Méthodes alternatives au lisier pour évacuer les déjections porcines. par Francis Pouliot, ingénieur nieur agricole 21 novembre 2002

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodes alternatives au lisier pour évacuer les déjections porcines. par Francis Pouliot, ingénieur nieur agricole 21 novembre 2002"

Transcription

1 Méthodes alternatives au lisier pour évacuer les déjections porcines par Francis Pouliot, ingénieur nieur agricole 21 novembre 2002

2 Plan de la présentation Introduction Gestion sur lisier Gestion sur litière Gestion solide et liquide Conclusion

3 Types de plancher dans les bâtiments au Québec Cheptel porcin Nb u.a. 100 % latté Type de plancher Part. latté Plein Litière ,7 58,8 15,6 0,8

4 Types de gestion des déjections d dans les bâtiments au Québec Type d éd élevage Solide Liquide Nb u.a. porcines (%) Truies et verrats ,2 97,8 Porcelets ,7 99,3 Porcs à l engraissement Cheptel porcin Nb u.a ,2 97,8 Total ,1 97,9

5 Types de gestion des déjections d dans les bâtiments au Québec 28 millions de porcs produits/an Sur élevages : 85 % sur plancher latté 15 % sur litière à élevages sur litière

6 Gestion sur lisier Qu est est-ce que du lisier? Mélange d excrd excréments d animaux d (fèces et urine) et d eaud Mélange constitué à environ 95 % d eau

7 Gestion conventionnelle sur lisier Bâtiment eaux de boisson eaux de lavage évacuation hydraulique Animaux fèces + urine = déjectionsd LISIER SOUS ANIMAUX ALIMENTATION refus d alimentsd pertes d alimentsd DALOT SOUS ANIMAUX PRÉFOSSE INTÉRIEURE FOSSE ENTREPOSAGE EXTÉRIEURE ÉPANDAGE

8 Principalement en engraissement au Québec Types de litière utilisées : copeaux de bois «ripe» sciure de bois «brin de scie» paille mélange sciure-paille ou copeaux- paille

9 Bâtiment eaux de boisson eaux de lavage évacuation mécaniquem Animaux fèces + urine = déjectionsd LITIÈRE ALIMENTATION refus d alimentsd pertes d alimentsd ÉVAPORATION D EAUD ÉPANDAGE CENTRE DE COMPOSTAGE CENTRE DE GRANULATION

10 Section gestation (truies en groupe) sur litière Très s peu utilisée e au Québec En évolution en Europe (directive européenne enne sur le bien-être animal au niveau truies en groupe)

11 Section mise bas Très s peu utilisée e au Québec Moins développd veloppée e que chez les truies en gestation en Europe

12 Section pouponnière Très s peu utilisée e au Québec En évolution en Europe

13 Section engraissement En évolution au Québec Relativement peu documentée e dans la littérature

14 Litière profonde Peu utilisée e au Québec Litière de sciure de 70 à 90 cm au début Enzymes non ajoutés s au Québec Brassage et ajout de litière sont essentiels en cours d éd élevage Émission importante de N 2 O

15 Litière profonde (suite) Plusieurs lots sur la même litière (sanitaire?) Temps requis élevé pour le travail 15 minutes/porc produit Coût t de gestion élevé de la litière 13,15 $/porc produit

16 Litière mince Utilisée e au Québec Litière de 25 à 35 cm Types de matériel : sciure et/ou copeaux (sec ou humide), paille Enzymes non ajoutés s au Québec Pas de brassage ou ajout de litière en cours d éd élevage? Litière changée à chaque élevage Émission mission réduite r de N 2 O

17 Litière accumulée Utilisée e au Québec Litière au départ d de 15 à 20 cm Type de matériels : sciure et/ou copeaux (sec), paille Enzymes non ajoutés s au Québec Ajouts réguliers r de litière aux endroits humides (zones déjections) d Aucun brassage requis?

18 Litière accumulée e (suite) Litière changée à chaque élevage Émission réduite r de N 2 O Temps requis moindre pour le travail 6 minutes/porc produit Coût t de gestion moindre de la litière 8$/porc produit

19 Porcherie «straw flow»

20 Avantages : volume de fumier de 30 à 70 % concentration de la charge fertilisante de 2 à 3 fois P 2 O 5 et K 2 O (suite au compostage) coûts de construction d environd 10 % en ne considérant pas la fosse Possibilité d utiliser d anciens d bâtiments à moindre coût

21 Avantages : Favorise le bien-être animal (enrichissement de leur environnement) Meilleur contrôle des odeurs (avec une bonne gestion de la litière) portion azote organique : plus difficile à lessiver au champ perte d azote d sous forme de nitrate au champ

22 Avantages : Possibilité d expédier la litière usée à un centre de compostage (pas besoin de terre pour épandre) Bâtiment simple à construire Mieux perçu u par la population

23 Inconvénients nients : Perte importante d azote d au bâtiment du temps de travail coûts de gestion des déjectionsd Disponibilité à long terme de litière? Impacts sanitaires à évaluer (salmonelles, vers, etc.) Accréditation aux normes HACCP? Gestion du compostage de la litière durant l élevage complexe (contrôler humidité et rapport C/N)

24 Inconvénients nients : gestion de la ventilation en hiver (eau évaporée e de la litière) coûts de chauffage de 80 % environ surface de plancher 70 % plus élevée 13 à 35 % des pertes azotées sous forme de N 2 O (puissant gaz à effet de serre 360 fois plus puissant que le CO 2 )

25 À considérer : Débit ventilation hiver-été supérieur Bien ajuster les consignes de température Besoins supérieurs en chauffage Choisir bon type de litière favorisant le compostage et l absorption l des liquides (sciure ou mélange m sciure-paille) Éviter viter que la litière ne se compacte Les copeaux sont un matériel qui se compacte (compostage plus difficile)

26 À considérer : Suivi fréquent de l él état de la litière Ajouter de la litière au besoin Utiliser abreuvoir économiseur d eaud Sciure vs paille volume de déjection d de 4 fois p/r à la paille Sciure composte mieux (compacte moins) Sciure absorbe le liquide, paille très s peu Mélange sciure-paille l impact du coût t de la sciure, si paille disponible Coût t de la litière (matériel)

27 À considérer : Système de ventilation respectant le concept de zone de confort (zone de repos des animaux) Contrôler variations de T o Contrôler la vitesse d air d au plancher Contrôler la concentration des gaz et HR Maintenir T o de consigne désird sirée Favoriser zones d activitd activités s hors de la zone de repos (ex. : autour trémies)

28 À considérer : Performances zootechniques similaires à la gestion sur lisier Surface recommandée 1,1 à 1,2 m 2 /porc À moins de 1,1 m 2 /porc = ajout plus fréquent de litière et problème de compostage lié à l humidité de la litière Qualité d air similaire à la gestion sur lisier Pour des raisons d ordre d sanitaire : changer la litière à chaque lot et laver-désinfecter Impact sur le coût t de production

29 Gestion solide et liquide (en développement) d Bâtiment eaux de boisson Animaux eaux de lavage fèces + urine = déjectionsd évacuation hydraulique et mécanique SÉPARATION FÈCES-ALIMENTS / URINE-EAU ALIMENTATION refus d alimentsd pertes d alimentsd FÈCES ET PERTES D ALIMENTS URINE ET EAU COMPOSTAGE ÉPANDAGE TRAITEMENT COMPLET ÉPANDAGE GRANULATION

30 Gestion solide et liquide Potentiel : Traitement partiel à la source des déjectionsd Limiter durée e de contact fècesf ces-urine émissions NH 3, H 2 S et d odeursd Évacuer rapidement et fréquemment le lisier Minimiser fermentation anaérobique émissions NH 3, H 2 S et d odeursd Éviter accumulation de lisier dans dalots Séparer fraction solide Contient environ 80 à 90 % de phosphore Contient environ 50 à 55 % d azoted 20 à 25 % du volume total des déjectionsd Équilibrer les éléments fertilisants

31 CONCLUSION Avec Avec gestion sur litière : La gestion sur litière est peu développd veloppée e au Québec en pouponnière et en maternité En engraissement, l él élevage sur litière n est n pas encore parfaitement maîtris trisée Les points à développer avec l él élevage sur litière sont : Diminuer le travail régulier r de la litière par la mécanisation Éviter d être d affecté par la variabilité des coûts de la litière (offre et demande) Planifier un approvisionnement à long terme en litière Diminuer l él émission de gaz à effet de serre

32 CONCLUSION MERCI

Le contrôle des odeurs au bâtiment

Le contrôle des odeurs au bâtiment Article publié dans Porc Québec Avril 2004 Le contrôle des odeurs au bâtiment Environnement FRANCIS POULIOT, INGÉNIEUR, CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DU PORC DU QUÉBEC INC. STÉPHANE P. LEMAY, PH. D., INGÉNIEUR,

Plus en détail

Bâtiments et environnement Septembre 2011

Bâtiments et environnement Septembre 2011 www.cdpq.ca Septembre 2011 Bâtiments Cette section présente différents aspects des bâtiments porcins de même que des données sur la consommation d énergie dans les fermes porcines. Répartition du cheptel

Plus en détail

Emissions d ammoniac et de gaz à effet de serre à partir des porcheries : Facteurs d influence et moyens de réduction

Emissions d ammoniac et de gaz à effet de serre à partir des porcheries : Facteurs d influence et moyens de réduction Emissions d ammoniac et de gaz à effet de serre à partir des porcheries : Facteurs d influence et moyens de réduction François-Xavier PHILIPPE Département des Productions animales, Faculté de Médecine

Plus en détail

La gestion des déjections et les gaz à effet de serre

La gestion des déjections et les gaz à effet de serre La gestion des déjections et les gaz à effet de serre Stéphane Godbout, ing., P.Eng., Ph.D., agr. Frédéric Pelletier, ing., M.Sc. Stéphane P. Lemay, ing., P.Eng., Ph.D. Daniel Poulin, agr. La Pocatière,

Plus en détail

Denis Naud, ingénieur. Direction de l environnement et du développement durable

Denis Naud, ingénieur. Direction de l environnement et du développement durable Denis Naud, ingénieur Direction de l environnement et du développement durable I - Programme d aide à l implantation de vitrines pour les procédés de traitement des fumiers (n est plus en vigueur) Objectif

Plus en détail

Bref historique de l élevage du porc au Québec depuis 30 ans

Bref historique de l élevage du porc au Québec depuis 30 ans Bref historique de l élevage du porc au Québec depuis 30 ans Robert Fillion, agronome Centre de développement du porc du Québec inc. Colloque sur les enjeux de l élevage porcin en Abitibi-Témiscamingue

Plus en détail

Partie 6 : Fertilisation organique

Partie 6 : Fertilisation organique Partie 6 : Fertilisation organique I. Composition des engrais organiques A. Généralités et définitions On regroupe sous l appellation engrais organiques : - Les engrais de ferme : fumiers, lisiers, purins

Plus en détail

Article publié dans Porc Québec Avril 2003 SPÉCIAL ENVIRONNEMENT

Article publié dans Porc Québec Avril 2003 SPÉCIAL ENVIRONNEMENT Article publié dans Porc Québec Avril 2003 SPÉCIAL ENVIRONNEMENT UN PIED DE NEZ AUX ODEURS PROVENANT DES BÂTIMENTS ROCH JONCAS, M. SC., INGÉNIEUR ET AGRONOME STÉPHANE GODBOUT, PH. D., INGÉNIEUR ET AGRONOME

Plus en détail

MADAME LISE SARAZIN PRODUCTRICE DE PORC SUR LITIÈRE BIO-MAÎTRISÉE

MADAME LISE SARAZIN PRODUCTRICE DE PORC SUR LITIÈRE BIO-MAÎTRISÉE C est avec plaisir que je viens faire le point avec vous sur la technologie que j ai initié au Québec :l élevage de porcs sur litière biomaîtrisée. En 2 e partie, j aborderai les limites à l implantation

Plus en détail

CALCUL DU VOLUME DE FUMIER POUR LE DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES D ENTREPOSAGE

CALCUL DU VOLUME DE FUMIER POUR LE DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES D ENTREPOSAGE CALCUL DU VOLUME DE FUMIER POUR LE DIMENSIONNEMENT DES STRUCTURES D ENTREPOSAGE ÉVALUATION DES VOLUMES COMPLÉMENTAIRES GUIDE TECHNIQUE Avril 207 REMERCIEMENTS CE GUIDE TECHNIQUE A ÉTÉ RÉALISÉ GRÂCE À UNE

Plus en détail

Avertissement. Pour information et commentaires :

Avertissement. Pour information et commentaires : Avertissement Toute reproduction, édition, impression, traduction ou adaptation de ce document, par quelque procédé que ce soit, tant électronique que mécanique, en particulier par photocopie ou par microfilm,

Plus en détail

COMMENT GERER VOTRE FUMIER DE CHEVAL

COMMENT GERER VOTRE FUMIER DE CHEVAL COMMENT GERER VOTRE FUMIER DE CHEVAL Résumé - 150 l de fumier/cheval/jour en moyenne sur litière paille -1200 kg de fumier/cheval/mois en moyenne sur litière paille contre 875 kg sur litière copeaux -Réglementation

Plus en détail

Exploitation porcine. et gaz à effet de serre

Exploitation porcine. et gaz à effet de serre PLAN DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES DE LA FPPQ Exploitation porcine et gaz à effet de serre FICHE TECHNIQUE NO 11 CETTE FICHE VISE À FOURNIR DES INFORMATIONS TECHNIQUES EN LIEN AVEC LE PLAN DES

Plus en détail

de noter les flux d azote contenus dans les fertilisants organiques quittant ou entrant sur l exploitation = bordereaux de livraison et tableau VI

de noter les flux d azote contenus dans les fertilisants organiques quittant ou entrant sur l exploitation = bordereaux de livraison et tableau VI Ce cahier vous permet : d établir le plan de fumure prévisionnel pour l azote sur votre exploitation en début de campagne culturale = plan de fumure prévisionnel : tableaux I, II, III d enregistrer les

Plus en détail

La digestion anaérobie

La digestion anaérobie Les matières organiques en fiches techniques La digestion anaérobie La digestion anaérobie est un processus de décomposition biologique contrôlé qui se déroule sans oxygène et qui génère à la fois, du

Plus en détail

Au problème des surplus de fumier; nous proposons une solution globale.

Au problème des surplus de fumier; nous proposons une solution globale. Au problème des surplus de fumier; nous proposons une solution globale. Agrigesco est d abord un producteur d œufs de consommation (150 000 pondeuses). Un tel nombre d oiseaux génère du fumier en abondance.

Plus en détail

Fiche Technique Issue de centrifugation du lisier de porc

Fiche Technique Issue de centrifugation du lisier de porc Fiche Technique Issue de centrifugation du lisier de porc Engrais organique NP issu de lisier de porc NFU 42 001* 1 Mode d obtention : Ce produit est issu directement de la centrifugation du lisier de

Plus en détail

Fabrication de fertilisants à partir de déjections animales

Fabrication de fertilisants à partir de déjections animales Fabrication de fertilisants à partir de déjections animales En Région Bretagne Principaux modes d obtention / caractéristiques produits Présentation d Association IF2O créée en 2004. fédère les entreprises

Plus en détail

Une méthode de calcul simple déjà validée en 1996

Une méthode de calcul simple déjà validée en 1996 Les références CORPEN de rejets des porcs en N, P, K, Cu et Zn * Ces références, qui ne constituent pas des normes réglementaires, remplacent celles qui avaient été réactualisées pour N et P en 1996. Des

Plus en détail

Une porcherie à impact environnemental zéro. Témoignage Paul Auffray, président du pôle porc Animation Brigitte Landrain, responsable du pôle porc

Une porcherie à impact environnemental zéro. Témoignage Paul Auffray, président du pôle porc Animation Brigitte Landrain, responsable du pôle porc Une porcherie à impact environnemental zéro Témoignage Paul Auffray, président du pôle porc Animation Brigitte Landrain, responsable du pôle porc Une porcherie AEI, c est quoi? 2 Une porcherie AEI, c est

Plus en détail

Evaluation des émissions de N 2 O et CH 4 des engrais de ferme à l aide d indicateurs agri-environnementaux

Evaluation des émissions de N 2 O et CH 4 des engrais de ferme à l aide d indicateurs agri-environnementaux Evaluation des émissions de N 2 O et CH 4 des engrais de ferme à l aide d indicateurs agri-environnementaux J. Peigné, C. Bockstaller, F. Pervanchon, Ph. Girardin et S. Plantureux Plan de l intervention

Plus en détail

ROCH JONCAS M. Sc., ingénieur et agronome et DANIEL-YVES MARTIN, M. Sc., ingénieur Institut de recherche et de développement en agroenvironnement

ROCH JONCAS M. Sc., ingénieur et agronome et DANIEL-YVES MARTIN, M. Sc., ingénieur Institut de recherche et de développement en agroenvironnement Article paru dans Porc Québec Avril 2001 Lisier Les séparateurs de lisier au Québec FRÉDÉRIC PELLETIER Ingénieur stagiaire et STÉPHANE GODBOUT Ph. D., ingénieur et agronome Centre de développement du porc

Plus en détail

LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DU BAS-RHIN AU DE VOS VIES LES MATIÈRES ORGANIQUES. Le gisement de Produits Résiduaires Organiques dans le Bas-Rhin

LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DU BAS-RHIN AU DE VOS VIES LES MATIÈRES ORGANIQUES. Le gisement de Produits Résiduaires Organiques dans le Bas-Rhin LE CONSEIL DÉPARTEMENTAL DU BAS-RHIN AU DE VOS VIES LES MATIÈRES ORGANIQUES Le gisement de Produits Résiduaires Organiques dans le Bas-Rhin Le terme Produits résiduaires organiques (PRO) désigne l ensemble

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE. Digestion anaérobie à basse température (15 C à 25 C) à la ferme ou en groupe de fermes

LA TECHNOLOGIE. Digestion anaérobie à basse température (15 C à 25 C) à la ferme ou en groupe de fermes Traitement anaérobie : développement durable M. Gérard Laganière, ing. LA TECHNOLOGIE Digestion anaérobie à basse température (15 C à 25 C) à la ferme ou en groupe de fermes Pour une gestion à la ferme

Plus en détail

Conduite des essais. Résultats G 23

Conduite des essais. Résultats G 23 Compostage des déjections des porcs à l engrais élevés sur différents déchets ligneux : sciure, copeaux ou écorce. Dans le cadre d une étude inter-instituts coordonnée par l ACTA, l ITP a conduit 5 essais

Plus en détail

Guide utilisateur de l outil d aide à l évaluation des émissions à l air des élevages IED Porcins DGPR

Guide utilisateur de l outil d aide à l évaluation des émissions à l air des élevages IED Porcins DGPR Guide utilisateur de l outil d aide à l évaluation des émissions à l air des élevages IED Porcins DGPR Décembre 2015 Centre Interprofessionnel Technique d Etudes de la Pollution Atmosphérique Guide utilisateur

Plus en détail

Conception de la nurserie

Conception de la nurserie Conception de la nurserie Journée e GénissesG Rudelle,, le 18 février f 2013 Pourquoi concevoir une nurserie adaptée aux besoins climatiques et de logement des animaux Aspects sanitaires : Principales

Plus en détail

Cycle du C et de la MO: RAPPEL

Cycle du C et de la MO: RAPPEL 4 Cycle du C et de la MO: RAPPEL CO 2 1 Arthropodes 2 Nématodes 3 Protozoaires 4 Lombrics 5 Actnomycètes 6 Algues 7 Bactéries 8 Champignons Nutriments 5 Substances humiques CO 2 1 Arthropodes 2 Nématodes

Plus en détail

Conférence sur la gestion de l état organique des sols cultivés

Conférence sur la gestion de l état organique des sols cultivés Conférence sur la gestion de l état organique des sols cultivés Claire BODELE SATEGE Nord - Pas de Calais Types de produits utilisés et distribués en région Nord-Pas de Calais et comportement agronomique

Plus en détail

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin. Étude soutenue et financée par

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin. Étude soutenue et financée par L énergie dans les bâtiments d élevage porcin Étude soutenue et financée par Plan de l intervention Références sur les consommations d énergie : Quels sont les postes les plus consommateurs? Quels sont

Plus en détail

La gestion des engrais de ferme. Pierre Luxen 2011

La gestion des engrais de ferme. Pierre Luxen 2011 La gestion des engrais de ferme Pierre Luxen 2011 Les fonctions de la M.O. d un sol Fertilité physique des sols (rétention H 2 O, structure du sol, résistance au tassement) Fertilité chimique des sols

Plus en détail

DEUX MESURES POUR RÉDUIRE LES REJETS PAR LA RÉGIE ALIMENTAIRE

DEUX MESURES POUR RÉDUIRE LES REJETS PAR LA RÉGIE ALIMENTAIRE Article publié dans Porc Québec Avril 2002 DEUX MESURES POUR RÉDUIRE LES REJETS PAR LA RÉGIE ALIMENTAIRE ALIMENTATION DENIS CHAMPAGNE Agronome-conseil Collaboration: CHARLES BACHAND Agronome, Direction

Plus en détail

Encadrement des activités de biométhanisation au Québec et programme d aide financière

Encadrement des activités de biométhanisation au Québec et programme d aide financière Encadrement des activités de biométhanisation au Québec et programme d aide financière 20e Conférence nationale annuelle sur le compost Du 22 au 24 septembre 2010 Hôtel Crowne Plaza Ottawa, Ottawa (Ontario)

Plus en détail

ESSAI DE CO-COMPOSTAGE EN EXPLOITATION AGRICOLE DE FUMIER D OIE AVEC DU LISIER D OIE ET DE LA PAILLE HACHEE

ESSAI DE CO-COMPOSTAGE EN EXPLOITATION AGRICOLE DE FUMIER D OIE AVEC DU LISIER D OIE ET DE LA PAILLE HACHEE ESSAI DE CO-COMPOSTAGE EN EXPLOITATION AGRICOLE DE FUMIER D OIE AVEC DU LISIER D OIE ET DE LA PAILLE HACHEE L essai mené en exploitation sera réalisé sur base de paille afin de permettre l incorporation

Plus en détail

État actuel des systèmes d élevage sur litière et leur perspective de développement

État actuel des systèmes d élevage sur litière et leur perspective de développement État actuel des systèmes d élevage sur litière et leur perspective de développement Rapport de l étude Par : Francis Pouliot, ing. Nathalie Plourde Yvonne Richard, agr. Robert Fillion, agr. Christian Klopfenstein,

Plus en détail

Bâtiment, santé, bien être : retour d expériences d un cabinet vétérinaire spécialisé en élevages porcins. Céline CHEVANCE Dr Pauline BERTON

Bâtiment, santé, bien être : retour d expériences d un cabinet vétérinaire spécialisé en élevages porcins. Céline CHEVANCE Dr Pauline BERTON Bâtiment, santé, bien être : retour d expériences d un cabinet vétérinaire spécialisé en élevages porcins. Céline CHEVANCE Dr Pauline BERTON Porc.Spective - France Sommaire 1. Porc.Spective : Expertise

Plus en détail

Le phosphore dans le sol et dans l'eau 2002

Le phosphore dans le sol et dans l'eau 2002 Le phosphore dans le sol et dans l'eau 2002 Introduction Le phosphore, un nutriant essentiel à la vie des plantes et des animaux, peut nuire à la qualité des eaux de surface si on en trouve en trop grande

Plus en détail

Valeur et utilisation des fumiers en zones tropicales

Valeur et utilisation des fumiers en zones tropicales Valeur et utilisation des fumiers en zones tropicales Mélanie Blanchard, UMR Selmet, CIRAD «Elevage et changement climatique», Module : Gestion des fumiers Projet Animal Change, ISRA INRA, Dakar (Sénégal),

Plus en détail

Connaître les odeurs pour mieux les contrôler

Connaître les odeurs pour mieux les contrôler Article publié dans Porc Québec Avril 2004 Connaître les odeurs pour mieux les contrôler Environnement SYLVAIN PIGEON, M. SC., INGÉNIEUR, BPR GROUPE-CONSEIL NDLR. CE TEXTE A FAIT L OBJET D UNE PRÉSENTATION

Plus en détail

Article publié dans Porc Québec Août 2001 ÉQUIPEMENT

Article publié dans Porc Québec Août 2001 ÉQUIPEMENT Article publié dans Porc Québec Août 2001 ÉQUIPEMENT UNE COMPARAISON DES MODÈLES DE TRÉMIES OFFERTES SUR LE MARCHÉ YVES CHOINIÈRE Ingénieur et agronome JACQUES GILERT Ingénieur NICOLAS ROY Ingénieur stagiaire

Plus en détail

Cinquième programme d'actions de la directive "nitrates" Périodes minimales d'interdiction d'épandage des fertilisants azotés

Cinquième programme d'actions de la directive nitrates Périodes minimales d'interdiction d'épandage des fertilisants azotés Les 4 calendriers ci-dessous fixent les périodes minimales pendant lesquelles l'épandage des divers types de fertilisants azotés est interdit. Ces périodes diffèrent selon l'occupation du sol pendant ou

Plus en détail

Epandage et stockage au champ des matières organiques

Epandage et stockage au champ des matières organiques biologiques en IdF Fiche Réglementation Epandage et stockage au champ des matières organiques Mise à jour : Mars 2013 La gestion des matières organiques sur une exploitation agricole est régie par plusieurs

Plus en détail

ACTIVATEUR DE LA TRANSFORMATION BIOLOGIQUE DES EFFLUENTS D ÉLEVAGE

ACTIVATEUR DE LA TRANSFORMATION BIOLOGIQUE DES EFFLUENTS D ÉLEVAGE ACTIVATEUR DE LA TRANSFORMATION BIOLOGIQUE DES EFFLUENTS D ÉLEVAGE C est parce que la terre est vivante qu elle est source de vie. L INTÉRÊT DES MATIÈRES ORGANIQUES POUR UNE AGRICULTURE DURABLE La logique

Plus en détail

Le secteur agricole et agroalimentaire en Chaudière-Appalaches

Le secteur agricole et agroalimentaire en Chaudière-Appalaches Le secteur agricole et agroalimentaire en Chaudière-Appalaches représente un moteur économique très important. L agriculture fournit directement environ 10 800 emplois 1 et génère des recettes de 1,2 milliard

Plus en détail

Merci de votre attention.

Merci de votre attention. Merci de votre attention www.ifip.asso.fr Dynamiques de production et modernisation des élevages De puissants moteurs de progrès Christine ROGUET Pôle Economie IFIP-Institut du porc En deux mots : croissance

Plus en détail

METHANISATION Éléments de réflexion

METHANISATION Éléments de réflexion METHANISATION Éléments de réflexion 13 décembre 2011 Anne-Sophie Roy LA METHANISATION Le principe Les substrats Les techniques 13 décembre 2011 2 La méthanisation : principe Procédé biologique de transformation

Plus en détail

Sources de matières organiques : les déchets agro-industriels

Sources de matières organiques : les déchets agro-industriels Retour au Sommaire Sources de matières organiques : les déchets agro-industriels Solides ou liquides : des sous-produits de la transformation de produits agricoles Denis Montange CIRAD, UR Recyclage et

Plus en détail

Les fumiers de porcs sur litière de paille accumulée Composition, production et rejets entre le sevrage et l abattage

Les fumiers de porcs sur litière de paille accumulée Composition, production et rejets entre le sevrage et l abattage Les fumiers de porcs sur litière de paille accumulée Composition, production et rejets entre le sevrage et l abattage La dernière enquête porcine du SCEES réalisée en novembre 2001 concernait près de 6

Plus en détail

«Agriculture biologique et changement climatique» 24 février 2010 BEEZ NAMUR Pierre LUXEN

«Agriculture biologique et changement climatique» 24 février 2010 BEEZ NAMUR Pierre LUXEN G.E.S.: COLLOQUE «Agriculture biologique et changement climatique» 24 février 2010 BEEZ NAMUR Pierre LUXEN Valorisation des engrais de ferme: Opportunités et limites Production de gaz àeffet de serre :

Plus en détail

S INSTALLER EN QUALITÉ DIFFÉRENCIÉE, QUELLES CONTRAINTES POUR LA MISE EN PLACE DES CAHIERS DES CHARGES

S INSTALLER EN QUALITÉ DIFFÉRENCIÉE, QUELLES CONTRAINTES POUR LA MISE EN PLACE DES CAHIERS DES CHARGES S INSTALLER EN QUALITÉ DIFFÉRENCIÉE, QUELLES CONTRAINTES POUR LA MISE EN PLACE DES CAHIERS DES CHARGES Collège des Producteurs - Assemblée sectorielle Porc 9/10/2015 Christine Anceau DGARNE-Département

Plus en détail

Caractéristiques des effluents d élevage Valeurs références pour les volumes et pour les concentrations d éléments fertilisants

Caractéristiques des effluents d élevage Valeurs références pour les volumes et pour les concentrations d éléments fertilisants Caractéristiques des effluents d élevage Valeurs références pour les volumes et pour les concentrations d éléments fertilisants Production Porc (Lisiers) Avril 2007 Avant-propos En 2000, le Comité sur

Plus en détail

Comment améliorer mes performances en Sevrage- Abattage?

Comment améliorer mes performances en Sevrage- Abattage? Comment améliorer mes performances en Sevrage- Abattage? Par Mathieu Couture, agr. Représentant secteur porc Mauricie et Lanaudière Soirée Techni Porc, février 2015 Quoi faire avant le sevrage-abattage?

