DEFENSA DE NIÑAS Y NIÑOS INTERNACIONAL DNI DEFENSE DES ENFANTS INTERNATIONAL DEI DEFENCE FOR CHILDREN INTERNATIONAL DCI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEFENSA DE NIÑAS Y NIÑOS INTERNACIONAL DNI DEFENSE DES ENFANTS INTERNATIONAL DEI DEFENCE FOR CHILDREN INTERNATIONAL DCI"

Transcription

1 Bulletin de Justice pour Mineurs décembre No. 12 Dans ce bulletin: Sujets et questions abordés dans ce bulletin Les publications et rapports de DEI Les Déclarations de DEI Sélection d articles et communiqués des sections nationales de DEI Retour sur 2008 Nous avons pensé qu il serait intéressant de consacrer ce dernier numéro de l année 2008 à un résumé de tous les sujets et questions abordés dans notre bulletin d information au cours de l année écoulée. Janvier - février 2008 L article principal de notre Bulletin de janvier-février a présenté une initiative réussie de DEI-Belgique. Le gouvernement Belge a été traduit devant un tribunal d opinion créé pour l occasion. Il lui était reproché les traitements réservés à des centaines d enfants privés de leur liberté dans des centres de détention pour immigrants en situation irrégulière. La mission de ces tribunaux d opinion est de dénoncer, sous une forme juridique, des actes portant atteinte aux droits de l homme. Dans le cas du tribunal d opinion belge, le but était d attirer l attention du public sur les conditions de détention des enfants dans les centres pour immigrants en situation irrégulière. Si les jugements rendus par ces tribunaux composés de personnes de la société civile n ont aucune valeur contraignante, leur portée n en demeure pas moins importante. Reconnus et pris avec beaucoup de sérieux, ces jugements sont souvent largement communiqués au public par les médias. Mars - avril 2008 En janvier 2008, Défense des Enfants International a lancé un nouveau projet afin de promouvoir et suivre la mise en oeuvre de l Observation Générale No.10 du Comité des droits de l enfant des Nations Unies sur «les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs». Afin de soutenir cette initiative, le bulletin d information de Justice pour Mineurs avait pris la décision d informer ses lecteurs de manière régulière sur l évolution de ce projet à travers la présentation des différentes initiatives prises au niveau national et international. Ainsi, à chaque nouvelle édition de notre bulletin d information nous avons mis l accent sur un thème spécifique abordé dans l Observation Générale No.10. Le bulletin d information de mars-avril comprenait un article sur le lancement du projet de promotion de l Observation Générale No.10 en Sierra Leone, l un des huit pays pilote dans lesquels le projet de DEI a été mis en oeuvre. L article faisait référence à la cérémonie officielle de lancement du projet à Freetown, soutenue par le président de la Commission des Droits de l Homme de Sierra Leone et qui a bénéficié d une large couverture médiatique à travers le pays. Mai - juin 2008 L édition de mai-juin du bulletin d information était consacrée à la prévention de la violence et de la délinquance juvéniles. Selon l Observation Générale No.10, les politiques de prévention de la délinquance juvénile sont extrêmement importantes et devraient être incluses dans une politique globale de la justice pour mineurs. 1

2 D E F E N S A D E N I Ñ A S Y N I Ñ O S I N T E R N A C I O N A L D N I D E F E N S E D E S E N F A N T S I N T E R N A T I O N A L D E I D E F E N C E F O R C H I L D R E N I N T E R N A T I O N A L D C I Bulletin de Justice pour Mineurs décembre 2008 RETOUR SUR 2008 No. 12 Afin d expliquer comment cela peut être mis en pratique, deux articles présentaient des projets conduits par des sections nationales de DEI et visant à promouvoir la prévention. Le premier article mettait en avant le projet de DEI-Bolivie sur la prévention de la violence dans la ville de Santa Cruz tandis que le second article présentait un atelier sur la prévention de la délinquance juvénile organisé par DCI-Uganda dans une maison d arrêt pour mineurs. Juillet - août 2008 Encourager la Déjudiciarisation était le titre du bulletin d information de juilletaoût. La déjudiciarisation se réfère à la promotion de mesures alternatives telles que l orientation des enfants vers des services sociaux plutôt que de les soumettre au système judicaire. L Observation Générale No.10 insiste sur l importance des solutions alternatives à la détention des mineurs. En effet, Maintenir les enfants à l écart du système judiciaire officiel contribue à réduire la stigmatisation des enfants en conflit avec la loi et entrave les effets pervers des procédures judiciaires. Le bulletin illustrait ce sujet avec un article sur le projet régional de DEI Amérique Latine visant à promouvoir les alternatives socio-éducatives. Ce vaste projet a pour but non seulement de créer des mesures et des structures sociales adaptées au cas spécifique des mineurs en conflits avec la loi mais aussi de renforcer de façon globale un système judiciaire défaillant. Septembre - octobre 2008 En octobre, le bulletin d information de Justice pour Mineurs était consacré au problème épineux relatif à l âge minimum de la responsabilité pénale, qui correspond à l âge minimum en dessous duquel les enfants sont considérés comme n aillant pas la capacité d enfreindre la loi pénale. L Observation Générale No.10 est très claire à ce sujet et recommande que cet âge minimum ne soit pas inférieur à 12 ans. Il est également précisé que les Etats dans lesquels l âge minimum de la responsabilité pénale est supérieur à 12 ans ne l abaissent pas. C est pourtant ce qu ont fait certains Etats comme la Géorgie. L article principal du bulletin d information présentait le travail de plaidoyer réalisé par DEI-Sierra Leone par le biais du lobby et de la participation des enfants pour relever l âge minimum de la responsabilité pénale. Ces efforts ont été récompensés par l adoption du nouveau «Child Rights Act» adopté par le parlement sierra léonais en 2007 et établissant l âge de la responsabilité pénale à 14 ans. et en 2009: En 2009, les bulletins d information de Justice pour Mineurs continueront d explorer et de débattre sur les thèmes et recommandations contenues dans l Observation générale No.10. Les sujets suivants seront traités dans les prochaines éditions : le procès équitable, mettre un terme à la peine de mort et l emprisonnement à vie incompressible, la privation de liberté comme mesure de dernier recours. Nous espérons que vous trouvez ce bulletin d information intéressant et enrichissant. N hésitez pas à contacter le bureau du programme Justice pour Mineurs au Secrétariat International si vous avez des commentaires, questions ou suggestions! BONNE ANNEE! 2

3 D E F E N S A D E N I Ñ A S Y N I Ñ O S I N T E R N A C I O N A L D N I D E F E N S E D E S E N F A N T S I N T E R N A T I O N A L D E I D E F E N C E F O R C H I L D R E N I N T E R N A T I O N A L D C I Bulletin de Justice pour Mineurs décembre 2008 RETOUR SUR 2008 No. 12 Veuillez cliquer sur le titre du document pour y accéder Tous les documents sont dans leur langue originale Les publications et rapports de DEI publiés : From Legislation to Action? Trends in Juvenile Justice Systems Across 15 Countries Fiches d information - Observation Générale N 10: les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs : 1. Introduction; 2. Prévenir la délinquance juvénile; 3. Encourager la déjudiciarisation; 4. L action en faveur d un âge minimum de responsabilité pénale; 5. Garantir un procès équitable; 6. Interdire la peine de mort et l emprisonnement à vie; 7. La privation de liberté comme mesure de dernier ressort. Protecting the Rights of Children in Conflict with the Law - Research on Alternatives to the Deprivation of Liberty in Eight Countries Sessions of the UN Committee on the Rights of the Child: Information notes on Juvenile Justice : 47th Session; 48th Session; 49th Session La violence contre les enfants en conflit avec la loi: Une étude sur les indicateurs et la Collecte de données en Belgique, Angleterre et Pays de Galles, France et Pays-Bas Desafíos Para el Cumplimento de la Convención sobre los Derechos del Niño Juvenile Delinquency in Albania: Analysis of Factors and Causes of Delinquency in Albania Juvenile Justice in Albania: an Analysis of the Juvenile Justice System and the Situation of Juveniles in Albania Sélection d articles et commuiqués des sections nationales de DEI : DCI-Palestine deeply concerned as Israel denies entry to Special Rapporteur, 15 Dec 2008 DEI-Niger: Déclaration sur la situation des enfants au Niger, 25 Nov 2008 DEI-France - Les droits de l enfant en France: Au pied de mur, 20 Nov 2008 DCI-Palestine Launches Freedom Now! Campaign, 20 Nov 2008 DEI-Bélgique et UNICEF lancent un dossier pédagogique sur la détention des enfants étrangers, 20 Nov th National Palestine Child Conference - November 19-21, 17 Nov 2008 DCI-Uganda and partners launch campaign against sexual abuse, 22 Oct 2008 DCI-Palestine - 10 Year Tortured by Israeli Soldiers, 03 Jul 2008 DEI-Niger - Déclaration sur la situation scolaire, 02 Jul 2008 Day for the African Child - DCI-Uganda and other NGOs call for visibility for child victims and children in conflict with the law, 16 Jun 2008 DCI-Palestine Calls on the EU to Raise Child Rights Issues with Israel, 16 Jun 3

4 D E F E N S A D E N I Ñ A S Y N I Ñ O S I N T E R N A C I O N A L D N I D E F E N S E D E S E N F A N T S I N T E R N A T I O N A L D E I D E F E N C E F O R C H I L D R E N I N T E R N A T I O N A L D C I Bulletin de Justice pour Mineurs décembre 2008 RETOUR SUR 2008 No. 12 Veuillez cliquer sur le titre du document pour y accéder Tous les documents sont dans leur langue originale Rédaction: Anna Volz Mise en page: Anna Volz Traduction: Gabrielle Chaizy Ana Ramos 2008 DCI-Sierra Leone Condemns Violation of Children s Right to Privacy, 09 Jun 2008 Wilful Killing of a Baby by Israeli Army in Gaza House Raids, 09 Jun 2008 Use of torture on 17-year-old boy by Israeli security service, 14 May 2008 DNI-Costa Rica se pronuncia contra la violación del derecho del niño a la intimidad, 08 May 2008 Une réforme ou une révolution à contre-temps?, 16 Apr 2008 DCI-Palestine Announces Groundbreaking Decision to Challenge Military Court System, 16 Apr 2008 Palestinian Child s Day - A Time for Action, 07 Apr 2008 DCI-Nigeria Condems Abduction of Toddlers in Port-Harcourt, Rivers State, 04 Mar 2008 DCI-Sierra Leone and YMCA Launch Youth Justice in Action Report, 22 Feb 2008 DCI Palestine Issues Letter to Mr. John Holmes, Under-Secretary-General for Humanitarian Affairs and Emergency Relief Coordinator, 21 Feb 2008 DCI-Palestine Expresses Concern over Arab Charter s Authorisation of the Death Penalty for Children, 14 Feb 2008 End the Detention of Children! DCI-Belgium Holds Opinion Court to Speak Out Against the Illegal Detention of Children, 24 Jan 2008 DCI-Nigeria Condemns Incidence of Child Rape, 14 Jan 2008 Juvenile Justice Programme Desk International Secretariat Case postale 88 CH-1211 Geneva 20 Veuillez SVP noter que les articles de ce bulletin sont des contributions individuelles des sections nationales de DEI et du Secrétariat International, et en tant que telles, elles ne reflètent pas la position officielle des membres du CEI ou du mouvement dans son ensemble. 4

5 OBSERVATION GÉNÉRALE NO 10 Fiche d information #1 Observation Générale N 10: Les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs Le 2 février 2007, le Comité des droits de l enfant a publié l Observation Générale N 10 sur les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs (OG 10). Dans ce document, le Comité présente son interprétation concernant les mesures de prise en charge des mineurs en conflit avec la loi prévues dans la Convention relative aux droits de l enfant. Cette fiche d information est la première de sept fiches qui présentent les principaux thèmes de l OG 10, avec l objectif de la rendre largement connue, respectée et appliquée dans les Etats parties. EN QUOI CONSISTE L OBSERVATION GÉNÉRALE N 10? La Convention des Nations Unies relative aux droits de l enfant (CDE), adoptée en novembre 1989, énonce les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels de l enfant. Son application par les Etats parties est contrôlée par un organe d experts indépendants, le Comité des droits de l enfant. Afin de soutenir les Etats parties dans leurs efforts d application, le Comité adopte régulièrement des «Observations Générales» basées sur des articles, dispositions et thèmes de la Convention 1. Publiée par le Comité en 2007, l Observation Générale N 10 (OG 10) 2 développe les articles 37 et 40 de la CDE sur les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs tout en tenant compte des principes généraux contenus dans les articles 2, 3, 6 et 12, d autres articles pertinents comme le 4 et le 39, ainsi que d autres standards internationaux afférents à la justice juvénile. L Observation Générale met en évidence les lacunes des Etats parties en matière d élaboration et d application de politiques afférentes à la justice pour mineurs. Elle guide également ces mêmes Etats dans l élaboration d une politique globale en matière de justice des mineurs conforme à la Convention et aux standards internationaux pertinents. Le document aborde différents aspects de l administration de la justice pour mineurs; les sept points suivants sont développés dans cette série de fiches d information: La prévention de la délinquance juvénile La déjudiciarisation L âge minimum de responsabilité pénale La garantie d un procès équitable L interdiction de la peine de mort et de l emprisonnement à perpétuité La privation de liberté EN QUOI L OG 10 EST-ELLE NECESSAIRE? Malgré les dix-huit années écoulées depuis l adoption de la Convention, les progrès réalisés en matière de justice pour mineurs sont très disparates. Même si ils ont ratifié la Convention, les Etats parties n ont pas tous mis en place un système judiciaire spécialisé prenant en compte l intérêt supérieur de l enfant, prévoyant un système distinct de celui pour les adultes et incluant la réhabilitation et la réinsertion sociale comme priorités. Même si certains progrès ont été notés ces dernières années, les conclusions du Comité continuent à faire état de carences dans le respect et l application des législations en matière de justice des mineurs dans les Etats parties. De nombreux Etats affichent ainsi clairement leurs difficultés à concrétiser leurs intentions sur des sujets tels que la déjudiciarisation et les autres mesures alternatives à la détention. 1 A titre d exemple, voici deux autres Observations Générales récentes : Les droits des enfants handicapés (OG 9) ; Le droit de l enfant à une protection contre les châtiments corporels et les autres formes cruelles ou dégradantes de châtiments. 2 Pour plus d informations sur le Comité des droits de l enfant et ses Observations Générales : 1

6 OBSERVATION GÉNÉRALE 10 Fiche d information #1 Observation Générale N 10: Les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs QUELS SONT LES OBJECTIFS DE L OG 10? encourager les etats à mettre en place une politique globale en matière de justice des mineurs axée sur la prévention de la délinquance juvénile, ceci avec l aide du groupe interinstitutions sur la justice pour mineurs (IPJJ) 3 ; formuler des recommandations et guider les etats dans l élaboration d une législation visant la prévention de la délinquance juvénile et prévoyant des mesures alternatives aux procédures judiciaires ; aider à l interprétation des dispositions contenues dans les articles 37 et 40 de la Convention ; promouvoir l intégration, au niveau du droit national, des standards internationaux en matière de justice pour mineurs et en particulier des règles minima des nations unies concernant l administration de la justice pour mineurs (Règles de Beijing), la protection des mineurs privés de liberté (Règles de la Havane) ainsi que des principes directeurs pour la prévention de la délinquance juvénile (Principes Directeurs de Riyadh). POURQUOI EST-IL NECESSAIRE D ASSURER UN SUIVI DE L OG 10? En fournissant des recommandations et des orientations concrètes, l OG 10 peut jouer un rôle décisif dans l amélioration de la qualité des politiques en matière de justice juvénile et dans l adoption de méthodes de mise en œuvre appropriées. Dans cet esprit, ces fiches d information visent à mettre en valeur et explorer les sept thèmes suivants, afin que l OG 10 soit largement connue, respectée et appliquée par les Etats Membres. Cette Fiche d information est la première d une série de 7 sur l OG 10 comprenant: 1) Introduction : Les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs ; 2) Prévenir la délinquance juvénile ; 3) Encourager la déjudiciarisation ; 4) L action en faveur de l instauration d un âge minimum de responsabilité pénale ; 5) Garantir un procès équitable ; 6) Interdire la peine de mort et de l emprisonnement à vie ; 7) La privation de liberté comme mesure de dernier ressort Le Groupe interinstitutions sur la justice pour mineurs (IPJJ: Interagency Panel on Juvenile Justice) émane de la résolution 1997/30 du Conseil Economique et Social (ECOSOC) visant à conseiller et coordonner les actions en matière de justice pour mineurs. Le travail de ce groupe est guidé par les normes et standards internationaux et autres instruments définis par la Convention des droits de l enfant ; il est composé de 13 agences des Nations Unies et d ONG voir pour plus d informations. 2

7 EN QUOI CONSISTE LA DÉJUDICIARISATION? Lorsqu un enfant est soupçonné accusé ou jugé coupable d infraction à la loi pénale, les autorités étatiques peuvent avoir recours à deux types d intervention: - Mesures s inscrivant dans le cadre de la procédure judiciaire, par le biais des tribunaux ; - Mesures ne recourant pas à la procédure judiciaire, connues sous le terme de «déjudiciarisation». Les mesures de déjudiciarisation maintiennent l enfant à l écart du système judiciaire officiel, souvent en le redirigeant vers les services sociaux. Plutôt que d exercer une action en justice, il peut être demandé à l enfant d effectuer des travaux d utilité publique, d être surveillé par un agent de probation ou un travailleur social, de présenter des excuses ou d offrir réparation à la victime - ou une quelconque autre mesure de substitution mutuellement consentie. POURQUOI DEVRAIT-ON AVOIR RECOURS A LA DÉJUDICIARISATION? Le Comité des droits de l enfant est d avis que la déjudiciarisation est la meilleure option quand on a affaire à des délinquants mineurs. Cette pratique favorise en effet le respect des droits de l enfant tout en permettant aux gouvernements une épargne de temps, d argent et de ressources. Maintenir les enfants à l écart du système judiciaire officiel contribue à réduire la stigmatisation des enfants en conflit avec la loi et entrave les effets pervers des procédures judiciaires. Dans de nombreux cas, l absence de poursuites reste la solution optimale, d autant plus lorsque l acte commis est d une gravité moindre et que la famille, l école ou un tiers sont déjà intervenus ou ont déjà réagi à cette attitude. La déjudiciarisation encourage l enfant à être responsable de ses actes, dans un cadre toutefois moins formel, plus local et mieux compréhensible, auquel il peut mieux adhérer et s identifier. Étant donné que la majorité des enfants délinquants ne commettent que des délits mineurs, du type vol à l étalage ou violation de domicile, la déjudiciarisation permet à la justice de n avoir à traiter que les cas graves. Cela dit, la déjudiciarisation ne doit pas se limiter aux seuls délits mineurs et devrait être envisagée aussi dans de nombreux autres cas. En optant pour cette solution, les Etats s engagent à favoriser le maintien des enfants en milieu scolaire plutôt qu en détention, facilitant ainsi leur réintégration en milieu familial ou communautaire. QUE PRÉCONISE L OG N 10? OBSERVATION GÉNÉRALE N 10 Fiche d information #3 Encourager la déjudiciarisation Le 2 février 2007, le Comité des droits de l enfant a publié l Observation Générale N 10 sur les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs (OG 10). Dans ce document, le Comité présente son interprétation concernant les mesures de prise en charge des mineurs en conflit avec la loi prévues dans la Convention relative aux droits de l enfant. Cette fiche d information est la première de sept fiches qui présentent les principaux thèmes de l OG 10, avec l objectif de la rendre largement connue, respectée et appliquée dans les Etats parties. Pour une déjudiciarisation efficace et en conformité avec les droits de l enfant: l enfant doit consentir par écrit et de son plein gré à une mesure de déjudiciarisation. Il est nécessaire de s assurer de l absence de contrainte ou d intimidation à son égard, et ce, tout au long de la procédure; les instances étatiques doivent obtenir le consentement écrit des parents, en particulier pour les mineurs de moins de 16 ans; la loi doit contenir des dispositions précisant dans quel cas la déjudiciarisation est possible; 1

8 OBSERVATION GÉNÉRALE N 10 Fiche d information #3 Encourager la déjudiciarisation (QUE PRÉCONISE L OG N 10?) Les interventions de la police, des procureurs et des autres acteurs ayant un pouvoir décisionnel en rapport avec ces dispositions doivent être réglementées et revues; l enfant doit pouvoir obtenir une assistance judiciaire ou autre pour jauger les mesures substitutives qui lui sont proposées; le respect par l enfant de la mesure substitutive jusqu à son terme doit se solder par un classement total et définitif de l affaire. EXEMPLES DE CAS DE DÉJUDICIARISATION : Au Ghana, des enfants ont pu être maintenus à l écart du système judiciaire officiel grâce à la création de groupes d institutions capables d intervenir dans les affaires pénales et civiles les concernant. Ces groupes peuvent faciliter la médiation, la réconciliation et imposer des compensations du préjudice subi pour la victime 1. 2 La procédure hollandaise HALT fournit une mesure de substitution aux poursuites judiciaires officielles à l intention des jeunes ayant commis des crimes mineurs. Chaque année, près de enfants sont redirigés vers ce programme prévoyant des compensations aux préjudices subis et/ou un maximum de 20 heures d un programme de travail ou d apprentissage pour les jeunes s étant portés volontaires. Cette Fiche d information faite partie d une série de 7 sur l OG 10 comprenant: 1) Introduction : Les droits de l enfant dans le système de justice pour mineurs ; 2) Prévenir la délinquance juvénile ; 3) Encourager la déjudiciarisation ; 4) L action en faveur de l instauration d un âge minimum de responsabilité pénale ; 5) Garantir un procès équitable ; 6) Interdire la peine de mort et de l emprisonnement à vie ; 7) La privation de liberté comme mesure de dernier ressort DEI- Ghana : contribution à l étude de DEI sur la délinquance juvénile (en cours au moment de la publication) 2 2

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE POUR UN ATELIER DE FORMATION DU POOL NATIONAL D AVOCATS DE LA RDC EN MATIERE DE JUSTICE PENALE INTERNATIONALE ET DU SYSTEME DE STATUT DE ROME DE LA CPI

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme Les Pays-Bas, un candidat engagé pour le Conseil des droits de l homme Notre candidature Les Pays-Bas ont chaleureusement accueilli la création du Conseil des droits de l homme. Membre actuel du Conseil

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne».

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne». AVIS SUR LE PROCHAIN PROGRAMME JUSTICE DE L UNION EUROPEENNE 1. Cadre de l avis En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Engagements de Paris en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illégaux par des groupes ou des forces armés en place d un mécanisme

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

Sensibiliser l opinion publique sur le phénomène d enfants en situation de rue et plaider pour le respect des droits de l enfant.

Sensibiliser l opinion publique sur le phénomène d enfants en situation de rue et plaider pour le respect des droits de l enfant. Le Service d Accompagnement, de Formation, d Intégration et de Réhabilitation de l Enfant (SAFIRE) est une ONG qui a pour vocation de venir en aide aux enfants en situation de rue de la République de Maurice.

Plus en détail

Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour 2008

Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour 2008 Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour Le Plan de Travail Commun se base sur les objectifs stratégiques de l Appel Consolidé (CAP)

Plus en détail

A/HRC/28/NGO/142. Assemblée générale. Nations Unies

A/HRC/28/NGO/142. Assemblée générale. Nations Unies Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 26 février 2015 A/HRC/28/NGO/142 Français seulement Conseil des droits de l homme Vingt-huitième session Point 6 de l ordre du jour Examen périodique universel

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND Mandat de la Rapporteuse spéciale sur l indépendance des juges et

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP)

(Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) (Traduction du Greffe) Affaire No. 21 Demande d avis consultatif soumis par la Commission sous-régionale des pêches (CSRP) Exposé écrit présenté par le Secrétaire général de l ONU au Tribunal international

Plus en détail

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional»

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Projet «Promotion de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et le blanchiment d argent» (SNAC Tunisie) Lancement

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux Nations Unies A/AC.260/1 Assemblée générale Distr.: Générale 25 juin 2001 Français Original: Anglais Réunion du Groupe intergouvernemental d experts à composition non limitée chargé d élaborer un projet

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Groupe de rédaction sur l éducation et la formation aux droits de l homme: programme de travail

Groupe de rédaction sur l éducation et la formation aux droits de l homme: programme de travail Comité consultatif du Conseil des droits de l homme Recommandation 1/1. Groupe de rédaction sur l éducation et la formation aux droits de l homme: programme de travail Le Comité consultatif du Conseil

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

Convention nº 87 de l OIT sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical

Convention nº 87 de l OIT sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical Convention nº 87 de l OIT sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical 1 2 Convention N 87 de l OIT sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical adoptée le 9 juillet 1948

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

RESOLUTION 24/16 DU CONSEIL DES DROITS DE L HOMME SUR «LE ROLE DE LA PREVENTION DANS LA PROMOTION ET PROTECTION DES DROITS DE L HOMME»

RESOLUTION 24/16 DU CONSEIL DES DROITS DE L HOMME SUR «LE ROLE DE LA PREVENTION DANS LA PROMOTION ET PROTECTION DES DROITS DE L HOMME» RESOLUTION 24/16 DU CONSEIL DES DROITS DE L HOMME SUR «LE ROLE DE LA PREVENTION DANS LA PROMOTION ET PROTECTION DES DROITS DE L HOMME» En réponse aux questions évoquées, Madagascar a adopté des mesures

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement

I. Notion d Enfant placé élargissement aux situations proches du placement Circulaire 36200 p. 1 Circulaire n 509 Allocations familiales en faveur des enfants placés, conformément aux articles 51, 3, 7 et 70 L.C. (Txt 40) C. 06/03/1992 Nous constatons qu un certain nombre de

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION

Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION Le Rapporteur spécial des Nations Unies (ONU) sur la promotion

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES ÉTATS À EXÉCUTER, CONFORMÉMENT AUX RÈGLES INTERNATIONALES QUI RÉGISSENT

Plus en détail

Charte du Bureau de l ombudsman des clients de la Banque Nationale

Charte du Bureau de l ombudsman des clients de la Banque Nationale Charte du Bureau de l ombudsman des clients de la Banque Nationale 2 Définitions Définitions Banque Bureau de l ombudsman Ombudsman Client Client commercial Client particulier Décision d affaires Décision

Plus en détail

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par:

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par: Introduction à la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées: développement et objectif de la convention, principes généraux et obligations des États Parties Shivaun Quinlivan

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction

Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de la Justice Note d information à l attention des personnes victimes d une infraction 2010 En vertu de l article 4-1 du Code d instruction criminelle,

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE :

ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE : JOURNÉES INTERNATIONALES D ÉTUDES D ENFANCE ET PARTAGE Les 20 et 21 novembre 2007 UNESCO, Paris ÉTHIQUE ET PROTECTION DE L ENFANCE : UN ENGAGEMENT COLLECTIF Plus d informations sur : www.colloque.enfance-et-partage.org

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006

LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Janvier 2007 LA DELINQUANCE A PARIS AU COURS DE L ANNEE 2006 Note sur la méthodologie : Les données chiffrées présentées dans ce document sont issues de l état 4001, qui est tenu et mis à jour par la Direction

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 15 NOVEMBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 PROJET PILOTE DU PLAN D ACTION POUR

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social

ECE/MP.WH/WG.1/2014/3 EUDCE/1408105/1.10/2014/WGWH/07. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 17 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Organisation mondiale de la Santé Bureau régional pour l Europe

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

LES PERSONNES HANDICAPEES DANS DES SITUATIONS DE CONFLIT ARME : LA PROTECTION PREVUE PAR LE DROIT INTERNATIONAL ET SA MISE EN ŒUVRE

LES PERSONNES HANDICAPEES DANS DES SITUATIONS DE CONFLIT ARME : LA PROTECTION PREVUE PAR LE DROIT INTERNATIONAL ET SA MISE EN ŒUVRE LES PERSONNES HANDICAPEES DANS DES SITUATIONS DE CONFLIT ARME : LA PROTECTION PREVUE PAR LE DROIT INTERNATIONAL ET SA MISE EN ŒUVRE Spyridon AKTYPIS * Doctorant à l Université Panthéon-Assas Paris II Les

Plus en détail

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)*

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)* Nations Unies Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. générale 3 août 2010 Français Original: anglais CAT/C/SEN/Q/3 Comité contre la torture

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale CHARTE «PROTECTION DE L ENFANT DANS LES MEDIAS» Préambule Pourquoi cette charte? Les médias ont un rôle important dans l information du public sur les

Plus en détail

CLOUT Recueil de jurisprudence

CLOUT Recueil de jurisprudence CNUDCI Commission des Nations Unies pour le droit commercial international Présentation de CLOUT Recueil de jurisprudence concernant les textes de la CNUDCI Une base de données juridiques sur les décisions

Plus en détail

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs

Déposer une plainte. Guide à l intention des investisseurs Déposer une plainte Guide à l intention des investisseurs Le présent guide contient de l information sur ce qui suit : des conseils sur la façon de déposer des plaintes efficaces; le rôle de la Commission

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

Le recours à un interprète pour comprendre l incidence des lois sur la santé mentale à votre égard

Le recours à un interprète pour comprendre l incidence des lois sur la santé mentale à votre égard 425 Bloor Street East, Suite 110 Toronto, Ontario M4W 3R5 www.archdisabilitylaw.ca (416) 482-8255 (Main) 1 (866) 482-ARCH (2724) (Toll Free) (416) 482-1254 (TTY) 1 (866) 482-ARCT (2728) (Toll Free) (416)

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Note sur l Amnistie en République Démocratique du Congo (RDC) Décembre 2004

Note sur l Amnistie en République Démocratique du Congo (RDC) Décembre 2004 UNITED NATIONS United Nations Mission in the Democratic Republic of the Congo NATIONS UNIES Mission de l Organisation des Nations Unies en République Démocratique du Congo MONUC CHILD PROTECTION SECTION

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.7/2012/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 14 mars 2012 Français Original: anglais Groupe

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

UNE ETUDE GLOBALE SUR LES ENFANTS PRIVES DE LIBERTE

UNE ETUDE GLOBALE SUR LES ENFANTS PRIVES DE LIBERTE «Les enfants n ont rien à faire derrière les barreaux. Les enfants doivent aller à l'école. Ils doivent jouer avec leurs amis. Ils devraient être dans leurs familles ". - Pas d'enfants derrière les barreaux!

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

22. Stop au trafic des mineurs à des fins sexuelles Une campagne sans précédent de l ECPAT et de The Body Shop

22. Stop au trafic des mineurs à des fins sexuelles Une campagne sans précédent de l ECPAT et de The Body Shop 22. Stop au trafic des mineurs à des fins sexuelles Une campagne sans précédent de l ECPAT et de The Body Shop Patchareeboon Sakulpitakphon ECPAT International Bangkok Introduction L ONG ECPAT (End Child

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

Crimes internationaux

Crimes internationaux ADVOCACY CENTER TRIAL A CT CENTRE D ACTION JURIDIQUE DE TRIAL Crimes internationaux Ouverture à Genève d un Centre d action juridique pour la saisine des organes de protection des droits de l homme Introduction

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE

LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE GithaRoelans, Cheffe d unité Entreprises Multinationales, Département

Plus en détail

0.192.122.975 Echange de lettres

0.192.122.975 Echange de lettres Echange de lettres des 23 juillet/11 août 1971 entre le Département politique fédéral et la Banque asiatique de développement concernant le bureau de la Banque à Zurich et le personnel qui y est affecté

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

Bamako, 11-13 décembre 2007

Bamako, 11-13 décembre 2007 Mise en oeuvre des Lignes directrices de Robben Island en Afrique francophone Bamako, 11-13 décembre 2007 RAPPORT NARRATIF Introduction Ce séminaire, co-organisé par L Association pour la Prévention de

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2006/10 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr.: Générale 29 novembre 2006 Français Original: Anglais Première session Amman, 10-14

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

ECE/TRANS/WP.1/2015/4. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs

ECE/TRANS/WP.1/2015/4. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.1/2015/4 Distr. générale 12 janvier 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe de

Plus en détail

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement.

2.3 De maintenir un climat de travail exempt d incivilité et de harcèlement. Objet : Politique concernant le harcèlement au travail En vigueur le : 2011-06-02 Mise à jour le : 2014-09-01 DIRECTIVE NO : 26 Page 1 de 5 Cette politique remplace toute autre politique antérieure concernant

Plus en détail

American Bar Association Rule of Law African Centre for Justice

American Bar Association Rule of Law African Centre for Justice American Bar Association Rule of Law African Centre for Justice TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN FORMATEUR INTERNATIONAL FORMATION AU PROFIT DES MAGISTRATS ET AVOCATS EN AFRIQUE CENTRALE SUR

Plus en détail

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales LE POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN (PCN) En 2009: Adhésion du Royaume du Maroc

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail