CENTENAIRE DE LA BATAILLE DE LA MARNE CÉRÉMONIE DU 12 SEPTEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTENAIRE DE LA BATAILLE DE LA MARNE CÉRÉMONIE DU 12 SEPTEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE"

Transcription

1 CENTENAIRE DE LA BATAILLE DE LA MARNE CÉRÉMONIE DU 12 SEPTEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE Dossier de Presse 12 septembre /09/2014 1

2 SOMMAIRE Communiqué : les commémorations de la p. 3 Bataille de la Marne le 12 septembre. Première partie : Lieux d histoire - La Bataille de la Marne p. 5 - Les combats des marais de Saint-Gond p. 7 - Les Combats de Mondement p. 8 - Le Monument de Mondement p. 9 - Le Musée de la Grande Guerre de Meaux p Des Armées de masse p Vitry-le-François, le Général Joffre et le p.15 Service de Santé des Armées Deuxième partie : Témoignages et transmission - Témoignage : inspiration pour une lecture p Note sur Paul Lintier et texte de cet écrivain - La transmission de la Première Guerre mondiale p. 20 à l école - Cérémonies du 12 septembre : une présence p. 21 importante des scolaires Troisième partie : La Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale : - Communiqué sur la Mission du Centenaire p L organisation des Commémorations p Le Centenaire dans la Marne p. 30 Annexes : lectures de textes par les jeunes et web radio p. 35 Dossier de Presse 12 septembre /09/2014 2

3 COMMUNIQUÉ : Une commémoration sous le signe d un hommage aux Armées et de la transmission aux jeunes générations. Quatrième temps fort du cycle du Centenaire, la bataille de la Marne commémorée le 12 septembre est le premier événement de ce cycle présidé par M. Manuel Valls, Premier Ministre. Il s organise autour de 3 grandes étapes : la visite du Musée de la Grande Guerre de Meaux (9h15), la cérémonie officielle à Mondement en présence de 1700 collégiens (11h00), la visite de l exposition du service de Santé des Armées à Vitry-le-François (12h30). Présidé par le Premier Ministre, cet événement offre un hommage appuyé aux Armées, par la mise en exergue de cette première bataille de la Marne, qui symbolise le sursaut des armées françaises, la résilience des troupes et la contreoffensive victorieuse qui a sauvé Paris et la France. La cérémonie laisse aussi une large place à la transmission et aux jeunes générations, qui sont acteurs des cérémonies durant toute cette journée commémorative. La participation de plus de 1700 collégiens issus du département de la Marne, mais aussi de l académie de Bordeaux apporte une dimension pédagogique, donne du sens et de la portée à cette commémoration : lecture de textes, interview du Premier Ministre par une web radio, parrainée par Radio France Le Premier Ministre sera accompagné par M. Kader Arif, Secrétaire d état auprès du Ministère de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire. Ils seront accueillis par M. Jean-Paul Bachy, Président de la région Champagne- Ardennes, M. René-Paul Savary, Président du Conseil Général de la Marne, M. Vincent Eblé, Président du Conseil Général de Seine-et-Marne, Madame Desroches, Maire de Mondement, M. Jean-François Copé, Député-Maire de Meaux et M.Jean- Pierre Bouquet, maire de Vitry-le-François. Un dossier «sources» riche de textes, de vidéos et autres éléments iconographiques est disponible sur le site de la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale : septembre-la-commemoration-de-la-bataille-de-la-marne Dossier de Presse 12 septembre /09/2014 3

4 Première partie : Les lieux d histoire Dossier de Presse 12 septembre /09/2014 4

5 LA BATAILLE DE LA MARNE La bataille de la Marne oppose l armée allemande aux armées française et britannique. Elle se déroule du 6 au 12 septembre 1914 sur un front d environ 300 km qui court du nord de Meaux à Verdun. Depuis l échec de la bataille des frontières en Belgique et en Lorraine fin août 1914, l armée française a été obligée de reculer jusqu au sud de la Marne, poursuivie par l armée allemande. C est à partir de cette position que le Général Joffre décide de lancer une contre-offensive qui débute le 6 septembre et deviendra la bataille de la Marne. Celle-ci ne se résume pas à un seul affrontement en un lieu unique. Elle est, dans les faits, un ensemble de combats simultanés tout au long de cette ligne de front. A l issue de la bataille, les armées allemandes décrochent : l invasion de la France est stoppée. C est également l échec du plan allemand qui prévoyait une victoire rapide contre la France pour se retourner au plus vite contre la Russie. Fin août, l armée allemande est amputée de certaines unités transférées sur le front Est pour contrer l avancée russe en Prusse orientale. Elle doit, de plus, faire face à l étirement de ses lignes arrière et à la résistance de certaines places fortes comme Anvers ou Maubeuge. Pour accélérer l encerclement de l armée française, il est donc décidé que la I ère armée, dirigée par le général von Kluck, au lieu de contourner Paris par le Sud avant de se rabattre sur l Est, infléchisse sa marche vers le Sud-Est en passant par le Nord de Paris. Ce faisant, elle offre son flanc à la 6 ème armée française, nouvellement constituée et placée sous le commandement du Général Maunoury. Dossier de Presse 12 septembre /09/2014 5

6 Cette découverte, permise notamment par l observation aérienne, décide Joffre à reprendre l offensive. Le 6 septembre, une contre-attaque dénommée bataille de l Ourcq est donc lancée au nord de Meaux par la 6 ème armée. C est à cette occasion que quelques milliers d hommes sont emmenés sur le théâtre d opérations par des autobus et les fameux taxis de la Marne. Au même moment, un peu plus au sud, le corps expéditionnaire britannique, commandé par le maréchal French, et la 5 ème armée avancent en s infiltrant entre les I ère et II e armées allemandes : c est la bataille des Deux Morin. Plus à l Est, l armée française doit au contraire contenir les offensives allemandes autour des marais de Saint-Gond et de Vitry-le-François et dans la région de Verdun, autour de Revigny et de la Vaux-Marie. Du 6 au 8 septembre, les combats sont particulièrement intenses et l issue indécise. Mais du 9 au 11 septembre, toute la ligne de front allemand se replie plus au nord. Les armées alliées, meurtries et exténuées par des combats qui durent depuis la mi-août, ne peuvent exploiter ce recul. Le 12 septembre, l armée allemande résiste sur sa nouvelle ligne qui court le long de l Aisne, de Verdun à Noyon. Personne n imagine alors que ce front restera identique pendant plus de quatre années de guerre. S il est impossible de connaître précisément les forces en présence et les pertes, on peut estimer qu environ 2 million de soldats français, allemands et britanniques se sont affrontés lors de la bataille de la Marne. Les progrès technologiques du dernier tiers du XIX ème siècle qui ont permis de démultiplier la puissance létale des armes à feu canons, mitrailleuses, fusils et la configuration d une guerre de mouvement et d offensive ont rendu les combats particulièrement meurtriers et parmi les plus violents de toute la guerre : environ Français ont été tués ou portés disparus entre août et septembre Source : Gallica. Reprise sur : Dossier de Presse 12 septembre /09/2014 6

7 LES COMBATS DES MARAIS DE SAINT-GOND Au sud-ouest du département de la Marne, au pied de la côte d Île-de-France, au nord-ouest de Sézanne, se trouve une zone marécageuse d environ 19 km de long sur 3 km de large qui forme un obstacle naturel important entre le plateau de Brie et la plaine champenoise. Théâtre de combats lors de la campagne de France de 1814 entre Russes et Français, les marais de Saint-Gond se retrouvent cent ans après au centre du dispositif de la bataille de la Marne. Entre Sézanne et Mailly-le-Camp, de part et d autre de Mondement, cette zone est une de celle où les Allemands souhaitent rompre le front français. Une grande partie du sort de la bataille la Marne se joue donc ici. Le 5 septembre au matin, les troupes de la II e armée allemande, commandée par le général von Bülow, se présentent par le nord-ouest tandis que les Français stoppent leur retraite et reçoivent l ordre de tenir les extrémités des marais et les itinéraires d accès. Le 6 septembre 1914, les deux armées s affrontent violemment. Les artilleries se déchaînent et les combats sont au corps-à-corps. La 9 ème armée française, commandée par le général Foch, parvient un moment à rejeter les Allemands au-delà des marais, mais le 8 septembre ces derniers engagent quatre divisions renforcées et tentent une offensive pour percer les lignes françaises, concentrant leurs efforts dans le secteur entre le bois de la Branle et Mondement. L engagement in extremis de la division marocaine et de la 42 e division d infanterie du général Grossetti sauve la situation. Le 9 au soir, le front allemand plie soudainement et la Garde prussienne s immobilise au nord des marais. Le 10, l armée allemande se replie sur l Aisne et la Vesle, à plusieurs dizaines de kilomètres. D après François Cochet et Rémy Porte (dir.), Dictionnaire de la Grande Guerre, , Paris, Robert Laffont, coll. «Bouquins», 2008, réédition 2013, p. 929 Dossier de Presse 12 septembre /09/2014 7

8 LES COMBATS DE MONDEMENT Durant les combats des marais de Saint-Gond, la prise du village de Mondement et de son château, le 9 septembre 1914 au matin, par le 164 e régiment d infanterie de Hanovre menace directement la continuité des lignes françaises et risque d ouvrir la plaine de Champagne aux Allemands. La division marocaine composée de tirailleurs algériens et tunisiens, de zouaves et de légionnaires et non de tirailleurs marocains reçoit le soutien de la 42 e division d infanterie du général Grossetti et du 77 e régiment d infanterie de Cholet. La contre-attaque est immédiate, mais l assaut du milieu de journée ne permet pas de reprendre le château. L attaque reprend en fin d après-midi et la position est finalement conquise. Les assauts contre le château de Mondement ont donné lieu à de véritables charges menées sabre au clair par des officiers, dans la plus grande tradition militaire du XIX e siècle. D après François Cochet et Rémy Porte (dir.), Dictionnaire de la Grande Guerre, , Paris, Robert Laffont, coll. «Bouquins», 2008, réédition 2013, p Dossier de Presse 12 septembre /09/2014 8

9 LE MONUMENT DE MONDEMENT Le monument de Mondement a été élevé pour commémorer la première victoire de la Marne (5-12 septembre 1914). Le site a été choisi parce qu'il marquait un point stratégique dans le grand front établi par Joffre, de l'oise à Verdun, pour riposter à l'ennemi et mettre un terme à l'invasion des armées de Guillaume II. Le site du château de Mondement, au sud des marais de St Gond, dominait la partie la plus méridionale du front et verrouillait le passage vers Paris par le sud. Si ce point cédait, l'effort de toute la partie ouest du front pour repousser l'ennemi vers l'est pouvait être compromis. L'endroit était tenu par la 9ème armée commandée par le Général Foch. Le 6 septembre 1917, une cérémonie présidée par la président de la République Raymond Poincaré commémore au château de Mondement le 3ème anniversaire de la Victoire de la Marne. En 1920, le Parlement décide l'érection d'un monument commémoratif à Mondement. En 1930, le sous-secrétaire d Etat aux Beaux-Arts Eugène Lautier passe commande à l architecte Paul Bigot. L'idée générale du monument est fixée : celui-ci sera une borne d une trentaine de mètres de haut symbolisant l'arrêt de l'avancée allemande. Au tiers supérieur, planera une victoire ailée. La sculpture de la victoire est confiée à Henri Bouchard ; celle des bas-reliefs prévus à la base est attribuée à plusieurs artistes : Alfred Bottiau, Albert Patrisse et René André Duparc. La construction du monument commence en L'ensemble est en béton sur une armature métallique. La teinte du béton proche de celle du grès des Vosges a été voulue pour rappeler le rattachement de l'alsace et de la Lorraine à la France. Les crédits nécessaires à l achèvement du monument n ayant pas été votés, celui-ci reste en l'état plusieurs années entouré d échafaudages pourrissants. Finalement, le monument est achevé en 1938, et l'inauguration fixée au 19 septembre La déclaration de guerre à l'allemagne le 3 septembre empêche la cérémonie qui n'aura finalement lieu que le 23 septembre Dossier de Presse 12 septembre /09/2014 9

10 Le monument se présente comme une borne gigantesque haute de 35,5 mètres. Elle est réalisée en béton couleur rougeâtre coulé sur une structure métallique, ses fondations descendent à 22 mètres au-dessous du niveau du sol. L'ensemble, qui représente un poids de 2000 tonnes, fut coulé en 21 jours de travail sans aucun arrêt ni le jour ni la nuit. A la base côté nord sont sculptés en bas relief les effigies des généraux entourant le soldat de Celui-ci porte bien l'uniforme de soldat des premiers combats: képi, capote à pans relevés, pantalon (il était garance), brodequins. Le casque n'apparaîtra qu'en De gauche à droite: Sarrail, de Langle de Cary, Foch, Joffre et le Soldat, Franchet d'espèrey, le Maréchal britannique French, Maunoury, Gallieni. Ils sont placés dans l'ordre qu'occupaient leurs armées sur le front. Plusieurs inscriptions sont gravées. Au nord, au-dessus du bas relief, deux textes sont inscrits : «A la voix de Joffre, l'armée française en pleine retraite s'arrêta et fit face à l'ennemi. Alors se déchaîna la bataille de la Marne sur un front de soixante dix lieues de Verdun aux portes de Paris. Après plusieurs jours de luttes héroïques, l'ennemi de toutes parts battait en retraite et sur toute l'étendue du front, la VICTOIRE PASSAIT.» Le second texte est une citation de l'ordre du jour de Joffre le 6 septembre 1914 : " Au moment où s'engage une bataille dont dépend le salut du pays, il importe de rappeler à tous que le moment n'est plus de regarder en arrière. Tous les efforts doivent être employés à attaquer et repousser l'ennemi. Toute troupe qui ne peut plus avancer devra coûte que coûte garder le terrain conquis et se faire tuer sur place plutôt que de reculer. Dans les circonstances actuelles, aucune défaillance ne peut être tolérée. " D'autres inscriptions indiquent les différentes armées qui formaient le front. Elles sont placées face à la direction du lieu qu'elles occupaient au début de l'offensive. On lit : «Bataille de la Marne 6-14 septembre 1914 Composition et situation des armées alliées au 6 septembre, Armée française commandant en Chef Général Joffre Camp retranché de Paris Général Gallieni 6ème armée Général Maunoury de Betz à Meaux Place de bataille de l'armée anglaise de Villiers-sur-Morin à Jouy-le-Châtel. 5ème armée Général Franchet d'espèrey de Provins à Sézanne 9ème armée Général Foch de Sézanne au camp de Mailly 4ème armée Général de Langle de Cary du camp de Mailly à Sermaize 3ème armée Général Sarrail de Revigny à Verdun.» Coté ouest est aussi indiqué : British expeditionary Force Commandant en Chef field marshall Sir J.D.P. French. Dossier de Presse 12 septembre /09/

11 Le nom des différents corps composant les armées est aussi gravé sous chaque indication. Est aussi gravé sur le haut de la face sud la citation suivante : «A tous ceux qui sur notre terre du plus lointain des âges dressèrent la borne contre l'envahisseur.» La sculpture d une Victoire ailée apparaît au sommet, traversant l'orage, écartant les éclairs de la foudre, environnée de gros nuages au milieu desquels percent les pavillons des trompettes annonçant le triomphe. Complètement achevé à la veille de l'occupation de 1940 à 1944, le monument, contrairement à d'autres symboles de la Grande Guerre, ne souffrit d'aucune exaction,de la part de l'occupant. La " Carotte " comme on l'appelle familièrement dans la région, a été inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques le 4 octobre D'importants travaux de restauration du monument et d'aménagement du site ont été réalisés en 1994 et Le monument national de Mondement appartient désormais au Conseil Général de la Marne. Dossier de Presse 12 septembre /09/

12 LE MUSEE DE LA GRANDE GUERRE DE MEAUX Avec plus de visiteurs depuis son ouverture, le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, équipement culturel d envergure internationale, est un lieu incontournable pour découvrir l histoire du premier conflit mondial. Son approche généraliste en fait une véritable porte d entrée vers les autres sites de mémoire du conflit. Le musée a été inauguré le 11 novembre L échelle de l agglomération (18 communes, habitants) s est naturellement imposée pour porter ce projet puisqu un certain nombre de villages qui la compose porte les traces encore visibles de la bataille de la Marne (monuments, cimetières, nécropoles ), dont la tombe du poète français Charles Péguy, tombé le 5 septembre Les origines Le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux est né de l idée de Jean-Pierre Verney, historien autodidacte passionné et passionnant, qui, pendant plus de 45 ans, a rassemblé quelques pièces et documents sur la Première Guerre mondiale, constituant l une des plus importantes collections privées européennes. Un musée généraliste sur le conflit Dès sa conception, le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, a été imaginé pour s adresser à tous les visiteurs. Le parcours principal, qui présente en symétrie la bataille de la Marne de 1914 et celle de 1918, traduit de manière évidente pour le visiteur le passage du XIX e au XX e siècle. Entre ces deux grandes batailles de mouvement de début et de fin de guerre, la présentation de la guerre de position avec son front constitué de tranchées explicite la notion d enlisement. Ce parcours principal est complété par un parcours thématique : huit espaces abordent des sujets transversaux au conflit (une guerre nouvelle, corps et souffrances, la mondialisation, une société mobilisée ) multipliant les points d entrée. Au-delà des ambiances sonores qui interpellent les visiteurs dès l extérieur, la médiation qui a été mise en place au musée a pour objet de rendre le visiteur acteur de sa visite : des lunettes à porter pour découvrir les vues stéréoscopiques en 3D, des objets à toucher, des objets à peser pour mesurer le poids du paquetage ou de la corvée de barbelés, des objets à deviner dans des niches archéologiques, des jeux ludo-pédagogiques pour comprendre l impact économique de la guerre ou découvrir les différentes nations belligérantes, des bornes interactives pour approfondir la découverte de la collection Dossier de Presse 12 septembre /09/

13 Toucher les nouvelles générations Le Musée de la Grande Guerre propose un programme d activités pédagogiques originales qui facilitent la découverte et la compréhension des scolaires qui viennent chaque année. Pour les publics individuels, un parcours au sein de l exposition permanente a été conçu pour les 8-12 ans en utilisant les animaux pour introduire chacun des espaces thématiques du musée. Pour les ans, un audio-guide spécifique aborde aussi bien les faits historiques que les clefs de compréhension de la muséographie. Le musée propose aussi des ateliers à vivre en famille pendant lesquels les liens intergénérationnels s incarnent, suscitant un dialogue sur les histoires familiales de chacun : un double centenaire L année 2014 marque le centenaire du début du conflit et le centenaire de la première bataille de la Marne. Si le musée présente à cette occasion l exposition «Join now!» pour rappeler la présence des troupes britanniques dès les premiers mois de guerre, c est tout le territoire qui s est mobilisé dans cette commémoration à travers des manifestations variées comme un meeting aérien, des conférences, des spectacles vivants, des sons et lumières devenant une véritable destination du tourisme de mémoire. Dossier de Presse 12 septembre /09/

14 DES ARMÉES DE MASSE Les unités françaises Lors de la bataille de la Marne, chaque camp compte environ un million d hommes répartis entre plusieurs centaines de régiments venus de presque toutes les régions des pays belligérants. Ces armées sont les plus imposantes que l histoire ait jamais connues. La Révolution française et l Empire napoléonien ont transformé les armées de métier de l Ancien Régime en de vastes troupes composées de soldats-citoyens. Depuis la fin du XIX e siècle, la conscription universelle masculine s est largement généralisée, à l exception notable du Royaume-Uni. Les nations doivent mobiliser ceux qui les constituent : les armées de masse en sont le ferment autant que le rempart. La British Expeditionary Force Le rôle de l armée britannique dans les combats de 1914 est très souvent méconnu. Le Corps expéditionnaire britannique, fort d environ soldats professionnels et commandé par le maréchal French, débarque début août sur le continent dans l objectif d aider les armées belge et française. Déployé fin août autour de Mons, en Belgique, il participe à la bataille des frontières et contribue à retarder l avancée de l aile droite allemande. Lors de la bataille de la Marne, son rôle est primordial dans les combats des Deux Morin menée au Sud de Meaux. Les Britanniques exploitent la brèche entre les I ère et II ème armées allemandes et, à partir du 7 août, font reculer, dans leur secteur, les Allemands au-delà de la Marne. Dossier de Presse 12 septembre /09/

15 VITRY-LE-FRANÇOIS, LE GENERAL JOFFRE ET LE SERVICE DE SANTE DES ARMEES Vitry-le-François, sous-préfecture de la Marne, est l un des centres en France des cérémonies de commémoration de la Grande Guerre avec, notamment, une exposition sur l évolution de la médecine militaire de 1914 à Par ailleurs, c est à Vitry-le-François que le général Joffre avait installé son quartier-général en août 1914 et que s est déroulé l un des épisodes les plus sanglants de la bataille de la Marne. L exposition «La souffrance des hommes» a été organisée avec le concours du Service de Santé des Armées. Elle réunit plus de 400 objets, des instruments et des scènes reconstituées, la plupart inédits, et qui offrent un panorama complet de la médecine de guerre en Vitry-le-François, en raison de sa proximité immédiate du front, est en effet devenue entre 1914 et 1919 une ville-hôpital, première étape pour les blessés de l Argonne et de Verdun, et qui accueillait jusqu à 2 à blessés lors des grandes offensives. L exposition présente également la tente d un Hôpital Médicochirurgical (HMC) identique à celles que l armée française déploie actuellement sur ses différents théâtres d opération. Enfin, au début de la guerre, Vitry-le-François et son territoire fut au cœur de la bataille, notamment lors des combats acharnés autour du Mont Moret. Le souvenir du passage du Général Joffre dans la ville est évoqué par la présentation de la voiture, une Renault type ES, dont il se servait à l époque. Une exposition témoin des grandes évolutions chirurgicales Ville-hôpital durant la Grande Guerre, Vitry-le-François montre dans une exposition comment, face aux innombrables blessés de ce premier conflit d'ampleur industrielle, la médecine a dû trouver des techniques chirurgicales inédites et faire ainsi un grand bond en avant. Conçue en partenariat avec le Musée du service de Santé des Armées, l'exposition intitulée "Vitry-le-François, ville- hôpital ou la souffrance des hommes" conduit le public dans la médecine de guerre de 1914 au travers de plusieurs reconstitutions: table d'opération, cabinet dentaire, carriole de radiologie, unité de plâtrage ou encore tisanerie, avec une présentation de près de 500 objets d'époque. Dossier de Presse 12 septembre /09/

16 "Vitry-le-François accueillait en permanence près de blessés soignés dans une dizaine de structures médicales plus ou moins improvisées", explique l'historien Bernard Sartori, qui a conçu une partie de l'exposition en mettant à disposition de la ville nombre d'objets de sa collection. "La ville était idéalement située à quelques kilomètres des fronts de Champagne, d'argonne et de Verdun et les routes, les canaux et le chemin de fer en faisait un carrefour parfait pour accueillir, trier et évacuer les soldats blessés", précise-t-il. La collection d'objets exposés jusqu'au 28 septembre dans la salle du Manège de la ville permet de découvrir des stéthoscopes en bois, toute une série de scies et de couteaux à amputation, le matériel ophtalmologique de campagne, des stérilisateurs, un inhalateur à éther d'anesthésie, un casque maxilo-facial pour maintenir la mâchoire brisée ou encore une bassine destinée à la désinfection des plaies du siège. "La médecine a fait un grand bond en avant en 1914, les médecins confrontés à un nombre considérable de blessés ont dû inventer des techniques chirurgicales notamment maxilo- faciales et des logistiques de prises en charge des victimes", remarque le colonel Isabelle Dauphin, pharmacien en chef de l'établissement sanitaire des Armées, partenaire de l'exposition. Dossier de Presse 12 septembre /09/

17 Deuxième partie : Témoignages et transmission Dossier de Presse 12 septembre /09/

18 TEMOIGNAGE : INSPIRATION POUR UNE LECTURE : Ecrivain de la Grande Guerre sur la Marne Paul Lintier ( ) Paul Lintier est né à Mayenne (Mayenne) le 13 mai Etudiant en droit, il s engage à 20 ans au 44e Régiment d artillerie du Mans. Il est au front dès le 9 août comme servant de pièce de canon de campagne de 75 mm. Il combat pendant la retraite d août et se voit dirigé vers Paris début septembre. Il participe à la bataille de la Marne sur l Ourcq. Il traverse l Aisne à Vic. Son régiment est relevé le 18 septembre pour être dirigé sur Lassigny et Roy. Il est blessé à la main et évacué le 22 septembre. Il repart pour le front en juillet Promu brigadier, il devient chef de pièce et participe aux combats dans les Vosges dans le secteur du Linge. Après un séjour en Champagne, il revient dans les Vosges au Hartmannswillerkopf en décembre 1915, puis en Meurthe-et-Moselle où il trouve la mort, fauché par un éclat d obus le 15 mars Il publia plusieurs romans et essais avant-guerre et se destinait à la carrière d écrivain. Il laisse deux récits de guerre sous la forme de carnets personnels écrits au plus près de son expérience combattante. - Ma pièce, Avec une batterie de 75. Souvenir d un canonnier, Plon mai er août-23 septembre. Il y relate entre autre son témoignage au jour le jour de la bataille de la Marne. Il a pu lire les épreuves avant impression juste avant sa mort. - Le tube 1233, octobre 1917 chez Plon Souvenirs d un chef de pièce. Elaboré à partir des notes trouvées dans les affaires du jeune artilleur. 25 juillet mars Les deux récits ont été publiés à nouveau en 2013 dans un même volume (Paris, Bernard Giovanangeli). Pour le critique ancien combattant Jean Norton Cru, «Paul Lintier est l un des trois ou quatre meilleurs auteurs de livres de guerre et parmi ceux-là il est peut-être le Dossier de Presse 12 septembre /09/

19 premier par ses dons naturels d écrivain. C est un grand artiste et s il avait survécu, il aurait été un des plus brillants dans la génération littéraire de l après-guerre.» (Témoins, p. 180) Paul Lintier «nous révèle quelque chose que personne n a jamais exprimé plus complètement : «L appréhension du lendemain, la hantise de la mort, le désir éperdu de voir briller le soleil du jour suivant. L aspiration à la vie» (Témoins, p. 181) Extraits : 1 er septembre 1914 : «Ah, si j échappe à l hécatombe, comme je saurai vivre! Je croyais que certaines heures seulement avaient du prix. Je laissais passer les autres.» 8 septembre : «on voit bien, à l expression des visages crispés et hagards, que la lutte est dure ( ) Les obus ne se font pas attendre. Le vent module leurs sifflements. Cela dure des secondes, des secondes Cs transes de la mort, qui lentement tombent du ciel, sont un interminable supplice» 9 septembre : Nos batteries ont ouvert le feu. Tout de suite, le même délire trépidant s empare des hommes et des canons. Les pièces sont des monstres hurlants, des dragons en démence qui, à pleine gueule, vomissent du feu à la face du soleil, dont la chute s achève dans un somptueux crépuscule d été. 12 septembre : «Depuis deux jours, il n a cessé de pleuvoir. Sous les ondées nous avons avancé de plus de quarante kilomètres. L ennemi fuit. Quelques obusiers, qui semblent manquer de munitions, couvrent mal sa retraite. Chaque heure affirme notre victoire.» Mort à 23 ans, son nom est inscrit sur le monument aux écrivains «morts pour la France» au Panthéon (inauguré en 19127, y figure 560 noms pour la Première Guerre mondiale). Dossier de Presse 12 septembre /09/

20 LA TRANSMISSION DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE À L ECOLE L action de la Mission du Centenaire Dès la rentrée scolaire 2013, la Mission du Centenaire a souhaité associer et accompagner l ensemble de la communauté éducative, en lien avec l Inspection générale de l Education nationale (IGEN) et la direction générale de l enseignement scolaire (DGESCO), dans l élaboration de manifestations et de projets pédagogiques originaux. Les Comités académiques comme relais territoriaux Dans cette perspective, la Mission du Centenaire s est appuyé sur le réseau des référents «mémoire et citoyenneté» nommé par le recteur dans chaque académie, qui préside le Comité académique du Centenaire. Organe pluridisciplinaire et ouvert sur l internationales et les problématiques civiques et culturelles, le Comité académique coordonne en lien avec la Mission du Centenaire les projets scolaires commémoratifs. Il transmet les plus pertinents à la Mission du Centenaire pour labellisation et organise des journées de formation en direction des enseignants, de valorisation et de restitution des projets les plus remarquables. Une implication importante de la communauté éducative A ce jour et en deux campagnes de labellisation, 517 projets émanant d écoles, de collèges, de lycées généraux et professionnels ont obtenu le label «Centenaire». Tous les territoires sont représentés : métropolitains et ultra-marins, urbains et ruraux, en réussite ou en difficultés sociales et scolaires. 525 établissements du premier degré se sont inscrits au concours national des Petits artistes de la Mémoire organisé par l Officie national Anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG) et soutenu par la Mission du Centenaire. Plusieurs milliers d enseignants et d élèves s impliquent donc dans le «travail de mémoire» autour d étude de documents d archives et de création de spectacles vivants ou de nouveaux supports numériques. Une partie des projets est mis en valeur dans chaque académie par le biais de pages web spécifiques et de journée de restitution réunissant enseignants et scolaires. A l échelle nationale, un grand nombre est publié sur le portail centenaire.org, devenu la plateforme de ressources et de valorisation pédagogique du Centenaire. Dossier de Presse 12 septembre /09/

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

TOUS ENFANTS DE LA PATRIE CENTENAIRE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

TOUS ENFANTS DE LA PATRIE CENTENAIRE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE TOUS ENFANTS DE LA PATRIE CENTENAIRE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE CENTENAIRE DE LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE, UN GRAND RENDEZ-VOUS MÉMORIEL L arrivée des quotidiens dans la zone des armées. Carte postale

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire

Bataille de la Somme Ressources: Documents de source primaire Tués au combat dans la Somme Liste des 118 soldats tués au combat avec le 38 e bataillon, unité levée à Ottawa, pendant l attaque contre la tranchée Desire et Grandcourt, dans la Somme, le 18 novembre

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis

compl mentaire des dossiers réalisés dans le cadre du Concours national de la Résistance notamment de ceux réalis Introduction L ensemble ensemble documentaire qui suit est complémentaire compl mentaire des dossiers réalisés r dans le cadre du Concours national de la Résistance R sistance et de la Déportation, D notamment

Plus en détail

1915-1919 Un camp candien à Saint-Cloud

1915-1919 Un camp candien à Saint-Cloud 1915-1919 Un camp candien à Saint-Cloud Exposition du 16 avril au 12 juillet 2015 Cette exposition est accessible pour des élèves du CE2 au CM1 L exposition p.03 La visite-atelier des scolaires p.06 Renseignements

Plus en détail

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise :

Fichier enseignant. Voici les lieux de visite que nous vous conseillons pour couvrir le programme et les objectifs qu il vise : Fichier enseignant Dans le programme d histoire du cycle 3 au chapitre le 20 ème siècle et notre époque les deux conflits mondiaux sont abordés. L accent est mis sur ce qui fit basculer l humanité dans

Plus en détail

1915-1919, Un Camp canadien à Saint-Cloud

1915-1919, Un Camp canadien à Saint-Cloud 1915-1919, Un Camp canadien à Saint-Cloud SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 INTERVIEW D EMMANUELLE LE BAIL, DIRECTRICE DU MUSÉE DES AVELINES ET COMMISSAIRE DE L EXPOSITION p. 5 VISUELS DISPONIBLES POUR

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

50e anniversaire des indépendances africaines et malgache

50e anniversaire des indépendances africaines et malgache 50e anniversaire des indépendances africaines et malgache 1960-2010 29 Hommage aux anciens combattants africains et malgaches Dans le cadre des célébrations officielles du cinquantième anniversaire des

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

LE 11 NOVEMBRE. Un Jour-Mémoire. Collection «Mémoire et Citoyenneté» MINISTÈRE DE LA DÉFENSE. Secrétariat général pour l administration

LE 11 NOVEMBRE. Un Jour-Mémoire. Collection «Mémoire et Citoyenneté» MINISTÈRE DE LA DÉFENSE. Secrétariat général pour l administration n 8 Collection «Mémoire et Citoyenneté» LE 11 NOVEMBRE Un Jour-Mémoire MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Secrétariat général pour l administration DIRECTION DE LA MÉMOIRE, DU PATRIMOINE ET DES ARCHIVES Le 11 Novembre

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

CIRCULAIRE CONJOINTE. Ministère de l éducation nationale. la défense. du patrimoine et des archives

CIRCULAIRE CONJOINTE. Ministère de l éducation nationale. la défense. du patrimoine et des archives CIRCULAIRE CONJOINTE Ministère de l éducation nationale Ministère de la défense Ministère de l éducation nationale Direction de l enseignement scolaire Ministère de la défense Direction de la mémoire,

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

LE LIEN ARMEE NATION. Réflexions et production du Trinôme de Créteil. Michel Gauvin, délégué de l association Paris Ile-de-France des Auditeurs

LE LIEN ARMEE NATION. Réflexions et production du Trinôme de Créteil. Michel Gauvin, délégué de l association Paris Ile-de-France des Auditeurs LE LIEN ARMEE NATION Réflexions et production du Trinôme de Créteil Michel Gauvin, délégué de l association Paris Ile-de-France des Auditeurs de l IHEDN Le trinôme de Créteil : un pilote Journées de formation

Plus en détail

Un grand spectacle pour lancer les commémorations

Un grand spectacle pour lancer les commémorations 24 avril 2014 Communiqué de presse Un grand spectacle pour lancer les commémorations «1914» est un spectacle de plein air, gratuit sur réservation, ouvert à 500 personnes. Il va raconter l histoire d un

Plus en détail

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture

1. ARTS, VILLES, POLITIQUES ET SOCIÉTÉS _arts et villes au XX e siècle. _les artistes et l'architecture histoire des arts au lycée option de détermination option facultative sitographie _1 SITOGRAPHIE 1. DES SITES EN LIEN AVEC LE PROGRAMME DE TERMINALE [OPTION DE DÉTERMINATION] 1. ARTS, VILLES, POLITIQUES

Plus en détail

Une nouvelle organisation pour les services publics d'archives en France Hervé Lemoine, directeur chargé des archives de France

Une nouvelle organisation pour les services publics d'archives en France Hervé Lemoine, directeur chargé des archives de France Une nouvelle organisation pour les services publics d'archives en France Hervé Lemoine, directeur chargé des archives de France Introduction Le Service interministériel des Archives de France définit,

Plus en détail

2014-2015. Animations pédagogiques TANINGES. - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3. Arcade MAISON du PATRIMOINE

2014-2015. Animations pédagogiques TANINGES. - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3. Arcade MAISON du PATRIMOINE Animations pédagogiques 2014-2015 TANINGES - Ecoles primaires - Cycles 2 et 3 «Située à Taninges, au cœur de la vallée du Giffre, la Maison du Patrimoine vous emmène dans une rue reconstituée pour découvrir,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE LA VILLE DE SAINT-CLOUD S OPPOSE A LA CONSTRUCTION SUR L HIPPODROME DE SAINT-CLOUD

DOSSIER DE PRESSE LA VILLE DE SAINT-CLOUD S OPPOSE A LA CONSTRUCTION SUR L HIPPODROME DE SAINT-CLOUD DOSSIER DE PRESSE LA VILLE DE SAINT-CLOUD S OPPOSE A LA CONSTRUCTION SUR L HIPPODROME DE SAINT-CLOUD Conférence de presse Samedi 14 mars 2015 Contact presse : Alexia Dana / 01 47 71 54 96 / 06 18 04 02

Plus en détail

L Allemagne déclare la guerre à la France. L Allemagne déclare la guerre à la Belgique qui a rejeté l ultimatum de la veille.

L Allemagne déclare la guerre à la France. L Allemagne déclare la guerre à la Belgique qui a rejeté l ultimatum de la veille. 1914 28 juin : L archiduc héritier du trône d Autriche-Hongrie, François Ferdinand, et son épouse, sont assassinés à Sarajevo (Bosnie-Herzégovine) par Gavrilo Prinzip. Cet événement sert de prétexte à

Plus en détail

Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne

Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne Restauration du bureau de Georges Clemenceau à l Hôtel de Brienne 17 novembre 2014 Sommaire 100 ans après le déclenchement de la Grande Guerre, le bureau de Georges Clemenceau restauré Le bureau de Georges

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE

MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE MEDIA TRAINING ET COMMUNICATION DE CRISE Parler devant des micros ou face à une caméra, se retrouver sous les projecteurs d un plateau de télévision représentent des situations peu ordinaires. Surtout,

Plus en détail

dans la Grande Guerre : les hauts-de-seine Dossier de presse 15 sept. 2014-29 mai 2015 Mobiliser / Soutenir / Soigner

dans la Grande Guerre : les hauts-de-seine Dossier de presse 15 sept. 2014-29 mai 2015 Mobiliser / Soutenir / Soigner Dossier de presse 15 sept. 2014-29 mai 2015 les hauts-de-seine dans la Grande Guerre : Mobiliser / Soutenir / Soigner EXPOSITION ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DES HAUTS-DE-SEINE Contact presse Conseil général

Plus en détail

1914-18 Hohrodberg - Linge

1914-18 Hohrodberg - Linge Circuit Historique 1914-18 Hohrodberg - Linge Une réalisation Dr Marc Georges Président de la CCVM Le Mot du Président : Les 350 kilomètres de sentiers balisés de la vallée de Munster constituent, pour

Plus en détail

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE

PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE PATRIMOINE MONDIAL DE L UNESCO SALINE ROYALE ARC ET SENANS CENTRE CULTUREL DE RENCONTRE La 1ère architecture industrielle distinguée par l UNESCO Inscrite au Patrimoine Mondial par l UNESCO depuis 1982,

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

70 e anniversaire de la Bataille de Normandie Les évènements organisés par le Conseil général de l Orne

70 e anniversaire de la Bataille de Normandie Les évènements organisés par le Conseil général de l Orne Le 6 juin 2014 Irène Martin-Houlgatte Conseil général de l Orne Print presse Tél 02 33 81 60 00 Poste 1226 LD 02 33 81 63 97 martin-houlgatte.irene@cg61.fr Blandine Bienfait Conseil général de l Orne Print

Plus en détail

Deux régiments de Poitiers dans la Guerre 1914-1918

Deux régiments de Poitiers dans la Guerre 1914-1918 Deux régiments de Poitiers dans la Guerre 1914-1918 Nom de l élève : Prénom : Classe : Niveau : lycée Dossier pédagogique Des documents et des questionnaires, un lexique et une notice biographique Pour

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon

Dossier de Presse 5 juin 2008 20. L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 20 L Oeuvre de Vauban à Besançon Dossier de Presse 5 juin 2008 21 Besançon : des défenses façonnées par un méandre dominé > 21 27 La citadelle Historique La position stratégique

Plus en détail

Expositions conférences

Expositions conférences Du 2 septembre au 31 décembre, Patrimoine culinaire de l Anjou depuis le Moyen-Âge À travers les différentes périodes de l histoire de l Anjou, venez découvrir la richesse du patrimoine culinaire ligérien.

Plus en détail

La lettre d information de la médiathèque départementale

La lettre d information de la médiathèque départementale NEWS DU RESEAU Il était une fois «Les mots au Cœur des Arts» - Communauté de communes de la Baie du Mont Saint-Michel Les bibliothèques et la Communauté de communes de la Baie du Mont Saint- Michel proposent

Plus en détail

De l Etat français à la IVème République (1940-1946)

De l Etat français à la IVème République (1940-1946) De l Etat français à la IVème République (1940-1946) Introduction : Présentation de la défaite : -En juin 1940, la chute de la IIIème République (1875-1940) accompagne la déroute militaire. -Le 10 juillet

Plus en détail

Dossier de Presse PERGAUD

Dossier de Presse PERGAUD Dossier de Presse PROJET RHIZOME MASTER 1 PSM 2014 / 2015 UFR STGI MONTBÉLIARD Valentin Besson, Aymeric Bouchereau Romain Dax, Raphaël Guix Daria Gushchina, Arthur Yilmaz 00 / AVANT PROPOS Le dossier de

Plus en détail

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France

Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Retrouver l état signalétique ou le passé militaire d un combattant des armées françaises nés en France Origine, composition des fonds d archives C est la loi Jourdan du 15 septembre 1798 qui substitue

Plus en détail

La Libération du Nord-Pas de Calais

La Libération du Nord-Pas de Calais La Libération du Nord-Pas de Calais I Une Libération éclair : 1 er au 5 septembre 1944 A La libération de la région et de la Belgique en 5 jours, du 1 er au 5 septembre : une ruée fulgurante des Alliés,

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT

organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MÉCÉNAT 1 organisé par le Comité Equestre de Saumur DOSSIER MECENAT DOSSIER MÉCÉNAT Sommaire Saumur, capitale de l équitation p. 3 Le Comité Equestre de Saumur p. 3, Salon international de Saumur p. 4 Les enjeux

Plus en détail

Année scolaire 2014-2015

Année scolaire 2014-2015 Année scolaire 2014-2015 02 Concours de photographie à destination des scolaires! Un événement En 2015, pour le 30 ème anniversaire de l inscription du Pont du Gard sur la Liste du Patrimoine mondial de

Plus en détail

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration HISTORIQUE DU BÂTIMENT Robert II, dit Le Pieux (972-1031), fils et successeur de Hugues Capet, bâtit le premier en

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant propos :

SOMMAIRE. Avant propos : Années 2013-2016 SOMMAIRE 1. Contexte Etat des lieux Le collège Henri HIRO son environnement, ses élèves, ses enseignants Son CDI Les objectifs prioritaires du collège Henri HIRO Fonds documentaire et

Plus en détail

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée

Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Château des Ducs de Bretagne, France : l accessibilité permet la réappropriation par les habitants de Nantes du château-musée Thierry Mezerette FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château - musée Localisation

Plus en détail

Contact presse : Émilie LEDUC Attachée de presse du Conseil général d Indre-et-Loire Tél. : 06 88 60 78 74 / 02 47 31 43 21 eleduc@cg37.

Contact presse : Émilie LEDUC Attachée de presse du Conseil général d Indre-et-Loire Tél. : 06 88 60 78 74 / 02 47 31 43 21 eleduc@cg37. Contact presse : Émilie LEDUC Attachée de presse du Conseil général d Indre-et-Loire Tél. : 06 88 60 78 74 / 02 47 31 43 21 eleduc@cg37.fr La forteresse royale de Chinon, propriété du Conseil général d

Plus en détail

HAGUENAU VIVANTE. Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau

HAGUENAU VIVANTE. Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau HAGUENAU LA F RÊT VIVANTE Les Arpenteurs Un projet Chambre à Part & Ville de Haguenau Chambre à part, le territoire en photo Le Collectif photographique Chambre à Part, créé en 1991 à Strasbourg, fait

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Par Bernard Chevallier Collection «Regards» > La résurrection en images du palais incendié en 1870 > Les superbes clichés du reportage photographique

Plus en détail

ORGANISER UNE EXPOSITION DE PRODUCTION D ELEVES OU DES REPRESENTATIONS EXPOSER QUOI?

ORGANISER UNE EXPOSITION DE PRODUCTION D ELEVES OU DES REPRESENTATIONS EXPOSER QUOI? ORGANISER UNE EXPOSITION DE PRODUCTION D ELEVES OU DES REPRESENTATIONS EXPOSER QUOI? Des productions en maîtrise de la langue o A l écrit: suite/fin d album, critiques littéraires, carnets de lecture o

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Maisons de Victor Hugo. Paris / Guernesey

Maisons de Victor Hugo. Paris / Guernesey Dans l intimité d un écrivain, place des Vosges Ouvrant sur l un des plus beaux sites parisiens, la Place des Vosges, le Maison de Victor Hugo a pour mission de maintenir vivante la mémoire de ce génie,

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

«LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT»

«LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT» «LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT À L ÉCOLE ET CONTRE LE CYBER-HARCÈLEMENT» Ministère de l Éducation Nationale Protection Judiciaire de la Jeunesse Théâtre Liberté Contact : Betty Le Mellay, Responsable de

Plus en détail

GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919)

GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919) 1 GRÉVILLE-HAGUE (Manche) : Morts pour la France (1914-1919) (4 e version, 31 oct. 2014) Notice par Hugues Plaideux, d après le site «Mémoire des Hommes» du Ministère de la Défense, l état civil, les répertoires

Plus en détail

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Ancienne gare de déportation de Bobigny Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Sommaire : 1. Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz 2. Après la guerre,

Plus en détail

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944)

Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) COMMUNIQUE DE PRESSE Exposition Camps d internement du Limousin (1940-1944) Du 11 mars au 20 avril 2013 au musée Edmond-Michelet Destinés à l origine à regrouper les étrangers «indésirables», les camps

Plus en détail

LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT

LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT LUTTER CONTRE LE HARCÈLEMENT Prix À «Mobilisons-nous L ÉCOLE : L AFFAIRE contre DE le TOUS! harcèlement» 2ème édition 2014/2015 Préambule Dans le cadre de la politique conduite pour diminuer le harcèlement

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE. Depuis plus de 35 ans, notre famille recherche et étudie les objets de la 1ère guerre mondiale.

LIVRET PÉDAGOGIQUE. Depuis plus de 35 ans, notre famille recherche et étudie les objets de la 1ère guerre mondiale. LIVRET PÉDAGOGIQUE Situé à 10km au sud de Lille, le fort de Seclin est le dernier Fort intact de la ceinture de Lille. Oublié pendant de longues années, notre famille le restaure depuis plus de 18 ans

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

Assistance en escale au féminin

Assistance en escale au féminin Assistance en escale au féminin Un projet mené de octobre 2013 à juin 2014 avec la Région Ile de France et la Fédération Nationale de l Aviation Marchande Assistance en escale au féminin Sommaire Synthèse

Plus en détail

Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le

Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le Le Comité Départemental 13 de la FNCTA organise le 14 ème Festival de Théâtre Amateur - Marseille 2012 1 L Esprit Fédéral «C est un réflexe naturel de vouloir se rassembler. De l âge des cavernes à la

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

LIBÉREZ PARIS 2014 REVIVEZ LA LIBÉRATION DE PARIS MUSÉE DOSSIER DE PRESSE JUILLET 2014. INFORMATIONS www.liberationparis70. paris.

LIBÉREZ PARIS 2014 REVIVEZ LA LIBÉRATION DE PARIS MUSÉE DOSSIER DE PRESSE JUILLET 2014. INFORMATIONS www.liberationparis70. paris. LIBÉREZ PARIS 2014 REVIVEZ LA LIBÉRATION DE PARIS DOSSIER DE PRESSE JUILLET 2014 MUSÉE CARNAVALET MUSÉE DU GÉNÉRAL LECLERC ET DE LA LIBÉRATION DE PARIS MUSÉE JEAN MOULIN HÔTEL DE VILLE DE PARIS ÉVÉNEMENT

Plus en détail

En alsace, nous sommes fiers de :

En alsace, nous sommes fiers de : En alsace, nous sommes fiers de : Réseau VESTA, le benchmark entre communes Né en 2003, le Réseau Vesta des villes alsaciennes engagées dans le Développement Durable est co-animé par EDF Commerce Est et

Plus en détail

Maurice Louis BOULANGÉ 29 ans

Maurice Louis BOULANGÉ 29 ans Maurice Louis BOULANGÉ 29 ans - Fils de Joseph PHILIPPE (charretier) et de Marie LEMBERT (blanchisseuse), domiciliés au 3 rue de Paris - Marié à Victorine BERTOUILLE le 23 janvier 1909 au Pecq - Domicilié

Plus en détail

LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente. 1914, cent ans après. Livret de l enseignant

LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente. 1914, cent ans après. Livret de l enseignant LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA LOIRE présente 1914, cent ans après Livret de l enseignant Une action des Archives départementales de la Loire Le projet 1914, cent ans après est organisé par le Conseil général

Plus en détail

Mémorial de Caen 70 E ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE NORMANDIE POINT DE RENCONTRE. 5 / Réf. : 140B4560 ISBN : 978-2-86618-613-5

Mémorial de Caen 70 E ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE NORMANDIE POINT DE RENCONTRE. 5 / Réf. : 140B4560 ISBN : 978-2-86618-613-5 POINT DE RENCONTRE Mémorial de Caen 70 E ANNIVERSAIRE DE LA BATAILLE DE NORMANDIE 5 / Réf. : 140B4560 ISBN : 978-2-86618-613-5 Mémorial de Caen Sommaire CANOPÉ ACADÉMIE DE CAEN Directeur de la publication

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008

Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008 ACTIONS EN MATIÈRE D'INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008 LE CONTEXTE La Commission nationale Culture-Handicap La

Plus en détail

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015

MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015 MÉMOIRES DU XXe SIÈCLE EN RÉGION RHÔNE-ALPES APPEL À PROJETS 2015 ATTENTION : UNE SEULE SESSION EN 2015 La Région Rhône-Alpes et l État, DRAC Rhône-Alpes, ont souhaité mettre conjointement en place le

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Dossier de Presse. Grand Nausicaà. République-Eperon. Capécure. Zones économiques

Dossier de Presse. Grand Nausicaà. République-Eperon. Capécure. Zones économiques Grand Nausicaà République-Eperon Capécure Zones économiques 1 Imaginons le Boulonnais L'agglomération de Boulogne-sur-Mer aborde une période charnière de son développement. Territoire en pleine dynamique,

Plus en détail

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN

CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN CITÉ DU RISQUE SAINT-QUENTIN Centre européen de sensibilisation et d éducation aux risques Le contexte français Toujours trop de victimes Chaque année en France, 11 millions d accidents de la vie courante

Plus en détail

L es Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan

L es Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan i n vi t a t i o n L es Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan Installées au cœur de la Bretagne, dans le Morbihan, les écoles de Saint-Cyr Coëtquidan se situent dans un environnement unique en France. Elles ont

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

EXPLODING YOUR IDEA! DESTINATION EXPO MILANO 2015 [FAITES EXPLOSER VOTRE IDÉE! DESTINATION EXPO MILANO 2015]

EXPLODING YOUR IDEA! DESTINATION EXPO MILANO 2015 [FAITES EXPLOSER VOTRE IDÉE! DESTINATION EXPO MILANO 2015] EXPLODING YOUR IDEA! DESTINATION EXPO MILANO 2015 [FAITES EXPLOSER VOTRE IDÉE! DESTINATION EXPO MILANO 2015] DEUXIÈME CONCOURS INTERNATIONAL D IDÉES POUR LE DÉVELOPPEMENT DU PROGRAMME CULTUREL DU PAVILLON

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

LES MUSIQUES TRAD SE RACONTENT

LES MUSIQUES TRAD SE RACONTENT LES MUSIQUES TRAD SE RACONTENT VIDEO CONFERENCES Michel Lebreton lebreton.mic@gmail.com Photo Alain Dhieux - Calais DU FOLK AUX MUSIQUES TRAD 50 ANS DE REVIVALISME Cette rencontre en deux volets retrace

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier Domaine du Moulin à Bayonne Une nouvelle vie pour un nouveau quartier ** * Ceci n est pas un label. Cet immeuble fera l objet d une demande de label BBC-effinergie, Bâtiment Basse Consommation, auprès

Plus en détail

Au printemps, les activités fleurissent au château du Haut-Kœnigsbourg!

Au printemps, les activités fleurissent au château du Haut-Kœnigsbourg! Communiqué de presse Printemps 2015 Au printemps, les activités fleurissent au château du Haut-Kœnigsbourg! En cette saison printanière, accompagnés par une douce chaleur et de légères brises, les visiteurs

Plus en détail

DOSSIER DE PARTENARIAT

DOSSIER DE PARTENARIAT DOSSIER DE PARTENARIAT A P R O P O S Art Contemporain & Antiquité à Villefranche-Sur-Mer du 3 au 6 septembre 2015 V i l l e f r a n c h e - s u r - Me r a toujours été une commune tournée vers la culture.

Plus en détail

Damien Castelain. Président de la Métropole Européenne de Lille

Damien Castelain. Président de la Métropole Européenne de Lille P R O G R A M M E Un musée qui dialogue avec des bibliothèques et des médiathèques. Des visiteurs qui deviennent lecteurs Les 27 et 28 juin 2015, venez découvrir au LaM une nouvelle façon d explorer les

Plus en détail

«sortez surfer» Participez aux réunions d information. la capa lance le wifi gratuit du pays ajaccien. Dossier de presse. territoire numérique.

«sortez surfer» Participez aux réunions d information. la capa lance le wifi gratuit du pays ajaccien. Dossier de presse. territoire numérique. SEPTEMBRE 2012 Dossier de presse Liberte Egalite Tous connectes Paesi N 8 AOÛT / d Aiacciu Le magazine de la Communauté d Agglomération du Pays Ajaccien Nouvelle station d épuration des Sanguinaires Participez

Plus en détail

Étude publique sur Montréal, métropole culturelle

Étude publique sur Montréal, métropole culturelle Étude publique sur Montréal, métropole culturelle Présentation de Jean-Robert Choquet Directeur Direction du développement culturel Service du développement culturel, de la qualité du milieu de vie et

Plus en détail

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani.

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Sommaire Programme, Capacités (http://www.education.gouv.fr/cid50636/ mene0925419a.html) Dossier documentaire d histoire géographie en CAP : Note de cadrage de l épreuve.

Plus en détail

Des espaces prestigieux pour des instants magiques

Des espaces prestigieux pour des instants magiques Des espaces prestigieux pour des instants magiques Vous recherchez un lieu d exception pour réunir vos collaborateurs ou vos partenaires, les Châteaux de la Drôme vous proposent le dépaysement et la richesse

Plus en détail