Anesthésie pour chirurgie viscérale. Dominique CONCINA Octobre 2005

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anesthésie pour chirurgie viscérale. Dominique CONCINA Octobre 2005"

Transcription

1 Anesthésie pour chirurgie viscérale Dominique CONCINA Octobre 2005

2 Chirurgie viscérale Chirurgie Digestive Urologique haute Gynécologique Hors urgence et transplantation Coeliochirurgie

3 Risques principaux Infectieux Thromboembolique Respiratoire

4 Risque infectieux Antibioprophylaxie Conférences de consensus

5 Risque thromboembolique Modéré à élevé Elevé si pathologie néoplasique HBPM Dose fonction chirurgie et patient +/- Bas de contention 2 heures avant chirurgie Sauf si ALR associée

6 Retentissement respiratoire Per-opératoire Post-opératoire+++ Syndrome restrictif Douleur Lésions musculo-nerveuses Dysfonction diaphragmatique++

7 Période per-opératoire 1) Curarisation Obligatoire Profonde Monitorage Orbiculaire>Cubital 1 ou 2 réponses au TOF Antagonisation +/-

8 Période per-opératoire 2) Pertes caloriques Constantes Importantes Délétères Système de réchauffement patient Réchauffement des transfusions Monitorage de la température

9 Période per-opératoire 3) Pertes hydriques 6 à 10 ml/kg/h Besoins de base Fuites par évaporation Fuites Plasmatiques Compensation Cristalloïdes isotoniques +/- Colloïdes Surveillance PVC, ETO, Diurèse +++

10 Période post-opératoire Analgésie Systématique ALR et /ou A parentérale Toujours multimodale Régulièrement évaluée et adaptée

11 Période post-opératoire NVPO-1-20 à 30% des patients opérés 50% après la 6 ème heure Facteurs prédictifs: score de Apfel Sexe féminin 1 Non fumeur 1 Antécédents 1 Morphiniques post-op 1

12 Période post-opératoire NVPO -2- Principaux traitements SETRONS : antagonistes récepteurs 5-HT3 de la sérotonine DROPERIDOL : antagoniste récepteurs D2 de la dopamine À faible dose (0.625 mg) Risque de somnolence DEXAMETHASONE Prophylactique 4 mg à l induction

13 Période post-opératoire NVPO -3- Principaux traitements METOCLOPRAMINE (Primpéran ) Inefficace PROPOFOL Prophylactique Curatif : par bolus de 20 mg Mécanisme inconnu ANTIHISTAMINIQUE

14 Période post-opératoire NVPO 4 - Prévention 0 ou 1 point Rien A partir de 2 points Pas de N2O, réduire morphiniques 2 points ALR ou Propofol continu ou Dexaméthasone 4 mg IVD à l induction ou Dropéridol mg IVD 30 mn avant la fin de la chirurgie

15 Période post-opératoire NVPO 5 -Prévention 3 ou 4 points ALR Ou Propofol en continu + Déxaméthsone id + Dropéridol id PCA morphinique (controversé) Dropéridol 2.5mg pour 50 mg Morphine diluée à 1 mg/ml

16 Période post-opératoire NVOP 6 -Traitement Ondansétron (Zophren ) : 1 mg IVD Si échec : Dropéridol : titration par bolus de mg IVD, sans dépasser 2.5 mg Si échec : Propofol par bolus de 20 mg IVD Si échec : envisager Hydroxyzine 25 mg IVD

17 Période post-opératoire Complications respiratoires Non spécifiques dans leurs manifestations Facteurs favorisants: Type d incision BPCO Age Dénutrition / obésité Ne pas y rajouter le douleur Kinésithérapie et mobilisation précoces et efficaces

18 Période post opératoire Complications chirurgicales Pas toujours cliniquement évidentes d emblée Y penser devant la survenue inexpliquée Douleur «excessive» Hypoxie Instabilité hémodynamique Perturbations métaboliques ( acidose+++)

19 Quelques interventions

20 Oesophagectomie Double voie d abord thoracique et abdominale +/- intubation sélective Temps de dissection médiastinale Douleur post-opératoire +++ Retentissement respiratoire +++ Risque de fistule médiastinale

21 Hépatectomie Complexité variable fonction: Foie sain ou cirrhotique Taille et topographie de la résection Nature du clampage vasculaire Chirurgie potentiellement hémorragique Stratégie transfusionnelle Insuffisance hépato-cellulaire postopératoire

22 Pancréatectomie Chirurgie longue 4 anastomoses = 4 possibilités de fistule Diabète post-opératoire

23 Cystectomie radicale Temps urinaire + temps digestif Chirurgie hémorragique Risque thrombo-embolique élevé Risque infectieux Problèmes métaboliques liés à l entéroplastie

24 Coeliochirurgie Multiplication des indications chirurgicales Chirurgie souvent plus longue Suites beaucoup plus simples Complications spécifiques

25 Coeliochirurgie Retentissement respiratoire HYPERCAPNIE Mécanismes Diffusion du CO2 Transpéritonéal : très peu Sous cutané ++ (emphysème sous-cut) Altération cinétique diaphragmatique +++

26 Coeliochirurgie Retentissement respiratoire HYPERCAPNIE Conséquences Acidose respiratoire Troubles du rythme

27 Coelioscopie Retentissement hémodynamique Baisse du débit cardiaque Baisse des débits périphériques Augmentation de la pression artérielle Augmentation des résistances vasculaires périphériques et pulmonaires

28 Coelioscopie Retentissement hémodynamique Mécanismes Pneumopéritoine Diminution du retour veineux Libération vasopressine Position opératoire

29 Coelioscopie Complications spécifiques Pneumothorax Pneumomédiastin Embolie gazeuse

30 Coeliochirurgie Conclusions Même prise en charge que pour la chirurgie conventionnelle Surveillance accrue PetCO2 Troubles du rythme Emphysème sous-cutané Entente ++ avec le chirurgien Faire arrêter la procédure si problème Intérêt +++ pour les suites opératoires

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES NAUSEES ET VOMISSEMENTS NAUSEES ET VOMISSEMENTS Pr Dan BENHAMOU, Dominique RIBEYROLLES C.H.U. Bicêtre, 78 rue du général Leclerc 94275 le Kremlin Bicêtre Cedex Un des effets indésirable les plus fréquents

Plus en détail

ANESTHESIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE

ANESTHESIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE ANESTHESIE EN CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE SEIN Terrain : pas de spécificité Installation : perfusion du côté opposé brassard sur le bras opposé ou sur la jambe. Anesthésie générale avec IOT ou ML car peu d

Plus en détail

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES

NAUSEES ET VOMISSEMENTS POSTOPERATOIRES NAUSEES ET VOMISSEMENTS NAUSEES ET VOMISSEMENTS Pr Dan BENHAMOU, Dominique RIBEYROLLES C.H.U. Bicêtre, 78 rue du général Leclerc 94275 le Kremlin Bicêtre Cedex Un des effets indésirable les plus fréquents

Plus en détail

ANESTHESIE AMBULATOIRE. Dr B. Coustets Unité Chirurgie Ambulatoire Hôpital PURPAN CHU Toulouse

ANESTHESIE AMBULATOIRE. Dr B. Coustets Unité Chirurgie Ambulatoire Hôpital PURPAN CHU Toulouse ANESTHESIE AMBULATOIRE Dr B. Coustets Unité Chirurgie Ambulatoire Hôpital PURPAN CHU Toulouse PLAN Définition Circuit Ambulatoire Consultations et Critères de sélection Le jour J Anesthésie Générale et

Plus en détail

La douleur post-opératoire : «Le point de vue du chirurgien»

La douleur post-opératoire : «Le point de vue du chirurgien» La douleur post-opératoire : «Le point de vue du chirurgien» N Carrère Service de Chirurgie Générale et Digestive CHU Toulouse - Purpan Douleur post-opératoire (DPO) Prévisible / transitoire / contrôlable

Plus en détail

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE Dr Emmanuel Robin Clinique d Anesthésie-Réanimation Cardiothoracique CHU de Lille QUELS SONT LES RECOMMANDATIONS DES SOCIÉTÉS SAVANTES (SFAR,SRLF

Plus en détail

CONSEQUENCES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR POST-OPERATOIRE

CONSEQUENCES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR POST-OPERATOIRE CONSEQUENCES PHYSIOPATHOLOGIQUES DE LA DOULEUR POST-OPERATOIRE PALIG KEVORKIAN, IADE DEPARTEMENT D ANESTHESIE HOPITAL HOTEL-DIEU PARIS 1) INTRODUCTION 2) CONSEQUENCES DES PERTURBATIONS NEURO-ENDOCRINIENNES

Plus en détail

QUE CHOISIR POUR TRAITER LA DOULEUR POST- OPERATOIRE? Dr. M. RADJI Département d anesthésie-réanimationd CHU AMIENS

QUE CHOISIR POUR TRAITER LA DOULEUR POST- OPERATOIRE? Dr. M. RADJI Département d anesthésie-réanimationd CHU AMIENS QUE CHOISIR POUR TRAITER LA DOULEUR POST- OPERATOIRE? Dr. M. RADJI Département d anesthésie-réanimationd CHU AMIENS La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle, désagréable, liée à une lésion

Plus en détail

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Choix du moment de l intervention Induction à séquence rapide CHOIX DU MOMENT DE LA CHIRURGIE Mécanismes de l occlusion Par strangulation souffrance du

Plus en détail

Cardiopathies et Grossesse

Cardiopathies et Grossesse Cardiopathies et Grossesse Physiologie (I) Modifications Cardiovasculaires lors de la Grossesse volume sanguin 50% débit cardiaque 30-50% Maximum entre 5è et 8è mois Variable selon la position TA systolique

Plus en détail

Evaluation du Risque Opératoire Techniques d Anesthésie Critères Décisifs du Choix

Evaluation du Risque Opératoire Techniques d Anesthésie Critères Décisifs du Choix Evaluation du Risque Opératoire Techniques d Anesthésie Critères Décisifs du Choix Pr Gilles Dhonneur CHU (APHP) Henri Mondor, Créteil Faculté de Médecine Paris 12, Créteil Evaluation du Risque Opératoire

Plus en détail

Protocole de réhabilitation améliorée après chirurgie colorectale

Protocole de réhabilitation améliorée après chirurgie colorectale Protocole de réhabilitation améliorée après chirurgie colorectale Les éléments du protocole doivent être adaptés à chaque situation pratique, appliqués dans chaque centre après consensus au sein de l équipe

Plus en détail

ANALGÉSIE PÉRIDURALE THORACIQUE ET ÉPARGNE

ANALGÉSIE PÉRIDURALE THORACIQUE ET ÉPARGNE ANALGÉSIE PÉRIDURALE THORACIQUE ET ÉPARGNE MORPHINIQUE EN CHIRURGIE GYNÉCOLOGIQUE 6 EME CONGRES NATIONNAL DE LA LUTTE CONTRE LA DOULEUR k. Meddeber, D. Benali,.Boufas,.Zelmat, F. Mazour, B. Chafi INTRODUCTION

Plus en détail

Claire LEMIERE IADE Cherbourg

Claire LEMIERE IADE Cherbourg Claire LEMIERE IADE Cherbourg Introduction Quelques chiffres pour le CHU de Caen 2013: - Échantillon 138 patients chir digestive carcinologique, 41 (29,7%) diagnostic de dénutrition, 44 (31,9%) complications

Plus en détail

THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC. Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016

THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC. Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016 THROMBOPROPHYLAXIE EN MILIEU CHIRURGICAL EXPÉRIENCE DE L HÔPITAL DE SETTAT / MAROC Belaid ELFAKIRI SEANCE JEUNES MEDECINS VASCULAIRES JIFA 2016 MALADIE THROMBO EMBOLIQUE VEINEUSE : CONSTAT DE SANTÉ PUBLIQUE

Plus en détail

PCA: Protocole d auto-analgésie:

PCA: Protocole d auto-analgésie: PCA: Protocole d auto-analgésie: Pompe PCA «analgésie contrôlée par le patient» Enfants > 5-6 ans EVA > 60 MORPHINE (SU)FENTANYL La morphine: Opioïde fort (palier III OMS) Somnolence (dette de sommeil)

Plus en détail

Dissection aortique. Caroline GARAPON Dr Jean-Pol DEPOIX

Dissection aortique. Caroline GARAPON Dr Jean-Pol DEPOIX Dissection aortique Caroline GARAPON Dr Jean-Pol DEPOIX Dissection aortique Urgence cardiovasculaire +++ mortalité:1 à 2 % par heure,(50% à 48 h) pronostic : précocité du diagnostic Mécanismes de la dissection

Plus en détail

Insuffisance Respiratoire Aigue: IRA

Insuffisance Respiratoire Aigue: IRA Insuffisance Respiratoire Aigue: IRA L IRA est un syndrome lié à l impossibilité pour le système ventilatoire de maintenir des échanges gazeux à un niveau compatible avec la survie autonome de l organisme,

Plus en détail

PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE INTRODUCTION

PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE INTRODUCTION PREVENTION DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE INTRODUCTION Une infection du site opératoire est typiquement une infection hospitalière. Les causes sont presque toujours en relation avec des évènements pré,per,

Plus en détail

2/ Les complications post-anesthésiques

2/ Les complications post-anesthésiques STAGES Anesthésiologie 2/ Les complications post-anesthésiques I. Les complications respiratoires Les facteurs de risque La plupart des complications respiratoires sont liées à des surdosages Les facteurs

Plus en détail

Chirurgie cardiaque et CEC. Dr Régis Gaudin, chirurgie cardiaque pédiatrique, Necker - Enfants malades

Chirurgie cardiaque et CEC. Dr Régis Gaudin, chirurgie cardiaque pédiatrique, Necker - Enfants malades Chirurgie cardiaque et CEC Dr Régis Gaudin, chirurgie cardiaque pédiatrique, Necker - Enfants malades POURQUOI LA CEC? Pour le patient Le cœur ne peut assurer sa fonction pendant le geste assurer le débit

Plus en détail

PLAN ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE

PLAN ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE ANEVRYSME DE L AORTE ABDOMINALE Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Hôpital Cardiologique Clinique de Chirurgie Cardio-Vasculaire PLAN Définition de l anévrysme H. SOULARY (IBODE) C. MEURISSE (IADE) V. PERCQ (IADE) Etiologies

Plus en détail

Neuroradiologie et AVC ischémique

Neuroradiologie et AVC ischémique Neuroradiologie et AVC ischémique Le point de vue de l anesthésiste O. Fourcade, J. Chookun, C. Cognard CHU Toulouse AVC ischémique 2400 AVC 1 Million hab / an 5 à 6% patients < 55 ans 700 morts à 1 an

Plus en détail

Protocoles d analgésie obstétricale

Protocoles d analgésie obstétricale Protocoles d analgésie obstétricale Indications 1) Demande de la patiente La sage-femme entend la demande de la patiente. Elle fait appel au médecin anesthésiste qui, muni des informations données par

Plus en détail

Procédure Réhabilitation Rapide pour Chirurgie digestive. Côlon, rectum, foie, éventrations Version 2015

Procédure Réhabilitation Rapide pour Chirurgie digestive. Côlon, rectum, foie, éventrations Version 2015 Procédure Réhabilitation Rapide pour Chirurgie digestive. Côlon, rectum, foie, éventrations Version 2015 A. Domaine d application Chirurgie digestive élective B. Responsabilités Chirurgiens, médecins anesthésistes,

Plus en détail

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Gestion du péri opératoire en onco gériatrie Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Plan Série Rétrospective du service Techniques chirurgicales

Plus en détail

Mécanismes lésionnels et conséquences

Mécanismes lésionnels et conséquences TRAUMATISMES DU THORAX Question ECN n 329 Dr Raphaël BONNACORSI Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Hôpital de la Pitié Salpétrière - Paris Introduction et principes Les traumatismes du

Plus en détail

Anesthésie en chirurgie carotidienne. Sylvie Godier

Anesthésie en chirurgie carotidienne. Sylvie Godier Anesthésie en chirurgie carotidienne Sylvie Godier Position du problème Les AVC : 3ème cause de mortalité responsables d invalidité définitive souvent secondaires à une sténose oblitérante de la carotide

Plus en détail

COLLAPSUS DE REVENTILATION

COLLAPSUS DE REVENTILATION COLLAPSUS DE REVENTILATION Entre mes poumons, mon coeur balance! Y.Yordanov @YordaYou COLLAPSUS DE REVENTILATION Chute de la pression artérielle dans les suites immédiates de la mise en route d une ventilation

Plus en détail

Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances pulmonaires

Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances pulmonaires Mardi, 30 Juin 2009 20:52 Mis à jour Mardi, 30 Juin 2009 20:56 Définition : Spasme des bronches, diminution du calibre des bronches par constriction pulmonaire qui entraîne augmentation des résistances

Plus en détail

Chirurgie hépato-biliaire lourde

Chirurgie hépato-biliaire lourde Chirurgie hépato-biliaire lourde 2 L'ANESTHÉSIE DE LA CHIRURGIE HÉPATO- BILIAIRE ET LA CHIRURGIE HÉPATIQUE LOURDE Chirurgie de résection Avec ou sans anastomose biliodigestive 3 Indications opératoires

Plus en détail

REHABILITATION PRECOCE APRES CESARIENNE

REHABILITATION PRECOCE APRES CESARIENNE REHABILITATION PRECOCE APRES CESARIENNE Congrès JLAR 2015 Dr Julien Corouge Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille REHABILITATION ET CESARIENNE Césarienne : 20% des naissances 160 000 césariennes / an Multiplié

Plus en détail

Critères d admission SIPO et soins continus

Critères d admission SIPO et soins continus Critères d admission SIPO et soins continus G. Lebuffe Pôle d anesthésie-réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille, France Soins intensifs: Décret 2002 D 124-104 Unité prenant en charge les patients

Plus en détail

XXVI èmes Journées Nationales d Hépato-Gastroentérologie et d Endoscopie Digestive

XXVI èmes Journées Nationales d Hépato-Gastroentérologie et d Endoscopie Digestive XXVI èmes Journées Nationales d Hépato-Gastroentérologie et d Endoscopie Digestive Prothèses endoscopiques en préopératoire dans la prise en charge chirurgicale des lésions périampullaires: avantages et

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque

Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque !! Unités d hospitalisations! Service de chirurgie digestive! Unité de soins continue!! Equipe médicale! Chirurgiens digestif (2)! Anesthésistes

Plus en détail

ANESTHESIE POUR PROTHESE TOTALE de HANCHE. FERMIER Brice Cours DES AR le 6/12/2012

ANESTHESIE POUR PROTHESE TOTALE de HANCHE. FERMIER Brice Cours DES AR le 6/12/2012 ANESTHESIE POUR PROTHESE TOTALE de HANCHE FERMIER Brice Cours DES AR le 6/12/2012 Indication Chirurgie fonctionnelle et programmée Coxarthrose Ostéonécrose tête Polyathrite rhumatoide 120 000 PTH / an

Plus en détail

THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1)

THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1) THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE TVP - PHLEBITE (1) Occlusion d une veine par un caillot sanguin Localisation préférentielle : les membres inférieurs Souvent asymptomatique THROMBOSE VEINEUSE PROFONDE FACTEURS

Plus en détail

ANALGESIE POST-OPERATOIRE EN AMBULATOIRE

ANALGESIE POST-OPERATOIRE EN AMBULATOIRE ANALGESIE POST-OPERATOIRE EN AMBULATOIRE Centre Henri Becquerel octobre 2016 Dr Gouerant Pathologies prises en charge En Ambulatoire Chirurgie sénologique: - tumorectomie, ganglion sentinelle axillaire,

Plus en détail

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE Experts L.Ducros P.Michelet Animateurs P.Banwarth K.Tazarourte Rapporteur E.Querellou Q1 - CRITERES DE GRAVITE ET ORIENTATION d UN TRAUMATISME THORACIQUE Eléments de gravité

Plus en détail

LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LES CONDITIONS DE L AMBULATOIRE L organisation : Patiente ASA 1 ou 2 Consultation préalable

Plus en détail

FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE

FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE FIBRILLATION ATRIALE et TRAITEMENT ANTITHROMBOTIQUE Révolution des indications? Drs MH CELLI CAMILLERI PRIAM - 11 juin 2009 PLAN DEFINITIONS DIAGNOSTIC DE GRAVITE OBJECTIFS DE LA PRISE EN CHARGE CAT DEVANT

Plus en détail

LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003

LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003 LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003 La ventilation non invasive Technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser de dispositif intratrachéal Ventilation en

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE DU POLYTRAUMATISE. Cours EIADES 2ème année 2014 Dr E Hofliger

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE DU POLYTRAUMATISE. Cours EIADES 2ème année 2014 Dr E Hofliger PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE DU POLYTRAUMATISE Cours EIADES 2ème année 2014 Dr E Hofliger DEFINITIONS/GRAVITE «Polytraumatisé» C est un blessé grave ayant au moins deux lésions dont une menace le pronostic

Plus en détail

Remplissage vasculaire périopératoire

Remplissage vasculaire périopératoire Remplissage vasculaire périopératoire Dr. B. Delannoy, Pr. J.J. Lehot, Dr. Z. Vichova ARRES-ASSPRO 2015 (Aucun conflit d intérêt) 57, 2 rue de Villaret Châteaudun de Joyeuse 75009 75017 Paris T: T 01 +33

Plus en détail

Conduite à tenir devant un traumatisme grave fermé du foie. DESC réanimation médicale Trapes Laurène Decembre 2008

Conduite à tenir devant un traumatisme grave fermé du foie. DESC réanimation médicale Trapes Laurène Decembre 2008 Conduite à tenir devant un traumatisme grave fermé du foie DESC réanimation médicale Trapes Laurène Decembre 2008 Epidémiologie Dans 20% des polytraumatismes fermés Mortalité globale : 4 à 11% Mortalité

Plus en détail

INDICATIONS DE LA CHOLÉCYSTECTOMIE CYSTECTOMIE EN DEHORS DES COMPLICATIONS DE LA LITHIASE BILIAIRE. Clément GAYET

INDICATIONS DE LA CHOLÉCYSTECTOMIE CYSTECTOMIE EN DEHORS DES COMPLICATIONS DE LA LITHIASE BILIAIRE. Clément GAYET INDICATIONS DE LA CHOLÉCYSTECTOMIE CYSTECTOMIE EN DEHORS DES COMPLICATIONS DE LA LITHIASE BILIAIRE. Clément GAYET PLAN Cholécystite alithiasique Lésions bénignes b / pré-canc cancéreuses Lésions malignes

Plus en détail

ALR et Cancer : Quelles nouveautés en 2014

ALR et Cancer : Quelles nouveautés en 2014 ALR et Cancer : Quelles nouveautés en 2014 Hugues de Courson Antoine Giraudon DESAR, CHU de Bordeaux Articles de l année en anesthésie réanimation 1 Bénéfices de l ALR Ce que l on sait déjà : (court et

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

Sémiologie des Etats de choc

Sémiologie des Etats de choc Sémiologie des Etats de choc Dr CHEN CHI SONG 12/11/2012 1 Introduction Urgence vitale Reconnaître Diagnostiquer étiologie Traiter 12/11/2012 2 Définition Etat de choc: survenue d une hypotension artérielle:

Plus en détail

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques

Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Les anticoagulants bénéfices cliniques et risques iatrogéniques Dr Lotfi Boudali 27/11/2013 Chef pôle produits cardiovasculaire, thrombose, métabolisme et obésité Direction des médicaments en cardiologie,

Plus en détail

Douleur et réhabilitation améliorée après chirurgie: quelles stratégies?

Douleur et réhabilitation améliorée après chirurgie: quelles stratégies? Douleur et réhabilitation améliorée après chirurgie: quelles stratégies? Dr BRUN Clément & Dr NGUYEN DUONG Lam Département d anesthésie-réanimation Institut Paoli Calmettes, Marseille Conflit d intérêt

Plus en détail

Questions insuffisances circulatoires aigues

Questions insuffisances circulatoires aigues Questions insuffisances circulatoires aigues QCM 1 Au cours d'un œdème aigu du poumon cardiogénique, quelle est l'affirmation vraie? A l'électrocardiogramme (ECG) est inutile B une hypotension artérielle

Plus en détail

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MORBIDITÉ MORTALITÉ DE LA CHIRURGIE COLO-RECTALE A.CHETOUANE, A.ANOU, O.BENHADID, A.DJITLI, Y.BENMEDDOUR, A.OURABAH, Z.IMESSAOUDENE Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MATÉRIEL D ÉTUDE Il s agit d une

Plus en détail

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot

Soins infirmiers en Onco-gynécologie. J. Rousset 2013/ IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot Soins infirmiers en Onco-gynécologie J. Rousset 2013/2014 - IFSI Rockefeller D après cours de V. Fiot 1. Le cancer du col de l utérus 1. Le cancer du col de l utérus 1.1. EPIDEMIOLOGIE 11ème des cancers

Plus en détail

Retentissement pulmonaire de l obésité

Retentissement pulmonaire de l obésité Retentissement pulmonaire de l obésité Dr Laure Belmont Service de Pneumologie Centre hospitalier d Argenteuil 16eme journée des formations de associations du val d Oise 08 février 2015 Poumons et obésité?

Plus en détail

Oxygénothérapie. Indication: insuffisance respiratoire chronique grave des BPCO (seule situation où l OLD a été validée)

Oxygénothérapie. Indication: insuffisance respiratoire chronique grave des BPCO (seule situation où l OLD a été validée) Traitement Oxygénothérapie Indication: insuffisance respiratoire chronique grave des BPCO (seule situation où l OLD a été validée) Une OLD est indiquée chez les patients BPCO lorsque: à distance d un épisode

Plus en détail

Pneumomédiastin et rétropneumopéritoine révélateurs d un diabète sucré en décompensation acidocétosique.

Pneumomédiastin et rétropneumopéritoine révélateurs d un diabète sucré en décompensation acidocétosique. Pneumomédiastin et rétropneumopéritoine révélateurs d un diabète sucré en décompensation acidocétosique. M MAHI, T Salahaddine, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BENAMEUR. Service d Imagerie Médicale. Hôpital

Plus en détail

APD thoracique. Dr A CHARVET; anesthésie en chirurgie thoracique; CHU nord

APD thoracique. Dr A CHARVET; anesthésie en chirurgie thoracique; CHU nord APD thoracique Dr A CHARVET; anesthésie en chirurgie thoracique; CHU nord Introduction ALR place importante en chirurgie thoracique: APD thoracique et BPV Douleur post thoracotomie très importante en intensité

Plus en détail

SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE

SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE Sommaire SYNDROME D EHLERS-DANLOS VASCULAIRE 51 AAG et anticoagulants 52 Accouchement 53 Allaitement 54 AVC 55 Coloscopie 56 Dissection aortique 57 Dissection artérielle

Plus en détail

Chirurgie mitrale. Caroline GARAPON Dr Jean-Pol DEPOIX

Chirurgie mitrale. Caroline GARAPON Dr Jean-Pol DEPOIX Chirurgie mitrale Caroline GARAPON Dr Jean-Pol DEPOIX Appareil mitral Mitrale normale Mitrale: piliers et cordages Indications IM ou RM dégénératif ou rhumatismal Dégénérescence de bioprothése Thrombose

Plus en détail

Hélène REGNAULT DES 12/03/2010

Hélène REGNAULT DES 12/03/2010 Hélène REGNAULT DES 12/03/2010 15000 cas/ an en France, fréquence en baisse Bénigne 75% cas Mortalité globale d environ 10% Séquelles dans 10-40% cas URGENCE MEDICO-CHIRURGICALE: prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME

PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME PNEUMOMEDIASTIN AU COURS D UNE CRISE D ASTHME Melle J.S 19 ans Observation ATCDS: Toux sèche paroxystique nocturne non explorée HDM: J-3, toux quinteuse, fièvre et dyspnée sifflante J0: douleur retro sternale,

Plus en détail

Anesthésie-Réanimation Ebstein. Ph Mauriat DU RCC

Anesthésie-Réanimation Ebstein. Ph Mauriat DU RCC Anesthésie-Réanimation Ebstein Ph Mauriat DU RCC - 2015 Anomalie d Ebstein Le VD fonctionnel est la partie au delà de la valve La valve tricuspide est le + souvent fuyante parfois sténosante ou imperforée

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX DE L UTILISATION DE LA KÉTAMINE EN MIDI-PYRÉNÉES

ÉTAT DES LIEUX DE L UTILISATION DE LA KÉTAMINE EN MIDI-PYRÉNÉES ÉTAT DES LIEUX DE L UTILISATION DE LA KÉTAMINE EN MIDI-PYRÉNÉES PLAN DE L EXPOSÉ Présentation et intérêts du travail de recherche Rappels du cadre théorique Réalisation de l enquête Résultats obtenus et

Plus en détail

Thoracotomie en milieu précaire. Trauma Center MSFF Port au Prince Haiti

Thoracotomie en milieu précaire. Trauma Center MSFF Port au Prince Haiti Thoracotomie en milieu précaire Trauma Center MSFF Port au Prince Haiti Début de mission pas de thoracotomie Pas de matériel pour Introduction Comment sommes nous arrivés à faire les thoracotomies en urgence?

Plus en détail

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT

ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT ACCIDENTS liés à la GESTION PERI-OPERATOIRE des TRAITEMENTS ANTICOAGULANTS Docteur Christian SICOT GESTION PERI-OPERATOIRE et (2002 20) DECLARATIONS d'accidents : 39 DECES : (28 %) 2 GESTION PERI-OPERATOIRE

Plus en détail

17/11/2012. Facteurs de risque des ISO et des INLA. Définition. Ampleur du problème

17/11/2012. Facteurs de risque des ISO et des INLA. Définition. Ampleur du problème Facteurs de risque des ISO et des INLA Dr Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Définition Ampleur du problème 234 millions d actes / an dans le monde 6,5 millions d opérés / an en France

Plus en détail

HE MORRAGIES et TRANSFUSION

HE MORRAGIES et TRANSFUSION 10h-10h30 HE MORRAGIES et TRANSFUSION Hémoptysie Poumon Elies ANDRE (Urgences - CHR Metz-Thionville) Modérateurs : Bruno MAIRE (CH Verdun) Et Thomas SCHMUTZ (Urgences - CHR Metz-Thionville) Déclaration

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une intervention endoscopique urologique chez le coronarien

Plus en détail

Anesthésie du patient coronarien

Anesthésie du patient coronarien Anesthésie du patient coronarien Dr Philippe SARRABAY SAR II DES Anesthésie Réanimation Module Cardiovasculaire Evénements Coronaires Définitions: Mortalité globale Mortalité cardiaque Infarctus du myocarde

Plus en détail

Anesthésie pour chirurgie ORL pédiatrique. Valérie Milot-Roy CHUQ-CHUL-CME

Anesthésie pour chirurgie ORL pédiatrique. Valérie Milot-Roy CHUQ-CHUL-CME Anesthésie pour chirurgie ORL pédiatrique Valérie Milot-Roy CHUQ-CHUL-CME La chirurgie ORL pédiatrique Courtes procédures Indications Très électives Espérance de vie immense Très faible tolérance pour

Plus en détail

Héparine Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Héparine Bas Poids Moléculaire (HBPM) Page 1 sur 5 Décembre 2011 VERSION N 02 I. DÉFINITION Modalités de prescription, de préparation et d administration d un traitement anticoagulant par HEPARINE BAS POIDS MOLECULAIRE (HBPM) II. OBJECTIFS

Plus en détail

Anesthésie de la femme enceinte. Annick LALLIA

Anesthésie de la femme enceinte. Annick LALLIA Anesthésie de la femme enceinte Annick LALLIA Introduction 1 à 2% de femmes enceintes subissent une anesthésie pour chirurgie non obstétricale Possible grossesse méconnue: Date des dernières règles +/-

Plus en détail

LA CAPNOGRAPHIE. promotion /Ecole IADE Hopital Salpétrière

LA CAPNOGRAPHIE. promotion /Ecole IADE Hopital Salpétrière LA CAPNOGRAPHIE 1 Définition La capnographie permet de mesurer le contenu en CO 2 du mélange gazeux pendant tout le cycle respiratoire. La concentration de CO 2 dans les gaz inspirés et expirés est représentée

Plus en détail

Réhabilitation et chirurgie colorectale: Les recommandations 2013: Le rôle de l anesthésie en dehors de l analgésie

Réhabilitation et chirurgie colorectale: Les recommandations 2013: Le rôle de l anesthésie en dehors de l analgésie Réhabilitation et chirurgie colorectale: Les recommandations 2013: Le rôle de l anesthésie en dehors de l analgésie Pascal Alfonsi J Visc Surg. 2014 Feb;151(1):65-79. Avril 2014 Les programmes de réhabilitation

Plus en détail

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique Les états de choc Choc septique Insuffisance circulatoire aigüe secondaire à un processus infectieux responsable d une inadéquation entre besoin et apport en oxygène et pouvant entrainer une défaillance

Plus en détail

ANESTHESIE POUR CESARIENNE A.S.DUCLOY-BOUTHORS MATERNITE JEANNE DE FLANDRE

ANESTHESIE POUR CESARIENNE A.S.DUCLOY-BOUTHORS MATERNITE JEANNE DE FLANDRE ANESTHESIE POUR CESARIENNE A.S.DUCLOY-BOUTHORS MATERNITE JEANNE DE FLANDRE CESARIENNE? QUALITE DE L ANESTHESIE INDICATIONS CONTRE INDICATIONS EFFETS SECONDAIRES COMPLICATIONS QUALITE DE L ANALGESIE POST-OPERATOIRE

Plus en détail

LA CHIRURGIE LAPAROSCOPIQUE A TROCART UNIQUE (Single port)

LA CHIRURGIE LAPAROSCOPIQUE A TROCART UNIQUE (Single port) LA CHIRURGIE LAPAROSCOPIQUE A TROCART UNIQUE (Single port) Me DUMORTIER. R IBODE Dr LEBLANC. E Chirurgien Nous déclarons ne pas avoir de conflit d intérêt avec cette présentation La chirurgie laparoscopique

Plus en détail

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES 1 1 - DEFINITION La dénutrition est un état de déficit en énergie, en protéines

Plus en détail

Séjour en USC ou transfert programmé en réanimation?

Séjour en USC ou transfert programmé en réanimation? Séjour en USC ou transfert programmé en réanimation? ARRES-ASSPRO 2011 M. Sfez 2011 1 1. Il existe des scores prédictifs de la fréquence des complications postopératoires a. Vrai b. Faux 2. Le pourcentage

Plus en détail

SOINS SPÉCIFIQUES UROLOGIE

SOINS SPÉCIFIQUES UROLOGIE SOINS SPÉCIFIQUES UROLOGIE VENDREDI 11 MARS 2011 CATHERINE VAUTRIN PRESENTATION DE L UNITÉ Secteur de chirurgie de 26 LITS Patients traités en cancérologie pour : - Cancer de la prostate - Cancer de la

Plus en détail

Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement

Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement Hémorragies rétropéritonéales spontanées : du diagnostic au traitement Épidémiologie Fréquence Causes : Tumorales Vasculaires Troubles de la coagulation +++ Syndromes hémorragiques Traitements anti-coagulants

Plus en détail

Prise en charge post opératoire des patients opérés pour chirurgie neuro urologique

Prise en charge post opératoire des patients opérés pour chirurgie neuro urologique Mazerolles Michel CHU Rangueil TOULOUSE Sommaire 3 Prise en charge post opératoire des patients opérés pour chirurgie neuro urologique Type de neuropathies Sclérose en plaque (SEP) Tétra et paraplégie

Plus en détail

Les MICI de l enfant. Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand

Les MICI de l enfant. Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand Les MICI de l enfant Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand Introduction Maladie de Crohn (MC) Principale préoccupation chez l enfant Retentissement sur croissance et développement pubertaire Leur surveillance

Plus en détail

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins

RISQUES INFECTIEUX. Infections liées aux soins 1 RISQUES INFECTIEUX Infections liées aux soins 2 Quels sont les objectifs? Evaluer les risques infectieux Mettre en place les mesures préventives adaptées Le risque infectieux est lié à 3 éléments indissociables

Plus en détail

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION

LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION XXVIIIemes Journées Nationales D Hépatolo-gastroentérologie Et d Endoscopie Digestive LES CANCERS COLIQUES EN OCCLUSION K. Boukrouh, N.Baazizi, A,Chenibet,H.Boumahdi,N.Sididriss. D.Ouaret, K.Hail, A.Tertag,L.

Plus en détail

VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation

VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation Jean-Pierre LAABAN Hôtel-Dieu, Paris Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Syndrome obésité-hypoventilation (SOH) Défini par l existence d une

Plus en détail

ANESTHESIE ET OBESITE

ANESTHESIE ET OBESITE ANESTHESIE ET OBESITE TROIS CIRCONSTANCES : - CHIRURGIE BARIATRIQUE - CHIRURGIE PROGRAMMEE AUTRE - CHIRURGIE EN URGENCE ANESTHESIE ET OBESITE EVALUATION DES RISQUES CHIRURGIE BARIATRIQUE ET RISQUE ANESTHESIQUE

Plus en détail

Préface à la quatrième édition

Préface à la quatrième édition SOMMAIRE Préface à la quatrième édition XIII 1. Définition, classification, dépistage et épidémiologie de l insuffisance rénale chronique 1 Définition et classification de l insuffisance rénale chronique

Plus en détail

Les HBPM. Gestion pendant la grossesse. D. Chassard Hôtel Dieu Lyon

Les HBPM. Gestion pendant la grossesse. D. Chassard Hôtel Dieu Lyon Les HBPM Gestion pendant la grossesse D. Chassard Hôtel Dieu Lyon Modifications coagulation Augmentation Filtration Rénale Augmentation Volume Plasmatique Augmentation poids Gène retour veineux Normalisation

Plus en détail

RUPTURE TRAUMATIQUE DE L AORTE L THORACIQUE PERSPECTIVES MODERNES

RUPTURE TRAUMATIQUE DE L AORTE L THORACIQUE PERSPECTIVES MODERNES RUPTURE TRAUMATIQUE DE L AORTE L THORACIQUE PERSPECTIVES MODERNES Alain Verdant, MD FRCS (C) Chirurgien cardiovasculaire Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Université de Montréal RAPPEL ANATOMIQUE PORTION

Plus en détail

Vincent Lombard ACC. .distension liquide modérée des anses iléales de la fosse iliaque droite, .contrastant avec des anses jéjunales plates

Vincent Lombard ACC. .distension liquide modérée des anses iléales de la fosse iliaque droite, .contrastant avec des anses jéjunales plates Patiente de 87 ans, opérée d un remplacement valvulaire aortique. Dans les suites, syndrome occlusif avec distension abdominale, arrêt du transit et douleur. Persistance de quelques bruits hydro-aériques.

Plus en détail

29/11/2016. Réunion COH - 24 novembre

29/11/2016. Réunion COH - 24 novembre Conférence de consensus sur les infections urinaires nosocomiales SPILF AFU, novembre 2002 Définition des IN, mai 2007 Surveiller et prévenir les infections associées aux soins, SFHH, septembre 2010, références

Plus en détail

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification

Antalgiques. Evaluation de la douleur. Classification Réflexes Jamais 2 antalgiques du même palier OMS Jamais d association de 2 morphiniques Il est fréquent d associer un antalgique d action centrale à un antalgique d action périphérique Réévaluation régulière

Plus en détail

SURPRESSION PULMONAIRE

SURPRESSION PULMONAIRE SURPRESSION PULMONAIRE Docteur Claudia NASI Médecine Hyperbare 1.1 Rappels de Physique La pression P = Poids 0 Surface 10 m 20 m 30 m 40 m Surface 1 P Pression ( bar ) 2 3 4 5 P 6 S S La Surpression Pulmonaire

Plus en détail

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE

PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE HÔPITAL HENRI MONDOR PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR SERVICE DE CHIRURGIE REPARATRICE - Modalités de mise en œuvre du protocole de prise en charge de la douleur - Protocole de prise en charge

Plus en détail

Enquête régionale de prévalence. des infections nosocomiales 2009

Enquête régionale de prévalence. des infections nosocomiales 2009 Enquête régionale de prévalence des infections nosocomiales 2009 Résultats Régionaux 4904 patients, provenant de 30 établissements, ont été inclus dans l enquête de prévalence réalisée en 2009 en Franche

Plus en détail

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique?

Dossier n 4. QUESTION 1 Quel diagnostic évoquez-vous en premier lieu, et pourquoi? Quel autre signe recherchez-vous à l examen clinique? Dossier n 4 Un homme de 66 ans vous est adressé par son médecin traitant devant la découverte lors d un examen systématique d une masse abdominale pulsatile et expansive. Ses antécédents se résument à

Plus en détail

L œdème pulmonaire de haute altitude

L œdème pulmonaire de haute altitude OPHA survient chez des jeunes en pleine santé principale cause de décès en haute altitude mortalité : 44% en absence de descente et de traitement traitement médical efficace prévention efficace Mise à

Plus en détail