LA POLITIQUE ANTITRUST DE NOUVEAU OBSERVÉE AU MICROSCOPE Les derniers développements concernant les recherches menées par la Commission sur les

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA POLITIQUE ANTITRUST DE NOUVEAU OBSERVÉE AU MICROSCOPE Les derniers développements concernant les recherches menées par la Commission sur les"

Transcription

1 LA POLITIQUE ANTITRUST DE NOUVEAU OBSERVÉE AU MICROSCOPE Les derniers développements concernant les recherches menées par la Commission sur les pratiques anticoncurrentielles de Google Décembre

2 Table des Matières 1. Principaux développements de l enquête de la Commission menée sur Google 2 2. Nombre croissant de plaintes à l encontre de Google Agrégateurs et Éditeurs d Informations 2.2 Services de Cartographie et de Référencement des Entreprises 2.3 Plateformes Publicitaires et Sites de Comparaison de Prix 2.4 Le Secteur du Voyage 3. La Commission enquêtera-t-elle sur Go Mobile? Conclusion 12 1

3 1. Principaux développements dans l enquête Google de la Commission En octobre 2011, l ICOMP (Initiative for a Competitive Online Marketplace) a publié son livre blanc «La politique antitrust de Google observée au Microscope». Ce document décrit de façon détaillée comment Google, par l usage de pratiques anticoncurrentielles, a exclu ses concurrents et exploité les utilisateurs, s octroyant ainsi le droit de décider de la prospérité ou du déclin des sociétés en ligne, aux dépens de l innovation, de l emploi et de la croissance. Depuis cette publication, des développements importants sont intervenus dans l enquête de la Commission européenne sur les pratiques abusives de Google. Au total, la Commission traiterait une vingtaine de plaintes officielles (et de nombreuses autres non officielles) déposées à l encontre de Google, les plus récentes d entre elles émanant d agences de voyage en ligne. 1 Ces nouvelles plaintes ont renforcé les inquiétudes de l ICOMP et ont apporté à la Commission de nouvelles preuves de l abus de position dominante de Google. De façon prévisible, Google a manifesté de la condescendance vis-à-vis de l amoncellement des preuves de son comportement abusif : la société a par deux fois au moins, en réponse aux nouvelles plaintes, soutenu qu elle continuait de coopérer avec la Commission, «en expliquant divers aspects» de son activité et qu elle «pense qu il est toujours possible d améliorer la situation et s attèle ainsi à traiter tous les sujets de préoccupation éventuels». 2 L ultimatum de M. Almunia Le 21 mai 2012, le commissaire européen à la Concurrence (et vice-président de la Commission), M. Joaquín Almunia, a formulé vis-à-vis de Google ce que beaucoup considèrent comme un ultimatum public : «Google Inc. a, à plusieurs reprises, exprimé sa volonté de discuter des inquiétudes que la Commission pourrait avoir, sans aller jusqu'à une procédure contradictoire. C est pourquoi j accorde aujourd hui à Google l opportunité de proposer des remèdes» En faisant cette déclaration, M. Almunia a offert à Google la possibilité de livrer des garanties pour favoriser la concurrence en ligne au lieu de se comporter d une manière qui aboutira à l ouverture d une procédure d infraction. L approche du commissaire européen dissimule en réalité un raisonnement logique : il cherche à obtenir «une résolution rapide... en restaurant la concurrence rapidement au profit des utilisateurs» au sein de ce qu il décrit comme étant des «marchés évoluant rapidement». 1 Les plaignants incluent : les éditeurs allemands (VDZ et BDZV), Ciao!, Foundem, ejustice et sa filiale, 1plusV, Microsoft, Euro-Cities, Hot Maps, Interactive Lab, Elfvoetbal, NNPT.it, VfT, Deal Du Jour, AEDE, Twenga, Expedia, TripAdvisor, Odigeo et Streetmap 2 D après le porte-parole de Google le 31 octobre, Al Verney, consécutivement à la déclaration de sa société du 27 octobre 2011, voir EU/Content.aspx?ID= La déclaration aurait également été reprise par Al Verney en février 2011 après le dépôt de plainte de 1plusVs : 2

4 Le message de Joaquín Almunia semble clair : Google se voit offrir une dernière chance de répondre aux préoccupations d abus de position dominante de la Commission, sinon ce dernier devra faire face à une longue, très longue et finalement pénible bataille juridique. Dans son offre de règlement, Joaquín Almunia a identifié quatre domaines dans lesquels les pratiques de Google peuvent être considérées comme des abus de position dominante sur les marchés de la recherche et de la publicité liée aux recherches : Le traitement préférentiel par Google de ses propres services de recherche verticale par rapport à ceux de ses concurrents. La copie, par Google, sans autorisation préalable, du contenu de moteurs de recherche verticale concurrents et l utilisation de ce contenu dans ses propres offres. L exclusivité de facto de Google à l égard de sites web partenaires, tenus de publier la majorité voire la totalité de leurs annonces publicitaires liées à la recherche sur Google, bloquant ainsi les services d intermédiation concurrents. Les restrictions imposées par Google en matière de portabilité des campagnes publicitaires liées à la recherche en ligne à partir de sa plateforme AdWords vers des plateformes concurrentes, notamment celles imposées aux développeurs de logiciels. La lettre de Joaquín Almunia ne signifie toutefois pas que la Commission cessera d enquêter sur d autres questions ne relevant pas de ces quatre domaines, comme la conduite de Google concernant sa plateforme mobile, l Android. Joaquin Almunia est donc conscient du fait que Google s est montré peu coopératif avec les régulateurs 3 : d après le Directeur de Watchdog, l association américaine de défense des consommateurs : «Google s est, par le passé, illustré par ses réponses évasives et ses atermoiements». 4 Prochaines actions de Google Il n est pas certain que Google tiendra compte de l avertissement sans détour de la Commission. Google a tout d abord répondu aux déclarations du commissaire européen à la Concurrence en exprimant son désaccord avec les conclusions de la Commission. La société a toutefois ajouté qu elle était ouverte à la discussion sur toutes les inquiétudes que la Commission pourrait avoir. 5 Pourtant, le PDG de Google Eric Schmidt a peu après laissé entendre que Google pourrait en fin de compte ne pas être si désireux d entamer d importants pourparlers constructifs : «Nous réfutons l affirmation en vertu de laquelle nous enfreindrions les règles européennes, et ce, tant qu il ne nous sera pas fourni plus de détails sur les domaines de la législation que nous violerions. Donneznous des informations précises, exposez-nous le problème précis.» 6 L aspect frappant de cette déclaration réside dans le fait qu il s avère inconcevable que Google n ait pas eu connaissance des questions soulevées : les plaintes lui ont été envoyées et il s est entretenu avec l équipe de la Commission en charge du dossier en de nombreuses occasions. Comme le mentionnent les communiqués de presse, la Commission a laissé à Google jusqu au 2 juillet 2012 pour proposer des solutions

5 2. Nombre croissant de plaintes à l encontre de Google Depuis la publication du livre blanc de l ICOMP, «La politique antitrust de Google observée au Microscope», de nombreuses autres plaintes ont été déposées auprès de la Commission. Celles-ci se répartissent plus ou moins dans les quatre catégories suivantes : La tactique d exclusion par laquelle Google place ses propres services dans les pages de référencement au-dessus de ceux de ses concurrents réduit la compétitivité de ces derniers. Google poursuit sa stratégie d exclusion à l encontre des services de ses concurrents, allant jusqu à les empêcher d accéder à ses plateformes publicitaires et de recherche. Google semble s être servi du subventionnement croisé en ce qui concerne ses services gratuits, tels que Google Maps et API, et ses plateformes génératrices de revenus. Cette pratique lui a permis de couvrir les coûts élevés liés aux données et aux licences, ce que ne peuvent faire ses concurrents, qui sont ainsi exclus du marché. Google chercherait maintenant à faire des bénéfices après avoir écarté ses concurrents du marché, en facturant certains de ces services. La politique d exploitation «courber l échine» ou «abandonner» a permis à Google d utiliser sans y être autorisé le contenu de tiers, sans véritablement être inquiété, tandis que les propriétaires de contenus perdent leurs recettes. Le 27 octobre 2011, Google a publiquement divulgué les identités d un certain nombre de plaignants. Ceux-ci incluent : le propriétaire d un site de mise en relation d affaires basé à Toulouse, Interactive Lab ; le site internet de football hollandais, Elfvoetbal.nl ; l association allemande des sociétés de référencement, Verband freier Telefonbuchverleger ; le blog d information, NNPT.it ; le site web français spécialisé dans les réductions, Deal du Jour ; et le site de cartographie allemand, Hotmaps. L association des éditeurs de quotidiens espagnols, AEDE, a déposé plainte le 23 décembre 2011, en accusant Google d abuser de sa position dominante par l intermédiaire, entre autres, de son offre Google News. Exactement un mois plus tard, le comparateur de prix français, Twenga, a aussi officiellement déposé plainte à l encontre de Google, rejoignant ainsi d autres membres de FairSearch.org, suivis d autres encore en mars et avril La Commission a révélé que d autres plaintes avaient été reçues de deux voyagistes en ligne, TripAdvisor, le site qui recense les conseils et avis en matière d organisation des voyages et Expedia, le service de voyage en ligne. Les plaintes de TripAdvisor et d Expedia ont été soutenues par d autres acteurs clés de l industrie du voyage, notamment : l European Technology & Travel Services Association, Lastminute.com et Amadeus. Level.com (un membre de Fairsearch.org) qui représente les intérêts des agences de voyages telles qu Opodo, a affirmé que bien qu il n ait pas officiellement porté plainte, il surveillait la conduite de Google et avait alerté la Commission quant à la détection d un «comportement irrégulier». Dans son rapport déposé auprès de la SEC en date du 25 avril 2012, Google a révélé que le propriétaire d Opodo, Odigeo, avait également porté plainte comme l avait fait précédemment la société de cartographie, Streetmap. Peu de temps avant ces plaintes, le BEUC, le bureau européen des unions de consommateurs, a écrit une lettre datée du 27 mars 2012 à Joaquín Almunia dans laquelle il s inquiétait de voir «les consommateurs pâtir de la position dominante de Google, ces derniers se voyant transmettre des résultats partiels relativement aux requêtes formulées...» 7 4

6 2.1 Agrégateurs et Éditeurs d Informations Dans son livre blanc «La politique antitrust de Google observée au Microscope», l ICOMP a minutieusement décrit la façon dont la conduite de Google avait nui aux agrégateurs d informations, aux journaux et aux éditeurs. Si ce comportement varie d une affaire à l autre, il existe une constante : l exploitation non autorisée, par google, du contenu de tiers. Cet argument a été avancé par l Association des éditeurs de magazines allemands (BDZV et VDZ) dans leur plainte auprès de l Office fédéral allemand de lutte contre les cartels (le FCO) au cours du mois de décembre 2010 et a également été traité dans le règlement de Google avec les autorités antitrust italiennes dans l affaire FIEG (Fédération italienne des éditeurs de journaux). 8 L association des éditeurs de quotidiens espagnols (AEDE) Bien que l utilisation par Google des bribes des éditeurs ait été au centre du débat antitrust afférent à l abus de position dominante, la Commission n a commencé à examiner les allégations spécifiques qu en décembre 2011, lorsqu elle a annoncé que l association des éditeurs de quotidiens espagnols, l AEDE, avait déposé plainte relativement à l utilisation par Google du contenu numérique des membres de l AEDE sur le service Google News, sans autorisation préalable et sans offrir une rémunération aux éditeurs. Comme en ce qui concerne les éditeurs allemands, l AEDE a déploré le fait que la façon dont Google exploite son service Google News a un impact négatif important sur la capacité des journaux à générer des revenus par l intermédiaire de la publicité en ligne. Pour cette raison, l AEDE a demandé, pour ses membres, à percevoir une partie équitable des revenus que Google génère à partir des publicités présentées à côté des «bribes» de leurs articles. L AEDE a critiqué «l option de refus» de Google dont disposent les détenteurs de droits sur contenu qui ne souhaitent pas que Google utilise leur contenu sur Google News ; en exerçant cette option, les éditeurs ont la possibilité de protéger leur contenu, mais pas leur activité puisque «refuser» signifie aussi être complètement exclu des résultats de recherche de Google. Les Associations des éditeurs de magazines allemands BDZV et VDZ Les Associations des éditeurs de magazines allemands, BDZV et VDZ, se sont plaintes, pardevant le FCO, de l utilisation non autorisée du contenu de leurs membres par Google. Toutefois, lorsque leur plainte a été transmise à la Commission en décembre 2010, il a été décidé de confier au régulateur national le soin de traiter leurs demandes en matière de «part équitable». En février 2012, peu de temps après l annonce de la plainte antitrust de l AEDE, les éditeurs allemands ont décidé de soumettre leurs réclamations en matière de «part équitable» à la Commission. Autres Éditeurs D autres éditeurs et d autres groupes ont contacté la Commission à cet égard. Une association représentant les éditeurs polonais aurait écrit à M. Almunia au sujet de l attitude de Google envers les rivaux et deux autres sites ont officiellement porté plainte auprès de la Commission. Le premier est un site de football hollandais, Elfvoetbal.nl, dont les inquiétudes semblent se focaliser sur le fait que Google dirige les utilisateurs vers ses propres offres liées au football ; le second est un forum d information italien, NNTP.it. 7 D après Brent Thompson, Vice-Président des Affaires Gouvernementales, Expedia, le 30 mars Voir également la lettre de M. Goyens du BEUC (le bureau européen des unions de consommateurs) adressée à M. Joaquin Almunia, datée du 27 mars Voir pages 7-10 du livre blanc «La politique antitrust de Google observée au Microscope» 5

7 2.2 Services de Cartographie et de Référencement des Entreprises Un nombre croissant de consommateurs utilise Internet pour rechercher des entreprises et effectuer des recherches par position. Google Maps est une ressource populaire parmi les utilisateurs. Une étude YouGov, portant sur un échantillon de individus résidant au Royaume-Uni, révèle que 49% des sondés affirment utiliser régulièrement Google Maps. 9 Ce chiffre est plus frappant aux États-Unis, où 71 % des 91,7 millions d utilisateurs de la cartographie en ligne se sont rendus sur Google Maps en février L interface de programmation de Google, Google Maps API, jouit d une popularité croissante auprès des entreprises en ligne, puisqu il leur est possible d intégrer Google Maps à leurs propres sites et de localiser leurs entreprises sur le service de cartographie populaire de Google. Sans surprise, les services de référencement et de cartographie en ligne concurrents sont donc devenus la cible incontournable des manœuvres anticoncurrentielles de Google. Cette logique a été poussée à un degré tel que certains services, à l instar de la société française de cartographie Maporama, ont été évincés consécutivement aux pratiques d exclusion de Google. 11 Verband freier Telefonbuchverleger En octobre 2010, la Verband freier Telefonbuchverleger (VfT), une association allemande de 20 sociétés régionales de référencement, a déposé plainte auprès de la Commission en abordant des inquiétudes que suscite le traitement préférentiel discriminatoire des produits commerciaux de Google dans les pages de référencement. VfT a publiquement déclaré espérer que son «offensive» à l encontre Google contribuera au retour des «moteurs de recherche objectifs». Selon le site web de VfT, son analyse a démontré que lorsqu une recherche est effectuée sur une entreprise sur Google en utilisant un lieu ou un code postal, Google place presque toujours ses sites au-dessus de ceux des référencements locaux. 12 Hot Maps Hot Maps, un développeur et concédant de licence allemand de logiciel de cartographie, a déposé plainte à l encontre de Google auprès du FCO le 12 octobre Dans cette plainte, Hot Maps accusait Google de tirer parti de son influence économique pour restreindre déloyalement la capacité de Hot Maps à proposer des services de routage et de cartographie, contrairement à la législation allemande interdisant les restrictions en matière de concurrence. Notamment, Hot Maps a affirmé qu en offrant gratuitement Google Maps API à d autres sites web et sans publicité, Google avait engagé une politique de prix prédatrice, puisqu il ne finançait le paiement des frais de licence ni des données géographiques à travers ses services de cartographie. Il convient de noter que Google a depuis commencé à facturer fortement ce service à certains utilisateurs, dès qu ils dépassent les limites d utilisation (voir ci-dessous). En outre, Hot Maps a également observé que sa «visibilité» dans les résultats de recherche de Google avait «décliné de façon inexpliquée» depuis, entre autres, le lancement de Google Maps. D après Hot Maps, cette situation «démontre clairement que Google favorise ses propres services». Dans ce contexte, Hot Maps a pointé du doigt Universal Search qui, selon lui, mettrait en avant les images de Google Map dans les référencements organiques en réponse aux recherches par position. 6

8 Le FCO a transmis la plainte de Hot Maps à la Commission à la fin de l année 2010, ainsi que celle d une autre société de cartographie, Euro-Cities. 13 Si la décision de la Commission d instruire ou non les réclamations relatives à l API n est pas clairement formulée, il ressort que le FCO, au moins dans l affaire d Euro-Cities, n a pas renvoyé à la Commission les arguments relatifs à la gratuité de l API de Google Maps et a, en conséquence, recommandé de soumettre cette question aux tribunaux allemands. Bottin Cartographes Le 31 janvier 2012 le Tribunal de Commerce de Paris a rendu un jugement en faveur de Bottin Cartographes. Celui-ci a estimé que Google avait abusé de sa position dominante, contrairement au code de commerce français, en pratiquant pour son API des prix anormalement bas sur le marché de la cartographie en ligne permettant la géolocalisation de points de vente sur les sites web des entreprises. Le Tribunal a observé que Google détenait un monopole de facto en France sur le marché des moteurs de recherche et en est venu à conclure que Google Map était dominant : «Un tel raisonnement peut être transposé au marché de la cartographie en ligne, la position dominante de Google Maps étant liée à la domination de Google sur le marché des moteurs de recherche». Le Tribunal a analysé la façon dont Google avait abusé de sa position dominante. Le Tribunal a constaté qu en proposant gratuitement ses programmes de cartographie, Google n avait pas permis de recouvrir le coût de revient inévitable inhérent à son offre de services, y compris par exemple ceux inhérents à l élaboration et à la distribution des produits, ainsi que les droits afférents aux données géographiques. Le Tribunal a estimé que le comportement de Google avait abouti à l'éviction de tout concurrent, mais en outre s était inscrit à l'évidence dans le cadre d'une stratégie générale d'élimination. La pratique de gratuité a manifestement eu vocation à optimiser à terme la commercialisation de publicités ciblées ; cette systématisation influence définitivement les entreprises clientes, ces dernières estimant à juste titre que le choix de l'api Google Maps favorisera leur référencement naturel sur le moteur de recherche Google. 14 Ce jugement a réconforté certains acteurs du secteur de la cartographie en ligne et pourrait bien avoir encouragé les autres à se manifester au début de l année Street Map Streetmap est un fournisseur britannique de cartes en ligne, permettant aux utilisateurs d effectuer gratuitement des recherches par code postal, lieu, nom, nom de rue, code téléphonique, latitude et longitude. Streetmap offre également une variété de services de localisation payants aux entreprises. De 2002 à 2004, Streetmap a vu ses revenus augmenter de 653%. En 2006, une étude YouGov, a classé Streetmap.co.uk au 4 ème rang des marques en ligne les plus plébiscitées et dignes de confiance. Toutefois, à partir du printemps 2007, Streetmap a assisté à une nette chute de son trafic et de son chiffre d affaires, apparemment au profit de Google. En mars 2012, Streetmap a formellement porté plainte auprès de la Commission relativement à l abus de la position dominante de Google sur les marchés de la recherche et de la publicité liée aux recherches et relativement au pouvoir que lui procure sa position dominante au sein du secteur de la cartographie en ligne. 9 Voir 10 Voir 11 Voir la décision du Tribunal de Commerce de Paris, du 31 janvier 2012, concernant Bottin Cartographes, disponible à l adresse Internet suivante : Voir page 7 du livre blanc «La politique antitrust de Google observée au Microscope» Voir l Avis de l autorité de la concurrence française No 10-A-29, du 14 décembre 2010, relatif à la concurrence sur le marché de la publicité en ligne, paras. 324 et seq 17 Voir page du livre blanc «La politique antitrust de Google observée au Microscope» 18 7

9 Certaines des réclamations formulées par Streetmap s articulent autour des pratiques de discrimination de Google. Premièrement, comme de nombreux plaignants, Streetmap a affirmé qu en mettant systématiquement en avant ses propres services dans les pages de résultats des moteurs de recherche, grâce à Universal Search, Google favorise ses propres offres, en dirigeant le trafic vers ses sites et en pratiquant une discrimination à l égard de ceux des concurrents. En fait, selon Streetmap, Google Maps se classe parmi les sites qui connaissent la plus forte augmentation de trafic après le lancement d Universal Search. Développant cet argument, Streetmap a également souligné qu alors que la simple introduction d un code postal britannique dans Google Search permettait de récupérer les résultats depuis les propres sites de cartographie de Google, ce dernier n avait pas dressé la liste des sites concurrents, tels que Streetmap. Deuxièmement, Streetmap a soulevé la question de l aspiration partielle : Google affiche un taux inférieur d aspiration en ce qui concerne les sites concurrençant les siens. Les Algorithmes d indexation des sites web de Google déterminent la fréquence et l échelle de leur défilement en fonction du référencement des sites web. Cependant, Streetmap a affirmé qu en dépit de ses notes de classement élevées de 7 sur 10 (soit seulement un point de moins que Yahoo!), en février 2012, le moteur de recherche de Google n avait indexé que 5% de son site. À ce rythme, le délai imparti à Google pour complètement indexer le contenu de Streetmap devrait être fixé à 20 ans. Outre la question de la discrimination, Streetmap a également développé des arguments similaires à ceux avancés par Euro-cities et Hot Maps, en accusant Google d offrir ses services de cartographie aux consommateurs et entreprises clientes à des prix anormalement bas. Contrairement aux concurrents, Google Maps propose gratuitement son service de cartographie à la plupart de ses utilisateurs sans publicité (tout du moins jusqu à présent). Streetmap a affirmé que Google utilise les revenus générés par ses autres activités afin de financer les licences et données relatives aux cartes, en recourant au subventionnement croisé entre ses services de cartographie et sa plateforme publicitaire. Le service API de Google, qui permet aux entreprises d incorporer Google Maps sur leur site et vice-versa, a également été proposé gratuitement jusqu à tout récemment, lorsque Google a publiquement reconnu sa non-viabilité : 15 «dans un contexte d adoption croissante de l API Maps, nous devons garantir son avenir à long terme en veillant, même lors de son utilisation par des sites à fort trafic, à assurer la continuité du service». Google a instauré des limites d utilisation et des pénalités pour utilisation excessive dès le mois d octobre 2011 pour les utilisateurs de Google Maps API. Streetmap a décrit cette tactique comme faisant partie de la «stratégie de Google», qui consiste tout d abord à évincer la concurrence, puis, à commencer à facturer les services. Cette analyse rejoint l avis de l Autorité de la Concurrence française : «Celui-ci [Google Maps API»] n est certes pas payant aujourd hui en France. Mais il l est dans certaines villes des États-Unis, ce qui annonce peut-être une évolution» Plateformes Publicitaires & Sites de Comparaison de Prix Les pratiques anti-concurrentielles de Google ont pour l essentiel visé des moteurs de recherche verticale concurrents, puisque ceux-ci menacent (quelquefois directement, quelquefois indirectement) véritablement les services de Google. Parmi les premiers plaignants, figurent de nombreux sites de comparaison de prix, y compris Ciao! et Foundem. 17 Plus récemment, Google a étendu lesdites pratiques aux sites de mise en relation d'affaires et aux sites spécialisés dans l offre de réductions. 8

10 Interactive Labs Le 3 février 2011, la société française Interactive Lab a déposé une plainte contre Google auprès de la Commission, en ce qui concerne ses tentatives d utilisation avortée de Google AdWords aux fins de la promotion de son service de mise en relation d'affaires, Woxxo. Interactive Labs a accusé Google de présenter et d exploiter sa régie publicitaire de manière «non transparente, mensongère et trompeuse». 18 La Commission a accepté en avril 2011 de se saisir de la plainte et d ouvrir un dossier. Deal du Jour Deal du Jour est un site français (dealdujour.pro) qui agit en tant que plateforme publicitaire pour les entreprises locales et offre un service similaire à celui de Groupon. Au début du mois d août 2011, Deal du Jour a déposé plainte auprès de la Commission en lui demandant «d ouvrir de toute urgence une enquête sur Google, puisque notre société qui détient un capital limité est détruite par les actions de Google». 19 La plainte de Deal du Jour s articule autour de trois arguments. Premièrement, Deal du Jour a affirmé avoir chuté dans le référencement effectué par Google sans explication dans une mesure telle qu il est possible de parler de désindexation. Deuxièmement, Google est accusé d avoir supprimé le compte AdSense de Deal du Jour au motif que ce dernier aurait mené une «activité incorrecte». Le troisième argument aurait trait à la suppression à laquelle aurait procédé Google du compte AdWords de l affilié de Deal du Jour, Int. Yellow Pages, aux motifs que les termes et conditions liés au compte et à la publicité ne respectaient pas les exigences de qualité établies dans les conditions générales d utilisation de Google. Google avait précédemment agi de la sorte à l encontre de Navx en 2009, empêchant ainsi cette société d afficher des publicités sur sa plateforme AdWords. 20 Il convient de noter que tout ceci se serait produit au cours du mois de juillet 2011, c est-à-dire avant l achat par Google de TheDealmap, un site spécialisé dans la géolocalisation des offres promotionnelles. 21 Ceci renforce la théorie qui veut que Google se concentre sur les acteurs intervenant au sein de «secteurs ciblés» afin d évincer les concurrents de façon à pouvoir par la suite procéder au lancement de ses propres produits ou services. Francotel LLC a également déposé plainte contre Google au cours du mois de janvier 2010 auprès de la Commission en ce qui concerne les conditions générales d AdWords, bien qu il ne soit pas établi que cette plainte fasse partie de l enquête conduite. Twenga Au début de l année 2012, une plainte déposée par le comparateur de prix français, Twenga, a rejoint les dossiers dont la Commission s est officiellement saisie. La plainte de Twenga ne s est pas limitée aux sujets de préoccupation habituels ayant trait au traitement préférentiel des services de Google, mais également a attiré l attention de la Commission sur de nouveaux aspects de la conduite du géant américain : Google a, de façon discriminatoire, appliqué à des sites concurrents des ajustements algorithmiques qu il ne s applique pas. 22 Selon le PDG de Twenga, M. Bastien Duclaux «L'an passé, Google a procédé à plusieurs changements d'algorithme, et plus récemment, dans le but de pénaliser ces types de produits dans les résultats de recherche causant une chute de 30 % du trafic de Twenga au mois d'août» Pour obtenir de plus amples informations au sujet de la plainte de Navx, voir page 13 du livre blanc «La politique antitrust de Google observée au Microscope» 21 Google aurait essayé de racheter Groupon l année dernière 22 Notamment, la mise à jour «Panda» que Google n a pas appliquée à ses propres produits et services Dans son rapport SEC. Une copie de la déclaration est disponible à l adresse Internet suivante : 9

LA POLITIQUE ANTITRUST DE GOOGLE OBSERVÉE AU MICROSCOPE

LA POLITIQUE ANTITRUST DE GOOGLE OBSERVÉE AU MICROSCOPE LA POLITIQUE ANTITRUST DE GOOGLE OBSERVÉE AU MICROSCOPE Sommaire A propos d ICOMP 2 1. Introduction 3 2. Les faits reprochés à Google 4 A. Mise en avant par Google de ses propres produits et pénalisation

Plus en détail

Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014

Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014 Programme de bourses de recherche de l UEFA Edition 2014 Déclaration envers l UEFA Programme de bourses de recherche de l UEFA Déclaration envers l UEFA Avant de commencer leur projet de recherche, les

Plus en détail

Rogers octroie au Client une licence pour chacune des vitrines des Services Shopify de Rogers que le Client a commandées.

Rogers octroie au Client une licence pour chacune des vitrines des Services Shopify de Rogers que le Client a commandées. Services Shopify offerts par Rogers Les modalités suivantes s'appliquent à votre adhésion aux Services Shopify offerts par Rogers. Ces services sont fournis par le fournisseur de Rogers, Shopify Inc. 1.

Plus en détail

ADDENDA AU CONTRAT ID BLACKBERRY «SERVICE DE TÉLÉCHARGEMENT DES APPLICATIONS VIA BLACKBERRY APP WORLD ET SERVICE DE PAIEMENT BLACKBERRY»

ADDENDA AU CONTRAT ID BLACKBERRY «SERVICE DE TÉLÉCHARGEMENT DES APPLICATIONS VIA BLACKBERRY APP WORLD ET SERVICE DE PAIEMENT BLACKBERRY» ADDENDA AU CONTRAT ID BLACKBERRY «SERVICE DE TÉLÉCHARGEMENT DES APPLICATIONS VIA BLACKBERRY APP WORLD ET SERVICE DE PAIEMENT BLACKBERRY» AFIN DE POUVOIR ACHETER ET/OU TÉLÉCHARGER TOUT PRODUIT OU SERVICE

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS INTRODUCTION Chez Produits forestiers Résolu Inc. («Résolu»), nous attachons beaucoup d importance à nos relations avec nos clients, nos fournisseurs,

Plus en détail

DILEMMES DE LA PASSIVITÉ LÉGISLATIVE APRÈS LES DÉCISIONS DU TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL

DILEMMES DE LA PASSIVITÉ LÉGISLATIVE APRÈS LES DÉCISIONS DU TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL I COL LOQUI DE JUSTÍCIA CONSTITUCIONAL DEL PRINCIPAT D ANDORRA Marek Safjan Président du Tribunal constitutionnel de la Pologne DILEMMES DE LA PASSIVITÉ LÉGISLATIVE APRÈS LES DÉCISIONS DU TRIBUNAL CONSTITUTIONNEL

Plus en détail

Saisine devant l Autorité de la concurrence contre les pratiques anticoncurrentielles des centrales de réservation en ligne

Saisine devant l Autorité de la concurrence contre les pratiques anticoncurrentielles des centrales de réservation en ligne Saisine devant l Autorité de la concurrence contre les pratiques anticoncurrentielles des centrales de réservation en ligne Mardi 2 juillet 2013 I. Contexte Le secteur du tourisme est l un des rares secteurs

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

Le droit de la concurrence au service des entreprises

Le droit de la concurrence au service des entreprises Le droit de la concurrence au service des entreprises édité par : Le Conseil de la concurrence www.concurrence.lu 2013 index 1 2 3 Le droit de la concurrence au Luxembourg L autorité de concurrence luxembourgeoise

Plus en détail

RESSOURCES STRATECO INC. 21 mars 2013

RESSOURCES STRATECO INC. 21 mars 2013 21 mars 2013 Ressources Strateco inc. 1225 rue Gay-Lussac, Boucherville (Québec) J4B 7K1 Tél : (450) 641-0775 1-866-774-7722 Télécopieur : (450) 641-1601 Site Internet : www.strateco.ca Courriel : info@strateco.ca

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF

Consultation de la CNIL. Relative au droit à l oubli numérique. Contribution du MEDEF Consultation de la CNIL Relative au droit à l oubli numérique Contribution du MEDEF 2 Réflexions de la CNIL sur le droit à l oubli numérique Les origines du droit à l oubli numérique Réaffirmée par les

Plus en détail

Contrats de licence de l utilisateur final de Télé Accès OnStar et Consentement Relatif au Logiciel

Contrats de licence de l utilisateur final de Télé Accès OnStar et Consentement Relatif au Logiciel Contrats de licence de l utilisateur final de Télé Accès OnStar et Consentement Relatif au Logiciel Table of Contents Pages 3-4 Pages 5-6 Pages 7-8 Pages 9-10 Page 11 ios EULA Andriod EULA Blackberry EULA

Plus en détail

Les futurs pouvoirs des CNIL

Les futurs pouvoirs des CNIL Cet article est paru initialement dans la Revue Lamy Droit de l'immatériel, RLDI 2013/96, n 3210 Pour citer cet article : Fabrice Mattatia, «Les futurs pouvoirs de la CNIL», RLDI 2013/96, n 3210 Les futurs

Plus en détail

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises

Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine: lignes directrices à l usage des entreprises Transfert de technologie vers la Chine pourquoi s inquiéter? Les entreprises européennes souhaitent pénétrer le marché

Plus en détail

LES REGLES DE LA CONCURRENCE LES ABUS DE POSITION DOMINANTE Conférence CUTS Dakar, Sénégal

LES REGLES DE LA CONCURRENCE LES ABUS DE POSITION DOMINANTE Conférence CUTS Dakar, Sénégal GUY CHARRIER AVRIL 2010 CONSULTANT LES REGLES DE LA CONCURRENCE LES ABUS DE POSITION DOMINANTE Conférence CUTS Dakar, Sénégal Les abus de positions dominantes constituent l un des comportements répréhensibles

Plus en détail

Contrat d'organisateur d'événements indépendant.

Contrat d'organisateur d'événements indépendant. Contrat d'organisateur d'événements indépendant. Ce contrat ne peut être rempli que par le nouvel organisateur d'événements indépendant. 1. L adhésion à ce Contrat entre l organisateur d événements indépendant

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM

OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM OPINION DISSIDENTE DE M. WOLFRUM [Traduction] 1. J ai voté en faveur des points 1 à 3 et du point 5 du dispositif de l arrêt, mais contre le point 4 dudit dispositif. Je considère la caution de 8 millions

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE

LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE LE TRAITEMENT DES PLAINTES DANS LES MAISONS DE RETRAITE Cet article a été initialement publié dans l édition du printemps/été 2013 du bulletin de nouvelles d ACE Disponible à www.acelaw.ca Les différends

Plus en détail

LA POSITION DOMINANTE DE GOOGLE SUR LES SERVICES DE CARTOGRAPHIE ET D ANNUAIRES EN LIGNE

LA POSITION DOMINANTE DE GOOGLE SUR LES SERVICES DE CARTOGRAPHIE ET D ANNUAIRES EN LIGNE LA POSITION DOMINANTE DE GOOGLE SUR LES SERVICES DE CARTOGRAPHIE ET D ANNUAIRES EN LIGNE SOMMAIRE Introduction Contexte Services de cartographie en ligne Services d annuaires en ligne Chevauchements entre

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Accord de partenariat

Accord de partenariat Accord de partenariat Cet accord est conclu entre CoachingLabs LLC propriétaire du programme minceur LeBootCamp d une part et [prénoms, nom], ici nommé Affilié, d autre part, pour la participation au programme

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S1/4 ORIGINAL : anglais DATE : 26 octobre 2001 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Définitions Pour l application du présent chapitre : désigner s entend du fait d établir ou d autoriser un monopole,

Plus en détail

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE

RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE RÉPONSE GÉNÉRALE DU CCBE À LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR LE REGISTRE DE TRANSPARENCE Réponse générale du CCBE à la consultation de la Commission européenne sur le registre de transparence

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisations et de Ventes. pro

Conditions Générales d Utilisations et de Ventes. pro Conditions Générales d Utilisations et de Ventes pro 1. Objet Le présent accord a pour objet de déterminer les conditions de collaboration entre les deux sociétés dans le but de récolter des demandes de

Plus en détail

POLITIQUE DE REFERENCEMENT DE TIERS

POLITIQUE DE REFERENCEMENT DE TIERS POLITIQUE DE REFERENCEMENT DE TIERS 1 Responsabilité juridique et responsabilité sociale Des tiers, avec lesquels Euromedic entretient des relations d affaires, peuvent avoir un impact important sur Euromedic,

Plus en détail

Par propriétaire, nous entendons toute personne qui met en location un bien déterminé selon les modalités requise par le Site GaloPro.com.

Par propriétaire, nous entendons toute personne qui met en location un bien déterminé selon les modalités requise par le Site GaloPro.com. Merci de votre intérêt pour GaloPro.com. En utilisant les pages du site internet http://www.galopro.com (ciaprès le «site» ou «galopro.com»), vous acceptez ces conditions générales. Si vous ne les acceptez

Plus en détail

Partiel (mai 2012) : Droit des affaires 2, Licence 3 Madame le Professeur Drummond Cas pratique

Partiel (mai 2012) : Droit des affaires 2, Licence 3 Madame le Professeur Drummond Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2012) : Droit des affaires 2, Licence 3 Madame le Professeur Drummond Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003 ATConf/5-WP/107 1 26/3/03 CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION Montréal, 24 29 mars 2003 Point 2 : 2.5 : Examen des questions clés de réglementation dans le

Plus en détail

Musique et partage de fichiers au Canada : Menaces, mensonges et support numérique. Mai 2005

Musique et partage de fichiers au Canada : Menaces, mensonges et support numérique. Mai 2005 : Menaces, mensonges et support numérique. Mai 2005 Par Membre du CIPP et Professeur Agrégé en droit, McGill. La récente décision de la Cour d appel fédérale BMG c. John Doe ([2005] F.C.J. No.858) apporte

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE Pierre-Yves Guay et Yanick Poulin Direction générale des affaires criminelles, Bureau de la concurrence Interprétation Cette présentation n

Plus en détail

Comportement client et promesse des marques sur les réseaux sociaux

Comportement client et promesse des marques sur les réseaux sociaux Comportement client et promesse des marques sur les réseaux sociaux secteurs d activité multiculturels. Le Customer Experience Lab -«CX Lab»- de Teleperformance ouvert en 2013 à Lisbonne, mène des recherches

Plus en détail

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région

Mise à jour 2009. Vos contacts en Région L e statut juridique de l Agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HBG) aux Articles 84 à 92c. Ces articles ont été modifiés par la Loi du

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. L application VAZEE et le site internet www.vazee.fr sont édités par :

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. L application VAZEE et le site internet www.vazee.fr sont édités par : CONDITIONS GENERALES D UTILISATION ARTICLE PREMIER Mentions légales L application VAZEE et le site internet www.vazee.fr sont édités par : VAZEE Société par actions simplifiée au capital de 56.000 euros,

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

Conditions d'utilisation 1. Applicabilité et informations juridiques

Conditions d'utilisation 1. Applicabilité et informations juridiques Conditions d'utilisation 1. Applicabilité et informations juridiques Votre accès au site web www.drogistenverband.ch et à ses pages signifie que vous avez compris et accepté les conditions d utilisation

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation

Conditions Générales d'utilisation Conditions Générales d'utilisation Dernière version mise en ligne le 16/02/2015 Parking Facile développe une solution informatique destinée à créer un «réseau de parkings intelligent». Sa technologie vise

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA CHINA BANKING REGULATORY COMMISSION CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que

Plus en détail

RECOMMANDATION. en application des dispositions de l article R. 1-8 du Code des Postes et des Télécommunications.

RECOMMANDATION. en application des dispositions de l article R. 1-8 du Code des Postes et des Télécommunications. LE MÉDIATEUR DU SERVICE UNIVERSEL POSTAL Dossier 2003-0392/FW-Public RECOMMANDATION en application des dispositions de l article R. 1-8 du Code des Postes et des Télécommunications. relative à la saisine

Plus en détail

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche

Principes d AdWords. Quelques mots de présentation. Une audience large : les réseaux de ciblage. Réseau de recherche 3 Principes d AdWords Les deux premiers chapitres de ce livre, plutôt généraux, ont présenté l univers d Internet et de la publicité en ligne. Vous devriez maintenant être convaincu de l intérêt d une

Plus en détail

SOMMAIRE Le concept de neutralité d Internet suscite des débats profondément divergents et solidement ancrés. La neutralité d Internet fait l objet de discussions politiques, juridiques voie morales empreintes

Plus en détail

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522)

Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) MEMO/07/413 Bruxelles, le 17 octobre 2007 Antitrust: décision adressé au Groupement des Cartes Bancaires «CB» - les questions les plus fréquemment posées (voir aussi IP/07/1522) La décision n est-elle

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet TERMES ET CONDITIONS OUVERTURE DE COMPTE-CLIENT PRÉVOYANT L UTILISATION D UN TRANSPONDEUR, DESTINÉ AU PÉAGE DU PONT SERGE-MARCIL, VÉHICULES DE CATÉGORIE 1 ET 2 Mise en contexte Ces modalités contractuelles

Plus en détail

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE

TGI de Montpellier. Ordonnance de référé du 28 octobre 2010. Marie C. / Google France et Inc. FAITS ET PROCEDURE TGI de Montpellier Ordonnance de référé du 28 octobre 2010 Marie C. / Google France et Inc. Source : http://legalis.net/ FAITS ET PROCEDURE Par acte d huissier en date du 27 septembre 2010, Madame Marie

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?»

«La Suisse veut-elle vraiment d un droit des brevets lacunaire?» Département fédéral de justice et police DFJP Secrétariat général SG-DFJP Service d'information DFJP Embargo: 01.06.2007, 11.00 h Discours / Exposé: Tant le discours prononcé que la version écrite font

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION DES SERVICES FINANCIERS POSTAUX

CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION DES SERVICES FINANCIERS POSTAUX AUTORITE DE REGLEMENTATION REPUBLIQUE TOGOLAISE DES SECTEURS DE POSTES ET DE Travail Liberté Patrie TELECOMMUNICATIONS ----------- --------------------- CAHIER DES CHARGES RELATIF A L AUTORISATION D EXPLOITATION

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Sujet de discussion pour la 34 e Conférence internationale des commissaires à la protection

Plus en détail

VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE

VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE (Politique approuvée par le Conseil d administration le 18 novembre 2010) 1. PRÉAMBULE En vertu de la Loi canadienne sur les sociétés

Plus en détail

Code de conduite Notification et Retrait

Code de conduite Notification et Retrait Code de conduite Notification et Retrait NB : Ceci est une traduction non officielle ; le texte néerlandais prévaut. Gedragscode Notice-and-Take-Down, versie 1.04, 9 oktober 2008 1 Code de conduite Notification

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S VERSION GLOBALE 13 novembre 20142 mai 2014 C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E S E R V I C E 1. INTRODUCTION VOLVO souhaite vous offrir les meilleurs Services disponibles (tels que définis au bas

Plus en détail

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des Principes régissant la protection consommateurs des dans le commerce électronique Le cadre canadien Groupe de travail sur la consommation et le commerce électronique Principes régissant la protection

Plus en détail

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 s et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 INTRODUCTION Canada Snowboard reconnaît que la gestion du risque est un aspect important du processus d embauche. La

Plus en détail

Conditions d'utilisation

Conditions d'utilisation Conditions d'utilisation Conditions d utilisation des pages de Books on Demand GmbH, www.bod.fr Version 08.10.2013 1. Domaine d application 1.1 Les conditions d utilisation suivantes sont valables pour

Plus en détail

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Ordonnance n o 2015-1207 du 30 septembre 2015 relative aux mesures relevant du domaine de la loi nécessaires

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/65/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/65/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 302/32 Journal officiel de l Union européenne 17.11.2009 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/65/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 juillet 2009 portant coordination des dispositions législatives, réglementaires

Plus en détail

Décision du Comité de l Instance d admission dans l affaire X

Décision du Comité de l Instance d admission dans l affaire X Décision du Comité de l Instance d admission dans l affaire X Le Comité de l Instance d admission s est prononcé le [ ] 2005 [ ]: [ ] I. Exposé des faits 1. Le [ ] 2004, la société X a publié ses résultats

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction (dans la version du 24 décembre 2012) La commission de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse des Sociétés de Leasing (OAR /

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public

Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public RÉGLEMENTATION PROFESSIONNELLE Réglementer les avocats et les parajuristes dans l intérêt public La responsabilité primordiale du Barreau en tant qu organe de réglementation de la profession juridique

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général : Jérôme Valcke Adresse : FIFA FIFA-Strasse 20

Plus en détail

Les définitions suivantes ne s appliquent qu aux présentes Conditions d utilisation du Site API de Preva :

Les définitions suivantes ne s appliquent qu aux présentes Conditions d utilisation du Site API de Preva : CONDITIONS D UTILISATION DU SITE API DE PREVA L ensemble des modalités prévues dans les Conditions d utilisation de Preva s appliqueront également aux présentes Conditions d utilisation du Site API de

Plus en détail

Nettoyage de l E-réputation des entreprises : la suppression de contenus illicites sur internet

Nettoyage de l E-réputation des entreprises : la suppression de contenus illicites sur internet Nettoyage de l E-réputation des entreprises : la suppression de contenus illicites sur internet Article juridique publié le 04/12/2013, vu 1948 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Grâce à Internet, les internautes

Plus en détail

Norbord inc. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE (le «Code»)

Norbord inc. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE (le «Code») CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE (le «Code») RÉSUMÉ DU CODE En tant qu employé, lorsque vous agissez au nom de la Société, vous êtes tenu de respecter ce qui suit : Page Observation de la loi Vous conformer

Plus en détail

GRIP veut fédérer les mécontents de Google

GRIP veut fédérer les mécontents de Google GRIP veut fédérer les mécontents de Google Par Alexandre Diehl Domaine : Recherche Référencement Niveau : Pour tous Avancé La plateforme GRIP (pour Google Redress and Integrity Platform) a pour ambition

Plus en détail

promouvoir votre site

promouvoir votre site promouvoir votre site SOMmaire Mentionnez l adresse de votre site internet dans vos supports de communication... 05 Aidez Google à trouver votre site internet Diffusez vos premières annonces en ligne......

Plus en détail

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires. Fédération Internationale de Football Association

RÈGLEMENT. sur la collaboration avec les intermédiaires. Fédération Internationale de Football Association RÈGLEMENT sur la collaboration avec les intermédiaires Fédération Internationale de Football Association Fédération Internationale de Football Association Président : Joseph S. Blatter Secrétaire Général

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/061 DÉLIBÉRATION N 08/019 DU 8 AVRIL 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT

LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT LES DISPOSITIONS RELATIVES A L INVESTISSEMENT DANS L ACCORD ECONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL ENTRE L UE ET LE CANADA (AECG) L Accord économique et commercial global entre l UE et le (AECG) marque un tournant

Plus en détail

Cas n COMP/M. 6773 - CANON/ IRIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 22(3) date: 26.11.2013

Cas n COMP/M. 6773 - CANON/ IRIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS. Article 22(3) date: 26.11.2013 FR Cas n COMP/M. 6773 - CANON/ IRIS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 22(3) date: 26.11.2013 COMMISSION EUROPÉENNE

Plus en détail

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires

Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Chapitre 1 : Vérification des heures supplémentaires Besoin d une gestion plus serrée des heures supplémentaires Ottawa, le 2 mai 2006 La Ville d Ottawa devrait mettre en place une série de mesures dans

Plus en détail

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques

Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques F SCT/30/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 AOUT 2013 Comité permanent du droit des marques, des dessins et modèles industriels et des indications géographiques Trentième session Genève, 4 8 novembre 2013

Plus en détail

Modalités d utilisation du site Web

Modalités d utilisation du site Web Modalités d utilisation du site Web VOUS ÊTES PRIÉ DE LIRE ATTENTIVEMENT LES PRÉSENTES MODALITÉS D UTILISATION (LES «MODALITÉS») AVANT D UTILISER LE SITE WEB DE LA BANQUE ROGERS (LE «SITE»). EN UTILISANT

Plus en détail

Dernière mise à jour du 18 juin 2014. Remplace la version du 17 février 2012 dans son intégralité.

Dernière mise à jour du 18 juin 2014. Remplace la version du 17 février 2012 dans son intégralité. Conditions complémentaires d utilisation de Business Catalyst Dernière mise à jour du 18 juin 2014. Remplace la version du 17 février 2012 dans son intégralité. Votre utilisation des Services de Business

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET «ABC»

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET «ABC» infos@droitbelge.net CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE INTERNET «ABC» Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

COUR MUNICIPALE D ALMA

COUR MUNICIPALE D ALMA COUR MUNICIPALE D ALMA CANADA PROVINCE DE QUÉBEC LOCALITÉ d ALMA CAUSE NO : 10-01759 DATE : 9 JUIN 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE JEAN-M. MORENCY, J.C.M. VILLE D ALMA, Ci-après désignée la «Poursuivante»

Plus en détail

Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat

Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat Conditions Générales de Vente Service Dolead Campaign Manager Contrat de Mandat de DOLEAD, SAS au capital de 120.840, dont le siège social se situe au 14 boulevard Poissonnière, 75009 Paris, RCS PARIS

Plus en détail

RAPPORT SUR LES RESULTATS DE LA CONSULTATION PUBLIQUE «TVA EXAMEN DE LA LEGISLATION EXISTANTE SUR LA FACTURATION»

RAPPORT SUR LES RESULTATS DE LA CONSULTATION PUBLIQUE «TVA EXAMEN DE LA LEGISLATION EXISTANTE SUR LA FACTURATION» COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Fiscalité indirecte et administration fiscale TVA et autres taxes sur le chiffre d'affaires Bruxelles, novembre 2008 TAXUD/D1/GW/mve

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices

Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices Commissariat à la protection de la vie privée du Canada LPRPDE Traitement transfrontalier des données personnelles Lignes directrices OBJET Le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada a

Plus en détail

CONCURRENCE DANS LES PROFESSIONS LIBERALES : QUELS AVANTAGES POUR LE CONSOMMATEUR? MARIA JOSÉ BICHO. DG Concurrence - Commission Européenne

CONCURRENCE DANS LES PROFESSIONS LIBERALES : QUELS AVANTAGES POUR LE CONSOMMATEUR? MARIA JOSÉ BICHO. DG Concurrence - Commission Européenne CONCURRENCE DANS LES PROFESSIONS LIBERALES : QUELS AVANTAGES POUR LE CONSOMMATEUR? MARIA JOSÉ BICHO DG Concurrence - Commission Européenne Journée européenne de la concurrence Forum Telecom- Picoas Lisboa,

Plus en détail

LA CONSTITUTION CANADIENNE

LA CONSTITUTION CANADIENNE Objectifs d apprentissage Présenter aux élèves la notion de loi constitutionnelle. Comprendre l histoire et la nature de la Constitution canadienne. Mieux connaître les responsabilités des divers ordres

Plus en détail

L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque. Présenté par Mays MOUISSI

L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque. Présenté par Mays MOUISSI L organisation de la lutte contre la fraude au sein d une banque Présenté par Mays MOUISSI Sommaire La fraude : Définition Portrait robot du fraudeur Les différents types de fraude Exemple de fraude :

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Article 1 - Objet 1.1 Les présentes conditions générales sont applicables à tout contrat de mise à disposition d une salle de jeu conclu entre d une part toute société du

Plus en détail