EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER"

Transcription

1 EPIDÉMIOLOGIE DU CANCER FORMATION INFIRMIÈRE EN ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE BESANCON, LE 26/01/2012 MOUILLET GUILLAUME, ONCOLOGIE MÉDICALE

2 Définition : ÉPIDÉMIOLOGIE Discipline qui a pour but l étude de la distribution des phénomènes de santé dans une population et des facteurs qui conditionnent leurs fréquences Epidémiologie : Descriptive : mesure les phénomènes de santé dans une population Analytique : recherche les causes éventuelles des maladies Participe directement aux actions de santé Permet d étayer la prise de décision en fournissant : Mesures Prévisions Evaluation

3 INDICATEURS Déterminer la fréquence d un phénomène Déterminer la vitesse de survenue d un phénomène

4 PRÉVALENCE : Indicateur statique de morbidité Proportion du nombre de cas d une maladie observée à un instant donné sur la population dont sont issus ces cas. Ex : Prévalence du cancer du sein en France-Comté

5 LÉTALITÉ : Indicateur statique Part des décès dus à une maladie donnée parmi les malades atteint de cette maladie Témoigne de la gravité de la maladie

6 INCIDENCE : Indicateur dynamique de morbidité Taux qui prend en compte la vitesse de survenue dans une population d une maladie Nombre de nouveaux cas d une maladie sur une période de temps / population à risque Exemple : incidence du cancer du sein dans le Doubs en 2008

7 MORTALITÉ : Indicateur dynamique Evénement étudié le décès Nombre de décès pendant une période donnée / à la population pendant une période donnée Dépend de la structure d âge de la population considérée.

8 SURVIE Critère de jugement de l efficacité des soins Recherche clinique +++ Délai entre le diagnostic et la survenue d un événement Décès Récidive, progression Exemple :survie à 5 ans des patients opérées d un cancer du sein

9 INDICATEURS Mortalité Incidence Surveillance du risque Alerte Prévalence Planification des soins Survie Efficacité des soins 9

10 SOURCE DE DONNÉES Dispositif de surveillance épidemiologique : Réseau français des registres du cancer FRANCIM Institut de veille sanitaire InVS Institut national du cancer INCa Une première estimation de la fréquence des cancers en France en 2000 avait été réalisée à partir des données collectées entre 1978 et 1997 par 15 registres de cancer En 2007, le réseau Francim = 21 registres de cancer, 11 registres généraux 10 registres spécialisés 20 à 25 % de la population française couvertes selon les localisations.

11 11

12 LES REGISTRES DE CANCERS Recueil continu et exhaustif de données nominatives dans une population géographiquement définie Tout le fonctionnement d un registre repose sur l information qu il va pouvoir collecter à partir des sources de données à sa disposition Identification des cas Informations à recueillir 12

13 LE REGISTRE DU DOUBS ET DU T. DE BELFORT Le Registre du Doubs, un des plus anciens registre général Doubs : Créé en 1976, Incidence depuis 1978 (30 ans d incidence) Ter de Belfort : mis en place en 2006, Incidence depuis 2007 Locaux : site de l Arsenal du CHU St Jacques Membre du pôle Cancérologie, Rattaché au pôle Recherche Membre du Cancéropôle Grand Est Financement InVS, INCa 13

14 EPIDÉMIOLOGIE DES CANCERS EN FRANCE

15 Nombre de cas et décès par cancer en France en 2005 Incidence Mortalité INDICATEURS TOUS CANCERS Homme Femme

16 MORTALITÉ Période en France: Homme : 33% de l ensemble 1 ère cause de décès Femme : 23 % de l ensemble des décès féminins. 2 ème cause de décès En moyenne : décès par cancer en moyenne chez l homme chez la femme Sex ratio H/F = 2,03 Taux de mortalité 162,6 décès pour hommes Taux de mortalité 79,9 décès pour femmes

17

18

19

20

21

22 CANCER DE LA PROSTATE 34% des cancers incidents chez l homme Au 1 er rang des cancers chez l homme 2 ème rang des décès par cancer 4 ème cause de décès dans l ensemble de la population Incidence en augmentation Surdiagnostic? Cancer de la prostate : indicateurs en 2005 Taux Nb de cas Incidence 121, Mortalité 13,

23 CANCER DU SEIN 2 ème rang de l ensemble des cancers 36,7% de l ensemble des nouveaux cas de cancers Incidence en augmentation constante 1 er rang des décès par cancer chez la femme (18,9%) Cancer du sein : indicateurs en 2005 Taux Nb de cas Incidence 101, Mortalité 17,

24 CANCER DU COLON-RECTUM 3 ème rang des cancers 11,7% des cancers incidents 3 ème rang chez l homme 2 ème rang chez la femme Sexe ratio = 1, décès Cancer du colon-rectum : indicateurs en 2005 Taux Nb de cas Incidence Homme 37, Femme 24, Mortalité Homme 15, Femme 8, ème rang des décès par cancer 11,6% des décès

25 CANCER DU POUMON 4 ème rang 9,6% de l ensemble des cancers incidents 2 ème rang chez l homme 3 ème rang chez la femme 78% chez l homme Cancer du poumon : indicateurs en 2005 Taux Nb de cas Incidence Homme 50, Femme 12, Mortalité Homme 42, Femme 9, Sex-ratio = 3,6 1 er rang des décès par cancer 18,3% de l ensemble des décès par cancer 79% sont des hommes

26 DÉPISTAGE DES CANCERS

27 DÉPISTAGE Principe : Diagnostic précoce Optimiser la prise en charge Amélioration l efficacité de la prise en charge Deux axes : Détection précoce : présence de signes cliniques Dépistage : ABSENCE de signe clinique

28 Maladie fréquente et grave Histoire naturelle de la maladie doit être connu Test de dépistage disponible : Simple à mettre en œuvre Peu couteux DÉPISTAGE : CRITÈRES OMS Acceptable par la population Diagnostic à un stade précoce possible Dépistage précoce doit influer sur le pronostic Traitement disponible et efficace Le coût du dépistage et des prises en charges conséquentes doit pouvoir être supporté par la société doivent être inférieures aux bénéfices attendus.

29 DÉPISTAGE Programme national de dépistage organisé Cancer du sein Cancer colo-rectal Programme local de dépistage organisé Cancer du col de l utérus (expérimentation)

30 DÉPISTAGE : CANCER DU SEIN Les femmes de 50 à 74 ans Généralisé en 2004 Sur invitation systématique Examen clinique + Mammographie tous les deux ans 12 femmes sur 100 avec test + ont réellement un cancer Par un radiologue agréé Seconde lecture Pris en charge dans le cadre du tiers payant Réduction de la mortalité de 20% si au moins 70% de la population cible réalise le dépistage

31

32

33 DÉPISTAGE : CANCER COLO-RECTAL Débuté en 2002 dans 23 départements Généralisé fin 2008 Invitation par courrier à consulter son médecin traitant Principe : Recherche de sang occulte par test HEMOCULT Tous les 2 ans entre 50 et 74 ans. Si positif : coloscopie Réduction de 15 à 20% de la mortalité si participation de 50% de la population cible En : taux de participation 34% Depuis 2007 : 3289 cancers dépistés

34

35 HAS recommande : DÉPISTAGE : CANCER DE L UTERUS Un frottis cervico-utérin (FCU) tous les 3 ans après deux frottis annuels normaux chez les femmes de 25 à 65 ans. Pas de programme national de dépistage organisé FCU pratiqués à la demande de la patiente ou sur proposition des médécins de façon individuelle Depuis 2010 : FCU lors du 1er examen prénatale En expérimentation dans 13 départements : Invitation par courrier Campagne en faveur de la vaccination Education à la santé Projet innovant pour touché les femmes éloignées de la prévention

36 DÉPISTAGE : CANCER DE LA PROSTATE Dépistage individuel Principe : Dosage sérique du PSA Un toucher rectal Si positif : Biopsies prostatiques Pas de réduction de la mortalité démontré Des questions demeures : Effets secondaires de certains traitements Formes peu évolués de cancer Stratégies de surveillance active : source d angoisse

37 DÉPISTAGE : CANCER DU POUMON Aucun dépistage Des études en cours De nombreuses questions : Fiabilité de l outil de dépistage Ciblage et recrutement des participants Faux positifs: Risque et coût pour parvenir au diagnostique Qualité de vie Impact psychologique chez les faux positifs Impact sur le sevrage tabagique Impact en termes d économie de santé Structures adaptées A suivre

38 CANCÉROGENÈSE FORMATION INFIRMIÈRE EN ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE BESANÇON, LE 26/01/2012 MOUILLET GUILLAUME, ONCOLOGIE MÉDICALE

39 DÉFINITION Un tissu sain est le résultat de la juxtaposition d un grand nombre de cellules identiques A chaque instant, le nombre de cellules qui naissent = le nombre de cellules qui meurent Cancer = Rupture de l équilibre = perte de l autocontrôle cellulaire

40 DÉFINITION Ensemble de phénomènes ou d'événements qui conduisent à la transformation d'un tissu physiologique (normal) en tissu cancéreux Accumulation d altérations génétiques Acquisition progressive des propriétés des cellules cancéreuses

41 CELLULES CANCÉREUSES L immortalité L autonomisation (division cellulaire) L infiltration - migration

42 CELLULES CANCÉREUSES Insensibilité aux signaux extérieurs: perte de l inhibition de contact Formation anormale de vaisseaux : néoangiogénèse Échappement aux défenses immunitaires Potentiel de prolifération illimité Échappement à la mort cellulaire programmée Prolifération incontrôlée: processus autocrine Invasion des tissus et création de métastases

43 ÉTAPE DE LA CANCÉROGÉNÈSE Phase d initiation: apparition de cellules qui se transforment et qui possèdent des capacités cancéreuses Phase de promotion : prolifération anormale La multiplication des cellules va en augmentant parallèlement aux mutations de l'adn du noyau. L'angiogenèse : la néovascularisation cellulaire Progression La phase de formation des métastases

44 CARCINOGÉNÈSE COLORECTALE Muqueuse normale Dysplasie Petit adénome Gros adénome Adénocarcinome Métastases

45 ÉTAPE DE LA CANCÉROGÉNÈSE Régulation de la croissance cellulaire: activité coordonnée d un réseau complexe de protéines régulatrices activateurs de la prolifération cellulaire inhibiteurs de la croissance cellulaire Transformation maligne et progression tumorale liées à : activation anormale de protéines activatrices : «oncoprotéines» inactivation anormale de protéines inhibitrices «protéines oncosuppressives» Dérégulation des oncogènes et des gènes suppresseurs de tumeurs au cours de la progression tumorale

46 ORIGINES : Plusieurs facteurs à l origine de cette transformation cancéreuse : Vieillissement Facteurs extérieurs: virus, rayonnements, produits chimiques Anomalies génétiques constitutionnelles : BRCA1,2

47 CONCLUSION Rupture d équilibre Perte de contrôle cellulaire Développement long Etiologies multiples

48 Remerciement : Dr Woronoff Anne-Sophie Dr Kalbacher Elsa Dr Curtit Elsa Source : InVS INCa

49 MERCI DE VOTRE ATTENTION

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS. Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Dr KALBACHER Elsa 24/01/2013 DEFINITION - Epidémiologie : Étude de la distribution des maladies chez l'homme et étude des variations de cette distribution en fonction de différents

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION 2010

DOSSIER DE PRESENTATION 2010 DOSSIER DE PRESENTATION 2010 Dépistage organisé des cancers en Isère Sein - Col utérin - Colon rectum G:\AJoS\MEDIAS\DOSSIERS PRESSE\dossier1 presse Last 2010.doc 1 La mission de santé publique de l ODLC

Plus en détail

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68

dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 dépistage de masse organisé du cancer colorectal dans le Haut-Rhin ADECA 68 Objectifs généraux de la soirée Vous motiver et vous mobiliser Vous apporter les éléments épidémiologiques locaux Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara

Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara Enseignement du Module d Anatomie Pathologique 3 ème Année de Médecine 2016/2017 Processus cancéreux Responsable : Y.Lamouti Coordinateurs : B.Latreche, S.Lameche, K.Mokkedem, H.Ait Kaci, N.Boufenara Plan

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité

EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité EPIDEMIOLOGIE DES CANCERS Incidence et mortalité V Jouhet 13 Mai 2009 Encadrement : G. Defossez Plan Définitions Incidence Mortalité Effets influençant la lecture des données épidémiologiques Âge, période,

Plus en détail

III/ Prise en charge des cancers. III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5.

III/ Prise en charge des cancers. III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5. III/ Prise en charge des cancers III.1. Diagnostic III.2. Classifications et pronostics III.3. Dépistage III.4. Traitement III.5. Rôle du manip Sitographie III.1. Imagerie Le diagnostic de certitude

Plus en détail

Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS.

Dépistage. Organisé ou individuel. Dr Mariam ARVIS. Dépistage Organisé ou individuel Dr Mariam ARVIS www.ccmsa.msanet Dépistage Le dépistage est une démarche qui vise à détecter, au plus tôt, en l absence de symptôme, des signes d'une maladie avant qu'elle

Plus en détail

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé

Le dépistage. Le dépistage : une démarche préventive capitale. Dépistage organisé ou individuel? Le dépistage organisé Accueil > Assurance Maladie /> Prenez soin de votre santé /> Le dépistage / www.cprpsncf.fr Le dépistage Le dépistage : une démarche préventive capitale Le dépistage du cancer du sein Le dépistage du cancer

Plus en détail

Enquête auprès des médecins. généralistes des Pyrénées-Orientales

Enquête auprès des médecins. généralistes des Pyrénées-Orientales Etat des lieux du dépistage du cancer colorectal en France Enquête auprès des médecins généralistes des Pyrénées-Orientales Thèse pour le doctorat en médecine Présentée par Solène Goulaouic 12 Décembre

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉTAT DE SANTÉ

INDICATEURS DE L ÉTAT DE SANTÉ INDICATEURS DE L ÉTAT DE SANTÉ - comprendre ce qu est un indicateur de l état de santé d une population - connaître les principaux indicateurs de l état de santé - connaître les principales sources d information

Plus en détail

Le cancer en Valais 2016

Le cancer en Valais 2016 Le cancer en Valais 2016 Luc Fornerod, Directeur, OVS PD Dr Arnaud Chiolero, Médecin-chef épidémiologue, OVS Dr Isabelle Konzelmann, Médecin responsable du Registre valaisan, OVS Dr Reinhard Zenhäusern,

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal en France : Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période

Dépistage organisé du cancer colorectal en France : Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période Evaluation du programme national sur 46 départements pour la période 2008-2009 V e Congrès International d Epidémiologie ADELF/EPITER, 12-14 septembre 2012, Bruxelles K Leuraud, D Jezewski-Serra, E Salines

Plus en détail

S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine

S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine S. Beldjillali, H. Boukhari, F. Agag, S. Ouhadj, R. Tedjani, A. Betteyeb, N. Boumansour, L. Zemour, A. Dali Ali, N. Midoun Epidémiologie et Médecine Préventive EHUOran Satisfaire, les besoins de l Administration

Plus en détail

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement

Dysplasies et Cancer du col de l Utérus. Dépistage et Traitement Dysplasies et Cancer du col de l Utérus Dépistage et Traitement JNI 2007 Professeur Patrice Mathevet Cancer du col utérin en France : en 2000 Incidence : 3 387 cas par an (7 ème position) Mortalité : 1

Plus en détail

Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives

Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives Dépistages organisés du cancer : état des lieux et perspectives Dr Anne DELORAINE, DOC Savoie Dr Catherine EXBRAYAT, ODLC Isère Dr Claudine MATHIS, RDC Haute Savoie Les incontournables 2014 en cancérologie

Plus en détail

UE SANTE SOCIETE HUMANITE

UE SANTE SOCIETE HUMANITE UE SANTE SOCIETE HUMANITE Module Santé Publique DCEM1, 2 ème Session, juin 2012 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : La prévention secondaire

Plus en détail

Le "Centre national de référence des papillomavirus humains" est affilié au Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire du CHU de Besançon

Le Centre national de référence des papillomavirus humains est affilié au Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire du CHU de Besançon Le "Centre national de référence des papillomavirus humains" est affilié au Laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire du CHU de Besançon Conférence de presse Vendredi 2 juin 2017 Communiqué de

Plus en détail

LE CANCER EN FRANCHE-COMTÉ

LE CANCER EN FRANCHE-COMTÉ LE CANCER EN FRANCHECOMTÉ INCIDENCE ET MORTALITÉ DE 1980 À 2005 Observatoire Régional de la Santé de FrancheComté Registre des tumeurs du Synthèse Mars 2009 Ce document expose les résultats d une étude

Plus en détail

3/13/2016. RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France INCa) Pourquoi dépister? POURQUOI LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL?

3/13/2016. RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France INCa) Pourquoi dépister? POURQUOI LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL? Un geste simple, qui peut vous sauver la vie POURQUOI LE DÉPISTAGE? Dr Tu Le Trung RAPPEL EPIDEMIOLOGIQUE (France - 2012 - INCa) Pourquoi dépister? 42 152 nouveaux cas par an (incidence ) 17 722 décès

Plus en détail

Présentation RTIC Mardi 24 Septembre 2013 Dr Artus Albessard Médecin coordonnateur et directeur de Doc 31

Présentation RTIC Mardi 24 Septembre 2013 Dr Artus Albessard Médecin coordonnateur et directeur de Doc 31 Dépistage organisé des cancers Présentation RTIC Mardi 24 Septembre 2013 Dr Artus Albessard Médecin coordonnateur et directeur de Doc 31 Cancers les plus fréquents, Cancers les plus mortels? Projections

Plus en détail

Cout du dépistage organisé du CCR

Cout du dépistage organisé du CCR Cout du dépistage organisé du CCR Docteur Anne Calazel - Toulouse AG du CREGG 25 et 26 Septembre 2009, Disneyland Resort Paris Politique du dépistage Dépistage = diagnostic d une maladie inconnue Le pronostic

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Lundi 13 octobre 2008, 15 heures. Mairie de Saint-Palais (64)

DOSSIER DE PRESSE. Lundi 13 octobre 2008, 15 heures. Mairie de Saint-Palais (64) DOSSIER DE PRESSE du dépistage organisé du cancer colorectal dans les Pyrénées-Atlantiques Lundi 13 octobre 2008, 15 heures. Mairie de Saint-Palais (64) Contacts presse : Soizick ABAUTRET Cpam de Bayonne

Plus en détail

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils Principaux indicateurs utilisables Incidence Survie Mortalité surveillance du risque surveillance au long cours alerte efficacité

Plus en détail

Prépa scientifique Drépanocytose, mucoviscidose, cancers et diabètes (E 03)

Prépa scientifique Drépanocytose, mucoviscidose, cancers et diabètes (E 03) Maestris 201-2017 Mardi 15 Novembre 201 Durée : 1 heure Exercice 1-7 points Prépa scientifique Drépanocytose, mucoviscidose, cancers et diabètes (E 03) page 1/ Exercice 2 - QCM - points - reporter la ou

Plus en détail

Incidence et évolution des cancers de l adulte en France

Incidence et évolution des cancers de l adulte en France 1 Incidence et évolution des cancers de l adulte en France En l absence de données réelles d incidence observées sur l ensemble du territoire national, l évolution du nombre de cas de cancers en France

Plus en détail

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin

Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin Cancer colorectal : Quels enjeux? Quelles évolutions? Pr Franck Chauvin franck.chauvin@icloire.fr LA DÉMOGRAPHIE Croissance de la population française 2007-2050 par groupe d âge 10 000 8 000 2015 2030

Plus en détail

DIAPORAMA DE FORMATION

DIAPORAMA DE FORMATION DIAPORAMA DE FORMATION Incidence du cancer en France Les principes du dépistage La campagne de dépistage du cancer du sein La campagne de dépistage du cancer colorectal 2 Fréquence et mortalité des cancers

Plus en détail

Dépistage organisé. Edito 57.2% Dépistage organisé du cancer colorectal

Dépistage organisé. Edito 57.2% Dépistage organisé du cancer colorectal BILAN DE LA CAMPAGNE DE DÉPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER DU SEIN POUR LES ANNÉES 2008-2009. Nombre d invitations envoyées : 73 660 42 836 femmes ont été dépistées. TAUX DE PARTICIPATION DES DÉPARTEMENTS EN

Plus en détail

Général. Identification. Bases de données du dépistage organisé de. Nom détaillé. Sigle ou acronyme. Numéro d'enregistrement (CNIL, CPP, CCTIRS etc.

Général. Identification. Bases de données du dépistage organisé de. Nom détaillé. Sigle ou acronyme. Numéro d'enregistrement (CNIL, CPP, CCTIRS etc. BDD-DO - Bases de données du dépistage organisé de cancers Responsable(s) : Grémy Isabelle, DMCT Unité cancer Date de modification : 22/07/2014 Version : 1 ID : 1042 Général Identification Nom détaillé

Plus en détail

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE

CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE CONTRE LES CANCERS VOS CONSEILS DÉPISTAGE SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER LE DÉPISTAGE DES CANCERS, UNE CHANCE > SE FAIRE DÉPISTER POUR MIEUX SOIGNER OU ÉVITER UN CANCER Le dépistage

Plus en détail

6/ Prévention et promotion de la santé

6/ Prévention et promotion de la santé SEMESTRE 2 UE 1.2.S2 Santé publique et économie de la santé I. Introduction 6/ Prévention et promotion de la santé Buts de la prévention, l'éducation pour la santé et la promotion de la santé Anticiper

Plus en détail

Plan National Cancer Luxembourg septembre 2014 Conférence de Presse

Plan National Cancer Luxembourg septembre 2014 Conférence de Presse Plan National Cancer Luxembourg 2014-2018 2 septembre 2014 Conférence de Presse 01/09/2014 1 Incidence des cancers 2428 nouveaux cas de cancers invasifs en 2011 diagnostiqués au LNS - Cancers des enfants

Plus en détail

Dossier de presse. Besançon, le 2 février UCPVax : vaccin thérapeutique anti-cancer innovant ciblant la télomérase

Dossier de presse. Besançon, le 2 février UCPVax : vaccin thérapeutique anti-cancer innovant ciblant la télomérase Dossier de presse Besançon, le 2 février 2015 UCPVax : vaccin thérapeutique anti-cancer innovant ciblant la télomérase Sommaire Le cancer du poumon, première cause de décès par cancer dans le monde UCPVax

Plus en détail

Présentation du 1 er Plan National Cancer

Présentation du 1 er Plan National Cancer Communiqué de presse (2.9.214) Présentation du 1 er Plan National Cancer 214-218 Le conseil de Gouvernement dans sa séance du 18 juillet 214 a validé le premier Plan National Cancer, qui sera implémenté

Plus en détail

Prévention du cancer du col de l utérus en France

Prévention du cancer du col de l utérus en France Prévention du cancer du col de l utérus en France Etat actuel et perspectives au vu des résultats du programme pilote Alsacien J-J. Baldauf, E, Delarue, M, Fender Liens d intérêts : investigateur principal

Plus en détail

Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé

Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé Session 28/29 UPCOG - Université de Nantes Épidémiologie des cancers chez le sujet âgé Dr F. MOLINIÉ Indicateurs définitions Épidémiologie Étude de la fréquence des phénomènes de santé dans les populations

Plus en détail

Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca RCRC

Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca RCRC Registre du Cancer de la Région du Grand Casablanca 2005-2007 RCRC Comité du registre Pr Souha Sahraoui, Pr Abdellatif Benider Journée Mondiale la Santé Digestive 1 juin 2013 Définition: Registre de population

Plus en détail

[IC] : Intervalle de confiance à 95% ; RSI : Ratio Standardisé d'incidence ; * Différence statistiquement significative avec la France hexagonale

[IC] : Intervalle de confiance à 95% ; RSI : Ratio Standardisé d'incidence ; * Différence statistiquement significative avec la France hexagonale Effectifs et Taux standardisés d incidence et de mortalité [2008-2012] Hommes Femmes Effectif Taux Taux Effectif Taux Taux RSI moyen Brut standardisé [IC] moyen Brut standardisé [IC] Doubs 1 732 664,8

Plus en détail

3C Narbonne-Lézignan. Assemblée Générale du 26 mars 2013

3C Narbonne-Lézignan. Assemblée Générale du 26 mars 2013 3C Narbonne-Lézignan Assemblée Générale du 26 mars 2013 1 Sommaire Généralités : Epidémiologie: Cancers colo-rectaux ; Cancer de la prostate. Le Bilan activité 3C : La RCP Différenciation des localisations

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS

LES DIFFÉRENTS TYPES DE CANCERS DIAGNOSTIC ET IDENTIFICATION DU TYPE DE CANCER L EXAMEN ANATOMOPATHOLOGIQUE (1,2) Le diagnostic de cancer repose sur un examen anatomopathologique : Étude macroscopique et microscopique du tissu tumoral,

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

1 million de Nx cas / an Dc / an 50 % de survie à 5ans

1 million de Nx cas / an Dc / an 50 % de survie à 5ans 4 - Fréquent : (Amérique Nord; Europe de l ouest; Japon ; Australie) - Grave : Mortalité élevée Chiffres alarmants. 1 million de Nx cas / an 500 000 Dc / an 50 % de survie à 5ans Le cancer colo-rectal

Plus en détail

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna 1 CO-AUTEURS / STRUCTURES Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna Equipe Oncologie CAC Batna Equipe Radiothérapie CAC Batna INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION

Plus en détail

De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers

De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers De l épidémiologie à l analyse des causes et conséquences des cancers Sandrine FAIVRE/Stéphane CULINE Service d Oncologie Médicale Hôpitaux Bichat-Beaujon, Saint-Louis Université Paris 7 1 Epidémiologie

Plus en détail

PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS EN MEDECINE GENERALE

PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS EN MEDECINE GENERALE PREVENTION ET DEPISTAGE DES CANCERS EN MEDECINE GENERALE Dr GARDON G. Melle PIANO V. 31/10/2010 1 Plan de la séance - Objectifs de la séance - Introduction magistrale - 1er cas clinique selon ECN - Corrigé

Plus en détail

Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Dr Neuville

Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Dr Neuville Enseignement UE 2.9 Généralités en Cancérologie Dr Neuville Plan du cours Description anatomique/histologique/moléculaire Transformation cancéreuse d une cellule normale Différents types de cancer Progression

Plus en détail

Imagerie des cancers:

Imagerie des cancers: Imagerie des cancers: Dépistage et bilan d extension HTrillaud Trillaud, Herve.trillaud@chu-bordeaux.fr Service de radiologie Hôpital Saint-André Bordeaux Objectif Définir la notion de dépistage en imagerie

Plus en détail

UE 1.2 S2 Santé Publique et économie de la santé Introduction à l épidémiologie

UE 1.2 S2 Santé Publique et économie de la santé Introduction à l épidémiologie UE 1.2 S2 Santé Publique et économie de la santé Introduction à l épidémiologie ISPED Institut de Santé Publique, d Epidémiologie et de Développement Université Bordeaux 2 1 UE 1.2 - S2 : Santé Publique

Plus en détail

Le cancer: Qu est-ce que c est? Pourquoi tue-t-il?

Le cancer: Qu est-ce que c est? Pourquoi tue-t-il? Le cancer: Qu est-ce que c est? Pourquoi tue-t-il? 18/3/2013 Nom: Vincent Bours Qu est-ce que c est? Les cellules cancéreuses Phénotype - autonomie de croissance - perte de sensibilité aux signaux inhibiteurs

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 3 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Volume 3 : Prise en charge Etude des stades de diagnostic et des résultats des traitements

Plus en détail

DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016?

DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016? DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016? Vincent Flamand APHNEP, le 04.02.2016 Ce que nous savons Ce que nous savons Tendances incidence et mortalité

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Faculté de Médecine de Constantine Département de Pharmacie EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr LAKEHAL Abdelhak Maître

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 Réduire les risques Etes-vous un homme «à risque»? Si un ou plusieurs des facteurs ci-dessous vous concerne, vous êtes un homme à risque. Si vous cumulez plusieurs

Plus en détail

Sous-indicateur n : Taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes âgées de 50 à 74 ans

Sous-indicateur n : Taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes âgées de 50 à 74 ans 93 Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer Sous-indicateur n 2-3-1 : Taux de participation au dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes âgées de 50 à 74 ans Finalité : environ

Plus en détail

PREVENTION. Fréquence. Facteurs de Risque. Dépistage

PREVENTION. Fréquence. Facteurs de Risque. Dépistage PREVENTION Le côlon est la partie du tube digestif qui est comprise entre l anus et la dernière anse de l intestin grêle (appelé aussi iléon). Dans le langage courant, on désigne le côlon sous le terme

Plus en détail

Programme intégré de lutte contre le cancer du col de l utérus en Indre et Loire (37)

Programme intégré de lutte contre le cancer du col de l utérus en Indre et Loire (37) Programme intégré de lutte contre le cancer du col de l utérus en Indre et Loire (37) Réunion de Santé Publique - 25 Février 2010 - Ken Haguenoer 1,2, Somany Sengchanh 1 1. Centre de Coordination des Dépistages

Plus en détail

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier

GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE. Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier GENERALITES SUR LES INTERVENTIONS DE PREVENTION PRIMAIRE F. Séguret Département d Information Médicale, Bio statistiques et Épidémiologie CHU Montpellier DFGSM 3 UE Méthodologie appliquée à la LCA 2012-2013

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles

Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles Dépistage organisé du cancer colorectal : listing des indicateurs disponibles L objectif du dépistage du cancer colorectal est de réduire la mortalité par ce cancer et d en diminuer l incidence. L annexe

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

Docteurs Mondet et Boyer

Docteurs Mondet et Boyer VOUS AVEZ DES QUESTIONS CONCERNANT LE DEPISTAGE ET LA DETECTION PRECOCE DU CANCER DE PROSTATE? VOICI QUELQUES ELEMENTS DE REPONSE. POURQUOI? POURQUOI PAS? POUR QUI? COMMENT? Docteurs Mondet et Boyer 05/01/2015

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr. Lakehal I. INTRODUCTION : la transition épidémiologique est une réalité dans beaucoup de régions dans le monde (particulièrement pays en développement).

Plus en détail

ESTIMATION DU RISQUE DE SECOND CANCER EN FRANCE

ESTIMATION DU RISQUE DE SECOND CANCER EN FRANCE AVRIL 2015 LES DONNÉES ESTIMATION DU RISQUE DE SECOND CANCER EN FRANCE /Étude à partir des registres des cancers du réseau Francim /ÉTUDE À PARTIR DES REGISTRES DES CANCERS DU RÉSEAU FRANCIM L Institut

Plus en détail

Cancer de la prostate: Dépistage? Dr Laurent Zini - Dr Bertrand Tiry Chirurgiens Urologues- Clinique de Saint Omer

Cancer de la prostate: Dépistage? Dr Laurent Zini - Dr Bertrand Tiry Chirurgiens Urologues- Clinique de Saint Omer Cancer de la prostate: Dépistage? Dr Laurent Zini - Dr Bertrand Tiry Chirurgiens Urologues- Clinique de Saint Omer 03 21 38 66 87 S Recommandations S Guides ALD élaborés conjointement par l INCa et l HAS

Plus en détail

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central

Cancer colorectal. Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central Cancer colorectal Pr Ortega Deballon Service de Chirurgie Digestive et Cancérologique CHU Bocage Central PLAN 1. Cancer 2. Colorectal 3. Epidémiologie 4. Causes et développement 5. Dépistage 6. Manifestations

Plus en détail

Campagne de dépistage du Cancer du sein

Campagne de dépistage du Cancer du sein Belfort, Le 7 octobre 2011 Campagne de dépistage du Cancer du sein Le cancer du sein touche environ 50 000 femmes chaque année en France. Il est le plus fréquent des cancers féminins. Le mois d octobre

Plus en détail

Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna

Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Projet rennais coordination et suivi du parcours du patient

Plus en détail

Prévention et lutte anticancéreuses

Prévention et lutte anticancéreuses CINQUANTE-HUITIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE WHA58.22 Point 13.12 de l ordre du jour 25 mai 2005 Prévention et lutte anticancéreuses La Cinquante-Huitième Assemblée mondiale de la Santé, Ayant examiné

Plus en détail

UE3A. module 6 Radiobiologie - Radioprotection Radiothérapie. Dr M. Dabadie PACES

UE3A. module 6 Radiobiologie - Radioprotection Radiothérapie. Dr M. Dabadie PACES UE3A module 6 Radiobiologie - Radioprotection Radiothérapie Dr M. Dabadie PACES 2016-2017 1 Les effets pathologiques chez l homme Classés en fonction des lois régissant leur apparition: Effets déterministes

Plus en détail

Médecine Personnalisée et Cancérologie

Médecine Personnalisée et Cancérologie Médecine Personnalisée et Cancérologie Nouveaux enjeux et questions de société Prédispositions aux cancers Dominique Stoppa-Lyonnet 1 er décembre 2014 Médecine prédictive La médecine prédictive estime,

Plus en détail

LA DETECTION DES TUMEURS DE VESSIE D ORIGINE PROFESSIONNELLE EN outils et indications? Ch. COULANGE Marseille 15 novembre 2008.

LA DETECTION DES TUMEURS DE VESSIE D ORIGINE PROFESSIONNELLE EN outils et indications? Ch. COULANGE Marseille 15 novembre 2008. LA DETECTION DES TUMEURS DE VESSIE D ORIGINE PROFESSIONNELLE EN 2008 outils et indications? Ch. COULANGE Marseille 15 novembre 2008. données épidémiologiques en France Incidence Age moyen 11 000 nouveaux

Plus en détail

Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD

Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD Thésaurus National de Cancérologie Digestive TNCD www.tncd.org Jean-Louis Legoux Secrétaire Général de la FFCD Membre du comté de Pilotage Histoire Chimiothérapie des cancers digestifs : début des années

Plus en détail

La mucoviscidose est une maladie génétique fréquente, provoquée par la mutation d un gène qui est présent sous cette forme chez une personne sur 40.

La mucoviscidose est une maladie génétique fréquente, provoquée par la mutation d un gène qui est présent sous cette forme chez une personne sur 40. CHAPITRE 5 : Variation génétique et santé (Le patrimoine génétique et le développement d une maladie ; les variations du génome et le développement d une maladie) Introduction : Le phénotype d un individu

Plus en détail

Plan de l enseignement. UE 1.2 S2 Santé Publique et économie de la santé Introduction à l épidémiologie

Plan de l enseignement. UE 1.2 S2 Santé Publique et économie de la santé Introduction à l épidémiologie UE 1.2 S2 Santé Publique et économie de la santé Introduction à l épidémiologie ISPED Institut de Santé Publique, d Epidémiologie et de Développement Université Bordeaux 2 1 UE 1.2 - S2 : Santé Publique

Plus en détail

Morceaux choisis en 2011

Morceaux choisis en 2011 Epidémiologie et cancers : Morceaux choisis en 2011 Simone Mathoulin-Pélissier Univ. Bordeaux, Inserm CIC-EC7 et Institut Bergonié 25 novembre 2011 Journée régionale du Réseau de Cancérologie d Aquitaine

Plus en détail

Contact Presse Jocelyne Chevallier ODLC 19 chemin de la Dhuy Maupertuis BP MEYLAN Cedex.

Contact Presse Jocelyne Chevallier ODLC 19 chemin de la Dhuy Maupertuis BP MEYLAN Cedex. Le FROTTIS de dépistage : 1 ère arme contre le cancer du col de l utérus Lundi 22 juin 2009 Lancement officiel du programme expérimental de dépistage du cancer du col de l utérus en Isère Contact Presse

Plus en détail

Epidémiologie des cancers en Limousin. Synthèse

Epidémiologie des cancers en Limousin. Synthèse Synthèse Contexte national 'après le réseau Francim, le nombre annuel de nouveaux cas de cancers en France D est passé de 191 en 1985 à 226 en 1995. Cette augmentation est en partie liée au vieillissement

Plus en détail

Comment prendre soin de votre santé?

Comment prendre soin de votre santé? Comment prendre soin de votre santé? Pour être en bonne santé chaque jour, que peut-on faire? Se reposer Se laver Manger des aliments sains (fruits, légumes, etc) Ne pas fumer, ne pas faire d excès d alcool

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colorectal. Adoption d un test immunologique

Dépistage organisé du cancer colorectal. Adoption d un test immunologique Dépistage organisé du cancer colorectal Adoption d un test immunologique Un dépistage efficace pour un cancer fréquent et grave Le cancer colorectal : 3 ème cancer le plus fréquent 2 ème cancer le plus

Plus en détail

EPIC-PL - Registre des cancers de Loire-Atlantique et Vendée

EPIC-PL - Registre des cancers de Loire-Atlantique et Vendée EPIC-PL - Registre des cancers de Loire-Atlantique et Vendée (registre qualifié 2012-2015) Responsable(s) : Molinié Florence Date de modification : 23/02/2011 Version : 2 ID : 224 Général Identification

Plus en détail

Cancers au féminin, prévention et dépistage

Cancers au féminin, prévention et dépistage Yuri Arcurs Cancers au féminin, prévention et dépistage Tous concernés! De quoi s'agit-il? Le cancer du sein est de loin le plus fréquent avec quelque 56.000 nouveaux diagnostics portés chaque année. Les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le dépistage organisé du cancer colorectal Jeudi 10 mars 2011 Contact presse

DOSSIER DE PRESSE Le dépistage organisé du cancer colorectal Jeudi 10 mars 2011 Contact presse DOSSIER DE PRESSE Le dépistage organisé du cancer colorectal Jeudi 10 mars 2011 Contact presse Sébastien PAGEAU sebastien.pageau@ars.sante.fr 1 Sommaire Communiqué de presse page 3 Le Plan cancer 2009-2013

Plus en détail

DÉPISTER PROTÉGER SA VIE

DÉPISTER PROTÉGER SA VIE DÉPISTER = PROTÉGER SA VIE LA SANTÉ EST UN DES BIENS LES PLUS PRÉCIEUX! Pour chacune d entre nous, la santé est un des biens les plus précieux. Comme un capital personnel, nous devons la gérer pour la

Plus en détail

19/07/2011. Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Plan du cours. Objectifs. Dr Neuville

19/07/2011. Enseignement UE 2.9. Généralités en Cancérologie. Plan du cours. Objectifs. Dr Neuville Enseignement UE 2.9 Généralités en Cancérologie Dr Neuville Plan du cours Description anatomique/histologique/moléculaire Progression du cancer Objectifs 1. Comprendre comment une cellule normale devient

Plus en détail

Les indicateurs de santé La mesure de la santé

Les indicateurs de santé La mesure de la santé Les indicateurs de santé La mesure de la santé Dr. L. ZEMOUR Site Web : www.semepehuo.com Email : semepehuo@gmail.com OBJECTIFS DU COURS Comprendre la définition et l intêret de chaque indicateur de santé.

Plus en détail

Evaluation du dépistage organisé du cancer du sein en France en 2009 : mammographie numérique

Evaluation du dépistage organisé du cancer du sein en France en 2009 : mammographie numérique Evaluation du dépistage organisé du cancer du sein en France en 2009 : mammographie numérique V e Congrès International d Epidémiologie ADELF/EPITER, 12-14 septembre 2012, Bruxelles E Salines, D. Lastier,

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre

Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre CANCER DE LA PROSTATE: ÉVALUATION DE LA PRISE EN CHARGE EN MIDI-PYRÉNÉES EN 2011 Jérôme Goddard, Laetitia Daubisse-Marliac, Christophe Lagadic, Pierre Lunardi, Edvie

Plus en détail

Quelles sont les données disponibles en France concernant les cancers de l intervalle? Les données de l InVS et des registres de cancer

Quelles sont les données disponibles en France concernant les cancers de l intervalle? Les données de l InVS et des registres de cancer Quelles sont les données disponibles en France concernant les cancers de l intervalle? Les données de l InVS et des registres de cancer Available data in France for interval cancers: InVS and cancer registries

Plus en détail

Formation programme cantonal dépistage du cancer colorectal.

Formation programme cantonal dépistage du cancer colorectal. Formation programme cantonal dépistage du cancer colorectal. Première partie Cancer colorectal: épidémiologie et prévention Dr PD MER Jean-Luc Bulliard Division des Maladies Chroniques - CHUV Jean-Luc.Bulliard@chuv.ch

Plus en détail

ÉPIDÉMIOLOGIE DU CANCER DES HABITANTS DE LA RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE

ÉPIDÉMIOLOGIE DU CANCER DES HABITANTS DE LA RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE ÉPIDÉMIOLOGIE DU CANCER DES HABITANTS DE LA RÉGION CENTRE-VAL DE LOIRE PMSI 2007-2014 Certificats DC 1980-2013 S. Baron, A-I. Lecuyer (UREH) S. Robin, C. Linassier (OncoCentre) 1 Introduction Epidémiologie

Plus en détail

Schémas d étude. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale

Schémas d étude. Dr Julien Mancini Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Schémas d étude Dr Julien Mancini julien.mancini@univmed.fr Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale Faculté de Médecine de Marseille, Université de la Méditerranée

Plus en détail

Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis?

Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis? Marqueurs tumoraux : Orientation diagnostique? Quelle spécificité? Tumor markers : early diagnosis? Dr Sana ABOUZAHIR MG Maroc Journée de Printemps 2013 INTRODUCTION Défis majeurs de la cancérologie est

Plus en détail

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1

Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Questions et réponses Chapitre 16 La prévention en milieu clinique 1 Définir le rôle du clinicien en prévention Expliquer les liens entre l histoire naturelle d une maladie et les niveaux de prévention

Plus en détail

Notions d oncologie à l'usage du radiologue

Notions d oncologie à l'usage du radiologue Notions d oncologie à l'usage du radiologue Dr Stéphane Vignot Service Oncologie Hématologie Hôpital Louis Pasteur svignot@ch-chartres.fr Plan du cours Epidémiologie descriptive et principaux facteurs

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate

Le dépistage du cancer de la prostate Le dépistage du cancer de la prostate Quelle information faut-il donner au patient avant d envisager un dosage du PSA ou un toucher rectal? Le cancer de la prostate : histoire naturelle Le cancer de la

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez la femme

Prévenir... les cancers chez la femme Prévenir... les cancers chez la femme 17 Réduire les risques Etes-vous une femme «à risque»? Si un ou plusieurs des facteurs ci-dessous vous concerne, vous êtes une femme à risque. Si vous cumulez plusieurs

Plus en détail