ETUDE DE L IMPACT DU VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION SUR L OFFRE ET LA DEMANDE DE BIENS ET DE SERVICES DE CONSOMMATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE DE L IMPACT DU VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION SUR L OFFRE ET LA DEMANDE DE BIENS ET DE SERVICES DE CONSOMMATION"

Transcription

1 142 rue du Chevaleret PARIS ETUDE DE L IMPACT DU VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION SUR L OFFRE ET LA DEMANDE DE BIENS ET DE SERVICES DE CONSOMMATION ETUDE REALISEE POUR LE MINISTERE DE L ECONOMIE DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE, DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES Anne Dujin, Franck Lehuédé, Thierry Mathé, Niclas Siunandan Sus la directin de Pascale Hébel Juin 2010 Département Cnsmmatin

2 SOMMAIRE SYNTHESE... 3 I. INTRODUCTION II. L IMPACT DU VIEILLISSEMENT DEMOGRAPHIQUE SUR LA CONSOMMATION POIDS DEMOGRAPHIQUE II.1.1Plus d un tiers de senirs en France en II.1.241% de plus de 50 ans à l hrizn II.1.3Le vieillissement démgraphique cncerne l ensemble des pays dévelppés LE PROCESSUS DE VIEILLISSEMENT II.1.4Le vieillissement bilgique II.1.5L âge d entrée dans la vieillesse bilgique II.1.6Perspectives psychscilgiques de la vieillesse POIDS ECONOMIQUE DES SENIORS II.1.7Un niveau de vie plus élevé parmi les senirs II.1.8Pids en termes de cnsmmatin II.1.9Prjectin à 10 ans QUATRE CATEGORIES DE SENIORS DEFINIES SELON DES ETAPES DE VIE II.1.10Les ménages de senirs actifs (36% des ménages senirs) II.1.11Les jeunes retraités de mins de 70 ans (26%) II.1.12Les retraités âgés en cuple (18%) II.1.13Les retraités âgés seuls (20%) III. LES EXPERIENCES ETRANGERES III.1 LES POLITIQUES PUBLIQUES III.1.1 Allemagne et Japn : un large éventail de plitiques publiques III.1.2 L Espagne et le Ryaume-Uni en phase de démarrage III.1.3 Les Etats-Unis et la Crée : deux stratégies aux antipdes III.1.4. Synthèse des expériences des plitiques publiques III.2 LES EXPERIENCES DES ENTREPRISES III.2.1 Les entreprises allemandes et japnaises nt dévelppé des stratégies marketing intégrant le vieillissement de la ppulatin III.2.2 L Espagne et le Ryaume-Uni : les entreprises peuvent encre amélirer la prise en cmpte du vieillissement III.2.3 Les entreprises créennes et américaines nt dévelppé une ffre à destinatin des senirs III.2.4 Synthèse des expériences des entreprises IV. LE CAS DE LA FRANCE IV.1L OFFRE DES ENTREPRISES FRANÇAISES IV.1.1 L ffre dédiée et segmentée IV.1.2 L ffre dédiée nn-segmentée IV.1.3L ffre nn-dédiée à cible élargie IV.1.4 L ffre nn dédiée dit intégrer les spécificités d usage des senirs IV.1.5Les secteurs ù il existe des pprtunités pur les entreprises françaises IV.2LES POLITIQUES PUBLIQUES...ERREUR! SIGNET NON DEFINI. IV.2.1 La prblématique de l innvatin...erreur! Signet nn défini. IV.2.2 Des acteurs de l innvatin diversement psitinnés... Erreur! Signet nn défini. IV.2.3 Le rôle des plitiques publiques pur favriser le dévelppement d une innvatin en faveur des biens et services à destinatin des senirs... Erreur! Signet nn défini. V. CONCLUSION CRÉDOC 2

3 SYNTHESE Aujurd hui, plus d un tiers de la ppulatin française a plus de 50 ans. Depuis dix ans, la crissance de la part des senirs dans la ppulatin s est frtement accélérée, avec un rythme annuel de 1,8%, cntre 0,3% par an sur les vingt années précédentes. Ce rythme devrait rester sutenu (1,1% par an) au curs des dix ans à venir. Purtant, la sciété française valrise plutôt la jeunesse, pur des raisns culturelles, et s intéresse relativement peu aux plus âgés. L allngement de l espérance de vie et l arrivée à l âge de la retraite de la première vague du baby-bm rendent nécessaire de mieux prendre en cmpte les mdes de vie des senirs. La Directin Générale de la Cmpétitivité, de l Industrie et des Services a demandé au CREDOC une étude sur l impact du vieillissement de la ppulatin sur les biens de cnsmmatin. Les bjectifs étaient d identifier et de quantifier les marchés de biens de cnsmmatin et de services pssédant un frt ptentiel de crissance chez les senirs, de définir les améliratins qui devraient être apprtées à l ffre existante et d élabrer des prpsitins de plitiques publiques visant à accmpagner les entreprises françaises dans la mise en place de stratégies à destinatin des senirs. Les résultats de l'étude mntrent que, à l'image de ce qui est fait dans d'autres pays, il serait pssible de dévelpper sensiblement plus le marché des senirs. Les secteurs à frt ptentiel de dévelppement snt ceux du lgement, des lisirs, de l équipement des fyers et de l habillement. Le pids crissant des senirs dans les dépenses de cnsmmatin d ici à 2015 A l hrizn de 2015, le pids des senirs (plus de 50 ans) dans les dépenses de cnsmmatin dépassera les 50%, sit plus que leur pids démgraphique (39%). Le marché des senirs représentera plus des 3/5 ème des marchés de l alimentatin à dmicile et des marchés de la santé. Les senirs nt tujurs cnsacré plus de 18% de leur budget à leur alimentatin et ils cntinuernt à le faire. Les génératins de senirs des dix prchaines années cnsacrernt des mntants imprtants aux prduits alimentaires nn préparés et de qualité. Outre leur pids imprtant dans les dépenses de santé, c est dans le dmaine des assurances que leurs dépenses snt, et devraient rester, les plus surreprésentées (56% des dépenses ttales d assurance snt le fait des senirs). D ici à 2015, les senirs pèsernt de façn plus significative dans l équipement du fyer (58% du marché). Au mment du passage à la retraite et du départ de leurs enfants, cette catégrie de la ppulatin est en effet celle qui déménage le plus. Elle équipe sn nuveau fyer et investit dans la décratin, vire dans les nuvelles technlgies. Dans le dmaine des lisirs, les principaux pstes de dépenses snt les vyages tut cmpris (34%), les services culturels et sprtifs (22%), les équipements de lisirs (16%) et la presse-papeterie (13%). La nuvelle génératin de senirs (génératin qui a entre 50 et 60 ans aujurd hui) est la plus attirée par la lecture et cntinuera à lire si les uvrages s adaptent aux difficultés visuelles qui s accrissent avec l âge. De plus en plus équipés en internet, les jeunes papy-bmers sernt nettement plus cnsmmateurs de technlgies de l infrmatin et de la cmmunicatin que les génératins plus âgées. CRÉDOC 3

4 Evlutin de la part des dépenses de cnsmmatin des senirs par secteur entre 2005 et 2015 Santé Alimentatin 64% 57% 60% 53% Autres services* Equipement Lisirs Part des dépenses senirs dans l'ensemble de la cnsmmatin Alcl-tabac Lgement Transprt Cmmunicatin Habillement Hôtels-restaurant Enseignement 27% 33% 51% 58% 58% 50% 57% 49% 54% 48% 52% 47% 51% 46% 44% 51% 49% 44% 45% 40% 43% 38% * : Le pste autres services est cmpsé à 64% d assurances, 18% de sins de beauté, 11% d autres services, 3% de sins persnnels, 3% de services financiers et 3% d effets persnnels. La méthde de prjectin utilisée est basée sur un mdèle intégrant les effets de génératin, d âge et de revenu. Une hypthèse de crissance des revenus de 1,6% par an a été retenue à l hrizn Surce : Insee, Enquête budget des familles, 2006 Calculs CRÉDOC. Les senirs purraient cnsmmer beaucup plus L allngement prévisible de la durée des carrières, l augmentatin de la part des dubles retraites chez les cuples âgés et les revenus du patrimine permettrnt de cntinuer à drainer des ressurces vers les senirs. Leur niveau de vie (revenu par unité de cnsmmatin) est supérieur à ce qu'il était en 1984 et reste plus élevé que celui des mins de 50 ans. Purtant, les dépenses de cnsmmatin diminuent au fur et à mesure de l avancée en âge pur atteindre seulement par ménage et par an chez les plus de 80 ans vivant à dmicile. La perte d autnmie se traduit par des mbilités très réduites et dnc par des dépenses de cnsmmatin très faibles. Si bien que le taux d épargne des senirs s'accrît avec l'âge ; il est en myenne de 17% cntre seulement 1% chez les mins de 50 ans en raisn ntamment du frt endettement des mins de 29 ans. La diminutin de la cnsmmatin est en partie liée à une ffre de prduits et services et à des mdes de distributin inadaptés aux cnditins de vie des senirs. Une partie nn négligeable de leur épargne purrait être cnsacrée à la cnsmmatin de prduits et services mieux adaptés à leurs mdes d existence et à leurs capacités physiques. CRÉDOC 4

5 Dépenses de cnsmmatin et revenu en eurs par ménage et par an seln l âge du chef de ménage pur les ménages vivant à dmicile <29ans 30-39ans 40-49ans 50-59ans 60-69ans 70-79ans >80ans Mntant ttal des revenus hrs ressurces exceptinnelles en eurs Cnsmmatin ttale Surce : Insee, Enquête budget des familles, 2006 Calculs CRÉDOC. Quatre prfils de cnsmmatin Si, pur les 10 ans à venir, le ptentiel de dévelppement des marchés se situe auprès des ans de par leur frte crissance démgraphique sur la péride, il existe également un ptentiel auprès des plus de 70 ans qui snt, aujurd hui, structurellement suscnsmmateurs. Le crisement entre le fait d être actif u nn, de vivre seul u pas et l âge physilgique, a cnduit le CREDOC à définir quatre catégries de ménages de plus de 50 ans expérimentant des situatins de vie très différentes, ce qui les amènent à avir quatre prfils de cnsmmatin spécifiques. Les ménages de senirs actifs (36% des ménages senirs), avec au mins une persnne du cuple en activité, vivent une péride ù se télescpent l entrée de leurs parents dans le grand-âge, le départ prgressif de leurs enfants et les premiers signes du vieillissement. 41% nt encre au mins un enfant à charge. Leurs revenus snt élevés et représentent 46% de l ensemble des revenus des senirs. Ces ménages nt un taux d épargne de 15% et le niveau de cnsmmatin le plus élevé des quatre prfils ( par an et par ménage). Actifs, ils nt de très frtes dépenses en transprt mais, par cntre, cnsacrent une part mins imprtante de leur budget au lgement. Ils y passent mins de temps et nt dnc des dépenses énergétiques plus faibles. Leurs dépenses en restauratin, cmmunicatin, habillement et lisirs snt plus imprtantes que celles des autres cibles. Avec l arrivée des classes d âge du baby-bm à 50 ans, cette catégrie va crître. Par ailleurs, leur taux d épargne élevé permet d envisager une hausse sensible de leurs dépenses de cnsmmatin dans les 10 ans à venir. CRÉDOC 5

6 Age, revenu, niveau de vie, cnsmmatin et taux d épargne des différentes catégries de ménages vivant à dmicile Nn senirs Mins de 50 ans Ménages de sénirs actifs Ménages de jeunes retraités (mins de 70 ans) Senirs Retraités âgés en cuple Retraité âgé seul Age myen 37 ans 55 ans 63 ans 77 ans 79 ans Revenu dispnible brut Niveau de vie Cnsmmatin Taux d'épargne 1,0% 15,0% 8,0% 28,1% 24,6% Surce : Insee, Enquête budget des familles, 2006 Calculs CRÉDOC. Parts des différents pstes de cnsmmatin seln les catégries de ménages vivant à dmicile 100% 90% 16% 17% 14% 10% 7% 80% 13% 15% 17% 20% 19% 70% 60% 16% 14% 15% 16% 25% 50% 11% 12% 12% 11% 9% 40% 30% 20% 11% 12% 9% 8% 14% 15% 6% 5% 15% 4% 10% 23% 23% 21% 22% 21% 0% Nn senirs Ménages de sénirs actifs Ménages de jeunes retraités (mins de 70 ans) Retraités âgés en cuple Retraité âgé seul Autres Habillement Autres services Lisirs Lgement Alimentatin Transprt Surce : Insee, Enquête budget des familles, 2006 Calculs CRÉDOC. CRÉDOC 6

7 Les jeunes retraités de mins de 70 ans (26% des ménages senirs) nt des niveaux de dépenses de cnsmmatin élevés par rapprt à leur niveau de revenu. Leur taux d épargne n est que de 8%. Une fis passée à la retraite, cette catégrie a besin de se cnstruire une nuvelle identité en dehrs de la dimensin activité. Pur cela, elle cntinue d acheter des vêtements et investit dans l équipement de sn fyer. Ayant du temps et bénéficiant d un bn état de santé, elle maintient des dépenses de transprt relativement élevées, vyage u réalise des srties culturelles. Les ménages de retraités âgés en cuple (18%) nt des ressurces financières relativement élevées ( par an) mais un niveau de dépenses de cnsmmatin relativement faible. Le taux d épargne de cette cible est en effet très imprtant : 28%. Sn premier pste de dépenses est celui de l alimentatin (1/5ème des dépenses) ; vient ensuite le pste du lgement. Elle privilégie les dépenses de santé et d assurance et s intéresse relativement peu à l habillement, aux lisirs, à la cmmunicatin u au transprt. Avec l avancée en âge, le prcessus de vieillissement fnctinnel cmplique la relatin à l envirnnement (uïe, vue), à l autnmie (équilibre, mbilité, suplesse) et au plaisir (gût, drat). L usage des prduits et services, s ils ne snt pas adaptés u spécifiquement dédiés à cette cible, se réduit dnc sensiblement, et de ce fait, les dépenses de cnsmmatin. Avec une ffre adaptée, la cnsmmatin de ces ménages purrait augmenter de 15 pints si leur taux d épargne n atteignait que 13%. Les retraités âgés seuls (20% des ménages senirs) snt mins à l aise financièrement, même s ils épargnent presque autant (taux d épargne de 26%) que les retraités en cuple. Ils cnsmment dnc très peu, de ce fait la part du lgement dans leur budget est élevée. Plutôt qu'à l équipement du fyer, les persnnes âgées seules préfèrent cnsacrer leurs dépenses à leur cnfrt et à leur avenir (services à dmicile, lgement et assurances). Ces persnnes dépensent mins en santé que la catégrie des retraités âgés en cuple (-8%), sans dute parce que la slitude les cnduit à mins se prendre en charge. Pur la même raisn, elles dépensent nettement mins en transprt que la catégrie précédente (-26% pur la dépense par individu) ainsi qu en lisirs (-7%) et en habillement (- 7%). De frts ptentiels existent dnc pur ces secteurs. Des pprtunités pur les entreprises françaises Si les entreprises françaises nt dévelppé une ffre destinée aux plus de 50 ans, il reste cependant des pprtunités à saisir. Celles-ci cncernent l adaptatin des biens et services aux pertes de capacités physiques. Si l adptin des principes du design universel 1 évlue très vite du côté des grandes entreprises, les PME restent largement en dehrs de ce muvement. Cela cncerne tus les secteurs de la cnsmmatin. Tutefis, les entreprises de l équipement du lgement, du bâtiment, des lisirs, des hôtels-restaurants et du cmmerce divent tut particulièrement réfléchir leur ffre en ce sens, tant il est nécessaire pur elles de tenir cmpte du vieillissement physique sus peine de vir les senirs se déturner des prduits et services qu elles prpsent. Le secteur alimentaire purrait ainsi dévelpper encre plus d ffres de préventin sans but curatif cncernant les maladies cardivasculaires, l stéprse u les sins de peau. L ffre française reste encre assez faible en ce qui cncerne les prthèses auditives, même si depuis quelques années, de nuveaux acteurs apparaissent sur ce marché. L ffre de lunettes, verres et lentilles semble, quant à elle, assez dévelppée. D autres pprtunités existent du côté de l adaptatin des biens et services aux évlutins des mdes de vie. Les secteurs les plus cncernés snt les lisirs, tels que les véls d appartement, 1 Le design universel u design pur tus vise à cncevir, dévelpper et mettre sur le marché, des prduits, des services, des systèmes u des envirnnements curants qui sient accessibles et utilisables par le plus large éventail pssible d usagers. CRÉDOC 7

8 les transprts, les hôtels-restaurants. Le secteur de l équipement de la maisn devrait également prpser une ffre jeune senir en travaillant autur des étapes de vie (cmme le départ des enfants, la crissance du temps libre et celle du temps passé au fyer). Certains secteurs vnt également devir faire face à des changements imprtants dans les attentes de leurs clients. C est le cas du dmaine technlgique. Si les entreprises nt bien anticipé le fait que les retraités pssèdent de plus en plus d rdinateurs et surfent sur Internet, elles divent se préparer à une évlutin de la demande de leurs clients. Les baby-bmers nt nettement plus de cmpétences que leurs aînés en matière infrmatique. Leurs usages sernt également plus étendus et plus fréquents. La demande de simplicité restera sans dute d actualité, mais les besins de services sernt plus turnés vers le caching et l accmpagnement dans un usage persnnalisé d un utilisateur à l autre. C est également le cas des chaînes de vêtements senirs qui devrnt tenir cmpte du fait que les baby-bmers cntinuernt à la retraite de prter une attentin tute particulière à leur esthétique. Figure 1 : Les pprtunités pur les entreprises françaises Avant retraite Mdes de vie Dépenses imprtantes Lgement Lisirs Ptentiel de crissance TIC Fnctinnel Dépenses imprtantes Alimentatin Equipement du fyer Ptentiel de crissance imprtant Jeunes retraités Mdes de vie Dépenses imprtantes Lgement Vacances Lisirs Sins du crps Ptentiel de crissance Vêtement TIC Fnctinnel Dépenses imprtantes Alimentatin Transprt Equipement du fyer En cuples Mdes de vie Dépenses imprtantes Lisirs Vacances Ptentiel de crissance Vêtement TIC Sins du crps Fnctinnel Dépenses imprtantes Alimentatin Santé Ptentiel de crissance Transprt Equipement du fyer Retraités âgés Seuls Fnctinnel Dépenses imp Santé Alimentatin Services à la persnne Ptentiel Equipement du fyer Secteurs ù l ffre des entreprises françaises est aujurd hui insuffisante u nécessite d être adaptée Surce : CRÉDOC, 2010 CRÉDOC 8

9 Les enseignements des expériences étrangères Les cmparaisns internatinales fnt apparaître que les initiatives des puvirs publics peuvent juer un rôle clé dans le dévelppement et la structuratin du marché des senirs. Les plitiques d innvatin et leur adaptatin à la prblématique du vieillissement nt une dimensin centrale. C est d abrd en amnt de la prductin des biens et services, sur les aspects de cnceptin et de design, que les instruments de plitique publique peuvent être mbilisés pur rienter l ffre à travers l'animatin, la veille et la mise en réseau des acteurs (acteurs de l innvatin, entreprises, cnsmmateurs ). Il s agit ntamment de diffuser des ntins telles que le design universel dans les appels à prjet u de faire cnnaître les bnnes pratiques internatinales en la matière, pur faire apparaître le dévelppement d un marché adapté aux senirs cmme un enjeu prteur. Les marchés des senirs snt nettement plus avancés dans les pays ayant mis en place de telles actins publiques. Les pays les plus vieillissants cmme le Japn et l Allemagne nt mis en place de nmbreuses actins publiques à destinatin des entreprises. En Allemagne, le prgramme «Age, un facteur écnmique» a été lancé par le Ministère fédéral de la famille, des retraites, des femmes et de la jeunesse en 2009 sur tris ans. Destinée aux PME, cette actin s est cncrétisée autur d une platefrme d échanges et de rencntres et a été assciée aux prgrammes de sutien aux PME dans le lancement d innvatins. Au Japn, dès 1994, a été mis en œuvre un cadre réglementaire rendant bligatire l accessibilité aux senirs dans les lieux et transprts publics. Des standards industriels nt été élabrés visant à encadrer l industrie dans le dévelppement de prduits destinés aux persnnes âgées. En Crée du Sud, bien que la ppulatin âgée ne sit pas très imprtante, un plan stratégique pur l innvatin vis-à-vis des ppulatins âgées a été mis en place dès Les initiatives publiques nt placé les PME au centre de l industrie des senirs. En 2005, le «Senir friendly industry prmtin prgram» a sutenu l effrt industriel dans les secteurs de la rbtique et des TIC et des bjets ergnmiques. L Etat a mis en place des infrastructures nécessaires à la recherche et au dévelppement des prduits. Au Etats-Unis, les plitiques publiques créent un cadre favrable aux initiatives privées. Ainsi, l AgeLab du MIT u le Plan d Actin Stratégique de l Administratin dédiée aux persnnes âgées est financé en partie par des entreprises privées. Dans ces quatre pays, les entreprises nt dévelppé à la suite de ces incitatins le cncept de design pur tus qui vise à la simplificatin d utilisatin des prduits. Les facteurs de succès d une stratégie d entreprise vieillissement de la ppulatin visant à tenir cmpte du On peut définir des facteurs clés de succès pur une entreprise cherchant à tenir cmpte du vieillissement de la ppulatin dans ses stratégies de dévelppement : Mettre en place une démarche transversale : Sus l impulsin de la directin générale, les équipes marketing, R&D et design divent travailler de cncert. Le recurs à des designers et des cabinets de cnseil spécialisés permet de bénéficier d une expertise indispensable cncernant une ppulatin spécifique et suvent mal cnnue des entreprises. Il faut alrs réaliser des études qualitatives d bservatin pur bien cmprendre les pratiques des ppulatins senirs. Plus que d autres cibles, les senirs CRÉDOC 9

10 refusent d exprimer leurs besins. Il est dnc nécessaire de les suivre dans leur qutidien pur cmprendre leurs pratiques. Cncevir des prduits u services adaptés aux évlutins des mdes de vie : Les jeunes senirs encre en activité n nt pas les mêmes besins que les jeunes retraités en bnne santé, ni que les persnnes âgées en cuple u seules. Cncevir des prduits u services adaptés aux évlutins physiques : Les pertes crissantes de capacités physiques liées au vieillissement impliquent la créatin de nuveaux prduits u services intégrant des aspects santé. Elles impsent surtut leur adaptatin via la prise en cmpte des principes du design universel. Prmuvir les prduits u services en valrisant la répnse au besin sans stigmatisatin sur un âge. Dans ns sciétés, la vieillesse est sumise à une vlnté de dissimulatin sciale. La valeur de l'autnmie individuelle tenant une place imprtante, la «perte d'autnmie» revêt un aspect particulièrement dramatique. Penser l ffre cmme devant s adapter aux exigences de la génératin des baby-bmers. Tant les valeurs (liberté, individualisme), que les attitudes (exigences vis-à-vis des fabricants, appétit cnsmmatire) u les cmprtements (usage crissant des TIC) fnt que la nuvelle génératin de senir sera très différente des génératins plus âgées. Les entreprises devrnt penser à mdifier leur ffre à l aune de ces dimensins. CRÉDOC 10

11 I. INTRODUCTION Suvent l âge d entrée dans le mnde des senirs est fixé à cinquante ans 2. Cet âge est perçu cmme une étape cnstituée de plusieurs ruptures imprtantes dans les mdes de vie. Sur le plan financier, la cinquantaine marque à la fis l apgée de la vie prfessinnelle et l accès à une certaine aisance financière de par le début de la transmissin d héritages et la fin des rembursement des emprunts immbiliers. Sur le plan de la vie privée, le départ des enfants et le sentiment d être en bnne santé amènent à privilégier des activités nuvelles de lisirs et à devir faire évluer ses relatins de cuple. L arrivée à la cinquantaine est également accmpagné de changements négatifs, les premiers signes du vieillissement, et une certaine marginalisatin prfessinnelle, l inquiétudes pur la retraite, un changement de la relatin établie avec ses prpres parents qui, expérimentant le grand âge, nt besin d être accmpagné, vire pris en charge A l évidence, n ne peut abrder les plus de 50 ans d un blc. Il est imprtant d isler différents âges, cnstitués par la péride précédant la cessatin d activité, le temps de plus en plus lng de la retraite active, l entrée prgressive dans la vieillesse, puis un jur, peut-être, la dépendance. La retraite active cnstitue une phase particulièrement intéressante dans la mesure ù elle s allnge et tend à devenir une situatin vécue par la quasi-ttalité des senirs. La retraite active représente aussi un enjeu car elle va cncerner les génératins d après guerre qui arrivernt à cette phase de leur vie beaucup plus nmbreuses (+40%), écnmiquement plus riches et culturellement différentes (génératins décidées à faire autrement, à faire ses prpres expériences, génératins ayant cnnu la phase de dévelppement de la sciété de cnsmmatin) de la génératin qui l a précédée. Les senirs de 2015 ne sernt pas les mêmes que ceux du passé. En myenne, leur situatin sera meilleure sur les plans physiques et financiers. Ces deux éléments sernt prpices à la cnsmmatin. Ce sernt les premières chrtes de senirs, bénéficiant massivement d un niveau de santé et de frme élevés (hausse de l espérance de vie ttale et de vie en bnne santé). Ils aurnt bénéficié de carrières prfessinnelles cmplètes et de dubles surces de rémunératin au sein des cuples. Ce sernt les dernières chrtes de senirs à ne pas faire les frais du déséquilibre du système de retraites par répartitin. Leur appétit cnsmmatire sera également plus élevé que celui des génératins précédentes. Pur cmprendre l impact du vieillissement de la ppulatin sur les marchés des biens et services de cnsmmatin, nus avns engagé une démarche cnstituée de quatre étapes. A partir d une analyse dcumentaire et de traitements des enquêtes de l INSEE, particulièrement le système d enquête «Budget des Familles», nus avns mesuré l ampleur du phénmène démgraphique de vieillissement de la ppulatin en France. Nus en avns étudié les cnséquences sur les plans bilgiques, cgnitifs et psychscilgiques. Nus avns alrs mesuré le puvir d achat des senirs à l hrizn 2015 et évalué les secteurs des biens et de services de cnsmmatin pssédant un frt ptentiel de dévelppement du fait du vieillissement de la ppulatin. Cela nus a amené à définir quatre catégries de ppulatin de senirs ayant des cmprtements de cnsmmatins différents. Des études dcumentaires et une duzaine d entretiens auprès d acteurs publics et privés dans six pays étrangers (USA, Japn, Crée, Espagne, Allemagne et Ryaume Uni) nus nt permis d identifier les actins privées et publiques mises en place dans ces pays afin de tenir cmpte du vieillissement de la ppulatin. Nus avns alrs chercher à en retirer les bnnes pratiques transférables en France. 2 Jean-Paul TREGUER, Le senir marketing. Ed DUNOD CRÉDOC 11

12 Grâce à une dizaine d entretiens auprès des acteurs français identifiés cmme actifs sur la cible marketing de senirs et à une analyse dcumentaire, nus avns évalué l ffre dévelppée par les entreprises françaises en directin des senirs et sn adaptatin à leurs besins. Nus en avns déduit les secteurs sur lesquels il existe des pprtunités de dévelppement. Nus avns également cherché à définir de bnnes pratiques pur abrder ce marché. Des entretiens auprès d rganismes publics nus nt permis d évaluer les actins publiques d res et déjà existantes qui purraient permettre d infrmer, d inciter u de cntraindre les entreprises à prendre en cmpte le vieillissement de la ppulatin dans leurs stratégies. Nus avns ensuite prpsé des actins et des mesures de plitique publique visant à inciter les entreprises à innver et à dévelpper de nuveaux prduits u services à destinatin des senirs. Tableau 1 : Entretiens réalisés Entretiens - Experts APCI (Agence pur la Prmtin de la Créatin Industrielle) SCHNEIDER Jean Cité du design FRANCES Elsa CARAES Marie-Claude Universel design PRODEL Jean-Yves L'écle du design GUELLERIN Claude CREDOC LOONES Anne Senir Strategic SERRIERE Frédéric Université Paris Dauphine GUIOT Denis Université de Bretagne Sud BOULBRY Gaëlle Université du Havre BAHUAUD Myriam Entretiens - Entreprises CIV CHAMBRIER Claire Maisn HOJO DEMAISON Franck Grupe SEB MOUTERBE Pierre Ikea AUBERTIN Karin CARI COULOUMIE Philippe Icade Prmtin VILLEBONNE Hubert de Vacances Bleues YUNG Mariane Grupe Krian DENORMANDIE Philippe GrandAuditin ABITTAN Jnathan Ministère de l'écnmie - Missin service à la persnne ROUX Patrick ORDISSIMO DEPIERRE Eric Assciatin de l'art Urbain VASPAR Aude Entretiens - Plitiques publiques DGCIS - Bureau des plitiques d'innvatin et de technlgie PREVORS Linel Sprtaltec CHABROUX Thierry Eurbimed YVORRA Alain ANR - Département des Sciences et technlgies de l'infrmatin BOICE Jean-Yves Ose - Directin agralimentaire VOYATZAKIS Ariane Ose - Directin multimedia et services DARNIGE Anne Nus remercins les persnnes ayant accepté de répndre à ns questins. Ce rapprt dit beaucup à leur cntributin. CRÉDOC 12

13 II. L IMPACT DU VIEILLISSEMENT DEMOGRAPHIQUE SUR LA CONSOMMATION Aujurd hui, plus d un tiers de la ppulatin française a plus de 50 ans. Sur les 10 dernières années, la crissance de la part de senirs dans la ppulatin s est frtement accélérée, augmentant à un rythme annuel de 1,8%, cntre 0,3% par an sur les 20 années précédentes. Entre 1999 et 2009, le nmbre de senirs a ainsi crû de 4,1 millins d individus. Cette hausse a été nettement plus frte que celle enregistrée durant les 20 années précédentes ù les plus de 50 ans avaient prgressé de 2,4 millins. Le rythme de crissance annuel des plus de 50 ans devrait rester sutenu au curs des 10 prchaines années (1,1% par an) pur atteindre 25,4 millins d individus en 2020 (+3,7 millins de persnnes en 10 ans). Ce chapitre débute par une présentatin du pids démgraphique des plus de 50 ans en France en 2009 et de sn évlutin jusqu en Il abrde ensuite la ntin de vieillissement en y intégrant ses deux cmpsantes, bilgiques et psychscilgiques. Il s agit alrs de dresser un état des lieux des transfrmatins physiques et psychiques auxquelles fnt face les individus en avançant en âge. Nus nus appuyns alrs sur ces deux dimensins pur dresser une typlgie des plus de 50 ans. La quatrième partie de ce chapitre abrde le puvir d achat des senirs tant sur les aspects revenus que patrimine. La dernière partie analyse enfin les cmprtements de cnsmmatin de ces différentes classes d âge et leurs évlutins jusqu en POIDS DEMOGRAPHIQUE II.1.1 Plus d un tiers de senirs en France en 2009 En 2009, 21,9 millins de Français nt plus de 50 ans. Les senirs représentent 36% de la ppulatin résidant en France métrplitaine, 19,5% de la ppulatin a aujurd hui entre 50 et 64 ans (53,3% de senirs), 11,6% a entre 65 et 79 ans (32,2% des senirs) et 5,2% 80 ans et plus (14,5% des senirs). Graphique 1 : Nmbre de persnnes âgées de plus de 50 ans résidant en France métrplitaine en ans ans ans ans ans ans ans ans ans ans et plus Surce : INSEE, Etat civil CRÉDOC 13

14 Ce pids imprtant des ans parmi les senirs prvient du fait qu il s agit des premières classes d âge nmbreuses nées après guerre au mment du baby-bm. A l épque, entre 1946 et 1973, la France a cnnu chaque année plus de naissances 3. Par ailleurs, ces classes jeunes snt encre peu cncernées par les décès. II % de plus de 50 ans à l hrizn 2020 La prgressin de la part de senirs dans la ppulatin, relativement faible tut au lng des années 80 et 90 (+1,6 pint), s est accélérée à partir du début des années 2000, gagnant 5,8 pints entre 1999 et Cette crissance devrait se pursuivre sur un rythme à peine plus faible jusqu en L INSEE estime que les senirs représenternt alrs 40,5% de la ppulatin résidant en France métrplitaine, sit 25,4 millins d individus. En 2020, 19,5% de la ppulatin résidant en France métrplitaine aura entre 50 et 64 ans (identique à 2009), 16,8% entre 65 et 79 ans à (+5,2 pints) et 6,2% 80 ans et plus (+1 pint). Sur les dix dernières années, la crissance de la part des senirs s est principalement cncentrée sur les ans. Dans les 10 prchaines années, elle cncernera quasi exclusivement les ans. Graphique 2 : Evlutin de la répartitin de la ppulatin âgée de 50 ans et plus dans l ensemble de la ppulatin résidant en France entre 1979 et ,6% 29,2% 29,7% 29,5% 30,2% 1,2% 1,5% 1,9% 1,7% 1,0% 1,7% 2,0% 2,1% 1,9% 2,2% 2,9% 3,0% 3,1% 2,3% 2,7% 3,8% 3,8% 2,6% 3,6% 4,2% 2,9% 4,5% 4,5% 4,7% 4,7% 3,3% 5,0% 5,2% 5,1% 4,8% 5,4% 5,5% 5,5% 5,0% 4,6% 40,5% 38,0% 3,4% 36,0% 3,0% 34,0% 2,4% 2,8% 1,7% 2,9% 2,8% 3,4% 2,7% 3,4% 3,6% 3,6% 3,7% 5,4% 3,9% 4,2% 5,7% 6,0% 4,1% 4,2% 4,3% 5,8% 6,2% 6,3% 6,4% 6,7% 6,4% 6,6% 85 + ans ans ans ans ans ans ans 5,9% 5,8% 5,3% 4,8% 5,4% 6,8% 6,8% 6,7% 6,6% ans Surce : INSEE 3 Surce : Surce : INSEE, statistiques de l état civil. CRÉDOC 14

15 La crissance des senirs dans la ppulatin française est la cnséquence de tris effets : La relative faiblesse de la natalité jusqu au début des années 2000 amène à ce qu il y ait relativement mins de jeunes cmparativement aux ainés. Le taux de fécndité par femme était de 2,48 en Il est passé à 1,81 en 1985 et même 1,71 en 1995, avant de crître à nuveau pur atteindre 1,88 en 2000 et 2 en L arrivée à 50 ans des classes d âge nmbreuses d après guerre, les baby-bmers 5. L allngement de l espérance de vie à la naissance puis à 60 ans, due à l améliratin générale des cnditins de vie, à la qualité des prises alimentaires et des pratiques de santé. L espérance de vie des femmes à 60 ans est ainsi passée de 12,7 ans en 1900, à 25,1 ans en 1999, 26,7 ans en 2009 et devrait atteindre 27,8 ans en Celle des hmmes s est également accrue pur passer de 13,9 ans en 1900 à 20 ans et 1999, 21,7 ans en 2009 et 23 ans en La crissance des senirs dans la ppulatin jusqu en 2020 s accmpagnera d une légère féminisatin de la ppulatin. En effet, en 2009, si parmi les ans, la part des femmes est quasiment identique à celle des hmmes (respectivement 51%, cntre 49%), celle-ci s accrît avec l avancée en âge. Les femmes représentent ainsi 57% des ans et 66% des 80 ans et plus. II.1.3 Le vieillissement démgraphique cncerne l ensemble des pays dévelppés Ce prcessus de vieillissement n est pas seulement le fait de la France. D après l ONU, la ppulatin mndiale devrait crître régulièrement de 6,5 milliards d individus en 2005 à 8,2 en Le vieillissement de cette ppulatin se dessine de manière inexrable, la ppulatin des mins de 25 ans diminuant de 46% en 2005 à 38% en 2030, tandis que celle des 65 ans et plus crîtrait de 7,5% à près de 12%. Si bien que l âge myen s élèverait de 28 à 34 ans entre 2005 et Le nmbre de persnnes âgées 65 ans et plus fera plus que dubler (près d un milliard d individus en 2030) tandis que celui des mins de 25 ans ne crîtra que de 2,8 à 3,1 milliards d individus. Tableau 2 : Evlutin de la ppulatin mndiale entre 2005 et Milliards d individus 6,5 6,8 7,6 8,2 Mins de 25 ans (%) 45,8 44,6 40,7 38,2 65 ans et plus (%) 7,4% 7,7% 9,4% 11,8% Age myen (ans) 28,1 29,3 31,6 34,0 Surce : ONU, Wrld Ppulatin Prspects, 2004, hypthèse myenne. 4 Surce : INSEE, statistiques de l état civil, recensement de la ppulatin. 5 Cf. ibid. 6 Surce : INED. CRÉDOC 15

16 Les pays dévelppés, cnnaissent des évlutins similaires vire même, pur certains, plus marquées que celle de l hexagne. C est le cas du Japn qui verra la prprtin de persnnes âgées de 65 ans et plus passer de 20% à 31% de sa ppulatin entre 2005 et C est également le cas de l Italie (20% à 24,5%) u de l Allemagne (18,8% à 22,1%). La France se situe dans la myenne eurpéenne. L Eurpe apparaît d ailleurs cmme particulièrement plus âgée que le reste du mnde. En effet, alrs qu en 2005, 7,1% de la ppulatin mndiale est âgée de 65 ans u plus, c est le cas de 15,8% de la ppulatin eurpéenne. L âge médian de la ppulatin mndiale reste jeune (la mitié est âgée de mins de 28,1 ans en 2005). En Eurpe, il atteint 39 ans. Dans l Unin eurpéenne à 25, le slde démgraphique est faible, vire négatif dans certains pays (Espagne, Allemagne, Italie...). La ppulatin eurpéenne devrait dnc stagner en valeur abslue (autur de 2% sur la péride ) et inexrablement vieillir : entre 2005 et 2030 le nmbre des senirs retraités devrait augmenter de plus de 40%, et celui des persnnes très âgées (80 ans et plus) de 75%. Graphique 3 : Evlutin de la prprtin de persnnes âgées de 65 ans et plus dans différents pays dévelppés entre 2005 et 2020 Japn 20,0% 31,0% Italie 20,0% 24,5% Allemagne 18,8% 22,1% Unin Eurpéenne à 25 16,6% 20,6% France métrplitaine Espagne Ryaume Uni 20,8% 16,6% 19,2% 16,5% 18,8% 16,0% USA Plgne 13,2% 12,9% 17,4% 17,7% Crée 10,3% 14,3% Surce : Perspectives démgraphiques de la France et de l Eurpe à l hrizn 2030, Ppulatin et avenir, mai 2005 CRÉDOC 16

17 LE PROCESSUS DE VIEILLISSEMENT Peut-n cnclure des seules évlutins démgraphiques que la ppulatin française et eurpéenne vieillit? On pressent assez facilement que les senirs d aujurd hui bénéficient d un état de santé général bien meilleur que celui des génératins passées. «Le vieillissement apparaît cmme un prcessus bilgique évlutif, cmplexe et multifactriel, en interactin avec l envirnnement physique, scial et culturel dans lequel vivent les ppulatins». 7 Si l n adhère à cette analyse, le vieillissement individuel dit dnc être étudié à travers sa duble dimensin bilgique et psychscilgique. La première renvie à la définitin que l Organisatin Mndiale de la Santé (OMS) dnne du vieillissement cmme «un prcessus graduel et irréversible de mdificatins des structures et des fnctins de l rganisme résultant du passage du temps» 8. La secnde renvie à la perceptin que chaque individu a de sn prpre vieillissement et aux étapes sciales de celui-ci. II.1.4 Le vieillissement bilgique Le gérntlgue Gérard Kreutz estime que le vieillissement tuche l ensemble des capacités fnctinnelles et physilgiques, lesquelles diminuent prgressivement. Pur lui, les changements cmmencent à se faire sentir à partir de ans et restent généralement minimes jusqu à 60 ans 9. Ils s accentuent par la suite. Le prcessus de vieillissement bilgique représente ainsi l ensemble des mécanismes qui diminuent prgressivement la capacité de l rganisme à faire face aux exigences variables de l envirnnement et finissent par mdifier la structure et les fnctins des rganes assurant les fnctins vitales essentielles 10. Les expressins du vieillissement bilgique snt nmbreuses. Nus présentns ici celles qui nus nt parues devir être prises en cmpte par les entreprises dans leurs démarches stratégiques. Nus les regrupns en deux catégries, celles d rdre fnctinnel et celles d rdre cgnitif. Le vieillissement fnctinnel Il a trait à la relatin à l envirnnement (uïe, vue), à l autnmie (articulatin) et au plaisir (gût, drat). Les déficiences visuelles cncernent la diminutin de l acuité u le rétrécissement du champ visuel, l pacité du cristallin, l atrpie de la cnjnctivite, la baisse de la sensibilité de la crnée, l affinement de la rétine. L iris devient plus rigide (presbytie). Ces mdificatins entraînent une perte d adaptatin à la lumière et à l envirnnement et deviennent majritaires parmi les ppulatins âgées de plus de 80 ans. En effet, 29% hmmes et 38% des femmes âgés de ans déclarent une déficience visuelle. Ces prprtins passent respectivement à 68% et 71% après 90 ans. Les déficiences auditives renvient à l épaississement de la membrane du tympan, la diminutin du nmbre de cellules ciliées dans l rgane de Crti, la perte de neurnes cchélaires. Elles entrainent une gêne causée par des bruits de fnd, la perte d auditin des hautes et basses fréquences et la diminutin de la perceptin et de la cmpréhensin du langage. Entre 60 et 69 ans, les hmmes semblent plus cncernés que les femmes (32%, 7 Nicle Chapuis-Lucciani, «Le vieillissement humain : un prblème de sciété», INRS, «L empli et la santé au travail des senirs en Eurpe», Hygiène et sécurité au travail», p51, - 1er trimestre Gérard KREUTZ, débats d Eurgrip cnsacrés aux senirs et aux risques prfessinnels, Bernard CASSOU, «Mesurer le vieillissement bilgique», in Jean-Claude HENRARD, «Vieillissement et âge : âge et représentatin de la vieillesse», Actualité et dssier en santé publique, n 21, décembre CRÉDOC 17

18 cntre 15%). Ce rapprt s inverse prgressivement avec l avancée en âge. Après 90 ans, 52% des hmmes et 64% des femmes snt cncernés par des déficiences auditives. Tableau 3 : Taux de prévalence des déficiences visuelles et auditives seln le sexe ans hmmes 90 ans et plus femmes 90 ans et plus ans ans ans ans ans déficience visuelle 29% 38% 54% 68% 38% 50% 62% 71% déficience auditive 32% 44% 50% 52% 15% 26% 43% 64% Surce : Enquêtes Handicap-Incapacités-Dépendance Pur les persnnes âgées, les pertes des facultés auditives u visuelles snt un facteur de slitude, de repli sur si. Elles rendent plus difficile les sins de santé alrs même que l avancée en âge s accmpagne d une crissance des pathlgies générales chrniques fréquentes et plus u mins invalidantes. Elles cntribuent à limiter la capacité d autnmie des persnnes qui s en remettent aux aidants. La perte de l autnmie s illustre à travers des pertes d équilibre, de mbilité et de suplesse. Elle est liée à la diminutin de la masse et de la frce musculaire, de la masse sseuse, des capacités perceptiv-mtrices, au vieillissement vestibulaire et à la baisse de la sensibilité prpriceptive (systèmes nerveux). Tus ces éléments entrainent une diminutin des capacités d équilibre tant statiques (immbile) que dynamiques (en muvement), un ralentissement des muvements et une baisse des réflexes. La démarche devient hésitante. La perceptin de la psitin et de l état des différentes parties du crps est mins bnne. La persnne est mins alerte pur s habiller. Ces évlutins snt nettement plus frtes chez les femmes que chez les hmmes. On estime que 30% des persnnes de plus de 65 ans et 40% des plus de 80 ans chutent au mins une fis par an. Par ailleurs, les défrmatins sseuses et l arthrse snt surces de duleurs et renfrcent la difficulté à la préhensin des bjets. Lever des pids lurds devient difficile, tut cmme faire le ménage, cuisiner u même se vêtir. Ces évlutins tuchent d avantage les membres inférieurs. Graphique 4 : Evlutin de la masse sseuse avec l âge Hmmes Masse sseuse Ménpause Femmes Fracture âge Surce : Berrut Gilles, le vieillissement, CRÉDOC 18

19 Le temps de récupératin après effrt s allnge de par la diminutin de l efficacité des muscles respiratires et des échanges gazeux de la barrière alvél-capillaire assciée avec l accélératin de la fréquence cardiaque suite à un effrt. Cela entraine un essufflement rapide pendant l effrt. A terme, c est la capacité à se déplacer dans les activités de la vie qutidienne qui est menacée. Les déficiences cardiaques s accrissent. L augmentatin de la pressin artérielle systlique et la baisse de la fréquence cardiaque maximale entrainent une crissance des risques d artérisclérse, d hypertensin artérielle, d arythmie et d insuffisance cardiaque. La fréquence de l hypertensin artérielle augmente ainsi rapidement après 50 ans pur atteindre 41% des hmmes et envirn 50% des femmes à 70 ans 11. Elles cntribuent également à limiter l adaptatin à l effrt. Les risques de déshydratatin et d incntinence s accrissent de par la diminutin de la masse rénale (25 à 30%). Les risques de dénutritin augmentent. En vieillissant, n enregistre une diminutin de la capacité et de la sensibilité lfactive. A 80 ans, les seuils de détectin se snt accrus de 50% par rapprt à ceux cnnus à 20 ans. La recnnaissance des deurs familières se réduit également. Truvant la nurriture plus fade, les persnnes âgées risquent de perdre l appétit. Le régime alimentaire peut ainsi en suffrir avec l apparitin de carences en ligéléments u en vitamines. On peut même vir apparaître un risque de dénutritin accentuant la diminutin de la masse musculaire et les risques de maladies cardi-vasculaires et de déficiences intellectuelles. Les risques de déshydratatin snt frts de par la perte d efficacité des neurnes de l hypthalamus (mauvaise appréhensin de la sensatin de sif) et la diminutin de la masse rénale. Un phénmène à ne pas négliger car avec le temps, les capacités respiratires diminuent, la salive est mins imprtante et la sécheresse cutanée s'accélère. Ces effets du vieillissement nt un impact sur les critères d évaluatin des biens et des services qui changent avec l âge. Les dimensins de cnfrt et de cmmdité d usage snt valrisées. Les individus se turnent également davantage vers des prduits de préventin, cmbattant glbalement les effets du vieillissement sur l appréhensin de l envirnnement u ffrant des slutins curatives à des prblèmes spécifiques. Par ailleurs, le maniement des prduits peut s avérer trp cmpliqué pur que les persnnes cntinuent à les utiliser. Il existe un risque réel et imprtant d abandn des bien d équipement ntamment. Ce risque semble particulièrement frt après 70 ans. A l inverse, des prduits adaptés aux capacités physiques des senirs purraient truver un réel enguement de la part de ces cnsmmateurs. Le vieillissement cgnitif Le vieillissement cgnitif cnduit les senirs à adpter de nuveaux mdes de fnctinnement fndés davantage sur l expérience et leur univers cnnu. Les trubles et les maladies assciées à la mémire snt largement répandus parmi les senirs âgés. Près de 70% des plus de 70 ans se plaignent ainsi de prblèmes de mémire. Ils peuvent être liés à la baisse des cnnexins entre neurnes (synapses) u à une perte des perfrmances cgnitives (mémire immédiate, rapidité d exécutin), la mémire émtinnelle demeurant, elle, intacte. La baisse des flux sanguins et la dérégulatin des rythmes circadiens se traduisent par une augmentatin du temps de réactin chez les persnnes âgées, une plus 11 IRDES, «Enquête sur la santé et les sins médicaux», Ces prévalences déclarées snt amplement sus-estimées par rapprt à la prévalence réelle que l n btiendrait en mesurant de manière systématique la pressin artérielle des individus. En effet, une étude récemment publiée sur le prjet MONICA a mntré que mins de la mitié des hypertensins étaient cnnues chez les hmmes et que, pur les femmes, ce purcentage ne dépassait pas 65 %. CRÉDOC 19

20 grande difficulté à apprendre, retenir, u assimiler de nuvelles infrmatins (truble de la mémire), ainsi que par une déstructuratin du smmeil. Les cas de démence se dévelppent également avec l avancée en âge. On estime ainsi que 5% des sujets de plus de 65 ans snt déments, cntre 20% des plus de 80 ans et 50% des plus de 95 ans 12. La maladie d Alzheimer crrespnd à la mitié des cas de démence chez les sujets âgés. Elle tuche 10% des plus de 85 ans et 3% des 65 ans et plus. On estime que seule la mitié des cas snt diagnstiqués. Envirn 600 à cas snt en effet cnnus et n estime à le nmbre de nuveaux cas par an. Les persnnes dévelppant la maladie d Alzheimer nécessitent un maintien à dmicile lurd eu égard à des cmprtements dérangeants et à la nécessité d une surveillance élevée qui rend la situatin difficile pur les aidants naturels. Cmme il existe peu de places en institutins, les slutins snt limitées. Le puvir d imaginatin diminue. Les réactins se ralentissent. L apprche de la nuveauté devient plus difficile. Le vieillissement cgnitif incite les senirs à mntrer une aversin pur la nuveauté, à privilégier les dimensins de cnfrt et de cmmdité. Il favrise également le dévelppement de services à la persnne. II.1.5 L âge d entrée dans la vieillesse bilgique Le vieillissement bilgique est dnc un prcessus. Celui-ci ne tuche pas tus les individus de la même façn. D abrd, à travers le temps, l âge d entrée dans la vieillesse a frtement reculé. Par ailleurs, les individus fragilisés écnmiquement u scialement vieillissent plus vite que les autres. Un recul cntinu tut au lng du XXIème siècle Patrice Burdelais a mené des travaux en ce sens dans le curant des années 90. Ils le cnduisent à mntrer que l âge d entrée dans la vieillesse, en France, a frtement reculé au curs du temps. Il s appuie pur cela sur un indicateur synthétique cnstitué à partir d une myenne entre l âge auquel il reste 10 ans à vivre et l âge pur lequel la prbabilité de survie est identique à celle d un hmme de 65 ans en Il btient ainsi, pur chaque péride étudiée, un âge d entrée dans la vieillesse (qu il estime crrespndre à des persnnes dnt l état de santé est prche). Cet indicateur lui permet d établir un «seuil évlutif» d entrée dans la vieillesse au curs du temps. Seln ses calculs, en 1995, les femmes entraient dans la vieillesse à 76,2 ans, cntre 61 ans en De même, l âge d entrée dans la vieillesse a frtement reculé pur les hmmes, passant de 60,2 ans en 1850 à 70 ans en En prenant en cmpte cet âge évlutif d entrée dans la vieillesse, Patrice Burdelais mntre que, cntrairement à ce que purrait laisser crire les évlutins démgraphiques, le nmbre de persnnes âgées a diminué en France au curs du temps. Elles ne représentaient que 14% de la ppulatin en 1993, cntre 20,7% en 1860, et ce malgré la frte crissance des persnnes âgées de 60 ans et plus dans la ppulatin sur la péride. Un plus grand nmbre de persnnes âgées de plus de 50 ans u de plus de 60 ans n abutit dnc pas à une plus frte prprtin de persnnes en âge d être vieux, au mins jusqu à ce que les classes d âge nmbreuses d après guerre n arrivent à 70 u 76 ans. 12 Université de Brdeaux II, enquête PAQUID ; CRÉDOC 20

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES 1. SYNTHESE : Au terme de la 3 ème cnférence frmatin tenue à Alger les 12 et 13 décembre 2006, les pratiques

Plus en détail

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE POUR LA SECURISATION DES PERSONNES ET LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES 8 Juillet 2013 Les participants à la grande cnférence sciale

Plus en détail

Canada stratégie d investissement 1

Canada stratégie d investissement 1 Canada stratégie d investissement 1 A. Stratégie d investissement glbale Aperçu général Le guvernement du Canada placera un accent renuvelé sur l écnmie, surtut en ce qui cncerne l investissement dans

Plus en détail

VIE SOCIALE ET CITOYENNE : UN GAGE DE SANTÉ. Présentée par Madame Gisèle Gobeil

VIE SOCIALE ET CITOYENNE : UN GAGE DE SANTÉ. Présentée par Madame Gisèle Gobeil VIE SOCIALE ET CITOYENNE : UN GAGE DE SANTÉ Présentée par Madame Gisèle Gbeil 1. Buts de l expsé Tracer un tableau glbal des différents aspects de la vie sciale que l n peut se créer et des bienfaits pur

Plus en détail

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI dévelpper Mes capacités SécuriSer mn avenir prfessinnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI Savir évluer dans sn empli u rebndir pur en retruver un Les réalités bservées auprès de nmbreux

Plus en détail

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE

PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Michelle KLEIN Cnsultants SYNTHESE Réf : SYNT_LANDES DE GASCOGNE GTEC Versin : V1.1 Date : 05 nvembre 2010 PAYS DES LANDES DE GASCOGNE Etude sur les ressurces humaines sur le territire du Pays des Landes

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien Cohorte 2012-2013 PLAN DE FORMATION Frmatin : Le rôle du superviseur au qutidien Chrte 2012-2013 1. Prblématiques ayant engendré le besin de frmatin Dans le passé, n recherchait des superviseurs cmpétents au plan technique.

Plus en détail

Les seniors, une cible délaissée

Les seniors, une cible délaissée Les seniors, une cible délaissée Pascale HEBEL, Franck LEHUEDE Aujourd hui, plus d un tiers de la population française a plus de 50. Depuis dix, la croissance de la part des seniors d la population s est

Plus en détail

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore.

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore. Caractérisatin des activités Etude des circuits financiers Schéma d Aménagement et de gestin des eaux de la Dre Synthèse SYNTHESE SYNTHESE I. CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L ETUDE L étude vise à répndre à l

Plus en détail

FICHE DE POSTE CONTEXTE ET DEFINITION. Bordeaux, le 13 avril 2015

FICHE DE POSTE CONTEXTE ET DEFINITION. Bordeaux, le 13 avril 2015 Brdeaux, le 13 avril 2015 FICHE DE POSTE Empli repère CCN : Intitulé de pste : CONSEILLER NIVEAU II Référent Garantie Jeunes CONTEXTE ET DEFINITION La Garantie Jeunes est une des mesures nuvelles issues

Plus en détail

SECTEUR BUREAUTIQUE. Principaux enjeux Avril 2010. Rédacteur : Hervé DANLOY. Avec la collaboration d Alexandre ISSAC

SECTEUR BUREAUTIQUE. Principaux enjeux Avril 2010. Rédacteur : Hervé DANLOY. Avec la collaboration d Alexandre ISSAC Brdeaux Lille Lyn Marseille Metz Nantes Paris Tuluse SECTEUR BUREAUTIQUE Principaux enjeux Avril 2010 Rédacteur : Hervé DANLOY Avec la cllabratin d Alexandre ISSAC Sciété d expertise cmptable inscrite

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016

APPEL À COMMUNICATIONS Colloque international sur la mesure des produits culturels numériques. 9 au 11 mai 2016 APPEL À COMMUNICATIONS Cllque internatinal sur la mesure des prduits culturels numériques 9 au 11 mai 2016 Date limite de sumissin : 29 ctbre 2015 Cntexte La transfrmatin numérique des mdes de créatin,

Plus en détail

SYNTHESE DU RAPPORT L EGAL ACCES DES FEMMES ET DES HOMMES AUX RESPONSABILITES FAMILIALES ET PROFESSIONNELLES (IGAS, Brigitte Grésy)

SYNTHESE DU RAPPORT L EGAL ACCES DES FEMMES ET DES HOMMES AUX RESPONSABILITES FAMILIALES ET PROFESSIONNELLES (IGAS, Brigitte Grésy) SYNTHESE DU RAPPORT L EGAL ACCES DES FEMMES ET DES HOMMES AUX RESPONSABILITES FAMILIALES ET PROFESSIONNELLES (IGAS, Brigitte Grésy) L inégal partage du temps parental et des tâches dmestiques cnstitue

Plus en détail

S C O L A R I S A T I O N E T ÉLÈV E S H A N D I C A P É S

S C O L A R I S A T I O N E T ÉLÈV E S H A N D I C A P É S S C O L A R I S A T I O N E T ÉLÈV E S H A N D I C A P É S DE QUOI PARLE-T-ON? L écle est un lieu d instructin et d éducatin pur tus. L élève, handicapé u nn, dit être au centre du système éducatif qui

Plus en détail

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL REFERENCES JURIDIQUES : - Règlement (CE) N 1998/2006 de la cmmissin eurpéenne en date du 15 décembre 2006 cncernant les aides de minimis - Règlement (CE) n 1535/2007

Plus en détail

Comprendre sa facture d e lectricite

Comprendre sa facture d e lectricite Cmprendre sa facture d e lectricite Décmpsitin de la facture d électricité française La structure du prix payé par le client se décmpse en deux parts : une part fixe, qui crrespnd à un abnnement, exprimé

Plus en détail

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris

Réunion de concertation du Fonds social européen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Réunin de cncertatin du Fnds scial eurpéen 2014-2020 27 septembre 2013 - Paris Atelier 3 «Prmuvir l inclusin sciale et lutter cntre la pauvreté» 1. Cntexte général a. Les rientatins cmmunautaires La crise

Plus en détail

Indice des prix à la consommation harmonisé - octobre 2014

Indice des prix à la consommation harmonisé - octobre 2014 01/2010 05/2010 09/2010 01/2011 05/2011 09/2011 01/2012 05/2012 09/2012 01/2013 05/2013 09/2013 01/2014 05/2014 09/2014 Inflatin (%) COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles, le 7 nvembre 2014 Indice des prix à

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE

ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE ÉTABLISSEMENT DU COÛT DE LA VIE Dans une planificatin financière intégrée, l établissement du cût de la vie cnstitue une étape essentielle qui servira à : assurer la chérence entre le cût de la vie et

Plus en détail

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1)

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1) Cmpte rendu grupes de travail sur émergence des questins évaluatives (Atelier qualificatin cllective 1) Objectifs : Identificatin des questins évaluatives (tris au maximum) et les myens qui divent être

Plus en détail

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT FORMATION INNOVATION MANAGEMENT Atelier de 3 jurs «Réinventer sn activité» à destinatin de chefs d entreprises Dates : 24/11, 08/12 et 09/12 Lieu : Chambre de Cmmerce du Luxemburg Frais d'inscriptin :

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

Coaching Professionnel. Franck Struyf

Coaching Professionnel. Franck Struyf Caching Prfessinnel Franck Struyf L'expérience, ce n'est pas ce qui arrive à quelqu'un, c'est ce que quelqu'un fait avec ce qui lui arrive. (Aldus Huxley) Expériences Persnnelles Je m appelle Franck Struyf

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Fiche INDUSTRIES ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES

Fiche INDUSTRIES ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES Fiche INDUSTRIES ELECTRIQUES ET ELECTRONIQUES 1. Etat des lieux de la filière Définitin Une filière qui regrupe des typlgies de métiers très différentes mais des dynamiques d empli similaires en France

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Résultats du Groupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pour les 9 premiers mois

Résultats du Groupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pour les 9 premiers mois Résultats du Grupe BPCE au 3 e trimestre 2009 et pur les 9 premiers mis Retur à la rentabilité de Natixis et du Grupe BPCE au 3 e trimestre : Bénéfice net de 447 millins d eurs Bnnes perfrmances pératinnelles

Plus en détail

Cahier des charges GPEC Territoriale Script Emploi National : Métier de la relation client Novembre 2015. Eléments de contexte. Qui sommes-nous?

Cahier des charges GPEC Territoriale Script Emploi National : Métier de la relation client Novembre 2015. Eléments de contexte. Qui sommes-nous? Cahier des charges GPEC Territriale Script Empli Natinal : Métier de la relatin client Nvembre 2015 Eléments de cntexte Qui smmes-nus? Le Fnds d Assurance Frmatin du Travail Tempraire (FAF-TT), OPCA (Organisme

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

Au cœur de l'action. Photo: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh

Au cœur de l'action. Photo: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh Au cœur de l'actin Pht: Kaitlin Standeven, by Jeremy Mimnagh Orientatins stratégiques 2014-2017 Canadian Dance Assembly ~ L'Assemblée canadienne de la danse The Histric Distillery District 15 Case Gds

Plus en détail

Les conditions de mise en œuvre du télétravail dans l entreprise.

Les conditions de mise en œuvre du télétravail dans l entreprise. 1 Les cnditins de mise en œuvre du télétravail dans l entreprise. Rencntre ARPE Midi-Pyrénées, 3 Mars 2009 Jean-Claude Maurin 1 maurin@cepierefrmatin.cm Intrductin Sus ce titre «Cnditins de mise en œuvre»,

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN RESULTATS 2007

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN RESULTATS 2007 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 15 février 2008 RESULTATS 2007 MICHELIN ANNONCE UNE AMELIORATION SIGNIFICATIVE DE 1,6 POINT DE SA MARGE OPERATIONNELLE

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC)

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) SOUMISSION A LA DOUZIEME SESSION DU COMITE DU BUDGET ET DES FINANCES, 20 AU 24 AVRIL 2009 15 AVRIL 2008 I. Bienvenue

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle.

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle. Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude prtant sur l analyse de la négciatin d entreprise sur l égalité prfessinnelle. Directin Réginale des entreprises, de la cncurrence, de la

Plus en détail

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T.

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. Mdifié en juillet 2014, ce dcument prpse des pssibilités de travail avec Icnit. Fichier surce : http://dsden02.ac-amiens.fr/tnp/tnp_internet/dssiers_tnp/activites_classe_mbile/ent/missin_tuic_02_ent_2012.pdf

Plus en détail

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI AIGUISEZ VOTRE APPROCHE DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU Vus êtes: ROYAUME-UNI A LONDRES LE JEUDI 3 DECEMBRE 2009 - Distributeur - E-cmmerçant - Respnsable e-cmmerce - Respnsable d agence

Plus en détail

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Mars 2011 COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Prtcle relatif aux cndminiums et aux cpératives de lgement en Ontari Les étapes suivantes ne snt que

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

Réunion des entreprises d énergies renouvelables

Réunion des entreprises d énergies renouvelables Discurs de Mme Séglène Ryal Ministre de l Éclgie, du Dévelppement durable et de l Énergie Paris, le vendredi 16 janvier 2015 Réunin des entreprises d énergies renuvelables Mesdames et Messieurs, les chefs

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

LA BOURSE DE TORONTO À LA TRAÎNE : ÉCART DE 20 % EN 18 MOIS

LA BOURSE DE TORONTO À LA TRAÎNE : ÉCART DE 20 % EN 18 MOIS Après un départ cann des marchés bursiers au premier trimestre, les prblèmes en Eurpe nt refait surface et accru l incertitude quant à la vigueur de la reprise écnmique. Au trimestre suivant, l ensemble

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire Financer le transprt en cmmun dans le Grand Mntréal Smmaire Mémire de la Sciété de transprt de Laval, en cllabratin avec la Ville de Laval Présenté à la cmmissin du transprt de la Cmmunauté métrplitaine

Plus en détail

Compte-rendu réunion du CCRPA

Compte-rendu réunion du CCRPA Cmpte-rendu réunin du CCRPA Thème : «Cmment amélirer l accès à la santé?», Nantes, le 13 Décembre 2013 Méthde de travail : la jurnée a été rganisée en 4 temps, autur de la présentatin de différentes prpsitins

Plus en détail

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs MSc avec prjet supervisé en marketing Lignes directrices à l intentin des étudiants et prfesseurs Le prjet supervisé Avec mémire u avec prjet supervisé, la M. Sc. en gestin mène, au chix de chacun, à des

Plus en détail

NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017

NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017 Paris, le 13 nvembre 2013 NATIXIS PRESENTE SON PLAN STRATEGIQUE 2014/2017 NEW DEAL, UN PLAN DE TRANSFORMATION REUSSI : UNE ENTREPRISE RENTABLE ET SOLIDE FINANCIEREMENT AVEC DES FRANCHISES FORTES NEW FRONTIER,

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL. Questionnaire consultation destiné à tous les habitants : la santé à Bonneuil

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL. Questionnaire consultation destiné à tous les habitants : la santé à Bonneuil CONTRAT LOCAL DE SANTE DE BONNEUIL Questinnaire cnsultatin destiné à tus les habitants : la santé à Bnneuil La ville est engagée, avec l Agence réginale de Santé, sur la mise en place d un Cntrat Lcal

Plus en détail

11 / 2012 La Charte et les Missions du LCGB

11 / 2012 La Charte et les Missions du LCGB 11 / 2012 La Charte et les Missins du LCGB UNE PUBLICATION DU LCGB I 11 RUE DU COMMERCE, BP 1208 L-1012 LUXEMBOURG I TEL: 49 94 24-1 I INFO@LCGB.LU I WWW.LCGB.LU I BLOG.LCGB.LU CHARTE DU LCGB Le LCGB est

Plus en détail

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE Parce qu'elle est une chance pur l'écnmie française, la reprise tient une place essentielle sur les plans micr et macrécnmique. Bien utilisée, elle est une méthde

Plus en détail

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues Obligatins des emplyeurs par seuils d effectifs de l entreprise Tutes entreprises cnfndues Affichages bligatires Déclaratin et cmmunicatin à caractère péridique : Déclaratins et cmmunicatins à caractère

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

La Gestion de projet Web

La Gestion de projet Web La Gestin de prjet Web Définitin de gestin de prjet Gérer et animer un prjet, être chef de prjet c est d abrd savir en négcier l bjectif mais aussi prévir. Pur cela, il faut savir mettre en œuvre les utils

Plus en détail

Guide des MOOC à l UL

Guide des MOOC à l UL Guide des MOOC à l UL Infrmatins pur les enseignants Page SOMMAIRE Qu est-ce qu un MOOC? Quelle différence entre un MOOC et un curs en ligne? Sur quelle platefrme héberger sn MOOC? J ai un prjet de MOOC

Plus en détail

PLAN REGIONAL DE LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE ET LES SORTIES SANS QUALIFICATION

PLAN REGIONAL DE LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE ET LES SORTIES SANS QUALIFICATION CONSEIL REGIONAL RHONE-ALPES Délibératin n 08.01.106 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL PLAN REGIONAL DE LUTTE CONTRE LE DECROCHAGE SCOLAIRE ET LES SORTIES SANS QUALIFICATION Le Cnseil réginal en sa réunin

Plus en détail

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE Fnds d incitatin académique Académie de Brdeaux UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE SECONDE Lycée Bernard Palissy Agen (47) DESCRIPTION DU PROJET Ce prjet, au cœur du prjet d établissement,

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

Réunions de territoires Parentalité Juin 2014 Compte rendu

Réunions de territoires Parentalité Juin 2014 Compte rendu Le Cmité de piltage du Réseau Parentalité Reaap de la Drôme, cmpsé de la directin départementale de la chésin sciale, la Caf, le Cnseil général, la Msa et l Udaf, a rganisé, en cmplémentarité des rencntres

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008 Paris, Nvembre 2008 Lcallife Leader de l éditin d annuaires lcaux en ligne, Présent en France depuis ctbre 2008 Dssier de Presse Lcallife en bref La recherche d infrmatins lcales et le référencement naturel

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

L efficacité est-elle soluble dans la formation?

L efficacité est-elle soluble dans la formation? L efficacité est-elle sluble dans la frmatin? Diagnstic, enjeux et perspectives du cncept d efficacité en frmatin 10 e Université d Hiver de la Frmatin prfessinnelle Arles, 23 janvier 2008 Françis-Marie

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES. Marché n 2011-002 CAHIER DES CHARGES

MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES. Marché n 2011-002 CAHIER DES CHARGES MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Marché n 2011-002 CAHIER DES CHARGES Midi-Pyrénées Innvatin Agence réginale de l innvatin 31685 Tuluse Cedex Objet de la cnsultatin : Accmpagnement dans l élabratin

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 avril 2014 Perspectives d évlutin du réseau cnsulaire Nrd de France : un établissement public unique avec des délégatins territriales frtes et respnsables. Plan de cpératin 2014-2020

Plus en détail

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15 Audits énergétiques Entreprises Règlementatin et perspectives Méthdlgie Février15 Présentatin générale Qui smmes-nus? Bureau d études techniques Energies renuvelables et Maitrise de l Energie Actinnariat

Plus en détail

Assistant technique international en appui institutionnel dans le secteur de l hydraulique SENEGAL

Assistant technique international en appui institutionnel dans le secteur de l hydraulique SENEGAL Agence belge de dévelppement, la CTB mbilise ses ressurces et sn expertise pur éliminer la pauvreté dans le mnde. Cntribuant aux effrts de la Cmmunauté internatinale, la CTB agit pur une sciété qui dnne

Plus en détail

Appel A Projets du C2TR Note de présentation

Appel A Projets du C2TR Note de présentation Appel A Prjets du C2TR Nte de présentatin PREAMBULE Le prjet C2TR est né de la vlnté de la Régin Picardie et de l Etat de créer, à partir des besins exprimés par un industriel, AEROLIA, une plate-frme

Plus en détail

Strasbourg, le 09/07/2012

Strasbourg, le 09/07/2012 Directin de la Prtectin et de la Prmtin de la Santé Pôle émetteur : Santé et Risques Envirnnementaux Enjeux sanitaires de la qualité de l air : Nte de synthèse relative à l Impact sanitaire de la pllutin

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS»

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» APS Frmatin 15 Rue de Ngent 51100 REIMS Tel : 03.26.82.84.84 / Fax : 03.26.82.58.23 www.apscnsult.fr CONTEXTE Dans l Entreprise, le rôle de l Expert-Cmptable

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012

Proposition de Veille Internet Campagnes Electorales 2012 Prpsitin de Veille Internet Campagnes Electrales 2012 Pur tut savir sur ce que les respnsables plitiques, candidats à l électin Présidentielle, candidats aux électins législatives disent de vus et sur

Plus en détail

Le Drive, un mode de distribution responsable?

Le Drive, un mode de distribution responsable? Le Drive, un mde de distributin respnsable? En 2012, Harris Interactive avait cnduit une enquête sur un phénmène alrs en plein essr: le Drive...Depuis le nmbre de Drives a dublé en France: En décembre

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S Le dispsitif du Fnds Scial d Aide aux Apprenti-e-s, entre dans le cadre d une véritable stratégie pur la sécurisatin du parcurs des Apprenti-e-s.

Plus en détail

CHARTE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. de la FÉDÉRATION des CLUBS de la DÉFENSE

CHARTE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE. de la FÉDÉRATION des CLUBS de la DÉFENSE CHARTE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE de la FÉDÉRATION des CLUBS de la DÉFENSE 139 140 PRÉAMBULE Suhaitant dnner plus de frce aux principes éthiques qui guident l ensemble de ses décisins, tut en s inscrivant

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Infrmatins financières Prgramme d entreprise 2012-2014 Rueil-Malmaisn (France), le 22 février 2012 tient aujurd hui une cnférence avec les investisseurs financiers à Paris, au curs de laquelle, Jean-Pascal

Plus en détail

8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA BELGIQUE

8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA BELGIQUE 8 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE BELGE Belgique Principaux indicateurs, 2014 Ppulatin (en millins) 11,2 PIB (en G$ US curants) 534,7 PIB par habitant (en $ US curants) 47 721,6 Taux de crissance

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle

Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Assurance vie Résumé chapitre 4 Assurance vie universelle Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans le manuel d étude. L assurance vie

Plus en détail

Feuilles de soins papier ou électroniques? Les pratiques des médecins et des professionnels de santé

Feuilles de soins papier ou électroniques? Les pratiques des médecins et des professionnels de santé Pint d infrmatin 22 ctbre 2009 Feuilles de sins papier u électrniques? Les pratiques des médecins et des prfessinnels de santé L an dernier 1, les caisses d Assurance Maladie nt reçu plus de 1,1 milliard

Plus en détail

Bordeaux, lundi 19 octobre 2009

Bordeaux, lundi 19 octobre 2009 Cdiscunt.cm est aujurd hui le premier distributeur sur Internet de prduits de lisirs et d équipements à prix discunt. Sn ffre est cmpsée de prduits neufs de marques à des prix réduits de 20 à 50% par rapprt

Plus en détail

FORMATIONS PROFESSIONNELLES KINÉSITHÉRAPEUTES 2016

FORMATIONS PROFESSIONNELLES KINÉSITHÉRAPEUTES 2016 Cmité Départemental de Préventin en Kinésithérapie Kiné Drôme-Ardèche Préventin FORMATIONS PROFESSIONNELLES KINÉSITHÉRAPEUTES 2016 Organisme de frmatin cntinue N SIRET : 405 164 211 00022 Déclaratin d'existence

Plus en détail

Objectifs du module 1 : «Conception de dispositifs de formation et scénarios pédagogiques recourant aux TIC»

Objectifs du module 1 : «Conception de dispositifs de formation et scénarios pédagogiques recourant aux TIC» Objectifs du mdule 1 : «Cnceptin de dispsitifs de frmatin et scénaris pédaggiques recurant aux TIC» Ce mdule vise à amener l apprenant à cncevir et à gérer un dispsitif de frmatin recurant à divers scénaris

Plus en détail

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA FRANCHISE Ce qu il faut savir? Fiche cnseil Ns fiches cnseils nt pur bjectif de vus aider à mieux appréhender les ntins : Certifié ISO 9001 Cmptables Fiscales Juridiques, Sciales, de Gestin Réf. : DEV/O/FC/065/11-11/VBU

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012

ARGUMENTAIRE. Evolution des contrats CSM 2012 ARGUMENTAIRE Evlutin des cntrats CSM Préambule Ce dcument vient cmpléter ce qui a été cmmuniqué dans l Actualité Fédérale n 31 du 5 janvier. Il a pur bjectif d apprter les répnses et les explicatins aux

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE Pur satisfaire au mieux le cnsmmateur, il faut une fnctin cmmerciale bien structurée. 1.1 EXEMPLE En général plusieurs

Plus en détail

DESIGNER EN RESIDENCE

DESIGNER EN RESIDENCE Mise en cncurrence APPEL A CANDIDATURE DESIGNER EN RESIDENCE Objet de la mis en cncurrence : Recrutement d un designer en résidence dans le cluster Numélink Date limite de candidature Mercredi 3 septembre

Plus en détail

Les Magasins Généraux ont été conçus, à l origine, avec la mission de contribuer à désengorger le trafic du Port de Djibouti.

Les Magasins Généraux ont été conçus, à l origine, avec la mission de contribuer à désengorger le trafic du Port de Djibouti. 1. Préambule Les Magasins Généraux nt été cnçus, à l rigine, avec la missin de cntribuer à désengrger le trafic du Prt de Djibuti. Une nuvelle étape, dans la ratinalisatin des prcédures de transprt, supprtée

Plus en détail

LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL, CA EXISTE!! REUNION DU 18 SEPTEMBRE 2014 A LA CCI CHERBOURG

LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL, CA EXISTE!! REUNION DU 18 SEPTEMBRE 2014 A LA CCI CHERBOURG LA QUALITE DE VIE AU TRAVAIL, CA EXISTE!! REUNION DU 18 SEPTEMBRE 2014 A LA CCI CHERBOURG FP FORMATION & COACHING Qui suis-je? Françise Plesse, 51 ans, diplômée en Sciences de l Educatin et Certifiée Master

Plus en détail