DEFENSA DE NIÑAS Y NIÑOS INTERNACIONAL DNI DEFENSE DES ENFANTS INTERNATIONAL DEI DEFENCE FOR CHILDREN INTERNATIONAL DCI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEFENSA DE NIÑAS Y NIÑOS INTERNACIONAL DNI DEFENSE DES ENFANTS INTERNATIONAL DEI DEFENCE FOR CHILDREN INTERNATIONAL DCI"

Transcription

1 Bulletin de Justice pour Mineurs décembre No. 12 Dans ce bulletin: Sujets et questions abordés dans ce bulletin Les publications et rapports de DEI Les Déclarations de DEI Sélection d articles et communiqués des sections nationales de DEI Retour sur 2008 Nous avons pensé qu il serait intéressant de consacrer ce dernier numéro de l année 2008 à un résumé de tous les sujets et questions abordés dans notre bulletin d information au cours de l année écoulée. Janvier - février 2008 L article principal de notre Bulletin de janvier-février a présenté une initiative réussie de DEI-Belgique. Le gouvernement Belge a été traduit devant un tribunal d opinion créé pour l occasion. Il lui était reproché les traitements réservés à des centaines d enfants privés de leur liberté dans des centres de détention pour immigrants en situation irrégulière. La mission de ces tribunaux d opinion est de dénoncer, sous une forme juridique, des actes portant atteinte aux droits de l homme. Dans le cas du tribunal d opinion belge, le but était d attirer l attention du public sur les conditions de détention des enfants dans les centres pour immigrants en situation irrégulière. Si les jugements rendus par ces tribunaux composés de personnes de la société civile n ont aucune valeur contraignante, leur portée n en demeure pas moins importante. Reconnus et pris avec beaucoup de sérieux, ces jugements sont souvent largement communiqués au public par les médias. Mars - avril 2008 En janvier 2008, Défense des Enfants International a lancé un nouveau projet afin de promouvoir et suivre la mise en oeuvre de l Observation Générale No.10 du Comité des droits de l enfant des Nations Unies sur «les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs». Afin de soutenir cette initiative, le bulletin d information de Justice pour Mineurs avait pris la décision d informer ses lecteurs de manière régulière sur l évolution de ce projet à travers la présentation des différentes initiatives prises au niveau national et international. Ainsi, à chaque nouvelle édition de notre bulletin d information nous avons mis l accent sur un thème spécifique abordé dans l Observation Générale No.10. Le bulletin d information de mars-avril comprenait un article sur le lancement du projet de promotion de l Observation Générale No.10 en Sierra Leone, l un des huit pays pilote dans lesquels le projet de DEI a été mis en oeuvre. L article faisait référence à la cérémonie officielle de lancement du projet à Freetown, soutenue par le président de la Commission des Droits de l Homme de Sierra Leone et qui a bénéficié d une large couverture médiatique à travers le pays. Mai - juin 2008 L édition de mai-juin du bulletin d information était consacrée à la prévention de la violence et de la délinquance juvéniles. Selon l Observation Générale No.10, les politiques de prévention de la délinquance juvénile sont extrêmement importantes et devraient être incluses dans une politique globale de la justice pour mineurs. 1

2 D E F E N S A D E N I Ñ A S Y N I Ñ O S I N T E R N A C I O N A L D N I D E F E N S E D E S E N F A N T S I N T E R N A T I O N A L D E I D E F E N C E F O R C H I L D R E N I N T E R N A T I O N A L D C I Bulletin de Justice pour Mineurs décembre 2008 RETOUR SUR 2008 No. 12 Afin d expliquer comment cela peut être mis en pratique, deux articles présentaient des projets conduits par des sections nationales de DEI et visant à promouvoir la prévention. Le premier article mettait en avant le projet de DEI-Bolivie sur la prévention de la violence dans la ville de Santa Cruz tandis que le second article présentait un atelier sur la prévention de la délinquance juvénile organisé par DCI-Uganda dans une maison d arrêt pour mineurs. Juillet - août 2008 Encourager la Déjudiciarisation était le titre du bulletin d information de juilletaoût. La déjudiciarisation se réfère à la promotion de mesures alternatives telles que l orientation des enfants vers des services sociaux plutôt que de les soumettre au système judicaire. L Observation Générale No.10 insiste sur l importance des solutions alternatives à la détention des mineurs. En effet, Maintenir les enfants à l écart du système judiciaire officiel contribue à réduire la stigmatisation des enfants en conflit avec la loi et entrave les effets pervers des procédures judiciaires. Le bulletin illustrait ce sujet avec un article sur le projet régional de DEI Amérique Latine visant à promouvoir les alternatives socio-éducatives. Ce vaste projet a pour but non seulement de créer des mesures et des structures sociales adaptées au cas spécifique des mineurs en conflits avec la loi mais aussi de renforcer de façon globale un système judiciaire défaillant. Septembre - octobre 2008 En octobre, le bulletin d information de Justice pour Mineurs était consacré au problème épineux relatif à l âge minimum de la responsabilité pénale, qui correspond à l âge minimum en dessous duquel les enfants sont considérés comme n aillant pas la capacité d enfreindre la loi pénale. L Observation Générale No.10 est très claire à ce sujet et recommande que cet âge minimum ne soit pas inférieur à 12 ans. Il est également précisé que les Etats dans lesquels l âge minimum de la responsabilité pénale est supérieur à 12 ans ne l abaissent pas. C est pourtant ce qu ont fait certains Etats comme la Géorgie. L article principal du bulletin d information présentait le travail de plaidoyer réalisé par DEI-Sierra Leone par le biais du lobby et de la participation des enfants pour relever l âge minimum de la responsabilité pénale. Ces efforts ont été récompensés par l adoption du nouveau «Child Rights Act» adopté par le parlement sierra léonais en 2007 et établissant l âge de la responsabilité pénale à 14 ans. et en 2009: En 2009, les bulletins d information de Justice pour Mineurs continueront d explorer et de débattre sur les thèmes et recommandations contenues dans l Observation générale No.10. Les sujets suivants seront traités dans les prochaines éditions : le procès équitable, mettre un terme à la peine de mort et l emprisonnement à vie incompressible, la privation de liberté comme mesure de dernier recours. Nous espérons que vous trouvez ce bulletin d information intéressant et enrichissant. N hésitez pas à contacter le bureau du programme Justice pour Mineurs au Secrétariat International si vous avez des commentaires, questions ou suggestions! BONNE ANNEE! 2

3 D E F E N S A D E N I Ñ A S Y N I Ñ O S I N T E R N A C I O N A L D N I D E F E N S E D E S E N F A N T S I N T E R N A T I O N A L D E I D E F E N C E F O R C H I L D R E N I N T E R N A T I O N A L D C I Bulletin de Justice pour Mineurs décembre 2008 RETOUR SUR 2008 No. 12 Veuillez cliquer sur le titre du document pour y accéder Tous les documents sont dans leur langue originale Les publications et rapports de DEI publiés : From Legislation to Action? Trends in Juvenile Justice Systems Across 15 Countries Fiches d information - Observation Générale N 10: les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs : 1. Introduction; 2. Prévenir la délinquance juvénile; 3. Encourager la déjudiciarisation; 4. L action en faveur d un âge minimum de responsabilité pénale; 5. Garantir un procès équitable; 6. Interdire la peine de mort et l emprisonnement à vie; 7. La privation de liberté comme mesure de dernier ressort. Protecting the Rights of Children in Conflict with the Law - Research on Alternatives to the Deprivation of Liberty in Eight Countries Sessions of the UN Committee on the Rights of the Child: Information notes on Juvenile Justice : 47th Session; 48th Session; 49th Session La violence contre les enfants en conflit avec la loi: Une étude sur les indicateurs et la Collecte de données en Belgique, Angleterre et Pays de Galles, France et Pays-Bas Desafíos Para el Cumplimento de la Convención sobre los Derechos del Niño Juvenile Delinquency in Albania: Analysis of Factors and Causes of Delinquency in Albania Juvenile Justice in Albania: an Analysis of the Juvenile Justice System and the Situation of Juveniles in Albania Sélection d articles et commuiqués des sections nationales de DEI : DCI-Palestine deeply concerned as Israel denies entry to Special Rapporteur, 15 Dec 2008 DEI-Niger: Déclaration sur la situation des enfants au Niger, 25 Nov 2008 DEI-France - Les droits de l enfant en France: Au pied de mur, 20 Nov 2008 DCI-Palestine Launches Freedom Now! Campaign, 20 Nov 2008 DEI-Bélgique et UNICEF lancent un dossier pédagogique sur la détention des enfants étrangers, 20 Nov th National Palestine Child Conference - November 19-21, 17 Nov 2008 DCI-Uganda and partners launch campaign against sexual abuse, 22 Oct 2008 DCI-Palestine - 10 Year Tortured by Israeli Soldiers, 03 Jul 2008 DEI-Niger - Déclaration sur la situation scolaire, 02 Jul 2008 Day for the African Child - DCI-Uganda and other NGOs call for visibility for child victims and children in conflict with the law, 16 Jun 2008 DCI-Palestine Calls on the EU to Raise Child Rights Issues with Israel, 16 Jun 3

4 D E F E N S A D E N I Ñ A S Y N I Ñ O S I N T E R N A C I O N A L D N I D E F E N S E D E S E N F A N T S I N T E R N A T I O N A L D E I D E F E N C E F O R C H I L D R E N I N T E R N A T I O N A L D C I Bulletin de Justice pour Mineurs décembre 2008 RETOUR SUR 2008 No. 12 Veuillez cliquer sur le titre du document pour y accéder Tous les documents sont dans leur langue originale Rédaction: Anna Volz Mise en page: Anna Volz Traduction: Gabrielle Chaizy Ana Ramos 2008 DCI-Sierra Leone Condemns Violation of Children s Right to Privacy, 09 Jun 2008 Wilful Killing of a Baby by Israeli Army in Gaza House Raids, 09 Jun 2008 Use of torture on 17-year-old boy by Israeli security service, 14 May 2008 DNI-Costa Rica se pronuncia contra la violación del derecho del niño a la intimidad, 08 May 2008 Une réforme ou une révolution à contre-temps?, 16 Apr 2008 DCI-Palestine Announces Groundbreaking Decision to Challenge Military Court System, 16 Apr 2008 Palestinian Child s Day - A Time for Action, 07 Apr 2008 DCI-Nigeria Condems Abduction of Toddlers in Port-Harcourt, Rivers State, 04 Mar 2008 DCI-Sierra Leone and YMCA Launch Youth Justice in Action Report, 22 Feb 2008 DCI Palestine Issues Letter to Mr. John Holmes, Under-Secretary-General for Humanitarian Affairs and Emergency Relief Coordinator, 21 Feb 2008 DCI-Palestine Expresses Concern over Arab Charter s Authorisation of the Death Penalty for Children, 14 Feb 2008 End the Detention of Children! DCI-Belgium Holds Opinion Court to Speak Out Against the Illegal Detention of Children, 24 Jan 2008 DCI-Nigeria Condemns Incidence of Child Rape, 14 Jan 2008 Juvenile Justice Programme Desk International Secretariat Case postale 88 CH-1211 Geneva 20 Veuillez SVP noter que les articles de ce bulletin sont des contributions individuelles des sections nationales de DEI et du Secrétariat International, et en tant que telles, elles ne reflètent pas la position officielle des membres du CEI ou du mouvement dans son ensemble. 4

5 OBSERVATION GÉNÉRALE NO 10 Fiche d information #1 Observation Générale N 10: Les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs Le 2 février 2007, le Comité des droits de l enfant a publié l Observation Générale N 10 sur les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs (OG 10). Dans ce document, le Comité présente son interprétation concernant les mesures de prise en charge des mineurs en conflit avec la loi prévues dans la Convention relative aux droits de l enfant. Cette fiche d information est la première de sept fiches qui présentent les principaux thèmes de l OG 10, avec l objectif de la rendre largement connue, respectée et appliquée dans les Etats parties. EN QUOI CONSISTE L OBSERVATION GÉNÉRALE N 10? La Convention des Nations Unies relative aux droits de l enfant (CDE), adoptée en novembre 1989, énonce les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels de l enfant. Son application par les Etats parties est contrôlée par un organe d experts indépendants, le Comité des droits de l enfant. Afin de soutenir les Etats parties dans leurs efforts d application, le Comité adopte régulièrement des «Observations Générales» basées sur des articles, dispositions et thèmes de la Convention 1. Publiée par le Comité en 2007, l Observation Générale N 10 (OG 10) 2 développe les articles 37 et 40 de la CDE sur les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs tout en tenant compte des principes généraux contenus dans les articles 2, 3, 6 et 12, d autres articles pertinents comme le 4 et le 39, ainsi que d autres standards internationaux afférents à la justice juvénile. L Observation Générale met en évidence les lacunes des Etats parties en matière d élaboration et d application de politiques afférentes à la justice pour mineurs. Elle guide également ces mêmes Etats dans l élaboration d une politique globale en matière de justice des mineurs conforme à la Convention et aux standards internationaux pertinents. Le document aborde différents aspects de l administration de la justice pour mineurs; les sept points suivants sont développés dans cette série de fiches d information: La prévention de la délinquance juvénile La déjudiciarisation L âge minimum de responsabilité pénale La garantie d un procès équitable L interdiction de la peine de mort et de l emprisonnement à perpétuité La privation de liberté EN QUOI L OG 10 EST-ELLE NECESSAIRE? Malgré les dix-huit années écoulées depuis l adoption de la Convention, les progrès réalisés en matière de justice pour mineurs sont très disparates. Même si ils ont ratifié la Convention, les Etats parties n ont pas tous mis en place un système judiciaire spécialisé prenant en compte l intérêt supérieur de l enfant, prévoyant un système distinct de celui pour les adultes et incluant la réhabilitation et la réinsertion sociale comme priorités. Même si certains progrès ont été notés ces dernières années, les conclusions du Comité continuent à faire état de carences dans le respect et l application des législations en matière de justice des mineurs dans les Etats parties. De nombreux Etats affichent ainsi clairement leurs difficultés à concrétiser leurs intentions sur des sujets tels que la déjudiciarisation et les autres mesures alternatives à la détention. 1 A titre d exemple, voici deux autres Observations Générales récentes : Les droits des enfants handicapés (OG 9) ; Le droit de l enfant à une protection contre les châtiments corporels et les autres formes cruelles ou dégradantes de châtiments. 2 Pour plus d informations sur le Comité des droits de l enfant et ses Observations Générales : 1

6 OBSERVATION GÉNÉRALE 10 Fiche d information #1 Observation Générale N 10: Les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs QUELS SONT LES OBJECTIFS DE L OG 10? encourager les etats à mettre en place une politique globale en matière de justice des mineurs axée sur la prévention de la délinquance juvénile, ceci avec l aide du groupe interinstitutions sur la justice pour mineurs (IPJJ) 3 ; formuler des recommandations et guider les etats dans l élaboration d une législation visant la prévention de la délinquance juvénile et prévoyant des mesures alternatives aux procédures judiciaires ; aider à l interprétation des dispositions contenues dans les articles 37 et 40 de la Convention ; promouvoir l intégration, au niveau du droit national, des standards internationaux en matière de justice pour mineurs et en particulier des règles minima des nations unies concernant l administration de la justice pour mineurs (Règles de Beijing), la protection des mineurs privés de liberté (Règles de la Havane) ainsi que des principes directeurs pour la prévention de la délinquance juvénile (Principes Directeurs de Riyadh). POURQUOI EST-IL NECESSAIRE D ASSURER UN SUIVI DE L OG 10? En fournissant des recommandations et des orientations concrètes, l OG 10 peut jouer un rôle décisif dans l amélioration de la qualité des politiques en matière de justice juvénile et dans l adoption de méthodes de mise en œuvre appropriées. Dans cet esprit, ces fiches d information visent à mettre en valeur et explorer les sept thèmes suivants, afin que l OG 10 soit largement connue, respectée et appliquée par les Etats Membres. Cette Fiche d information est la première d une série de 7 sur l OG 10 comprenant: 1) Introduction : Les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs ; 2) Prévenir la délinquance juvénile ; 3) Encourager la déjudiciarisation ; 4) L action en faveur de l instauration d un âge minimum de responsabilité pénale ; 5) Garantir un procès équitable ; 6) Interdire la peine de mort et de l emprisonnement à vie ; 7) La privation de liberté comme mesure de dernier ressort Le Groupe interinstitutions sur la justice pour mineurs (IPJJ: Interagency Panel on Juvenile Justice) émane de la résolution 1997/30 du Conseil Economique et Social (ECOSOC) visant à conseiller et coordonner les actions en matière de justice pour mineurs. Le travail de ce groupe est guidé par les normes et standards internationaux et autres instruments définis par la Convention des droits de l enfant ; il est composé de 13 agences des Nations Unies et d ONG voir pour plus d informations. 2

7 EN QUOI CONSISTE LA DÉJUDICIARISATION? Lorsqu un enfant est soupçonné accusé ou jugé coupable d infraction à la loi pénale, les autorités étatiques peuvent avoir recours à deux types d intervention: - Mesures s inscrivant dans le cadre de la procédure judiciaire, par le biais des tribunaux ; - Mesures ne recourant pas à la procédure judiciaire, connues sous le terme de «déjudiciarisation». Les mesures de déjudiciarisation maintiennent l enfant à l écart du système judiciaire officiel, souvent en le redirigeant vers les services sociaux. Plutôt que d exercer une action en justice, il peut être demandé à l enfant d effectuer des travaux d utilité publique, d être surveillé par un agent de probation ou un travailleur social, de présenter des excuses ou d offrir réparation à la victime - ou une quelconque autre mesure de substitution mutuellement consentie. POURQUOI DEVRAIT-ON AVOIR RECOURS A LA DÉJUDICIARISATION? Le Comité des droits de l enfant est d avis que la déjudiciarisation est la meilleure option quand on a affaire à des délinquants mineurs. Cette pratique favorise en effet le respect des droits de l enfant tout en permettant aux gouvernements une épargne de temps, d argent et de ressources. Maintenir les enfants à l écart du système judiciaire officiel contribue à réduire la stigmatisation des enfants en conflit avec la loi et entrave les effets pervers des procédures judiciaires. Dans de nombreux cas, l absence de poursuites reste la solution optimale, d autant plus lorsque l acte commis est d une gravité moindre et que la famille, l école ou un tiers sont déjà intervenus ou ont déjà réagi à cette attitude. La déjudiciarisation encourage l enfant à être responsable de ses actes, dans un cadre toutefois moins formel, plus local et mieux compréhensible, auquel il peut mieux adhérer et s identifier. Étant donné que la majorité des enfants délinquants ne commettent que des délits mineurs, du type vol à l étalage ou violation de domicile, la déjudiciarisation permet à la justice de n avoir à traiter que les cas graves. Cela dit, la déjudiciarisation ne doit pas se limiter aux seuls délits mineurs et devrait être envisagée aussi dans de nombreux autres cas. En optant pour cette solution, les Etats s engagent à favoriser le maintien des enfants en milieu scolaire plutôt qu en détention, facilitant ainsi leur réintégration en milieu familial ou communautaire. QUE PRÉCONISE L OG N 10? OBSERVATION GÉNÉRALE N 10 Fiche d information #3 Encourager la déjudiciarisation Le 2 février 2007, le Comité des droits de l enfant a publié l Observation Générale N 10 sur les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs (OG 10). Dans ce document, le Comité présente son interprétation concernant les mesures de prise en charge des mineurs en conflit avec la loi prévues dans la Convention relative aux droits de l enfant. Cette fiche d information est la première de sept fiches qui présentent les principaux thèmes de l OG 10, avec l objectif de la rendre largement connue, respectée et appliquée dans les Etats parties. Pour une déjudiciarisation efficace et en conformité avec les droits de l enfant: l enfant doit consentir par écrit et de son plein gré à une mesure de déjudiciarisation. Il est nécessaire de s assurer de l absence de contrainte ou d intimidation à son égard, et ce, tout au long de la procédure; les instances étatiques doivent obtenir le consentement écrit des parents, en particulier pour les mineurs de moins de 16 ans; la loi doit contenir des dispositions précisant dans quel cas la déjudiciarisation est possible; 1

8 OBSERVATION GÉNÉRALE N 10 Fiche d information #3 Encourager la déjudiciarisation (QUE PRÉCONISE L OG N 10?) Les interventions de la police, des procureurs et des autres acteurs ayant un pouvoir décisionnel en rapport avec ces dispositions doivent être réglementées et revues; l enfant doit pouvoir obtenir une assistance judiciaire ou autre pour jauger les mesures substitutives qui lui sont proposées; le respect par l enfant de la mesure substitutive jusqu à son terme doit se solder par un classement total et définitif de l affaire. EXEMPLES DE CAS DE DÉJUDICIARISATION : Au Ghana, des enfants ont pu être maintenus à l écart du système judiciaire officiel grâce à la création de groupes d institutions capables d intervenir dans les affaires pénales et civiles les concernant. Ces groupes peuvent faciliter la médiation, la réconciliation et imposer des compensations du préjudice subi pour la victime 1. 2 La procédure hollandaise HALT fournit une mesure de substitution aux poursuites judiciaires officielles à l intention des jeunes ayant commis des crimes mineurs. Chaque année, près de enfants sont redirigés vers ce programme prévoyant des compensations aux préjudices subis et/ou un maximum de 20 heures d un programme de travail ou d apprentissage pour les jeunes s étant portés volontaires. Cette Fiche d information faite partie d une série de 7 sur l OG 10 comprenant: 1) Introduction : Les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs ; 2) Prévenir la délinquance juvénile ; 3) Encourager la déjudiciarisation ; 4) L action en faveur de l instauration d un âge minimum de responsabilité pénale ; 5) Garantir un procès équitable ; 6) Interdire la peine de mort et de l emprisonnement à vie ; 7) La privation de liberté comme mesure de dernier ressort DEI- Ghana : contribution à l étude de DEI sur la délinquance juvénile (en cours au moment de la publication) 2 2

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

CRC. Convention relative aux droits de l enfant NATIONS UNIES. Distr. CRC/C/GC/10 25 avril 2007. Original: ANGLAIS

CRC. Convention relative aux droits de l enfant NATIONS UNIES. Distr. CRC/C/GC/10 25 avril 2007. Original: ANGLAIS NATIONS UNIES CRC Convention relative aux droits de l enfant Distr. GÉNÉRALE CRC/C/GC/10 25 avril 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ DES DROITS DE L ENFANT Quarante-quatrième session Genève, 15 janvier-2

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE EUROPE POUR ET AVEC LES ENFANTS. Lignes directrices du Comité des Ministres du Conseil de l Europe sur une justice adaptée aux enfants

CONSTRUIRE UNE EUROPE POUR ET AVEC LES ENFANTS. Lignes directrices du Comité des Ministres du Conseil de l Europe sur une justice adaptée aux enfants m o n o g r a p h i e 5 CONSTRUIRE UNE EUROPE POUR ET AVEC LES ENFANTS Lignes directrices du Comité des Ministres du Conseil de l Europe sur une justice adaptée aux enfants Lignes directrices du Comité

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

ENFANTS EN CONFLIT ET EN CONTACT AVEC LA LOI

ENFANTS EN CONFLIT ET EN CONTACT AVEC LA LOI ENFANTS EN CONFLIT ET EN CONTACT AVEC LA LOI Picture by Gilbert Vogt Togo 1996 Prison pour Enfants Lomé INTRODUCTION Pour accéder aux liens Internet, cliquez sur les textes en bleu. INFORMATIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales 18 Mai 2012 Site web : www.cedhd.org 1 L administration de la défense

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile

Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile Direction de l administration pénitentiaire Le placement sous surveillance électronique mobile Sous-direction des personnes placées sous main de justice (PMJ) Pôle PSEM Septembre 2007 Le placement sous

Plus en détail

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Conférence sur l assistance judiciaire dans le système pénal : le rôle des avocats, nonavocats et autres acteurs

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Photo de couverture: istockphoto.com/vikasuh

Photo de couverture: istockphoto.com/vikasuh Principes et lignes directrices des Nations Unies sur l accès à l assistance juridique dans le système de justice pénale NATIONS UNIES 13-86717_c1-4_pr.indd 2 05/11/2013 09:22:55 Photo de couverture: istockphoto.com/vikasuh

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

«L éducation enchaînée: Les lacunes de l éducation donnée aux enfants en détention»

«L éducation enchaînée: Les lacunes de l éducation donnée aux enfants en détention» DEFENSA DE NIÑAS Y NIÑOS INTERNACIONAL DNI DEFENSE DES ENFANTS INTERNATIONAL DEI DEFENCE FOR CHILDREN INTERNATIONAL DCI «L éducation enchaînée: Les lacunes de l éducation donnée aux enfants en détention»

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

- DOSSIER DE PRESSE -

- DOSSIER DE PRESSE - - DOSSIER DE PRESSE - Journée nationale du Travail d'intérêt Général en Saône-et-Loire 27 novembre 2013 à 9h30 Les partenaires institutionnels du Ministère de la Justice organisent 27 novembre 2013 la

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Durant cette session le Conseil national traitera plusieurs infractions concernant les droits de l enfant. Le postulat Bilan de la mise

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

MESURES CARCÉRALES ET MESURES NON PRIVATIVES DE LIBERTÉ. Détention avant jugement

MESURES CARCÉRALES ET MESURES NON PRIVATIVES DE LIBERTÉ. Détention avant jugement MESURES CARCÉRALES ET MESURES NON PRIVATIVES DE LIBERTÉ Détention avant jugement Compilation d'outils d'évaluation de la justice pénale 2 NATIONS UNIES OFFICE CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne MESURES

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones Note d information La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones a été adoptée par l Assemblée Générales

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU U N I T E D N A T I O N S N A T I O N S U N I E S NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU 12-38583 (F) Avril 2008 U N I T E D N A T I O

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Fondements éthiques et domaines d'activités des services de probation en Suisse

Fondements éthiques et domaines d'activités des services de probation en Suisse Fondements éthiques et domaines d'activités des services de probation en Suisse Conférence Suisse des Directrices et Directeurs de la Probation (CSDP) 1 2 INTRODUCTION 2 4 BASES LÉGALES 3 6 PRINCIPES ÉTHIQUES

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

ISBN 2-88477-099-2 IMP. ABRAX 21300 CHENOVE

ISBN 2-88477-099-2 IMP. ABRAX 21300 CHENOVE .. ISBN 2-88477-099-2 IMP. ABRAX 21300 CHENOVE Protéger les droits des enfants en conflit avec la loi EXPÉRIENCES INNOVANTES DES ORGANISATIONS MEMBRES DU GROUPE DE COORDINATION DES SERVICES CONSULTATIFS

Plus en détail

Cour. des droits QUESTIONS FRA?

Cour. des droits QUESTIONS FRA? Cour européenne LA CEDH des droits de l homme EN 50 QUESTIONS FRA? AN COURT OF HUM La CEDH en 50 questions Préparé par l Unité des Relations publiques de la Cour, ce document ne lie pas la Cour. Il vise

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

DECISION No 557 PLAN D ACTION DE L OSCE POUR LUTTER CONTRE LA TRAITE DES ETRES HUMAINS

DECISION No 557 PLAN D ACTION DE L OSCE POUR LUTTER CONTRE LA TRAITE DES ETRES HUMAINS PC.DEC/557 Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe Conseil permanent FRANÇAIS Original : ANGLAIS 462ème séance plénière PC Journal No 462, point 6 de l ordre du jour DECISION No 557 PLAN

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Votre partenaire pour la gestion et règlement des sinistres

TABLE DES MATIÈRES. Votre partenaire pour la gestion et règlement des sinistres TABLE DES MATIÈRES Votre partenaire pour la gestion et règlement des sinistres 1 2 Votre partenaire pour la gestion et règlement des sinistres ASSURANCE 1. L aide financière aux victimes d actes intentionnels

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE NATIONS UNIES Tribunal international chargé de poursuivre les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l ex-yougoslavie depuis

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse.

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse. La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2013 Jorick GUILLANEUF

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ)

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)15 COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) LIGNES DIRECTRICES VISANT A AMELIORER LA MISE EN ŒUVRE DE LA RECOMMANDATION SUR LES MODES ALTERNATIFS

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8 Annexe au contrat de location Programme de coupons pour le choix du logement, avec aide aux locataires, de la Section 8 Département du Logement et de l'urbanisme des États-Unis Bureau des logements sociaux

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE

ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE ENTREPRISES MINIÈRES GLOBEX INC. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE ET DE DÉONTOLOGIE INTRODUCTION Le succès d Entreprises minières Globex inc. («Globex») repose sur l intégrité personnelle et professionnelle

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79

3 juillet 2014. Numéro d identification au Registre de transparence : 4633926420-79 Ré ponsé dé Béttér Financé a la consultation dé la DG COMMERCE dé la CE sur lés modalité s pour la protéction dés invéstisséménts ét lé ré glémént dés diffé rénds éntré invéstisséurs ét E tats (RDIE) dans

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Regard critique de D.E.I.-France sur le 2 rapport de la France relatif à l application de la CIDE. Genève le 6 février 2004

Regard critique de D.E.I.-France sur le 2 rapport de la France relatif à l application de la CIDE. Genève le 6 février 2004 Regard critique de D.E.I.-France sur le 2 rapport de la France relatif à l application de la CIDE Genève le 6 février 2004 intervention de Fabienne Bonnet-Cogulet et Jean-Pierre Rosenczveig 1 La légitimité

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR POUVOIR CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA? Vous devez être âgé d au moins 16 ans et être détenteur d un permis de conduire valide. Il y a

Plus en détail

LES PRINCIPES DE PARIS

LES PRINCIPES DE PARIS LES PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES DIRECTEURS RELATIFS AUX ENFANTS ASSOCIES AUX FORCES ARMEES OU AUX GROUPES ARMES Février 2007 1 A noter: Ce document est en cours d approbation par des organisations et

Plus en détail

Charte des victimes - Administration pénitentiaire

Charte des victimes - Administration pénitentiaire 6 Charte des victimes - Administration pénitentiaire 37 6. Charte des victimes - Administration pénitentiaire Ce que vous pouvez attendre de l administration pénitentiaire Nous : tentons de réinsérer tous

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale (Le contenu de cette présentation n engage pas le Ministère public) 1 Objectifs et plan I. Tour d horizon des différentes

Plus en détail

Votez non à l accord d entraide judiciaire entre la France et le Maroc

Votez non à l accord d entraide judiciaire entre la France et le Maroc Votez non à l accord d entraide judiciaire entre la France et le Maroc Un Protocole entre la France et le Maroc en matière d entraide judiciaire vient d être déposé pour examen à l Assemblée Nationale.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2010/5 Distr. générale 12 janvier 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

4./4/14 DE DROIT AÉRIEN. (Montréal, 26 CONVENTION SURVENANT. (12 pages) 14-1044 DCTC_WP_DCTC_

4./4/14 DE DROIT AÉRIEN. (Montréal, 26 CONVENTION SURVENANT. (12 pages) 14-1044 DCTC_WP_DCTC_ DCTC Doc n o 33 4./4/14 CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE DROIT AÉRIEN (Montréal, 26 mars 4 avril 2014) TEXTE REFONDU DE LA CONVENTION RELATIVE AUX INFRACTIONS ET À CERTAINS AUTRES ACTES SURVENANT À BORD DES

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale CHARTE «PROTECTION DE L ENFANT DANS LES MEDIAS» Préambule Pourquoi cette charte? Les médias ont un rôle important dans l information du public sur les

Plus en détail

CRC/C/GC/12. Convention relative aux droits de l enfant. Observation générale n o 12 (2009) Nations Unies. Le droit de l enfant d être entendu

CRC/C/GC/12. Convention relative aux droits de l enfant. Observation générale n o 12 (2009) Nations Unies. Le droit de l enfant d être entendu Nations Unies Convention relative aux droits de l enfant Distr. générale 20 juillet 2009 Français Original: anglais CRC/C/GC/12 Comité des droits de l enfant Cinquante et unième session Genève, 25 mai-12

Plus en détail

Rapport du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l homme

Rapport du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l homme A/58/36 Nations Unies Rapport du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l homme Assemblée générale Documents officiels Cinquante-huitième session Supplément N o 36 (A/58/36) Assemblée générale

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Charte du Bureau de l ombudsman des clients de la Banque Nationale

Charte du Bureau de l ombudsman des clients de la Banque Nationale Charte du Bureau de l ombudsman des clients de la Banque Nationale 2 Définitions Définitions Banque Bureau de l ombudsman Ombudsman Client Client commercial Client particulier Décision d affaires Décision

Plus en détail

L EVALUATION PROFESSIONNELLE

L EVALUATION PROFESSIONNELLE INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire

Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire Fiche d'information n 26 - Le Groupe de travail sur la détention arbitraire I. Introduction "Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ni exilé" (Déclaration universelle des droits de l homme, art.

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail