Terrorisme, crimes contre l humanité et Cour pénale internationale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Terrorisme, crimes contre l humanité et Cour pénale internationale"

Transcription

1 Terrorisme, crimes contre l humanité et Cour pénale internationale Philippe KIRSCH Président de la Commission préparatoire de la Cour pénale internationale Ambassadeur du Canada en Suède Les événements du 11 septembre 2001, qui ont entraîné la mort de milliers de civils à New York et à Washington et celle de tous les passagers qui se trouvaient à bord de quatre avions de ligne détournés par un groupe organisé de terroristes, ont mis tragiquement en évidence l insuffisance des mécanismes internationaux disponibles pour faire face au fléau du terrorisme en général. Dans ce contexte, et plus précisément sur le plan juridique, on s est penché sur les traités internationaux directement applicables aux différentes manifestations du terrorisme, mais aussi sur d autres instruments et d autres concepts, auxquels il serait possible d avoir recours pour le combattre. On a ainsi relevé que le Statut de la Cour pénale internationale ne comprenait pas le terrorisme parmi les crimes qui relèvent de sa compétence, mais que ce crime pourrait par ailleurs être considéré comme un crime contre l humanité, et faire dès lors l objet de sanctions internationales pour ce motif, outre celles déjà disponibles sous d autres chefs. L objet de la présente note est d aborder brièvement la question du terrorisme en regard du Statut de la Cour pénale internationale et des crimes contre l humanité, aux fins de réflexion future. La possibilité d inclure le crime de terrorisme dans le champ de compétence d une Cour pénale internationale n est pas nouvelle. 111

2 Déjà envisagée par la Société des Nations 1, l idée a été reprise par la Commission du droit international (CDI) en 1994, dans son projet de Statut de Cour pénale internationale qui serait utilisée lors des réunions préparatoires à la Conférence de Rome de En plus d un «noyau dur» de crimes principaux, qui devaient être incorporés plus tard dans le Statut de la Cour pénale internationale en tant que «crimes les plus graves ayant une portée internationale» 3, la CDI proposait que d autres crimes relèvent de la compétence de la Cour, crimes repris d un certain nombre de traités dont la liste figurait en annexe. Les traités en question portaient sur différents types de crimes : certains rentraient en fait dans les catégories de crimes de guerre et de crimes contre l humanité ; d autres relevaient du terrorisme et du trafic de stupéfiants. Des discussions qui suivirent, au sein du Comité préparatoire à la Conférence de Rome, de 1996 à 1998, se dégagea une nette tendance en faveur d un Statut qui serait limité aux crimes compris dans le «noyau dur», sans pour autant que l on s entende entièrement sur la portée de cette notion. Graduellement, au cours des négociations au sein du Comité préparatoire et dans quelques cas à la Conférence de Rome ellemême, un certain nombre des crimes définis par traités ont été incorporés aux crimes principaux. Ainsi, les crimes définis dans les Conventions de Genève de 1949 pour la protection des victimes de la guerre et dans les Protocoles additionnels de 1977 allaient s intégrer aux crimes de guerre. D autres devaient prendre leur place parmi les crimes contre l humanité, notamment la torture et l apartheid 4. 1 En réaction aux actes de terrorisme commis à la suite de la première guerre mondiale, La Société des Nations adopta en 1937 la Convention pour la prévention et la répression du terrorisme (SDN Doc. C.546(1) M.3353 (1) 1937 V), assortie d un Protocole portant création d une cour criminelle internationale. Ni la Convention, ni le Protocole n entrèrent jamais en vigueur. 2 Rapport de la CDI sur les travaux de sa quarante-sixième session, 2-2 mai 1994, chapitre II.B.I, Documents officiels de l Assemblée générale des Nations Unies, supplément No 10, A/49/10, Article 1 du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, document PCNICC/1999/INF/3 du 17 août 1999 (ci-après: Statut de Rome ). Les articles 5 à 8 énoncent et décrivent les crimes relevant de la compétence de la Cour, à savoir le crime de génocide, les crimes contre l humanité, les crimes de guerre, et le crime d agression. 4 Articles 7 et 8 du Statut de Rome; la torture et l apartheid sont mentionnés aux articles 7(1)(f)(j), 7(2)(e)(h), 8(2)(a)(ii) et 8(2)c)(i)., 112

3 Reste qu au seuil de la Conférence, le rapport du Comité préparatoire comportait toujours, parmi les questions non réglées, des projets d articles portant sur les crimes de terrorisme, les crimes contre le personnel des Nations Unies et le personnel associé, et les crimes liés au trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes 5. Eu égard à l insistance mise par un certain nombre d Etats à inclure au Statut, en particulier, le terrorisme et le trafic de stupéfiants, mais aussi la résistance qui leur était opposée, ces questions étaient devenues trop politiques pour se prêter à un règlement au cours du processus préparatoire 6. A la Conférence elle-même, les différences persistèrent, plus profondes que jamais et revêtant un caractère particulièrement politique dans le cas du crime de terrorisme. Pour un certain nombre d États pour lesquels le terrorisme représentait une préoccupation grave au quotidien, il était inconcevable qu un crime dont l importance internationale ne faisait aucun doute soit omis du Statut. C était le cas, par exemple, de l Inde, du Sri Lanka, de l Algérie et surtout de la Turquie, laquelle considérait la question à ce point fondamentale, jusqu à la toute fin de la Conférence, que le succès d ensemble de celle-ci s en trouva menacé 7. En revanche, les relevés officieux des positions énoncées par les délégations lors des discussions du Comité plénier sur les documents de travail présentés par son Bureau à propos du chapitre II du Statut (lequel portait notamment sur la définition des crimes devant relever de la compétence de la Cour), montraient également qu un grand nombre de pays de toutes les régions entretenaient de sérieuses réserves quant à l inclusion du crime de terrorisme, pour plusieurs raisons 8. 5 Rapport du Comité préparatoire pour la création d une Cour criminelle internationale, A/CONF.183/2/Add.1 (14 avril 1998), chapitre II, article 5. 6 Les attaques contre le personnel des Nations Unies et le personnel associé allaient à leur tour être intégrés aux crimes de guerre applicables aux conflits internationaux: Article 8(2)(b)(iii) du statut de Rome. 7 Les propositions de ces Etats se retrouvent aux documents A/CONF.183/C.1/L.27 et L.27/Rev.1 8 Le Bureau du Comité plénier présenta deux documents vers la fin de la Conférence afin d alimenter la discussion sur le Chapitre II: document de travail A/CONF.183/C.1/L.53 du 7 juillet 1998, et proposition du Bureau A/CONF.183/C.1/L.59 du 10 juillet. En l absence de tout rapprochement sur la question du terrorisme, le Bureau n y proposait pas de projet d article mais notait dans les deux cas que d autres propositions ont été faites au sujet du 113

4 Sur le plan juridique, la principale en était que les conventions portant sur le terrorisme (comme d ailleurs sur le trafic de stupéfiants) ne reflétaient pas le droit coutumier international au même degré que les crimes principaux. Sur le plan pratique, on pensait qu il y avait danger d ensevelir la Cour sous une avalanche de crimes relativement moins importants. Certains Etats, notamment les Etats-Unis, estimaient en outre que ces crimes se prêtaient mieux à l exercice des compétences nationales et aux mécanismes classiques de coopération internationale qu à la compétence d une Cour pénale internationale. Sur le plan politique, l une des raisons principales des difficultés à accepter le crime de terrorisme était une conviction largement répandue qu en l absence d une définition généralement acceptée de ce crime, tentée en vain depuis de nombreuses décennies, son inclusion serait une source dangereuse de politisation de la Cour. Il suffisait pour s en convaincre de regarder l histoire boiteuse de l examen de cette question au sein des Nations Unies, à commencer par le débat sur l assassinat des athlètes israéliens aux jeux olympiques de Munich en 1972, qui avait conduit à la création du Comité du terrorisme. Le Comité fut handicapé dès le départ par l ambiguïté et la politisation de son mandat. Son histoire peu glorieuse se termina en 1979 par un projet de déclaration assez anodin, adopté de peine et de misère par un consensus aussitôt défait par l Assemblée générale 9. Le problème de la définition du terrorisme n est en réalité qu un sous-produit d un certain nombre de questions politiques de fond, terrorisme..., qui nécessitent un examen plus approfondi. À la suite du débat sur le document de travail du Bureau, une publication des organisations non gouvernementales, Rome Treaty Conference Monitor, Special Report of the NGO Coalition for an International Criminal Court concluait le 10 juillet: [o]n the treaty crimes, a general consensus is emerging that there is not enough time to satisfactorily resolve the question of their inclusion states indicated they wished to retain one or more treaty crimes; 38 indicated they should not be included, 13 of which due to a lack of time. Après le débat sur la proposition du Bureau, le 15 juillet, donc deux jours avant la fin de la Conférence, la même publication, dans une édition intitulée The Virtual Vote, faisait état de l absence persistante d accord sur l inclusion des crimes dit de traités, tout en ajoutant que several countries reiterated their support for inclusion. 9 Le Comité fut créé en vertu de la résolution RES (XXVII) du 18 décembre 1972, dans une atmosphère profondément divisée. Les trois rapports du Comité du terrorisme se retrouvent aux documents A/9028 de 1973, A/32/37 de 1977 et A/34/37 de Voir aussi le rapport de la Sixième Commission, document A/34/786 du 8 décembre

5 parmi lesquelles se situe d abord celle des mouvements de libération nationale. Jusqu à ce jour, ce problème oppose certains Etats qui s inquiètent de ce que la lutte contre le terrorisme puisse servir de justification à nier aux peuples «leur droit légitime à l auto-détermination et à l indépendance», et les Etats qui craignent que, derrière ce souci, se cache le désir de légitimer les actes de terrorisme s ils sont commis par des mouvements de libération nationale. Un second problème vient de la notion confuse de «terrorisme d Etat», qui pour certains vise tout aussi bien l action de «terroriser des populations entières» en période d occupation qu une politique d agression ou de pression économique, alors que pour d autres il s agit simplement de l implication de certains États dans la commission d actes de terrorisme individuels. Un troisième problème est celui de la légitimité des réponses apportées au terrorisme, notamment si la force armée est utilisée, qui a amené dans certaines conventions antiterroristes, y compris les plus récentes, une clause de sauvegarde de l intégrité territoriale et de l indépendance politique d un Etat 10. Enfin, il fut une époque où la tension était vive entre ceux qui voulaient prendre des mesures visant à combattre le terrorisme et ceux qui en contestaient la légitimité tant que ses causes sousjacentes n étaient pas réglées 11. À ces problèmes politiques traditionnels s en ajoute maintenant un cinquième qui a pris naissance lors de l élaboration de la Convention pour la répression des attentats terroristes à l explosif, à savoir l exclusion des activités des forces armées du champ d application de la Convention L article 17 de la Convention internationale pour la répression des attentats terroristes à l explosif, par exemple, se lit comme suit: Les Etats Parties s acquittent des obligations découlant de la présente Convention dans le respect de l égalité souveraine et de l intégrité territoriale des États, ainsi que celui de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres Etats. Doc. A/52/653, adopté par la résolution A/RES/52/164 du 15 décembre 1997 de l Assemblée générale des Nations Unies; 11 Supra, note 9. Le titre de la question inscrite en 1972, et maintenu à l ordre du jour de l Assemblée générale jusqu en 1990, est révélateur à cet égard: Mesures visant à prévenir le terrorisme international qui met en danger ou anéantit d innocentes vies humaines, ou compromet les libertés fondamentales, et étude des causes sous-jacentes des formes de terrorisme et d actes de violence qui ont leur origine dans la misère, les déceptions, les griefs et le désespoir et qui poussent certaines vies humaines, y compris la leur, pour tenter d apporter des changements radicaux:..» 12 Supra, note 10. Article 19(2) Les activités des forces armées en période de conflit armé, au sens donné à ces termes en droit international humanitaire, qui 115

6 Acceptée alors avec difficulté par l ensemble des Etats à l insistance des Etats-Unis, en vue de sauvegarder les acquis de la Convention, cette même clause fut rejetée en 1998 lors de l élaboration d un projet de convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire 13, projet bloqué depuis pour cette raison quoiqu il soit complété par ailleurs. On constate aisément que tous ces problèmes politiques sont liés les uns aux autres. Sous l influence de ces divisions politiques persistantes, l Assemblée générale des Nations Unies a passé plusieurs années à adopter toute une série de résolutions dont les premières au moins étaient passablement ambiguës 14. Le malaise international à l égard du terrorisme en tant que crime international s est d ailleurs reflété dans les Conventions antiterroristes elles-mêmes, conclues entre 1970 et 1999, où le mot «terrorisme» n est apparu que deux fois, à la toute fin des années 90, et encore, jamais dans la définition du crime en question 15. Même actuellement, alors que certains de ces problèmes se sont sensiblement atténués et que le consensus sont régies par ce droit ne sont pas régies par la présente Convention, et les activités menés par les forces armées d un Etat dans l exercice de leurs fonctions officielles, en tant qu elles sont régies par d autres règles de droit international, ne sont pas non plus régies par la présente Convention. 13 Doc. A/C.6/53/L.4, Mesures visant à éliminer le terrorisme international, Rapport du groupe de travail. 14 Ce n est que dans sa résolution A/RES/40/61 de 1985, que l Assemblée générale condamna pour la première fois sans équivoque tous les actes de terrorisme où qu ils soient commis et quels qu en soient les auteurs, formule désormais consacrée. Cependant, cette résolution contenait toujours une réaffirmation de la légitimité de la lutte des mouvements de libération nationale. La référence à ces mouvements devait encore se renforcer dans la résolution A/RES/42/159 du 7 décembre 1987, qui se déclarait sans préjudice à leur lutte. Par contre, le titre de la résolution A/RES/46/51du 9 décembre1991 se réduisit à Mesures visant à éliminer le terrorisme international. Plus tard, la référence à la lutte des mouvements de libération nationale elle-même fut complètement omise de la résolution A/RES/49/60 du 9 décembre1994, à laquelle était annexée une Déclaration en vue d éliminer le terrorisme international. Les résolutions suivantes furent dans le même esprit: A/RES/50/53 du 11 décembre 1995, A/51/210 du 17 décembre 1996, qui créait un comité spécial chargé de l élaboration de nouvelles conventions, AC/RES/52/165 du 15 décembre 1997, A/53/108 du 8 décembre 1998, A/RES/54/110 du 9 décembre 1999, et A/RES/55/158 du 12 décembre Convention internationale pour la répression des attentats terroristes à l explosif, supra, note 10. Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme, adopté par la résolution A/RES/54/109 du 9 décembre 1999 de l assemblée générale des nations Unies. 116

7 international sur la nécessité de combattre le terrorisme n a jamais été plus fort en raison des événements du 11 septembre, des difficultés ont resurgi aux Nations Unies dans le contexte de la négociation d une convention globale contre le terrorisme, et plus précisément en ce qui concerne sa définition. Alors que les dispositions juridiques du projet de convention étaient à peu près terminées, et en dépit de l intervention personnelle du Secrétaire général de l ONU, le projet n a pu être adopté en raison de divergences irréconciliables à propos d une référence aux mouvements de libération nationale et de l exclusion des forces armées des États du champ d application de la Convention 16. Lors des négociations de Rome, certains efforts ont été faits pour contourner le problème de la définition. On a proposé par exemple d annexer au Statut les diverses conventions relatives au terrorisme et de ne donner compétence à la Cour que dans les cas de crimes commis sur le territoire d un État ayant ratifié le Statut ou par ses ressortissants. Ainsi, si un Etat était partie à la Convention sur la prise d'otages, la Cour n aurait compétence que sur les prises d otages commises sur son territoire ou par ses ressortissants. Ce type de démarche n était cependant pas exempt de problèmes : qu adviendrait-il, par exemple, dans le cas d un crime commis sur le territoire d un Etat non partie au Statut, par des ressortissants de cet Etat, dont l un, cependant, aurait également la nationalité d un Etat partie? La Cour aurait-elle compétence et, si oui, jusqu à quel point? Ces propositions n ont pas été poursuivies faute de temps et d accord sur les solutions possibles. En définitive, sur l insistance des pays intéressés et particulièrement de la Turquie, les deux principaux crimes définis par traités qui avaient été omis du Statut de Rome 17 ont fait l objet d une résolution annexée à l Acte final de la Conférence. Cette résolution recommande qu une conférence de révision «étudie le cas du terrorisme et des crimes liés à la drogue en vue de dégager une définition acceptable de ces crimes et de les inscrire sur la liste de ceux qui relèvent de la compétence de la Cour» Le projet de convention est contenu au document A/C.6/56/L.9, Mesures visant à éliminer le terrorisme international, Rapport du groupe de travail. 17 D autres propositions, notamment celles de mentionner parmi les crimes du Statut le mercenariat et les embargos économiques, ont été abandonnées. 18 Acte final de la Conférence, Résolution E, A/CONF./10 du 17 juillet Une conférence de révision est prévue à l article 123 du Statut, sept ans après son entrée en vigueur. 117

8 Avant d aborder la question de savoir si les crimes de terrorisme, ou certains d entre eux, pourraient tomber dans le champ de la compétence de la Cour pénale internationale par d autres moyens, ou, plus généralement, constituer des crimes contre l humanité 19, on peut donc conclure que l exclusion du crime de terrorisme du Statut de la Cour ne fut pas accidentelle, mais une décision délibérée résultant d un long mûrissement. Il est clair également qu à la lumière des dispositions du Statut, il est difficile d envisager comment la Communauté internationale, quand bien même elle le voudrait, pourrait disposer des moyens constitutionnels de modifier le Statut à court terme. En effet, l ajout du crime de terrorisme au Statut ne pourrait se faire au plus tôt que sept ans après son entrée en vigueur, en vertu des dispositions régissant le processus d adoption d amendements 20. Cela signifie donc un report de l examen de la question de près d une décennie. Il faut convenir toutefois que ce fossé entre le Statut, avec ses limitations, et l ampleur des crimes commis aux Etats-Unis le 11 septembre 2001, n apparaît à beaucoup ni satisfaisant, ni convaincant. Pour sa part, observant que «les crimes de terrorisme comptaient parmi les menaces les plus graves à la paix», que «le monde ne peut et ne doit pas attendre aussi longtemps [que le temps requis par le Statut pour étendre la compétence de la Cour], et que «le droit doit s adapter à la réalité», la Turquie a déposé au cours de la dernière session de la Commission préparatoire de la Cour pénale internationale un document où elle favorise une «approche pragmatique» de cette question, visant à réviser le Statut de la Cour. Cela pourrait se faire, selon elle, soit au sein de la Commission préparatoire, soit au moyen d une conférence internationale «afin que les crimes de terrorisme constituent une catégorie distincte de crimes, à côté de ceux qui sont déjà énumérés dans le Statut» Quoique cette question ne fasse pas l objet de cette note, il n est pas inutile de mentionner qu un certains nombre de crimes de guerre inclus dans le Statut de Rome pourrait aisément constituer également des actes de terrorisme, dans la mesure où une attaque intentionnelles en vue de semer la terreur est fondamentalement contraire aux principes fondamentaux de droit international humanitaire. Voir par exemple les articles 8(2)(a)(i), (iii), (iv), 8(2)(b)(i), (ii), (v), (xiii), 8(2)(c)(i), (ii) (iii), 8(2)(e)(i), (ii), (xii). 20 Article 121 du Statut de Rome. 21 Observations de la Turquie concernant les crimes de terrorisme, document PCNICC/2001/DP.1 du 2 octobre

9 Indépendamment du lien entre le crime de terrorisme et le Statut de la Cour pénale internationale, la question demeure de savoir si les crimes de terrorisme peuvent être considérés comme crimes contre l humanité. En un mot, la réponse à cette question dépend de la magnitude des crimes commis et des circonstances. Pour constituer un crime contre l humanité, certaines conditions doivent être remplies, qu il s agisse de terrorisme ou de tout autre crime qui rentre de prime abord, de par sa nature, dans la catégorie de crimes contre l humanité 22. La question se pose naturellement de façon particulièrement aiguë à la lumière des crimes commis le 11 septembre. Certes, en raison de la non-rétroactivité du Statut de Rome, ces crimes ne sauraient relever de la compétence de la Cour 23. Néanmoins, il est légitime de se demander si ces crimes, qui d emblée semblent sans conteste figurer parmi les «crimes les plus graves ayant une portée internationale», peuvent être juridiquement considérés comme tels, et, plus spécifiquement, comme crimes contre l humanité. Contrairement au génocide et aux crimes de guerre, les crimes contre l humanité n ont jamais été définis conventionnellement, mais ils ont été décrits dans un certain nombre de documents, tels que les Statuts des Tribunaux de l ancienne Yougoslavie et du Rwanda, de même que la Charte de Nuremberg. La codification la plus récente des crimes contre l humanité se retrouve à l article 7 du statut de la Cour pénale internationale. Cette disposition est d autant plus intéressante que, lors des négociations, les Etats ont déclaré codifier le droit international coutumier. 22 En abrégé, la liste des crimes contre l humanité contenue a l article 7(1)(a-k) du Statut de Rome comprend le meurtre, l extermination, la réduction en esclavage, la déportation ou le transfert forcé de population, certaines formes d emprisonnement ou de privation de liberté, la torture, certains crimes de nature sexuelle, la persécution pour certains motifs ou en fonction de critères définis au Statut, les disparitions forcées, l apartheid et d autres actes inhumains de nature analogue. 23 Article 11(1) du Statut de Rome: la Cour n a compétence qu à l égard des crimes relevant de sa compétence commis après l entrée en vigueur du présent Statut. 119

10 La définition, dont les composantes seront limitées ici aux crimes apparentés aux attaques du 11 septembre, se lit comme suit : 1. Aux fins du présent Statut, on entend par crime contre l humanité l un quelconque des actes ci-après lorsqu il est commis dans le cadre d une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque : a) Meurtre ; b) Emprisonnement ou toute autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international ; c) Autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l intégrité physique ou la santé physique ou mentale. Les termes «attaque contre une population civile» sont à leur tour définis à l article 7 (2) (a) comme suit : 2. Par «attaque lancée contre la population civile», on entend le comportement qui consiste en la commission multiple d actes visés au paragraphe 1 à l encontre d une population physique quelconque, en application ou dans la poursuite de la politique d un État ou d une organisation ayant pour but une telle attaque. Il faudrait donc qu un procureur prouve quatre différents éléments pour qu un crime soit considéré comme crime contre l humanité : 1) que certains actes ont été commis, 2) qu ils l ont été dans le cadre d une attaque généralisée ou systématique, 3) que l attaque était lancée contre une population civile, en application ou dans la poursuite de la politique d un État ou d une organisation, 4) que l auteur de ces actes savait qu ils faisaient partie d une attaque généralisée ou systématique. 120

11 Sans entrer dans les détails d une poursuite éventuelle, il est vraisemblable que ces conditions pourraient être satisfaites dans le cas particulier des événements du 11 septembre. Il ne fait guère de doute que les actes commis alors rentrent dans les catégories décrites dans l article 7 (1), qu il s agisse de meurtre, de privation de liberté ou de traitement inhumain pour ceux qui ont survécu aux attaques. Un certain nombre de facteurs conduit à la conclusion de l existence d une attaque généralisée ou systématique exigée par l article 7 (2), détaillés dans un autre contexte dans le jugement de l affaire Blaskic du Tribunal pour l ancienne Yougoslavie 24 : le niveau détaillé de la planification et l appui logistique requis, le nombre d individus impliqués dans ces attaques, un acte criminel commis sur une large échelle, la 24 Blaskic (IT-95-14), Vallée de la Lasva, décision de la chambre de première instance I. Cette décision énonce certains test en vue d établir la preuve d une attaque généralisée ou systématique, comme suit, paragraphes 198s.: le caractère systématique fait référence à quatre éléments qui, aux fins de la présente affaire, peuvent être énoncés de la façon suivante: - l existence d un but de caractère politique, d un plan en vertu duquel l attaque est perpétrée ou d une idéologie au sens large du terme, à savoir détruire, persécuter ou affaiblir une communauté; - la perpétration d un acte criminel de très grande ampleur à l encontre d un groupe de civils ou la commission répétée et continue d actes inhumains ayant un lien entre eux; - la préparation ou la mise en oeuvre de moyens publics ou privés importants, qu ils soient militaires ou autres; - l implication dans la définition et l établissement du dessein méthodique d autorités militaires ou autres. Ce dessein ne doit pas nécessairement être déclaré expressément, ni énoncé de façon claire et précise. Il peut se déduire de la survenance d un ensemble de faits... Le trait massif se réfère, quant à lui, à l ampleur des actes perpétrés et au nombre des victimes... Un crime peut être massif ou de grande échelle par l effet cumulé d une série d actes inhumains ou par l effet singulier d un seul acte de grande ampleur. Les conditions d ampleur et de systématicité ne sont pas nécessairement cumulatives... Pour que des actes inhumains puissent être qualifiés de crimes contre l humanité, il suffit que l une de ces conditions soit remplie. Il n en demeure pas moins qu en pratique, ces deux critères seront souvent difficiles à séparés l un de l autre: une attaque d ampleur qui vise un grand nombre de victimes repose généralement sur une forme quelconque de planification ou d organisation. Voir aussi la décision du Tribunal international pour le Rwanda dans l affaire Akayesu (Affaire N. ICTR-96-4-T), crimes contre l humanité, 6.3, et les «Éléments constitutifs des Crimes» relatifs aux crimes contre l humanité, adoptés par la Commission préparatoire de la Cour pénale internationale en vertu de l article 9 du Statut de Rome et contenus au document PCNICC/2000/1/Add.2 du 1er novembre

12 commission répétée d actes inhumains liés entre eux (les quatre détournements d avions), l utilisation de ressources humaines et financières importantes pour mener à bien les détournements d avion, l implication d autorités de haut niveau d une organisation (Al Qaida), le nombre de victimes et l espace géographique couvert par les attaques. Quant à l exigence d une attaque en application ou dans la poursuite d une politique visant à commettre de tels actes, en vertu de laquelle il faut que «l État ou l organisation favorise ou encourage activement une telle attaque contre la population civile 25», la mort de milliers de civils au «World Trade Center» à elle seule, et la planification de ces crimes par les proches associés d Oussama Bin Laden, semblent remplir ces conditions. Ce survol de l application aux événements du 11 septembre des éléments requis pour constituer un crime contre l humanité est naturellement très sommaire, et d autres éléments de preuve sont requis sur lesquels il n est pas nécessaire de s étendre ici, mais qui peuvent être capitaux dans d autres circonstances 26. Il suffit cependant pour en arriver à deux conclusions provisoires : d abord, il serait certainement prématuré de conclure que l omission du crime de terrorisme du Statut de Rome exclut nécessairement tous les actes terroristes du champ d application du Statut ; ensuite, et plus précisément, certains actes de terrorisme pourraient vraisemblablement faire l objet de poursuites, dans ce contexte comme dans d autres, en tant que crimes contre l humanité, pourvu qu ils satisfassent à un certain 25 Éléments constitutifs des crimes, article 7, Crimes contre l humanité, introduction, paragraphe 3. Cette politique ne doit pas nécessairement être déclarée: [d]ans des circonstances exceptionnelles, une telle politique peut prendre la forme d une abstention délibérée d agir, par laquelle l État ou l organisation entend consciemment encourager une telle attaque. Ibid., note Par exemple, le Statut de Rome exige que l acte criminel soit commis en connaissance de cette attaque [généralisée et systématique lancée contre toute une population civile]. Cette exigence, qui ne semble pas faire de doute dans le cas des événements du 11 septembre, avait été énoncée par le Tribunal pour le Rwanda dans l affaire Kayishema (ICTR-95-1, paragraphes 134s.): pour être coupable de crimes contre l humanité, l auteur doit avoir connaissance de l existence d une attaque contre la population civile et du fait que son acte s inscrit dans le cadre de cette attaque. Cette énonciation, et les explications qui l accompagnaient, ont été reprises par le Tribunal pour l ancienne Yougoslavie dans les affaires Kupreskic et consorts, Vallée de la Lasva (IT-95-16, paragraphe 557) et Blaskic (supra, note 19, paragraphes 247s.) 122

13 nombre de critères généralement acceptés. Ces crimes tombent également sous le coup des législations nationales sous d autres chefs, en tant que crimes de droit commun, à commencer par le meurtre et l enlèvement, et dans certains cas en tant que crimes de guerre 27. Inversement, il est clair que la question de l établissement de mécanismes juridiques internationaux satisfaisants en vue de combattre le terrorisme n est pas réglée pour autant. Il serait difficile, pour la plupart des crimes de terrorisme commis à ce jour, de rencontrer tous les critères qui en feraient des crimes contre l humanité. La convention globale contre le terrorisme qui est en voie de développement, l application croissante de la compétence universelle au terrorisme, l intensification de la coopération judiciaire entre Etats, la possibilité de voir le Statut de la Cour pénale internationale incorporer formellement un jour le terrorisme parmi les «crimes les plus sérieux ayant une portée internationale» apportent peut-être des éléments de réponse, mais il reste bien du chemin à faire. 27 Supra, note

14 NOTES 124

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

Éléments des crimes *,**

Éléments des crimes *,** des crimes *,** * Note explicative: La structure des éléments des crimes de génocide, des crimes contre l humanité et des crimes de guerre suit celle des dispositions correspondantes des articles 6, 7

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

ANNEXE. L obligation d extrader ou de poursuivre («aut dedere aut judicare») en droit international. Observations préliminaires. (Zdzislaw Galicki)

ANNEXE. L obligation d extrader ou de poursuivre («aut dedere aut judicare») en droit international. Observations préliminaires. (Zdzislaw Galicki) ANNEXE L obligation d extrader ou de poursuivre («aut dedere aut judicare») en droit international Observations préliminaires (Zdzislaw Galicki) I. Introduction générale du sujet 1. L expression «extrader

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014

L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 L appréhension pénale du terrorisme Plan détaillé de la dissertation ENM 2014 «Je ne connais rien de plus servile, de plus méprisable, de plus lâche, de plus borné qu'un terroriste» (Chateaubriand, Mémoires

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE NATIONS UNIES Tribunal international chargé de poursuivre les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l ex-yougoslavie depuis

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

A/57/52. Nations Unies

A/57/52. Nations Unies Nations Unies Rapport du Comité spécial sur la portée de la protection juridique offerte par la Convention sur la sécurité du personnel des Nations Unies et du personnel associé 1er-5 avril 2002 Assemblée

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Statut de Rome de la Cour pénale internationale

Statut de Rome de la Cour pénale internationale Statut de Rome de la Cour pénale internationale Le texte du Statut de Rome est celui du document distribué sous la cote A/CONF. 183/ 9, en date du 17 juillet 1998, et amendé par les procès-verbaux en date

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties ICC-ASP/6/INF.3 Distr.: générale 4 décembre 2007 FRANÇAIS Original: Anglais Sixième session New York 30 novembre - 14 décembre 2007 Conférence de

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Préambule. aspects, New York, 9-20 juillet 2001 (A/CONF.192/15), par. 24. 2 A/58/138. 3 Résolution 55/255 de l Assemblée générale, annexe.

Préambule. aspects, New York, 9-20 juillet 2001 (A/CONF.192/15), par. 24. 2 A/58/138. 3 Résolution 55/255 de l Assemblée générale, annexe. Instrument international visant à permettre aux États de procéder à l identification et au traçage rapides et fiables des armes légères et de petit calibre illicites Préambule Les États, Notant que, dans

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

COM (2012) 655 final

COM (2012) 655 final COM (2012) 655 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 novembre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE CONTRE LE TRAFIC ILLICITE DE MIGRANTS PAR TERRE, AIR ET MER, ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE Copie préliminaire du texte authentique.

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales 1986 Faite à Vienne le 21 mars 1986. Non encore en vigueur. Voir Documents

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat 1983 Faite à Vienne le 8 avril 1983. Non encore en vigueur. Voir Documents officiels de la Conférence des Nations

Plus en détail

Résumé de l arrêt (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel)

Résumé de l arrêt (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel) United Nations Nations Unies Résumé de l arrêt (Exclusivement à l usage des médias. Document non officiel) CHAMBRE D APPEL La Haye, 8 octobre 2008 RÉSUMÉ DE L'ARRÊT RENDU DANS L AFFAIRE LE PROCUREUR c/

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42127/98 présentée par W. A. contre la Suisse La Cour européenne des Droits de l'homme (deuxième section), siégeant en chambre le 12 janvier 1999 en présence

Plus en détail

Assurance des risques divers

Assurance des risques divers L assurance du terrorisme en Tunisie : où en sommes-nous? Nabil Ben Azzouz D.U en Droit des assurances de l IAL Etudiant en Master 2 Droit des assurances à l IAL Assurance des risques divers Depuis quelques

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

4./4/14 DE DROIT AÉRIEN. (Montréal, 26 CONVENTION SURVENANT. (12 pages) 14-1044 DCTC_WP_DCTC_

4./4/14 DE DROIT AÉRIEN. (Montréal, 26 CONVENTION SURVENANT. (12 pages) 14-1044 DCTC_WP_DCTC_ DCTC Doc n o 33 4./4/14 CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE DROIT AÉRIEN (Montréal, 26 mars 4 avril 2014) TEXTE REFONDU DE LA CONVENTION RELATIVE AUX INFRACTIONS ET À CERTAINS AUTRES ACTES SURVENANT À BORD DES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

RECUEIL DES CLAUSES FINALES DES TRAITÉS MULTILATÉRAUX. Manuel. Nations Unies

RECUEIL DES CLAUSES FINALES DES TRAITÉS MULTILATÉRAUX. Manuel. Nations Unies RECUEIL DES CLAUSES FINALES DES TRAITÉS MULTILATÉRAUX Manuel Nations Unies Recueil des clauses finales des traités multilatéraux PUBLICATION DES NATIONS UNIES Numéro de vente : F.06.V.3 ISBN 92-1-233406-7

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER - 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER Principes généraux Article premier Responsabilité de

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8 Annexe au contrat de location Programme de coupons pour le choix du logement, avec aide aux locataires, de la Section 8 Département du Logement et de l'urbanisme des États-Unis Bureau des logements sociaux

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Vienne, 2010 Résolutions

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LES CLAUSES DE LA NATION LA PLUS FAVORISÉE 1978

PROJET D ARTICLES SUR LES CLAUSES DE LA NATION LA PLUS FAVORISÉE 1978 PROJET D ARTICLES SUR LES CLAUSES DE LA NATION LA PLUS FAVORISÉE 1978 Texte adopté par la Commission à sa trentième session, en 1978, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de son rapport sur les

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties Distr. : générale 29 octobre 2013 ICC-ASP/12/47 FRANÇAIS Original : anglais Douzième session The Hague, 20-28 novembre 2013 Rapport de la Commission

Plus en détail

RECUEIL D ACCORDS BILATÉRAUX, RÉGIONAUX ET INTERNATIONAUX EN MATIÈRE D ENTRAIDE JUDICIAIRE ET D EXTRADITION

RECUEIL D ACCORDS BILATÉRAUX, RÉGIONAUX ET INTERNATIONAUX EN MATIÈRE D ENTRAIDE JUDICIAIRE ET D EXTRADITION cover_coi_tome2.qxd 20/02/2009 11:48 Page 1 Centre international de Vienne, Boîte postale 500, 1400 Vienne (Autriche) Téléphone: (+43-1) 26060-0, Télécopieur: (+43-1) 26060-5866, www.unodc.org RECUEIL

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) L Assemblée des États Parties, 1 [ ] 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Voies de fait et autres infractions contre la personne n entraînant pas la mort

Conseil canadien de la magistrature Voies de fait et autres infractions contre la personne n entraînant pas la mort Conseil canadien de la magistrature Voies de fait et autres infractions contre la personne n entraînant pas la mort Table des matières Infraction 244...3 Décharge d une arme à feu avec intention (Art.

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste La responsabilité juridique des infirmiers Carine GRUDET Juriste Introduction Dans notre société civile, la responsabilité est un principe juridique selon lequel chacun doit répondre des conséquences de

Plus en détail

PROTOCOLE PORTANT AMENDEMENTS AU PROTOCOLE PORTANT STATUT DE LA COUR AFRICAINE DE JUSTICE ET DES DROITS DE L HOMME

PROTOCOLE PORTANT AMENDEMENTS AU PROTOCOLE PORTANT STATUT DE LA COUR AFRICAINE DE JUSTICE ET DES DROITS DE L HOMME PROTOCOLE PORTANT AMENDEMENTS AU PROTOCOLE PORTANT STATUT DE LA COUR AFRICAINE DE JUSTICE ET DES DROITS DE L HOMME 1 PREAMBULE LES ÉTATS MEMBRES de l Union africaine, parties à l Acte constitutif de l

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

RÉSOLUTION 986 (1995) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 3519e séance, le 14 avril 1995

RÉSOLUTION 986 (1995) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 3519e séance, le 14 avril 1995 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/986 (1995) 14 avril 1995 RÉSOLUTION 986 (1995) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 3519e séance, le 14 avril 1995 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

CONVENTION SUR LA PROTECTION PHYSIQUE DES MATIÈRES ET DES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES

CONVENTION SUR LA PROTECTION PHYSIQUE DES MATIÈRES ET DES INSTALLATIONS NUCLÉAIRES Version française unofficieuse du texte de la Convention sur la protection physique des matières nucléaires, adoptée le 26 octobre 1979, incorporant l amendement adopté le 8 juillet 2005 par les États

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES PAR François ROUX Depuis Nuremberg jusqu au Tribunal spécial pour le Liban, la défense devant les tribunaux pénaux internationaux a subi une évolution

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqar. La version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration. RÈGLEMENT

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine

Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs adoptés le 26 août 1999 Documents d application approuvés le 24 octobre 1999 Traduction

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Demande d aide financière Fonds d affectation spéciale des Nations Unies devant aider les États en développement, en particulier les pays les moins avancés et les petits insulaires en développement, à

Plus en détail

Décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil (13 juin 2002)

Décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil (13 juin 2002) Décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil (13 juin 2002) Légende: Exemple de décision-cadre arrêtée par le Conseil dans le cadre du troisième pilier. Source: Journal officiel des Communautés européennes (JOCE).

Plus en détail

Strasbourg, le 10 juin 2013 47+1(2013)008rev2

Strasbourg, le 10 juin 2013 47+1(2013)008rev2 Strasbourg, le 10 juin 2013 47+1(2013)008rev2 CINQUIÈME RÉUNION DE NÉGOCIATION ENTRE LE GROUPE DE NÉGOCIATION AD HOC DU CDDH ET LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L ADHÉSION DE L UNION EUROPÉENNE À LA CONVENTION

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION DIPLOMATIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION DIPLOMATIQUE... TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... VII PRÉFACE....IX LISTE DES ABRÉVIATIONS... XXVII INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil d administration

Règlement intérieur du Conseil d administration Règlement intérieur du Conseil d administration Le présent règlement intérieur a été adopté par le Conseil d administration à sa première session, le 14 décembre 1977. À sa cinquante-quatrième session,

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base

Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Office DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

Yves Delessert Etre bénévole et responsable

Yves Delessert Etre bénévole et responsable Yves Delessert Etre bénévole et responsable La responsabilité des membres de comité des IPE associatives du fait des activités déployées conformément aux buts de l association FIPEGS 9 juin 2015 Principales

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Présenté par l Organisme d autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ)

Présenté par l Organisme d autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) Mémoire présenté au ministère des Finances et de l Économie dans le cadre de la consultation faisant suite au dépôt du Rapport sur l application de la Loi sur les assurances et de la Loi sur les sociétés

Plus en détail