Development Social et Economique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Development Social et Economique"

Transcription

1 J CDR MAG FR 24/08/ :29 PM Page 69 Infrastructures Sociales 69 Development Social et Economique Le CDR a fait un pas qualitatif dans ce contexte qui s est concrétisé par la création d un Département de la Planification Sociale et Economique à l intéri-eur du Département de la Planification et de la Programmation. Cette initiative a donné à l action du CDR une nouvelle dimension qui dépasse les réalisations effectuées dans le domaine de la reconstruction, et une dimension sociohumanitaire directement liée aussi bien aux besoins régionaux et sectoriels, et qui influe en conséquence sur les programmes d investissement que l Etat définit. Le CDR a entrepris, en collaboration avec un certain nombre d organismes gouvernementaux et internationaux, la planification et la coordination d un certain nombre de projets visant à l amélioration du niveau de vie des catégories marginalisées et à introduire des changements sur le plan national. Le rôle le plus marquant du CDR est apparu dans l établissement de rapports de coopération avec les organismes actifs dans ce secteur à travers les deux projets que le CDR gère, à savoir, le Projet de Développement Social, financé par la Banque Mondiale, et le Projet de Fonds de Développement Economique et Social, financé par un don de l Union Européenne. La valeur des accords conclus à ce jour dans le secteur du développement social et économique s est élevée à 44 millions de US$ environ. Le plan d action futur dans ce domaine a pour objectif d asseoir la culture du développement et des actions de planification en vue d établir une stratégie du développement social à partir des besoins sectoriels et régionaux à travers la coordination et à la coopération avec toutes les parties concernées par le développement, et à la poursuite de la prestation des divers Réunion du (FDES) avec un comité local des femmes

2 J CDR MAG FR 70 24/08/ :30 PM Page 70 Infrastructures Sociales Réunion du comité local de Meshmish Akkar services aux catégories sociales qui en ont besoin. Ces services mettent l accent sur les affaires des femmes, des handicapés, des déplacés et des problèmes des jeunes, en plus du renforcement des capacités de ces derniers en vue de les réintégrer dans la société civile. La politique du gouvernement vise à fournir ces services, soit directement à travers ses réseaux formés des centres de services de développement d ensemble, qui dépendent du Ministère des Affaires Sociales, soit indirectement à travers sa participation à des institutions ou à des centres civils. En outre, le Ministère lui-même cherche à améliorer ses capacités propres dans les domaines de la planification et du contrôle en vue d assurer une plus grande capacité d intervention et une meilleure qualité de services. Réalisations passées Amélioration des Conditions de Vie des Pauvres: Le Ministère des Affaires Sociales en tant que responsable de la mise à exécution de ce projet sur le plan national, travaille en étroite collaboration avec le PNUD afin de mener à leur fin les activités prévues suivantes: 1. Relevé social à objectifs multiples: Un accord a été signé au Réhabilitation des infrastructures dans les petits villages. début de l année entre le projet de «Renforcement des capacités pour abaisser le niveau de la pauvreté» et la Direction Centrale des Statistiques, en collaboration avec la Banque Mondiale, en vue de réaliser un relevé à objectifs multiples des conditions de vie au Liban et des caractéristiques sociales et économiques de la population ainsi que des caractéristiques de la pauvreté et ce, grâce à des études spécialisées sur le terrain. Le relevé vise également à recueillir les données nécessaires relativement aux revenus et à la consommation dans le but d en tirer les calculs nationaux et l indice des prix. Ce projet est financé par le Ministère des Affaires Sociales ( US$) et par le Fonds des Nations Unies pour le Développement ( US$). Un accord séparé sera signé entre le Ministère des Affaires Sociales et la Direction Centrale des Statistiques stipulant que cette dernière contribuera pour un montant de US$ à la réalisation d une étude de relevé des conditions de vie des familles sur le plan national. Le relevé a commencé en février Rapport Social: Il a pour objectif la modernisation des divers indices sectoriels en vue d aider à l élaboration des politiques natio- nales. Des ateliers de travail ont été organisés à cet effet en décembre en vue de connaître les observations des parties concernées. Il est prévu que ce rapport paraîtra en avril Unité des ressources des organisations non gouvernementales: qui a été créée et qui a commencé à produire des publications sur des sujets d intérêt pour le secteur civil. 4. Plan de Réforme du Ministère: sur le plan central visant au développement des services sociaux et une stratégie de décentralisation administrative des services, au moyen des centres de développement et du partenariat avec les organisations non gouvernementales. Les consultations vont se poursuivre avec le CDR en vue de coordonner les objectifs de ce projet avec les programmes et priorités nationaux. Etude de Stratégie pour les Centres de Services de Développement Social: L étude a été achevée en décembre Le rapport préparé par le consultant a comporté un certain nombre de recommandations visant à renforcer le rôle des centres de développement. Le coût de cette étude, entièrement couvert par un don japonais géré par la Banque Mon-

