Development Social et Economique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Development Social et Economique"

Transcription

1 J CDR MAG FR 24/08/ :29 PM Page 69 Infrastructures Sociales 69 Development Social et Economique Le CDR a fait un pas qualitatif dans ce contexte qui s est concrétisé par la création d un Département de la Planification Sociale et Economique à l intéri-eur du Département de la Planification et de la Programmation. Cette initiative a donné à l action du CDR une nouvelle dimension qui dépasse les réalisations effectuées dans le domaine de la reconstruction, et une dimension sociohumanitaire directement liée aussi bien aux besoins régionaux et sectoriels, et qui influe en conséquence sur les programmes d investissement que l Etat définit. Le CDR a entrepris, en collaboration avec un certain nombre d organismes gouvernementaux et internationaux, la planification et la coordination d un certain nombre de projets visant à l amélioration du niveau de vie des catégories marginalisées et à introduire des changements sur le plan national. Le rôle le plus marquant du CDR est apparu dans l établissement de rapports de coopération avec les organismes actifs dans ce secteur à travers les deux projets que le CDR gère, à savoir, le Projet de Développement Social, financé par la Banque Mondiale, et le Projet de Fonds de Développement Economique et Social, financé par un don de l Union Européenne. La valeur des accords conclus à ce jour dans le secteur du développement social et économique s est élevée à 44 millions de US$ environ. Le plan d action futur dans ce domaine a pour objectif d asseoir la culture du développement et des actions de planification en vue d établir une stratégie du développement social à partir des besoins sectoriels et régionaux à travers la coordination et à la coopération avec toutes les parties concernées par le développement, et à la poursuite de la prestation des divers Réunion du (FDES) avec un comité local des femmes

2 J CDR MAG FR 70 24/08/ :30 PM Page 70 Infrastructures Sociales Réunion du comité local de Meshmish Akkar services aux catégories sociales qui en ont besoin. Ces services mettent l accent sur les affaires des femmes, des handicapés, des déplacés et des problèmes des jeunes, en plus du renforcement des capacités de ces derniers en vue de les réintégrer dans la société civile. La politique du gouvernement vise à fournir ces services, soit directement à travers ses réseaux formés des centres de services de développement d ensemble, qui dépendent du Ministère des Affaires Sociales, soit indirectement à travers sa participation à des institutions ou à des centres civils. En outre, le Ministère lui-même cherche à améliorer ses capacités propres dans les domaines de la planification et du contrôle en vue d assurer une plus grande capacité d intervention et une meilleure qualité de services. Réalisations passées Amélioration des Conditions de Vie des Pauvres: Le Ministère des Affaires Sociales en tant que responsable de la mise à exécution de ce projet sur le plan national, travaille en étroite collaboration avec le PNUD afin de mener à leur fin les activités prévues suivantes: 1. Relevé social à objectifs multiples: Un accord a été signé au Réhabilitation des infrastructures dans les petits villages. début de l année entre le projet de «Renforcement des capacités pour abaisser le niveau de la pauvreté» et la Direction Centrale des Statistiques, en collaboration avec la Banque Mondiale, en vue de réaliser un relevé à objectifs multiples des conditions de vie au Liban et des caractéristiques sociales et économiques de la population ainsi que des caractéristiques de la pauvreté et ce, grâce à des études spécialisées sur le terrain. Le relevé vise également à recueillir les données nécessaires relativement aux revenus et à la consommation dans le but d en tirer les calculs nationaux et l indice des prix. Ce projet est financé par le Ministère des Affaires Sociales ( US$) et par le Fonds des Nations Unies pour le Développement ( US$). Un accord séparé sera signé entre le Ministère des Affaires Sociales et la Direction Centrale des Statistiques stipulant que cette dernière contribuera pour un montant de US$ à la réalisation d une étude de relevé des conditions de vie des familles sur le plan national. Le relevé a commencé en février Rapport Social: Il a pour objectif la modernisation des divers indices sectoriels en vue d aider à l élaboration des politiques natio- nales. Des ateliers de travail ont été organisés à cet effet en décembre en vue de connaître les observations des parties concernées. Il est prévu que ce rapport paraîtra en avril Unité des ressources des organisations non gouvernementales: qui a été créée et qui a commencé à produire des publications sur des sujets d intérêt pour le secteur civil. 4. Plan de Réforme du Ministère: sur le plan central visant au développement des services sociaux et une stratégie de décentralisation administrative des services, au moyen des centres de développement et du partenariat avec les organisations non gouvernementales. Les consultations vont se poursuivre avec le CDR en vue de coordonner les objectifs de ce projet avec les programmes et priorités nationaux. Etude de Stratégie pour les Centres de Services de Développement Social: L étude a été achevée en décembre Le rapport préparé par le consultant a comporté un certain nombre de recommandations visant à renforcer le rôle des centres de développement. Le coût de cette étude, entièrement couvert par un don japonais géré par la Banque Mon-

3 Infrastructures Sociales 71 diale, s est élevé à US$. Rapport National sur le Développement Humain au Liban : Le troisième rapport national sur le développement humain au Liban ayant pour sujet: «La mondialisation vers un plan d action libanais», a été lancé en septembre Le rapport met l accent sur les défis désignés et sur les opportunités que la mondialisation apporte du point de vue du développement humain. Ce projet a été financé par le CDR et le PNUD qui ont contribué pour et US$ respectivement. Projets des petits credits Automatisation du Ministère des Affaires Sociales: Le Ministère des Affaires Sociales a bénéficié d un don de la Banque Mondiale afin de conclure un accord avec une société de consultation en vue de définir les besoins du Dépa-rtement des Affaires Sociales en programmes informatiques dans le but d établir des règles et des normes considérées comme nécessaires pour l amélioration du processus de ciblage et du meilleur contrôle. Le Ministère s est mis d accord avec un consultant en vue d examiner et de définir ses besoins en programmes informatiques requis pour le département financier et la comptabilité. Le CDR a contribué à ce financement à hauteur de US$. Programme National soutenu par le Fonds des Nations Unies pour la Population: Dans le cadre de la deuxième session du Programme National soutenu par le Fonds des Nations Unies pour la Population, pour la période allant de 2002 à 2006, les documents relatifs à trois projets ont été approuvés au cours du mois de décembre Intégrer les dimensions démographiques et de développement dans le processus de planification et de programmation national: Ce projet vise à: a) renforcer les capacités nationales en vue d intégrer les questions démographiques, de santé reproductive et du genre dans le processus de planification sur les plans national et sectoriel. b) faire en sorte que les graphiques (tableaux) démographiques classés selon le genre et la région géographique, soient plus disponibles. c) relever le niveau de sensibilisation envers les questions prioritaires dans les domaines de la démographie, de la santé reproductive et du genre auprès des décideurs, des membres du parlement, des media et des meneurs de l opinion publique. Ce projet sera mis à exécution par le Ministère des Affaires Sociales sur une période de 49 mois. Un comité d orientation sera formé qui groupera des représentants du CDR, du Ministère de Affaires Sociales, du Comité National Permanent de Population, de la Direction Centrale des Statistiques et d autres parties concernées. Le rôle de ce comité sera centré sur le renforcement de la coordination, le travail d équipe et la responsabilité. Il est intéressant de noter que durant le précédent cycle du Programme soutenu par le Fonds des Nations Unies pour l Assistance aux Populations, et dans le cadre du projet de Stratégies de Population et de Développement, «le Document de Politique Nationale pour la Population» a été finalisé et le Conseil des Ministres en a pris connaissance en août Un certain nombre de programmes d action seront développés sur la base de ce document relativement à la politique de la population au cours de la nouvelle phase du programme d assistance. - L Information, l Education et les Communications dans le domaine de la santé reproductive sur le plan des communautés locales et Projet d Intégration des Services et Connaissances de la Santé Reproductive dans les régions visées: Ces deux projets rentrent dans le cadre du programme secondaire de la santé reproductive, qui est dans le cadre de ce nouveau cycle. Ce programme à pour objectif de contribuer à l amélioration de la qualité de vie du peuple libanais et ce, grâce, à: a) l amélioration de la santé reproductive, b) la réduction des écarts entre les secteurs socio-économiques et, c) la réal-

4 J CDR MAG FR 72 24/08/ :30 PM Page 72 Infrastructures Sociales isation d un équilibre entre la dynamique démographique et le développement socio-économique. Les deux Ministères ont pris sur eux respectivement la mise à exécution de ces deux projets. Les interventions du projet d information, de sensibilisation et de communication ont pour objectif le renforcement des capacités des prestataires des services de santé reproductive dans les domaines des techniques de communication et du renforcement de la sensibilisation parmi les jeunes et les plus âgés, au sujet des maladies de la santé reproductive et des maladies vénériennes. L organisation institutionnelle du projet d information, d éducation et de communication au Ministère des Affaires Sociales en a garanti la durabilité. Des organismes spécialisés seront invités à apporter leur assistance dans l exécution de certaines activités prévues. Pour sa part, le Ministère de la Santé Publique entreprendra les activités principales suivantes : - Choix de 150 centres médicaux pour offrir un paquet complet de services de santé reproductive. Les équipes de santé travaillant dans ces centres bénéficieront de Projets des petits credits sessions de formation pour mettre à jour leurs connaissances et pour les familiariser avec les principes de santé reproductive. - Prestation de services de santé préliminaires, en général, et de services de santé reproductive de qualité, en particulier, grâce à la mise en application effective des protocoles médicaux et des procédures de prestation des services. - Extension du système de données médicales en mettant l accent sur le système de données de la santé reproductive afin que ces systèmes assistent le processus de prise de décisions et de contrôle de l avancement des travaux d exécution du projet. Préparation du Rapport National sur le suivi des objectifs du Sommet du Millénaire: Le CDR et le Programme des Nations Unies pour le Développement ont lancé l opération de préparation du rapport sur les objectifs de développement du Millénaire au Liban et ce, en partenariat entre les parties gouvernementales concernées et une équipe de travail du PNUD afin d en faire un outil de suivi pour le contrôle du progrès enregistré dans la réalisation des objectifs et des buts de la Déclaration du Sommet du Millénaire qui a été adoptée par 191 états en septembre Il est prévu que ce rapport reflétera les priorités et les objectifs de développement au Liban pour les quinze prochaines années. Le PNUD a participé à ce projet pour US$. Un programme a été préparé pour un forum national qui débattra au sujet des résultats du rapport et des recommandations qui en résulteront. Le forum sera organisé en février Projets de développement régional intégré Ces projets ont pour objectif l amélioration des conditions de vie et des conditions économiques dans les régions les plus défavorisées grâce à l amélioration de l infrastructure sociale et économique de base, et grâce au développement des capacités de production des habitants de ces régions en vue de réaliser le développement équilibré basé sur le partenariat entre le secteur public, d une part, le secteur privé et la société civile, d autre part. Programme de développement rural intégré pour la région de Baalbeck Hermel: Le CDR a

5 Infrastructures Sociales 73 travaillé en coopération étroite avec le PNUD, en 2002, en vue de liquider toutes les obligations découlant de ce programme. Une équipe composée des employés du programme a été formée à cet effet. Depuis le début de la mise à exécution de cette étape, en 1997, le CDR a contribué pour 7 millions de US$ qui ont été utilisés pour effectuer certaines interventions prévues dans le programmes et pour assurer l organisme humain du programme. Développement des communautés locales dans le Rif Arabe Liban: Les activités de ce projet commun ont été accomplies en décembre Un rapport final sur le projet et sur son évaluation est en cours de préparation préalablement à son réexamen de la part du CDR, de l Agence Economique et Sociale des Nations Unies pour l Asie Occidentale (ESCWA), du Programme du Golfe Arabique de Soutien aux Organisations de Développement des Nations Unies et de l Institution Internationale Mersicor. Les leçons qui pourraient être utiles en vertu de ce rapport seront documentées et seront partagées avec d autres parties. Etudes préliminaires pour le projet de développement rural: Le CDR a préparé grâce à un don japonais (PHRD) dirigé par la Banque Mondiale, quatre études préliminaires en vue de l élaboration du projet de développement rural au Liban. Ces études ont porté sur les sujets suivants : déclaration de la politique de développement rural intégré et sa stratégie; évaluation des besoins de participation et de développement rural accéléré; les questions de commercialisation des produits agricoles, et les alternatives disponibles pour les activités du projet et l évaluation institutionnelle du projet. Programme de développement économique et social du Sud Liban: A la suite du retrait israélien des zones occupées au Sud, en mai 2000, et suite à des études passées, l Etat libanais, représenté par le CDR, et en consultation avec le PNUD, a commencé à mettre à exécution un programme commun visant au développement des villages libérés du Sud. Le programme vise au soutien des habitants qui n ont pas quitté leur terre depuis plus de vingt ans d occupation et ce, à travers la réalisation de petits projets de nature à aider à l amélioration du cycle économique dans la région, et qui serviraient de stimulant au maintien sur place des habitants et au retour des personnes déplacées au. Le programme vise les villages libérés dans les cazas suivants: Marjeyoun, Hasbaya, Bint Jbeil et une partie du caza de Sour. Un centre permanent du programme a été créé à Sour. Il convient de souligner que les activités du programme n ont pas couvert la Békaa Ouest et Iqlim al-touffah en raison des limites du budget. Le travail du programme se concentre sur le renforcement des institutions locales et sociales existant dans la région au soutien des capacités et à l amélioration de leurs performances pour leur permettre de continuer et de remplir le rôle pour lequel elles ont été créés. Le programme a entrepris un certain nombre d activités ayant trait au soutien des capacités des localités et organismes locaux, aux rapports nouveaux et à l intégration des jeunes ; à l encouragement des secteurs d investissement et de projets de micro-crédits ; à la création d un organisme pour l établissement d une base de données en vue de l échange des informations sur la zone libérée électroniquement. Le programme a défini cinq secteurs principaux sur lesquels il faudra mettre l accent au cours de la mise en œuvre du programme à savoir : le secteur des municipalités, le secteur des jeunes, le secteur du développement économique, le secteur des coopératives agricoles et le secteur de réhabilitation des prisonniers libérés. Il sera procédé à la formation des institutions locales, puis à la définition des besoins et à l exécution des projets, quitte à ce que la participation des partenaires locaux soit la base au cours des phases de préparation, de planification et d exécution. Secteur des Municipalités La municipalité représente l autorité locale dans les villages et localités. Elle jour un rôle essentiel dans le développement des sociétés. Dans le cadre d actions du programme pour le soutien aux capacités des municipalités nouvellement élues dans les villages libérés des cazas de Sour, Bint Jbeil, Marjeyoun et Hasbaya qui comptent 38 municipalités, le programme a organisé une série de sessions de formation sur le thème du renforcement de la participation locale, de la planification stratégique, de la formulation des projets, et de l organisation et de la gestion des municipalités. Le programme de soutien technique aux municipalités comprend les principaux objectifs suivants : - Etablir un relevé économique et social général sur le terrain pour les municipalités de la zone libérée ayant pour but de fournir à ces dernières les informations nécessaires sur chaque localité. - Analyser et organiser les ressources humaines et matérielles existantes ainsi que les besoins locaux selon les priorités, et avec la participation des partenaires locaux. - Donner aux municipalités les moyens de renforcer la participa-

6 74 Infrastructures Sociales tion locale dans la planification et la gestion des projets de développement multiples. - Développer les capacités des représentants de l autorité locale dans les zones libérées en vue de développer leurs aptitudes dans la planification et la gestion. - Soutenir les municipalités dans l exécution de certains petits projets économiques et sociaux en prenant en considération les sujets suivants: l environnement, la participation locale et l augmentation du revenu local. Le soutien technique aux municipalités a abouti à la création du «dossier localité» qui comprend un questionnaire sur la situation sociale et économique de la localité et/ou village, en plus d une carte digitale pour chaque localité. Le «dossier localité» et les «ateliers de formation» ont joué un rôle efficace dans la concrétisation et la satisfaction des besoins des municipalités de façon scientifique. En 2004, et à travers le programme de développement des capacités des municipalités et de leur formation, le programme a organisé des sessions de formation au profit des municipalités élues en mai 2004, et tout particulièrement, celles nouvellement créés, soit 22 municipalités environ. Le programme a organisé plusieurs sessions de formation autour des thèmes suivants: renforcement de la participation locale ; planification stratégique; formulation des projets; le programme s est limité à la formation seulement; il n y a eu ni assistance ni projets soumis en raison du financement limité. Les objectifs de la formation étaient les suivants: - Prendre connaissance des voies et méthodes qui sont de nature à renforcer le processus de participation locale, et les intégrer dans les activités quotidiennes. - Acquérir les aptitudes administratives générales ainsi que les compétences de planification stratégique particulières. - Préparer et rédiger le document d un projet de développement en vue d en assurer le financement nécessaire et procéder à sa mise à exécution. - Connaître les voies et moyens qui aident les municipalités à activer la participation et à augmenter leurs revenus. - Aider à la mise en œuvre de petits projets de développement. Secteur des Jeunes: Ce secteur a pour objectif l intégration des jeunes des zones libérées en plus de trois objectifs principaux: 1. Création de l esprit de communauté et d appartenance nationale parmi les jeunes. 2. Création d un forum libre pour les jeunes ayant pour base le dialogue et l acceptation des idées d autrui qui conduisent à définir des points communs entre eux, pour ce qui a trait à la définition de leurs problèmes, et à aboutir à des solutions possibles. 3. Développement des capacités des jeunes et renforcement de l esprit de commande et d initiative parmi eux afin qu ils participent et qu ils en fassent bénéficier leurs sociétés. Afin d assurer la continuité de ces activités, dans le cadre même de la stratégie de construction des capacités locales, un accord a été conclu avec le Ministère des Affaires Sociales qui prévoit que les centres de services de développement général soient le partenaire local du secteur des jeunes et ce, à travers la création d un certain nombre de groupements actifs des jeunes dans certaines localités du Sud ; et à travers la coopération avec ces groupements avec l aide d une équipe de travail désignée par les centres pour mettre à exécution des activités de volontariat de nature à activer le rôle des jeunes dans tous les domaines du développement. Dans ce contexte, 32 groupements de jeunes et 27 centres de formation sur les ordinateurs ont été crées permettant d établir des rapports via l internet avec les régions où existent des groupements de jeunes. Six clubs de cinéma ont été créés ainsi qu un certain nombre de terrains sportifs et de jardins publics dans ces régions. Confiant dans le fait que les jeunes constituent l artère vitale et essentielle pour le développement des sociétés, le programme a entrepris la formation des groupements de jeunes sur des sujets divers, en vue de relever le niveau de leurs capacités et d augmenter leur participation et activités. Au cours de 2004, le programme a financé et a mis en œuvre les activités suivantes pour un coût global équivalent à US$ : - Des ateliers pour la formation des formateurs autour des thèmes de la résolution des conflits. 80 jeunes garçons et filles ont été reçus en tant que formateurs. - Des ateliers de travail sur le thème de la culture de la non violence. - L invitation de 100 jeunes des groupements de jeunes à participer à l exposition de l orientation professionnelle qui a lieu tous les ans à Beyrouth. - L organisation d une kermesse avec exposition des talents des jeunes à Rmeich. - L organisation de deux camps d été pour la formation des jeunes aux aptitudes de formation. - Lancement des campagnes de plantation d arbres dans onze villages. Quant aux activités que les groupements de jeunes ont entreprises suite à la formation et au travail en commun avec le programme, ce sont:

7 Infrastructures Sociales 75 - Des sessions de formation sur ordinateurs grâce à l utilisation des 27 clubs d ordinateurs équipés par le programme. - Des séances cinématographiques diverses et ce grâce à l utilisation des six clubs cinématographiques équipés par le programme. - Des événements sportifs. - Des excursions dans diverses régions. - Des sessions d éradication de l illettrisme et des sessions d apprentissage de langues étrangères. - Des pièces de théâtre. - Des camps d été pour enfants. Secteur des Coopératives Agricoles Le programme a soutenu, depuis l an 2000, les capacités des coopératives agricoles dans la zone libérée à travers une série d activités multiples; son action s est toutefois limitée, en 2004, au suivi du progrès réalisé et à la coordination avec les coopératives agricoles qui ont bénéficié du travail du programme, en plus de l organisation d un atelier de formation au profit des fédérations de coopératives au Liban Sud, autour du thème «La Gestion des Coopératives et les Sources de Financement». L atelier a groupé les deux fédérations existant au Sud. Les activités qui ont eu lieu et leur suivi de la part du programme sont les suivantes : Organisation d un atelier de formation des coopératives sur le thème «Gestion des coopératives et manière de préparer et de mettre en œuvre les projets» dans les cazas de Marjeyoun, Hasbaya et Bint Jbeil. Chaque atelier a groupé 15 coopératives agricoles de chaque caza, en plus d un atelier de travail autour du thème «Augmenter la compétence de commercialisation des coopératives agricoles au Liban Sud». Soutien des coopératives financièrement en vue de réaliser 27 projets productifs quitte à ce que les coopératives soient un partenaire du programme avec un minimum de contribution financière. Organisation de rencontres entre les coopératives agricoles et les organisations donatrices à Beyrouth, le 7 juin La rencontre a fourni aux coopératives une occasion de commercialiser leurs activités et de faire connaître la région à laquelle elles appartiennent ainsi que la recherche de financements pour des projets futurs. Quant aux organisations donatrices, la rencontre a été pour elles la première occasion de traiter et de communiquer directement et sans intermédiaire avec les institutions locales. En annexe, se trouve la liste des noms des coopératives des cazas de Marjeyoun et Hasbaya et des projets réalisés. Secteur du Développement Economique Ce secteur vise la création d opportunités d emploi en vue d améliorer la situation économique difficile et qui résulte non seulement de la situation économique géné-rale du pays mais aussi de plus de deux décennies d isolement résultant de l occupation; il vise également à trouver des projets productifs qui aident à l augmentation des revenus de la population en vue de jeter les bases d un développement durable dans la région. Pour réaliser ces objectifs, le programme a organisé un certain nombre de sessions de formation pour les coopératives des cazas de Marjeyoun, Hasbaya, Bint Jbeil et de quelques villages du caza de Sour. Ces ateliers de travail ont groupé 30 coopératives agricoles de tous les cazas. 32 coopératives agricoles ont été soutenues dans le cadre du programme des crédits relatif aux coopératives dans divers domaines. Dans ce même contexte, le programme a signé un contrat de coopération et de partenariat avec l Association de Développement des Capacités des Zones Rurales (ADR) qui a contribué pour un montant de US$ de la valeur totale du projet qui s élève à US$, de la part du programme, financée par le Programme du Golfe Arabe de Soutien aux Organismes de Développement des Nations Unies (AGFUND). Des centres de formation ont été créés dans les cazas de Marjeyoun et Bint Jbeil dans lesquels sont formés des individus de la société locale sur la manière de gérer les projets et les prêts, sur l agriculture et la comptabilité ; après quoi, il sera procédé au choix de certaines personnes auxquelles de petits crédits seront accordés pour développer leurs projets ou pour créer des projets leur appartenant. A ce jour, des crédits d une valeur de US$ ont été accordés à six bénéficiaires. Secteur de Réhabilitation des Prisonniers Libérés Les objectifs de ce secteur sont représentés par l élimination des obstacles économiques et professionnels et le traitement des problèmes physiques et psychologiques auxquels ces prisonniers font face. L expérience d incarcération qu ils ont vécue, à commencer par les horreurs des investigations et des tortures jusqu à l obscurité des cellules, qu elles soient collectives ou individuelles, a conduit à l apparition de nonbreux problèmes qui ont constitué un obstacle face au retour des prisonniers à la vie normale, à leur intégration dans les activités sociales, et à leur sens de la responsabilité familiale à l instar des autres personnes ordinaires. Ce projet a pour cibles les prison-

8 76 Infrastructures Sociales niers libérés des prisons israéliennes et du camp de concentration de Khiam, mâles et femelles, qui remplissent les conditions suivantes: De nationalité libanaise; Duré d incarcération dépassant un an; Originaires des cazas de Marjeyoun, Hasbaya et Bint Jbeil. Les composantes du projet mettent l accent sur: Le traitement et la réhabilitation - Procéder à des médicaux et psychologiques - Satisfaire les besoins des handicapés - Offrir les consultations psychologiques - Assurer des traitements physiques Eradication de l illettrisme et formation professionnelle - Formation professionnelle liée aux besoins du marché Génération des revenus et de la production - Aider à trouver des chances d emploi - Création d un fonds pour les crédits tournants Le projet est mis à exécution avec un budget de 719,334 US$, sous la direction du Programme de Développement Economique et Social au Liban Sud, en coopération avec les institutions qui travaillent dans le domaine des prisonniers libérés. Actions du Programme avec le Bureau de Coordination du Déminage: Le programme prend en considération les rapports directs entre les activités sociales et économiques qu il entreprend et ce que fait la cellule de coordination d extraction des mines au Sud Libéré (MACC). Ceci étant, ce fut une relation de coopération et de partenariat entre les équipes de travail des deux programmes. L équipe de travail de MACC a été le premier bénéficiaire de la banque d informations du programme de développement. En conséquence, le programme est devenu un partenaire dans les activités relatives aux mines. Grâce à son action sur le terrain et à la banque d informations, le programme a contribué à la formation ou au renforcement de certaines institutions locales et à leurs rapports officiels avec les institutions publiques existant dans la région dont le concours peut faciliter le processus d extraction des mines. En dépit du fait que le Sud reste sous la menace des mines plantées sur son sol, il est prévu que l opération d extraction des mines permettra de profiter de larges superficies de terres et qu elle facilitera le retour de nombreuses personnes déplacées. Travail de Coordination du Programme: Avec le début de son activité, et dans le cadre de la politique du Programme de Développement des Nations Unis et de son expérience internationale, le programme a organisé des rencontres de coordination avec les organisations internationales, les associations locales et les organisations non gouvernementales (ONG). Cette activité de coordination du développement est devenue une activité régulière de tous les mois avec la participation de la plupart des associations actives au Sud. Outre l échange régulier des informations, la rencontre de coordination mensuelle cherche à stimuler les activités de développement dans une tentative de combler les vides et d éviter toutes dépenses impromptues en raison des limites du financement disponible en comparaison des besoins urgents dans le Sud libéré. Cette réunion périodique sert les communications entre les associations actives au Sud et le Groupe d Action International pour l extraction des mines. Programme économico-social de soutien aux personnes déplacées: Le projet a pour objectif de soutenir et de renforcer la reconciliation entre les revenants et les résidents, et d assurer les services sociaux essentiels aux habitants de ces régions. Parmi les principales réalisations de ce projet: l équipement de 120 clubs pour les jeunes en ordinateurs et appareils audiovisuels, l équipement de 185 écoles publiques en appareils audio-visuels et maté-riels pédagogiques en plus de l équipement de 23 écoles secondaires en classes d informatique et de la formation de 36 instituteurs. 24 centres médicaux et dispensaires ont également été équi-pés en matériels nécessaires à l amélioration des services rendus à leurs visiteurs. Huit ateliers de formation ont, en outre, été organisés auxquels ont participé 900 jeunes des villages des cazas d Aley, de Baabda et du Chouf. Les sujets traités ont porté sur la solution des conflits, le renforcement du partenariat avec les organisations civiles non gouvernementales et les municipalités. 17 sessions ont été organisées pour diffuser la prise de conscience par rapport aux droits de l enfant, l orientation universitaire, la formation informatique. Ces sessions ont visé plus de 2500 élèves des écoles publiques. Le programme a organisé diverses activités pour les jeunes dont l organisation de camps d été résidentiels et diurnes et a organisé, en coopération avec les clubs de jeunes, des tournois sportifs et des activités volontaristes. Le programme a cherché à mettre à jour les informations relatives aux conditions des populations dans 139 villages et localités. Il a mis ces informations à la disposition des municipalités et d autres partenaires. Dans ce contexte, le recours au système d informations

9 Infrastructures Sociales 77 géographiques reste toujours en vigueur. Dans le secteur agricole, des sessions de formation ont été organisées pour quelques quatre vingt coopératives agricoles autour de divers sujets agricoles qui ont porté sur (les secteurs de l olive et de l huite, de l apiculture, de l élevage du bétail, des légumes et des arbres fruitiers) et dont ont bénéficié plus de 3000 agriculteurs. Des fascicules et des études spécialisées ont été préparés autour de ces sujets et ont été mis à la disposition des parties concernées et des agriculteurs. 59 projets de petite taille ont été réalisés pour l amélioration de l infrastructure agricole et locale relativement à la réhabilitation des réseaux d adduction de l eau potable et des sources. Le programme a aussi contribué au renforcement des coopératives agricoles (12) en leur fournissant les matériels agricoles. Le coût du programme s est élevé à environ US$. L équipe de travail du projet a continué à gérer l exécution du projet de développement agricole dépendant du Ministère des Déplacés et financé par l Union Européenne (6,8 millions d Euros) pour permettre aux agriculteurs d obtenir des prêts et de développer leurs aptitudes. A la lumière des réalisations précitées qu il a enregistrées grâce au renforcement de l infrastructure pour les jeunes, les municipalités, les associations, les écoles, les centres médicaux et les coopératives agricoles, et grâce à des activités visant à asseoir la mixité et à renforcer la réconciliation dans les villages et localités situés dans les cazas du Chouf, d Aley et de Baabda, le programme a développé ses interventions en apportant son soutien et en renforçant des programmes communs qui permettent au projet de créer de nouveaux partenariats avec un certain de nombre de donateurs dans le pays, parmi lesquels les ambassades de Grande Bretagne, du Japon, d Allemagne et de Belgique ainsi que du programme d aide américain. Les contributions cumulées du CDR, du Ministère des Déplacés et du PNUD, et autres, ont atteint, fin 2002, quelques 3,2 millions de US$. Le projet a, en coopération avec le FAO, et à travers le programme Telefood, réalisé plus de quatre projets dont la valeur s est élevé à US$. Dans but d ouvrir des horizons pour de nouvelles opportunités d emploi, et pour un mouvement économique particulier, le programme a préparé une étude type (modèle) détaillée en coopération avec la Faculté du Tourisme de l Université Libanaise qui a porté sur le tourisme écologique dans la région du Haut Chouf ; un dossier touristique spécial à ces villages et localités a été préparé pour y attirer les touristes. De même, une page électronique sur la région a été créée grâce à laquelle sont exposées toutes les informations touristiques, historiques, écologiques et archéologiques. Le programme a cherché également à développer le programme de crédits agricoles financé par l Union Européenne et dirigé par le Ministère des Déplacés et l Union des Universités de Rome (ICU), et ce, en incluant la (société Al-Tamkine), en tant que partenaire local pour la gestion du programme futur et pour consacrer des micro-crédits au renforcement des activités économiques et à la création d emplois, dans le but de créer ou de développer des projets industriels de nature à limiter l exode vers les villes et d encourager les habitants à s établir dans les villages. En outre, le programme a, à la lumière de sa prorogation annuelle depuis 2001, et à la lumière de la raréfaction des budgets, assuré le financement de quelques projets vitaux pour les communautés locales (municipalités, clubs, associations civiles, coopératives agricoles) grâce à ses rapports avec les ambassades des états donateurs qui disposent de budgets pour soutenir les activités de développement au Liban comme les ambassades de Grande Bretagne, d Allemagne, du Japon et autres; c est ainsi que le programme apporte son assistance dans la préparation des projets et dans leur présentation. Les projets suivants ont été établis et financés: Usine d embouteillage semiautomatique de l huile financée par l ambassade japonaise pour le compte de l association coopérative des agriculteurs d oliviers dans le Chouf, d une valeur de US$. Usine de transformation agricole pour le compte de l Institution Sociale Al-Farah, à Kfarnabrakh /Chouf, financée par l ambassade britannique, d une valeur de US$, en plus de la préparation de sessions de formation pour quelques 30 dames de la localité du Mhita. Projet de raffinage et de remplissage du miel, financé par l ambassade allemande pour un montant de US$ et de l USAID d un montant de US$ pour le compte de l Association Coopérative des Agriculteurs du Haut Metn, caza de Baabda. Atelier de couture financé par l ambassade allemande pour un montant de US$ dans la localité de Ain Wazzine/Chouf pour le compte de l Association des Dames de Ain Wazzine. Le programme a réussi à établir des relations privilégiées avec l Etat Italien. C est ainsi qu il a organisé un voyage pour les présidents des fédérations des municipalités du Haut Chouf, Souaijani, Iqlim Nord,

10 78 Infrastructures Sociales Jurd et Sofar. Le développement de ces relations a eu pour résultat l organisation de sessions de formation pour les municipalités de ces fédérations au nombre de 44 ; ces sessions ont porté sur la mécanisation, l urbanisme, la tenue des régistres municipaux, la planification future, la préparation et la rédaction des projets. Trois projets ont été soumis à la région de Toscane pour l obtention d un finance ment de Euros. Projet de Développement Social et Economique au Akkar: Le CDR est en train de réaliser ce projet en coopération avec le PNUD. Ce projet vise à soutenir les mécanismes durables pour un développement équilibré dans la région du Akkar. Il renforce aussi les capacités locales et il contribue à unifier les partenariats locaux entre les parties gouvernementales et les organismes de la société civile. D autre part, le projet stimule, à travers l effort de partenariant, les opportunités économiques ; il améliore la capacité des gens à obtenir les services sociaux de base en vue d abaisser les niveaux de la pauvreté au Akkar. Le coût global du projet est de US$ dont US$ seront assurés par l Etat Libanais. Le projet est formé de deux composantes : (a) le relevé social et économique dans la région de Jouma qui est mis à exécution en coopération avec la fédération des municipalités de Jouma, l Institution Issam Farès et l Université de Balamand. Il vise à explorer les ressources humaines et naturelles dans cette région, à définir les besoins de développement et la création dans chaque municipalité adhérant à cette fédération d un système informatique qui facilite le travail de définition et d évaluation des priorités des habitants; (b) l administration locale dans les villages et son renforcement grâce à la formation de comités locaux dans les villages n ayant pas de municipalités et à la formation des membres de ces comités sur la méthodologie du développement local et sur les moyens d élaborer des plans de développement des villages en fonction des priorités qui seront définies par toutes les catégories du village. Projet de Développement Social: Le projet représente la concrétisation de l engagement du Gouvernement à mettre en œuvre une stratégie de développement qui met l accent sur le développement équilibré et équitable pour toutes

11 Infrastructures Sociales 79 Organismes intermédiaires Organismes intermédiaires Organismes intermédiaires Organismes intermédiaires Spécialiste Developpement Social Spécialiste Relation Publique Spécialiste Developpement Social les régions du Liban. Le CDR et la Banque Mondiale ont lancé ce projet en janvier L objectif de développement du Projet de Développement Social consiste à trouver un moyen efficace et durable de nature à améliorer les conditions de vie et les conditions économique des communautés les plus défavorisées. Ceci peut être réalisé grâce à: (a) l amélioration des moyens d accéder à l infrastructure sociale et économique de base gr-âce au financement de petites initiatives qui s appuient sur les besoins des communautés locales; (b) l amélioration des conditions économiques des familles pauvres grâce à l accroissement des revenus locaux et de la productivité, et à la réduction des risques grâce à la formation aux aptitudes, la construction des capacités afin qu elles complètent les initiatives des petits crédits; (c) l élaboration de programmes sociaux visant les besoins de groupes déterminés exposés aux dangers, en particulier les femmes, les enfants et les handicapés; (d) la documentation de l expertise acquise grâce à ce projet et les conclusions à tirer des leçons en consultation avec les ministères concernés en vue de développer les interventions visant à réduire les disparités sociales et régionales sous l angle du développement humain. Le coût global de ce projet est estimé à 30 millions de US$. Le Gouvernement Libanais y participe à hauteur de 5 millions de US$, les associations locales pour un montant équivalant à 5 millions de US$ en nature, et la Banque Mondiale par un prêt de 20 mil-

12 80 Infrastructures Sociales lions de US$. L exécution de ce projet s étendra sur cinq ans; il est formé de trois éléments: - Le développement social et le développement de l infrastructure - Renforcement des revenus et (construction des capacités) - Soutien à la gestion des projets L exécution de ces éléments aura lieu à travers deux groupes de programmes: le premier groupe est formé des programmes intégrés pour le développement des communautés locales dans des zones géographiques visées; le second groupe comprend des programmes visant des catégories déterminées au niveau national. Le projet de développement social sera mis en œuvre à travers un certain nombre d organisations non gouvernementales sélectionnées avec soin, ou à travers un accord de partenariat entre un certain nombre de ces organisations, et ce, en vue de la conception et de l exécution de ces programmes au niveau national, ou dans une des «régions déterminées de pauvreté rurale». Il sera fait mention de ces organisations non gouvernementales sous le nom d organismes intermédiaires du projet. Les organismes intermédiaires du projet auront pour tâches de: (a) réaliser une estimation sociale des communautés bénéficiaires; (b) définir les besoins prioritaires motivants en leur demandant, à travers la mise en œuvre des projets proposés, de faire participer les notabilités locales concernées; (c) superviser, contrôler et évaluer en vue de réaliser les étapes de ces projets secondaires ; (d) remettre au CDR des rapports sur les travaux achevés. Le CDR a choisi les organismes intermédiaires conformément aux conditions en vigueur à la Banque Mondiale afin qu ils travaillent sur les sujets sectoriels nationaux. D autre part, le CDR a demandé à des organisations non gouvernementales habilitées et intéressées d exprimer leur souhait de travailler en tant qu organismes dans neuf zones de pauvreté rurale (cazas de Baalbeck/Hermel -cazas de Rachaya/Hasbaya - caza du Akkar - Ville de Tripoli - cazas de Minieh/Dinnieh/Zghorta - cazas de Batroun/Jbeil/Bcharré - région du Grand Beyrouth - mohafazas du Sud et de Nabatieh - cazas du Chouf/Aley). Le CDR a, à cet effet, lancé une première adjudication qui a couvert quatre régions et il poursuit l opération de sélection pour les autres régions. Fonds de Développement Economique et Social: Ce projet a été établi en vertu de l accord de financement signé par le Gouvernement Libanais avec l Union Européenne en novembre L accord de financement a consacré la somme de 25 millions d Euros de la part de l Union Européenne, et un montant additionnel de 6 millions d Euros de la part du Gouvernement Libanais, pour la création du Fonds de Développement Economique et Social en tant qu institution indépendante. L exécution du projet a démarré en juin 2002 et il est prévu qu il sera achevé dans un délai de quatre ans. Le CDR gérera ce projet durant les premiers dix huit mois, après quoi il deviendra une institution indépendante et durable au Liban. Cette période sera mise à profit pour développer, tester et appliquer des mécanismes de partenariat stimulés par la demande et capables de répondre aux besoins des catégories les plus défavorisées et qui contribuent à réduire la rigueur de la pauvreté au Liban. L Unité de Gestion du Fonds constitue le noyau du projet de Fonds de Développement Economique et Social. Elle jouit de l assistance technique qui lui est offerte par l Unité de Gestion du Projet durant toute la période de réalisation du projet. Les principales fonctions du projet sont représentées par deux éléments composants, à savoir: Elément de création d opportunités d emplois : c est l élément qui vise à la création et au maintien des opportunités d emplois dans les régions défavorisées grâce à la fourniture de crédits aux petites entreprises et à la génération de revenus pour les individus propriétaires de très petites entreprises. Elément de développement des communautés civiles locales: Il vise à améliorer la possibilité d accéder aux services sociaux ainsi que leur qualité et la manière de les distribuer en vue de relever le niveau des conditions de vie des catégories à bas revenus, et ce en accordant un soutien financier et technique aux projets qui sont proposés par les communautés civiles locales. Un résumé du principal progrès réalisé depuis la mise en œuvre du projet en juin 2002, est donné ci-après: S agissant de la composante de création d opportunités d emplois, qui a entrepris la préparation des projets dans les mohafazas du Nord, du Sud et de Nabatieh, un accord a été conclu avec une banque nationale afin qu elle avance un montant s élevant à un milliard sept cent millions de Livres Libanaises sous forme de petits crédits pouvant aller jusqu à 30 millions de Livres Libanaises. Un accord a été également conclu avec une association civile afin qu elle avance un montant s élevant à un milliard huit cent millions de Livres Libanaises sous forme de micro-crédits pouvant aller jusqu à sept millions cinq cent mille Livres Libanaises. Un accord a été conclu avec une association civile pour la fourniture de services de développement des affaires en tant que stimulant et

13 Infrastructures Sociales 81 assistant dans la réalisation du projet. De même, un accord a été conclu avec une institution d études pour la préparation d une étude sur les opportunités d investissement dans le caza de Bint Jbeil; à quoi il faut ajouter la participation à de nombreux forums et congrès locaux et internationaux traitant des problèmes de la planification et de la préparation des stratégies des emprunts dans les communautés locales. Quant à la composante du développement local, le Fonds a signé cette année, outre les mémoires d entente avec Mishmish (caza de Akkar) et Aytroun (caza de Bint Jbeil) signés en 2002, 4 mémoires d entente avec 9 localités du Nord et du Sud, nommément : le groupe des localités de Majdala, Mar Touma et Deir Dalloum (caza de Akkar), le groupe des localités de Chane et de Khreibet El-Jurd (caza de Akkar), le groupe des localités de Tiré, Srabbine et Rchaf (caza de Bint Jbeil), le village de Aynata (caza de Bint Jbeil), en vue de réaliser des projets de développement dans les localités précitées d une valeur de Euros pour chaque localité ou groupe de localités. L opération de déboursement du don a commencé dans les localités de Mishmish et de Aytroun. Le président du CDR a signé avec ces deux localités deux accords de dons pour la construction d un pont agricole à Mishmish et pour l achat d équipements mécaniques pour la localité de Aytroun.

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Termes de Référence Recrutement d un bureau d études Assistance technique pour la formulation et la prise en compte dans le Budget

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection Venture Philantropy FAQ 1. Candidats Critères de sélection Est-ce qu une association de fait peut participer à l appel à candidature? Est-ce qu une coopérative avec les valeurs d économie sociale mais

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Eléctricité. De projets principaux ont été réalisés dans le secteur de l électricité. fin 2004 pour un montant d environ 1.4 milliards de dollars.

Eléctricité. De projets principaux ont été réalisés dans le secteur de l électricité. fin 2004 pour un montant d environ 1.4 milliards de dollars. J05-0027 CDR MAG FR 12 24/08/2005 02:20 PM Page 12 Infrastrucures Physiques Eléctricité De projets principaux ont été réalisés dans le secteur de l électricité fin 2004 pour un montant d environ 1.4 milliards

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE :

TERMES DE REFERENCE : MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Unité de Coordination des Programmes Emploi (UCP-Emploi) -----------------------

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Recrutement d un expert en communication institutionnelle Page 1 TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE 1. CADRE GENERAL DU PROGRAMME Le Programme d Appui au Commerce

Plus en détail

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP)

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP) Strategié de renforcement du potentiel de recherche dans les pays en développement via l octroi de bourses pour la formation à la recherche et pour la réintégration Bourses de Formation à la Recherche

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein

ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.3 CATÉGORIE D EMPLOI : Professionnel à temps plein ROWING CANADA AVIRON Directeur du développement des affaires* 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada Aviron ou RCA) 1.2 TITRE : Directeur du développement

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives

Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives Strasbourg, 15 mars 2011 Accord partiel élargi sur le sport (EPAS) Séminaire sur le bénévolat pour les grandes manifestations sportives organisé conjointement par le Conseil de l Europe et le Ministère

Plus en détail

Le partenaire responsable du projet

Le partenaire responsable du projet FICHE PROJET POUR UN CHARGE DE PROJET Le partenaire responsable du projet 1- Nom et coordonnées de la structure partenaire responsable de la mise en oeuvre du projet sur le terrain et nom et fonction du

Plus en détail

«Un emploi, un avenir» en Équateur Projet d aide à l insertion économique des jeunes

«Un emploi, un avenir» en Équateur Projet d aide à l insertion économique des jeunes «Un emploi, un avenir» en Équateur Projet d aide à l insertion économique des jeunes Proposition de projet Localisation: Début du projet : Durée du projet : Objectif : Nombre de bénéficiaires : San Carlos

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON Directeur* Programme de dépistage et de développement de talents

ROWING CANADA AVIRON Directeur* Programme de dépistage et de développement de talents ROWING CANADA AVIRON Directeur* Programme de dépistage et de développement de talents 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada Aviron ou RCA) 1.2 TITRE

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL En vigueur à partir du 12 juin 2014 * * * Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches 6, rue Saint-Jean-Baptiste Est, bureau

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE

PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE CCR.S ComEX 140313 DOC7 PARTAGER LES CONNAISSANCES POUR UNE PÊCHE DURABLE RAPPORT D AVANCEMENT DU PROJET GEPETO ÉTABLI À L ATTENTION DU COMITÉ EXÉCUTIF DU CCR- S 1. RAPPEL DES OBJECTIFS 2. MÉTHODOLOGIE

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO

FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO A. Historique FOND DE DEVELOPPEMENT AGACIRO Le Fond de Développement Agaciro est le premier fond de solidarité au Rwanda, basé sur des dons volontaires. Ce fond a été initié par les Rwandais lors du Dialogue

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT ANNUEL 2011 D ACTIVITES DU PROJET

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UNE ASSISTANCE TECHNIQUE POUR:

TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UNE ASSISTANCE TECHNIQUE POUR: TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UNE ASSISTANCE TECHNIQUE POUR: - L ELABORATION ET REALISATION D UN MODULE DE FORMATION DE GESTION ECONOMIQUE POUR LE SECTEUR PRODUCTIF, TRARZA, MAURITANIE Projet:

Plus en détail

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des

Session. L élaboration de la vision, de la mission. et du plan d action. Guide du participant. La Fédération provinciale des Session L élaboration de la vision, de la mission et du plan d action Guide du participant Préparé par La Fédération provinciale des comités de parents du Manitoba Saint-Boniface Septembre 1996 Avant propos

Plus en détail

Examens du Budget de fonctionnement des services administratifs. Bureau du directeur général des Services de transformation des activités

Examens du Budget de fonctionnement des services administratifs. Bureau du directeur général des Services de transformation des activités Examens du Budget de fonctionnement des services administratifs Bureau du directeur général des Services de transformation des activités Le 22 février 2008 Services de transformation des activités (STA)

Plus en détail

Épreuves du concours interne

Épreuves du concours interne Épreuves du concours interne 1. Quelles sont les épreuves écrites d admissibilité du concours interne? 2. Quelles sont les épreuves d admission du concours interne? 3. Quelles sont les épreuves facultatives?

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Lignes Directrices. Date limite de dépôt de candidature: 20 octobre 2012-12:00 (GMT +1)

Lignes Directrices. Date limite de dépôt de candidature: 20 octobre 2012-12:00 (GMT +1) Formation et mise en réseau en marketing, distribution, financement et media numériques pour producteurs méditerranéens de documentaires et de longmétrages Lignes Directrices Date limite de dépôt de candidature:

Plus en détail

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016. Projet

Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016. Projet Jeunes sur la piste du patrimoine mondial Programme de jumelage scolaire 2015-2016 Projet LA DESCRIPTION DU PROJET Jeunes sur la piste du patrimoine mondial consiste à jumeler des écoles situées dans les

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

La gestion de l environnement pour un développement durable : outils de sensibilisation

La gestion de l environnement pour un développement durable : outils de sensibilisation L Institut des Affaires Publiques L Institut des Affaires Publiques - I.A.P. ASBL est une Organisation Non Gouvernementale de Développement (ONGD) dont la mission est de répondre aux besoins des collectivités

Plus en détail

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions

Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Exemples de questions Examen d analyse et de raisonnement déductif (A R D T - A R D P) Pour approfondir vos connaissances sur les emplois dans la fonction publique, consultez le site www.carrieres.gouv.qc.ca. Vous pouvez obtenir

Plus en détail

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse»

Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» Règlement Programme de promotion «MINT Suisse» 1. Objectifs supérieurs... 2 2. Candidats admis au concours... 2 3. Cadre financier... 3 4. Dépôt de la demande... 3 5. Évaluation de la demande... 3 6. Calendrier

Plus en détail

Objectif... 2 Candidats admissibles... 2 Conditions d admissibilité... 2 Projets admissibles... 3

Objectif... 2 Candidats admissibles... 2 Conditions d admissibilité... 2 Projets admissibles... 3 Fonds Jeunes promoteurs CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Candidats admissibles... 2 Conditions d admissibilité... 2 Projets admissibles... 3 Volet A : concrétisation de projets

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2013/4 EUDCE1206040/1.9/SC11/4

ECE/AC.21/SC/2013/4 EUDCE1206040/1.9/SC11/4 Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2013/4 Distr. générale 18 novembre 2013 Français Original: anglais, français et russe Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS ÉTUDE DE CAS GROUPE CGI INC. Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. est l une des plus grandes firmes internationales indépendantes à œuvrer dans le secteur des technologies de l information et des processus

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Institut de formation et de coopération technique STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Stratégie d apprentissage progressif de l OMC

Plus en détail

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers PROFIL DE LA SOCIÉTÉ Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers BIENVENUE Notre priorité est de comprendre les problèmes et les besoins de nos clients Merci d avoir pris le temps

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail