=== SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI === CONFERENCE SUR LES HEDGE FUNDS Bruxelles, le 26 février 2009 Intervention de Jean-Pierre Jouyet, Président de l AMF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "=== SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI === CONFERENCE SUR LES HEDGE FUNDS Bruxelles, le 26 février 2009 Intervention de Jean-Pierre Jouyet, Président de l AMF"

Transcription

1 CONFERENCE SUR LES HEDGE FUNDS Bruxelles, le 26 février 2009 Intervention de Jean-Pierre Jouyet, Président de l AMF Mesdames, Messieurs, Réglons tout d abord la question du timing de l initiative qui nous réunit aujourd hui. Vous le savez, la Commission a lancé fin décembre 2008 sa consultation sur les hedge funds et les fonds de capital investissement. Etait-ce trop tard? Il n est jamais trop tard pour essayer de corriger ce qui peut encore l être. Mais c est vrai, je regrette que nous soyons obligés aujourd hui d agir à vif, avec les risques que cela emporte de décisions prises sous le coup de l urgence. Les Etats membres ont convaincu la Commission de la nécessité d agir, même si c est avec retard. Mais il revient aussi à la pugnacité du Parlement européen d avoir eu raison des réticences initiales de la Commission. Il se vérifie donc combien le Parlement pèse aujourd hui dans le débat sur les réformes financières en cours j ai pu aussi le mesurer avec le dossier des agences de notation et sur bien d autres sujets. C est très sain et cela le sera encore davantage, j en suis sur, après les élections européennes et la ratification du Traité de Lisbonne que nous attendons. A chaque chose malheur est bon, nous n avons plus à nous convaincre mutuellement de l intérêt de réguler les hedge funds et à nous épuiser en vaines arguties. C est déjà ça. Il y a un consensus sur le sujet, ce qui, avouez le, est un progrès considérable quand nous regardons en arrière. Autant de temps de gagné pour s atteler aux détails techniques, et ils ont leur importance. Vous avez choisi de répartir vos débats sur deux journées, l une consacrée au capital investissement, l autre, demain, aux hedge funds. Je traiterai l un et l autre sujet. 1

2 I Le capital investissement d abord : De vos débats, je retiendrai les points suivants. Vous avez bien fait la différence cet après-midi, et c est primordial, entre les fonds de capital investissement et les hedge funds. Leurs démarches et leurs objectifs ne sont pas les mêmes. Les fonds de capital investissement investissent prioritairement dans des entreprises non cotées. Ils jouent donc un rôle majeur dans notre économie. Cela nous a été dit à plusieurs reprises cet après-midi : grâce aux fonds propres stables qu ils apportent comme actionnaires entreprenants et, souvent, grâce aux experts qu'ils détachent auprès des équipes dirigeantes, ils accompagnent le développement de PME dynamiques ou innovantes. Inutile de souligner, de ce fait, leur contribution à la création d emplois et de richesses. Je voudrais également saluer la volonté de cette industrie, au travers de l Association européenne du Capital investissement et de ses branches nationales (en France, AFIC, M. de Fouquet + Hélène Ploix).de participer dans un esprit positif à l élaboration de standards européens. Mais, depuis 2006, certains fonds spécialisés dans le capital transmission (ou LBO), soucieux de placer des capitaux qui affluaient en masse, ont conclu des opérations hasardeuses. Ils n ont pas été suffisamment sélectifs, sont intervenus à des prix élevés et sur des entreprises en dehors de leur champ d'expertise. Je note d ailleurs que ces errements ont commencé à être corrigés par le marché au cours de ces derniers mois. Quelle a été leur principale erreur? Vous le savez, ce fut le fait pour certains fonds de LBO de réaliser des opérations de transmission de PME avec des effets de levier excessif. Aujourd'hui, dans le contexte économique que nous connaissons, ce sont les entreprises qui ont fait l'objet de ces opérations qui sont les plus fragilisées parce que la dette contractée par les LBO est inscrite à leur bilan. Le surendettement qui en résulte peut leur être fatal. Dès 2007, la Banque centrale européenne exprimait sa crainte que de telles pratiques menacent la stabilité financière. En avril 2008, le Parlement européen 2

3 faisait des propositions intéressantes pour juguler les risques induits en suggérant de contenir l endettement dans des limites économiquement raisonnables. Vous avez fait référence à ces travaux plusieurs fois dans les débats de cet après-midi. Or, ces appels n'ont trouvé que peu d'échos auprès de la Commission jusqu'à maintenant. Permettez-moi de reprendre ces propositions à mon compte. Par ailleurs, le capital investissement ne se limite pas au seul segment du capital transmission. Le capital risque ou le capital développement contribuent eux aussi positivement aux financements des entreprises. Or, vous avez de façon répétée souligné que le paysage européen du capital investissement était morcelé: il y a trop de véhicules d investissement, tous très hétérogènes. Trop hétérogènes? Très certainement. Il me paraitrait donc éminemment souhaitable que soit créé un véhicule européen unique de capital investissement. J espère une initiative européenne rapide en ce sens. Le Président Barroso a indiqué hier vouloir présenter des propositions de la Commission dès avril sur le capital investissement et les hedge funds. J espère que notre recommandation s y retrouvera. Donc, pour nous résumer s agissant du capital investissement, nous avons deux leviers d action : (1) adopter des ratios qui limitent l endettement des entreprises; (2) adopter un véhicule européen unique qui démultiplie les opérations de financement des PME, créatrices d emplois dans l espace européen. Malgré les risques de rachats décentralisés inhérents à la mise en place d une structure européenne sur un marché intégré, je crois que, aujourd hui, nous devons avant tout remédier au risque d asphyxie de nos entreprises. Nous avons donc intérêt à élargir la base des financements en en finissant avec ce patchwork de cadres règlementaires trop hétérogène. II J en viens au sujet que vous traiterez demain, les hedge funds. Nous sommes tous très attendus en la matière. Ne rien faire dans ce domaine n est pas une option, voilà qui est acquis. J'aimerais apporter ma modeste contribution de régulateur à vos travaux en esquissant les risques que les activités des hedge funds présentent et en évoquant les solutions possibles. Ce sont celles que nous avons 3

4 proposées à la Commission en réponse à sa consultation. Pour être tout à fait rigoureux, il nous faut bien faire la distinction dans l'univers des hedge funds. Il y a d abord les fonds alternatifs européens. Ils sont enregistrés et régulés dans un Etat membre. Ils se sont développés pour répondre à la demande de leurs investisseurs d un rendement supérieur, grâce à une palette de stratégies et de techniques plus large que la gestion traditionnelle. A titre d exemple, les fonds "contractuels" français ont des restrictions d'investissement ou des limites à l'effet de levier plus souples que celles des fonds traditionnels. Mais cette souplesse a un prix : c est le contrôle renforcé du régulateur sur les acteurs. A risque accru donc, contrôle renforcé. Il y a d autre part, les fonds spéculatifs. Le plus souvent, ils sont domiciliés dans des centres off shore, où ils bénéficient d'une régulation dessinée moins pour répondre aux risques que ces véhicules présentent que pour favoriser l'attractivité de la place. Ces fonds spéculatifs peuvent ainsi rester opaques non seulement pour les régulateurs, mais aussi pour leurs contreparties et même leurs investisseurs. Ils nous disent que cette confidentialité sur leurs positions leur est indispensable pour assurer leur pérennité. Ils craignent, en effet, que leurs stratégies perdent en efficacité si elles sont copiées. Soit, mais le coût de cette opacité est bien trop élevé, si on le rapporte aux risques induits par ce défaut de transparence. Il y a en effet pour moi quatre risques bien précis, qui s additionnent voire s exacerbent mutuellement: - risque pour le marché, - risque pour le système bancaire, - risque pour les investisseurs, - et risque lié au défaut de gouvernance. a) Risque pour le marché d abord. Personne ne prétend que les hedge funds sont la cause première ou unique de la crise financière que nous traversons. Mais, il ne fait aucun doute qu ils ont exacerbé la spirale déflationniste. En conditions normales de marché, ils sont apporteurs de liquidité. Mais lorsque le marché s est détérioré, les hedge funds ont asséché la liquidité en vendant massivement leurs actifs pour faire face aux appels de marge de leurs prime 4

5 brokers et aux demandes de rachats de leurs investisseurs. Les régulateurs n'ont pas vu venir ce retournement. Comment l'auraient-ils pu dans la mesure où la plupart des hedge funds, qui je le rappelle travaillent de façon opaque, ne sont soumis à aucune obligation de transparence envers les régulateurs de marché, pas même sur leurs positions agrégées ou sur leur profil de risque? b) Risque pour le système bancaire ensuite. Jusqu'à l'été 2007, les banques d'investissement se sont livrées à une concurrence féroce pour offrir des financements et des services rémunérateurs aux hedge funds. Si le risque pour les prime brokers de ne pas être remboursé par leurs clients hedge funds a diminué, les superviseurs bancaires restent inquiets des risques que les hedge funds représentent pour le système bancaire. Pourquoi? Comme les hedge funds ne sont pas plus transparents qu hier, certains prime brokers peuvent ne pas mesurer l'étendue du risque que représentent leurs clients hedge funds ; par ailleurs, dès que la confiance sera revenue sur les marchés, certains prime brokers pourraient, parce que c est leur intérêt commercial à court terme, ne pas vraiment chercher à vérifier ce niveau de risque, Dans l un et l autre cas, cette impossibilité d apprécier la réalité du risque fait craindre au régulateur bancaire une exposition plus grande que ce que les prime brokers affichent. Il suffirait que les banques, comme la régulation bancaire le requiert, évaluent correctement le risque de contrepartie qu'un hedge fund peut représenter. Mais comment le peuvent-elles aujourd hui puisqu elles n'ont pas accès à toute l'information indispensable pour mener cette analyse et qu elles ne voient le profil de risque d'un hedge fund que de manière floue ou partielle? c) J en viens au troisième risque, celui pour les investisseurs. Les investisseurs professionnels, pour évaluer le risque que leur investissement représente, doivent procéder à des diligences avant d'investir. Cette exigence se poursuit pendant toute la période d'investissement. Pour cela, il leur faut avoir accès à l'information pertinente et en temps opportun. Estce le cas avec des hedge funds enregistrés dans des centres offshore? Evidemment non. 5

6 d) Quatrième et dernier risque, ce qui a trait à la gouvernance. De sérieux doutes ont été émis quant au contrôle des risques, la gestion des conflits d'intérêt ou les règles de gouvernance des hedge funds. Je ne les citerai pas tous ici. Si ce n est que les gérants de ces hedge funds sont rémunérés en grande partie par une commission liée à la performance affichée du fonds. Inutile de dire qu il y a là potentiellement une source de conflits d'intérêts et de prise de risques inconsidérés, à court terme. L'industrie de la gestion alternative tente de répondre à ces interrogations par des codes de conduite. Mais quel est le niveau d'adhésion volontaire à ces codes? Quelles sont les sanctions en cas de non respect? Aucunes, à ma connaissance. Ne serait-ce qu à cette aune, la régulation est indispensable. L autorégulation ne suffit pas. Il faut à tout le moins sanctionner l inapplication des règles de conduite. Pour faire vivre la gestion alternative et l innovation financière, il nous faut plus de transparence et plus de contrôle des risques. C est simple. Ni la transparence, ni la sécurité ne sont ennemis de la compétitivité. Certains hedge funds l ont déjà compris qui en font un argument de vente anticipant ainsi la régulation à venir. Je note également certaines initiatives d associations de l industrie appelant à plus de transparence envers le régulateur. C est déjà un pas dans la bonne direction. Cela montre que l on peut travailler en coopération avec l industrie sur un sujet suscitant beaucoup d attentes au G20 du 2 avril. Quelles actions l Union européenne peut-elle prendre dans cette perspective? - 1 Donner l exemple et ne pas être soumise à une régulation strictement américaine. - 2 Protéger une industrie européenne de la gestion alternative importante, sans parler des investisseurs européens, base de clientèle substantielle pour les hedge funds. Au titre des propositions concrètes et détaillées que la Commission entend désormais présenter en avril, que faudrait-il? - une directive ; - une directive qui impose des règles aux acteurs de la gestion alternative ; 6

7 - une directive qui s applique aux acteurs où que les fonds soient enregistrés ; - une directive qui manie la carotte et le bâton. Le bâton, ce serait des obligations à respecter pour les hedge funds et l interdiction aux investisseurs européens d investir dans un hedge fund qui ne serait pas suffisamment transparent envers le régulateur. La carotte, ce serait le label européen qui permettrait à ces fonds, du moment qu ils satisfont aux obligations qu imposerait la directive, de bénéficier d une commercialisation transfrontière à certaines catégories d investisseurs. Voici l économie générale de ce que la France propose dans sa contribution à la consultation de la Commission. Celle-ci a en la matière un rôle indispensable à jouer pour éviter «le chacun pour soi». Le Parlement européen a lui aussi fait des propositions dans le même sens L'Union doit donc définir un cadre législatif européen, sécurisé et harmonisé, pour la gestion alternative. Ce cadre créerait des obligations d'enregistrement ou de notification auprès des régulateurs des pays dans lesquels les parts d'un hedge fund sont offertes. Il imposerait des règles de transparence vis-à-vis des régulateurs à des fins macro prudentielles; mais aussi des règles de transparence envers leurs contreparties et leurs investisseurs. Il permettrait le contrôle des risques par les gérants. Sans le respect de ces obligations, pas de "label" européen permettant la commercialisation à certains investisseurs. * * * Pour clôturer cette journée, si nous ne devions retenir qu'un seul signal d'alerte, ce serait celui de la défiance grandissante envers le monde de la finance. La confiance des investisseurs dans les marchés, les intermédiaires financiers et, je suis objectif, les autorités de régulation diminue. L'épargne s'oriente massivement vers les produits les plus sûrs, ou tout au moins considérés comme tels. Les investisseurs fuient les produits qui permettent de canaliser l'épargne vers le financement des entreprises et de l'économie alors que le crédit bancaire aux entreprises reste en deçà des besoins. 7

8 La régulation des hedge fund, ce n est qu une des briques du chantier de la refondation d un capitalisme moins orienté vers le court terme et la rentabilité immédiate. Mais c est une brique ô combien importante pour bien étayer le système afin qu il joue de nouveau son rôle indispensable de financement de l'entreprenariat, de financement de ceux qui prennent des risques pour créer de la valeur, de la croissance et des emplois. Sur ces matières comme sur d autres, les régulateurs réguleront. Mais, et j insiste sur ce point, ils ne pourront s accorder que si des orientations politiques très claires leur sont données sur ce qu ils doivent réguler. C est là tout l enjeu du G20 du 2 avril. C est là aussi que les initiatives de la Commission seront cruciales. La Commission a un monopole d initiative par les Traités. Qu elle s en serve politiquement. Je vous remercie de votre attention. 8

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS

REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS REPONSE A LA CONSULTATION DES SERVICES DE LA COMMISSION EUROPEENNE SUR LES HEDGE FUNDS Reinhold & Partners est une société de conseils spécialisée dans la mise en place et le support de sociétés de gestion

Plus en détail

- Seul le prononcé fait foi -

- Seul le prononcé fait foi - Colloque du Conseil scientifique de l AMF «La résilience des infrastructures des marchés financiers» Discours de clôture de Gérard Rameix, président de l AMF 26 mai 2014 Maison du Barreau Paris Mesdames,

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Forum Paris Europlace Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Pavillon d Armenonville Mercredi 9 juillet 2014

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels? Interview «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?» 34 Update I/2014 Le rédacteur en chef, Marty-Jörn Klein, s est entretenu

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence?

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? CNIS, commission Système financier et financement de l'économie Jeudi 25 septembre 2014 Omar Birouk DGS-Banque de France Yamina Tadjeddine EconomiX,

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS

Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Quo Vadis Gérant Indépendant? 21 septembre 2011 Jean-Luc Epars, Partner, Legal Yvan Mermod, Partner, Audit FS Agenda 1. Les gérants indépendants sous pression 2. Surveillance actuelle 3. Directive AIFM

Plus en détail

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services SPEECH/13/XXX Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Dématérialisation de la commande publique : un levier de modernisation de l administration publique

Plus en détail

Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque

Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque 1 Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque Autorité de règlement de faillite : le nouveau rôle de la SADC CD Howe Institute 9 juin 2014 INTRODUCTION Bonjour,

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

Intervention du Premier ministre, François FILLON. Séminaire Ambrosetti «Une stratégie économique pour l Europe» Cernobbio, samedi 5 septembre 2009

Intervention du Premier ministre, François FILLON. Séminaire Ambrosetti «Une stratégie économique pour l Europe» Cernobbio, samedi 5 septembre 2009 PREMIER MINISTRE SERVICE DE PRESSE Intervention du Premier ministre, François FILLON Séminaire Ambrosetti «Une stratégie économique pour l Europe» Cernobbio, samedi 5 septembre 2009 EMBARGO AU PRONONCE

Plus en détail

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Philippe MARTIN, Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le jeudi 6 février 2014 Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Examen de la proposition de résolution sur le renforcement de la régulation financière (n 1512)...2 Information relative à la Commission...7

Plus en détail

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables

Une réponse au défi Création de richesses collectives durables 29 Une réponse au défi Création de richesses collectives durables La question de la propriété est au centre des valeurs qui animent l économie sociale. L économie est devenue guerrière lorsqu elle a mis

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne

La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne La réforme de la structure du secteur bancaire de l Union européenne Synthèse et analyse des propositions du rapport Liikanen octobre 2012 Sommaire 1 Une réponse pragmatique à la nécessaire réforme structurelle

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES

FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES FÉDÉRATION FRANÇAISE DES SOCIÉTÉS D'ASSURANCES 26, boulevard Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Téléphone : 01 42 47 90 00 - Télécopie : 01 42 47 93 11 - Internet : http://www.ffsa.fr 12 juillet 2007 Observations

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

Politique d exécution des ordres

Politique d exécution des ordres Politique d exécution des ordres 01/07/2015 Document public La Banque Postale Asset Management 02/07/2015 Sommaire 1. Informations générales définitions obligations 3 1.1. Contexte 3 1.2. Rappel des textes

Plus en détail

Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque.

Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque. Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque. Publié et mis en ligne le 5 février 2007 Un fonds commun de placement à risques (FCPR) est un fonds dont

Plus en détail

AIFM/MIFID :vers une harmonisation règlementaire?

AIFM/MIFID :vers une harmonisation règlementaire? AIFM/MIFID :vers une harmonisation règlementaire? Laurence Caron-Habib Responsable Affaires Publiques, BNP Paribas Securities Services JIR ASFFOR 18 septembre 2014 1 Agenda Introduction Directive AIFM

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Discours. Monsieur le Ministre, cher Michel, Mesdames et Messieurs, chers amis,

Discours. Monsieur le Ministre, cher Michel, Mesdames et Messieurs, chers amis, Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l occasion du lancement du comité de suivi des bonnes pratiques dans les moyens de paiement en ligne pour

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction La création récente de la Banque Publique d Investissement reflète la nécessité d une refonte des processus mais aussi et surtout des moyens de financement des

Plus en détail

ATELIER DE TRAVAIL. Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé»

ATELIER DE TRAVAIL. Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé» ATELIER DE TRAVAIL Mardi 27 mars 2012 Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé» Animé par Valérie Tandeau de Marsac, Avocat-

Plus en détail

Une société de capital-risque, comment ça marche?

Une société de capital-risque, comment ça marche? Première partie Une société de capital-risque, comment ça marche? L objet de cette première partie est de présenter le fonctionnement global d une société de capital-risque. L objectif est de permettre

Plus en détail

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle

Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Assurance et capital-investissement Directive AIFM et utilité de l assurance RC Professionnelle Cahiers les d'acp ASSURANCE & CAPITAL PARTNERS (ACP) est le Département spécialisé du Groupe SIACI SAINT

Plus en détail

Analyse financière par les ratios

Analyse financière par les ratios Analyse financière par les ratios Introduction L outil utilisé dans les analyses financières est appelé ratio, qui est un coefficient calculé à partir d une fraction, c est-à-dire un rapport entre des

Plus en détail

Réforme bancaire : ce que dit le

Réforme bancaire : ce que dit le Réforme bancaire : ce que dit le projet de loi Le Monde.fr 27.11.2012 à 19h15 Mis à jour le 28.11.2012 à 07h13 Par Anne Michel Le projet de loi vise à "remédier à certaines carences du dispositif de régulation

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

AMbition éolien 2012. L énergie éolienne. renouvelable, compétitive et créatrice d emplois

AMbition éolien 2012. L énergie éolienne. renouvelable, compétitive et créatrice d emplois AMbition éolien 2012 L énergie éolienne renouvelable, compétitive et créatrice d emplois Sortons de la crise avec l énergie de l avenir La filière éolienne entend être demain un des fleurons de l industrie

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity?

4. Quels sont les investissements réalisés par les fonds de private equity? 1. Qu est ce que le private equity? Le private equity ou capital investissement désigne une forme spécifique d investissement institutionnel dans des entreprises privées avec comme objectif de financer

Plus en détail

Les organismes de placement collectif immobilier

Les organismes de placement collectif immobilier Les organismes de placement collectif immobilier (OPCI) Régime juridique Émilie Capron Avocat 5 e édition augmentée et mise à jour notamment des dispositions de la loi de régulation bancaire et financière

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE»

Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Paris Europlace Forum financier international 20 avril 2015 «FAVORISER LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN EUROPE» Table ronde 3 : Revue de la stabilité financière de la Banque de France «Financement de l économie

Plus en détail

- Seul le prononcé fait foi -

- Seul le prononcé fait foi - Keynote speech Discours prononcé par Jean-Pierre Jouyet, Président de l Autorité des marchés financiers Conférence Tradetech - 13 février 2012 Hôtel Pullman - Tour Eiffel, Paris «La réponse de l AMF à

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

PERSPECTIVES. Hedge funds. Approche en matière d ESG

PERSPECTIVES. Hedge funds. Approche en matière d ESG PERSPECTIVES Adoption des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance par les gérants de hedge funds et de private assets : une enquête d Unigestion Avril 2015 Il est de plus en plus admis que

Plus en détail

Evolution de la réglementation de la microfinance. Présentation des intervenants :

Evolution de la réglementation de la microfinance. Présentation des intervenants : La réglementation de la microfinance : entre protection des clients et développement des IMF Evènement co-organisé par le Club Microfinance Paris, Convergences et la Fondation Grameen Crédit Agricole Présentation

Plus en détail

N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2118 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 27 novembre 2009. PROPOSITION DE LOI visant à étendre aux épargnants

Plus en détail

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes

64% des actifs font confiance aux mutuelles : La France Mutualiste se mobilise pour répondre à leurs attentes DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE DU 14 SEPTEMBRE 2010 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Enquête exclusive La France Mutualiste/IFOP : Les Français et la retraite 64% des actifs font confiance aux mutuelles :

Plus en détail

SESSION 2013 UE2 FINANCE

SESSION 2013 UE2 FINANCE DSCG SESSION 2013 UE2 FINANCE Éléments indicatifs de corrigé Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/6 1 DOSSIER 1 : ÉTUDE DE CAS LE CAS PRIC Sous-dossier 1 1. Après

Plus en détail

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle vendredi 25 mai 2012 Intervenant : Michel JORNET Directeur Associé JORNET FINANCE CONSULTING Les principes

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Aligner les nouveaux modèles de croissance des ESN

Aligner les nouveaux modèles de croissance des ESN Offre de Conseil DUE DILIGENCE STRATEGIQUE Une tendance de rationalisation chez les donneurs d ordre donnant lieu à une massification des achats, une fermeture des référencements et une contraction des

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

GESTION DE STOCK- FIXEZ DES DATES LIMITES DE VENTE A VOS PRODUITS!

GESTION DE STOCK- FIXEZ DES DATES LIMITES DE VENTE A VOS PRODUITS! CHAPITRE 6 GESTION DE STOCK- FIXEZ DES DATES LIMITES DE VENTE A VOS PRODUITS! Ce que vous allez apprendre dans ce chapitre Le point commun entre un VO et un yaourt... Une méthode innovante pour gérer la

Plus en détail

SYNDICAT DES INDÉPENDANTS PRÉSIDENTIELLE 2012. SDI 266 Av de la Californie 6ème Etage 06200 NICE Tél : 04.92.29.85.90 Fax : 04.92.29.04.

SYNDICAT DES INDÉPENDANTS PRÉSIDENTIELLE 2012. SDI 266 Av de la Californie 6ème Etage 06200 NICE Tél : 04.92.29.85.90 Fax : 04.92.29.04. www.sdi-pme.fr SYNDICAT DES INDÉPENDANTS Organisation interprofessionnelle patronale regroupant 25.000 artisans, commerçants, TPE et professionnels libéraux PANORAMA DES TPE PRÉSIDENTIELLE 2012 Enquête

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

NOTE Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant la stabilité des marchés financiers

NOTE Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant la stabilité des marchés financiers CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 15 mai 2008 (20.05) (OR. en) 9056/1/08 REV 1 TRADUCTION NON RÉVISÉE EF 27 ECOFIN 158 NOTE du: aux: Objet: Secrétariat général délégations Feuilles de route concernant

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE

DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE DROIT ET RÉGLEMENTATIONS DE LA PLACE FINANCIÈRE Révision des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de fortune La nouvelle version des Directives de l ASB concernant le mandat de gestion de

Plus en détail

L ouverture à la concurrence des jeux d argent

L ouverture à la concurrence des jeux d argent NOTE L ouverture à la concurrence des jeux d argent Par Terra Nova le 5 mai 2008 Le gouvernement s apprête à ouvrir, au moins partiellement, le marché des jeux d argent à la concurrence. Il explique que

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

1. Considérations générales

1. Considérations générales 1. Considérations générales Dans le cadre de la Stratégie Européenne pour l'emploi, le Conseil européen a invité les partenaires sociaux à négocier des accords en vue de moderniser l'organisation du travail,

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Contrats sur différence (CFD)

Contrats sur différence (CFD) Avertissement à l attention des investisseurs 28/02/2013 Contrats sur différence (CFD) Principales recommandations Les contrats sur différence (CFD) sont des produits complexes qui ne sont pas adaptés

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

LA REFORME DE L ORGANISATION DE L ASSURANCE MALADIE COMPLEMENTAIRE 1

LA REFORME DE L ORGANISATION DE L ASSURANCE MALADIE COMPLEMENTAIRE 1 LA REFORME DE L ORGANISATION DE L ASSURANCE MALADIE COMPLEMENTAIRE 1 PAR ALAIN THIRION Président de Mutassur (Association Professionnelle des Assureurs Mutualistes et de leurs intermédiaires d assurances)

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail