SFAV Marseille juin 2012 J Pengloan TOURS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SFAV Marseille juin 2012 J Pengloan TOURS"

Transcription

1 SFAV Marseille juin 2012 J Pengloan TOURS

2 p< p< Combe et coll., Néphrologie 2001

3 fi Incidence des infections liées au CVC s étend de 1.6 à 6.1 épisodes par 1000 jours cathéters fi USA patients incidents par an commencent la dialyse par un CVC fi Estimation: 3 infections liées au CVC par 1000 jours cathéters par patient et un taux de mortalité de 5 10% par infection liée au CVC : infections liées au CVC par an chez HD patients décès HD patient par an. Le taux de mortalité au cours d une septicémie chez un HD X 2 à 4 fois à celui d une population normale

4 files conséquences files mécanismes files stratégies de prévention

5 Type of Vascular Access and Survival among Incident Hemodialysis Patients: The Choices for Healthy Outcomes in Caring for ESRD (CHOICE) Study N= 616 J Am Soc Nephrol 16: , 2005

6 Nephrol Dial Transplant (2011) 26:

7 fi > 65 ans with a catheter had a 54% increased risk for mortality within 2 years as compared to elderly patients with an arteriovenous access had a 3-fold increased risk for mortality within 2 years as compared to young patients (aged <65 years) with an arteriovenous access. fi > 75 ans with a catheter had an 83% increased mortality risk as compared to very old patients with an arteriovenous access Nephrol Dial Transplant (2011) 26:

8 Mortalitéet risque d hospitalisation étudiés chez les patients incidents aux USA les 90 premiers jours de trt avec comparaison avec l évolution de la 1ere année patients, 1733 structures, 35 millions de séances Mortalité Hospitalisation Clin J Am Soc Nephrol 6: , 2011

9 Clin J Am Soc Nephrol 6: , 2011

10 fi Les deux premières semaines, par rapport à un patient survivant plus de 1 an: Risque de décès: 2,72 Risque d hospitalisation: 1,95 fi La survie au delàdes 2 1ères semaines est liée àl AV: Si FAV: - 61% Si PD: - 87%

11

12 Arteriovenous Fistula Use Is Associated with Lower Cardiovascular Mortality Compared with Catheter Use among ESRD Patients 4854 patients that initiated dialysis between October 1, 1999 December 31,2004. p = Survival curve for cardiovascular death by vascular access type starting 90 days after dialysis initiation. Observations used in the Cox proportional hazards model were censored at 4 years. Seminars in Dialysis Vol 21, No 5 (September October) 2008 pp

13 fi Les conséquences fi Les mécanismes fi Les stratégies de prévention

14 Hemodialysis Central Venous Catheters as a Source of Inflammation and Its Implications C-reactive protein concentrations before and after catheter insertion and catheter removal. Hung AM, Pupim LB, Yu C, Shintani A, Siew E, Ayus C, Hakim RM, Ikizler TA:. Hemodial Int 12: , 2008

15 C-Reactive Protein and Prediction of 1-Year 1 Mortality in Prevalent Hemodialysis Patients DOPPS 5061 prevalent hemodialysis patients fro 2005 to 2008 in 140 facilities routinely measuring CRP in 10 countries Clin J Am Soc Nephrol 6: , 2011

16 Center for Biofilm engineering, Montana State University

17 Journal of Hospital Infection 75 (2010) 19 22

18 Héparine. Citrate 4% 14 mois 30 CVC (11 Bact+ 14 Bact ) Tous colonisés Staph aureus 79% Moins de biofilm avec citrate Héparine carrécitrate: rond Bact+ rouge bact -vert Am J Kidney Dis. 57(3):

19 fi Les conséquences fi Les mécanismes fi Les stratégies de prévention

20

21 fi fi fi Organiser l arrivée en dialyse avec un AV périphérique fonctionnel Prise en charge en pré dialyse Meilleure connaissance de la personne âgée Prévenir la colonisation bactérienne: Règles d hygiène Prophylaxie: Diminution de la contamination cutanée? Diminution de l adhésion/prolifération bactérienne? Dépistage et traitement précoce de la colonisation endoluminale Evaluer risque/bénéfice des indications des CVC programmés

22 fi Les CVC pour hémodialyse posés par défaut: Catastrophe sanitaire qui témoigne d une prise en charge insuffisante du patient et de son AV Certaines situations sont évitables fi Deux volets: Infection aigue Maladie inflammatoire chronique fi Certains CVC sont inévitables; leur pose doit être raisonnée après évaluation du risque/bénéfice (risque infectieux de la structure, le risque cardiaque du patient) fi Des taux d infection< 0,3 p 1000 j/pts sont atteignables

AAV ET MRC LE BON «TIMMING» LES RECOMMANDATIONS

AAV ET MRC LE BON «TIMMING» LES RECOMMANDATIONS SFAV LYON 2017 LES RECOMMANDATIONS PROBLEMES POSÉS MALADIE RENALE CHRONIQUE Cathéter et ses complications DÉCLIN DU DFG Trop tard CRÉATION DE L ABORD VASCULAIRE? Tolérance Trop tôt? Survie de l AAV DÉBUT

Plus en détail

MALI MEDICAL ou: Dr DJIBRIL MA B.P Lome TeL (00228)

MALI MEDICAL ou: Dr DJIBRIL MA B.P Lome TeL (00228) MALI MEDICAL Article original Mortalite en hemodialyse... MORTALITE DANS L'UNITE D'HEMODIALYSE AU TOGO Mortality in hemodialysis unit at Togo Djibril MAl, Ow draogo SM2, Sabi Al, Balaka Al, Tientcheu MC!,

Plus en détail

Dose de Dialyse: Laquelle? Pour qui? Comment l obtenir? J Pengloan ANE-ANCA Moulins octobre 2011

Dose de Dialyse: Laquelle? Pour qui? Comment l obtenir? J Pengloan ANE-ANCA Moulins octobre 2011 Dose de Dialyse: Laquelle? Pour qui? Comment l obtenir? J Pengloan ANE-ANCA Moulins 28-29 octobre 2011 DOPPS 4 (2010) Single-pool Kt/V (categories), by country Dose de dialyse et mortalité? Essais randomisés

Plus en détail

Complication : Fréquente et Sévère Morbidité Surmortalité. Origine Plurifactorielle. Le cœur du dialysé : cathéter ou fistule?

Complication : Fréquente et Sévère Morbidité Surmortalité. Origine Plurifactorielle. Le cœur du dialysé : cathéter ou fistule? SFAV LYON 2017 Composante de l atteinte CV de l urémie chronique : athérome accéléré (athérosclérose) Cardiomyopathie urémique ( HVG, fibrose myocardique) Calcification de la media des artères Calcifications

Plus en détail

COMBIEN DE DIÉTÉTICIENS EN DIALYSE?

COMBIEN DE DIÉTÉTICIENS EN DIALYSE? UNIVERSITÉ D ÉTÉ DE LA DIALYSE 2017 ORGANISATION DE LA DIALYSE EN FRANCE PARIS, CHU BICHAT 15-16 JUIN 2017 COMBIEN DE DIÉTÉTICIENS EN DIALYSE? Pr. Denis Fouque Service de Néphrologie Nutrition Dialyse

Plus en détail

Prévention des infections du cathéter de dialyse péritonéale. Th Lobbedez CHU de Caen FMC 2009 Paris

Prévention des infections du cathéter de dialyse péritonéale. Th Lobbedez CHU de Caen FMC 2009 Paris Prévention des infections du cathéter de dialyse péritonéale Th Lobbedez CHU de Caen FMC 2009 Paris Observation clinique Patient âgé de 53 ans, diabétique depuis l âge de 28 ans, doit être traité par la

Plus en détail

Acidose métabolique rénale

Acidose métabolique rénale Acidose métabolique rénale Colloque réveil Dr Vincent Bourquin - service de! néphrologie - http://nephroblog.org L acidose métabolique de Quelques rappels l insuffisance rénale est L acidose métabolique

Plus en détail

Résultats d études et retours d expériences

Résultats d études et retours d expériences Hémodialyse à Domicile Quotidienne (HDQ) à Bas Débit Dialysat Résultats d études et retours d expériences Dr P-A. Michel Historique Description de la dialyse à domicile dès les années 1960. Décroissance

Plus en détail

FAV RETENTISSEMENT CARDIAQUE

FAV RETENTISSEMENT CARDIAQUE FAV RETENTISSEMENT CARDIAQUE Dr Mélanie Hanoy CHU Rouen SFAV Marseille 2012 Patients Incidents en Hémodialyse 8150 patients incidents en hémodialyse en 2010 45,8% néphropathie diabétique ou vasculaire

Plus en détail

Développer la Dialyse à Domicile. Thierry LOBBEDEZ Juin Université d été de la SFNDT Néphrologie CHU de CAEN

Développer la Dialyse à Domicile. Thierry LOBBEDEZ Juin Université d été de la SFNDT Néphrologie CHU de CAEN Développer la Dialyse à Domicile Thierry LOBBEDEZ Juin 2017- Université d été de la SFNDT Néphrologie CHU de CAEN Une intégration dans le parcours global du patient Maladie Rénale Chronique "Traitement

Plus en détail

Peut-on prévenir les pneumopathies d inhalation en EHPAD?

Peut-on prévenir les pneumopathies d inhalation en EHPAD? Peut-on prévenir les pneumopathies d inhalation en EHPAD? Virginie Woisard Unité de la voix et de la déglutition Service ORL Hôpital Larrey EHPAD 2012 Prévalence des pneumopathies dans les EHPAD? CIRCULAIRE

Plus en détail

PARTICULARITÉS DE LA DIALYSE CHEZ LE SUJET ÂGÉ Société de Gérontologie Centre Auvergne Montluçon, vendredi 20 mai 2011 Dr Pascal CLUZEL, AURA

PARTICULARITÉS DE LA DIALYSE CHEZ LE SUJET ÂGÉ Société de Gérontologie Centre Auvergne Montluçon, vendredi 20 mai 2011 Dr Pascal CLUZEL, AURA PARTICULARITÉS DE LA DIALYSE CHEZ LE SUJET ÂGÉ Société de Gérontologie Centre Auvergne Montluçon, vendredi 20 mai 2011 Dr Pascal CLUZEL, AURA Auvergne DIALYSE ET SUJET ÂGÉ Un vieux c est quoi? Y aller

Plus en détail

INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE

INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE INFLUENCE DU STADE DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE SUR LA MORBIDITE ET LA MORTALITE EN DIALYSE PERITONEALE Sandrine Genestier, Sylvie Chiron Centre hospitalier Louis Pasteur 68024 Colmar Nous avons

Plus en détail

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN Service de Néphrologie Immunologie Maladies Infectieuses CHR de la Citadelle - Liège La suppléance rénale Hémodialyse - centre - auto-dialyse

Plus en détail

Le couple cœur rein un mariage forcé

Le couple cœur rein un mariage forcé Le couple cœur rein un mariage forcé Philippe Brunet Hôpital de la Conception CHU de Marseille 43 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Marseille, 5 7 novembre 2014 ACNBH 43 ème Colloque National

Plus en détail

Cathéters centraux: du nouveau sous les verrous? Josette Pengloan SFAV Toulouse 1 er juin 2013

Cathéters centraux: du nouveau sous les verrous? Josette Pengloan SFAV Toulouse 1 er juin 2013 Cathéters centraux: du nouveau sous les verrous? Josette Pengloan SFAV Toulouse 1 er juin 2013 Les verrous Prophylactiques Curatifs Les verrous prophylactiques Prévenir la survenue de complications immédiates

Plus en détail

Les Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et Sécurité des Soins en Hémodialyse

Les Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et Sécurité des Soins en Hémodialyse Les Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité et Sécurité des Soins en Hémodialyse Marie ERBAULT Chef de projet Service IPAQSS Direction de l Amélioration de la Qualité et de la Sécurité des Soins

Plus en détail

Les complications infectieuses de la dialyse péritonéale

Les complications infectieuses de la dialyse péritonéale Les complications infectieuses de la dialyse péritonéale Th LOBBEDEZ CHU de Caen CUEN 2017 L infection du liquide de dialyse: Une complication fréquente de la dialyse péritonéale 1 L infection du liquide

Plus en détail

Place de l accès vasculaire à l heure de la transplantation préemptive et de la dialyse péritonéale

Place de l accès vasculaire à l heure de la transplantation préemptive et de la dialyse péritonéale Place de l accès vasculaire à l heure de la transplantation préemptive et de la dialyse péritonéale Stanislas BATAILLE Institut Phocéen de Néphrologie, Clinique Bouchard, Marseille Questions posées Si

Plus en détail

Hypotension en hemodialyse

Hypotension en hemodialyse Hypotension en hemodialyse Claire Trivin HEGP Paris CUEN Mars 2012 définition KDOQI 2005/ EBPG 2007 - baisse de la PA systolique de plus de 20mmHg ou de la PAM de plus de 10mmHg - symptômes: asthénie,

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 8 n 1

Tiré à Part du BDP volume 8 n 1 Tiré à Part du BDP volume 8 n 1 LIPOPROTEINE (a) & DIALYSE PERITONEALE CONTINUE AMBULATOIRE : FACTEURS INFLUENCANT LA CONCENTRATION SERIQUE J. de ARTEAGA, W. DOUTHAT, Gilda SCALITER, P. MASSARI Service

Plus en détail

Nutrition perdialytique: what else?

Nutrition perdialytique: what else? Nutrition perdialytique: what else? Z.Fumeaux Hôpital de Nyon Colloque HUG 15.10.2010 Plan Dénutrition en dialyse: généralités Recommandations internationales sur l évaluation et le suivi de l état nutritionnel

Plus en détail

Dialyse optimale. vs dialyse adéquate

Dialyse optimale. vs dialyse adéquate Dialyse optimale vs dialyse adéquate Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Remerciements à Pr Bernard Canaud Dialyse adéquate, concept des pionniers Concept

Plus en détail

Avantage de la greffe avec donneur vivant

Avantage de la greffe avec donneur vivant Avantage de la greffe avec donneur vivant Marcelo Cantarovich Programme de transplantation multi-organes CUSM Cours de transplantation Le 5 avril 2013 Sommaire Greffe rénale vs. dialyse Accès à la greffe

Plus en détail

TECHNIQUES CONVECTIVES EN DIALYSE. Docteur Xavier WARLING Service de néphrologie CHR Citadelle, Liege

TECHNIQUES CONVECTIVES EN DIALYSE. Docteur Xavier WARLING Service de néphrologie CHR Citadelle, Liege TECHNIQUES CONVECTIVES EN DIALYSE Docteur Xavier WARLING Service de néphrologie CHR Citadelle, Liege RAPPEL : DIFFUSION CONVECTION Epuration extra-rénale Hémodialyse : la diffusion 1. La diffusion Transport

Plus en détail

SEULEMENT D ACÉTATE CONCENTRÉ ACIDE POUR HÉMODIALYSE AVEC CONCENTRATION MINIME D ACÉTATE

SEULEMENT D ACÉTATE CONCENTRÉ ACIDE POUR HÉMODIALYSE AVEC CONCENTRATION MINIME D ACÉTATE SEULEMENT 0,3mEq/l D ACÉTATE RASATE CONCENTRÉ ACIDE POUR HÉMODIALYSE AVEC CONCENTRATION MINIME D ACÉTATE APPROPRIÉ POUR TOUS TYPES DE MONITEURS AMÉLIORE LA TOLÉRANCE HÉMODYNAMIQUE BASSE RÉACTION INFLAMMATOIRE

Plus en détail

La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013

La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013 La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013 Mortalité après transplantation rénale Diabètique : patient à haut risque Cohorte Mayo

Plus en détail

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Justification L hypercholestérolémie est un facteur de risque

Plus en détail

Effet de la prise en charge de la maladie rénale chronique sur l espérance de vie en dialyse

Effet de la prise en charge de la maladie rénale chronique sur l espérance de vie en dialyse Effet de la prise en charge de la maladie rénale chronique sur l espérance de vie en dialyse Christian Combe Université de Bordeaux Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Conflits d intérêt

Plus en détail

Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes)

Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes) Prévention de la sténose et de la resténose: oùen est-on? (Josette Pengloan, Nantes) Sténose initiale Modifications hémodynamiques Resténose après angioplastie Destruction cellulaire Augmentation du débit

Plus en détail

Analyse de risques en Hémodialyse: vers une amélioration des pratiques, des soignants et des patients. SF2H Lille 2012

Analyse de risques en Hémodialyse: vers une amélioration des pratiques, des soignants et des patients. SF2H Lille 2012 Analyse de risques en Hémodialyse: H vers une amélioration des pratiques, des soignants et des patients 2012 L hémodialyse France: 31000 insuffisance rénale terminale 28000 dialysés (2/3) Nord Pas de Calais:

Plus en détail

Complications infectieuses de la dialyse péritonéale. Th Lobbedez CHU de Caen CJN 20 mars 2015 Bordeaux

Complications infectieuses de la dialyse péritonéale. Th Lobbedez CHU de Caen CJN 20 mars 2015 Bordeaux Complications infectieuses de la dialyse péritonéale Th Lobbedez CHU de Caen CJN 20 mars 2015 Bordeaux Infection du liquide de dialyse péritonéale Causes de sortie de la dialyse péritonéale Les complications

Plus en détail

Pourquoi faut-il absolument privilégier les fistules

Pourquoi faut-il absolument privilégier les fistules Pourquoi faut-il absolument privilégier les fistules àl avant-bras? Luc Turmel Stratégie SFAV de création des abords d hémodialyse 1- Fistule native à l avant-bras (radiale ou cubitale) 2- Fistule huméro-céphalique

Plus en détail

Dialyse optimale. vs dialyse adéquate

Dialyse optimale. vs dialyse adéquate Dialyse optimale vs dialyse adéquate Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Remerciements à Pr Bernard Canaud Dialyse adéquate, concept des pionniers Concept

Plus en détail

Correction de l'anémie des patients au cours de l Insuffisance Rénale Chronique Pr. Christian Noël

Correction de l'anémie des patients au cours de l Insuffisance Rénale Chronique Pr. Christian Noël CERM 2008 (Lille) Correction de l'anémie des patients au cours de l Insuffisance Rénale Chronique Pr. Christian Noël Physiopathologie de l anémie au cours de l IRC Erythropoïèse érythropoïétine des inhibiteurs

Plus en détail

Le refus de soins : une réalité à replacer dans un contexte clinique

Le refus de soins : une réalité à replacer dans un contexte clinique Le refus de soins : une réalité à replacer dans un contexte clinique Les figures actuelles du consentement La transparence à tout prix Dr Michèle Lévy-Soussan UMASP Code de Santé Publique Art L.1111-2

Plus en détail

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007

Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation. Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Reconnaître et traiter à temps les maladies liées à la transplantation Dr JP Venetz Centre de Transplantation CHUV Lausanne Berne, le 24 mars 2007 Buts de la prise en charge après transplantation Prévention

Plus en détail

Traitement de leishmaniose viscérale de l hémodialysé chronique Treatment of visceral leishmaniasis in chronic hemodialysis

Traitement de leishmaniose viscérale de l hémodialysé chronique Treatment of visceral leishmaniasis in chronic hemodialysis Traitement de leishmaniose viscérale de l hémodialysé chronique Treatment of visceral leishmaniasis in chronic hemodialysis C.ELFADIL; K.BENZAKOUR; M.ARRAYHANI; T.H.SQALLI Service de néphrologie-hémodialyse

Plus en détail

F. Stucker, Néphrologie, HUG. Grünfeld JP, Rossier B.C. Lithium nephrotoxicity revisited. Nat Rev Nephrol 5, (2009)

F. Stucker, Néphrologie, HUG. Grünfeld JP, Rossier B.C. Lithium nephrotoxicity revisited. Nat Rev Nephrol 5, (2009) F. Stucker, Néphrologie, HUG Grünfeld JP, Rossier B.C. Lithium nephrotoxicity revisited. Nat Rev Nephrol 5, 270-6 (2009) Un traitement historique II BC Un traitement historique II BC Un traitement historique

Plus en détail

Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse

Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse Existe-t-il un bénéficie démontré des inhibiteurs de Cox-2 (versus les AINS classiques) en terme de toxicité digestive haute et basse Stanislas Chaussade Université Paris Descartes Département médico chirurgical

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Verrous dans la prévention et le traitement des bactériémies à point de départ du cathéter d hémodialyse: la solution? Dr. Laura Labriola Cliniques Universitaires Saint-Luc Université Catholique de Louvain

Plus en détail

07/07/2011. Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France

07/07/2011. Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Quand débuter l épuration extrarénale? Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Débuter la dialyse, pourquoi? Augmenter la survie Améliorer la qualité de vie Permettre

Plus en détail

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir

Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir Syndrome coronaire aigu du sujet âgé : particularités et conduite à tenir 14é CONGRES FRANCOPHONE DE CARDIOLOGIE INTERVENTIONNELLE Bernard JOUVE, CH du pays d AIX Conflits d intérêt Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

La connectique et le risque infectieux en dialyse péritonéale

La connectique et le risque infectieux en dialyse péritonéale La connectique et le risque infectieux en dialyse péritonéale D Aguilera CH Vichy Formation IDE - 16 nov 2007 - Vichy 1 Plan Le risque infectieux La connexion et ses composants Les moyens de la prévention

Plus en détail

Recevoir un rein après 70 ans. Pr Yann Le Meur Service de Néphrologie CHU La Cavale Blanche, Brest

Recevoir un rein après 70 ans. Pr Yann Le Meur Service de Néphrologie CHU La Cavale Blanche, Brest Recevoir un rein après 70 ans Pr Yann Le Meur Service de Néphrologie CHU La Cavale Blanche, Brest Greffe après 70 ans: une réalité en France Les plus de 70 ans en 2012: - 5,1 % des patients en attente

Plus en détail

Métabolisme phospho-calcique et atteinte cardiovasculaire

Métabolisme phospho-calcique et atteinte cardiovasculaire Métabolisme phospho-calcique et atteinte cardiovasculaire Tim Ulinski Service de néphrologie pédiatrique Hôpital Trousseau & Université Pierre et Marie Curie, Paris APNP, Paris, 2015 Proportion (%) des

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Construction d un marqueur précoce de substitution du retour en dialyse

Construction d un marqueur précoce de substitution du retour en dialyse Construction d un marqueur précoce de substitution du retour en dialyse ITERT & INSERM U643 17 Avril 2008 Plan 1 Introduction 2 3 4 Contexte clinique Rappels relatifs aux courbes ROC de Kaplan Plan 1 Introduction

Plus en détail

La maladie rénale en France: le néphrologue. Maurice Laville Service de Néphrologie Centre Hospitalier Lyon Sud

La maladie rénale en France: le néphrologue. Maurice Laville Service de Néphrologie Centre Hospitalier Lyon Sud La maladie rénale en France: le néphrologue Maurice Laville Service de Néphrologie Centre Hospitalier Lyon Sud Contexte «La maladie est perçue fondamentalement dans un espace de projection sans profondeur,

Plus en détail

Dr Eric Bresson Radiologie Infirmerie Protestante Lyon Caluire

Dr Eric Bresson Radiologie Infirmerie Protestante Lyon Caluire Dr Eric Bresson Radiologie Infirmerie Protestante Lyon Caluire Patient de 61 ans, fav rad g en 98 dilatations itératives pour sténose rad hte avec saignement au point artériel et chute de débit doppler

Plus en détail

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES

PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES PERTINENCE DES TRANSFUSIONS CHEZ LES PATIENTS DIALYSES Dr. Daniela DAVID Dr. Délia MAY 18e REUNION REGIONALE D HEMOVIGILANCE, STRASBOURG, 11 Décembre 2013 L anémie est une complication de l IRC (Insuffisance

Plus en détail

Dr Angelo Testa, E.C.H.O. Nantes

Dr Angelo Testa, E.C.H.O. Nantes Biocompatibilité et hémodialyse Dr Angelo Testa, E.C.H.O. Nantes Définitions On peut définir la biocompatibilité d un dialyseur, destiné à être, de façon répétée, mis en contact avec le sang du patient,

Plus en détail

Greffon cardiaque limite. Service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire - Hôpital de la Timone Marseille

Greffon cardiaque limite. Service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire - Hôpital de la Timone Marseille Greffon cardiaque limite Service de chirurgie thoracique et cardiovasculaire - Hôpital de la Timone Marseille Transplantation Cardiaque Greffon cardiaque limite Causes de refus PMO n=181/ 470-38.5%(1991-2000)

Plus en détail

PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu

PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu RII UMF-CSSSNL Forum de médecine familiale * Parution dans le NEJM du 20 novembre 2008 PERTINENCE

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail

Qui sont les patients dialysés de plus de 75 ans? Cécile Couchoud Réseau REIN Agence de la Biomedecine

Qui sont les patients dialysés de plus de 75 ans? Cécile Couchoud Réseau REIN Agence de la Biomedecine Qui sont les patients dialysés de plus de 75 ans? Cécile Couchoud Réseau REIN Agence de la Biomedecine Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie Registre des traitements de suppléance de l IRC

Plus en détail

Les hyperdébits : les néphrologues les négligent! Ont-ils tort?

Les hyperdébits : les néphrologues les négligent! Ont-ils tort? Les hyperdébits : les néphrologues les négligent! Ont-ils tort? Dr M. François SeminNephrol.2012;32(6):545-50 La fistule artério-veineuse Abord vasculaire ponctionnable minimum 3*/semaine Débit sanguin

Plus en détail

Infection VIH Actualités : du dépistage à la prise en charge des comorbidités.

Infection VIH Actualités : du dépistage à la prise en charge des comorbidités. Infection VIH Actualités : du dépistage à la prise en charge des comorbidités. Magali Vidal Christine Jacomet Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Clermont-Ferrand 24 Octobre 2013 Estimation

Plus en détail

Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux

Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux Quand contacter le néphrologue? Benoît Vendrely Département de néphrologie CHU Bordeaux Du Lundi au Jeudi de 9h à 18h00 Le Vendredi, merci de nous contacter avant 16h00 Quand adresser le patient pour prise

Plus en détail

Complications post transplantation: Bronches et infections. Dr Véronique BOUSSAUD Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris

Complications post transplantation: Bronches et infections. Dr Véronique BOUSSAUD Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris Complications post transplantation: Bronches et infections Dr Véronique BOUSSAUD Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris veronique.boussaud@aphp.fr complications Complications post transplantation pulmonaire

Plus en détail

25/11/ ème Journée d Actualités en Ventilation Artificielle. Pneumonie acquise sous ventilation: quand couvrir la BLSE?

25/11/ ème Journée d Actualités en Ventilation Artificielle. Pneumonie acquise sous ventilation: quand couvrir la BLSE? 23 ème Journée d Actualités en Ventilation Artificielle Pneumonie acquise sous ventilation: quand couvrir la BLSE? Keyvan Razazi JAVA 2016 1 Conflit d intérêt aucun Données épidémiologiques 2 Evolution

Plus en détail

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou

LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE. Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou LA MORTALITE DE L INFARCTUS EN 2011 : LA REALITE Etienne PUYMIRAT Hôpital Européen Georges Pompidou 8 décembre 2011 INTRODUCTION Au cours des 30 dernières années : baisse de la mortalité cardio-vasculaire

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 9 n 2

Tiré à Part du BDP volume 9 n 2 Tiré à Part du BDP volume 9 n 2 LE COUT DE LA DIALYSE PERITONEALE AUTOMATISEE (La DPA parmi les autres techniques de dialyse) J. CHANLIAU 1, P.Y. DURAND 1, A. MARIOT 1, Michèle KESSLER 2 1 ALTIR - BP 149

Plus en détail

Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées

Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées Portage de bactéries potentiellement pathogènes chez les personnes âgées Pr. Jacques Fabry Lyon contre les Infections Nosocomiales Sud-Est 1 Rôle du portage dans les infections Pas de portage acquises

Plus en détail

Cancer anal et cancer du col au cours de l infection. par le VIH: Epidémiologie Prévention

Cancer anal et cancer du col au cours de l infection. par le VIH: Epidémiologie Prévention Cancer anal et cancer du col au cours de l infection par le VIH: Epidémiologie Prévention Christophe Piketty Département d Immunologie Hôpital Européen Georges Pompidou Cancer du col et cancer anal Deux

Plus en détail

Bactérie Hautement Resistante émergente

Bactérie Hautement Resistante émergente S. Gardes Bactérie Hautement Resistante émergente Enterobactéries productrices de carbapénémases (EPC) Enterococcus faecium résistant aux glycopeptides (, ERV) Instruction n DGOS/PF2/DGS/RI1/2014/08 du

Plus en détail

Comment choisir une membrane d hémodialyse

Comment choisir une membrane d hémodialyse Comment choisir une membrane d hémodialyse Philippe Brunet, Marseille CUEN juin 2011 Historique des membranes de dialyse (1) 1940-1970 : membranes en cellulose 1940 : la cellophane des emballages 1960

Plus en détail

Formes Cliniques De La Grippe: La Grippe Chez La Femme Enceinte

Formes Cliniques De La Grippe: La Grippe Chez La Femme Enceinte Groupe d Expertise et d Information sur la Grippe 27 ème Rencontres sur la Grippe et sa Prévention Formes Cliniques De La Grippe: La Grippe Chez La Femme Enceinte Karine Faure PU-PH Pathologies Infectieuses

Plus en détail

Spécificité d e de la la c hirurgie chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner

Spécificité d e de la la c hirurgie chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner Spécificité de la chirurgie du sujet âgé Dr T. Wagner Chirurgie colorectale du sujet âgé Faut-il opérer? Espérance de vie Risque de la chirurgie Balance bénéfice risque Quel type de chirurgie réaliser?

Plus en détail

Présentation du. COmité de Surveillance des Accès Vasculaires

Présentation du. COmité de Surveillance des Accès Vasculaires Présentation du CoSAV COmité de Surveillance des Accès Vasculaires SFAV Ajaccio 17 juin 2016 Dr MENANT Marie Chirurgien vasculaire, Marseille Dr FRANTZEN Luc Néphrologue, Marseille DIAVERUM MARSEILLE/PROVENCE

Plus en détail

Prévention des Infections chez les Malades Atteints de Cirrhose

Prévention des Infections chez les Malades Atteints de Cirrhose EPU PARIS-DIDEROT, PARIS 7 JOURNÉE D HÉPATOLOGIE 11 JANVIER 2014 Prévention des Infections chez les Malades Atteints de Cirrhose Richard Moreau, 1,2 1 UMR S_1149, Centre de Recherche sur l Inflammation

Plus en détail

Biochimie et endocardites Avantages/limites des biomarqueurs. Evelyne Peuchant Laboratoire de Biologie Hôpital Saint-André CHU de Bordeaux

Biochimie et endocardites Avantages/limites des biomarqueurs. Evelyne Peuchant Laboratoire de Biologie Hôpital Saint-André CHU de Bordeaux Biochimie et endocardites Avantages/limites des biomarqueurs Evelyne Peuchant Laboratoire de Biologie Hôpital Saint-André CHU de Bordeaux Problématique du diagnostic de l endocardite Diagnostic de certitude

Plus en détail

Investigation d'épidémie de PCP (patients VIH/patients greffés)

Investigation d'épidémie de PCP (patients VIH/patients greffés) Investigation d'épidémie de PCP (patients VIH/patients greffés) Philippe Vanhems Service Hygiène Hospitalière, Epidémiologie et Prévention Hôpital Edouard Herriot et UMR CNRS 5558 Meja Rabodonirina Institut

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2007 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2007 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2007 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution. Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord

Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution. Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord Impact de la grippe sur les résidents dans institutions= études

Plus en détail

Conséquences hémodynamiques de l hémodialyse :

Conséquences hémodynamiques de l hémodialyse : Conséquences hémodynamiques de l hémodialyse : physiopathologie moyens thérapeutiques DESC Réanimation médicale Agen Décembre 2007 S. Marchand CHU Limoges PLAN Introduction Variation de la volémie Perturbation

Plus en détail

J. Monségu Hôpital Val-de-Grâce, Paris

J. Monségu Hôpital Val-de-Grâce, Paris J. Monségu Hôpital Val-de-Grâce, Paris 58 ans d expérience Grosse artère Accès «facile» Une condition sine qua none: qualité de la ponction Saignements Hématome rétropéritonéal Hématome fémoral / perforation

Plus en détail

Infection d un CVC : quelle stratégie thérapeutique?

Infection d un CVC : quelle stratégie thérapeutique? Infection d un CVC : quelle stratégie thérapeutique? Prof. Michel Jadoul Service de Néphrologie Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles, Belgique Déclaration d intérêt(s) Service de Néphrologie des

Plus en détail

La décontamination des porteurs de staphylocoques dorés : pour ou contre? Jean-Christophe LUCET UHLIN GH Bichat - Cl. Bernard

La décontamination des porteurs de staphylocoques dorés : pour ou contre? Jean-Christophe LUCET UHLIN GH Bichat - Cl. Bernard La décontamination des porteurs de staphylocoques dorés : pour ou contre? Jean-Christophe LUCET UHLIN GH Bichat - Cl. Bernard SARM : relation portage infection Incidence en situation d épidémie installée

Plus en détail

Algorithme de prise en charge

Algorithme de prise en charge RECIRCULATION CARDIO- PULMONAIRE EXCESSIVE Algorithme de prise en charge Dr Mélanie Hanoy, Dr F. Le Roy Néphrologie, CHU Rouen SFAV Marseille, le 11 juin 2012 RECIRCULATION CARDIO - PULMONAIRE Débit cardiaque

Plus en détail

L AUTODIALYSE AU MAROC : FAUT-IL ATTENDRE ENCORE LONGTEMPS?

L AUTODIALYSE AU MAROC : FAUT-IL ATTENDRE ENCORE LONGTEMPS? L AUTODIALYSE AU MAROC : FAUT-IL ATTENDRE ENCORE LONGTEMPS? Service de Néphrologiedialyse-Transplantation rénale B. NOTO-KADOU-KAZA, H.A. MAHAMAT, A. IZEM, L.M ABOUAMRANE, N. MTIOUI,S.EL KHAYAT, M. ZAMD,

Plus en détail

Etude APS DIAL : état des lieux de la pratique de l activité physique chez les patients dialysés en Île-de-France.

Etude APS DIAL : état des lieux de la pratique de l activité physique chez les patients dialysés en Île-de-France. Etude APS DIAL : état des lieux de la pratique de l activité physique chez les patients dialysés en Île-de-France Protocole d étude Investigateur principal : -Département de Santé Publique Hôpitaux de

Plus en détail

LHEC Laboratoire d Hygiène et d Environnement du Centre

LHEC Laboratoire d Hygiène et d Environnement du Centre INTERVENTION REPORT HOSPITAL HYGIEN CONTROLS AIR SANITISATION AND PURIFICATION EQUIPMENTS TRIALS ADMINISTRATIVE DETAILS Report N R 060824001 Edited : 24 th August 2006 at 16:06 PM number of pages : 8 Dates

Plus en détail

11 h h 30 Salle Philippe Marache Séance plénière. «Dialyse et maladies cardio-vasculaires»

11 h h 30 Salle Philippe Marache Séance plénière. «Dialyse et maladies cardio-vasculaires» 11 h 00 12 h 30 Salle Philippe Marache Séance plénière «Dialyse et maladies cardio-vasculaires» 11h36 - Dépistage des complications athéromateuses Cardio-vasculaires du dialysé ou de l insuffisant rénal

Plus en détail

Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi?

Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi? Réévaluation des prescriptions antibiotiques BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES CHEZ LES PATIENTS DIALYSÉS 1 Réévaluation des prescriptions antibiotiques Pourquoi? Contexte mondial En 2050, estimation de décès

Plus en détail

Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France

Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France La dialyse chez le sujet âgé Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Cas clinique Mr J. Né le 9/7/1916 Néphropathie inconnue, HD1 5/12/2001 Vit à Langon, 30 km

Plus en détail

Définitions de la vulnérabilité. La notion de capacités de réserve. Fragilité et vulnérabilité de la personne âgée

Définitions de la vulnérabilité. La notion de capacités de réserve. Fragilité et vulnérabilité de la personne âgée Capacité de Gérontologie - 2014 Définitions de la vulnérabilité Fragilité et vulnérabilité de la personne âgée Joël Belmin Service de gériatrie Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine,

Plus en détail

Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique

Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique Cibles d hémoglobine et bilan phospho-calcique chez l insuffisant rénal chronique Quoi de neuf en 2010? M.S. Gavard Courchevel, Avril 2010 Cibles d hémoglobine 1 Historique Chez l hémodialysé 2003: Taux

Plus en détail

Examen «médico-échographique»

Examen «médico-échographique» Examen «médico-échographique» infirmière/néphrologue Complémentaire de l examen clinique et de indicateurs de qualité de dialyse (1-2) chirurgien/radiologue interventionnel SFAV Objectifs de l examen d

Plus en détail

Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister?

Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister? Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister? Luc PARIS Consultation des maladies infectieuses, parasitaires et tropicales Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris, France Epidémiologie du VIH Sang Toxicomanie

Plus en détail

Hospices Civils de Lyon (HCL)

Hospices Civils de Lyon (HCL) - Etude longitudinale de patients atteints de cancers digestifs/complications infectieuses liées aux cathéters veineux à site implantables Head : Chambrier Cécile, Unité CARMENInserm 1060/ Inra 1235 (Equipe

Plus en détail

MUCOMYST PRÉ-CORONARO ET NÉPHROPATHIE

MUCOMYST PRÉ-CORONARO ET NÉPHROPATHIE MUCOMYST PRÉ-CORONARO ET NÉPHROPATHIE QUESTION : Est-ce que l administration de Mucomyst avant une coronarographie chez des patients à risque peut prévenir la néphropathie induite par le contraste? AUTEUR

Plus en détail

Profil étiologique et pronostique de l insuffisance rénale aigue en cardiologie

Profil étiologique et pronostique de l insuffisance rénale aigue en cardiologie Profil étiologique et pronostique de l insuffisance rénale aigue en cardiologie M.Bourial 1, A.Laaraje 2, N.Mtioui 1, SS El Khayat 1, M.Zamd 1, G.Medkouri 1, M Benghanem Gharbi 1, K.Khay 2, M.Allouch 2,

Plus en détail

TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB. Clémence Hollande DES

TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB. Clémence Hollande DES TRAITEMENT PREEMPTIF DU VHB Clémence Hollande DES 3 Messages à retenir 1) Chez tous patients allant recevoir un traitement immunosuppresseur: Ag HBs, Ac anti-hbs, Ac anti-hbc 2) Savoir reconnaître une

Plus en détail

Reins et connectivites. Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004

Reins et connectivites. Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004 Reins et connectivites Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004 Introduction Les glomérulopathies inflammatoires Les glomérulonéphrites immunes : LED, pauci-immunes, anti-gbm

Plus en détail

L hémodialyse à domicile : plus simple que vous ne le croyez

L hémodialyse à domicile : plus simple que vous ne le croyez L hémodialyse à domicile : plus simple que vous ne le croyez Mathieu Rousseau-Gagnon, MD, MScCH (Ed.), FRCPC Néphrologue, co-responsable dialyse à domicile, CHU de Québec Université Laval Professeur de

Plus en détail

En cas de thromboses itératives ou de thrombose inopinée?

En cas de thromboses itératives ou de thrombose inopinée? 17ème Cours Congrès de la Société Française de l Abord Vasculaire 10-12 Juin 2012 Marseille Les thromboses : quelle(s) exploration(s), quelles stratégies préventives et curatives? En cas de thromboses

Plus en détail

Organisation de l accueil de patients colonisés à Entérocoques Résistants aux Glycopeptides (ERG) en hémodialyse

Organisation de l accueil de patients colonisés à Entérocoques Résistants aux Glycopeptides (ERG) en hémodialyse Organisation de l accueil de patients colonisés à Entérocoques Résistants aux Glycopeptides (ERG) en hémodialyse Elodie BECLIN (1) O.ODDOUX (2), AS.SUEUR (3), G.HIBON (3), E.MACNAMARA (3), D.DESCAMPS (2)

Plus en détail