EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun"

Transcription

1 EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON Un projet commun

2 Genèse du projet Rencontre de professionnels de la santé CHRU de Lille / Santélys Souhait fort des deux parties de proposer aux patients de l ETP: Mutualisation des compétences au service du patient

3 Genèse du projet Réunions entre soignants sur les finalités et les objectifs généraux Elaboration et mise en place d un questionnaires auto administré à destination des patients atteints de la maladie de Parkinson suivis au CHRU: Objectif: Cerner les besoins et les attentes des personnes

4 Méthode 41 questionnaires ont été complétés par les patients suivis dans le service du Pr Defebvre

5 Attente des patients Information sur les Traitements Information sur la maladie Accompagnement psychologique Information sur la Recherche médicale Travail sur la motricité Développer relation avec les professionnels de Santé En conséquence, les attentes sont fortes pour Retrouver et/ou maintenir la motricité, l autonomie, le moral et Rompre l isolement L ETP doit être proposée en incluant l entourage

6 Elaboration du programme Réflexion et rédaction des objectifs généraux en fonction des résultats du questionnaire Avec le médecin du service, les unités transversales d ETP des deux structures et l ensemble du personnel Réflexion sur un programme proposé soit en groupe soit en individuel Etablir une coordination ville / hôpital forte

7 Le programme Les mêmes thématiques pour les deux structures, la même évaluation, mais deux équipes distinctes Les symptômes moteurs et non moteurs, les traitements, l activité physique, la gestion des affects négatifs, les troubles de la déglutition, la dénutrition. D autres thèmes sont en réflexions

8 Proposition au patient d intégrer le programme d éducation Le patient accepte Réalisation du diagnostic éducatif par l équipe Elaboration des objectifs avec le patient, contrat planification des séances d ETP Participation aux séances d ETP (individuelles et/ou collectives) Evaluation de l atteinte des objectifs du patient Lien avec le médecin généraliste et le spécialiste Le patient refuse Poursuite de la prise en charge Proposition régulière d intégration au programme d éducation du patient Nouvelle proposition

9 Quelques exemples

10

11

12

13 Parcours du patient Lors de la demande d inclusion: CHRU ou SANTELYS: Identification des besoins et des souhaits du patient pour le choix en groupe ou en individuel Coordination des équipes Premier Rendez Vous pour Diagnostic Educatif afin que le patient pose ses objectifs et choix des ateliers.

14 Au domicile Contact du patient Contact Médecin traitant, entourage de médecine de ville (dont infirmière libérale, kiné, orthophoniste ) Négociation des objectifs éducatifs avec le patient Planification des Rendez vous Evaluation pré / post programme Courriers médecins traitent et Spécialiste

15 Au CHRU de Lille Réception des demandes Prise de contact avec le patient (phoning, mailing) Orientation CHRU Lille ou Santelys Négociation des objectifs éducatifs avec le patient Planification des séances collectives/individuelles Evaluation pré / post programme Courriers médecins traitant et neurologue référent

16 Coordination équipe Contact téléphonique régulier Réunions mensuelles Réunion annuelle tous les intervenants pour analyse de l activité Groupe de travail sur les nouvelles thématiques Travail commun pour évaluation annuelle

17 Quelques éléments d évaluation 2014 Domicile 37 stages initiaux; 1 renforcement Durée moyenne du programme 7 semaines Population de plus de 41 ans Réparti sur l ensemble de la région

18 ATTEINTE DES OBJECTIFS Atteinte des objectifs du patient 19% 5% OUI PARTIELLEMENT NON 76% Satisfaction Patient satisfaction Moyenne; 8,8 Maxi ; 10 Mini Moyenne Mini; 5 Maxi 0

19 0% Blason APA 14% Renforcement Evaluation APA 38% 48% Amélioration Maintien Diminution 0% SYMPTOMES Evaluation Symptômes 13% 87% Acquis En cours d'acquisition Non acquis Evaluation Traitement 0% 19% TRAITEMENT 81% Acquis En cours d'acquisition Non acquis

20 Année 2015 encourageante: Mise en place de 2 nouveaux ateliers 38 demandes d inclusion au 15/09

21 Quelques éléments d évaluation 2014 CHRU de Lille 59 patients et 20 conjoints inclus Origine des demandes 73% consultation de Neurologie A 27% neurologues libéraux

22 Activité des ateliers séances - 72 Collectives - 30 séances individuelles Satisfaction Patients : moyenne 8,2/10 Aidants/conjoints : moyenne 8,17/10

23 Evaluations Signes moteurs 4% Signes moteurs 32% 64% acquis en cours non acquis traitement Traitement 27% 9% 64% acquis en cours non acquis APA APA 53% 16% 31% diminution maintien amélioration

24 Atteinte des objectifs Atteinte des objectifs 0% 50% 50% non partiellement oui Année 2015 (au 30/09/15) 48 patients inclus, 17 aidants/conjoints 2 nouveaux ateliers en cours

25 conclusion Ce programme sur deux sites permet au patient de choisir le lieu de réalisation du programme et les modalités Et permet de s adapter aux besoins et mode de vie du patient La coordination entre les structures permet la mutualisation des compétences et d améliorer la prise en charge. Le patient référent est actuellement en cous de formation «patient expert» Diffusion du programme aux différents centre hospitaliers de la région.

26 Des questions?

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys

Plus en détail

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Brigitte GALAUP Pascale LESTIEU Réseau RELIENCE SOMMAIRE Présentation du réseau L orientation maladie

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Application de la loi HPST. et psychoéducation

Application de la loi HPST. et psychoéducation Application de la loi HPST et psychoéducation Isabelle De Beauchamp Pharmacien UTET Centre Hospitalier Alpes Isère 1 Quelques dates : Définition de l ETP par l OMS en 1998 2001 : «plan national d éducation

Plus en détail

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils

Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Auto-évaluation annuelle d un programme d éducation thérapeutique du patient : Démarche et outils Anne-Françoise Pauchet-Traversat Quatrièmes journées du Réseau PIC - Lille - 21 septembre 2012 Auto-évaluation

Plus en détail

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT/ INTERVENANT

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT/ INTERVENANT EDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT/ INTERVENANT TYPE DE PROGRAMME En présentiel NUM PROGRAMME Réf. Prog. 20701600007 PUBLIC VISE Public obligé au DPC : Paramédicaux, Médicaux, Ambulanciers, pharmaciens,

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD

FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD Equipe Spécialisée Alzheimer à Domicile Wasquehal, Marcq en Baroeul, Croix, Mouvaux et Bondues E. Dooze Directrice SSIAD/ESAD Emilie Orer, ergothérapeute

Plus en détail

Vous avez dit parcours d éducation... Pierre-Yves TRAYNARD Coordinateur médical réseau Paris Diabète

Vous avez dit parcours d éducation... Pierre-Yves TRAYNARD Coordinateur médical réseau Paris Diabète Vous avez dit parcours d éducation... Pierre-Yves TRAYNARD Coordinateur médical réseau Paris Diabète LES ACTIONS DU RESEAU i Une coordination organisée pour des professionnels de santé, acteurs sociaux,

Plus en détail

LA MALADIE DE PARKINSON

LA MALADIE DE PARKINSON LA MALADE DE PARKNSON L expérience de l ETP de la maladie de Parkinson Clinique de Provence Bourbonne Aubagne Loïc BANCLHON, Directeur Expérience ETP malafdie de Parkinson 11.03.12 Qu est ce que la maladie

Plus en détail

Unité Transversale de Nutrition Clinique. Bilan et perspectives. AFDN Reims 4 juin 2009

Unité Transversale de Nutrition Clinique. Bilan et perspectives. AFDN Reims 4 juin 2009 Unité Transversale de Nutrition Clinique Bilan et perspectives Louisette MONIER Cadre de santé diététicienne Membre du Comité de Pilotage UTNC AFDN Reims 4 juin 2009 Un peu d histoire 1997 : Rapport du

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DE L ETP SUR LES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

EVALUATION DE L IMPACT DE L ETP SUR LES PRATIQUES PROFESSIONNELLES EVALUATION DE L IMPACT DE L ETP SUR LES PRATIQUES PROFESSIONNELLES EPSMAL mars à août 2016 Manon Laroze CONTEXTE ET PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Historique 2008 : Un groupe de soignants y travaille de manière

Plus en détail

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile 15 décembre 2016 Santélys Association Association loi 1901 reconnue d utilité publique créée en 1900 Santé

Plus en détail

LINUT 2009 CSAN du CRRF André Lalande, NOTH.

LINUT 2009 CSAN du CRRF André Lalande, NOTH. EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT A LA NUTRITION ET A L ACTIVITE PHYSIQUE AU CRRF ANDRE LALANDE HISTORIQUE Constat d un besoin réel pour les patients du CRRF + Recommandations nationales = Idée de créer

Plus en détail

Les difficultés des patients vis-à-vis du parcours de soins : Comment rationaliser le parcours de soin?

Les difficultés des patients vis-à-vis du parcours de soins : Comment rationaliser le parcours de soin? Les difficultés des patients vis-à-vis du parcours de soins : Comment rationaliser le parcours de soin? Pr J. Mazereeuw Hautier Centre de Référence des maladies rares de la peau Les différents intervenants

Plus en détail

Intérêt d une Infirmière Référente Régionale en Dialyse Péritonéale pour le développement de la DP

Intérêt d une Infirmière Référente Régionale en Dialyse Péritonéale pour le développement de la DP Intérêt d une Infirmière Référente Régionale en Dialyse Péritonéale pour le développement de la DP J.Gicquiaud, A.Douard, J.Deldyck, S.Dillies, B.Coevoet, M.Derancourt Santélys Association ARS Hauts de

Plus en détail

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Dr Audinet cardiologue, Dr Quélennec pharmacien Centre Hospitalier

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

L éducation thérapeutique en libéral. Conclusions d une enquête réalisée en secteur ambulatoire

L éducation thérapeutique en libéral. Conclusions d une enquête réalisée en secteur ambulatoire L éducation thérapeutique en libéral Conclusions d une enquête réalisée en secteur ambulatoire 01 Matériel et méthode Objectif 1. Contexte HAS : Rapport d orientation sur les conditions économiques et

Plus en détail

L ETP DANS LES MALADIES NEUROLOGIQUES EVOLUTIVES : MODULE FATIGUE ET SEP

L ETP DANS LES MALADIES NEUROLOGIQUES EVOLUTIVES : MODULE FATIGUE ET SEP L ETP DANS LES MALADIES NEUROLOGIQUES EVOLUTIVES : MODULE FATIGUE ET SEP CENTRE MÉDICAL GERMAINE REVEL Juin 2016 Historique ETP au CMGR 2 Programme «Mieux vivre avec une maladie neurologique évolutive»

Plus en détail

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau 1 Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau Isabelle Crassard France Woimant Référents neurologie ARS IDF XXème Journée nationale d Etudes et de

Plus en détail

Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis

Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis Oncologie 93, un réseau de santé en cancérologie en Seine Saint Denis Seine Saint Denis coordonner proximité collaborer accompagner mutualiser évaluer innover orienter ressource plate-forme associations

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE: RECOMMANDATIONS MINISTERIELLES ET DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE. Valérie ACHART-DELICOURT Cadre supérieur de santé

EDUCATION THERAPEUTIQUE: RECOMMANDATIONS MINISTERIELLES ET DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE. Valérie ACHART-DELICOURT Cadre supérieur de santé EDUCATION THERAPEUTIQUE: RECOMMANDATIONS MINISTERIELLES ET DE LA HAUTE AUTORITE DE SANTE Valérie ACHART-DELICOURT Cadre supérieur de santé SFLS journées d éducation thérapeutique infirmières 2009 Préambule

Plus en détail

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante RETOUR À DOMICILE Le rôle de l aide soignante Quels enjeux autour du retour à domicile selon vous? Quel est le rôle de l aide soignante? Remue-méninges de 15 min environs en 2 sous-groupes. LE RAD: UNE

Plus en détail

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE

SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE SERVICE RENDU AU PATIENT PAR UN RÉSEAU TERRITORIAL DE CANCÉROLOGIE TRAVAUX des réseaux d Ile-de-France 3 e Congrès National des Réseaux de Cancérologie CONSTELLATION, ENSEMBLE, GYNECOMED, ONCORIF, ONCOVAL,

Plus en détail

RESEAU G-SEP Groupe Septentrionnal d Études et de Recherche sur la Sclérose En Plaques

RESEAU G-SEP Groupe Septentrionnal d Études et de Recherche sur la Sclérose En Plaques Sylvie LEMAIRE-DESREUMAUX, Coordinatrice Réseau G-SEP Faculté de pharmacie, 12 novembre 2015 RESEAU G-SEP Groupe Septentrionnal d Études et de Recherche sur la Sclérose En Plaques Le réseau G-SEP Réseau

Plus en détail

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD)

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) FMC VAL DE CREUSE 18 NOVEMBRE 2009 Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) SENSIBILISATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SENSIBILISATION À LÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE OBJECTIFS: Intégrer

Plus en détail

RESEAU PERINATAL LORRAIN

RESEAU PERINATAL LORRAIN RESEAU PERINATAL LORRAIN Réseau Périnatal Lorrain REVUE DE MORTALITE-MORBIDITE (RMM) Version du 21/06/2016 Revue de Mortalité Morbidité (RMM) des événements indésirables graves survenus lors d une prise

Plus en détail

ABSENCE DE CONFLIT D INTERET

ABSENCE DE CONFLIT D INTERET C.CAILLOT- TRELAZE 14 Janvier 2016 ABSENCE DE CONFLIT D INTERET «L éducation thérapeutique s inscrit dans le parcours de soins du patient. Elle a pour objectif de rendre le patient plus autonome, en facilitant

Plus en détail

Le Réseau Rhône-Alpes SEP

Le Réseau Rhône-Alpes SEP Le Réseau Rhône-Alpes SEP Nathalie MAGRO Infirmière coordinatrice Ecole de la SEP session 2014 L ORGANISATION DU RÉSEAU RHÔNE-ALPES SEP Association loi 1901 en activité depuis 2007. Conseil d Administration:

Plus en détail

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET 15h45 Les Infirmières Coordinatrices: en hématologie en et oncologie au CHP Cécile BEDU

Plus en détail

SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION

SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION THÉMATIQUE NUTRITION, DÉNUTRITION, ALIMENTATION SYNTHÈSE DES QUESTIONNAIRES D ÉVALUATION ÉVALUATION INTERNE 2013 Une évaluation interne visant à apprécier l utilisation des contenus des mallettes mises

Plus en détail

14 ième forum SOS Hépatites - 17 novembre 2011

14 ième forum SOS Hépatites - 17 novembre 2011 1 Françoise Faillebin infirmière Anne Degraix coordinatrice 2 Réseau de santé opérationnel depuis février 2007. Financement DRDR puis FISQV. Lien ville / hôpital Prise en charge des malades porteurs d

Plus en détail

Cahier des charges ARS Ile de France. [Tapez le contenu encadré. Un encadré est un supplément autonome dans

Cahier des charges ARS Ile de France. [Tapez le contenu encadré. Un encadré est un supplément autonome dans 2012-13 Cahier des charges ARS Ile de France Soutien au développement de projets d accompagnement des patients malades chroniques en ambulatoire en Ile de France [Tapez le contenu encadré. Un encadré est

Plus en détail

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Delphine VIARD PLAN INTRODUCTION METHODE RESULTATS Représentations des soignants Représentations des

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PVVIH FORMATION DE LA S.F.L.S. Françoise SIOCHE (Maladies Infectieuses CHU site sud) Les formations Formation de base (démarche pédagogique) Acquérir et développer des connaissances

Plus en détail

Prise en charge multidisciplinaire des maladies du motoneurone au sein de l Hôpital du Valais

Prise en charge multidisciplinaire des maladies du motoneurone au sein de l Hôpital du Valais Prise en charge multidisciplinaire des maladies du motoneurone au sein de l Hôpital du Valais - Réponse aux besoins spécifiques de certains malades et de leurs proches - Expérience d un modèle de fonctionnement

Plus en détail

Formation-Action-Cancer-Education (FACE)

Formation-Action-Cancer-Education (FACE) Appel à projet INCa Education Thérapeutique du Patient et chimiothérapies per os Formation-Action-Cancer-Education (FACE) V. Noirez - Pharmacien CHR Mercy N. Fabié Pharmacien RRC Oncolor AAP - ETP (juin

Plus en détail

RESEAU SLA ILE DE FRANCE

RESEAU SLA ILE DE FRANCE 23/03/2016 RESEAU SLA ILE DE FRANCE Parcours de soins des patients atteints de SLA Valérie CORDESSE La Sclérose Latérale Amyotrophique Une des affections neurodégénératives les plus rapidement invalidantes

Plus en détail

Leur mission première est l organisation de

Leur mission première est l organisation de Missions des 3C Leur mission première est l organisation de Réunions de Concertation Pluridisciplinaire Dispositif dannonce d annonce Plan Personnalisé de Soins Promotionde la recherche clinique Soins

Plus en détail

Le master en sciences cliniques infirmières. J CAILLEUX-KREITMANN Responsable pédagogique MASTER PCS- AMU

Le master en sciences cliniques infirmières. J CAILLEUX-KREITMANN Responsable pédagogique MASTER PCS- AMU Le master en sciences cliniques infirmières J CAILLEUX-KREITMANN Responsable pédagogique MASTER PCS- AMU Création Co-habilitation Aix-Marseille Université et EHESP 2009: première «rentrée» en M1 des étudiants

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Cadre Supérieur de Pôle

FICHE DE POSTE. Cadre Supérieur de Pôle FICHE DE POSTE Cadre Supérieur de Pôle 1 MISSIONS GENERALES * Le cadre supérieur de santé, collaborateur du chef de pôle, participe avec ce dernier et le directeur référent de pôle : - à la mise en place

Plus en détail

ITEM 118 : Principales techniques de rééducation et de réadaptation

ITEM 118 : Principales techniques de rééducation et de réadaptation Médecin MPR Médecin traitant Ergothérapeute Podo-orthésiste Kinésithérapeute Patient Podologue Enseignant en APA Orthophoniste Psychologue Psychomotricien Orthoprothésiste Assistant socio-éducatif ITEM

Plus en détail

La filière gériatrique et les réseaux de soins

La filière gériatrique et les réseaux de soins DU de Médecine des Personnes Agées 2011 La filière gériatrique et les réseaux de soins Pr. François PUISIEUX Pôle de Gérontologie, CHRU de LILLE La filière gériatrique Objet de la filière gériatrique :

Plus en détail

INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES

INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE ONCOLOGIE Fédération de Neurologie Mazarin Service du Pr. Delattre GH Pitié-Salpêtrière ORIGINES DU PROJET 2000 : Visite du Brain Tumor Center à London, Ontario

Plus en détail

/2012. Page 1 sur 5

/2012. Page 1 sur 5 7000002209-06/2012 Page 1 sur 5 Identification générale du porteur de projet Nom de la structure porteuse : Réseau de santé pluri thématique ADOR55 Sigle : ADOR 55 Identification générale du projet Objectif

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

PRESENTATION PEPS UTEP EPERNAY. UTEP support à l accompagnement formation et élaboration de projet en ETP

PRESENTATION PEPS UTEP EPERNAY. UTEP support à l accompagnement formation et élaboration de projet en ETP PRESENTATION PEPS UTEP EPERNAY UTEP support à l accompagnement formation et élaboration de projet en ETP Equipe de l UTEP 0.5 ETP IDE 0.4 ETP Diététicienne 0.2 ETP Psychologue 0.1 ETP Coordination 0.2

Plus en détail

Le Réseau Rhône-Alpes SEP

Le Réseau Rhône-Alpes SEP Le Réseau Rhône-Alpes SEP Dr Géraldine ANDRODIAS Dr Laurence GIGNOUX Médecins coordonnateurs Journée Rhônalpine d Information sur la SEP Session pour les professionnels Espace Tête d Or, Villeurbanne samedi

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

FICHE DE POSTE CADRE SUPERIEUR DE SANTE

FICHE DE POSTE CADRE SUPERIEUR DE SANTE Centre Hospitalier de Dreux et de Chartres SERVICES DE PSYCHIATRIE INFANTO-JUVENILE DES BASSINS DROUAIS ET CHARTRAIN FICHE DE POSTE CADRE SUPERIEUR DE SANTE Version n 1 Nombre de pages : Diffusée le :

Plus en détail

ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique

ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique Expérience du Réseau VISage Une organisation intégrée dans le champ de la gériatrie Dr Anne-Marie AMMEUX- Mme Véronique CURT Genèse de l intégration sur le territoire

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN STAFF PLURIDISCIPLINAIRE EN HOPITAL LOCAL. Docteur Jean Paul BRIESE Ludovic de GAILLANDE Assistant Qualité

MISE EN PLACE D UN STAFF PLURIDISCIPLINAIRE EN HOPITAL LOCAL. Docteur Jean Paul BRIESE Ludovic de GAILLANDE Assistant Qualité MISE EN PLACE D UN STAFF PLURIDISCIPLINAIRE EN HOPITAL LOCAL Docteur Jean Paul BRIESE Ludovic de GAILLANDE Assistant Qualité Hôpital Local de Sartène 1 Qui sommes nous? Hôpital Local de Sartène Créé en

Plus en détail

ETP: RECOMMANDATIONS OFFICIELLES

ETP: RECOMMANDATIONS OFFICIELLES ETP: RECOMMANDATIONS OFFICIELLES ETP OMS 1998: Aider les patients (et leur famille) à acquérir les compétences dont ils ont besoin pour gérer leur maladie chronique Fait partie intégrante et permanente

Plus en détail

Éducation thérapeutique et maladie de Parkinson en Champagne- Ardennes

Éducation thérapeutique et maladie de Parkinson en Champagne- Ardennes Éducation thérapeutique et maladie de Parkinson en Champagne- Ardennes Anne Doé de Maindreville, Amaya Saenz, Cathy Sobra, Hélène Joossens, Gaëlle Duarte, Amandine Dubois, Serge Bakchine. Service de Neurologie,

Plus en détail

Services SAVS/SAMSAH des Genêts d Or

Services SAVS/SAMSAH des Genêts d Or JOURNEE REGIONALE CREAI DU 9 JUIN 2015 La COOPERATION : l accompagnement à la parentalité d adultes en situation de handicap Services SAVS/SAMSAH des Genêts d Or Laurence RENIER directrice adjointe Ghislaine

Plus en détail

Le Programme Personnalisé de l Aprèscancer dans la cancérologie du sein. Place et avis des médecins généralistes

Le Programme Personnalisé de l Aprèscancer dans la cancérologie du sein. Place et avis des médecins généralistes Le Programme Personnalisé de l Aprèscancer dans la cancérologie du sein. Place et avis des médecins généralistes ETIENNE Aurélie Thèse soutenue le 04 mai 2016 pour obtenir le grade de docteur en médecine

Plus en détail

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero CTR maladie chronique 10/10/2011 Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero ARS PACA-10/10/2011 Ordre du Jour Point sur l éducation thérapeutique Point sur le Plan d action «personnes atteintes de maladie chronique»

Plus en détail

Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais

Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais Référence : - circulaire DHOS/O3/CNAM n 2007-88 du 2 mars 2007 r elative aux orientations de la DHOS et de la CNAMTS en matière

Plus en détail

RESEAU POLE MEMOIRE BILAN D ACTIVITE décembre Bilan d activité 2006 Page 1 sur 12

RESEAU POLE MEMOIRE BILAN D ACTIVITE décembre Bilan d activité 2006 Page 1 sur 12 RESEAU POLE MEMOIRE BILAN D ACTIVITE 2006 31 décembre 2006 Bilan d activité 2006 Page 1 sur 12 1. Suivi de la file active au 31 décembre 2006 1.1 Suivi statistique de notre file active Nombre de patients

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé

Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé Programme d éducation thérapeutique dans le cancer de la prostate localisé Fabienne Courdesses-Chargée de mission ETP- Réseau Onco94 Ouest- CNRC -1 er octobre 2015 Onco 94 Ouest en quelques mots Trois

Plus en détail

OÙ EN EST-ON DE L ANNONCE MÉDICALE?

OÙ EN EST-ON DE L ANNONCE MÉDICALE? Dispositif d annonce en cancérologie Favoriser la communication entre les professionnels et avec le patient Formation du 4 décembre 2014 OÙ EN EST-ON DE L ANNONCE MÉDICALE? Regard d un hématologue en hôpital

Plus en détail

Projet ETOILE. L Education Thérapeutique du Patient (ETP) en Oncologie-thoracique. Laurence BIGAY-GAME. Christelle RUDZKY. Education.

Projet ETOILE. L Education Thérapeutique du Patient (ETP) en Oncologie-thoracique. Laurence BIGAY-GAME. Christelle RUDZKY. Education. L Education Thérapeutique du Patient (ETP) en Oncologie-thoracique Projet ETOILE Education Thérapeutique Onco-thoracique Laurence BIGAY-GAME Christelle RUDZKY ToulousE Individualisée Larrey Sommaire Présentation

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

Handicap et Neurologie

Handicap et Neurologie Handicap et Neurologie LE RÉSEAU HAUT NORMAND DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES Séminaire de Santé Publique - Neufchâtel en Bray - 17 décembre 2012 Quentin Luzurier Handicap et Neurologie I. Réseau de Santé :

Plus en détail

Education Thérapeutique du Patient en Lorraine. Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015

Education Thérapeutique du Patient en Lorraine. Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015 Education Thérapeutique du Patient en Lorraine Dr A. Dieterling Directrice de la Santé Publique 3 décembre 2015 L ETP : une nécessité 15 M de malades chroniques Maladie chronique Evolution sur le long

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Dr RAISON Dr MEZGHANI La Télémédecine permet Pratique médicale complémentaire d établir un diagnostic, d assurer un suivi à visée préventive

Plus en détail

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur Katia PECQUERON DUZAC Septembre 2016 Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur L Hospitalisation A Domicile C est un établissement de santé, par nature polyvalent et généraliste, qui répond

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

La consultation clinique infirmière

La consultation clinique infirmière 6 ème universités infirmières SFETD, 2014 La consultation clinique infirmière C. Debout, Inf, PhD Département des Sciences Infirmières et paramédicales EHESP Rennes Sorbonne Paris Cité 1 Plan 1. Préambule

Plus en détail

PROPOSITION DE CAHIER DES CHARGES POUR L EDUCATION THERAPEUTIQUE EN NEPHROLOGIE

PROPOSITION DE CAHIER DES CHARGES POUR L EDUCATION THERAPEUTIQUE EN NEPHROLOGIE PROPOSITION DE CAHIER DES CHARGES POUR L EDUCATION THERAPEUTIQUE EN NEPHROLOGIE Version de travail CIB_10oct2008 Introduction L organisation Mondiale de la Santé a souligné dans son rapport de 2006 que

Plus en détail

Programme Personnalisé de l Après cancer (P.P.A.C.) Enquête auprès des Médecins généralistes Résultats

Programme Personnalisé de l Après cancer (P.P.A.C.) Enquête auprès des Médecins généralistes Résultats Programme Personnalisé de l Après cancer (P.P.A.C.) Enquête auprès des Médecins généralistes Résultats Dans le cadre du deuxième plan cancer et de ses recommandations, un groupe de travail s est réuni

Plus en détail

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE Education thérapeutique Repères pratiques Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE 26 septembre 2009 1 ère partie: au fil des étapes de l ETP 2 ème partie: au carrefour du soin et

Plus en détail

ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs

ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs éraldine Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHU de RENNES FRANCE Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du

Plus en détail

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015

Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité. Janvier Mars 2015 Maladies chroniques, parcours de soins coordonnés et spécialistes de proximité Janvier Mars 2015 Sommaire Définition de la Maladie Chronique p.03 Méthodologie et taux de retour p.04 Représentativité p.06

Plus en détail

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante

Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Education thérapeutique sur une cohorte de patients atteints de cancer du sein et colorectal avec chimiothérapie adjuvante Dr Caroline BUREAU LENOIR Polyclinique Bordeaux Nord Aquitaine HISTORIQUE (1)

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

A L ORIGINE. LE RESEAU DYS/10 : des objectifs

A L ORIGINE. LE RESEAU DYS/10 : des objectifs A L ORIGINE Un regroupement de professionnels de santé libéraux intéressés par la problématique des Troubles Spécifiques des Apprentissages et des Troubles de la Communication. L ASSOCIATION E=MC dys :

Plus en détail

RESEAUX et FILIERES DE SOINS. Promotion UE 1.2.S2 DP /AVD

RESEAUX et FILIERES DE SOINS. Promotion UE 1.2.S2 DP /AVD RESEAUX et FILIERES DE SOINS Promotion 2015.2018. UE 1.2.S2 DP /AVD 1 Organisation du système de soins Niveau national L Etat finance l offre de soins Réponse aux besoins de santé de la population Couverture

Plus en détail

Mise en place d un carnet de suivi géré par le patient, pour les soins des plaies associées aux infections ostéo-articulaires

Mise en place d un carnet de suivi géré par le patient, pour les soins des plaies associées aux infections ostéo-articulaires Mise en place d un carnet de suivi géré par le patient, pour les soins des plaies associées aux infections ostéo-articulaires L Cormerais, AM Sanchis, F Julien, B Auvity, F Gourdon, O Lesens Service des

Plus en détail

CENTRE EXPERT RÉGIONAL PARKINSON. Service de neurologie Coordonnateur : Dr Fréderic Torny

CENTRE EXPERT RÉGIONAL PARKINSON. Service de neurologie Coordonnateur : Dr Fréderic Torny CENTRE EXPERT RÉGIONAL PARKINSON Service de neurologie Coordonnateur : Dr Fréderic Torny CENTRE EXPERT PARKINSON Le service de neurologie du CHU de Limoges est impliqué depuis plusieurs années dans la

Plus en détail

EQUIPES MOBILES AVC/Neuro de Réadaptation et réinsertion en Ile-de-France

EQUIPES MOBILES AVC/Neuro de Réadaptation et réinsertion en Ile-de-France EQUIPES MOBILES AVC/Neuro de Réadaptation et réinsertion en Ile-de-France CROP Sophie, ergothérapeute, Hôpital Pitié-Salpêtrière, 75. DAVID Laure, ergothérapeute, Hôpital Rothschild, 75. Jeudi 5 novembre

Plus en détail

Condat, décembre 2014 REGLEMENT INTERIEUR DU POLE D ACTIVITE ET DE SOINS ADAPTES (P.A.S.A) CENTRE HOSPITALIER DE CONDAT

Condat, décembre 2014 REGLEMENT INTERIEUR DU POLE D ACTIVITE ET DE SOINS ADAPTES (P.A.S.A) CENTRE HOSPITALIER DE CONDAT Condat, décembre 2014 REGLEMENT INTERIEUR DU POLE D ACTIVITE ET DE SOINS ADAPTES (P.A.S.A) CENTRE HOSPITALIER DE CONDAT - 15190 1 LE PASA Le Pôle d Activités et de Soins Adaptés (PASA) est un lieu de vie

Plus en détail

Dispositif d'annonce - Oncoguyane

Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce - Oncoguyane Dispositif d'annonce: historique 1998: Etats généraux du cancer 2003: Plan cancer ( mesure n 40) 2004: Cahier des charges ( DHOS et LCC) Juin 2004 Mai 2005: expérimentation

Plus en détail

Les différents types de structures sanitaires pour enfants et adolescents

Les différents types de structures sanitaires pour enfants et adolescents Les différents types de structures sanitaires pour enfants et adolescents Esther Ozeri, Malorie CHAPTAL Assistantes sociales Centre de Ressources Autisme Ile-de-France. 1 Les structures sanitaires du champ

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen Définition de l OMS (1998) L ETP est un processus continu,

Plus en détail

Projet d'éducation du patient diabétique

Projet d'éducation du patient diabétique Projet d'éducation du patient diabétique ANNEXES : Annexe 1 : programme Annexe 2 : évaluation du programme Annexe 3 : l équipe pédagogique 1 Annexe 1 : Programme Données épidémiologiques sur le diabète

Plus en détail

Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur

Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur Place des réseaux de santé dans la prise en charge de la douleur 7 ème Congrès National de lutte contre la douleur Oran le 17-18 Mars 2011 Dr Malika AMELLOU Gynécologue obstétricienne Mairie de PARIS Eléments

Plus en détail

Centre d Action Médico Sociale Précoce

Centre d Action Médico Sociale Précoce Centre d Action Médico Sociale Précoce (CAMSP) pôle femme-enfant Qu est ce que le Centre d Action Médico-Sociale Précoce? Nos missions Vous avez pris contact avec le CAMSP polyvalent : c est un centre

Plus en détail

Réseau Dys 42 : dysgraphie, dyslexie, dyspraxie et troubles associés

Réseau Dys 42 : dysgraphie, dyslexie, dyspraxie et troubles associés R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes Réseau Dys 42 : dysgraphie, dyslexie, dyspraxie et troubles associés Docteur Christine EGAUD Réseau Dys 42 Coordonner...

Plus en détail

LE POIDS EN QUESTIONS

LE POIDS EN QUESTIONS LE POIDS EN QUESTIONS Programme d ET pour la prise en charge des problèmes de poids chez l ADULTE en ambulatoire David LANDRY, Médecin Généraliste Julie FONTAINE, Diététicienne Libérale LE POIDS EN QUESTIONS

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT

ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT ONCOGÉRIATRIQUE PAR LES RÉSEAUX GÉRONTOLOGIQUES DU DÉPARTEMENT DE LA VIENNE COORDINATION DE LA PRISE EN CHARGE EN ONCOGERIATRIE CNRC J-L PEFFERKORN - 2 octobre 2014 LES RESEAUX

Plus en détail

A propos des questions posées en atelier

A propos des questions posées en atelier Diabète éducation de langue française L éducation thérapeutique : pourquoi, avec qui, comment? Rennes, 9 juin 2010 A propos des questions posées en atelier Dr Brigitte Sandrin-Berthon 1- Education thérapeutique

Plus en détail

L évaluation des Equipes Mobiles de Soins Palliatifs (EMSP)

L évaluation des Equipes Mobiles de Soins Palliatifs (EMSP) L évaluation des Equipes Mobiles de Soins Palliatifs (EMSP) Rencontre Qualitefficience 22 octobre 2015 Département Evaluation des Politiques de Santé et des dispositifs (DEPS) Direction Efficience de l

Plus en détail

Goupe de travail et d échange pour les Aidants Familiers. Réseau de Santé Gérontologique Espace Chappe 1 rue Chappe LANNION Tel

Goupe de travail et d échange pour les Aidants Familiers. Réseau de Santé Gérontologique Espace Chappe 1 rue Chappe LANNION Tel Goupe de travail et d échange pour les Aidants Familiers Réseau de Santé Gérontologique Espace Chappe 1 rue Chappe 22300 LANNION Tel 02 96 46 22 10 Sommaire I. Présentation de la Plate Forme II. III. IV.

Plus en détail

ORTHOPHONISTE au SESSAD Autisme

ORTHOPHONISTE au SESSAD Autisme Famille : Soins Sous-famille : soins de rééducation Métier : cf. fiche métier- à renseigner obligatoirement Code Métier : 05I20 Code GESFORM GPMC : réservé DRH 1- Définition Etablir, dans le cadre de la

Plus en détail