Allocution de M. Raphaël Esrail Président de l Union des Déportés d Auschwitz. UNESCO - Jeudi 26 janvier 2017

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Allocution de M. Raphaël Esrail Président de l Union des Déportés d Auschwitz. UNESCO - Jeudi 26 janvier 2017"

Transcription

1 Allocution de M. Raphaël Esrail Président de l Union des Déportés d Auschwitz UNESCO - Jeudi 26 janvier 2017 Madame la Directrice générale de l Unesco, Madame Irina Bokova Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Messieurs les représentants des Cultes, Monsieur le Président du Mémorial de la Shoah, Monsieur Eric de Rothschild, Messieurs les Présidents et Directeurs de Fondations, Mémoriaux, Fédérations, Associations, Mesdames et Messieurs, Il y a 72 ans, au cours de leur avancée vers le Reich, les troupes soviétiques découvrent les camps d Auschwitz-Birkenau. Un abattoir pour êtres humains. L un des lieux du génocide des Juifs d Europe où, durant plus de deux années, entre mars 1942 et octobre 1944, les SS ont assassiné près d un million de Juifs. Quelques jours auparavant, le 18 janvier 1945, après avoir passé 11 mois à Auschwitz, j évacue ce camp parmi déportés emmenés vers l Allemagne. Hommes et femmes, bien que très affaiblis, nous représentons encore pour les bourreaux une main d œuvre potentielle. Venant après des mois de déportation, les marches et les trains de la mort sont une épreuve supplémentaire, terrible et mortifère. Personnellement, j ai marché jusqu à Gleiwitz où nous avons été embarqués en wagons charbonniers jusqu au camp de Gross-Rosen puis ré-embarqués vers une destination inconnue. Nous sommes comprimés au point de ne pouvoir bouger. Durant 6 jours, la porte n est pas ouverte une seule fois. Nous étouffons. Il n y a plus aucune solidarité. Nous nous battons pour un peu de place. Nous nous battons pour un peu d air. Nous mourons de faim, nous mourons surtout de soif. Les jours passent, nous entassons les morts au milieu du wagon. Nous sommes dans un tombeau roulant. Peu après avoir passé la gare de Zwickau, une opportunité d évasion se présente. Avec mon camarade Ernest, nous décidons de prendre tous les risques pour sortir de là. Nous sommes si amaigris que nous passons sans trop de difficulté par la lucarne d aération. Le train roule alors relativement lentement ; nous sautons ; malheureusement, juste à côté d un chantier gardé par des hommes en armes Aux deux Shupos qui nous interrogent, Ernest dit être Français et Juif ; moi, je dis être né en Turquie et ne dis pas être Juif. Ernest est immédiatement abattu d une balle dans la tête. J attends le même sort. Un SS arrive, je suis persuadé qu il va me tuer ; il prend sa mitraillette ; se ravise ; il me ramène au train revenu à la gare de Zwickau. 1

2 Me voyant revenir à côté de son subordonné, le SS, chef de convoi, lui demande : «Pourquoi tu ne l as pas descendu?». Je dois remonter dans le wagon par la lucarne. Cela s est passé le 26 janvier 1945, il y a aujourd hui 72 ans. Le jour suivant, notre transport arrive à Dachau. Je m attends à être pendu ; ce qui est le sort des évadés. Mais une épidémie de typhus sévit ; nous sommes mis en quarantaine et durant les jours suivants, aucun SS n apparaît. Après trois semaines environ, je suis envoyé dans un camp de travail forcé, le Waldlager, où les conditions sont abominables ; en quelques semaines, j arrive véritablement au bout de toutes mes forces. Au cours des 15 mois de ma déportation et particulièrement dans ce «Train de la mort», je me suis promis de dire au monde ce que des hommes sont capables de faire à d autres hommes. Mon engagement est devenu marbre devant l assassinat de mon ami Ernest, ce camarade avec qui j avais tant partagé et dont je souhaitais, avec vous, ce soir, honorer la mémoire. Des événements dramatiques comme celui-là, tous les parcours de survivants en sont tissés. C était il y a 7 décennies. Ces temps qui s éloignent restent proches pour moi et mes camarades, si peu nombreux à avoir survécu, exceptions au sein de fratries massacrées. Les générations à venir pourront disposer de nos témoignages. La captation de la parole des survivants de la Shoah a été telle que nous pouvons espérer que cette parole continuera à les accompagner et nous permettra, bien au-delà de notre propre survie, de tenir la promesse de «Dire au monde». L inestimable valeur éducative des témoignages est reconnue par le plus grand nombre. Notre témoignage est fondamentalement vecteur d une culture de paix parce qu il informe des dangers induits par les idées extrêmes et radicales. Si le témoignage est récit, il est aussi Message. Nos témoignages qui disent la monstruosité et le caractère sans précédent de ce crime dans l histoire de l Humanité sont l antithèse d une «bonne nouvelle» : OUI, disent-ils, l Humanité est capable de détruire son prochain, OUI, elle est capable de se détruire. Vous comprendrez dès lors que le thème de l exposition organisée cette année par l UNESCO retienne particulièrement notre attention, je cite son titre : "Eduquer pour un avenir meilleur : le rôle des sites historiques et des musées dans l'enseignement de l'holocauste". Cette exposition entre en résonnance avec une «revendication» formulée depuis plusieurs années par les survivants juifs des camps qui furent créés par les nazis en Pologne. Cette journée commémorative est pour moi et pour les survivants que je représente, l occasion de plaider notre cause : pour que l ancien camp de Birkenau devienne un lieu d éducation par 2

3 excellence, nous demandons qu un véritable dispositif éducatif y soit développé, élaboré autour du témoignage. Notre voix, nos témoignages doivent, après nous, rester présents à Birkenau, et cela parce que nous sommes les mieux à même de dire et de faire comprendre l assassinat des Juifs d Europe. Nul musée ou dispositif muséographique, aussi savant et réussi soit-il, où qu il se trouve dans le monde, à Auschwitz, à Jérusalem, à Washington ou Paris, ne pourra jamais se substituer à une rencontre avec la mémoire vive sur les lieux même de l assassinat. Au fil du temps, notre demande devient, vous le comprenez, une supplique pressante. Sachez qu elle est connue et entendue depuis près d une décennie que nous travaillons à cette cause. Ce projet est celui de survivants : de mes camarades de l Union des Déportés d Auschwitz, de ceux du Comité international d Auschwitz qui regroupe des survivants de plusieurs pays d Europe. Il a reçu des soutiens essentiels, notamment celui de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Nous remercions également tout particulièrement le Président de la République, Monsieur François Hollande, d avoir évoqué notre cause auprès du gouvernement polonais. Je remercie également son Excellence, Monsieur Nikolaus Meyer Landrut, Ambassadeur d Allemagne à Paris, qui nous apporte également son total soutien. Birkenau doit devenir un Temple du témoignage, un musée-mémorial où sera certes proposé un dispositif d information historique mais où l on pourra surtout voir et entendre les rescapés : ceux des camps de Birkenau et Auschwitz, ceux des 40 camps annexes, beaucoup trop ignorés à l heure actuelle ; entendre également des témoignages de Tziganes. En ce lieu, il faudrait aussi avoir accès aux témoignages de survivants, si peu nombreux, des ghettos et des centres d assassinat de Belzec, Chelmno, Sobibor, Treblinka, Majdanek où 3 millions de Juifs polonais ont été assassinés, ainsi qu à des témoignages sur la réalité des assassinats par fusillades par les groupes de tuerie mobiles sur le territoire soviétique. Dans la logique des bourreaux, pas un seul Juif ne devait survivre. Rappelons nous ce discours d Himmler aux SS en 1943 où il leur dit que l assassinat des Juifs ne devra laisser aucune trace. Il faut alors bien comprendre que nos témoignages sont des «entités exceptionnelles» : ils n auraient jamais dû exister et disent la réalité du génocide depuis l intérieur de celui-ci. En lien avec des situations et des lieux précis de Birkenau, j ai personnellement à l oreille le témoignage de camarades : de ceux contraints d être sur la rampe lorsqu arrivaient les convois de déportés et qui assistaient, impuissants, aux «sélections» et à la condamnation des nôtres. J entends encore le témoignage de ceux du Sonderkommando, contraints de participer à la destruction des corps gazés, à couper les cheveux et à arracher des dents ; les paroles de celles et ceux qui ont tenté de survivre à leur destruction au sein du camp. Qui mieux qu un survivant peut narrer la réalité vécue et notamment ces sélections sauvages à l intérieur du camp qui répétaient la «sélection» de l arrivée, et qui sont des manifestations si spécifiques de l abominable? 3

4 Je me souviens, dans le camp d Auschwitz, de la terrible sélection organisée dans la nuit du 30 septembre Elle a concerné tous les Juifs du camp. Tous les blocks sont fermés et les déportés, nus, passent tous devant un SS. Leur vie est entre ses mains. Ces hommes sont debout, ils sont en état de travailler. Mais voilà, ils sont Juifs. Et dans le cadre de cette «sélection», les SS ponctionnent leur quota de morts. A cette époque, je travaille de nuit à l Usine Union Werke et échappe à cette sélection. Deux jours après, en fin d après midi, en partant à l Usine, notre Kommando passe près des deux Blocs où sont gardés nos camarades condamnés ; entourés par des hommes en armes avec leurs chiens, ils doivent monter dans des camions qui les emmènent à la chambre à gaz. Nous marchons la tête basse ; nous sommes impuissants. Il n est plus possible de délivrer un quelconque message d espoir à nos camarades. Quant à nous, nous savons que notre tour viendra. Dans cet univers : aucune humanité, aucun recours, aucune espérance. Seuls nos témoignages peuvent faire comprendre ce qu était cet «univers» construit sur la négation de l Homme. A nos yeux, c est à Birkenau que doit être édifié le musée européen de la Shoah. Birkenau, où l Universel a été nié, doit devenir un espace de connaissance, de sensibilisation, de réflexion, un «lieu de mémoire de l Europe» édifié sur le socle de nos témoignages. Le Musée d Etat, installé dans l ancienne caserne polonaise, camp d Auschwitz, existe depuis Il a rempli sa fonction durant des décennies et nous en remercions les autorités polonaises. Mais aujourd hui, il peine à faire face au nombre de visiteurs qui est allé croissant ces dernières années mais surtout, il n est pas le lieu du génocide. Parmi les solutions possibles, nous suggérons la construction d un musée-mémorial à l extérieur du camp de Birkenau, jouxtant celui-ci et permettant de voir le camp dans son entendue, ou encore, une nouvelle construction sur la troisième partie du camp, dit «Mexique», qui est hors du champ des visites et entamée par l urbanisation. Brzezinka en polonais, Birkenau en allemand, ne sera jamais un lieu comme un autre ; le temps efface tout, dit-on, mais la mémoire de ce qui s est passé là doit être entretenue toujours. Ce mémorial sera un repère pour notre monde si incertain où nous devons, par tous les moyens, préserver la jeunesse de la tentation populiste et du danger totalitaire. Pour nous survivants, le temps presse, nous ne serons bientôt plus là pour crier au monde, avec nos mots, ce que fut le temps de la nuit à Birkenau. Je fais la prière que la décision de créer un musée-mémorial à Birkenau soit prise avant que le dernier des survivants ne disparaisse. 4

5 Je vous remercie. Raphaël Esrail 5

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale.

Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan humain et politique de la seconde guerre mondiale. Le bilan pour les Alliés et pour l'axe. Les archives de la Solution Finale: Des Ghettos à Auschwitz ou Treblinka. Des juifs envoyés sous escorte

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées?

HISTOIRE DES ARTS. Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? HISTOIRE DES ARTS Prob: Comment l artiste, David Olère, a-t-il représenté l horreur des camps de la mort et la situation des femmes juives déportées? Etude du tableau de David Olère réalisé en 1950 : Les

Plus en détail

La politique d'extermination nazie. Les ghettos

La politique d'extermination nazie. Les ghettos La politique d'extermination nazie Les ghettos Le regroupement des Juifs dans les ghettos (ici : le ghetto de Varsovie) Vivre dans le ghetto de Varsovie Les plus pauvres ne pouvaient se protéger du froid

Plus en détail

Identifier l antisémitisme et le racisme

Identifier l antisémitisme et le racisme 47 29 ANNExE A2 Identifier l antisémitisme et le racisme Glossaire sur l Holocauste Exemple de représentation graphique Coupons de mots reliés à l Holocauste Glossaire de l élève Centre commémoratif de

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La

Il est de notre devoir de rappeler ce que fut l une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La Discours de Frédérik BERNARD, Maire de Poissy Journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation - dimanche 24 avril 2011 - Monsieur le Député (présence non confirmée), Monsieur le Vice-Président

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945)

Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre d anéantissement (1939-1945) Proposition de mise en œuvre des nouveaux programmes d histoire-géographie en 3 ème 2 ème partie : guerres mondiales et régimes totalitaires (1914-1945) Thème 3 : La Seconde Guerre mondiale, une guerre

Plus en détail

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah

Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah D ix questions à Dr Marcel Tenenbaum rescapé de la Shoah La Caserne Dossin en bref... La Caserne Dossin est située à Malines en Belgique. C est à cet endroit que l on regroupa les Juifs de ce pays avant

Plus en détail

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2

Le cahier de Susi Fiche pédagogique École CP CE1 CE2 CM1 CM2 Supports Documentaire Le cahier de Susi, de Guillaume Ribot, en intégralité à l exception du prologue, et les documents d archives intégrés au DVD. Fac-similé du Cahier de Susi et présentation de Guillaume

Plus en détail

Juifs de Salonique en 1917

Juifs de Salonique en 1917 Témoignage de Mada adame ATTAS-DECALO Nous avons rencontré Madame Estelle DECALO, Estelle ATTAS de son nom de jeune fille, à son domicile de la rue de Grézan à Nîmes, le 9 juin 2009. Âgée de 88 ans, Madame

Plus en détail

9, rue Littré, 24000 PÉRIGUEUX 05.53.03.33.33 cg24.educatif.archives@dordogne.fr Service éducatif des Archives départementales de la Dordogne 2009

9, rue Littré, 24000 PÉRIGUEUX 05.53.03.33.33 cg24.educatif.archives@dordogne.fr Service éducatif des Archives départementales de la Dordogne 2009 Service éducatif des Archives Départementales de la Dordogne. Livret pédagogique d accompagnement de l exposition «une famille juive dans la tourmente de Strasbourg à Périgueux 1939-1944» Cycle 3 9, rue

Plus en détail

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH

DISCOURS MADAME SIMONE VEIL. Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH DISCOURS DE MADAME SIMONE VEIL Présidente de la FONDATION POUR LA MEMOIRE DE LA SHOAH Athènes, le 30 janvier 2006 Journée nationale à la mémoire des héros et des martyrs de l Holocauste en Grèce Monsieur

Plus en détail

MAUS par Art SPIEGELMAN

MAUS par Art SPIEGELMAN HISTOIRE DES ARTS MAUS par Art SPIEGELMAN I. IDENTIFIER ET PRESENTER L ŒUVRE L œuvre présentée ici est une bande-dessinée intitulée Maus, l intégrale, un survivant raconte réalisée par Art Spiegelman en

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

La seconde guerre mondiale

La seconde guerre mondiale CM2 Découverte du monde Histoire Compétences : La violence du XXe siècle : les deux conflits mondiaux La seconde guerre mondiale - À partir de l étude de cartes et de documents statistiques, comprendre

Plus en détail

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Chapitre 4 LA SECONDE GUERRE MONDIALE Pourquoi la Seconde guerre mondiale est-elle une guerre d anéantissement? I. Un affrontement planétaire A. Les grandes phases de la guerre ...................... 1

Plus en détail

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité

27 janvier 2015 Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l Humanité Monsieur le Maire, Eric LEJOINDRE Mesdames et Messieurs Les enseignants et représentants de l Education Nationale Mesdames et Messieurs les Présidents et représentants d associations patriotiques Mesdames

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU 3 ème LE NAZISME (1933-1945) DU TRAITE DE VERSAILLES A L ARRIVEE D HITLER AU POUVOIR PAGES 4-5 Comment Mussolini, nouveau dirigeant de l Italie est-il mis en valeur

Plus en détail

Auschwitz!... Que faire après?

Auschwitz!... Que faire après? Auschwitz!... Que faire après? L exposition «Auschwitz!... Que faire après?» n a pas pour objectif d expliquer le fonctionnement du système d extermination nazi mais de permettre une réflexion sur la mémoire

Plus en détail

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr.

Pour en savoir plus sur l histoire des Juifs de Vire, sur Lublin, Majdanek, Belzec, l Aktion Reinhard rdv sur www.memoire-viretuelle.fr. La «Shoah» qu est-ce que c est? Un génocide. Presque six millions de morts. Difficile de réaliser. Personne peut-être ne parvient à le faire Contre toute attente, la Shoah s est aussi passée à Vire. Vingt

Plus en détail

Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko.

Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko. Symphonie n 13. ou «Babi Yar» Dimitri Chostakovitch sur un poème de Evgueni Evtouchenko. Né en 1906 et mort à Moscou en 1975, Dimitri Chostakovitch est un compositeur russe et un pianiste majeur du 20

Plus en détail

Un violon dans la nuit

Un violon dans la nuit Un violon dans la nuit Présentation de l ouvrage Titre : Un violon dans la nuit Auteur : Didier Daeninckx Illustrateur : Pef Editeur : Rue du monde Genre : Album historique Résumé : Un matin, Alexandra

Plus en détail

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012

Ancienne gare de déportation de Bobigny. Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Ancienne gare de déportation de Bobigny Rencontre avec les enseignants de Bobigny Connaître les ressources locales 05.12.2012 Sommaire : 1. Bobigny, une gare entre Drancy et Auschwitz 2. Après la guerre,

Plus en détail

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents Corrigé du Brevet blanc janvier 2008 Partie histoire : La Shoah Etude de documents Doc.1 : P.V de la conférence de Wannsee, tenue à Berlin en 1942, et réunissant secrètement la haute hiérarchie nazie.

Plus en détail

Glossaire 3 : 3 Ressources :

Glossaire 3 : 3 Ressources : Le vocabulaire concernant l extermination des Juifs d Europe par les nazis Le régime nazi a, de 1941 à 1945, mis en œuvre sa décision planifiée de destruction des populations juives d Europe. L objectif

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I :

Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale? L exemple d Auschwitz. DIAPO I : Les camps de concentration et d extermination nazis : quelle organisation spatiale?

Plus en détail

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu

L'Holocauste. Table des matières. L Holocauste : aperçu L'Holocauste Table des matières The Holocaust: Theme Overview 1 Objets personnels Helena Zaleska 2 Auschwitz-Birkenau, 1944 3 Étoile de David 4 Gobelet de métal 5 Chaussure d enfant 6 L Holocauste : aperçu

Plus en détail

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de)

Dans nos classes. La Résistance et la Déportation dans les manuels. Classe de troisième. Les leçons : Collection. Auteurs (sous la direction de) Dans nos classes La Résistance et la Déportation dans les manuels Classe de troisième Les leçons : Belin, avril 2003. Eric Chaudron, Remy Knafou. Leçons La 2 guerre mondiale. * Les grandes phases de la

Plus en détail

IZIEU, LA MEMOIRE D UN GENOCIDE. EXPOSITION PRESENTEE PAR LES ELEVES DE 1 SMS B LYCEE GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ.

IZIEU, LA MEMOIRE D UN GENOCIDE. EXPOSITION PRESENTEE PAR LES ELEVES DE 1 SMS B LYCEE GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ. IZIEU, LA MEMOIRE D UN GENOCIDE. EXPOSITION PRESENTEE PAR LES ELEVES DE 1 SMS B LYCEE GENEVIEVE DE GAULLE ANTHONIOZ. Projet et exposition réalisés avec la collaboration étroite de la Maison d Izieu, Mémorial

Plus en détail

Concours national de la Résistance et de la Déportation (2014-2015) Des adolescents revenus de l enfer : Henri Borlant, Simone Jacob et Thomas Geve

Concours national de la Résistance et de la Déportation (2014-2015) Des adolescents revenus de l enfer : Henri Borlant, Simone Jacob et Thomas Geve Concours national de la Résistance et de la Déportation (2014-2015) Des adolescents revenus de l enfer : Henri Borlant, Simone Jacob et Thomas Geve «La libération des camps nazis, le retour et l accueil

Plus en détail

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire

Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Présentation du DVD Une petite fille privilégiée Un témoignage de Francine Christophe Une histoire dans l Histoire Ce témoignage de Francine Christophe, expérience douloureuse d une partie de sa vie, «croise»

Plus en détail

VOYAGE CICAD 2010 Auschwitz-Birkenau Mercredi 24 novembre 2010. 1 - Les participants

VOYAGE CICAD 2010 Auschwitz-Birkenau Mercredi 24 novembre 2010. 1 - Les participants Décembre 2010 VOYAGE CICAD 2010 Auschwitz-Birkenau Mercredi 24 novembre 2010 «Que ce lieu où les nazis ont assassiné un million et demi d hommes, de femmes et d enfants, en majorité des Juifs de divers

Plus en détail

Correction brevet blanc n 2 Avril 2013

Correction brevet blanc n 2 Avril 2013 Correction brevet blanc n 2 Avril 2013 Première partie histoire 13 points 1.Questions 1. Quand et où sont apparues les premières civilisations? 1 point Les premières civilisation sont apparues : - En Mésopotamie

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

Correction du devoir commun (mars 2013)

Correction du devoir commun (mars 2013) Correction du devoir commun (mars 2013) Attention : il ne s agit que d une proposition de réponses possibles. Chaque correcteur est libre d attribuer les points correspondant aux questions en fonction

Plus en détail

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement

La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Première Sa Evaluation Histoire La seconde guerre mondiale, une guerre d anéantissement Sujet classique mais attention à ne pas tomber dans un récit chronologique du conflit, ce qui serait horssujet. Réfléchir

Plus en détail

plan de la leçon objectifs de la leçon exercices

plan de la leçon objectifs de la leçon exercices Leçon 2 Dieu désire que vous conn nnaiss ssiez Ses dons Dans la première leçon, vous avez appris que Dieu avait des dons en réserve pour tous les croyants. Vous avez également découvert qu Il en désirait

Plus en détail

Pourquoi les «négationnistes» ne sont pas des historiens

Pourquoi les «négationnistes» ne sont pas des historiens Michel Condé Un document réalisé par le centre culturel Les Grignoux. Tous droits de reproduction et d adaptation réservés pour tout pays. D / 2015 / 6039 / 13 ISBN 978-2-87503-143-3 Sommaire 1. Le travail

Plus en détail

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement

La IIe Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides Introduction : «radicalisation de la violence» une guerre d anéantissement H2.1 : Guerres mondiales et espoirs de paix. La II e Guerre mondiale, une guerre d anéantissement et génocides. Introduction : Si la 1 ère guerre mondiale fut la première guerre totale, la 2 ème GM, par

Plus en détail

Témoignage de Madame. adame JALLATTE

Témoignage de Madame. adame JALLATTE Témoignage de Madame adame JALLATTE C est le 26 mai 2009 que nous avons rencontré Denyse LANDAUER, c est-à-dire Madame JALLATTE et son mari Charly-Sam JALLATTE, à leur domicile, au 13 bd Gambetta, l ancien

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Les jeunes contre l oubli

Les jeunes contre l oubli Ici, il y a des gens qui : Fabriquent de faux-papiers, Tout en restant discrets ; Aident des enfants, Même pas pour un franc. Ils sont cachés dans les maisons, Au lieu d être dans les camps de concentration.

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Bonus n 2 : Les emails types à envoyer aux annonceurs

Bonus n 2 : Les emails types à envoyer aux annonceurs Bonus n 2 : Les emails types à envoyer aux annonceurs Ces emails ont été rédigé par mes soins, et sont utilisés depuis plus de 2 ans. Bien entendu, vous devez les adapter à votre cas personnels, notamment

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION Ministère d État Centre de documentation et de recherche sur l Enrôlement forcé

DOSSIER DE PRESENTATION Ministère d État Centre de documentation et de recherche sur l Enrôlement forcé DOSSIER DE PRESENTATION Ministère d État Centre de documentation et de recherche sur l Enrôlement forcé 1 www.secondeguerremondiale.public.lu 1. Comment l exposition est-elle née? Au début il y eut 18

Plus en détail

Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux!

Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux! Avec la participation de la ville de Vernouillet (2 ème Ville Amie des enfants du département) Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux! 19/20 Novembre

Plus en détail

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste?

II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste. 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? II. La mise en place d un régime totalitaire, fasciste et raciste 1. Comment Hitler met en place un État totalitaire et raciste? Extrait du film de propagande réalisé par Leni Riefenstahl, Le Triomphe

Plus en détail

Les dernières lettres de Marie Jelen

Les dernières lettres de Marie Jelen Les dernières lettres de Jelen Histoire de Jelen Jelen a dix ans lorsqu elle est arrêtée avec sa mère, le 16 juillet 1942, lors de la rafle du Vel d Hiv. Sa famille était juive, d origine polonaise. Elle

Plus en détail

Saved by the bell partout dans le monde

Saved by the bell partout dans le monde Saved by the bell partout dans le monde Si ici les élèves et enseignant(e)s poussent souvent un cri de soulagement lorsque retentit la cloche à la fin de la journée, des millions d'enfants déscolarisés

Plus en détail

HISTOIRE : 18 points dont 10 pour le paragraphe argumenté

HISTOIRE : 18 points dont 10 pour le paragraphe argumenté Collège René Long 74 540 Alby-sur-Chéran Page 1 Brevet blanc d Histoire et d Education Civique * Durée : 2 heures * Présentation et Orthographe : 4 points * Le candidat/ la candidate traitera l un de deux

Plus en détail

ÉDITOS. Ce film se présente comme une chronique macabre, précise et rigoureuse de la barbarie, mais aussi comme l histoire d un combat pour la survie.

ÉDITOS. Ce film se présente comme une chronique macabre, précise et rigoureuse de la barbarie, mais aussi comme l histoire d un combat pour la survie. LES SURVIVANTS LES SURVIVANTS ÉDITOS La télévision a-t-elle tout dit de l enfer des camps et de l extermination? Paradoxalement, alors que le petit écran produit chaque année son lot de films et d émissions

Plus en détail

Les phases de la Seconde Guerre mondiale

Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Les phases de la Seconde Guerre mondiale Le monde en 1942 La politique antisémite

Plus en détail

Réalisé par : Mélanie Inkel, Intervenante en psychomotricité Jézabel Auger, Intervenante en psychomotricité. Reproduction autorisée

Réalisé par : Mélanie Inkel, Intervenante en psychomotricité Jézabel Auger, Intervenante en psychomotricité. Reproduction autorisée Réalisé par : Mélanie Inkel, Intervenante en psychomotricité Jézabel Auger, Intervenante en psychomotricité Reproduction autorisée Ces jeux se font en classe. C est la partie parfaite du recueil si vous

Plus en détail

Sortie pédagogique au «musée de l infanterie» de Montpellier

Sortie pédagogique au «musée de l infanterie» de Montpellier L.P. Léonard de Vinci MONTPELLIER Christine THOMAS Lettres - Histoire Sortie pédagogique au «musée de l infanterie» de Montpellier Le jeudi 6 octobre de 8h30 à 12h30. Classe concernée : 2 nde B.E.P. T.I.S.T.

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015

Guide des expositions temporaires. Service Educatif Édition 2015 Guide des expositions temporaires Service Educatif Édition 2015 Résistance et Monde rural en Zone interdite 1940-1944 Le Musée de la Résistance de Bondues Le musée a pour vocation de transmettre ce que

Plus en détail

aujourd hui, chez vous ; et je dirais presque, chez nous! 2/10

aujourd hui, chez vous ; et je dirais presque, chez nous! 2/10 Inauguration de l exposition «La Normandie des princes de Monaco. Du maréchal de Matignon au Prince Albert II» Saint-Lô, Musée des beaux-arts, 27 avril 2011 Monsieur le Préfet, Monsieur le Président du

Plus en détail

spécifique lié aux notions étudiées.

spécifique lié aux notions étudiées. Compétences du socle commun : Programmes de 2008 : Identifier les principales périodes de l histoire en les situant dans l ordre chronologique et en les caractérisant simplement, par le recours à des récits

Plus en détail

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale

TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS. Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale TROISIEME PARTIE LA FRANCE DE 1945 A NOS JOURS Bilan et mémoires de la seconde guerre mondiale Qu est-ce que ce film nous apprend sur l évolution de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France?

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc

Communiqué de presse. Les Voies de la Liberté. Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Exposition temporaire 2015 Mémorial National de la Prison de Montluc Les Voies de la Liberté Du 15 septembre 2015 au 28 mai 2016 Communiqué de presse Mémorial de la Shoah, CDLV82017 Le Mémorial En 2009,

Plus en détail

SEPR - Pierre Casadéi Lean Oser le participatif pour repenser l organisation

SEPR - Pierre Casadéi Lean Oser le participatif pour repenser l organisation Pour repenser son organisation au sortir d'un plan de départs volontaires, l'industriel SEPR a "osé" solliciter la participation de ses salariés. Avec succès. Réflexions de Pierre Casadei, Directeur des

Plus en détail

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel "La Colline"

Point sur la démarche de renouvellement de projet du Centre Social et Culturel La Colline Compte-rendu du CONSEIL d ADMINISTRATION du Mardi 31 mars 2015 Présents : Excusés : Absents : Mesdames BEAUDENON, BEAUFORT-LANCELIN, COIFFIER, CUBERA, FRAIGNEAU, GAILLARD, HATTRAIT, OUDIN, PREVOT, ZAYANI

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

COMMENT EN ARRIVE-T-ON LÀ?

COMMENT EN ARRIVE-T-ON LÀ? COMMENT EN ARRIVE-T-ON LÀ? n o 12 / 2014 document réalisé par le Conseil régional d Île-de-france PAGE 2 la parole à Jean-Paul Huchon, président de la Région PAGE 6 un discours historique Jacques Chirac

Plus en détail

Bernard Maître, 20 ans, Résistant. Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2014 classe de CM1 de Navenne

Bernard Maître, 20 ans, Résistant. Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2014 classe de CM1 de Navenne Bernard Maître, 20 ans, Résistant Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2014 classe de CM1 de Navenne Les élèves de CM1 de Mme Mailley ont réalisé ce livre racontant l histoire de

Plus en détail

Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012

Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012 Brevet Blanc d'histoire Géographie Education Civique Mardi 17 Avril 2012 (Rappel : la maîtrise de la langue (orthographe et expression écrite) est notée sur 4 points) Pour la première partie, le candidat

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON Ziggourat d Ur en Irak aujourd hui (source : internet). PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC Comment sont organisées les premières civilisations

Plus en détail

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes.

La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et des Tziganes. Première S, histoire LMA, 2011-2012 Thème 2 La guerre au XXe siècle Question 1 Guerres mondiales et espoirs de paix Cours 2 La Seconde Guerre mondiale : guerre d anéantissement et génocide des Juifs et

Plus en détail

dominique manotti Le Rêve de Madoff Éditions allia 16, rue charlemagne, paris iv e

dominique manotti Le Rêve de Madoff Éditions allia 16, rue charlemagne, paris iv e Le Rêve de Madoff dominique manotti Le Rêve de Madoff Éditions allia 16, rue charlemagne, paris iv e 2013 Éditions Allia, Paris, 2013. i je suis assis sur un banc en pierre, en plein soleil. Un beau jour

Plus en détail

CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005

CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005 CONCOURS DE LA RÉSISTANCE ET DE LA DÉPORTATION 2 005 Le Comité creusois du concours de la Résistance et de la Déportation se propose, cette année encore, de vous aider à préparer le concours dont le thème

Plus en détail

La vie et ses évènements traumatiques. La part d humanité rescapée de la masse

La vie et ses évènements traumatiques. La part d humanité rescapée de la masse 1 La vie et ses évènements traumatiques 17 septembre 2015 / Auditori CaixaForum / Barcelona L évènement traumatique et sa transmission Journée en hommage à Neus Català Organisée par la Fundació Cassià

Plus en détail

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009.

Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. Révision de l ombudsman du texte sur le camp d extermination nazi de Sobibor en Pologne, diffusé au Téléjournal le 30 novembre 2009. SOMMAIRE Un plaignant estime que le Téléjournal du 30 novembre a commis

Plus en détail

Les chambres à gaz. 1. Introduction. 2. Les chambres à gaz américaines 5. Mélanie Berger. 2.1. Description du gazage

Les chambres à gaz. 1. Introduction. 2. Les chambres à gaz américaines 5. Mélanie Berger. 2.1. Description du gazage Les chambres à gaz Mélanie Berger 1. Introduction L'objectif des négationnistes est de nous amener à croire qu'il n'y a jamais eu d'extermination volontaire des juifs pendant la période de la seconde guerre

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

Le camp d extermination de Belzec

Le camp d extermination de Belzec Le camp d extermination de Belzec Noémie Moullet Avant-propos Malgré les difficultés évidentes, liées au choix d un sujet à la fois lourd et délicat, j ai tenu à mener à bien cette entreprise «périlleuse».

Plus en détail

Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs

Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs Timothy Snyder La réalité ignorée de l'extermination des juifs À nous focaliser sur Auschwitz et le goulag généralement considérés comme les symboles adéquats, voire ultimes, du fléau des massacres collectifs,

Plus en détail

LA SHOAH. Document du Mémorial de la Shoah. 2007

LA SHOAH. Document du Mémorial de la Shoah. 2007 LA SHOAH Document du Mémorial de la Shoah. 2007 Au cours de la Seconde Guerre mondiale, 5 à 6 millions de Juifs européens ont été assassinés par l Allemagne nazie et ses complices. Le nombre des victimes,

Plus en détail

«RÉSISTER DANS LES CAMPS NAZIS»

«RÉSISTER DANS LES CAMPS NAZIS» Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2012 «RÉSISTER DANS LES CAMPS NAZIS» Plaquette de préparation du Concours départemental de la Résistance et de la Déportation 2012 Musée départemental

Plus en détail

COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I)

COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I) COMPTE RENDU DU STAGE ACADEMIQUE AU MEMORIAL DE LA SHOAH A PARIS ET A CRACOVIE (I) du 11 au 14 février 2010 G. Sabatier, Lycée Claude Fauriel et IUFM de Saint-Etienne (42) L objectif de ce compte-rendu

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Truf le chien. Truf est un chien. Truf n est pas un jouet, c est un animal. Et moi, comment vais-je faire pour lui parler?

Truf le chien. Truf est un chien. Truf n est pas un jouet, c est un animal. Et moi, comment vais-je faire pour lui parler? Truf viens Truf le chien Truf est un chien Truf peut être de bonne ou de mauvaise humeur. Truf peut avoir mal, il peut être malade. Truf n a pas de mains : il va prendre les choses avec ses dents ou les

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

Chronologie comparée de la Shoah

Chronologie comparée de la Shoah Chronologie comparée de la Shoah Cadre général Le sort des Juifs en Europe En France 1933 1933 1933 30 janvier : Adolf Hitler chancelier 1 avril : journée de boycott des magasins juifs 7 avril : révocation

Plus en détail

Les étapes de l'extermination des Juifs et des Tziganes dans les camps d'extermination

Les étapes de l'extermination des Juifs et des Tziganes dans les camps d'extermination Les étapes de l'extermination des Juifs et des Tziganes dans les camps d'extermination Tâche complexe : à l aide du dossier et du site Internet proposé ci-dessous, présentez les étapes suivies par les

Plus en détail

H 6. La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945)

H 6. La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) H 6. La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) En 1939, débute le conflit le plus meurtrier de l'histoire, la 2 nde Guerre Mondiale. Ce fut une vraie guerre mondiale et idéologique qui mobilisa l'ensemble

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Cette Bible a été trouvée près de la Mer Morte, non loin de Jérusalem. Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Plus en détail

Le procès de Nuremberg et les autres procès des camps de concentration d Allemagne de l ouest

Le procès de Nuremberg et les autres procès des camps de concentration d Allemagne de l ouest Le procès de Nuremberg et les autres procès des camps de concentration d Allemagne de l ouest Stéphanie Schlüchter Avant-propos Ayant toujours été intéressée à la deuxième guerre mondiale et à la Shoah

Plus en détail

APRES LA MATERNITE, LES PREMIERS MOIS AVEC VOTRE BEBE ALLAITE.

APRES LA MATERNITE, LES PREMIERS MOIS AVEC VOTRE BEBE ALLAITE. APRES LA MATERNITE, LES PREMIERS MOIS AVEC VOTRE BEBE ALLAITE. Conférence de Laure Marchand Lucas. Mardi 4 Mars 2008 A l occasion de l arrivée d un enfant dans la famille, les parents préparent la chambre

Plus en détail

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures.

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. REVEIL Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. Simone : Rabattre les couvertures Le Chef de gare : Madame votre fille La mère : Que dit-elle?

Plus en détail

Technique forex. J'ai donc 1 problème a résoudre : trouver une technique gagnante avec un bonne probabilité.

Technique forex. J'ai donc 1 problème a résoudre : trouver une technique gagnante avec un bonne probabilité. 27/12/2013 Technique forex voilà ma méthode personnel: je mise une somme au départ et je calcul pour gagner le double,ensuite il me reste a trouver une combine pour gagner avec un taux de probabilité assez

Plus en détail

Films à la Fiche. NUIT ET BROUILLARD Un dispositif d alerte NUIT ET BROUILLARD

Films à la Fiche. NUIT ET BROUILLARD Un dispositif d alerte NUIT ET BROUILLARD Films à la Fiche NUIT ET BROUILLARD Un dispositif d alerte TH6790 Présentation Musique de l allemand Eisler, commentaire écrit par l ex-déporté Jean Cayrol et lu par Michel Bouquet, ce court métrage «de

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail