Risque microéconomique, aversion à l incertitude et indétermination de l équilibre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risque microéconomique, aversion à l incertitude et indétermination de l équilibre"

Transcription

1 ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N Rique microéconomique, averion à l incertitude et indétermination de l équilibre Jean-Marc TALLON* RÉSUMÉ. Cet article e propoe d étudier le propriété d un modèle d équilibre général en préence de rique purement microéconomique lorque le agent e comportent elon le modèle d utilité epérée au en de Coquet (Coquet expected utility), i.e., il maximient une epérance non-additive d utilité. Cette formaliation repréente un comportement reflétant un certain peimime, ou encore de l averion à l incertitude. Sou l ypotèe qu il exite un certain conenu dan l économie, nou montron que le agent aurent totalement à l équilibre, que l allocation d équilibre et indéterminée, et que l enemble de allocation d équilibre croît avec le degré de peimime. Micro-Economic Rik, Uncertainty Averion and Indeterminacy ABSTRACT. Ti paper tudie te propertie of a general equilibrium model wit purely microeconomic rik, in wic agent beave according to Coquet expected utility (i.e., tey maximize a non-additive expected utility). Ti formalization repreent a beavior exibiting uncertainty averion or peimim. Under te aumption tat tere i a minimal conenu in te economy, it i own tat agent are fully inured at an equilibrium, tat te equilibrium allocation i indeterminate, and tat te ize of te equilibrium et increae wit te degree of uncertainty averion. * J. M. TALLON : CNRS-MAD, Univerité de Pari 1. Je tien à remercier deux rapporteur anonyme pour leur commentaire.

2 1 Introduction Cet article étudie le implication de l ypotèe d epérance nonadditive d utilité (ou utilité epérée au en de Coquet) ur le propriété d un modèle d équilibre général avec incertitude microéconomique. Cette repréentation de préférence de agent a été propoée dan de contexte aez différent par SCHMEIDLER [1989] (dan l incertain) et par QUIGGIN [1982] (dan le ca du rique) 1. Le but de ce téorie alternative et de éloigner de l ypotèe d utilité epérée et de paradoxe qui en découlent en propoant une formaliation dan laquelle le croyance de agent ne ont plu repréentée par de probabilité (additive), mai plutôt par une capacité (c et-à-dire une meure non-additive). La téorie propoée par Scmeidler part du contat que, dan un environnement incertain, le agent tendent à préférer le ituation dan lequelle il poèdent une information ur la probabilité d occurence d un évènement (comme par exemple dan le paradoxe d Ellberg). Ce comportement uggère que le agent économique cercent à éviter le ituation dan lequelle il font face à une certaine ambiguité; en d autre terme il ont adveraire de l incertitude. La modéliation propoée dan la littérature récente ur la téorie de la déciion dan l incertain permet d étudier ce comportement. Cette repréentation de préférence de agent cange le propriété de l équilibre d un modèle d équilibre général. Nou nou concentron donc ur un modèle d équilibre général à deux période, dan lequel exite un rique individuel en econde période. L averion de agent enver l incertitude et repréentée par l ypotèe elon laquelle il maximient une epérance nonadditive d utilité, ou plu préciément, qu il ont un enemble de croyance a priori (additive) et qu il évaluent l utilité d une perpective aléatoire par l utilité epérée minimale de celle-ci. Dan ce ca de figure, il et montré, ou l ypotèe qu il exite un minimum de conenu entre le croyance de différent agent, que ceux-ci aurent totalement à l équilibre, oit, en d autre terme, qu il conomment le même panier de bien dan le différent état de la nature. Ceci n et vrai dan le modèle avec croyance additive que i le agent ont exactement le même croyance. En econd lieu, le allocation d équilibre ont indéterminée, contrairement au modèle avec croyance additive. De plu, lorque l averion à l incertitude augmente (dan un en que nou précieron dan la ection 4), l enemble de allocation d équilibre croît. L intuition ou-jacente à ce réultat et que l averion à l incertitude introduit un coude dan le courbe d indifférence, au point de certitude. Cette non-différentiabilité et introduite au traver de croyance (reflétant un comportement d averion à l incertitude), et n et pa uppoée ur l indice d utilité, qui repréente le préférence de l agent dan le certain. 1. WAKKER (1990b) montra par la uite que ce deux approce ont en fait formellement identique, i l on admet que la dominance tocatique et repectée. 212

3 En conéquence, le préférence de agent ne ont pa lie, ce qui explique l indétermination de l équilibre. En effet, l environnement et par ailleur tandard et le réultat d unicité locale de l équilibre de DEBREU [1970] appliquerait i le croyance étaient additive. L article et contruit de la manière uivante. La econde ection préente le modèle et quelque réultat ur la fonction d utilité de agent, néceaire pour l étude de propriété d équilibre du modèle. Ce dernière ont regroupée dan la ection 3, où il et montré que, ou l ypotèe d un conenu minimal, le agent aurent pleinement et que l allocation d équilibre et indéterminée. Cette ection comprend également une repréentation grapique intuitive de ce pénomène. La quatrième ection contient une dicuion de l effet d un accroiement du peimime ur l enemble d équilibre. 2 Le modèle et la repréentation de préférence de agent Nou conidéron une économie d écange à deux période, avec incertitude en econde période, dan laquelle le agent maximient une epérance non-additive d utilité. H conommateur ( = 1;... ; H), conomment C bien (c = 1;... ; C) dan l état, 2 = f1;... ; Sg en econde période 2. Il et poible d écanger tou le bien contingent en première période. De manière alternative, il erait poible de uppoer l exitence d un ytème complet de marcé financier 3. Ce deux formulation ont équivalente, et nou nou concentreron ur la première (qui et plu imple du point de vue de notation à adopter). La conommation de bien par le ménage dan l état et notée x (), pour = 1;... ; S. Le prix de bien contingent à et noté p(). Le ménage poède de dotation dan caque état, e (), et nou retreindron notre attention au ca de rique purement individuel (rique microéconomique), c et-à-dire qu il n exite pa de rique agrégé. De plu, nou uppoon qu il exite bien un rique individuel intrinèque, excluant aini l ypotèe de tace olaire (étudiée dan TALLON [1995a]). L ypotèe uivante reflète ceci : HYPOTHÈSE 1 : P P H Rique microéconomique : =1 e H () = =1 e ( 0 ) pour tout ; 0. Pa de tace olaire : Pour tout ; 0, il exite tel que e () 6= e ( 0 ). 2. On uppoe donc, eentiellement par ouci de garder de notation imple, que le agent ne conomment pa en première période. 3. On pourrait également uppoer l exitence d un fond mutuel d aurance, comme dan MALINVAUD (1972) et CASS, CHICHILNISKY et WU (1996). RISQUE MICROÉCONOMIQUE 213

4 P Soit e la dotation agrégée (contante pour tou le état de la nature), i.e., e () = e pour tout. Le préférence de l agent ont repréentée par un indice d utilité u et une meure de probabilité non néceairement additive. Une telle repréentation de croyance peut provenir d axiomatiation différente. Nou nou contenton d une brève dicuion de certaine de ce axiomatiation et renvoyon le lecteur aux article de yntèe de KARNI et SCHMEIDLER [1991], MUNIER [1995] et KAST et LAPIED [1995] pour une analye plu complète de développement récent de la téorie de la déciion. Leur but commun et d aboutir à une éparation entre la repréentation de l attitude d un agent enver le rique (ou l incertitude) repréentée par e croyance, de celle de e préférence dan le certain repréentée par l indice d utilité u. Dan le ca du rique (c et-à-dire lorque tou le individu connaient la vraie ditribution de probabilité de état), QUIGGIN [1982] et YAARI [1987] ont propoé la téorie de l utilité epérée dépendant du rang (Rank Dependent Expected Utility), elon laquelle le agent tranforment le probabilité objective avant de calculer leur utilité epérée. WAKKER [1990b] montra par la uite que cette formulation et un ca particulier de la repréentation de croyance par une meure non-additive. SCHMEIDLER [1989] montra que, dan un environnement incertain, le croyance peuvent être repréentée par de meure non-additive (ou capacité). La non-additivité de la meure reflète l attitude du décideur enver l incertitude, c et-à-dire enver le fait qu il ne connait pa la vraie probabilité d apparition de état, et n a qu une information limitée du proceu générant ce état (i celui-ci exite). Récemment, GHIRARDATO [1994] a propoé une axiomatiation différente de croyance non-additive. Dan on modèle, le agent penent ignorer certain apect de l epace de état de la nature, qui ont important pour calculer la conéquence de leur acte. Il ont donc concient de ne pa avoir tou le tenant et le aboutiant de conéquence de leur acte. Dan ce cadre, la non-additivité de croyance reflète cette ignorance (voir aui JAFFRAY et WAKKER [1994]). L une ou l autre de deux première interprétation et compatible avec le modèle préenté ici. Un agent peut connaître la probabilité objective qu il tombe malade mai tranformer la fonction de ditribution de cette probabilité. Alternativement, un agent peut avoir peu d information en ce qui concerne a probabilité (aini que celle de autre) de tomber malade, auquel ca e croyance ont repréentée par une meure non-additive. Afin de repréenter formellement le croyance, définion 6 = 2, et uppoon que le croyance de l agent ont caractériée par : 6! [0; 1], ur laquelle on fait le ypotèe uivante : HYPOTHÈSE 2 : Pour tout ménage, (;) = 0 et () = 1, Monotonie: Pour tout E, F 2 6, E F =) (E) (F ), Convexité: Pour tout E, F 2 6, (E [ F ) + (E \ F ) (E) + (F ). Sou le deux première ypotèe, et appelée une capacité. 214

5 Le réultat uivant (propoition 1), démontré dan GILBOA et SCHMEIDLER [1994] par exemple, era utilié dan le rete de l article. Il permet de caractérier l epérance d une variable aléatoire elon une capacité, connue ou le nom d intégrale de Coquet. Définion d abord l intégrale de Coquet (dan le ca d un nombre fini d état de la nature, S). Soit une capacité et f une variable aléatoire ur S, telle que f(1) f (2)... f (S). L intégrale de Coquet de f elon et définie par : Z fd = S01 ((f;... ; Sg) 0 (f + 1;... ; Sg))f() + (S)f(S) =1 Définion maintenant le noyau (core) d une capacité (que nou noteron Core()) : Core () = f' j ' et une meure de probabilité additive et, '(E) (E) 8 E 2 6g PROPOSITION 1 : Suppoon monotone, alor et convexe i et eulement i (i) Core () 6= ; (ii) Pour toute variable aléatoire f ur S, R f d = min '2Core() R f d': La notion de convexité d une capacité a une interprétation naturelle lorque celle-ci repréente de croyance : i le décideur et peimite, e croyance eront convexe. En effet, en prenant le minimum de toute le epérance (additive), le décideur e comporte de manière peimite puiqu il anticipe que l incertitude (repréentée ici par le fait que le noyau ne e réduit pa à une eule meure additive) e réoudra en a défaveur. Pour un traitement formel de la quetion, on pourra e reporter à WAKKER [1990 a] 4. De manière imilaire, DOW et WERLANG [1992], reprenant SCHMEIDLER [1989], définient ( ; E) = 1 0 (E) 0 (E c ) comme étant le degré d averion à l incertitude de en E, E c étant le complément de E. Cette meure repréente l écart de la capacité par rapport à l additivité en E. Cet indice et toujour poitif pour de meure convexe, et et toujour égal à zéro pour une meure additive. Le préférence d un agent ont donc repréentée par une fonction d utilité U, qui exprime comme l epérance de l indice d utilité u par rapport à la capacité, i.e., (en upprimant l indice pour alléger le notation) : U x(1);... ; x(s) E u(x(:)) = min '2Core() S '()u(x()) =1 L ypotèe uivante ur la fonction u era maintenue dan tout l article. 4. Voir aui la dicuion de la propoition 3 dan YAARI (1987), aini que KARNI et SCHMEIDLER (1961), p , CHATEAUNEUF (1991). RISQUE MICROÉCONOMIQUE 215

6 HYPOTHÈSE 3 : u : R C +! R et trictement concave, différentiable et trictement croiante pour tout. De plu, fx 2 R C +ju (x) = cg et fermé dan R C ++. Ceci ignifie, en particulier, que le réultat que nou obtiendron ne ont pa le fait de préférence dan le certain particulière, mai découlent bien de la modéliation de croyance adoptée. Sou l ypotèe précédente, la propoition uivante et facile à démontrer : PROPOSITION 2 : Sou le ypotèe 2 et 3, U et concave ur R SC +. Démontration : Evident car U et le minimum de fonction concave. 3 Finalement, on peut oberver que U, étant un minimum de fonction, n et pa différentiable, même i ce fonction le ont. En particulier, elle n et a priori pa différentiable aux point de certitude, c et-à-dire le point où x() = x( 0 ), pour tout ; 0. C et la raion pour laquelle le réultat de DEBREU [1970] (elon lequel, génériquement, l équilibre et localement unique) n et pa vrai dan notre économie : le préférence ne ont pa lie. 3 Aurance complète et indétermination de l équilibre Dan cette ection, nou montron que, ou une ypotèe de conenu minimal, l allocation d équilibre et telle que caque agent et parfaitement auré. Nou établion enuite le réultat d indétermination de l allocation d équilibre, et en donnon une interprétation grapique. Commençon par définir la notion (uuelle) d équilibre retenue. DÉFINITION 1 : (p? ; x? ) 2 R+ CS 2 R+ CSH et un équilibre i : Pour tout et étant donné p?, x? et une olution au programme max U ((x (1);... ; x (S)).c. p? ()x () = p? ()e () P x? () =P e () pour tout. Un équilibre exite dan cette économie ou le ypotèe faite cideu. Nou établion maintenant que ou l ypotèe 4 d au moin une croyance additive commune de agent ur la réaliation de tout état du monde, le agent aurent totalement à l équilibre. HYPOTHÈSE 4 : Il exite une meure de probabilité ' 2 \ Core( ) telle que '() 6= 0 pour tout. 216

7 PROPOSITION 3 : Suppoon le ypotèe 1, 2, 3, et 4 atifaite. Alor l allocation d équilibre et telle que x () = x ( 0 ) pour tout et tout ; 0. Démontration : Soit x? = (x? 1 ;... ; x? H ) une allocation d équilibre. Suppoon qu il exite 0, et 0 tel que x? 0() 6= x? ) (pour 0 (0 implifier, et an perte de généralité, on uppoe P x 1? (1) 6= x? 1 (2)). Soient S ' 2 \ Core( ) vérifiant '() 6= 0 pour tout et x = =1 '()x? () pour tout. Nou montron maintenant que l allocation x domine au en de Pareto l allocation d équilibre x?. Obervon tout d abord que l allocation x donnant x à caque agent dan caque état et réaliable : x = = '()x? '() () e () puique x? () = e () = e puique e () = e et '() = 1 Maintenant U (x ;... ; x ) = u (x ). Du fait de la concavité de u : U (x ;... ; x ) Puique ' 2 Core( ), on obtient alor : '()u (x? ()) U (x ;... ; x ) U (x? (1);... ; x? (S)) pour tout De plu, pour le premier ménage, on a, puique '() 6= 0 pour tout, x? 1 (1) 6= x? 1 (2), et u 1 et trictement concave : u1(x1) > P '()u 1(x? 1 ()), d où U1(x1;... ; x1) > U (x? 1 (1);... ; x? 1 (S)) Aini, l allocation d équilibre x? et dominée au en de Pareto par l allocation réaliable x, ce qui contitue une contradiction au premier téorème du bien-être, qui et vrai dan cette économie. En conéquence, à l équilibre, x () = x ( 0 ) pour tout ; 0 et tout. 3 A l équilibre, aucun agent ne upporte plu de rique. Si le agent ont peimite, l aurance totale peut être obtenue même il ont de croyance différente, tant que celle-ci ne ont pa trop différente. Ce réultat d aurance complète, n et vrai, dan le cadre uuel d epérance d utilité avec fonction d utilité différentiable, que i le agent ont tou le même croyance (additive). On voit d ailleur que la condition il exite ' 2 \ Core( ) de la propoition e réduit, dan le ca additif, à = ' pour tout, où ' et une meure additive ur S. Comme on l a vu dan la démontration ci-deu, toute le allocation d équilibre ont Pareto optimale, puique le premier téorème du bienêtre et vérifié dan cette économie. Cependant, la propoition uivante montre qu il exite (au moin) un continuum d équilibre i l interection de différent noyaux de croyance n et pa vide mai recouvre de RISQUE MICROÉCONOMIQUE 217

8 croyance uffiamment différente (dan le en préci de l énoncé de la propoition). PROPOSITION 4 : Suppoon le ypotèe 1, 2, 3 vérifiée. S il exite ' et ditincte, appartenant à \ Core( ) et telle que (i) '() 6= 0 et () 6= 0 pour tout, (ii) pour tout p 0, p P '()e () 6= p P ()e () pour au moin un ménage, alor l enemble de équilibre contient un continuum d allocation. Démontration : On normalie le prix de manière à ce qu il appartiennent au implexe. Soit un équilibre (p? ; x? ) de l économie dan laquelle tou le agent ont le même croyance additive, ' 2 \ Core( ) avec '() 6= 0 pour tout. Nou montron que cet équilibre et un équilibre de l économie d origine (celle dan laquelle le ménage ont le croyance ). En premier lieu, x? peut être aceté aux prix p? par le ménage. De plu d aprè la propoition 3, nou avon que x? () = x? (0 ) pour tout ; 0. En econd lieu, nou devon vérifier que ce panier donne le maximum d utilité à lorque e croyance ont. Suppoon qu il exite un autre panier x, 0 pouvant être aceté au prix p? et tel que U (x 0 ) > U (x? ). Alor, min 2Core( ) ()u (x 0 ()) > min 2Core( ) ()u (x? ()) = u (x? ()) puique x? () et contant ur le état de la nature. Ceci implique, en particulier, que '()u (x 0 ()) > u (x? ()) = '()u (x? ()) ce qui et une contradiction au fait que x? et une allocation d équilibre aux prix p? dan l économie '. Aini (p? ; x? ) et un équilibre de l économie d origine. Nou montron maintenant qu un équilibre de l économie ' (l économie dan laquelle tou le agent ont le même croyance additive ') et naturellement relié à un équilibre de l économie an incertitude (appelon-la l économie ' réduite) dan laquelle le agent réolvent le problème : max u (x ).c. epx = ep '()e () Plu préciément, i (ep; ex) et un équilibre de l économie ' réduite, alor (p? ; x? ) et un équilibre de l économie ', avec p? () = '()ep pout tout, et x? () = ex pour tout et tout. Pour cela, il faut vérifier en premier lieu que x? aini défini, vérifie le condition de premier ordre de l économie ' (celle-ci ont uffiante ou no ypotèe) : (x? c () =? pc? () pout tout et c 218

9 Cette égalité et vraie étant donnée la définition de x? et p? et puique (ex c = e ep c pout tout c Il uffit alor de coiir? = e pour que le condition de premier ordre de l économie ' découlent de cette dernière égalité. En econd lieu, nou montron que x? vérifie la contrainte budgétaire au prix p? : p? ()x? () = '()epex = epex = = ep'()e () p? ()e () Enfin, il et évident que x? vérifie le condition d équilibre ur le marcé i ex le vérifie. On remarquera que p? appartient au implexe i ep y appartient également. Montron maintenant qu un équilibre de l économie ' réduite, précédemment décrite, ne peut être un équilibre de l économie réduite, dan laquelle le agent maximieraient : max u (x ).c. px = p ()e () i ' et vérifient notre ypotèe (ii). On note le variable d équilibre de l économie ' réduite avec un e et celle de l économie réduite avec un. Suppoon ex = x pour tout. Obervon que, étant donné que u et trictement croiante pour tout, le prix ont trictement poitif à l équilibre de économie ' et réduite. Il vient alor de condition de premier ordre : ep c ep c0 = p c p c0 pour tout c; c 0 et donc, du fait de la normaliation adoptée, ep = p. On a alor : 8 >< >: epex = ep px = p ex = x 8 ep = p '()e () 8 ()e () 8 =) ep '()e () = ep ()e () 8 ce qui contitue une contradiction à l ypotèe (ii). Un équilibre (ep; ex) de l économie ' réduite n et donc pa un équilibre de l économie. RISQUE MICROÉCONOMIQUE 219

10 Nou avon aini montré qu une allocation d équilibre de l économie ' réduite et différente d une allocation d équilibre de l économie réduite. De plu, nou avon que ce allocation ont également de allocation d équilibre de l économie d origine (plu exactement, (x? () = ex ) H;S =1;=1 et une allocation d équilibre de l économie originelle). Aini, ou no ypotèe, il exite (au moin) deux allocation d équilibre dan l économie originelle. Nou montron maintenant qu il en exite un continuum. Core( ) et convexe pour tout. L interection et donc convexe : i ' et appartiennent à T Core( ) toute le meure () = ' + (1 0 ) appartiennent également à cette interection pour 2 [0; 1]. De plu, i le condition (i) et (ii) ont vérifiée par ' et, elle le ont également par le deux meure () et ( 0 ), 6= 0. En conéquence, à cacune de ce meure correpond (au moin) une allocation d équilibre différente. En concluion, l enemble de allocation d équilibre contient un continuum de point. 3 La propoition ci-deu appelle quelque remarque. En premier lieu, ce réultat n et pa trè urprenant étant donnée la non-différentiabilité de fonction U. Cependant, l intérêt de la préente approce et de montrer que cette non-différentiabilité provient de l averion à l incertitude (peimime) et non d une non-différentiabilité de la fonction u, ce qui emblerait plu difficile à jutifier et à interpréter. D un point de vue tecnique, la condition (ii) n et qu une condition uffiante. En fait, il uffit qu elle oit vérifiée uniquement pour tout ep, prix d équilibre de l économie ' P réduite. Par ailleur, il uffit que l on ait '()e () P ()e () pour au moin un ménage pour que (ii) oit vérifiée. Aini, dan le ca d un bien et deux état (c et-à-dire dan le cadre de l exemple développé grapiquement ci-deou), la condition (ii) et automatiquement vérifiée, du fait de l ypotèe d abence de tace olaire, dè l intant où il exite deux meure ditincte ' et appartenant à T Core( ). Enfin, il et clair que la econde partie de l ypotèe 1, elon laquelle il exite bien un rique microéconomique intrinèque, et néceaire pour que (ii) puie être atifaite. L intuition du réultat d indétermination de l équilibre e repréente aiément dan une boîte d Edgewort. On uppoe ici qu il n exite que deux état ( et ) en econde période, et qu il n y a qu un eul bien. La boîte et carrée, reflétant aini le fait qu il n exite pa de rique agrégé, et le dotation initiale e ituent en deor de la diagonale. Sur ce grapique, le agent ont de croyance identique quant aux état et, repreentée par la capacité () = 1=3 et () = 1=3. Dan ce ca, la pente d une courbe d indifférence en un point ur la diagonale et (1 0 ())=() = 2 i x() x(), et ()=(1 0 ()) = 1=2 i x() x(). La courbe d indifférence de paant par x et indicée par u, et celle paant par x? par u.? Le allocation d équilibre ont celle ur la diagonale entre x? et x. Pour tout point entre ceux-ci, la pente de la droite budgétaire appartient à l intervalle défini par le taux marginal de ubtitution à gauce et celui à droite (évalué en un point ur la diagonale) de deux agent. Le réultat obtenu et donc un réultat d indétermination de l allocation d équilibre : la propriété d unicité locale de l équilibre n et pa vérifiée 220

11 GRAPHIPHE 1 Indétermination de l équilibre puiqu il exite (au moin) un continuum d équilibre. Un autre modèle dan lequel on obtient une indétermination réelle et celui de marcé financier incomplet avec actif nominaux. Il convient toutefoi de ditinguer la ource de l indétermination obtenue dan le préent modèle de celle rencontrée dan la littérature ur le marcé incomplet (voir, e.g., TALLON [1995b]). Dan ce dernier ca, l équilibre et indéterminé lorque le agent ne peuvent aurer contre une différence de taux d inflation entre le état. La ource de l indétermination et à recercer dan la tructure de marcé financier (marcé incomplet) et la forme de actif préent dan le modèle (actif nominaux). Ici, l indétermination explique par le fait qu à caque meure additive (partagée par le agent) correpond une allocation d équilibre différente, et qu un continuum de ce meure et admiible pour repréenter le croyance de agent. Aini, ce ont le croyance de agent et non de imperfection de marcé qui créent cette indétermination. Comme dan tout modèle dan lequel l équilibre et indéterminé, il manque un mécanime de élection permettant de déterminer l équilibre effectivement réalié. Ceci pourrait conduire à introduire dan le modèle une variable de tace olaire, qui ervirait de mode de élection de l équilibre. Une certaine volatilité erait aini introduite (voir par exemple la dicuion de tace olaire dan un modèle de prix d actif avec epérance non-additive d utilité dan EPSTEIN et WANG [1994]). Le principe de la démontration de la propoition 4 permet également d établir que le enemble d équilibre de deux économie différant par RISQUE MICROÉCONOMIQUE 221

12 le croyance de agent ont une interection non vide (i le croyance (non-additive) ne ont pa trop différente). Soit E l économie caractériée par le croyance ( ) H =1, le utilité (u ) =1 H, et la répartition de dotation. 5 e, et oit E 0 l économie caractériée par le croyance () H 0 =1, le même utilité (u ) =1 H, et la même répartition de dotation. PROPOSITION 5 : Suppoon que le ypotèe 1, 2, et 3 ont vérifiée. S il exite une meure ' 2 \ Core( ) i T \ Core() i 0 telle que '() 6= 0 pour tout, alor, l enemble de allocation d équilibre de l économie E et celui de l économie E 0 ont une interection non vide. Démontration : Soit ' une meure additive appartenant à Core( ) i T \ Core( 0 ) i. Par le même raionnement que celui utilié au début de la démontration de la propoition 3.2, il et clair que l allocation d équilibre de l économie dont tou le agent ont le croyance additive ' et une allocation d équilibre de économie E et E 0. 3 Cette propoition montre donc que tant que le croyance de agent dan le deux économie conidérée ne ont pa dijointe, le enemble d équilibre ne le ont pa non plu. Trivialement, i \ Core( ) i T \ Core( 0 ) i contient au moin deux meure (additive) vérifiant le condition (i) et (ii) de la propoition 3.2, alor l interection de enemble d équilibre contient un continuum d allocation. \ 4 Peimime et degré d indétermination Nou nou concentron dan cette ection, ur le lien entre le degré d averion à l incertitude et la taille de l enemble d équilibre. Nou préenteron dan un premier temp une approce trè imple, étudiant une économie dan laquelle tou le agent ont le même croyance, qui prend la forme d une capacité imple (voir DOW et WERLANG [1992] et EICHBERGER et KELSEY [1994]). Nou étendron enuite cette approce au ca général. 5. Nou cangeon un peu le notation adoptée juqu à préent : e repréente dorénavant une répartition de dotation initiale, i.e. e 2 R CSH +, et non plu le vecteur agrégé de dotation dan caque état. 222

13 La capacité imple que nou conidéron pour commencer et obtenue de la manière uivante : oit ' une meure additive, et un paramètre dan [0; 1]. La capacité imple et obtenue en augmentant uniformément le degré d averion à l incertitude de ' (l averion à l incertitude étant identiquement nulle pour une meure additive). On poe alor (S) = 1, et (E) = (1 0 )'(E) pour tout E 2 6 n S. Ce capacité ont le propriété uivante (voir DOW et WERLANG [1992]) : et convexe. Le degré d averion à l incertitude et contant, égal à. Soit f une variable aléatoire telle que f = min 2S f (), alor E f = f + (1 0 )E ' f. Ce capacité peuvent repréenter un comportement de type maximin ( = 1), c et-à-dire un peimime extrême, aui bien qu un comportement neutre vi-à-vi de l incertitude ( = 0), aini que tou le degré d averion à l incertitude entre ce deux extrême. Nou pouvon maintenant démontrer que l enemble de équilibre croît au en large lorque le degré d averion à l incertitude augmente. PROPOSITION 6 : Soit (p? ; x? ) un équilibre de l économie dan laquelle tou le agent ont le même croyance = (1 0 )', ' étant additive. Sou le ypotèe 1, 2 et 3, (p? ; x? ) et un équilibre de l économie dan laquelle le agent ont le croyance 0, i 0. Démontration : Il uffit de démontrer que i x? maximie l utilité de lorque le degré d averion à l incertitude et, il maximie l utilité de lorque le degré d averion à l incertitude et 0. Obervon que i 0, alor, pour tout x (1);... ; x (S), la propriété uivante et vraie : E u (x (:)) = (1 0 )E ' u (x (:)) + min u (x ()) (1 0 0 )E ' u (x (:)) + 0 min u (x ()) = E 0 u (x (:)) car E ' f min (f ()) et pour toute variable aléatoire f. De plu, puique (p? ; x? ) et un équilibre, d aprè la propoition 3, nou avon que x? () = x? (0 ) pour tout ; 0, et donc E u (x? (:)) = E 0 u (x? (:)) Donc, i x? maximie E u(:), ou la contrainte budgétaire p? x = p? e, il maximie E 0 u(:) ou cette même contrainte. (p? ; x? ) et donc un équilibre de l économie dan laquelle tou le agent ont le croyance (1 0 0 )'. 3 Lorque le peimime accroît dan l économie, l enemble de équilibre augmente, et l indétermination devient plu importante. On aura remarqué que l ypotèe que le agent ont de croyance commune n et pa eentielle. Suppoon en effet que caque agent ait de croyance du type dicuté ci-deu, avec un coefficient contant d averion à l incertitude. Le même type d argument montre que i (p? ; x? ) et un équilibre RISQUE MICROÉCONOMIQUE 223

14 de l économie dan laquelle l averion à l incertitude de et et min f g =, alor, c et un équilibre de l économie dan laquelle l averion à l incertitude de et 0 et min f 0 g = 0, i 0. En fait, ceci rete vrai pour de économie dan lequelle le croyance de agent ont quelconque, comme on le montre dan la propoition uivante. PROPOSITION 7 : Soit (p? ; x? ) un équilibre de l économie dan laquelle le agent ont le croyance. Alor, ou le ypotèe 1, 2, 3 et 4, (p? ; x? ) et un équilibre de l économie dan laquelle le agent ont le croyance 0 i Core( ) Core( 0 ). Démontration : L argument et emblable à celui de la démontration de la propoition 6. Il découle de l obervation que i Core( ) Core( 0 ), alor : E u (x (:)) = min E ' u (x (:)) '2Core( ) min E ' u (x (:)) = E 0 u (x (:)) '2Core( 0 ) Maintenant, x? maximie E u (x (:)) ou la contrainte budgétaire p? x = p? e, et puique x? () = x? (0 ) d aprè la propoition 3, E u (x? ) = E 0 u (x? ) et donc x? maximie E 0 u (x (:)) ou la même contrainte, et (p? ; x? ) et un équilibre de l économie dan laquelle le agent ont le croyance 0. 3 Cette dernière propoition montre que lorque l enemble de croyance a priori de tou le agent augmente, alor l enemble de allocation d équilibre croît. Il et toutefoi difficile de donner une meure précie du lien entre le degré d averion à l incertitude et la dimenion de l enemble de olution d équilibre. En effet, nou avon établi que l enemble de allocation d équilibre contient un continuum, c et-à-dire que la dimenion de l enemble de équilibre et au moin un. Nou n avon cependant pa établi qu il n exite pa de degré upplémentaire d indétermination. 5 Concluion Nou avon montré dan cet article que lorque le agent e comportent de manière peimite (i.e., leur croyance ont repréentée par une capacité convexe) et i le rique auquel il font face et de nature purement microéconomique, alor l allocation d équilibre et indéterminée, même i leur fonction d utilité dan le certain et différentiable. La raion de cette indétermination et que le peimime de agent crée un coude dan leur fonction d utilité. La ource de ce coude réide donc dan la formaliation de croyance. Nou avon par ailleur montré que lorque le peimime croît dan l économie, l enemble de équilibre croît également. Aini, 224

15 lorque l averion à l incertitude augmente, le prédiction d une analye concurrentielle ont de moin en moin dicriminante. Une allocation concurrentielle fournit aux agent une aurance totale, mai le niveau de leur conommation en econde période peut être un point quelconque dan un continuum. v Référence bibliograpique CASS, D., CHICHILNISKY, G., WU, H.-M. (1996). Individual Rik and Mutual Inurance, Econometrica, 64(2), pp CHATEAUNEUF, A. (1991). On te Ue of Capacitie in Modeling Uncertainty Averion and Rik Averion, Journal of Matematical Economic, 20, pp DEBREU, G. (1970). Economie wit a Finite et of equilibria, Econometrica, 38, pp DOW, J., WERLANG, S. (1992). Uncertainty Averion, Rik Averion, and te Optimal Coice of Portfolio, Econometrica, 60(1), pp EICHBERGER, J., KELSEY, D. (1994). Non-additive belief and game teory. Dicuion Paper 9410, Center for Economic Reearc, Tillburg Univerity. EPSTEIN, L., WANG, T. (1994). Intertemporal Aet Pricing Under Knigtian Uncertainty, Econometrica, 62(3), pp GHIRARDATO, P Coping wit Ignorance: Unforeeen Contingencie and Non-Additive Uncertainty, mimeo, Univerity of California at Berkeley. GILBOA, I., SCHMEIDLER, D. (1994). Additive Repreentation of Non-Additive Meaure and te Coquet Integral, Annal of Operation Reearc, 52, pp JAFFRAY, J. Y., WAKKER P. (1994). Deciion Making wit Belief Function: Compatibility and Incompatibility wit te Sure-Ting Principle, Journal of Rik and Uncertainty, 8, pp KARNI, E., SCHMEIDLER, D. (1991). Utility Teory wit Uncertainty, In Hildenbrand W. et Sonnencein H., éditeur, Handbook of Matematical Economic, capitre 33, pp , Nort-Holland. KAST, R., LAPIED, A. (1995). Probabilité individuelle et probabilité de marcé, Revue d Economie Politique, 1, pp MALINVAUD, E. ( 1972). Te Allocation of Individual Rik in Large Market, Journal of Economic Teory, 4, pp MUNIER, B. (1995). Entre rationalité intrumentale et cognitive : contribution de la dernière décennie à la modéliation du rique, Revue d Economie Politique, 1, pp QUIGGIN, J. (1982). A Teory of Anticipated Utility, Journal of Economic Beavior and Organization, 3, pp SCHMEIDLER, D. (1989). Subjective Probability and Expected Utility witout Additivity, Econometrica, 57(3), pp TALLON, J.-M. (1995a). Sunpot Equilibria and Non-Additive Expected Utility Maximizer, Mimeo, M.A.D. A paraître dan Journal of Economic Dynamic and Control. TALLON, J.-M. (1995b). Téorie de l équilibre général avec marcé financier incomplet. Revue Economique, 6, pp WAKKER, P. (1990a). Caracterizing Optimim and Peimim Directly troug Comonotonicity, Journal of Economic Teory, 52, pp RISQUE MICROÉCONOMIQUE 225

16 WAKKER, P. (1990b). Under Stocatic Dominance, Coquet-Expected Utility and Anticipated Utility are Identical, Teory and Deciion, 29, pp YAARI, M. (1987). Te dual Teory of Coice under Rik, Econometrica, 55(1), pp

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage

Prudence, Epargne et Risques de Soins de Santé Christophe Courbage Prudence, Epargne et Rique de Soin de Santé Chritophe Courbage ASSOCIATION DE GENÈVE Introduction Le compte d épargne anté (MSA), une nouvelle forme d intrument pour couvrir le dépene de anté en ca de

Plus en détail

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création Doier : Getion d entreprie 42 La Getion de filiale dan une PME : Bonne Pratique et Piège à éviter Certaine PME ont tout d une grande. entreprie. A commencer par la néceité d avoir de filiale. Quel ont

Plus en détail

La décision dans l incertain préférences, utilité et probabilités. Philippe Bernard

La décision dans l incertain préférences, utilité et probabilités. Philippe Bernard La déciion dan l incertain préférence, utilité et probabilité Philippe Bernard Table de matière 1 Le rique 1 2 L epérance morale 2 3 Préférence et utilité 10 3.1 L approche parétienne... 10 3.2 Loterie

Plus en détail

Progressons vers l internet de demain

Progressons vers l internet de demain Progreon ver l internet de demain COMPRENDRE LA NOTION DE DÉBIT La plupart de opérateur ADSL communiquent ur le débit de leur offre : "512 Kb/", "1 Méga", "2 Méga", "8 Méga". À quoi ce chiffre correpondent-il?

Plus en détail

Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA

Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA Modifié le 2 juillet 2015 GUIDE DES BOURSIERS DE L AIEA Guide de bourier de l AIEA TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION... 2 II. PRÉPARATION POUR LE PROGRAMME DE BOURSE... 2 III. CONSIDÉRATIONS FINANCIÈRES...

Plus en détail

Trouver des sources de capital

Trouver des sources de capital Trouver de ource de capital SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Emprunt garanti et non garanti Vente de part de capital Programme gouvernementaux Source moin courante SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Quelque principe

Plus en détail

Les sondes d oscilloscopes

Les sondes d oscilloscopes Le onde d ocillocope /6 I Decription Il exite troi grande catégorie de onde: - Le onde paive (, L, C, atténuatrice ou non, avec de rapport d atténuation de,, ou (Sonde X, X, X, X. - 2 Le onde active, qui

Plus en détail

Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V)

Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V) TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) Introduction p I Effet de champ à l interface Si/SiO p Fonctionnement d une capacité MOS p Principe

Plus en détail

Cap Maths. Guide de l enseignant. Nouveaux programmes. cycle. Roland CHARNAY Professeur de mathématiques en IUFM

Cap Maths. Guide de l enseignant. Nouveaux programmes. cycle. Roland CHARNAY Professeur de mathématiques en IUFM Cap Math CP 2 cycle Guide de l eneignant Nouveaux programme SOUS LA DIRECTION DE Roland CHARNAY Profeeur de mathématique en IUFM Marie-Paule DUSSUC Profeeur de mathématique en IUFM Dany MADIER Profeeur

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Changement de fréquence, effet Doppler

Changement de fréquence, effet Doppler N 804 BULLETIN DE L'UNION DES PHYSICIENS 869 Changement de fréquence, effet Doppler par Yve BAIMA, André JORANDON, Sylvie MORLEN et Marc VINCENT Lycée La Martinière Monplaiir - 69372 Lyon Cedex 08 RÉSUMÉ

Plus en détail

Travaux Pratiques d Electronique d Instrumentation I & II

Travaux Pratiques d Electronique d Instrumentation I & II TP1 : Caractériation de l ampliop réel (Chapitre I du cour d électronique d intrumentation) Le but de cette éance de TP et de d illutrer quelque caractéritique de l ampliop réel à traver l étude d un montage

Plus en détail

RETIRER DE L ARGENT DE VOTRE SOCIÉTÉ

RETIRER DE L ARGENT DE VOTRE SOCIÉTÉ LETTRE MENSUELLE DE CONSEILS DESTINÉS À MAXIMALISER LE FLUX DE REVENUS RETIRÉS DE VOTRE SOCIÉTÉ OPTIMALISATION DU MOIS Déterminer le taux du marché... Si votre ociété vou vere un intérêt, elle doit de

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.lifeinsuranceinsights.com/life-insurance-2/what-will-your-hobby-cost-you.

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.lifeinsuranceinsights.com/life-insurance-2/what-will-your-hobby-cost-you. Erwan, d une mae de 65 kg, fait un aut de Bungee. Il tombe de 0 m avant que la corde du bungee commence à étirer. Quel era l étirement maximal de la corde i cette dernière agit comme un reort d une contante

Plus en détail

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE Menualiation du étrage annuel avec KILOMENE 98MT33 S. Laarre (INRETS-DERA, Arcueil) L. Jaeger (LOI, Colmar) P. A. Hoyau (INRETS-DERA, Arcueil) Synthèe de la recherche

Plus en détail

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. Jean Marc JAEGER Setec TPI E.N.P.C. module B.A.E.P.1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 2 3. ETATS LIMITES DE SERVICE : Définition

Plus en détail

Précipitation - Produit de solubilité

Précipitation - Produit de solubilité Précipitation Produit de olubilité A Introduction : Lor de l addition de certain ion ( O H, Cl,...) dan une olution contenant de cation métallique, nou contaton qu il apparaît une phae olide. L apparition

Plus en détail

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1 Projet Courbe de Taux Daniel HERLEMONT Objectif Développer une bibliothèque en langage C de fonction relative à la "Courbe de Taux" Valeur Actuelle, Taux de Rendement Interne, Duration, Convexité, Recontitution

Plus en détail

Catalogue formations. Carsat Nord-Est. Département des Risques Professionnels

Catalogue formations. Carsat Nord-Est. Département des Risques Professionnels Catalogue formation 2014 Carat Nord-Et Département de Rique Profeionnel INTRODUCTION La mie en œuvre d une politique de anté au travail dan l entreprie pae par l acquiition de connaiance et de compétence

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps 2010 N 10-06- 05 Mi à jour le 15 juin 2010 L e D o i e r d e l a D o c 1. Définition Sommaire 2. Modification iue du décret n 2010-531 3. Principe du compte épargne temp Bénéficiaire potentiel Alimentation

Plus en détail

Comptes-titres et PEA FINAVEO. & a s s o c i é s

Comptes-titres et PEA FINAVEO. & a s s o c i é s Compte-titre et PEA FINAVEO & a o c i é LE RÔLE DES INTERVENANTS Met à votre dipoition la viualiation de vo compte Votre coneiller indépendant Vou accompagne dan vo invetiement Client FINAVEO & Aocié

Plus en détail

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes Optique Vitee de la lumière Meure avec de impulion lumineue courte LEYBOLD Fiche d expérience de phyique Détermination de la vitee de la lumière dan l air à partir de la ditance parcourue et du temp de

Plus en détail

Il existe depuis longtemps dans nos sociétés une tendance à utiliser des sigles pour abréger des

Il existe depuis longtemps dans nos sociétés une tendance à utiliser des sigles pour abréger des ghhhf hhfhhj gbbj bghh hfhh bbb bbghhhf ;y dpi L'IDENTIFICATION DES SYMBOLES Chapitre 3 CHAPITRE 3 L IDENTIFICATION DES SYMBOLES Il exite depui longtemp dan no ociété une tendance à utilier de igle pour

Plus en détail

Introduction aux algorithmes de bandit

Introduction aux algorithmes de bandit Mater MVA: Apprentiage par renforcement Lecture: 3 Introduction aux algorithme de bandit Profeeur: Rémi Muno http://reearcher.lille.inria.fr/ muno/mater-mva/ Référence bibliographique: Peter Auer, Nicolo

Plus en détail

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION P6 : ALIMNAION A DCOUPAG : HACHUR SRI CONVRISSUR SAIQU ABAISSUR D NSION INRODUCION Le réeau alternatif indutriel fournit l énergie électrique principalement ou de tenion inuoïdale de fréquence et d amplitude

Plus en détail

Directive concernant l'utilisation de sedex

Directive concernant l'utilisation de sedex Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la tatitique OFS Diviion Regitre Office fédéral de la tatitique (OFS), fournieur de pretation de edex 21.05.2014 Directive concernant l'utiliation

Plus en détail

Le paiement de votre parking maintenant par SMS

Le paiement de votre parking maintenant par SMS Flexibilité et expanion L expanion de zone de tationnement payant ou la modification de tarif ou de temp autorié peut e faire immédiatement. Le adree et le tarif en vigueur dan le nouvelle zone doivent

Plus en détail

Votre entreprise et le marketing

Votre entreprise et le marketing Votre entreprie et le marketing SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Selon la taille de votre entreprie Par où commencer Guide par étape SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Utilier le marketing pour augmenter vo profit

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE

PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE PRÉSENTATION DU RÉSEAU INFORMATIQUE 2.1 Apect phyique Le CHU de Beançon regroupe d une part l établiement Jean MINJOZ, monobloc de 13 étage aocié au Pôle Coeur Poumon, contruction adjacente ur 5 niveaux,

Plus en détail

Servir. territoires. la réussite des hommes et des CONSEIL - EXPERTISE COMPTABLE. dossier de presse

Servir. territoires. la réussite des hommes et des CONSEIL - EXPERTISE COMPTABLE. dossier de presse Servir la réuite de homme et de territoire doier de pree CONSEIL - EXPERTISE COMPTABLE o m m a i r e CERFRANCE, c et bien plu 3 que de la comptabilité, c et du coneil Une conviction : même le petite entreprie

Plus en détail

Modélisation d une section de poutre fissurée en flexion

Modélisation d une section de poutre fissurée en flexion Moéliation une ection e poutre fiurée en flexion Prie en compte e effort tranchant Chritophe Varé* Stéphane Anrieux** * EDF R&D, Département AMA 1, av. u Général e Gaulle, 92141 Clamart ceex chritophe.vare@ef.fr

Plus en détail

Dossier. Vtech, leader en France. Lexibook, leader en Europe

Dossier. Vtech, leader en France. Lexibook, leader en Europe Doier Par Yoan Langlai La tablette pour enf Si 6 million de tablette devraient e vendre cette année en France (préviion GfK), on etime à 1 million le nombre de vente de tablette pour enfant en 2013. Sur

Plus en détail

CHAPITRE 2 : TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE

CHAPITRE 2 : TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE CHAPITRE 2 : TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE 2.1 - HYDRAULIQUE FLUVIALE ET HYDRAULIQUE TORRENTIELLE... 55 2.2 - EXPÉRIENCE POUR ILLUSTRER CHARRIAGE ET SUSPENSION... 57 2.3 - CHARRIAGE ET SUSPENSION

Plus en détail

Paramètres clés pour la conception d une machine pentaphasée à aimants à double polarité

Paramètres clés pour la conception d une machine pentaphasée à aimants à double polarité SYPOSIU DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 4) : EF-EPF-GE 04, 8-0 JUILLET 04, ENS CACHAN, FRANCE Paramètre clé pour la conception d une machine pentaphaée à aimant à double polarité Huein ZAHR,, Franck SCUILLER,

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE CONTRIBUTION DU GROUPE «COOPÉRATIVES, MUTUELLES ET ASSOCIATIONS DE L ÉCONOMIE SOCIALE» Cette contribution à la note de conjoncture du CESER propoe dan une première partie une approche tatitique du ecteur

Plus en détail

Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs

Construire vos indicateurs pour atteindre vos objectifs Management la anté et la écurité au travail Contruire vo indicateur pour atteindre vo objectif L Intitut national recherche et écurité (INRS) Dan le domaine la prévention rique profeionnel, l INRS et un

Plus en détail

CH.3 PROBLÈME DE FLOTS

CH.3 PROBLÈME DE FLOTS H.3 PROLÈME E FLOTS 3.1 Le réeaux de ranpor 3.2 Le flo maximum e la coupe minimum 3.3 L'algorihme de Ford e Fulkeron 3. Quelque applicaion Opi-comb ch 3 1 3.1 Le réeaux de ranpor Réeau de ranpor : graphe

Plus en détail

Chapitre 2 TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE

Chapitre 2 TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE Chapitre 2 TRANSPORT SOLIDE EN HYDRAULIQUE FLUVIALE 1 - HYDRAULIQUE FLUVIALE ET HYDRAULIQUE TORRENTIELLE... 34 2 - CHARRIAGE ET SUSPENSION DES MATÉRIAUX NON COHÉRENTS... 35 3 - ÉROSION DU FOND, DÉPÔT...

Plus en détail

Produire moins, manger mieux!

Produire moins, manger mieux! Raak doier d Alimentation : o Produire moin, manger mieux! Nou voulon une alimentation de qualité. Combien de foi n entendon-nou pa cette revendication, et à jute titre. Mai i tout le monde et d accord

Plus en détail

COMMUNE DE FELLETIN. P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 septembre 2011

COMMUNE DE FELLETIN. P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 septembre 2011 R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E DEPARTEMENT DE LA CREUSE ARRONDISSEMENT D AUBUSSON COMMUNE DE FELLETIN P R O C E S V E R B A L D U C O N S E I L M U N I C I P A L Séance ordinaire du jeudi 8 eptembre

Plus en détail

Choix sous incertitude

Choix sous incertitude 1/38 à l analyse microéconomique - Monitorat ENS (2014-2015) Janvier 2015 2/38 Plan du cours 1 2 3 4 5 3/38 Dans les chapitres précédents, hypothèse implicite de situations certaines et d information parfaite

Plus en détail

Intitulée Etude et Synthèse des Caractéristiques de Réseaux d antennes Imprimées Supraconductrices dans la Bande Millimétrique

Intitulée Etude et Synthèse des Caractéristiques de Réseaux d antennes Imprimées Supraconductrices dans la Bande Millimétrique REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MENTOURI - CONSTANTINE FACULTE DES SCIENCES DE L'INGENIEUR DEPARTEMENT D'ELECTRONIQUE

Plus en détail

Keywords: Renewable Energy System, Modelling, Synchronous Generator, Simulation.

Keywords: Renewable Energy System, Modelling, Synchronous Generator, Simulation. Journal of Fundamental and Applied Science ISSN 111-9867 Available online at http://www.jfa.info OPTIIZATION OF AEOLIAN ENERGY CONVERSION OPTIISATION DE LA CONVERSION DE L ENERGIE EOLIENNE Y. Soufi *,

Plus en détail

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie 1 Impact de l éolien ur le réeau de tranport et la qualité de l énergie B. Robyn 1,2, A. Davigny 1,2, C. Saudemont 1,2, A. Anel 1,2, V. Courtecuie 1,2 B. Françoi 1,3, S. Plumel 4, J. Deue 5 Centre National

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 30 juin 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 30 juin 2004 FUZEON 90 mg/ml, poudre et olvant pour olution injectable Boîte de 60 flacon de poudre pour olution injectable, 60

Plus en détail

Politique de gestion. Date : 5 avril 2004

Politique de gestion. Date : 5 avril 2004 de getion Titre : Appel d offre public Soumiion (condition de recevabilité) No : PG 4.06 Sujet : Reource matérielle et ervice profeionnel Page : 1 de : 8 Approuvée par : Directeur général Nouvelle : Réviée

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE T H E S E. pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L'INPG

INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE T H E S E. pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L'INPG INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attribué par la bibliothèque /_/_/_/_/_/_/_/_/_/_/ T H E S E pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L'INPG Spécialité : «Océan Atmophère Hydrologie» préparée

Plus en détail

Aider un proche dépendant

Aider un proche dépendant doier le d Ière Magazine n Nou eron tou un jour concerné Aider un proche dépendant Avec le vieilliement de la population, de plu en plu d Iéroi ont amené à econder au quotidien un proche dépendant. Une

Plus en détail

1. Introduction THÉORÈMES LIMITES POUR CERTAINES FONCTIONNELLES ASSOCIÉES AUX PROCESSUS STABLES SUR L ESPACE DE HÖLDER

1. Introduction THÉORÈMES LIMITES POUR CERTAINES FONCTIONNELLES ASSOCIÉES AUX PROCESSUS STABLES SUR L ESPACE DE HÖLDER Publ. Mat. 45 (), 37 386 THÉOÈMES LIMITES POU CETAINES FONCTIONNELLES ASSOCIÉES AUX POCESSUS STABLES SU L ESPACE DE HÖLDE M. Ait Ouahra et M. Eddahbi Abtract In thi paper we tudy the Hölder regularity

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Parcours Hydrologie-Hydrogéologie. Apport des méthodes d infiltrométrie à la compréhension de l hydrodynamique de la zone non-saturée des sols.

Parcours Hydrologie-Hydrogéologie. Apport des méthodes d infiltrométrie à la compréhension de l hydrodynamique de la zone non-saturée des sols. Univerité Pierre et Marie Curie, École de Mine de Pari & École Nationale du Génie Rural de Eaux et de Forêt Mater Science de l Univer, Environnement, Ecologie Parcour Hydrologie-Hydrogéologie Apport de

Plus en détail

Chapitre V Symétrie moléculaire Eléments de théorie des groupes

Chapitre V Symétrie moléculaire Eléments de théorie des groupes Chaitre V Smétrie moléculaire Elément de théorie de groue. ération et élément de métrie moléculaire.. Définition Une oération de métrie et un délacement, elon de règle bien définie, d un oint ou d un enemble

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de l espérance d utilité Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr

Plus en détail

unenfant Avoir en préservant ses droits

unenfant Avoir en préservant ses droits Avoir unenfant en préervant e droit Guide adreant aux travailleue et travailleur du ecteur public du réeau de la anté et de ervice ociaux Le comité de condition féminine de la La mie à jour de ce guide

Plus en détail

Les jeunes dans le Haut-Jura

Les jeunes dans le Haut-Jura État de lieux Le jeune dan le Haut-Jura Mobilité et élévation du niveau de qualification pour répondre aux difficulté économique du territoire emploi formation inertion décembre 2014 Franche-Comté aire

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE-LA RÉPUBLIQUE 1+1tANÇAIS -È-

JOURNAL OFFICIEL DE-LA RÉPUBLIQUE 1+1tANÇAIS -È- * Année 1966-1967. N 103 A. N. lie Numéro : 1 I' Vendredi 25 Novembre 1966 * JOURNAL OFFICIEL DE-LA RÉPUBLIQUE 1+1tANÇAIS -È- DÉBATS PARLEMENTAIRES ASSEMBLÉE NATIONALE COMPTE RENDU INTÉGRAL DES SÉANCES

Plus en détail

numéro 7 mai / juin 2007 Démarche qualité

numéro 7 mai / juin 2007 Démarche qualité La lettre d information la Haute Autorité nté numéro 7 mai / juin 2007 Doier (page 1 et 3 à 5) Démarche qualité: la montée en puince indicateur en nté Balie (page 2) Actualité la HAS Le point ur la certification

Plus en détail

Courrier Fédéral @ @ N 320 EDITORIAL INDUSTRIE PLUS LOIN QUE NOS DROITS. PUBLICITE page 8. Adresse du site de la FTM-CGT. http://www.ftm-cgt.

Courrier Fédéral @ @ N 320 EDITORIAL INDUSTRIE PLUS LOIN QUE NOS DROITS. PUBLICITE page 8. Adresse du site de la FTM-CGT. http://www.ftm-cgt. Courrier Fédéral N 320 du 13.10.12 au 19.10.12 @ @ Adree du ite de la FTM-CGT http://www.ftm-cgt.fr Fédération de travailleur de la métallurgie CGT ISSN 0152-3082 EDITORIAL Aprè la journée de mobiliation

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

ASSURANCE AUTO. conditions générales

ASSURANCE AUTO. conditions générales ASSURANCE AUTO condition générale VOTRE CONTRAT Le contrat d'aurance auto ditribué par idmacif.fr et auré par Macifilia, SA au capital de 8 840 000, entreprie régie par le code de aurance - RCS Niort n

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Ventilation à la demande

Ventilation à la demande PRÉSENTATION Ventilation à la demande Produit de pointe pour ventilation à la demande! www.wegon.com La ventilation à la demande améliore le confort et réduit le coût d exploitation Lorque la pièce et

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Gestion de Contacts & Clients

Gestion de Contacts & Clients elon le beoin de votre entreprie, nou vou propoon : 3ACT! pour le indépendant ou le petite entreprie qui ouhaitent organier et développer leur activité. 3ACT! Premium pour le entreprie qui ouhaitent améliorer

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 2 4 6 7 23 24 26 28

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Centrale d'alarme SI 80-3

Centrale d'alarme SI 80-3 Centrale d'alarme SI 80-3 Notice d'utiliation Siemen AG Siemen AG 01.011 1 Siemen AG 01.011 Caractéritique technique ou réerve de modification. Livraion ou réerve de diponibilité. Le donnée et la conception

Plus en détail

3M Solutions Abrasives pour l Industrie Disques et bandes abrasifs céramiques Cubitron II. La révolution abrasive

3M Solutions Abrasives pour l Industrie Disques et bandes abrasifs céramiques Cubitron II. La révolution abrasive 3M Solution Abraive pour l Indutrie Dique et bande abraif céramique Cubitron II La révolution abraive 2 L innovation taillée pour couper plu longtemp Durée de vie 6 foi plu longue qu un produit céramique

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Conception de convertisseurs DC/DC à base de MEMS

Conception de convertisseurs DC/DC à base de MEMS onception de convertieur D/D à bae de MEMS S. Ghandour To cite thi verion: S. Ghandour. onception de convertieur D/D à bae de MEMS. Micro and nanotechnologie/microelectronic. Univerité Joeph-Fourier -

Plus en détail

Bonne année 2012. Trait-d Union

Bonne année 2012. Trait-d Union KAZ 66 xp_mie en page 1 05/01/12 16:02 Page2 Trait-d Union Bonne année 2012 Cher lecteur de Kaz, nou omme heureux de vou ouhaiter une bonne année 2012. 2011 et déormai bien paée, avec un bilan poitif pour

Plus en détail

Présentation de l Etude notariale Lasaygues & Associés 1. Nos domaines d'intervention 2. Genèse de notre Projet Notarial 6.

Présentation de l Etude notariale Lasaygues & Associés 1. Nos domaines d'intervention 2. Genèse de notre Projet Notarial 6. Préentation e l Etue notariale Laaygue & Aocié 1 No omaine 'intervention 2 Genèe e notre Projet Notarial 6 Vo Contact 7 Pour plu inormation veuillez contacter: Diier Laaygue / Hubert e Vaulgrenant 142

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE

SERVICE PUBLIC DE WALLONIE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE Evaluation la tratégie régionale wallonne en matière programme opérationnel à caractère durable dan le ecteur fruit et légume Cahier Spécial Charge n MP2012_Eval_PO_2012 Rapport

Plus en détail

Incertain, Marché financier, M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2015

Incertain, Marché financier, M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2015 Incertain, Marché financier, - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2015 Plan du cours 1. Incertain, actifs financiers et marché financier 2. Les conditions d un marché sans arbitrage

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

La direction des solidarités Se loger à Moissy

La direction des solidarités Se loger à Moissy La direction de olidarité Se loger à Moiy La direction de olidarité La Source - Place du Souvenir - BP24-77550 Moiy-Cramayel cedex Tél. : 01 64 88 15 80 - Fax : 01 64 88 15 26 SOMMAIRE Edito p. 3... Le

Plus en détail

Logique informatique 2013-2014. Examen

Logique informatique 2013-2014. Examen Logique informatique 2013-2014. Examen 30 mai 2013. Durée 3h. Tous les documents sont autorisés. Seuls les résultats du cours peuvent être utilisés sans démonstration. Le barême et la longueur des solutions

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS

CATALOGUE DE FORMATIONS ce formation coneil getion de carrière CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Cabinet de coneil aux entreprie et organime de formation. QUI SOMMES-NOUS? CEOS (anciennement Atout Majeur) et un cabinet de coneil aux

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

À lire dans ce numéro :

À lire dans ce numéro : N 4 Tranport et déplacement en Martinique Agence D Urbanime et d Aménagement de Martinique À lire dan ce numéro : ur la doctrine p7-48 ur le réaliation et le projet p49-88 Autre regard : Expérience extrarégionale,

Plus en détail

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Édito. Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito. L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité Mon Univerité Numérique Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 1 2 4 6 7 23 24 26

Plus en détail

L avantage comparatif

L avantage comparatif L avantage comparatif Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année The theory of comparative advantage is the only result in social science that is

Plus en détail

BAREME sur 40 points. Informatique - session 2 - Master de psychologie 2006/2007

BAREME sur 40 points. Informatique - session 2 - Master de psychologie 2006/2007 BAREME ur 40 point Informatique - eion 2 - Mater de pychologie 2006/2007 Bae de donnée PRET de MATERIEL AUDIO VISUEL. Remarque : Le ujet comporte 7 page. Vérifier qu il et complet avant de commencer. Une

Plus en détail

Maires en Nord. La sécurité informatique des collectivités

Maires en Nord. La sécurité informatique des collectivités Maire en Nord Menuel de l Aociation de Maire du Nord N 24 Janvier 2014 Tirage moyen 11 000 exemplaire Supplément au n 8622 www.gazettenpdc.fr N o 8622 - Du 11 au 17 janvier 2014 Sergey Niven - Fotolia.com

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012

le Rôle de l Information M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 6 le Rôle de l Information - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2012 Plan du cours 1. Probabilités subjectives 2. Arrivée symétrique de l information 3. Information asymétrique

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

Table des matières. Introduction. 1

Table des matières. Introduction. 1 Avant propo Le travail préenté dan ce mémoire a été réalié au ein du laboratoire d électromécanique de Compiègne (LEC) ou la direction de Monieur Jean Paul Vilain dan le cadre d une convention indutrielle

Plus en détail

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr

Cadeaux d affaires, cadeaux d entreprises, objets publicitaires www.france-cadeaux.fr - services@france-cadeaux.fr Siège France Cadeaux 84 rue de Courbiac 17100 Sainte 00 33 (0)5 46 74 66 00 RC.424 290 211 00012 Cadeaux d affaire, cadeaux d entreprie, objet publicitaire www.france-cadeaux.fr - ervice@france-cadeaux.fr

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Maires en Nord. Gravelines veut renverser son image N 30. Mensuel de l Association des Maires du Nord. Tirage moyen 11 000 exemplaires

Maires en Nord. Gravelines veut renverser son image N 30. Mensuel de l Association des Maires du Nord. Tirage moyen 11 000 exemplaires Maire en Nord Menuel de l Aociation de Maire du Nord N 30 Octobre 2014 Tirage moyen 11 000 exemplaire Supplément au n 8695 www.gazettenpdc.fr N o 8695-10 octobre 2014 Graveline veut renverer on image Bertrand

Plus en détail

s 1 un skatepark public 100 pages pour arrêter d improviser Une publication de l EuroSIMA / préface de Tony Hawk

s 1 un skatepark public 100 pages pour arrêter d improviser Une publication de l EuroSIMA / préface de Tony Hawk Contruire 1 un katepark public 100 page pour arrêter d improvier Une publication de l EuroSIMA / préface de Tony Hawk 2 3 Contruire un katepark public 100 page pour arrêter d improvier Une publication

Plus en détail

Simulation numérique de l absorption d hydrogène dans un réacteur annulaire muni de refroidissement

Simulation numérique de l absorption d hydrogène dans un réacteur annulaire muni de refroidissement Simulation numérique de l aborption d hydroène dan un réacteur annulaire muni de refroidiement Ali Boukhari #,* 1, Rachid Beaïh * # Département de énie mécanique, Univerité d'el-oued, B.P. 789, 9000 El-Oued,

Plus en détail

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Mon Univerité Numérique 7 Rue de Fac Droit de uager et identité numérique Gloaire Webographie 23 24 26 28 Édito

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1 Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté.

Plus en détail

Guide de configuration d'une classe

Guide de configuration d'une classe Guide de configuration d'une clae Viion ME Guide de configuration d'une clae Contenu 1. Introduction...2 2. Ajouter de cour...4 3. Ajouter de reource à une leçon...5 4. Meilleure pratique...7 4.1. Organier

Plus en détail

Somm@ire. Édito. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité

Somm@ire. Édito. Mon Université Numérique. Édito L Université Numérique Paris Île-de-France Les formations UNPIdF Mobilité Somm@ire Édito Édito L Univerité Numérique Pari Île-de-France Le formation UNPIdF Mobilité 1 2 4 6 Depui maintenant ept an, l Univerité Numérique Pari Île-de France vou accompagne dan la découverte de

Plus en détail

Economie de l Incertain et des Incitations

Economie de l Incertain et des Incitations Economie de l Incertain et des Incitations CHAPITRE 2 Eléments de théorie des jeux en information symétrique et asymétrique Equilibres Bayesiens - Université de Tours - M1 AGE - Arnold Chassagnon - Automne

Plus en détail