Plus en détail

Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie. Vincent Mouchette EMD Automatisation

Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie. Vincent Mouchette EMD Automatisation Les possibilités d installation d un système de séparation de phases en porcherie Vincent Mouchette EMD Automatisation - Signification de «séparation» - 2 types de situations : Bâtiments existants Nouveaux

Plus en détail

Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005

Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005 Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005 Quantification des impacts environnementaux associés au traitement biologique et à l'utilisation agricole des produits organiques bilan des connaissances P. Mallard,

Plus en détail

LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB

LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB LE COMPOST DEFINITION DU COMPOSTAGE EN AB Le processus de compostage est une décomposition aérobie de matières organiques d origine végétale et/ou animale hors matières relevant des déchets animaux au

Plus en détail

exploitation Taille du troupeau (voir cijoint (voir document 1) Hors zone vulnérable

exploitation Taille du troupeau (voir cijoint (voir document 1) Hors zone vulnérable Grille de positionnement de l'exploitation agricole par rapport aux mesures environnementales exploitation Taille faible RSD Règlement Sanitaire Départemental (voir document 2) Taille du troupeau (voir

Plus en détail

Quelle réglementation concerne votre élevage : Règlement Sanitaire Départemental ou Installations Classées pour la Protection de l'environnement?

Quelle réglementation concerne votre élevage : Règlement Sanitaire Départemental ou Installations Classées pour la Protection de l'environnement? Quelle réglementation concerne votre élevage : Règlement Sanitaire Départemental ou Installations Classées pour la Protection de l'environnement? Cette fiche vous permet de : Fiche 3-1 1 ère étape : Situer

Plus en détail

Terreau plantation/stimulation ORGASYL 7. Terreau fleurissement/stimulation ORGASYL 7. Terreau regarnissage/stimulation ORGASYL 8

Terreau plantation/stimulation ORGASYL 7. Terreau fleurissement/stimulation ORGASYL 7. Terreau regarnissage/stimulation ORGASYL 8 Sommaire Amendement organique ORGANIC végétal + OSYR 3 Engrais organique ORGANIC Equilibre 3.1.6 +2 + OSYR 3 Engrais organique ORGANIC Equilibre 4.9.4 +2 + OSYR 4 Engrais organique ORGANIC Equilibre 7.2.9

Plus en détail

La gestion du fumier de cheval. Réglementation Valeurs fertilisantes Valorisation du fumier - Compostage - Méthanisation

La gestion du fumier de cheval. Réglementation Valeurs fertilisantes Valorisation du fumier - Compostage - Méthanisation La gestion du fumier de cheval Réglementation Valeurs fertilisantes Valorisation du fumier - Compostage - Méthanisation REGLEMENTATION Exploitation : Est définie selon son activité : le type et le nombre

Plus en détail

Fermes en surplus. Analyse des solutions

Fermes en surplus. Analyse des solutions PLAN DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES DE LA FPPQ Fermes en surplus Analyse des solutions FICHE TECHNIQUE NO 1 CETTE FICHE VISE À FOURNIR DES INFORMATIONS TECHNIQUES EN LIEN AVEC LE PLAN DES INTERVENTIONS

Plus en détail

DIRECTION DE LA FORMATION DE LA RECHERCHE ET DE LA VULGARISATION

DIRECTION DE LA FORMATION DE LA RECHERCHE ET DE LA VULGARISATION DIRECTION DE LA FORMATION DE LA RECHERCHE ET DE LA VULGARISATION AVICULTURE 4 Institut Technique Des Elevages, ITELV. Les zouines Baba Ali- BP 03/A. Birtouta - Alger - Algérie. Tél: (023) 57 01 78 / (023)

Plus en détail

Techniques d élevage

Techniques d élevage Des experts pour une filière porcine compétitive et durable ALIBERT Laurent 05 65 45 27 07 06 77 35 38 20 @ ÞÞVILLEFRANCHE DE ROUERGUE @ laurent.alibert@ifip.asso.fr Fabrication des Aliments à la Ferme

Plus en détail

QUELLES MISES AUX NORMES POUR MA FERME?

QUELLES MISES AUX NORMES POUR MA FERME? QUELLES MISES AUX NORMES POUR MA FERME? Les exploitations agricoles génèrent différents types d effluents qui doivent être gérés par les paysans de façon à ne pas nuire à l environnement. Pour cela, la

Plus en détail

Comparaison expérimentale de deux conduites d élevage de porcs en croissance

Comparaison expérimentale de deux conduites d élevage de porcs en croissance Comparaison expérimentale de deux conduites d élevage de porcs en croissance B. Lebret, M.C. Meunier-Salaün, P. Mormède, R. Cariolet, N. Guingand, P. Robin, M. Hassouna, E. Dransfield et J.Y. Dourmad INRA

Plus en détail

Litière «plaquettes» Jeudi 9 février 2012 Lycée agricole de Montluçon Larequille

Litière «plaquettes» Jeudi 9 février 2012 Lycée agricole de Montluçon Larequille Litière «plaquettes» Jeudi 9 février 2012 Lycée agricole de Montluçon Larequille Programme : Litière plaquettes : modalités d utilisation Intérêts et inconvénients Recueil d expériences (Massif central

Plus en détail

Le confort et le logement. Steve Adam, agr. Le confort. Comment l évaluer? Les causes? Pourquoi? Solutions?

Le confort et le logement. Steve Adam, agr. Le confort. Comment l évaluer? Les causes? Pourquoi? Solutions? Le confort et le logement Steve Adam, agr. Le confort Pourquoi? Comment l évaluer? Les causes? Solutions? 1 Pourquoi le confort? 4000 3000 2000 1000 0-1000 Les profits augmentent au fil des lactations

Plus en détail

Le COMPOSTAGE, un ATOUT pour les exploitations agricoles de la Loire

Le COMPOSTAGE, un ATOUT pour les exploitations agricoles de la Loire Le COMPOSTAGE, un ATOUT pour les exploitations agricoles de la Loire PAILLE Microorganismes EFFLUENTS FUMIER AERATION Action de l humidité et de l air (O2) Un produit affiné et homogène, épandable en toutes

Plus en détail

1- Les principes généraux du compostage 3 2 Les particularités de l appareil Compost Systems 4 3 Schéma d écoulement 5 4 Composantes et

1- Les principes généraux du compostage 3 2 Les particularités de l appareil Compost Systems 4 3 Schéma d écoulement 5 4 Composantes et 1- Les principes généraux du compostage 3 2 Les particularités de l appareil Compost Systems 4 3 Schéma d écoulement 5 4 Composantes et caractéristiques techniques 6 5 Méthodologie de fonctionnement du

Plus en détail

L impact des nouvelles normes de bien-être animal en production porcine

L impact des nouvelles normes de bien-être animal en production porcine 6 novembre 2014 L impact des nouvelles normes de bien-être animal en production porcine Sébastien Turcotte, agr., Chargé de projets Le bien-être animal : effet «popcorn» 1 Le marché semble vouloir dicter

Plus en détail

Petit guide du. Compostage domestique

Petit guide du. Compostage domestique Petit guide du Compostage domestique POURQUOI COMPOSTER? Au Québec, la masse des matières compostables représente plus de 30% de la somme totale des matières résiduelles dirigées vers les sites d enfouissement.

Plus en détail

Flash info. Stockage de fumier et compostage au champ

Flash info. Stockage de fumier et compostage au champ Flash info Stockage de fumier et compostage au champ Journée horticole de l Estrie 9 mars 2011 Geneviève Legault, agr., MSc. Conseillère en horticulture et grandes cultures Avertissement Le présent document

Plus en détail

INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT SOUMISES A «DECLARATION» DECLARATION. Je soussigné (Nom, Prénom)

INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT SOUMISES A «DECLARATION» DECLARATION. Je soussigné (Nom, Prénom) INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT SOUMISES A «DECLARATION» DECLARATION Je soussigné (Nom, Prénom) Raison sociale (GAEC, EARL, SA etc.) : N EDE : N SIRET : Adresse (du siège social

Plus en détail

SECTION 1 NORMES D IMPLANTATION PARTICULIÈRES RELATIVES À LA GESTION DES ODEURS

SECTION 1 NORMES D IMPLANTATION PARTICULIÈRES RELATIVES À LA GESTION DES ODEURS SECTION 1 NORMES D IMPLANTATION PARTICULIÈRES RELATIVES À LA GESTION DES ODEURS DISTANCES SÉPARATRICES RELATIVES AUX INSTALLATIONS D ÉLEVAGE 5.1 La distance entre, d'une part, l'installation d'élevage

Plus en détail

CONFÉRENCE Jacques Lemay

CONFÉRENCE Jacques Lemay CONFÉRENCE Jacques Lemay D.T.A., DIRECTEUR PRODUCTION PORCINE MEUNERIE ALFRED COUTURE LTÉE COLLABORATEURS: ISABELLE LACASSE, AGRONOME, FRÉDÉRIC AUDET, DIR. ADJ. PRODUCTION PORCINE Maîtriser la ventilation

Plus en détail

Alimentation. Article publié dans Porc Québec Juin 2004

Alimentation. Article publié dans Porc Québec Juin 2004 Article publié dans Porc Québec Juin 2004 Alimentation Modifier l alimentation des porcs pour réduire les odeurs GHISLAINE ROCH, AGRONOME, CONSULTANTE EN NUTRITION ANIMALE La formulation des rations dans

Plus en détail

LES DECHETS GENERENT DE L ENERGIE

LES DECHETS GENERENT DE L ENERGIE LES DECHETS GENERENT DE L ENERGIE Méconnue et souvent critiquée, voire bloquée par les associations de défense de l environnement, l incinération des déchets est une source d énergie qui ne peut aujourd

Plus en détail

Bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+)

Bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+) Bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+) Contexte et enjeux Politique en faveur de l amélioration du bilan environnemental Grenelle de l environnement Plan de performance énergétique La diminution

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Il s agit d une représentation schématique opérationnelle. Pour le moment il n est possible de séparer par analyse que l azote minéral de l azote organique. La fraction d azote organique rapidement minéralisable

Plus en détail

des... «TLB» Explications de montage Fiche bricolage 11/06/2010 Chapao s Construire des «TLB», Page 1

des... «TLB» Explications de montage Fiche bricolage 11/06/2010 Chapao s Construire des «TLB», Page 1 des... «TLB» Explications de montage Fiche bricolage 11/06/2010 Chapao s Construire des «TLB», Page 1 Le résultat à obtenir : Construire des... «TLB» : «TLB» pour... Toilettes à Litière Bio-maîtrisée,

Plus en détail

INSTALLATION CLASSEES POUR LES CHENILS

INSTALLATION CLASSEES POUR LES CHENILS INSTALLATION CLASSEES POUR LES CHENILS FICHE DE RENSEIGNEMENTS JOINDRE : - 1 demande de déclaration ou d'autorisation, - 1 plan de situation (1/25.000 ème ) des bâtiments et des zones d'épandage, - 1 bilan

Plus en détail

Mai Centre de développement du porc du Québec inc. 2. Institut de recherche et de développement en agroenvironnement 3 Michigan State University

Mai Centre de développement du porc du Québec inc. 2. Institut de recherche et de développement en agroenvironnement 3 Michigan State University Évaluation technico-économique d un système de séparation liquide-solide des déjections à la source dans un bâtiment porcin et les impacts sur Dominique Hamel 1, M. Sc., ing., agr. Francis Pouliot 1, ing.

Plus en détail

Les stations de traitement des effluents porcins estimation des coûts et conséquences économiques

Les stations de traitement des effluents porcins estimation des coûts et conséquences économiques Les stations de traitement des effluents porcins estimation des coûts et conséquences économiques Sur une exploitation avec productions animales, la résorption des excédents d azote d origine organique

Plus en détail

Le compost. Vincent Günther Office d arboriculture et cultures maraîchères

Le compost. Vincent Günther Office d arboriculture et cultures maraîchères Le compost Vincent Günther Office d arboriculture et cultures maraîchères Les bactéries et autres microorganismes vont transformer la matière organique en minéraux Le sol un milieu vivant Les jardiniers

Plus en détail

Gaz à Effet de Serre en élevage bovins Mise au point d une méthode d évaluation adaptée

Gaz à Effet de Serre en élevage bovins Mise au point d une méthode d évaluation adaptée Gaz à Effet de Serre en élevage bovins Mise au point d une méthode d évaluation adaptée Travaux menés dans le cadre d une convention Ademe avec Christine Schubetzer Sylvie Hacala Institut de de Elevage

Plus en détail

Valorisation énergétique des fibres naturelles : Développement de granules biocombustibles améliorées

Valorisation énergétique des fibres naturelles : Développement de granules biocombustibles améliorées Valorisation énergétique des fibres naturelles : Développement de granules biocombustibles améliorées École de génie Candidat à la Maîtrise en ingénierie Laboratoire de biomatériaux de La Sarre 16 eme

Plus en détail

LA CODIGESTION AU DANEMARK

LA CODIGESTION AU DANEMARK LA CODIGESTION AU DANEMARK Situation actuelle " Plus de 45 installations à la ferme " 20 Installations centralisées = capacité de 10 000 à 180 000 tonnes / an. Les unités centralisées traitent annuellement:

Plus en détail

Dimensions minimales pour la détention des porcs

Dimensions minimales pour la détention des porcs Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV Protection des animaux Fiche thématique Protection des animaux Dimensions minimales pour

Plus en détail

TECHNIQUE D ÉLEVAGE DU PORC SUR LITIÈRE MINCE. Expérimentation et suivi agronomique, environnemental et économique RAPPORT FINAL.

TECHNIQUE D ÉLEVAGE DU PORC SUR LITIÈRE MINCE. Expérimentation et suivi agronomique, environnemental et économique RAPPORT FINAL. TECHNIQUE D ÉLEVAGE DU PORC SUR LITIÈRE MINCE Expérimentation et suivi agronomique, environnemental et économique RAPPORT FINAL présenté à : Fédération des producteurs de porcs du Québec 555, boul. Roland

Plus en détail

La couverture des fosses

La couverture des fosses La couverture des fosses L a couverture des fosses à lisier permet de limiter les apports d eaux pluviales. Elle limite aussi les odeurs ainsi que les émissions de gaz dans l atmosphère. Il existe plusieurs

Plus en détail

Développer la méthanisation et installer des torchères pour réduire les émissions de CH 4 liées au stockage des effluents d'élevage

Développer la méthanisation et installer des torchères pour réduire les émissions de CH 4 liées au stockage des effluents d'élevage Développer la méthanisation et installer des torchères pour réduire les émissions de CH 4 liées au stockage des effluents d'élevage F. Béline, P. Dupraz et al. Gestion conventionnelle des effluents d élevage

Plus en détail

Le Programme de Gestion Durable de l Azote (PGDA) change

Le Programme de Gestion Durable de l Azote (PGDA) change Le Programme de Gestion Durable de l (PGDA) change Fin 2005, comme d'autres Etats membres de l'union européenne, la Région wallonne a été condamnée par la Commission européenne pour transcription incomplète

Plus en détail

Guide Production Porcine

Guide Production Porcine Guide Production Porcine 1 Réglementations en vigueur : Règlement (CE) N 834/2007 modifié du 28 Juin 2007 Règlement (CE) N 889/2008 modifié du 5 Septembre 2008 CCF Production biologique modifié homologué

Plus en détail

OPTIBIOGAZ. ACTION 2 : nouvelles voies d utilisations et de. Témoignages des installations partenaires:

OPTIBIOGAZ. ACTION 2 : nouvelles voies d utilisations et de. Témoignages des installations partenaires: ACTION 2 : nouvelles voies d utilisations et de valorisation du digestat et de la chaleur. Témoignages des installations partenaires: Philippe Delfosse Mathias Kohl Jean Kessler Constant Kieffer Francis

Plus en détail

Un concept innovateur pour traiter l air émis des bâtiments porcins réduisant l impact environnemental et favorisant la cohabitation

Un concept innovateur pour traiter l air émis des bâtiments porcins réduisant l impact environnemental et favorisant la cohabitation Un concept innovateur pour traiter l air émis des bâtiments porcins réduisant l impact environnemental et favorisant la cohabitation MATTHIEU GIRARD, MARTIN BELZILE, STÉPHANE P. LEMAY, JOHN FEDDES ET STÉPHANE

Plus en détail

APRES UNE ANNEE D EXPERIMENTION DES PLAQUETTES DE BOIS EN LITIERE AUX BOVINS (octobre 2012).

APRES UNE ANNEE D EXPERIMENTION DES PLAQUETTES DE BOIS EN LITIERE AUX BOVINS (octobre 2012). APRES UNE ANNEE D EXPERIMENTION DES PLAQUETTES DE BOIS EN LITIERE AUX BOVINS (octobre 2012). Durant L hiver 2011-2012, au Lycée Agricole de Montluçon-Larequille, nous avons expérimenté la litière de plaquettes

Plus en détail

Nouveau Code de pratiques pour les soins et la manipulation des porcs

Nouveau Code de pratiques pour les soins et la manipulation des porcs 27 septembre 2013 Nouveau Code de pratiques pour les soins et la manipulation des porcs Sébastien Turcotte, agr. Nouveau code : version 2013 Ce code est préliminaire et n est pas définitif Il était possible

Plus en détail

Encadrement des activités de compostage agricole par le MDDELCC

Encadrement des activités de compostage agricole par le MDDELCC 1 Encadrement des activités de compostage agricole par le MDDELCC 1 er décembre 2015 Journées horticoles et grandes cultures Saint-Rémi Stéfanos Bitzakidis, agr. Plan de la présentation 2 Mission du MDDELCC

Plus en détail

Litière biomaîtrisée pour porcs à l engrais

Litière biomaîtrisée pour porcs à l engrais 1997. Journées Rech. Porcine en France, 29, 311-318. Litière biomaîtrisée pour porcs à l engrais Amélioration de la technique et valorisation de données importantes pour l environnement R. KAUFMANN Station

Plus en détail

La Méthanisation et les gaz à effet de serre (GES)

La Méthanisation et les gaz à effet de serre (GES) La Méthanisation et les gaz à effet de serre (GES) Les méthaniseurs à la ferme en fonctionnement en Région Centre - Une quinzaine de méthaniseurs en Région Centre - Puissance moyenne installée = 280 kw

Plus en détail