Diversité culturelle. Patrimoine commun Identités plurielles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diversité culturelle. Patrimoine commun Identités plurielles"

Transcription

1

2 Diversité culturelle Patrimoine commun Identités plurielles

3 Publié en 2002 par l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture 7,Place de Fo n t e n oy Paris C o o rdination et révision : Michèle Garzon Conception grap h i q u e, composition et impre s s i o n : Jed Graphic & Multimédia UNESCO

4 Préface En ces moments troublés où le monde cherche ses re p è re s, où les termes de «culture», d e «c i v i l i s a t i o n» sont utilisés par des esprits égarés pour tenter d opposer l humanité à elle-même, il est urgent de rappeler combien la diversité culturelle est constitutive de l humanité même. Déjà en 1945, la Commission préparatoire du programme de l UNESCO réservait une place importante aux «Études des cultures» et, dès 1953, l Organisation démontrait son engagement en faveur de la reconnaissance de la diversité en lançant une collection d ouvrages intitulée Unité et diversité culturelles. Mais la notoriété de l UNESCO, nous le savo n s t o u s, s est surtout forgée sur le succès de son action en f aveur des biens culturels les plus re m a rquables de l h u m a n i t é. Chaque peuple puise en eux une fierté et un sentiment d identité où se joue quelque chose d essentiel. E n s e m b l e, ces monuments forment l image la plus immédiate de la notion de patrimoine commun de l h u m a n i t é. Conçue à l enseigne de l unive r s e l, l œ u v re d i d e n t i f i c a t i o n, de sauvetage et de mise en valeur du patrimoine mondial a nécessairement donné corps, à m e s u re qu elle s étendait, à l évidence du pluralisme. Chacune des œuvres majeures de l humanité intégrée au patrimoine mondial est ve nue étoffer une sorte de fo n d s c o m mun de l humanisme universel et, dans le même m o u ve m e n t, a élargi la palette des déclinaisons illustrées par les diverses civilisations à travers les âges. Cet élargissement ne pouvait se borner à la gamme des monu m e n t s : son caractère fo n d a m e n t a l, qui est de passer d un concept intégrateur abstrait à une pléiade de m a n i festations concrètes du génie humain et de gagner ainsi toujours davantage en dive r s i t é, le portait à s ouvrir aux formes toujours vivantes de ce génie et à y incorporer ce que l on nomme le patrimoine «i m m a t é r i e l». L ambition d universalité qui présidait à la notion de patrimoine commun de l humanité s est donc assortie de pluralisme culture l, dont elle s est largement nourr i e, é v i t a n t ainsi les écueils du part i c u l a r i s m e. Depuis la Déclaration de Mexico en 1982, les trav a u x de la Commission mondiale sur la culture et le d é veloppement et ceux de la Conférence intergo u vernementale sur les politiques culturelles pour le d é veloppement (Stockholm, ), la culture doit être considérée comme «l ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social ; e l l e e n g l o b e, o u t re les arts et les lettre s, les modes de vie, l e s façons de vivre ensemble, les droits fondamentaux de l être h u m a i n, les systèmes de valeurs, les traditions et les c roy a n c e s». La diversité culturelle est constitutive de l identité humaine. À ce titre, elle est son bien commun. Loin d être une concession à la variété de la part d une identité singulière imaginaire, la diversité est la substance même de n o t re identité et nous devons nous pénétrer de cette p e n s é e. On ne peut donc opposer celle-ci à celle-là, puisqu elles sont consubstantielles. La première acception de cette diversité est la reconnaissance et la promotion de la pluralité des cultures au sens le plus large du terme. Mais l équation entre identité de l humanité et diversité culturelle oblige en même temps à reconnaître au sein même du concept de PRÉFACE 3

5 diversité la présence de l unité, faute de laquelle cette diversité ne serait que multiplicité.il n y a diversité que sur fond d unité, et la reconnaissance étendue des différences culturelles, avec tout ce qu elle comporte, est par nature une affirmation de l unité fondamentale du fait humain, toutes ces différences s observant sur un fond homogène. La diversité entretient avec la culture une relation fondatrice : la culture est diversité, déploiement infini des distinctions, des nuances, des renouveaux ; la culture est inlassable reprise de tout ce qui existe pour le rendre à la fois même et autre, pour le comprendre, pour le faire vivre. Par nature, elle est diverse. Mais pour cette même raison, elle donne à cette diversité une dimension qui la dépasse et l enveloppe : la diversité n existe pas en soi,elle est même indéchiffrable en l absence de culture, et tout semble uniforme à qui manque de profondeur culturelle. La diversité est construite par la culture qui lui donne forme, amplitude, sens. La diversité est culturelle par essence, comme la culture est diversité. Cette relation d équivalence entre culture et diversité pourrait faire apparaître la notion de diversité culturelle comme un pléonasme. Je la vois plutôt comme un prisme, à travers lequel nous sommes invités à penser tout l espace qui s étend du concept de pluralité, lourd de séparations potentielles,à celui de variété,pour lequel tout est dans tout et réciproquement. L adoption de la Déclaration universelle de l UNESCO sur la diversité culture l l e par les 185 États membre s représentés à la 31 e session de la Conférence générale en novembre 2001 constitue une avancée majeure. Pour la première fois et dans un contexte mondial difficile, la communauté internationale s est dotée d un instrument normatif de grande envergure pour affirmer sa conviction que le dialogue interculturel, le respect de la diversité des cultures et la tolérance constituent l un des meilleurs gages de paix. Cette Déclaration constitue, selon les propres termes des États membres, un cadre de référence éthique universel dont les principes doivent inspirer les politiques culturelles dans une conjoncture où il est plus urgent que jamais d affirmer l égale dignité de toutes les cultures. P renant en compte les nouveaux enjeux liés au p rocessus de mondialisation, la Déclaration insiste notamment sur la notion de droits culture l s, qui doive n t s appliquer aussi bien entre les États qu à l intérieur des États e u x - m ê m e s, tout comme sur le caractère dynamique de chaque culture, qui puise aux racines de ses traditions, m a i s ne peut s épanouir réellement qu au contact des autre s.l a notion de solidarité y est également clairement exprimée, affirmant la nécessité d accompagner les pays en déve l o p- pement ou en transition dans la promotion de leurs culture s et dans la mise en place d industries culturelles viables et c o m p é t i t i ves sur les plans national et international. «Patrimoine commun de l humanité», la dive r s i t é c u l t u relle est jugée dans la Déclaration aussi nécessaire pour le genre humain que la biodiversité dans l ord re du v i v a n t. Sa défense est donc un impératif éthique inséparable du respect de la dignité de la personne humaine. En adoptant la Déclaration sur la diversité culturelle, les États membres de l UNESCO ont fait un geste décisif pour «humaniser la mondialisation». L e x p o s i t i o n Pa t rimoine commu n, identités pluri e l l e s. N o t re divers i t é créatrice, qui s'est tenue en marge des travaux de la 31 e session de la Conférence générale, fut une occasion de rappeler que la diversité n exclut pas la rencontre. 4 PRÉFACE

6 Le présent ouvrage vise à restituer l âme de cette exposition,qui a voulu illustrer les différents axes d actions de l Organisation en matière de diversité culturelle. Le visiteur a été invité à s interroger sur le sens et les formes de la diversité culturelle dans un esprit à la fois ouvert à la pluralité des expériences humaines et empreint de respect pour l universalité attachée à ce qui est humain. L accent a été délibérément mis sur le rapport dialectique et fécond entre la diversité et l universalité, entre ce qui unit et non entre ce qui sépare, l ensemble ayant été placé sous le signe de la rencontre de l Autre. À partir d un rassemblement forcément réduit et de ce fait arbitraire d échantillons représentatifs des cultures du monde, elle nous a fait parcourir moins une collection qu un questionnement. Les objets, œuvres, symboles qui ont été réunis, grâce à la collaboration des commissions nationales et de nos bureaux hors Siège, n ont pas été donnés simplement pour emblématiques de culture s distinctes ; leur réunion en a fait les éléments d une interrogation sur la nature, la portée, la teneur d une diversité constituée moins par les différences que par les c o n n i ve n c e s, et constitutive d une identité humaine plurielle, composite, en un mot «riche». M a i s, r ap p e l o n s - l e, les civilisations et les culture s sont là où sont les hommes et les femmes qui leur donnent vie, et nulle trace pieusement recueillie pour ê t re exposée ne peut en retenir l essentiel, qui est l e s p r i t. Aussi devons-nous pre n d re cette exposition pour ce qu elle a été : une invitation à réfléchir, à é l a b o rer à partir de quelques exemples choisis entre mille demeurés au dehors, une intelligence généreuse de cette diversité créatrice qui fait l honneur et la richesse du genre humain. On ne pourra s étonner par ailleurs que l angle choisi pour la sélection des exemples retenus ait été principalement l action de l UNESCO. Illustrer la diversité culturelle, c est décrire le registre dans lequel se joue l action de notre Organisation. L exposition a été, d une certaine manière, une occasion de mettre à l épreuve la pertinence et la qualité de cette action au service du développement humain, en tout cas d en évoquer la vaste palette. C est pourquoi l exposition nous a semblé être, à sa manière, une célébration de l année 2001 déclarée par les Nations Unies «Année internationale de la mobilisation contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l intolérance» et «Année internationale pour le dialogue entre les civilisations» s ouvre avec une nouvelle célébration,celle de l «Année des Nations Unies pour le patrimoine culturel», prolongeant ainsi ce même mouvement de reconnaissance et de mise en valeur d un patrimoine commun forgé d identités plurielles. Ko ï c h i ro Matsuura D i recteur général de l UNESCO PRÉFACE 5

7 «En vérité, il n y a ni Est ni Ouest, Où donc est le Sud, où le Nord? L Illusion enferme le monde, L Éveil l ouvre de tous côtés.» Chant bouddhique 6

8 Sommaire Déclaration universelle sur la diversité culturelle...p. 9 EXPOSITION Patrimoine commun, identités plurielles. N o t r e diversité créatrice...p Patrimoine commun, identités plurielles 2. D i v e r s i t é et développement : tradition et modernité 3. Diversité et paix : vivre la tolérance Déclaration universelle des droits de l homme...p. 61 SOMMAIRE 7

9 Déclaration universelle de l UNESCO sur la diversité culturelle (adoptée par la 31 e session de la Conférence générale de l UNESCO - Paris, 2 novembre 2001) La Conférence générale A t t a ch é e à la pleine réalisation des droits de l homme et des libertés fondamentales proclamés dans la Déclaration u n i verselle des droits de l homme et dans d autre s instruments universellement re c o n nu s, tels que les deux Pactes internationaux de 1966 relatifs l un aux droits civils et politiques et l autre aux droits économiques, sociaux et culturels, R a p p e l a n t que le Préambule de l Acte constitutif de l UNESCO affirme «( ) que la dignité de l homme exigeant la diffusion de la culture et l éducation de tous en vue de la justice, de la liberté et de la paix, il y a là, p o u r toutes les nations, des devoirs sacrés à remplir dans un esprit de mutuelle assistance», Rappelant également son Article premier qui assigne entre a u t res buts à l UNESCO de recommander «les accord s internationaux qu elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées par le mot et par l image», Se référa n t aux dispositions ayant trait à la dive r s i t é c u l t u relle et à l exe rcice des droits culturels figurant dans les instruments internationaux pro mulgués par l UNESCO 1, R é a f fi r m a n t que la culture doit être considérée comme l ensemble des traits distinctifs spirituels et matériels, intellectuels et affectifs qui caractérisent une société ou un groupe social et qu elle englobe, o u t re les arts et les lettres, les modes de vie, les façons de vivre ensemble, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances 2, Constatant que la culture se trouve au cœur des débats contemporains sur l identité, la cohésion sociale et le développement d une économie fondée sur le savoir, A f fi r m a n t que le respect de la diversité des culture s, l a tolérance, le dialogue et la coopération, dans un climat de confiance et de compréhension mutuelles sont un des meilleurs gages de la paix et de la sécurité internationales, A s p i ra n t à une plus grande solidarité fondée sur la reconnaissance de la diversité culture l l e, sur la prise de conscience de l unité du genre humain et sur le d é veloppement des échanges interc u l t u re l s, C o n s i d é ra n t que le processus de mondialisation, f a c i l i t é par l évolution rapide des nouvelles technologies de l i n formation et de la commu n i c a t i o n, bien que constituant un défi pour la diversité culture l l e, crée les conditions d un dialogue re n o u velé entre les cultures et les civilisations, C o n s c i e n t e du mandat spécifique qui a été confié à l U N E S C O, au sein du système des Nations Unies, d a s s u rer la préservation et la promotion de la féconde d i versité des culture s, 1. Parmi lesquels, en part i c u l i e r, l A c c o rd de Florence de 1950 et son P rotocole de Nairobi de 1976, la Convention unive rselle sur les dro i t s d auteur de 1952, la Déclaration de principes de la coopéra t i o n c u l t u relle internationale de 1966, la Convention concernant les m e s u res à pre n d re pour interd i re et empêcher l import a t i o n, l exportation et le transfert de propriété illicites des biens culturels de , la Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel de 1972,la Déclaration de l UNESCO sur la race et les préjugés raciaux de 1978, la Recommandation re l a t i ve à la condition de l artiste de 1980 et la Recommandation sur la sauvegarde de la culture traditionnelle et populaire de Définition conforme aux conclusions de la Conférence mondiale sur les politiques culturelles (MONDIAC U LT, M ex i c o, ), de la Commission mondiale de la culture et du développement (N o t re d i versité créatrice, 1995) et de la Conférence intergouve r n e m e n t a l e sur les politiques culturelles pour le développement (Stockholm,1998). DÉCLARATION UNIVERSELLE SUR LA DIVERSITÉ CULTURELLE 9

10 Proclame les principes suivants et adopte la présente Déclaration : IDENTITÉ, DIVERSITÉ ET PLURALISME Article 1 - La diversité culturelle, patrimoine commun de l humanité La culture prend des formes diverses à travers le temps et l e s p a c e. Cette diversité s incarne dans l originalité et la pluralité des identités qui caractérisent les groupes et les sociétés composant l humanité. Source d échanges,d innovation et de créativité, la diversité culturelle est, pour le g e n re humain, aussi nécessaire qu est la biodiversité dans l o rd re du vivant. En ce sens, elle constitue le patrimoine c o m mun de l humanité et elle doit être re c o n nue et affirmée au bénéfice des générations présentes et des générations futures. Article 2 - De la diversité culturelle au pluralisme culturel Dans nos sociétés de plus en plus dive r s i f i é e s, il est indispensable d assurer une interaction harmonieuse et un vouloir vivre ensemble de personnes et de groupes aux identités culturelles à la fois plurielles, variées et dynamiques. Des politiques favorisant l inclusion et la participation de tous les citoyens sont garantes de la cohésion sociale, de la vitalité de la société civile et de la paix. Ainsi défini, l e pluralisme culturel constitue la réponse politique au fait de la diversité culture l l e.indissociable d un cadre démocratique, le pluralisme culturel est propice aux échanges culturels et à l épanouissement des capacités créatrices qui nourr i s s e n t la vie publique. Article 3 - La diversité culturelle, facteur de développement La diversité culturelle élargit les possibilités de choix offe rt e s à chacun ; elle est l une des sources du déve l o p p e m e n t, entendu non seulement en termes de croissance économ i q u e, mais aussi comme moyen d accéder à une existence i n t e l l e c t u e l l e, a f fe c t i ve, morale et spirituelle satisfaisante. DIVERSITÉ CULTURELLE ET DROITS DE L HOMME Article 4 - Les droits de l homme, garants de la diversité culturelle La défense de la diversité culturelle est un impératif é t h i q u e, inséparable du respect de la dignité de la personne humaine. Elle implique l engagement de respecter les droits de l homme et les libertés fo n d a- m e n t a l e s, en particulier les droits des personnes ap p a rtenant à des minorités et ceux des peuples a u t o c h t o n e s. Nul ne peut invoquer la diversité culture l l e pour porter atteinte aux droits de l homme garantis par le droit international, ni pour en limiter la port é e. Article 5 - Les droits culturels, cadre propice de la diversité culturelle Les droits culturels sont partie intégrante des droits de l h o m m e, qui sont unive r s e l s, indissociables et interd é p e n- d a n t s. L épanouissement d une diversité créatrice exige la pleine réalisation des droits culture l s, tels qu ils sont définis à l art i c l e 2 7 de la Déclaration universelle des droits de l homme et aux articles 13 et 15 du Pacte international re l a t i f aux droits économiques, sociaux et culture l s.toute personne doit ainsi pouvoir s exprimer, créer et diffuser ses œuvre s dans la langue de son choix et en particulier dans sa langue m a t e r n e l l e ; toute personne a le droit à une éducation et une formation de qualité qui respectent pleinement son identité c u l t u re l l e ; toute personne doit pouvoir participer à la vie c u l t u relle de son choix et exe rcer ses pro p res pratiques c u l t u re l l e s, dans les limites qu impose le respect des dro i t s de l homme et des libertés fo n d a m e n t a l e s. 10 DÉCLARATION UNIVERSELLE SUR LA DIVERSITÉ CULTURELLE

11 Article 6 - Vers une diversité culturelle accessible à tous Tout en assurant la libre circulation des idées par le mot et par l image, il faut veiller à ce que toutes les culture s puissent s exprimer et se faire connaître. La libert é d e x p re s s i o n, le pluralisme des médias, le mu l t i l i n g u i s m e, l égalité d accès aux expressions art i s t i q u e s, au savo i r scientifique et technologique - y compris sous la fo r m e numérique - et la possibilité, pour toutes les culture s, d ê t re présentes dans les moyens d expression et de d i f f u s i o n, sont les garants de la diversité culture l l e. DIVERSITÉ CULTURELLE ET CRÉATIVITÉ Article 7 - Le patrimoine culturel, aux sources de la créativité Chaque création puise aux racines des traditions culture l l e s, et s épanouit au contact des autre s. C est pourquoi le p a t r i m o i n e, sous toutes ses fo r m e s, doit être préserv é,m i s en valeur et transmis aux générations futures en tant que témoignage de l expérience et des aspirations humaines,a f i n de nourrir la créativité dans toute sa diversité et d instaure r un véritable dialogue entre les culture s. Article 8 - Les biens et services culture l s, d e s marchandises pas comme l e s a u t re s Face aux mutations économiques et technologiques actuelles, qui ouvrent de vastes perspectives pour la création et l innovation, une attention particulière doit être accordée à la diversité de l offre créatrice, à la juste prise en compte des droits des auteurs et des artistes ainsi qu à la spécificité des biens et services culturels qui, parce qu ils sont porteurs d identité, de valeurs et de sens, ne doivent pas être considérés comme des marchandises ou des biens de consommation comme les autres. Article 9 - Les politiques culturelles, catalyseur de la créativité Tout en assurant la libre circulation des idées et des o e u v re s, les politiques culturelles doivent créer les conditions propices à la production et à la diffusion de biens et services culturels dive r s i f i é s, grâce à des industries culturelles disposant des moyens de s affirmer à l échelle locale et mondiale. Il revient à chaque Ét a t,d a n s le respect de ses obligations internationales, de définir sa politique culturelle et de la mettre en oeuvre par les m oyens d action qu il juge les mieux adap t é s, qu il s agisse de soutiens opérationnels ou de cadres réglementaire s ap p ro p r i é s. DIVERSITÉ CULTURELLE ET SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Article 10 - Renforcer les capacités de création et de diffusion à l échelle mondiale Face aux déséquilibres que présentent actuellement les flux et les échanges des biens culturels à l échelle mondiale, il faut re n fo rcer la coopération et la solidarité internationales destinées à permettre à tous les pay s, en particulier aux pay s en développement et aux pays en transition, de mettre en place des industries culturelles viables et compétitives sur les plans national et international. Article 11 - Forger des partenariats entre secteur public, secteur privé et société civile Les seules forces du marché ne peuvent garantir la préservation et la promotion de la diversité culturelle, gage d un développement humain durable. Dans cette perspective, il convient de réaffirmer le rôle primordial des politiques publiques,en partenariat avec le secteur privé et la société civile. DÉCLARATION UNIVERSELLE SUR LA DIVERSITÉ CULTURELLE 11

12 Article 12 - Le rôle de l UNESCO L U N E S C O, de par son mandat et ses fo n c t i o n s, a la responsabilité de : (a) p ro m o u voir la prise en compte des principes énoncés par la présente Déclaration dans les stratégies de d é veloppement élaborées au sein des diverses instances i n t e r go u ve r n e m e n t a l e s ; (b) s e rvir d instance de référence et de concertation entre les États, les organismes go u vernementaux et non go u vernementaux internationaux, la société civile et le secteur privé pour l élaboration conjointe de concepts, d objectifs et de politiques en faveur de la dive r s i t é c u l t u re l l e ; (c) p o u r s u i v re son action normative, son action de sensibilisation et de développement des capacités dans les domaines liés à la présente Déclaration qui re l è ve n t de sa compétence ; (d) faciliter la mise en œuvre du Plan d action, dont les lignes essentielles sont annexées à la présente Déclaration. 12 DÉCLARATION UNIVERSELLE SUR LA DIVERSITÉ CULTURELLE

13 Plan d action pour la mise en œuvre de la Déclaration universelle de l UNESCO sur la diversité culturelle Les États membres s engagent à prendre les mesures appropriées pour diffuser largement la Déclaration universelle de l UNESCO sur la diversité culturelle et pour encourager son application effective, e n coopérant notamment à la réalisation des objectifs suivants : 1.A p p ro fondir le débat international sur les questions re l a t i ves à la diversité culture l l e, en particulier celles qui ont trait à ses liens avec le développement et à son impact sur la fo r mulation des politiques, à l échelle aussi bien nationale qu internationale ; avancer notamment la réflexion concernant l opportunité d un instrument juridique international sur la diversité culture l l e; 2.P ro g resser dans la définition des principes, des normes et des pratiques, tant au niveau national qu international, a i n s i que des moyens de sensibilisation et des formes de coopération les plus propices à la sauve g a rde et à la p romotion de la diversité culture l l e; 3.F avoriser l échange des connaissances et des meilleure s pratiques en matière de pluralisme culture l, en vue de f a c i l i t e r, dans des sociétés dive r s i f i é e s, l inclusion et la p a rticipation de personnes et de groupes ve n a n t d horizons culturels variés ; 4.Avancer dans la compréhension et la clarification du c o n t e nu des droits culture l s, en tant que partie intégrante des droits de l homme ; 5.S a u ve g a rder le patrimoine linguistique de l humanité et soutenir l expre s s i o n, la création, et la diffusion dans le plus grand nombre possible de langues ; 6. Encourager la diversité linguistique - dans le respect de la langue maternelle - à tous les niveaux de l éducation, p a rtout où c est possible, et stimuler l ap p rentissage du plurilinguisme dès le plus jeune âge ; 7. S u s c i t e r, à travers l éducation, une prise de conscience d e la valeur positive de la diversité culturelle et a m é l i o re r à cet effet tant la fo r mulation des programmes scolaire s que la formation des enseignants ; 8. I n c o r p o rer dans le processus éducatif, en tant que de b e s o i n, des ap p roches pédagogiques traditionnelles afin de p r é s e rve r et d optimiser des méthodes culturellement appropriées pour la communication et la transmission du savoir ; 9. Encourager «l alphabétisation nu m é r i q u e» et accro î t re la maîtrise des nouvelles technologies de l information et de la commu n i c a t i o n, qui doivent être considérées aussi bien comme des disciplines d enseignement que comme des outils pédagogiques susceptibles de re n fo rc e r l efficacité des services éducatifs ; 10. P ro m o u voir la diversité linguistique dans l espace numérique et encourager l accès unive r s e l, à travers les réseaux mondiaux, à toutes les informations qui re l è ve n t du domaine public ; 1 1. Lutter contre la fracture numérique - en étroite coopération avec les institutions compétentes du système des Nations Unies - en favorisant l accès des pays en déve l o p p e m e n t aux nouvelles technologies, en les aidant à maîtriser les technologies de l information et en facilitant à la fois la c i rculation numérique des produits culturels endogènes et DÉCLARATION UNIVERSELLE SUR LA DIVERSITÉ CULTURELLE 13

14 l accès de ces pays aux ressources numériques d ordre éducatif, culturel et scientifique, disponibles à l échelle m o n d i a l e; 1 2.S t i muler la pro d u c t i o n, la sauve g a rde et la diffusion de c o n t e nus diversifiés dans les médias et les réseaux mondiaux d information et, à cette fin, p ro m o u voir le rôle des s e rvices publics de radiodiffusion et de télévision pour le d é veloppement de productions audiovisuelles de qualité, en particulier en favorisant la mise en place de mécanismes coopératifs susceptibles d en faciliter la diffusion ; 1 3.Él a b o rer des politiques et des stratégies de préserv a t i o n et de mise en valeur du patrimoine culturel et nature l, notamment du patrimoine culturel oral et immatériel, e t c o m b a t t re le trafic illicite de biens et de services culture l s; 1 4. Respecter et protéger les savoirs traditionnels, n o t a m m e n t ceux des peuples autochtones ; re c o n n a î t re l ap p o rt des connaissances traditionnelles en m a t i è re de pro t e c t i o n de l env i ronnement et de gestion des re s s o u rces nature l- les et favoriser des synergies entre la science moderne et les savoirs locaux ; 1 5. Soutenir la mobilité des créateurs, des art i s t e s, des cherc h e u r s, des scientifiques et des intellectuels et le développement de programmes et de partenariats internationaux de re c h e rc h e, tout en s efforçant de préserver et d a c c ro î t re la capacité créatrice des pays en déve l o p p e- ment et en transition ; 1 6.A s s u rer la protection des droits d auteurs et des dro i t s qui leur sont associés, dans l intérêt du déve l o p p e m e n t de la créativité contemporaine et d une rému n é r a t i o n équitable du travail créatif, tout en défendant un dro i t public d accès à la culture, c o n formément à l article 27 de la Déclaration universelle des droits de l homme ; 1 7.Aider à l émergence ou à la consolidation d industries c u l t u relles dans les pays en développement et les pays en transition et, à cet effe t,c o o p é rer au développement des i n f r a s t r u c t u res et des compétences nécessaire s,s o u t e n i r l émergence de marchés locaux viables et faciliter l accès des biens culturels de ces pays au marché mondial et aux c i rcuits de distribution internationaux ; 1 8.D é velopper des politiques culturelles susceptibles de p ro m o u voir les principes inscrits dans la présente D é c l a r a t i o n, y compris par le biais de mécanismes de soutien opérationnel et/ou de cadres réglementaires ap p rop r i é s, dans le respect des obligations internationales prop res à chaque État ; 1 9.Associer étroitement les différents secteurs de la société civile à la définition des politiques publiques visant à s a u ve g a rder et pro m o u voir la diversité culture l l e ; 2 0.R e c o n n a î t re et encourager la contribution que le secteur privé peut ap p o rter à la valorisation de la diversité culture l l e, et faciliter, à cet effe t, la mise en place d espaces de dialogue entre secteur public et secteur privé. Les États membres recommandent au Directeur généra l de pre n d re en considération les objectifs énoncés dans le présent Plan d action pour la mise en oeuvre des prog rammes de l UNESCO et de communiquer ce dernier aux institutions du système des Nations Unies et aux a u t res organisations intergouvernementales et non gouvernementales concernées en vue de renforcer la synergie des actions en fa veur de la dive rsité culture l l e. 14 DÉCLARATION UNIVERSELLE SUR LA DIVERSITÉ CULTURELLE

15 Exposition Patrimoine commun, identités plurielles. Notre diversité créatrice 15

16 «Pour connaître et comprendre sa propre culture, il faut apprendre à la regarder du point de vue d une autre, confronter nos coutumes et nos croyances avec celles d autres temps et d autres lieux. À l heure de la mondialisation, où la diversité externe tend à s appauvrir, il devient urgent de maintenir et préserver la diversité interne à chaque société, qui est engendrée par tous les groupes et sous-groupes humains qui la constituent, et qui développent chacun des différences auxquelles ils attachent une extrême importance. La diversité culturelle pourra ainsi au moins être maintenue et encouragée, dans une certaine mesure, par la préservation des spécificités culturelles des différents groupes sociaux : de même que l on constitue des banques de gènes d espèces végétales pour éviter l appauvrissement de la diversité biologique et l affaiblissement de notre environnement terrestre, il faut, pour que ne soit pas menacée la vitalité de nos sociétés, conserver au minimum la mémoire vivante de coutumes, de pratiques et de savoir-faire irremplaçables qui ne doivent pas disparaître. Car c est le fait de la diversité qui doit être sauvé, non le contenu historique que chaque époque lui a donné et qu aucune ne saurait perpétuer au-delà d elle-même.» «La civilisation mondiale ne saurait être autre chose que la coalition, à l échelle mondiale, de cultures préservant chacune son originalité.» Claude Lévi-Strauss, ethnologue français (né en 1908) 16

17 Patrimoine commun, identités plurielles Le p remier module de l exposition montrait c o m b i e n, à l heure de la mondialisation, l a d i versité culturelle est constitutive de l identité de l humanité et qu elle est un bien commun à tous. À ce t i t re, elle représente une source de richesse individuelle et collective et doit donc être re c o n nue et affirmée pour le bénéfice des générations présentes et des générations f u t u re s.sa pre m i è re acception est la reconnaissance et la p romotion de la pluralité des cultures au sens le plus large du terme. Mais il n y a diversité que sur fond d unité, et la reconnaissance étendue des différences culturelles est par nature une affirmation de l unité fondamentale du fait h u m a i n, toutes ces différences s observant sur un fo n d h o m o g è n e, le génome, que nous avons tous en commu n. Il y a d autres manières d illustrer ce principe d unité qui sous-tend l idée même de dive r s i t é: la pre m i è re et la plus fondamentale vise l universel qui est, bien dav a n t a g e e n c o re que la dive r s i t é, à la racine des ambitions, de la raison d être et du mandat de l UNESCO. La seconde est de considérer la diversité du point de vue téléologique des valeurs positives et unificatrices que nous lui associons, lorsque nous la présentons comme un chemin vers un monde de paix et de tolérance. PATRIMOINE COMMUN, IDENTITÉS PLURIELLES 17

18 The heritage of a country is essentially its cultural identity, and whether big or small, majestic or simple, physical or non-physical, it must be maintained and have a meaning for every new generation. I. M. Pei, American architect (born in 1917) «Le patrimoine d un pays est par essence son identité culturelle, et qu il soit grand ou petit, majestueux ou simple, matériel ou immatériel, il doit être conservé et avoir une signification pour toutes les générations futures.» I. M. Pei, architecte américain (né en 1917) 18 PATRIMOINE COMMUN, IDENTITÉS PLURIELLES

19 La philosophie à l écoute de la diversité culturelle L UNESCO incite la communauté mondiale à réfléchir sur des questions philosophiques fondamentales. Y a-t-il des principes universels communs à tous dans le contexte de la diversité culturelle? Comment les différentes cultures perçoivent-elles la relation entre nature et culture? Comment l humanité peut-elle résoudre les problèmes urgents qui se posent à l échelle planétaire, comme la dégradation de l environnement? Comment les peuples des différentes cultures vont-ils comprendre et maîtriser la complexité des questions contemporaines qu affronte l ensemble de l humanité? Comment la philosophie peut-elle contribuer à développer les capacités de réflexion critique indispensables à la formation des futurs citoyens du monde? Qu ont appris les cultures l une de l autre à travers leurs rencontres historiques? Globe symbolique (1995) par É. Reitzel. Burke, UNESCO La bioéthique à l UNESCO Le génome humain est un patrimoine de l humanité. «Le génome humain sous-tend l unité fondamentale de tous les membres de la famille humaine, ainsi que la reconnaissance de leur dignité intrinsèque et de leur diversité. Dans un sens symbolique, il est le patrimoine de l humanité.» (Article 1) «Cette dignité impose de ne pas réduire les individus à leurs caractéristiques génétiques et de respecter le caractère unique de chacun et leur diversité.» (Article 2b) Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l homme Graphisme numérique d une section de beta ADN placée devant son code génétique.le génome humain est l ensemble du matériel génétique formé d environ gènes contenus dans nos cellules et qui sont le support de l hérédité de chaque individu. La génétique humaine progresse grâce à la découverte des gènes. Quatre-vingt-quinze pour cent des gènes sont connus à l heure actuelle grâce au projet du génome humain. Laguna Design/Science Photo Library, COSMOS, Paris PATRIMOINE COMMUN, IDENTITÉS PLURIELLES 19

20 Les chemins de la pensée à l aube du troisième millénaire Attachée à une vision pluraliste du patrimoine commun de l humanité, l UNESCO cherche à en préserver la mémoire et la diversité, et à offrir un forum où les idées sont échangées, comparées, affinées et promues sans jamais perdre de vue sa mission intellectuelle et éthique. «Vivre ensemble ce n est pas seulement unifier ce que l un et l autre possèdent d égal, de commun. C est accepter le don offert par toute différenciation.» «Esquisses d itinéraires» Chemins de la pensée Paysage humain par Ablade Glover. N. Buike/UNESCO «S aventurer sur ces chemins, c est penser l hypothèse d une histoire qui commence : audelà de la dichotomie monotone entre vainqueurs et vaincus, émancipée de l Histoire du pouvoir qu elle a reproduite jusqu ici. Serons-nous en mesure d imaginer une histoire sans pouvoir, de conjuguer savoir et espoir? Pourrons-nous envisager une histoire loyalement négociée?» Eduardo Portella Essayiste, Professeur émérite Chemins de la pensée Rencontre au printemps par Karel Appel. P.Volta/UNESCO «De nos jours, de nouveaux acteurs apparaissent : langages artificiels et ordinateurs ajoutent une dimension économique à l intrigue où se tend le dialogue entre la mémoire humaine, qui revendique la richesse de son passé, et la mémoire électronique, qui se prévaut de son infinité.» Georges B. Kutukdjian Directeur de la Division des sciences humaines, de la philosophie et de l éthique des sciences et de la technologie, UNESCO Il était une fois le livre PATRIMOINE COMMUN, IDENTITÉS PLURIELLES

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE

DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO Paris, 2 novembre 2001 DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION RALATIVE AU PROJET DE LOI SUR LE SYSTEME DES TRESORS HUMAINS VIVANTS

NOTE DE PRESENTATION RALATIVE AU PROJET DE LOI SUR LE SYSTEME DES TRESORS HUMAINS VIVANTS NOTE DE PRESENTATION RALATIVE AU PROJET DE LOI SUR LE SYSTEME DES TRESORS HUMAINS VIVANTS Le patrimoine culturel immatériel se réfère aux pratiques, représentations, expressions, connaissances et compétences

Plus en détail

9 e Conférence latino-américaine de Culture. Montevideo, les 13 et 14 juillet 2006 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE

9 e Conférence latino-américaine de Culture. Montevideo, les 13 et 14 juillet 2006 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE 9 e Conférence latino-américaine de Culture Montevideo, les 13 et 14 juillet 2006 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE 1 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE PRÉAMBULE Les chefs d état et de gouvernement

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 E/CN/16/2013/CRP.2 Distr: 30 mai 2013 Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 Le secrétariat de la Commission pour le développement

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012

CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE. relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 CONVENTION-CADRE MULTIPARTENARIALE relative à l Education au Développement Durable 2009-2012 novembre 2009 Les partenaires Rectorat de l Académie de la Guadeloupe Direction de l Agriculture et de la Forêt

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Politique Culturelle Nationale

Politique Culturelle Nationale Politique Culturelle Nationale DEFINITION ET PRINCIPES CHAPITRE PREMIER Article premier : - La Culture est l ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs caractérisant

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION ET

POLITIQUE D ACQUISITION ET POLITIQUE D ACQUISITION ET DE GESTION D OEUVRES D ART VILLE DE LÉVIS RÉSOLUTION CV-2010-13-14 Le préambule Le 9 février 2004, le conseil de la Ville adoptait la nouvelle Politique culturelle de la Ville

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/19 1 er novembre 2015 Original anglais Point 4.5 de l ordre du jour provisoire CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES Du 26 au 28 octobre 2015, environ 500 jeunes femmes et

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8 Préparé par le Secrétariat de l UNESCO Réunion de consultation sur la Grande orientation C8, SMSI, 12 mai, Genève, Suisse Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI)

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) 1 Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) «Pour une alphabétisation durable : Prévenir et lutter contre l illettrisme»

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Thèmes du programme. 1. L archivage à l ère du numérique

Thèmes du programme. 1. L archivage à l ère du numérique Conférence quadriennale du Conseil international des Archives Séoul, Corée du Sud, 5-10 septembre 2016 Archives, Harmonie et Amitié : gages de sensibilisation culturelle, de justice et de collaboration

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle

UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle UNESCO & GOUVERNEMENT DU PORTUGAL Conférence mondiale sur l éducation artistique développer les capacités créatrices pour le 21 ème siècle Lisbonne, Portugal 6 9 mars 2006 PROJET DE PROGRAMME Antécédents

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones

Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones Mots clefs et points essentiels Patrimoine culturel Propriété intellectuelle Organisation mondiale

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement

Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement Diversité culturelle 21 mai, Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et pour le développement «La diversité n est pas entre les cultures, mais inhérente à l idée même de culture, et

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Le patrimoine culturel immatériel : définitions, sauvegarde et valorisation

Le patrimoine culturel immatériel : définitions, sauvegarde et valorisation Le patrimoine culturel immatériel : définitions, sauvegarde et valorisation Séverine Cachat Centre français du patrimoine culturel immatériel Maison des Cultures du Monde à Vitré «Exposer les arts extra-européens

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts PROGRAMME DE COURS Pouvoir organisateur : Ville de Verviers Etablissement : Académie des Beaux-Arts Domaine des arts plastiques, visuels et d l espace Cours : Formation pluridisciplinaire Filière : formation

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005

CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005 CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005 Objet : semaine d éducation au développement durable «Mon assiette» du 10 au 18 novembre 2005 Réseaux : Tous Niveaux et services : SECONDAIRE et PRIMAIRE Période : Année

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

(1) Le conseil municipal privilégie :

(1) Le conseil municipal privilégie : 2.13 PATRIMOINE ET CULTURE Préambule Les attraits historiques et culturels de Fredericton au nombre desquels il faut compter son emplacement, ses bâtiments, ses lieux, ses établissements culturels et son

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous IFAP-2014/COUNCIL.VIII/Inf.10 Paris, le 27 mars 2014 Original anglais Distribution limitée Huitième session Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous 19-20 mai 2014 Maison de l UNESCO,

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario

Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Consultation sur l aménagement linguistique dans les écoles de langue française en Ontario Questions pour les entrevues individuelles Et réponses en lien avec les objectifs du Plan stratégique sur l éducation

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de M. Koïchiro Matsuura

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de M. Koïchiro Matsuura DG/2004/097 Original : français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Discours de M. Koïchiro Matsuura Directeur général de l Organisation des Nations Unies pour l éducation,

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la Conférence mondiale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) Lyon, 11-13 février 2009

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la Conférence mondiale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) Lyon, 11-13 février 2009 Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la Conférence mondiale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) Lyon, 11-13 février 2009 Présentation du rapport général : synthèse A Le contexte

Plus en détail

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Note d information La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée par l Assemblée Générales

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

DIRECTIVES VOLONTAIRES

DIRECTIVES VOLONTAIRES DIRECTIVES VOLONTAIRES à l appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale Adoptées à la cent vingt-septième session du

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE Plan de la présentation Élaboration du projet de politique Objet de la Politique Fondements de la Politique Définition de patrimoine Axes d intervention 1 Élaboration

Plus en détail

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays.

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays. PLAN DU SÉMINAIRE Guide de bonnes pratiques en matière de développement dans les pays les plus défavorisés de l environnement Euro méditerranéen Education, Egalité entre hommes et femmes et Etat de droit

Plus en détail

Mandat du Rapporteur spécial sur les droits des populations autochtones.

Mandat du Rapporteur spécial sur les droits des populations autochtones. NATIONS UNIES HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME PROCEDURES SPECIALES DU CONSEIL DES DROITS DE L HOMME UNITED NATIONS OFFICE OF THE UNITED NATIONS HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

APPEL A CONSULTATIONS

APPEL A CONSULTATIONS APPEL A CONSULTATIONS DESCRIPTION DES FONCTIONS L UNESCO projette d élaborer un manuel pédagogique de référence pour la formation à la citoyenneté à destination des jeunes de 16 à 25 ans dans le cadre

Plus en détail

diversité des expressions culturelles

diversité des expressions culturelles CONVENTION sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles Paris, le 20 octobre 2005 La Conférence générale de l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science

Plus en détail

Lignes Directrices. Date limite de dépôt de candidature: 20 octobre 2012-12:00 (GMT +1)

Lignes Directrices. Date limite de dépôt de candidature: 20 octobre 2012-12:00 (GMT +1) Formation et mise en réseau en marketing, distribution, financement et media numériques pour producteurs méditerranéens de documentaires et de longmétrages Lignes Directrices Date limite de dépôt de candidature:

Plus en détail

BUREAU DE L UNESCO POUR L ALGÉRIE, LA MAURITANIE, LE MAROC ET LA TUNISIE STRATÉGIE OPÉRATIONNELLE

BUREAU DE L UNESCO POUR L ALGÉRIE, LA MAURITANIE, LE MAROC ET LA TUNISIE STRATÉGIE OPÉRATIONNELLE 1 BUREAU DE L UNESCO POUR L ALGÉRIE, LA MAURITANIE, LE MAROC ET LA TUNISIE STRATÉGIE OPÉRATIONNELLE 2014-2017 2 3 L UNESCO SES MISSIONS Organisation des Nations Unies pour l Education, la Science et la

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Les maisons de quartier : Un atout pour le développement social. Préparé par B. AZZAM

Les maisons de quartier : Un atout pour le développement social. Préparé par B. AZZAM Préparé par B. AZZAM Les principaux axes de l exposé : Pourquoi des maisons de quartier à Agadir? La mise en place des maisons de quartier; Les résultats obtenus après la mise en service des maisons de

Plus en détail

Trophées Maroc du Tourisme Responsable

Trophées Maroc du Tourisme Responsable «Maroc, pour un Tourisme Responsable» Trophées Maroc du Tourisme Responsable - Edition 2010 - Dossier de participation Préambule Dans le cadre de la dynamique existante et générée par la stratégie nationale

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, conformément à l article 15.b du Statut du Conseil de l Europe, Recommandation CM/Rec(2009)4 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l éducation des Roms et des Gens du voyage en Europe (adoptée par le Comité des Ministres le 17 juin 2009, à la 1061e réunion

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Groupe de rédaction sur l éducation et la formation aux droits de l homme: programme de travail

Groupe de rédaction sur l éducation et la formation aux droits de l homme: programme de travail Comité consultatif du Conseil des droits de l homme Recommandation 1/1. Groupe de rédaction sur l éducation et la formation aux droits de l homme: programme de travail Le Comité consultatif du Conseil

Plus en détail