CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS"

Transcription

1 Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction administrative ICC/AI/2007/004 Date : 19/06/2007 CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Le Greffier, aux fins d'établir des groupes d'accès et des droits d'accès pour la circulation du personnel à l'intérieur de la CPI, promulgue la présente instruction administrative : Note explicative La Section de la sécurité a été chargée de mettre en place des restrictions d'accès physique à certains étages et dans certaines zones sensibles. Elle a donc élaboré la présente instruction administrative de façon à pouvoir mettre en place les restrictions requises et veiller à leur bonne application. Les restrictions d'accès physique sont dans le droit fil de la séparation des tâches entre les organes et certaines unités administratives du fait d'éventuels conflits d'intérêts. Elles visent aussi à protéger les zones sensibles telles que les infrastructures techniques, les chambres fortes et les salles d'audience. Principes directeurs en matière de restriction d'accès physique Le principal critère à prendre en compte au moment d'autoriser l'accès est le caractère réel et permanent de la nécessité d'être sur les lieux. Un groupe d'employés a-t-il besoin d'avoir un accès non accompagné, illimité, et non sollicité à un étage ou une zone, 24 heures sur 24, sept jours sur sept? La nécessité de se trouver occasionnellement à un étage ou dans une zone ne doit pas entraîner le droit à un accès permanent. Les membres du personnel qui ont besoin de se trouver à un endroit donné en permanence sont en généra] ceu.v qui travaillent aux étages ou dans les zones concernés. Par ailleurs, certains membres du personnel auront en toutes circonstances besoin d'avoir un accès immédiat et non accompagné à certains étages ou dans certaines zones. Il s'agit, par exemple, des administrateurs de réseaux informatiques, des agents de sécurité et de certains employés des services généraux. L'absence d'une raison professionnelle justifiant un accès permanent ne signifie pas qu'un groupe d'employés n'aura pas accès à un étage ou à une zone. Il sera possible de leur donner accès sans pour autant qu'ils puissent franchir certaines entrées avec leurs badges. L'accès demandé leur sera alors RESTREINT Page 1/10

2 accordé si les membres du personnel qui se trouvent à l'étage ou dans la zone concernée le jugent utile. Averti f te Le bâtiment de l'arc n'a pas été conçu pour la Cour et celle-ci a dû s'adapter. Les restrictions d'accès physique sont gérées par un logiciel aux capacités administratives plutôt limitées. Sur le plan technique ou opérationnel, il n'est pas possible de mettre en place toutes les restrictions d'accès physique souhaitées. Par exemple, il peut y avoir conflit entre les passages empruntés par les employés pour se rendre sur les lieux où ils doivent être en permanence et les restrictions d'accès souhaitées par les unités administratives se trouvant sur ces passages. Les restrictions d'accès physique en place à l'arc ont un niveau de précision relativement faible. Section 1 Définitions 1.1. Responsable des droits d'accès (responsable DA) : responsable de haut niveau habilité à approuver les demandes de droits d'accès à une zone sous sa responsabilité Responsable des contrôles d'accès (responsable ÇA) : responsable de haut niveau au sein d'un organe faisant la liaison avec ]a Section de la sécurité pour les demandes d'accès à certaines parties du bâtiment Système AIMS (Access and Intrusion Management Si/stem) : système de gestion des contrôles d'accès physique automatisés Zone : un étage, une aile, une chambre forte ou un groupe de bureaux pour lesquels des règles d'accès spéciales sont appliquées par des contrôles automatisés d'accès physique Unité administrative : un organe, une division, un bureau, une section, une équipe ou une unité Le Bureau des badges, dont le personnel est composé de membres de la Section de la sécurité, est situé dans le bâtiment de l'arc Membre du personnel : aux fins de la présente instruction administrative, l'expression «membre du personnel» désigne tout fonctionnaire ou toute personne associés à la Cour ou ayant des rapports contractuels avec elle tels que les responsables élus, les contractants indépendants, le personnel mis à disposition à titre gracieux, les stagiaires, les consultants, les bénévoles, les interprètes et toutes les autres personnes sous contrat jouissant d'un accès autorisé aux informations de la Cour pour accomplir leur tâches officielles SS : Section de la sécurité de la Cour. Note : les responsables élus ne sont pas soumis à la procédure disciplinaire habituelle mais doivent respecter les procédures administratives de la Cour. Section 2 RESTREINT Page 2/10

3 Objet 2.1 La Cour pénale internationale («la Cour») veut offrir un environnement de travail sûr qui respecte, établit et garantit des normes propres à assurer la sécurité, l'indépendance, la confidentialité et l'intégrité des procédures judiciaires et administratives des organes. Note : les restrictions d'accès physique sont mises en place pour les mêmes raisons que les restrictions d'accès relatives aux applications et aux dossiers sur le réseau. 2.2 L'objet de la présente instruction administrative est d'établir et de garantir les protocoles et la répartition des droits d'accès, et de mettre en place des procédures veillant à définir la responsabilité en matière d'autorisation des droits d'accès. 2.3 La présente instruction administrative s'applique à tous les membres du personnel et aux visiteurs auxquels ont été accordés des droits d'accès physique à la Cour. 2.4 La présente instruction administrative s'applique aux infrastructures de la Cour équipées de contrôles d'accès physique automatisés. 2.5 Les restrictions d'accès physique ne doivent pas entraver le déplacement des membres du personnel plus que ne l'exigent les besoins de sécurité. Elles sont à appliquer avec prudence et discernement étant donné qu'elles peuvent avoir un impact sur l'efficacité du travail et rendre les locaux de la Cour moins accessibles. Note : les restrictions d'accès physique ont un faible niveau de précision et ne remplacent pas les bonnes pratiques telles que fermer les portes à clé, ranger les documents et verrouiller les ordinateurs en cas d'absence. 2.6 Le chef de la Section de la sécurité, au nom du Greffier, est responsable du contrôle opérationnel, de la programmation, du suivi et de l'interrogation, et de toute autre tâche susceptibles d'avoir un impact sur les mesures de contrôle d'accès de la Cour. Section 3 Zones 3.1 Le contrôle d'accès concerne un ensemble de zones dont chacune est définie en fonction d'un groupe d'employés qui ont besoin d'être présent sur les lieux en permanence, avec un accès illimité et libre. 3.2 Les zones sont définies en fonction de l'organisation interne de la Cour. 3.3 Pour ne pas limiter la circulation des membres du personnel au-delà des exigences de sécurité, les zones doivent être définies de la manière la plus générale possible mais aussi de façon aussi précise que nécessaire. Définir une zone de façon trop limitée peut réduire l'efficacité des activités de la Cour. Inversement, définir une zone de manière trop générale peut entraîner des risques. 3.4 Les principales zones de la Cour sont définies dans l'annexe A. 3.5 Chaque zone dépend d'un responsable DA qui approuve les droits d'accès des membres du personnel concernant la zone sous sa responsabilité. Note : chaque zone a 1 «chef» représenté par le responsable DA. RESTREINT Page 3/10

4 3.6 Toute proposition de modification d'une zone est communiquée au chef de la Section de la sécurité dans les délais prescrits, soit au moins une semaine avant la date prévue pour le changement en question. Lorsque la modification demandée suppose des transformations ou l'installation de nouveaux mécanismes liés au système AIMS (lecteurs de badges, câblage, modification des portes, etc.), la Section des services généraux et la Section de la sécurité doivent en être informées au moins trois mois avant la date prévue pour les changements. 3.7 Les modifications étant tributaires d'impératifs techniques, opérationnels et budgétaires, il n'est pas certain que toutes les demandes soient acceptées. Section 4 Groupes d'accès et droits d'accès 4.1 L'accès est accordé aux membres du personnel en fonction de l'unité administrative dans laquelle ils travaillent et des fonctions qu'ils exercent. L'accès aux locaux d'autres unités administratives n'est pas accordé automatiquement. 4.2 Chaque organe a la responsabilité de communiquer à la Section de la sécurité des informations exactes et actualisées sur les groupes et les droits d'accès au sein de l'unité administrative en question. 4.3 Chaque organe désigne un responsable ÇA chargé de demander des droits d'accès pour les membres du personnel sous sa responsabilité. Note : aux fins des demandes de droits d'accès, chaque organe ou zone sensible peut dérider de se subdiviser en unités administratives mais une seule personne est désignée comme point de contact avec la Section de la sécurité. 4.4 Les groupes d'accès de la Cour sont définis dans l'annexe B. Note : toutes les personnes relevant d'un groupe donné ont les mêmes droits d'accès quelles que soient leurs fonctions. 4.5 Au moins deux jours ouvrables avant la date prévue pour le changement envisagé, le responsable ÇA concerné soumet par écrit au chef de la Section de la sécurité une demande de prolongation, de modification ou d'annulation des droits d'accès, avec l'autorisation (écrite) du responsable DA de la zone en question. La demande de modification ou d'annulation peut être motivée par : a) un changement dans les fonctions ou les responsabilités de l'employé ; b) le transfert de l'employé à une unité administrative différente ; c) l'achèvement du contrat ; d) la perte de la carte d'accès ; e) tout autre motif raisonnable donné par l'employé concerné, la Section des ressources humaines, le responsable ÇA, le responsable DA ou le chef d'unité. Note : étant donné que c'est le < chef» de la zone qui prend la décision, son autorisation écrite est requise. Pour certaines zones telles que le sous-sol, c'est la Section de la sécurité qui joue le rôle de «chef» délégué. Section 5 RESTREINT Page 4/10

5 Système AIMS 5.1 Le système AIMS est le principal dispositif utilisé pour assurer un niveau de compartimentage de base. D'autres moyens de contrôle d'accès peuvent être utilisés en renforcement si nécessaire. 5.2 Le système AIMS est vérifié, actionné et contrôlé régulièrement par la Section de la sécurité de la Cour, essentiellement par le biais d'un ordinateur qui se trouve dans le Bureau des badges. 5.3 Le système AIMS est entretenu et pris en charge techniquement par la Section des services généraux de la Cour et par des consultants externes selon que de besoin. La mise en place et la gestion des contrats d'appui requis incombent à la Section des services généraux. Ainsi, la Section de la sécurité est «l'opérateur» du système et fait des recommandations sur l'usage opérationnel du système en conformité avec d'autres impératifs de sécurité. La Section des services généraux est le «propriétaire» du système pour ce qui est de l'entretien et de l'appui technique. 5.4 La Section de la sécurité crée à des fins techniques une matrice des groupes d'accès établis par le système AIMS, en associant chaque groupe d'accès à un accès défini via les lecteurs de badges. La matrice AIMS est établie par la Section de la sécurité, seule habilitée à la modifier. 5.5 La matrice AIMS offre une base pour répondre aux besoins en matière de technique, de planification et de contrôle. Note : la matrice, comportant des informations complexes sur les portes qui peuvent être ouvertes à l'aide de badges, doit être gérée de manière centralisée. Cette disposition est sans préjudice du droit des «chefs de zone > à approuver ou non l'accès à leur zone. Section 6 Interrogation du système et divulgation des données 6.1 En général, les informations sur la circulation des membres du personnel que contient le système AIMS ne sont pas mises à la disposition des membres du personnel n'appartenant pas à la Section de la sécurité. Elles ne sont accessibles qu'aux membres de la Section de la sécurité qui ont réellement besoin de connaître ce genre d'informations. Note : à titre d'exemple, ces informations sont requises aux fins de mise en concordance des registres manuels d'accès aux chambres fortes avec les enregistrements effectifs des lecteurs de badges à l'entrée de ces chambres fortes. Veuillez noter que le système AIMS n'est pas, par exemple, un système de contrôle des présences. 6.2 Les demandes d'accès aux données du système AIMS sont faites par écrit au chef de la Section de la Sécurité par une personne ayant au minimum rang de chef de section ou de division. Ces informations ne sont divulguées que si l'affaire faisant l'objet d'un supplément d'enquête a été signalée à la Section de la sécurité. Les demandes de divulgation sont évaluées et approuvées par le chef de la Section de la sécurité. 6.3 Afin de garantir le respect des règles de sécurité, les données du système AIMS peuvent être vérifiées par des membres autorisés du personnel de la Section de sécurité, et communiquées à certaines personnes conformément aux règles de sécurité écrites, par exemple, les règles et RESTREINT Page 5/10

6 procédures régissant la protection des informations sensibles ou des zones expressément restreintes telles que les chambres fortes de la Cour. Les données du système AIMS divulguées à cet effet sont traitées avec la plus grande confidentialité par l'unité administrative à qui elles sont communiquées. Section 7 Conformité avec les procédures de sécurité 7.1 Toute proposition de changement concernant l'installation du matériel du système de contrôle d'accès physique fait d'abord l'objet d'une évaluation des risques par l'agent de la Section de la Sécurité de façon à s'assurer qu'elle est compatible et conforme aux procédures de sécurité et qu'elle respecte, de manière générale, la réglementation du pays hôte en matière d'incendie et de sécurité. Les recommandations et l'approbation de l'agent de sécurité ont une importance primordiale. Section 8 Cartes AIMS 8.1 Les cartes AIMS restées inactives pendant huit semaines ou plus sont désactivées par la Section de la sécurité. Le Bureau des badges contrôle régulièrement les registres du système AIMS à cet effet. 8.2 Les membres du personnel dont la carte AIMS arrive à expiration, ainsi que leur responsable ÇA respectif, reçoivent un courriel d'avertissement envoyé par le Bureau des badges deux semaines avant la date d'expiration. 8.3 Les membres du personnel dont la carte AIMS arrive à expiration, ainsi que leur responsable ÇA respectif, peuvent envoyer un courriel demandant une prolongation de deux mois de ladite carte. 8.4 La perte ou le vol d'une carte AIMS doivent être immédiatement signalés à la Section de la sécurité. Le membre du personnel concerné aide la Section de la sécurité à remplir un rapport d'incident. 8.5 La carte perdue ou volée est désactivée par la Section de la sécurité et le membre du personnel concerné reçoit une autre carte dès que possible compte tenu des heures d'ouverture ordinaires du Bureau des badges. 8.6 Le Bureau des badges, situé à l'entrée du bâtiment de l'arc, est ouvert de 9 heures à 13 heures pendant les jours ouvrables de la Cour. 8.7 Le membre du personnel qui ne retrouve pas sa carte AIMS se verra octroyer une carte provisoire lui donnant accès à son unité administrative mais pas aux autres zones de la Cour, à l'exception des membres des Sections de la sécurité et des services généraux. Section 9 RESTREINT Page 6/10

7 Dispositions finales 9.1 Indépendamment du système AIMS, les membres du personnel ont l'obligation générale de prendre les mesures raisonnables pour protéger (c'est-à-dire «ne pas mettre en danger») les biens de la Cour, notamment en fermant les bureaux à clé, en gardant les clés en lieu sûr, en protégeant les informations, en signalant les incidents, en respectant les règles de sécurité établies et, dans l'ensemble, en exécutant leurs tâches avec un minimum de bon sens. Note : le but de cette disposition est que les membres du personnel prennent conscience que les restrictions d'accès physiques aux étages et aux zones désignées ne remplacent pas les bonnes pratiques telles que ne rien laisser traîner sur les bureaux ou fermer les portes à clé. 9.2 Les utilisateurs qui souhaitent être exemptés de l'une quelconque des dispositions de la présente instruction administrative en font la demande par écrit à l'unité de sécurité de l'information de la Section de la sécurité, par l'intermédiaire de leur superviseur. 9.3 La présente instruction administrative sera mise en œuvre de façon à compter de la date de sa signature. Bruno Cathaia_ Greffier RESTREINT Page 7/10

Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007

Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007 Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007 SÉCURITÉ DES INFORMATIONS DANS LE CADRE DE L EXÉCUTION DE CONTRATS CONCLUS AVEC DES TIERCES PARTIES En application de la directive de la Présidence

Plus en détail

Norme CIP-003-1 Cybersécurité Mécanismes de gestion de la sécurité

Norme CIP-003-1 Cybersécurité Mécanismes de gestion de la sécurité A. Introduction 1. Titre : Cybersécurité Mécanismes de gestion de la sécurité 2. Numéro : CIP-003-1 3. Objet : La norme CIP-003 exige des entités responsables qu elles aient en place des mécanismes minimaux

Plus en détail

Exigences de contrôle pour les fournisseurs externes. Contrôle des personnes

Exigences de contrôle pour les fournisseurs externes. Contrôle des personnes Exigences contrôle pour les fournisseurs externes Contrôle s personnes Exigences Quand Description Raisons l'importance contrôle * concernés 1. Vérification Vérifier l'intité d'un individu en contrôlant

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM)

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Approuvé par le Conseil d'administration à sa deuxième session ordinaire, le 15 novembre 2011 Objet 1. Le Comité d audit joue un rôle d expert-conseil

Plus en détail

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit :

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit : Cour Pénale Internationale International Criminal Court LE GREFFE Instruction administrative ICC/AI/2004/007 29 novembre 2004 PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES En application de l'instruction administrative

Plus en détail

ff ~ ~ ;J ----------

ff ~ ~ ;J ---------- Cour Pénale Internationale International Criminal Court RENDU PUBLIC le 22 novembre 2012 par application de la circulaire ICC/INF/2012/020 l/ \) ff ~ ~ ;J ---------- L~ Greffe ~~ The Registr y Instruction

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE CONTROLE DE L'ACCES

POLITIQUE EN MATIERE DE CONTROLE DE L'ACCES Cour Pénale Internationale International Criminal Court RENDU PUBLIC le 22 novembre 2012 par application de la circulaire ICC/INF/2012/020 Instruction administrative ICC/AI/2007/003 Date: 19/06/2007 POLITIQUE

Plus en détail

Accès courant aux dossiers administratifs et opérationnels sans présenter une demande en vertu de la loi FOIPOP

Accès courant aux dossiers administratifs et opérationnels sans présenter une demande en vertu de la loi FOIPOP Accès courant aux dossiers administratifs et opérationnels sans présenter une demande en vertu de la loi FOIPOP 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La politique sur l'accès courant du Service des poursuites publiques

Plus en détail

Politique d enquête de sécurité sur le personnel

Politique d enquête de sécurité sur le personnel ITAMS CIHR IRSC Canadian Institutes of Health Research Instituts de recherche en santé du Canada Politique d enquête de sécurité sur le personnel Table des matières 1. Date d entrée en vigueur... 3 2.

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 8 DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 8 DIRECTIVE ADMINISTRATIVE CONCERNANT LA GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 8 LA GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L'ÉLÈVE 1.0 FONDEMENTS La présente directive administrative est fondée sur les dispositions de : - la Loi sur l'instruction

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES DE TRAITEMENT DE DONNÉES PERSONNELLES DE L ORGANISATION UNIVERSITAIRE INTERAMÉRICAINE Article 1: Cadre normatif Le présent Manuel contient les dispositions appliquées

Plus en détail

Politique d accès et de diffusion de l information

Politique d accès et de diffusion de l information Politique d accès et de diffusion de l information Assemblée des membres 30 septembre 2015 Table des matières Politique d accès à l information Table des matières... 1 Chapitre I Dispositions générales...

Plus en détail

Exigences de contrôle pour les fournisseurs externes. Contrôle des personnes

Exigences de contrôle pour les fournisseurs externes. Contrôle des personnes Exigences contrôle pour les fournisseurs externes Contrôle s personnes Exigences Raisons l'importance contrôle * 1. Vérification Vérifier l'intité d'un individu d une personne en Prouver que l'individu

Plus en détail

Directives du programme Ontario au travail

Directives du programme Ontario au travail Directives du programme Ontario au travail 11.1 Normes de prestation Compétence législative Article 1, paragraphes 7 (1) et (4), article 24, paragraphe 39 (2), articles 40-42, et paragraphes 48 (1), 71

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

International. Criminal Court. Cour Pénale tf \ Information Circular - Circulaire d'information Ref. ICC/INF/2006/009 Date: 27 Mars 2006

International. Criminal Court. Cour Pénale tf \ Information Circular - Circulaire d'information Ref. ICC/INF/2006/009 Date: 27 Mars 2006 Cour Pénale tf \ Internationale v Le Greffier International Criminal Court ^s The Registrar Information Circular - Circulaire d'information Ref. ICC/INF/2006/009 Date: 27 Mars 2006 Formation et perfectionnement

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne. SGDDI n 1053640 1

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne. SGDDI n 1053640 1 Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne Opinion du Tribunal canadien des droits de la personne sur le rapport de vérification J ai

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques

Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Guide de bonnes pratiques de sécurisation du système d information des cliniques Le CNA a diligenté un audit de sécurité du système de facturation des cliniques et de transmission à l Assurance Maladie,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE WT/BFA/W/238 7 juin 2011 (11-2784) Comité du budget, des finances et de l'administration RAPPORT SUR LA SÉCURITÉ DE L'OMC I. CONTEXTE 1. En 2004, la sécurité du Secrétariat

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE.

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. ARTICLE 1 : DEFINITIONS Liste Cadeaux : Ensemble d au moins un produit identifié par le Bénéficiaire de liste comme cadeau

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes législatifs) RÈGLEMENTS

Journal officiel de l'union européenne. (Actes législatifs) RÈGLEMENTS 25.3.2015 L 79/1 I (Actes législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) 2015/496 DU CONSEIL du 17 mars 2015 modifiant le règlement (CEE, Euratom) n o 354/83 en ce qui concerne le dépôt des archives historiques

Plus en détail

BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE

BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS PARTICULIÈRES BOURSE INTERNATIONALE «ENTRANTE» MARIE CURIE PHASE DE RETOUR III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l'article II.1, les définitions suivantes s'appliquent

Plus en détail

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479)

Politique de gestion des archives. Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) Politique de gestion des archives Adoptée le 11 octobre 2011 par le conseil d administration (289 e assemblée résolution n o 2479) TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 2.

Plus en détail

Commission d accès aux et de réutilisation des documents administratifs

Commission d accès aux et de réutilisation des documents administratifs Commission d accès aux et de réutilisation des documents administratifs Section publicité de l administration 19 octobre 2009 AVIS n 2009-74 Sur le refus de donner accès à des plans de construction (CADA/2009/79)

Plus en détail

POLITIQUE DE TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL

POLITIQUE DE TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL POLITIQUE DE TRAITEMENT DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL 1. DECLARATION 1.1 Le Lycée reconnaît que tous les employés ont des droits quant au traitement des données à caractère personnel. Au cours de ses

Plus en détail

Institution de délégués de site

Institution de délégués de site Institution de délégués de site Dans les établissements employant habituellement moins de onze salariés et dont l'activité s'exerce sur un même site où sont employés durablement cinquante salariés et plus,

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

POLITIQUE DE SÉLECTION DES EMPLOYÉS D'ÉTÉ. Modification :

POLITIQUE DE SÉLECTION DES EMPLOYÉS D'ÉTÉ. Modification : POLITIQUE DE SÉLECTION DES EMPLOYÉS D'ÉTÉ Adoption : Modification : Résolution XXIV du Conseil provisoire de la CSDM du 3 juin 1998 1- OBJECTIFS La présente politique fournit les lignes directrices pour

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT. Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel,

CONSEIL D'ETAT. Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, CONSEIL D'ETAT Règlement sur le système automatisé de traitement des autorisations de construire et son accès par le guichet sécurisé unique (RSATACGSU) Le Conseil d Etat de la République et Canton de

Plus en détail

MODELE DE CONTRAT ENTRE LE PHARMACIEN-TITULAIRE (RESPONSABLE DU

MODELE DE CONTRAT ENTRE LE PHARMACIEN-TITULAIRE (RESPONSABLE DU FARMAFlux rue Archimède 11 1000 Bruxelles CBE 0536.680.412 MODELE DE CONTRAT ENTRE LE PHARMACIEN-TITULAIRE (RESPONSABLE DU TRAITEMENT) ET L ASBL FARMAFLUX (SOUS-TRAITANT) Page 2/6 Avant-propos FarmaFlux

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/24/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 10 JUILLET 2015 Comité du programme et budget Vingt-quatrième session Genève, 14 18 septembre 2015 RAPPORT FINAL SUR LE PROJET RELATIF AU RENFORCEMENT DES NORMES

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Consentement à la transmission électronique de documents (comptes bancaires)

Consentement à la transmission électronique de documents (comptes bancaires) Consentement à la transmission électronique de documents (comptes bancaires) Dernière mise à jour : novembre 2011 Les présentes modalités s'appliquent à la transmission électronique des documents concernant

Plus en détail

COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION]

COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION] COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION] EXTRAIT DU RÈGLEMENT N O 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE CARDIOLOGIE ET DE PNEUMOLOGIE DE QUÉBEC 1. Préambule Par cette section

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE Rapport sommaire de l audit pour les sociétés de transport de cyanure Pour le Code international de gestion du cyanure www.cyanidecode.org Juin 2012 Le Code

Plus en détail

RECUEIL POLITIQUE DES

RECUEIL POLITIQUE DES RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE DE GESTION INTÉGRÉE DES DOCUMENTS (PO-24) Adoptée par le Conseil d'administration

Plus en détail

Délégués du personnel

Délégués du personnel Délégués du personnel Date de création du document : Direction du Travail et de l Emploi de Nouvelle-Calédonie Immeuble Gallieni - 12 Rue de Verdun BP - 141-98 845 Nouméa CEDEX Tél. Nouméa : 27.55.72 Tél.

Plus en détail

OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR

OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) Le président DECISION N ADM-04-10 REV DU PRESIDENT DE L OFFICE du 29 mars 2012 relative au télétravail LE PRESIDENT DE L

Plus en détail

SAC AU SOL POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

SAC AU SOL POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SAC AU SOL POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS L entreprise Sac au sol inc. («Sac au sol») reconnaît l importance de la protection et de la sensibilité des renseignements personnels.

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

Politique pour l apprentissage en milieu communautaire

Politique pour l apprentissage en milieu communautaire Education Éducation 1. Énoncé de politique L apprentissage en milieu communautaire permet aux élèves de faire des stages auprès d organismes d accueil ou d employeurs en milieu communautaire afin d explorer

Plus en détail

Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA

Conformité aux exigences de la réglementation 21 CFR Part 11 de la FDA Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA Définition de la réglementation 21 CFR partie 11 Au cours de la dernière décennie, l'industrie pharmaceutique a très rapidement

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr Le Président

Plus en détail

Données sur l'entreprise

Données sur l'entreprise Données sur l'entreprise VDl & Interass, est une société anonyme, entreprise d assurance de droit belge ayant son siège social, Brusselsesteenweg 346 C, 9090 Melle, RPR Gand 0431.686.127 et le numéro CBFA

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

Conditions générales des consultations en ligne du portail fournisseurs SNCF https://e-consultations.sncf.com

Conditions générales des consultations en ligne du portail fournisseurs SNCF https://e-consultations.sncf.com Conditions générales des consultations en ligne du portail fournisseurs SNCF https://e-consultations.sncf.com Applicables aux soumissionnaires répondant à une consultation pour un projet de marché Page

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 31-201 RELATIVE AU RÉGIME D'INSCRIPTION CANADIEN

INSTRUCTION GÉNÉRALE 31-201 RELATIVE AU RÉGIME D'INSCRIPTION CANADIEN RÉVOQUÉE LE 28 SEPTEMBRE 2009 VERSION ADMINISTRATIVE CONSOLIDEE : EN VIGUEUR DU 23 AOÛT 2006 AU 27 SEPTEMBRE 2009 - Ce texte est une consolidation de l'instruction générale 31-201. Cette dernière est entrée

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR FORMATIONS

RÈGLEMENT INTÉRIEUR FORMATIONS RÈGLEMENT INTÉRIEUR FORMATIONS Préambule TECHNOPOL TECHNO PARADE est un organisme de formation professionnelle dont le siège social est. L association TECHNOPOL TECHNO PARADE est en cours de déclaration

Plus en détail

4 ADJOINTS ADMINISTRATIFS ET 4 ADJOINTS DE DIRECTION POSTES PERMANENTS À TEMPS PLEIN TORONTO (ONTARIO)

4 ADJOINTS ADMINISTRATIFS ET 4 ADJOINTS DE DIRECTION POSTES PERMANENTS À TEMPS PLEIN TORONTO (ONTARIO) L Ordre des métiers de l Ontario est une organisation gérée par l industrie, qui a pour mission de protéger l intérêt public en réglementant et en promouvant les métiers spécialisés. Premier organisme

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

3. Guide Technique Type de l «utilisateur»

3. Guide Technique Type de l «utilisateur» 3. Guide Technique Type de l «utilisateur» Sommaire 1. Préambule.......................... page 25 2. Champ d application................... page 25 3. Procédures de sécurité................. page 25 3.1

Plus en détail

des cursus de formation postgraduée

des cursus de formation postgraduée Remplacé par le règlement sur la formation postgrade (RFP-FSP) avec effet au 1er mars 2015. Principes directeurs de la FSP pour la reconnaissance valables dès le 01.01.2001 1. Buts des principes directeurs

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D'INTÉRÊTS

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D'INTÉRÊTS RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D'INTÉRÊTS INTRODUCTION Newedge Group (ci-après «Newedge») est un prestataire de service d investissement établi en France et ayant des succursales et filiales

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself CHARTE INFORMATIQUE Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself Ce texte, bien qu ayant un caractère réglementaire, est avant tout un code de bonne

Plus en détail

Conditions générales d utilisation Option Anti-virus Firewall PC 4 postes

Conditions générales d utilisation Option Anti-virus Firewall PC 4 postes Conditions générales d utilisation Option Anti-virus Firewall PC 4 postes ARTICLE 1: DÉFINITIONS Les parties conviennent d entendre sous les termes suivants: Client: personne physique ou morale s étant

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

MODALITÉS DE PROMULGATION DES TEXTES ADMINISTRATIFS

MODALITÉS DE PROMULGATION DES TEXTES ADMINISTRATIFS Cour Pénale Internationaie International Criminal Court Directive de la Présidence ICC/PRESD/G/2003/OOl Date : 9 décembre 2003 MODALITÉS DE PROMULGATION DES TEXTES ADMINISTRATIFS En consultation avec le

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Befimmo SA Règlement de l'audit interne

Befimmo SA Règlement de l'audit interne Befimmo SA Règlement de l'audit interne Table des matières Article 1 - Nature... 1 Article 2 - Mission, objectifs et activités... 2 Article 3 - Programme annuel... 3 Article 4 - Reporting... 3 Article

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION de LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. RÔLE DU CONSEIL Le rôle du conseil est d assumer la responsabilité

Plus en détail

Département des systèmes d'information et de télécommunications Groupe de soutien achats et marchés

Département des systèmes d'information et de télécommunications Groupe de soutien achats et marchés Département des systèmes d'information et de télécommunications Groupe de soutien achats et marchés a RFI : Progiciel de Gestion de Maintenance Assistée par Ordinateur (GMAO) ou d'enterprise Asset Management

Plus en détail

CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION

CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION Préambule : CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION La vidéo protection est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville de THIERS. Ses objectifs sont de prévenir l'atteinte aux

Plus en détail

Conditions générales d'utilisation. Objet. Mentions légales. Définitions

Conditions générales d'utilisation. Objet. Mentions légales. Définitions Conditions générales d'utilisation Objet Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les modalités de mise à disposition des services du site Dessertbox.be, ci-après nommé «le Service»

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

POLITIQUE GENERALE DE LA SECURITE ET DE LA PROTECTION DES DONNEES A LA CRAMIF DOCUMENT PUBLIC

POLITIQUE GENERALE DE LA SECURITE ET DE LA PROTECTION DES DONNEES A LA CRAMIF DOCUMENT PUBLIC POLITIQUE GENERALE DE LA SECURITE ET DE LA PROTECTION DES DONNEES A LA CRAMIF DOCUMENT Version 1 du 13 mai 2015 SOMMAIRE Page 1 Présentation du document et enjeux... 3 2 Le contexte applicable... 4 2.1

Plus en détail

A. Directives générales

A. Directives générales DIRECTIVES POUR DETERMINER SI DES TACHES RELEVENT OU NON D'UN EMPLOI D'ADMINISTRATEUR A. Directives générales 1. Pour déterminer si un poste doit être classé selon la norme-cadre, la première étape consiste

Plus en détail

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET INTRANET/EXTRANET LES RESEAUX / 2 DEFINITION DE L INTRANET C est l internet interne à un réseau local (LAN) c'est-à-dire accessibles uniquement à partir

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/14/061 DÉLIBÉRATION N 14/027 DU 6 MAI 2014 RELATIVE À L'ACCÈS À LA BANQUE DE DONNÉES "DÉCLARATION DE TRAVAUX" AU PROFIT

Plus en détail

Check-list de maintenance du système Instructions impératives pour l'utilisateur du système Dernière mise à jour 09 juin 2011

Check-list de maintenance du système Instructions impératives pour l'utilisateur du système Dernière mise à jour 09 juin 2011 ANNEXE 3 Check-list de maintenance du système Instructions impératives pour l'utilisateur du système Dernière mise à jour 09 juin 2011 Généralités Afin de pouvoir garantir un support sûr et efficace du

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier)

DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) DEMANDE AU TITRE DU PROCESSUS D ENTENTE À TERME FIXE (Écrire en lettres moulées si vous remplissez le formulaire sur papier) PARTIE I DEMANDE EN RÉPONSE À L AVIS DE POSSIBILITÉ D ENTENTE À TERME FIXE SUIVANT

Plus en détail

COMMUNE DE SALAISE SUR SANNE DEPARTEMENT DE L ISERE

COMMUNE DE SALAISE SUR SANNE DEPARTEMENT DE L ISERE COMMUNE DE SALAISE SUR SANNE DEPARTEMENT DE L ISERE Cahier des charges Télésurveillance des bâtiments communaux de la Commune de Salaise sur Sanne Services Techniques Salaise sur Sanne document établi

Plus en détail

Guide d utilisation du journal de stage

Guide d utilisation du journal de stage Guide d utilisation du journal de stage À l intention des candidats à l exercice de la profession Table des matières Présentation du journal de stage 2 Aperçu des étapes à suivre 2 Étape 1 - Commencer

Plus en détail

GUIDE DE STAGE. AEC- Développeur-intégrateur SharePoint. Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013

GUIDE DE STAGE. AEC- Développeur-intégrateur SharePoint. Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013 GUIDE DE STAGE AEC- Développeur-intégrateur SharePoint Stage du mardi 3 septembre 2013 au vendredi 4 octobre 2013 Le présent guide a été conçu pour servir de référence aux entreprises acceptant de recevoir,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE Article 1 : La société (émetteur ou intermédiaire en bourse

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil général de la Banque centrale européenne (1er septembre 1998)

Règlement intérieur du conseil général de la Banque centrale européenne (1er septembre 1998) Règlement intérieur du conseil général de la Banque centrale européenne (1er septembre 1998) Légende: Règlement intérieur du Conseil général de la Banque centrale européenne, adopté le 1er septembre 1998.

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

Dispositions d utilisation de Mobile ID

Dispositions d utilisation de Mobile ID Dispositions d utilisation de Mobile ID 1. Aspects généraux Les présentes dispositions d utilisation complètent les Conditions générales de vente des prestations de Swisscom (ci-après «CG»). En cas de

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988) 1 sur 5 03/12/2014 18:22 Information System on International Labour Standards Recherche Guide de l'utilisateur Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS En vertu de la clause 4-1.01 de l entente locale, la Commission scolaire (ci-après la «Commission») reconnaît officiellement que les enseignantes et les enseignants

Plus en détail

Processus d'appel Examen de certification d'entrée en pratique pour les adjoints au médecin (examen de certification pour les AM)

Processus d'appel Examen de certification d'entrée en pratique pour les adjoints au médecin (examen de certification pour les AM) Processus d'appel Examen de certification d'entrée en pratique pour les adjoints au médecin (examen de certification pour les AM) et Maintien de la certification Dernière modification le 16 octobre 2013

Plus en détail

Inspection en hygiène et sécurité

Inspection en hygiène et sécurité Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique erritoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex él. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 09/2013 Cl. C44

Plus en détail

Mohamed Houcine Elhdhili & Khaled Sammoud. khaled.sammoud@gmail.com. Remarque: ce document doit être complété par les notes de cours

Mohamed Houcine Elhdhili & Khaled Sammoud. khaled.sammoud@gmail.com. Remarque: ce document doit être complété par les notes de cours Cours Sécurité et cryptographie Mohamed Houcine Elhdhili & Khaled Sammoud Med_elhdhili@yahoo.eselhdhili@yahoo es khaled.sammoud@gmail.com Remarque: ce document doit être complété par les notes de cours

Plus en détail