1 Uiversité de Strasbourg M1 Aalyse foctioelle (S1) O. Guichard. Itégrer 1 space mesuré Nous traitos ici l itégratio das le formalisme des mesures et des espaces mesurées qui itervieet aussi e probabilité. La présetatio suivate est proche de celle du livre de Rudi Real ad Complex Aalysis et certaies démostratios serot omises. 1.1 space mesurable Soit u esemble. Défiitio. Ue σ-algèbre ou ue tribu sur est ue partie M de P() (i.e. ue famille de sous-esembles de ) vérifiat les propriétés suivates 1. M ; 2. pour tout A M, le complémetaire de A das appartiet à M : A c = A M ; 3. pour toute suite (A ) N d élémets de M, la réuio N A est das M. Les élémets de M sot appelés esembles mesurables. La paire (, M) est appelée espace mesurable. Remarque. Parfois l o dit simplemet que est u espace mesurable, la tribu M état sous-etedue. Il serait plus avisé e fait de dire M est u espace mesurable puisque est détermié par M (c est so plus grad élémet). Das (presque) toute la suite de ce texte, est u espace mesurable fixé. La préfixe sigma (σ) est traditioellemet utilisé pour désiger la propriété de stabilité par uio déombrable ; o appelle parfois algèbre ue famille de sous-esembles stable par passage au complémetaire et par réuio fiie. O otera que = c appartiet toujours à M et que M est aussi stable par itersectio déombrable puisque N A = N A c. À ce stade, il est pas iutile de rappeller la défiitio d ue topologie sur : Défiitio. Ue famille τ P() de parties de est ue topologie si 1. τ est pas vide ; 2. τ est stable par itersectio fiie ; 3. τ est stable par réuio quelcoque. xemple. M = {, } est ue tribu ; M = P() est ue tribu. Si est u esemble, alors M = {A P() A ou A c est fii ou déombrable} est ue tribu. Si est u esemble ifii, alors M = {A P() A ou A c est fii} est pas ue tribu. Si {M i } i I est ue famille de tribus, alors M = i I M i est ue tribu (u esemble A appartiet à M si et seulemet si, pour tout i I, A appartiet à M i ). 1.2 Tribu egedré, tribu boréliee Si ue famille de sous-esembles est doée, il existe ue plus petite tribu la coteat cette famille : Lemme 1. Soiet u esemble et A P() ue famille de sous-esembles de. Il existe alors ue plus petite tribu M A coteat A ; o parle alors de la tribu egedrée par A. Remarque. O peut décrire explicitemet les élémets de M A mais ce est pas très facile (i très utile). Démostratio. La famille Z ( P(P( ))) des tribus coteat A est pas vide, car P() Z. L itersectio M A = M Z M est ue tribu (voir le derier exemple plus haut) qui cotiet A ; c est doc la plus petite tribu coteat A. Ce lemme permet de défiir des tribus. U exemple importat est la : Défiitio. Soit (, τ) u espace topologique. La tribu boréliee de (, τ) est la tribu M τ egedrée par la famille τ. Les élémets de M τ sot appelés les borélies ou sous-esembles borélies. 1.3 Foctios mesurables Défiitio. Soiet (, M) u espace mesurable, (, τ) u espace topologique et f : ue foctio de das. La foctio f est dite mesurable si, pour tout ouvert U, f 1 (U) est mesurable. Lorsqu il sera écessaire de préciser la tribu, o écrira que f est M-mesurable. O cosidérera o seulemet des foctios à valeurs réelles mais aussi des foctios à valeurs das = R = [, + ] la droite achevée. R est u espace topologique compact homéomorphe à l itervalle [0, 1]. Lemme 2. Soiet u espace mesurable, et Z deux espaces topologiques et f :, g : Z deux foctios. Si f est mesurable et g est cotiue, alors g f est mesurable. Plus gééralemet : Lemme 3. Soiet u, v deux foctios réelles mesurables sur u espace mesurable et Φ : R R ue foctio cotiue das u espace topologique. Alors la foctio h : défiie par est mesurable. h(u) = Φ(u(x), v(x)) x, 1

2 xemple. Ue foctio f = u + iv : C est mesurable si et seulemet si u et v sot mesurables. Alors f est mesurable. et il existe ue foctio α : C telle que α = 1 et f = α f. La foctio caractéristique 1 d u sous-esemble est mesurable si et seulemet si est mesurable. La somme et le produit de foctios complexes mesurables sot mesurables. Remarque. Lorsque est u espace topologique et est mui de la tribu boréliee, o parlera alors de foctios boréliees plutôt que de foctios mesurables. Lemme 4. u espace mesurable, et Z deux espaces topologiques et f :, g : Z deux foctios. Si f est mesurable et g est boréliee, alors g f est mesurable. Lemme 5. Soiet u espace mesurable, u espace topologique et f : ue foctio. Si f est mesurable, pour tout esemble borélie, f 1 () est mesurable. Si = R = [, + ], alors f est mesurable si et seulemet si, pour tout α R, f 1 (]α, + ]) est mesurable. Le résultat suivat motre qu il va être difficile de costruire des foctios qui e sot pas mesurables. Théorème 6. Soit (f ) N ue suite de foctios mesurables [, + ], alors les foctios g et h, défiies par, pour tout x g(x) = sup f (x), sot mesurables. h(x) = lim sup f (x), Remarque. Quad est-ce qu ue bore supérieure existe? Il est parfois difficile de répodre correctemet à cette questio. O peut toujours défiir la bore supérieure sup [, + ] d u sous-esemble R (quel est l esemble tel que sup =?). Il est tout de même de bo to de savoir à quelles coditios sur la bore supérieure sup est u réel (i.e. i, i + ). Corollaire 7. Ue limite simple de foctios complexes mesurables est mesurable. Si f, g : R sot deux foctios mesurables, alors max{f, g} et mi{f, g} sot mesurables. particulier sot mesurables. f + = max{f, 0}, f = mi{f, 0} Remarque. Les foctios f + et f sot appelées respectivemet partie positive et partie égative de f. (La termiologie peut paraître bizarre puisque la partie égative est ue foctio positive). C est la seule paire de foctios positives telle que f = f + + f et f = f + f. Lemme 8. Si f = g h avec g 0 et h 0 alors f + g et f h. 1.4 Foctios simples Défiitio. Ue foctio s : R est dite simple si elle e pred qu u ombre fii de valeurs. (O peut étedre la défiitio aux foctios de ). Si {α 1,..., α } = s() {0} est l esemble des valeurs o ulles prises par s, alors s = α i 1 Ai, i=1 où, pour i = 1,...,, A i = {x s(x) = α i }. La foctio s est mesurable si et seulemet si, pour tout i = 1,...,, l esemble A i est mesurable. Théorème 9. Soit f : [0, + ] ue foctio mesurable. Il existe alors ue suite croissate (s ) N de foctios simples et mesurables [0, + [ covergeat simplemet vers f (i.e. x, f(x) = lim s (x)). Démostratio. Pour tout N, posos φ : [0, + ] R égale à 4 1 i=0 i2 1 [i2,(i+1)2 [+2 1 [2,+ ] et s = φ f, s est ue foctio simple. Comme φ est boréliee et f est mesurable, s est mesurable. Pour tout t [0, + ], la suite (φ (t)) N est croissate et ted vers t. O e coclut que la suite (s ) N est croissate et coverge simplemet vers f. 1.5 Mesures Défiitio. Soit (, M) u espace mesurable. Ue mesure sur (, M) est ue foctio µ : M [0, + ] vérifiat la propriété suivate : pour toute suite (H ) N d élémets de M deux à deux disjoits l o a µ ( ) H = µ(h ). N N O dit alors que (, M, µ) est u espace mesuré. Autremet dit, µ est déombrablemet additive. Parfois, il est aussi demadé l existece d au mois u esemble A M dot la mesure µ(a) est < +, e effet, avec la défiitio ci-dessus, la foctio costate égale à + est ue mesure. O parle de la mesure triviale et l o s itéressera seulemet à des mesures o triviales. Remarque. Il est écessaire d autoriser la valeur + pour les mesures (par exemple pour la mesure de Lebesgue sur R). O dit aussi parfois que est u espace mesuré la tribu M et la mesure µ état sous-etedues (il serait plus avisé de dire µ est u espace mesuré, e effet ue foctio détermie so esemble de défiitio doc M est détermié et par suite aussi). xemple. (mesure de comptage) Sur M = P(), o peut défiir µ par µ(a) = #A si A est fii et µ(a) = + si A est ifii. La même formule défiit ue mesure sur M = {A A ou A c est fii ou déombrable} et même sur importe quelle tribu. Plus gééralemet, si f : [0, + ] est ue foctio, o peut défiir µ(a) = a A f(a), état etedu que la somme de cette série est + dès qu elle est divergete. 2

3 Si x 0, la foctio défiie par µ() = 1 si x 0 et µ() = 0 si x 0 / est ue mesure. Si = R mui de la tribu boréliee, la mesure de Lebesgue est la seule mesure sur telle que, pour tout pavé A = i=1 [a i, a i + l i ], µ(a) = i=1 l i. (Il est pas évidet de démotrer so existece, il y a d autres caractérisatios de la mesure de Lebesgue.) 1.6 Premières propriétés Théorème 10. Soit µ : M [0, + ] ue mesure. 1. Pour tout N et quels que soiet A 0,..., A das M deux à deux disjoits, µ(a 0 A ) = µ(a 0 ) + + µ(a ). 2. Si (A ) N est ue suite croissate (i.e., A A +1 ) d élémets de M et si A = N A, alors µ(a) = lim µ(a ). 3. Si (A ) N est ue suite décroissate (i.e., A A +1 ) d élémets de M, si A = N A et si µ(a 1 ) < +, alors µ(a) = lim µ(a ). 2 Itégrer les foctios 2.1 Itégrer les foctios simples positives Si s : [0, + ] est ue foctio simple et mesurable, i.e. s = i=1 α i1 Ai avec N, α 1,..., α das [0, + ] deux à deux disticts et A 1,..., A sot mesurables et deux à deux disjoits. Pour tout esemble mesurable, l o défiit l itégrale de s sur et l o ote sdµ la quatité sdµ = α i µ( A i ). i=1 Il se peut que, das cette derière formule, l u des α i ou l u des µ( A i ) soit égal à +. Il faut alors se fixer des covetios pour les produits das [0, + ], elles sot dictées par les pricipes suivats : l itégrale de la foctio costate égale à + sur u esemble vaut + sauf si cet esemble est de mesure ulle auquel cas cet itégrale vaut 0 et l itégrale d ue foctio costate égale à c [0, + [ sur u esemble de mesure égale à + vaut + sauf si c = 0 auquel cas cet itégrale est ulle. Précisémet, pour tout x ]0, + ], o pose 0 x = x 0 = 0, (+ ) x = x (+ ) = +. Si s et t sot deux foctios simples, mesurables et positives, alors (s + t)dµ = sdµ + tdµ (voir la feuille d exercices). 2.2 Itégrer les foctios positives Soit maiteat f : [0, + ] ue foctio mesurable, o défiit, pour tout mesurable, l itégrale de f sur par fdµ = sup sdµ où la bore supérieure est prise sur l esemble des foctios s positives, simples, mesurables et f. Notos que si f est ue foctio simple, cette défiitio coïcide avec celle du paragraphe précédet puisque f appartiet à l esemble sur lequel la bore supérieure est prise et que pour tout s das cet esemble sdµ fdµ. Lemme 11. Si f et g sot des foctios mesurables et positives l o a si f g alors fdµ gdµ si A B sot deux esembles mesurables, A fdµ B fdµ si c R +, (cf)dµ = c fdµ. si, pour tout x, f(x) = 0, alors fdµ = 0. si µ() = 0, alors fdµ = 0. fdµ = 1 fdµ Remarque. Lorsqu il est écessaire de doer u om à la varialbe d itégratio, o pourra écrire f(x)dµ(x). 2.3 Le théorème de covergece mootoe Il est parfois appelé théorème de Lebesgue de covergece mootoe. C est le résultat suivat. Théorème 12. Soiet (f ) N ue suite croissate de foctios mesurables [0, + ] et soit f = lim f (i.e. x, 0 f 0 (x) f 1 (x) f (x) f +1 (x) et f(x) = lim f (x)). Alors f est mesurable et lim f dµ = fdµ. Démostratio. Par le théorème 6, f est mesurable. Comme, pour tout N, f f +1, aussi f dµ f +1dµ et la suite ( f dµ) N est croissate et sa limite das [0, + ] est otée α. Puisque, pour tout, f f, l o a f dµ fdµ et, e passat à la limite, α fdµ. Soit maiteat s f ue foctio simple, positive et mesurable et soit c u réel etre 0 et 1 : 0 < c < 1. Pour tout N, posos = {x f (x) cs(x)}. C est u esemble mesurable car f et s sot mesurables. La suite (f ) état croissate, la suite ( ) est aussi croissate : 0 1. Comme (f ) coverge vers f, l o a = N. Aussi, pour tout, f dµ f dµ c sdµ. passat à la limite et e utilisat les propriétés de mootoicité de la mesure (théorème 10) o trouve α c sdµ. Comme cette propriété est valable pour tout c < 1, o trouve α sdµ. 3

4 utilisat maiteat la défiitio de l itégrale de f comme bore supérieure, ceci implique α fdµ. Ce qui implique l égalité recherchée. Traduisos ce résultat e termes de séries de foctios et de leurs itégrales. Corollaire 13. Soit (g ) N ue suite de foctios mesurables et positives [0, + ], alors ( ) g dµ = g dµ. N N 2.4 Le lemme de Fatou C est aussi u résultat sur les limites des itégrales cepedat sas égalité cette fois-ci. Théorème 14. Soit (f ) N ue suite de foctios [0, + ] mesurables, alors ( lim if ) f dµ lim if f dµ. Démostratio. Pour tout etier k, posos, pour tout x, g k (x) = if k f (x). Pour tout k N, la foctio g k est mesurable et, pour tout k, g kdµ f dµ, doc g kdµ if k f dµ lim if f dµ. La suite (g k ) k N est croissate de limite lim if f. Le théorème de covergece mootoe doe (lim if f )dµ = lim k g kdµ et les majoratios ci-dessus impliquet lim k g kdµ lim if f dµ. Théorème 15. Soiet (, M, µ) u espace mesuré et f : [0, + ] ue foctio mesurable. La foctio ϕ : M [0, + ] défiie par, pour tout M, ϕ() = fdµ, est ue mesure. De plus, pour tout g : [0, + ] mesurable, l o a gdϕ = gfdµ. O écrit parfois la secode coclusio de ce théorème dϕ = f dµ. Le théorème de Rado-Nikodym doe ue coditio écessaire et suffisate sur ϕ pour qu il existe ue foctio mesurable f pour laquelle dϕ = fdµ. 2.5 Itégrer les foctios complexes Comme plus haut (, M, µ) est u espace mesuré fixé. Défiitio. O désige par L 1 C (µ), ou parfois L1 (µ), l esemble des foctios f : C mesurables et telles que f dµ <. O dit alors que f est itégrable ou itégrable au ses de Lebesgue. La otatio L 1 () est aussi utilisée. L esemble des foctios réelles itégrables sera otée L 1 R (µ). L itégrale des foctios itégrables est défiie e utilisat la décompositio e parties réelles et imagiaires et la décompositio e parties positives et égatives. Défiitio. Soit f L 1 C (µ) et soiet u et v la partie réelle et la partie imagiaire de f, o pose fdµ = u + dµ u dµ + i v + dµ i v dµ. (Rappelos que u + = max{u, 0}, u = ( u) +.) Remarque. Comme les 4 foctios positives u +, u, v + et v sot majorées par f, les 4 itégrales de foctios positives iterveat das cette défiitio sot des ombres réelles (i.e. < ) et la somme de la défiitio est u ombre complexe bie défii. Théorème 16. L esemble L 1 C (µ) est u sous-espace vectoriel de C, l applicatio L 1 C (µ) C; f fdµ est ue forme liéaire. Aussi, pour tout f L 1 C (µ), fdµ f dµ. 2.6 Le théorème de covergece domiée C est, avec le théorème de covergece mootoe et le lemme de Fatou, l u des outils les plus importats e itégratio. Théorème 17. Soiet (f ) N ue suite de foctios complexes mesurables covergeat simplemet vers ue foctio f. O suppose qu il existe ue foctio g : [0, + ] mesurable et d itégrale fiie gdµ < telle que, pour tout, f g. Alors la foctio f et toutes les foctios f, N, sot das L 1 C (µ) et lim f f dµ = 0, lim f dµ = fdµ. Démostratio. La foctio f est mesurable car limite simple de foctios mesurables. Les majoratios f g, N, etraîet que, pour tout N, f est itégrable et que f g doc que f est aussi itégrable. Appliquos le lemme de Fatou à la suite de foctios positives et mesurables (2g f f ) qui coverge vers 2g, il viet ( 2gdµ lim if 2g f f ) dµ = 2gdµ lim sup f f dµ. Ceci implique lim sup f f dµ = 0, et doc que la suite réelle positive ( f f dµ) N coverge vers 0. Les majoratios f dµ fdµ f f dµ motret esuite la covergece de la suite ( f dµ) N vers fdµ. 4

5 2.7 semble de mesures ulles L itégratio e voit pas les esembles de mesures ulles. Começos par les défiir. Défiitio. U esemble de mesure ulle d u espace mesuré (, M, µ) est u élémet N M tel que µ(n) = 0, o parle aussi d esemble égligeable. Ue propriété des élémets de est dite vraie presque partout s il existe u esemble de mesure ulle e dehors duquel la propriété est vérifiée. Par exemple, si f et g sot deux foctios mesurables, o dit que f = g presque partout s il existe N de mesure ulle tel que, pour tout x N, f(x) = g(x) ; o écrira alors f g. Lorsqu il sera utile de préciser la mesure, o écrira µ-presque partout. Lemme 18. La relatio est ue relatio d équivalece sur l espace vectoriel des foctios mesurables C. Si f et g sot deux foctios mesurables C avec f g, alors l ue est itégrable si et seulemet si l autre l est et, das ce cas, fdµ = gdµ. outre f g si et seulemet si (f g) 0 et l esemble des foctios h mesurables et 0 est u sous-espace vectoriel, que ous oteros N (µ), de l espace des foctios mesurables, aussi N (µ) L 1 C (µ). Ce lemme permet de défiir l espace L 1 C (µ). O défiira das le chapitre suivat les espaces L p. Défiitio. L espace vectoriel L 1 C (µ) est le quotiet de (µ) par N (µ) : L 1 C L 1 C(µ) = L 1 C(µ)/N (µ). Même si les élémets de L 1 C (µ) sot des classes d équivalece de foctios, o les maipule comme de foctios et même comme des foctios défiies presque partout, c est-à-dire défiies e dehors d u esemble égligeable, la classe d équivalece pour sera alors bie détermiée. Das cet esprit, u corollaire du théorème de covergece domiée est : Théorème 19. Soiet (f ) N ue suite de foctios complexes, mesurables, défiies presque partout et telle que f dµ <. N Alors, pour presque tout x, la série de terme gééral f (x) est covergete : f(x) = f (x). =0 La foctio f appartiet à L 1 C (µ) et l o a fdµ = =0 f dµ. L affirmatio l itégratio e voit pas les esembles égligeables se traduit aussi de la maière suivate : Théorème 20. Si f : [0, + ] mesurable vérifie fdµ = 0, alors f = 0 presque partout (i.e. f 0 ou ecore f N (µ)). Soit f : C mesurable telle que, pour tout A M, fdµ = 0, alors f 0 (f est ulle A presque partout, etc.). Soit f L 1 C (µ), alors fdµ f dµ, et e cas d égalité, il existe α C, α = 1, tel que f = α f presque partout. Il est possible de saturer la tribu e ajoutat tous les esembles qui devraiet être égligeables, i.e. coteus das u esemble de mesure ulle. Précisémet : Théorème 21. Soit (, M, µ) u espace mesuré. Défiissos M comme état l esemble des élémets P() tels qu il existe A, B das M avec A B et µ(b A) = 0. Alors M est ue tribu coteat M et µ s éted de maière uique e ue mesure M [0, + ], cette mesure sera ecore otée µ. La tribu M est appelée la tribu complétée de M. Ce faisat, o ajoute pas de ouvelles foctios mesurables : Théorème 22. Soiet (, M, µ) et M comme das le théorème précédet. Pour tout foctio f : R M - mesurable il existe alors ue foctio g : R M- mesurable telle que f = g µ-presque partout. Aisi, si l espace des foctios M -mesurables et itégrales est e effet plus gros que l espace des foctios M-mesurables et itégrales, les espaces de classes d équivalece presque partout correspodat sot eux égaux. Démostratio. Soit f : R M -mesurable. Pour tout r Q, posos r = {x f(x) > r} = f 1 (]r, + [). Pour tout x et r Q, la propriété r < f(x) est doc équivalete à x r. particulier r f(x) est équivalet à x / r. Ceci etraîe que, pour tout x, f(x) = sup{r Q x r } = if{r Q x / r }. Pour tout r Q, il existe A r et B r das M tels que A r r B r et µ(b r A r ) = 0. Pour tout q < r, remarquos que r q et doc r B q. O a doc, pour tout r Q, r B r où B r = B r. q Q,q r Par u raisoemet similaire, pour tout r Q, A r r où A r = A r. q Q,q r Les familles d esembles {A r} r Q et {B r} r Q sot décroissates : Pour tout q < r, A r A q et A r A q. Ce sot aussi des esembles de la tribu M. 5

6 De là, o tire que, pour tout x, il existe u uique élémet de R, oté g(x) tel que {r Q x A r} = Q [, g(x)[ Autremet dit et {r Q x / A r} = Q [g(x), + ]. g(x) = sup{r Q x A r} = if{r Q x / A r}. Comme, pour tout α R, g 1 (]α, + ]) = r Q,r>α A r, cet esemble g 1 (]α, + ]) est das M et doc g est M- mesurable. Similairemet, la foctio h défiie par, pour tout x, h(x) = sup{r Q x B r} = if{r Q x / B r}, est M-mesurable. Aussi comme x A r x r x B r, o a g(x) f(x) h(x). Pour coclure, démotros que N = {x g(x) < h(x)} est égligeable. Si x N, il existe alors r Q avec g(x) < r < h(x) et doc x / A r et x B r, e particulier x / A r et x B r. Ceci motre que N r Q B r A r, c est-à-dire que N est iclus das ue réuio déombrable d esembles égligeables, il s esuit que N est égligeable. Remarque. Lorsque M R d est la tribu boréliee et µ est la mesure de Lebesgue, les élémets de la tribu M sot appelés les esembles mesurables au ses de Lebesgue. O peut démotrer que, das ce cas, le cardial de M est égal au cardial de R tadis que le cardial de M est égal au cardial de P(R) ce qui etraîe l existece d esemble mesurables au ses de Lebesgue qui e sot pas borélies. Il existe aussi des esembles qui e sot pas mesurables au ses de Lebesgue ; ue maière de démotrer cette existece est la suivate : o démotre d abord que si tous les sous-esembles d u esemble sot mesurables au ses de Lebesgue, alors est de mesure de Lebesgue ulle, la coclusio viet alors de la cotraposée, u esemble (mesurable) de mesure strictemet positive cotiet écessairemet u esemble qui est pas mesurable au ses de Lebesgue. 3 Mesures boréliees Lorsque est u espace topologique et M est la tribu boréliee, l espace L 1 (µ), où µ ue mesure sur M, cotiet l espace C c (; R) des foctios cotiues à support compact si (et seulemet si) la mesure de tout compact est fiie. Das ce cas, la restrictio de f fdµ à cet espace est ue applicatio liéaire C c (; R) R qui vérifie de maière évidete la propriété suivate. Défiitio. Ue applicatio liéaire Λ : C c (; R) R est dite positive si, pour tout f C c (; R) vérifiat f 0 (dit autremet f() = [0, + [), o a Λf 0. Réciproquemet, ue forme liéaire positive C c (; R) R proviet d ue uique mesure boréliee fiie sur les compacts, voir Quelques propriétés topologiques Même si ous e doeros pas la démostratio du théorème de représetatio de Riesz, ce paragraphe doet les défiitios pertietes à so éocé et des élémets utiles à sa preuve. Défiitio. U espace topologique (, τ) est dit compact si de tout recouvremet ouvert, l o peut extraire u sous-recouvremet fii ; déombrable à l ifii(ou σ-compact) s il est réuio déombrable de compacts ; localemet compact si tout poit de a u voisiage ouvert d adhérece compact. séparé si, pour tout x et y das, x y, il existe deux ouverts U, V avec x U, y V et U V =. Les résultats topologiques iterveat das la démostratio du théorème de Riesz sot les suivats. Théorème 23. (Lemme d Urysoh) Soiet u espace topologique localemet compact, V ouvert et K compact avec K V. Il existe alors ue foctio cotiue à support compact f : [0, 1] vérifiat f K = 1 et Supp(f) V. Théorème 24. Soiet u espace topologique localemet compact, K compact, N, V 1,..., V ouvert avec K V 1 V. Il existe alors des foctios cotiues à support compact f 1,..., f : [0, 1] vérifiat (f f ) K = 1 et Supp(f i ) V i, i = 1,...,. 3.2 Le théorème de représetatio de Riesz (pour les mesures) C est le résultat suivat : Théorème 25. Soiet u espace topologique séparé et localemet compact et Λ : C c (; R) R ue forme liéaire positive. Notos M la tribu boréliee sur. Il existe alors ue uique mesure (positive) µ sur M qui représete Λ, i.e. telle que 1. Λf = fdµ pour tout f C c (; R). lle vérifie e outre les propriétés suivates : 2. Pour tout compact K, µ(k) <. 3. Pour tout M (la tribu complétée de M pour la mesure µ), l o a µ() = if{µ(v ) V, V ouvert}. 4. Pour tout ouvert V tel que µ(v ) <, µ(v ) = sup{µ(k) K V, K compact}. 6

7 L éocé suivat, sous des hypothèses topologiques u peu plus fortes (mais écessaires), précise le théorème de représetatio e particulier quat à la propriété 4 ci-dessus. Défiitio. U sous-esemble d u espace toplogique est dit être u G δ s il est itersectio déombrable d ouverts. u F σ s il est réuio déombrable de fermés. Théorème 26. Soiet, Λ, M et µ comme das le théorème précédet. O suppose de plus que est déombrable à l ifii. O a alors les propriétés supplémetaires suivates : 1. Pour tout M et tout ε > 0, il existe u esemble fermé F et u ouvert V tels que F V et µ(v F ) < ε. 2. Pour tout M µ() = sup{µ(k) K, K compact}. (La mesure µ vérifiat cet éocé et le poit 4 du théorème précédet est dite régulière.) 3. Pour tout M, il existe deux sous-esembles A et B tels que A est u F σ, B est u G δ, A B et µ(b A) = 0. C est à partir de ce résultat que l o peut costruire la mesure de Lebesgue sur R d. 4 Itégrer les foctios de deux variables Nous allos doer das cette partie le théorème de Fubii. Ue première difficulté das ce cadre est d abord de défiir la mesure produit. 4.1 Tribu produit Soiet (, M) et (, N) deux espaces mesurables. U esemble de la forme A B où A M et B N est appelé rectagle élémetaire. Défiitio. O appelle tribu produit et l o ote M N la tribu egedré par les rectagles élémetaires. Pour tout sous-esemble et pour tout x, y, o pose x = {z (x, z) }, y = {t (t, y) }. Lemme 27. Quels que soiet M N, x et y, l esemble x appartiet à N et y appartiet à M. Ue otio utile (das la costructio de mesures et de tribu) est celle de classe mootoe : Défiitio. Soiet u esemble et Z P(). Z est appelé ue classe mootoe s il est stable par itersectio de suite décroissate et réuio de suite croissate : si (A ) N et (B ) N das Z N vérifiet, pour tout, A A +1, B B +1, alors N A et N B appartieet à Z. Les tribus sot évidemmet des classes mootoes. Il y a des classes mootoes qui e sot pas des tribus. L itersectio de classes mootoes est ecore ue classe mootoe, ceci permet de défiir la plus petite classe mootoe (ou la classe mootoe egedrée) coteat ue famille d esembles. Théorème 28. M N est la plus petite classe mootoe coteat les rectagles élémetaires. Pour toute foctio f : Z o otera f y : Z; x f(x, y) pour tout y. De même, pour x o défiit f x : Z Lemme 29. Soit Z u espace topologique. Si f : Z est (M N)-mesurable alors pour tout x, f x est N-mesurable et pour tout y, f y est M-mesurable. 4.2 Mesure produit Défiitio. U espace mesuré (, M, µ) est dit σ-fiie si est réuio déombrable d esembles de mesure fiie : ( ) N M N, = N et, pour tout N, µ( ) <. Théorème 30. Soiet (, M, µ) et (, N, ν) deux espaces mesurés σ-fiis. Soit aussi Q M N. La foctio ϕ : [0, + ] défiie par, pour tout x, ϕ(x) = ν(q x ), est alors M-mesurable. De même ψ : [0, + ]; y µ(q y ) est N-mesurable. outre l o a ϕ(x)dµ(x) = ψ(y)dν(y). Défiitio. O appelle mesure produit et l o ote µ ν la foctio qui à Q M N associe (µ ν)(q) la valeur commue des itégrales précédetes. Remarquos que, pour tout x, ϕ(x) = 1 Q(x, y)dν(y). De même, pour y, ψ(x) = 1 Q(x, y)dµ(x). Le résulat du théorème se réécrit doc ( 1 Q (x, y)dν(y) ) dµ(x) = ( 1 Q (x, y)dµ(x) ) dν(y). 4.3 Le théorème de Fubii Théorème 31. Soiet (, M, µ) et (, N, ν) deux espaces mesurés σ-fiis. Soit f ue foctio (M N)- mesurable sur. 1. Si f : [0, + ] et si l o défiit ϕ(x) = f x dν, ψ(y) = f y dµ, (x, y), alors ϕ est M-mesurable, ψ est N et ϕdµ = fd(µ ν) = ψdν. 2. Si f : C et si ϕdµ < où ϕ est défiie par ϕ(x) = f x dν, x, alors f L 1 C (µ ν). 7

8 3. Si f L 1 C (µ ν), alors Pour µ-presque tout x, la foctio f x appartiet à L 1 C (ν) et l o peut poser ϕ(x) = f xdν. Pour ν-presque tout y, la foctio f y appartiet à L 1 C (µ) et l o peut poser ψ(y) = f y dµ. La foctio ϕ est das L 1 C (µ), la foctio ψ est das L 1 C (ν). O a l égalité ϕdµ = fd(µ ν) = ψdν. O peut bie sûr écrire la derière coclusio du théorème sous la forme suivate : ( ) f(x, y)dν(y) dµ(x) = fd(µ ν) = ( ) f(x, y)dν(x) dν(y). La tribu cosidérée sur le produit das le résultat précédet red certaies coclusios plus directes à exprimer. Si o remplace cette tribu sur par sa complétio, quelques précautios doivet être prises. Défiitio. Soit (, M, µ) u espace mesuré, o dit qu il est complet si M = M. Autremet dit, pour tout A, s il existe M avec A et µ() = 0, alors A M. Théorème 32. Soiet (, M, µ) et (, N, ν) deux espaces mesurés σ-fiis et complets. Soit (M N) la complétio de (M N) pour la mesure produit µ ν. Soit efi f ue foctio (M N) -mesurable sur. Les coclusios du théorème 31 sot ecore vérifiées, la seule différece état : La foctio f x défiie sur est N-mesurable uique pour µ-presque tout x et aisi la foctio ϕ est défiie que µ-presque partout ; de même f y est mesurable que ν-presque tout y et ψ est défiie que ν-presque partout. 8

Convergence de suites réelles

Convergence de suites réelles DOMAINE : No olympique AUTEUR : Nicolas SÉGARRA NIVEAU : Itermédiaire STAGE : Motpellier 2014 CONTENU : Cours et exercices Covergece de suites réelles I) Rappels et otios de base. Défiitio 1. Ue suite

Plus en détail

Chapitre Rappels sur les suites

Chapitre Rappels sur les suites Chapitre Séries umériques. Rappels sur les suites Défiitio.. (i) Ue suite (a ) N de réels (ou de complexes) est covergete vers ue limite a si pour tout ε > 0, il existe 0 N tel que pour tout 0, o a a a

Plus en détail

MVA101 - Analyse et calcul matriciel T. Horsin

MVA101 - Analyse et calcul matriciel T. Horsin MVA101 - Aalyse et calcul matriciel 2012 2013 T. Horsi (thierry.horsi@cam.fr) Attetio: Ce documet est ue base de travail qui peut coteir des coquilles. Les zoes e bleus sot, de loi, hors programme, et

Plus en détail

1 Propriétés - Suites monotones

1 Propriétés - Suites monotones Uiversité d Aix-Marseille Licece de Mathématiques Semestre 06-07 Aalyse Plache - Suites umériques Propriétés - Suites mootoes Exercice Soiet les suites défiies, pour tout, par u = et v = Vérifier qu elles

Plus en détail

Filière Sciences de Matières Physiques (SMP4) Module Mathématiques : Analyse (S4) Cours d Analyse

Filière Sciences de Matières Physiques (SMP4) Module Mathématiques : Analyse (S4) Cours d Analyse UNIVERSITÉ MOHAMMED V - AGDAL Faculté des Scieces Départemet de Mathématiques Filière Scieces de Matières Physiques (SMP4) Module Mathématiques : Aalyse (S4) Cours d Aalyse Séries umériques Suites et Série

Plus en détail

Rappels sur les ensembles

Rappels sur les ensembles Chapitre 1 Rappels sur les esembles 1.1 Esembles 1.1.1 Défiitios Soit E u esemble, o ote P(E) = {parties dee} Soiet A, B das P(E) E A = E \ A = complémetaire de A das E = A c A \ B = {x A, x / B} = A E

Plus en détail

Analyse 5 SUITES REELLES

Analyse 5 SUITES REELLES Aalyse chap 5 /6. GENERALITES SR LES SITES. Défiitios Défiitio : e suite est ue foctio, défiie sur ue partie D de. O ote () =, o lit «idice». O dit que est le terme gééral de la suite, ou terme de rag.

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP MATHEMATIQUES 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * *

EPREUVE SPECIFIQUE FILIERE MP MATHEMATIQUES 1. Durée : 4 heures. Les calculatrices sont autorisées. * * * SESSION 006 EPREUVE SPECIIQUE ILIERE MP MATHEMATIQUES Durée : 4 heures Les calculatrices sot autorisées * * * NB : Le cadidat attachera la plus grade importace à la clarté, à la précisio et à la cocisio

Plus en détail

TD 2 : Suites numériques réelles

TD 2 : Suites numériques réelles Uiversité Paris-Est Mare-la-Vallée Licece L Maths/Ifo d semestre 0/0 Aalyse TD : Suites umériques réelles Exercice Cours) Motrer que si ue suite réelle u ) N coverge, alors toute sous-suite de u ) coverge

Plus en détail

SOLUTIONS AUX EXERCICES DE LA FEUILLE 1

SOLUTIONS AUX EXERCICES DE LA FEUILLE 1 SOLUTIONS AUX EXERCICES DE LA FEUILLE. Exercice. Ue suite de réels positifs qui coverge vers 0 est décroissate à partir d u certai rag. C est faux. Pour costruire u cotre-exemple, o pourrait cosidérer

Plus en détail

Suites numériques 1 / 12 A Chevalley

Suites numériques 1 / 12 A Chevalley MT8 A 03 Suites umériques Aleth Chevalley. Rappels.. Défiitio O appelle suite umérique réelle, toute applicatio f : ϒ qui à tout etier aturel, fait correspodre le ombre réel f() et o désige la suite par

Plus en détail

Master 1 Métiers de l Enseignement, Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2012/2013

Master 1 Métiers de l Enseignement, Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 2012/2013 Master Métiers de l Eseigemet, Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, 202/203 ANALYSE 2 Fiche de Mathématiques 4 - Séries umériques Soit E u espace vectoriel sur le corps K = R ou C Pour toute famille fiie

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. u k

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. u k SÉRIES NUMÉRIQUES K désige le corps R ou C. Gééralités. Défiitios Défiitio. Série Soit (u ) 0 ue suite umérique (i.e. à valeurs das K). O appelle série de terme gééral u la suite (S ) 0 où 0, S = u k Cette

Plus en détail

CONVERGENCE ET APPROXIMATION

CONVERGENCE ET APPROXIMATION 11-2- 2010 J.F.C. Cov. p. 1 CONVERGENCE ET APPROXIMATION I CONVERGENCE EN PROBABILITÉ 1. Défiitio 2. Ue coditio suffisate de covergece e probabilité 3. La loi faible des grads ombres 4. Ue coséquece de

Plus en détail

Université Paul Sabatier Année 2007/2008

Université Paul Sabatier Année 2007/2008 Bibliographie : P. Malliavi : Itégratio et probabilité. W.Rudi : Aalyse réelle et complexe. J. Faraut : Calcul itégral (espace 34) Barbe-Ledoux : Probabilités (Espace 34) 1 Itroductio Pourquoi ue ouvelle

Plus en détail

SUITES et SERIES DE FONCTIONS

SUITES et SERIES DE FONCTIONS UE7 - MA5 : Aalyse SUITES et SERIES DE FONCTIONS I Suites de foctios à valeurs das È ou  Etat doé u esemble E, ue suite de foctios umériques défiies sur E est la doée, pour tout etier, d'ue applicatio

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable. k n) X k (1 X) n k.

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable. k n) X k (1 X) n k. Exo7 Suites et séries de foctios Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable

Plus en détail

Limites de suites et de fonctions

Limites de suites et de fonctions TermS Limites de suites et de foctios I ] Suites ) Défiitio : Ue suite réelle est ue foctio de! das!, défiie à partir d'u certai rag 0. Notatio : u = lire "u idice " = terme d'idice, ou de rag = terme

Plus en détail

Correction de la question de cours 1

Correction de la question de cours 1 Math I Aalyse Exame du 9 décembre 2007 Durée 2 heures Aucu documet est autorisé. Les calculatrices, téléphoes portables et autres appareils électroiques sot iterdits. Il est iutile de recopier les éocés.

Plus en détail

Suites de variables aléatoires.

Suites de variables aléatoires. Uiversité Pierre et Marie Curie 200-20 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 8 Suites de variables aléatoires.. Soit Ω, F, P u espace de probabilités. Détermier pour chacue des covergeces suivates

Plus en détail

CH V : Variables aléatoires - généralités

CH V : Variables aléatoires - généralités CH V : Variables aléatoires - gééralités I. Notio de variable aléatoire réelle Soit (Ω, A ) u espace probabilisable. O dit que X est ue variable aléatoire réelle défiie sur (Ω, A ) si : (i) X est ue applicatio

Plus en détail

Révisions d analyse (corrigé des indispensables).

Révisions d analyse (corrigé des indispensables). Révisios d aalyse (corrigé des idispesables). Limites des foctios de variable réelle à valeurs das ou.. a. La foctio f est le produit d e foctio borée sur ( a si ) et d e foctio qui ted vers 0 e 0 ( a

Plus en détail

Sup Galilée - Maths pour l Ingénieur Corrigé du Partiel du 19 Novembre 2008

Sup Galilée - Maths pour l Ingénieur Corrigé du Partiel du 19 Novembre 2008 Sup Galilée - Maths pour l Igéieur Corrigé du Partiel du 9 Novembre 008 Étude d ue suite récurrete Soit u 0 ]0, [ O cosidère la suite (u ) défiie par u + u 3 u ) Justifier que la suite u est borée O motre

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. Objectifs du chapitre. 1.1 Entiers naturels et raisonnement par récurrence

Dénombrement. Chapitre 1. Objectifs du chapitre. 1.1 Entiers naturels et raisonnement par récurrence Chapitre 1 Déombremet Objectifs du chapitre 1. A travers l axiomatisatio de Peao de N, rappeller les pricipes de récurrece forte et faible. 2. Défiir la otio de cardial et les opératios sur les cardiaux.

Plus en détail

Examen du 12 juin durée : 3h

Examen du 12 juin durée : 3h Master de Mathématiques Aalyse Foctioelle Exame du 1 jui 13 1 - durée : 3h Le seul documet autorisé est u résumé mauscrit du cours de trois pages maximum. Les téléphoes portables et les calculatrices e

Plus en détail

SÉRIES DE FONCTIONS SUITES ET PC*2. 13 octobre octobre octobre 2004

SÉRIES DE FONCTIONS SUITES ET PC*2. 13 octobre octobre octobre 2004 3 octobre 2004 Exemple 2. O se doe a I et q C(I, K). L équatio différetielle liéaire : y (x) q(x) y(x) = 0 avec les coditios y(a) = α, y (a) = β SUITES ET SÉRIES DE FONCTIONS PC*2 3 octobre 2004 Admet

Plus en détail

Feuille d Exercices : Suites, suite!

Feuille d Exercices : Suites, suite! ECS 1 Dupuy de Lôme Semaie du 6 décembre 004 Feuille d Exercices : Suites, suite! Exercice 1 : Pour tout etier, o défiit u = 1. Motrez que u est mootoe.. Motrez que v est géométrique. k= 3. E déduire l

Plus en détail

L2 - Math4 Exercices corrigés sur les suites numériques

L2 - Math4 Exercices corrigés sur les suites numériques L2 - Math4 Exercices corrigés sur les suites umériques Eocés Exercice Les assertios suivates sot-elles vraies ou fausses? Doer ue démostratio de chaque assertio vraie, et doer u cotre-exemple de chaque

Plus en détail

Séries à termes positifs

Séries à termes positifs Séries à termes positifs Das toute la suite N désigera les etiers aturels positifs 0,,,..., Z tous les etiers aturels...,,, 0,,, 3,... et Q les ombres ratioels. Efi R désigera les réels, et C les complexes.

Plus en détail

1 Séries numériques. 1.1 Généralités. Dans toute cette section, si cela n est pas précisé, E désignera l espace R m, m 1, et la norme euclidienne.

1 Séries numériques. 1.1 Généralités. Dans toute cette section, si cela n est pas précisé, E désignera l espace R m, m 1, et la norme euclidienne. 1 Séries umériques Das toute cette sectio, si cela est pas précisé, E désigera l espace R m, m 1, et la orme euclidiee. 1.1 Gééralités Défiitio 1.1. Soit (x ) N ue suite de E et pour chaque N, o défiit

Plus en détail

x k, 2 : x k 1 n x x 1

x k, 2 : x k 1 n x x 1 SMIA/S3 ANALYSE 3 AALAMI IDRISSI et EZEROUALI Chapitre 5 FONCTIONS DE IR DANS IR p I) NOTIONS DE TOPOLOGIE SUR IR 1) Normes sur IR : a) Défiitio: O appelle orme sur toute applicatio x x de das telle que

Plus en détail

Questions de cours. tend vers 0, alors que la série harmonique 1. v n = ln n La série u n est convergente, et la série [ ( )]

Questions de cours. tend vers 0, alors que la série harmonique 1. v n = ln n La série u n est convergente, et la série [ ( )] PC - DS N 6 - U corrigé Questios de cours QC..a L assertio a. est fausse. Par exemple, la suite + ted vers 0, alors que la série harmoique + est divergete. QC..b L assertio b. est vraie. Supposos que la

Plus en détail

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques

Exercices - Variables aléatoires discrètes : corrigé. Variables discrètes finies - Exercices pratiques Variables discrètes fiies - Exercices pratiques Exercice 1 - Loi d u dé truqué - Deuxième aée - 1. X pred ses valeurs das {1,..., 6}. Par hypothèse, il existe u réel a tel que P (X k) ka. Maiteat, puisque

Plus en détail

1 + t = t. a 6 n ln 1 + a. Suite a : On utilise une relation de Chasles (même terme mais sur des ensembles d indices distincts) ! 1 # 1. 1 k.

1 + t = t. a 6 n ln 1 + a. Suite a : On utilise une relation de Chasles (même terme mais sur des ensembles d indices distincts) ! 1 # 1. 1 k. PHEC Correctio feuille d exercices 00-006 correctio de l exercice t. 8t R + ; + t 6 l( + t) 6 t : Pour cela, o itroduit les foctios f : t 7 l( + t) t et g : t 7 t l( + t) + t dé ies sur [0; +[ et o étudie

Plus en détail

Exo7. Fonctions mesurables, intégrale de Lebesgue. Exercices : Barbara Tumpach Relecture : François Lescure

Exo7. Fonctions mesurables, intégrale de Lebesgue. Exercices : Barbara Tumpach Relecture : François Lescure Exercices : Barbara Tumpach Relecture : Fraçois Lescure Exo7 Foctios mesurables, itégrale de Lebesgue Exercice Motrer les égalités esemblistes suivates : [a,b] ]a,b + [ et ]a,b[ [a +,b ] [5933] Exercice

Plus en détail

Suites de réels. Contents. 1 Retenez au moins ça 3

Suites de réels. Contents. 1 Retenez au moins ça 3 Suites de réels Cotets 1 Reteez au mois ça 3 Bore supérieure 3.1 Déitios.......................................... 3.1.1 Relatio d'ordre sur u esemble E....................... 3.1. Ordre total.....................................

Plus en détail

Exercices sur les suites de fonctions

Exercices sur les suites de fonctions ercices sur les suites de foctios océs ercice Étudier la covergece simple et uiforme des suites de foctios de R das R suivates : f ) = ), g ) = si, ϕ ) = e si, ψ ) = e cos. ercice 2 Étudier la covergece

Plus en détail

Concours commun Mines-Ponts 2000 Corrigé de la seconde épreuve de mathématiques

Concours commun Mines-Ponts 2000 Corrigé de la seconde épreuve de mathématiques Cocours commu Mies-Pots Corrigé de la secode épreuve de mathématiques a Nous pouvos appliquer le critère de d Alembert : doc le rayo R est égal à /4 C+ + + + C = + 4, + b O sait que h est de classe C avec

Plus en détail

Université Denis Diderot (Paris VII) MP 3. Quelques exercices corrigés Suites et séries numériques

Université Denis Diderot (Paris VII) MP 3. Quelques exercices corrigés Suites et séries numériques Uiversité Deis Diderot (Paris VII) 006-007 MP 3 Quelques exercices corrigés Suites et séries umériques Das les pages qui suivet ous proposos la correctios de quelques exercices de la feuille sur les suites

Plus en détail

Auteur : Simplice TANKOUA Activités de mise en place de la leçon.

Auteur : Simplice TANKOUA Activités de mise en place de la leçon. Auteur : Simplice TANKOUA (stakoua@yahoofr) Cours SUITES NUMÉRIQUES Leço : GÉNÉRALITÉS SUR LES SUITES Activités de mise e place de la leço Activité : (formule explicite) Exercice O cosidère la liste ordoée

Plus en détail

Exercices. Exercice 1 (Suites adjacentes) On considère les suites (u n ) n N et (v n ) n N définies par: 1 k u n = n 3, v n = u n + 1 n 1 2n 2

Exercices. Exercice 1 (Suites adjacentes) On considère les suites (u n ) n N et (v n ) n N définies par: 1 k u n = n 3, v n = u n + 1 n 1 2n 2 Exercices Exercice (Suites adjacetes) O cosidère les suites (u ) N et (v ) N défiies par: u 3, k3 k 2 + v u + 2 2 Motrer que (u ) N et (v ) N sot adjacetes. Exercice 2 Soiet les deux suites (u ) et (v

Plus en détail

TS Limites de suites (3)

TS Limites de suites (3) TS Limites de suites (3) I. Rappels sur les suites majorées, miorées, borées ) Défiitio (suite majorée, miorée, borée) 5 ) Propriété Si u réel M est u majorat d ue suite u, alors tous les réels supérieurs

Plus en détail

TD n o 1 : suites numériques

TD n o 1 : suites numériques MAT232 : séries et itégrales gééralisées Uiversité Joseph Fourier 23-24 Greoble TD o : suites umériques Rappel importat : il existe u cours de L e lige, ititulé M@ths e Lge, à l adresse : http://ljk.imag.fr/membres/berard.ycart/mel/

Plus en détail

Théorèmes limites et méthode delta

Théorèmes limites et méthode delta Chapitre. Théorèmes limites et méthode delta O suppose que les premiers théorèmes limites pour ue suite de variables i.i.d. sot cous : le lecteur peut se référer au cours de Mihai Gradiaru (), ou ecore

Plus en détail

Les suites récurrentes à convergence lente

Les suites récurrentes à convergence lente Les suites récurretes à covergece lete Daiel PERRIN 0. Itroductio. Je me propose d écrire ue sorte de bila sur la covergece des suites u + = f(u ), avec f de classe C au mois, vers u poit fixe α, das le

Plus en détail

Chapitre 5 : Suites classiques

Chapitre 5 : Suites classiques Chapitre 5 : Suites classiques Objectifs : Révisios sur les suites arithmétiques et géométriques. Révisio du théorème de croissace comparée. Savoir exprimer e foctio de les termes d ue suite récurrete

Plus en détail

Intégration et Probabilités. É. Pardoux

Intégration et Probabilités. É. Pardoux Itégratio et Probabilités É. Pardoux 3 ovembre 2009 2 Table des matières Mesure 5. Rappels sur les limites de réels.................. 5.2 Opératios sur les esembles................... 8.3 Espace mesurable.........................

Plus en détail

EXERCICES SUR LES SUITES NUMERIQUES

EXERCICES SUR LES SUITES NUMERIQUES EXERCICES SUR LES SUITES NUMERIQUES 1 Etudier la mootoie des suites a ) 0 défiies par : a) a = b) a = + 1) + ) + ) c) a =! d) a = α + 1) α réel positif) Soit a, la suite de terme gééral a = 3 + 1 3 + Trouver

Plus en détail

Chapitre 4: Croissance, divergence et convergence des suites

Chapitre 4: Croissance, divergence et convergence des suites CHAPITRE 4 CROISSANCE ET CONVERGENCE 43 Chapitre 4: Croissace, divergece et covergece des suites 4.1 Quelques défiitios Défiitios : Ue suite est croissate si chaque terme est supérieur ou égal à so précédet

Plus en détail

TD10. Loi des grands nombres, théorème central limite.

TD10. Loi des grands nombres, théorème central limite. Uiversité Pierre & Marie Curie Licece de Mathématiques L3 UE LM345 Probabilités élémetaires Aée 2014 15 TD10. Loi des grads ombres, théorème cetral limite. 1. Soit (U ) 1 ue suite de variables aléatoires

Plus en détail

Processus avec sauts et applications au marché de l énergie

Processus avec sauts et applications au marché de l énergie Processus avec sauts et applicatios au marché de l éergie Exame du ludi 12 mars 2012 14h30-16h30 Les deux parties sot à rédiger sur des copies différetes. I Loi biaisée par la taille et loi ifiimet divisible

Plus en détail

Feuille d exercices 4

Feuille d exercices 4 UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE Aée 2009/200 MIME 22 LM5-Suites et Itégrales Groupe 22 Feuille d exercices Suites Covergece de suites Exercice Ecrire l éocé qui traduit : (u ) N est pas croissate Cet

Plus en détail

Sylvain ETIENNE 2003/2004 PLC1, groupe 1 Exposé 64

Sylvain ETIENNE 2003/2004 PLC1, groupe 1 Exposé 64 Sylvai ETIENNE 3/4 IMAGE D UN INTERVALLE PAR UNE FONCTION CONTINUE, IMAGE D UN SEGMENT. CONTINUITE DE LA FONCTION RECIPROQUE D UNE FONCTION CONTINUE STRICTEMENT MONOTONE SUR UN INTERVALLE. Niveau : Complémetaire.

Plus en détail

P(n) : quelque soit n entier naturel : n 3 = ( n) 2. P(n 0 ) est vraie (initialisation).

P(n) : quelque soit n entier naturel : n 3 = ( n) 2. P(n 0 ) est vraie (initialisation). T ale S Chapitre. Résumé page 3.. Pricipe de récurrece. a. Exemple. 3 + 3 = + 8 = 9 = ( + ) 3 + 3 + 3 3 = + 8 + 7 = 36 = ( + + 3) O voudrait démotrer la propriété géérale : P() : quelque soit etier aturel

Plus en détail

Suites numériques. I/ Définition, propriétés globales Résumé du cours de MPSI

Suites numériques. I/ Définition, propriétés globales Résumé du cours de MPSI Ξ 2 Suites umériques 2016-2017 Résumé du cours de MPSI I/ Défiitio, propriétés globales 1/ Défiitio Ue suite de complexes u est ue applicatio de N das C Notatios : L'image d'u etier par u se ote u( ou

Plus en détail

SERIES NUMERIQUES réelles ou complexes

SERIES NUMERIQUES réelles ou complexes UE7 - MA5 : Aalyse SERIES NUMERIQUES réelles ou complexes I. Gééralités Défiitio Etat doée ue suite (u ) de ombres réels ou complexes, o appelle série de terme gééral u la suite (S ) défiie par : () S

Plus en détail

Note sur le comportement en l infini d une fonction intégrable

Note sur le comportement en l infini d une fonction intégrable Note sur le comportemet e l ifii d ue foctio itégrable Emmauel Lesige To cite this versio: Emmauel Lesige. Note sur le comportemet e l ifii d ue foctio itégrable. 2008. HAL Id: hal-00276738

Plus en détail

France métropolitaine Juin 2010 Série S Exercice 1. Restitution organisée de connaissances

France métropolitaine Juin 2010 Série S Exercice 1. Restitution organisée de connaissances Frace métropolitaie Jui 200 Série S Exercice Restitutio orgaisée de coaissaces Démotrer, à l aide de la défiitio et des deux propriétés cidessous que si ( u ) et ( v ) sot deux suites adjacetes, alors

Plus en détail

Corrigé feuille d exercices 4

Corrigé feuille d exercices 4 UNIVERSITÉ PIERRE ET MARIE CURIE Aée 008/009 MIME LM5-Suites et Itégrales Groupes Corrigé feuille d exercices Suites Covergece de suites Exercice Ue suite u N est pas croissate, si o N, u + u est vérifiée

Plus en détail

1.Définition. L image par f de l entier n est le terme général de la suite noté : u n = f(n).

1.Définition. L image par f de l entier n est le terme général de la suite noté : u n = f(n). SUITES ET SERIES SUITES 1.Défiitio O appelle site esemble de ombres 1, 2,... défiis das l ordre croissat et vérifiat certaies règles de défiitio. Chaqe ombre de la site s appelle terme, est par exemple

Plus en détail

1 Séries trigonométriques

1 Séries trigonométriques Master Métiers de l Eseigemet, Mathématiques - ULCO, La Mi-Voix, / ANALYSE Fiche de Mathématiques 9 - Séries de Fourier Séries trigoométriques Défiitio O appelle série trigoométrique toute série dot le

Plus en détail

LIMITES DE SUITES. n ) u n = 2 n pour n IN 5 ) u n = 2n + 1 n - 5 pour n ³ 6 6 ) u n = (-1)n pour n IN

LIMITES DE SUITES. n ) u n = 2 n pour n IN 5 ) u n = 2n + 1 n - 5 pour n ³ 6 6 ) u n = (-1)n pour n IN LIMITES DE SUITES I Limites fiies ou ifiies Exercice 1 Pour chacue des suites, e calculat différets termes, cojecturer la valeur limite de u quad deviet ifiimet grad (c'est-à-dire quad ted vers + ). 1

Plus en détail

Corrigés des exercices.

Corrigés des exercices. DE MIE, Aalyse 1 Octobre 015 Corrigés des exercices. Exercice 1. Exercice. Exercice 3. Exercice 4. Exercice 5. Exercice 6. Exercice 7. 1. Si b est u élémet de B, tout élémet de A est iférieur ou égal à

Plus en détail

Problème 1 : construction de triangles. Problème 2 : autour du théorème des valeurs intermédiaires

Problème 1 : construction de triangles. Problème 2 : autour du théorème des valeurs intermédiaires Problème 1 : costructio de triagles Das u pla affie euclidie orieté, o cosidère deux poits disticts B et C et u poit M apparteat pas à la droite BC). Pour chacue des assertios suivates, détermier s il

Plus en détail

Exercices - Les nombres réels : corrigé. Valeur absolue - Partie entière

Exercices - Les nombres réels : corrigé. Valeur absolue - Partie entière Exercices - Les ombres réels : corrigé Exercice 1 - Ordre et R - L1/Math Sup - 1. Supposos que a 0 et posos ε = a /2 > 0. Alors o a a < ε = a /2, soit e simplifiat par a qui est positif, 1 < 1/2. Ceci

Plus en détail

Convergence en loi. Théorème de la limite centrale.

Convergence en loi. Théorème de la limite centrale. Uiversité Pierre et Marie Curie 2013-2014 Probabilités et statistiques - LM345 Feuille 10 (semaie du 2 au 6 décembre 2013 Covergece e loi. Théorème de la limite cetrale. Covergece e loi 1. Soiet (X N ue

Plus en détail

Partie I - Suites et intégrales

Partie I - Suites et intégrales SESSION 16 Cocours commu Cetrale MATHÉMATIQUES. FILIERE MP I.A - Étude d ue itégrale à paramètres Partie I - Suites et itégrales I.A - 1 Soit φ : [, + [ ], + [ R de sorte que pour tout réel x, fx = Φx,t.

Plus en détail

CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE (ENSI) FILIERE MP MATHEMATIQUES 1

CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE (ENSI) FILIERE MP MATHEMATIQUES 1 SESSION 22 CONCOURS COMMUN POLYTECHNIQUE ENSI FILIERE MP MATHEMATIQUES EXERCICE : ormes équivaletes. Soit f E. f est de classe C sur [,]. Doc la foctio f est cotiue sur le segmet [,] et par suite la foctio

Plus en détail

Cours de Mathématiques Séries numériques ou vectorielles Sommaire

Cours de Mathématiques Séries numériques ou vectorielles Sommaire Sommaire Sommaire I Gééralités sur les séries......................... 2 I. Espace vectoriel des séries, Sous-espace des Séries covergetes.... 2 I.2 Critère de Cauchy. Espace des séries ormalemet covergetes....

Plus en détail

Chapitre 1. Les suites numériques Principe de récurrence Limite d une suite

Chapitre 1. Les suites numériques Principe de récurrence Limite d une suite Eseigemet spécifique Chapitre 1. Les suites umériques Pricipe de récurrece Limite d ue suite I. Rappels sur les suites umériques 1. géérale Ue suite umérique est ue foctio défiie de N vers R, elle peut

Plus en détail

Espaces probabilisés.

Espaces probabilisés. Espaces probabilisés Chapitre 6 : otes de cours Esembles déombrables Esemble fii, (hors programme) esemble ifii Esemble déombrable Eumératio des élémets d u esemble fii ou déombrable Produit cartésie d

Plus en détail

L2PC et Cycles. Mathématiques: SERIES et INTEGRALES Cours Elisabeth REMM

L2PC et Cycles. Mathématiques: SERIES et INTEGRALES Cours Elisabeth REMM FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES. UHA MULHOUSE L2PC et Cycles. Mathématiques: SERIES et INTEGRALES Cours Elisabeth REMM Chapitre 2 Séries etières Cotets. Gééralités sur les séries etières 2.. Défiitio

Plus en détail

Etude asymptotique de suites de solutions d une équation

Etude asymptotique de suites de solutions d une équation [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 5 mai 206 Eocés Etude asymptotique de suites de solutios d ue équatio Exercice [ 02289 ] [Correctio] Soit u etier aturel et E l équatio x + l x = d icoue x R +.

Plus en détail

1 ) si la suite (u n ) diverge, alors la suite ((u n) )... n... n+2

1 ) si la suite (u n ) diverge, alors la suite ((u n) )... n... n+2 Javier 06 ( heures et 30 miutes). a) Défiir: - sous-esemble fermé de IR et sous-esemble ouvert de IR - poit itérieur de A, sous-esemble o vide de IR ( pt.) b) Démotrer que si A est u esemble ouvert, alors

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES. Mardi 3 mai : 14 h - 18 h. Les calculatrices sont interdites

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES. Mardi 3 mai : 14 h - 18 h. Les calculatrices sont interdites SESSION 216 PCMA2 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PC MATHEMATIQUES Mardi 3 mai : 14 h - 18 h N.B. : le cadidat attachera la plus grade importace à la clarté, à la précisio et à la cocisio de la rédactio.

Plus en détail

1) Définition et premières propriétés.

1) Définition et premières propriétés. Exposé 14 : Nombres décimaux. Applicatios. Pré requis : - Propriétés de N, Z,Q, R - Partie etière : E[x] - Théorème de covergece sur les suites adjacetes. Séries covergetes - O rappelle l'existece et l'uicité

Plus en détail

Épreuve écrite d analyse et probabilités

Épreuve écrite d analyse et probabilités Épreuve écrite d aalyse et probabilités Notatios et défiitios Le problème traite de certaies propriétés cocerat les racies de polyômes dot les coefficiets sot aléatoires. Das tout le problème, l espace

Plus en détail

Feuille d exercices 11

Feuille d exercices 11 Mathématiques Aalyse I M. Samy Modeliar Feuille d eercices Itégratio Correctio Eercice Détermier, si elle eiste, la ite e + de la suite de terme gééral si ( π + ) d + Correctio. Pour tout etier, la foctio

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Uiversité Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licece de Mathématiques L3 U 3M263 Itégratio Aée 2015 2016 Théorie de la Mesure et Itégratio Fraçois Bolley et Thierry Lévy Notes de cours d Amaury Lambert Table

Plus en détail

Limite d'une suite. soit n > 9

Limite d'une suite. soit n > 9 Limite d'ue suite I) Limite d'ue suite : a) ite ifiie : défiitio : Ue suite (u ) a pour ite + quad ted vers + si tout itervalle de la forme ]A; +[ (A état u réel) cotiet tous les termes u à partir d'u

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Uiversité Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licece de Mathématiques L3 U 3M263 Itégratio Aée 2016 2017 Théorie de la Mesure et Itégratio Fraçois Bolley et Romai Dujardi Notes de cours d Amaury Lambert Table

Plus en détail

Séries Numériques. Chapitre Suites Numériques Définitions

Séries Numériques. Chapitre Suites Numériques Définitions Chapitre Séries Numériques Suites Numériques Défiitios Ue suite umérique est ue applicatio de N (ou d ue partie de N) à valeurs das R ou das C O la ote u(), ou u, et o désige la suite (c est-à-dire l applicatio)

Plus en détail

Suites et séries de fonctions. Bachir Bekka, Cours L3 Rennes 2015/2016

Suites et séries de fonctions. Bachir Bekka, Cours L3 Rennes 2015/2016 Suites et séries de foctios Bachir Bekka, Cours L3 Rees 215/216 13 décembre 215 ii Notes Cours SSF-215/216-B.Bekka Table des matières 1 Itroductio 1 2 Suites et séries de foctios 3 2.1 Covergece simple........................

Plus en détail

Août 2017 (1 heure et 45 minutes)

Août 2017 (1 heure et 45 minutes) Août 017 (1 heure et 45 miutes) 1. a) Soit A, sous-esemble majoré o vide de IR. Défiir: - poit d accumulatio de A - supremum et maximum de A (1 pt.) b) Compléter chaque lige du tableau suivat par u sous-esemble

Plus en détail

Les suites réelles. Copyright Dhaouadi Nejib Dhaouadi Nejib

Les suites réelles. Copyright Dhaouadi Nejib Dhaouadi Nejib Les sites réelles Copyright Dhaoadi Nejib 009 00 http://wwwsigmathscocc Dhaoadi Nejib http://wwwsigmathscocc Page : Sites Réelles Das ce chapitre I désige l esemble des etiers 0 ( 0 N ) I Rappels et complémets

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, TD8 Formule du changement de variable Corrigé. 0 Petite question

Intégration et probabilités ENS Paris, TD8 Formule du changement de variable Corrigé. 0 Petite question Itégratio et probabilités ENS Paris, -3 TD8 Formule du chagemet de variable Corrigé Petite questio Soit µ ue mesure positive sur (,B()) et g : + ue foctio mesurable.. O suppose que pour toute foctio mesurable

Plus en détail

S n = u u n. S = u k. k=0

S n = u u n. S = u k. k=0 Chapitre 3 Séries umériques 3. Défiitios et exemples 3.. Défiitios Défiitio 3.. Soit (u ) ue suite réelle. O lui associe (S ) ue ouvelle suite défiie par S = u 0 + + u. O appelle série de terme gééral

Plus en détail

Partie A : z x. z =( z ) = 4 = - 4 donc z est aussi solution de (E) Partie C :

Partie A : z x. z =( z ) = 4 = - 4 donc z est aussi solution de (E) Partie C : Corrigé baccalauréat S Polyésie 200 (raiateabac.blogspot.com) EXERCICE (5 poits) Pré-requis : z a + bi et _ z a bi Partie A : a ) E posat z a + bi et z a + b i o obtiet : z x z (a + bi) ( a + b i) aa bb

Plus en détail

Suites réelles ou complexes

Suites réelles ou complexes 3 Suites réelles ou complexes 3. Prérequis L esemble R des ombres réels est supposé costruit avec les propriétés suivates : c est u corps commutatif totalemet ordoé ; il cotiet l esemble Q des ombres ratioels

Plus en détail

«J'aimais et j'aime encore les mathématiques pour elles-mêmes comme n'admettant pas l'hypocrisie et le vague, mes deux bêtes d'aversion» (Stendhal)

«J'aimais et j'aime encore les mathématiques pour elles-mêmes comme n'admettant pas l'hypocrisie et le vague, mes deux bêtes d'aversion» (Stendhal) Lycée Stedhal (Greoble) Niveau : Termiale S Titre Cours : Chapitre 0 : Les suites Aée : 204-205 «J'aimais et j'aime ecore les mathématiques pour elles-mêmes comme 'admettat pas l'hypocrisie et le vague,

Plus en détail

DS 2 Correction. (question de cours 2 points) Énoncer le théorème de Rolle. 1 n n n. lim u n = 1.

DS 2 Correction. (question de cours 2 points) Énoncer le théorème de Rolle. 1 n n n. lim u n = 1. icolas.laillet@imj-prg.fr DS 2 Aalyse Exercice 1 (questio de cours 2 poits Éocer le théorème de Rolle. Soiet a, b deux réels avec a < b, soit f ue foctio à valeurs réelles, cotiue sur [a, b] et dérivable

Plus en détail

C.B. Analyse : solutions

C.B. Analyse : solutions l( ) ) La foctio f C.B. Aalyse : solutios Partie I : Etude de la foctio L a) Par théorème géérau, f est de classe C sur ], [ {}. E, o motre simultaémet les deu propriétés e obteat u D.L. de f e. O sait

Plus en détail

Autour de la loi de Poisson

Autour de la loi de Poisson Agrégatio Itere de Mathématiques Thierry Champio séace du 25 ovembre 2016 Autour de la loi de Poisso Notatios - Itroductio Das tout ce problème, (Ω, T, P) est u espace probabilisé. Toutes les variables

Plus en détail

Sommaire. 2. Séries réelles ou complexes. Méthodes : L essentiel ; mise en œuvre

Sommaire. 2. Séries réelles ou complexes. Méthodes : L essentiel ; mise en œuvre 1. Espaces vectoriels ormés A. Normes et distaces............. 8 B. Étude locale des applicatios Cotiuité..... 19 C. Cotiuité des applicatios liéaires....... 25 D. Espaces vectoriels ormés de dimesio fiie...

Plus en détail

MAT 452 Analyse Fonctionnelle ( ) Correction exercice 5 / Feuille d exercices n 3

MAT 452 Analyse Fonctionnelle ( ) Correction exercice 5 / Feuille d exercices n 3 MAT 45 Aalyse Foctioelle (6-7) Correctio exercice 5 / Feuille d exercices 3 Soit H u espace de Hilbert complexe séparable et D u sous-espace quelcoque de H. O se doe u opérateur liéaire A : D H. O appelle

Plus en détail

LICENCE de MATHÉMATIQUES PROBABILITÉS. Mihaï Gradinaru

LICENCE de MATHÉMATIQUES PROBABILITÉS. Mihaï Gradinaru LICENCE de MATHÉMATIQUES PROBABILITÉS Mihaï Gradiaru 2001-2003 2 Avat propos Ces otes sot ue rédactio du cours oral e amphithéâtre doé pedat trois as. Il s agit d u documet de travail et pas d u ouvrage;

Plus en détail

Chap2 Les suites : Raisonnement par récurrence limites de suites

Chap2 Les suites : Raisonnement par récurrence limites de suites I Rappels de première Chap2 Les suites : Raisoemet par récurrece limites de suites II Suites majorées, miorées, borées Défiitios : O dit qu ue suite ( u ) est majorée lorsqu il existe u réel M tel que

Plus en détail

1 Présentation du jeu.

1 Présentation du jeu. Présetatio du jeu.. Les règles du jeu. Le touroi est u jeu comportat ue suite de maches (appelées duels ) opposat deux joueurs, jamais plus. Les joueurs vot etrer e jeu successivemet, tat qu aucu d etre

Plus en détail

Développement en série de Fourier

Développement en série de Fourier [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le septembre 6 Eocés Développemet e série de Fourier Exercice [ 95 ] [Correctio] Soit f ue foctio cotiue périodique. O suppose que la série de Fourier de f coverge

Plus en détail