Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association canadienne du cancer colorectal. Le cancer colorectal. Guide de traitement personnalisé à l intention des patients"

Transcription

1 Association canadienne du cancer colorectal Le cancer colorectal Guide de traitement personnalisé à l intention des patients

2 Avastin est une marque déposée de Genentech, Inc., utilisée sous licence. Camptosar est une marque déposée de Yakult Honsha Company, Ltd. Eloxatin est une marque déposée de Sanofi-aventis Canada Inc. Erbitux est une marque de commerce (MC) d ImClone LLC. Vectibix est une marque déposée d Amgen Manufacturing, Limited, une filiale d Amgen Inc. Xeloda est une marque déposée de F. Hoffmann-La Roche AG, utilisée sous licence. AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Bien que tous les efforts aient été faits pour assurer l exactitude de cette brochure quant à la pratique médicale courante au Canada, elle ne peut pas être totalement exhaustive. Les besoins individuels varient et la brochure ne saurait servir de substitution à des soins médicaux appropriés. Publié par Multimed Incorporated. Droit d auteur Tous droits réservés. 66, rue Martin Milton (Ontario) L9T 2R2 Téléphone : Télécopieur : REMERCIEMENTS : Le financement du présent guide a été généreusement assuré par une subvention à l éducation sans restriction de Sanofi Canada Inc.

3 Table des matières Introduction... 2 Données de base : Statistiques concernant le cancer colorectal... 3 Qu est-ce que le cancer colorectal? Stades et grades du cancer colorectal... 4 Quels sont les choix de traitement?... 5 Chirurgie... 5 Radiothérapie... 6 Chimiothérapie... 7 Thérapie ciblée Tests biomarqueurs Thérapie HiPEC Section sur le traitement personnalisé Introduction : Association de chimiothérapie et de thérapie ciblée FU/Leucovorin/Oxaliplatine (FOLFOX-4) FU modifié/leucovorin/oxaliplatine (FOLFOX-6 modifié) FU/Leucovorin/Oxaliplatine (FOLFOX-6) FU/Leucovorin/Oxaliplatine + bévacizumab (FOLFOX (tous) + bévacizumab) FU/Leucovorin/Oxaliplatine + cétuximab (FOLFOX (tous) + cétuximab) FU/Irinotécan/Leucovorin (FOLFIRI) FU/Irinotécan/Leucovorin + bévacizumab (FOLFIRI + bévacizumab) FU/Irinotécan/Leucovorin + cétuximab (FOLFIRI + cétuximab) Fluorouracil (5-FU) + leucovorin (ou acide folinique) (5-FU/LV) Capécitabine (CAPÉCITABINE) Capécitabine/Oxaliplatine (CAPOX/XELOX) Capécitabine/Oxaliplatine + bévacizumab (CAPOX/XELOX + bévacizumab) Irinotécan/Oxaliplatine (IROX) Irinotécan + cétuximab (IRINOTÉCAN + cétuximab) Cétuximab (CÉTUXIMAB) Panitumumab (PANITUMUMAB) Capécitabine + bévacizumab (CAPÉCITABINE + bévacizumab) FU/Leucovorin/Irinotécan/Oxaliplatine (FOLFOXIRI) FU/Leucovorin/Irinotécan/Oxaliplatine + bévacizumab (FOLFOXIRI + bévacizumab) Irinotécan/Capécitabine/Oxaliplatine (IXO) Comment gérer les effets secondaires Glossaire du cancer colorectal Ressources canadiennes pour les patients Recherches courantes et avenir du traitement Où se faire aider

4 Le cancer colorectal : Guide de traitement personnalisé à l intention des patients Introduction Le present document, intitulé Le cancer colorectal Guide de traitement personnalisé à l intention des patients, a pour objet de vous aider à mieux comprendre le cancer colorectal (CCR), son diagnostic, les choix de traitement qui s offrent à vous et les stratégies à mettre en œuvre pour faire face à votre maladie tout en conservant votre bien-être. Il vous indique aussi où vous adresser pour trouver de l aide. La Section sur le traitement personnalisé marquée d un code de couleur offre des renseignements sur différentes associations de chimiothérapie et de thérapie ciblée utilisées pour traiter le CCR. Le guide fait également le point sur l état des recherches concernant le CCR et sur les thérapies d avenir. Pour votre commodité, un Glossaire a été inséré à la fin du guide pour vous aider à comprendre la terminologie médicale utilisée. Les mots en italiques renvoient au Glossaire. Le contenu de ce guide a été examiné et approuvé de manière indépendante par des experts médicaux qualifiés compétents. Données de base : Statistiques concernant le cancer colorectal Le CCR est la deuxième cause de mortalité par cancer au Canada autant chez les hommes que chez les femmes. Le CCR est un facteur important de décès chez les hommes et chez les femmes. On estime que, cette année, Canadiennes et Canadiens recevront un diagnostic de CCR et que en mourront. Plus de la moitié de tous les nouveaux cas de CCR seront diagnostiqués parmi des personnes de 70 ans et plus. On estime que : femmes recevront un diagnostic de CCR et mourront de ce cancer hommes recevront un diagnostic de CCR et mourront de ce cancer. En moyenne, 426 Canadiennes et Canadiens recevront un diagnostic de CCR toutes les semaines. En moyenne, 171 Canadiennes et Canadiens mourront de CCR toutes les semaines. Quels sont les risques de présenter un CCR ou d en mourir? 1-3 Chez les hommes : 1 sur 14 présentera un CCR pendant sa vie et 1 sur 27 en mourra. Chez les femmes : 1 sur 15 présentera un CCR pendant sa vie et 1 sur 31 en mourra. De façon générale, le cancer colorectal est la deuxième cause de mortalité due au cancer au Canada. Le nombre de décès dus au CCR continue à diminuer autant chez les hommes que chez les femmes suite à l amélioration des traitements, particulièrement de la chimiothérapie. Le dépistage peut réduire le risque d apparition du CCR et de décès dus au CCR. Qu est-ce que le cancer colorectal? On appelle cancers colorectaux (CCR) les cancers qui se forment dans les cellules qui tapissent l intérieur du côlon (la partie la plus longue du gros intestin) et du rectum (les derniers centimètres du gros intestin avant l anus). Le côlon et le rectum constituent le gros intestin, qui est la dernière partie du système digestif. Le système digestif, qui est constitué de l œsophage, de l estomac, de l intestin grêle et du gros intestin, extrait et transforme les substances nutritives (vitamines, sels minéraux, sucres, graisses et protéines) présentes dans les aliments, et facilite l élimination des déchets de l organisme. 2,4 Ce qu il est important de savoir au sujet du CCR, c est qu il débute habituellement par une tumeur précancéreuse appelée polype et qu il se développe lentement, habituellement de façon prévisible. Le dépistage permet donc de le prévenir et il est souvent possible de le guérir s il est diagnostiqué à temps. 2 Le dépistage du CCR peut réduire à la fois la maladie et les décès. Le CCR se développe de façon prévisible et il est souvent possible de le guérir s il est diagnostiqué à temps

5 Le traitement du CCR dépendra essentiellement du stade qu il a atteint. C est en prenant compte du stade et du grade du cancer que vous pourrez décider avec votre équipe médicale du traitement le plus 1-2, 3-5 approprié. Stades et grades du cancer colorectal Une fois le diagnostic de CCR posé, le cancer est habituellement désigné par un stade et un grade. Les stades du CCR décrivent la taille de la tumeur, à quelle profondeur elle a pénétré dans la paroi du côlon ou du rectum et si le cancer s est propagé aux ganglions lymphatiques ou à d autres endroits 1-2, 4-5 du corps au-delà du lieu où il est d abord apparu. Les 5 stades du CCR sont les suivants : Stade Description 0 Les cellules anormales sont localisées dans le revêtement interne (muqueuse) du côlon ou du rectum. Ces cellules peuvent devenir cancéreuses et se propager. Le stade 0 du CCR est aussi appelé carcinome in situ. I II III IV La tumeur (cancer) s est propagée dans la paroi interne du côlon ou du rectum mais ne l a pas traversée. La tumeur (cancer) s est propagée plus profondément dans la paroi du côlon ou du rectum ou l a traversée, et elle peut envahir les tissus environnants, mais elle n a pas atteint les ganglions lymphatiques. Le cancer a atteint les ganglions lymphatiques proches, mais ne s est pas propagé à d autres parties du corps. Le cancer s est propagé à d autres parties du corps comme le foie ou les poumons. Source de l illustration : C3Life.com, un site Web parrainé par Hollister Incorporated On appelle récidive un cancer qui a été traité et est réapparu plus tard sans pouvoir être détecté. Le cancer peut 1-2, 4-5 réapparaître dans le côlon ou le rectum, ou dans une autre partie du corps. En plus du stade du cancer, il est également utile de déterminer son grade. Pour déterminer le grade d un cancer, on examine un prélèvement de biopsie au microscope. On détermine le grade en comparant l apparence et le comportement des cellules cancéreuses à ceux de cellules normales, ce qui permet au médecin d évaluer la rapidité 1-2, 4-5 de la croissance du cancer. Le cancer colorectal a trois grades : Grade Description 1 (Bas) La croissance du cancer est lente; on dit également que le cancer est bien différencié. 2 (Modéré) La croissance du cancer est intermédiaire; on parle aussi de différenciation intermédiaire. 3 (Haut) La croissance du cancer est plus rapide; le cancer est alors dit peu différencié. Quels sont les choix de traitements? Votre traitement dépendra de votre état de santé général, ainsi que du type, du stade et du grade du cancer. Pour le cancer colorectal, votre traitement pourrait comprendre une combinaison de chirurgie, de radiothérapie, de chimiothérapie et de thérapie ciblée. En concertation avec votre équipe de professionnels de la santé, vous choisirez les traitements qui vous conviendront le mieux. Vous serez peut-être invité(e) à prendre part à un essai clinique pour évaluer de nouvelles options ou associations de traitement. 1-2 Le traitement du cancer colorectal comprend une ou plusieurs des approches suivantes : Choix de traitement : Chirurgie La chirurgie constitue le principal traitement du CCR. On a recours à la chirurgie pour soigner le cancer aux stades précoces en retirant complètement la tumeur et les tissus affectés. Il arrive qu une intervention chirurgicale soit proposée à des personnes dont les tumeurs ont récidivé dans le bassin ou se sont propagées dans le foie ou les poumons. On peut aussi avoir recours à la chirurgie pour les personnes dont le cancer ne peut pas être entièrement éliminé, aux fins de soulagement des symptômes de la maladie. 1-2 Ce sont la taille de la tumeur et son emplacement (l endroit de l intestin où elle se situe) qui déterminent le type de chirurgie qui convient à chaque personne. 1-2 Différentes interventions chirurgicales sont pratiquées pour retirer les tumeurs en fonction de leur taille, de leur emplacement, de la profondeur à laquelle elles ont pénétré dans la paroi du côlon ou du rectum, et de la longueur du segment du côlon ou du rectum qui doit être retirée. Pour l ablation des petits cancers précoces comme les polypes cancéreux, un tube (une sonde) est inséré dans le rectum, alors que, pour l ablation de tumeurs plus grosses, il est généralement nécessaire de retirer la portion d intestin où se trouve le cancer. Si un segment d intestin est enlevé, les parties restantes saines de l intestin sont recousues ensemble. Si cela ne peut pas être fait immédiatement, on pratique parfois une colostomie temporaire qui consiste à faire une ouverture dans l abdomen et d y amener le côlon pour le faire déboucher à l extérieur du corps. Cela permet à l organisme d évacuer directement les déchets du côlon, 4 5

6 à travers l ouverture pratiquée dans la peau, dans un sac qui peut être vidé régulièrement. Chaque personne étant différente, la colostomie peut être permanente pour certaines, alors que d autres n en auront besoin qu en attendant la guérison du site de l opération et, après 2 ou 3 mois, la colostomie pourra être supprimée (ou inversée). Votre équipe de professionnels de la santé vous apprendra à gérer la colostomie pour vous permettre de poursuivre vos activités quotidiennes. 1-2 Pour certains patients dont le CCR s est propagé de façon limitée, seulement au foie, par exemple, une chirurgie spécialisée, appelée résection d une section du foie en cas de métastases hépatiques d origine colorectale, peut être une possibilité pour éliminer les métastases hépatiques si elles sont petites ou en nombre réduit. 1-2 Jusqu à 30 pour cent des patients peuvent être guéris si les métastases hépatiques peuvent être entièrement retirées. 6 Choix de traitement : Radiothérapie On peut avoir recours à deux types de radiothérapie : la radiothérapie externe et, occasionnellement, la curiethérapie ou brachythérapie. Dans la radiothérapie externe, le faisceau de rayons est dirigé sur la tumeur. Dans la curiethérapie, l élément radioactif est placé à l intérieur de la tumeur, ce qui 1-2, 7-11 permet de traiter le cancer de façon très focalisée. Au cours d une radiothérapie, des doses élevées d un type spécial d énergie (sous forme de rayonnements) sont dirigées vers l endroit où le cancer se développe dans le but de détruire les cellules en rendant impossibles leur croissance et leur division. La radiothérapie détruit les cellules cancéreuses dont la croissance est incontrôlable, mais elle peut également endommager les cellules saines environnantes. Heureusement, les cellules saines sont capables de se régénérer après la fin de la thérapie. 1-2,7-11 La radio-chimiothérapie (aussi appelée chimioradiation) est une chimiothérapie (généralement 5-FU ou capécitabine) associée à une radiothérapie. Ce traitement est utilisé avant la chirurgie en cas de cancer du rectum pour améliorer les chances de contrôle de la tumeur et réduire les récidives locales (retour du cancer). 1-2,7-11 Bien que la radio-chimiothérapie soit le traitement standard au Canada, tous les patients qui présentent un cancer du rectum n y sont pas jugés aptes avant la chirurgie. Par exemple, les patients chez qui les thérapies associées risquent de provoquer des effets secondaires graves susceptibles de mettre en cause le succès de la chirurgie sont généralement exclus et sont uniquement soumis à des rayonnements sous forme de fractionnement standard ou de radiothérapie de courte durée. 10 Deux choix sont offerts au Canada en matière de radiothérapie : courte durée (25 Gy administrés en cinq fractions) et longue durée (45 Gy administrés en 25 fractions). 8, La radiothérapie de courte durée seule (25 Gy en cinq fractions) et la radiothérapie de longue durée (45 50 Gy en fractions) associée à la chimiothérapie se sont avérées efficaces pour réduire le risque de récidive locale du cancer du rectum. 14 On a rarement recours à la radiothérapie pour le cancer du côlon parce que le côlon est assez mobile et les cancers, même superficiels, ont tendance à s écarter des structures avoisinantes et le risque local de contamination par le cancer est faible. L intestin grêle est également proche, ce qui limite encore le type et la dose de rayonnements qui pourraient être nécessaires. 1-2 C est l inverse pour le rectum, où une propagation locale peut facilement contaminer la paroi pelvienne latérale. De plus, l intestin grêle est à une distance de sécurité. Cela signifie que le radio-oncologue peut envoyer de fortes doses de rayonnements anticancéreux de façon plus sécuritaire pour les cancers du rectum, que ce soit avant ou après une chirurgie. La décision d un recours à la radiothérapie est généralement prise suite à l analyse pathologique détaillée du cancer du rectum. 1-2 Les effets secondaires consécutifs à une radiothérapie sont une sensation d être plus fatigué qu à l ordinaire, occasionnellement une diarrhée et, parfois, un changement au niveau de la peau qui peut devenir rouge ou sensible au toucher à l endroit où le traitement a été appliqué. Ces effets secondaires sont temporaires et disparaissent normalement après la période de traitement, lorsque les cellules normales ont eu le temps de se régénérer, en général en une ou deux semaines. 1-2 Choix de traitement : Chimiothérapie Des médicaments sont habituellement utilisés pour traiter les différents stades du CCR. On appelle chimiothérapie l administration de médicaments anticancéreux (médicaments chimiothérapeutiques) qui sont injectés d ordinaire par piqûre ou par perfusion intraveineuse, ou parfois en pilule, pour détruire les cellules cancéreuses. 1-2,4-5 Bien que les médicaments chimiothérapeutiques agissent en détruisant les cellules cancéreuses et en empêchant leur croissance et leur prolifération, ils endommagent aussi des cellules saines, et peuvent provoquer des effets secondaires. Cependant, l atteinte des cellules saines est temporaire; elles se régénèrent d elles-mêmes une fois le 1-2, 4-5 traitement terminé. Les effets secondaires possibles sont les nausées, les vomissements, les aphtes (stomatite ou mucite), c est-à-dire une inflammation de la muqueuse buccale, la perte d appétit, la fatigue, l alopécie (perte des cheveux), la diarrhée, la neurotoxicité, le risque accru d infection et le saignement. Votre équipe médicale surveillera attentivement tout effet secondaire et vous prescrira des médicaments efficaces pour en réduire les symptômes. 1-2,4-5 Le traitement chimiothérapeutique peut être administré avant ou après la chirurgie, ou les deux. On trouvera dans le tableau ci-dessous une description de différents types de chimiothérapie (néoadjuvante, adjuvante et palliative) : 1-2,4-5 Choix du moment pour la chimiothérapie Avant la chirurgie Chimiothérapie néoadjuvante/ chimioradiation Après la chirurgie Chimiothérapie adjuvante Chimiothérapie palliative Objectif Administrée avant la chirurgie (préopératoire) pour réduire la taille de la tumeur et limiter la propagation locale. La chimioradiation est une association de chimiothérapie et de radiothérapie pour réduire une tumeur rectale. Administrée après la chirurgie (post-opératoire) pour détruire les cellules cancéreuses microscopiques restant après l opération et aider à réduire le risque de récidive du cancer. Administrée pour aider à ralentir et à contrôler le cancer lorsqu il s est propagé à des organes distants. L objectif est de réduire les symptômes et de prolonger la vie, mais, en dernière analyse, le cancer est incurable. 6 7

7 Comme avec tous les traitements chimiothérapeutiques, il y a un risque d effets secondaires. Comme chaque patient réagit différemment, ces effets ne sont pas toujours les mêmes. Votre équipe de professionnels de la santé vous aidera à faire face aux effets secondaires s ils apparaissent. 1-2,4-5 Si la résection chirurgicale des métastases hépatiques réussit, une chimiothérapie additionnelle est habituellement recommandée après l intervention (ce qu on appelle parfois une chimiothérapie pseudo-adjuvante) Dans certains cas, une chimiothérapie peut être recommandée avant une chirurgie du foie si le cancer est limité au foie. On peut avoir recours à cette méthode dans le cas des patients qui représentent un cas limite pour la chirurgie à cause de la taille ou de l emplacement des métastases hépatiques. L intervention chirurgicale a plus de chances de réussir après que la taille des métastases du CCR a été réduite par la chimiothérapie. 15,16 Les types de médicaments chimiothérapeutiques et, évidemment, les doses administrées et le calendrier des prises varient d un patient à l autre; c est pourquoi le plan de traitement dépend de votre situation individuelle. 1-2,4-5 On trouvera dans la Section sur le traitement personnalisé du présent guide une description de toutes les associations existantes de chimiothérapie ou de thérapie ciblée, ou d une combinaison des deux, pour le traitement des différents stades du CCR. Les médicaments chimiothérapeutiques les plus utilisés pour traiter le CCR sont le fluorouracil (5-FU) et le leucovorin (LV ou acide folinique) qui est ajouté au 5-FU pour en augmenter l efficacité. Le 5-FU est utilisé depuis de nombreuses années et son efficacité est démontrée. Parmi les autres médicaments utilisés pour traiter le CCR, il faut citer l oxaliplatine, l irinotécan, la capécitabine (5-FU par voie orale), le bévacizumab (BEV), le cétuximab et le panitumumab. À part la capécitabine, qui est une pilule administrée par voie orale, tous les médicaments chimiothérapeutiques sont administrés dans une veine (injection ou perfusion intraveineuse) au moyen d une pompe. Le système de perfusion intraveineuse continue requiert que l on dote le patient d un cathéter veineux central (accès à une veine) grâce soit à un port-a-cath, qui est un système d accès vasculaire implanté par chirurgie sous la peau et relié à l un des grands vaisseaux sanguins de la poitrine, soit à un cathéter central inséré par voie périphérique qui est introduit dans une veine du bras. La perfusion de 5-FU est alors effectuée avec une pompe chimiothérapeutique portable (ce qu on appelle un infuseur) à domicile. Cette pompe est très petite et peut se mettre dans un sac que l on porte autour de la taille. 1-2,4-5,15 Il y a plusieurs choix de chimiothérapie aussi bien pour le CCR primitif que pour le CCR avancé ou métastatique. La décision est prise en concertation avec votre oncologue médical de façon à adapter le traitement à votre situation particulière. 1-2,4-5 En cas de cancer primitif du côlon Chez les personnes à risqué élevé de récidive (cancer du côlon de stade 3 et de stade 2 à risque élevé) Chez les personnes qui ne tolèrent pas le schéma posologique du protocole FOLFOX En cas de CCR avancé ou métastatique Associations chimiothérapeutiques les plus utilisées pour traiter le CCR avancé ou métastatique En cas d échec des traitements chimiothérapeutiques précédents Chimiothérapie L association chimiothérapeutique la plus utilisée en thérapie adjuvante est le FOLFOX : LV (acide folinique) (Leucovorin ), fluorouracil (5-FU, Adrucil ), oxaliplatine (Eloxatin ) administré par voie intraveineuse toutes les deux semaines pour un total prévu de 12 traitements. La capécitabine (Xeloda ) (il s agit de 5-FU en pilules administrées par voie orale deux fois par jour pendant 2 semaines sur 3, pour un traitement total de 24 semaines. 1. FOLFOX: LV (acide folinique) (Leucovorin ), fluorouracil (5-FU, Adrucil ), oxaliplatine (Eloxatin ) +/- BEV 2. FOLFIRI: LV (acide folinique) (Leucovorin ), fluorouracil (5-FU, Adrucil ), irinotécan (Camptosar, CPT-11); +/- BEV 3. Capécitabine (Xeloda ) prise à la place des associations à base de 5-FU +/- BEV Le cétuximab (Erbitux ), un type de thérapie ciblée, peut être pris seul ou en association avec l irinotécan pour le traitement des CCR métastatiques avec un gène KRAS non muté (type sauvage). Les médicaments chimiothérapeutiques entravent la capacité des cellules à croissance rapide (comme les cellules cancéreuses) de se diviser ou de se multiplier. Comme la plupart des cellules normales du corps d une personne adulte ne sont pas en croissance active, elles sont moins atteintes par la chimiothérapie, à l exception des cellules de la moelle épinière (où les globules sanguins sont fabriqués), des cheveux et des muqueuses du tube digestif. L application de la chimiothérapie sur ces tissus et d autres tissus normaux peut provoquer des effets secondaires tels que nausées, chute des cheveux et fatigue. 1-2,4-5 Deuxième ou troisième choix en cas d échec des autres possibilités de traitement Le panitumumab (Vectibix ), un type de thérapie biologique ciblée de la même catégorie que le cétuximab, est également utilisé pour les personnes porteuses d un gène KRAS non muté en cas d échec des traitements contenant des fluoropyrimidines, de l oxaliplatine ou de l irinotécan. Toutes les chimiothérapies existantes soit seules, soit en association pour le traitement des différents stades du CCR, sont décrites dans la Section sur le traitement personnalisé du présent guide. 8 9

8 Choix de traitement : Thérapie ciblée Panitumumab (Vectibix MD ) On trouvera dans la Section sur La thérapie ciblée est une autre méthode qui peut aider à traiter le CCR. Les médicaments utilisés dans le cadre de la thérapie ciblée ont pour but de combattre et d attaquer les cellules cancéreuses sans nuire aux cellules normales. La thérapie aux anticorps monoclonaux est une forme de thérapie Le panitumumab (Vectibix MD ) agit, comme le cétuximab, en ciblant l EGFR. Le panitumumab est habituellement utilisé pour les CCR métastatiques suite à l échec des autres médicaments. Comme le cétuximab, le panitumumab n est efficace que pour les tumeurs qui ne présentent le traitement ciblée utilisée pour traiter le CCR. Elle fait appel à des anticorps fabriqués en laboratoire à partir d un seul type de cellule du système immunitaire. Ces anticorps peuvent trouver des substances sur les pas de mutation précise du gène KRAS. On trouvera davantage de renseignements sur les tests biomarqueurs dans la section du présent guide intitulée Tests biomarqueurs. 15,20 personnalisé du présent guide une description de toutes les associations existantes de chimiothérapie qui utilisent le bévacizumab, le cétuximab et le panitumumab pour le traitement des différents stades du CCR. cellules cancéreuses ou des substances normales susceptibles de favoriser la croissance des cellules cancéreuses, se lier à ces substances et détruire les cellules cancéreuses, bloquer leur croissance ou les empêcher de se propager. 1-2,4-5 Les médicaments de thérapie ciblée les plus couramment utilisés sont le bévacizumab (Avastin ), le cétuximab (Erbitux ) et le panitumumab (Vectibix 17,19, 20 ), qui sont tous des anticorps monoclonaux. Bévacizumab (Avastin ) Le bévacizumab (Avastin ) est l un de médicaments utilisés dans le cadre de la thérapie ciblée pour le traitement du cancer métastatique du côlon et du rectum. Le bévacizumab cible le facteur de croissance endothélial vasculaire (VEGF), l une des principales protéines (substances) fabriquées par les cellules qui contribuent à la formation des vaisseaux sanguins nécessaires à la croissance des petites tumeurs. Le VEGF est un facteur important de l alimentation sanguine qui permet à une tumeur en croissance de se développer et de se propager. Le bévacizumab agit en se liant au VEGF et en empêchant les vaisseaux sanguins d atteindre la tumeur. Sans alimentation en sang, la tumeur périt. Le bévacizumab améliore également l action des agents chimiothérapeutiques en favorisant l acheminement de ces médicaments directement vers la tumeur. Le bévacizumab est généralement administré en association avec d autres médicaments, comme le 5-FU, l oxaliplatine, l irinotécan et la capécitabine. 17,18 Cétuximab (Erbitux ) Le cétuximab (Erbitux ) agit en ciblant une protéine appelée récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR) sur la cellule cancéreuse. L EGFR est présent dans environ 80 pour cent des CCR. L EGFR favorise la croissance et la survie des cellules cancéreuses en leur transmettant des signaux. Le cétuximab se lie à ces récepteurs, ce qui inhibe le signal de transmission aux cellules cancéreuses et provoque leur mort. Le cétuximab s est avéré agir même en l absence d EGFR dans une tumeur donnée. Le cétuximab n agit pas sur tous les patients. L efficacité du traitement au cétuximab varie suivant que la tumeur présente ou non un gène KRAS qui a subi une mutation. Si la tumeur présente un gène KRAS muté, le cétuximab n est pas efficace. Si la tumeur présente un gène KRAS non-muté, le cétuximab peut agir. Le cétuximab peut être pris seul ou en association avec d autres médicaments comme l irinotécan. 2,15,19 On trouvera davantage de renseignements sur les tests biomarqueurs dans la section du présent guide intitulée Tests biomarqueurs. Tests biomarqueurs Le CCR est l un des cancers les plus souvent diagnostiqués. Les progrès scientifiques récents sur le traitement à lui appliquer ont énormément amélioré les chances de survie. Une meilleure compréhension des gènes appelés KRAS et BRAF, en particulier, a amené les chercheurs à mettre au point une méthode qui permet de personnaliser le traitement de certaines personnes présentant un CCR métastatique. 21 KRAS et BRAF sont des biomarqueurs, aussi appelés marqueurs moléculaires. Ce sont des molécules biologiques trouvées dans le sang et d autres liquides ou tissus organiques qui indiquent si un processus est normal ou anormal, ou signalent une pathologie ou une maladie. On peut faire l analyse d un biomarqueur particulier pour voir comment l organisme réagit au traitement d une maladie ou d une pathologie. C est ce qu on appelle un test biomarqueur. 4 Les tests biomarqueurs représentent une forme de médecine personnalisée qui est à l opposé de la méthode du «traitement unique» qui était utilisée avant la découverte des biomarqueurs. Selon l ancienne méthode, tous les patients présentant le même type et stade de CCR recevaient le même traitement. La découverte des biomarqueurs a permis de modifier cette approche, et les chercheurs savent maintenant qu il n y a pas deux tumeurs semblables. Les renseignements concernant votre tumeur particulière pourront aider les médecins à décider du traitement qui aura le plus de chances de réussir pour vous. 21 Mutations de KRAS et BRAF Les chercheurs ont découvert que, chez environ 40 pour cent des personnes qui présentent un CCR, le gène KRAS a subi une mutation (ou a changé). Les autres 60 pour cent ont un gène KRAS non muté (également appelé de type sauvage). Un test biomarqueur, aussi appelé analyse des mutations du gène KRAS ou «analyse KRAS», peut être effectué sur un échantillon prélevé lors d une chirurgie sur un tissu des tumeurs pour indiquer si la tumeur présente cette mutation. 21 Toutes les personnes qui présentent un CCR métastatique sont invitées à pratiquer une analyse KRAS. Si une mutation KRAS est découverte, la tumeur ne doit pas être traitée au cétuximab (Erbitux ) ni au panitumumab (Vectibix MD ). Ces médicaments n agissent pas sur les tumeurs qui présentent la mutation KRAS. Cependant, les personnes avec une tumeur qui exprime un gène KRAS non muté (aussi appelé type sauvage) ne répondent pas non plus toutes positivement à un Parlez à votre médecin des tests biomarqueurs pour trouver le traitement qui vous convient. traitement au cétuximab ou panitumumab. D autres marqueurs de tumeur peuvent être présents pour indiquer quels seront les meilleurs traitements pour ces personnes, et la recherche se poursuit. 21,

9 Les médicaments, leur posologie et le calendrier des prises variant d une personne à l autre, votre médecin décidera du plan de traitement qui vous conviendra le mieux. Les effets secondaires seront différents selon le type de traitement. N hésitez pas à consulter les professionnels de votre équipe de santé si vous avez des questions. Bien que l absence de mutation d un gène KRAS puisse prédire qu une personne répondra positivement à un traitement au cétuximab ou au panitumumab, toutes les personnes avec un gène KRAS non muté (aussi appelé type sauvage) ne répondent pas nécessairement à un traitement fondé sur ces médicaments. Environ 5 à 9 pour cent des CCR présentent une mutation d un autre gène appelé BRAF Le gène BRAF code une protéine appelée BRAF qui agit en envoyant des signaux aux cellules et favorise leur croissance. Ce gène peut être muté (modifié) dans de nombreux types de cancer, ce qui cause une modification de la protéine BRAF et peut favoriser la croissance et la propagation (métastase) des cellules cancéreuses. 4 Les personnes dont la tumeur présente une mutation BRAF peuvent également ne pas répondre à un traitement au cétuximab ou au panitumumab. On peut envisager une analyse BRAF, mais cela n est pas encore recommandé comme un test standard chez toutes les personnes qui présentent un CCR Choix de traitement : Thérapie HiPEC (ou CHIP) La thérapie HiPEC (Hyperthermic Intraperitoneal Chemotherapy) est appelée en français CHIP (chimiothérapie hyperthermique intra-péritonéale), mais elle est plus connue sous son nom anglais. Il s agit d un choix de traitement chirurgical hautement spécialisé utilisé pour certaines personnes dont le cancer s est propagé aux surfaces de la cavité péritonéale (abdominale) (et nulle part ailleurs) et qui sont difficiles à traiter avec les autres thérapies existantes. Le traitement est administré dans la cavité abdominale et la solution contenant la chimiothérapie est préchauffée à une température supérieure à la température normale du corps. 24 Avant de pratiquer l HiPEC, le chirurgien enlève toutes les tumeurs visibles qui peuvent être retirées de la cavité abdominale. Après l intervention, alors que le patient est encore dans la salle d opération, le chirurgien administre le traitement HiPEC. Pour ce faire, il applique, de façon continue, une solution chauffée contenant un médicament chimiothérapeutique dans toute la cavité péritonéale, pendant un maximum de deux heures (habituellement entre 30 et 90 minutes suivant les médicaments utilisés). La thérapie HiPEC a pour objet d aider à détruire les cellules cancéreuses qui risquent d être restées après la chirurgie. 24 Cette intervention permet aussi d améliorer l absorption et l effet des médicaments avec une exposition minimale au reste du corps, ce qui aide à éviter les effets secondaires habituels de la chimiothérapie. L oxaliplatine et la mitomycine C font partie des médicaments qui peuvent être utilisés dans le cadre de l HiPEC. La technique HiPEC ne devrait être pratiquée que dans des centres spécialisés dans ce type d intervention et les patients doivent être examinés par une équipe multidisciplinaire avant que le traitement ne soit envisagé. 24 Section sur le traitement personnalisé Introduction : Association de chimiothérapie et de thérapie ciblée La Section sur le traitement personnalisé du présent guide décrit tous les choix de chimiothérapie et de thérapie ciblée disponibles, seules ou en association, pour traiter le CCR. Cette section a pour objet d aider les patients à trouver directement des renseignements précis sur la chimiothérapie, seule ou en association avec la thérapie ciblée, utilisée dans leur traitement. Pour aider les lecteurs à s y retrouver dans cette section, chaque association de médicaments est codée d une couleur différente, ce qui permet de trouver facilement la section recherchée et d y revenir en s aidant simplement de la couleur qui y a été assignée. Les associations suivantes de chimiothérapie ou de thérapie ciblée, ou des deux, sont décrites dans cette section : FOLFOX-4 FOLFOX-6 modifié FOLFOX-6 FOLFOX (tous) + bévacizumab FOLFOX (tous) + cétuximab FOLFIRI FOLFIRI + bévacizumab FOLFIRI + cétuximab 5-FU/LV CAPÉCITABINE CAPOX/XELOX CAPOX/XELOX + bévacizumab IROX IRINOTÉCAN + cétuximab CÉTUXIMAB PANITUMUMAB CAPÉCITABINE + bévacizumab FOLFOXIRI FOLFOXIRI + bévacizumab Les effets secondaires des associations de chimiothérapie et de thérapie ciblée utilisées pour traiter le CCR dépendent des médicaments, de leur posologie et du calendrier des prises. IXO 12 13

10 5-FU/Leucovorin/Oxaliplatine (FOLFOX-4) Le FOLFOX-4 est l une de plusieurs associations chimiothérapeutiques qui incluent le 5-fluorouracil (5-FU), le leucovorin (LV ou acide folinique) et l oxaliplatine. Le calendrier du traitement FOLFOX diffère suivant la posologie et le calendrier des prises de chaque médicament et comprend le FOLFOX-4, le FOLFOX-6, le FOLFOX-6 modifié, ou d autres L association Oxaliplatine plus 5-FU et LV, ou FOLFOX-4, est utilisée pour le traitement adjuvant des patients au stade II ou III du cancer du côlon après qu une intervention a été pratiquée pour enlever la tumeur, et pour les CCR métastatiques. 27 Le FOLFOX-4 est administré dans une veine (injection ou perfusion intraveineuse). 27 Le FOLFOX-4 est administré toutes les deux semaines. Chaque personne étant différente, c est votre médecin qui décidera de la meilleure posologie en ce qui vous concerne. 27 Calendrier du traitement FOLFOX-4 27,28 Jour 1 Jour 2 Association FOLFOX-4 Oxaliplatine + LV : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 2 heures suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures LV : perfusion i.v. pendant 2 heures suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures Quels sont les effets secondaires possibles? Alopécie Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Hépatotoxicité Hypersensibilité Nausées/vomissements Neurotoxicité/neuropathie Neutropénie Thrombocytopénie Une fois toutes les 2 semaines pendant 12 cycles pour le traitement adjuvant. En cas de traitement métastatique, le calendrier dépend de la réponse ou de la tolérance à la thérapie. lors de votre traitement au FOLFOX 4. FOLFOX

11 5-FU modifié/leucovorin/ Oxaliplatine (FOLFOX-6 modifié) Calendrier du traitement FOLFOX 6 modifié 30 Jour 1 Jour 2 Association FOLFOX-6 modifié Oxaliplatine + LV : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 2 heures suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 24 heures Une fois toutes les 2 semaines pendant 12 cycles pour le traitement adjuvant. En cas de traitement métastatique, le calendrier dépend de la réponse ou de la tolérance à la thérapie. Le FOLFOX-6 modifié est l une de plusieurs associations chimiothérapeutiques qui incluent le 5-fluorouracil (5-FU), le leucovorin (LV ou acide folinique) et l oxaliplatine. Le calendrier du traitement FOLFOX diffère suivant la posologie et le calendrier des prises de chaque médicament et comprend le FOLFOX-4, le FOLFOX-6, le FOLFOX-6 modifié, ou d autres L association Oxaliplatine plus 5-FU et LV, ou FOLFOX-6 modifié, est utilisée pour le traitement adjuvant des patients au stade II ou III du cancer du côlon après qu une intervention a été pratiquée pour enlever la tumeur, et pour les CCR métastatiques Le FOLFOX-6 modifié est administré dans une veine (injection ou perfusion intraveineuse) Le FOLFOX-6 modifié est administré une fois toutes les deux semaines. Chaque personne étant différente, c est votre médecin qui décidera de la meilleure posologie en ce qui vous concerne Quels sont les effets secondaires possibles? Alopécie Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Hépatotoxicité Hypersensibilité Nausées/vomissements Neurotoxicité/neuropathie Neutropénie Thrombocytopénie lors de votre traitement au FOLFOX-6 modifié. FOLFOX-6 modifié 16 17

12 5-FU/Leucovorin/Oxaliplatine (FOLFOX-6) Calendrier du traitement FOLFOX-6 31 Jour 1 Association FOLFOX-6 Oxaliplatine + LV : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 2 heures suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures Une fois toutes les 2 semaines Jour 2 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 24 heures Le FOLFOX-6 est l une de plusieurs associations chimiothérapeutiques qui incluent le 5-fluorouracil (5-FU), le leucovorin (LV ou acide folinique) et l oxaliplatine. Le calendrier du traitement FOLFOX diffère suivant la posologie et le calendrier des prises de chaque médicament et comprend le FOLFOX-4, le FOLFOX-6, le FOLFOX-6 modifié, ou d autres L association Oxaliplatine plus 5-FU et LV, ou FOLFOX-6, est utilisée pour le traitement des patients qui présentent un CCR métastatique. 31 Le FOLFOX-6 est administré dans une veine (injection ou perfusion intraveineuse). 31 Le FOLFOX-6 est administré en association toutes les deux semaines. Chaque personne étant différente, c est votre médecin qui décidera de la meilleure posologie en ce qui vous concerne. 31 Quels sont les effets secondaires possibles? Alopécie Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Hépatotoxicité Hypersensibilité Nausées/vomissements Neurotoxicité/neuropathie Neutropénie Thrombocytopénie lors de votre traitement au FOLFOX-6. FOLFOX

13 5-FU/Leucovorin/Oxaliplatine + bévacizumab (FOLFOX (tous) + bévacizumab) Calendrier du traitement FOLFOX (tous) + bévacizumab Jour 1 Association FOLFOX (tous) + bévacizumab Bévacizumab BEV : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 30 à 90 minutes suivie par Une fois toutes les 2 semaines Le FOLFOX est l une de plusieurs associations chimiothérapeutiques qui incluent le 5-fluorouracil (5-FU), le leucovorin (LV ou acide folinique) et l oxaliplatine. Le calendrier du traitement FOLFOX diffère suivant la posologie et le calendrier des prises de chaque médicament et comprend le FOLFOX-4, le FOLFOX-6, le FOLFOX-6 modifié, ou d autres. Le bévacizumab (BEV) peut être ajouté à n importe quelle association FOLFOX Lorsqu il est ajouté au FOLFOX (tous), BEV permet d augmenter les chances de réponse de la tumeur au traitement et de prolonger la survie, par comparaison avec les traitements sans bévacizumab. BEV en association avec FOLFOX est recommandé dans la plupart des cas de traitement de première et de deuxième intention des CCR métastatiques. 15 L association Oxaliplatine plus 5-FU et LV, ou FOLFOX (tous), en association avec BEV, est utilisée comme traitement de première et de deuxième intention des CCR métastatiques. 32 Le traitement FOLFOX (tous) + BEV est administré dans une veine (injection ou perfusion intraveineuse). 32 Le traitement FOLFOX (tous) + BEV est administré toutes les deux semaines. Chaque personne étant différente, c est votre médecin qui décidera de la meilleure posologie en ce qui vous concerne Jour 2 * FOLFOX Oxaliplatine : perfusion i.v. pendant 2 heures LV : perfusion i.v. pendant 2 heures suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures * Le traitement du Jour 2 varie suivant l association FOLFOX. Quels sont les effets secondaires possibles? Abcès abdominal Alopécie Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Complications de cicatrisation de la plaie Hépatotoxicité Hypersensibilité Hypertension Nausées/vomissements Neurotoxicité/neuropathie Neutropénie Perforation gastro-intestinale Protéinurie Thrombocytopénie Thromboembolie artérielle lors de votre traitement au FOLFOX (tous) + bévacizumab. FOLFOX (tous) + bévacizumab 20 21

14 5-FU/Leucovorin/Oxaliplatine + cétuximab (FOLFOX (tous) + cétuximab) Calendrier du traitement FOLFOX (tous) + cétuximab 34 Jour 1 Association FOLFOX (tous) + cétuximab Cétuximab : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 2 heures pour la dose initiale. Ensuite, des doses hebdomadaires sont administrées pendant une heure suivies après une heure par FOLFOX Toutes les 2 semaines Le FOLFOX est l une de plusieurs associations chimiothérapeutiques qui incluent le 5-fluorouracil (5-FU), le leucovorin (LV ou acide folinique) et l oxaliplatine. Le calendrier du traitement FOLFOX diffère suivant la posologie et le calendrier des prises de chaque médicament et comprend le FOLFOX 4, le FOLFOX 6, le FOLFOX 6 modifié, ou d autres. Le cétuximab peut être ajouté à n importe quelle association FOLFOX L association FOLFOX (tous) + cétuximab est utilisée pour le traitement des personnes avec un CCR métastatique exprimant l EGFR dont la tumeur présente le gène KRAS non muté (type sauvage). 34 Le traitement FOLFOX (tous) + cétuximab est administré dans une veine (injection ou perfusion intraveineuse). 34 Le traitement FOLFOX (tous) + cétuximab est administré toutes les deux semaines. Chaque personne étant différente, c est votre médecin qui décidera de la meilleure posologie en ce qui vous concerne. 34 Jour 2* FOLFOX Oxaliplatine + LV : perfusion i.v. pendant 2 heures suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures * Le traitement du Jour 2 varie suivant l association FOLFOX. Quels sont les effets secondaires possibles? 34 Alopécie Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Hépatotoxicité Hypersensibilité Nausées/vomissements Neurotoxicité/neuropathie Neutropénie Réaction aux perfusions Réaction cutanée (éruption, acné, démangeaison, modification des ongles et réaction aux perfusions) Thrombocytopénie lors de votre traitement FOLFOX (tous) + cétuximab. FOLFOX (tous) + cétuximab 22 23

15 5-FU/Irinotécan/Leucovorin (FOLFIRI) Calendrier du traitement FOLFIRI 31 Jour 1 Association FOLFIRI LV : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 2 heures Irinotécan : perfusion i.v. pendant 90 minutes suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures Une fois toutes les 2 semaines Jour 2 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 24 heures Le FOLFIRI est une association chimiothérapeutique qui combine le 5-fluorouracil (5-FU), l irinotécan et le leucovorin (LV ou acide folinique) L association Irinotécan plus 5-FU et LV, ou FOLFIRI, peut être envisagée pour le traitement des CCR avancés ou métastatiques. 31 Le FOLFIRI est administré dans une veine (injection ou perfusion intraveineuse). 31 Le FOLFIRI est administré toutes les deux semaines. 31 Quels sont les effets secondaires possibles? 31 Alopécie Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Hypersensibilité Nausées/vomissements Neutropénie Thrombocytopénie lors de votre traitement FOLFIRI. FOLFIRI 24 25

16 5-FU/Irinotécan/Leucovorin + bévacizumab (FOLFIRI + bévacizumab) Calendrier du traitement FOLFIRI + bévacizumab 35 Jour 1 Association FOLFIRI + bévacizumab Bévacizumab BEV : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 90 minutes suivie par FOLFIRI Une fois toutes les 2 semaines Le FOLFIRI + bévacizumab est une association chimiothérapeutique qui combine le 5-fluorouracil (5-FU), l irinotécan, le leucovorin (LV ou acide folinique) et le bévacizumab (BEV) Jour 2 FOLFIRI Irinotécan : perfusion i.v. pendant 90 minutes LV : perfusion i.v. pendant 90 minutes suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 24 heures L association FOLFIRI + BEV est utilisée pour le traitement des CCR avancés ou métastatiques. 35 Le FOLFIRI + BEV est administré dans une veine (injection ou perfusion intraveineuse). 35 Le FOLFIRI + BEV est administré toutes les deux semaines. 35 Quels sont les effets secondaires possibles? 35 Abcès abdominal Alopécie Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Complications de cicatrisation de la plaie Hypersensibilité Hypertension Nausées/vomissements Neutropénie Perforation gastro-intestinale Thrombocytopénie Thromboembolie artérielle lors de votre traitement FOLFIRI + bévacizumab. FOLFIRI + bévacizumab 26 27

17 5-FU/Irinotécan/Leucovorin + cétuximab (FOLFIRI + cétuximab) Calendrier du traitement FOLFIRI + cétuximab 36 Jour 1 Association FOLFIRI + cétuximab Cétuximab : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 2 heures pour la dose initiale. Ensuite, des doses hebdomadaires sont administrées pendant 1 heure suivies après une heure par FOLFIRI Une fois toutes les 1 ou 2 semaines Le FOLFIRI + cétuximab est une association chimiothérapeutique qui combine le 5-fluorouracil (5-FU), l irinotécan, le leucovorin (LV ou acide folinique) et le cétuximab Jour 1 Jour 2 FOLFIRI Irinotécan : perfusion i.v. pendant 30 à 90 minutes suivie par LV : perfusion i.v. pendant 2 heures suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 24 heures Chez les patients qui présentent un gène KRAS de type sauvage (non muté), le cétuximab est ajouté à l association FOLFIRI pour le traitement des CCR avancés ou métastatiques. 36 Le FOLFIRI + cétuximab est administré dans une veine (injection ou perfusion intraveineuse). 36 Le FOLFIRI + cétuximab est administré toutes les deux semaines. 36 Quels sont les effets secondaires possibles? 36 Alopécie Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Hypersensibilité Nausées/vomissements Neutropénie Réaction aux perfusions Réaction cutanée (éruption, acné, démangeaison, modification des ongles et réaction aux perfusions) Thrombocytopénie lors de votre traitement FOLFIRI + cétuximab. FOLFIRI + cétuximab 28 29

18 Fluorouracil (5-FU) + leucovorin (ou acide folinique) (5-FU/LV) Le 5-FU/LV est une association chimiothérapeutique qui combine le fluorouracil (5-FU) et le leucovorin (LV ou acide folinique) Chez les patients qui ne peuvent pas tolérer une association chimiothérapeutique agressive, comme FOLFOX, XELOX ou FOLFIRI, du fait de leur âge, de leur état physique ou d autres problèmes médicaux, ce traitement représente une solution de rechange. 15 L association chimiothérapeutique 5-FU/LV est une combinaison moins toxique qui est utilisée comme traitement adjuvant chez les patients aux stades II et III du cancer du côlon après qu ils ont subi une chirurgie pour enlever la tumeur. Elle est également utilisée dans le traitement des CCR avancés ou métastatiques. 27,37 Le 5-FU/LV est administré dans une veine (injection ou perfusion intraveineuse). 27,37 Calendrier du traitement 5-FU/LV 27,37 Jour 1 Jour 2 Association 5-FU/LV LV : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 2 heures suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures LV : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 2 heures suivie par 5-FU : bolus i.v. suivi par 5-FU : perfusion i.v. continue pendant 22 heures Quels sont les effets secondaires possibles? 37 Alopécie Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Nausées/vomissements Neutropénie Thrombocytopénie Une fois toutes les 2 semaines pendant 12 cycles pour le traitement adjuvant. En cas de traitement métastatique, le calendrier dépend de la réponse ou de la tolérance à la thérapie. lors de votre traitement 5-FU/LV. Le 5-FU/LV est administré toutes les deux semaines. Chaque personne étant différente, c est votre médecin qui décidera de la meilleure posologie en ce qui vous concerne. 27,37 5-FU/LV 30 31

19 Capécitabine (CAPÉCITABINE) Calendrier du traitement à la capécitabine 39 Jours 1-14 Capécitabine Capécitabine : Comprimés avalés deux fois par jour (dose du matin et dose du soir) pendant 14 jours dans les 30 minutes qui suivent la fin du repas (déjeuner et souper) Administré en cycles de 21 jours on prend la capécitabine pendant 14 jours, on arrête pendant 7 jours et on recommence. Quels sont les effets secondaires possibles? Chez les patients qui ne peuvent pas tolérer une association chimiothérapeutique agressive comme FOLFOX, XELOX ou FOLFIRI du fait de leur âge, de leur état physique ou d autres problèmes médicaux, il existe une solution de rechange, la capécitabine, prise seule. La capécitabine donne des résultats proches du traitement intraveineux 5-fluorouracil (5-FU) plus leucovorin (LV ou acide folinique) ,38 La capécitabine appartient à la famille de médicaments appelés fluoropyrimidines (médicaments qui entravent le développement des cellules qui se divisent rapidement dans le corps, notamment les cellules cancéreuses). La capécitabine est une substance inactive par elle-même. Lorsque la capécitabine est administrée, elle se transforme à l intérieur du corps, principalement dans la tumeur (cellules cancéreuses), pour devenir le médicament habituellement utilisé pour le cancer appelé 5-FU. Chez certains patients, le 5-FU détruit les cellules cancéreuses et réduit la taille de la tumeur. 15,38 Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Nausées/vomissements Neutropénie Syndrome mains pieds Thrombocytopénie lors de votre traitement à la capécitabine. La capécitabine est utilisée comme traitement adjuvant chez les patients aux stades II et III du cancer du côlon après qu ils ont subi une chirurgie pour enlever la tumeur. On y a également recours pour le traitement des CCR avancés ou métastatiques. 38,39 La capécitabine se présente sous forme de comprimés qui sont administrés par voie orale et avalés avec de l eau. C est votre médecin qui calculera la dose. Vous devrez peut-être prendre une combinaison de comprimés de 150 mg et de 500 mg. Pour respecter la dose prescrite, il est très important que vous reconnaissiez le comprimé chaque fois que vous prenez de la capécitabine. Si vous ne prenez pas le bon comprimé, vous risquez de prendre trop de médicament ou de ne pas en prendre assez). 38 Les comprimés de capécitabine sont absorbés deux fois par jour pendant 14 jours. 38,39 CAPÉCITABINE 32 33

20 Capécitabine/Oxaliplatine (CAPOX/XELOX) Calendrier du traitement CAPOX/XELOX 40 Jour 1 Association CAPOX/XELOX Oxaliplatine : perfusion intraveineuse (i.v.) pendant 2 heures Une fois toutes les 3 semaines Jours 1-14 Capécitabine : Comprimés avalés deux fois par jour (dose du matin et dose du soir) pendant 14 jours dans les 30 minutes qui suivent la fin du repas (déjeuner et souper) Le CAPOX/XELOX est une association de deux médicaments anticancéreux : la capécitabine et l oxaliplatine Le CAPOX/XELOX est utilisé comme traitement adjuvant des CCR avancés ou métastatiques qui se sont propagée au-delà du côlon et du rectum. 40 Le CAPOX/XELOX est administré par perfusion intraveineuse d oxaliplatine suivie par l absorption orale de comprimés de capécitabine. 40 Les comprimés de capécitabine sont avalés deux fois par jour et l oxaliplatine est administrée par perfusion une fois toutes les trois semaines. 40 Quels sont les effets secondaires possibles? 40 Alopécie Anémie Aphtes (stomatite/mucite) Hépatotoxicité Nausées/vomissements Neurotoxicité/neuropathie Neutropénie Syndrome mains pieds Thrombocytopénie lors de votre traitement CAPOX/XELOX. CAPOX/XELOX 34 35

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient

À PROPOS DU. cancer colorectal. Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient À PROPOS DU cancer colorectal Les choix de traitement du cancer colorectal : guide du patient Table des matières Qu est-ce que le cancer colorectal?... 1 Les stades du cancer colorectal... 2 Quels sont

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés

2 Les traitements. Les traitements médicamenteux du cancer du sein. Informations-clés Les traitements médicamenteux du cancer du sein Ce document présente les différents traitements médicamenteux du cancer du sein. Il a pour but d aider les patientes et leurs proches à mieux comprendre:

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin

PARLONS CANCER. Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin PARLONS CANCER Cancer colorectal et maladie inflammatoire de l intestin QUELQUES DONNÉES Selon l Association canadienne du cancer colorectal, le cancer colorectal constitue la deuxième cause de décès par

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Renseignements pour les patients

Renseignements pour les patients Biopsie du ganglion lymphatique sentinelle Renseignements pour les patients Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur

Plus en détail

LE CÔLON ET LE RECTUM

LE CÔLON ET LE RECTUM LE CÔLON ET LE RECTUM LE CÔLON ET LE RECTUM Le côlon et le rectum forment ensemble le gros intestin et assurent des fonctions essentielles dans les dernières étapes de la digestion. La digestion commence

Plus en détail

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique

Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Guide d utilisation du bévacizumab (Avastin) pour le traitement du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Janvier 2006 Ce guide constitue un outil d aide

Plus en détail

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie.

Cancer Colorectal. Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage. Traitement : Chimiothérapie. Cancer Colorectal Epidémiologie Stades de la maladie Facteurs de risque Symptômes Pronostic Dépistage 1 Traitement : Chimiothérapie Thérapies ciblées Cancer Colorectal EPIDEMIOLOGIE 2 CCR 3 ème cause de

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

MONOGRAPHIE. capécitabine. Comprimés à 150 mg et à 500 mg. Antinéoplasique

MONOGRAPHIE. capécitabine. Comprimés à 150 mg et à 500 mg. Antinéoplasique MONOGRAPHIE Pr XELODA capécitabine Comprimés à 150 mg et à 500 mg Antinéoplasique Hoffmann-La Roche Limitée 7070 Mississauga Road Mississauga (Ontario) L5N 5M8 Date de révision : Le 11 décembre 2014 www.rochecanada.com

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de l estomac Janvier 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer de l estomac,

Plus en détail

Lymphome non hodgkinien

Lymphome non hodgkinien Lymphome non hodgkinien Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca LYMPHOME NON HODGKINIEN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque

Plus en détail

Quelles sont les causes de douleur pendant un cancer?

Quelles sont les causes de douleur pendant un cancer? Quelles sont les causes de douleur pendant un cancer? Les douleurs liées à la tumeur Les douleurs provoquées par les traitements du cancer 22 24 Chaque patient et chaque cancer sont différents. Les douleurs

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

La dysplasie cervicale

La dysplasie cervicale La dysplasie cervicale Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez consulter

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV)

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié.

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

Définition et Généralités

Définition et Généralités LE CANCER PRIMITIF DU COLON Docteur Jean-Baptiste Bachet, fédération des pathologies digestives, Hôpital Ambroise Paré, APHP, Boulogne Billancourt & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses CANCER DU FOIE CANCER DU FOIE Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme le foie filtre le sang de toutes les parties du corps, les

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement.

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement. Le troisième mois Voir aussi : La déclaration de grossesse Le choix de la maternité Échographie : Video d un coeur à 14 SA Votre corps Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Cancer Du Sein Cancer Du Sein

Cancer Du Sein Cancer Du Sein Cancer Du Sein Canal normcanal normal Le cancer est une maladie de la cellule. Il arrive parfois qu une cellule se multiplie de manière incontrôlée pour former une masse appelée «tumeur». Si une tumeur

Plus en détail

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre

Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre Prise en charge du patient en chimiothérapie au sein d un service de chirurgie ORL CHENEVIER J. et LOPEZ M., IDE en chirurgie ORL au Centre hospitalier Lyon-Sud. Service du Pr P. CERUSE 1 Introduction

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

DOSSIER DE LIAISON. Service de Pneumologie Centre Hospitalier de Rodez

DOSSIER DE LIAISON. Service de Pneumologie Centre Hospitalier de Rodez DOSSIER DE LIAISON Service de Pneumologie Centre Hospitalier de Rodez SOMMAIRE I Coordonnées Utiles II Comprendre la Chimiothérapie III Précautions à prendre IV Déroulement Pratique I Coordonnées Utiles

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic

Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une

Plus en détail

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients

Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Oncologie Interventionnelle Information pour les patients Radiologie Interventionnelle: Votre alternative à la chirurgie www.cirse.org Cardiovascular and Interventional Radiological Society of Europe Cardiovascular

Plus en détail

Aide-mémoire personnel

Aide-mémoire personnel Aide-mémoire personnel L Aide-mémoire personnel sert d accompagnement au Guide de référence pour les patients et les familles, conçu pour les personnes aux prises avec le cancer du rein et leur famille.

Plus en détail

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Les cancers de la peau se présentent sous diverses formes.

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer colorectal?

Qu est-ce que le cancer colorectal? Cancer colorectal Qu est-ce que le cancer colorectal? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum (gros intestin qui va de l intestin grêle à l anus)

Plus en détail

Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires

Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires Chère patiente, cher patient, Au nom de la direction de la clinique et de l hôpital, nous vous souhaitons la bienvenue

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

www.cancerdusein.org

www.cancerdusein.org www.cancerdusein.org CHANTAL THOMASS ET LA CAISSE D EPARGNE S ASSOCIENT POUR SOUTENIR LA LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN. À l occasion de la Journée des Droits de la Femme, Chantal Thomass et la Caisse

Plus en détail

DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES. Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1. Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1

DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES. Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1. Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1 DIAGNOSTIC PRÉNATAL TABLE DES MATIÈRES Qu est ce qu un diagnostic prénatal?... 1 Qu est-ce qu une malformation congénitale?... 1 Diagnostic prénatal pour les risques maternels liés à l âge... 3 Tests diagnostics

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Maintien des fonctions vitales : quels sont mes choix?

Maintien des fonctions vitales : quels sont mes choix? Q u e s t i o n s e t R é p o n s e s Maintien des fonctions vitales : quels sont mes choix? Lorsque vous devez prendre des décisions au sujet de formes spécifiques de maintien des fonctions vitales, recueillez

Plus en détail

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe

1. Critères d exclusion généraux. 2. Réintégration de l enfant dans le groupe Ce guide a été conçu afin de mieux cerner les interventions à réaliser lorsqu un enfant est malade. Il nous permet d avoir un cadre à suivre précis qui soit le même pour tous les enfants, tout en favorisant

Plus en détail

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche.

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche. EXEMPLE D INFORMATION RELATIVE AU CONSENTEMENT PROGRAMME DE RECHERCHE VISANT À OBTENIR DES LIGNÉES DE CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES HUMAINES À PARTIR D EMBRYONS CRYOPRÉSERVÉS La présente invitation à

Plus en détail

La prise en charge du cancer de l endomètre

La prise en charge du cancer de l endomètre GUIDE PATIENT AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de l endomètre Juillet 2011-1 - Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide, afin de vous informer sur le cancer

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Les tumeurs bénignes ne sont pas cancéreuses. Elles ne se propagent pas à d autres parties du corps.

Les tumeurs bénignes ne sont pas cancéreuses. Elles ne se propagent pas à d autres parties du corps. Vivre avec le cancer Renseignements généraux à propos du cancer Le cancer apparaît lorsque des cellules deviennent anormales et prolifèrent de manière incontrôlée. Ces cellules empêchent les cellules saines

Plus en détail

Mélanome. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Mélanome. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Mélanome Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Mélanome Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut soulever

Plus en détail

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 GENERALITES SUR LE CANCER Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 PLAN 1 Définition 2 Les causes connues 3 Fréquence 4 Les principaux cancers et leurs signes d alarmes 5 Prévention

Plus en détail

HERCEPTIN MONOGRAPHIE. trastuzumab pour perfusion. 440 mg de trastuzumab / fiole. Norme pharmaceutique reconnue. Antinéoplasique

HERCEPTIN MONOGRAPHIE. trastuzumab pour perfusion. 440 mg de trastuzumab / fiole. Norme pharmaceutique reconnue. Antinéoplasique MONOGRAPHIE Pr HERCEPTIN trastuzumab pour perfusion 440 mg de trastuzumab / fiole Norme pharmaceutique reconnue Antinéoplasique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 7070 Mississauga Road Mississauga

Plus en détail

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions

Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie. Des réponses à vos questions Ablation de la vésicule biliaire ou cholécystectomie Des réponses à vos questions Introduction A quoi sert la vésicule biliaire? La vésicule biliaire est un petit sac d environ 10 cm de longueur. Elle

Plus en détail

Cancer primitif du foie

Cancer primitif du foie Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer primitif du foie Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Comprendre la chimiothérapie

Comprendre la chimiothérapie REÉDITION ACTUALISÉE 2008 Comprendre la chimiothérapie COLLECTION GUIDES PATIENTS LE DÉROULEMENT D UNE CHIMIOTHÉRAPIE SON ACTION SES ASPECTS PRATIQUES SES EFFETS SECONDAIRES LA SURVEILLANCE MIEUX VIVRE

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du pancréas

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du pancréas G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du pancréas Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 COSMEGEN 0,5 mg, poudre pour solution injectable Boîte de 1 flacon Laboratoires MERCK SCHARP & DOHME-CHIBRET dactinomycine

Plus en détail

L Acharnement thérapeutique

L Acharnement thérapeutique L Acharnement thérapeutique Christian Carrier, hémato-oncologue 30 mai 2011 Plan Introduction Définition de l acharnement thérapeutique Causes Comment l éviter Conflits d intérêt potentiels Rémunération

Plus en détail

Anémie, carence en vitamines B12 et B9

Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Anémie, carence en vitamines B12 et B9 Introduction Le sang contient trois types de cellules différents. Les globules blancs défendent le corps contre les infections, les globules rouges transportent l'oxygène

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Cancer du rein. Comprendre le diagnostic

Cancer du rein. Comprendre le diagnostic Cancer du rein Comprendre le diagnostic Cancer du rein Comprendre le diagnostic Lorsqu on lui annonce qu elle a un cancer, une personne peut se sentir seule, avoir peur et être dépassée par l énorme quantité

Plus en détail

Cancer de l'estomac. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer de l'estomac. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer de l'estomac Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer de l'estomac Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle

Plus en détail

Hiver 2013. Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces?

Hiver 2013. Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Hiver 2013 Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Tests associés... Comment savoir s ils sont sécuritaires et efficaces? Notre article précédent, Médecines personnalisées,

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Le méthotrexate pour les grossesses extra-utérines : Ce que vous devez savoir

Le méthotrexate pour les grossesses extra-utérines : Ce que vous devez savoir Le méthotreate pour les grossesses etra-utérines : Ce que vous devez savoir Comprendre et vivre une grossesse etra-utérine peut être éprouvant et angoissant. Nous avons réalisé ce livret pour vous aider,

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

N.GROSSAT BERNADOU POLE DE CANCEROLOGIE HOPITAL DE JOUR

N.GROSSAT BERNADOU POLE DE CANCEROLOGIE HOPITAL DE JOUR N.GROSSAT BERNADOU POLE DE CANCEROLOGIE HOPITAL DE JOUR 4 CANCER A LA MARTINIQUE (INCIDENCE X 5 EN 10 ANS) CONTEXTE DE MODIFICATIONS SOCIOECONOMIQUES INTERET DU DEPISTAGE PRECOCE +++ COURS IDE 3 ANNEE

Plus en détail

Vous êtes concerné par le cancer de la gorge? Découvrez comment la Chirurgie da Vinci peut vous aider à guérir du cancer de la gorge

Vous êtes concerné par le cancer de la gorge? Découvrez comment la Chirurgie da Vinci peut vous aider à guérir du cancer de la gorge Vous êtes concerné par le cancer de la gorge? Découvrez comment la Chirurgie da Vinci peut vous aider à guérir du cancer de la gorge Le traitement: radio-chimiothérapie ou chirurgie Une fois que le diagnostic

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Cancer des os Comprendre le diagnostic

Cancer des os Comprendre le diagnostic Cancer des os Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer des os Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut

Plus en détail

LES SCHÉMAS FOLFIRI, FOLFOX ET XELOX EN TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DU CANCER COLORECTAL MÉTASTATIQUE

LES SCHÉMAS FOLFIRI, FOLFOX ET XELOX EN TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DU CANCER COLORECTAL MÉTASTATIQUE LES SCHÉMAS FOLFIRI, FOLFOX ET XELOX EN TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DU CANCER COLORECTAL MÉTASTATIQUE Analyse Avis Ce document émet des recommandations au regard d un médicament donné conformes aux

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR DOXORUBICIN Chlorhydrate de doxorubicine injectable Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie de la «monographie de produit» publiée

Plus en détail

UNE CURE DE HERNIE. Informations générales

UNE CURE DE HERNIE. Informations générales UNE CURE DE HERNIE Informations générales Cette brochure contient les réponses aux questions plus souvent posées à propos de la cure de hernie. Il est donc recommandé de garder cette brochure à la portée

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Utilisation des anticorps monoclonaux de la classe des anti EGFR pour le traitement de troisième intention ou plus du cancer colorectal métastatique

Utilisation des anticorps monoclonaux de la classe des anti EGFR pour le traitement de troisième intention ou plus du cancer colorectal métastatique Utilisation des anticorps monoclonaux de la classe des anti EGFR pour le traitement de troisième intention ou plus du cancer colorectal métastatique Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CEPO)

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT

IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT 3 e PARTIE : RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX PATIENTS Pr ERBITUX (cétuximab) Prononcé : ER bih tucks Ce feuillet destiné aux patients constitue la troisième et dernière

Plus en détail

Cancer du rein. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer du rein. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer du rein Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DU REIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours,

Plus en détail

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS

CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS CANCER COLORECTAL DÉPISTAGE PAR TEST IMMUNOLOGIQUE ET AUTRES MODALITÉS Avec près de 42000 nouveaux cas et 17500 décès en 2013, le cancer colorectal est le 3 e cancer le plus fréquent en termes d incidence

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS À L INTENTION DES PARENTS/DU TUTEUR PR SYNAGIS (poudre lyophilisée) palivizumab Ce document constitue la troisième et dernière partie de la «monographie du produit» publiée

Plus en détail