Sur. l AIDE SOCIALE A L HERBERGEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sur. l AIDE SOCIALE A L HERBERGEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES"

Transcription

1 MEMENTO Sur l AIDE SOCIALE A L HERBERGEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES Avril 2012

2 Préambule Ce mémento a pour objectif d accompagner l ensemble des bénéficiaires et des partenaires en complément du Règlement Départemental d Aide Sociale (que vous pouvez télécharger sur le site du Conseil Général quant à la compréhension des règles relatives aux prestations desservies par le Conseil général de la Haute-Loire afin d accompagner les personnes relevant de l aide sociale à l hébergement pour les personnes handicapées. L aide sociale permet d accompagner les bénéficiaires sur les paiements des frais de deux catégories d établissement : - les établissements accueillant des personnes en capacité de travail : les foyers d hébergement annexés aux Etablissements et Services d Aide par le Travail ESAT que l on connaît par son ancien nom Centre d Aide par le Travail - CAT. - les établissements accueillant des personnes ne pouvant exercer une activité professionnelle et étant orientées vers différents établissements en fonction de leur niveau de handicap : foyer de vie ou foyer occupationnel, foyer d accueil médicalisé (FAM). Les maisons d accueil spécialisées (MAS), quant à elles, ne relèvent pas en terme de financement du Conseil Général mais de l Etat. Vous trouverez dans ce mémento deux parties : une introduction théorique schématique permettant de comprendre le fonctionnement des prestations, qui sera suivie d une foire aux questions permettant de trouver des réponses à certaines interrogations. Bien entendu, pour des questions plus précises, je vous invite à prendre contact avec le Service Maintien de l Autonomie de la Direction de la Vie Sociale du Conseil Général de la Haute-Loire. Vous souhaitant une bonne lecture. Le Directeur - adjoint de la Vie Sociale Richard ROYER.

3 QUELQUES ELEMENTS DE COMPREHENSION 1 - Les prix de journée Les prix de journée des établissements d accueil des personnes handicapées varient en fonction de leur projet d accueil mais on pourrait les classer en 4 catégories : - les foyers d hébergement annexés aux ESAT (nouveau nom pour les CAT). Ici le prix de journée est d environ de 90 par jour soit environ /mois. Les frais ne comprennent que les frais d hébergement pour la nuit et les repas du matin et du soir. La journée passée en ESAT relève de l Etat. - les foyers de vie ou occupationnel. Ici le prix de journée est de l ordre 110 par jour soit environ /mois. Le prix de journée est important car les handicaps des résidents sont importants et supposent une prise en charge continue d où un taux d encadrement en personnel supérieur. - Les foyers d accueil médicalisé (FAM). Ici le prix de journée est de l ordre de 130 par jour soit environ /mois. Ce prix de journée comprend les frais d hébergement et d accompagnement à la vie sociale. Les dépenses afférentes aux soins sont prises en charge par l assurance maladie sous la forme d un forfait soins. - Les Etablissements Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes (Maison de retraite). Ici le prix de journée est d environ 60 /jour. N.B. : Les maisons d accueil spécialisées (MAS) ne relèvent pas de la compétence des Conseils Généraux mais de l Etat. Donc les frais d hébergement sont pris en charge directement par l Etat. Les exemples ci-dessus sont valables uniquement pour un accueil permanent, mais il existe aussi des accueils que l on qualifie de temporaire : l hébergement temporaire et l accueil de jour. Les prix de journée de ces accueils sont sensiblement les mêmes que pour les accueils permanents mais la prise en charge par le Conseil Général est différente. Seules les journées de présence effective sont facturées au Département dans la limite de 90 jours par an pour l hébergement temporaire (la date de départ est celle du jour de la notification CDAPH). Les bénéficiaires acquittent une participation à hauteur du forfait hospitalier pour l hébergement temporaire (18 en 2011) et des 2/3 du forfait hospitalier pour l accueil de jour (12 en 2011). 2 - L argent de poche Les règles de l argent de poche s applique uniquement pour les accueils permanents. Pour les placement en internat (foyer d hébergement, foyer de vie, foyer d accueil médicalisé, maison de retraite) : la prise en charge est partielle. Dans un premier temps, le Département prend totalement en charge les frais d hébergement. Dans un 2 ème temps, la personne handicapée reverse au Conseil Général, dans le respect des minima réglementaires (30% de l AAH pour les non travailleurs et 50 % pour les travailleurs) à laisser à sa disposition : - 2/3 de ses revenus d activité - 90% de ses autres ressources de quelque nature qu elles soient Le Conseil Général récupère annuellement 90% des intérêts produits par les capitaux placés. 3 - Les règles communes Cet argent de poche peut-être majoré dans certaines situations pour permettre à la personne en situation de handicap de faire face à certains besoins : - Pour les établissements fonctionnant en internat de semaine (c est-à-dire fermés les samedis et dimanches), la part de ressources laissée à la personne est augmentée d un montant de 20 % de l AAH par mois tel que le prévoit le CASF.

4 - Pour les établissements fonctionnant en internat complet (7 jours/7), le Département, allant au delà des minima prévus par les textes, augmente les ressources laissées à la personne d un montant de 1.25% de l AAH par jour de week-end passé en dehors de l établissement dans la limite de 8 jours par mois (soit 10 % de l AAH par mois). - Pour les absences pour vacances ou convenances personnelles qui ne peuvent excéder cinq semaines par année civile le Département, allant au delà des minima prévus par les textes, ne procède pas à la récupération des ressources de la personne accueillie, exception faite de l allocation logement. Au delà de 5 semaines, la récupération se fera comme si la personne était présente en établissement. - Lorsque la personne en situation de handicap prend habituellement 5 repas par semaine à l extérieur (règle applicable au travailleur en ESAT), elle conserve, en plus, 1% de l AAH par repas pris à l extérieur plafonné à 20 % de l AAH à taux plein. Cette disposition ne s applique que pendant les périodes de présence en établissement.

5 Schéma reprenant le fonctionnement de l aide sociale Coût de l hébergement / mois environ Financement Ressources du demandeur Le demandeur conserve un peu d argent de poche Participation des obligés alimentaires du demandeur Diverses allocations comme l allocation logement Aide sociale Prenons 3 exemples : Méthode de calcul de l aide sociale 1 - Une personne accueillie en foyer d hébergement annexé à un ESAT La coût de l hébergement est dans notre exemple de Le demandeur a des ressources mensuelles qui peuvent être les suivantes : - un salaire net à hauteur de une allocation adulte handicapée (AAH) minorée environ une allocation logement de 200 environ - des intérêts provenant de capitaux placés non imposable de 50 - tout autre revenu soit un total de ressources de /mois Sur ces ressources de 1 100, il doit s en servir pour payer les frais d hébergement dans la limite d un minimum qu il doit conserver au titre d argent de poche (10 % de ses ressources dans la limite d un plancher de 50 % de l AAH (371 au 1 er septembre 2011). Dès lors, le bénéficiaire de l aide sociale conserve 371 a minima au titre d argent de poche. Mais cet argent de poche doit être majoré pour la prise en compte de certains frais annexes : - les frais de repas de midi qu il doit acquitter en ESAT (1% de l AAH/repas dans la limite de 20 %/mois) soit 148 en plus - les frais engagés lors des retours en week end (1.25% de l AAH par jour de week-end passé en dehors de l établissement dans la limite de 10 % de l AAH par mois) soit un maximum de 74 de plus Son montant total d argent de poche pourrait donc se situer autour de = 596 /mois Il peut donc participer aux frais d hébergement à hauteur de soit 504. Ces 504 sont manifestement insuffisants pour permettre de s acquitter des demandés au titre des frais d hébergement. Il manque donc L aide sociale à l hébergement prendra en charge ces / mois. 2 - Une personne accueillie en foyer d accueil médicalisé (FAM) La coût de l hébergement est dans notre exemple de Le demandeur a des ressources mensuelles qui peuvent être les suivantes : - une allocation adulte handicapée (AAH) à taux plein une allocation logement de 250 environ - des intérêts provenant de capitaux placés non imposable de 50 - tout autre revenu soit un total de ressources de /mois

6 Sur ces ressources de 1 043, il doit s en servir pour payer les frais d hébergement dans la limite d un minimum qu il doit conserver au titre d argent de poche (10 % de ses ressources dans la limite d un plancher de 30 % de l AAH (222 au 1 er septembre 2011). Dès lors, le bénéficiaire de l aide sociale conserve 222 a minima au titre d argent de poche. Mais cet argent de poche doit être majoré pour la prise en compte de certains frais annexes : - les frais engagés lors des retours en week end (1.25% de l AAH par jour de week-end passé en dehors de l établissement dans la limite de 10 % de l AAH par mois) soit un maximum de 74 de plus Son montant total d argent de poche pourrait donc se situer autour de = 296 /mois Il peut donc participer aux frais d hébergement à hauteur de soit 754. Ces 754 sont manifestement insuffisants pour permettre de s acquitter des demandés au titre des frais d hébergement. Il manque donc L aide sociale à l hébergement prendra en charge ces / mois. 2 - Une personne accueillie en accueil de jour en foyer de vie Le prix de journée est dans notre exemple de 60 par jour. L établissement facturera directement au bénéficiaire une partie du forfait hospitalier journalier (2/3 du forfait) soit 12 par jour. L établissement facturera directement au Conseil Général la différence entre le prix de journée (60 ) et la participation du bénéficiaire (12 ) soit un total de 48. En dehors des 12 /jour, le bénéficiaire ne s acquittera d aucune autre participation.

7 FOIRE AUX QUESTIONS THEME : les ressources du demandeur Quelles sont les ressources du demandeur retenues dans le calcul au titre de l aide sociale? L article L du Code de l Action Sociale et des Familles stipule «les ressources de quelque nature qu elles soient». Le Conseil Général de la Haute-Loire utilise entre autre l avis d imposition du demandeur comme base de travail. Sur l avis d imposition est mentionné : - tous les revenus professionnels et autres qu ils soient imposables ou non On retrouve les 8 revenus catégoriels suivants : - les traitements, salaires, pensions et rentes viagères - les rémunérations des dirigeants de société - les bénéfices industriels et commerciaux (BIC) - les bénéfices non commerciaux (BNC) - les revenus fonciers - les revenus mobiliers - les plus-values immobilières, sur valeurs mobilières, sur biens meubles et professionnels Le Conseil Général tient compte des revenus déclarés avant déduction et abattement. - tous les revenus soumis à prélèvement libératoire (art 125 du Code Général des Impôts). Il s agit des revenus du patrimoine mobilier : obligations, actions voire assurance vie). Les pensions et allocations versées par un organisme de sécurité sociale ou assimilé comme le minimum vieillesse, l AAH, l indemnité pour accident du travail ou maladie professionnelle ou encore l allocation logement sont elles aussi prises en compte au titre de ressources. Y a-t-il d autres ressources prises en compte dans le calcul de l aide sociale? Les revenus des capitaux placés non imposables comme les Livrets A, les Livrets Bleu, les Livrest d Epargne Populaire, Les Livrets de Développement Durable qui remplace les CODEVI depuis 2007) sont pris en compte dans les ressources du demandeur. Seuls les intérêts constituent des revenus et non le capital placé (Commission Centrale d aide Sociale 11 Novembre 1995 Département de l Aveyron). Les revenus des produits type épargne handicap, rente survie et contrat de capitalisation ne sont pas pris en compte au titre des ressources. Les assurances vie sont-elles prises en compte? Les assurances vie produisent annuellement des intérêts qui sont réinjectés dans le capital. Les intérêts annuels doivent être présentés chaque année. Si tel n est pas le cas, un taux de 3 % du capital correspondant à la moyenne basse des taux en cours sur ce type de produit est appliqué sur le capital. Quelles sont les ressources non prise en compte? La retraite du combattant et les pensions attachées aux distinctions militaires n entrent pas en ligne de compte (article L132-2 CASF) Une maison, une parcelle peuvent-elle être reconnues comme étant une ressource? La maison où habitait le demandeur d aide sociale avant son entrée en Ehpad ne doit pas être valorisée au titre de revenu. Mais tout bien mobilier ou immobilier qui pourrait produire un revenu mais n en produisant pas est «fictivement» valorisé (50 % de la valeur locative pour les immeubles bâtis et 80 % pour les immeubles non bâtis) (article L et R du CASF)

8 THEME : les obligés alimentaires Est-ce que mes obligés alimentaires sont tenus à une quelconque aide pour payer mes frais d hébergement et d entretien? L obligation alimentaire n est pas en principe mise en œuvre. Donc, les parents, les enfants et les petits enfants de la personne handicapée ne peuvent pas être sollicités pour payer les frais d hébergement et d entretien de la personne en situation de handicap (sauf dans le cadre d un hébergement en famille d accueil où s applique la législation personnes âgées).

9 THEME : la participation aux frais d hébergement et «l argent de poche» laissé à la disposition de la personne handicapée Qui paie les frais d établissement? Les frais d hébergement et d entretien de l établissement d accueil sont payés à 100 % par le Conseil Général de la Haute-Loire. Mais la personne doit participer à ses frais d hébergement à hauteur des 2/3 de ses revenus d activité et de 90 % de ses autres revenus (article L du Code de l Action Sociale et des Familles) dans la limite d une somme mensuelle minimum laissée à la disposition du bénéficiaire qui correspond à 10 % de ses revenus avec un plancher de 30% de l AAH pour les non travailleurs (222 ) et 50 % pour les travailleurs (371 ). Auprès de qui dois-je reverser 90 % de mes revenus au titre de participation à mes frais d hébergement? Le Conseil Général ayant fait l avance à 100 % des frais auprès de l établissement d accueil, cette somme lui revient. Par contre plusieurs possibilités sont ouvertes (article L CASF) : - l établissement d accueil peut procéder à la perception des revenus (par le comptable de l'établissement public ou par le responsable de l'établissement de statut privé, soit à la demande de l'intéressé ou de son représentant légal, soit à la demande de l'établissement lorsque l'intéressé ou son représentant ne s'est pas acquitté de sa contribution pendant trois mois au moins) et reversera ces sommes auprès du Conseil Général. - le bénéficiaire (son référent familial ou son tuteur) effectue lui-même le reversement auprès des services du Conseil Général Combien de fois dans l année dois-je reverser 90 % de mes revenus auprès du Conseil général? Le Conseil Général souhaite que ces opérations soient faites chaque trimestre. En effet, trimestriellement, chaque bénéficiaire devra faire un état récapitulatif de ses ressources et devra l envoyer au service instructeur de l aide sociale. Un modèle type est à votre disposition en annexe de ce mémento. Mais il sera proposé prochainement à chaque bénéficiaire qui le souhaite un prélèvement mensuel automatique, encadré par un contrat entre le bénéficiaire et le Conseil Général. Ce prélèvement automatique aura pour avantage d éviter ces opérations trimestrielles mais une opération de régularisation sera effectuée chaque année afin de tenir compte des éventuels suppléments d argent de poche laissé au bénéficiaire ainsi que des revenus complémentaires. Y a-t-il d autres dépenses annexes aux frais d établissement qui pourraient être prises en charge et donc majorer mon argent de poche? Le Code de l Action Sociale et des Familles et la jurisprudence de la Commission centrale d aide sociale ainsi que le Conseil d Etat ont bien entendu encadré les dépenses qui doivent être prises au titre de l aide sociale et celle qui ne le peuvent pas. - les dépenses devant être prises au titre de l aide sociale en plus de l argent de poche sont : - les frais de tutelle - les impôts sur le revenu (CE 14 décembre 2007 «Charentes Maritime») le Conseil d Etat considère que ce type de dépenses est exclusive de tout droit de gestion donc doit être déduite de l assiette de calcul + CSG.

10 - Pour les propriétaires, les frais engendrés par le coût du domicile entre l entrée en établissement à titre permanent et les 12 mois qui suivent son admission en établissement. Par exemple, une personne entrée en établissement qui souhaite conserver son domicile ou qui souhaite le vendre mais qui a difficultés à vendre, va avoir des coûts engendrés par ce dernier (taxe foncière et d habitation, frais «d énergie», assurance multirisques, ). - pour les établissements fonctionnant en internat de semaine (c est-à-dire fermé les samedis et dimanches), la part de ressources laissée à la personne est augmentée d un montant de 20 % de l AAH par mois tel que le prévoit l article D du CASF. - pour les établissements fonctionnant en internat complet (7 jours/7), le Département, allant au delà des minima prévus par les textes (mesure plus favorable), augmente les ressources laissées à la personne d un montant de 1.25% de l AAH par jour de week-end passé en dehors de l établissement dans la limite de 8 jours par mois (soit 10 % de l AAH par mois). - pour les absences pour vacances ou convenances personnelles qui ne peuvent excéder cinq semaines par année civile le Département, allant au delà des minima prévus par les textes (mesure plus favorable), ne procède pas à la récupération des ressources de la personne accueillie, exception faite de l allocation logement. - lorsque la personne en situation de handicap prend habituellement 5 repas par semaine à l extérieur (règle applicable au travailleur en ESAT), elle conserve, en plus, 1% de l AAH par repas pris à l extérieur plafonné à 20 % de l AAH au taux plein. Cette disposition ne s applique que pendant les périodes de présence en établissement (article D du CASF). Au delà de 5 semaines, la récupération se fera comme si la personne était en établissement. - Lorsque le pensionnaire doit assumer la responsabilité de l'entretien d'une famille pendant la durée de son séjour dans l'établissement, il doit pouvoir disposer librement, chaque mois, en plus du minimum de ressources personnelles calculé comme il est dit aux articles D à D : - 1 S'il est marié, sans enfant et si son conjoint ne travaille pas pour un motif reconnu valable par le président du Conseil Général ou le préfet ou le directeur général de l'agence Régionale de Santé, de 35 % du montant mensuel de l'allocation aux adultes handicapés ; - 2 De 30 % du montant mensuel de l'allocation aux adultes handicapés par enfant ou par ascendant à charge. - toute autre dépense nécessitant un supplément d argent de poche devra faire l objet d un accord explicite du Conseil Général après demande motivée. Si à mon décès, mon épargne est insuffisante, qui va payer mes frais d obsèques? Le Conseil Général n a pas vocation à assurer des frais d obsèques, donc il ne prend pas en compte lors de l instruction toute demande de la personne ou de son référent (ou tuteur) de provisionner ces frais d obsèques, et lors du décès, si l épargne ne suffit pas, plusieurs pistes doivent être envisagées mais le bénéficiaire ne doit en aucun cas utiliser les revenus devant être reversés au titre de la participation des frais d hébergement et d entretien pour payer ses frais d obsèques. En effet, la personne peut voir ses frais pris en charge par : - l assureur dans le cadre d un contrat obsèques ou assurance décès, - les obligés alimentaires du bénéficiaire même s ils envisagent de renoncer à la succession - le conjoint survivant au titre du devoir de secours - le maire de la commune de décès (si le bénéficiaire détenait sa résidence habituelle sur une autre commune que celle de son décès ou si elle a une sépulture sur une autre commune que celle de son décès, c est toujours le maire de la commune de décès qui gère) dans la limite où les frais ne sont pas considérés comme somptuaires (Commission centrale ). Bien entendu le maire devient créancier de la succession du décédé. Si cette succession s avère nulle, le coût budgétaire appartient à la commune.

11 THEME : le séjour en établissement Mon conjoint est resté au domicile et ses ressources ne lui permettent pas de payer ses charges, que va-t-il se passer pour lui? Lorsque le pensionnaire doit assumer la responsabilité de l'entretien d'une famille pendant la durée de son séjour dans l'établissement, il doit pouvoir disposer librement, chaque mois, en plus du minimum de ressources personnelles calculé comme il est dit aux articles D à D : 1 S'il est marié, sans enfant et si son conjoint ne travaille pas pour un motif reconnu valable par le président du Conseil Général ou le préfet ou le directeur général de l'agence Régionale de Santé, de 35 % du montant mensuel de l'allocation aux adultes handicapés ; 2 De 30 % du montant mensuel de l'allocation aux adultes handicapés par enfant ou par ascendant à charge. Si je suis hospitalisé, qui paiera quoi? Toute absence de plus de 72 heures pour cause d hospitalisation doit être signalée par l établissement au Service Maintien de l Autonomie du Conseil Général. Le prix de journée de l établissement sera minoré du forfait journalier en vigueur à partir du 4ème jour. Durant la période d hospitalisation, la contribution (reversion des ressources) de la personne est maintenue. Sur justification de non prise en charge du forfait journalier hospitalier (FJH) par la mutuelle, la majoration du reste à vivre à hauteur du FJH pourra être autorisée. Je souhaite partir en week-end dans ma famille ou chez des amis, comment va se passer ma prise en charge? Pour toutes absences pour convenance personnelle, non liées à une hospitalisation et n excédant pas 72 heures, le prix de journée est dû par la personne admise au titre de l aide sociale. Ces absences donnent lieu au paiement du tarif hébergement complet. Les ressources du bénéficiaire de l aide sociale sont récupérées. Pour les établissements fonctionnant en internat de semaine, la part de ressources laissée à la personne est augmentée d un montant de 20 % de l AAH par mois tel que le prévoit le CASF. Pour les établissements fonctionnant en internat complet (7 jours/7), le Département, allant au delà des minima prévus par les textes, augmente les ressources laissées à la personne d un montant de 1.25% de l AAH par jour de week-end passé en dehors de l établissement dans la limite de 8 jours par mois (soit 10 % de l AAH par mois). Je souhaite partir en vacances, comment va se passer ma prise en charge? Durant cette période, le Département, allant au delà des minima prévus par les textes, ne procède pas à la récupération des ressources de la personne accueillie, exception faite de l allocation logement. Le résident garde la disposition de sa chambre. Au delà de 35 jours d absence (37 jours pour les foyers d hébergement annexés à un ESAT), il sera procédé à la récupération des ressources de la personne accueillie dans sa totalité dans la limite du minimum garanti.

12 THEME : les recours sur succession A mon décès, y aura-t-il recours sur ma succession de la part du Conseil Général? Les prestations versées au titre de l aide sociale sont considérées comme des avances faites par la collectivité au bénéficiaire. Par conséquent, lorsque le bénéficiaire décède, la collectivité débitrice de la prestation peut demander la récupération des sommes versées. Dans ce cas, il s agit d un recours en récupération (totale ou partielle) du montant des prestations. Le recours est exercé dans la limite du montant des prestations allouées au bénéficiaire de l aide sociale, et dès le premier euro sur l actif net successoral. MAIS la loi de 2005 sur le handicap a limité les recours sur succession auprès de certains héritiers. Il y a donc recours contre les héritiers sauf les parents, le conjoint, les enfants et la tierce personne qui a assumé de façon effective et permanente la charge de la personne handicapée. Un recours sera donc exercé à l encontre de tous les autres héritiers notamment les collatéraux (frère(s) et/ou sœur(s)) Si l actif net de ma succession est insuffisant pour rembourser l avance du Conseil Général, est-ce que mes héritiers seront tenus au paiement de ma dette auprès du Conseil Général? Non, la récupération se limite à l actif net successoral.

Sur. l AIDE SOCIALE A L HERBERGEMENT DES PERSONNES AGEES

Sur. l AIDE SOCIALE A L HERBERGEMENT DES PERSONNES AGEES MEMENTO Sur l AIDE SOCIALE A L HERBERGEMENT DES PERSONNES AGEES Avril 2012 Préambule Ce mémento a pour objectif d accompagner l ensemble des bénéficiaires et des partenaires en complément du Règlement

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 PREAMBULE LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L AIDE SOCIALE Le Règlement départemental

Plus en détail

LES PERSONNES HANDICAPÉES

LES PERSONNES HANDICAPÉES LES PERSONNES HANDICAPÉES - 1 - Hébergement et accompagnement de la personne handicapée Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 25 LES 1 1 - Hébergement et

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L 344-5-1 du CASF, Article L. 242-4 du CASF, Article L. 131-3 du CASF 1. Définition Toute personne handicapée dont l état de santé nécessite un placement en

Plus en détail

LES FRAIS D HEBERGEMENT POUR PERSONNES HANDICAPEES

LES FRAIS D HEBERGEMENT POUR PERSONNES HANDICAPEES LES FRAIS D HEBERGEMENT POUR PERSONNES HANDICAPEES DEFINITION Les frais de placement d une personne adulte handicapée dans un établissement correspondant à son état peuvent être pris en charge par l aide

Plus en détail

Audrey THOMAS Juriste Unapei Chargée du droit de l aide sociale et des ressources des personnes handicapées adultes

Audrey THOMAS Juriste Unapei Chargée du droit de l aide sociale et des ressources des personnes handicapées adultes Aide sociale : de l admission à la récupération 5 juin 2010 Audrey THOMAS Juriste Unapei Chargée du droit de l aide sociale et des ressources des personnes handicapées adultes Aide sociale : de l admission

Plus en détail

CHAPITRE II LES PERSONNES HANDICAPÉES EN ÉTABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

CHAPITRE II LES PERSONNES HANDICAPÉES EN ÉTABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL CHAPITRE II LES PERSONNES HANDICAPÉES EN ÉTABLISSEMENT ET SERVICE SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL Les frais d hébergement et d entretien sont à la charge : à titre principal, de l'intéressé lui-même sans toutefois

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES HANDICAPEES C13 L aide sociale à l hébergement en établissement (foyer d hébergement, foyer de vie et foyer d accueil médicalisé, établissement pour personnes âgées) et accueil en structure occupationnelle Références

Plus en détail

LES PERSONNES HANDICAPÉES

LES PERSONNES HANDICAPÉES LES PERSONNES HANDICAPÉES - 1 - Hébergement et accompagnement de la personne handicapée Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 25 LES 1 1 - Hébergement et

Plus en détail

Fiche 18 : L aide sociale à l hébergement

Fiche 18 : L aide sociale à l hébergement Fiche 18 : L aide sociale à l hébergement Références juridiques Code de l Action Sociale et des Familles: Article L 131-3 sur l admission d urgence Article L 231-4 et suivants concernant les modalités

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES C6 L aide sociale à l hébergement en établissement Références Code de l Action Sociale et des Familles Art. L 113-1 Art. L 131-1 à L 131-7 Art. L 132-1 et suivants Art. L 231-4 à L 231-6 Art. R 131-1 et

Plus en détail

L accueil en établissement

L accueil en établissement I VOLET 3 L accueil en établissement Article L. 131-3 du CASF, Article L 132-6 du code de l action sociale et des familles 1. Définition Toute personne âgée de 65 ans, ou de plus de 60 ans reconnue inapte

Plus en détail

LES FRAIS D HEBERGEMENT EN EHPAD PERSONNES AGEES

LES FRAIS D HEBERGEMENT EN EHPAD PERSONNES AGEES LES FRAIS D HEBERGEMENT EN EHPAD PERSONNES AGEES CONDITIONS GENERALES Age : art. L 113-1 du CASF Toute personne âgée de 65 ans ou 60 ans en cas d inaptitude, peut bénéficier de l Aide Sociale pour la prise

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - HEBERGEMENT

NOTE JURIDIQUE - HEBERGEMENT Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - HEBERGEMENT - OBJET : Les ressources des personnes handicapées hébergées en établissement Base juridique

Plus en détail

- 7 - L allocation Frais de transport

- 7 - L allocation Frais de transport - 7 - L allocation Frais de transport 91 Règlement départemental d aide sociale 2007 - Enfance et famille TITRE 1 7 - L allocation frais de transport. Définition et objectifs de l allocation pour frais

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE CONVENTION RELATIVE AUX MODALITES DE FINANCEMENT

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE CONVENTION RELATIVE AUX MODALITES DE FINANCEMENT CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE CONVENTION RELATIVE AUX MODALITES DE FINANCEMENT Envoi Préfecture AU : TITRE 17/02/2015 DE L AIDE SOCIALE DEPARTEMENTALE Réception Préfet : 17/02/2015 ENTRE Le Département

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP

Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP La prestation de compensation du handicap (PCH) a été instaurée par la loi n 2005-102 du 11 février 2005. Elle est attribuée à la personne qui présente

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR POUR UNE PREMIERE DEMANDE D AIDE SOCIALE

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR POUR UNE PREMIERE DEMANDE D AIDE SOCIALE LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR POUR UNE PREMIERE DEMANDE D AIDE SOCIALE Ci-dessous les documents nécessaires pour une demande d aide sociale à l hébergement Au verso les documents nécessaires pour une demande

Plus en détail

Page 104 ANNEXE 1 DEPENSES POUVANT ETRE DEDUITES DES CONTRIBUTIONS DES PERSONNES AGEES OU HANDICAPEES A LEURS FRAIS D HEBERGEMENT

Page 104 ANNEXE 1 DEPENSES POUVANT ETRE DEDUITES DES CONTRIBUTIONS DES PERSONNES AGEES OU HANDICAPEES A LEURS FRAIS D HEBERGEMENT Page 104 ANNEXE 1 DEPENSES POUVANT ETRE DEDUITES DES CONTRIBUTIONS DES PERSONNES AGEES OU HANDICAPEES A LEURS FRAIS D HEBERGEMENT DEPENSES DEDUCTIBLES Frais de mutuelle Forfait journalier hospitalier Responsabilité

Plus en détail

Les droits. et de leurs PROCHES DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES ANNEXE LES CHIFFRES

Les droits. et de leurs PROCHES DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES ANNEXE LES CHIFFRES Les droits DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES et de leurs PROCHES ANNEXE LES CHIFFRES Chiffres en vigueur au 1 er avril 2012 ANNEXE LES CHIFFRES Chiffres en vigueur au 1 er avril 2012 Les chiffres qui

Plus en détail

Le système de participation des personnes protégées au financement de leur mesure

Le système de participation des personnes protégées au financement de leur mesure Le système de participation des personnes protégées au financement de leur mesure La loi du 5 mars 2007 maintient le principe de subsidiarité du financement public. Ainsi, la personne protégée participe

Plus en détail

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental du Morbihan Cité administrative - 13 avenue Saint-Symphorien - 56020 VANNES CEDEX Tél. 02.97.47.88.88 Fax 02.97.47.84.02

Plus en détail

L accueil familial en faveur des Personnes agées

L accueil familial en faveur des Personnes agées I VOLET 3 L accueil familial en faveur des Personnes agées 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux personnes âgées. Il contribue

Plus en détail

III.12 - PRESTATIONS DE LA CAISSE D ASSURANCE MALADIE PENSION D INVALIDITE Régime général des salariés (Fiche 17)

III.12 - PRESTATIONS DE LA CAISSE D ASSURANCE MALADIE PENSION D INVALIDITE Régime général des salariés (Fiche 17) III.12 - PRESTATIONS DE LA CAISSE D ASSURANCE MALADIE PENSION D INVALIDITE Régime général des salariés () La pension d invalidité est un revenu de remplacement accordé à titre temporaire. Ce revenu compense

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES C11 Hébergement par un accueillant familial à titre onéreux : Financement de l accueil Nature de la prestation : Références : Prestations légales pour le financement du coût de l'accueil familial : Décret

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental. Demande d aide financière Dossier parrainé par NOM :. Prénom : Date et lieu de naissance :. Adresse : Email : Téléphone

Plus en détail

Les Orientations Médico- Sociales Adultes

Les Orientations Médico- Sociales Adultes Les Orientations Médico- Sociales Adultes 22/10/2013 MDPH 59 1 mdph59 Compétences et Missions de la CDAPH Orientation de la personne en situation de handicap Désignation des types d établissements ou services

Plus en détail

DOSSIER D AIDE SOCIALE

DOSSIER D AIDE SOCIALE N de dossier :.. Commune :..... Canton :.. DOSSIER D AIDE SOCIALE NOM et PRENOM : (de la personne pour laquelle l Aide est demandée)... AVANTAGES SOLLICITES PRISE EN CHARGE DES FRAIS D HEBERGEMENT : Établissement

Plus en détail

DEMANDE D AIDE SOCIALE LÉGALE

DEMANDE D AIDE SOCIALE LÉGALE CADRE RESERVÉ AU CONSEIL GÉNÉRAL : N dossier familial : N de foyer : N aide : Gestionnaire : ORGANISME AYANT CONSTITUÉ LA DEMANDE ET PERSONNE RÉFÉRENTE :.............. DEMANDE D AIDE SOCIALE LÉGALE POUR

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : FISCALITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

FICHE TECHNIQUE : FISCALITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP FICHE TECHNIQUE : FISCALITE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Ce document a été établi à titre d information sur les principes généraux de la fiscalité des personnes en situation de handicap. Il est

Plus en détail

1. Les modifications apportées à l assiette de la participation des personnes protégées au financement de leur mesure de protection

1. Les modifications apportées à l assiette de la participation des personnes protégées au financement de leur mesure de protection Fiche explicative du décret n 2011-710 du 21 juin 2011 relatif à l assiette et au versement de la participation des personnes protégées au financement de leur mesure de protection L article L. 471-5 du

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. avril 2013

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. avril 2013 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. avril 2013 ARTICLE 4 4.5 La contestation du domicile de secours Dans le Département :

Plus en détail

- 4 - L aide ménagère

- 4 - L aide ménagère - 4 - L aide ménagère Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 49 LES 4 4 - L aide ménagère. Dispositions générales. Article 1.1 Objectifs. L aide ménagère

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU

PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU COURS DE FISCALITE DES PERSONNES PHYSIQUES PREMIERE PARTIE : PRINCIPES GENERAUX DE L IMPOT SUR LE REVENU PLAN 1.Définition et caractéristiques 2. la territorialité 3.Les revenus imposables 31 Les revenus

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Instances concourant à l admission à l aide sociale Procédures d admission à l aide sociale Obligation

Plus en détail

Comment assurer l avenir financier d une personne vulnérable?

Comment assurer l avenir financier d une personne vulnérable? Comment assurer l avenir financier d une personne vulnérable? Rente de Survie Loi du 11 février 2005 Réforme du droit des successions Hébergement Epargne Handicap PERSONNES VULNERABLES Mesures de Protection

Plus en détail

L aide sociale départementale aux adultes. Le Conseil général vous guide. Edition 2010

L aide sociale départementale aux adultes. Le Conseil général vous guide. Edition 2010 Edition 2010 Informations pratiques - L aide sociale aux adultes Le Conseil général vous guide L aide sociale départementale aux adultes La marche à suivre Edition 2010 www.somme.fr L aide sociale aux

Plus en détail

Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement

Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement 6a, rue du Verdon 67100 STRASBOURG Téléphone : 0800 747 900 Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement Le Fonds Départemental de Compensation du Handicap s adresse

Plus en détail

Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement

Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement 6a, rue du Verdon 67100 STRASBOURG Téléphone : 0800 747 900 Fonds Départemental de Compensation du Handicap du Bas-Rhin Demande de Financement Le Fonds Départemental de Compensation du Handicap s adresse

Plus en détail

Transmission du patrimoine: Des contraintes liées. à l intervention de l Aide l Sociale à l hébergement

Transmission du patrimoine: Des contraintes liées. à l intervention de l Aide l Sociale à l hébergement Transmission du patrimoine: Des contraintes liées à l intervention de l Aide l Sociale à l hébergement Hélène LE MEUR Fatmata DIALLO Urapei Centre: Donation / héritage de la résidence principale des parents

Plus en détail

OBLIGATION ALIMENTAIRE

OBLIGATION ALIMENTAIRE TAMPON M.D.R PERSONNES ÂGÉES OBLIGATION ALIMENTAIRE Formulaire destiné à l évaluation de l aide alimentaire pouvant être apportée à la personne pour laquelle l aide sociale est demandée À remplir par le

Plus en détail

Les droits. et de leurs PROCHES DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES ANNEXE LES CHIFFRES

Les droits. et de leurs PROCHES DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES ANNEXE LES CHIFFRES Les droits DES PERSONNES HANDICAPÉES MENTALES et de leurs PROCHES ANNEXE LES CHIFFRES Chiffres en vigueur au 1 er janvier 2014 ANNEXE LES CHIFFRES Chiffres en vigueur au 1 er janvier 2014 Les chiffres

Plus en détail

DEMANDE D AIDE SOCIALE

DEMANDE D AIDE SOCIALE Délégation sociale Direction Solidarité Autonomie Pôle Prestations Hôtel du Département Boulevard Georges Chauvin CS 72101 27021 Evreux Cedex Tél. 02 32 31 50 50 fax 02 32 39 91 72 Internet www.eureenligne.fr

Plus en détail

DECRETS D APPLICATION. LOI du 5 mars 2007

DECRETS D APPLICATION. LOI du 5 mars 2007 DECRETS D APPLICATION LOI du 5 mars 2007 1 Décret n 2008-1554 2 Article L. 475-1 du code de l action sociale et des familles «Le coût des mesures exercées par les mandataires judiciaires à la protection

Plus en détail

A domicile En établissement Accueil chez un particulier agréé Date d entrée :... Date dentrée :... RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE FOYER DU DEMANDEUR

A domicile En établissement Accueil chez un particulier agréé Date d entrée :... Date dentrée :... RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE FOYER DU DEMANDEUR RÉSERVÉ A L ADMINISTRATION N DOSSIER... ALLOCATION PERSONNALISÉE D AUTONOMIE LOI N 2001-647 DU 20 JUILLET 2001 MODIFIANT LE CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES Demande d aide d une personne âgée de

Plus en détail

F I N D E M E S U R E : C O M P T E D E G E S T I O N D É F I N I T I F

F I N D E M E S U R E : C O M P T E D E G E S T I O N D É F I N I T I F F I N D E M E S U R E : C O M P T E D E G E S T I O N D É F I N I T I F La mesure de protection de la personne protégée a pris fin. En application de l'article 514 du Code civil, vous devez remettre un

Plus en détail

Dossier de présentation de l Allocation Personnalisée d Autonomie

Dossier de présentation de l Allocation Personnalisée d Autonomie Dossier de présentation de l Allocation Personnalisée d Autonomie Qu est-ce que l APA? L APA est une aide personnalisée gérée par le Conseil général. C est une prestation en nature et non un complément

Plus en détail

L AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES PERSONNES HANDICAPEES

L AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES PERSONNES HANDICAPEES L AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES PERSONNES HANDICAPEES Chapitre I L admission à l aide sociale aux personnes âgées personnes handicapées I Les conditions générales d admission à l aide sociale La résidence

Plus en détail

RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS. AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES

RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS. AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES RETRAITE PLUS Retraite plus - Service gratuit d orientation en Maison de Retraite COMPRENDRE LES AIDES SOCIALES RETRAITE PLUS RETRAITE PLUS AUX PERSONNES AGEES en 10 questions AIDES SOCIALES service gratuit

Plus en détail

PERSONNALISéE D AUTONOMIE

PERSONNALISéE D AUTONOMIE CONSEIL GENERAL DE L AVEYRON pôle des solidarités départementales Cadre réservé à l administration N DOSSIER :... DEMANDE D ALLOCATION DéPARTEMENTALE PERSONNALISéE D AUTONOMIE D UNE PERSONNE DE SOIXANTE

Plus en détail

Formation Fiscalité. Pascal PERRON Directeur Technique AGA-PL-France

Formation Fiscalité. Pascal PERRON Directeur Technique AGA-PL-France Formation Fiscalité Pascal PERRON Directeur Technique AGA-PL-France 14.04.2015 PARIS Avril 2015 Sommaire Notion de foyer fiscal Principe du calcul de l'impôt Barème et méthode de calcul de l'impôt Charges

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE

NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE Conseil Technique National Service juridique droit des personnes et des familles NOTE JURIDIQUE - ASSURANCE - OBJET : Contrat de Rente survie Base juridique Art.199 septies I 1 du code général des impôts

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION PIECES A FOURNIR

DOSSIER D ADMISSION PIECES A FOURNIR DOSSIER D ADMISSION PIECES A FOURNIR Pour rappel : pièces (photocopies) à fournir telles que mentionnées dans le Dossier Unique d Admission : Dernier avis d imposition ou de non-imposition Justificatifs

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

Les foyers d'hébergement pour travailleurs handicapés relèvent des dispositions réglementaires applicables aux établissements médico-sociaux.

Les foyers d'hébergement pour travailleurs handicapés relèvent des dispositions réglementaires applicables aux établissements médico-sociaux. Définition Ces établissements assurent l'hébergement et l'entretien des personnes adultes handicapées qui exercent une activité pendant la journée, en milieu ordinaire (de droit commun), dans un établissement

Plus en détail

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale

Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale Centre Communal d Action Sociale 01.34.90.89.73 Liste des pièces à fournir pour une demande de prise en charge des frais d hébergement en maison de retraite au titre de l aide sociale - Livret de Famille

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

ACTION SANITAIRE et SOCIALE. Aides aux seniors pour le maintien à domicile Plan d Actions Personnalisé Amélioration de l habitat

ACTION SANITAIRE et SOCIALE. Aides aux seniors pour le maintien à domicile Plan d Actions Personnalisé Amélioration de l habitat 1 Vous-même (le demandeur) ACTION SANITAIRE et SOCIALE Aides aux seniors pour le maintien à domicile Plan d Actions Personnalisé Amélioration de l habitat Document à remettre à votre CMCAS Madame Monsieur

Plus en détail

DELEGATION AUTONOMIE ET HANDICAP

DELEGATION AUTONOMIE ET HANDICAP DELEGATION AUTONOMIE ET HANDICAP Service des Politiques de l Autonomie des Personnes Agées REVALORISATION des tarifs Au 1 er septembre 2014 - DES PRESTATIONS ET AVANTAGES SOCIAUX DESTINES AUX PERSONNES

Plus en détail

DEMANDE D ALLOCATION DÉPARTEMENTALE PERSONNALISÉE D AUTONOMIE

DEMANDE D ALLOCATION DÉPARTEMENTALE PERSONNALISÉE D AUTONOMIE CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L AVEYRON PÔLE DES SOLIDARITÉS DÉPARTEMENTALES Cadre réservé à l administration N DOSSIER :... DEMANDE D ALLOCATION DÉPARTEMENTALE PERSONNALISÉE D AUTONOMIE D UNE PERSONNE DE SOIXANTE

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

LA RÉMUNÉRATION DES MANDATAIRES JUDICIAIRES À LA PROTECTION DES MAJEURS. Texte de référence : Décret n 2008-1554 du 31 décembre 2008

LA RÉMUNÉRATION DES MANDATAIRES JUDICIAIRES À LA PROTECTION DES MAJEURS. Texte de référence : Décret n 2008-1554 du 31 décembre 2008 LA RÉMUNÉRATION DES MANDATAIRES JUDICIAIRES À LA PROTECTION DES MAJEURS Cliquez sur le lien pour accéder aux documents suivants : Texte de référence : Décret n 2008-1554 du 31 décembre 2008 Notice sur

Plus en détail

DOSSIER D AIDE MENAGERE

DOSSIER D AIDE MENAGERE Social et santé Mon Département, terre de toutes les solidarités DOSSIER D AIDE MENAGERE toujours avec v us. www.hauteloire.fr L aide ménagère sociale Le Conseil général peut octroyer une aide aux personnes

Plus en détail

Ú Guide comptable de l aide sociale

Ú Guide comptable de l aide sociale Ú Guide comptable de l aide sociale Livret d information à destination des usagers, de leur famille et des professionnels www.cg58.fr www.bienvieillirennievre.fr Ú PAIEMENT DIFFERENTIEL DES FRAIS D HEBERGEMENT

Plus en détail

Comment financer sa maison de retraite?

Comment financer sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 2 Comment financer sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES L accueil des personnes âgées Les tarifs en maison de retraite L APA en établissement L Aide

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Assurance et prévoyance

Assurance et prévoyance Assurance et prévoyance Assistance famille en cas d accident. IDCP Des prestations d assistance sont prévues en cas d accident par le contrat IDCP. Elles peuvent être déclenchées après appel préalable

Plus en détail

LES PERSONNES ÂGÉES. - 1 - Aide sociale à l hébergement Personnes âgées. 113 Règlement départemental d aide sociale 2007 - Enfance et famille TITRE 1

LES PERSONNES ÂGÉES. - 1 - Aide sociale à l hébergement Personnes âgées. 113 Règlement départemental d aide sociale 2007 - Enfance et famille TITRE 1 - 1 - Aide sociale à l hébergement Personnes âgées 113 Règlement départemental d aide sociale 2007 - Enfance et famille TITRE 1 1 - Aide sociale à l hébergement Personnes âgées. Définition. Toute personne

Plus en détail

Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement

Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement Liste des pièces nécessaires pour une demande d admission à l Aide sociale à l hébergement dgdfjj h 1 Certains justificatifs sont à fournir uniquement pour la première demande d aide sociale, et ne sont

Plus en détail

Règlement d'action Sanitaire et Sociale

Règlement d'action Sanitaire et Sociale Règlement d'action Sanitaire et Sociale Aide au Soutien à Domicile des Personnes Âgées Date de validité : du 1 er janvier au 31 décembre 2016 Principes Généraux Préambule Le présent règlement est élaboré

Plus en détail

Ú Guide d aide sociale à l hébergement aux personnes agées et aux personnes handicapées

Ú Guide d aide sociale à l hébergement aux personnes agées et aux personnes handicapées Ú Guide d aide sociale à l hébergement aux personnes agées et aux personnes handicapées Livret d information à destination des usagers, de leur famille et des professionnels www.cg58.fr www.bienvieillirennievre.fr

Plus en détail

DEMANDE D AIDE SOCIALE LEGALE (cf page 6, liste des pièces à fournir)

DEMANDE D AIDE SOCIALE LEGALE (cf page 6, liste des pièces à fournir) CADRE RESERVE AU CONSEIL DEPARTEMENTAL : N Dossier Familial : N de foyer : N Aide : Gestionnaire : ORGANISME AYANT CONSTITUE LA DEMANDE ET PERSONNE REFERENTE :........ DEMANDE D AIDE SOCIALE LEGALE (cf

Plus en détail

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs I- Le système de prélèvements La loi du 5 mars 2007 maintient le principe de subsidiarité du financement public. Ainsi, la personne

Plus en détail

Pouvoir vivre chez soi... Demande d aide ménagère à domicile. Nous sommes là pour vous aider. Cerfa CAISSE NATIONALE D ASSURANCE VIEILLESSE

Pouvoir vivre chez soi... Demande d aide ménagère à domicile. Nous sommes là pour vous aider. Cerfa CAISSE NATIONALE D ASSURANCE VIEILLESSE Nous sommes là pour vous aider CAISSE NATIONALE D ASSURANCE VIEILLESSE Demande d aide ménagère à domicile... action sociale... soutien à domicile... action Pouvoir vivre chez soi...... soutien à domicile...

Plus en détail

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant Accueil et modes de garde Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J adopte un enfant 1 2 J adopte ou j accueille un enfant en vue d adoption La prime à l adoption 4 J élève mon enfant L

Plus en détail

Objet : Contribution assurance dépendance sur les revenus du patrimoine et sur certaines pensions.

Objet : Contribution assurance dépendance sur les revenus du patrimoine et sur certaines pensions. Circulaire du directeur des contributions CADEP1 du 23 octobre 2009 * CADEP1 Objet : Contribution assurance dépendance sur les revenus du patrimoine et sur certaines pensions. A. Calcul de la contribution

Plus en détail

GENERALITES DE L AIDE SOCIALE

GENERALITES DE L AIDE SOCIALE GENERALITES DE L AIDE SOCIALE CONDITIONS GENERALES DE L AIDE SOCIALE RESIDENCE : art. L111-1 du CASF Pour prétendre à l aide sociale, il faut résider en France de façon habituelle et non passagère. Elle

Plus en détail

BUDGET ET AIDE SOCIALE

BUDGET ET AIDE SOCIALE BUDGET ET AIDE SOCIALE 2 PLAN 1 - Les budgets de nos adultes 2 - Ce que nous faisons de leur épargne 3 - L AIDE SOCIALE : Qu est-ce que c est? Le remboursement, Les montants en jeu. 4 - Comment gérer au

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol

PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol Depuis le 1 er janvier 2002, une nouvelle aide, l Allocation personnalisée d autonomie ou APA, remplacera l actuelle

Plus en détail

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel

Demande. d intervention sociale. 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) 2 - le conjoint actuel Demande d intervention sociale Confidentiel Cadre réservé au service 1 - le demandeur (écrire en lettres majuscules et en noir) actif chômeur (1) retraité autre, précisez : nom de naissance : prénom :

Plus en détail

PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP (PCH)

PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP (PCH) PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP (PCH) La prestation de compensation du handicap à domicile est entrée en vigueur le 1er janvier 2006. Elle a ensuite été étendue aux personnes handicapées hébergées

Plus en détail

III.6 - ALLOCATION AUX ADULTES HANDICAPES (Fiche 9)

III.6 - ALLOCATION AUX ADULTES HANDICAPES (Fiche 9) III.6 - ALLOCATION AUX ADULTES HANDICAPES () L allocation aux Adultes Handicapés (AAH) est un revenu d existence. C est une prestation familiale, versée par la Caisse d Allocations Familiales (CAF) ou

Plus en détail

LA LOI MADELIN PREAMBULE

LA LOI MADELIN PREAMBULE LA LOI MADELIN PREAMBULE Les TNS (travailleurs non salariés) sont une population particulièrement touchée par le soucis des revenus de retraites : leurs cotisations ne leur laissera en moyenne que 60%

Plus en détail

Action sociale de la Mutuelle Audiens. de la presse, du spectacle et de la communication. Notice d information. À vos côtés tout au long de la vie

Action sociale de la Mutuelle Audiens. de la presse, du spectacle et de la communication. Notice d information. À vos côtés tout au long de la vie Action sociale de la Mutuelle Audiens de la presse, du spectacle et de la communication Notice d information À vos côtés tout au long de la vie Les aides complémentaires aux dépenses de santé Nature de

Plus en détail

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques.

En tout état de cause, il faudra demander vos prestations le plus souvent au travers d un formulaire car elles ne sont pas automatiques. Si vous remplissez certaines conditions vous pourrez avoir droit à l allocation veuvage, à la retraite de réversion, à certaines aides pour la famille et le logement. Faites attention aux possibles récupérations

Plus en détail

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit

Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA pour les non-salariés non-agricoles (travailleurs indépendants) Conditions de droit Le RSA vise à améliorer les revenus d activité en les complétant jusqu à atteindre un niveau de revenu garanti

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR. Dossier d admission - Octobre 2014 Modifié le 02.04.2015

CONTRAT DE SEJOUR. Dossier d admission - Octobre 2014 Modifié le 02.04.2015 CONTRAT DE SEJOUR Dossier d admission Octobre 2014 Modifié le 02.04.2015 Résidence Xavier Jourdain BP 70167 68600 NEUFBRISACH / Tél. 03 89 72 55 90 Fax 03 89 72 76 30 Email : hopital.neufbrisach.d@wanadoo.fr

Plus en détail

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 :

Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : I.S.F. Patrimoine taxable Vous résidez fiscalement en France? Ce qui change pour vous au 1 er janvier 2013 : Vous êtes redevable de l ISF si votre patrimoine net taxable excède 1,3 million au 1 er janvier

Plus en détail

Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité

Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité Notice d'utilisation du bordereau mensuel de compensation par l Etat des charges de garantie de rémunération des travailleurs

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES

QUESTIONS / REPONSES QUESTIONS / REPONSES Peut-on tout acheter avec un crédit personnel? Oui, dans la mesure où le montant du crédit correspond à votre besoin. Jusqu à 75000 maximum, votre prêt personnel peut répondre à tous

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ADMINISTRATIF

QUESTIONNAIRE ADMINISTRATIF E.H..P.A.D RESIDENCE BELLE FONTAINE 35, rue Saint-Exupéry 62152 NEUFCHATEL-HARDELOT tél : 03.21.99.91.30 fax : 03.21.99.91.32 QUESTIONNAIRE ADMINISTRATIF Modalité de la demande : Hébergement : URGENT ENTREE

Plus en détail

Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market

Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market Le document doit être rempli intégralement et accompagné de pièces justificatives. Dans le cas contraire, la demande ne pourra pas être traitée.

Plus en détail

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Prestations financières pour adultes handicapés Prestation financière

Plus en détail

2, rue Edmond Rostand à Montereau Pour avoir des renseignements complémentaires, n hésiter pas téléphoner au :

2, rue Edmond Rostand à Montereau Pour avoir des renseignements complémentaires, n hésiter pas téléphoner au : FOYER-LOGEMENTS «Résiidence Belllle Feuiilllle» 2,, rrue Edmond Rosttand 77130 MONTEREAU -- FAULT--YONNE Une vie plus facile dans une résidence située à proximité des commerces. Si vous désirez rompre

Plus en détail

TARIFICATION DES ACTIVITÉS 2014

TARIFICATION DES ACTIVITÉS 2014 TARIFICATION DES ACTIVITÉS 2014 Restauration scolaire Accueil Périscolaire Accueils de Loisirs extrascolaires Crèches et Haltes-garderies Animation Sportive Ludothèque Conservatoire à Rayonnement Régional

Plus en détail

DEMANDE D AIDE SOCIALE LEGALE (cf page 6, liste des pièces à fournir)

DEMANDE D AIDE SOCIALE LEGALE (cf page 6, liste des pièces à fournir) CADRE RESERVE AU CONSEIL DEPARTEMENTAL : N Dossier Familial : N de foyer : N Aide : Gestionnaire : ORGANISME AYANT CONSTITUE LA DEMANDE ET PERSONNE REFERENTE :........ DEMANDE D AIDE SOCIALE LEGALE (cf

Plus en détail

DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET

DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET REGLEMENT DU SERVICE ANNEXE DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège MAJ mars 2014 1 Vu le code de l Education. Vu le code général des collectivités territoriales Vu la loi n 809 du 13 Août 2004 et notamment

Plus en détail