Le Soudan, la Cour Pénale Internationale et les humanitaires: des relations risquées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Soudan, la Cour Pénale Internationale et les humanitaires: des relations risquées"

Transcription

1 Le Soudan, la Cour Pénale Internationale et les humanitaires: des relations risquées I La CPI et la question soudanaise : les enjeux d un bras de fer a : une histoire longue et sans effet b La possibilité d inculpation d Omar Al-Beshir : un cas d école pour la CPI c - Le cas Omar Al-Beshir et le Darfour, ou comment la CPI met en jeu sa crédibilité d Et maintenant? La suite de la procédure devant la CPI II Le rapport, les réactions, et les voies d opposition utilisés par le Président soudanais a En interne : le soutien populaire b La recherche de soutiens extérieurs c La voie légale : l utilisation de l article 16 pour suspendre la procédure de la CPI d Le démantèlement du rapport en soi: un document polémique et maladroit III ONG, politiques, opinion publique: les difficultés de se positionner par rapport à la CPI a Réaction des pays à la demande d inculpation : pas de bloc uni de soutien ou d opposition à la CPI b Arguments généraux en faveur de la CPI : urgence au Darfour, pas d impunité! c De la coopération des ONG avec la CPI : plusieurs arguments contradictoires d Les conséquences probables d une inculpation sur le travail des humanitaires Conclusion : le dilemme justice/sécurité 1

2 La CPI est entrée dans une logique de refus de toute impunité en se «rappelant par deux fois au bon souvenir de ses bourreaux» 1 en moins de 15 jours : la première le 14 juillet par la demande d inculpation du Procureur Luis Moreno Ocampo contre le Président Soudanais Omar Al-Beshir ; la seconde le 21 juillet par l arrestation de Radovan Karadzic, ancien chef politique des Serbes de Bosnie. Premier constat : la CPI ne s en prend pas qu aux dirigeants africains. Deuxième constat : le cas soudanais soulève une tempête de réactions et d interrogations dans les milieux politiques, juridiques, universitaires et humanitaires. D un côté, la création de la CPI a introduit un changement majeur dans les relations internationales, aboutissement véritable du concept de justice pénale internationale. Depuis 1998, il n y a plus d abri définitif pour les auteurs de crimes de guerre, crimes contre l humanité ou crimes de génocide, et chacun peut s en réjouir. De l autre côté, le pari d une inculpation du Président soudanais est risqué en termes de conséquences sécuritaires sur les travailleurs humanitaires et la société civile. Si les juges de la CPI confirment le mandat d arrêt demandé par le Procureur contre Omar Hassan Al-Beshir, des représailles peuvent faire craindre une dégradation accélérée des conditions de vie au Darfour, une impossibilité d acheminer l aide humanitaire, ainsi qu un écroulement définitif du déjà précaire 2 APD (Accord de Paix sur le Darfour) 3 entraînant dans sa chute celui du déjà malmené APG (Accord de Paix Global 4 ) 5. D autre part, cette possibilité implique désormais la nécessité pour les ONG de définir leur relation vis-à-vis de la CPI, entre indépendance d action, non politisation, mais aussi croyance dans la lutte contre l impunité, surtout pour des acteurs travaillant au Darfour, région en souffrance depuis de nombreuses années. Ainsi, la CPI face au cas soudanais pose la problématique des liens justice internationale/sécurité, et CPI/humanitaire : quelles conséquences? Quels scénarii? Quels positionnements? L auteur propose une réflexion sur ces problématiques au regard de son expérience de terrain au Soudan, tout en s appuyant sur des revues bibliographiques et les travaux du groupe URD. I La CPI et la question soudanaise : les enjeux d un bras de fer a : une histoire longue et sans effet Le 14 juillet 2008, le Procureur Général de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a annoncé qu il requérait devant les magistrats de la CPI un mandat d arrêt contre le Président Soudanais Omar Al-Beshir, pour trois chefs d accusation : crimes de guerre, crimes contre l humanité et crime de génocide 6. Dix années plus tôt, en juillet 1998, était créée la CPI avec la signature du Traité de Rome. Entrée en vigueur en juillet 2002 après la ratification par le soixantième Etat, elle a été concrètement mise en place à la Haye en juin 2003 avec la nomination des juges, du procureur et du greffier. Ocampo en est le Procureur Général depuis sa création 7. 1 Mamou, Sopo et Soskin, rubrique «Débats», le Monde édition du 10 août Seul le SLA (Sudan s Liberation Movement) branche Mini Minawi est signataire de cet accord. 3 Plus connu sous le nom de DPA (Darfur Peace Agreement). 4 Plus connu sous le nom de CPA (Comprehensive Peace Agreement). 5 Plusieurs points d achoppements subsistent entre les autorités du Nord et du Sud Soudan, dont le tracé de la frontière, le statut de la zone d Abyei, le partage des richesses et du pouvoir, le recensement et les élections. 6 Il s agit par ailleurs des trois types de crimes définis par le Statut de Rome et sur lesquels la CPI à compétence. Le «crime nucléaire» n a pas été retenu finalement dans la typologie de la CPI. Le Président soudanais est donc accusé de l ensemble des catégories de crimes existants dans la justice internationale. 7 Sur l histoire de la création des juridictions pénales internationales, voir Aptel C., Justice pénale internationale : entre raison d Etat et Etat de droit, Revue internationale et stratégique, 2007/3, N 67, p Voir également Ferlet P. et Sartre P., La Cour Pénale Internationale à la lumière des positions américaine et française, Etudes, février 2007, N 4062, p Pour aller plus loin sur les principes régissant la CPI et ses limites, voir Della Morte G., les Frontières de la compétence de la Cour Pénale Internationale : observations critiques, International Review of Penal Law, volume 73, p Voir également Bourdon W., un Ordre juridique international au-delà des Etats : ombres et lumières, Revue Internationale et Stratégique 2003/1, CAIRN, Dalloz, N 49, p

3 L histoire du Soudan et de la CPI commence le 26 mai 2004, soit plus d une année après l éclatement des premières violences à large échelle au Darfour, lorsque le Conseil de Sécurité des Nations Unies manifeste sa grave préoccupation sur la détérioration de la situation humanitaire et les nombreuses violations des droits de l homme dans cette région. La résolution 1566 était alors adoptée le 30 juillet 2004, mentionnant la menace pour la paix et la sécurité internationale que constitue la situation au Darfour, tout en demandant au gouvernement le désarmement des janjawids et en le menaçant de l utilisation de l article 41 (sanctions qui n incluent pas l usage de la force armée). Face à la non réaction soudanaise, les Nations Unies adoptèrent ensuite la résolution 1564 du 18 septembre 2004 pour la mise en place d une commission d enquête de Haut Niveau 8 sur le Darfour. Antonio Cassese, ancien Président du TPI pour l ex-yougoslavie et fervent défenseur de la CPI, est alors placé à sa tête. Le 25 janvier 2005, il présente au Secrétariat Général un rapport de 176 pages établissant la responsabilité des forces gouvernementales et des milices dans les exécutions, actes de tortures et viols perpétrés au Darfour, mais ne retient pas le fait de génocide 9 collectif 10. Le rapport conclut que «des crimes contre l humanité, des crimes de guerre et des violations des lois de la guerre ont probablement été perpétrés de façon systématique et sur une large échelle». Le transfert du cas à la CPI est alors demandé, malgré l opposition des Etats-Unis qui militent pour la création d une nouvelle cour dans les locaux du tribunal pénal pour le Rwanda, situé à Arusha en Tanzanie, et qui serait administrée conjointement par l Union Africaine et les Nations Unies. Cette proposition fait alors partie des trois alternatives étudiées par la commission, avec la création d un tribunal ad hoc (processus onéreux et lent à mettre en place) et l extension du mandat d un tribunal existant, avant de conclure que seule la CPI constitue la «voie crédible». La proposition américaine y est interprétée davantage comme une opposition de principe à la CPI par un Etat non signataire du traité de Rome, que comme une alternative réelle 11. Le Soudan, non signataire également 12, rejette en conséquence toute autorité de la CPI ainsi que toute coopération avec elle. La saisine de la CPI ne peut dès lors se faire que selon la troisième voie, c est-à-dire sur demande du Conseil de Sécurité de l ONU en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, pouvant ainsi mettre en cause les ressortissants d un Etat n ayant pas ratifié le Traité de Rome ou traiter d un crime commis sur son territoire 13. La résolution 1593, adoptée le 31 mars 2005 par le Conseil de Sécurité, défère définitivement la situation du Darfour à la CPI et impose la compétence de la Cour, malgré le refus du gouvernement soudanais. Lors du vote de la résolution au Conseil de Sécurité, les américains finiront par s abstenir pour ne pas bloquer le processus. La demande de transfert s est essentiellement faite sous la pression de la France. Le veto américain a été évité grâce aux efforts de la Grande-Bretagne pour ajouter deux dispositions dans le texte: le paragraphe 6 qui stipule que les Etats non signataires de la CPI ont une compétence juridique exclusive sur leurs citoyens accusés de crimes commis ou liés à leur présence au Soudan et travaillant sous l égide des Nations Unies, de l Union Africaine et de Pour une chronologie sur la CPI et les crimes de guerre, génocides et crimes contre l humanité, voir Levi R. et Hagan J., pages 22 et 23 de l article Penser les crimes de guerre, Actes de la Recherche en Sciences Sociales 2008/3, N 173, p High Level UN Commission of Inquiry. 9 Pas d intention «de détruire, en totalité ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux en tant que tel». Article U.S. proposes new Regional Court to Hear Charges Involving Darfur, Other Urges ICC, dans The American Journal of International Law, vol. 99, n 2, avril 2005, p Il serait l apanage des volontés d individus isolés, mais non l expression d un plan gouvernemental. 11 La position américaine trouve son motif dans le refus que des citoyens américains puissent être poursuivis devant la Cour Pénale Internationale pour des faits de guerre commis à l étranger. 12 Aucun pays arabo-musulman n a ratifié le statut de Rome, à l exception de la Jordanie et de l Afghanistan, contre 30 pays africains signataires sur Les deux premières voies de saisine de la CPI sont : initiative des Etats ayant ratifié le Traité de Rome si le crime a été commis sur leur territoire ou par l un de leur ressortissants ; initiative du Procureur à condition également que le crime ait été commis sur le territoire d un Etat-Partie ou par l un de ses ressortissants. 3

4 toutes autres opérations de maintien de la paix ou humanitaires autorisées 14 ; le paragraphe 7 qui stipule que les frais liés au transfert du cas à la CPI seront payés par les parties prenantes à la CPI et non par les Nations Unies. Ainsi, sur 15 votes au final, 11 ont été en faveur du transfert, 0 contre et 4 pays se sont abstenus (Algérie, Brésil, Chine, USA). En avril 2005, une liste secrète contenant les noms de 51 responsables soudanais, dont Ahmed Haroun, actuel ministre des affaires humanitaires, co-président du comité d enquête sur les violations des droits de l homme au Soudan et ancien ministre délégué de l intérieur responsable du bureau de sécurité du Darfour, et Ali Kosheib, chef des milices janjawids, est transmise à la CPI par le secrétaire général de l ONU. Une enquête est ouverte par Luis Moreno-Ocampo, Procureur de la CPI, le 6 juin Elle aboutit le 14 juillet 2008, soit plus de trois années après, à la requête d inculpation du Président Soudanais. Les magistrats de la CPI disposent désormais d un délai qui est «normalement de deux à trois mois» 15 - mais pourrait être plus long en raison de la complexité du cas - pour retenir les chefs lieux d accusation et inculper le Maréchal Omar El Bechir. Arguant dans le même sens, Alex de Waal, spécialiste de la question du Darfour, 16 indique dans un récent article daté du 18 septembre 2008 sur le blog du SSRC (Social Sciences Research Council), que la décision des juges pourrait ne pas être prise avant décembre. Tout semble indiquer que chacun cherche à temporiser devant l embarras de prendre une décision d importance. Signe d impartialité ou sous la pression extérieure, le Procureur a également manifesté le 17 juillet son intention de poursuivre deux chefs rebelles du Mouvement pour l Egalité et la Justice 17, à la suite de l attaque contre un camp de l Union Africaine à Haskanita en septembre 2007 qui s était soldée par la mort de dix soldats de la force africaine. Ainsi, plus de cinq années après l éclatement de la crise du Darfour, toutes les déclarations et résolutions des Nations Unies sont restées lettres mortes. Non seulement la situation ne s est pas améliorée ces deux dernières années dans le Darfour 18, mais encore le Soudan n a coopéré sur aucun point avec la CPI, malgré ses obligations : Ahmed Haroun et Ali Kosheib n ont pas été livrés et le premier occupe encore des fonctions de ministre ; la Cour spéciale soudanaise créée pour juger les crimes commis au Darfour est un simulacre de tribunal ; les janjawids ne sont pas désarmés ; les violences continuent. b La possibilité d inculpation du Président Beshir : un cas d école pour la CPI Le cas du Soudan face à la CPI nous pose dans une situation unique, première fois qu un pays africain est placé devant une cour internationale sans qu il ne l ait lui-même saisie. Auparavant, dans les cas de l Ouganda, de la République Démocratique du Congo et de la République Centrafricaine, la CPI avait été saisie directement, respectivement par les présidents Museveni, Kabila et Bozizé 19. D autre part, il s agit également du premier cas de poursuites contre les ressortissants d un pays non signataire de la CPI, saisie selon la troisième voie 20, et qui nous place donc dans un rapport CPI/ pays à effet contraignant pour le pays incriminé. En revanche, comme le rappelle François Soudan 21, Omar Al-Beshir n est pas le premier chef d état en exercice mis en cause par la justice internationale. Avant lui ont été inculpés Slobodan Milosevic (mai 1999) et Charles Taylor (mars 2003). S attaquer à un Président en exercice constitue un symbole fort, le chef de l exécutif en fonction n étant pas 14 La poursuite juridique pour des actes commis au Soudan ne peut se faire que devant une juridiction locale de l Etat de nationalité, sauf autorisation de l état concerné. 15 Normally it take two or three months, but it is a complex case, selon la requête en anglais du Procureur Ocampo en vue de l inculpation d Omar Hassan Ahmad Al-Beshir, page 2, 14 juillet Lire Darfur: a short history of a long war par Julie Flint et Alex de Waal, Zed Books, 2 ème édition Plus connu sous le nom de JEM (Justice and Equality Movement). 18 Le pic de violences correspondant aux vagues les plus meurtrières se situe en Pour plus de détails, voir Françoise Bouchet-Saulnier et Fabien Dubuet, Témoignage judiciaire ou humanitaire, historique des interactions entre MSF et les procédures d enquêtes et de poursuites judiciaires, CRASH/Fondation Médecins Sans Frontières, avril 2007, p Cf. partie I-a. 21 Dossier Justice internationale jusqu où ira la CPI?, Jeune Afrique, semaine du 19 juillet

5 à l abri de poursuites. Le Président soudanais ne peut donc prétendre à l immunité devant la CPI : l article 27 intitulé "Défaut de pertinence de la qualité officielle" prévoit une responsabilité pénale possible pour tous, y compris les titulaires de charges officielles, ce qui concerne donc le cas d un chef d Etat en exercice. Tout au plus l immunité a été parfois reconnue face à des juridictions nationales étrangères, comme dans le cas Yerodia. Le 14 février 2002, la CIJ a interdit à la justice belge de lancer un mandat d arrêt international contre Abdoulaye Yerodia, accusé de crimes contre l humanité, pour des faits commis lorsqu il était chef de la diplomatie congolaise. La compétence spécifique de la CPI renforce donc l importance d une procédure qui lui est propre. Toutes ces raisons font du cas soudanais un précédent et un acte important dans l histoire récente de la CPI au sein du droit international c - Le cas Omar Al-Beshir et le Darfour, ou comment la CPI met en jeu sa crédibilité La CPI ne testera jamais autant sa crédibilité que par le cas Omar Al-Beshir, avec pour risque de perdre toute efficacité et reconnaissance à long terme si les accusations avancées par le Procureur ne sont pas retenues ou si la procédure est suspendue pour un an ou plus. Elle joue quitte ou double. Vu de l extérieur, un combat est en jeu entre d un côté le champion de la justice, le Procureur Ocampo, et de l autre celui qui est présenté comme l incarnation du pouvoir génocidaire au Soudan, le Président Omar Al-Beshir. La victoire de l un signifierait la mort de l autre. Une suspension de la procédure mettrait en exergue le côté mou et indécis d une CPI sans éclat ni valeur. Une inculpation du Président symboliserait le couronnement de la lutte contre l impunité. Une non inculpation ouvrirait la voie à d autres criminels de guerre non préoccupés d être importunés un jour ou l autre par la justice internationale. Reprenant cette image du duel, Alex de Waal fait la distinction suivante : lorsqu un criminel est sur le banc des accusés, il est à un procès ; lorsqu un chef d Etat est passible de poursuites pour crimes contre l humanité, lui-même et le Procureur sont en situation de jugement. D autre part, la CPI comme les Nations Unies ne pourraient que se discréditer si le même Conseil de Sécurité qui a décidé le transfert du cas du Soudan à la CPI en mars 2005 par la résolution 1593 décidait, en vertu de l article 16 22, de suspendre finalement toute poursuite contre Omar Al-Beshir en raison d une menace d aggravation de la situation sécuritaire dans le Darfour et l ensemble du pays. Cependant, il ne s agirait sans doute pas là de la première contradiction de l ONU. Enfin, comme le souligne Gideon Rachman 23, la CPI souffre déjà, dix ans après sa création, de nombreuses critiques (politisation 24, contre productivité, incompétence à arrêter les conflits, faible reconnaissance internationale en raison des nombreux pays non signataires). Elle a ici une occasion en or de prouver son efficacité. Aucun procès tenu à la Haye n a pour l instant abouti 25. Ocampo se voit souvent reprocher son manque d audace concernant le Darfour et la RDC. Ainsi que le déclarait Antonio Cassese, professeur de droit international et ancien Président du TPI pour l ex-yougoslavie : «J ai connu des procureurs plus incisifs et plus actifs», «Luis Moreno-Ocampo est un diplomate fin et habile, mais, à ce poste, il faut un vrai bulldog». 22 Cf. partie II b : la voie légale. 23 Cf. note Selon Roland Marchal, chargé de recherche au CNRS/CERI, «la CPI fait beaucoup de politique et peu de droit», Le Monde, 15 juillet Notamment du fait que les cas yougoslaves et rwandais ont été jugés par des tribunaux spéciaux. 5

6 d Et maintenant? La suite de la procédure devant la CPI Suite à la demande d inculpation du Président soudanais déposée par le Procureur Ocampo, trois membres de la chambre préliminaire de la CPI sont désormais chargés d émettre ou non un mandat d arrêt international contre Omar Al-Beshir. Il s agit de trois femmes : Akua Kuenyehia, ghanéenne, Ekaterina Trendafilova, lettonne, et Sylvia Steiner, brésilienne. Elles disposent d un délai d au moins deux mois pour apprécier «les motifs raisonnables de croire» en la responsabilité du Président soudanais pour crimes de guerre, crime de génocide et crimes contre l humanité. Comme l a prévenu le Procureur lui-même, ce délai pourrait être plus long en raison de la complexité du cas. Selon le Statut de Rome, trois conditions doivent alors être réunies : les crimes ont été commis dans un lieu et pendant une période qui relève de la CPI, les faits sont suffisamment graves pour relever de la compétence de la Cour, le système judiciaire soudanais a fait preuve d un manque de volonté ou d une incapacité à mener des poursuites. Ce dernier point devrait être aisément acquis, les autorités soudanaises n ayant pas livré à la CPI les deux responsables ayant déjà fait l objet d un mandat d arrêt. Ali Kushayb, chef d une milice janjawid, a été arrêté par les autorités soudanaises à la suite de l émission du mandat international, mais il a été relâché peu après pour «manque de preuves» et est désormais totalement libre. Ahmed Haroun est l actuel ministre d Etat pour les affaires humanitaires. Le Soudan n a pas voulu utiliser réellement les dispositions détaillées qui prévoient qu un «Etat peut faire prévaloir ses prérogatives à juger une affaire soumise à la CPI et ce à tous les stades de la procédure, suspendant ainsi l action du Procureur 26. Cet Etat doit alors prouver qu il s est saisi de l affaire et qu il est compétent pour juger en vertu de son ordre juridique interne, et qu il est en mesure de le faire». La CPI peut alors agir en complémentarité des juridictions nationales soudanaises, après échec ou manque de volonté de celles-ci à se saisir du cas. Dans les cinq dernières années, la Cour Spéciale du Darfour pourtant mise en place par les autorités soudanaises ne s est saisie que de quelques cas sans relation avec les crimes les plus graves commis dans cette province en guerre. D autre part, elle a démontré à plusieurs reprises son manque d indépendance vis-à-vis de l exécutif. Au final, les trois magistrates pourront choisir de délivrer un mandat d arrêt ou une citation à comparaître. L acte sera transmis à Interpol qui pourra émettre une «notice rouge» ordonnant une arrestation immédiate. L idée d une reddition volontaire du Président soudanais est en tout cas directement à écarter. Les chances sont donc faibles que celui-ci soit un jour réellement transféré devant la CPI, sauf en cas de changement de régime politique par la force. De plus, le Soudan ne reconnaît pas la CPI. Celle-ci ne dispose pas de forces de police et ne peut compter que sur la coopération des Etats signataires du Traité de Rome. Pour Alex de Waal, il ne fait pas de doute que la procédure sera poursuivie car les juges seront contraints de reconnaître au moins les accusations de crimes de guerre et de crimes contre l humanité adressées contre Omar Al-Beshir. Les juges ne se prononcent que sur la voie légale, sur les faits incriminés, sans considération des intérêts extérieurs et des conséquences. Même la remise à la CPI d Ahmed Haroun et Ali Kushayb ne saurait interférer sur la procédure. La seule solution pour la suspendre serait une décision des trois juges indiquant qu il n y a pas d affaire, de cas à juger 26 La Cour Pénale Internationale : ses ambitions, ses faiblesses, nos espérances, SER-SA Etudes, CAIRN, article de Sylvie Koller, 2002, tome 398, page 33 à 42. 6

7 II Le rapport, les réactions et les voies d opposition utilisés par le Président soudanais Contrairement aux scénarios pessimistes envisagés par les ONG, les OI et les chancelleries présentes au Soudan, la réaction soudanaise à la requête d inculpation a été modérée. Un lot commun de manifestations organisées et contrôlées par les pouvoirs publics sous le slogan «Down down O Campo» et ponctuées «d Allah Akbar 27», ainsi qu une campagne de presse hostile ont été les seules conséquences de la demande d inculpation, accompagnées d un fort sentiment d incompréhension 28. De même, cet acte a eu peu d incidence sur la sécurité immédiate des expatriés dans le Darfour. Les Nations Unies y avaient relevé le niveau de sécurité, passant de phase 3 en phase 4 en un temps record après l accord rapide du siège de New York. Dans les Ambassades, le recensement des nationaux a été vérifié en concertation étroite avec les ONG 29, parfois avec le renfort de missions consulaires (cas de la France). Des réunions de concertation entre pays européens se sont tenues, des plans d évacuation ont été rediscutés. La réaction officielle soudanaise, ainsi que celle des populations locales, a donc déjoué les pronostics établis au nom du principe de précaution. La stratégie du gouvernement a été d éviter tout débordement de violence, afin d éviter d ajouter tout crédit à la requête du Procureur. En clou du spectacle, le Président soudanais a même invité les diplomates présents au Soudan à se rendre avec lui au Darfour à El Fasher le 23 juillet Il y a annoncé la mise en place des juridictions spéciales préconisées par l UA et la Ligue Arabe, tout en ajoutant que «pas un cheveu d un citoyen soudanais ne sera livré à la CPI». Il s agissait de sa première visite à El Fasher depuis son arrivée au pouvoir en Dès lors, le gouvernement s est tourné vers la voie pacifiste pour un soutien apparent sans faille au président soudanais. Ce dernier utilise quatre voies différentes pour contrer la CPI: le soutien populaire, les appuis extérieurs officiels, l utilisation de la voie légale (article 16) et le démantèlement du rapport. a En interne : la recherche du soutien populaire Omar Al-Beshir bénéficie d un large soutien populaire. Une grande partie de la population ne comprend pas la demande d inculpation déposée par le Procureur. Rangée aux côtés du Président, elle serait prête à le défendre. A cela plusieurs explications : La population «pro Beshir» est davantage celle «arabe» de Khartoum 30 qui a bénéficié de la croissance économique ultra rapide de la capitale ces dernières années 31 : réseau routier développé, accès élargi à l eau et à l électricité (pour ceux qui en ont les moyens), accès aux services de santé et au système éducatif. Les cercles proches d Omar Al-Beshir concentrent entre leurs mains les capitaux et les emplois. Omar Al-Beshir est en un sens rassurant pour une grande partie de la population : il ne représente pas l aile dure de l islamisme politique, il n est pas le plus rigoriste du Congrès National. Il est le choix du «moins pire» face à la branche radicale du CN. Les débats sur une éventuelle succession nourrissent des interrogations et des peurs. Pour beaucoup, le Darfour n est qu un terrain de crise éloigné, inconnu, où l armée régulière lutte contre des rebelles qui menacent le pays. 27 «Dieu est Grand». 28 Cf. II b en interne : le soutien populaire. 29 Leurs travailleurs étrangers constituent la majorité absolue des expatriés présents au Soudan. 30 Ne sont donc pas inclus ici les habitants des camps de déplacés situés autour de la capitale, majoritairement issus du Sud, ainsi que les populations originaires des ethnies rebelles du Darfour, très peu favorables au président soudanais 31 En l absence des chiffres du dernier recensement, la population de Khartoum est estimée à 4,5 millions de personnes. 7

8 La population souffre d un déficit d images et d informations. La liberté de la presse n existe pas et l opinion publique est martelée par le message de soutien au président. En juillet 2008, les principaux rédacteurs en chef des journaux soudanais ont été mis en garde par le département de la sécurité intérieure: soit ils soutenaient le Président, soit le journal était fermé et ses responsables emprisonnés. L opposition politique est faible et muselée. Avec la signature de l APG en 2005, le pays a mis un terme précaire à plus de trente années de guerre civile. Dans les régions pacifiées, peu de gens souhaitent ouvrir une nouvelle page douloureuse de l histoire. b La recherche de soutiens extérieurs Le gouvernement tente de créer un bloc de soutien sur deux plans pour éviter tout isolement sur la scène internationale. Le premier consiste à obtenir l appui des institutions régionales en utilisant le jeu de la sensibilité arabe et africaine: le soutien de l Organisation de la Conférence Islamique est acquis, celui de la Ligue Arabe s est constitué plus difficilement, l Union Africaine a affiché sans tarder une position favorable au gouvernement soudanais. Jean Ping, nouveau Président de la Commission de l Union Africaine, déclarait ainsi que «la justice internationale est à géométrie variable. Elle ne s attaque qu aux dirigeants des pays faibles. Si nous sommes contre l impunité, nous constatons deux poids deux mesures dans la mise en oeuvre du principe de compétence universelle». Le mythe d une CPI qui ne trouverait sa voie qu en s attaquant aux leaders africains ne peut que servir Khartoum. Le danger sécuritaire est dès lors brandi par M. Ping: «On ne peut pas, au moment où nous tentons d éteindre le feu, s amuser à l attiser, mettant en danger la vie des agents de l ONU et de l UA sur le terrain ainsi que celle de leurs proches». Le deuxième plan vise à s attacher les faveurs des pays amis. Là aussi l unité arabe est de mise, comme l a montré le soutien sans réserve des régimes algériens et mauritaniens. Ali Othman Taha, Vice Président du Soudan, compte aujourd hui sur cette sensibilité pour constituer une délégation de pays partenaires devant les Nations Unies afin de prôner l utilisation de l article 16 de la CPI (suspension de la procédure, cf. infra). Nombre de pays sont alors plongés dans l embarras de la position à tenir. La Chine, fournisseur d armes et de produits manufacturés, premier acheteur du pétrole soudanais, a été discrète à quelques heures de l ouverture des Jeux Olympiques qui doivent consacrer la puissance économique du pays. La Russie a d autres préoccupations en Ossétie. Pour ne pas apporter un soutien direct au Président soudanais, l angle choisi par certains pays traditionnellement partenaires, ainsi que par d autres dirigeants réellement inquiets des conséquences d une inculpation éventuelle, a été de brandir comme premier argument la menace pour l APG que constituerait la poursuite d Omar Al-Beshir devant la justice internationale. c La voie légale : l utilisation de l article 16 pour suspendre la procédure de la CPI Le Soudan va tenter de jouer de son influence auprès de ses partenaires au Conseil de Sécurité des Nations Unies, afin de faire voter la saisine de l article 16 du statut de la CPI qui permet de suspendre la procédure judiciaire pour un an, voire plus si le Conseil estime que celle-ci présente un danger pour la sécurité et la paix internationale 32. Le Soudan pourrait même faire de l article 16 une monnaie d échange : garantie d utilisation de l article 16 contre garantie de protection des humanitaires et déploiement facilité de la MINUAD. Pour que l article 16 fonctionne, un membre du Conseil de Sécurité doit introduire une résolution en ce sens, qui doit ensuite être approuvée par 9 des 15 membres du même conseil sans 32 «Article 16 sursis à enquêter ou à poursuivre: aucune enquête ni aucune poursuite ne peuvent être engagées ni menées en vertu du présent statut pendant les douze mois qui suivent la date à laquelle le Conseil de Sécurité a fait une demande en ce sens à la Cour dans une résolution adoptée en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies ; la demande peut être renouvelée par le Conseil dans les mêmes conditions.», 8

9 utilisation du veto par un des 5 pays détenteurs de ce pouvoir de blocage. Le Soudan a déjà un fort soutien du bloc africain et asiatique, soit, selon Alex de Waal 33, 7 votes assurés dont la Chine, la Russie et l Afrique du Sud 34. Le défi pour le régime soudanais est donc de s assurer encore deux voix tout en évitant un veto américain, français ou anglais. La position américaine est peu favorable aux visées soudanaises. Malgré une opposition de principe à la CPI en soi, la lutte contre l impunité et l emploi du terme génocide par le Procureur ne peuvent que rapprocher la vision américaine de celle de l institution judiciaire. D autre part, en période électorale, le Président est davantage préoccupé par les affaires de politique interne que par des manœuvres tactiques avec le gouvernement soudanais. Dès lors, Alex de Waal fait le pari que «sans avancées tangibles, majeures et irréversibles en faveur des positions américaines», un veto américain contre l article 16 est quasi certain, ouvrant la voie à la poursuite judiciaire contre le président soudanais. Les discussions avec les anglais et les français semblent avoir commencé. D une part, la France s est alignée sur l initiative qatarie pour la paix au Darfour, qui reçoit l agrément du Soudan. D autre part, la déclaration française du 19 septembre 2008, non contredite par la Grande-Bretagne, où l on apprend que ce pays ne serait pas hostile à une suspension de la procédure devant la CPI si le Soudan faisait un «geste» 35, sème le doute. Si la France semble sur le moment prête à accepter des conditionnalités moindres que les USA pour saisir l article 16 et ne pas poser son veto, le régime soudanais est pourtant loin d envoyer des signes positifs. De nouvelles offensives militaires ont été lancées dans le Darfour le 14 septembre, des incidents sérieux ont éclaté dans le camp de Kalma. De plus, le manque de confiance mutuel entre Paris, Londres et Khartoum constitue la base de leurs relations diplomatiques, entre d un côté les promesses non tenues et de l autre la crainte d un agenda caché permanent. Enfin, il est très critiquable que Paris, qui est à l origine du transfert du cas soudanais à la CPI par le Conseil de Sécurité, fasse marche arrière et tende une perche à un pays qui n a jamais su saisir les occasions qui lui ont été présentées. Dans une lettre adressée au Président français, cinq ONG, dont la FIDH et Amnesty International, ont à juste titre immédiatement mis en garde contre tout compromis avec le régime de Khartoum, estimant qu'il "porterait un coup majeur à la crédibilité et aux capacités dissuasives de la justice pénale internationale". Ainsi, le mécanisme susceptible de stopper la procédure en cours est donc peu prêt d être enclenché. Le cas échéant, une suspension de la procédure par l article 16 montrerait définitivement le déplacement du cas soudanais du terrain judiciaire au terrain politique. d Le démantèlement du rapport en soi: un document polémique et maladroit La quatrième voie utilisée par Omar Al-Beshir pour contrer la CPI est de démonter le rapport dressé par le Procureur point par point. Afin de rendre compte des faiblesses et des maladresses de ce document, il convient d abord de revenir en détail sur la requête telle qu adressée par le Procureur. - Les faits d accusation Selon la «requête du Procureur aux fins de délivrance d un mandat d arrêt en vertu de l article 58 contre Omar Hassan Ahmad Al Beshir» 36, le Président soudanais est pénalement responsable depuis juillet 2002 : 33 Article ICC, Making sense of Darfur, Khartoum should not count on article 16 deferral of the ICC, bog du SSRC (Social Sciences Research Council), 18 septembre L Afrique du Sud s impose sur le continent africain en champion du règlement des crises par la médiation, notamment au Zimbabwe et au Kenya, par l intermédiaire de son ancien Président, Thabo Mbeki qui se prononce contre tout interventionnisme occidental et onusien. Pour lui, les maux des africains doivent être réglés par les africains eux-mêmes. 35 La notion de «geste» n est pas davantage précisée. Elle réfère sans doute à la livraison des deux personnalités soudanaises recherchées par la CPI, à la cessation des hostilités, à la recherche d un accord de paix et au déploiement sans entrave de la MINUAD. 36 Appellation officielle telle qu elle apparaît sur la requête officielle en français sur le site internet de la CPI, 11 pages. 9

10 du crime de génocide au titre de l article 6 du Statut de Rome, à ses paragraphes a) pour avoir tué des membres des ethnies four, masalit et zaghawa, b) pour avoir porté gravement atteinte à l intégrité physique ou mentale de membres de ces groupes, c) pour avoir soumis intentionnellement des groupes à des conditions d existence devant entraîner leur destruction physique totale ou partielle ; de crimes contre l humanité au titre du paragraphe 1 er de l article 7 du Statut par la commission dans le cadre d une attaque généralisée et systématique lancée contre la population civile du Darfour et en connaissance de cette attaque, des actes de : a) meurtre, b) extermination, d) transfert forcé de population, f) torture, g) viols ; et de crimes de guerre au titre de l article 8-2 du Statut à ses alinéas i) pour avoir intentionnellement dirigé des attaques contre la population civile en tant que telle et v) pour avoir pillé une ville ou une localité. Le Président soudanais est donc accusé des trois types de crimes sur lesquels la CPI a compétence, faisant du cas soudanais un cas entier. - Le faisceau de critiques; une réalité qui n est pas celle du terrain Pour beaucoup d acteurs humanitaires et d analystes, la description qu Ocampo fait du Darfour dans la suite de sa requête 37 n est pas celle que beaucoup connaissent. Il décrit une scène de crime unique et étendue dans laquelle «la totalité de l appareil d Etat soudanais» est impliquée pour «détruire physiquement et mentalement des communautés entières». Il dénonce une conspiration criminelle du gouvernement pour détruire le tissu social du Darfour avec, pour première étape, les massacres de 2003 et de 2004, et pour 2 ème étape, la destruction des camps de déplacés et des groupes ethniques qui y vivent. Julie Flint et Alex de Waal 38, qui sont les premiers à avoir alerté l opinion internationale sur ce qui se passait au Darfour en 2002, affirment n avoir pas vu la preuve du plan en deux parties décrit par Ocampo. La première phase est celle réelle du pic de violences, lorsque l opinion publique était focalisée sur l APG et non sur le Darfour, mais l articulation logique vers la deuxième étape ne semble pas faire l objet d un plan préconçu. Pour les deux auteurs, si les violations des droits de l homme, les «obstacles à l aide humanitaire», la «violence dans et autour des camps», les «abus impunis des militaires et des soldats sur les civils», sont évidemment légions dans cette région en guerre, cela ne semble pas correspondre à une campagne systématique et planifiée de destruction de communautés entières. Le gouvernement a abandonné ses velléités de «transformer le pays racialement et religieusement» ; il cherche davantage à se maintenir au pouvoir dans un équilibre déjà précaire. D autre part, il conviendrait également d insister sur la réalité du travail humanitaire en cours aujourd hui au Soudan. Le pays est le premier théâtre d intervention humanitaire au monde, lieu où la concentration de représentations des ONG est la plus forte. Le rapport fait peu cas de la gestion des camps de déplacés du Darfour par les ONG et les autorités locales en mentionnant la «soumission intentionnelle d une grande partie de ces groupes à des conditions d existence devant entraîner leur destruction physique». Certes, les conditions de travail y sont difficiles, les blocages administratifs nombreux, l aide difficile à acheminer, les zones de non accès en expansion, mais beaucoup d humanitaires arrivent tant bien que mal à mener leur mission. Dans les camps, les taux de malnutrition, de quantité d eau disponible par personne et par jour, de mortalité infantile, y sont souvent moins élevés ou identiques que dans le Sud Soudan désormais pacifié 39. Des visas et des permis de travail sont parfois 37 Statement by Mr Luis Moreno Ocampo Prosecutor of the ICC, statement to the UNSC pursuant to UNSCR 1593 (2005) 5 June document officiel de la CPI disponible sur le site internet. 38 Julie Flint et Alex de Waal, article Justice of course in Darfur, Washington Post daté du 28 juin Quelques milices sévissent encore dans cette région, et le banditisme y est monnaie courante. 10

11 refusés mais aucunement de manière systématique 40. Le Soudan, pays en voie de développement, est un Etat où la bureaucratie est forte, mal organisée, et l équipement souvent archaïque, pour assurer correctement la gestion sur son territoire en conformité avec ses prérogatives 41 - des quelques milliers de travailleurs humanitaires présents au Darfour. Le moratoire renouvelé chaque année entre l Office de Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies et le gouvernement soudanais vise à garantir la facilitation des conditions de travail des acteurs humanitaires. Ainsi, il n est pas acceptable d affirmer qu un «système très élaboré d entraves à la délivrance de l aide humanitaire» 42 est en place. Après entretien informel avec des ONG présentes au Darfour et au Sud Soudan 43, celles-ci indiquaient qu il est souvent plus aisé de travailler au Darfour car les lenteurs administratives sont moindres, les relations avec les autorités locales moins difficiles, et les activités plus rapidement mises en place. Il ne s agit pas ici de dresser un tableau dithyrambique des conditions de travail pour les milliers d humanitaire au Darfour et de masquer les nombreuses difficultés rencontrées, mais de montrer qu il est possible d intervenir dans ce contexte de crise. - Les parallèles maladroits contenus dans le rapport Pour beaucoup d analystes et d hommes de terrain, les parallèles avec l Holocauste et le nazisme contenus dans le rapport sont plus que critiquables. Omar Al-Beshir n est évidemment pas un enfant de chœur. La majorité des faits qui lui sont reprochés sont recevables, sa responsabilité est évidente dans la crise du Darfour. Cependant, les accusations énoncées par Ocampo, dans leur démesure et leur exagération, revendiquant le génocide et la volonté de «destruction physique et mentale de communautés entières», ainsi que le parallèle au nazisme («Al-Bashir does not need gas chambers, bullets or machetes, this is genocide by attrition», «Denial of crimes, cover up and attempts to shift responsibility have been another characteristic of the criminal plan in Darfour. We have seen it before. The Nazi regime invoked its national sovereignty to attack its own population, and then cross borders to attack people in other countries») 44, ne peuvent que décrédibiliser l accusation et nourrir le feu d opposition à la CPI. Il eut mieux valu parler de crimes de guerre et de crime contre l humanité en utilisant le vocabulaire juridique de la raison, non celui de l émotion. - De l art de qualifier les faits : polémique autour du génocide Le rapport fait rejaillir le débat sur l emploi du terme de génocide pour qualifier la crise du Darfour. Ce terme a d abord été utilisé par le Directeur du Mémorial de l Holocauste à Washington. Il est ensuite repris par le black caucus du Congrès 45, déjà mobilisé en faveur du Soudan. Puis il est employé par les chrétiens évangéliques, les néo conservateurs et certains lobbies juifs. Dans ces cercles, Omar Al-Beshir est qualifié d Hitler africain, de diable noir. Au printemps 2004, l administration Bush se convertit à la thèse du génocide. Pourtant, en février 2005, une commission d enquête des Nations Unies contredit cette version en accusant le Président soudanais de crimes de guerre et de crimes contre l humanité, sans retenir le crime de génocide. Trois années plus tard, Moreno-Ocampo fonde sa requête aux fins de délivrance d un mandat d arrêt sur ces trois types de crimes. Le danger est fort autour de l utilisation de ce qualificatif. Le premier risque est celui de la banalisation du terme. Le second sera d arriver à prouver et à démontrer l existence d un plan concerté d extermination systématique des ethnies fours, massalits, et zaghawas. La 40 Le délai d obtention d un permis de déplacement et d un visa de travail est d une semaine à 15 jours. Pour un attaché humanitaire d une Ambassade, le permis de déplacement s obtient en une semaine suivant une marche à suivre clairement définie. Après deux années passées au Soudan, l auteur n a pas été témoin de visas refusés pour des diplomates, ni pour des travailleurs humanitaires d ONG, même si les délais d obtention sont variables. 41 L Etat a pour mission la gestion des étrangers sur son territoire. 42 Page 9 de la requête, cf. note Il était question ici d un comparatif entre des projets situés à El Facher, Geneina, Malakal et Wau. 44 Cf. note Organisation d intérêt regroupant les membres afro-américains du Congrès des Etats-Unis. 11

12 responsabilité directe de ce type de crime attribué au président soudanais, face à une situation aussi complexe, rend la tâche difficile, d autant plus qu elle ne vise plus seulement la période , mais aussi la période Or, sur cette période, nombreux sont ceux qui affirment que le contenu du conflit a changé (Julie Flint, Fabrice Weissman, Pieter Tesch ) et qu il s agit davantage d une situation d urgence complexe qu un génocide en cours. Les auteurs d atrocités ne sont pas que du côté gouvernemental. Ainsi, pour le gouvernement soudanais, le rapport est l illustration suprême de la théorie du complot, de l agenda caché des pays occidentaux, et du système «deux poids deux mesures» alors que la CPI n a rien fait à propos de ce que le régime de Khartoum qualifie de génocides en Irak, en Afghanistan et en Palestine. III ONG, politiques, opinion publique: les difficultés de se positionner par rapport à la CPI a Réaction des pays à la demande d inculpation: pas de bloc uni de soutien ou d opposition à la CPI - La tendance pro CPI La décision de la CPI a reçu un soutien très mesuré des pays européens, son plus grand défenseur ayant été le Ministre français des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner, alors que son pays détenait la Présidence de l Union Européenne. Les Etats-Unis ont été plongés dans l embarras en cette période électorale. L Union Européenne comme l ONU se sont inquiétées du fait que la procédure de la CPI puisse anéantir les maigres chances de réussite des négociations engagées pour rétablir la paix. Les réactions les plus virulentes en faveur de la CPI se sont donc retrouvées dans la presse et dans les collectifs et associations favorables à la thèse du génocide. Ainsi, le Washington Post appelait, en complément, à un embargo sur le pétrole soudanais tout en brouillant les communications internes du régime et en interdisant le survol du territoire à tout aéronef militaire. Dans la lignée du collectif Urgence Darfour, certains parlaient de favoriser un coup d Etat en armant les troupes du rebelle Khalil Ibrahim, pourtant également auteurs de nombres des pires crimes de guerre La tendance du refus La Ligue Arabe, interpellée par Omar Al-Beshir, a affiché un soutien faible et sans enthousiasme au régime soudanais. La réaction terne de l Egypte en est l illustration, fissurant encore plus le mythe d une solidarité arabe. Pourtant, aucun pays arabo-musulman n a ratifié le statut de Rome, à l exception de la Jordanie et de l Afghanistan. On aurait donc pu s attendre à un soutien arabe direct et sans faille contre la CPI. La position de Jean Ping, Président de la Commission de l Union Africaine, a été plus claire puisque dès le début il a mis plusieurs fois en garde contre les risques liés à une inculpation. Le Conseil de Paix et de Sécurité de l Union Africaine s est réuni le 21 juillet à Addis-Abeba. Il a demandé à l ONU de suspendre la décision du Procureur de la CPI dans le but de préserver les chances d un règlement politique de la crise du Darfour, tout en préconisant une adaptation des solutions aux conflits qui secouent l Afrique. Un groupe indépendant de haut niveau devait être créé dans les trente jours et émettre des recommandations. Le Panel des Sages de l UA avait même, quelques jours auparavant, affirmé que les réquisitions du procureur de la CPI constituent «un précédent dangereux créant au Soudan les conditions d un changement brutal de l ordre constitutionnel». Toutefois, l UA a également insisté sur la poursuite de la lutte contre l impunité, et a appelé le Soudan à traduire immédiatement en justice les auteurs des violations de droits de l homme au Darfour. 46 Il lui est également reproché le recrutement d enfants soldats au sein de ses troupes, comme l a démontré l attaque non réussie du MJE contre Khartoum au printemps 2008 et le nombre d enfants capturés. 12

13 b Arguments généraux en faveur de la CPI : urgence au Darfour, pas d impunité! - De la nécessité d agir : Darfour, une situation qui empire Au Darfour, la situation est loin de s être améliorée ces trois dernières années. Les pics de violence actuels ne sont pas équivalents à ceux des débuts du conflit en , mais l insécurité et la politisation dans les camps de Nyala, El Facher et Geneina est de plus en plus forte, les poches de non accès de l aide humanitaire s élargissent sans cesse, le nombre de braquages et de vols de voiture est en constante augmentation, l insécurité sur les routes est aggravée, les combats se poursuivent entre rebelles et forces gouvernementales, de nouvelles milices se font et se défont, rendant toujours plus complexe une compréhension exacte de la crise et de ses protagonistes. Les nombreuses déclarations, alertes, dénonciations et mises en garde de l ONU sont restées sans effet, ainsi que les discussions de paix, dont celle de Syrte en 2007, malgré la multiplication des initiatives. Le bilan selon l ONU serait actuellement de à morts, contre selon le gouvernement. Le nombre de personnes déplacées serait de 2,2 millions. De l avis des humanitaires, les conditions de travail sont de plus en plus difficiles en raison de la détérioration sécuritaire dans les camps. Le 9 septembre, le rapporteur spécial de l ONU pour le Soudan, l afghane Sima Samar, jugeait «sinistre» la situation des droits de l homme au Soudan lors de la présentation de son rapport au Conseil des Droits de l Homme à Genève. Selon Mme Samar, la culture de l impunité domine, l Etat échouant à rechercher, punir et juger les responsables des violations des droits de l homme. Ainsi, après plus de 5 années de conflits, il est tentant de voir dans la décision de la CPI la seule solution pour faire face à cette impasse, témoin de l impuissance des négociateurs politiques. Cette vision d une situation désespérée est proche de la position américaine qui, rien n ayant évolué sur le terrain ces dernières années, serait favorable à une intervention forte. L urgence est bien installée au Darfour. Se pose dès lors la question de la manière d agir De la responsabilité individuelle évidente du Président soudanais, chef du système étatique depuis 19 ans Omar Al-Beshir n est pas un enfant de chœur. Comme souvent dans les régimes dictatoriaux, il est un homme de l armée. Fils de paysan, ancien parachutiste, il fit ses premières armes dans la guerre contre Israël en Le 30 juin 1989, il s empara du pouvoir dans un coup d état sanglant. La loi martiale est alors instaurée, la constitution abolie, les partis politiques suspendus Deux années plus tard, 28 officiers soupçonnés de fomenter un coup d Etat sont exécutés sommairement. Le Président soudanais intensifie la guerre contre le Sud en 1992, puis tente de mater la rébellion au Darfour début Son parcours montre que l homme est avant tout un guerrier cramponné au pouvoir. En tant que commandant en Chef des Forces Armées, il est donc l ordonnateur direct des actions militaires lancées par les forces nationales soudanaises au Darfour pour mater la rébellion. A ce titre, sa responsabilité présumée dans les crimes de guerre ne peut être niée. Depuis 19 années passées aux rênes du pouvoir, il maîtrise les moindres arcanes des institutions et des hommes, du Congrès National comme de l opposition. Tacticien de guerre, il est responsable des modes opératoires utilisés par l armée pour intervenir au Darfour contre les tribus noires arabes: recrutement de janjawids pour l attaque et la mise à sac des villages, bombardements par l armée, colonnes de soldats en renfort, pillages et récupération des richesses 47. Le nombre d ONG intervenant aujourd hui sur des programmes d urgence est à la mesure des violences, des souffrances et de la destruction engendrée par la guerre dans cette province. Cependant, Omar Al-Beshir n est pas le seul responsable, et la requête du Procureur montre ici une nouvelle fois ses limites. Tout l appareil d Etat est impliqué dans cette crise, du Ministère de l Armée et de la Défense au service des renseignements intérieurs, du 47 Voir Matthew Happold, l introduction de l article Darfur, the Security Council and the International Criminal Court, Université de Hull, 11 pages. 13

14 Parlement à la Présidence, des gouvernorats du Darfour aux différents cabinets ministériels. A ce titre, l inculpation du Président seul n est pas satisfaisante. Si le principe de la responsabilité individuelle est au cœur du DIH, qui ne reconnaît pas de responsabilité étatique 48, d autres membres du gouvernement ainsi que nombre de rebelles devraient alors être poursuivis pour leur responsabilité directe dans les atrocités commises au Darfour. c De la coopération des ONG avec la CPI : plusieurs arguments contradictoires - Pour une coopération de principe avec la CPI Il n y a pas de contradiction de départ pour une coopération entre les ONG et la CPI. Argument rappelé à plusieurs reprises, un continuum logique prévaut entre le mandat des ONG en situation de conflit, qui est de sauver des vies, et la lutte contre l impunité poursuivie par la CPI, dont le but est de mettre un terme aux conflits. Ce postulat de base semble communément accepté et la CPI a bénéficié d un soutien de principe de la part de nombreuses ONG. La CPI serait-elle alors une continuation de l action des ONG par d autres moyens? Certainement pas. Le juridique ne saurait se confondre avec l humanitaire. Ce dernier ne juge pas, il est du domaine de l action, de l assistance et de la reconstruction. Les ONG ont alors beaucoup à apporter à la CPI. Seules véritables structures d intervention sur le terrain, elles bénéficient d un accès privilégié à l information et sont le témoin direct des crises. Elles sont en contact permanent avec les victimes. Cette information a donc une haute valeur ajoutée par ce qu elle contient de vérité (valeur informative relayée sans intermédiaire) et de spécificité (les ONG sont souvent les seules à intervenir dans certaines zones rurales ou urbaines). L exemple du Darfour vérifie pleinement cette assertion. Les ONG sont les premiers témoins externes des déplacements massifs de population suite à des attaques et violences subies ou des franchissements de frontières 49. La contrainte sécuritaire étant très élevée chez les Nations Unies, les ONG sont souvent les seules à intervenir en zone rurale et à y rester en cas de tension 50. Leurs témoignages fournissent une base importante des rapports d incidence réalisés par les Nations Unies, dont les SITREP. Cet échange ne peut fonctionner que sous réserve d une forte confidentialité et sur la base du volontarisme, sans oublier que cette information a initialement une valeur humanitaire et non policière. - Contre une coopération: la CPI n a pas besoin des ONG, sauf exception Cette expression est inspirée d un article de Françoise Bouchet-Saulnier et Fabien Dubuet 51. Ce qui caractérise les ONG est avant tout l indépendance et la neutralité, conditions indispensables pour mener à bien leur mission sur le terrain. Cette neutralité vise à les 48 Une des limites souvent reprochée à l institution est justement l individualisation de la faute (Sylvie Koller), la CPI n inculpant et ne condamnant que des individus, et ne jugeant pas les Etats pratiquant le terrorisme d état, les persécutions raciales ou religieuses, et les génocides. La CPI ne juge pas de l horreur d un système. La requête du Procureur pose la question de cette limite lorsqu il est précisé que «l accusation ne prétend pas que M. AL BASHIR ait commis physiquement ou directement l un ou l autre de ces crimes», mais «par l intermédiaire de membres de l appareil d Etat, de l armée et de la milice/janjaouid» en référence à l article 25-3-a du Statut (perpétration indirecte ou par l intermédiaire d une autre personne). 49 A Umm Dukhun, ville du Darfour située à la frontière du Tchad, l ONG Triangle, qui est la seule à intervenir dans cette région, s est retrouvée mi-2007 seule à gérer dans l urgence l arrivée de centaines de personnes fuyant des violences, multipliant sensiblement la population de la zone. Elle a été le premier témoin de ce déplacement forcé de population et en a alerté les Nations Unies. La procédure a ensuite été longue avant de déboucher sur la visite d une mission spéciale. 50 Lors d un entretien à Khartoum entre les ONG françaises, le CICR, des agences des Nations Unies et M. Kouchner, Ministre français des Affaires Etrangères, en juin 2007, ACF indiquait notamment ses difficultés à intervenir en région rurale en l absence de vols du PAM, suspendus pour raisons d insécurité, alors que selon l ONG les conditions de sécurité étaient redevenues satisfaisantes depuis parfois plusieurs jours, ACF étant obligée d en informer elle-même les services de veille des Nations Unies pour qu ils autorisent à nouveau les liaisons aériennes. 51 «La justice peut se faire sans les humanitaires», Françoise Bouchet-Saulnier et Fabien Dubuet, Témoignage judiciaire ou humanitaire, historique des interactions entre MSF et les procédures d enquêtes et de poursuites judiciaires ; CRASH/Fondation Médecins Sans Frontières, avril

15 démarquer de l agenda politique des bailleurs publics ou privés. L ONG ne cherche pas à appartenir à un camp, sauf à celui des victimes. Toute prise de position officielle est susceptible d entraîner un changement au sein des représentations par les populations locales et les autorités publiques dans des contextes de crise, où la suspicion contre les occidentaux pourrait être forte, comme au Darfour. Plusieurs chefs de mission, dont celui de CARE, ont été renvoyés de cette province pour des prises de positions que les autorités soudanaises n ont pas appréciées. Les ONG risqueraient également de s exposer davantage à des risques de blocages administratifs, diminuant l efficacité de l aide apportée aux bénéficiaires. Pour une ONG intervenant au Darfour, soutenir officiellement la CPI dans l examen de la demande d inculpation d Omar Al-Beshir reviendrait à risquer la fermeture et à se heurter à de graves problèmes sécuritaires. Au sein de régimes autoritaires susceptibles, les ONG cherchent à adopter profil bas et à avoir le moins de visibilité possible, d autant plus que ce sont officiellement ces autorités locales qui sont en charge de leur sécurité. D autre part, les ONG n ont pas toujours d informations présentant un intérêt spécifique pour la CPI. Françoise Bouchet-Saulnier et Fabien Dubuet expliquent ainsi que la coopération de MSF avec la CPI est régie par le «principe de subsidiarité», selon lequel cette ONG apporte sa contribution aux procédures uniquement dans les cas où elle serait la seule à disposer d éléments de preuves essentiels pour établir la culpabilité ou l innocence d un accusé. Dans tous les autres cas, MSF refuserait sa coopération en «invoquant la préservation de sa mission principale de secours aux victimes de conflits et de violences armées». En effet, précisent les auteurs, la mission de secours humanitaire est protégée par le droit international. Les ONG peuvent également invoquer la confidentialité de leurs documents et de leurs sources en s appuyant sur la liberté d information. 52 Ce point a d autant plus d importance dans le cadre du secret médical ou de listes de témoins et de victimes qui pourraient faire l objet de représailles si leurs noms étaient rendus publics L illustration citée par les deux même auteurs est la diffusion d un rapport de la section hollandaise du MSF sur les viols commis au Darfour lors de la journée internationale de la femme le 8 mars Elle a entraîné l inculpation et l arrestation du chef de mission et du responsable de terrain de l ONG Là aussi, MSF s est prévenu de toutes obligations de témoignage pour ses documents internes et publics, l usage judiciaire en étant limité à l usage du Procureur pour orienter ses requêtes ou se diriger vers d autres sources d information. Concernant la protection des volontaires travaillant pour les ONG, le principe commun est la confidentialité obligatoire (CICR 53, ONU) ou choisie (MSF), permettant là aussi à l individu de se mettre à l abri de représailles pour lui et les autres volontaires, et d éviter trop de publicité autour de l ONG. Ainsi, une coopération des ONG avec la CPI présente des risques sur trois échelles: les activités, les équipes, les populations. On comprend dès lors que peu d ONG souhaitent coopérer avec la CPI, à moins d un fort encadrement ou d une situation exceptionnelle. Pour les ONG présentes au Darfour et n ayant pas entamé cette réflexion, un travail de positionnement sera alors à mettre en place rapidement en cas d inculpation par les juges du Président soudanais devant la CPI. 52 Françoise Bouchet-Saulnier, article sur les relations entre les ONG et la CPI, dans les Actes de Conférence des 5 ème universités d automne de l humanitaire les 27, 28 et 29 septembre 2007, sur le thème Sécurité et protection : mission impossible?, groupe URD, page Cette organisation est la seule à bénéficier d une immunité totale de témoignage. Les autres ne peuvent l invoquer qu au cas par cas. 15

16 d Les conséquences probables d une inculpation sur le travail des humanitaires En cas d inculpation du Président soudanais, plusieurs scénarios négatifs peuvent être envisagés, entraînant une détérioration de la situation au Darfour et, in fine, des conséquences négatives sur le travail des acteurs humanitaires. Le processus de paix au Darfour pourrait subir un blocage définitif face au refus ferme du gouvernement d ouvrir des négociations avec les rebelles darfouris, malgré les pressions internationales, avec pour résultat le lancement de nouvelles offensives militaires, et une détérioration de la situation sécuritaire pour les populations locales et les humanitaires. Réjouis et sur-motivés par la confirmation de la demande d inculpation, les rebelles du MEJ et de l ALS pourraient saisir une nouvelle fois leur chance en lançant un raid contre Khartoum, après l échec de celui de mai 2008, tout en lançant de vastes opérations militaires au Darfour. Un front de rebelles pourrait se créer en associant tous les mécontents du régime, y compris au Sud, au Nord et à l Est, avec l éclatement de crises aujourd hui larvées dans le Kordofan (création récente des groupes d opposition Kordofan Alliance for Development et mouvement Shamal) et au Nord (nubien déplacés par les barrages et exclus du développement). Les difficultés dans l Est pourraient être relancées malgré la signature récente de l APE ( Accord de Paix avec l Est) 54. Dans la continuité, l APG pourrait subir de fortes turbulences voire menacer de s effondrer en raison de la nouvelle instabilité dans les relations Nord/ Sud, focalisée sur les points non réglés (tracé de la frontière, question d Abyei, référendum, partage des ressources pétrolières), les autorités du SPLM/A refusant désormais toute légitimité à un Président du Gouvernement d Union Nationale inculpé devant la CPI. Un des prix directs à payer par les humanitaires serait celui de l aggravation des blocages administratifs 55 en cette période où tout occidental est considéré comme un agent de son gouvernement: difficultés dans l octroi des visas, blocages des permis de déplacement, de résidence et de travail, difficulté dans les recrutements ou procédures plus restrictives, difficulté à importer du matériel, renvois de chefs de mission ou demandes de fermetures de mission. En période de tensions internationales, le gouvernement soudanais a déjà utilisé à maintes reprises cette arme, facile à manier et aux conséquences directes pour les milliers de travailleurs humanitaires expatriés dans le pays. Le gouvernement pourrait également décider de suspendre ou de ne pas renouveler le moratoire négocié par OCHA pour faciliter la vie des travailleurs humanitaires. Sur l ensemble de ces scénarios, les conditions sécuritaires dégradées pourraient donc avoir un coût humain élevé, tout en ne permettant plus aux humanitaires de mener à bien leur mission. L action primordiale de protection 56 des populations face aux phénomènes de violences et de violations de droits serait difficile à mettre en œuvre. Conclusion : le dilemme justice/sécurité La CPI serait-elle ainsi la seule solution durable à la crise du Darfour? Rien n est moins sûr comme l ont montré les scénarios possibles en cas d inculpation du Président soudanais. Le pari est risqué avec d un côté de la balance la lutte à tout prix de la justice internationale contre l impunité, et de l autre la stabilité et la sécurité de la société civile et des acteurs humanitaires. Derrière la question juridique d un droit international intangible (concept de non impunité), la question de la pertinence de la décision de justice au regard du contexte et des 54 Sans aller jusqu au risque de «somalisation» du Soudan avancé par plusieurs politiques et analystes. 55 Ces «bureaucratic impediments» font l objet d une négociation entre OCHA et le gouvernement soudanais pour que celui-ci s engage à faciliter le travail des humanitaires, à travers la signature d un moratorium. 56 Pour plus d information sur le concept de protection, sa définition, et les pré requis d une action de protection, voir notamment la présentation de cadrage «la protection dans un contexte de multiplication des acteurs, point de vue du CICR»,, Pierre Gentile (CICR), page 10 à 17, Actes de Conférence des 5 ème universités d automne de l humanitaire les 27, 28 et 29 septembre 2007, sur le thème Sécurité et protection : mission impossible?, groupe URD. 16

17 conséquences possible sur le plan politique et sécuritaire se pose. Le dilemme justice/sécurité conduit ainsi à deux interrogations principales : - peut-on mettre en danger la vie des travailleurs humanitaires, risquer d aggraver les conflits politiques, par une décision de justice déconnectée du contexte, ou doit-on continuer à espérer dans la négociation? - le principe juridique de lutte contre l impunité est-il plus important que le concept de sécurité des populations et travailleurs humanitaires? La logique voudrait que le droit international ne puisse se positionner en fonction du contexte face à des crimes de guerre, de crimes contre l humanité ou de crimes de génocide. Tout au plus le contexte permet-il de fournir des explications. Et pourtant, il serait souhaitable que la CPI adopte une démarche appropriée. Comme le conclut Gideon Rachamn dans Jeune Afrique, «à choisir entre la paix et la justice, le droit des morts et celui des vivants, la priorité devrait aller à la paix et aux vivants». Il ne s agit plus là de faire de la politique. Il ne s agit pas non plus de protéger les criminels. Ainsi, l inculpation d Omar Al- Beshir serait un pari risqué. Comme le soulignait une activiste de la société civile soudanais, citée par Alex de Waal, «Le gouvernement mérite tout ce qui lui est reproché. Mais c est le peuple soudanais qui va en payer le prix». Une solution devra pourtant bien être trouvée pour mettre un terme à un conflit qui dure depuis plus de 6 ans, et dont les indicateurs sur ces trois dernières années ne montrent pas d amélioration tangible. Ainsi, entre le politique, le juridique et l humanitaire, il est difficile de se situer. Il reste que les ONG doivent avoir le choix de décider de leur coopération avec la CPI pour protéger leur mission, leurs travailleurs et les populations bénéficiaires. 17

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) SIXIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION 1. Le 26 février 2011, le Conseil de sécurité de l

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE II

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE II ICC-02/05-01/09-186-tFRA 27-02-2014 1/6 NM PT. Original : anglais N : ICC-02/05-01/09 Date : 26 février 2014 LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE II Composée comme suit : Mme la juge Ekaterina Trendafilova, juge président

Plus en détail

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III ICC-02/11-02/11-1-tFRA 01-10-2013 1/10 NM PT ICC-02/11-02/11-1-US-Exp-tFRA 27-12-2011 1/10 NM PT Original : anglais N : ICC 02/11 02/11 Date : 21 décembre 2011 LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE III Composée comme

Plus en détail

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE II

LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE II ICC-02/05-01/09-227-tFRA 11-03-2015 1/12 EK PT. Original : anglais N : ICC-02/05-01/09 Date : 9 mars 2015 LA CHAMBRE PRÉLIMINAIRE II Composée comme suit : Mme la juge Ekaterina Trendafilova, juge président

Plus en détail

25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) -coopération 25. la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 1 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de la Cour peut avoir sur la capacité de la Cour à mener à bien

Plus en détail

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) Le Bureau du Procureur The Office of the Prosecutor QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION

Plus en détail

M. le juge Sang Hyun Song, Président de la Cour pénale internationale

M. le juge Sang Hyun Song, Président de la Cour pénale internationale M. le juge Sang Hyun Song, Président de la Cour pénale internationale Allocution prononcée à l occasion de la 18 e séance d information à l intention du corps diplomatique [vérifier à l audition] La Haye

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Crimes internationaux

Crimes internationaux ADVOCACY CENTER TRIAL A CT CENTRE D ACTION JURIDIQUE DE TRIAL Crimes internationaux Ouverture à Genève d un Centre d action juridique pour la saisine des organes de protection des droits de l homme Introduction

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

03.460. Initiative parlementaire

03.460. Initiative parlementaire 03.460 Initiative parlementaire Procédures de la délégation des Commissions de gestion et enquêtes disciplinaires ou administratives de la Confédération menées parallèlement et sur un même objet Rapport

Plus en détail

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE POUR UN ATELIER DE FORMATION DU POOL NATIONAL D AVOCATS DE LA RDC EN MATIERE DE JUSTICE PENALE INTERNATIONALE ET DU SYSTEME DE STATUT DE ROME DE LA CPI

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) L Assemblée des États Parties, 1 [ ] 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de

Plus en détail

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004

Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux. Nairobi, le 20 mai 2004 Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CI/RGL) Rencontre Spéciale des Coordonnateurs Nationaux Nairobi, le 20 mai 2004 Résumé des Discussions et Recommandations 1. Il s est tenu à Nairobi,

Plus en détail

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005

BELGIQUE. Mise à jour de la contribution de novembre 2005 Mars 2013 BELGIQUE Mise à jour de la contribution de novembre 2005 1. Résumé de l arrêt Arrêt définitif de la Cour d appel de Bruxelles du 26 juin 2012 Etat belge (SPF AFFAIRES ETRANGERES) c/ INTERNATIONAL

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

ACCORD SUR LE STATUT LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES

ACCORD SUR LE STATUT LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES ACCORD SUR LE STATUT ET LES FONCTIONS DE LA COMMISSION INTERNATIONALE POUR LES PERSONNES DISPARUES Les Parties au présent Accord, Préoccupées par la disparition de nombreuses personnes chaque année partout

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND Mandat de la Rapporteuse spéciale sur l indépendance des juges et

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES Loi n 09-04 du 14 Chaâbane 1430 correspondant au 5 août 2009 portant règles particulières relatives à la prévention et à la lutte contre les infractions liées aux technologies de l information et de la

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 30 août 2007 N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 août 2007. PROJET DE

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale

JURISCOPE - 1999. 1. Historique de la police judiciaire nationale La direction de la police judiciaire et son contrôle par les autorités judiciaires au Sénégal Textes de référence :! loi n 65-61 du 21juillet1965 (Code de procédure pénale).! loi n 85-25 du 25 février

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia, Tel.:(251-1) 51 38 22 Fax: (251-1) 51 93 21 Email: oau-ews@telecom.net.et CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE 32 EME REUNION

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Avis concernant la publicité des rapports annuels des médiateurs

Avis concernant la publicité des rapports annuels des médiateurs 22 06 2012 SPF SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- DIRECTION GÉNÉRALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» Avis concernant

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage)

Commentaire. Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012. M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Commentaire Décision n 2012-261 QPC du 22 juin 2012 M. Thierry B. (Consentement au mariage et opposition à mariage) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 13 avril 2012 par la première chambre civile

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES ÉTATS À EXÉCUTER, CONFORMÉMENT AUX RÈGLES INTERNATIONALES QUI RÉGISSENT

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Mise à jour le 27/03/2013 C e document qui permettait à un enfant de circuler dans certains pays sans être accompagné de ses parents

Plus en détail

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)*

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)* Nations Unies Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. générale 3 août 2010 Français Original: anglais CAT/C/SEN/Q/3 Comité contre la torture

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Document de travail. Copyright Yves Sandoz. A ne pas citer ni reproduire Ouverture du Séminaire Ire demi-journée:

Plus en détail

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Engagements de Paris en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illégaux par des groupes ou des forces armés en place d un mécanisme

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517700 Fax: 517844

Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517700 Fax: 517844 ORGANISATION OF AFRICAN UNITY ORGANISATION DE L UNITE AFRICAINE Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone 517700 Fax: 517844 PROTOCOLE RELATIF A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat.

Question 1 : Rappelez les principes qui guident le régime de responsabilité des chefs d Etat dans un Etat de droit, pendant le mandat. Cas pratique Cours : Droit constitutionnel de la Vème République Enoncé : Le Président de la République française, lors de vacances privées, a eu un léger accident de voiture avec un automobiliste qui

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif Rapporteur : Y. Maunand Séance du 16 novembre 2015 Le conflit positif dont vous êtes saisi va vous conduire à vous prononcer à la fois

Plus en détail

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne».

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne». AVIS SUR LE PROCHAIN PROGRAMME JUSTICE DE L UNION EUROPEENNE 1. Cadre de l avis En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

FÉVRIER 2003. Le Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale (CIRDC)

FÉVRIER 2003. Le Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale (CIRDC) Coopérer aux enquêtes et poursuites impliquant la Cour pénale internationale : Un guide introductif destiné au personnel du système de justice pénale des États FÉVRIER 2003 Le Centre international pour

Plus en détail