Les Carnets Nivernais du Développement Durable. L eau, notre patrimoine commun. Agir pour le préserver.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Carnets Nivernais du Développement Durable. L eau, notre patrimoine commun. Agir pour le préserver. www.cg58.fr"

Transcription

1 Les Carnets Nivernais du Développement Durable L eau, notre patrimoine commun. Agir pour le préserver

2 Une synthèse documentaire préparée par les services du Conseil Général Coordination : Service Information - Documentation - Conseil Impression : Service Conception Graphique et Imprimerie du Conseil Général de la Nièvre sur papier issu des forêts gérées durablement Mai 2013

3 INTRODUCTION... 5 I LA TERRE : LA PLANETE BLEUE... 6 A) L eau sur la terre...6 B) L eau est indispensable à la vie...8 C) Inondations, sécheresses, changements climatiques connaître pour agir?...9 II L EAU, UNE RESSOURCE FINIE A PARTAGER A) Répartition déséquilibrée dans le monde B) L eau, source de conflits C) Des usages multiples et pas toujours cohérents D) L utilisation de l eau pour la production d énergie E) L eau et l industrie F) L eau et l agriculture, l irrigation G) L eau dans l habitation : les usages domestiques H) Mesurer l impact d une activité sur la ressource en eau - l empreinte eau III UN CADRE POUR UNE POLITIQUE DE L EAU A) Une réglementation européenne B) En France, un arsenal réglementaire au service de la protection et de la gestion de l eau C) Les Schémas Directeurs d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE), les Schémas d Aménagement et de Gestion de l Eau (SAGE) IV LA GESTION DE L EAU : DES ENJEUX FONDAMENTAUX ET DES DISPOSITIONS LEGISLATIVES, ORGANISATIONNELLES ET FINANCIERES A) Le rôle essentiel des Agences de l Eau B) L ONEMA le bras armé du ministre de l écologie C) La police des eaux : une compétence de l Etat pour faire respecter les règles de droit D) Les collectivités locales, au cœur de la politique de l eau E) L eau produit marchand V LES ENJEUX D UNE POLITIQUE DE L EAU CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE DES DOCUMENTS ET DES SITES INTERNET CONSULTES Articles et ouvrages Sites internet

4 2

5 L eau fait partie du patrimoine commun de la nation 1. 1 Extrait Code de l Environnement article L

6 4

7 INTRODUCTION Les questions liées à la ressource en eau sont devenues primordiales. Elles font souvent l actualité : pour un projet de barrage qui met en péril l équilibre d une région, lorsque des prélèvements ou des rejets dans un fleuve génèrent un conflit, quand la concomitance de sécheresses sur plusieurs régions de la planète entraîne la baisse du niveau mondial de production de produits agricoles. Assèchements, pollutions, disparitions d espèces aquatiques, eutrophisation, accélération de montées d eau, etc. les atteintes aux milieux aquatiques sont très souvent liées aux activités humaines. Des activités, des comportements, des aménagements génèrent des dommages qui, trop souvent, peuvent être qualifiés d irréversibles. L eau est l élément essentiel qui caractérise la planète Terre. Et, avant tout chose, elle est indispensable à la vie. La préservation de l eau doit constituer une priorité, à l échelle planétaire, comme à l échelle très locale. Mais comment aborder cette question de l eau? Entre la vision planétaire qui laisse quelquefois peu de place à l optimisme et la vision plus locale où nous oublions quelquefois le confort que représente l eau. L eau est une ressource précieuse et fragile et ses usages sont multiples. Les enjeux liés à l eau, élément naturel et vital pour l homme, sont très nombreux : - des enjeux sociaux pour un accès à l eau pour tous à un prix supportable. C est aussi l eau créatrice d emplois liés à la gestion, à l adduction, au traitement, à la restauration des zones humides, des cours d eau - des enjeux économiques par la nécessité de réduire les consommations et les impactssur le milieu tout en maintenant un niveau de production. Mais aussi au regard d une meilleure valorisation de la ressource. Le développement d une technicité sur les thématiques des économies d eau et de la réduction des pollutions peut également contribuer à l essor économique ; - des enjeux environnementaux au centre des préoccupations : la préservation des ressources en eau, des écosystèmes aquatiques, de la qualité de l eau représentent une priorité ; - des enjeux culturels et vitaux : l eau, base et ressourcement de toutes formes de vie. Dans cette perspective la question de la gouvernance est posée, avec l idée de la définition du rôle de chaque acteur, adaptée aux problématiques et au contexte local, avec des objectifs bien définis et mesurés dans le but d une amélioration continue pour préserver ce bien commun et indispensable à toute vie sur terre. 5

8 I) La terre : la planète bleue A) L eau sur la terre Parce que l eau est mise à notre disposition sans retenue, on en oublie parfois combien elle est essentielle à la vie sur terre. Des grands bassins océaniques d où elle s évapore, l eau régule en effet la température et le climat de la planète tout en offrant à la faune et à la flore des habitats d une très grande variété. Vue depuis l espace, la Terre paraît bleue, flottant telle une pierre précieuse dans une immensité noir de jais. C est la réflexion de la lumière solaire sur les océans qui donne à notre planète cet aspect de gemme bleue et, dans notre système solaire, elle est la seule à posséder de l eau à l état liquide en de telles quantités. Cette eau fut le berceau de la vie sur terre durant la majeure partie de son histoire, qui s étend sur 4,6 milliards d années. Les premières formes de vie de simples assemblages de molécules organiques ont évolué dans l eau et y sont restées, baignant dans une espèce de «soupe nutritive primitive» maintenue à une température propice. Puis la vie a évolué et s est diversifiée au cours des millénaires. Poissons, vers, amphibiens, reptiles, oiseaux, mammifères et toutes sortes de plantes ont commencé leur voyage évolutif dans les océans. D après ce que nous savons, c est la présence de l eau ainsi que certaines propriétés de notre planète qui ont permis cette éclosion de la vie. [4 ] La terre est appelée la planète bleue. Comme le montrent les photographies prises depuis l espace, le bleu est sa couleur dominante : la mer couvre les quatre cinquième de sa surface. Le volume d eau sur terre peut être exprimé en kilomètres cubes (1 km 3 =1 milliard de m 3 ). Il est estimé à millions de km 3. Ce volume reste constant, il demeure identique à ce qu il était lors de la formation des océans sur terre, il y a de cela plus de quatre milliards d années. Mais l eau sur la terre, c est 97,3 % d eau salée. Le volume d eau douce ne représente 41 millions de km 3 dont 29,5 millions sont gelés, autour des pôles. L eau inscrite dans ce mouvement perpétuel qu est le cycle de l eau représente environ 11,5 millions de km 3. La situation de l eau dans le monde - éléments clés En 2030 : 40 % d augmentation de la consommation d eau par individu. Quantité d eau douce renouvelable et disponible par habitant : : m : m : m 3 Population mondiale : : 2,5 milliards : 6 milliards : 8 milliards Villes > 10 millions d habitants : : : : 50 Source : rapport mondial pour le développement humain (PNUD)

9 La plus grande part de cette eau est contenue dans le sol. Le volume d eau des nappes souterraines est d environ 8 millions de km 3. L eau est présente dans des lacs ( km 3 ), dans les sols ( km 3 ), dans l air ( km 3 ), dans les fleuves et rivières ( km 3 ), dans les organismes vivants ( km 3 ). [3] [4] L eau suit un cycle constant autour de la Terre. Lorsque le Soleil chauffe la surface des océans, de la vapeur d eau s élève et forme des nuages. Ces derniers sont poussés par les vents et, quand les conditions sont réunies, ils se condensent et relâchent l eau sous forme de pluie, de neige ou de grêle. Ce processus, transformant l eau liquide des océans en gaz atmosphérique puis de nouveau en liquide, est connu sous le nom de «cycle hydrologique». Il est essentiel pour la vie sur les terres émergées qui, sans cela, seraient toutes stériles. 7

10 L eau est un liquide unique. Tandis que la plupart des corps augmentent de volume lorsqu on les chauffe et se contractent sous l action du froid, l eau réagit différemment. Lorsqu elle gèle, son volume s accroît de 9 % et sa densité diminue en conséquence, c est pourquoi la glace flotte. Si ce n était pas le cas, nous ne reconnaîtrions pas notre planète. La glace sombrerait au fonds des lacs, des mers et des océans, loin de la chaleur solaire. Les grands courants océaniques n existeraient pas, et les eaux chaudes tropicales ne remonteraient plus vers les régions polaires. Les tropiques seraient alors extrêmement chauds, les pôles glacés en permanence et les régions tempérées gelées une grande partie de l année. L eau est également un excellent solvant qui dissout tout particulièrement les sels. Le chlorure de sodium, par exemple, est fait d un ion sodium (Na+) et d un ion chlore (CI-), aux charges opposées importantes. Ces ions établissement des liens très forts donnant des cristaux de sel. Faiblement chargées, les molécules d eau sont attirées par ces charges et se mettent en grappe autour des ions de sel, affaiblissant leurs liens. Peu à peu, les cristaux se séparent et flottent librement parmi les molécules d eau : le sel est dissous. Enfin, l eau a une grande capacité à conserver la chaleur. Les océans stockent la chaleur des radiations solaires durant le jour et en été ; ils la perdent durant la nuit et en hiver. Comme le processus de réchauffement et de refroidissement de l eau est beaucoup plus lent que celui des terres, il en résulte que les océans ont un impact important sur elles en réduisant les écarts de températures, qui, sans cela, passeraient d un extrême à l autre. C est pourquoi les régions côtières ont un climat plus tempéré (océanique) que les terres situées au centre des continents (climats continentaux). De plus, les courants océaniques concourent à transporter la chaleur autour de la planète. Ainsi, si notre planète n était pas recouverte d océans, elle connaîtrait des températures brûlantes le jour et glaciales la nuit. [4 ] B) L eau est indispensable à la vie L eau est indispensable à toute forme de vie. Elle est présente dans tout organisme vivant, animal ou végétal. Sans eau toute forme de vie disparaît. Elle est le principal constituant de notre corps. La part de l eau contenue dans un organisme représente 75% chez un nourrisson. Ce chiffre descend avec l âge de l individu : elle est voisine de 55 % chez un vieillard. Elle est présente partout dans notre corps mais sa concentration varie en fonction des organes : elle n est que de 1% dans l ivoire des dents, mais de 90 % dans le plasma sanguin. 8

11 L eau apporte des sels minéraux (sodium, potassium, calcium, fer, magnésium et phosphore) et des oligo-éléments (iode, cuivre, fluor, chlore, zinc, cobalt, sélénium et manganèse). Ces éléments chimiques sont présents en quantité importante dans notre corps dont ils représentent 4 % du poids et un apport régulier est indispensable pour compenser les quantités que notre corps élimine. Une eau, des eaux Les caractéristiques d une eau est aussi celle des éléments qu elle contient. A ce titre des vertus de certaines sources sont connues depuis l antiquité. L eau du robinet constitue ainsi une source non négligeable de sels minéraux et d oligoéléments. En effet, dans son parcours naturels au contact des roches et du sol. Selon les régions, l eau présente des teneurs différentes pour ces différents composants. Elle sera riche en calcium dans les régions calcaires, mais très pauvre dans les régions granitiques. Elle peut être aussi très ferrugineuse dans certaines régions. [24] [26] L eau, vecteur de maladies Il aura fallu attendre le 19 e siècle pour comprendre, avec Pasteur, que l eau pouvait aussi transmettre des maladies, dont certaines pouvaient être mortelles. L eau représente sur une grande partie de la planète le premier vecteur de mortalité. L eau insalubre provoquerait plusieurs millions de victimes chaque année. Les maladies hydriques, notamment le choléra, les hépatites, la typhoïde tuent chaque année. Le nombre d enfants tués chaque année par la diarrhée est estimé à 1,5 millions. [24] [17] B) Inondations, sécheresses, changements climatiques connaître pour agir? Des évolutions notables à attendre du fait du changement climatique Les effets du changement climatique, visibles depuis plusieurs dizaines d années à l échelle planétaire, s observent aussi à l échelle nationale. Depuis 1980, la hausse des températures estivales est de 2,3 C en moyenne, avec une forte croissance de la variabilité, et l évapotranspiration en plaine a augmenté de 20 % à 30 % 2. En revanche, on ne note pas d évolution des précipitations moyennes annuelles, même si des tendances significatives (hausse ou baisse) apparaissent à l échelle saisonnière. Or, la poursuite du réchauffement climatique devrait faire peser des contraintes importantes sur les ressources en eau disponibles en France (en matière de quantité et de qualité). La majorité des modèles prospectifs utilisés et présentés dans le dernier rapport du GIEC 3 de 2008 table sur un réchauffement compris entre 1,4 et 2 C en moyenne 2 Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (2012), Le climat change. Agissons! La lettre aux élus, n 13, juin Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat a pour mission d évaluer les informations d ordre scientifique, technique et socioéconomiques nécessaires afin de mieux comprendre les risques du changement climatique liés à l activité humaine, afin de cerner ses conséquences et les moyens de s y adapter ou de l atténuer. 9

12 annuelle d ici 2050 en France 4. De plus, malgré les incertitudes en termes de répartition dans le temps et dans l espace, la quasi-totalité des projections disponibles indique, sous la latitude métropolitaine, une tendance à la baisse des précipitations moyennes, surtout en été et à l automne. Par conséquent, il est quasi certain que ces évolutions climatiques conduisent à une diminution des ressources en eau disponibles. Les incertitudes demeurent cependant sur les baisses effectives à attendre. Les simulations disponibles indiquent, selon les résultats fournis par BRL Ingénierie, une baisse globale du débit moyen annuel des cours d eau entre 10 % et 40 % sur toute la métropole d ici 2050, du fait de l augmentation significative de l évapotranspiration potentielle couplée à la diminution prévue des précipitations annuelles, ce qui induit une hausse de l aridité des bassins versants et une baisse générale de leur productivité. En outre, toujours selon BRL Ingénierie, une baisse générale des débits d étiage pour la majorité des bassins de la métropole serait à prévoir (5 % à 65 % de baisse pour le débit mensuel minimal quinquennal sec), ainsi qu une augmentation des jours d étiage dans l année 5. On peut également s attendre à ce que les épisodes de sécheresse deviennent plus intenses, plus longs et plus étendus spatialement 6. Enfin, s il faut rester très prudent sur une possible régionalisation des résultats, on peut distinguer des zones du territoire national potentiellement plus vulnérables que d autres. C est le cas par exemple pour les bassins Adour-Garonne et Seine-Normandie, qui nécessiteront une surveillance particulière dans les années à venir. [7] [28] Réduire l aléa hydraulique et les inondations À l origine des conséquences dommageables se trouve le phénomène de débordement d une inondation, qu il s agisse d un débordement de cours d eau, de mer, de nappe phréatique ou encore d un ruissellement en surface qui ne peut s infiltrer à l occasion de fortes pluies localisées ou généralisées. Historiquement et traditionnellement, pour lutter contre les inondations, on a cherché à retenir les eaux dans des barrages ou des réservoirs, dans des situations favorables au sein d un bassin versant et, quand c est possible, de gérer en temps réel la capacité de stockage, et donc de diminution de la crue, qu offrent de tels ouvrages. Dans ce cas, il faut pouvoir disposer d un dispositif d observation des cours d eau en temps réel et de modélisation de la propagation des crues et de l effet des ouvrages. Cette lutte a aussi conduit à construire des protections par digues et murettes, localisées sur les enjeux humains les plus sensibles, en particulier des villes (ce fut l âme même de la politique nationale décidée par la loi du 28 mai 1858 relative à l exécution des travaux destinés à mettre les villes à l abri des inondations, à la suite des crues généralisées de 1856 ayant 4 Selon les scénarios d émission de gaz à effet de serre A2 et B2 5 En hydrologie, l étiage correspond statistiquement à la période de l année où le débit d un cours d eau atteint son point le plus bas. 6 Travaux réalisés par le groupement BRL Ingénierie-Irstea-Météo-France dans le cadre du projet Explore 2070 (conclusions à paraître). 10

13 touché 55 départements français). Aujourd hui, la construction des ouvrages de protection présente certaines limites telles que l atteinte au paysage, les coûts importants générés par l entretien courant et les gros travaux sur ces ouvrages. De plus, plusieurs exemples de ruptures de digues démontrent que ces ouvrages n apportent pas la protection totale attendue par la population. En effet, la lutte contre les crues et les inondations est efficace tant que les ouvrages réussissent à retenir et contenir les eaux. Elle est limitée par le volume maximal de stockage des barrages ou la hauteur maximale des protections : son efficacité est réelle, mais limitée à certains niveaux de crue et certains évènements. Elle n est donc pas totale. Elle peut aggraver même la situation de plusieurs manières citées à titre d exemple : - les barrages, qui estompent le début d une crue et laissent croire aux communes situées en aval que la crue n est pas si grave, peuvent aussi se trouver pleins au moment du maximum et donc n avoir aucune efficacité ; - en cachant le début de la crue, ils raccourcissent les délais de réaction face à un évènement qui apparaît alors plus prompt à passer d un niveau bas à son niveau maximal ; - les digues et protection peuvent voir survenir une crue d une importance telle qu elle dépassera le sommet de l ouvrage et provoquera une inondation. Cette inondation peut être beaucoup plus grave et soudaine qu un simple débordement progressif de cours d eau, si la protection vient à céder par l effet de l érosion du ruissellement de l eau passant par-dessus l ouvrage. Les protections mal entretenues ou mal conçues peuvent aussi rompre ou laisser passer de l eau, avant que l eau atteigne le sommet. Elles conduisent aussi à accumuler l eau de pluie tombée sur l espace qu elles protègent si des systèmes d exhaure correctement dimensionnés, et donc coûteux, ne sont pas prévus en cas de pluie. La réalisation de protection reste d actualité et représente des coûts d investissement et de fonctionnement de plus en plus lourds pour les territoires exposés. À titre d exemple, on constate que les propriétaires des terrains protégés par une digue participent généralement à hauteur maximale de 10 % aux coûts d investissement et à hauteur maximale de 20 à 25 % aux charges annuelles d entretien de ces ouvrages. Il faut donc faire appel à la solidarité locale, départementale, régionale et nationale (en particulier par le Fonds de prévention des risques naturels majeurs (FPRNM), dit Fonds Barnier ). Cela justifie que des analyses coût-bénéfice de ces ouvrages soient désormais exigées pour juger de la pertinence de leur réalisation. [8] 11

14 Parer aux manques d eau en dessalant l eau de mer. Une fausse bonne idée Les usines de désalinisation sont de plus en plus nombreuses dans le monde. Elles ne sont d ailleurs pas le privilège de régions arides, à l exemple du moyen orient (Arabie Saoudite, Koweit, etc.). Elles sont présentes en Afrique du Nord (Algérie, Lybie) mais également en Europe du sud (Grèce, Espagne, Italie). Une usine a par exemple été créée à Beckton à l est de Londres. L installation produit m 3 par jour. La technique employée est celle de l osmose inverse. Le procédé repose sur la mise en place d une pression d un côté d une membrane. La différence de concentration entre l eau de mer, d un côté de la membrane semi-poreuse, et l eau douce, de l autre côté, provoque une différence de pression osmotique qui engendre un déplacement de l eau à travers la membrane. Ainsi le procédé peut transformer 70 % de l eau extraite en eau douce. Les 30 % restants sont très concentrés en éléments minéraux. Cette technique éprouvée a des inconvénients : - elle nécessite beaucoup d énergie ; - elle génère une saumure, rejetée en mer. Ce rejet peut provoquer des déséquilibres dans le milieu naturel marin ; - son coût demeure élevé. Ainsi ne peut-elle être généralisée. Le développement de cette technique ne peut être considéré comme une solution à l aggravation des phénomènes de sécheresse. [11] 12

15 II) L eau, une ressource finie à partager. A) Répartition déséquilibrée dans le monde La situation d un pays au regard des ressources en eau peut être évaluée par l indice d exploitation, le volume par habitant et le degré d indépendance. L indice d exploitation est la part de l eau prélevée pour l ensemble des besoins d un pays, par rapport au volume annuel moyen des apports naturels. Il peut aller de 1 % au Venezuela à plus de 100 % en Arabie Saoudite et en Libye. La France, avec 20 %, se situe dans la moyenne des pays industrialisés. Le volume des ressources naturelles va de moins de 500 m³/habitant/an (Malte, Israël...) à plus de m³/habitant/an (Norvège, Gabon, Canada...). La France, comme l Allemagne, la Chine, la Turquie ou le Mexique, est considérée comme bien pourvue puisqu elle se situe dans la fourchette de 2000 à 5000 m³/habitant/an. L Egypte, les Pays-Bas ou l Irak, par exemple, dépendent fortement des ressources en eau d origine externe, respectivement 99 %, 89 % et 65 %. En 2007, plusieurs régions affichaient leur vulnérabilité, souffraient de «stress hydrique», voire étaient déjà en situation de pénurie (Afrique saharienne, Afrique Australe, Moyen Orient, Asie centrale, au centre de l Inde... [25] On parle de «stress hydrique» dès le moment où l eau disponible et accessible ne suffit plus à couvrir les besoins des utilisateurs. La France fait partie des pays privilégiés : les quantités d eau utilisées restent minimes au regard des quantités «offertes» par la nature. Les usages de l eau qui représentent 13

16 environ 32 milliards de m 3 s inscrivent dans un cycle de l eau où les volumes en jeu sont considérables : les précipitations représentant environ 440 milliards de m 3. Méfions nous cependant des «comptabilités de l eau». La réalité est aussi celle d une grande disparité dans l espace et dans le temps. Aussi l utilisation de l eau doit-elle respecter certaines règles. Elle nécessite souvent d importants aménagements (barrages, canaux, forages, ) qui ne sont pas sans incidences sur la ressource elle-même, mais également sur le milieu naturel. B) L eau, source de conflits Le mot «rivalité» découle directement du mot rivière. A l origine des rivaux étaient des communautés différentes qui cohabitaient autour d une même rivière, sans aucune connotation négative ou guerrière. Les difficultés à partager cette ressource, source avant tout de tensions, ont fait basculer le sens du mot. Ainsi, depuis très longtemps, les rivalités liées à l eau sont fréquentes. Du conflit de voisinage à ce que l on pourrait appeler des guerres de l eau, les sources de désaccord sont nombreuses. Elles peuvent être liées à des pollutions : les décisions d implantation de certaines industries sont de plus en plus influencées par des facteurs environnementaux, que ce soit pour se rapprocher des ressources les moins chères ou pour aller dans les pays pratiquant une sorte de moins-disant écologique. Les exemples dans le monde sont nombreux. Citons en quelques uns : - les Etats-Unis disent subir les effets de la pollution du Rio Grande par le Mexique sur leur agriculture. Le Mexique de son côté dénonce le fait que les Etats-Unis «retiennent» la plus grande partie des eaux du Colorado par des barrages et des canaux ; - quatre pays, la Syrie, la Jordanie, Israël et la Palestine se disputent des ressources en eau parmi les plus faibles au monde. Le Jourdain et sa source, sur le plateau du Golan, vidé de ses eaux par Israël et la Jordanie, se réduit aujourd hui à un mince filet d eau. Le Yarmouk, son affluent, retenu dans les innombrables barrages syriens, n irrigue plus la Jordanie ; - le «Grand Projet Anatolien» prévoit la construction de 21 retenues d eau sur le Tigre et l Euphrate. Irakiens et Syriens protestent car la Turquie va non seulement s accaparer des ressources qu ils utilisaient mais surtout se doter d un moyen de pression politique : en cas de tensions avec ses voisins, elle pourrait tout bonnement interrompre le cours de ces fleuves pendant plusieurs mois ; - pour la culture du coton, le Tadjikistan et le Kirghizistan surexploitent les fleuves qui arrosent le Kazakhstan, l Ouzbékistan et le Turkménistan. Comme ces trois derniers 14

17 pays sont d importants producteurs de gaz, de pétrole et de charbon, on assiste à un chantage sur l eau et l énergie entre ces voisins d Asie centrale ; - gourmande en eau et en énergie, la Chine construit des barrages sur le Mékong. En aval, une baisse de débit serait fatale aux rizières vietnamiennes et assècherait plusieurs régions thaïlandaises. Il existe cependant des cas où renforcement de l intégration régionale et coopération en matière de lutte contre la pollution vont de pair : en premier lieu la gestion des grands fleuves européens, Rhin et Danube. La pression sur les ressources en eau ne peut que s accroître. Les raisons sont nombreuses : - la population croît et de façon mal répartie. On recense dans le monde vingt-quatre mégapoles de plus de dix millions d habitants. Ce nombre ne peut qu augmenter. Ce sont autant de lieux où l utilisation d une ressource renouvelable devient de plus en plus difficile, voire quelquefois impossible ; - les surfaces irriguées augmentent, pour faire face à la demande de la population ; - les déforestations et les grands aménagements ont des conséquences sur le fonctionnement du cycle de l eau, et donc sur les ressources disponibles ; - les dégradations de la qualité de l eau liées à des activités industrielles, ou d exploitation de ressources souterraines (exemple des sables bitumineux) sont très fréquentes ; - l évolution climatique a des conséquences négatives sur les ressources en eau douce : changement de régime des cours d eau lié à la réduction des glaciers, salinisation des nappes littorales, etc. [24] C) Des usages multiples et pas toujours cohérents Il est coutume de répartir les usages par grand type de fonctions, qui sont cependant difficilement comparables : 1. énergie, 2. artisanat et industrie, 3. agriculture, 4. usages domestiques (eau potable). La répartition entre ces usages est extrêmement variable en fonction des régions. Par ailleurs il faudrait distinguer les quantités prélevées et celles réellement utilisées. Ainsi, à l échelle de la France, l énergie représente la plus grosse part des prélèvements. Mais l eau est en grande partie restituée. L agriculture qui représente 11 % des prélèvements s attribue la plus grande part des volumes consommés. 15

18 Les prélèvements et consommations d eau en France Domaine % des volumes prélevés Ces chiffres diffèrent beaucoup de ceux d une «moyenne mondiale» : sur une grande partie de la planète l agriculture représente le premier usage de l eau. Le chiffre de 80 % est avancé pour les pays du sud. L évolution constatée en France ces dernières années est celle d une réduction des consommations d eau : - dans l industrie elle est en grande partie due à la récession des activités industrielles consommatrices d eau, telles les aciéries, les raffineries, etc. ; - pour l irrigation la succession d années sèches et les difficultés de commercialisation de certaines filières freine les projets d expansion ; - les habitants, au regard des factures d eau, réduisent leurs consommations d eau, grâce à du matériel économe, à la récupération d eau de pluie, en évoluant dans leurs pratiques journalières. [9] D) L utilisation de l eau pour la production d énergie % des volumes consommés Energie 59 % 3 % Industrie 12 % 5 % Agriculture 11 % 68 % Eau potable 18 % 18 % Source Commissariat Général du Développement Durable. L énergie hydraulique est utilisée depuis l antiquité. La force d un courant d eau est utilisée directement en tant que moteur. C est le cas des moulins à eau. L eau est également utilisée pour la production d électricité avec l installation d une turbine. Elle représente dans beaucoup de pays la source principale de production d énergie. En France elle représente environ de 3 % de la production totale d énergie. C est une énergie renouvelable. Mais cet usage de l eau pour produire de l énergie nécessite en général la création d un barrage, ce qui n est pas sans conséquences sur les aspects environnementaux (continuité écologique, réchauffement de l eau, perturbation des espèces, etc.) ainsi que sur des aspects sociaux (impact sur les activités humaines, pour les grands barrages déplacement de populations, etc.). 16

19 L eau est par ailleurs au cœur du fonctionnement des centrales thermiques de production d électricité : centrale nucléaire, centrale à gaz, à fuel ou à charbon. La consommation en eau d une centrale nucléaire s effectue avant tout au niveau du circuit de refroidissement. L eau refroidie est réutilisée mais un prélèvement dans le milieu est effectué pour compenser la quantité d eau évaporée. Pour une tranche de 900 MW le circuit de refroidissement nécessite un débit de l ordre de 40 m 3 /s. Le débit prélevé est égal à cette valeur pour un circuit ouvert. Il est de l ordre de 2 m 3 /s pour un circuit fermé. [22] E) L eau et l industrie L eau constitue l élément principal de nombre de formes d industries et artisanats. Depuis l antiquité l eau est utilisée dans la fabrication du papier, du cuir, du métal, etc. Aujourd hui les aciéries, les industries agro-alimentaires, les papeteries, les tanneries, les raffineries, les industries chimiques, etc. utilisent des quantités importantes d eau. Les prélèvements pour l industrie peuvent poser des problèmes quantitatifs. Mais ce sont peut-être les problèmes de dégradation de la qualité de l eau qui sont les plus prégnants : l eau est plus ou moins contaminée dans les processus industriels et trop souvent encore l eau restituée au milieu naturel provoque des dégradations de ce milieu. En France les pollutions liées aux activités industrielles ont fortement régressé pour deux raisons : 1. les efforts consentis par les entreprises qui consomment moins d eau et réalisent des traitements des eaux avant rejet ; 2. la très forte régression et les délocalisations des activités industrielles les plus polluantes (industries métallurgiques, raffineries, tanneries, etc.). F) L eau et l agriculture, l irrigation La principale utilisation de l eau est aujourd hui l irrigation des cultures. L irrigation absorbe ainsi 73 % de l eau douce utilisée dans le monde, devançant largement l industrie et la production d énergie (21 %), et les foyers des particuliers (6 %). Les terres irriguées ne représentent que 15 % des cultures mondiales mais produisent 40 % des ressources alimentaires de l humanité. Elles se développeront pour augmenter la productivité des terres et nourrir la planète. 17

20 Elle est indispensable à la culture de certaines plantes. Par ailleurs dans de nombreuses régions l agriculture ne peut être envisagée sans irrigation. En France l irrigation s est développée à partir du 16ème siècle, avec la création de canaux dans le midi. Elle s est toutefois cantonnée au midi de la France jusqu à l arrivée des premiers systèmes sous pression, dans les années soixante. L irrigation s est développée entre 1970 et Les superficies équipées (susceptibles d être irriguées) ont triplé sur cette période. [17] [18] Aujourd hui la surface irriguée en France est voisine de 1,5 million d hectares, soit près de 6 % de la Surface Agricole Utile (SAU). L irrigation est pour moitié celle des maïs grain et semence. Les agriculteurs irriguent également hectares de maïs fourrage. L irrigation concerne par ailleurs certaines cultures qui n étaient que rarement irriguées avant les années quatre-vingt. Il peut s agir dans le grand bassin Parisien de cultures industrielles (betterave industrielle, pomme de terre de conservation) ou de légumes pour lesquelles l exigence de régularité dans le rendement et la qualité amène les agriculteurs à s équiper. Les superficies irriguées sont principalement localisées en Aquitaine, dans les vallées de la Garonne et du Rhône, en Beauce, en Poitou-Charentes et en Pays de la Loire. Onze départements de ces zones cumulent ainsi 45 % des superficies irriguées. Les plus importants sont le Gers, le Lot-et- Garonne et les Landes avec des superficies irriguées de à hectares chacun. 18

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères

Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères CO.TE.CO du 09 juin 2015 Projet d étude globale sur l incidence socio-économique et environnementale des étiages sévères Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine 8,

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende

Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze. Titre. Règlement. Adopté par la CLE le 18 décembre 2012. Légende Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux de la Midouze Règlement Titre Adopté par la CLE le 18 décembre 2012 Légende Sommaire Sommaire... 2 Préambule... 3 Chapitre 1 : Contenu et portée juridique du

Plus en détail

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012

EAU ET MILIEUX AQUATIQUES. Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 EAU ET MILIEUX AQUATIQUES Les 9 es programmes d intervention des agences de l eau 2007-2012 Janvier 2007 9 es 2007-2012 programmes des agences de l eau «L Europe s est dotée d un cadre communautaire pour

Plus en détail

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr Économisons l eau Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne Des économies faciles à réaliser Á confort égal, économiser 30% d eau avec des petits équipements adaptables, rentabilisés en moins d

Plus en détail

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne

Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Projet d avis à la révision du SAGE Boutonne Depuis la parution de la Directive cadre sur l eau en octobre 2000, une politique européenne de l eau a vu le jour avec un objectif principal : atteindre le

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts

Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération des coûts 35 36 Introduction La directive cadre sur l eau donne à l analyse économique une place déterminante.

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités

SAGE DOUVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités SAGE DVE-TAUTE : Liste des dispositions et des règles interressant les Collectivités BOCAGE RIVIERE ZONES HUMIDES TRAIT DE CÔTE D66 Réaliser des diagnostics partagés du fonctionnement hydraulique D67 Mettre

Plus en détail

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015

Commission Locale de l Eau du SAGE Clain. Rapport annuel d activités. Validé par la CLE le 6 juillet 2015 Commission Locale de l Eau du SAGE Clain Rapport annuel d activités 2014 Validé par la CLE le 6 juillet 2015 1 2 SOMMAIRE Le bassin du Clain et les enjeux de gestion de l eau p4 Historique et avancement

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN

DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN DESSINONS L AVENIR DE L EAU DANS NOTRE BASSIN SDAGE 2010-2015 DOCUMENTS D ACCOMPAGNEMENT DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT n 2 Présentation des dispositions prises en matière de tarification de l eau et de récupération

Plus en détail

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour

Astuces. L eau. moins. dépenser. pour Astuces pour! dépenser moins 2 >>> ÉDITO eau est une ressource précieuse, indispensable dans nos logements, que ce soit pour l alimentation, la préparation des L repas, l hygiène ou tout simplement notre

Plus en détail

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau

Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau SCHEMA D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX DU BASSIN VERSANT DE L ARMANÇON Rapport d activité de la Commission Locale de l Eau Année 2009 Adopté en séance plénière le 25 mai 2010 Siège de la Commission

Plus en détail

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU

INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Forum de l eau de Kyoto Contribution à la session du RIOB «Les progrès réalisés dans le monde dans la gestion intégrée des ressources en eau par bassin» GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU Par M. Jean-Michel

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE

Pierre Bousseau. assainissement individuel. les contrôles. Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE Pierre Bousseau assainissement individuel les contrôles Recueil à l usage des propriétaires ACE ARCONCE 1 PREAMBULE L assainissement collectif n'est pas adapté aux zones rurales et périurbaines où l'habitat

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR D AMENAGEMENT

SCHEMA DIRECTEUR D AMENAGEMENT SCHEMA DIRECTEUR D AMENAGEMENT ET DE GESTION DES EAUX (SDAGE) DE MAYOTTE 2010-2015 DOCUMENT D ACCOMPAGNEMENT N 2 : DISPOSITIONS PRISES EN MATIERE DE TARIFICATION DE L EAU ET DE RECUPERATION DES COUTS DOCUMENT

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif

SPANC. Service Public d Assainissement Non Collectif SPANC Service Public d Assainissement Non Collectif sommaire 1) Pourquoi assainir? 2) Les lois et les obligations. 3) Technique de l ANC. 4) Déroulement de la visite. 1) Pourquoi assainir? Pour restituer

Plus en détail

Synthèse des réponses au questionnaire

Synthèse des réponses au questionnaire Etat des lieux sur les réseaux et programmes de Monitoring dans les pays partenaires méditerranéens Synthèse des réponses au questionnaire X. Detienne Aquapôle, Université de Liège Réalisé pour le compte

Plus en détail

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement

non collectif non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement Conjuguer croissance et environnement www.sicoval.fr Sicoval Assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation d assainissement non collectif Guide pour la réalisation d une installation

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL

ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL ETUDE COMPARATIVE DES SOLUTIONS D ASSAINISSEMENT COLLECTIF ET NON COLLECTIF POUR LE BOURG D ANDREZEL Bureau d Etudes TEST INGENIERIE 14, rue Gambetta 77 400 THORIGNY Tél. : 01.60 07 07 07 www.testingenierie.fr

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse SDAGE Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux du Bassin Rhin-Meuse guide juridique et références Document réalisé par la DIREN de BASSIN RHIN-MEUSE avec le concours de l Institut pour une

Plus en détail

Aujourd hui : 99% des foyers français sont desservis en eau potable et 86 % en moyenne dans le monde.

Aujourd hui : 99% des foyers français sont desservis en eau potable et 86 % en moyenne dans le monde. Le dossier du CME : Le circuit de l eau potable Aujourd hui, il nous suffit d ouvrir le robinet pour profiter à volonté d une eau de qualité. Après avoir été traitée, et stockée, l eau est distribuée grâce

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011 Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités Contacts presse : Agence de l eau Adour-Garonne Catherine Belaval- 05 61 36 36 44- catherine.belaval@eau-adour-garonne.fr

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

Note de synthèse environnementale et juridique

Note de synthèse environnementale et juridique Angers Loire Métropole Note de synthèse Règlement de zonage des Eaux Pluviales Juillet 2015 HYN16836X Informations qualité Informations qualité Titre du projet Titre du document Note de synthèse Règlement

Plus en détail

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses

Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Règlementation sur l installation et l entretien des fosses Si vous ne pouvez pas être relié au réseau du tout-à-l égout, vous devez disposer d un système d assainissement autonome pour traiter vos eaux

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE

Questionnaire Lycée SALLE DES EAUX DU MONDE Questionnaire Lycée Ce musée vous offre une approche de l Eau dans toute sa grandeur. A vous de faire connaissance avec cet élément naturel. 1) Origine de l eau SALLE DES EAUX DU MONDE Vous vous aiderez

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

L eau va-t-elle manquer?

L eau va-t-elle manquer? Mai 2014 L eau va-t-elle manquer? L essentiel Document rédigé par Bernard Chocat (LGCIE INSA Lyon) Relecteurs : Vazken Andréassian (IRSTEA), Elodie Brelot (GRAIE), Nicolas Chantepy (Agence de l'eau Rhône

Plus en détail

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est :

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : 1 Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : POSTE DE REFOULEMENT RESEAU D ASSAINISSEMENT - 6150 mètres de tuyau gravitaire en grès - 1600 mètres de tuyau de refoulement

Plus en détail

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux 2016-2021 Bassin Artois-Picardie Districts ESCAUT ET SAMBRE

Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux 2016-2021 Bassin Artois-Picardie Districts ESCAUT ET SAMBRE Direction Régionale de l'environnement de l'aménagement et du Logement Nord Pas de Calais Délégation de bassin Artois Picardie Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux 2016-2021 Bassin Artois-Picardie

Plus en détail

Soyez. Pour un logement

Soyez. Pour un logement Soyez Pour un logement Sommaire LE CHAUFFAGE 2 LA VENTILATION 2 LES EQUIPEMENTS MENAGES 3 L ECLAIRAGE ET L ELECTRICITE 4 L EAU 4 TRIE DES DECHETS 5 LA CONSOMMATION DURABLE 6 LE TRANSPORT 7 Ce guide va

Plus en détail

Eau et environnement. Programme de coopération technique

Eau et environnement. Programme de coopération technique Programme de coopération technique Eau et environnement Le programme de coopération technique de l AIEA aide les États Membres à concrétiser leurs priorités de développement tout en surveillant et en protégeant

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES

PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES PROJET DE DEVELOPPEMENT DES MODELS D EPARGNE D EAU POUR LA GESTION VIABLE D EAU ET D EAUX USEES Le présent document est établi afin d être présenté lors de 4ème conférence des Pays moins développés des

Plus en détail

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

DEMANDE D INSTALLATION D UN DISPOSITIF D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Communauté de Communes de la Vallée de la Gorre Service Public d Assainissement Non Collectif 2, Place de l'église 87310 Saint-Laurent-sur-Gorre 05 55 48 19 20 / spanc.vallee.gorre@orange.fr DEMANDE D

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide)

Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide) Campagne de communication «Soyez Branché, raccordez-vous» Une aide financière aux habitants un geste pour l environnement (jusqu à 100% d aide) Sommaire Communiqué : le raccordement au réseau public d

Plus en détail

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25

spanc@gde-guadeloupe.com Téléphone: 0590 89 46 25 Informations générales Fiche déclarative pour examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collective Service Public de l Assainissement Collectif spanc@gde-guadeloupe.com

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises?

Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Pierre MANGEOT 3 juillet 2014 Agence de l Eau Rhin Meuse Quelles actions et partenariats possibles en faveur de la biodiversité (aquatique) pour les entreprises? Agence de l eau Rhin- Meuse, quelques repères

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05

58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 Informations Régie des Eaux Renseignements Accueil Téléphonique ipale des eaux siège de la Régie munic et de l Assainissement 58 74 21 35 tél. 05 58 90 97 97 - Fax 05 8h00 à 12h30 vendredi de Bureau ouvert

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION Service Pubic d Assaiisseet Cectif Cuaut de Cues des Prtes du aie rad Le Bourg 72610 CHERISAY Tél : 02.33.32.86.82 EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DONT

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE FICHE DÉCLARATIVE Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement non collectif, vous devez obtenir l accord du SPANC. COMMUNAUTE DE COMMUNES DE BERNAY ET DES ENVIRONS 299,

Plus en détail

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION

EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION EXAMEN PRÉALABLE DE LA CONCEPTION D UNE INSTALLATION D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF FICHE DÉCLARATIVE Date d arrivée : N de dossier: Vous envisagez de réaliser des travaux sur votre installation d assainissement

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

21 juin 2012. Salle Henri Rochette - Aiglun

21 juin 2012. Salle Henri Rochette - Aiglun 2nd COMITE DE RIVIERE «BLEONE ET AFFLUENTS» 21 juin 2012 Salle Henri Rochette - Aiglun Le torrent de Val Haut à Barles Contenu du dossier de séance : - Ordre du jour Planning général Liste des études complémentaires

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE

GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE GUIDE DE L'ÉCO-PRESTATAIRE Politique Environnementale du Groupe UNILOGI 70.000 personnes logées au sein de notre patrimoine dans 210 communes sur 7 départements et 3 régions, xxx entreprises fournisseurs

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde»

Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Commission Planification Séance du 24 mai 2012 Délibération n DL/CB/12-XX Avis sur la 1 ère révision du schéma d'aménagement et de gestion des eaux «Nappes profondes de Gironde» Le comité de bassin délibérant

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25.

Hôtel d Agglomération SPANC 19 rue Georges Braque CS 70854 76085 LE HAVRE Cedex Tél : 02.35.22.25.23 Port : 07.86.10.32.80 Fax : 02.35.22.25. FICHE DECLARATIVE Examen préalable de la conception d une installation d assainissement non collectif dont la charge brute de pollution organique est inférieure ou égale à 1,2 kg/j de DBO5 Demande d avis

Plus en détail

AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité

AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité AVEC VOUS pour un assainissement autonome de qualité Intervenants Communes : Mr ou Mme le Maire de la commune Communauté de communes: Mr le Président : M. DURET Chargée de mission : Mme BEAL Entreprises

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Observatoire des prix des services d eau et d assainissement du bassin Loire-Bretagne. Enquête sur le prix de l eau en 2006

Observatoire des prix des services d eau et d assainissement du bassin Loire-Bretagne. Enquête sur le prix de l eau en 2006 Observatoire des prix des services d eau et d assainissement du bassin Loire-Bretagne Enquête sur le prix de l eau en 2006 mai 2008 L enquête sur le prix de l eau en 2006 dans le bassin Loire-Bretagne

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

Glossaire DCE PREAMBULE

Glossaire DCE PREAMBULE Glossaire DCE PREAMBULE Dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive Cadre sur l Eau (DCE), de nombreux documents sont produits. Ces documents devront être compréhensibles par tous les acteurs du

Plus en détail

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000

Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 Communauté de Communes Sud Pays Basque - Rue Leku-Eder BP 10350 64703 HENDAYE Cedex Tél : 05 59 48 30 85 Fax : 05 59 48 34 0 N SIRET 200 000 990 000 16 N SIREN 200 000 990 Code APE 751 Administration publique

Plus en détail

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT

CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT CONSEIL RÉGIONAL DE L ENVIRONNEMENT BAS-SAINT-LAURENT Application de la corrélation entre l utilisation du territoire et la concentration de phosphore total développée par Gangbazo (MDDEP, 2005) 1 Évaluation

Plus en détail

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo---

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo--- CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection ---ooo0ooo--- ATTENDU QUE, en vertu du paragraphe e du premier alinéa de l article 31 de la Loi sur la qualité de l environnement

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

Le capteur solaire thermique : un exemple concret

Le capteur solaire thermique : un exemple concret Le capteur solaire thermique : un exemple concret Une utilisation possible du soleil est le chauffage de l eau sanitaire, utilisée pour se laver, pour faire la vaisselle ou encore le ménage. Il s agit

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale

PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE 1 PROJET ACCLIMATE ETUDE SIM-CLIM THEME 3 Etude bilan des possibilités d une simulation climatique régionale Résumé Commission de l Océan Indien Projet ACCLIMATE

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? CHAUFFAGE choisissez intelligemment votre confort Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale AGENCE BRUXELLOISE DE L ÉNERGIE Le Centre Urbain asbl Chauffage

Plus en détail

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE www.es-geothermie.fr www.es-groupe.fr LA GÉOTHERMIE EN ALSACE GÉOTHERMIE PROFONDE, L HISTOIRE 2 LA GÉOTHERMIE EN ALSACE Il y a les nuages, il y a la pluie. Et il y a cette petite goutte d eau qui tombe

Plus en détail