Editorial. Sommaire. certification PEFC (suite) Chantiers. Le cormier La canicule. Enquête après la tempête en Vexin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Editorial. Sommaire. certification PEFC (suite) Chantiers. Le cormier La canicule. Enquête après la tempête en Vexin"

Transcription

1 Les arbres que j'y ai plantés prospèrent... et nourrissent au fond de mon cœur d'autres illusions. Chateaubriand. Alisier de Fontainebleau Sorbus latifolia Extrait de la flore forestière française D. MANSION - IDF Sommaire Politique forestière certification PEFC (suite) Chantiers Sylviculture Le cormier La canicule Point de vue Enquête après la tempête en Vexin Le saviez-vous? Faut-il brûler les rémanents de coupe? Une forêt privée gérée et préservée par un réseau d hommes compétents au service des générations futures Editorial Léonel de LAUBESPIN - Président du syndicat des propriétaires forestiers sylviculteurs de Seine-et-Marne Le Comité Consultatif de la Réserve Naturelle de la Bassée vient d être installé par le représentant du Préfet de S.-et-M. La direction régionale de l environnement (DIREN) confirme que «les engagements pris précédemment ont été respectés, comme la représentation majoritaire des élus, des propriétaires et des usagers de la Réserve». Et pour respecter cet engagement, qui croyez-vous que le Préfet a nommé comme représentant des propriétaires?... un soutien de la DIREN, choisi par elle pour «son action très constructive sur ce projet», et qui n est même pas propriétaire sur le territoire de la Réserve! On croit rêver! Les syndicats des propriétaires agricoles et forestiers de S.-et-M. ont évidemment saisi le Préfet par un courrier du 12 août 2003 afin d obtenir une représentation «démocratique», et non «dirigiste». On attend la réponse. Autre sujet de plainte contre l Administration : une nouvelle circulaire conjointe des Ministères de l Environnement et de l Agriculture, du 14 août 2003, relative aux dégâts de cervidés en forêt, rappelle une fois de plus l insuffisance des plans de chasse, et demande «de suspendre les dispositions du plan de chasse qualitatif» lorsque nécessaire. La circulaire rappelle l obligation de résultat incombant au propriétaire qui a bénéficié de financements européens pour ses plantations ; d où la nécessité pour celui-ci de demander par lettre RAR au Préfet l augmentation de son plan de chasse qu il jugerait insuffisant, ce qui lui permettra de se retourner contre l Etat en cas de plainte de Bruxelles. La perte de Bruxelles est indemnisable, pas celle du propriétaire! Ce sujet touche évidemment à la gestion durable, ce qui nous amène à évoquer le processus PEFC de certification de nos forêts, initié et soutenue par nos syndicats de propriétaires, et qui approche de son terme. Des précisions vous sont données sur cette question dans les pages qui suivent. Bois Trimestriel et forêts pour d Ile-de-France l action forestière - N N septembre 20 - septembre page 20031

2 Politique forestière POUR VOTRE BOIS : PEFC (SUITE DU N PRÉCÉDENT) UNE CERTIFICATION INTERNATIONALE Xavier JENNER, ingénieur du CRPF. Le PEFC, programme européen des forêts certifiées, est bien un système pour assurer les acheteurs de produits en PEFC/ bois ou à base de bois (y compris le papier) qu ils sont obtenus à partir de bois issu d une propriété boisée gérée durablement. Européen à l origine, ce programme tend actuellement à s étendre notamment outreatlantique. Les forêts ou les bois gérés durablement sont ceux où la gestion respecte des critères de performance environnementale, sociale et économique, reconnus internationalement. Le PEFC est un système basé sur la reconnaissance mutuelle des politiques de gestion durable nationales ou régionales, élaborées pour satisfaire aux exigences internationalement reconnues (celles d Helsinki en Europe). Depuis son lancement en 1999, PEFC est devenu le plus important système de certification forestière auquel se réfèrent des systèmes nationaux du monde entier, permettant de délivrer à l industrie des centaines de million de tonnes de bois, et donc de donner leur place sur le marché du bois à des dizaines de millions d hectares de forêts certifiées. PEFC est soutenu par de solides appuis allant des syndicats de la propriété forestière aux associations naturalistes en passant par les gouvernements. A l heure actuelle, le conseil PEFC, l organisation internationale, présidée par M. Henri Plauche-Gillon, également président de notre fédération nationale des syndicats de propriétaires forestiers sylviculteurs, a reconnu les politiques de gestion forestière durables de 14 pays sur les 26 pays membres. Cela représente 48 millions d hectares certifiés gérés durablement. Pays reconnus par PEFC et hectares certifiés dans ces pays au 30 juin : Autriche ha Belgique 0 ha Tchéquie ha Danemark ha Finlande ha France ha Allemagne ha Italie 0 ha Lettonie ha Norvège ha Espagne ha Suède ha Suisse ha Grande Bretagne ha Total ha Autres pays candidats et membres : Australie Malaisie Brésil Slovaquie Chili Canada Estonie Irlande Lituanie Portugal Luxembourg USA Bois et forêts d Ile-de-France - N 20 - septembre page 2

3 Politique forestière (suite) Le projet actuel de développement du système de certification forestière PEFC est sa mondialisation. Dans le monde, 8 processus de gestion forestière durable sont reconnus par 149 pays et couvrent 85% des surfaces boisées. Le processus applicable à l Europe est celui d Helsinki. Un groupe de travail examine la question et doit faire des propositions concrètes sur les ajustements nécessaires pour intégrer au PEFC les 7 autres processus intergouvernementaux. Il existe d autres systèmes de certification forestière de par le monde. PEFC arrive en tête pour les surfaces forestières certifiées. Surfaces de forêts certifiées selon les principaux systèmes : millions d ha au 31 mai ,32 38,44 36,51 17,44 10,52 PEFC SFI FSC CSA ATFS Forest Stewardship Concil (FSC) est très peu représenté en France en raison de son coût et de son inadaptation à la petite propriété. Les trois autres systèmes sont nord-américains et sont en passe d obtenir avec PEFC une reconnaissance mutuelle. En Ile-de-France, l adhésion à PEFC vous sera prochainement proposée pour 2004 (cf. Bois et forêts N 19 de juin dernier). CHANTIERS FORESTIERS Les employeurs doivent désormais déclarer et signaler les travaux forestiers, dans le cadre de la lutte contre le travail illégal en forêt (article L du code du travail & décret N du 12 février 2003, JO du 19). Il s agit : des chantiers de coupe ou de débardage dont le volume est supérieur à 50 m 3, volume transitoirement porté à 500 m 3 pendant trois ans à la demande de votre syndicat forestier, des chantiers de boisement, reboisement ou travaux sylvicoles d une surface supérieure à 4 ha. La déclaration écrite comportant le nom, la dénomination sociale de l'entreprise, son adresse, la situation géographique exacte du chantier, la date du début et la date de fin prévisible des travaux et le nombre de salariés qui seront occupés, le cas échéant, sur ce chantier doit parvenir : 1/ au service départemental de l'inspection du travail, de l'emploi et de la politique sociale agricole (DDAF - SDITEPSA) au plus tard le dernier jour ouvrable précédent le début des travaux. Cette déclaration se fait par lettre recommandée avec avis de réception, par dépôt au service contre récépissé ou par tout moyen électronique comportant une preuve de réception. 2/ en copie et dans le même délai, à la mairie de la ou des communes de situation du chantier. 3/ ces chantiers doivent être signalisés avec les mêmes informations par panneau d'affichage d au moins 100 x 80 cm. Bois et forêts d Ile-de-France - N 20 - septembre page 3

4 Sylviculture CES FRUITIERS QUE RECÈLENT NOS FORÊTS (SUITE DU N 18) LE CORMIER - Sorbus domestica François QUAGNEAUX, chambre d agriculture de l Ile-de-France et coopérative forestière d Evreux Comme l'alisier Torminal, il est de la famille des rosacées. Cette espèce, toujours disséminée, est spontanée dans le Sud de l'europe et l'afrique du Nord. Elle est assez commune en région méditerranéenne et beaucoup moins répandue dans le Nord-Est et le Bassin Parisien. Toutefois, ses dimensions sont beaucoup plus respectables sur ce secteur atteignant des hauteurs de mètres pour une circonférence de cm. Il est sans doute subspontané et a dû faire l'objet de culture pour ses fruits dans notre région. Quelques sujets remarquables sont à noter dans les secteurs d'ablis et de Rosny-sur- Seine (bille de pied de 6 à 7 mètres, circonférence 140 à 180 cm). DESCRIPTION BOTANIQUE On le confond très facilement avec le sorbier des oiseleurs, du fait de feuilles composées peu différenciées. Les folioles sont généralement dentées sur les deux tiers supérieurs du limbe pour le cormier, alors qu'elles le sont entièrement pour le sorbier des oiseleurs. Les fruits sont très différents : petites poires de 2 à 3 cm, insérées par petites grappes, de couleur jaunâtre teinté de rouge, devenant brune et blossissante (devenant blet) à maturité pour le cormier. Alors que le sorbier des oiseleurs, produit de grosses grappes, de petites baies sphériques rouge-orangé, d'au plus 1 centimètre. Le tronc est droit et le houppier globuleux. Son couvert est léger. Son écorce est gris-noirâtre, à gerçure longitudinale précoce, très fine dans le jeune âge, devenant épaisse avec des écailles semblables à celles du chêne rouvre avec l'âge. Les rameaux sont lisses et brun rouge pour le cormier, alors qu'ils sont gris-vert pour le sorbier des oiseleurs. Les bourgeons sont gros, verdâtres, ovoïdes allongés, à écailles glabres et visqueuses pour le cormier, alors qu'ils sont fusiformes, gris-brun, à écailles bordées d'un velours blanc-beige au sommet. Un petit duvet peut être distingué sur la face inférieure des folioles du cormier, juste après débourrement mais cette pubescence disparaît rapidement. TEMPERAMENT - ECOLOGIE Sa croissance est très lente, il peut vivre 500 à 600 ans. On le trouve disséminé dans les peuplements de taillis-sous-futaie de chêne et constitue au même titre d'excellentes réserves. Son enracinement est pivotant et il rejette correctement de souche. Il aime la lumière (héliophile) et peut être classé comme essence thermophile calcique (supporte les sols calcaires en exposition chaude). Sa croissance et ses dimensions sont meilleures sur des terrains profonds, type argiles de décarbonatation plus ou moins caillouteuse avec humus de type mull carbonaté, à ph basique. Il supporte des déficits hydriques estivaux. On peut parfois le trouver sur des terrains légèrement acides, alors que le sorbier des oiseleurs est un acidiphile Bois et forêts d Ile-de-France - N 20 - septembre page 4

5 Sylviculture (suite) que l'on trouve sur des sols sableux. Plus que l'alisier torminal, il demande un espace et un ensoleillement suffisant, c'est pourquoi, on le trouvera plutôt dans les haies, les lisières de forêt et les peuplements clairs. Les jeunes semis s'installent très bien en trouée mais doivent être vigoureusement dégagés pour ne pas être étouffés par la végétation concurrente. On trouve rarement des semis sous le porte-graine malgré le couvert léger de son houppier. Les semis naturels sont très rares en Ile-de-France, malgré une fructification abondante et assez régulière, dans les secteurs où le cormier est présent. Sa présence dans notre région est certainement liée à une culture ancienne, pour son fruit comestible également apprécié par le gibier. Il rejette très fortement de souche et il n'est pas rare de le trouver en cépée, ayant été exploité au même titre que le taillis pour le bois de chauffage, d'autant qu il est un excellent bois de feu. Mais la qualité exceptionnelle en fait un feuillu précieux, encore plus apprécié que l'alisier torminal, pour des usages nobles. Il est peu sujet aux défauts, son port est souvent très ample avec une bille de pied courte, favorisé par son caractère post pionnier nomade. La fibre torse est aussi gênante que sur le chêne mais se remarque très facilement par l'aspect vrillé de son écorce. MALADIES Il est sensible aux mêmes maladies que le sorbier des oiseleurs et l'alisier. Il est apprécié par le gibier, une protection est donc indispensable. SÉCHERESSE ET CANICULE Cette première quinzaine d août a été vraiment exceptionnelle au plan climatique : sécheresse marquée et fortes températures se sont en effet conjuguées de manière inédite. L évapo-transpiration des arbres se régule par la fermeture des stomates des feuilles. Lorsque le stress hydrique se fait plus intense, les feuilles perdent leur alimentation en sève, se dessèchent et tombent. La photosynthèse s arrête, l arbre affaibli devient plus sensible aux pathogènes et ravageurs secondaires. Les problèmes sanitaires préexistants accentuent la sensibilité au sec et en exacerbent les effets. Mais les rouilles du peuplier ont été fortement freinées. Les très jeunes plantations résistent difficilement. Si vous avez bénéficié d une aide du fonds forestier Ile-de-France, soyez vigilant car vous vous êtes engagé à réussir. Signalez au CRPF vos dégâts afin que l impact de cette sécheresse soit clairement établi. Pour les arbres plus grands, et plus particulièrement les feuillus, il faut attendre au moins un an avant de prendre une décision pour tenir compte des capacités de survie et de récupération. Profitez de cet épisode exceptionnel pour observer dans votre bois la réaction des essences et cultivars de peupliers. Tirez-en des enseignements pour l avenir. Enregistrez et signalez-nous les symptômes. Faites préciser les diagnostics pour éviter les confusions. Evitez les interventions trop hâtives. Suivez l évolution des peuplements pour réagir à temps. Bois et forêts d Ile-de-France - N 20 - septembre page 5

6 Point de vue ETHNO-SOCIOLOGIE LE VEXIN APRÈS LA TEMPÊTE Bois et forêts est heureux de présenter de travail d une étudiante en géographie de la faculté Paris VIII Saint-Denis. Céline LIENARD, étudiante. Voici le résultat d une enquête sur un échantillon volontairement réduit de 40 personnes (20 propriétaires et 20 gestionnaires), issues de la population forestière vexinoise, réalisée pour ma maîtrise de géographie en coordination avec le GIP-ECOFOR (groupement de chercheurs sur les écosystèmes forestiers). Comme dans la plupart des zones périurbaines, les espaces boisés du Vexin français sont victimes de mutations, liées à l augmentation des populations rurbaines, d où émergent des conflits d intérêts entre les fonctions de production, de protection et de récréation de la forêt. Les propriétaires La population de femmes retraitées, très attachée à la propriété par le lien familial, fut choquée malgré de faibles dégâts : ce sont les premières victimes des exploitants forestiers peu scrupuleux. Les hommes retraités ( notamment les agriculteurs), souvent liés à la forêt par le loisir de la chasse, sont impressionnés mais relativement optimistes pour les forêts du Vexin. Ils interviendront eux-mêmes s il le faut (mais en fonction de leurs intérêts). La population «jeune» (20 à 29 ans) voit dans la tempête une opportunité pour mobiliser les propriétaires. Si elle le peut, elle agira par ses propres moyens. Les moins sinistrés se replient car les dommages dont ils sont victimes, sont très réduits et ne nécessitent pas de grandes interventions : les quelques arbres arrachés ne seront pas replantés. Ceux pour qui les dégâts sont plus importants mais modérés, ne se sentent pas plus concernés par les aides et se débrouillent avec leurs moyens. Si la surface qu ils possèdent est exploitable, ils tenteront de rentabiliser avec les revenus de l exploitation mais ils auront beaucoup de mal à replanter. Enfin, les plus sinistrés (les plus de 100 ha) font appel, le plus souvent, aux professionnels avec lesquels ils travaillent habituellement ; ils essayeront dès que possible de monter un dossier d aide pour pallier les pertes sèches. En résumé, les propriétaires avertis misent tout sur la vente du bois pour rentabiliser tandis que d autres sont prêts à tout brader pour récupérer un minimum d argent ou à laisser pourrir le bois. Le dernier discours va dans le sens de l insatisfaction perpétuelle du propriétaire forestier. Ils souhaiteraient recevoir des aides mais sans qu il y ait de contrôle derrière ; l aide à la reconstitution, n est pas envisageable car le propriétaire veut rester maître de son espace. Ces propriétaires ne sont pas les moins motivés mais souhaitent réellement assurer leur rôle de propriétaire contre les pressions de contraintes extérieures. La tempête a bouleversé les esprits des propriétaires, pris au dépourvu. Les Bois et forêts d Ile-de-France - N 20 - septembre page 6

7 Point de vue (suite) plus concernés, possédant de grandes parcelles, ont retenu la leçon lorsque des peuplements tels que la peupleraie ou la pineraie ont été ravagées, ils replanteront de nouvelles essences plus adaptées. Les professionnels (CRPF, DDAF, ONF, PNRVF, Syndicats, coopératives, exploitants) De manière générale, les professionnels sont résignés, ne croient plus au développement de la filière-bois mais tentent de réguler un marché très timide qui s organise autour de la propriété forestière importante. Pour eux la tempête était une occasion de confirmer la nécessité de leur présence et de se remettre en question face aux problèmes induits par les caractéristiques de la petite propriété. D après les propriétaires, la gestion locale de la tempête est tout à fait satisfaisante. Le CRPF, les DDAF ont répondu aux principales attentes des plus sinistrés et quelques petits propriétaires se sentent rassurés de voir qu ils ne sont pas totalement oubliés. Seul le PNR, ne semble pas trouver sa place et endosse les critiques austères d une majorité de propriétaires. Cette hostilité n est pas sans fondements et exclut tous les autres acteurs qui ont su, dans ce contexte d urgence, répondre efficacement. Frédéric Chiche recherche 1 à 2 ha à louer pour installer un parcours acrobatique. Contact : Après la tempête, les propriétaires constatent que les différents intervenants réagissent rapidement ; quand ils n ont pas la visite d un professionnel, ils reçoivent de nombreux courriers ou peuvent assister aux réunions organisées pour tous les propriétaires. Les petits propriétaires se marginalisent et pourtant parmi eux quelques-uns, notamment les «jeunes agriculteurs» et les retraités, amateurs de chasse, se manifestent et entretiennent des rapports durables avec les principaux acteurs intervenants dans le Vexin français. Ils approuvent et encouragent la concertation visible entre les différents opérateurs, pour une meilleure gestion de la crise et peut-être pour une plus forte mobilisation des petits propriétaires. Une majorité de petits propriétaires, essentiellement composée de retraité(e)s, reste à l écart de la filière et pratique la «non-gestion*». Dans cette «histoire» la bête noire se décrit comme étant peu scrupuleuse et à la recherche du profit au détriment des impacts psychologiques, et écologiques qu elle cause. Tant bien que mal, exploitants et coopératives ont tenté de s approprier de nouveaux marchés. * La non-gestion n est pas, dans l absolu, néfaste pour le milieu et peut être assimilée à une gestion écologique qui favorise l implantation d essences formant un climax (stade final d une succession de végétations) et aboutit ainsi à une diversification ou une homogénéisation naturelle. Bois et forêts d Ile-de-France - N 20 - septembre page 7

8 Le saviez-vous SANTÉ DES FORÊTS PROSCRIRE LE BRÛLAGE DES RÉMANENTS Jacky Jaquet, technicien du CRPF. Brûler les rémanents d une coupe... et son capital d avenir! En voulant trop bien faire, souvent on fait mal! Pour nettoyer l emprise d une coupe, on procède encore au brûlage des branches des arbres abattus, ainsi que des arbustes et épines du sous-bois. Pourquoi? Tout d abord, c est l habitude. En plus, on n aime pas laisser un chantier sale! Faire place nette permet aux bûcherons de marcher plus facilement, l exploitation des bois est facilitée. Sur sol propre, la repousse du bois serait, croiton, meilleure. Et pourtant, les feux présentent bien des inconvénients. En brûlant, on détruit de la matière organique. Celle-ci est pourtant nécessaire ; si elle restait à terre, elle alimenterait tous les micro-organismes du sol, les insectes, les vers de terre, etc. Elle contribuerait ainsi à la vie de ce substrat et donc aux arbres. N oublions pas que le sol est un milieu vivant, chaînon indispensable à la vie de la forêt. Les feux provoquent souvent de graves brûlures sur le tronc et les racines des arbres restant sur pied dans un rayon de quelques mètres. La chaleur tue la partie vivante de l arbre située sous l écorce, sans pour autant qu il y ait calcination ni noircissement. On ne voit rien dans l immédiat. Mais deux à trois ans après, une grande plaie apparaît sur les troncs. Pour le vérifier, quelques années après une coupe de taillis, repassez voir les baliveaux gardés à proximité d un feu! Enfin, bien que le problème soit limité dans notre région, les feux provoquent parfois des incendies de forêts. Alors, que faire? Ne pas brûler. Laisser les branchages sur le sol, éparpillés, par petits tas ou petits andins, pour faciliter la circulation sur la coupe. Plus la surface en contact avec le sol est importante, plus ils se dégradent rapidement. Ainsi ils auront disparu en quelques années. Les branchages ne gênent pas la repousse du bois, à moins qu ils soient en tas épais. Au contraire même, puisqu ils nourrissent le sol. Directeur de la publication : Etienne de Magnitot - Coordinateur de la rédaction : Xavier Jenner - ISSN CP 1203 B Abonnement gratuit - Edition : CRPF d'ile-de-france et du Centre - Impression : Chambre d agriculture au Chesnay. 2, avenue Jeanne d'arc - BP LE CHESNAY Cedex - tél./fax Mél. : - sites Internet : et Centre régional de la propriété forestière d Ile-de-France et du Centre : Chambre interdépartementale d agriculture de l Ile-de-France : Chambre départementale d agriculture de Seine-et-Marne : Syndicats des propriétaires forestiers sylviculteurs : Bois et forêts d Ile-de-France - N 20 - septembre page 8

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement...

La forêt en Europe... 2. La forêt en France métropolitaine... 4. L évolution de la surface forestière... 5. Le taux de boisement... Sommaire La forêt en Europe... 2 La forêt en France métropolitaine... 4 L évolution de la surface forestière... 5 Le taux de boisement... 6 par département... 6 par sylvoécorégion... 7 À qui la forêt appartient-elle?...

Plus en détail

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 Peuplements mélangés, modalités, perspectives La diversité des exigences des essences pour la lumière, l eau et les éléments minéraux, nécessite toutefois de prendre

Plus en détail

Les objectifs de gestion assignés aux forêts

Les objectifs de gestion assignés aux forêts Les objectifs de gestion assignés aux forêts On distingue : les objectifs d intérêt général les objectifs du propriétaire FOGEFOR 2009/2010 Extraits du SRGS I. LES OBJECTIFS D INTERET GENERAL Pour la forêt

Plus en détail

L amélioration du boisé lors des coupes

L amélioration du boisé lors des coupes L amélioration du boisé lors des coupes Feuillet technique 1 Les propriétaires de boisés présents sur le territoire de l Agence de mise en valeur des Appalaches sont très actifs dans leurs boisés comme

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

1. LE CONTEXTE. Nous sommes une des plus importantes coopératives forestières en France.

1. LE CONTEXTE. Nous sommes une des plus importantes coopératives forestières en France. NOTE D INFORMATION concernant le recrutement d un(e) : DIRECTEUR DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL H/F DANS LE DOMAINE DE LA SYLVICULTURE OFFERT A EVREUX (27) 1. LE CONTEXTE Nous sommes une des plus importantes

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGFAR/SDTE/N2004-5030 Date: 08 novembre 2004

NOTE DE SERVICE DGFAR/SDTE/N2004-5030 Date: 08 novembre 2004 Direction : Générale de la Forêt et des Affaires Rurales Sous-direction : du Travail et de l emploi Bureau : Emploi et Développement de l'activité Adresse : 19, avenue du Maine 75732 PARIS Cedex 15 Suivi

Plus en détail

Être propriétaire forestier en Belledonne

Être propriétaire forestier en Belledonne Être propriétaire forestier en Belledonne Un guide pour vous accompagner Proprietaire Belledonne.indd 1 La forêt en Belledonne La chaîne de Belledonne est une zone montagneuse dont les massifs boisés occupent

Plus en détail

Professions indépendantes. Votre carte Vitale. et votre carte Européenne

Professions indépendantes. Votre carte Vitale. et votre carte Européenne Professions indépendantes Votre carte Vitale et votre carte Européenne Edition 2014 AIDE VOTRE POUR CARTE VITALE UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ET TIERS PAYANT SOCIAL La carte Vitale est une carte à puce dont

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION

Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION TM PEFC/10-1-1 Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION Document validé en Assemblée Générale de PEFC-France le

Plus en détail

Plantations, le voisin peut exiger l élagage

Plantations, le voisin peut exiger l élagage Plantations, le voisin peut exiger l élagage Les branches des arbres du voisin avancent sur votre terrain et c est gênant. Vous pouvez exiger qu il les coupe à tout moment. Idem pour les racines et les

Plus en détail

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction Gestion de votre candidature - version 1 du 15 septembre 2004 Page 1 sur 8 SOMMAIRE Gestion de votre candidature et de son instruction

Plus en détail

Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon

Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon Analyse de l enquête menée auprès des propriétaires des deux sites QUALIGOUV sur le Parc du Luberon Deux sites, deux contextes L étude a été menée sur les deux sites QUALIGOUV choisis sur le territoire

Plus en détail

Classement en forêt de protection du massif de Rambouillet

Classement en forêt de protection du massif de Rambouillet PREFECTURE DES YVELINES Comité consultatif scientifique et des usagers de la forêt de Rambouillet Classement en forêt de protection du massif de Rambouillet sous-préfecture de Rambouillet, 23 mai 2011

Plus en détail

RECAPITULATIF DE LA REUNION FORESTIERE DU 23 OCTOBRE 2015

RECAPITULATIF DE LA REUNION FORESTIERE DU 23 OCTOBRE 2015 RECAPITULATIF DE LA REUNION FORESTIERE DU 23 OCTOBRE 2015 Vendredi 23 octobre 2015 a eu lieu la réunion d information forestière sur un type de coupe particulier dans les boisements de résineux. Le fonctionnement

Plus en détail

CNP Assurances. Modalité d application Code des Marchés publics du 1 er août 2006

CNP Assurances. Modalité d application Code des Marchés publics du 1 er août 2006 CNP Assurances Modalité d application Code des Marchés publics du 1 er août 2006 Code des Marchés publics du 1 er août 2006 Depuis août 2006, les collectivités territoriales et leurs établissements publics

Plus en détail

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction

«LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2. Gestion de votre candidature et de son instruction «LABEL EGALITE PROFESSIONNELLE» PARTIE 2 Gestion de votre candidature et de son instruction 11 rue Francis de Pressensé - 93751 La Plaine Saint-Denis Cedex - France -T. +33 (0)1 41 62 80 11 - F : +33 (0)1

Plus en détail

FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE

FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE Etude commanditée par le MAP et le MAE 2005-2006 1 1. Contexte de l étude 1. Contexte et objectifs de l étude 2. Analyse comparative

Plus en détail

LE B.A.BA DU NOUVEAU PROPRIÉTAIRE FORESTIER

LE B.A.BA DU NOUVEAU PROPRIÉTAIRE FORESTIER LE B.A.BA DU NOUVEAU PROPRIÉTAIRE FORESTIER Des informations pratiques pour répondre à toutes vos questions. Centre Régional de la Propriété Forestière Notions indispensables pour un nouveau propriétaire

Plus en détail

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012

REMISE DES MANIFESTATION D'INTERET AVANT LE 4 DECEMBRE 2012 REGION POITOU-CHARENTES GESTION DE LA FUTURE RESERVE NATURELLE REGIONALE DU BOCAGE DES ANTONINS APPEL A MANIFESTATION D'INTERET CAHIER DES CHARGES REGION POITOU-CHARENTES 15 rue de l'ancienne Comédie 86000

Plus en détail

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon»

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Mémento de plantation Crédit photos et dessins : Dominique Mansion, Jean-Louis Corsin, Arbre et Paysage 32

Plus en détail

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Je réponds en tant que...: réponses % Consommateur 41 ( 31.1%) Organisation représentative 30 ( 22.7%) Entreprise

Plus en détail

Exploiter. la forêt. dans le site classé

Exploiter. la forêt. dans le site classé Exploiter la forêt dans le site classé de la Chaîne des Puys Le site classé de la Paysage emblématique situé dans la partie nord du Parc naturel régional des Volcans d Auvergne sur plus de 13 700 hectares,

Plus en détail

Programme 2014 UNE OFFRE SUR MESURE CONSEIL ACCOMPAGNEMENT UN CHOIX DE FORMATIONS. Les. Solutions RH. www.eure.cci.fr

Programme 2014 UNE OFFRE SUR MESURE CONSEIL ACCOMPAGNEMENT UN CHOIX DE FORMATIONS. Les. Solutions RH. www.eure.cci.fr Programme 2014 UNE OFFRE SUR MESURE CONSEIL ACCOMPAGNEMENT UN CHOIX DE FORMATIONS Les Solutions RH www.eure.cci.fr Le Diagnostic et l accompagnement RH : Parce que ce sont les femmes et les hommes qui

Plus en détail

GESTION ET ENTRETIEN DES ARBRES ET DES ABORDS

GESTION ET ENTRETIEN DES ARBRES ET DES ABORDS GESTION ET ENTRETIEN DES ARBRES ET DES ABORDS Un suivi annuel à ne pas négliger Les arbres de plein champ demandent un suivi annuel. Les opérations régulières de tailles et d élagage sont les conditions

Plus en détail

10 bonnes raisons. de planter des arbres EN FRANCE

10 bonnes raisons. de planter des arbres EN FRANCE 10 bonnes raisons de planter des arbres EN FRANCE «La forêt française est en bonne santé» Les idées reçues de ce type sur l état des forêts de l Hexagone sont légions. Pourtant sur le terrain, la réalité

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

CHARTE BONNES PRATIQUES DE LA GESTION DE LA VEGETATION SOUS ET AUX ABORDS DES LIGNES ELECTRIQUES

CHARTE BONNES PRATIQUES DE LA GESTION DE LA VEGETATION SOUS ET AUX ABORDS DES LIGNES ELECTRIQUES CHARTE BONNES PRATIQUES DE LA GESTION DE LA VEGETATION SOUS ET AUX ABORDS DES LIGNES ELECTRIQUES Octobre 2006 Préambule La présente charte de bonnes pratiques s inscrit dans la dynamique engagée par la

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD

INSTRUCTION DE TRAVAIL ATTRIBUTION DE LOGEMENT Règlement Intérieur Commission d attribution de logements SA HABITAT DU NORD Page : 1 sur 5 ARTICLE 1 CREATION & COMPETENCE GEOGRAPHIQUE En vertu des dispositions de l article R 441.9 du Code de la Construction et de l Habitation, il a été créé et validé par le Conseil d Administration

Plus en détail

Réalisé par Delphine Jubault et Loïc Munier, Etudiants en Licence professionnelle GAEMP 2010/2011. Tuteurs : Mme Roulier, Chargé de mission

Réalisé par Delphine Jubault et Loïc Munier, Etudiants en Licence professionnelle GAEMP 2010/2011. Tuteurs : Mme Roulier, Chargé de mission Quelles sont les politiques locales concernant les Taillis à (Très) Courtes Rotations et leurs divers impacts à l échelle du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariègeoises? Réalisé par Delphine Jubault

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger Mise à jour : mai 2014 Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger Vous êtes agent RATP,

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

> Dossier 17 mars 2009

> Dossier 17 mars 2009 > Dossier 17 mars 2009 Le travail des étrangers en France Vous embauchez un étranger au sein de votre entreprise : ce que vous devez savoir. L embauche de personnels de nationalité étrangère est soumise

Plus en détail

L ARCHITECTURE AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION EN BOIS CONCOURS D IDEES N 2 : ARCHITECTURE INNOVANTE / CONSTRUCTION HETRE DE HETRE

L ARCHITECTURE AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION EN BOIS CONCOURS D IDEES N 2 : ARCHITECTURE INNOVANTE / CONSTRUCTION HETRE DE HETRE L ARCHITECTURE AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION EN BOIS DE HETRE CONCOURS D IDEES N 2 : ARCHITECTURE INNOVANTE / CONSTRUCTION HETRE Objet : Construction d une Maison du vélo / VTT Commune d implantation :

Plus en détail

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois Avec le soutient de Les atouts du bois-énergie Une combustion neutre vis-à-vis des émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

Contraintes administratives

Contraintes administratives L agroforesterie : aides et contraintes dans le cadre légal wallon Christian Mulders, Attaché, Direction du Développement rural, Namur Philippe Nihoul, Attaché, Direction du Développement et de la Vulgarisation,

Plus en détail

La gestion des forêts communales

La gestion des forêts communales La gestion des forêts communales Principaux éléments La forêt en France 25% du territoire métropolitain qui se répartit selon trois grands types : La forêt de plaine : 60% La forêt de montagne : 30% La

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

GUIDE DES PROFESSIONNELS

GUIDE DES PROFESSIONNELS GUIDE DES PROFESSIONNELS La fréquentation du public en forêt, dans Le cadre d une gestion multifonctionnelle z EDITO La forêt représente, pour le grand public, le milieu naturel par excellence. Chacun

Plus en détail

Quelle garantie pour vos dépôts?

Quelle garantie pour vos dépôts? 006 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Quelle garantie pour vos dépôts? L E S M I N I - G U I D E S B A N C A I R E S FBF - 18 rue

Plus en détail

Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement

Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement dgdfjj h 1 Certains justificatifs sont à fournir uniquement pour la première demande d aide sociale, et ne sont

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

Introduction de feuillus précieux en enrichissement ou en complément d une essence sociale

Introduction de feuillus précieux en enrichissement ou en complément d une essence sociale Réunion n 12 du 11 juin 2008 (Bois de Saint Fiacre, Gahard): Introduction de feuillus précieux en enrichissement ou en complément d une essence sociale Note introductive Présents dans presque toutes les

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Les Vendredis du Bois-Energie

Les Vendredis du Bois-Energie Agence Locale de l Energie des Ardennes ALE 08 Les Vendredis du Bois-Energie Colloque 16 mars 2007 Présentation ALE 08 La forêt sur la zone urowood L exemple de deux chaufferies 1 Présentation Agence Locale

Plus en détail

Etude de cas. Politique de communication interne. Master RH formation continue. Sophie BRIGNANO 31, rue Montcalm 75018 Paris 06.65.25.65.

Etude de cas. Politique de communication interne. Master RH formation continue. Sophie BRIGNANO 31, rue Montcalm 75018 Paris 06.65.25.65. Master RH formation continue Politique de communication interne Etude de cas Sophie BRIGNANO 31, rue Montcalm 75018 Paris 06.65.25.65.22 sophiebrignano-masterrh@yahoo.fr 1 Société T Vous venez d intégrer

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

Un exemple de programme de valorisation du carbone forestier. CRPF Rhône-Alpes

Un exemple de programme de valorisation du carbone forestier. CRPF Rhône-Alpes Un exemple de programme de valorisation du carbone forestier Le programme carbone Forêt privée Les forestiers privés impliqués depuis longtemps sur le thème du carbone : - FPF et le CNPF membres fondateurs

Plus en détail

CRITERES DE QUALITE PRIORITAIRES

CRITERES DE QUALITE PRIORITAIRES L étude de marché Toute démarche de création d entreprise nécessite de vérifier qu il y a bien un marché potentiel donc suffisamment de travail pour l entreprise. Il est évident que vos chances de survie

Plus en détail

VOUS RECHERCHEZ UN INVESTISSEMENT D EXCEPTION, NON FINANCIER, NON SPÉCULATIF, QUI DOPE LA VALEUR DE VOTRE PATRIMOINE?

VOUS RECHERCHEZ UN INVESTISSEMENT D EXCEPTION, NON FINANCIER, NON SPÉCULATIF, QUI DOPE LA VALEUR DE VOTRE PATRIMOINE? VOUS RECHERCHEZ UN INVESTISSEMENT D EXCEPTION, NON FINANCIER, NON SPÉCULATIF, QUI DOPE LA VALEUR DE VOTRE PATRIMOINE? 6000 LA FORÊT ROUMAINE, UN PATRIMOINE À HAUT RENDEMENT! IMPLANTÉ DEPUIS 2007 EN ROUMANIE

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

LES ARBRES Plantation, soins et entretien

LES ARBRES Plantation, soins et entretien LES ARBRES Plantation, soins et entretien Dans le cadre de son plan de communication 2014, la Ville de Prévost publie, chaque mois, une rubrique d information sur les arbres. Éléments importants de notre

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Movapro. MObiliser du bois supplémentaire en le VAlorisant pour motiver les PROducteurs

Movapro. MObiliser du bois supplémentaire en le VAlorisant pour motiver les PROducteurs Movapro Expérimentation Aquitaine Limousin Normandie MObiliser du bois supplémentaire en le VAlorisant pour motiver les PROducteurs État des lieux d actions concrètes d animations territoriales et mise

Plus en détail

Le marché de la location meublée à Paris. BJ6523 APLM Etude de marché sur la location meublé- Phase E1 et E2- V2

Le marché de la location meublée à Paris. BJ6523 APLM Etude de marché sur la location meublé- Phase E1 et E2- V2 Le marché de la location meublée à Paris Janvier 2011 BJ6523 APLM Etude de marché sur la location meublé- Phase E1 et E2- V2 Questionnaire 1 PROFIL DES LOGEMENTS BJ6523 APLM Etude de marché sur la location

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION. Mise en place d une certification gestion durable en Guyane. Historique de la certification. Forest Stewardship Council

PLAN DE LA PRESENTATION. Mise en place d une certification gestion durable en Guyane. Historique de la certification. Forest Stewardship Council Julien PANCHOUT Lundi 31 mars 28 Mise en place d une certification gestion durable en Guyane Direction Régionale de l ONF Guyane oo PLAN DE LA PRESENTATION Historique de la certification FSC et PEFC Contexte

Plus en détail

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré»

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» «Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» Calendrier de taille : Pour les arbustes à floraison printanière : Taille juste après la floraison. Pour les arbustes à floraison estivale

Plus en détail

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER

D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER VU MUER Mireille Feldtrauer-Molitor I N S T R U C T I O N S P O U R L É L A B O R AT I O N D UN DOCUMENT DE GESTION DE L A PROPRIÉTÉ FORESTIÈRE dans le cadre de la certification PEFC au Luxembourg FIR EIS BËSCHER

Plus en détail

Action Recouvrement DES IMPAYÉS CLIENTS À RECOUVRER EN FRANCE, À L INTERNATIONAL

Action Recouvrement DES IMPAYÉS CLIENTS À RECOUVRER EN FRANCE, À L INTERNATIONAL Action Recouvrement DES IMPAYÉS CLIENTS À RECOUVRER EN FRANCE, À L INTERNATIONAL Avec Action Recouvrement, gagnez en efficacité à moindre coût! Une expertise reposant sur plus de 75 ans d expérience Optez

Plus en détail

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM]

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] Entre La commune (ou autre collectivité) de [nom de la collectivité], propriétaire du site [nom du site] représentée par son maire

Plus en détail

Précautions préalables à la mise en terre. Mode

Précautions préalables à la mise en terre. Mode Les plants forestiers 1 préalables à la mise en terre par Pascal Balleux 2 et Philippe Van Lerberghe 3 La reprise et la croissance d un plant forestier sont bonnes à condition de veiller à la qualité des

Plus en détail

Panorama. de la forêt alsacienne. Taux de boisement. Volume sur pied. Principales essences. Diversité. Propriétaires publics. Propriétaires privés

Panorama. de la forêt alsacienne. Taux de boisement. Volume sur pied. Principales essences. Diversité. Propriétaires publics. Propriétaires privés Panorama de la forêt alsacienne Taux de boisement Volume sur pied Principales essences Diversité Propriétaires publics Propriétaires privés Tempête de 1999 Récolte Edition 2005 Bienvenue au cœur d une

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL

NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L AGRICULTURE ET DE LA FORET DES PYRENEES ORIENTALES NOTICE EXPLICATIVE POUR L ELABORATION D UN PLAN DE DEBROUSSAILLEMENT COMMUNAL DECEMBRE 2006 Préambule Le risque feux de

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

LES FORMATIONS INTER- ENTREPRISES. Programme 2 ème semestre 2012. www.arventis.ch

LES FORMATIONS INTER- ENTREPRISES. Programme 2 ème semestre 2012. www.arventis.ch LES FORMATIONS INTER- ENTREPRISES Programme 2 ème semestre 2012 www.arventis.ch Sommaire Le recrutement de vos collaborateurs, tout un art! Déjouez les pièges de vos embauches... 3 Optimisez votre accueil

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Bien utiliser le prélèvement

Bien utiliser le prélèvement JANVIER 2013 N 23 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien utiliser le prélèvement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

guide des achats publics à base de bois être un acteur responsable

guide des achats publics à base de bois être un acteur responsable > Retrouvez les points clés de la certification forestière PEFC sur www.pefc-france.org 8, avenue de la République - 75011 Paris Tél. : +33 1 43 46 57 15 - Fax : +33 1 43 46 57 11 info@pefc-france.org

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe ÉTAPE 14I Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe Cette étape remplit une exigence de l article 4.2 de la norme. Exigences de la norme (article 4.2).1 Réalisez votre audit interne

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières Avec le soutien financier de : Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières http://boursefonciere.fr/metropole-savoie/coeur-de-savoie/ Afin de répondre

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

COMMENT VENDRE SES BOIS

COMMENT VENDRE SES BOIS COMMENT VENDRE SES BOIS Vendre, un acte essentiel pour le propriétaire et l avenir de sa forêt. Centre Régional de la Propriété Forestière A. de Lauriston Un arbre se façonne dans la durée. Il ne se vend

Plus en détail

La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine

La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine La Charte Forestière de Territoire Normandie-Maine La Charte Forestière de Territoire Les crêtes gréseuses, couronnées de forêt, constituent l ossature du territoire des monts de Normandie et du Maine.

Plus en détail

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle

Évaluation des apprentissages en formation professionnelle Évaluation des apprentissages en formation professionnelle L évaluation des apprentissages fait partie intégrante de l enseignement. L APEQ vous propose ici un document qui devrait vous permettre de clarifier

Plus en détail

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013

RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS. Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 RÉSULTATS D INVENTAIRE FORESTIER RÉSULTATS STANDARDS Les résultats : B51 - Champagne humide Les résultats des campagnes d inventaire 2009 à 2013 Table des matières 1 Le territoire... 4 Surface par occupation

Plus en détail

Place des organisations professionnelles agricoles dans les dispositifs de Formation Professionnelle Agricole en France

Place des organisations professionnelles agricoles dans les dispositifs de Formation Professionnelle Agricole en France 1 Place des organisations professionnelles agricoles dans les dispositifs de Formation Professionnelle Agricole en France I. Les représentants des OPA : de qui parle-t-on? Les OPA sont représentées par

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural

Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural Fonds Départemental de Gestion de l Espace Rural ETAT MEMBRE : REGION : FRANCE Provence-Alpes-Côte d Azur Département des Bouches-du-Rhône INTITULE DU REGIME D AIDE : Fonds Départemental de Gestion de

Plus en détail

BATIMAT 2007 Comparaison des contextes réglementaire et technique entre la Pologne et la France

BATIMAT 2007 Comparaison des contextes réglementaire et technique entre la Pologne et la France BATIMAT 2007 Comparaison des contextes réglementaire et technique entre la Pologne et la France Yannick LEMOIGNE CSTB Direction Technique Chef du Pôle Evaluations européennes, Certification et Développement

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.9.2014 C(2014) 6536 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER en application de l'article 12 du règlement (UE) n 1210/2010 du Parlement européen

Plus en détail

Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne

Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne Création d une chaudière bois et d une filière bois énergie à Olonne Cette création illustre : I - Le partenariat exemplaire entre la ville d Olonne et l Office National des Forêts II - Le projet municipal

Plus en détail

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE

DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE MODE D EMPLOI 4 5 18 19 10 11 Le droit au logement opposable P. 5 P. 11 Le droit au logement opposable Le droit à l hébergement opposable P. 16 Cas pratique 2 Introduction QU

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012. Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE

Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012. Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE REPUBLIQUE FRANCAISE Division de Caen Hérouville-Saint-Clair, le 20 septembre 2012 N/Réf. : CODEP-CAE-2012-050709 Cabinet dentaire 153 bis, rue Maréchal Leclerc 50100 CHERBOURG-OCTEVILLE Objet : Inspection

Plus en détail

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation.

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. QUAND PLANTER? Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. La plantation des Pivoines en racines

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail