Avantage carbone de l aluminium québécois

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avantage carbone de l aluminium québécois"

Transcription

1 L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ALUMINIUM PRIMAIRE MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie. L évaluation de l empreinte carbone des produits est un outil permettant aux entreprises de prendre de meilleures décisions en matière d environnement et d améliorer leur positionnement sur les marchés nationaux et internationaux. Au Québec, l approvisionnement en électricité est très majoritairement issu de centrales hydroélectriques, lesquelles n émettent que très peu de GES. Cette caractéristique unique confère à plusieurs secteurs de l économie québécoise un avantage considérable en comparaison d autres pays. C est dans cette optique que le ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations (MEIE) a financé un projet mené en collaboration avec le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG). L objectif était de quantifier l avantage carbone d une variété de produits québécois, pour ensuite promouvoir cet avantage. La production d aluminium primaire, une activité requérant beaucoup d électricité, a été sélectionnée comme cas d étude pour ce projet. SOMMAIRE Les résultats du projet révèlent que les émissions de GES générées lors d une production d aluminium primaire au Québec sont de 67 à 76 % inférieures à celles émises lors d une même production au Moyen-Orient ou en Chine, et 19 % inférieures lorsque la comparaison se fait avec la Russie. Avantage carbone de l aluminium québécois Empreinte carbone rela/ve (émissions de GES) 120% 100% 80% 60% 40% 20% 19 % 76 % 67 % 0% Russie Québec Chine Québec Moyen- Orient Région de comparaison Québec

2 DESCRIPTION DE L ACTIVITÉ ÉTUDIÉE Le produit visé est l aluminium primaire produit par électrolyse à l aide de la technologie des anodes précuites (la technologie Söderberg n est plus utilisée au Québec depuis 2014). L unité fonctionnelle se définit comme suit : produire 1 tonne d aluminium primaire dans une cuve à anodes précuites, pour la période L unité fonctionnelle fournit une référence par rapport à laquelle les intrants et les extrants, et ultimement les émissions de GES attribuables au produit, sont calculés. Cycle de vie «berceau à la porte» 1 de la production d aluminium au Québec L HYDROÉLECTRICITÉ DU QUÉBEC : PREMIER DIFFÉRENCIATEUR Les alumineries étant de très grandes consommatrices d électricité, elles sont souvent localisées près de sources d hydroélectricité. Leur mix électrique 2 ne correspond donc pas aux moyennes nationales. Le tableau suivant résume les mix électriques spécifiques à cette industrie dans chaque pays ou région de comparaison. Ces renseignements sont issus de l International Aluminium Institute (IAI) et ont été obtenus à partir de la base de données ecoinvent 3.2. Mode de génération électrique Chine Moyen-Orient Russie Québec Hydroélectricité 10 % 0 % 95 % 100 % Charbon 90 % 0 % 5 % 0 % Gaz naturel 0 % 100 % 0 % 0 % 1. Un cycle de vie partiel qui tient compte des étapes comprises entre l extraction des matières premières et la fabrication du produit inclusivement. 2. Le mix électrique correspond à la répartition des différentes sources d énergies primaires consommées pour la production d électricité.

3 MÉTHODOLOGIE Le référentiel méthodologique utilisé est le GHG Protocol Product Life Cycle Reporting and Accounting Standard, un protocole de quantification internationalement reconnu pour les calculs d empreinte carbone. Les frontières du système étudié ont été posées du «berceau à la porte», comme recommandé par ce protocole pour des produits intermédiaires 3. L empreinte carbone de l aluminium québécois a d abord été calculée. L empreinte carbone hors Québec est ensuite établie en remplaçant simplement le mix électrique québécois par le mix électrique pour l industrie de l aluminium du pays ou de la région de comparaison. L avantage carbone est la différence obtenue entre une empreinte carbone hors Québec fictive et l empreinte carbone calculée pour une production québécoise. L équation ci-dessous permet d obtenir cet avantage carbone, en valeur relative : Avantage carbone = Empreinte carbone!!"#!"é!"# Empreinte carbone!"é!"# Empreinte carbone!!"#!"é!"# DONNÉES UTILISÉES L objectif du projet était d obtenir un portrait global de la production d aluminium au Québec. Les résultats ne concernent donc pas une usine en particulier. Les données spécifiques au Québec pour la production des anodes, l électrolyse d aluminium et la coulée en lingots ont été colligées auprès des producteurs québécois par l entremise des associations sectorielles suivantes : Association de l aluminium du Canada (AAC) : données d exploitation de l année 2014 pour les éléments les plus significatifs, notamment la consommation d électricité pour l électrolyse; International Aluminium Institute (IAI) : données d exploitation de l année 2010 pour les autres éléments obtenues à partir de la base de données ecoinvent 3.1. LIMITES DE L ÉTUDE Le cadre d analyse de cette étude comporte certaines limites à considérer lors de l interprétation des résultats, notamment : la production de l alumine est basée sur des données mondiales, tandis qu une partie de celle-ci est réalisée au Québec. Il s agit d une modélisation en défaveur de l empreinte carbone québécoise, ce qui minimise donc l avantage carbone de l aluminium québécois; les résultats sont représentatifs d un secteur et non d une entreprise en particulier. Cela limite la précision des résultats, mais augmente leur champ d application; l avantage carbone relatif (%) est dépendant des frontières du système étudié; l avantage carbone calculé reste potentiel, en raison des limitations en matière de modélisation et des données disponibles, mais il demeure réaliste. 3. Produits servant d intrants pour la production d autres produits.

4 RÉSULTATS Les pays et régions sélectionnés pour la comparaison, soit la Chine, le Moyen-Orient et la Russie, sont les trois plus importants producteurs d aluminium à l échelle internationale. Le secteur de l aluminium de la Chine et du Moyen-Orient présente des mix électriques dont l empreinte carbone est assez élevée comparativement à ce même secteur ailleurs dans le monde. Le secteur de l aluminium de la Russie, pour sa part, présente un mix électrique dont l empreinte carbone est la plus faible du monde après le Québec (bien qu elle soit environ dix fois plus élevée que celle du Québec). Les résultats du projet indiquent que l avantage carbone de l aluminium québécois est très important, avec des émissions de GES de 67 à 76 % inférieures à celles du Moyen-Orient et de la Chine. Celuici diminue lorsque la comparaison se fait avec un mix électrique beaucoup moins carboné, comme celui du secteur de l aluminium russe. L avantage carbone québécois demeure toutefois intéressant, avec des émissions de GES 19 % inférieures à celles de la Russie. De manière générale, le Québec présente donc un avantage carbone important comparativement à la très grande majorité des pays producteurs d aluminium dans le monde. LE FACTEUR TRANSPORT L effet de possibles distances de transport additionnelles (pour les intrants ou le produit étudié) occasionnées par une production ayant lieu au Québec plutôt qu ailleurs a été évalué. Tout indique que s il était requis, un transport additionnel ne viendrait pas modifier les conclusions. L avantage carbone demeurerait donc important. VARIABILITÉ DES RÉSULTATS Des intervalles de variabilité ont été calculés afin d établir une valeur minimum et maximum pour l avantage carbone obtenu dans le cadre du projet, en tenant compte de la variabilité du procédé industriel ainsi que de certaines spécificités régionales. Ces intervalles ont été obtenus en faisant varier les principaux facteurs qui contribuent à l empreinte carbone de l aluminium primaire, soit : l électrolyse : la quantité d électricité, d alumine et d anode, et les émissions de procédé (CO 2 et perfluorocarbures); l adaptation au contexte régional : la modification du jeu de données de production de l anode. Pour établir l avantage carbone minimal, on compare la situation la plus défavorable au Québec à la situation la plus favorable dans le pays ou la région de comparaison. La valeur maximale de l avantage carbone s obtient, quant à elle, en comparant la situation la plus favorable au Québec à la situation la plus défavorable dans le pays ou la région de comparaison. L avantage carbone issu du mix électrique québécois reste majeur, quelles que soient les pratiques industrielles considérées pour la comparaison avec la Chine et le Moyen-Orient. En ce qui concerne la comparaison avec la Russie, où le secteur de l aluminium peut compter sur un mix électrique très peu carboné, l avantage carbone est très influencé par la modélisation du processus de production : des conditions d opération défavorables pour les alumineries québécoises peuvent venir grandement réduire, voire inverser, l avantage carbone québécois lorsque celui-ci est comparé avec une aluminerie russe qui serait plus efficace. À efficacité similaire, l avantage carbone québécois reste toutefois important. En outre, plus de 50 % de l aluminium russe est produit à l aide de la technologie Söderberg, qui engendre plus d émissions de GES que la technologie des anodes précuites. Le cas le plus défavorable présenté ici constitue donc un cas extrême très peu probable.

5 Région de comparaison Variabilité de l avantage carbone Chine [de 67 % à 85 %] Moyen-Orient [de 53 % à 79 %] Russie [de 19 % à 47 %] VÉRIFICATION INDÉPENDANTE Le projet du MEIE portant sur l évaluation de l empreinte carbone de divers produits québécois, mené en collaboration avec le CIRAIG, n incluait pas la production d aluminium primaire initialement. Ce secteur a été ajouté comme cas d étude dans un second temps. Le projet initial a fait l objet d un processus de revue critique, tant pour les aspects méthodologiques que pour les données utilisées. Un avis de vérification favorable a été émis par le comité réviseur de l étude. «Globalement, le réviseur considère que la méthodologie adoptée, les unités fonctionnelles choisies ainsi que les frontières des systèmes sont en adéquation avec les exigences du référentiel GHG Protocol et répondent aux objectifs de l étude. Le rapport présente des conclusions nuancées sur des bases d analyses de sensibilité qui abordent des situations extrêmes.» M. Rémi Bagard, RDC Environnement L évaluation de l avantage carbone de l aluminium québécois n a donc pas fait l objet d une revue critique en soi puisqu elle a été effectuée à la suite de la soumission du projet initial au comité réviseur de l étude. Cependant, la robustesse de la présente évaluation peut être vérifiée à l aide des points suivants : la méthodologie : la méthodologie utilisée est exactement la même que celle du projet initial ayant reçu l avis de vérification favorable mentionné ci-dessus; les données : o la très grande majorité des données sur la production d aluminium et les mix électriques utilisés proviennent de l IAI et de l AAC et ont fait l objet de révisions internes et externes; o la base de données d inventaire utilisée est la même que celle du projet initial, soit ecoinvent. En conséquence, le CIRAIG estime que les conclusions relatives à l avantage carbone de l aluminium québécois bénéficient du même niveau de confiance et de transparence que celles issues du projet initial.

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CHLORE-ALCALIS (PRODUITS CHIMIQUES DE BASE)

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CHLORE-ALCALIS (PRODUITS CHIMIQUES DE BASE) L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CHLORE-ALCALIS (PRODUITS CHIMIQUES DE BASE) MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie. L évaluation

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie.

Plus en détail

Sommaire Résultats de l analyse du cycle de vie (ACV) des planchers de bois franc de l est du canada

Sommaire Résultats de l analyse du cycle de vie (ACV) des planchers de bois franc de l est du canada Sommaire Résultats de l analyse du cycle de vie (ACV) des planchers de bois franc de l est du canada Introduction Une récente étude réalisée dans le cadre du programme de recherche sur les bois feuillus

Plus en détail

Marché du carbone Opportunités et défis - Situation au Québec

Marché du carbone Opportunités et défis - Situation au Québec Marché du carbone Opportunités et défis - Situation au Québec Le système de plafonnement et d échange (SPEDE) de droits d émission de GES au Québec Colloque de l AIEQ 29 mars 2017 Objectifs mondiaux de

Plus en détail

L Analyse du Cycle de Vie ACV. Dorothée Micheau Master GT2E 2010/2011

L Analyse du Cycle de Vie ACV. Dorothée Micheau Master GT2E 2010/2011 L Analyse du Cycle de Vie ACV Dorothée Micheau Master GT2E 2010/2011 Introduction i. Définition & Historique ii. Contexte & Applications iii. Etude de cas pratique : les lampes électriques Définition des

Plus en détail

Russie : émissions de CO 2 depuis 1990

Russie : émissions de CO 2 depuis 1990 Russie Terre d abondance Objectif climatique : 25-30 % de réduction des émissions à l horizon 2030 par rapport au niveau de 1990 Réduction des émissions de CO 2 actuelles par rapport au niveau de 1990

Plus en détail

Présenté par. Présenté à

Présenté par. Présenté à Commentaires portant sur le document de consultation en vue de l élaboration de la cible de réduction des émissions de GES du Québec à l horizon 2030 Présenté à Madame Louisette Cameron Secrétaire de la

Plus en détail

CHAPITRE. Marché du carbone : portrait et enjeux

CHAPITRE. Marché du carbone : portrait et enjeux CHAPITRE Marché du carbone : portrait et enjeux 4 Pourquoi avons-nous fait cette étude? Cette étude s inscrit dans la continuité des vérifications portant sur les sujets suivants le plan d action 2006-2012

Plus en détail

Réf. : Le 24 septembre 2014 Page 1/8

Réf. : Le 24 septembre 2014 Page 1/8 Réf. : 140924 Le 24 septembre 2014 Page 1/8 De : Vérificateur FDES Rapport de Vérification de la Déclaration Environnementale et Sanitaire de Produit selon la norme NF EN 15804+A1 et à la norme complémentaire

Plus en détail

Chapitre 5 : Le secteur industriel

Chapitre 5 : Le secteur industriel Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions de GES du secteur industriel Parmi tous les secteurs, le secteur industriel est celui qui a consommé le plus d énergie, mais il a produit moins

Plus en détail

Programme Écocamionnage

Programme Écocamionnage GUIDE DE DEMANDE D AIDE FINANCIÈRE POUR UN PROJET DE LOGISTIQUE Programme Écocamionnage 1. INTRODUCTION Ce volet du programme concerne les projets permettant la réduction des émissions de gaz à effet de

Plus en détail

Reporting Climate Bond

Reporting Climate Bond décembre 31 Reporting Climate Bond Adossement des fonds, bénéfices climatiques et gouvernance ESG des projets 1 - Présentation de l opération L AFD a émis sa première émission climat à 10 ans pour un montant

Plus en détail

Les nouveaux outils pour votre transition énergie-climat

Les nouveaux outils pour votre transition énergie-climat Les nouveaux outils pour votre transition énergie-climat Atelier APCC ABC Produrable 14 mars 2017 Les différents temps de la conférence Présentation ABC APCC Panorama des outils de la transition énergie-climat

Plus en détail

Bilan carbone et Matériaux de substitution

Bilan carbone et Matériaux de substitution Bilan carbone et Matériaux de substitution AFOCO 21 juin 2016 SGS Environment, Health & Safety Sommaire 1. Contexte de la comptabilisation carbone et objectifs du bilan d émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre

Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre Description de la personne morale concernée Raison sociale : Code NAF : 3811Z Code SIREN 622057594 Adresse : 28 Boulevard de Pesaro 92751 NANTERRE

Plus en détail

Sondage sur la perception des Québécois à l égard de l énergie éolienne. Projet Juin 2017

Sondage sur la perception des Québécois à l égard de l énergie éolienne. Projet Juin 2017 Sondage sur la perception des Québécois à l égard de l énergie éolienne Projet 15685-001 Juin 2017 Contexte, objectifs et méthodologie L Association canadienne de l énergie éolienne (CanWEA) a mandaté

Plus en détail

Référentiel «Total Ecosolutions» Version courte

Référentiel «Total Ecosolutions» Version courte Référentiel «Total Ecosolutions» Version courte Version Date Rédigé par Approuvé par Modifications 1 12/10/2009 La secrétaire du Codir Total Ecosolutions La Présidente du Codir et les coordinateurs des

Plus en détail

Programme obligations vertes Contribution développement durable de la Société de transport de Montréal

Programme obligations vertes Contribution développement durable de la Société de transport de Montréal Programme obligations vertes Contribution développement durable de la Société de transport de Montréal 24 février 2017 Programme obligations vertes Le Gouvernement du Québec a procédé le 24 février 2017

Plus en détail

Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre

Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre Description de la personne morale concernée Raison sociale : Onyx Méditerranée (OMED) Code NAF : 3811Z Code SIREN : 073 806 440 00134 Adresse :

Plus en détail

Fiche de développement durable

Fiche de développement durable Fiche de développement durable Continuons à mesurer notre performance. Chez Sappi Europe, nous avons choisi d être «ecoeffective» et d intégrer les principes du développement durable qui repose sur une

Plus en détail

Les émissions de Gaz à Effet de Serre en région Poitou-Charentes de 1990 à 2013

Les émissions de Gaz à Effet de Serre en région Poitou-Charentes de 1990 à 2013 Les synthèses de l AREC Les émissions de Gaz à Effet de Serre en région Poitou-Charentes de 1990 à 2013 Janvier 2016 PRÉAMBULE : Le rôle des acteurs locaux dans l animation territoriale des politiques

Plus en détail

Chapitre 1 Contenu de l Annuaire

Chapitre 1 Contenu de l Annuaire Chapitre 1 Contenu de l Annuaire Contenu de l Annuaire Chapitre 1 1.1 Structure de l Annuaire Le tableau 1.1 présente la structure de l Annuaire québécois des statistiques du travail. Cet annuaire est

Plus en détail

COMMENT CALCULER LES ÉMISSIONS ASSOCIÉES À L USAGE DE SES PRODUITS VENDUS? Faut-il reporter les émissions associées à l usage de ses produits vendus?

COMMENT CALCULER LES ÉMISSIONS ASSOCIÉES À L USAGE DE SES PRODUITS VENDUS? Faut-il reporter les émissions associées à l usage de ses produits vendus? COMMENT CALCULER LES ÉMISSIONS ASSOCIÉES À L USAGE DE SES PRODUITS VENDUS? Sylvain Borie - sylvain.borie@carbone4.com Mai 2017 Faut-il reporter les émissions associées à l usage de ses produits vendus?

Plus en détail

Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre

Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre Alcoa Fixations Simmonds S.A.S Saint Cosme en Vairais Novembre 2015 Bilan A (réglementaire) Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique version 3.d «Méthode

Plus en détail

Le merveilleux monde de l él. électrolyse. Martin DésiletsD Avril 2007

Le merveilleux monde de l él. électrolyse. Martin DésiletsD Avril 2007 Le merveilleux monde de l él électrolyse Martin DésiletsD Avril 2007 Production Al au Canada Production Al au Canada Producteurs Production d'aluminium de première fusion au Canada Capacité de production

Plus en détail

Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre

Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre Bilan réglementaire des émissions de gaz à effet de serre Description de la personne morale concernée Raison sociale : Code NAF : 3811Z Code SIREN 745 550 111 Adresse :,18-20 rue Henri Rivière - 76000

Plus en détail

Directeur par intérim, Bureau de coordination sur les évaluations stratégiques

Directeur par intérim, Bureau de coordination sur les évaluations stratégiques De : Lamontagne, Charles Date d'envoi : 15 avril 014 19:00 À : Harvey, Marie-Josee (BAPE Objet : réponse du BCC Bonsoir madame Harvey En fichier joint je vous fait parvenir les réponses du BCC (Bureau

Plus en détail

HYPOTHÈSES ET RÉFÉRENCES

HYPOTHÈSES ET RÉFÉRENCES HYPOTHÈSES ET RÉFÉRENCES Relatives aux énoncés contextuels présentés dans les rapports d impact EAU Une usine de pâtes et papiers nord-américaine typique retourne à la source, au terme d un traitement,

Plus en détail

DIRECTION DEPARTEMENTALE DU TERRITOIRE DU LOT

DIRECTION DEPARTEMENTALE DU TERRITOIRE DU LOT DIRECTION DEPARTEMENTALE DU TERRITOIRE DU LOT BILAN D EMISSIONS DES GAZ A EFFET DE SERRE Dans le cadre de la Loi Grenelle II, le Décret n 211-829 a rendu obligatoire pour l État et les collectivités territoriales

Plus en détail

Pfizer SAS. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre - Année Synthèse des actions engagées pour réduire ces émissions

Pfizer SAS. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre - Année Synthèse des actions engagées pour réduire ces émissions Pfizer SAS Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre - Année 2014 Synthèse des actions engagées pour réduire ces émissions 1. Descriptif de l entreprise Pfizer SAS Raison sociale : Pfizer SAS Code NAF

Plus en détail

Atelier n 1 : Penser et conduire la transition écologique dans les territoires - Observatoire de l Energie Réunion

Atelier n 1 : Penser et conduire la transition écologique dans les territoires - Observatoire de l Energie Réunion Atelier n 1 : Penser et conduire la transition écologique dans les territoires - Observatoire de l Energie Réunion Description OER Principales données Enjeux et Perspectives Pierre-Yves EZAVIN Directeur

Plus en détail

Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques. Programmes d aide financière offerts aux producteurs agricoles

Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques. Programmes d aide financière offerts aux producteurs agricoles Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques Programmes d aide financière offerts aux producteurs agricoles Plan de la présentation Qui sommes-nous? Notre offre de programmes ÉcoPerformance À

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Planification intégrée des infrastructures d énergie Introduction générale Laboratoire de Systèmes Energétiques ENAC / EPFL 1 - Sommaire Objectifs du cours Contenu du cours - Méthodes d analyse de la demande

Plus en détail

Analyse d incertitude concernant l estimation des émissions dans certains secteurs. Préparé pour: Environnement Canada

Analyse d incertitude concernant l estimation des émissions dans certains secteurs. Préparé pour: Environnement Canada Analyse d incertitude concernant l estimation des émissions dans certains secteurs Préparé pour: Environnement Canada Février 2012 ISBN : 978-0-660-20573-1 N o de cat.: En14-88/2013F-PDF Le contenu de

Plus en détail

Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec

Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec Mémoire présenté à la Commission sur les enjeux énergétiques du Québec - De la réduction des gaz à effet de serre à l indépendance énergétique du Québec - Mémoire présenté par MARMEN inc. Le 10 octobre

Plus en détail

Plan stratégique du Cégep de Saint-Laurent

Plan stratégique du Cégep de Saint-Laurent RAPPORT D EVALUATION Plan stratégique 2015-2020 du Cégep de Saint-Laurent Novembre 2016 Introduction Le plan stratégique de développement du Cégep de Saint-Laurent couvre les années 2015 à 2020 et il est

Plus en détail

Contribution du transport collectif à la réduction des émissions de GES de la région métropolitaine de Montréal

Contribution du transport collectif à la réduction des émissions de GES de la région métropolitaine de Montréal Contribution du transport collectif à la réduction des émissions de GES de la région métropolitaine de Montréal 52 e congrès AQTR 4 avril 2017 André Porlier, gestionnaire corporatif en développement durable

Plus en détail

Usine de traitement de la brasque usée à Saguenay Présentation du projet

Usine de traitement de la brasque usée à Saguenay Présentation du projet Usine de traitement de la brasque usée à Saguenay Présentation du projet 19 janvier 2004 2 0 04 A L C A N I N C. Projet-1 Contenu de la présentation > Raison d être du projet > Nature du projet et le calendrier

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Direction du transport maritime, aérien et ferroviaire

GUIDE ADMINISTRATIF. Direction du transport maritime, aérien et ferroviaire GUIDE ADMINISTRATIF Programme visant la réduction ou l évitement des émissions de gaz à effet de serre par le développement du transport intermodal (PREGTI) Programme d aide à l amélioration de l efficacité

Plus en détail

Concevoir avec l environnement

Concevoir avec l environnement Pré-diagnostic Concevoir avec l environnement Réduire les coûts liés aux matières, la logistique, l énergie, l eau, les déchets... Innover et créer un avantage concurrentiel en concevant de nouveaux produits

Plus en détail

Tremplin DEC (081.06)

Tremplin DEC (081.06) Tremplin DEC (081.06) Cheminement permettant d intégrer ou de compléter un programme d études conduisant au DEC Enseignement collégial Le présent document a été produit par le ministère de l Éducation,

Plus en détail

RAPPORT DE DIAGNOSTIC BILAN CARBONE

RAPPORT DE DIAGNOSTIC BILAN CARBONE RAPPORT DE DIAGNOSTIC BILAN CARBONE Atelier de l Argoat Mai 2011 1 Plan de réduction : 1.1 Situation initiale et réductions déjà effectuées L entreprise a mis en place en 2009 un dispositif de combustion

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Bilan d émissions de gaz à effet de serre Décembre 2015 Page 1/5 Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Paris Securitas France Sarl 2 bis, rue Louis Armand 75741 Paris Cedex 15 France Tél + 33(0)1

Plus en détail

Section québécoise de la Société nucléaire canadienne

Section québécoise de la Société nucléaire canadienne Mémoire présenté à la commission de contrôle de sûreté nucléaire (CCSN) sur la réfection et la poursuite de l exploitation de la centrale nucléaire de Gentilly 2 Octobre 2006 Qui sommes-nous? La Société

Plus en détail

BIENVENUE. consultationenergie.gouv.qc.ca

BIENVENUE. consultationenergie.gouv.qc.ca BIENVENUE consultationenergie.gouv.qc.ca COMMISSION SUR LES ENJEUX ÉNERGÉTIQUES DU QUÉBEC De la réduction des gaz à effet de serre à l indépendance énergétique du Québec Automne 2013 But de la commission

Plus en détail

Présenté par Vincent Pouliot, Chef de service Marché du carbone et efficacité énergétique Avril 2016

Présenté par Vincent Pouliot, Chef de service Marché du carbone et efficacité énergétique Avril 2016 De la conférence de Paris à la politique énergétique du Québec Une occasion de se mobiliser ensemble pour lutter contre les changements climatiques Présenté par Vincent Pouliot, Chef de service Marché

Plus en détail

MÉMOIRE D'HYDRO-QUÉBEC PRODUCTION

MÉMOIRE D'HYDRO-QUÉBEC PRODUCTION MÉMOIRE D'HYDRO-QUÉBEC PRODUCTION Page 1 de 6 MÉMOIRE Hydro-Québec souhaite mettre certaines informations complémentaires à la disposition des participants au processus de consultation publique de la Régie

Plus en détail

Mémoire du Réseau de la Transformation Métallique du Québec (RTMQ)

Mémoire du Réseau de la Transformation Métallique du Québec (RTMQ) Consultations particulières sur le projet de loi n 43, Loi sur les mines CAPERN 033M C.P. P.L. 43 Loi sur les mines Mémoire du Réseau de la Transformation Métallique du Québec (RTMQ) À l intention de la

Plus en détail

Association des ingénieurs-conseils du Québec (AICQ) Projet d expansion du réseau de transport en Minganie Raccordement du complexe de la Romaine

Association des ingénieurs-conseils du Québec (AICQ) Projet d expansion du réseau de transport en Minganie Raccordement du complexe de la Romaine Association des ingénieurs-conseils du Québec (AICQ) Projet d expansion du réseau de transport en Minganie Raccordement du complexe de la Romaine Mémoire présenté au Bureau d audiences publiques sur l

Plus en détail

FAURECIA AUTOMOTIVE INDUSTRIE. Bilan d émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France

FAURECIA AUTOMOTIVE INDUSTRIE. Bilan d émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France FAURECIA AUTOMOTIVE INDUSTRIE Bilan d émissions de gaz à effet de serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France Décembre 2015 Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique «Méthode

Plus en détail

Présentation d un projet-pilote d implantation d économie circulaire au Kamouraska. Novembre 2014

Présentation d un projet-pilote d implantation d économie circulaire au Kamouraska. Novembre 2014 Présentation d un projet-pilote d implantation d économie circulaire au Kamouraska Novembre 2014 Quel est le projet? L objectif du projet global est de développer et mettre à l essai dans une région pilote,

Plus en détail

Politique sectorielle RSE - Centrales thermiques à charbon Novembre 2016

Politique sectorielle RSE - Centrales thermiques à charbon Novembre 2016 Politique sectorielle RSE - Centrales thermiques à charbon Novembre 2016 1. Champ d application La présente politique (la «Politique») s applique à tous les financements, les investissements et plus généralement

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES AVIONICS ELECTRICAL SYSTEMS SAS (TAES) Réf : SE/15-038/HA Décembre 2015 Page 1

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES AVIONICS ELECTRICAL SYSTEMS SAS (TAES) Réf : SE/15-038/HA Décembre 2015 Page 1 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES AVIONICS ELECTRICAL SYSTEMS SAS (TAES) Réf : SE/15-038/HA Décembre 2015 Page 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES AVIONICS ELECTRICAL SYSTEM... 3

Plus en détail

Empreinte écologique, cycle de vie et bilan carbone du matériau bois

Empreinte écologique, cycle de vie et bilan carbone du matériau bois Empreinte écologique, cycle de vie et bilan carbone du matériau bois Claude Villeneuve Professeur Directeur de la Chaire en Éco-Conseil Département des sciences fondamentales Université du Québec à Chicoutimi

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (GES) COMMISSARIAT A L ENERGIE ATOMIQUE ET AUX ENERGIES ALTERNATIVES (CEA)

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (GES) COMMISSARIAT A L ENERGIE ATOMIQUE ET AUX ENERGIES ALTERNATIVES (CEA) BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (GES) COMMISSARIAT A L ENERGIE ATOMIQUE ET AUX ENERGIES ALTERNATIVES (CEA) CONFORMEMENT A L ARTICLE L. 229-25 DU CODE DE L ENVIRONNEMENT BILAN DE L ANNEE 2010

Plus en détail

Panorama mondial des émissions de GES 2.1

Panorama mondial des émissions de GES 2.1 Panorama mondial des émissions de GES 2.1 Répartition des émissions mondiale de GES 1 par gaz en 21 Selon le potentiel de réchauffement global 2 à 2 ans Selon le potentiel de réchauffement global 2 à 1

Plus en détail

MESURER ET PROGRESSER

MESURER ET PROGRESSER MESURER ET PROGRESSER GEODIS mesure sa performance RSE à travers trois prismes : le reporting sur les données environnementales et sociales, les enquêtes annuelles de satisfaction auprès des clients et

Plus en détail

Révision du PDU. Approche Bilan Carbone Émissions de GES du secteur des Transports en Ile-de-France

Révision du PDU. Approche Bilan Carbone Émissions de GES du secteur des Transports en Ile-de-France Révision du PDU Approche Bilan Carbone Émissions de GES du secteur des Transports en Ile-de-France Groupe de travail «environnement» 10 février 2009 - Erwan Cordeau 1 Contexte Plan Climat 2004 => plans

Plus en détail

Xerox France. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre. Rapport du bilan destiné à la préfecture d Ile de France

Xerox France. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre. Rapport du bilan destiné à la préfecture d Ile de France Xerox France Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la préfecture d Ile de France Décembre 2015 Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique «Méthode pour la réalisation

Plus en détail

La présence syndicale au Québec

La présence syndicale au Québec La présence syndicale au Québec Bilan de l année 2001 1 par Michel Girard avec la collaboration de Diane Boisvert La présente chronique s intéresse aux personnes assujetties à des conventions collectives,

Plus en détail

L EAU ET LE VENT L ÉNERGIE PROPRE ET RENOUVELABLE DU QUÉBEC

L EAU ET LE VENT L ÉNERGIE PROPRE ET RENOUVELABLE DU QUÉBEC L EAU ET LE VENT L ÉNERGIE PROPRE ET RENOUVELABLE DU QUÉBEC LE QUÉBEC PRODUIT L ÉNERGIE PROPRE DONT LE MASSACHUSETTS A BESOIN Hydro-Québec propose au Massachusetts une nouvelle source d énergie propre

Plus en détail

Entente sur les ressources en eaux durables du bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent

Entente sur les ressources en eaux durables du bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent Entente sur les ressources en eaux durables du bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent Programme de conservation et d utilisation efficace de l eau du Québec Rapport d avancement Décembre 2012

Plus en détail

Description du périmètre opérationnel retenu (catégorie/postes/ressources) :

Description du périmètre opérationnel retenu (catégorie/postes/ressources) : BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE KEOLIS SA 17/12/2015 1 Description de la personne morale concernée Raison sociale : Keolis SA Code NAF : 4939A Code SIREN : 552 111 809 Numéro de SIRET associé

Plus en détail

3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie

3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie 3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie Émissions de CO2 dues à la combustion d énergie 1 dans le monde 3 Indice base 1 en 199 25 2 15 1 Etats-Unis 5 UE à 15 197 1975 198 1985 199 1995 2 27 En Mt CO2 199

Plus en détail

La Cellule d intervention forestière. Principaux constats et impacts pour l industrie forestière du Québec

La Cellule d intervention forestière. Principaux constats et impacts pour l industrie forestière du Québec La Cellule d intervention forestière Principaux constats et impacts pour l industrie forestière du Québec Plan de présentation Contexte : la Cellule d intervention forestière Analyse de la compétitivité

Plus en détail

FAURECIA INTERIEUR INDUSTRIE. Bilan d émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France

FAURECIA INTERIEUR INDUSTRIE. Bilan d émissions de gaz à effet de serre. Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France FAURECIA INTERIEUR INDUSTRIE Bilan d émissions de gaz à effet de serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture d Ile de France Décembre 2015 Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique «Méthode

Plus en détail

Politique d achat local de Metro

Politique d achat local de Metro Politique d achat local de Metro Marie-Claude Bacon Directrice principale, Service des affaires corporatives 17 février 2015 Agenda Pourquoi une politique d achat local? Démarche menant à la politique

Plus en détail

Synthèse de l ACV comparative des emballages de Tetra Pak

Synthèse de l ACV comparative des emballages de Tetra Pak Synthèse de l Analyse de Cycle de Vie comparative des emballages de Tetra Pak 19 mai 2008 Objectif et méthode : Tetra Pak, un des plus importants fabricants d emballages en carton pour lait et jus de fruits

Plus en détail

DIU Pédagogie Médicale. Optimisation de l exploitation de la grille d évaluation des stages d étudiants hospitaliers. P Maison

DIU Pédagogie Médicale. Optimisation de l exploitation de la grille d évaluation des stages d étudiants hospitaliers. P Maison DIU Pédagogie Médicale Optimisation de l exploitation de la grille d évaluation des stages d étudiants hospitaliers P Maison Direction : Pr P Claudepierre, Dr M Pervel EvaluationStage_PMaison_080922 1

Plus en détail

Bilan d émissions de gaz à effet de serre

Bilan d émissions de gaz à effet de serre Bilan d émissions de gaz à effet de serre Page 1 / 5 Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Paris Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique «Méthode pour la réalisation des bilans d émissions

Plus en détail

Le rapport sur l énergie WWF/ECOFYS

Le rapport sur l énergie WWF/ECOFYS Le rapport sur l énergie WWF/ECOFYS 100% D ÉNERGIE RENOUVELABLE D ICI 2050 Le Rapport sur l énergie 100 % d énergie renouvelable d ici 2050 Présentation Ce qu est le Fonds mondial pour la nature WWF Le

Plus en détail

ONYX AUVERGNE RHONE ALPES - ACTIONS DE REDUCTION D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PERIODE :

ONYX AUVERGNE RHONE ALPES - ACTIONS DE REDUCTION D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE PERIODE : ONYX Auvergne Rhône Alpes Numéro SIREN : 302590898 Adresse : 105, avenue du 8 mai 1945 69140 RILLIEUX LA PAPE Contact : Antoine GOUESBET Fonction : Directeur QHSE Adresse : 105, avenue du 8 mai 1945 69140

Plus en détail

= = ~ Certificat énergétique des bâtiments

= = ~ Certificat énergétique des bâtiments Certificat énergétique des bâtiments Certificat énergétique cantonal CECB Méthode calculée selon SIA 380/1 Facteurs de pondération des agents énergétiques : électricité 2 / mazout 1 / bois 0,5 Rapport

Plus en détail

Le système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (SPEDE) 10 avril 2014

Le système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (SPEDE) 10 avril 2014 Le système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (SPEDE) 10 avril 2014 Diane Gagnon, ing. M. Sc. Coordonnatrice Bureau des changements climatiques Plan de la présentation

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés de voirie

Prise en compte du développement durable dans les marchés de voirie SEVE Prise en compte du développement durable dans les marchés de voirie L éco-comparateur SEVE: Outil de qualification de l apport durable des solutions techniques Julien.buisson@usirf.com 2013 SEVE S

Plus en détail

Avis technique SGRE-13

Avis technique SGRE-13 Direction de la recherche forestière Avis technique SGRE-13 Titre : Utilisation des données d accroissement potentiel en surface terrière ou d IQS potentiel à des fins de classification du potentiel de

Plus en détail

Les mesures de transition nécessaires dans un contexte de lutte aux changements climatiques

Les mesures de transition nécessaires dans un contexte de lutte aux changements climatiques Les mesures de transition nécessaires dans un contexte de lutte aux changements climatiques Robert Beauregard Doyen Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique Conseil québécois d Unifor 5 mai

Plus en détail

Analyse de Cycle de Vie et Eco Conception

Analyse de Cycle de Vie et Eco Conception Analyse de Cycle de Vie et Eco Conception Francis Vivat, Responsable Informatique LATMOS GDS EcoInfo (www.ecoinfo.cnrs.fr) Eco-responsabilité appliquée à l'informatique X-Stra Novembre 2013 Présentation

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE - 2014 S.A Groupe Bigard - Z.I de Kergostiou CS 70053-29393 Quimperlé 1 - Description de la personne morale concernée Raison sociale : S.A GROUPE BIGARD Code

Plus en détail

Projet d implantation d une usine de traitement de la brasque usée à Saguenay, arrondissement de Jonquière

Projet d implantation d une usine de traitement de la brasque usée à Saguenay, arrondissement de Jonquière Projet d implantation d une usine de traitement de la brasque usée à Saguenay, arrondissement de Jonquière Dossier : 6211-19-014 Compte rendu de la période d information et de consultation publiques du

Plus en détail

Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre

Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre Bilan des émissions Gaz à Effet de Serre Alcoa Fixations Simmonds S.A.S Saint Cosme en Vairais Octobre 2012 Bilan A (réglementaire) Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique «Méthode pour

Plus en détail

ENERGIES FOSSILES ET ENERGIES RENOUVELABLES

ENERGIES FOSSILES ET ENERGIES RENOUVELABLES ENERGIES FOSSILES ET ENERGIES RENOUVELABLES Document 1 : Durée de formation de 6 sources d énergie Source d énergie Vent, Soleil, Eau Bois Charbon Pétrole ou gaz naturel Durée de formation 0 année 15 à

Plus en détail

L aide financière prend la forme d une subvention. Les projets sont recevables en tout temps.

L aide financière prend la forme d une subvention. Les projets sont recevables en tout temps. PROGRAMME D'AIDE À L AMÉLIORATION DE L EFFICACITÉ DU TRANSPORT MARITIME, AÉRIEN ET FERROVIAIRE EN MATIÈRE DE RÉDUCTION OU D ÉVITEMENT DES ÉMISSIONS DE GES 1. INTRODUCTION Dans le cadre de la mise en œuvre

Plus en détail

L Empreinte Carbone de la levure produite dans l Union Européenne

L Empreinte Carbone de la levure produite dans l Union Européenne L Empreinte Carbone de la levure produite dans l Union Européenne L Empreinte Carbone a été évaluée par PwC (PricewaterhouseCooper) à la demande de COFALEC (Confédération des Fabricants de Levure de l

Plus en détail

SONDAGE QUÉBÉCOIS LE DEVOIR, GLOBE AND MAIL / LÉGER MARKETING

SONDAGE QUÉBÉCOIS LE DEVOIR, GLOBE AND MAIL / LÉGER MARKETING SONDAGE QUÉBÉCOIS LE DEVOIR, GLOBE AND MAIL / LÉGER MARKETING JOUR 1 : Le PLQ et l ADQ nez à nez alors que près des trois quarts des Québécois souhaitent un changement de gouvernement JOUR 2 : Une majorité

Plus en détail

Des propriétés qui invitent à voir plus large

Des propriétés qui invitent à voir plus large INNOVER, février 2017 Des propriétés qui invitent à voir plus large Cet article, propose un regard allégé et pragmatique sur l aluminium, en le comparant à d autres métaux. Le sujet pourrait être assez

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

Note économique. Compétitivité future du secteur manufacturier et création de richesse dans les régions du Québec

Note économique. Compétitivité future du secteur manufacturier et création de richesse dans les régions du Québec Note économique Compétitivité future du secteur manufacturier et création de richesse dans les régions du Québec Préambule Grâce à son vaste réseau de plus de 140 chambres de commerce et 1 100 membres

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE BARRAGES & ÉNERGIE HYDROÉLECTRIQUE

POLITIQUE SECTORIELLE BARRAGES & ÉNERGIE HYDROÉLECTRIQUE POLITIQUE SECTORIELLE BARRAGES & ÉNERGIE HYDROÉLECTRIQUE 1. INTRODUCTION... 2 2. ENGAGEMENT... 3 3. GESTION DU RISQUE... 3 4. STANDARDS ET CRITÈRES SPÉCIFIQUES AU SECTEUR... 4 5. CHAMP D'APPLICATION...

Plus en détail

L évaluation en appui à une gestion saine des dépenses publiques

L évaluation en appui à une gestion saine des dépenses publiques Un meilleur gouvernement: avec nos partenaires, pour les Canadiens L évaluation en appui à une gestion saine des dépenses publiques Colloque annuel Société québecoise d évaluation de programme ÉNAP 29

Plus en détail

L accès à l énergie en Afrique Le rôle des énergies renouvelables IDEES 4 Mai 2015

L accès à l énergie en Afrique Le rôle des énergies renouvelables IDEES 4 Mai 2015 L accès à l énergie en Afrique Le rôle des énergies renouvelables IDEES 4 Mai 2015 Jean-Pierre Favennec jpfavennec@yahoo.fr 0 L AFRIQUE SUB-SAHARIENNE: 49 PAYS Le Poids Economique des Principaux Acteurs

Plus en détail

INVENTAIRE DE GES DE L ENTREPRISE

INVENTAIRE DE GES DE L ENTREPRISE INVENTAIRE DE GES DE L ENTREPRISE 2015 CONTENU DE L INVENTAIRE Description de l organisme Période de déclaration et année de référence Responsable de l inventaire Objectifs de l inventaire de GES Périmètre

Plus en détail

Sondage Senergis Le Devoir

Sondage Senergis Le Devoir Sondage Senergis Le Devoir Suivi de l opinion des Québécois sur le gaz de schiste RAPPORT 11 FÉVRIER 2011 Cette étude a été réalisée par la firme de recherche Senergis. Pour toute question sur la méthodologie

Plus en détail

La France est le leader européen de la transformation de légumes.

La France est le leader européen de la transformation de légumes. Analyse des impacts environnementaux des procédés d extraction de matières premières végétales utilisées dans les filières arômes, parfums, cosmétique, fruits et légumes Le 11/05/12 Page 1 1 > INTRODUCTION

Plus en détail

ADDENDA AU RAPPORT TECHNIQUE

ADDENDA AU RAPPORT TECHNIQUE ADDENDA AU RAPPORT TECHNIQUE Analyse du cycle de vie comparative des impacts environnementaux potentiels du véhicule électrique et du véhicule conventionnel dans un contexte d utilisation québécois MARS

Plus en détail

Bilan des émissions pour le département des Yvelines Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour le département des Yvelines Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour le département des Yvelines Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil

Plus en détail

3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie

3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie 3.1 Émissions de CO2 dues à l énergie Émissions de CO2 dues à la combustion d énergie 1 dans le monde 3 Index base 1 en 199 25 2 15 1 Afrique USA 5 UE à 15 197 1975 198 1985 199 1995 2 25 28 En Mt CO2

Plus en détail

Nielsen. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre. Rapport du bilan destiné à la préfecture du Val d Oise

Nielsen. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre. Rapport du bilan destiné à la préfecture du Val d Oise Nielsen Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la préfecture du Val d Oise Juillet 2012 Ce rapport a été réalisé selon le guide méthodologique «Méthode pour la réalisation

Plus en détail

Concertation pour la mise en œuvre d un Plan Climat Energie Territorial

Concertation pour la mise en œuvre d un Plan Climat Energie Territorial Concertation pour la mise en œuvre d un Plan Climat Energie Territorial Groupe de travail n 1 : Préparer l énergie de demain 1 ère session - Réunion du 03/12/2013 SOMMAIRE 1 LES OBJECTIFS DU GROUPE DE

Plus en détail