Fiche Technique. Filière Maraichage. Courgette et Concombre de plein champ. Septembre 2008

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche Technique. Filière Maraichage. Courgette et Concombre de plein champ. Septembre 2008"

Transcription

1 Fiche Technique Production Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Septembre 2008 Courgette et Concombre de plein champ Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel des marchés Production Principaux pays producteurs En Europe, l Espagne, la Pologne et les Pays-Bas sont les principaux producteurs de concombre. Sur le marché français l Espagne représente 64% des importations, elle est suivie des Pays- Bas (19%) de la Belgique (10%), du Maroc (6%) et de la Pologne (1%). Concernant la courgette, l Italie est de loin la plus grande productrice avec 45% de la production européenne, viennent ensuite l Espagne, la France et la Grèce. Production en France La production française en concombre est dominée par la région Centre-Ouest (Centre, Pays-de la-loire et Poitou- Charente) avec 38% de la production. Le Sud-Est arrive en 2 ème avec 26%. Sont recensés en France 3 modes de culture : serre chauffée, serre froide et plein champ. Le plein champ est pratiqué principalement dans le Sud-Est. Il représente 14% de la surface cultivée en concombre. En courgette, le Sud-Est concentre 56% de la production (Bouche du Rhône, Vaucluse, Drôme et Gard). La région du Nord est la seconde région productrice juste devant le Sud-Ouest et le Centre- Ouest. Comme pour le concombre, sont recensés 3 modes de culture : sous abris, sous serre ou en plein champ. La production en plein champ est largement majoritaire avec 62% des surfaces nationales. Production, à retenir... Production européenne en concombre en 2006 (en tonnes) : - Espagne : Pologne : Pays-Bas : Allemagne : Roumanie : Grèce : France : Production européenne en courgette en 2006 (en tonnes) : - Italie : Espagne : France : Grèce : Production de concombre en France en 2006 (en tonnes) : - Pays de la Loire Centre : PACA : Bourgogne : Lorraine : Aquitaine : Languedoc-Roussillon : Production de courgette en France en 2006 (en tonnes) : - PACA : Nord Pas de Calais : Languedoc-Roussillon : Rhône-Alpes : Aquitaine : Bretagne : Midi-Pyrénées : En Languedoc-Roussillon, la majeure partie de la production de concombres se situe dans les Pyrénées-Orientales sous abris. Le plein champ est situé dans le Gard avec 13% des surfaces régionales. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 1

2 En courgette, ce sont également les départements du Gard et des Pyrénées- Orientales qui se détachent avec 80% de la production régionale (400 ha en 2006) Organisation commerciale Les petits producteurs privilégient la vente sur les marchés ou la vente à des primeurs par l intermédiaire de grossistes. Mais la majorité de la production est traitée par des coopératives ou des groupements de producteurs tels que : Plaine du Roussillon (66) SICA SARL Sud Délices (66) Union des Coopératives (66) SICA Maraîchers du Midi (13) SICA ORYVERT (66) Ille de fruits (66) Les coopératives ont créé des marques qui leur sont propres (Clos Vermeil, Clos Fraîcheur, Primeur des clos ). Synthèse En Europe, le marché est dominé par l Espagne pour le concombre et par l Italie pour la courgette. La position française est moins affirmée pour le concombre que la courgette. En France, le Sud-Est se démarque des autres régions productrices par son poids dans la production de plein champ. Sa production de concombre représente un quart de la production française et plus de la moitié ans le cas de la courgette. En Languedoc-Roussillon, les filières sont bien structurées et permettent une commercialisation en circuit long. Sur ces productions, la culture sous abris est plus compétitive. Cependant, le développement de la culture en plein champ sous- entend une mise en valeur du produit basé sur une conduite moins intensive. Prix Débouché Maraîchage : vente à des grossistes, export Circuits courts : vente sur les marchés En 2007, le cours du concombre du Roussillon a varié de 0,22 à 0,51 HT/pièce pour un concombre de catégorie I. Cette même année le cours de la courgette a fluctué de 0,55 à 1,50 HT/kg en région. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 2

3 Impact environnemental Impact des intrants Les impacts d une culture de concombre ou de courgette en plein champ sont plus importants qu en culture sous abris. Les besoins sont : Fertilisation : 2 apports (apport organique et engrais minéral) Protection des cultures : 3 à 5 traitements phytosanitaires. Impact sur la ressource en eau Ces deux cultures nécessitent un apport d eau par irrigation. La fréquence des arrosages par doses faibles doit être élevée. Les besoins sont de 300 à 500 mm sur l ensemble du cycle. La pointe des besoins est atteinte après la floraison lors de la formation des fruits. Impact sur les paysages Paysage caractéristique de cultures de plein champ qui contribue à l ouverture des espaces. Impact sur la biodiversité Impact fort par l utilisation de désherbants, de paillages et de protection (P17 ou 500 trous) physique contre les pucerons (virus). Peu de diversité faunistique possible. Synthèse Ces cultures ont un effet environnemental notable comme la majorité des cultures maraîchères dû à une perte en biodiversité et un impact fort sur la ressource en eau. Contraintes agronomiques et techniques Type de sols Le concombre et la courgette ont très peu d exigences en ce qui concerne le sol Eléments favorables : Sol léger et frais ph entre 5,5 et 6,8. Eléments défavorables : Sol asphyxiant Sol pauvre, trop lourd ou compact Sol trop froid au printemps. Topographie Pas de contrainte particulière Eviter les zones gélives ou mettre des protections Type P17 ou 500 trous. Adaptation au climat Optimum de température : C le jour et de C la nuit en période végétative, C le jour et C la nuit en période de fructification. Ces cultures sont très exigeantes en chaleur. Implantation de la production Labour et façons superficielles Apporter une fumure de fond (matière organique : fumier décomposé, marc de raisin épépiné, engrais organique du commerce) Dans le cas d un sol froid ou de variétés précoces, il est intéressant de planter sur planches (meilleur réchauffement et meilleur drainage) Installer un paillage transparent ou vert (moins thermique que le transparent mais beaucoup plus herbicide) quelque temps avant la plantation pour assurer le réchauffement du sol. Deux types de mise en culture sont possibles en plein champ : semi-direct (levée en 8 à 10 jours) ou plantation en mottes (plantation de plants à 2 feuilles vrais). Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 3

4 Le semi-direct en plein champ a lieu de mai à août et la plantation de plants s étale de fin mars à fin avril. La densité de plantation est de 1,2 à 1,6 plants/m². Conduite de la production Désherbage inter-rangs Irrigation très fréquente notamment après la floraison Fertilisation dans l eau d arrosage à partir du début de la récolte Attention aux carences en oligoéléments Surveiller les maladies dues à des champignons ou à des virus (pucerons) La récolte commence 35 à 40 jours après la plantation (de mai à fin août) Pour avoir un calibre régulier, récolter selon la température, tous les jours ou tous les 1,5 ou 2 jours Pour éviter de marquer les fruits, il faut récolter avec des gants et protéger la récolte dans les caisses ou conditionner directement à la récolte Eléments de rendement : Courgette : 30 à 43 tonnes/ha Concombre : 20 à 32 tonnes/ha Calendrier de production Mars à Avril Mai à Juin Mai à Août Eté après floraison Mai à août Plantation (si plants) Semis direct Traitements Irrigation Récolte ce qui implique un besoin en maind œuvre plus important. Contrainte foncière Pas de contrainte particulière. Mécanisation Mécanisation classique. Eventuellement une récolteuse si grande surface. Sensibilité au précédent vigne Pas de contrainte particulière. Attention cependant aux risques de rémanence de désherbant. Irrigation Sont conseillés le goutte à goutte, la pose manuelle et le suivi par tensiomètre. Les besoins sont de 300 à 500 mm pour le cycle. La pointe des besoins est atteinte après la floraison lors de la formation des fruits. Contrainte de main-d oeuvre Ces cultures sont très demandeuses en main-d œuvre notamment à la récolte. Les temps de travaux sont de l ordre de 140 h/ha avant la récolte, 800 h/ha durant la récolte et 25 h/ha après. Le temps passé à la récolte diffère selon le débouché de la production. Une valorisation de la production dans le circuit commercial de la vente en gros demande des passages très réguliers Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 4

5 Dispositif réglementaire auquel la production est soumise Pas de dispositif particulier à l heure actuelle, mais la réforme de la PAC en cours pourrait modifier le dispositif. Risque financier et intérêt économique pour l exploitant Résultats économiques et facteurs de risque Marges brutes : Courgette selon type de vente : Structure collective : /1 000 m² En direct : /1 000 m² Concombre selon type de vente : Structure collective : /1 000 m² En direct : /1 000 m² La météo joue un rôle important dans la consommation de concombre ou de courgette, un temps clément est bénéfique pour le marché. Besoins de trésorerie Mise en production : dès la première année, rapidement après la plantation (moins de 6 mois) A prévoir : achat de semences ou de plants, récolteuse éventuellement si grande surface. Risque financier lié aux investissements Faible car : Achat de matériel spécifique mais pour de petites surfaces, les opérations manuelles sont possibles (type jardins familiaux) système d irrigation, récolteuse éventuellement Charges d exploitation : de 400 à 500 /1000 m², composées de Engrais, amendements : 40 à 110 Plants : 320 Produits phytosanitaires : 10 Produit brut : Courgette selon type de vente : Rendement de 43 tonnes/ha En structure collective, le prix annuel moyen est de 0,54 /kg soit un produit brut de /ha En direct le prix moyen est de 1,50 /kg soit /ha Concombre selon type de vente : Rendement de 32 tonnes/ha En structure collective le prix annuel moyen est de 0,67 /kg soit un produit brut de /ha En direct le prix moyen est de 1,55 /kg soit /ha Le circuit de vente peut être structuré en combinant une vente directe et une vente en gros. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 5

6 Personnes ressources Chambres d Agriculture : Chambre d Agriculture du Gard - Mas de l Agriculture BP Nîmes Cedex1 Chambre d Agriculture de l Hérault - Maison des Agriculteurs Mas de Saporta CS Lattes Cedex Chambre d Agriculture des Pyrénées-Orientales - 19 avenue de Grande Bretagne Perpignan Cedex Instituts techniques : CTIFL - 22, rue Bergère Paris Stations d expérimentation : APREL - Route de Mollégès Saint-Rémy-de-Provence Bibliographie Le concombre en agriculture biologique, Culture légumière, n 81, mai-juin 2004, p BRAJEUL E, (2001). Le concombre. CTIFL, septembre 2001, 350 p Maladies du concombre. Revue horticole - PHM, n 415, juin 2000 MONNET Y. - THIBAULT J (200). Maladies et ravageurs de la courgette. Revue horticole - PHM, n 415, juin 2000, p CTIFL APREL(1992). AUBERGINE,POIVRON,COURGETTE : PRATIQUES CULTURALES. PUBLICATION 35p. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 6

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Fiche Technique. Autre Production. Septembre 2008. Culture pérenne : bardane, pavot, angélique, mélisse, anis vert, badiane, absinthe, réglisse

Fiche Technique. Autre Production. Septembre 2008. Culture pérenne : bardane, pavot, angélique, mélisse, anis vert, badiane, absinthe, réglisse Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Autre Production Septembre 2008 Plantes médicinales Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas Taxe d Apprentissage Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours Présentation : DPMA CLOUET Thomas Définition Impôt versé par les entreprises afin de financer le

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS RETROUVEZ VOTRE POLE DE GESTION DES CONSIGNATIONS EN FONCTION DE VOTRE DEPARTEMENT VOTRE DEPARTEMENT VOTRE

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

Tableau de Bord de la certification

Tableau de Bord de la certification Tableau de Bord de la certification Observatoire BBC - Effinergie 2015 Rénovation Bureau Grand Site Saint Victoire Architecte : Bolikian Architecte Mandataire Ce tableau de bord a pour objectif de présenter

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

Plus en détail

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures Février 2015 Service Agronomie, Territoire, Equipement Préconisation variétés maïs 2015 Cette plaquette fait partie du Guide annuel «A vos cultures». Celui-ci regroupe, dans un ensemble cohérent et global,

Plus en détail

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert.

L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. L occultation en production maraîchère comme outil de gestion de plantes nuisibles et de destruction d engrais vert. Sam Chauvette agronome, M. Sc. Chargé de projet productions végétales et fruitières

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

Les Paysans de Rougeline

Les Paysans de Rougeline Communiqué de presse Marmande, le 26 mars 2010 Les premières tomates de Parentis-en-Born, qui seront récoltées au printemps 2010, auront un goût durable Pour produire des fruits, un plant de tomates a

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

Note récapitulative : culture de Taillis à très Courte Rotation (TtCR) de saules

Note récapitulative : culture de Taillis à très Courte Rotation (TtCR) de saules Convention de production et de vente de TtCR de saule Note récapitulative : culture de Taillis à très Courte Rotation (TtCR) de saules 1. Généralités Le taillis à très courte rotation (TtCR) est une culture

Plus en détail

Principaux bio-agresseurs émergents en cultures légumières sous abri. Yannie Trottin-Caudal / Ctifl Catherine Chabrière / APREL

Principaux bio-agresseurs émergents en cultures légumières sous abri. Yannie Trottin-Caudal / Ctifl Catherine Chabrière / APREL Ctifl Principaux bio-agresseurs émergents en cultures légumières sous abri Yannie Trottin-Caudal / Ctifl Catherine Chabrière / APREL Rencontres du végétal, 10 et 11 janvier 2011 Plan Caractérisation des

Plus en détail

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur

Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Le secteur agroalimentaire en Provence-Alpes-Côte d Azur Panorama élaboré à partir d une étude Ernst & Young pour la MDER mai 2004 Sommaire Organisation de la filière en PACA p. 3 Chiffres clés p. 4 Productions

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale LA PREVOYANCE DU SPORT Pourquoi un régime de prévoyance dans le sport? Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale Une

Plus en détail

Préparation à l accès à une formation professionnelle. Enseignement général et professionnel adapté. Documents ressource

Préparation à l accès à une formation professionnelle. Enseignement général et professionnel adapté. Documents ressource Enseignement général et professionnel adapté Documents ressource Préparation à l accès à une formation professionnelle Champ professionnel Espace rural et environnement Juin 2009!eduscol.education.fr/segpa

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant?

L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? L autoguidage diminue-t-il vraiment la consommation de carburant? Lorsqu un producteur achète un système d autoguidage, on lui fait souvent valoir des économies de carburant et une plus grande précision

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Conseil Spécialisé fruits et légumes

Conseil Spécialisé fruits et légumes Conseil Spécialisé fruits et légumes Proposition d axes pour l expérimentation pour 2013/2015 dans la filière fruits et légumes frais (hors pomme de terre) 18 décembre 2012 FranceAgriMer Préparation de

Plus en détail

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE [Mise à jour : 10 mai 2014] 1 L équipe Siège UBIFRANCE Paris Michel Bauza Chef de Département UBIFRANCE siège, Paris Téléphone fixe 01 40 73 35

Plus en détail

CASDAR SMART : Systèmes Maraîchers en Agroforesterie pour la création de Références Techniques et économiques

CASDAR SMART : Systèmes Maraîchers en Agroforesterie pour la création de Références Techniques et économiques CASDAR SMART : Systèmes Maraîchers en Agroforesterie pour la création de Références Techniques et économiques Objectifs du projet : Produire des connaissances sur les systèmes agroforestiers associant

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Diplôme: Baccalauréat Professionnel Spécialité : Productions horticoles. Epreuve : E5 Choix techniques

Diplôme: Baccalauréat Professionnel Spécialité : Productions horticoles. Epreuve : E5 Choix techniques Sujet zéro Diplôme: Baccalauréat Professionnel Spécialité : Productions horticoles Inspection de l'enseignement Agricole Epreuve : E5 Choix techniques Ce document présente un exemple de proposition de

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER 1 MARAICHAGE 2013 Chou rouge : essai variétal en culture biologique Catherine MAZOLLIER, avec la collaboration de Abderraouf SASSI Merci à Didier Muffat qui a accueilli cet essai La culture de chou occupe

Plus en détail

EDIC MALI. Volet Agriculture

EDIC MALI. Volet Agriculture Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement Division de l'afrique, des pays les moins avancés et des programmes spéciaux ( ALDC ) EDIC MALI Volet Agriculture Moctar BOUKENEM Consultant

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011

Séminaire final du projet Climaster Caen 28/11/2011 Impact du changement climatique sur l'organisation du travail dans les exploitations agricoles : une analyse des jours agronomiquement disponibles (JAD) A. Joannon, C. Barbeau, G. Barbeau, V. Hallaire,

Plus en détail

Les Paysans de Rougeline

Les Paysans de Rougeline Marmande, le 7 avril 2011 Quoi de neuf en 2011 chez les Paysans de Rougeline? Pour ses 10 ans, ODÉLIS devient ROUGELINE C est en 2001, à l initiative de deux groupes de producteurs situés à Marmande (Solprim)

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Conversion à l agriculture biologique

Conversion à l agriculture biologique Version Tunisie 1 ère édition 2006 AGRICULTURE BIOLOGIQUE Conversion à l agriculture biologique Défis pour le futur REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture et des ressources hydrauliques Direction

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008. Production, à retenir...

Fiche Technique. Septembre 2008. Production, à retenir... Fiche Technique Filière ou production nouvelle en Languedoc-Roussillon Septembre 2008 Taillis à Courte et Très Courte Rotation Filière Bioénergies Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

Mission d Expertise et de Suivi des Epandages. S unir, Changer, Gagner. 28 juin 2012

Mission d Expertise et de Suivi des Epandages. S unir, Changer, Gagner. 28 juin 2012 Mission d Expertise et de Suivi des Epandages S unir, Changer, Gagner Ordre du jour Rappel du fonctionnement général des filtres à sable plantés de roseaux, Savoir évaluer le niveau des boues stockées

Plus en détail

FRUITS ET LEGUMES FRAIS DONNEES REGLEMENTAIRES UE

FRUITS ET LEGUMES FRAIS DONNEES REGLEMENTAIRES UE FRUITS ET LEGUMES FRAIS DONNEES REGLEMENTAIRES UE I. AGRUMES 1. Oranges - Du 1 er décembre au 31 mai Les oranges bénéficient d un contingent en exonération des droits de douane advalorem et à prix d entrée

Plus en détail

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 Méthodologie : Données issues des plannings de disponibilités : -saisis par les propriétaires en gestion directe - issus des plannings

Plus en détail

Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL?

Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL? Forum ATUGE 2011 L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DE QUOI S AGIT-IL? L ESS: un patchwork en quête d identité [1] Avec des appellations fluctuantes... - économie sociale - économie solidaire - économie sociale

Plus en détail

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Co-rédacteur Partenaires financiers Parution Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon L agriculture biologique est un mode de

Plus en détail

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs?

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? CARTRYSSE Christine, APPO (1), Centre Pilote CePiCOP (2) Unité de Phytotechnie des Régions Tempérées, ULG-Gembloux Agro-Bio

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

La Direction des Espaces Verts et de l Environnement (DEVE) de la ville de Paris

La Direction des Espaces Verts et de l Environnement (DEVE) de la ville de Paris Direction des Espaces Verts et de l Environnement La réduction d usage en ville, exemple d une grande ville en gestion alternative économe en pesticide : La Direction des Espaces Verts et de l Environnement

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI)

Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI) Ce document est cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en France avec le fonds européen de développement régional. Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI) 15 octobre 2015 1

Plus en détail

PROTECTION ANTI-GRÊLE SUR VIGNE ET RAISIN DE TABLE

PROTECTION ANTI-GRÊLE SUR VIGNE ET RAISIN DE TABLE www.filpack-agricole.com PROTECTION ANTI-GRÊLE SUR VIGNE ET RAISIN DE TABLE POURQUOI INSTALLER DES TOILES ANTI-GRÊLE? LE SERVICE FILPACK LES DIFFERENTS SYSTEMES D INSTALLATION LE FILET ANTI-GRÊLE AVEC

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France Association Française pour la Production Fourragère Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France - 2014 - PRÉAMBULE Les préconisations fournies ici constituent un guide

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc

Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc Le traitement alternatif des déchets ménagers pour les petites et moyennes communes au Maroc «D une expérience locale de compostage prometteuse à la construction d une offre technique aux multiples avantages

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Suaci Alpes du Nord Maison de l Agriculture et de la Forêt 40 rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél: 04 79 70 77 77 Réalisation d un recensement

Plus en détail

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE

STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE STRATEGIES DE CONDUITE DE L IRRIGATION DU MAÏS ET DU SORGHO DANS LES SITUATIONS DE RESSOURCE EN EAU RESTRICTIVE JM.DEUMIER, B.LACROIX, A.BOUTHIER, JL.VERDIER, M.MANGIN Les cultures irriguées bénéficient

Plus en détail

Réflexion stratégique sur les perspectives des filières fruits et légumes frais à l horizon 2025

Réflexion stratégique sur les perspectives des filières fruits et légumes frais à l horizon 2025 17 décembre 2013 Réflexion stratégique sur les perspectives des filières fruits et légumes frais à l horizon 2025 Préalable : Compte tenu notamment de la diversité des produits de la filière des fruits

Plus en détail

2009 : l opportunité Sorgho

2009 : l opportunité Sorgho le Journal du Sorgho N 16 - Décembre 2008 / Janvier 2009 L A L E T T R E D I N F O R M A T I O N D E L A F I L I È R E S O R G H O Edito Ayez le déclic pour le Sorgho Les mauvais esprits se contenteront

Plus en détail

RESEAUX France Etre la banque de référence en matière de satisfaction client

RESEAUX France Etre la banque de référence en matière de satisfaction client 15 juin 2010 RESEAUX France Etre la banque de référence en matière de satisfaction client Jean-François Sammarcelli Directeur Général Délégué et Directeur des Réseaux France Vincent Taupin Directeur Général

Plus en détail

15 Mars 2012. Production de Semences Potagères

15 Mars 2012. Production de Semences Potagères 15 Mars 2012 Production de Semences Potagères PLAN 1. Présentation 2. Schéma Général (Entreprise de Semences Potagères) 3. Production de semences 1. Rôle de la production dans l entreprise 2. Zone de production

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Bilan 2014 de la pollinisation de l ambroisiel

Bilan 2014 de la pollinisation de l ambroisiel Lancement de la campagne de lutte contre l ambroisie l 08 Juin 2015 Bilan 2014 de la pollinisation de l ambroisiel Samuel Monnier Michel Thibaudon Aérobiologie : une approche multidisciplinaire Dispersion

Plus en détail

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ...

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ... Vu l avis favorable du Conseil National de l Information Statistique cette enquête reconnue d intérêt général et de qualité statistique est obligatoire. Visa n 2007 X 019 AG du Ministre de l Agriculture

Plus en détail

D où viennent nos semences. Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto

D où viennent nos semences. Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto D où viennent nos semences Visite virtuelle d un site de production de semences de maïs Monsanto Monsanto a pour objectif de permettre aux agriculteurs de petites et grandes exploitations de produire davantage

Plus en détail

Courges, Potimarrons, Butternuts, en Provence

Courges, Potimarrons, Butternuts, en Provence Courges, Potimarrons, Butternuts, en Provence SOMMAIRE Les variétés de courges... 3 Exigences climatiques... 4 Culture... 5 Calendrier de production... 5 Mise en place de la culture... 5 Entretien de la

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE I- Champ de l étude L industrie agroalimentaire (IAA) regroupe l ensemble des industries de transformation de matières premières, d origine végétale ou animale, destinées à

Plus en détail

I. La mise en place des accords collectifs

I. La mise en place des accords collectifs Point n 2 INSTANCE NATIONALE DE CONCERTATION 25 SEPTEMBRE 2013 I. La mise en place des accords collectifs 1.1. Vague 1 : Pour mémoire, les 3 Urssaf régionales créées au 1 er janvier 2012 (Auvergne, Pays

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine du Saïs

Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine du Saïs (2) www.alternatives-rurales.org- Novembre 2014 Points de vue et témoignages Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) TOUT SAVOIR SUR LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE LA VAE? > La Validation

Plus en détail

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Octobre 2015 CONTEXTE La loi et ses décrets d application donnent aux OPCA un rôle et des

Plus en détail

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 1/9 CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 I. EXAMEN DE LA DISTINCTION, L HOMOGENEITE ET DE LA STABILITE (D.H.S.). L examen

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours»

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Vie mutualiste et Développement durable Point Passerelle UN PROJET NATIONAL CONSTAT

Plus en détail

Accès Raccordement d ERDF

Accès Raccordement d ERDF Direction Raccordements Accès Raccordement d ERDF Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.2.1 Nombre de pages : 13 Résumé Ce document décrit le rôle : - des Accueils Raccordement Électricité (ARÉ)

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise 1- Historique La société ifri est située dans la commune d Ighzer- Amokrane- Daïra - Ifri Ouzellaguen. La superficie globale de l entreprise ifri est de 32.530 m². La superficie couverte est de 21.000

Plus en détail

Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto. 23 février 2015

Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto. 23 février 2015 Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto 23 février 2015 Présentation des RITA Définition et périmètre : Réseau d Innovation et de Transfert Agricole Présent dans les 5 DOM Créés en 2011

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante.

Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. En quelques chiffres, une entreprise Pérenne, Structurée, Puissante, Indépendante. FDV 60% Yves Ménardais 40% Initiatives et Finances The Call Machine «TCM» Télémarketing Capital 674 000 Chiffre d affaires

Plus en détail

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES 64 ÈME CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LES CENTRES D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ENTREPRISE EN DIFFICULTÉS : ANTICIPATION, ACCOMPAGNEMENT ET FINANCEMENT CE ET

Plus en détail

www.odyssee-agri.com Autres Offres de Stages Agricoles à l'étranger et travail possibles (liste non exhaustive)

www.odyssee-agri.com Autres Offres de Stages Agricoles à l'étranger et travail possibles (liste non exhaustive) ODYSSEE-AGRI Le Bourg - 53110 La Baroche Gondouin - 0033 (0)2.43.08.53.12. info@odyssee-agri.com N SIRET : 420638066 00019 APE : 804D www.odyssee-agri.com Autres Offres de Stages Agricoles à l'étranger

Plus en détail