3 Infrastructures Sociales 71 diale, s est élevé à US$. Rapport National sur le Développement Humain au Liban : Le troisième rapport national sur le développement humain au Liban ayant pour sujet: «La mondialisation vers un plan d action libanais», a été lancé en septembre Le rapport met l accent sur les défis désignés et sur les opportunités que la mondialisation apporte du point de vue du développement humain. Ce projet a été financé par le CDR et le PNUD qui ont contribué pour et US$ respectivement. Projets des petits credits Automatisation du Ministère des Affaires Sociales: Le Ministère des Affaires Sociales a bénéficié d un don de la Banque Mondiale afin de conclure un accord avec une société de consultation en vue de définir les besoins du Dépa-rtement des Affaires Sociales en programmes informatiques dans le but d établir des règles et des normes considérées comme nécessaires pour l amélioration du processus de ciblage et du meilleur contrôle. Le Ministère s est mis d accord avec un consultant en vue d examiner et de définir ses besoins en programmes informatiques requis pour le département financier et la comptabilité. Le CDR a contribué à ce financement à hauteur de US$. Programme National soutenu par le Fonds des Nations Unies pour la Population: Dans le cadre de la deuxième session du Programme National soutenu par le Fonds des Nations Unies pour la Population, pour la période allant de 2002 à 2006, les documents relatifs à trois projets ont été approuvés au cours du mois de décembre Intégrer les dimensions démographiques et de développement dans le processus de planification et de programmation national: Ce projet vise à: a) renforcer les capacités nationales en vue d intégrer les questions démographiques, de santé reproductive et du genre dans le processus de planification sur les plans national et sectoriel. b) faire en sorte que les graphiques (tableaux) démographiques classés selon le genre et la région géographique, soient plus disponibles. c) relever le niveau de sensibilisation envers les questions prioritaires dans les domaines de la démographie, de la santé reproductive et du genre auprès des décideurs, des membres du parlement, des media et des meneurs de l opinion publique. Ce projet sera mis à exécution par le Ministère des Affaires Sociales sur une période de 49 mois. Un comité d orientation sera formé qui groupera des représentants du CDR, du Ministère de Affaires Sociales, du Comité National Permanent de Population, de la Direction Centrale des Statistiques et d autres parties concernées. Le rôle de ce comité sera centré sur le renforcement de la coordination, le travail d équipe et la responsabilité. Il est intéressant de noter que durant le précédent cycle du Programme soutenu par le Fonds des Nations Unies pour l Assistance aux Populations, et dans le cadre du projet de Stratégies de Population et de Développement, «le Document de Politique Nationale pour la Population» a été finalisé et le Conseil des Ministres en a pris connaissance en août Un certain nombre de programmes d action seront développés sur la base de ce document relativement à la politique de la population au cours de la nouvelle phase du programme d assistance. - L Information, l Education et les Communications dans le domaine de la santé reproductive sur le plan des communautés locales et Projet d Intégration des Services et Connaissances de la Santé Reproductive dans les régions visées: Ces deux projets rentrent dans le cadre du programme secondaire de la santé reproductive, qui est dans le cadre de ce nouveau cycle. Ce programme à pour objectif de contribuer à l amélioration de la qualité de vie du peuple libanais et ce, grâce, à: a) l amélioration de la santé reproductive, b) la réduction des écarts entre les secteurs socio-économiques et, c) la réal-

4 J CDR MAG FR 72 24/08/ :30 PM Page 72 Infrastructures Sociales isation d un équilibre entre la dynamique démographique et le développement socio-économique. Les deux Ministères ont pris sur eux respectivement la mise à exécution de ces deux projets. Les interventions du projet d information, de sensibilisation et de communication ont pour objectif le renforcement des capacités des prestataires des services de santé reproductive dans les domaines des techniques de communication et du renforcement de la sensibilisation parmi les jeunes et les plus âgés, au sujet des maladies de la santé reproductive et des maladies vénériennes. L organisation institutionnelle du projet d information, d éducation et de communication au Ministère des Affaires Sociales en a garanti la durabilité. Des organismes spécialisés seront invités à apporter leur assistance dans l exécution de certaines activités prévues. Pour sa part, le Ministère de la Santé Publique entreprendra les activités principales suivantes : - Choix de 150 centres médicaux pour offrir un paquet complet de services de santé reproductive. Les équipes de santé travaillant dans ces centres bénéficieront de Projets des petits credits sessions de formation pour mettre à jour leurs connaissances et pour les familiariser avec les principes de santé reproductive. - Prestation de services de santé préliminaires, en général, et de services de santé reproductive de qualité, en particulier, grâce à la mise en application effective des protocoles médicaux et des procédures de prestation des services. - Extension du système de données médicales en mettant l accent sur le système de données de la santé reproductive afin que ces systèmes assistent le processus de prise de décisions et de contrôle de l avancement des travaux d exécution du projet. Préparation du Rapport National sur le suivi des objectifs du Sommet du Millénaire: Le CDR et le Programme des Nations Unies pour le Développement ont lancé l opération de préparation du rapport sur les objectifs de développement du Millénaire au Liban et ce, en partenariat entre les parties gouvernementales concernées et une équipe de travail du PNUD afin d en faire un outil de suivi pour le contrôle du progrès enregistré dans la réalisation des objectifs et des buts de la Déclaration du Sommet du Millénaire qui a été adoptée par 191 états en septembre Il est prévu que ce rapport reflétera les priorités et les objectifs de développement au Liban pour les quinze prochaines années. Le PNUD a participé à ce projet pour US$. Un programme a été préparé pour un forum national qui débattra au sujet des résultats du rapport et des recommandations qui en résulteront. Le forum sera organisé en février Projets de développement régional intégré Ces projets ont pour objectif l amélioration des conditions de vie et des conditions économiques dans les régions les plus défavorisées grâce à l amélioration de l infrastructure sociale et économique de base, et grâce au développement des capacités de production des habitants de ces régions en vue de réaliser le développement équilibré basé sur le partenariat entre le secteur public, d une part, le secteur privé et la société civile, d autre part. Programme de développement rural intégré pour la région de Baalbeck Hermel: Le CDR a

5 Infrastructures Sociales 73 travaillé en coopération étroite avec le PNUD, en 2002, en vue de liquider toutes les obligations découlant de ce programme. Une équipe composée des employés du programme a été formée à cet effet. Depuis le début de la mise à exécution de cette étape, en 1997, le CDR a contribué pour 7 millions de US$ qui ont été utilisés pour effectuer certaines interventions prévues dans le programmes et pour assurer l organisme humain du programme. Développement des communautés locales dans le Rif Arabe Liban: Les activités de ce projet commun ont été accomplies en décembre Un rapport final sur le projet et sur son évaluation est en cours de préparation préalablement à son réexamen de la part du CDR, de l Agence Economique et Sociale des Nations Unies pour l Asie Occidentale (ESCWA), du Programme du Golfe Arabique de Soutien aux Organisations de Développement des Nations Unies et de l Institution Internationale Mersicor. Les leçons qui pourraient être utiles en vertu de ce rapport seront documentées et seront partagées avec d autres parties. Etudes préliminaires pour le projet de développement rural: Le CDR a préparé grâce à un don japonais (PHRD) dirigé par la Banque Mondiale, quatre études préliminaires en vue de l élaboration du projet de développement rural au Liban. Ces études ont porté sur les sujets suivants : déclaration de la politique de développement rural intégré et sa stratégie; évaluation des besoins de participation et de développement rural accéléré; les questions de commercialisation des produits agricoles, et les alternatives disponibles pour les activités du projet et l évaluation institutionnelle du projet. Programme de développement économique et social du Sud Liban: A la suite du retrait israélien des zones occupées au Sud, en mai 2000, et suite à des études passées, l Etat libanais, représenté par le CDR, et en consultation avec le PNUD, a commencé à mettre à exécution un programme commun visant au développement des villages libérés du Sud. Le programme vise au soutien des habitants qui n ont pas quitté leur terre depuis plus de vingt ans d occupation et ce, à travers la réalisation de petits projets de nature à aider à l amélioration du cycle économique dans la région, et qui serviraient de stimulant au maintien sur place des habitants et au retour des personnes déplacées au. Le programme vise les villages libérés dans les cazas suivants: Marjeyoun, Hasbaya, Bint Jbeil et une partie du caza de Sour. Un centre permanent du programme a été créé à Sour. Il convient de souligner que les activités du programme n ont pas couvert la Békaa Ouest et Iqlim al-touffah en raison des limites du budget. Le travail du programme se concentre sur le renforcement des institutions locales et sociales existant dans la région au soutien des capacités et à l amélioration de leurs performances pour leur permettre de continuer et de remplir le rôle pour lequel elles ont été créés. Le programme a entrepris un certain nombre d activités ayant trait au soutien des capacités des localités et organismes locaux, aux rapports nouveaux et à l intégration des jeunes ; à l encouragement des secteurs d investissement et de projets de micro-crédits ; à la création d un organisme pour l établissement d une base de données en vue de l échange des informations sur la zone libérée électroniquement. Le programme a défini cinq secteurs principaux sur lesquels il faudra mettre l accent au cours de la mise en œuvre du programme à savoir : le secteur des municipalités, le secteur des jeunes, le secteur du développement économique, le secteur des coopératives agricoles et le secteur de réhabilitation des prisonniers libérés. Il sera procédé à la formation des institutions locales, puis à la définition des besoins et à l exécution des projets, quitte à ce que la participation des partenaires locaux soit la base au cours des phases de préparation, de planification et d exécution. Secteur des Municipalités La municipalité représente l autorité locale dans les villages et localités. Elle jour un rôle essentiel dans le développement des sociétés. Dans le cadre d actions du programme pour le soutien aux capacités des municipalités nouvellement élues dans les villages libérés des cazas de Sour, Bint Jbeil, Marjeyoun et Hasbaya qui comptent 38 municipalités, le programme a organisé une série de sessions de formation sur le thème du renforcement de la participation locale, de la planification stratégique, de la formulation des projets, et de l organisation et de la gestion des municipalités. Le programme de soutien technique aux municipalités comprend les principaux objectifs suivants : - Etablir un relevé économique et social général sur le terrain pour les municipalités de la zone libérée ayant pour but de fournir à ces dernières les informations nécessaires sur chaque localité. - Analyser et organiser les ressources humaines et matérielles existantes ainsi que les besoins locaux selon les priorités, et avec la participation des partenaires locaux. - Donner aux municipalités les moyens de renforcer la participa-

6 74 Infrastructures Sociales tion locale dans la planification et la gestion des projets de développement multiples. - Développer les capacités des représentants de l autorité locale dans les zones libérées en vue de développer leurs aptitudes dans la planification et la gestion. - Soutenir les municipalités dans l exécution de certains petits projets économiques et sociaux en prenant en considération les sujets suivants: l environnement, la participation locale et l augmentation du revenu local. Le soutien technique aux municipalités a abouti à la création du «dossier localité» qui comprend un questionnaire sur la situation sociale et économique de la localité et/ou village, en plus d une carte digitale pour chaque localité. Le «dossier localité» et les «ateliers de formation» ont joué un rôle efficace dans la concrétisation et la satisfaction des besoins des municipalités de façon scientifique. En 2004, et à travers le programme de développement des capacités des municipalités et de leur formation, le programme a organisé des sessions de formation au profit des municipalités élues en mai 2004, et tout particulièrement, celles nouvellement créés, soit 22 municipalités environ. Le programme a organisé plusieurs sessions de formation autour des thèmes suivants: renforcement de la participation locale ; planification stratégique; formulation des projets; le programme s est limité à la formation seulement; il n y a eu ni assistance ni projets soumis en raison du financement limité. Les objectifs de la formation étaient les suivants: - Prendre connaissance des voies et méthodes qui sont de nature à renforcer le processus de participation locale, et les intégrer dans les activités quotidiennes. - Acquérir les aptitudes administratives générales ainsi que les compétences de planification stratégique particulières. - Préparer et rédiger le document d un projet de développement en vue d en assurer le financement nécessaire et procéder à sa mise à exécution. - Connaître les voies et moyens qui aident les municipalités à activer la participation et à augmenter leurs revenus. - Aider à la mise en œuvre de petits projets de développement. Secteur des Jeunes: Ce secteur a pour objectif l intégration des jeunes des zones libérées en plus de trois objectifs principaux: 1. Création de l esprit de communauté et d appartenance nationale parmi les jeunes. 2. Création d un forum libre pour les jeunes ayant pour base le dialogue et l acceptation des idées d autrui qui conduisent à définir des points communs entre eux, pour ce qui a trait à la définition de leurs problèmes, et à aboutir à des solutions possibles. 3. Développement des capacités des jeunes et renforcement de l esprit de commande et d initiative parmi eux afin qu ils participent et qu ils en fassent bénéficier leurs sociétés. Afin d assurer la continuité de ces activités, dans le cadre même de la stratégie de construction des capacités locales, un accord a été conclu avec le Ministère des Affaires Sociales qui prévoit que les centres de services de développement général soient le partenaire local du secteur des jeunes et ce, à travers la création d un certain nombre de groupements actifs des jeunes dans certaines localités du Sud ; et à travers la coopération avec ces groupements avec l aide d une équipe de travail désignée par les centres pour mettre à exécution des activités de volontariat de nature à activer le rôle des jeunes dans tous les domaines du développement. Dans ce contexte, 32 groupements de jeunes et 27 centres de formation sur les ordinateurs ont été crées permettant d établir des rapports via l internet avec les régions où existent des groupements de jeunes. Six clubs de cinéma ont été créés ainsi qu un certain nombre de terrains sportifs et de jardins publics dans ces régions. Confiant dans le fait que les jeunes constituent l artère vitale et essentielle pour le développement des sociétés, le programme a entrepris la formation des groupements de jeunes sur des sujets divers, en vue de relever le niveau de leurs capacités et d augmenter leur participation et activités. Au cours de 2004, le programme a financé et a mis en œuvre les activités suivantes pour un coût global équivalent à US$ : - Des ateliers pour la formation des formateurs autour des thèmes de la résolution des conflits. 80 jeunes garçons et filles ont été reçus en tant que formateurs. - Des ateliers de travail sur le thème de la culture de la non violence. - L invitation de 100 jeunes des groupements de jeunes à participer à l exposition de l orientation professionnelle qui a lieu tous les ans à Beyrouth. - L organisation d une kermesse avec exposition des talents des jeunes à Rmeich. - L organisation de deux camps d été pour la formation des jeunes aux aptitudes de formation. - Lancement des campagnes de plantation d arbres dans onze villages. Quant aux activités que les groupements de jeunes ont entreprises suite à la formation et au travail en commun avec le programme, ce sont:

7 Infrastructures Sociales 75 - Des sessions de formation sur ordinateurs grâce à l utilisation des 27 clubs d ordinateurs équipés par le programme. - Des séances cinématographiques diverses et ce grâce à l utilisation des six clubs cinématographiques équipés par le programme. - Des événements sportifs. - Des excursions dans diverses régions. - Des sessions d éradication de l illettrisme et des sessions d apprentissage de langues étrangères. - Des pièces de théâtre. - Des camps d été pour enfants. Secteur des Coopératives Agricoles Le programme a soutenu, depuis l an 2000, les capacités des coopératives agricoles dans la zone libérée à travers une série d activités multiples; son action s est toutefois limitée, en 2004, au suivi du progrès réalisé et à la coordination avec les coopératives agricoles qui ont bénéficié du travail du programme, en plus de l organisation d un atelier de formation au profit des fédérations de coopératives au Liban Sud, autour du thème «La Gestion des Coopératives et les Sources de Financement». L atelier a groupé les deux fédérations existant au Sud. Les activités qui ont eu lieu et leur suivi de la part du programme sont les suivantes : Organisation d un atelier de formation des coopératives sur le thème «Gestion des coopératives et manière de préparer et de mettre en œuvre les projets» dans les cazas de Marjeyoun, Hasbaya et Bint Jbeil. Chaque atelier a groupé 15 coopératives agricoles de chaque caza, en plus d un atelier de travail autour du thème «Augmenter la compétence de commercialisation des coopératives agricoles au Liban Sud». Soutien des coopératives financièrement en vue de réaliser 27 projets productifs quitte à ce que les coopératives soient un partenaire du programme avec un minimum de contribution financière. Organisation de rencontres entre les coopératives agricoles et les organisations donatrices à Beyrouth, le 7 juin La rencontre a fourni aux coopératives une occasion de commercialiser leurs activités et de faire connaître la région à laquelle elles appartiennent ainsi que la recherche de financements pour des projets futurs. Quant aux organisations donatrices, la rencontre a été pour elles la première occasion de traiter et de communiquer directement et sans intermédiaire avec les institutions locales. En annexe, se trouve la liste des noms des coopératives des cazas de Marjeyoun et Hasbaya et des projets réalisés. Secteur du Développement Economique Ce secteur vise la création d opportunités d emploi en vue d améliorer la situation économique difficile et qui résulte non seulement de la situation économique géné-rale du pays mais aussi de plus de deux décennies d isolement résultant de l occupation; il vise également à trouver des projets productifs qui aident à l augmentation des revenus de la population en vue de jeter les bases d un développement durable dans la région. Pour réaliser ces objectifs, le programme a organisé un certain nombre de sessions de formation pour les coopératives des cazas de Marjeyoun, Hasbaya, Bint Jbeil et de quelques villages du caza de Sour. Ces ateliers de travail ont groupé 30 coopératives agricoles de tous les cazas. 32 coopératives agricoles ont été soutenues dans le cadre du programme des crédits relatif aux coopératives dans divers domaines. Dans ce même contexte, le programme a signé un contrat de coopération et de partenariat avec l Association de Développement des Capacités des Zones Rurales (ADR) qui a contribué pour un montant de US$ de la valeur totale du projet qui s élève à US$, de la part du programme, financée par le Programme du Golfe Arabe de Soutien aux Organismes de Développement des Nations Unies (AGFUND). Des centres de formation ont été créés dans les cazas de Marjeyoun et Bint Jbeil dans lesquels sont formés des individus de la société locale sur la manière de gérer les projets et les prêts, sur l agriculture et la comptabilité ; après quoi, il sera procédé au choix de certaines personnes auxquelles de petits crédits seront accordés pour développer leurs projets ou pour créer des projets leur appartenant. A ce jour, des crédits d une valeur de US$ ont été accordés à six bénéficiaires. Secteur de Réhabilitation des Prisonniers Libérés Les objectifs de ce secteur sont représentés par l élimination des obstacles économiques et professionnels et le traitement des problèmes physiques et psychologiques auxquels ces prisonniers font face. L expérience d incarcération qu ils ont vécue, à commencer par les horreurs des investigations et des tortures jusqu à l obscurité des cellules, qu elles soient collectives ou individuelles, a conduit à l apparition de nonbreux problèmes qui ont constitué un obstacle face au retour des prisonniers à la vie normale, à leur intégration dans les activités sociales, et à leur sens de la responsabilité familiale à l instar des autres personnes ordinaires. Ce projet a pour cibles les prison-

8 76 Infrastructures Sociales niers libérés des prisons israéliennes et du camp de concentration de Khiam, mâles et femelles, qui remplissent les conditions suivantes: De nationalité libanaise; Duré d incarcération dépassant un an; Originaires des cazas de Marjeyoun, Hasbaya et Bint Jbeil. Les composantes du projet mettent l accent sur: Le traitement et la réhabilitation - Procéder à des médicaux et psychologiques - Satisfaire les besoins des handicapés - Offrir les consultations psychologiques - Assurer des traitements physiques Eradication de l illettrisme et formation professionnelle - Formation professionnelle liée aux besoins du marché Génération des revenus et de la production - Aider à trouver des chances d emploi - Création d un fonds pour les crédits tournants Le projet est mis à exécution avec un budget de 719,334 US$, sous la direction du Programme de Développement Economique et Social au Liban Sud, en coopération avec les institutions qui travaillent dans le domaine des prisonniers libérés. Actions du Programme avec le Bureau de Coordination du Déminage: Le programme prend en considération les rapports directs entre les activités sociales et économiques qu il entreprend et ce que fait la cellule de coordination d extraction des mines au Sud Libéré (MACC). Ceci étant, ce fut une relation de coopération et de partenariat entre les équipes de travail des deux programmes. L équipe de travail de MACC a été le premier bénéficiaire de la banque d informations du programme de développement. En conséquence, le programme est devenu un partenaire dans les activités relatives aux mines. Grâce à son action sur le terrain et à la banque d informations, le programme a contribué à la formation ou au renforcement de certaines institutions locales et à leurs rapports officiels avec les institutions publiques existant dans la région dont le concours peut faciliter le processus d extraction des mines. En dépit du fait que le Sud reste sous la menace des mines plantées sur son sol, il est prévu que l opération d extraction des mines permettra de profiter de larges superficies de terres et qu elle facilitera le retour de nombreuses personnes déplacées. Travail de Coordination du Programme: Avec le début de son activité, et dans le cadre de la politique du Programme de Développement des Nations Unis et de son expérience internationale, le programme a organisé des rencontres de coordination avec les organisations internationales, les associations locales et les organisations non gouvernementales (ONG). Cette activité de coordination du développement est devenue une activité régulière de tous les mois avec la participation de la plupart des associations actives au Sud. Outre l échange régulier des informations, la rencontre de coordination mensuelle cherche à stimuler les activités de développement dans une tentative de combler les vides et d éviter toutes dépenses impromptues en raison des limites du financement disponible en comparaison des besoins urgents dans le Sud libéré. Cette réunion périodique sert les communications entre les associations actives au Sud et le Groupe d Action International pour l extraction des mines. Programme économico-social de soutien aux personnes déplacées: Le projet a pour objectif de soutenir et de renforcer la reconciliation entre les revenants et les résidents, et d assurer les services sociaux essentiels aux habitants de ces régions. Parmi les principales réalisations de ce projet: l équipement de 120 clubs pour les jeunes en ordinateurs et appareils audiovisuels, l équipement de 185 écoles publiques en appareils audio-visuels et maté-riels pédagogiques en plus de l équipement de 23 écoles secondaires en classes d informatique et de la formation de 36 instituteurs. 24 centres médicaux et dispensaires ont également été équi-pés en matériels nécessaires à l amélioration des services rendus à leurs visiteurs. Huit ateliers de formation ont, en outre, été organisés auxquels ont participé 900 jeunes des villages des cazas d Aley, de Baabda et du Chouf. Les sujets traités ont porté sur la solution des conflits, le renforcement du partenariat avec les organisations civiles non gouvernementales et les municipalités. 17 sessions ont été organisées pour diffuser la prise de conscience par rapport aux droits de l enfant, l orientation universitaire, la formation informatique. Ces sessions ont visé plus de 2500 élèves des écoles publiques. Le programme a organisé diverses activités pour les jeunes dont l organisation de camps d été résidentiels et diurnes et a organisé, en coopération avec les clubs de jeunes, des tournois sportifs et des activités volontaristes. Le programme a cherché à mettre à jour les informations relatives aux conditions des populations dans 139 villages et localités. Il a mis ces informations à la disposition des municipalités et d autres partenaires. Dans ce contexte, le recours au système d informations

9 Infrastructures Sociales 77 géographiques reste toujours en vigueur. Dans le secteur agricole, des sessions de formation ont été organisées pour quelques quatre vingt coopératives agricoles autour de divers sujets agricoles qui ont porté sur (les secteurs de l olive et de l huite, de l apiculture, de l élevage du bétail, des légumes et des arbres fruitiers) et dont ont bénéficié plus de 3000 agriculteurs. Des fascicules et des études spécialisées ont été préparés autour de ces sujets et ont été mis à la disposition des parties concernées et des agriculteurs. 59 projets de petite taille ont été réalisés pour l amélioration de l infrastructure agricole et locale relativement à la réhabilitation des réseaux d adduction de l eau potable et des sources. Le programme a aussi contribué au renforcement des coopératives agricoles (12) en leur fournissant les matériels agricoles. Le coût du programme s est élevé à environ US$. L équipe de travail du projet a continué à gérer l exécution du projet de développement agricole dépendant du Ministère des Déplacés et financé par l Union Européenne (6,8 millions d Euros) pour permettre aux agriculteurs d obtenir des prêts et de développer leurs aptitudes. A la lumière des réalisations précitées qu il a enregistrées grâce au renforcement de l infrastructure pour les jeunes, les municipalités, les associations, les écoles, les centres médicaux et les coopératives agricoles, et grâce à des activités visant à asseoir la mixité et à renforcer la réconciliation dans les villages et localités situés dans les cazas du Chouf, d Aley et de Baabda, le programme a développé ses interventions en apportant son soutien et en renforçant des programmes communs qui permettent au projet de créer de nouveaux partenariats avec un certain de nombre de donateurs dans le pays, parmi lesquels les ambassades de Grande Bretagne, du Japon, d Allemagne et de Belgique ainsi que du programme d aide américain. Les contributions cumulées du CDR, du Ministère des Déplacés et du PNUD, et autres, ont atteint, fin 2002, quelques 3,2 millions de US$. Le projet a, en coopération avec le FAO, et à travers le programme Telefood, réalisé plus de quatre projets dont la valeur s est élevé à US$. Dans but d ouvrir des horizons pour de nouvelles opportunités d emploi, et pour un mouvement économique particulier, le programme a préparé une étude type (modèle) détaillée en coopération avec la Faculté du Tourisme de l Université Libanaise qui a porté sur le tourisme écologique dans la région du Haut Chouf ; un dossier touristique spécial à ces villages et localités a été préparé pour y attirer les touristes. De même, une page électronique sur la région a été créée grâce à laquelle sont exposées toutes les informations touristiques, historiques, écologiques et archéologiques. Le programme a cherché également à développer le programme de crédits agricoles financé par l Union Européenne et dirigé par le Ministère des Déplacés et l Union des Universités de Rome (ICU), et ce, en incluant la (société Al-Tamkine), en tant que partenaire local pour la gestion du programme futur et pour consacrer des micro-crédits au renforcement des activités économiques et à la création d emplois, dans le but de créer ou de développer des projets industriels de nature à limiter l exode vers les villes et d encourager les habitants à s établir dans les villages. En outre, le programme a, à la lumière de sa prorogation annuelle depuis 2001, et à la lumière de la raréfaction des budgets, assuré le financement de quelques projets vitaux pour les communautés locales (municipalités, clubs, associations civiles, coopératives agricoles) grâce à ses rapports avec les ambassades des états donateurs qui disposent de budgets pour soutenir les activités de développement au Liban comme les ambassades de Grande Bretagne, d Allemagne, du Japon et autres; c est ainsi que le programme apporte son assistance dans la préparation des projets et dans leur présentation. Les projets suivants ont été établis et financés: Usine d embouteillage semiautomatique de l huile financée par l ambassade japonaise pour le compte de l association coopérative des agriculteurs d oliviers dans le Chouf, d une valeur de US$. Usine de transformation agricole pour le compte de l Institution Sociale Al-Farah, à Kfarnabrakh /Chouf, financée par l ambassade britannique, d une valeur de US$, en plus de la préparation de sessions de formation pour quelques 30 dames de la localité du Mhita. Projet de raffinage et de remplissage du miel, financé par l ambassade allemande pour un montant de US$ et de l USAID d un montant de US$ pour le compte de l Association Coopérative des Agriculteurs du Haut Metn, caza de Baabda. Atelier de couture financé par l ambassade allemande pour un montant de US$ dans la localité de Ain Wazzine/Chouf pour le compte de l Association des Dames de Ain Wazzine. Le programme a réussi à établir des relations privilégiées avec l Etat Italien. C est ainsi qu il a organisé un voyage pour les présidents des fédérations des municipalités du Haut Chouf, Souaijani, Iqlim Nord,

10 78 Infrastructures Sociales Jurd et Sofar. Le développement de ces relations a eu pour résultat l organisation de sessions de formation pour les municipalités de ces fédérations au nombre de 44 ; ces sessions ont porté sur la mécanisation, l urbanisme, la tenue des régistres municipaux, la planification future, la préparation et la rédaction des projets. Trois projets ont été soumis à la région de Toscane pour l obtention d un finance ment de Euros. Projet de Développement Social et Economique au Akkar: Le CDR est en train de réaliser ce projet en coopération avec le PNUD. Ce projet vise à soutenir les mécanismes durables pour un développement équilibré dans la région du Akkar. Il renforce aussi les capacités locales et il contribue à unifier les partenariats locaux entre les parties gouvernementales et les organismes de la société civile. D autre part, le projet stimule, à travers l effort de partenariant, les opportunités économiques ; il améliore la capacité des gens à obtenir les services sociaux de base en vue d abaisser les niveaux de la pauvreté au Akkar. Le coût global du projet est de US$ dont US$ seront assurés par l Etat Libanais. Le projet est formé de deux composantes : (a) le relevé social et économique dans la région de Jouma qui est mis à exécution en coopération avec la fédération des municipalités de Jouma, l Institution Issam Farès et l Université de Balamand. Il vise à explorer les ressources humaines et naturelles dans cette région, à définir les besoins de développement et la création dans chaque municipalité adhérant à cette fédération d un système informatique qui facilite le travail de définition et d évaluation des priorités des habitants; (b) l administration locale dans les villages et son renforcement grâce à la formation de comités locaux dans les villages n ayant pas de municipalités et à la formation des membres de ces comités sur la méthodologie du développement local et sur les moyens d élaborer des plans de développement des villages en fonction des priorités qui seront définies par toutes les catégories du village. Projet de Développement Social: Le projet représente la concrétisation de l engagement du Gouvernement à mettre en œuvre une stratégie de développement qui met l accent sur le développement équilibré et équitable pour toutes

11 Infrastructures Sociales 79 Organismes intermédiaires Organismes intermédiaires Organismes intermédiaires Organismes intermédiaires Spécialiste Developpement Social Spécialiste Relation Publique Spécialiste Developpement Social les régions du Liban. Le CDR et la Banque Mondiale ont lancé ce projet en janvier L objectif de développement du Projet de Développement Social consiste à trouver un moyen efficace et durable de nature à améliorer les conditions de vie et les conditions économique des communautés les plus défavorisées. Ceci peut être réalisé grâce à: (a) l amélioration des moyens d accéder à l infrastructure sociale et économique de base gr-âce au financement de petites initiatives qui s appuient sur les besoins des communautés locales; (b) l amélioration des conditions économiques des familles pauvres grâce à l accroissement des revenus locaux et de la productivité, et à la réduction des risques grâce à la formation aux aptitudes, la construction des capacités afin qu elles complètent les initiatives des petits crédits; (c) l élaboration de programmes sociaux visant les besoins de groupes déterminés exposés aux dangers, en particulier les femmes, les enfants et les handicapés; (d) la documentation de l expertise acquise grâce à ce projet et les conclusions à tirer des leçons en consultation avec les ministères concernés en vue de développer les interventions visant à réduire les disparités sociales et régionales sous l angle du développement humain. Le coût global de ce projet est estimé à 30 millions de US$. Le Gouvernement Libanais y participe à hauteur de 5 millions de US$, les associations locales pour un montant équivalant à 5 millions de US$ en nature, et la Banque Mondiale par un prêt de 20 mil-

12 80 Infrastructures Sociales lions de US$. L exécution de ce projet s étendra sur cinq ans; il est formé de trois éléments: - Le développement social et le développement de l infrastructure - Renforcement des revenus et (construction des capacités) - Soutien à la gestion des projets L exécution de ces éléments aura lieu à travers deux groupes de programmes: le premier groupe est formé des programmes intégrés pour le développement des communautés locales dans des zones géographiques visées; le second groupe comprend des programmes visant des catégories déterminées au niveau national. Le projet de développement social sera mis en œuvre à travers un certain nombre d organisations non gouvernementales sélectionnées avec soin, ou à travers un accord de partenariat entre un certain nombre de ces organisations, et ce, en vue de la conception et de l exécution de ces programmes au niveau national, ou dans une des «régions déterminées de pauvreté rurale». Il sera fait mention de ces organisations non gouvernementales sous le nom d organismes intermédiaires du projet. Les organismes intermédiaires du projet auront pour tâches de: (a) réaliser une estimation sociale des communautés bénéficiaires; (b) définir les besoins prioritaires motivants en leur demandant, à travers la mise en œuvre des projets proposés, de faire participer les notabilités locales concernées; (c) superviser, contrôler et évaluer en vue de réaliser les étapes de ces projets secondaires ; (d) remettre au CDR des rapports sur les travaux achevés. Le CDR a choisi les organismes intermédiaires conformément aux conditions en vigueur à la Banque Mondiale afin qu ils travaillent sur les sujets sectoriels nationaux. D autre part, le CDR a demandé à des organisations non gouvernementales habilitées et intéressées d exprimer leur souhait de travailler en tant qu organismes dans neuf zones de pauvreté rurale (cazas de Baalbeck/Hermel -cazas de Rachaya/Hasbaya - caza du Akkar - Ville de Tripoli - cazas de Minieh/Dinnieh/Zghorta - cazas de Batroun/Jbeil/Bcharré - région du Grand Beyrouth - mohafazas du Sud et de Nabatieh - cazas du Chouf/Aley). Le CDR a, à cet effet, lancé une première adjudication qui a couvert quatre régions et il poursuit l opération de sélection pour les autres régions. Fonds de Développement Economique et Social: Ce projet a été établi en vertu de l accord de financement signé par le Gouvernement Libanais avec l Union Européenne en novembre L accord de financement a consacré la somme de 25 millions d Euros de la part de l Union Européenne, et un montant additionnel de 6 millions d Euros de la part du Gouvernement Libanais, pour la création du Fonds de Développement Economique et Social en tant qu institution indépendante. L exécution du projet a démarré en juin 2002 et il est prévu qu il sera achevé dans un délai de quatre ans. Le CDR gérera ce projet durant les premiers dix huit mois, après quoi il deviendra une institution indépendante et durable au Liban. Cette période sera mise à profit pour développer, tester et appliquer des mécanismes de partenariat stimulés par la demande et capables de répondre aux besoins des catégories les plus défavorisées et qui contribuent à réduire la rigueur de la pauvreté au Liban. L Unité de Gestion du Fonds constitue le noyau du projet de Fonds de Développement Economique et Social. Elle jouit de l assistance technique qui lui est offerte par l Unité de Gestion du Projet durant toute la période de réalisation du projet. Les principales fonctions du projet sont représentées par deux éléments composants, à savoir: Elément de création d opportunités d emplois : c est l élément qui vise à la création et au maintien des opportunités d emplois dans les régions défavorisées grâce à la fourniture de crédits aux petites entreprises et à la génération de revenus pour les individus propriétaires de très petites entreprises. Elément de développement des communautés civiles locales: Il vise à améliorer la possibilité d accéder aux services sociaux ainsi que leur qualité et la manière de les distribuer en vue de relever le niveau des conditions de vie des catégories à bas revenus, et ce en accordant un soutien financier et technique aux projets qui sont proposés par les communautés civiles locales. Un résumé du principal progrès réalisé depuis la mise en œuvre du projet en juin 2002, est donné ci-après: S agissant de la composante de création d opportunités d emplois, qui a entrepris la préparation des projets dans les mohafazas du Nord, du Sud et de Nabatieh, un accord a été conclu avec une banque nationale afin qu elle avance un montant s élevant à un milliard sept cent millions de Livres Libanaises sous forme de petits crédits pouvant aller jusqu à 30 millions de Livres Libanaises. Un accord a été également conclu avec une association civile afin qu elle avance un montant s élevant à un milliard huit cent millions de Livres Libanaises sous forme de micro-crédits pouvant aller jusqu à sept millions cinq cent mille Livres Libanaises. Un accord a été conclu avec une association civile pour la fourniture de services de développement des affaires en tant que stimulant et

13 Infrastructures Sociales 81 assistant dans la réalisation du projet. De même, un accord a été conclu avec une institution d études pour la préparation d une étude sur les opportunités d investissement dans le caza de Bint Jbeil; à quoi il faut ajouter la participation à de nombreux forums et congrès locaux et internationaux traitant des problèmes de la planification et de la préparation des stratégies des emprunts dans les communautés locales. Quant à la composante du développement local, le Fonds a signé cette année, outre les mémoires d entente avec Mishmish (caza de Akkar) et Aytroun (caza de Bint Jbeil) signés en 2002, 4 mémoires d entente avec 9 localités du Nord et du Sud, nommément : le groupe des localités de Majdala, Mar Touma et Deir Dalloum (caza de Akkar), le groupe des localités de Chane et de Khreibet El-Jurd (caza de Akkar), le groupe des localités de Tiré, Srabbine et Rchaf (caza de Bint Jbeil), le village de Aynata (caza de Bint Jbeil), en vue de réaliser des projets de développement dans les localités précitées d une valeur de Euros pour chaque localité ou groupe de localités. L opération de déboursement du don a commencé dans les localités de Mishmish et de Aytroun. Le président du CDR a signé avec ces deux localités deux accords de dons pour la construction d un pont agricole à Mishmish et pour l achat d équipements mécaniques pour la localité de Aytroun.

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

Aperçu général de la nouvelle JICA

Aperçu général de la nouvelle JICA Aperçu général de la nouvelle JICA 1 Naissance de la nouvelle JICA : La plus grande agence de coopération bilatérale du monde L Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) va renaître le 1er

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre!

La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! La gouvernance foncière Agissons pour sa mise en œuvre! Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM)

Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) Ministère des Mines, de l Industrie et des PME PROGRAMME NATIONAL «PLATE-FORME MULTIFONCTIONNELLE POUR LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETE (PN-PTFM) FICHE SYNOPTIQUE DE PRESENTATION DU PN-PTFM I. INFORMATIONS

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU)

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L HABITAT ET DE L URBANISME (MEHU) STRATEGIE NATIONALE DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, DE L APPRENTISSAGE ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES POUR FAVORISER UN

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies

Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies Proposition de projet pour le soutien à l occasion des 100 ans d ecobeton water technologies Accès à l eau potable et à l assainissement dans les Andes du Sud en Equateur Région de Saraguro-Oña ecobeton

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

Universita Degli Studi di Milano. Facoltà di Agraria. Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale

Universita Degli Studi di Milano. Facoltà di Agraria. Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale Universita Degli Studi di Milano Facoltà di Agraria Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale Seminari del CICSAA Centro Interuniversitario per la Cooperazione allo Sviluppo

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II. PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II Les programmes de bourses et de formation examinés dans le présent chapitre ont été instaurés par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits

Plus en détail

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!»

L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» L éducation au Bénin : «Nous étions aveugles, maintenant, nous commençons à y voir clair!» Richard Gerster* Le nombre des élèves augmente rapidement au niveau primaire. Au Bénin, un pays d Afrique de l

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI PCIPD/1/4 ORIGINAL : anglais DATE : 4 mai 1999 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DE LA COOPÉRATION POUR LE DÉVELOPPEMENT EN RAPPORT AVEC LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET

REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION-DISCIPLINE-TRAVAIL LA SITUATION DE L INTEGRATION DU GENRE SUR LE PLAN INSTITUTIONNEL, POLITIQUE ET DE PROJET Introduction A l instar de tous les pays qui ont adhéré à

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2008 PFA/BS POUR DISCUSSION ET ORIENTATION

Conseil d administration Genève, novembre 2008 PFA/BS POUR DISCUSSION ET ORIENTATION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.303/PFA/BS/1 303 e session Conseil d administration Genève, novembre 2008 Sous-comité du bâtiment PFA/BS POUR DISCUSSION ET ORIENTATION PREMIÈRE QUESTION À L ORDRE DU

Plus en détail

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006

Cent quinzième session. Rome, 25-29 septembre 2006 Août 2006 F COMITÉ FINANCIER Cent quinzième session Rome, 25-29 septembre 2006 Recommandations et décisions de la Commission de la fonction publique internationale et du Comité mixte de la Caisse commune

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Baux agricoles ISSN 1812-318X

Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ORGANIZATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE Rome, 2004 Baux agricoles Préface Les Notes sur les régimes fonciers publiées par la FAO

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

Voies d engagements en matière de RHS BENIN

Voies d engagements en matière de RHS BENIN Voies d engagements en matière de RHS BENIN 1) Quelles sont les actions voies en matière de ressources humaines pour la santé (RHS) sur lesquels votre pays/institution peut s engager? Les femmes au Bénin

Plus en détail

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité 1 Organisation d un club Organigramme du club Description des fonctions des officiers et autres responsables désignés Activités des comités du club Méthode de travail des comités Rapports des comités Une

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Loi provinciale n 15 du 19 mars 1991

Loi provinciale n 15 du 19 mars 1991 CRITÈRES DE FINANCEMENT DES INTERVENTIONS DIRECTES DE LA PROVINCE AUTONOME DE BOLZANO DANS LE CADRE DE LA COOPÉRATION AU DÉVELOPPEMENT MAIS ÉGALEMENT À LA CULTURE DE LA PAIX ET DE LA SOLIDARITÉ Loi provinciale

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de

Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de Termes de référence pour l évaluation et la capitalisation du projet PMF-FEM Titre du projet : Contribution à la réhabilitation et à la sauvegarde de l'abeille jaune par l'introduction de ruches peuplées

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé INFORMATIONS GÉNÉRALES Termes de référence créés/mis à jour le 13 janvier 2015 Titre Secteur Lieu d affectation (ville, pays) Durée de l affectation Juriste associé

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle

EVALUATION FINALE SEN/024. Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle EVALUATION FINALE SEN/024 Programme d Appui à la Mise en Œuvre de la Réforme de l Enseignement technique et Formation professionnelle FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF?

QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF? 4. QU EST-CE QUE LE DEVELOPPEMENT LOCAL INCLUSIF? Un cadre pour une politique de développement local inclusif Le fait de rendre le développement local inclusif pour tous est essentiel pour garantir l égalité

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Date: 15 Février 2013 Pays Intitulé de la mission : République Démocratique du Congo RDC Sélection d un consultant Chef d équipe pour l élaboration

Plus en détail

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015

Conseil de l Europe. Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Conseil de l Europe Plan d action pour les personnes handicapées 2006 2015 Un plan sur la façon d améliorer les choses pour les personnes handicapées en Europe Version facile à lire Information et Participation

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE DES NATIONS UNIES Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée

Plus en détail

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre

EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE. Fiche d Information sur le genre EC Gender Help Desk Help Desk pour l égalité des genres de la Commission européenne CÔTE D IVOIRE Fiche d Information sur le genre Les Fiches d Information sur le genre, rédigés par le Help Desk pour l

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF

LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF LES OUTILS EUROPÉENS DE PROTECTION SOCIALE EN BREF La présente publication est soutenue financièrement par le programme de l Union européenne pour l emploi et la solidarité sociale PROGRESS (2007-2013)

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

YouthStart ÉTUDE DE CAS PEACE

YouthStart ÉTUDE DE CAS PEACE Par Laura Muñoz Conception, test pilote et commercialisation à grande échelle d un produit destiné aux jeunes Cet article présente les principales réalisations et difficultés rencontrées par PEACE (partenaire

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail