MUNUS OU LA COMMUNICATION. L'ÉTYMOLOGIE COMME HEURISTIQUE. Yves Winkin Université de Liège Professeur invité à l'ens Fontenay

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MUNUS OU LA COMMUNICATION. L'ÉTYMOLOGIE COMME HEURISTIQUE. Yves Winkin Université de Liège Professeur invité à l'ens Fontenay"

Transcription

1 MUNUS OU LA COMMUNICATION. L'ÉTYMOLOGIE COMME HEURISTIQUE Yves Winkin Université de Liège Professeur invité à l'ens Fontenay Résumé : En s'appuyant sur l'article fondateur de Bernard Darras (MEI, n 1), l'auteur se propose de faire de l'étymologie du terme communication un instrument d'élaboration conceptuelle. Il en vient ainsi à suggérer que le don/contre-don gît au cœur de la communication, qu'il redéfinit comme économie archaïque de la vie quotidienne. Une nouvelle piste de réflexion s'entrouvre. La communication de l'objet à l'instrument de connaissance Pourquoi s échiner à domestiquer une notion qui ne demande apparemment qu à retourner à l état sauvage? En d autres termes, si l on essaye de construire la communication, c est-à-dire d en faire un objet scientifique, ne serait-il pas plus simple de se débarrasser tout de suite d un mot aussi lesté que communication? La communication est avant tout un objet de connaissance : tenter d en faire un instrument de connaissance, n est-ce pas courir le risque de substituer simplement à la doxa naïve de sens commun la doxa du sens commun savant, qui donne sous le nom de science une simple transcription du discours de sens commun? Ce danger, rappelé maintes fois par Pierre Bourdieu 1, ne peut être écarté d emblée, mais le pari que je fais en cherchant malgré tout à faire de la notion de communication un instrument de pensée, repose sur l'idée que la prise de risque est préférable à l'assoupissement. 1 Les citations sont empruntées au superbe texte pédagogique de P. Bourdieu, La pratique de l anthropologie réflexive. Introduction au séminaire de l Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris (octobre 1987), in P. Bourdieu avec L.J.D. Wacquant, Réponses, Paris, Ed. du Seuil, 1992, respectivement p. 216 (chapitre 3 : Un doute radical ) et p. 217 (chapitre 4 : Double bind et conversion ). L amorce de cette réflexion se trouve dans P. Bourdieu, J.-Cl. Chamboredon et J.-Cl. Passeron, Le métier de sociologue, Paris/La Haye, Mouton,

2 Munus ou la communication... Pour atteindre mon objectif, je voudrais pénétrer au plus profond du mot communication lui-même. Pas de substantialisme ici : il s'agit seulement de se donner les premiers moyens de penser le terme, en puisant dans ses ressources étymologiques et sémantiques. Pas question de chercher à reconstituer l histoire complète du mot des origines à nos jours : l histoire ne servira pas la philologie mais l imagination conceptuelle. Munus : d Émile Benveniste à Paul Veyne Depuis quelques années, le public de langue française dispose d un superbe outil de travail, clair, efficace, synthétique, pour entrer dans l histoire des signes et des idées : c est le Dictionnaire historique de la langue française, dirigé par Alain Rey (Paris, Dictionnaires le Robert, 1992). Il suffit de l ouvrir à Communication : tout est dit 1. La tentation est grande de reprendre l explication in extenso : Communication n.f. est emprunté (fin XIIIe - déb. XIVe s) au dérivé latin communication, mise en commun, échange de propos, action de faire part. Il a été introduit en français avec le sens général de manière d être ensemble et envisagé dès l ancien français comme un mode privilégié de relations sociales (v. 1370). Son expansion s est faite avec le sens métonymique de chose communiquée (1507) et diverses acceptions spéciales dans les vocabulaires théologique (av. 1662, communication avec Dieu), juridique, médical, physique (1753, communication du mouvement). Le mot, comme le verbe communiquer, a connu un essor particulier dans le domaine de la publicité et des médias (techniques de communication), alors influencé par l anglais communication. Nous sommes déjà à la fin du XXe siècle. Il faut revenir aux origines du mot, qui sont assez étonnantes. Communication signifie d abord mise en commun, comme communiquer signifie avoir part, partager. La synonymie est d ailleurs quasi totale avec communion et communier, à ceci près que ces deux derniers mots vont peu à peu ressortir uniquement au vocabulaire de la liturgie chrétienne. Mais les quatre mots entretiennent un rapport étroit avec communis, qui se décompose assez logiquement en com ( avec ) et 1 Dans La Nouvelle Communication, j avais déjà très brièvement évoqué cette histoire du mot (pp ). Je m étais classiquement promené dans Godefroy, Huguet, Littré, Imbs, etc. Le Robert historique n autorise pas le philologue à faire l économie d un examen des dictionnaires d époque (Nicot, Furetière, Trévoux, Richelet) ou des éditions successives du dictionnaire de l Académie française. Mais il permet à l anthropologue d avancer rapidement avec quelque assurance. 48

3 munis. Celui-ci est la forme adjective de munus, un substantif assez polysémique que l on retrouve dans de nombreux mots de la langue française, de munificence à municipalité, d immunité à rémunération. Il faut s y arrêter et prendre le temps de l explorer à fond 1. Les munera civilia, ce sont les fonctions publiques. Le premier sens de munus est celui de charge, d office, de rôle (officiel), qui entraîne l obligation, de tâche (militaire, par exemple) et finalement, de services rendus, de bons offices. Munus en vient ainsi à signifier la faveur, le don, le cadeau que l on fait (non que l on reçoit). Enfin, de façon plus curieuse, munus, c est encore le spectacle public, les jeux, tout particulièrement les combats de gladiateurs 2. Comment intégrer ces acceptions apparemment divergentes? C est Émile Benveniste qui fournit une première clé : On désigne par munus, dans les charges du magistrat, les spectacles et les jeux. La notion d échange est impliquée par là. En nommant quelqu un magistrat, on lui donne avantages et honneurs. Cela l oblige en retour à des contre-prestations, sous forme de dépenses en particulier pour les spectacles, justifiant ainsi cette charge officielle comme échange (...) Si munus est un don qui oblige à un échange, immunis est celui qui ne remplit pas cette obligation de restituer (...). Quand ce système de compensation joue à l intérieur d un même cercle, il détermine une communauté, un ensemble d hommes unis par ce lien de réciprocité. 3 Ce que Benveniste rend parfaitement clair, c est l ensemble des relations entre les différents sens de munus : la charge officielle est une faveur publique que l on rend par des cadeaux au public. Par les termes qu il utilise ( contre-prestations, système de compensation, lieu de réciprocité ), Benveniste raisonne autant en sociologue qu en linguiste ou du moins en chercheur qui reconnaît sa dette à l égard de l Essai sur le Don, de Marcel Mauss. En 1951 déjà, Benveniste avait cherché à montrer que la démonstration de Mauss, fondée avant tout sur les sociétés 1 C est grâce à l article inaugural de la revue Mei, signé par Bernard Darras ( Editorial, Mei, n 1, 1993, pp. 3-5) que j ai découvert les possibilité de munus. Le présent texte lui doit beaucoup. 2 Explications empruntées au bon vieux F. Goffiot, Dictionnaire illustré latin français, Paris, Hachette, E. Benveniste, Le Vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Ed. de Minuit, 1969, tome 1, p

4 Munus ou la communication... archaïques, pouvait être vérifiée pour les sociétés anciennes à partir du vocabulaire des langues indo-européennes 1. Consacrant une page aux différents sens de munus, Benveniste conclut en des termes très proches de ceux évoqués il y a un instant : En acceptant un munus, on contracte une obligation de s acquitter à titre public par une distribution de faveurs ou de privilèges ou par des jeux offerts, etc. Le mot enferme la double valeur de charge conférée comme une distinction et de donations imposées en retour. Là est le fondement de la communauté, puisque communis signifie littéralement qui prend part aux munia ou munera, chaque membre du groupe est astreint à rendre dans la mesure même où il reçoit. Charges et privilèges sont les deux faces de la même chose, et cette alternance constitue la communauté. 2 La démonstration est très séduisante, mais on peut se demander si Benveniste ne cherche pas à tout prix à confirmer l idée de base de l Essai sur le Don. Lorsqu on ne cite que le Vocabulaire, d où la référence à Mauss est absente, le rapport entre munus et communauté semble indiscutable : il semble surgir tout droit de l étymologie profonde. Mais en juxtaposant les deux textes, qui sont quasi identiques, on commence à se dire que le second est maussien sans oser l avouer et qu il faut dès lors chercher à nuancer l analyse. Lorsqu on se tourne vers un historien de la société romaine aussi respecté que Paul Veyne, on s aperçoit que la réalité du munus est plus complexe que celle proposée par Benveniste notamment en raison de son évolution de la République à l Empire. Le munus est au cœur de l analyse de l évergétisme antique (non seulement romain mais également grec) que propose Veyne dans Le Pain et le Cirque 3. L évergétisme est cette institution consistant pour l évergète (un homme politique, un magistrat, sinon un simple patricien) à faire des cadeaux à la plèbe : ces évergésies prennent le plus souvent la forme de spectacles de gladiateurs au point que munus en devienne synonyme mais elles peuvent 1 E. Benveniste, Don et échange dans le vocabulaire indo-européen, repris dans Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris, Gallimard, 1966, pp Original : L année sociologique, E. Benveniste, art. cit., p P. Veyne, Le Pain et le Cirque, Paris, Ed. du Seuil,

5 également consister en distribution de pièces de monnaie ou en festins. Ce sont des dons gratuits : la réciprocité n est pas inscrite dans l institution évergétique, selon Veyne (qui n est donc guère maussien, tout en proposant une sociologie du don pour analyser l évergétisme), mais ces cadeaux vont avoir des effets sur le peuple, qui va réagir en retour. D où un glissement progressif du sens de ces munera (ou muneris). Sous la République, les combats de gladiateurs font partie des cérémonies funéraires des grandes familles ; ils sont ouverts au public, qui ne s en prive pas : Alors le peuple devient le véritable destinataire de ces spectacles, plus que la mémoire du défunt : donner des gladiateurs devient le meilleur moyen de se rendre populaire ; de jeux funèbres, les gladiateurs deviennent ainsi un cadeau que l on fait au peuple, un munus : voilà comment ce mot a pris le sens de spectacle de gladiateurs. 1 L explication de Veyne est moins gracieuse que celle de Benveniste. Il y a toujours don et contre-don : à l offre de jeux correspond la reconnaissance populaire. Mais la réciprocité n est guère équilibrée et la motivation n est guère honnête : le munus est offert en échange de votes : Comment passer, de ces largesses funéraires, à la corruption électorale? De deux manières : les futurs retardaient la célébration de leur munus jusqu à l année de leur candidature et ils conviaient à leurs largesses, comme c était précisément l usage, toute la plèbe ou du moins tous les membres de leur circonscription électorale, de leur tribu 2. En fait, Benveniste envisage le munus initial comme le cadeau que fait le peuple à un élu en lui offrant une charge publique, tandis que Veyne part de l étape suivante : le cadeau fait au peuple par l homme public, qui achète ainsi sa prochaine élection. Ce décalage dans le séquençage produit deux visions différentes du munus. Peu importe, pourrait-on dire, l essentiel n est pas dans le sens historique précis de munus et précis, ce sens ne pourra de toute manière l être, puisqu il a évolué au fil des siècles. L essentiel, en effet, est ailleurs, mais il est loin d être inutile, à mon avis, de 1 P. Veyne, op. cit., p P. Veyne, op. cit., p

6 Munus ou la communication... troubler quelque peu l image idéalisée du terme offerte par Benveniste grâce à quelques emprunts plus réalistes à Veyne. L essentiel est de faire surgir munus, au double sens de charge (que l on reçoit) et de cadeau (que l on donne), au cœur du mot communication. On comprend mieux ainsi pourquoi le communication du Moyen Age désigne un mode privilégié de relations sociales, comme dit le Robert historique, pourquoi communication et communion sont longtemps interchangeables, pourquoi la communauté est fondée sur le cercle que sa réciprocité engendre, comme dit Olivier Clain en faisant écho à Benveniste 1. Curieusement, alors que la littérature sur la communication continue à enfler de façon exponentielle, ce rapport entre don/contre-don et communication n a guère été souligné. Or il peut se révéler d une grande portée heuristique c est du moins le pari que je vais essayer de tenir. La communication comme économie archaïque de la vie quotidienne La communication, c est ce mécanisme complexe de dons qui appellent des contre-dons par une espèce de force contraignante, pour citer à nouveau Benveniste à propos de munus 2. La communication fonde la communauté obligeant ses membres à donner, rendre et recevoir. Mais si Benveniste insiste bien sur la dimension sociologique du munus, qui n est pas d ordre interpersonnel mais institutionnel, il semble envisager la communauté comme un ensemble d hommes où règne un plein équilibre des dons et contre-dons : chaque membre du groupe est astreint à rendre dans la mesure même où il reçoit 3. La communauté et la communication qui l institue semblent fondamentalement iréniques. Chez Veyne, par contre, le munus, c est pour faire de la politique, et s imposer au sommet de la société romaine. Le panem et 1 L adjectif latin communis et le terme gothique gamains furent formés à partir du mot ancien munus, désignant la charge en tant qu elle met son détenteur en position de débiteur à l endroit de ceux dont il l a reçue. C est à cet échange inaugural, sur le modèle de celui analysé par Mauss, que renvoie dans ces langues le terme de commun et c est le cercle que sa réciprocité engendre qu on vise par celui de communauté (Olivier Clain, article Communauté, Encyclopédie philosophique universelle, tome 1, Paris, P.U.F., 1990, p E. Benveniste, Le Vocabulaire des institutions indo-européennes, op. cit., p E. Benveniste, Don et échange dans le vocabulaire indo-européen, art. cit., p

7 circenses sert à gagner la vox populi. Les dons obligent toujours, mais la compétition a gagné les hommes engagés dans le système de compensation : pour éviter la surenchère entre collègues, Auguste décida qu un prêteur ne pourrait verser plus que l autre pour ses jeux 1. L analyse est beaucoup plus crue, tout en ne reniant pas la double face du munus. La communication peut encore être envisagée comme un processus de dons/contre-dons mais il faut admettre qu il y a des cadeaux plus chers que d autres. La communauté fait place à l État, qui se présente moins sous la forme d un cercle que d un fléau. Il faut garder présentes à l esprit ces deux visions possibles de la communication comme don/contre-don. Parce que l histoire sémantique va les faire disparaître. En effet, on l a brièvement vu plus haut, à partir du XVIe siècle, communication s étend, métonymiquement du côté de la chose communiquée, tandis que communiquer devient transitif direct et commence à signifier transmettre (une nouvelle), propager (une maladie), faire partager (un sentiment). Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, il semble que toutes les significations existentielles de communication, proches de manière d être ensemble, se recroquevillent et se réfugient auprès de communion et de communauté. Communication semble désigner de plus en plus le moyen même de passer d un lieu dans un autre. Les voies et les moyens de communication apparaissent, tandis que les tubes, les vases, les chambres, les portes se mettent à communiquer. On trouve même dans le Littré cette phrase de Voltaire, datée de 1775 : Mon préservatif est de n avoir aucune communication avec les pestiférés. Il ne s agit pas, bien sûr, de rapport sexuel (comme un sens particulier de communication au XIVe siècle aurait permis de le laisser croire) mais de contact, de mouvement, de rapprochement. Le sens de transmission se renforce encore au XIXe siècle lorsque communication s écrit de plus en plus au pluriel ( Ministère des Communications ). Au XXe siècle, sous l influence anglo-saxonne, le terme en vient à désigner prioritairement les médias et à perdre son s. La communication, aujourd hui, c est l ensemble des réseaux et des systèmes de transmission d informations 2. Cette description de l évolution sémantique du mot reste très approximative. Les dictionnaires historiques ne nous disent en effet 1 P. Veyne, Le Pain et le Cirque, op. cit., p. 500, note Pour prendre un exemple récent de cette acception : Au seuil du troisième millénaire, la communication reste bien un enjeu politique central qui mobilise chaque jour davantage l attention des citoyens. (A. Mattelart, Les nouveaux scénarios de la communication mondiale, Le Monde Diplomatique, août 1995, p. 25). 53

8 Munus ou la communication... jamais si les sens anciens s éteignent, étouffés par les significations nouvelles, ou si celles-ci ne sont utilisées qu au sein de groupes privilégiés (par l argent, la culture, la science), tandis que ceux-là perdurent, par exemple, au sein des milieux populaires, ruraux ou insulaires 1. Les dictionnaires ne nous disent pas plus comment s opèrent la spécialisation des mots. Hypothèse : tandis que communion se réfugiait dans le giron de l Église, communication se technologisait de plus en plus et communauté continuait à osciller entre les deux pôles religieux et profane. Communisme émerge à la fin du XVIIIe siècle (bien avant Marx), lesté des éléments de sens abandonnés par communication et conservés par communauté. Hypothèse encore : tout se passe comme si le sens contemporain de communication était une neutralisation du sens ancien : une transmission est un don qui n ose s assumer comme tel et qui annule l obligation de son contre-don ; mais tout se passe aussi comme si le sens ancien continuait à être présent, non seulement dans l anecdotique excommunication, mais encore, plus fondamentalement, dans tous les emplois intransitifs du verbe et singuliers du substantif. On veut parler de transmission ; on parle en fait de rapports, de relations, d échanges. Le cercle de la réciprocité est toujours là, à commencer par celui de l engagement dans la conversation. Hypothèse toujours : l économie archaïque, comme l économie des biens symboliques, ne peut reconnaître ses fins économiques ; elles reposent toutes deux sur une dénégation de leur réalité objective 2. Les rapports de don/contre-don qui sont au cœur de la communication sont une forme d économie archaïque évoluant au sein de la société contemporaine, au même titre que les rapports entre agents dans le champ des biens symboliques. Le même 1 Pour repérer l évolution des mots, les dictionnaires examinent un certain nombre de textes de référence, qui sont utilisés comme des baromètres sémantiques de leur époque. Le travail d analyse de ces textes est si énorme que les dictionnaires ne renouvellent guère leur corpus. C est ainsi que l on retrouve partout les mêmes citations, parce que Le Robert (1992) a repris le Trésor de la langue française ( ) qui a puisé dans Le Littré ( ), etc. En ce qui concerne précisément les sens anciens du mot communication, c est toujours les traductions d Aristote de Nicole Oresme (aux environs de 1370) qui sont citées, tandis que les sens modernes sont repérés chez Calvin ou chez Amyot pour le XVIe siècle, chez Bossuet pour le XVIIe, etc. La phrase tirée du Dictionnaire universel de F. Furetière (1ère éd., 1960), l aimant communique sa vertu au fer, se répète de dictionnaire en dictionnaire, tel un écho toujours réactivé... 2 Ce sont là, très grossièrement résumées pour les besoins de la cause, les positions de Bourdieu dans Le sens pratique, Paris, Ed. de Minuit, pp ou, plus récemment, dans Raisons pratiques, Paris, Ed. du Seuil, pp ( L économie des biens symboliques ). 54

9 mécanisme de dénégation s y produit : il repose sur la substitution de l échange par la transmission. Communication désigne donc l'économie archaïque de la vie quotidienne, qui ne peut s énoncer comme telle sans risquer de perdre son efficacité. C est une institution sociale, qui oblige ses membres à donner, rendre et recevoir, créant et maintenant ainsi des cercles de tailles multiples, de l interaction fugitive à l organisation politique séculaire. Pas d irénisme à la Benveniste, cependant ; la communication est un évergétisme brutal à la Veyne, avec ses rapports de force, ses luttes et ses surenchères. Il semble donc possible de sortir des dictionnaires étymologiques une notion construite de communication, encore fragile, mais qui semble cohérente. Il faut maintenant la soumettre à l épreuve de la recherche empirique : la communication ainsi reconceptualisée contribue-t-elle positivement à l analyse anthropologique du monde social? La réponse sera nécessairement collective : l'invitation est lancée à la communauté des chercheurs en communication. 55

FAIRE DON : PHILANTHROPIE & CO

FAIRE DON : PHILANTHROPIE & CO FAIRE DON : PHILANTHROPIE & CO Appel à propositions de la revue ethnographiques.org Date limite de soumission : 15 janvier 2016 (Numéro à paraître printemps 2017) Depuis une vingtaine d années, les pratiques

Plus en détail

La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique

La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique Mathieu Albert, Ph.D. Université de Toronto Ontario, Canada Résumé La définition des critères de scientificité fait

Plus en détail

Cartel d identification de l oeuvre

Cartel d identification de l oeuvre Visuel Cartel d identification de l oeuvre Auteur : Les Romains Période d activité : Antiquité romaine Titre : Les jeux du cirque Date de création : Antiquité romaine Techniques : combats de gladiateurs,

Plus en détail

OLIVIER BOBINEAU : L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES RELIGIONS

OLIVIER BOBINEAU : L APPROCHE SOCIOLOGIQUE DES RELIGIONS OLIVIERBOBINEAU:L APPROCHESOCIOLOGIQUEDESRELIGIONS Nousestimerionsquenosrecherchesneméritentpasune heuredepeinesiellesnedevaientavoirqu unintérêt spéculatif Durkheim,LaDivisionduTravailSocial,Introduction(1895).

Plus en détail

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique

FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique FICHE N 13 Lire, écrire, se cultiver grâce à un réseau social numérique Delphine Regnard, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Lycée, terminale (latin) Autres niveaux et thèmes de programme

Plus en détail

CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS

CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS CRPE 2011 EPREUVE D ORAL BLANC POUR L ADMISSION AU CONCOURS DU CRPE DISCIPLINE DU FRANCAIS Domaine : Niveau : CM2 Connaissances et compétences : Compétences - rédiger un texte d une quinzaine de lignes

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Sommaire. PARTIE I : Le coaching : Qu est-ce que c est?... 7. PARTIE II : Qui sont les coachs?... 27. PARTIE III : Qui sont les coachés?...

Sommaire. PARTIE I : Le coaching : Qu est-ce que c est?... 7. PARTIE II : Qui sont les coachs?... 27. PARTIE III : Qui sont les coachés?... Sommaire PARTIE I : Le coaching : Qu est-ce que c est?... 7 1. Le coaching : définition... 8 2. Histoire du coaching : de mentor à aujourd hui... 10 3. Le coaching est-il un effet de mode?... 14 4. Le

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Par$e III : Rome. Thème 2 L EMPIRE : L EMPEREUR, LA VILLE, LA ROMANISATION. Pourquoi l Empire romain a- t- il duré aussi longtemps?

Par$e III : Rome. Thème 2 L EMPIRE : L EMPEREUR, LA VILLE, LA ROMANISATION. Pourquoi l Empire romain a- t- il duré aussi longtemps? Par$e III : Rome Thème 2 L EMPIRE : L EMPEREUR, LA VILLE, LA ROMANISATION Pourquoi l Empire romain a- t- il duré aussi longtemps? 1 Thème 2 L EMPIRE : L EMPEREUR, LA VILLE, LA ROMANISATION CAPACITÉS Connaître

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

Source : Petit Robert, Paris, Dictionnaires Robert, 1987

Source : Petit Robert, Paris, Dictionnaires Robert, 1987 Ressources unilingues La principale référence en matière de dictionnaire de français est incontestablement le Grand Robert de la langue française, qui n existe que sous forme imprimée ou sur cédérom. Edité

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE

LOGICIELS D'AIDE À L'ÉCRITURE DE CONTES APPROCHE DIDACTIQUE 133 LES : APPROCHE DIDACTIQUE Face aux divers logiciels d'enseignement, on se trouve actuellement face à une difficulté qui s'explique par l'évolution des logiciels. Les premiers didacticiels, mimant en

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Les archives, les archivistes et l archivistique

Les archives, les archivistes et l archivistique Chapitre Les archives, les archivistes et l archivistique Louise Gagnon-Arguin C est à l apparition de l écriture que remonte la naissance des archives et de l archivistique ainsi que de nouvelles occupations

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

Saisir les nuances des mots

Saisir les nuances des mots Leçon LA LECTURE 10 Histoire du sens des mots 1 EFFICACE Saisir les nuances des mots Leçon 10 Histoire du sens des mots Avertissement La présente leçon explique l importance du contexte historique dans

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais

Concours externe du Capes et Cafep-Capes. Section langues vivantes étrangères : anglais Concours externe du Capes et Cafep-Capes Section langues vivantes étrangères : anglais Notes de commentaires (Épreuves d admissibilité et d admission) À compter de la session 2014, les épreuves du concours

Plus en détail

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION Colloque FutuRIS du 21 juin 2007 QUELLES PERSPECTIVES POUR UN SYSTÈME FRANÇAIS de RECHERCHE et d'innovation en MUTATION? GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE?

VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? N 263 - DURAND-GUERRIER Viviane VOUS AVEZ DIT LOGIQUE? Il est fréquent de considérer que la logique formelle qui gouverne le raisonnement mathématique s oppose de manière radicale à la logique de sens

Plus en détail

CHAMP SOCIAL ÉDITIONS

CHAMP SOCIAL ÉDITIONS Les textes logiques de C. S. Peirce du Dictionnaire de J. M. Baldwin CHAMP SOCIAL ÉDITIONS Introduction générale Au cours des années quatre-vingt Gérard Deledalle a conçu l idée de mettre à la disposition

Plus en détail

cathédrale intellectuelle!

cathédrale intellectuelle! http://classiques.uqac.ca/ Les Classiques des sciences sociales Par Jean-Marie Tremblay, sociologue fondateur et président directeur-général 23 mai 2011. On m a demandé de vous écrire un petit mot sur

Plus en détail

Que les Grecs aillent se faire voir!

Que les Grecs aillent se faire voir! Que les Grecs aillent se faire voir! Collège Sainte Véronique Lentini Hugo, Machiels Yves, Meessen Julien et Moulet Olivier 5D 1 Que les Grecs aillent se faire voir! Si ce titre est un tantinet polémique,

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON

FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE III (HISTOIRE) : ROME CHAP II : L EMPIRE ROMAIN FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON Comment les empereurs ont-ils assuré-ils la stabilité et la paix de l Empire romain? Comment le modèle romain s

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

L Éthique de l hospitalité en maison de retraite

L Éthique de l hospitalité en maison de retraite Martine Chotard-Verne L Éthique de l hospitalité en maison de retraite Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

FICHES UE 2013-2014 LICENCE SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES HISTOIRE - L1

FICHES UE 2013-2014 LICENCE SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES HISTOIRE - L1 Contact Accueil Scolarité : Valérie SERIS Responsables pédagogiques : Juliette SIBON et Sandrine VICTOR Coordonnées CUFR Jean-François Champollion, Campus d'albi Place Verdun F 81012 Albi Cedex 9 Téléphone

Plus en détail

PLAN DE COURS FRANÇAIS LANGUE SECONDE FIA 330-1. Durée du cours : 330 heures Exigences préalables : Être scolarisé dans sa langue maternelle

PLAN DE COURS FRANÇAIS LANGUE SECONDE FIA 330-1. Durée du cours : 330 heures Exigences préalables : Être scolarisé dans sa langue maternelle FRANÇAIS LANGUE SECONDE FIA 330-1 Durée du cours : 330 heures Exigences préalables : Être scolarisé dans sa langue maternelle Le Québec est une province francophone, et à ce titre, l apprentissage du français

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

Généralité sur la cryptographie

Généralité sur la cryptographie 1.1 Introduction L origine de la cryptologie mot réside dans la Grèce antique. La cryptologie est un mot composé de deux éléments : «cryptos», qui signifie caché et «logos» qui signifie mot. La cryptologie

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

CORRIGÉ MCE GROUP. Proposition de barème sur 70 points. Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 La communication de MCE Group

CORRIGÉ MCE GROUP. Proposition de barème sur 70 points. Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 La communication de MCE Group CORRIGÉ MCE GROUP Proposition de barème sur 70 points Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 La communication de MCE Group Barème 16 points 1.1 Indiquer les types de communication utilisés par

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

Bilan de mission. Au collège : «Les clés de la culture»

Bilan de mission. Au collège : «Les clés de la culture» Bilan de mission Au collège : «Les clés de la culture» La co-intervention en 6 e La formation des Assistants pédagogiques Dans le R.A.R. : Accompagner le projet «chorale» par l histoire Histoire de Montpellier

Plus en détail

Tableau d honneur du MAUSS décerné à Jean-Marie Tremblay. [1]

Tableau d honneur du MAUSS décerné à Jean-Marie Tremblay. [1] Revue du MAUSS, vol 2, no 30, 2007, pp. 491-495. 320 pp. Tableau d honneur du MAUSS décerné à Jean-Marie Tremblay. [1] 1 Nous renouons ici avec la pratique initiée de manière très discontinue aux tout

Plus en détail

L AVIS N 002-ACC-SVC/15 DU 17 SEPTEMBRE 2015 DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE : UNE FORFAITURE HISTORIQUE. par Mme Rébecca Quionie BOWAO, Magistrat

L AVIS N 002-ACC-SVC/15 DU 17 SEPTEMBRE 2015 DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE : UNE FORFAITURE HISTORIQUE. par Mme Rébecca Quionie BOWAO, Magistrat L AVIS N 002-ACC-SVC/15 DU 17 SEPTEMBRE 2015 DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE : UNE FORFAITURE HISTORIQUE par Mme Rébecca Quionie BOWAO, Magistrat Présidente de l Association Mibeko Membre de la Commission

Plus en détail

Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle.

Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle. Intervention de Thierry LEPAON lors de la conférence de presse confédérale sur la formation professionnelle. La formation professionnelle constitue un atout pour la personne, pour l entreprise, pour la

Plus en détail

Le latin, instrument pédagogique pour tous

Le latin, instrument pédagogique pour tous Le latin, instrument pédagogique pour tous Francis Tilman Introduction 2 Du point de vue cognitif 2 Enjeu symbolique 4 Du point de vue culturel 4 Conclusion 5 Texte paru initialement dans Palamède. Bulletin

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007)

MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) MAITRISE DU LANGAGE ET DE LA LANGUE FRANCAISE au cycle 2 (programmes 2007) Ces tableaux reprennent les compétences des programmes 2007. Ils servent de référentiel commun à tous les enseignants du cycle

Plus en détail

Mathématiques Fiche pédagogique 1 / 5

Mathématiques Fiche pédagogique 1 / 5 Fiche pédagogique 1 / 5 Repères : Au Moyen Age, très peu de gens ont des notions de calcul, encore moins de géométrie ou d algèbre. Les mathématiciens grecs sont la référence ( Pythagore, Thalès ) pour

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Allocution de Monsieur Denis MATHEN, Gouverneur de la province de Namur. Congrès de la Fédération wallonne des Secrétaires de CPAS Anhée le 26/04/2012

Allocution de Monsieur Denis MATHEN, Gouverneur de la province de Namur. Congrès de la Fédération wallonne des Secrétaires de CPAS Anhée le 26/04/2012 Allocution de Monsieur Denis MATHEN, Gouverneur de la province de Namur Congrès de la Fédération wallonne des Secrétaires de CPAS Anhée le 26/04/2012 Monsieur le Bourgmestre, Monsieur le Président de CPAS

Plus en détail

Stage New Delhi octobre 2012

Stage New Delhi octobre 2012 Stage New Delhi octobre 2012 «L école du socle : donner du sens et des contenus à la continuité pédagogique» Enseignement de la langue française École : BO n 3-19 juin 2008 / BO n 1 du 5 janvier 2012 programmes

Plus en détail

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel.

Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. Permettez-moi de me présenter brièvement. Je travaille à la Télé-université ou la TÉLUQ. Je crois que c est bien là toujours son nom officiel. J appartiens à la direction des Services d édition. J y ai

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE... VII AVANT-PROPOS...XI A INTRODUCTION

TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE... VII AVANT-PROPOS...XI A INTRODUCTION TABLE DES MATIÈRES PRÉFACE............................................. VII AVANT-PROPOS........................................XI A INTRODUCTION Chapitre 1 Langage du droit et jurilinguistique..............3

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Commission fédérale du spectacle équestre de club AVIGNON, Palais des Papes Jeudi 22 janvier 2015 INTERVENTION : Pascal Marry LE SPECTACLE ET L

Commission fédérale du spectacle équestre de club AVIGNON, Palais des Papes Jeudi 22 janvier 2015 INTERVENTION : Pascal Marry LE SPECTACLE ET L Commission fédérale du spectacle équestre de club AVIGNON, Palais des Papes Jeudi 22 janvier 2015 INTERVENTION : Pascal Marry LE SPECTACLE ET L EQUITATION FRANCAISE DE TRADITION D abord, je veux remercier

Plus en détail

Typologie des dictionnaires généraux monolingues de la langue actuelle

Typologie des dictionnaires généraux monolingues de la langue actuelle Typologie des dictionnaires généraux monolingues de la langue actuelle JOSETTE REY-DEBOVE Dictionnaire (étym. lat. dictio unité d expression par le langage ). Le dictionnaire est une liste généralement

Plus en détail

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR Activités éducatives pour les 8 à 9 ans ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR HABILETÉS FINANCIÈRES ÉPARGNER UTILISER UN COMPTE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE FAIRE UN BUDGET SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

1. L UTILITÉ ET LA NOUVEAUTÉ RELATIVES DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES

1. L UTILITÉ ET LA NOUVEAUTÉ RELATIVES DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES Introduction 1. L UTILITÉ ET LA NOUVEAUTÉ RELATIVES DE LA DIDACTIQUE DES LANGUES Faut-il rappeler que l on n a pas attendu les professeurs, les didacticiens, les manuels, les laboratoires et les multimédias,

Plus en détail

Réglement intérieur. Ecole de Musique Conservatoire à rayonnement communal. La Source 38 avenue Lénine - 38600 Fontaine

Réglement intérieur. Ecole de Musique Conservatoire à rayonnement communal. La Source 38 avenue Lénine - 38600 Fontaine Réglement intérieur Ecole de Musique Conservatoire à rayonnement communal La Source 38 avenue Lénine - 38600 Fontaine www.lasource-fontaine.eu/ecoledemusique tel : 04.76.28.76.80 I - STATUTS Le conservatoire

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Les soins infirmiers, un art ou une science?

Les soins infirmiers, un art ou une science? Les soins infirmiers, un art ou une science? Si les soins infirmiers sont aujourd hui reconnus comme étant un art qui peut être étudié dans le cadre des sciences de l homme et de la société, peuvent-ils

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

Plan. Introduction a) Principes des activités proposées b) Préalables

Plan. Introduction a) Principes des activités proposées b) Préalables Plan Introduction a) Principes des activités proposées b) Préalables 2. Catégoriser dans le domaine de la langue 2.1. Catégoriser des albums de littérature MS et GS 2.2. Catégoriser des verbes GS 2.2.1.

Plus en détail

8 MONNAIE ET POLITIQUES MONÉTAIRES

8 MONNAIE ET POLITIQUES MONÉTAIRES INTRODUCTION Toutes les opérations économiques nous confrontent à l usage de la monnaie. En tant qu instrument de paiement, elle fait partie de l expérience quotidienne de chaque individu. La détention

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Mesdames Messieurs, ***********

Mesdames Messieurs, *********** Mesdames Messieurs, J'ai le plaisir, une nouvelle fois de faire le bilan de l'activité de l'observatoire Jurassien des Enfants Victimes de maltraitance, dans le cadre de notre Assemblée Générale annuelle.

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Frédéric COMPIN Dictionnaire pragmatique de comptabilité. Démarche méthodologique

Frédéric COMPIN Dictionnaire pragmatique de comptabilité. Démarche méthodologique Démarche méthodologique Reprenant la suggestion de WITTGENSTEIN «pose-toi la question à quelle occasion, dans quel but disons-nous cela? Quelles façons d agir accompagnent ces mots Dans quelles scènes

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le 22/10/2012. I Souvenirs. - d un grand renouveau dans l Eglise- l église. Les chrétiens aspiraient à ce renouveau. On

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final Observations d AVOCATS.BE concernant le projet de loi modifiant le droit de la procédure civile et portant des dispositions diverses en matière de justice (Doc. parl., Chambre, 54/1219) en ce qui concerne

Plus en détail

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE

COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE 1 COMPTE RENDU OU NOTES DE LECTURE SUR LA LITTERATURE ORALE AFRICAINE Christiane SEYDOU : «Comment définir le genre épique? Un exemple : l épopée africaine» in JASO Journal of the Anthroplogical Society

Plus en détail

Mémoire de recherche (M2 italien)

Mémoire de recherche (M2 italien) Université Nice-Sophia Antipolis Département d italien Mémoire de recherche (M2 italien) Le mémoire de recherche représente le terme d une formation spécialisée et, en même temps, le premier stade d une

Plus en détail

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs

L analyse d entretiens de recherche qualitatifs L analyse d entretiens de recherche qualitatifs Annie Gendron, M.Ps. Candidate au doctorat en psychologie, UQTR Natacha Brunelle, Ph.D. Professeure au département de psychoéducation, UQTR 19 mars 2010

Plus en détail

BIBLIOGRAPHIE DE REFERENCE

BIBLIOGRAPHIE DE REFERENCE Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche CAPES EXTERNE DE LETTRES MODERNES BIBLIOGRAPHIE DE REFERENCE EPREUVE DE FRANÇAIS MODERNE Gérard Petit 2006 Bibliographie

Plus en détail

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne SECTION CANADIENNE Québec, le 5 juillet 2008 ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne En tant que présidente de la section canadienne

Plus en détail

Les formations à l université Stendhal

Les formations à l université Stendhal Les formations à l université Stendhal Une palette innovante et diversifiée L université Stendhal propose une palette diversifiée de formations à travers ses 5 Unités de formation et de recherche (UFR)

Plus en détail

Préparation de la visite. Visite symbolique et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e (collège) Visites éducatives de la Sagrada Família

Préparation de la visite. Visite symbolique et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e (collège) Visites éducatives de la Sagrada Família Visites éducatives de la Sagrada Família Préparation de la visite. Visite et spirituelle Groupes: 6 e, 5 e, 4 e et 3 e () 1 0. À la découverte de l église La Sagrada Família ouvre ses portes au regard

Plus en détail

Une enquête linguistique universelle (1)

Une enquête linguistique universelle (1) Une enquête linguistique universelle (1) Le mouvement de la civilisation entraîne naturellement l élimination des langues parlées par des groupes d hommes petits et sans influence; de même, dans une communauté

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE

PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE PROJET DE POLITIQUE DU PATRIMOINE Plan de la présentation Élaboration du projet de politique Objet de la Politique Fondements de la Politique Définition de patrimoine Axes d intervention 1 Élaboration

Plus en détail

«Les croyances partagées et la question du lien social»

«Les croyances partagées et la question du lien social» «Les croyances partagées et la question du lien social» Anne Mélice Conférence dans le cadre de la Table ronde sur «Le Vodou en Haïti, facteur de cohésion sociale?», organisée par l asbl Liège aide Haïti

Plus en détail

PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS 2014-2017 MASTER «SCIENCES DES RELIGIONS ET SOCIÉTÉS» ENSEIGNEMENT À DISTANCE

PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS 2014-2017 MASTER «SCIENCES DES RELIGIONS ET SOCIÉTÉS» ENSEIGNEMENT À DISTANCE PROGRAMME DES ENSEIGNEMENTS 2014-2017 MASTER «SCIENCES DES RELIGIONS ET SOCIÉTÉS» ENSEIGNEMENT À DISTANCE - Judaïsme - Christianisme - Islam - Laïcité - Histoire - Éthique - Épistémologie - Langue - Sociologie

Plus en détail

Thèmes et situations : Produits et services. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Produits et services. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : CFP Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Produits et services Fiche pédagogique

Plus en détail

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines

Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Recommandations pour la rédaction du mémoire de MASTER 1 ère année en psychologie sociale, du travail et ressources humaines Isabel Urdapilleta Responsable Pédagogique du Master 1 psychologie sociale,

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail