Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010"

Transcription

1 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/ /ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder à l examen des comptes de 2004 à 2007 et de la gestion jusqu à la période la plus récente de la commune de Marcheprime. A la suite de ce contrôle, l entretien préalable avec la conseillère-rapporteure prévu par l article L et R du code des juridictions financières a eu lieu le 11 janvier Je vous ai fait connaître par lettre du 15 avril 2010, les observations retenues à titre provisoire par la chambre lors de sa séance du 23 février 2010, en vous priant d'y répondre dans le délai de deux mois. Vous avez répondu par courrier du 18 juin 2010 enregistré au greffe de la chambre le 23 juin 2010 et vous avez demandé à être entendu par la chambre. Par courrier du 8 juillet 2010, enregistré au greffe de la chambre le 13 juillet 2010, vous avez fait savoir que vous renonciez à cette démarche. Après avoir examiné le contenu de ces réponses, la chambre a arrêté au cours de sa séance du 29 juillet 2010 les observations définitives qui vous ont été notifiées le 2 septembre Vous avez répondu le 6 octobre Cette réponse qui n engage que votre responsabilité est jointe au présent rapport. En conséquence, je vous prie de bien vouloir trouver ci-après, le rapport d observations définitives de la chambre qui porte sur : - la tenue de la comptabilité ; - la situation financière. Monsieur Serge BAUDY Maire de la commune de Marcheprime Hôtel de Ville 3 Avenue de la République MARCHEPRIME 3, place des Grands-Hommes CS Bordeaux Cedex Tél. : Fax :

2 2 1- Tenue de la comptabilité La comptabilité n a pas fait l objet d un examen exhaustif. Il a été cependant observé que la forme de certains comptes n est pas régulière. En effet, même si la comptabilité du service public de l assainissement non collectif (SPANC), service public à caractère industriel et commercial, est régulièrement tenue en application de l instruction comptable M49, le rattachement du budget annexe correspondant au budget principal par un compte de liaison (compte 451) n est pas conforme aux dispositions combinées des articles L et L et suivants du code général des collectivités territoriales (CGCT) et de l instruction comptable M4. Il conviendrait, pour régulariser, d ouvrir un compte au Trésor spécifique au service. Par ailleurs, la chambre considère que la qualité de service public industriel et commercial attribuée à la gestion de la salle de spectacles «La Caravelle» pendant la période 2005 à 2009 n est pas démontrée dès lors que l exploitation est assurée en régie directe par la collectivité, que le fonctionnement est assuré par des fonctionnaires municipaux et que les ressources sont essentiellement constituées par une subvention du budget principal. Aussi, même si l activité est assujettie à la TVA et peut, pour ce motif, justifier l ouverture d un budget annexe, il n y a pas lieu d appliquer l instruction comptable M4, de créer une régie au moins dotée de l autonomie financière et, par conséquent, d avoir à mettre en place un conseil d exploitation et à ouvrir un compte spécifique au Trésor. Si, toutefois, vous décidiez de maintenir la qualification du service, il conviendrait alors, en application des dispositions précitées du CGCT et de l instruction M4, de prendre l ensemble de ces mesures. 2 La situation financière au début de l année 2010 La situation financière de cette commune de 3903 habitants (1), aux ressources modestes, a été sérieusement fragilisée par la construction et la mise en service, en fin d année 2007, d une salle de spectacles de 500 places. Celle-ci a coûté 3,1 M et son déficit d exploitation a progressé de 0,265 M en 2007 à 0,464 M en 2009 soit un peu plus du quart du produit des impôts directs. Jusqu en début d année 2010, l équilibre financier est assuré par les cessions de terrains nus et les excédents obtenus de la vente des terrains du lotissement d activités économiques «MAEVA» et du lotissement d habitation «l Orée du bois», respectivement lancés en 2005 et Cependant, depuis 2006, la collectivité fait constamment appel à une ligne de trésorerie qui est refinancée par de nouveaux emprunts de court terme. De plus, depuis 2007, les produits réels de fonctionnement ne suffisent pas à couvrir les dépenses réelles de fonctionnement et le remboursement du capital des emprunts. En conséquence, en 2008, tous budgets confondus, le fonds de roulement est négatif. (1) Au recensement de 2007 et, selon les indications que vous donnez à la chambre, de 4301 habitants au recensement effectué en janvier 2010.

3 3 2.1 La situation financière est sérieusement dégradée Les produits de la section de fonctionnement ne permettent plus de rembourser les échéances d emprunts à partir de 2007 alors que la pression fiscale est élevée. En comparaison des communes de même importance, Marcheprime dispose de recettes de fonctionnement plutôt faibles. En effet, bien qu ayant augmenté de 26,4 % (+ 0,826 M ) entre 2004 (2,822 M ) et 2008 (3,648 M ), les produits de gestion courante, qui ne comprennent ni les produits financiers ni les produits exceptionnels, représentent 933 par habitant et sont inférieurs de près de 9 % au niveau moyen. Cette situation s explique principalement par la faible capacité contributive des ménages et des entreprises. Le potentiel fiscal qui en donne la mesure est en effet, avec 287 par habitant en 2004 et 328 en 2008 inférieur de moitié au niveau moyen. Dans ces conditions, bien qu ayant augmenté de 23,13 % entre 2004 (1,249 M ) et 2008 (1,538 M ) en raison notamment de la progression des bases, le produit des impôts directs est également inférieur de 13 % au niveau moyen. Pourtant, la pression fiscale est élevée. En 2008, les taux de la taxe d habitation (19,38 %), du foncier bâti (29,46 %) et de la taxe professionnelle (20,50 %) excèdent de 83 %, pour les deux premiers, et de 93 % pour le dernier, les taux moyens. En 2009, ils ont cependant été augmentés de 1,75 % pour ce qui concerne les taxes d habitation, de foncier bâti et professionnelle et de 2,25 % pour ce qui concerne la taxe sur le foncier non bâti. En 2009, le produit des impôts directs s élève à 1,697 M et, au budget primitif 2010, avec 1,858 M, il est en hausse de 11,49 %. Dans le même temps, les dépenses de gestion courante ont progressé de 40 % (+0,951 M ) entre 2004 (2,354 M ) et 2008 (3,305 M ) en raison, notamment, de la hausse des frais de personnel (+ 38 % et 0,440 M ), des subventions (+ 235,8 % et 0,324 M ) et des charges à caractère général (+ 29,3 % et 0,238 M ). Si, en 2004, avec 293 par habitant, les frais de personnel sont inférieurs de 12 % au niveau moyen, en 2008, la situation s est inversée. En effet, la dépense totale (budget principal et budget annexe de la salle de spectacle) équivaut à 425 par habitant et dépasse le niveau moyen national (398 ) de près de 7 %. Le ratio de 404 par habitant que vous citez dans votre réponse à la chambre correspond aux seuls frais imputés au budget principal. L augmentation des frais de personnel absorbe en presque totalité celle des produits fiscaux et de la dotation globale de fonctionnement (+ 0,516 M ). Cette situation résulte de l embauche de 11 fonctionnaires pendant les années 2005 à 2008, soit près du tiers de l effectif existant à la fin de l année 2004 (38 personnes), en raison notamment, selon les précisions que vous avez apportées à la chambre, de l offre de nouveaux services dédiés à la prise en charge des enfants. En 2009, avec 1,674 M, la dépense augmente de 4,75 % et en 2010, avec 2,015 M prévus au budget primitif, elle enregistre une hausse de 12,19 %. La charge financière, liée au remboursement des emprunts des budgets principal et annexe de la salle de spectacles ainsi que de l avance de trésorerie consentie en 2007 et pour quatre ans par le Département pour la construction du gymnase du collège (0,705 M ), a presque doublé entre 2004 (0,339 M ) et 2008 (0,689 M ). Le remboursement des seuls emprunts bancaires entre 2004 (0,339 M ) et 2008 (0,513 M ) a fait grimper le niveau de cette dépense de 86 à 130 par habitant soit un peu plus que le niveau moyen (125 ).

4 Dans ces conditions, l écart entre les produits et les dépenses de gestion courante soit «l excédent brut de fonctionnement» qui avait été maintenu pendant les années 2004 à 2006 aux environs de 0,5 M, diminue à 0,338 M en 2008 et représente alors 85 par habitant pour une moyenne égale à 215. Il ne suffit plus à couvrir la charge financière. 4 La capacité d autofinancement nette, c'est-à-dire la différence entre les produits réels et les dépenses réelles de la section de fonctionnement majorées du remboursement du capital des emprunts et de l avance de trésorerie au Département, devient négative en 2007 (0,003 M ) et ne cesse de se dégrader dans les années qui suivent : - 0,106 M en 2008, M en 2009 selon l information que vous avez fournie en réponse à la chambre et 0,481 M d après vos prévisions pour Le résultat global de clôture du budget principal ou, fonds de roulement, est négatif en 2008 et 2009 et, à partir de 2006, la commune fait constamment appel à des crédits de trésorerie pour financer les équipements imputés au budget principal. Hormis la réalisation de la salle de spectacles et des lotissements, la commune investit peu. Ainsi, entre 2004 et 2008, les dépenses d équipement imputées au budget principal à savoir, notamment, l aménagement du parking du pôle services, la construction du gymnase du collège, l agrandissement de la salle de sports, l achat de terrains et d immeubles, les grosses réparations et l agrandissement de l école de la Croix d Hinx ont coûté 5,326 M soit, environ 1 M par an, ce qui représente 252 par habitant alors que la moyenne ressort à 373 en Après une réduction à 0,409 M en 2008, les dépenses d équipement retrouvent leur niveau moyen en 2009 avec 1,159 M. Moins de la moitié (2,374 M ) des dépenses comptabilisées de 2004 à 2008 au budget principal a été financée par des emprunts et par l avance de trésorerie du Département. Pendant les années 2006 à 2008 aucun nouvel emprunt n a été affecté au budget principal et l endettement a pu paraître stabilisé à la fin de l année 2008 (1,921 M ) au niveau atteint à la fin d année 2003 (2,050 M ). En réalité, la commune n a pas cessé de s endetter. Les nouveaux emprunts ont été imputés aux budgets annexes des lotissements et de la salle de spectacles alors que les dépenses d équipement inscrites au budget principal étaient couvertes par des crédits de trésorerie. Ainsi, la commune utilise une ligne de trésorerie de 0,2 M au 31 décembre 2006, 0,4 M au 31 décembre 2007 et 0,250 M au 31 décembre Pendant l année 2009, les tirages ont atteint 1,3 M soit le quart des recettes réelles de fonctionnement mais, en fin d exercice, la ligne de trésorerie a été remboursée grâce, notamment, à l encaissement de deux emprunts relais. Le premier, de 0,450 M et d une durée de deux ans, a été imputé au budget principal le 2 avril 2009 et le second, de 0,600 M et d une durée d un an, a été affecté au budget annexe du lotissement d habitation le 19 juin Dans ces conditions, le fonds de roulement, calculé selon les normes de l analyse financière sans tenir compte des restes à réaliser, est devenu négatif de 0,074 M en 2008 et de 0,749 M en Toutefois, après intégration des excédents dégagés par le service de l assainissement (+ 0,361 M ) et du lotissement d habitation (+ 0,992 M ), le résultat de clôture de la gestion 2009 est positif de 0,659 M. Il n est cependant pas significatif de l état

5 réel des finances communales. Il est en effet artificiellement majoré par la prise en compte des deux emprunts relais mentionnés ci-dessus L équilibre financier et le refinancement des lignes de trésorerie sont momentanément assurés par la vente de terrains nus ou lotis. En 2004, la plus value de 0,211 M dégagée sur la vente des terrains aménagés de la zone d activités artisanales a contribué au financement des dépenses d équipement. En revanche, en 2006, la plus value de 0,859 M obtenue grâce à la vente d un terrain nu a seulement permis de rembourser un emprunt relais de 0,870 M. Les ventes des terrains du lotissement d activités économiques «MAEVA» réalisées pendant les années 2004 à 2008 ont assuré le refinancement en 2006 de l avance de 0,331 M consentie en 2004 par le budget principal et des deux emprunts relais de 0,710 M contractés en 2005 et En 2009, la vente des terrains du lotissement d habitation «l Orée du bois» a rapporté 0,805 M. Par différence avec le coût de production des lots vendus (0,314 M ), la plus value ressort à 0,491 M et correspond très exactement au résultat déficitaire du budget principal. L équilibre de la section de fonctionnement de ce budget repose donc sur les excédents des lotissements d habitation et, ainsi que vous l avez indiqué à la chambre, sur la poursuite de l activité de promotion immobilière. Le produit des ventes en 2009 n a donc pas été affecté au remboursement de l emprunt-relais précité de 0,6 M. En conséquence, à la fin de l année, le lotissement affiche un excédent de trésorerie de 1,022 M qui correspond au cumul du produit des ventes et de l emprunt diminué des dépenses réglées: 0,382 M. Ainsi, au regard des dépenses payées et des ventes réalisées, il apparaît que la mobilisation de l emprunt de 0,6 M n était pas nécessaire au financement de l opération. Son encaissement a toutefois permis de majorer artificiellement le résultat global de clôture et d alimenter la trésorerie arrêtée à la somme de 0,841 M le 31 décembre Sans les deux emprunts-relais de 1,050M, la trésorerie serait négative de près de 0,2 M. Vous indiquez en réponse à la chambre que «dans votre optique de gestion en «trésorerie zéro», il n est pas illogique de rencontrer des fonds de roulement proches de zéro, voire négatifs». La chambre admet volontiers l intérêt d une gestion en trésorerie zéro pour un organisme qui souhaite optimiser l utilisation de ses ressources propres de long terme disponibles ou minorer ses frais financiers par un décalage d encaissement des emprunts de long terme. Elle considère toutefois qu en l espèce il ne s agit pas d une gestion en trésorerie zéro mais plutôt d une situation caractérisée par une insuffisance de liquidités. Au vu du budget primitif pour 2010, le produit attendu des ventes du lotissement (0,395 M ) est à nouveau affecté à la couverture des dépenses de fonctionnement du budget principal. Dans ces conditions, le remboursement en juin 2010 de l emprunt-relais de 0,6 M a pu être effectué grâce au produit de la vente de deux terrains pour la somme de 0,883 M.

6 2.2 En raison de la construction et de la mise en service de la salle de spectacles La commune s est fortement endettée pour financer la construction. La construction de la salle de spectacles a coûté 3,121 M. La dépense finale est donc supérieure de 24 % à la celle prévue au budget 2004 (2,516 M ). Selon les informations que vous avez données à la chambre, ce dépassement s expliquerait par l absence de valorisation du coût des 500 sièges, de l ordre de 0,450 M, dans l estimation initiale. Avec la réalisation de ce programme, le montant total des dépenses d équipement payées entre 2004 et 2008 atteint 8,497 M soit 492 par habitant et par an et dépasse de 15 % le niveau moyen. Plus des quatre cinquièmes de la dépense (2,550 M ) ont été financés par emprunts, c'est-à-dire que la commune a emprunté 1 M de plus que ce qui était prévu initialement (1,642 M au budget 2004). Vous avez expliqué cette dérive, d une part, par la sous estimation précitée du prix de revient et, d autre part, par l annulation des subventions attendues du Département et de l Etat. Or, il ressort de l analyse financière prospective pour la période 2005 à 2008 réalisée par vos services en 2004 que l absence de subventions, notamment de la part de l Etat, était connue à cette date et que son impact sur le plan de financement avait été pris en compte puisqu il était envisagé de mobiliser en 2005, pour la construction du programme, la totalité de la «capacité à emprunter» estimée à 1,9 M. La chambre note d ailleurs avec intérêt que l étude prévoyait, dans ces conditions, la dégradation de la situation financière pendant les années 2006 et 2007, l existence d un déficit d exploitation annuel estimé à 0,2 M et la nécessité d obtenir plus de subventions, ce qui ne s est pas fait, ou d augmenter les impôts. Avec les emprunts contractés pour le financement de la salle de spectacles, l encours de la dette double entre le 31 décembre 2004 (2,006 M ) et le 31 décembre 2008 (4,292 M ). Il équivaut à cette date à 1084 par habitant soit près de 20 % de plus que la moyenne alors qu en 2004, le niveau de l endettement était inférieur de 35 % à la moyenne. En 2009, tous budgets confondus, l encours de la dette s élève à 5,876 M soit par habitant et 63 % de plus que le niveau moyen Au 31 décembre 2010, selon les indications que vous avez données à la chambre, la dette serait ramenée à 4,411 M soit par habitant après remboursement des deux emprunts-relais L exploitation de la salle de spectacles coûte près d un demi - million d euros par an à la collectivité. Le financement des dépenses d exploitation de la «Caravelle» au moyen de la subvention versée par le budget principal au budget annexe explique la forte hausse des dépenses de fonctionnement et leur progression plus rapide que les produits.

7 Entre 2004 et 2008, le montant des subventions inscrit au budget principal a augmenté de 0,324 M soit le tiers de la hausse (+ 0,951 M ) de l ensemble des charges de gestion et la moitié de celle des produits de gestion (+ 0,761 M ). Cette évolution correspond presque exactement à la subvention versée au budget annexe de la salle de spectacles en 2008 (0,335 M ) pour en couvrir le déficit d exploitation. Sans la salle de spectacles, les dépenses de fonctionnement seraient inférieures aux recettes et la capacité d autofinancement nette serait positive. 7 Pourtant, le déficit d exploitation 2008 est sous-estimé. En effet, la dotation aux amortissements, dépense obligatoire, a été limitée à 0,032 M. Elle correspond à une durée d amortissement du bâtiment et du mobilier de prés de 100 ans, ce qui excède largement les normes habituellement admises et ne permet pas de couvrir le remboursement du capital des emprunts (0,127 M ). Toutefois, avec une dotation aux amortissements toujours limitée à 0,032 M, la subvention majorée en 2009 à 0,464 M et, au budget primitif 2010, à 0,466 M couvre le remboursement du capital des emprunts. Le bilan de la saison artistique de septembre 2008 à mai 2009 montre que la «Caravelle» a été occupée 41 jours pour 31 spectacles. Le chiffre d affaires de 0,048 M HT représente un tiers du montant retenu dans l étude prévisionnelle précitée de En revanche, les charges liées à l activité artistique de 0,1 M HT correspondent à l estimation initiale. Ce sont donc les frais de gestion générale qui expliquent que le déficit, estimé à 0,2 M en 2004, soit proche de 0,5 M en Comme vous l avez indiqué à la chambre lors de l entretien de fin d instruction, votre objectif est de stabiliser la perte d exploitation à ce niveau pour les années à venir. Dans ce but, ainsi que vous l écrivez, «depuis 2009», la structure est louée «par des contrats de mise à disposition qui ont généré une recette de en 2009 et de en 2010», «de nouvelles subventions octroyées par les instances culturelles sont venues récompenser l offre qualitative de la saison» et «la fréquentation est en constante progression : 2405 visiteurs en 2008, 5385 visiteurs en 2009 et 5609 visiteurs en 2010.» Conclusion Même si les compétences internes en matière de gestion financière ont permis, notamment en ayant recours aux emprunts de très court terme et à la ligne de trésorerie, de faire face aux dépenses liées à la construction et au fonctionnement de la salle de spectacles, la chambre note le caractère précaire des résultats obtenus en 2009, lesquels reposent principalement sur le bénéfice dégagé par la vente des terrains du lotissement d habitation «L orée du bois» et sur ceux obtenus en 2010 grâce à la vente de terrains nus. Or, selon les indications que vous avez données à la chambre, la commune ne possèderait pas de réserves foncières et l analyse financière a montré qu elle n a pas de ressources propres disponibles. Il importe donc de maîtriser les dépenses d investissement et de fonctionnement. Lors de l entretien de fin d instruction, vous avez indiqué que, conscient de cette situation, vous avez limité les dépenses d équipement en 2010 aux seules opérations engagées en 2009, ce qui représente cependant la somme de 1,102 M et nécessite d emprunter 0,922 M pour les financer. En conséquence, l annuité prévue au budget principal 2010, capital (0,465 M ) et intérêts (0,089 M ), hors remboursement des emprunts-relais, est en hausse de 17,37 % par rapport à 2009.

8 La chambre note toutefois, au vu de l étude prospective 2010 à 2012 que vous lui avez adressée, que le strict équilibre serait atteint en 2010 et maintenu pendant les deux années suivantes aux conditions suivantes : hausse de 0,245 M de la masse salariale en 2010 compensée par diverses économies à hauteur de 0,032 M et augmentation des recettes de 0,175 M ; inscription d opérations d ordre entre sections (les travaux en régie) de 0,126 M pendant les années 2010 à 2012 ; mobilisation de nouveaux emprunts dans la limite de 0,7 M en 2010 et 0,222 M en 2011 et 2012 et limitation des dépenses d équipement à 0,761 M en 2011 et 0,397 M en En application des dispositions de l article L du code des juridictions financières, le présent rapport d observations définitives de la chambre, accompagné de votre réponse, doit faire l objet d une inscription à l ordre du jour de la plus proche réunion de l assemblée délibérante. Il doit être joint à la convocation de chacun de ses membres et doit faire l objet d un débat. La chambre vous serait obligée de lui faire connaître dans quelles conditions aura été réalisée cette communication. En outre, j appelle votre attention sur le fait que ce rapport accompagné de votre réponse deviendra communicable à tout tiers demandeur dès qu aura eu lieu la réunion précitée. Je vous informe qu une copie du présent rapport est transmise au préfet et au directeur régional des finances publiques d Aquitaine et du département de la Gironde, en application de l article R du code des juridictions financières. distinguée. Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, à l expression de ma considération Le Président par intérim, Dany CHASSIN Président de section

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 Références à rappeler : JNG/RN/RODI1 064 043 483 Monsieur le Maire, Par lettre du 25 avril 2005, vous avez été informé

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté

REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel. Budget primitif 2012 non voté REPUBLIQUE FRANCAISE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE NORD PAS-DE-CALAIS, PICARDIE Commune de Nédonchel 2 ème Section Département du Pas-de-Calais Budget primitif 2012 non voté N 2012-0097 Article L. 1612-2

Plus en détail

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS (091 034 286) 6 ème section N /G/126/n A.52 Séance du 5 août 2003 RECOMMANDE AVEC A.R. Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 4 décembre 2006 Références à rappeler : JP/ROD II 033002529 Monsieur le Maire, Par lettre du 21 mars 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

COMMUNE DE GRIGNY (91)

COMMUNE DE GRIGNY (91) (091 034 286) 6 ème section N /G/127/n A-08 Séance du 9 avril 2014 RECOMMANDE AVEC A.R COMMUNE DE GRIGNY (91) s 2014 et comptes administratifs 2013 «Ville» annexe de la régie autonome du renouvellement

Plus en détail

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP)

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP) COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU RÉOLAIS (Département de la Gironde) Requête de l agent comptable de l Agence de services et de paiements (ASP) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

Bordeaux, le 22 Mai 2008. Monsieur le Directeur,

Bordeaux, le 22 Mai 2008. Monsieur le Directeur, Bordeaux, le 22 Mai 2008 Le Président Références à rappeler : CM/ROD II/033067989 Monsieur le Directeur, Par lettre du 13 février 2007, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire,

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire, Le Président TOULOUSE, le 10 juillet 2008 Réf. : GO8095011 Monsieur le Maire, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières je vous notifie le rapport d'observations définitives

Plus en détail

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE, VU le Code général des collectivités territoriales et le code des juridictions financières ;

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE, VU le Code général des collectivités territoriales et le code des juridictions financières ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE COMMUNE DU LAMENTIN COMPTE ADMINISTRATIF 2008 AVIS N 2009-0063 (Article L.1612-14 du code général des collectivités territoriales) SAISINE N 09.057.971.L.1612-14

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

AVIS. COMMUNE D ARGENTEUIL (95) Compte administratif 2013. Budget Ville Budget annexe GPU bâtiment Alembert Budget annexe GPU bâtiment K43

AVIS. COMMUNE D ARGENTEUIL (95) Compte administratif 2013. Budget Ville Budget annexe GPU bâtiment Alembert Budget annexe GPU bâtiment K43 (095003.018) 6 ème section N /G/106/A-20 Séance du 15 juillet 2014 RECOMMANDE AVEC A.R AVIS COMMUNE D ARGENTEUIL (95) Compte administratif 2013 Budget Ville Budget annexe GPU bâtiment Alembert Budget annexe

Plus en détail

V I L L E D E C H A T E L - S T - D E N I S

V I L L E D E C H A T E L - S T - D E N I S V I L L E D E C H A T E L - S T - D E N I S Planification financière Note explicative Le Conseil communal transmet au Conseil général la planification et ses mises à jour pour en prendre acte (art.10 al.

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 19 novembre 2007 Le Président Références à rappeler : DC/CB/ROD-II/ 024 045 997 Monsieur le Directeur, Par lettre du 3 août 2006, vous avez été informé

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

AVIS. VU le code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 1612-15, R. 1612-32 à R. 1612-38 ;

AVIS. VU le code général des collectivités territoriales, notamment ses articles L. 1612-15, R. 1612-32 à R. 1612-38 ; COMMUNE DE CHOLET (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales Demande d inscription d une dépense obligatoire au budget 2012 Séance du 17 avril 2012 Rapport n 2012-51

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales Détermination d une dépense obligatoire Rapport n : 2012-0127 Séance du : 13 septembre 2012 Avis n

Plus en détail

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE BUDGET 2015 LE BUDGET EN QUELQUES LIGNES Montant total des prévisions budgétaires : 1.811.915 Fonctionnement : 1.172.638 en légère hausse par rapport à 2014 (1.042.449 ), malgré

Plus en détail

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ;

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ; SYNDICAT DE PROMOTION DE L INTERCOMMUNALITE SPORTIVE (Maine-et-Loire) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Déséquilibre réel du budget 2012 Rapport n 2012-0072 Séance du 9

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire,

Chambre régionale des comptes de Bourgogne. EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Chambre régionale des comptes de Bourgogne EG/FB Dijon, le 19.07.2000 n 00.OD.017 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Par lettre en date du 8 février 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE RÉGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE COMMUNE d AGNOS (064 020 007) Trésorerie d Oloron-Sainte-Marie Département des Pyrénées-Atlantiques Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

Ville de Cerny Essonne

Ville de Cerny Essonne Ville de Cerny Essonne Procès-verbal du Conseil Municipal Séance du 23 mars 2006 L an deux mille six le 23 mars à 20 h 30, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni au lieu ordinaire de ses

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général,

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général, Le Président Bordeaux, le 4 mai 2009 Références à rappeler : CM//RODII Grands garages et parkings de Bordeaux Monsieur le Directeur général, Par lettre du 1 er avril 2008, vous avez été informé que la

Plus en détail

Le SIRP a été créé par arrêté préfectoral en date du 26.08.1992 entre les communes de Le Temple et de Saumos.

Le SIRP a été créé par arrêté préfectoral en date du 26.08.1992 entre les communes de Le Temple et de Saumos. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 06 JUIN 2007 Le Président Références à rappeler / JP.C/CB/ROD II/033024976 Monsieur le Président, Par lettre du 10 mars 2006, vous avez été informé

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE. Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002. La Présidente PP/PC. Monsieur le Président du Syndicat

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE. Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002. La Présidente PP/PC. Monsieur le Président du Syndicat CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE Clermont-Ferrand, le 25 novembre 2002 La Présidente PP/PC à Monsieur le Président du Syndicat Intercommunal du collège de La Monnerie-le-Montel Hôtel de ville 63650

Plus en détail

1 SUR LA RECEVABILITE DE LA SAISINE AU TITRE DE L ARTICLE L.1612-2 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

1 SUR LA RECEVABILITE DE LA SAISINE AU TITRE DE L ARTICLE L.1612-2 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES Première section Dossier n 2014-026 Avis du 18 juillet 2014 Centre communal d action sociale de la commune de Rigny-la-Salle (Meuse) Non adoption du budget 2014 Article L. 1612-2 du code général des collectivités

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Articles L. 1612-4 et L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Budget Primitif 2015 Programme "Remboursement de la dette" M. Pierre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie»

Budget Primitif 2015 Programme Remboursement de la dette M. Pierre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» Direction des finances - 2DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 Budget Primitif 2015 Programme "Remboursement de la dette" M. Pierre, Rapporteur

Plus en détail

Chiffres clés de la Commune de Lanarce

Chiffres clés de la Commune de Lanarce Chiffres clés de la Commune de Lanarce (Par le Maire adjoint) Suivant la règle comptable année N-1 Lanarce : la dette fin 2011 L'endettement de la commune s'évalue au 31 décembre de chaque année en fonction

Plus en détail

Des extraits concernant sa gestion ont été adressés, le même jour, à M. CORTEZ, ancien ordonnateur en fonction durant la période contrôlée.

Des extraits concernant sa gestion ont été adressés, le même jour, à M. CORTEZ, ancien ordonnateur en fonction durant la période contrôlée. Bordeaux, le 14 novembre 2008 Le Président Références à rappeler : CM/RODII OPH Gironde Habitat Madame la Directrice générale, Par lettre du 26 mars 2007, vous avez été informée que la Chambre régionale

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale.

En particulier, le montant des frais de personnel est nettement plus important : 2 788 F/habitant en 1998, contre 1 396 F pour la moyenne nationale. COMMUNE D'EYMOUTIERS EXAMEN DE LA GESTION OBSERVATIONS DEFINITIVES 1 - Situation financière : Le montant du budget de fonctionnement (environ 17 millions de francs) est atypique par rapport aux communes

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

AVIS N 2011-0085 LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

AVIS N 2011-0085 LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Syndicat intercommunal à vocation unique d aide à domicile de la plaine de Nay (064 019 906) Trésorerie de Nay Département des Pyrénées-Atlantiques Absence d adoption du budget primitif de l exercice 2011

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Séance du 26 juin 2012 AVIS

3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Séance du 26 juin 2012 AVIS CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 3 ème section Commune de Plan d Aups Sainte-Baume (Var) Saisine n 2012-0330 (Contrôle n 2012-0142) Articles L 1612-4 et 5 du code général des

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 25 SEPTEMBRE 2014 POINT LOGEMENT Ivry Confluences 42 avenue Jean Jaurès Construction de 51 logements locatifs sociaux en VEFA par l ESH Logis Transports Garantie communale

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 22 février 2007 CONFIDENTIEL Références à rappeler : FN/RODII/CMA 24 Monsieur le Président, En application des dispositions des articles L. 111-9,

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

AVIS. CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales. Budget non voté en équilibre réel

AVIS. CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales. Budget non voté en équilibre réel AVIS CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Budget non voté en équilibre réel Séance du 11 janvier 2012 Avis n 2012-001 LA CHAMBRE REGIONALE DES

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU DIRECTION DE LA PROPRETE ET DE L EAU DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF De l exercice 2011 DPE 2010-38 DF 2010-24 BUDGET ANNEXE DE L EAU PROJET DE DELIBERATION SECTIONS D EXPLOITATION ET D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

A Clermont-Ferrand, le 3 juillet 2002. La Présidente. Monsieur le Maire. Hôtel de ville 43800 VOREY-SUR-ARZON. Monsieur le Maire,

A Clermont-Ferrand, le 3 juillet 2002. La Présidente. Monsieur le Maire. Hôtel de ville 43800 VOREY-SUR-ARZON. Monsieur le Maire, A Clermont-Ferrand, le 3 juillet 2002 La Présidente à Monsieur le Maire Hôtel de ville 43800 VOREY-SUR-ARZON Monsieur le Maire, Le rapport d'observations arrêté par la Chambre régionale des comptes sur

Plus en détail

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée.

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée. Le Président Nantes, le 11 mars 2013 Référence rappeler : KPL GD 130392 KJF Monsieur le Directeur, Je vous ai adressé par lettre du 30 janvier 2013 le rapport d observations définitives concernant la gestion

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

Le budget communal : les principes généraux 1

Le budget communal : les principes généraux 1 Le budget communal : les principes généraux 1 G E S T I O N L article 4 du décret n 62-1587 du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique définit le budget comme "l acte par

Plus en détail

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-17 du 22 octobre 2002 Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Le Conseil national de la comptabilité a été

Plus en détail

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP

ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP ANNEXE 2 REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LA GESTION DES AP/CP REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER VILLE DE METZ GESTION DES INVESTISSEMENTS PAR AUTORISATIONS DE PROGRAMME ET CREDITS DE PAIEMENT La

Plus en détail

DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER TYPE DE DEMANDE DE SUBVENTION Volet territorial CPER 2015-2020 INTITULE DU PROJET (détaillé en annexe) : COÛT TOTAL DU PROJET : MONTANT DE SUBVENTION SOLLICITE : TOTAL DES AUTRES AIDES PUBLIQUES

Plus en détail

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE, VU le code général des collectivités territoriales ;

LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE, VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LA GUADELOUPE SYNDICAT MIXTE D ELECTRICITE DE LA GUADELOUPE (SYMEG) BUDGET PRIMITIF 2012 Article L. 1612-5 et L. 1612-20 du code général des collectivités territoriales

Plus en détail

OBJET : BUDGET PRINCIPAL AFFECTATION DEFINITIVE DES RESULTATS DE L ANNEE 2013 AU BUDGET DE L ANNEE 2014 REGULARISATION

OBJET : BUDGET PRINCIPAL AFFECTATION DEFINITIVE DES RESULTATS DE L ANNEE 2013 AU BUDGET DE L ANNEE 2014 REGULARISATION DCM n 88/2014 Nombre de Conseillers présents : 20 Nombre de Conseillers votants : 27 OBJET : BUDGET PRINCIPAL AFFECTATION DEFINITIVE DES RESULTATS DE L ANNEE 2013 AU BUDGET DE L ANNEE 2014 REGULARISATION

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 22 février 2007 Le Président Références à rappeler : FN/RODII/CMA 47 Monsieur le Président, En application des dispositions des articles L. 111-9,

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

COMMISSION LOCALE D INFORMATION DE CADARACHE RAPPORT FINANCIER 2014

COMMISSION LOCALE D INFORMATION DE CADARACHE RAPPORT FINANCIER 2014 VD COMMISSION LOCALE D INFORMATION DE CADARACHE RAPPORT FINANCIER 2014 1. EXECUTION DU BUDGET 2014 Le budget prévisionnel 2014 adopté par l Assemblée générale du 27 novembre 2013 s élevait à 239 610. Compte

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 24 avril 2007 Références à rappeler : JP/CB/RODII/040023999 Monsieur le Président, Par lettre du 27 novembre 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

OPERATION URBAINE DE QUARTIERS REIMS. FISAC en ZUS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER N. Identification de l entreprise

OPERATION URBAINE DE QUARTIERS REIMS. FISAC en ZUS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER N. Identification de l entreprise OPERATION URBAINE DE QUARTIERS REIMS FISAC en ZUS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOSSIER N. Nature du projet : Identification de l entreprise Nom du dirigeant : Nom de l'entreprise : Adresse : Dossier

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Le budget, c est combien? C est quoi?

Le budget, c est combien? C est quoi? Le budget, c est combien? C est quoi? Pourquoi cette plaquette? Parce que l équipe municipale prélève et gère, dans la recherche de l intérêt commun, une partie de vos ressources, nous sommes comptables

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail